Vous êtes sur la page 1sur 3

Physique

Sauter à la navigationSauter à la recherche

Page d’aide sur la paronymie Cet article possède des paronymes, voir Phyrique et Phtisique.

Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Physique (homonymie).

Physique

CollageFisica.jpg

Sous-classe de

Sciences physiques (en), sciences exactes

Pratiqué par

Physicien

Champs

Astrophysique, physique expérimentale

Histoire

Histoire de la physique

modifier - modifier le code - modifier WikidataDocumentation du modèle

La physique est la science qui essaie de comprendre, de modéliser et d'expliquer les phénomènes
naturels de l'univers. Elle correspond à l'étude du monde qui nous entoure sous toutes ses formes,
des lois de sa variation et de son évolution.

La physique développe des représentations du monde expérimentalement vérifiables dans un


domaine de définition donné. Elle produit donc plusieurs lectures du monde, chacune n'étant
considérée comme précise que jusqu'à un certain point. La modélisation des systèmes physiques
peut inclure ou non les processus chimiques et biologiques.

La physique telle que conceptualisée par Isaac Newton, aujourd’hui dénommée physique classique,
butait sur l'explication de phénomènes naturels comme le rayonnement du corps noir (catastrophe
ultraviolette) ou les anomalies de l’orbite de la planète Mercure, ce qui posait un réel problème aux
physiciens. Les tentatives effectuées pour comprendre et modéliser les phénomènes nouveaux
auxquels on accédait à la fin du xixe siècle révisèrent en profondeur le modèle newtonien pour
donner naissance à deux nouveaux ensembles de théories physiques. Certains diront qu'il existe
donc trois ensembles de théories physiques établies, chacune valide dans le domaine d’applications
qui lui est propre :

La physique classique (monde des milieux solides, liquides et gazeux), toujours d'actualité, c'est elle
qui s’applique, par exemple, à la construction des routes, des ponts et des avions. Elle utilise les
anciennes notions de temps, d'espace, de matière et d'énergie telles que définies par Newton ;

La physique quantique (monde microscopique des particules et des champs) qui s’applique, par
exemple, à la technologie utilisée pour la production des composants électroniques (la diode à effet
tunnel par exemple) ou encore aux lasers. Elle se fonde sur de nouvelles définitions de l'énergie et de
la matière mais conserve les anciennes notions de temps et d'espace de la physique classique, ces
deux dernières étant contredites par la relativité générale. La physique quantique n'a jamais été prise
en défaut à ce jour ;

La relativité générale (monde macroscopique des planètes, des trous noirs et de la gravité) qui
s’applique, par exemple, à la mise au point et au traitement de l'information nécessaire au
fonctionnement des systèmes GPS. Elle se fonde sur de nouvelles définitions du temps et de l'espace
mais conserve les anciennes notions d'énergie et de matière de la physique classique, ces deux
dernières étant contredites par la physique quantique. La relativité générale n'a jamais été prise en
défaut à ce jour.

D'autres estiment que chaque branche de la physique a son importance à part entière, sans
forcément s'inclure dans l'un de ces ensembles. De plus, il se trouve qu'il n'y a pas de situation
physique courante où ces deux dernières théories s'appliquent en même temps. La relativité
s'applique au monde macroscopique et la physique quantique au monde microscopique. Le
problème actuel de la recherche en physique fondamentale est donc de tenter d'unifier ces deux
dernières théories (voir Gravité quantique).

Les divisions anciennes en vigueur à la fin du xixe siècle : mécanique, calorique, acoustique, optique,
électricité, magnétisme sont complétées ou remplacées par :

la taille des éléments de structure au centre de la modélisation : particules élémentaires, noyaux


atomiques, atomes, molécules, macromolécules ou polymères, grains de matière…

les caractères des interactions à l'origine des phases ou états de la matière : plasma, fluide
supercritique, gaz, liquide, solide.

La physique classique est fondée sur des théories antérieures à la relativité et aux quanta. Elle
s'applique lorsque :

soit la vitesse est très inférieure à la célérité de la lumière dans le vide ;


soit la discontinuité des niveaux d'énergie est impossible à mettre en évidence.

La physique est née avec les expériences répétées de Galilée qui n'accepte, au-delà des principes et
des conventions issus des schémas mathématiques, que des résultats mesurables et reproductibles
par l'expérience. La méthode choisie permet de confirmer ou d'infirmer les hypothèses fondées sur
une théorie donnée. Elle décrit de façon quantitative et modélise les êtres fondamentaux présents
dans l'univers, cherche à décrire le mouvement par les forces qui s'y exercent et leurs effets. Elle
développe des théories en utilisant l'outil des mathématiques pour décrire et prévoir l'évolution de
systèmes.