Vous êtes sur la page 1sur 10

Soudage des aciers courants à l'arc électrique

(baguette enrobée).
1ère Partie

Bonjour à tous
Voici quelques notions de base du soudage à l'arc électrique (à la baguette enrobée), des aciers
courants bruts ou galvanisés.

Le matériel nécessaire:
- Un poste à souder à l'arc (prévoir une installation électrique supportant une consommation de
mini 20A pour des postes courants à bobinage)
- Des baguettes de soudure rutiles toutes positions.
- Un masque à soudure
- Equipement de protection individuel ( Gants en cuir , tablier en cuir , chaussures protégées ...)

http://metabricoleur.forumactif.com
Recommandations de base avant tout soudage :

- Travailler dans un local propre et ventilé (dégagement important de gaz , aucune matière
inflammable à proximité , ni de source de dégagement de gaz explosifs comme des batteries de
voiture par ex...)

- Eviter les milieux humides

- S'assurer qu'aucune matière sensible à la chaleur, se trouve en contact avec les pièces à souder
(roulement, joint caoutchouc, plastique.....)

- Les pièces à assembler doivent être de même nature, en l'occurrence de l'acier courant
(quincaillerie, ferronnerie, serrurerie, plomberie, à faible teneur en carbone), propre et dégraissés.

- Si l'épaisseur des pièces à assembler le permet, réaliser un chanfrein sur chaque pièce (2/3 de
l'ép. environ maxi) afin de garantir une bonne pénétration de la soudure.

- Choisir le diamètre des baguettes de soudure, en fonction de l'épaisseur des pièces à assembler.
Si les épaisseurs ne sont pas identiques, prendre l'épaisseur la plus faible comme référence.
Pour donner une idée, sur une ép. à assembler, de 1-2-3mm on utilisera les baguettes les plus
fines (1 - 1.6mm) avec beaucoup de précautions, au dessus de 3-4 mm on utilisera des baguettes
de 2.5mm et ainsi de suite, avec augmentation de l'ampérage équivalente.

- Si possible, fixer les pièces à assembler (serre-joint, pince-étau , étau d'équerrage...) en soudant
, le métal est porté à son point de fusion (1300°/1400°) , créant des dilatations dans le métal , et
causant des déformations inévitables mais contrôlables dans une certaine mesure.

- Pour du soudage sur des aciers galvanisés, il est recommandé d'ôter à la meuleuse par ex., la
couche de galvanisé, sinon lors du soudage, il faudra insister pour le faire fondre. Attention,
dégagement important de gaz nocifs.

- Au préalable, un essai sur une pièce "martyr», d'épaisseur similaire à celle à souder, peut aider à
ajuster l'intensité de soudage, qui doit être suffisante pour emmener le métal en fusion, mais sans
le transpercer !
Quelques exemples d'intensités :
Pour baguettes 1.6mm : 40 à 60A
2.5mm : 60 à 80A
3.2mm : 80 à 120A
(Ces intensités sont données à titre indicatifs et dépendent beaucoup de la qualité du poste à
souder , des baguettes , des positions de soudage , de la qualité et ép. des pièces à assembler et
sont à ajuster pour chaque opérations particulières).

http://metabricoleur.forumactif.com
Cette première partie à pour but d'emmener un premier contact avec cette méthode de soudage.
Dans la seconde partie, nous parlerons de la technique de soudure (amorçage, point de fusion
homogène entre les 2 pièces à souder, le laitier et son comportement, les défauts simples de
soudage, les cas particuliers).

http://metabricoleur.forumactif.com
2ème partie :

Pour cette seconde partie, nous allons aborder la technique de soudage, avec en illustration,
quelques images.

Le poste de travail en place, les pièces à assemblées préparées et fixées (si besoin est), nous
pouvons commencer le soudage.

1) mise en place de la pince de masse sur la pièce à souder. Recommandations :


- la pince doit être installée la plus proche possible de la zone à souder.
- Elle doit être positionnée, de façon à ce que le courant passe (pas de plastique, pas de peinture
ou de rouille excessive) .Si besoin est, préparer une zone afin de l'y installer.
- Le passage du courant entre la pince de masse et le porte électrode , doit être le plus direct
possible .Entre la pince et la zone de soudure , il ne doit pas y avoir de zone d'articulation , telle
qu'un palier lisse , un roulement............(Si le passage du courant entre la pince et l'électrode ,
n'est pas franc , il peut se produire un amorçage , qui se traduira par une détérioration du
roulement ou des zones normalement non solidaires .
- Débrancher les appareillages électriques pouvant subir des interférences avec le courant de
soudage (sur une voiture, déconnection de l’alternateur, de la batterie......Attention aux véhicules
récents comportant de l'électronique embarquée !!.....)

http://metabricoleur.forumactif.com
1ère étape du soudage : L'amorçage

L'amorçage entre la baguette enrobée et la pièce métallique à souder, est une étape à aborder
avec délicatesse........Le mouvement de la baguette sur la pièce métallique, pourrait être
apparenté (en imagant) au fait de dessiner une virgule délicatement. Le mouvement doit être
franc, mais pas brusque.

2ème étape : le soudage

Une fois notre amorçage effectué, il suffit d'effectuer un mouvement rectiligne, régulier dans le
sens du soudage à effectuer. Ce mouvement est compléter par un mouvement vertical de haut en
bas, visant à compenser la diminution progressive de notre baguette enrobée.
Au point de fusion/soudage, il faut apercevoir une "goutte" homogène, et répartie de façon
équivalente, sur les 2 pièces à souder. Cette condition est primordiale afin de garantir une soudure
régulière sur les 2 métaux!

Afin de faciliter l'opération de soudage, il est recommandé de maintenir une pression verticale (du
moins dans le sens de l'électrode) (le poids de la main, pas plus !!) pendant que l'on suit la zone à
souder.

Pour ce qui est de la direction de soudage, on soude en venant vers soi. Je m'explique :
Afin de pouvoir visualiser la zone de soudage, du début jusqu'à la fin, le mouvement pourrait être
comparé (grossièrement) à une personne qui après avoir planté un piquet au sol (amorçage),
déroule un mètre ruban le long d'une tranchée, pour en prendre la mesure....J'espère que cette
image vous parle ?!

Pour ce qui est de la vitesse de soudage, elle est à adapter à plusieurs paramètres, comme :

- l'épaisseur des pièces à souder


- de cette épaisseur, en découle notre intensité réglée correctement
- le procédé de soudage (balayage ou rectiligne par ex.) Voir plus bas un exemple de 2 cordons
exécutés différemment.

Pour donner une idée, l'avancement étant proportionnel à la diminution de la baguette enrobée,
une baguette de 350mm de long, donne une soudure rectiligne d'environ 200mm.
Plus on va vite, moins on dépose de métal et moins la fusion des 2 métaux est profonde
Le contraire si l'on va plus doucement....Pénétration plus importante, donc attention aux faibles
épaisseurs !!

Une fois notre soudure terminée, il faut ôter le laitier ainsi formé, afin de pouvoir démarrer une
nouvelle soudure sur celui-ci (si besoin est).

Pour ce qui est du refroidissement, il est conseillé de laisser refroidir là pièce soudée, à
température ambiante, ceci afin d'éviter tout choc thermique.
Dans des cas exceptionnels, le refroidissement peut-être accéléré (organes fragiles et sensibles à la
chaleur comme des joints, des roulements...... que l’on n’a pas pu ôter).

http://metabricoleur.forumactif.com
Soudure à plat :

Soudure en angle:

http://metabricoleur.forumactif.com
Soudure du haut : par "balayage" et soudure du bas : rectiligne (pour les mêmes paramètres de
soudage, 2 soudures différentes)

Angle d'inclinaison de notre baguette enrobée (soudure à plat)

http://metabricoleur.forumactif.com
Angle d'inclinaison pour soudure en angle :

http://metabricoleur.forumactif.com
Masque de soudage électronique à obscurcissement automatique (très pratique quand on veut
avoir les mains libres) :

http://metabricoleur.forumactif.com
Sur cette image ,on distingue les 2 boutons de réglages :celui de gauche gradué de 9 à 13 , pour
ajuster l'indice d'obscurcissement du plus faible (protane 9) au plus élevé pour ce masque (protane
13).A savoir , que les indices de protane élevés , sont indispensables pour les soudages au MIG par
exemple , où le rayonnement et la luminosité lors du soudage , sont très intenses. Le bouton de
droite permet d'ajuster le temps de retour au clair après un obscurcissement (intéressant pour
certains travaux comme le soudage par point par ex.)

Voilà en gros pour cette seconde partie.


La prochaine fois, nous comparerons à l'aide d’image, des défauts de soudure.
A+
David

Réalisation : Eddy

http://metabricoleur.forumactif.com