Vous êtes sur la page 1sur 4

5)technologie de stockage et de conditionnement des

tubercules de pomme de terre


Parmi les produits végétaux (à l'exception des céréales), la
pomme de terre se classe première en termes de superficie et de
production totale et en termes de grande quantité stockée, soit
dans de simples abris tels que fossés et silos, soit dans des
entrepôts modernes.
Après récolte, la production doit être conditionnée,
respectivement triée, calibrée, éventuellement lavée et
conditionnée selon la méthode de récupération. Dans toutes ces
opérations, il est important que les tubercules, entre la récolte et
le stockage ou la capitalisation, parcourent le chemin le plus
court dans les plus brefs délais et avec un minimum de
dépenses. L'ensemble du processus de production, de
conditionnement et de stockage des pommes de terre de
consommation doit être corrélé à la capitalisation, pour
l'efficacité de la culture de la pomme de terre
Bien que le tubercule de pomme de terre puisse tomber malade
assez facilement, il a développé, au fil du temps, plusieurs
mécanismes pour assurer sa résistance au stockage.

Tout d'abord, il a une coque épaisse, ce qui contribue à réduire


les échanges gazeux et protège assez bien le tubercule de
l'attaque des micro-organismes. Deuxièmement, il contient dans
la peau et dans la couche suivante une substance (solanine) qui
aide à guérir rapidement les plaies et à protéger contre certains
parasites. Afin d'assurer une meilleure protection lors du
stockage, deux opérations essentielles doivent être effectuées en
même temps que la récolte. Le premier vise à augmenter la
résistance à maintenir les tubercules sous l'influence de la
lumière. Pour ce faire, les tubercules ne sont pas ramassés
immédiatement après la récolte, mais laissés
sur terre, en plein jour, 6-7 heures. Une fois les pommes de terre
récoltées, elles sont triées. Les personnes blessées pendant la
récolte, celles suspectées d'être malades, ainsi que les petits
tubercules, sont placés séparément et utilisés immédiatement
dans l'alimentation animale.

La température de stockage des pommes de terre de


consommation doit être maintenue entre 3-4 ° C. À des
températures plus basses, les pommes de terre sucrent et
à -1 ° C - gèlent. À des températures plus élevées, elles
germent et se froissent si l'humidité de l'air est faible en
raison de la déshydratation. Gardez-les à la lumière, les
pommes de terre deviennent vertes, deviennent amères et
toxiques pour les animaux et les humains. Il existe des
substances en poudre qui empêchent la germination, mais
les pommes de terre destinées à la semence ne seront
pas traitées avec de telles substances. Pour l'aération
uniforme des tubercules, ils ne sont pas placés en tas, en
bas dans la cave, mais des caisses sont disposées. La
distance entre les planches doit être de 2 cm pour assurer
une bonne circulation de l'air. Aussi à cet effet, de la
surface de la cave, respectivement de la cave, et à la
base de la boîte, un espace de 15-20 cm est laissé. De
plus, sur le mur où la fenêtre de ventilation est fixée, une
distance est laissée entre le mur du débarras et celui de la
cave, également de 15 à 20 cm. Dans une cave ainsi
aménagée, les pommes de terre peuvent être placées
dans une couche de 2 à 2,5 m de haut, tandis que, sans
de telles dispositions, l'épaisseur de la couche de pommes
de terre ne doit pas dépasser 1 à 1,2 m. La ventilation doit
être effectuée avec beaucoup de soin, en particulier dans
les premiers jours après le stockage, lorsque les
tubercules transpirent plus intensément. En hiver, il faut
veiller à ne ventiler que pendant la journée, seulement
trois à quatre heures, lorsque la température de l'air
extérieur est de 1 ° C.

Quelle que soit la méthode de stockage - dans les caves,


dans les caves, dans les silos, dans les entrepôts
spéciaux, la ventilation est une mesure d'une grande
importance. Comme, après la récolte, les processus
physiologiques et biochimiques vitaux se poursuivent dans
le tubercule, toutes les opérations qui ont lieu pendant le
stockage visent à faire en sorte que ces processus se
déroulent le plus lentement possible - tout d'abord, la
respiration. Dans des conditions de stockage normales, en
plus du dioxyde de carbone qui se forme, une quantité
appréciable de chaleur est libérée, environ 2,5 kcal par
tonne et par heure, ce qui provoque une augmentation de
la température dans la masse des tubercules, ce qui
accélère la respiration, causant des dommages. pommes
de terre. Pour cette raison, la respiration doit être aussi
proche que possible du minimum, ce qui est obtenu en
dirigeant la température à l'aide de la ventilation. Par
l'aération, respectivement le mouvement de l'air, son
rafraîchissement est obtenu, l'évacuation de la chaleur et
de la vapeur d'eau, libérée au cours de la respiration.