Vous êtes sur la page 1sur 11

Sommaire

Introduction
Définition
Classification des moteurs à combustion interne
 Moteur diesel
 Fonctionnement
 Comparaison avec le moteur essence
 Avantages du diesel
 Inconvenants du diesel
 Principe
Eléments moteur
 Block cylindre
 Arbre à cames
 Vilebrequin
 La bielle
 Le piston
 Les soupapes
 La culasse
Conclusion

Introduction
La propulsion du véhicule est habituellement obtenue au moyen de
moteurs, à savoir dispositifs mécaniques capables de convertir
l’énergie chimique d’un combustible en énergie mécanique. L’énergie
chimique du combustible est d’abord convertie en chaleur par la
combustion, puis la chaleur est convertie en travail mécanique. En
effet, la chaleur produite par la combustion augmente la pression ou le
volume spécifique, et grâce à son expansion, le travail mécanique est
obtenu.

Dans les moteurs à combustion interne (MCI), les produits de


combustion (par exemple l’air et le carburant) sont utilisés comme
fluides de travail, tandis que dans les moteurs à combustion externe, la
combustion produit le transfert de chaleur à un autre fluide de travail
au moyen d’échangeurs de chaleur. En outre, alors que dans le MCI la
combustion a lieu à l’intérieur du cylindre, dans les moteurs à
combustion externe, la combustion est obtenue dans une chambre
séparée, appelée habituellement brûleur.

Le moteur à combustion interne :


Les moteurs alternatifs à combustion interne sont généralement sélectionnés pour la
propulsion de véhicules terrestres à quelques exceptions près (moteurs électriques pour
tramways, trolleybus ou voitures électriques), en raison de leur densité de puissance favorable
et leur relativement faible coût de fabrication et de service (par rapport aux turbines à gaz par
exemple).

Dans un moteur alternatif, le mouvement du piston dans un cylindre, fermé à l’extrémité


opposée par la culasse, produit une variation cyclique du volume du cylindre. Le piston est
relié à une bielle et une manivelle et la rotation régulière de celui-ci provoque un mouvement
cyclique du piston entre deux positions extrêmes, le point mort haut (PMH, le plus proche de
la culasse) et le point mort bas (PMB, plus grande distance de la culasse). Ces deux positions
correspondent respectivement au volume minimal de cylindre (volume mort, V0) et au
volume maximal du cylindre (volume total, Vt). La différence entre les volumes max et min
est appelée volume balayée ou cylindrée et nommée Vc. Et enfin, le rapport entre les volumes
max et min est appelé taux de compression (τ).

Classification des moteurs à combustion interne


Les moteurs à combustion peuvent être classés en différentes catégories. Les deux plus
importantes sont basées sur le processus de combustion (allumage commandé et allumage par
compression) et le cycle de travail (2 temps vs 4 temps). Une classification supplémentaire
peut être basée sur l’apport d’air (aspiration naturelle ou suralimentée), l’injection (injection
indirecte ou directe), et le système de refroidissement (refroidissement à air ou à eau). Dans
cet article, seules les différences entre les processus de combustion seront présentées.

Moteur a combustion
interne

MOTEUR CONTENUE MOTEUR ALTERNATIF


A-moteur diesel (à alluma spontanée)
B_ Moteur licence (allumage commandé)
Le moteur diesel :
Fonctionnement :
Le moteur diesel fonctionne grâce au principe d’auto-inflammation du carburant,
selon les 4 étapes suivantes :

 Admission de l’air dans la chambre de combustion.


 Compression de l’air puis injection du carburant.
 Combustion par auto inflammation du mélange puis détente.
 Echappement des gaz brûlés.

. Comparaison avec le moteur essence :

Une des principales différences entre le moteur diesel et le moteur essence se


trouve au niveau de la compression qui est très forte pour le diesel, 20 a 35 bar
contre 8 à 12 bar pour l’essence, et de la température, 600°C contre 300°C.
L’injection et la combustion se font de manière très différentes: injection sous forte
pression provoquant l’auto-inflammation pour le diesel alors qu’une étincelle
électrique se charge d’enflammer le mélange air/essence.

Avantages du diesel:
 Le rendement est meilleur : une proportion plus grande du transfert thermique
(chaleur) est convertie en travail.
 Le carburant employé est moins cher.
 -La consommation moyenne est moins élevée que le moteur essence.
Inconvénients du diesel :

 De fortes contraintes thermiques et mécaniques sont exercées sur les


organes du moteur.
 Graissage délicat et refroidissement suffisant du moteur.
 L’étanchéité entre le cylindre et le piston est plus difficile a réaliser.
 Le moteur est plus bruyant.

Principe
Eclaté didactique d'un moteur Diesel

Eclaté didactique d'un moteur d'automobile avec sa boîte de vitesses

Comme le moteur thermique à essence, le moteur Diesel est constitué de pistons


coulissants dans des cylindres, fermés par une culasse reliant les cylindres aux collecteurs
d'admission et d'échappement et munie de soupapes commandées par un arbre à cames.

Son fonctionnement repose sur l'auto-inflammation du gazole, fioul lourd ou encore huile
végétale brute (Biodiesel ou autres) dans de l'air comprimé à 1:20 du volume du cylindre
(environ 35 bar), et dont la température est portée de 600 °C à 1 500 °C environ. Sitôt le
carburant injecté (pulvérisé), celui-ci s'enflamme presque instantanément, sans qu'il soit
nécessaire de recourir à un allumage commandé par bougie. En brûlant, le mélange augmente
fortement la température et la pression dans le cylindre (60 à 100 bar), repoussant le piston
qui fournit une force de travail sur une bielle, laquelle entraîne la rotation du vilebrequin (ou
arbre manivelle faisent office d’axe moteur, voir système bielle-manivelle).
Les quatre temps du cycle Diesel sont  :

1. admission d'air par l' ouverture de la soupape d'admission et la descente du piston;


2. compression de l'air par remontée du piston, la soupape d'admission étant fermée ;
3. injection - combustion - détente : peu avant le point mort haut on introduit, par un
injecteur, le carburant qui se mêle à l'air comprimé. La combustion rapide qui s'ensuit
constitue le temps moteur, les gaz chauds repoussent le piston, libérant une partie de
leur énergie. Celle-ci peut être mesurée par la courbe de puissance moteur ;
4. échappement des gaz brûlés par l'ouverture de la soupape d'échappement, poussés par
la remontée du piston.

ELEMEMT MOTEUR :
Le bloc-cylindres, aussi appelé bloc-moteur, constitue le bâti du moteur à pistons dont la partie
intérieure est usinée pour former les cylindres ou les logements de chemises, s'il s'agit d'un moteur à

chemises rapportées. L'eau de refroidissement circule librement à l'intérieur du carter-moteur. La


partie supérieure du bloc est dressée pour former le plan de joint pour la Culasse du moteur, qui
vient coiffer les cylindres.

Un arbre à cames est un dispositif mécanique


permettant de transformer un mouvement rotatif en mouvement longitudinal. Il est une pièce
essentielle du moteur à combustion interne. L'arbre à cames, appelé également « arbre de
distribution », commande l'ouverture des soupapes, en transformant le mouvement rotatif issu du
moteur en mouvement longitudinal actionnant les soupapes. Il s'agit d'un arbre, entrainé par des
pignons, une chaîne ou une courroie crantée.
utilisée, principalement, dans des moteurs thermiques à combustion interne à 4 temps pour la
commande synchronisée des soupapes. Il se compose d'une tige cylindrique disposant d'autant de
cames que de soupapes à commander indépendamment ou par groupe, glissant sur la queue de
soupape, ou sur un renvoi mécanique. Il est placé au niveau du vilebrequin (moteur culbuté ou
Moteur à soupapes latérales), ou sur la culasse.

Le vilebrequin est un dispositif mécanique présent notamment sur les moteurs thermiques assurant
la transmission de l'effort généré par la combustion du carburant vers la boîte de vitesses. En tant
qu'élément principal du dispositif bielle-manivelle, il permet la transformation du mouvement
linéaire rectiligne non uniforme des pistons en un mouvement continu de rotation. Le vilebrequin
entraîne tous les éléments du moteur ayant besoin d'un mouvement rotatif tels que la transmission
primaire, l'alternateur ou les contre-arbres d'équilibrage. est composé de plusieurs tourillons alignés
formant l'axe central. Entre ces paliers se trouvent, excentrés, des manetons ou manivelles dans le
cas général sur lesquels sont montées les bielles.
La bielle :Dans les moteurs à combustion interne, les bielles transforment le mouvement
alternatif rectiligne des pistons en un mouvement rotatif quasi continu du vilebrequin. La
bielle comporte deux alésages circulaires, l'un de petit diamètre, appelé pied de bielle, et
l'autre de grand diamètre, appelé tête de bielle. Le pied de bielle est engagé autour de l'axe du
piston. La friction entre la bielle et l'axe est réduite par l'interposition entre les deux pièces
mobiles d'une bague circulaire recouverte ou constituée de métal anti-friction, ou de
roulements.

La tête de bielle, elle, enserre le maneton du vilebrequin. Pour permettre le montage dans le
cas d'un vilebrequin assemblé, la tête est coupée en deux dans un plan diamétral
perpendiculaire à l'axe général de la pièce. La partie coupée s'appelle le chapeau de bielle.
Après montage, le chapeau (ou pontet) est réassemblé au reste de la bielle par des boulons.

À l'inverse, la bielle peut être d'une seule pièce si le vilebrequin est constitué de parties
assemblées après montage de la bielle. L'embiellage (manivelle et bielle) n'est plus
démontable. La friction entre l'ensemble bielle/chapeau et maneton est réduite par
l'interposition entre les pièces mobiles de deux demi-coussinets en acier recouverts sur leurs
faces internes de métal anti-friction, ou de roulements.

le piston ; nécessite un système bielle-manivelle pour exploiter le travail fourni. Ce système


permet la transformation d'un mouvement rectiligne (le déplacement du piston dans la chemise) en
unmouvement circulaire, comme c'est le cas dans les moteurs, et vice versa.

Les soupapes ;constituent un organe mécanique important des moteurs thermiques


puisqu'elles assurent;
 l'admission de l'air frais pour les moteurs Diesel — dans la chambre de combustion.
La « levée » de la soupape d'admission détermine par ailleurs la quantité d'air admise
dans le cylindre.
 l'échappement des gaz brûlés vers l'extérieur. Séparant la chambre de combustion des
conduits d'admission et d'échappement, elles assurent par conséquent l'étanchéité de la
chambre lors des phases de compression et combustion des gaz frais.

Au début de l'automobile, la distribution était assurée par des soupapes automatiques


constituées par des disques obturateurs, ouvertes par la dépression créée dans le cylindre à
l'admission et rappelées par des ressorts. Bien que simple, l'ouverture de ce type de soupape
est retardée d'autant plus que le régime moteur augmente. Le moteur ne pouvait donc pas ainsi

dépasser les 1 000 à 1 300 tr/min.

La culasse ;est la partie supérieure, le plus souvent démontable, d'un moteur à pistons alternatifs.
Elle ferme le haut des cylindres. Sur certains moteurs, les soupapes d'admission et d'échappement y
sont logées. Sa forme et ses caractéristiques sont toujours étroitement liées à l'évolution des
moteurs et sont plus particulièrement déterminées en fonction du type de distribution et de la forme
de la chambre de combustion. Pour être complet, certains (rares) moteurs n'ont pas de culasse,
comme les moteurs à pistons opposés.
Conclusion

Durée de cette compte rendu, en


construire que la moteur diesel est un
très bon rendement mais pollue
beaucoup en rejetant des particules de
dioxyde d’azote, c’est donc un moteur
assez polluant qui détruit
l’environnement plus fortement que les
autres moteurs.
Mais c’est aussi le moteur le plus
utilisé en ce moment en France