Vous êtes sur la page 1sur 54

RAPPORT DE STAGE DE FIN DE CYCLE

Pour l’obtention de la licence professionnelle


Option : Transport et Logistique
Stage effectué le03 Septembre au 03 Novembre
2018

HT
Thème : Processus de gestion de stock (cas
du magasin de la représentation de
l’ASECNA Burkina FASO)

Présenté par:
DICKO Fatimata

Sous la direction de: Maître de stage:


M. YODA Lamine M. SANDAMBA Maurice

Année académique: 2018 - 2019


DEDICACE
Je dédie ce présent rapport à mon père et ma mère .

REMERCIEMENTS

Ce rapport constitue pour nous la résultante de l’effort conjugué de plusieurs personnes dont
nous ne pouvons pas nous empêcher de mentionner.

i
x
D’abord nous remercions notre professeur de suivi Monsieur Lamine YODA qui malgré son
calendrier chargé, nous a toujours accordé de son temps précieux, pour nous écouter et
corriger ce travail. Qu’il trouve dans ce travail le fruit de son effort. Nos remerciements vont
également à Monsieur SANDAMBA MAURICE notre maitre de stage, pour la qualité de son
encadrement et qui, malgré ses multiples occupations, nous a montré un bel exemple de
collaboration.

Ainsi nous remercions tout le personnel de L’ASECNA qui nous a constamment soutenus à
travers un accueil chaleureux et une bonne collaboration tout au long de notre stage pratique,
nous tenons également à remercier toutes les personnes qui ont concouru à rendre ce passage
agréable à L’ASECNA. Nous remercions également la direction générale de
U. AUBEN ex ISIG INTERNATIONAL et l’ensemble du corps professoral pour leur
encadrement et leur soutien inconditionnel Ensuite nous remercions tous nos parents pour
leurs soutiens multiples sans lesquels ce travail n’aboutirait pas. Nous leur disons merci pour
l’attention qu’ils ont su porter à notre égard.

A vous Mesdames et Messieurs les membres du jury, pour le précieux temps sacrifié à
l’appréciation de ce modeste travail.

PLAN

INTRODUCTION

i
x
PREMIERE PARTIE : CADRE D’ETUDE ET THEORIQUE

CHAPITRE 1 : HISTORIQUE, ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT

I- HISTORIQUE ET STATUTS JURIDIQUE

II - ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT

CHAPITRE 2 : GENERALITE SUR LA GESTION DE STOCKS

I - NOTION DE GESTION DE STOCKS

II - IMPORTANCE DE LA GESTION DE STOCKS

DEUXIEME PARTIE : CADRE PRATIQUE

CHAPITRE 1 : LA PRATIQUE DE LA GESTION DE STOCKS DU MAGASIN DE


l’ASECNA

I- PRESENTATION ET ORGANISATION DU MAGASIN

II- PROCEDURE DE SUIVI ET DE GESTION DE STOKS

CHAPITRE 2 : ANALYSE DE LA STRATEGIE DE GESTIONS DE


STOCKS

I- FORCES ET FAIBLESSES

II - SUGGESTIONS

Conclusion générale

Bibliographie

Annexes

TABLE DES MATIERES

DEDICACE .................................................................................................................................
i

i
x
REMERCIEMENTS ..................................................................................................................
ii
PLAN ........................................................................................................................................
iii
TABLE DES MATIERES ........................................................................................................
iv
LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS ...........................................................................
vii
PRÉAMBULE ...........................................................................................................................
ix
INTRODUCTION ......................................................................................................................
1
PREMIERE PARTIE : CADRE D’ETUDE ET THEORIQUE DE L’ASECNA .....................
4
CHAPITRE 1 : HISTORIQUE, ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE
L’ASECNA ................................................................................................................................
5
I. HISTORIQUE ET STATUTS JURIDIQUE .........................................................................
5
1. HISTORIQUE ET MISSIONS ....................................................................................... 5
1.1. HISTORIQUE ..............................................................................................................
5
1.2- MISSIONS ...................................................................................................................
6
2. STATUE JURIDIQUE DE L’ASECNA ......................................................................... 7
2-1- PERSONNALITE JURIDIQUE .................................................................................
7
2.2- NATURE ET FORME JURIDIQUE ....................................................................... 7
2.3- ARBITRAGE ..............................................................................................................
8
2.4- IMMUNITÉ D’EXCECUTION ..................................................................................
8
2.5- RÉGIME FISCAL .......................................................................................................
9
2.6- RÉGIME DOUANIER ................................................................................................
9
II. ORGANISATION GENERALE ET FONCTIONNEMENT DE L’ASECNA .................
10
1. ORGANISATION GÉNERALE ................................................................................... 10

i
x
1.1- LES STRUCTURES STATUTAIRES DE L’ASECNA ....................................... 10
1.2- LA RÉPRESENTATION DE L’ASECNA AUPRÈS DES PAYS MEMBRES ... 11
2. ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ............................................................. 11
2.1- ORGANISATION INTERNE ...................................................................................
11
2.2- UNITES TRANSIT GESTION DES STOCKS (UTGS) ..........................................
13
Le chargé Appro-
Achat .......................................................................................... 13 L’unité
TGS ........................................................................................................... 13
CHAPITRE 2 : GENERALITE SUR LA GESTION DE STOCK ..........................................
15
I- NOTION DE GESTION DE STOCKS ............................................................................
15
1. FONCTION D’UN STOCK .......................................................................................... 15

1.1- DEFINITION .........................................................................................................


15
1.2- LES NIVEAUX DE STOCKS ...............................................................................
17
1.3- LA GESTION DES STOCKS ...............................................................................
17
2. METHODOLOGIE ET THEORIE DE LA GESTION DE STOCK ............................ 18
2.1- LA METHODE OU LOI 20/80 .................................................................................
19
2.2- LA METHODE ABC ................................................................................................
19
2.3- LA METHODE JUSTE A TEMPS ...........................................................................
20
3. UTILITÉS ET INCONVÉNIENTS DU STOCKS ....................................................... 20
II- IMPORTANCE DE LA GESTION DES STOCKS .........................................................
21
1. DEFINITION ................................................................................................................ 21
2- OPTIMISATION DE LA GESTION DE STOCK .......................................................
21
2.1- LES ENJEUX DE LA GESTION DE STOCKS .......................................................
22
2.2- COÛTS ENGENDRÉS PAR LES STOCKS ...........................................................
23

i
x
DEUXIEME PARTIE : CADRE PRATIQUE .........................................................................
24
CHAPITRE I : LA PRATIQUE DE LA GESTION DE STOCK DU MAGASIN DE
L4ASECNA .............................................................................................................................
25
I- PRÉSENTATION ET ORGANISATION DU MAGASIN DE L’ASECNA ..................
25
1. DESCRIPTION DE LA ZONE DE STOCKAGE ........................................................
25
2. ORGANISATION DU MAGASIN ..............................................................................
25
II- LE PROCESSUS DE GESTION INFORMATIQUE ET PHYSIQUE DES STOCKS ...
26
1. LA GESTION INFORMATIQUE DES STOCKS ....................................................... 26
1.1- PROCÉDURE DE SUIVIE INFORMATISÉ DES STOCKS ...............................
26
1.2- UTILITÉ DE LA GESTION INFORMATIQUE DES STOCKS .........................
27
2. LE PROCESSUS DE GESTION PHYSIQUE DES STOCK ....................................... 27
2.1- L’ARRIVAGE DES MATERIELS ...........................................................................
27
2.1.1- LA GESTION DES MATERIELS DANS LE MAGASIN ................................ 29 2.1.2-
LES SORTIES DE MATÉRIEL ......................................................................... 29
2.2- LES INVENTAIRES PHYSIQUE DES STOCKS ...................................................
30
2.2.1- LE FONCTIONNEMENT DE L’INVENTAIRE............................................... 31 2.2.2- LA
REFORME DU MATERIEL ....................................................................... 32
CHAPITRE 2 : ANALYSE DE LA STRATEGIE DE LA GESTION DE STOCKS DE
L’ASECNA ..............................................................................................................................
33
I- LES FORCES ET LES FAIBLESSE ............................................................................... 33
1. LES
FORCES ................................................................................................................ 33
2. LES
FAIBLESSES ........................................................................................................ 33 II- LES
SUGGESTIONS ....................................................................................................... 34
CONCLUSION ........................................................................................................................
35

i
x
BIBLIOGRAPHIE ...................................................................................................................
36
Annexe : bon de perception ......................................................................................................
37
Annexe : Organigramme de l’ASECNA ..................................................................................
38 ANNEXES : structures statutaires de
l’ASECNA ................................................................... 39
Annexe : fiche de stock ............................................................................................................
40
Annexe : Bordereau de livraison ..............................................................................................
41
LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS

AEF : Afrique Equatorial Française

AOF : Afrique Occidentale Française

ASECNA : Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar

ASLOG : Association Française pour la Logistique

ATR : Avion de Transport Régional

i
x
BGS : Bureau de gestion de stock

BL : Bon de Livraison

BP : Bon de Perception

BR : Bordereau de Réception

BS : Bon de Sortie

DAF : Direction de l’Administration et des Finances

DELP : Délégation de Paris

DL : Demande de Livraison

DT : Direction Technique

DTT : Direction de Développement

DTTAA : Service Technique Approvisionnement et Achat

EAMAC : Ecole Africaine de Météorologie de l’aviation civile

ERNAM : Ecole Régionale de la Navigation Aérienne et Madagascar

ERSI : Ecole Régionale de la Sécurité et d’Incendie

OACI : Organisation de l’Aviation Civile Internationale

PGI: Progiciel de Gestion Integree

SF: Stock Finale

SI: Stock Initial

SM: Stock Moyen

UTGS: Unite Transit Gestion des Stocks

PRÉAMBULE

L’Institut Supérieur d’Informatique et de Gestion (ISIG) a vu le jour par l’arrêté


n°92125/MESSRS/MDCHEP/DG/DEST du 21 octobre 1992. Des arrêtés modificatifs sont
venus élargir son domaine de compétence ; ce sont les arrêtés
n°200389/MESSRS/DG/DGESRS/CNESSP/SP du 16 mai 2003 et
n°20056244/MESSRS/CAB du 02 décembre 2005.

i
x
A la rentrée académique 2009-2010, l’ISIG International a adopté le système LMD. Depuis
février 2012, l’ISIG International est devenu Université AUBE NOUVELLE (U-AUBEN). La
formation pour la licence professionnelle vise à cultiver chez les étudiants un équilibre entre
la théorie et la pratique, à leur donner un parcours menant à l’emploi, à être pluridisciplinaires
et surtout les aider à développer un esprit de leadership. A la fin de cette formation, l’étudiant
doit effectuer un stage en entreprise qui fera l’objet d’une soutenance devant un jury.

L’institut forme des gestionnaires et des techniciens supérieurs dans les filières suivantes :

Pour réaliser cette ambition, l’université aube nouvelle a mis en place plusieurs filières de
formations :

U-AUBEN HIGH TECTH:

- Electronique

- Réseaux

- Informatique

- Telecom

- Génie civile

- Génie mécanique

- Genie électronique

- Réseaux et télécom

U-AUBEN BUSSINESS SCHOOL

- Communication

- Gestion commercial

- Finance comptabilité

- Banque assurance

- Secrétariat de direction

- Transport et logistique

- Gestion des projets

i
x
- Gestion des ressources humaines

- Marketing

- Comptabilité contrôle- audit

UFR/SEG –DROIT

- Economie

- Droit

Pour le second cycle, les différents masters enseignes sont :

Master de recherche comportement des consommateurs et distribution

Master des systèmes d’informatique e/t de gestion

Master de recherche innovation et management des ressources humaines

Master de gestion urbaine et immobilisation

Master de management de l’environnement et de développement


durable

Master en management de reformes et développements institutionnels et de reformes


organisationnelles.

DIPLOMES DELIVRES :

Avec ses accords universitaires et homologation de ses 19 diplômes par le CAMES. U-


AUBEN membre du CAMES est habilite à délivrer des diplômes de licence professionnelle,
de master et de doctorat dans plusieurs disciplines.

i
x
INTRODUCTION

Le libéralisme économique progressif met les entreprises dans une situation de forte
concurrence. Pour émerger dans cette atmosphère, les dirigeants d’entreprise ont le devoir de
mettre en place une bonne politique permettant de satisfaire leur clientèle gage de toute
prospérité. La gestion des stocks joue un rôle dans la satisfaction du client. Elle permet de
garantir au client qu’il aura le bon produit au bon moment. Ace titre elle devient une cause
essentielle de satisfaction du client.

Pendant longtemps, les entreprises se sont contentées de gérer des stocks volumineux afin
d’être sures de pouvoir subvenir à toute demande. Cette méthode semble de nos jours
dépassés ; le stockage a nécessairement un coût et en plus est inadaptée pour des produits
périssables.

La chaine logistique gère les flux le plus efficacement possible pour réduire les principaux
coûts

Suivants : coûts d’approvisionnement, coûts d’acheminement, coûts de production, coûts de


stockage.

Les stocks sont constitués essentiellement de marchandises, de matières premières de


fournitures et d’autres approvisionnements dont la valeur se rapproche parfois plus de la
moitié du total de l’actif des entreprises.

Alors, il est sans contexte que la gestion de stock est une fonction fondamentale pour la
majorité des fonctions d’une entreprise. Lorsque les stocks sont moins importants, l’entreprise
est menacée de rupture de stocks. Toute optimisation de cette gestion s’accompagne
inévitablement de la recherche de minimisation des coûts des produits laquelle dépend d’une
bonne politique d’approvisionnement et d’une gestion rationnelle et adéquat des stocks. Donc
une mauvaise gestion des stocks peut compromettre sérieusement les activités de celle-ci à
court terme.
L’importance de la gestion de stock n’est donc plus à démontrer de nos jours. Pour cela il faut
trouver le point d’équilibre afin de maximiser son efficacité.

Il s’avère donc impérieux que les chefs d’entreprises mettent en place une meilleure
organisation pour une bonne gestion de leurs stocks. Mais malheureusement l’ignorance ou
l’incompétence des gérants délégués à la gestion des stocks conduit à une mauvaise gestion
des stocks.

3
2
L’ASECNA n’est pas en marge de ces difficultés liées à la gestion des stocks. Vue
l’importance de ses missions il nous est arrivé à l’esprit de porter notre analyse sur le thème «
Processus de gestion de stock : cas du magasin de l’ASECNA »,

- Problématique

Le développement d’une entreprise industrielle ou commerciale ne peut se faire sans les


stocks car ceux-ci jouent un rôle important dans l’entreprise. Il faut posséder des stocks en
permanence soit pour faire marcher l’ensemble des unités de production, soit pour répondre
aux exigences des consommateurs car ils permettent surtout de maintenir en équilibre
l’ensemble des activités de l’entreprise.

La gestion de stock est donc l’épine dorsale de toute la gestion de l’entreprise et constitue de

ce fait le centre de nos actions et sera l’objet principal de notre analyse.

La constitution des stocks ainsi que sa gestion demeurent, dans la vie de l’entreprise
incontournable. Bien que souvent l’entreprise se heurte à des problèmes majeurs face à la
gestion des stocks. Elle joue un rôle dans la satisfaction du client. Notre thème traite de la

problématique de la gestion des stocks du magasin de l’ASECNA. Vu l’importance de ses


missions, elle a su mettre en place une unité de Gestion de Stocks pour faire face à tous ses

Aléas afin d’améliorer la sécurité de la navigation aérienne.

Cependant cette politique présente des insuffisances qui constituent des obstacles à l’atteinte
de ses objectifs, entre autres nous avons constaté un ensemble de dysfonctionnement
notamment au niveau du progiciel de gestion intégré pour le suivi et l’évaluation des stocks,
un manque de personnel dans la gestion adéquate des stocks, l’utilisation physique des bons
de perceptions qui deviennent encombrant. Pour mieux appréhender cette situation nous
pouvons-nous poser les questions suivantes :
Le processus de gestion des stocks au magasin de l’ASECNA est-il performant ?

Quel disfonctionnement constate-t-on ?

Quelles démarches pourraient être entreprises pour améliorer la gestion des stocks de

L’ASECNA ?

Face à cette problématique, il importe de trouver des solutions d’où notre sujet : « Processus
de gestion de stock : cas du magasin de l’ASECNA ». Le choix de notre rapport est guidé

3
2
par notre volonté de mieux comprendre la problématique de la gestion de stock au sein de
l’ASECNA à travers l’analyse de son système de gestion de stock afin de dégager ses forces
et ses faiblesses pour l’aider à s’améliorer et à atteindre ses objectifs.
Ainsi pour que notre travail soit acceptable, nous nous sommes fixés des objectifs bien définis
que nous essayerons d’atteindre dans la suite du travail.

- Objectifs de l’étude

L’objectif général de recherche de notre étude consiste à faire une analyse du système de
gestion de stock du magasin de l’ASECNA. Il se décline en objectifs spécifiques à savoir :

 Faire l’état des lieux du processus de gestion de stock de l’ASECNA


 Identifier les difficultés rencontrées par l’ASECNA dans la gestion des stocks de
son magasin
 Proposer des solutions susceptibles pour l’amélioration du processus de gestion de
stock du magasin.

- Hypothèses

Les hypothèses suivantes sous-entendent l’étude :

-Le processus de gestion de stock de l’ASECNA est d’une qualité performante qui
lui permet d’atteindre ses objectifs ;
- Le PGI rencontre des difficultés dans le suivi des stocks ;

Notre travail s’articule autour de deux (02) parties : la première 1 ère aborde la présentation
générale de l’ASECNA (chapitre. I) ainsi que la généralité sur la gestion de stocks (chapitre.
II), et la 2ème partie qui s’attèle sur la pratique de la gestion de stocks du magasin (chapitre. I)
et nous présente une analyse de la stratégie de gestion de stocks (chapitre II). De cette analyse,
nous dégagerons les forces et faiblesses éventuelles et apporterons une proposition de
stratégie de cette gestion.

3
2
PREMIERE PARTIE : CADRE D’ETUDE ET
THEORIQUE DE L’ASECNA
Dans cette première partie, il s’agira dans un premier chapitre de relater l’historique,
L’organisation et le
Fonctionnement de l’ASECNA et dans le deuxième chapitre on
s’intéressera à la généralité sur la gestion de stocks.

3
2
CHAPITRE 1 : HISTORIQUE, ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT
DE L’ASECNA
Avant de commencer à traiter le thème il est impératif de présenter d’abord la structure qui
nous a accueillis durant les deux mois de stage pratique. Dans ce chapitre, nous verrons
l’histoire de l’ASECNA ses missions, son organisation, son fonctionnement, et son statut
juridique.

I. HISTORIQUE ET STATUTS JURIDIQUE

1. HISTORIQUE ET MISSIONS

1.1. HISTORIQUE

Etablissement public à caractère multinational, l’Agence pour la Sécurité de la Navigation


Aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA) a vu le jour à la suite de la signature de la
convention par les Chefs d’Etats et de Gouvernements des Etats autonomes issus des ex-
Fédérations de L’AEF, et l’AOF et de Madagascar le 12 décembre 1959 à Saint-Louis du
Sénégal.

L’Agence regroupe 18 pays membres dont 17 Etats africains (Benin, Burkina Faso,
Cameroun,
Centrafrique, Congo Brazzaville, Cote d’ivoire, Gabon, Guinée Bissau, Guinée Equatorial,
Madagascar, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad, Togo, Comores) et la France.
L’ASECNA, qui était essentiellement un organisme de coopération franco-africain et
malgache à sa création, a évolué vers une coopération interafricaine et malgache. Cette
évolution s’est traduite par le transfert de son siège de Paris à Dakar et aussi par
l’africanisation du Directeur Général et des postes de Directeur Technique.

Et parallèlement à cela, il y’a eu la signature d’une nouvelle convention à Dakar en 1974 par
les quinze (15) Etats signataires de la convention de saint -Louis (tous les Etats membres
actuels de L’ASECNA à l’exception de la république de la Guinée Equatoriale, de la Guinée
Bissau et des Comores dont les adhésions à l’ASECNA ont eu lieu le 22 avril 1987).

Pendant ces 50 ans d’existence, l’ASECNA s’est forgé une image de marque internationale.
Elle a su faire face à une croissance considérable du trafic aérien, et à une mutation
technologique.

3
2
Les missions de l’Agence sont classées en deux catégories : les missions de base et les autres
missions.

1.2- MISSIONS

L’Agence à la charge d’un espace aérien étendu sur 16.100.000 km2 couvert par six (6)
régions d’informations en vol dont : Antananarivo, Brazzaville, Dakar océanique et Dakar
terrestre, Niamey et N’Djamena.

Elle y assure le contrôle de la circulation aérienne, le guidage des avions, la transmissions des
messages techniques et de trafic, l’information de vol, ainsi que le recueil des données, la
prévision et la transmission des informations météorologiques.

Ces prestations couvrent aussi bien la circulation en route que l’approche et l’atterrissage.

Elle assure la gestion des aides terminale sur les 27 aéroports principaux des 17 État africains
et malgache membre à travers le contrôle d’aérodrome et d’approche, le guidage du roulement
des aéronefs au sol, l’aide radio et visuelle à l’approche et à l’atterrissage, les transmissions
radio, les prévisions météorologiques, le bureau de piste et d’information aéronautique et les
services de sécurité incendie.

Au titre de ses missions, l’Agence a à sa charge la maintenance de l’ensemble des installations


nécessaire à la mise en œuvre de ces différentes prestations sauf les pistes.

Toutefois, d’autres missions peuvent lui être confiées :

• Gérer ou entretenir toute exploitation d’utilité aéronautique ou météorologique à la demande


des États membres et en vertus de contrats particuliers ;

• Concourir à l’exécution d’opérations d’aide et de coopération technique en matière


aéronautique ou météorologique

• Passer des contrats avec des Etats non membres qui souhaiteraient utiliser ses services.
C’est ainsi que l’Agence réalise avec son avion ATR, la calibration en vol des aides à la
navigation aérienne pour de nombreux Etats africains non membres notamment en Afrique de
l’Est, au Maroc, au Seychelles, a l’île Maurice à la Réunion ainsi que dans la zone des
Caraïbes.

3
2
L’Agence assure la formation de ses agents principalement dans ses trois (03) établissements
qui bénéficient du soutien de ses établissements français homologue. Ses établissements sont :

•L’Ecole africaine de Météorologie et de l’aviation Civile (EAMAC)

• L’Ecole Régionale de Navigation Aérienne et de Management à Dakar au Sénégal ;

•L’Ecole Régionale de Sécurité et d’Incendie (ERSI) à Douala au Cameroun.

2. STATUE JURIDIQUE DE L’ASECNA


2-1- PERSONNALITE JURIDIQUE

L’agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar dénommé «


ASECNA » jouit de la personnalité juridique et de l’autonomie financière. Le siège de
l’Agence est fixé à DAKAR (Sénégal), et sa durée de vie est indéterminée. Elle a la capacité
d’être en rapport avec ses missions :

• de contracter ;

• d’acquérir et d’aliéner les biens mobiliers et immobiliers ;

• d’ester en justice

2.2- NATURE ET FORME JURIDIQUE

Les états partis assurent la sureté des infrastructures et des équipements nécessaires aux
services de navigation aérienne implantée sur leur territoire respectif, pour ce qui excède les
responsabilités de l’Agence en sa qualité d’affectataire et de gestionnaire desdits équipements
et infrastructures.

Le fonctionnement est déterminé par les statuts et le cahier des charges de l’Agence.

L’Agence compte dix-huit Etats membres qui sont : le Benin, le Burkina Faso, le Cameroun,
la République Centrafricaine, le Congo, la Côte D’ivoire, la France, le Gabon, la Guinée
Bissau, la Guinée Equatorial, la Mauritanie, le Madagascar, le Mali, le Niger, le Sénégal, le
Tchad, le Togo, l’union des Comores.

Le siège de l’Agence est fixé à Dakar au Sénégal pour une durée indéterminée.

Le caractère international de l’Agence ne la place pas sous l’emprise particulière de l’une de


ses législations internationales qu’elle doit toute respectée, dans la mesure où celles-ci ne sont

3
2
pas contraires à ses textes, organiques (primauté des traités internationaux sur les droits
internes).

2.3- ARBITRAGE

L’arbitrage se définit en droit commercial comme étant la procédure de règlement des litiges
par recours à une ou plusieurs personnes privées, professionnelles appelées arbitres.

L’agence pourra insérer dans ses contrats à l’exception des contrats qu’elle conclut avec son
personnel, des clauses permettant de soumettre tous différents contractuels à l’arbitrage.

Les différents sont portés à la demande de l’une des parties devant le tribunal arbitral ou un
arbitre unique conformément à la procédure précisée sous dessous.

Dans les quinze jours (15) suivants la remise par la partie demanderesse de la demande écrite
d’arbitrage, les parties décident d’un commun accord de recourir à un tribunal arbitral ou à un
arbitre unique. Au terme de ce délai en cas de désaccord ou de silence de l’une ou des deux
(2) parties, le recours au tribunal s’impose.
Le tribunal arbitral est composé de trois membres. Chacune des parties désigne un arbitre dans
les trente (30) jours suivant la décision commune de recourir à un tribunal arbitral où le
constat du désaccord ou du silence de l’une ou des deux parties sur le choix du type
d’arbitrage. Les deux arbitres ainsi nommés désignent d’un commun accord dans les soixante
jours de cette décision ou de ce constat, le troisième arbitre assure la présidence du tribunal.
L’arbitre unique est désigné par le président de la Cour permanente d’arbitrage dans un délai
de trente jours à compter de la décision commune de recourir à un arbitre unique. Le lieu de
l’arbitrage sera décidé par l’arbitre unique et sera dans une langue française. Le droit
applicable est le droit français. La sentence arbitrale sera obligatoire et définitive pour les
parties.

2.4- IMMUNITÉ D’EXCECUTION

3
2
L’Agence, ses biens et avoirs jouissent de l’immunité d’exécution. L’exécution des décisions
de justice ne peut avoir lieu au siège de l’Agence ou de ses représentations, délégations et
établissements de formation qu’avec le consentement du directeur général ou de son
représentant désigné. Les biens et avoirs de l’Agence où qu’ils se trouvent et quel que soit leur
détenteur, sont exemptés de perquisitions réquisition et confiscation ou de tout autre forme de
contrainte ou de mesure conservatoire.

2.5- RÉGIME FISCAL

Pour l’accomplissement des missions prévues par la convention, l’Agence, ses revenus, avoirs
et autres biens sont exonérés de tout impôt direct et indirect.

En raison de la mission de service public de sécurité de la Navigation aérienne qui lui est
confiée par les États membres, l’Agence est exonérée de toute redevance et taxes liées à
l’utilisation de fréquences aéronautique. Toutefois elle s’acquitte des prix de services de
télécommunication de tout ordre (téléphones, télex, fax, internet etc.) dans les conditions
fixées par les opérateurs.

Les acquisitions et location d’immeubles réalisées par l’agence dans le cadre de ses activités
et pour son fonctionnement sont exonérées de droit d’enregistrement et de taxe de publicité
foncière.

2.6- RÉGIME DOUANIER

L’Agence est exonérée de tout droits de douane et taxes d’effet équivalent, et exemptée de
toutes prohibitions et restrictions d’importation et d’exportation pour les équipements,
matériels, produits et marchandises nécessaires à la réalisation de ses activités. Sont
également admis en franchise de droit de douane et taxes d’effet équivalent et sont exemptés
de toutes restriction ou mesure de prohibition à l’importation et à l’exportation les
équipements et matériels usagés, envoyés en réparation par l’agence au centre de maintenance
ou vers les fournisseurs et vice versa.

L’Agence transmet chaque année à l’administration douanière de chaque Etats membre la liste
des équipements, matériels et marchandises visées par cette exonération.

3
2
Les équipements, matériels, produits et pièces de rechange et consommables importés en
franchise ne peuvent être ni vendus ni cédés ou prêtés soit à titre gratuit soit à titre onéreux
sauf accords de l’Etat membre sur le territoire duquel ils ont été introduits.

II. ORGANISATION GENERALE ET FONCTIONNEMENT DE


L’ASECNA
1. ORGANISATION GÉNERALE

L’ASECNA dans son ensemble est constitué de structures statuaires et des services extérieurs
au siège. Une structure se décrit comme étant la façon dont les éléments participants d’un
système sont organisés entre eux. C’est dans cette optique que nous verrons comment elles
sont organisées et comment elles fonctionnent.

1.1- LES STRUCTURES STATUTAIRES DE L’ASECNA

L’Agence a en son sein 6 structures statutaires que sont :

 Le Comité des Ministres de tutelle : Ce comité définit la politique de l’agence. Il se réunit


au moins une fois par ans en session ordinaire, la présidence est tournante, à un rythme
annuel.

 Le Conseil d'Administration : C’est l’organe qui prend les mesures nécessaires au


fonctionnement de l’ASECNA, aux moyens de délibérations relatives aux budgets annuels
de fonctionnement d’équipements et de résolutions diverses.

 La Commission de Vérification des Comptes : Cette commission établit, pour le conseil

d’administration et pour chaque Ministre de tutelle, un rapport sur la régularité de la

gestion Comptable de l'Agence et formule des propositions motivées sur le quitus à

donner à l'Agent Comptable.

3
2
 L’Agent Comptable : L’Agent comptable tient la comptabilité générale et la comptabilité
analytique d'exploitation de l’Agence.

 Le Contrôleur Financier : Le Contrôleur Financier a une mission générale à savoir le


contrôle de la gestion de l'établissement, et la surveillance de toutes les opérations
susceptibles d'avoir directement ou indirectement une répercussion économique et
financière sur le fonctionnement.
 La Direction Générale : La Direction Générale est dirigée par un Directeur Général
nommé par le Conseil d’Administration, et approuvé par les Comités des ministres de
tutelle parmi les candidats proposés par les pays membres : il assure la gestion de l'Agence
par l’exécution des décisions prises par les deux instances statutaires précitées.

1.2- LA RÉPRESENTATION DE L’ASECNA AUPRÈS DES PAYS MEMBRES

L’ASECNA est représenté dans chaque Etats membres par un responsable qui porte
généralement le titre de « représentant », nommé par le Directeur Général sur proposition du
ministre de tutelle ; il se tient à la disposition de ce dernier pour toutes informations utiles à
l’Agence. Il est aussi responsable des activités dans son Etat d’affectation. L’agence a des
représentations dans les pays suivants : le Benin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Congo, la
Côte D’ivoire, la république centrafricaine la France, le Gabon, la Guinée Bissau, la Guinée
Equatorial, la Mauritanie, le Madagascar, le Mali, le Niger, le Sénégal, le Tchad, le Togo,
l’union des Comores.

Toutes les représentations sont structurées selon un même schéma organisationnel. La


représentation de l’ASECNA au Burkina a été inaugurée le 15 novembre 1997.

2. ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT

2.1- ORGANISATION INTERNE

La représentation de l’ASECNA au BURKINA FASO comprend quatre (4) grands


services :

• Le chargé du contrôle de la sécurité et de la qualité : Sous l’autorité fonctionnelle du


Directeur

Contrôle, Sécurité et Qualité, et hiérarchique du Délégué, il est chargé de contrôler la bonne

3
2
Exécution de l’ensemble des missions de la Délégation et de sa conformité aux normes en
vigueur.

Sont placés sous l’autorité du Chargé Contrôles, Sécurité, Sureté et Qualité :

- Un Chef Unité Contrôles ;

- Un Chef Unité Sécurité, Sûreté et Qualité.

• Le responsable des opérations : Sous l’autorité hiérarchique du Délégué, il est chargé de la


mise en

Œuvre de la politique de la Délégation en matière d’Operations aéroportuaires et du trafic.

A ce titre, il a pour attributions de :

• Planifier et organiser l’utilisation optimale des installations et équipements


aéroportuaires en fonction du trafic ;

• Organiser, planifier et coordonner les activités sur l’aire de trafic ;

• Mettre en œuvre les consignes relatives au système de management intégré

(Sécurité, Sûreté, Qualité) en rapport avec ses missions ;

• Élaborer et mettre en œuvre les stratégies de marketing et de communication ;

• Mettre en œuvre les consignes liés à la lutte contre le risque animalier ;

Coordonner les actions de la Délégation avec les exploitants dans le cadre des prestations
aéroportuaires

• Le chargé des services météorologiques : Sous l’autorité hiérarchique du Délégué, il


est chargé de

La coordination des activités liées à la maintenance des infrastructures de génie civil, des

Équipements informatiques et des installations techniques et météorologiques sur les


aérodromes et

Sites confiés à la Délégation. Il est également chargé des projets ainsi que de la passation des

Marchés et des achats pour le compte de la Délégation.

3
2
Il accomplit toutes les autres tâches, dans son domaine d’activités, affectées par le Délégué du
Directeur General.

Sont placés sous l’autorité du Chargé de l’Exploitation Technique et Météorologique :

- Un Chef Unité Maintenance ;

- Un Chef Unité Réseau Stations Météorologiques ;

- Un Chef Unité Maintenance et Informatique.

• L’Administration générale qui est composé du Cabinet du représentant, le service chargé de


l’administration des finances et de la paierie.

2.2- UNITES TRANSIT GESTION DES STOCKS (UTGS)

Des services transit sont organisés au niveau de la DTT ou des représentations. Ils assurent
le fonctionnement et le financement des dépenses.

L’activité Appro-Achat/unité TGS

 Le chargé Appro-Achat
Le service est géré par un chargé AA, et est constitué d’une seule unité TGS (Transit et
Gestion de Stocks) qui auparavant était reliée à la maintenance. Le chargé AA est sous la
coupe du représentant et assure la commande, le transit et la gestion de stocks des matériels
des services opérationnels, des matériels de bureau, des produits d’entretien, etc.

 L’unité TGS
Le chef unité TGS coordonne les activités suivantes :

• Le transit:

C’est l’ensemble des procédures permettant d’assurer l’importation et l’exportation des


différents matériels de la représentation. Le transit est sou traité avec une société de transit et
le contrat est renouvelé tous les deux ans.

3
2
L’exportation consiste d’une part à l’envoie en réparation de certains équipements en
panne vers DAKAR ou PARIS et d’autres parts aux redéploiements (l’envoi de matériels
disponibles sur ordre de DAKAR vers d’autres représentations qui en ont besoin). Pour
l’expédition, le magasin établit une facture qui doit accompagner le matériel à expédier.
Ensuite il se charge de coordonner avec la société de transit qui se charge du reste des
formalités. L’importation regroupe l’ensemble des entrées de matériels en provenance de la
Direction générale de DAKAR, de la délégation à PARIS ou d’une autre représentation.
L’ASECNA en accord avec les différents Etats bénéficie d’une exonération douanière qui
facilite la sortie du matériel de la douane. Une fois le matériel arrivé, le transitaire vient aviser
le magasin avec un ordre de transit.
Ainsi l’unité TGS se charge des procédures de demande d’exonération qui permettra
d’effectuer toutes les formalités de transit. Une fois le transit terminé, le matériel est livré au
magasin qui procède à une vérification et au stockage du matériel. Les fiches de stocks sont
remplies et les fichiers sont ensuite mis à jour.
• La gestion des stocks:

Tous les matériels de rechange des équipements dans l’aérodrome, tous les composants
électriques sont répertoriés dans les fichiers à l’aide d’un ordinateur qui utilise un logiciel de
gestion de base de données. Ces fichiers sont mis à jour lors de chaque entrée ou sortie de
matériel.
Toute sortie du matériel du magasin nécessite un carnet de bon de perception, dûment rempli
et signé par le chef de service. A partir d’une fiche du carnet de bon de perception, on peut
demander le matériel que l’on désire ; cette fiche sera signée par le chef magasinier. Pour un
envoie en réparation d’un matériel donné le magasin, adjoint une fiche de réparation et d’un
suivi de niveau de réparation.
Après avoir présenté la structure ASECNA et les missions qu’elle assure nous allons passer
au deuxième chapitre consacré à la généralité sur la gestion de stock.

3
2
CHAPITRE 2 : GENERALITE SUR LA GESTION DE STOCK

Dans ce chapitre il s’agira de mettre en évidence la généralité sur la gestion des stocks
notamment la notion de gestion des stocks et montrer l’importance de gérer des stocks et aussi
les méthodes utilisées pour gérer les stocks.

I- NOTION DE GESTION DE STOCKS

Gérer un stock, c’est de faire en sorte qu’il soit constamment apte à répondre aux demandes
des clients. Un stock bien géré doit satisfaire, dans des conditions économiques à cette
exigence.

La gestion des stocks est définie comme une technique de maintien d’un stock suffisant et
nécessaire à la maitrise des problèmes pour être à même de contrôler et règlementer les flux
d’entrées et les flux de sorties. C’est ainsi que la constitution d’un stock accompagnée d’une
bonne gestion est trop capitale du fait qu’elle permet de lutter contre la pénurie afin de faire
face à une éventuelle rareté du produit sur le marché ; parer aux aléas de livraison dans ce
sens que les délais de livraison peuvent ne pas être respectés par les fournisseurs.

La gestion de stock est indispensable pour répondre au mieux aux demandes des clients.

3
2
Un stock doit contenir les articles demandés en quantité adapter. Une bonne gestion des stocks
revient à éviter la rupture de stock, le sur -stockage, et la minimisation des coûts liés au
stockage.

Toute entreprise doit veiller à assurer une bonne gestion de stock ainsi qu’une efficacité dans
la rotation des stocks.

1. FONCTION D’UN STOCK


1.1. DEFINITION

La première fonction d’un stock est une fonction technique.

Selon Pierre ZERMATI (1985), le stock est la provision des produits de consommation.

Les stocks interviennent dans le décalage temporel entre l’offre et la demande, assurent
l’indépendance des étapes de la production, couvrent les risques d’incertitude sur la demande
et les délais.

De ses définitions nous pouvons faire ressortir les catégories de stocks qui feront l’objet du
paragraphe suivant :

 Le stock des produits fabriqué qui sont constitués de matières premières, des matières
 Un stock d’en-cours permet d’amortir les arrêts et les pannes de production.
 Un stock de produits finis permet de satisfaire la demande et d’amortir les fluctuations
saisonnières ou totalement aléatoires.
Le stock permet donc de concilier des objectifs techniques contradictoires de temps, de délais,
de quantité et du rythme. Cette fonction technique primordiale de régulation se combine avec
d’autres répondants à des objectifs variés :

 La Fonction économique : une grande quantité achetée au fournisseur peut


permettre d’obtenir une réduction de coûts. Mais à l’inverse, un trop gros stock
financé par l’entreprise grève sa trésorière et crée une immobilisation
financière ;

 La Fonction commerciale : un service de meilleure qualité peut être proposé au


client avec des délais rapides de livraison grâce à un stock de produits finis qui
assure une fonction disponibilité (une livraison immédiate) ;

3
2
 La Fonction spéculative (financière) ou anticipatrice : l’entreprise peut essayer
de se prémunir contre une spéculation ou d’en bénéficier en stockant des
matières premières dont les coûts varient beaucoup.

 La Fonction de régulation : la constitution d'un stock diminue le risque de


rupture d'un programme de fabrication ou évite de manquer une vente, c'est à
dire augmente la qualité du service rendu par l’entreprise.
 La Fonction de sécurité : elle permet à l'entreprise de se protéger contre les
variations aléatoires de la demande et les retards de livraison.
 La Fonction d'anticipation ; le rôle de ses stocks est de permettre à l’entreprise
a des contraintes de marché (variation saisonnière de la demande, hausse de
prix.)
1.2- LES NIVEAUX DE STOCKS

On distingue les niveaux de stocks suivants :

- Stock initial (SI) : C’est le stock au début d’une période ;


- Stock final (SF) : C’est le stock à la fin de la période ;
 Le stock maximum : c’est le niveau de stock maximal, le plafond à ne pas dépasser
pour un article donné.
 Le stock de sécurité : c’est une quantité d’un article qui, en plus du stock minimum
est gardée dans le magasin afin de pallier les ruptures de stock. C’est un stock
dormant
(Stock qui ne tourne pas) qui doit être reconstitué dès qu’il est entamé afin qu’il
puisse jouer son rôle.
 Le stock de couverture : C’est un indicateur qui mesure selon les sorties
quotidiennes et du niveau des stocks, le nombre de jours de consommation auxquels
le niveau de stock actuel peut faire face.
 Le stock minimum : C’est le niveau de stock qui déclenche la commande, autrement
dit c’est le niveau de stock qui permet de satisfaire la demande pendant les délais de
livraison et de maintenir le stock de sécurité s’il existe.

3
2
 Le stock d’alerte C’est le niveau de stock à partir duquel l’entreprise décide de
déclencher une commande pour un réapprovisionnement au risque de subir une
rupture de stock
1.3- LA GESTION DES STOCKS

Le stockage c’est une action de stocker, de conserver un produit en attente, en vrac ou en


charge unitaire fait pour être stocké et c’est le placement intelligent des stocks afin de pouvoir
retrouver facilement un ou des produits précis. Le stockage, aussi appelé entreposage, répond
à des règles afin de :

- Garantir le maintien de la marchandise en bon état ;


- Optimiser l'espace ;
- Assurer la sécurité des salariés.

Un bon stockage permet de connaître à tout moment la quantité de marchandise disponible et


mise à la vente. Le stockage signifie, également, qu'une interruption volontaire du flux
continu de marchandises est faite en formant des stocks tampons1.

La gestion de stock consiste à planifier et à mettre en œuvre une méthode pour maximiser la
rentabilité. Une bonne gestion de stock consiste à avoir la quantité nécessaire au bon moment.

La gestion de stock est, également, l'ensemble des procédures appliquées par une entreprise

Pour déterminer quand s'approvisionner et les quantités à acheter. Il est indispensable pour

Répondre au mieux aux demandes des clients. Un stock doit contenir les articles demandés en

Quantité adaptée. Les responsables des stocks doivent donc connaître : les tendances du

Marché ; les demandes ; les distributeurs et les délais de livraison.2

2. METHODOLOGIE ET THEORIE DE LA GESTION DE STOCK

Un gestionnaire peut gérer des stocks qui peuvent comporter plusieurs milliers d’articles. Il lui
est évidemment impossible de travailler avec une égale attention sur chaque article. Pour
optimiser les coûts et les quantités de marchandises gérées dans un magasin, nombreuses
méthodes sont mises en application. A chacune d’elle correspond une analyse précise à travers

3
2
laquelle on recherche un résultat pour mieux interpréter une situation et prendre les décisions
appropriées. Le but de ses méthodes est de déterminer les stocks qui feront l’objet d’un suivie
précis de la part des services d’approvisionnement. Ces méthodes sont :

- La Loi de Pareto ou méthode 20/80


- La méthode ABC
- Le juste à temps

2.1- LA METHODE OU LOI 20/80

C’est une méthode de surveillance qui est basée sur les répartitions du stock en deux groupes
(02) suivant la quantité ou la valeur :

80% de la valeur ou de la quantité de chaque stock doivent faire l’objet d’une surveillance
plus importante que l’autre qui ne représente que 20%.

Ces 20% feront l’objet d’une surveillance souple. Cette méthode poursuit l’objectif d’alléger
la surveillance et de permettre le réapprovisionnement à temps.

2.2- LA METHODE ABC

C’est une méthode qui est fondée sur la classification des stocks par catégorie en fonction de
leur valeur de sorte que les articles de très grande importance fassent l’objet de surveillance
permanente en vue d’éviter toute rupture dont les conséquences seront graves.

- Les articles de forte valeur sont logés en premier lieu en catégorie A dont la
surveillance doit être permanente et impérative. Ses articles doivent être soumis à un
contrôle de stock rigoureux et être stockés dans des zones aux conditions
environnementales particulière : il est primordial de réapprovisionner ces types de
stocks régulièrement afin d’éviter les désagréments engendrés par les ruptures.
- Les articles qui ont une valeur de consommation moyenne sont en catégorie B dont la
surveillance peut s’opérer de manière souple. Cependant il est primordial de les

3
2
maîtriser afin qu’ils ne deviennent pas des articles de catégories supérieures ou
inférieures.
- Dans la dernière catégorie C se retrouvent tous les articles de faible valeur dont la
consommation annuelle est la plus faible. Leur réapprovisionnement est par
conséquent moins fréquent. Les entreprises logistiques ne stockent pas plus d’un
article de cette classe et procèdent à son réapprovisionnement une fois sortis du stock.
Le groupe A va subir un contrôle très précis alors que le groupe B sera gère de façon plus
souple, et qu’il suffira d’éviter la rupture de stock pour les articles du groupe C.

2.3- LA METHODE JUSTE A TEMPS

Cette méthode constitue une approche nouvelle du problème des stocks. Elle est aussi appelée
méthode de production à flux continu. Elle évite de détenir les matières où les produits en
stocks permettant ainsi de réduire au maximum le coût de stockage. Dans la pratique,
l’entreprise se fera livrer en temps opportun et en quantité nécessaire pour la production. De
même, la production achevée est immédiatement acheminée aux clients et sans entreposage.
En résumé, cette méthode est recommandée lorsque l’entreprise contrôle ses sources
d’approvisionnement en matières premières et qu’elle domine également les marchés.

Sachez qu’il existe encore d’autres méthodes de gestion des stocks, mais avant même de
choisir une technique, il est primordial de prendre en compte un certain nombre de facteurs
tels que les volumes de commande, la capacité de stockage, la conception de l’entrepôt, les
prévisions annuelles, etc.

3. UTILITÉS ET INCONVÉNIENTS DU STOCKS

Le fait de constituer un stock présente des avantages et des inconvénients :

- Nous allons citer quelques utilités du stock :


• Le stock sert à parer les pénuries en évitant les ruptures dans le
processus de fabrication ou de la vente ;
• Le stock permet d’assurer une satisfaction régulière des clients ;
• Il permet de réduire le coût unitaire lors de la commande par
l’achat en grande quantité. Le prix unitaire reste élevé pour des

3
2
achats en petite quantité mais subit une réduction importante
lors d’un achat important.
• Le stock permet de parer aux aléas de consommation et de
livraison ;

- Les inconvénients :
• Le caractère périssable de certains produits
• L’obsolescence ou perte de valeur : c’est le fait d’être dépassé ou démodé ; la valeur du stock
devient nulle et doit donc être détruit.
• Le coût élevé de gardiennage ou magasinage
• L’encombrement des magasins

II- IMPORTANCE DE LA GESTION DES STOCKS

1. DEFINITION

Quand on parle de gestion de stock on ne parle pas uniquement de produits finis. Il s’agit aussi
du stock de matières premières ou de produits semi-fini. La gestion de stock consiste à
planifier et à mettre en œuvre une méthode pour maximiser la rentabilité. Une bonne gestion
de stock consiste à avoir la quantité nécessaire au bon moment. Si le stock n’est pas assez
important on parle de rupture de stock, ce qui est mauvais pour la production qui risque d’être
interrompue. Il est donc raisonnable de stocker un minimum de matières premières pour ne
pas arrêter les travaux ou perdre des ventes par faute de possibilité de produire à temps. Un
excédent de stock peut par contre coûter cher sans oublier qu’il Ya risque de dépréciation du
stock. Une bonne gestion de stock consiste donc à trouver cet équilibre qui permettra de
maximiser le profit en minimisant les coûts.

2- OPTIMISATION DE LA GESTION DE STOCK

L’optimisation des stocks est la recherche d’un équilibre entre les contraintes ou les objectifs
liés aux investissements de capitaux et les exigences liées à la qualité de service attendue, sur
un ensemble d’unités de gestion des stocks, tout en prenant en compte l’instabilité de l’offre et
la demande.

3
2
Après avoir choisi la méthode de réapprovisionnement la plus adaptée à votre activité, il est
important de vous assurer de la bonne rotation des stocks (consommation annuelle/stock
moyen), car souvent elle rime avec une bonne gestion des stocks. Si les stocks ne tournent
pas, la trésorerie, devra supporter de lourdes charges et les capitaux seront immobilisés.
Certains produits se vendent mieux que d’autres. Il faut donc se focaliser sur les références
qui ont du succès et prévoir des réassortiments réguliers. A l’inverse, repérer les produits qui
ne se vendent pas ou peu qui encombrent vos rayons. Ces produits ne doivent pas être
recommandé de façon régulière (ou éventuellement non renouveler). Il est important de noter
que la qualité et la rapidité de transmissions des informations constituent des atouts essentiels
pour la réduction des stocks (prévision commerciale, transmission des commandes,
réception…). Une bonne gestion des stocks vous permettra de réaliser des gains de trésorerie
et contribuera au développement du chiffre d’affaires.

2.1- LES ENJEUX DE LA GESTION DE STOCKS

S’assurer d’une bonne gestion des stocks revient à éviter d’un côté le surstockage et ou à
éviter un stock trop bas. Les deux extrêmes sont donc problématiques et peuvent causer des
conséquences irréversibles. Les responsables de la gestion des stocks doivent perpétuellement
rechercher l’équilibre entre le niveau de satisfaction des consommateurs et les coûts
engendrés par la constitution des stocks.

 Une quantité élevée de stocks (surstockage) qui correspond à une quantité trop
élevée de stock et peut être un mauvais signe de la santé de votre entreprise. Le
surstockage peut découler d’un manque de rotation des stocks ou d’une mauvaise
gestion des approvisionnements ou des stocks. Ce surstockage va entraîner pour
votre entreprise des coûts importants tels que :
• Des charges financières élevées, des charges fixes (bâtiments, étagères,
engins lourds de manutentions ……) et des charges variables (salaires du
personnel, frais d’entretien, quittances d’électricité, pertes due à la
détérioration ou à l’obsolescence des produits stockés …) ;
• Des immobilisations des capitaux. Chaque article qui entre en stock est
valorisé et réduit ainsi les facilites de trésorerie ; Ainsi pour limiter les
situations de sur stockage tout en répondant aux besoins des clients il faut
trouver un équilibre parfait entre la rotation des stocks et la gestion des
approvisionnements.

3
2
 Une quantité trop faible de stocks (sous-stockage) qui correspond à une quantité
trop faible d’un produit par rapport à la demande des consommateurs. Il augmente
les risques liés à la rupture de stock ce qui n’est jamais bon pour une entreprise.
Le sous-stockage entraine des coûts tels que :
• Une augmentation des risques de ruptures de stocks, avec quelque fois les
conséquences financières graves ;
• La désorganisation d’un système de production entier (augmentation des
stockages intermédiaires) ;
• Une diminution des bénéfices de ventes et une perte de la clientèle déçue
par la mauvaise qualité de service (retard de livraison
Disponibilités insuffisantes, ruptures…).

2.2- COÛTS ENGENDRÉS PAR LES STOCKS

Ce sont des coûts engendrés par la présence de stocks dans l’entreprise.

Il s’agit de :

 Coût de passation de la commande ou cout de lancement :

C’est l’ensemble des coûts liés à la passation d’une commande, ou au lancement en


fabrication. Dans le cas d’un bon de commande, il concerne la préparation de la
commande, rédaction du bon de commande, poste, réception des produits, contrôle,
entreposage, etc.

Dans le cas d’un lancement en fabrication de la commande, Edition de l’ordre de


fabrication, temps de réglage de la machine. Il est constitué des frais de téléphone,
des frais de déplacement de la personne chargée des approvisionnements, les
photocopies, les frais accessoires globalement … etc.

 Coût de possession ou de stockage :


Il représente l’ensemble des coûts issus du maintien d’un article en stock. Lorsque le
stock augmente, ces coûts augmentent proportionnellement. Ils sont exprimés selon
un pourcentage de la valeur de l’article sur une période donnée. Il est composé de
toutes les charges nécessitant l’acquisition des stocks, parmi lesquels on peut citer :
frais de manutentions, frais de sécurité, frais d’assurance de la marchandise…etc.

3
2
 Les coûts liés à l’insuffisance de stock :
Ces coûts correspondent à l’ensemble des frais résultants du manque disponibilité
d’un article. Il peut s’agir d’une commande différée, de la perte d’un client mécontent
ou de l’arrêt de la chaine de production. Les effets peuvent avoir un impact important
pour l’entreprise. La rupture peut induire des surcoûts. L’insuffisance des stocks peut
aussi engendrer des pénalités en matière de contrat d’approvisionnement. L’ensemble
de ses éléments forment le coût de pénurie qui sera fonction du nombre de ruptures et
du temps de pénurie.

3
2
DEUXIEME PARTIE : CADRE
PRATIQUE
Cette deuxième partie comporte le cadre
pratique de notre thème. Le premier
chapitre traitera sur la pratique de la gestion de stock du magasin de l’ASECNA,
ensuite le deuxième chapitre traite sur l’analyse de la stratégie de la gestion de
stock de l’ASECNA.

3
2
CHAPITRE I : LA PRATIQUE DE LA GESTION DE STOCK DU MAGASIN DE
L4ASECNA

Ce chapitre partie décrit les étapes du processus de gestion de stocks depuis la


réception des produits en passant par les contrôles et enregistrement jusqu’aux différentes
étapes d’un inventaire. Une gestion administrative est mise en place pour faciliter cette
gestion pour un meilleur fonctionnement.

I- PRÉSENTATION ET ORGANISATION DU MAGASIN DE L’ASECNA 1.


DESCRIPTION DE LA ZONE DE STOCKAGE

L’UTGS dispose d’un magasin où sont stockés physiquement tous les articles qui permettent
de conserver les matériels de fonctionnement et de satisfaire dans le plus bref délai les
besoins. Il est organisé de sorte à faciliter et à sécuriser le stock. Le bureau gestion des stocks
est animé par trois personnes qui travaillent conformément aux procédures en vigueur. Les
tâches de réception, stockage, traitement comptable, mise à la consommation, prises
d’inventaire et réforme du matériel constituent les principales activités du bureau gestion de
stocks.

2. ORGANISATION DU MAGASIN

La zone de stockage de l’UTGS est subdivisée en magasins (magasin C, magasin B, magasin


E, et magasins F et A).

Le magasin C contient des pièces sensibles notamment produits météo, ballons de sondage,
les sondes qui sont conservés à une certaine température pour des mesures de sécurité

3
2
Le magasin B est destiné aux pièces qui n’ont besoin de conditions particulières telles que les
pièces détachées pour véhicules de sauvetage de lutte contre l’incendie et des imprimés pour
la navigation aérienne et la météo.

Le magasin E contient les pièces de rechanges pour les groupes électrogènes et les matériels
de balisage.

En perspectives, il sera mis en place un magasin F pour les fournitures de bureau et un


magasin A pour d’autres matériels.

Chaque local (magasin) contient des travées qui sont numérotées chacune de ces travées
comprend des alvéoles classées alphabétiquement (A, B, C). Ces alvéoles sont constituées
d’étagères munies de numéros (01, 02,03) dont chacune est divisée en bac ou emplacement
pour le rangement des différents articles. Chaque article est étiqueté comme suit : le code
d’emplacement et en dessus dans un tableau le code PGI (5 caractères numériques) dans la 1ère
colonne, la désignation de l’article dans la 2e et le code nomenclature ASECNA (10 caractères
numériques, en abrégé 5) dans la 3e colonne. (Cf. annexe). Les magasins sont utilisés pour
tous les différents mouvements de stocks notamment les entrées et les sorties.

II- LE PROCESSUS DE GESTION INFORMATIQUE ET PHYSIQUE DES STOCKS

1. LA GESTION INFORMATIQUE DES STOCKS

1.1- PROCÉDURE DE SUIVIE INFORMATISÉ DES STOCKS

En générale l’UTGS/ ASECNA utilise un progiciel de gestion intégré (PGI) pour le


suivi des stocks.

Le progiciel de gestion intégré est un logiciel qui permet de gérer l’ensemble des processus
d’une entreprise, en intégrant l’ensemble des fonctions comme la gestion des
approvisionnements, la gestion des stocks, la gestion comptable et financière etc.

Un progiciel de gestion intégrée (PGI) fut installé dans toutes les représentations de
l’ASECNA par le siège à Dakar en 2012. Le PGI est une base de données dont la connexion
permet de faire entre autres des mouvements de stocks tels que la création d’articles, de
magasins et d’emplacements.

3
2
Le PGI permet aussi de déterminer les niveaux de stocks, les points de commande, ainsi que le
lot économique en valeur et en quantité.

Il est à souligner que son utilisation est irrégulière par les services car il est toujours en phase
d’expérimentation. Néanmoins au niveau de l’UGST il est utilisé parfois pour le lancement
des commandes d’articles et de matériels, l’enregistrement des fiches d’inventaire.

En plus du PGI, l’UGST/ASECNA utilise un registre des entrées et des sorties des stocks.

1.2- UTILITÉ DE LA GESTION INFORMATIQUE DES STOCKS

La gestion informatisée permet :

1- Le traitement des entrées de stocks aux coûts d’achats c’est à dire au coût historique ; les
bons de réception sont les pièces justificatives ;
2- Le traitement des sorties aux valeurs d’inventaires ; ici les pièces justificatives sont les
bons de sorties signés par des personnes habilitées désignées par la Direction Générale ;
3- La détermination du niveau des comptes de stocks grâce à l’enregistrement des opérations
par la comptabilité générale.

L’objectif de la gestion automatisée est la détermination à un instant « t » quelconque du


niveau des stocks par nature et catégorie d’articles. En outre, elle permet de connaitre avec
précision la nature et les quantités de fournitures consommées par les services. Mais la qualité
de la gestion informatisée dépend fortement de la qualité des opérations comptables.

2. LE PROCESSUS DE GESTION PHYSIQUE DES STOCK

La gestion physique des stocks du magasin de la Représentation ASECNA au Burkina se


compose en quatre opérations essentielles :

4- L’arrivage du matériel ;
5- La gestion du matériel ;
6- Les sorties du matériel ;
7- L’inventaire des stocks.

3
2
2.1- L’ARRIVAGE DES MATERIELS

L’arrivage des matériels commence à la livraison par un transitaire ou par un fournisseur ou


encore par le représentant du fournisseur pour les achats extérieurs. Deux catégories
d’articles sont concernées par les arrivages :

- Le matériel de fonctionnement et le matériel bureautique : ce type de


matériel dont la nature est identifié par le progiciel PGI.
- L’arrivage du matériel se décompose en trois (4) tâches essentielles :

• La réception des colis ;


• L’ouverture des colis ; 
L’enregistrement.

- A la réception des colis, le gestionnaire des stocks vérifie d’abord la


conformité (nombre de colis et poids) avec le bordereau de livraison en
présence du livreur, si les articles reçus sont conformes aux prescriptions
émises dans la demande d’achat, il signe le bordereau avec l’approbation
du cachet du magasin.
- A l’ouverture des colis, il procède :
• Au contrôle exhaustif (quantité, désignation, conformité) en se référant à la
facture fournisseur.
• Au rangement du matériel dans la travée concernée avec annotation des codes
d’emplacement, PGI, nomenclature ASECNA et de la désignation pour
faciliter son identification.
- Enfin, il informe le ou les utilisateurs de l’arrivée de leurs matériels.

L’enregistrement :

• Il fait d’abord une mise à jour (ou création) de la fiche article (manuelle et
informatique), cf. annexe, s’il s’agit des consommables fournis à la suite d’une
demande interne (DI) ou d’une dotation.
• Ensuite il renseigne le livre de suivi des envois en réparation et informe
immédiatement l’unité de maintenance concernée s’il s’agit d’un retour de
réparation.

3
2
• Puis il enregistre les informations de l’arrivage dans les registres des arrivages
(date d’arrivée, numéro et date de la facture, nature du matériel, fournisseur,
nombre et poids de colis et numéro LTA, etc.)
• Enfin, il accuse réception du matériel, et transmet l’original du BL au chef
Bureau Gestion de stock pour vérification de l’identité et de la signature du
réceptionnaire pour l’entrée dans le magasin.

2.1.1- LA GESTION DES MATERIELS DANS LE MAGASIN

Le magasin comme vous avez pu le comprendre est un endroit où l’on va stocker et ranger
toutes les marchandises de manière ordonnée. C’est est un bâtiment composé d’une salle
emménagée et destinée à recevoir des marchandises. Il sert de lieu de stockage des matières
premières, des encours de production, des produits semi-finis, des produits finis et des
outillages dont la consommation ou l’utilisation n’est pas immédiate. Un bon classement
permet de gagner en ressources notamment en temps.
Au magasin de la représentation ASECNA Burkina, le bon classement du matériel consiste à
stocker le matériel au bon endroit. Pour ce faire le réceptionniste remet au magasinier le
matériel et le code indiquant le lieu de stockage dans le magasin. Après le contrôle du bon état
de la marchandise, le gestionnaire des stocks ou son stagiaire procède à la mise en place de
celle-ci.
Il veille à l’emplacement de chaque article à l’endroit qui lui est attribué. Par la suite il crée
une fiche de stock pour chaque article stocké pour faciliter les suivis. Par exemple, le
rangement d’un article au local E est identifié par cette codification.

E 03 A 05 02 (E= local ; 03 =numéro de la travée ; A= alvéole ; 05=numéro de l’étagère ;


02=numéro de bac).

Le magasin suit le niveau théorique des stocks à partir du PGI. Ce progiciel permet également
d’identifier dans le magasin le matériel tournant, dormant et obsolète.

Le matériel admis temporairement dans le magasin tels les équipements, les réparables n’est
pas enregistrer dans le PGI ; le magasinier suit ce matériel à travers un registre où sont
mentionnées les informations suivantes :

3
2
- La désignation du matériel ;
- La quantité du matériel ;
- La date de dépôt du matériel dans le magasin ;
- L’identité de la structure bénéficiaire.

2.1.2- LES SORTIES DE MATÉRIEL

La sortie des articles est exprimée par l’émission d’une demande de sortie. Au
magasin de la représentation ASECNA, les sorties de matériel se font au vu des DL et
des BL. Les DL sont émis pour prélever le matériel technique de fonctionnement
destiné aux
Représentations de l’ASECNA tandis que les BL concernent l’enlèvement des fournitures et
matériels bureautiques destinés à la consommation des structures de l’ASECNA au Burkina.
L’exploitant ou le technicien se présente au magasin avec son carnet de Bon de Perception
dûment rempli et signé par le responsable de l’unité.

Le gestionnaire de stock :

- Vérifie d’abord si le matériel demandé existe soit à partir du PGI, soit à partir de la
fiche article ou directement en magasin.
- S’il existe, il procède ensuite à la livraison et complète les renseignements sur le Bon
de Perception (BP)
- Puis il détache l’original du BP pour la mise à jour du stock.
- Enfin il fait la mise à jour de la fiche article manuellement et dans le PGI.
- Cependant si le matériel n’existe pas, il l’enregistre dans le registre des demandes de
réapprovisionnement en vue d’une commande immédiate ou ultérieure selon l’urgence
du besoin.

2.2- LES INVENTAIRES PHYSIQUE DES STOCKS

L’inventaire est une démarche consistant à identifier, compter et évaluer les stocks. Il s’agit
d’une opération matérielle permettant de contrôler l’existence des éléments d’actifs que
constituent les stocks. Au magasin de la Représentation ASECNA auprès du Burkina deux
inventaires sont pratiqués : les inventaires tournants et de fin d’année.

3
2
A L’ASECNA, les inventaires tournants sont faits par le personnel du bureau de gestion des
stocks, et se déroulent de manière discontinue sur la période d’Avril à Décembre
conformément à un planning établi par le chef de BGS. Cette opération qui est un dispositif du
contrôle interne a pour but de rassurer l’Agence de la bonne gestion de ses stocks. Chaque
séquence d’inventaire couvre une période donnée et porte sur un groupe ou un lot d’articles à
inventorier. A la fin de l’inventaire tournant, chaque article est censé avoir été inventorier au
moins une fois durant l’année.

Quant à l’inventaire de fin d’année, il est continu en fin de gestion c’est-à-dire en fin d’année.
Il couvre la période décembre à Mars de l’année suivant celle de la gestion. Il concerne
l’ensemble des articles en stock et connait la participation du personnel du BGS des auditeurs
internes en service à l’Agence comptable.

Quel que soit le type d’inventaire pour être mené exige le respect rigoureux de la procédure
ci-après : la préparation de l’inventaire et le déroulement de l’inventaire.

2.2.1- LE FONCTIONNEMENT DE L’INVENTAIRE

Le fonctionnement de l’inventaire commence par :

 La préparation de l’inventaire :

Elle consiste à désigner les personnes devant intervenir dans les opérations d’inventaire et à
mettre en place des instructions à suivre pour le déroulement de l’inventaire. Ses instructions
commencent par :

- La nomination d’un responsable de l’inventaire et des intervenants ;


instructions à donner pour la prise d’inventaire
- L’importance ; la date et la durée de l’inventaire ;
- Les articles concernés et les différentes unités de comptages ;
- Le travail préparatoire ;
- L’intervention des équipes de comptages.

 Le déroulement de l’inventaire a l’ASECNA :

3
2
Le travail d’inventaire est organisé autour de quatre phases successives :

- Le travail préparatoire : le chef BGS indique à travers une note de service, les
dispositions relatives à la réception et à la livraison des articles au moment de
l’inventaire. Ainsi les stocks réceptionnés en cours d’inventaire sont conservés
à un endroit distinct de la zone de stockage concernée par l’inventaire afin
d’éviter tout risque de double emploi.
- Les équipes de comptage : les équipes sont munies de fiches et procèdent au
système de double comptage. En cas de différence un troisième comptage est
effectué par une autre équipe.
- Contrôle du travail d’inventaire : le responsable de l’inventaire s’assure que les
équipes de comptage ont respecté les précautions à prendre au niveau du travail
préparatoire.
- Enfin la soumission du rapport d’inventaire à l’appréciation du chef du BGS.

2.2.2- LA REFORME DU MATERIEL

Pour le cas des articles obsolètes (durée de plus de 10 ans), ils font l’objet de tri et de
proposition de réforme. En effet, cette proposition est faite (s’il y a lieu) chaque année après
les inventaires. Le chef de BGS transmet une liste de matériels déclarés obsolètes ou périmés
au service de Maintenance qui, après examen de l’obsolescence et la péremption accuse
réception en indiquant les articles pouvant être reformés. Après cela le Directeur des Moyens
Technique et de l’Information convoque une réunion composée de représentant de la DAF, du
service de la Maintenance, et du bureau gestion des stocks aux fin de prendre la décision
dédits articles. La décision de reformer le matériel est pris par un procès-verbal établi par les
membres de la commission. Après la prise de décision pour la réforme du matériel le
magasinier procède à leur sortie du magasin. Ces articles sont soit détruits, jetés, soit vendus
aux enchères publiques. Cette dernière option nécessite la présence du représentant du BGS,
de la Douane et d’un commissaire- priseur qui veille à la régularité de la vente.

3
2
CHAPITRE 2 : ANALYSE DE LA STRATEGIE DE LA GESTION DE STOCKS DE
L’ASECNA

Le stage que nous avons effectué au sein de l’ASECNA nous a permis de découvrir le
dynamisme et le sens de collaboration d’un personnel contribuant a toujours fortifié l’image
de l’agence. Cependant nous avons constaté quelques faiblesses auxquelles nous tenterons
d’apporter des suggestions.

I- LES FORCES ET LES FAIBLESSE

1. LES FORCES
Comme force nous pouvons citer :

• L’interrelation entre les pays membres de l’ASECNA : cela facilite à l’unité de mieux
gérer ses stocks et approvisionnement ;
• La codification des articles quel que soit leur nature, après leur prise en charge ;
• La mise en place du PGI pour faciliter la gestion des stocks ;
• L’exonération des taxes douanières qui favorise le transit des matériels ;
• L’Agence dispose des aires de stockages assez suffisants et spécialisés lui permettant
de stocker les divers articles quel que soit leur nature, après leur prise en charge.

3
2
• L’Agence dispose de son propre réseau électrique (ligne secours) lui permettant de
prendre en charge la représentation et les appareils délicats concourant à la sécurité de
la navigation aérienne en cas de délestage.
• Le climat social est favorable au sein de l’entreprise ;

2. LES FAIBLESSES

Nous avons détecté des imperfections qui pourraient freiner la bonne marche des activités
malgré la politique de gestion mise en place :
• Le PGI présente une certaine défaillance du fait que souvent il traverse des
problèmes des régularisations de stocks, les retards de livraison pouvant créer des
ruptures de stocks ;
• Il Ya aussi le fait que certains articles ne soient pas enregistrés dans la base de
données de PGI par manque de codification ;
• Si un Agent ou un service exprime le besoin en articles, il doit se rendre au
magasin muni d’un bon de réception minutieusement remplie, et les bons de
réceptions sont remplis plusieurs fois dans la journée. Ceci constitue beaucoup de
documents à conserver par l’unité Gestion des Stocks et Transit et sont plus ou
moins encombrants. Le manque de personnel pour l’entretient quotidien du
magasin fait qu’il abrite des termites qui détruisent la papeterie et aussi certains
emballages.
• Le gestionnaire des stocks travaille manuellement sans aucun logiciel de gestion de
stock ce qui rend difficile l’accomplissement de ses tâches.

II- LES SUGGESTIONS

Vue les faiblesses liées à la gestion de stock du magasin ASECNA nous tenterons de faire
des suggestions contributives pour la résolution des problèmes relevés dans nos points
faibles :

 Pour résoudre le problème de la connexion Il faut revoir le problème de la connexion


afin de rendre le progiciel de gestion intégré (PGI) plus performant dans toutes ses
opérations ;

3
2
 Au regard du volume sans cesse croissant des stocks inutilisables actuellement en
dépôt au magasin, l’Agence gagnerait à faire des ventes aux enchères publiques du
matériel usagé, périmé et obsolète en vue de désengorger ledit magasin.
 Pour la résolution du problème de délestage nous proposons que le magasin de la
représentation soit branché sur le réseau ASECNA, ou lui proposer un groupe
électrogène ou à l’énergie solaire
 La mise en place de l’internet favoriserait la circulation transversale de l’information
et éviter aussi les incompréhensions quant aux demandes égarées dans le circuit de
traitement ; tous les services pourront bien procéder à la formulation de leur demande
de façon transparente ;
 Recruter du personnel et des manœuvres pour les travaux de gestion interne et de
manutention du magasin.

CONCLUSION

Le but de toute entreprise est la recherche efficiente de son produit pour se hisser à un niveau
optimal de la compétitivité. Ainsi par cette étude qui s’achève dont la substance provient de
notre stage à l’ASECNA Burkina. Nous constatons en effet l’importance de gestion des
stocks dans l’accomplissement des missions de l’ASECNA notamment la maintenance des
infrastructures et des équipements aéronautiques Ainsi à travers notre thème d’étude, dont
l’objectif principale était l’amélioration de processus de gestion de stock, les outils et
moyens de gestions de stock et aussi les couts que cette gestion peut engendrer au terme de
cette réflexion nous pouvons dire que l’objectif a été atteint à travers l’étude de cas du
magasin de l’ASECNA. Par ailleurs nous avons aussi constaté les points forts et les faibles tel
que le progiciel de gestion intégrée qui est en phase expérimental et rencontre cependant des
problèmes connexion qui rend souvent impossible son usage nous avons proposé des solutions
pour faciliter l’exécution des tâches et assurer la sécurité de la navigation aérienne. Ses
derniers ne sont pas les meilleurs mais nous espérons que cela contribuera à une amélioration
de la gestion des stocks

3
2
Ce stage nous a été bénéfique car il nous a permis de cerner d’une manière assez satisfaisante
sur l’organisation et le fonctionnement de l’ASECNA mais aussi dans la mesure où il nous a
permis de faire face à la réalité que revêt la gestion des stocks

Nous remercions encore la représentation de l’ASECNA au Burkina Faso pour l’opportunité


qu’elle nous a donné de pouvoir nous enrichir à travers l’étude du cas de leur magasin lié à la
gestion des stocks.

BIBLIOGRAPHIE

COURS

Monsieur YERBANGA, cour de GESTION DE STOCK 2016-2017

RAPPORT DE STAGE

GANSONRE Pramila S. Solange rapport de stage 2015- 2016, BTS en TRANSPORT ET


LOGISTIQUE, Processus d’Approvisionnement et de gestion de stock cas de l’ASECNA.

ZONGO Hanarine rapport de stage 2010 la gestion des immobilisations à l’ASECNA, BTS
Finance comptabilité ISPP

NIKIEMA Patrice rapport de stage 2018-2019, étude de la gestion des stocks dans une

Institution international » cas de l’ASECNA/ DAAN.

OUVRAGES

PIERRE ZERMATI (1985) « Pratique de la gestion de stocks » 3eme Edition Dunod

3
2
Le PETIT LAROUSSE Edition (1997) : définition du stock SITES

WEB CONSULTÉS

www, memoireonline,com rapport de stage sur la gestion des stocks 12 octobre 2019

https://logistiqueconseil.org/Articles/Logistique/Sr-Opérations-logistiques.htm; vu le 25 mai

2019 https://www.manager-go.comVu le 19

septembre 2019

Liste des annexes

3
2
Annexe : Organigramme de l’ASECNA

3
2
ANNEXES : structures statutaires de l’ASECNA

3
2
3
2
Annexe : fiche de stock

3
2
Annexe : Bordereau de livraison

3
2