Vous êtes sur la page 1sur 2

2/29/2020 L’hystérie -2- - Chawki Azouri - L'Orient-Le Jour

    

Je m'abonne dès 1$

Newsletter

LIBAN

L’hystérie -2-
LA PSYCHANALYSE, NI ANGE NI DÉMON

Chawki Azouri | OLJ


04/07/2019
Nous avons vu dans la dernière rubrique que Dora, la jeune patiente de Freud, interrompt sa cure parce quʼil nʼa pas entendu ses questions :
« Que veut la femme hystérique ? Que veut la femme ? »
Ainsi, depuis toujours et pour toujours, lʼhystérie pose des questions universelles : la femme, lʼhomme, la bisexualité, lʼamour, le désir, la
jouissance, la maternité, le rapport à lʼenfant.
Ces questions ordonnent, il est vrai, une grande partie de la clinique de lʼhystérie, tant sur le « versant défensif » que sur le « versant
offensif » comme les appelle François Perrier (1922-1990), lʼun des plus brillants élèves de Lacan.
Le versant défensif recouvre toute la symptomatologie somatique de lʼhystérique, qui charge ainsi son corps de dire à sa place la question
inassumée de son identité sexuelle. Freud voyait derrière chaque symptôme hystérique un « fantasme bisexuel ». On y trouve toute la
gamme des symptômes décrits dans les manuels : paralysie, cécité, épilepsie, mutisme, anorexie etc., autant de « symptômes fonctionnels »
que la médecine a appris à cataloguer. Avec bien entendu les troubles sexuels : frigidité, dyspareunie, vaginisme…
Mais si le médecin nʼy prend pas garde, et considère ces symptômes comme les signes dʼune maladie et non pas comme lʼexpression du
désir inconscient du sujet en cherchant par exemple à guérir lʼhystérique malgré elle, la patiente va le défier et utiliser son symptôme
comme une arme phallique avec laquelle elle se mesure au savoir médical constitué : « Qui est le plus fort », semble-t-elle demander au
médecin, identifié ici à un Maître sûr de son savoir. Lʼhystérique, derrière son apparente passivité avec des symptômes qui ne guérissent pas
et un « tourisme médical » interminable résiste au pouvoir médical. Car lʼidéologie médicale la confine dans une dialectique tronquée qui
substitue à lʼopposition homme-femme le binôme fort-faible, actif-passif.
De ce point de vue-là, on a pu dire que lʼhystérique se débat toujours avec le « stade phallique », dont on a parlé précédemment, cʼest-à-
dire quʼelle essaie de répondre à sa question : « Suis-je une femme ou suis-je un homme? » en réduisant celle-ci à une fausse alternative :
« Dois-je être passive pour être une femme? » Ce quʼelle refuse, à juste titre dʼailleurs, en revendiquant une activité que son entourage,
malheureusement, prendra pour une imposture masculine. En cela, lʼhystérique va contester lʼidéologie ambiante qui fait de la femme le
complément de lʼhomme et du rapport entre les sexes, un rapport de complémentarité. À lʼimage de la complémentarité anatomique entre
le pénis et le vagin. Et cʼest parce que Freud était lui-même pris dans ce préjugé quʼil a échoué dans lʼanalyse de Dora, faisant dʼelle, et à
son insu, la première militante en faveur de lʼégalité des sexes.
Cʼest sur le versant offensif, militant, actif quʼon rencontre aujourdʼhui la femme hystérique. Sa frigidité est mise sur le compte de
lʼimpuissance de son mari à la faire jouir. À « lʼheure du mari », elle nʼest pas disponible pour les gratifications sexuelles. À « son heure à
elle », le mari est forcément impuissant puisquʼil a le sentiment que son érection répond à un ordre donné par sa femme. Ce dilemme
éternel du couple, très finement saisi par François Perrier, est-il dépassable? Il semble que lʼhystérique aspire à répondre oui en jouant la
carte de lʼamour comme véhicule indispensable au désir.
Si le versant passif chez lʼhystérique remonte à la nuit des temps, le versant offensif est concomitant du mouvement de libération des
femmes. Le droit à la contraception, à lʼavortement, la lutte contre la misogynie et les inégalités imposées aux femmes donnent à
lʼhystérique de quoi nourrir sa révolte intérieure contre les inégalités des sexes.

À la une

Trois nouveaux cas de "Les gens meurent de Lʼadministration US


coronavirus détectés au faim, vous pensez qu'on sʼapprêterait à
Liban va avoir peur du sanctionner des Libanais
coronavirus ?" : nouvelle pour corruption
mobilisation à Beyrouth Jeanine JALKH

Inscrivez-vous à la Newsletter
https://www.lorientlejour.com/article/1177473/lhysterie-2.html 1/2
2/29/2020 L’hystérie -2- - Chawki Azouri - L'Orient-Le Jour

 Votre e-mail  JE M'INSCRIS

RETOUR À LA PAGE "LIBAN"

https://www.lorientlejour.com/article/1177473/lhysterie-2.html 2/2

Vous aimerez peut-être aussi