Vous êtes sur la page 1sur 4

Exploration de l’hémostase :

Les divers tests des batteries de dépistage préconisées pour l’hémostase


explorent chacun un secteur distinct des mécanismes d’hémostase, et ils se
complètent mutuellement. Par ailleurs, les secteurs de l’hémostase évalués par
ces tests se chevauchent.

Par exemple, le temps de céphaline activé et le temps de Quick évaluent tous


les deux la voie finale commune de la coagulation, et le temps de thrombine
fait de même pour la portion terminale de cette voie.

L’utilité de ces tests de dépistage est considérable. Cependant deux facteurs


limitent leur puissance de détection :

-Leur sensibilité aux divers déficits qu’ils sont théoriquement capables de


détecter est limitée : selon les tests et les déficiences en cause, environ 50 à 75
% seulement des déficits légers peuvent être dépistés. En situation de stress de
l’hémostase, un taux minimum de 30 % ou plus est nécessaire pour les deux
tiers de facteurs de coagulation et d’hémostase primaire.

-Leur incapacité à détecter certains déficits rares mais parfois très graves. Cela
s’explique par le fait que la réaction hémostatique déficiente lors de tels
déficits ne fait pas partie intégrante de ce qu’évalue l’épreuve globale. thèse 15-19

Une anomalie de l’hémostase peut être évoquée au décours d’un événement


clinique évocateur (hémorragie inexpliquée, thrombose insolite) ou en raison
d’un bilan biologique anormal prescrit systématiquement avant une chirurgie
par exemple, ou dans le cadre d’une pathologie sous-jacente. Quel que soit le
contexte, l’interrogatoire et l’examen clinique orientent la prescription des
examens biologiques. Item 339

1-Exploration de l’hémostase primaire :

 Test globaux :

a-Numération plaquettaire

b-temps de saignement (TS) : temps nécessaire à l’arrêt d’un saignement


provoqué par une petite incision au niveau des vaisseaux superficiels.
 Analyse de 2e intention :
a-Etude du facteur de willebrand
b-études de la fonction plaquettaire dans des laboratoires spécialisés.
c-mesure du temps d’occlusion d’un orifice sur un automate platelet
function analyser (PFA-100).

Exploration de la coagulation :
L’exploration de la coagulation plasmatique s’inscrit dans le cadre du
dépistage d’anomalies exposant au risque de saignement ou de
thrombose, du suivi d’un traitement antithrombotique (héparine,
antagonistes de la vitamine K) ou de l’évaluation du retentissement
d’une pathologie (hépatopathies, maladies auto-immunes…).

L’exploration de la coagulation s’appuie essentiellement sur l’utilisation


de tests plasmatiques explorant les étapes initiales de la coagulation et
sur des tests analytiques mesurant la quantité et l’activité des molécules
mises en jeu au cours de la coagulation. Thése15-19
• Temps de Quick (TQ) ou temps de prothrombine (TP) : il explore la
voie extrinsèque de la coagulation (activité des facteurs VII, V, X, II). Ce
test consiste à apprécier le temps que met un plasma à coaguler à la
température de 37° C en présence de thromboplastine tissulaire et de
calcium.
Le temps de coagulation du plasma du patient est comparé à celui d'un
témoin normal (en général voisin de 10 secondes). Ce résultat peut être
exprimé en pour-cent d'activité( TP) à l'aide d'une courbe de temps de
coagulation effectuée avec différentes dilutions du plasma témoin. .
hemostase 1997
 Temps de céphaline activé (TCA) :
Il mesure le temps de coagulation après recalcification d’un plasma
citraté appauvri en plaquettes et activation de la phase contact de la
coagulation. La céphaline se substitue dans ce test aux phospholipides
procoagulants plaquettaires. Les valeurs de référence chez l’adulte sont
habituellement comprises entre 30 et 40 secondes (selon le réactif
utilisé).
Un allongement significatif du TCA est défini par un rapport temps
malade/temps témoin supérieur à 1,2.
Le TCA allongé permet de dépister :
- Lorsqu’il est isolé, un déficit en facteur antihémophilique : FVIII (facteur
antihémophilique A), FIX (facteur antihémophilique B), ou un déficit en
FXI ;
- Un déficit en FXII, non hémorragique ;
- Lorsqu’il est associé à un allongement du TQ, un déficit en FX, FV, FII
et/ou fibrinogène. Item339
L’exploration de la fibrinoformation : Elle repose sur le dosage du
fibrinogène, le temps de thrombine (TT) et le dosage du facteur XIII. Des
dosages immunologiques sont réalisés si une dysfibrinogénémie est
suspectée. p1012010
Dosage des différents facteurs de coagulation : le choix des dosages à
effectuer sera orienté par l'allongement de l'aPTT ou/et du TP.
Pratiquement le dosage peut se faire par 2 techniques différentes. La
première est la mesure de l'activité biologique d'un facteur effectuée par
la correction apportée par le plasma à tester à un réactif dépourvu du
facteur à doser. C’est la méthode la plus utilisée. La deuxième technique
est le dosage immunologique à l'aide d'anticorps spécifique dirigé contre
les différents facteurs de la coagulation. hemostatse 1997

Exploration de la fibrinolyse :
L’exploration de la fibrinolyse est le parent pauvre de l’hémostase en
raison de : l’absence d’un test simple et automatisé de routine évaluant
l’activité fibrinolytique et la rare nécessité en clinique de cette
exploration. L’exploration de la fibrinolyse sera différente selon que l’on
recherche une hyperfibrinolyse qui prédispose au saignement, ou une
hypofibrinolyse qui favorise la thrombose.

II. Tests explorant la fibrinolyse


1. Tests globaux :
1.1. Le temps de lyse d’un caillot de sang total
1.2. Le temps de lyse des euglobulines ou test de von kaulla
2. Tests analytiques
2.1. Dosage des facteurs de la fibrinolyse
3. Tests indirects
3.1. Dosage de fibrinogène
3.2. Dosage des produits de dégradation de la fibrine et du fibrinogène
sériques
3.3. Dosages des D-dimères. These 15