Vous êtes sur la page 1sur 58

Université de Université de Yaoundé - University of Yaounde-I

Ecole normale supérieure Higher teacher’s training college

Département de Physique Departement of Physics

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE

Niveau IV /2019 - 2020

Responsable:

MBALLA NDI Pierre

Conception et rédaction : MBALLA NDI Pierre

TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 1


AVANT-PROPOS

Ce fascicule des Travaux Pratiques est destiné aux élèves de physique IV de l’ENS.
Son objectif est de mettre à leur disposition un document de travail, leur permettant de
s’imprégner de la théorie exposée en cours d’électronique et de physique nucléaire afin de
faciliter la mise en pratique pendant les manipulations expérimentales.

Dans l’enseignement du Génie électronique, les activités expérimentales et donc les


mesures, occupent une place importante. Aussi, est-il essentiel, non seulement d’acquérir
les savoir -faire indispensables à une bonne utilisation de matériel et de différents appareils
de mesures employés, mais aboutir à une bonne compréhension des méthodes mises en
œuvre. C’est la raison pour laquelle la préparation des travaux pratiques doit être
considérée avec sérieux et attention par les étudiants, afin d’en tirer un maximum de profit
sans détériorer le matériel mis leur disposition.

Déroulement des séances de Travaux Pratiques

Les manipulations seront effectuées en binôme ou trinôme voire plus, selon le cycle
de permutation défini en début de semestre.

La présence des étudiants est obligatoire et contrôlée. Toute absence non justifiée ou un
compte- rendu non remis entraîneront la note 0/20 qui sera prise en compte dans le calcul
de la moyenne.

Il est strictement interdit de déplacer du matériel d’un poste vers un autre, en cas de
panne, ou en présence d’un appareil défectueux, faire appel à l’enseignant.

Recommandations relatives à la rédaction des comptes rendus

TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 2


Travail de préparation :

Les travaux pratiques d’électrotechnique doivent être considérés avec sérieux et


attention. Dans ce but le travail de préparation, avant la séance de TP, est essentiel. Il
permet de se préparer, avant les manipulations, afin de garantir un bon déroulement des
activités prévues, permet de récolter et d’utiliser les informations pour ne pas être
handicapé lorsqu’il faut interpréter un résultat. Chaque étudiant devra doc prendre
impérativement du complément théorique et du document concernant le TP à réaliser, puis
utiliser la documentation disponible (cours d’électrotechnique, ouvrages spécialisés, sites
internet, etc.…). Un document comportant les rappels théoriques, les tableaux de mesures
nécessaires aux différents relevés, devra être obligatoirement montré par les membres du
trinôme en début de séance à l’enseignant (qui l’émargera), ce dernier sera pris en compte
dans l’évaluation finale du TP.

. Compte-rendu

Il sera remis à la fin de chaque séance de aux enseignants ayant encadré le TP.

Aucun retard ne sera toléré, tout retard non justifié entraînera une pénalité sur la note du
compte-rendu.

Le compte-rendu sera rédigé sur une feuille A4 et sera restreint à 5 ou 6 pages

Le compte-rendu comportera obligatoirement les rubriques suivantes :

Une page de garde où seront mentionnés :

Le titre de la manipulation

La date de la séance de TP

Le groupe d’appartenance et le numéro du binôme (ou trinôme)

Le nom et le prénom du rédacteur principal

Les noms et prénoms des membres du binôme (ou trinôme) participants aux TP. Les
absents devront être signalés

TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 3


Une introduction :

Elle doit être personnelle et présenter brièvement de manière claire le contexte


expérimental ainsi que les objectifs du TP, sans recopier le fascicule.

Manipulation :

Pour chaque manipulation, il sera nécessaire de rappeler les schémas de montage, les
démarches et méthodologies suivies, les hypothèses, ainsi que les principales équations
utilisées dans le cadre du TP.

Résultats et exploitation :

Les résultats expérimentaux seront présentés dans un tableau, les procédures de calcul
utilisées pour vos applications numériques devront être présentées brièvement.. Une
estimation des erreurs de mesure sera systématiquement accomplie et leurs conséquences
sur les grandeurs calculées, discutées.

Graphes et courbes caractéristiques :

Ils seront traités sur un papier millimétré ou semi log. Ne pas oublier de préciser les noms
et les unités des grandeurs représentées et les échelles. Lorsque plusieurs courbes sont
tracées sur une même figure , donner une légende claire pour chacune d’elle ( par des
couleurs par exemple). Sous chaque figure, indiquer explicitement sa légende complète
ainsi que son numéro d’apparition dans le compte-rendu.

Interprétation des résultats (analyse critique des résultats):

Les résultats obtenus devront être discutés clairement en en essayant de rechercher leur
sens physique et de voir si les valeurs mesurées ou calculées sont cohérentes. Un résultat
inattendu n’est pas forcément un mauvais résultat, surtout s’il est reproductible. Les
commentaires doivent scientifiquement être pertinents.

TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 4


Conclusion :

Il s’agit de discuter les objectifs préalablement fixés, ont-ils été atteints ou pas, et
commenter la qualité de ces résultats. Présenter l’intérêt de la manipulation en proposant
les améliorations possibles

Recommandations relatives à l’élaboration des montages électriques

Les étapes suivantes sont à respecter impérativement lors de l’élaboration d’un montage :

. Phase préparatoire

Placer le schéma complet (propre et précis ) du montage sur un plan de travail, qui doit
être propre et rangé,

Choisir les différents éléments constitutifs du montage et les disposer en respectant pour
chacun la disposition qu’indique le schéma pratique,

Les régler (fonction et calibres…),

S’assurer que tous les appareils sont en position arrêt,

Vérifier que la (ou les) tensions d’alimentation sont réglées sur zéro,

L’oscilloscope est réglé et reste constamment sous tension.

. Réalisation du câblage (fonction par fonction) :

Un seul étudiant prend en charge la totalité du montage, un deuxième le vérifie et en sera


responsable,

Réaliser le montage point par point, maille par maille, fonction par fonction, un seul câble
de connexion à la fois en partant du générateur en allant vers le récepteur ; la longueur
des câbles de connexion doit être appropriée et leurs sections compatibles avec les
intensités mise en jeu,

Brancher en dernier lieu oscilloscope, voltmètres, ampèremètres

Prérégler les alimentations et ajuster les calibres des appareils de mesure,

TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 5


Faire vérifier le montage par chaque étudiant du trinôme,

Avant la mise sous tension, faire vérifier le montage par le professeur.

. Mise sous tension :

Respecter le protocole de mise sous tension des sources d’alimentation.

. Règles de sécurité

Débrancher un voltmètre ou un oscilloscope du montage et non au niveau de l’appareil de


mesure.

. Ne pas oublier à la fin des manipulations

D’éteindre les appareils (alimentations, oscilloscope, etc. …),

De débrancher et de ranger le matériel correctement,

De remettre les câbles d’oscilloscope, les câbles de connexion à leurs places,

De remettre en ordre le poste de travail et de ranger correctement les tabourets sur la


paillasse

(pour vos brouillons, papiers, etc.… une corbeille est à votre disposition dans le laboratoire)

Pour toutes les manipulations, les montages seront vérifiés par l’enseignant avant la mise
sous tension.

Appareils de mesure analogique et numérique :

Cette distinction s’applique à la forme de présentation des signaux de sortie ou de


l’affichage et non au principe de fonctionnement de l’appareil.

Appareil de mesure analogique : appareil de mesure pour lequel le signal de sortie ou


l’affichage est une fonction continue de la grandeur mesurée.

Exemple : un ampèremètre ou un voltmètre magnétoélectrique, l’aiguille de l’ampèremètre


se déplace de manière continue devant l’échelle graduée.

TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 6


Appareil de mesure à affichage numérique : appareil de mesure qui fournit un signal de
sortie ou un affichage sous forme numérique.

Exemple : un voltmètre (à affichage) numérique. Les chiffres de l’affichage du voltmètre


changent d’une manière discontinue.

II - la précision dans les mesures :

Lorsque l’on mesure une grandeur électrique, on n’obtient jamais comme résultat la valeur
exacte Ve mais seulement une valeur mesurée qui s’en approche plus ou moins, Vm.

Il est donc indispensable de rechercher les causes d’erreurs de manière à évaluer ces
erreurs.

On peut classer les erreurs suivant leurs origines :

- en erreurs systématiques

- en erreurs aléatoires

II -1- les erreurs systématiques :

Leurs origines sont :

- le choix de la méthode de mesure (montage aval ou amont pour la mesure d’une


résistance);

TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 7


- l’appareil de mesure :

- indice de classe de précision

- courbe d’étalonnage

- mauvais réglage du zéro électrique ou mécanique.

- l’opérateur : appréciation de la fraction de division de l’échelle de mesure.

II -2- les erreurs aléatoires :

On peut réduire ces erreurs en faisant une série de mesures. La valeur moyenne,
arithmétique, donne un résultat proche de la valeur exacte si le nombre de mesure
augmente.

Erreur absolue : c’est l’écart qui existe entre la valeur mesurée Vm et la valeur exacte Ve.

Cette erreur absolue est exprimée avec la même unité que la grandeur elle-même.

Comme la valeur Ve est inconnue, il faut en pratique, à l’aide des indications fournies pour
les constructeurs évaluer une limite supérieure de l’erreur absolue appelée : incertitude
absolue. On note ∆V = Ea

Erreur relative : C’est le quotient de l’erreur absolue (Ea) par le nombre qui représente sa
valeur exacte Ve

Vm - Ve Ea
Er = Ve = Ve

TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 8


C’est un nombre sans dimension.

Ea
On l’exprime en général en % x 100
Ve

→ Incertitude relative : on prend comme limite supérieur de l’erreur relative le quotient


Incertitude absolue ∆V
(car Ve est inaccessible) =
Valeur mesurˇe Vm

II -3- expression d’un résultat :

Exemple : on mesure une tension U aux bornes d’une résistance, on trouve :

Um = 9,53 V à 10 mV près.

U = (9,53 ± 0,01) V.

∆U
0,01
Er = U = ≈ 0,001
9,53

Er = 0,1 %

TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 9


II -4- règle de calcul

TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 10


II -5- incertitude de mesure pour un appareil analogique :

Il faut dans un premier temps faire un inventaire de sources d’erreurs.

Si on prend un voltmètre à aiguille, on peut avoir une erreur due à :

classe x calibre
son indice de classe de précision ∆UC = , c’est l’incertitude instrumentale.
100

erreur de lecture en division x calibre


une incertitude de lecture ∆Ul =
nombre de division du cadran

une erreur due à la méthode ∆Um (non traitée ici).

→ L’incertitude total est : ∆U = ∆UC + ∆Ul + ∆Um

Incertitude de classe et de lecture :

Exemple : mesure d’une tension à l’aide d’un voltmètre de classe 2 de calibre 30 V et 75 V.

L’échelle comporte 150 divisions

La lecture se fait à 0,5 divisions près.

Calibre 30 V

On trouve L1 = 148 divisions

TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 11


30 x 148
donc U1 = 150 = 29,6 V

30 x 2
Incertitude absolue de classe : ∆UC = = 0,60 V sur toute l’échelle
100

30 x 0,5
Incertitude absolue de lecture : ∆Ul = = 0,1 V
150

Incertitude totale : ∆U = 0,60 + 0,1 = 0,70 V

donc U = (29,6 ± O,7) V

∆U1
U1 = 0,70 x 100 = 2,4 %
29,6

même mesure sur le calibre 75 V

L2 = 59,5 divisions

75 x 59,5
U2 = 150 = 29,75 V

75 x 2
∆UC = 100 = 1,5 V

TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 12


75 x 0,5
∆Ul = 150 = 0,25 V

∆U2 = 1,5 + 0,25 = 1,75 V

U2 = (29,75 + 1,75) V

∆U2
U2 = 5,9 %

Conclusion : lorsqu’on utilise un appareil à déviation, il faut choisir le calibre donnant la plus
grande déviation afin d’obtenir la mesure la plus précise.

II -6- incertitude de mesure pour un appareil numérique :

Résolution : la résolution d’un appareil à affichage numérique correspond à une unité sur le
chiffre (digit) de poids de plus faible. On dit encore qu’elle correspond à la valeur d’un point
de mesure.

Exemple : multimètre à affichage numérique METRIX MX512 à 2000 points de mesure. Sur
le calibre 200 mV, l’étendue de mesure est 0,00 à 199,9 mV et la résolution est donc de 0,1
mV.

Précision : la précision d’un appareil numérique est habituellement donnée sous la forme
d’une somme de deux termes :
l’un en % de la lecture

TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 13


L’autre en fonction du chiffre (digit) de poids le plus faible.

L’incertitude due à l’appareil, sur la mesure d’une grandeur X, s’écrit :

∆X = n%L + m UR

L : lecture
UR : unité de Représentation : une unité sur le chiffre (digit) de poids le plus faible. n et m
sont donnés par le constructeur.

Exemple : multimètre à affichage numérique METRIX MX512. L’incertitude sur la mesure


d’une tension continue U pour les calibres 200 mV à 200V est :
∆X = 0,3%L + 1UR.

Exemple d’application :

On a un appareil à 2000 points de mesure, utilisé sur la gamme de mesure 200 mV, de
précision 0,3%L + 1UR.

1ère mesure : U1 = 20 mV

0,3
erreur de lecture x 20 = 0,06 mV
100

1 UR : 0,1 mV

l’erreur totale est donc de 0,16 mV

0,16
la mesure s’est effectuée à x 100= 0,8%
20

2ème mesure : U2 = 190 mV

0,3
erreur de lecture x 190 = 0,57 mV
100

TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 14


1 UR : 0,1 mV

l’erreur totale est donc de 0,67 mV

0,67
la mesure s’est effectuée à x 100= 0,35%
190

Conclusion : de même que pour un appareil à déviation, il faut choisir le calibre donnant la
plus grande « déviation » afin d’obtenir la mesure la plus précise.

TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 15


TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 16
Operating instruction about digital millimeter model 122

DC Volts AC Volts (50 Hz- 500 Hz)

Ranges: 200mV, 2V, 20V,200V,600V 200mV, 2V, 20V, 200V, 600V

Resolution: 100µV Resolution: 100µV

Accuracy : ± 08% rdg + 1digit Accuracy ± (1.5%rdg + 3dgt) on 200mV to 20V

Input impedance: 10MΩ Input impedance: 10 MΩ

DC Current

Accuracy : ± (1.0% rdg +1dgt ) on 20 mA to 200mA rangers

± (3.0%rdg + 3dgt) on 10A

AC Current

Accuracy: ±( 2.0%rdg + 4dgt) on 20mA to 200mA rangers

±( 3.5%rdg +4dgt) on 10A

Resistance

Rangers: 200Ω, 2KΩ, 20KΩ, 200KΩ, 2000KΩ, 20MΩ, 2000MΩ

Accuracy: ± ( 1.0%rdg + 4 dgts) on 200 to 2000KΩ rangers

±(2.0%rdg + 4 dgts) on 20MΩ ranger

±(5.0%rdg +10 dgts) on range 2000MΩ

TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 17


TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 18
Liste des manipulations :
TPN°1 : Alimentation- filtrage- régulation

TPN°2 : Atténuation des particules Ɣ

TPN°3 : Caractéristique des diodes conductrices

TPN°4 : Le monostable à portes NAND

TP°5- : Amplificateur opérationnel

TPN°6 : Oscillateur et modulation d’amplitude

TPN°7 : Charge et décharge d’un, condensateur

TPN°8 : Amplificateurs à transistor bipolaire

TPN°9 : Régimes transitoires

TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 19


TPN°1 : Alimentation, filtrage et régulation

Objectifs :

- Etude qualitative

- Redressement et filtrage simple alternance

- Redressement et filtrage double alternance

- Notion d’indice d’ondulation

Schémas :

D1 1N1183

D3 1N1183
VF1

R1 1k
+

VG1

D4 1N1183
D2 1N1183

Les Filtres :

Matériel utilisé:

01 GBF ; 01 oscilloscope bicourbes; 01 diode de redressement, 01 pont de Graetz.

01 résistance de charge RL = 1 KΩ ; 01 résistance R = 100 Ω

02 condensateurs électrolytiques C1 = C2 = 100 µF ; 01 voltmètre.

TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 20


01 inductance L = 22 mH ; 01 câble d’oscilloscope et câbles de connexion.

Manipulation :

1 – Réaliser le circuit de redressement de la fig. 1. Faire vérifier. Ensuite mettre le GBF en


marche avec Umax = 6V pour f = 100 Hz

2 – Connecter chaque filtre énuméré ci-dessus à la sortie AB du redresseur.

3 – A l’aide d’un voltmètre, mesurer la composante continue aux bornes de la résistance de


charge dans chaque cas.

4 – Connecter un câble d’oscilloscope à cette même sortie et observer la forme de la


tension de sortie.

5 – Déterminer l’indice d’ondulation de chaque filtre placé à la sortie du redresseur double


alternance ? Déduire le meilleur filtre.

On rappelle que l’indice d’ondulation de la tension recueillie à la sortie d’un filtre est :

η = Vr/Vmax ; tension moyenne Vmoy =0,6366Vmax ; facteur de forme FF = Veff / Vmoy ;


facteur d’ondulation, FO = √FF2 -1

Où Vr = valeur crête à crête de la tension ondulée (utiliser une grande sensibilité de


l’oscilloscope)

Vmax = tension maximale du signal sinusoïdal d’entrée

Déterminer l’indice d’ondulation de chaque filtre placé à la sortie du redresseur double


alternance ? Déduire le meilleur filtre.

6 – Comment une bobine placée en série avec la résistance de charge réduit-elle la tension
d’ondulation ?

TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 21


7- Réaliser le circuit de la fig.2 (utiliser 1800 spires dans le transformateur) et reprendre les
questions 1 à 6.

II- Le Régulateur Ballast

Le régulateur Série se dingue des autres types de régulateurs par l’emplacement de son
élément régulateur qui se trouve placé en série avec la charge. Cet élément régulateur
prend la place de la résistance de filtrage que l’ on retrouve dans tout circuit filtre. C’est
pourquoi, dans tous les régulateurs série, nous omettrons les autres éléments du filtre pour
nous intéresser seulement à l’élément régulateur.

Matériel utilisé :

1 transistor de puissance NPN

1diode zener dont la tension est à déterminer

1condensateur de 4,7µF

1condensateur de 100µF

1 source de tension variable

1 voltmètre

1 Ampèremètre

RL ayant pour valeurs : 47Ω ; 21Ω ; 10Ω ; 5Ω ; 4Ω ;3Ω

Manipulation :

TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 22


Réaliser le montage. Pour différentes valeurs de la résistance de charge, faites varier la
tension d’entrée pour simuler une fluctuation et relever les tensions de sortie. Regrouper
les résultats dans un tableau

Faites une représentation graphique du courant en fonction de la charge RL

Que se passe-t-il si la charge demande un courant plus élevé ?

TP N°-2 Atténuation des particules Ɣ

Rappels théoriques :

TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 23


TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 24
TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 25
TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 26
TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 27
TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 28
Statistique de comptage :

Quelques exemples d’application:

Résultats de mesures d’un nombre d’impulsions :

TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 29


TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 30
TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 31
Description et fonctionnement d'un compteur de Geiger

♦ Le compteur de Geiger-Mueller (appelé en raccourci compteur de Geiger) est constitué


d’un fil d’anode tendu suivant l’axe d’un cylindre métallique : le fil d’anode métallique est
porté à un potentiel positif (+HT) tandis que le cylindre conducteur est à la masse
(cathode). Il est rempli d’un mélange gazeux composé d’argon et de vapeur d’alcool.

FONCTIONNEMENT :

ière
1 étape : ionisation du mélange gazeux par les particules émises par la source
+
radioactive � �création de paires électrons / ions primaires;

ième
2 étape : courte dérive des électrons de l’ionisation primaire vers le fil d’anode (sous

l’influence du champ électrique E en 1/r , r étant la distance au fil d’anode, établi entre

l'anode et la cathode cylindrique);

ième
3 étape : au voisinage du fil d’anode, multiplication des électrons soumis à un

champ électrique de plus en plus élevé (r diminue); les électrons primaires sont

suffisamment accélérés pour ioniser les atomes/molécules du gaz � �électrons secondaires

� �formation d'une avalanche.

CARACTERISTIQUE d'un compteur de Geiger

Dans le cas d’un compteur de Geiger, le potentiel d’anode appliqué est élevé
� �avalanche beaucoup plus intense (comparée au cas du compteur proportionnel /cf.
Cours) � �phénomènes d’excitation des atomes de gaz plus nombreux � �émission plus
importante de photons UV (désexcitations des atomes de gaz rare). � �Ces photons
vont déclencher des avalanches secondaires se propageant de proche en proche

TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 32


4 5
(vitesse de propagation de l'ordre de 10 à 10 m/s) le long du fil, par photo-ionisation
dans le gaz et effet photoélectrique sur la cathode (dessin de droite – page
précédente).

M1.3 Comptages, plateau de fonctionnement et temps mort

M1.3.1 Plateau (courbe caractéristique du détecteur étudié)

♦ On enregistre les impulsions d'un compteur de Geiger pour un temps de comptage donné
en fonction de la tension U appliquée au compteur et on obtient un plateau comme
représenté à la figure :

Le plateau du compteur de Geiger présente une certaine pente, due à plusieurs causes :

1/ au fur et à mesure que U augmente, il se produit de plus en plus d’arrachement


+
d’électrons à la cathode par les photons UV des avalanches ou par les ions lors de leur
neutralisation ou encore lors de la désexcitation de molécules métastables formées ± il se
produit de plus en plus d’impulsions retardées (afterpulses) après le temps mort dû aux
impulsions primaires;

2/ aux extrémités du compteur, le champ électrique est plus faible que celui autour du
fil et cette région ne fonctionne en mode Geiger que pour des tensions plus élevées.

La longueur du plateau s’exprime par la quantité : U - U et la pente relative du plateau,


M G

généralement exprimée en % d'augmentation par volt, est donnée par :

pente=−+⋅−21 (M1.1)

!4 !1
Exemple : si la pente est de 3 10 V ou 0.03 % par volt ou encore 3 % par 100 V, cela
veut dire que pour une tension de fonctionnement de .1000 V, une variation de 1 % de
cette tension entraîne une modification de 0,3 % du taux de comptage.

� �Un compteur de Geiger est donc caractérisé par la tension du début de plateau qui
dépend légèrement du seuil de discrimination, par la longueur du plateau et par la
pente de celui-ci. Le relevé du plateau sert à choisir la tension de fonctionnement (V sur la
figure).

TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 33


TP de Physique ENS Niveau IV 2019-2020 Page 34
Au début de cette courbe (U < V ), le compteur fonctionne dans un autre mode de
anode G
fonctionnement que celui du compteur Geiger � �taux de comptage = 0 car seules sont
comptées les impulsions qui dépassent un certain seuil dit seuil de Geiger(Cf.
Cours). Puis le nombre d'impulsions enregistrées croît rapidement avec la tension et ensuite
reste à peu près constant car toutes les impulsions passent le seuil Geiger � elles sont
toutes comptées. Le domaine de tension où le nombre d'impulsions enregistrées reste
sensiblement constant s'appelle le plateau du détecteur. C'est dans cette zone qu'il convient
de faire des mesures afin que celles-ci ne dépendent pratiquement pas de la tension
appliquée au compteur. Enfin, le nombre d’impulsions ré-augmente en fin de plateau car le
compteur devient instable (appariation d'impulsions parasites ne correspondant pas à la
détection de radiations).

Taux de comptage = C = (N – B) / ∆t

N = comptage avec source

B = bruit de fond = comptage sans source

∆t = temps de comptage Phys. Nucl. Manip. – compteur de Geiger M1 -

TP de Physique Phy IV ENS 2019-2020 Page 35


M1.3.2 Définition du temps mort
♦ Le temps mort est le temps pendant lequel le détecteur est insensible à toute
nouvelle particule après le passage de la particule ionisante � �Si le détecteur est
insensible, les événements se présentant dans cet intervalle de temps sont perdus.

♦ Le temps mort du compteur Geiger est de type non cumulatif (cf. schéma) : le
détecteur n’est pas sensible à une nouvelle particule pendant la durée du temps
mort.

♦ Soit N le nombre de comptages enregistrés pendant un intervalle de temps ∆t et C


e

le taux de comptage vrai (N / ∆t). Puisque chaque détection détectée engendre un


temps mort τ, un temps mort total N τ est accumulé pendant l'intervalle ∆t.
e

Pendant cette période, un total de CN τ événements sont perdus. Le nombre vrai


e

d'événements et donc la formule permettant d'effectuer la correction de temps


mort sont donnés par:

NCtNCNee==+∆τ � �(M1.2)

avec C = N /∆t le taux d'événements enregistrés.


e e

M1.3.3 Mesure :

Matériel utilisé :

137
Sources radioactives : Cs ….3,7MBq

1,4
Co….1,4 MBq le 07-05-1990

Tube et Compteur Geiger-Müller

Brique de plomb avec perçage pour collimation

Supports

Banc gradué

TP de Physique Phy IV ENS 2019-2020 Page 36


Plaques de plomb, Aluminium,… de diverses épaisseurs

Manipulation I :

Placer le tube Geiger-Müller à l’une des extrémités du banc gradué et ne plus


modifier sa position ni son environnement.

Faire une série de 12 comptages pendant 10s du bruit de fond ambiant

N1 N2 N3 N4 N5 N6 N7 N8 N9 N10 N11 N12 Σni ∆n BF/s

137
Comptage avec la source Cs

Positionner maintenant la source à des distances successives de 20 cm, 30cm,


40cm et faire 6 comptages de 10s pour chaque distance. Ranger la sources

N1 N2 N3 N4 N5 N6 Σni N(R)

20cm ±

30cm ±

40cm ±

N( R ) : Comptage corrigé du bruit de fond à la distance R

Calculer les rapports :

N( R2 ) /N (R1 )= ±

N( R3 )/N( R1 )= ±

Comparer aux valeurs théoriques. Conclusion

Détermination des coefficients d’atténuation dans la matière :

TP de Physique Phy IV ENS 2019-2020 Page 37


Réaliser la géométrie de mesure d’atténuation linéique dans un milieu matériel en
utilisant les briques de plomb percées et le support pour plaques d’épaisseur
variables. Afin de minimiser les fluctuation statistiques, minimiser au mieux la
distance source-détecteur. Noter cette distance D= cm . Ne plus la
modifier. Bruit de fond :

L’environnement du tube compteur étant modifié, refaire 6 comptage de 10 S.


BF = ( ± )

137 137
Comptage avec la source Cs : Mettre en place la source Cs à la distance D
du tube compteur et faire 6 comptages de 10 S pour les matériaux et le épaisseurs
indiqués dans le tableau. Ranger la source

MX N1 N2 N3 N4 N5 N6 Σni N(MX) Log(MX)

Pb o,5cm ± ±

Pb 1cm ± ±

Pb 2 ± ±
cm

Al 0,5cm ± ±

Al 1cm ± ±

Al 2cm ± ±

Béton2cm ± ±

Air D ± ±

TP de Physique Phy IV ENS 2019-2020 Page 38


Tracer les courbes LogN = f(x) pour le Pb et l’ Al. En déduire les coefficients
137
linéiques d’atténuation pour les γ émis par la source Cs :

µPb ( 137Cs) = ( ± ) cm-1

µAl ( 137 Cs) = ( ± ) cm-1

On donne les masses volumiques.

Ρ( Pb ) = 11,35g/ cm3 et ρ( Al ) = 2,70 g/ cm3

Calculer les coefficients massiques d’absorption

137
µ/ρ ( Pb, Cs) = ( ± ) cm2/g

µ/ρ ( Al,137Cs ) = ( ± )cm2/g

Conclusion?

Exploiter au mieux vos données et résultats pour estimer la masse volumique du


béton. Conclusion ?

60
Comptage avec la source Co :

60
Mettre en place la source Co à la distance D du tube compteur et faire 6
comptages de 10 S pour les épaisseurs de Pb indiquées dans le tableau. Ranger la
source.

N1 N2 N3 N4 N5 N6 Σni N LogN

Pb ± ±
1cm

Pb ± ±
2cm

TP de Physique Phy IV ENS 2019-2020 Page 39


Air D ± ±

Calculer :

60
µPb ( Co ) = ( ± ) cm2

60
µ/ρ ( Pb, Co ) = ( ± ) cm2/g

Conclusion ?

Dépendance énergétique de l’atténuation dans la matière :

137
Les Ɣ émis par la source Cs ont une énergie de 662 Kev alors que ceux émis
60
par la source Co ont une énergie moyenne de 1,2 Mev. Calculer les couches de
demi- atténuation dans le Pb pour ces deux énergies

CDA ( Pb, 662 kev) = ( ± ) cm

CDA (Pb, 10250kev ) =( ± ) cmr

Conclusion ?

TP N° 3 : caractéristiques des diodes semi-conductrices


Partie- I : caractéristique des diodes
Objectif ; Tracer point par point la caractéristique des trois diodes suivantes : le
Silicium, le
Germanium et la zener.
Schémas :

TP de Physique Phy IV ENS 2019-2020 Page 40


Matériel :
01 diode au Silicium
01 diode au Ge
01 diode Zener
01 Resistance de protection Rp = 100Ω
01 Millimètre
01 Ampèremètre continu
01 Source de tension variable de 0 a 10V
Câbles de connexion

Manipulation :
1- Réaliser le circuit, la diode étant branchée dans le sens direct.
2- Relever le courant du circuit en fonction de la tension appliquée. Attention :
Resserrer
les mesures dans l’intervalle (o-1V) . Etablir un tableau de valeurs mesurées et le les
incertitudes des mesures calculées.
3- Brancher la diode en inverse. Déplacer le voltmètre et mesurer directement la
tension a la sortie de l’alimentation. Effectuer le relevé point par point du courant en
fonction de la tension. Porter les valeurs mesurées dans un tableau ; n’oublier pas les
incertitudes .

TP de Physique Phy IV ENS 2019-2020 Page 41


4- Dans les deux cas, tracer la caractéristique I = f( U ) en utilisant des échelles
différentes pour le sens direct et le sens inverse
5- Pour la diode Zener , déterminer les valeurs des deux seuils / Vd+ et Vz-
6- Déterminer la résistance dynamique de cette diode en direct et en inverse . Que
représente cette résistance ?
7- Indiquer sur la courbe cette courbe les domaines ou la diode est passant et ceux
ou
elle est bloquée

Partie : II
Objectifs : Relever la caractéristique d’une diode zener à l’oscilloscope
Schéma :

Matériel :
01 Diode zener
01 Resistance de protection R = 100Ω
01 Resistance de masse RM = 10Ω
01 Générateur de fonctions GBF
01 Oscilloscope bi courbes
Câbles de connexion
Manipulation :
1- Réaliser le circuit et regler la tension a 0V .Brancher l’oscilloscope en supprimant

TP de Physique Phy IV ENS 2019-2020 Page 42


le balayage horizontal par le bouton XY. Un point lumineux doit apparaitre au
centre de l’écran
Attention : Régler la luminosité de sorte que le point lumineux ne soit pas trop
intense pour ne pas griller la couche de phosphore de l’ecran.
2- Varier lentement l’amplitude de la tension appliquée au circuit. La caractéristique
de la diode Zener se forme alors sur l’écran. Régler éventuellement les
amplitudes X et Y de facon appropriée.
3- Reporter cette caractéristique I = f(U) a l’échelle dans un diagramme, en deduire
les deux seuils ( en direct et en inverse ). Comparer avec les résultats obtenus
plus haut.
4- Quelle différence fondamentale y a-t-il entre la diode zener et les autres ?

TP N° 4 Le Monostable à portes NAND

Objectifs : à préciser par les élèves eux-mêmes

Schémas
V1 6

R2 10k

U1 4011 C1 10n U2 4011


1 1 VF1
3 3
2 2
+

R1 10k

VG1

TP de Physique Phy IV ENS 2019-2020 Page 43


Le monostable délivre à la sortie une impulsion dont la durée est calibrée par un
circuit RC qui lui est associé. Cette impulsion est déclenchée par une impulsion d’état

bas à l’entrée du monostable.

Matériel utilisé :

CI 4011 R1 = 10 KΩ R2 = 10 KΩ , 100 KΩ ; 470kΩ ; C = 47nF, 10nF

1 GBF ; 1 oscilloscope ; 1 Led

Manipulation

Réaliser le 1er montage en prenant C = 100µF et R = 100KΩ

-Utiliser une Led pour visualiser les états de sortie

-Mesurer la durée non stable du système.

-Réaliser le 2ème circuit en remplaçant le bouton poussoir par un GBF. Dans ce 2ème
montage, le monostable est déclenché par les impulsions d’état bas d’un signal carré
Umax = 3V.

Observer et représenter le signal de sortie obtenu avec les valeurs de C et R


suivantes :

-Pour f = 1KHz , C = 10nF et R = 10KΩ

Mesurer la durée d’état haut T = f(RC)

Reprendre le même travail Pour f = 10KHz

Quels applications peut-on faire avec un monostable ? Concevez un monostable à


portes NOR

Le monostable est-il une bascule ?

TP de Physique Phy IV ENS 2019-2020 Page 44


TP N° 5 : L’amplificateur opérationnel

Objectif : Etude des différents montages à amplificateurs à AOP

Amplificateur intégrateur

Schéma :

R3 100k

C1 100n

R1 100k
4

2
- VF2
V1 156
3 +
+ OP1 !OPAMP
7

V2 15
R2 100k

VG1
+

VF1

Matériel utilisé

01 amplificateur opérationnel 741u

01 source de tension continue

01 générateur de fonctions

01 oscilloscope bicourbe

01 résistance R1 = R2 = R3 = 100 kΩ

01 condensateur C = 0,1 µF ; Câbles de connexions

D’après le théorème de Millman

Vs Z Vs 1
=− c =−
Ve R ⇒ Ve jRCw

TP de Physique Phy IV ENS 2019-2020 Page 45


1 t
⇒ V s (t ) = −
RC ∫ 0
V e (t ) ⋅ dt + Cte

Note : Plus il y a de points de mesure, plus le tracé de Bode est précis surtout aux
alentours de la fréquence de coupure.

7 - Tracer sur votre échelle logarithmique le diagramme de Bode de ce filtre (gain et


phase). Préciser les fréquences de coupure à – 3 dB.

Amplificateur comparateur à seuil

Schéma :
V2 15
4

2
- OP1 !OPAMP
VF3
6
VF2 V3 2 3 +
+
7
+

VF1
VG1
V1 15

Gain en boucle ouverte

A = 100 000

Ve p VRe f Vs = 0
Si ⇒

Ve ≥ VRe f V s = V sat
Si ⇒

TP de Physique Phy IV ENS 2019-2020 Page 46


Matériel utilisé:

01 amplificateur opérationnel 741

01 source de tension continue

01 générateur de fonctions

01 oscilloscope bicourbe

01 résistance R1 =1kΩ ; 1,5kΩ ; 2,2kΩ ; 4.7kΩ

01 résistance R2 = 10 KΩ

01 condensateur C = 0,1 µF ; Câbles de connexions

Manipulation - I

Procéder au montage du circuit intégrateur.

Placer successivement les valeurs de R1

Sélectionner un signal carré sur le GBF.

Fixer la tension d’entrée VE = 0,2 V crête à crête et f = 200 Hz.

Visualiser la tension de sortie VS

Note : garder la tension d’entrée VE inchangée tout au long de la manipulation.

Faire varier la fréquence d’entrée (40 Hz-1 KHz) tout en observant VS à


l’oscilloscope.

Noter dans un tableau la variation de VS en fonction de la fréquence et en déduire le


gain et la phase pour chaque fréquence choisie.

Note : Plus il y a de points de mesure, plus le tracé de Bode est précis surtout aux
alentours de la fréquence de coupure.

TP de Physique Phy IV ENS 2019-2020 Page 47


7 - Tracer sur votre échelle logarithmique le diagramme de Bode de ce filtre (gain et
phase). Préciser les fréquences de coupure à – 3 dB.

Manipulation – II

Réaliser le montage du circuit comparateur à seuil.

Sélectionner un signal sinusoïdal fréquence 1kHz sur le GBFet faire varier lentement
son amplitude jusqu’à observer un basculement à la sortie

Déterminer pour chaque valeur de R1, le seuil de basculement du comparateur

Dresser un tableau de mesures. Vos observations

TP N°6 oscillation et modulation d’amplitude :

Objectifs

Production des oscillations entretenues

Etude d’une modulation d’amplitude

Schéma :

TP de Physique Phy IV ENS 2019-2020 Page 48


V1 6

C5 1u

R1 10k
C2 1u VF1
V1 12
R2 47k

R1 1k

T1 2N3819 L1 100u
C3 100n L1 2m
T1 !NPN VF1

C3 100p
R2 100k

C4 220p
R3 3,9k
C1 5n

C2 5n

C1 1u
R4 330
R3 11k

Fig1 fig2

Présentation:

Modulation d’amplitude:

TP de Physique Phy IV ENS 2019-2020 Page 49


Taux de modulation : C’est le rapport entre l’amplitude basse fréquence ( BF ) et la
haute fréquence (HF ) : m = VBF/VHF

Expression du signal modulé (Vm ) :

Etude fréquentielle :

Représentation spectrale :

TP de Physique Phy IV ENS 2019-2020 Page 50


TP de Physique Phy IV ENS 2019-2020 Page 51
Manipulation :

Réaliser d’abord le montage de l’oscillateur seul

Régler le potentiomètre de manière à ce que le signal observé à l’oscilloscope soit


exempt de distorsions

Déterminer la fréquence d’oscillations pour chaque valeur de C1

Pour C1 = 10nF, mettre le GBF en marche régler et la fréquence du signal modulant


à f = 200Hz ; fermer l’interrupteur. Représenter le signal observé à l’oscilloscope

TP N° 7 : Charge et décharge d’un condensateur

Objectifs :

- Déterminer le temps de charge et de décharge d’un condensateur.

- Relever le courant maximal de charge et de décharge pour des montages avec


résistances de deux valeurs différentes.

Schéma :

A A

V
Figure 1 : circuit pour la charge et décharge d’un condensateur
C
Matériel utilisé:

TP de Physique Phy IV ENS 2019-2020 Page 52


01 interrupteur inverseur ; 02 condensateurs C = 1000 µF ; C = 470 µF.

02 résistances R = 10 KΩ ; R =20 KΩ.

01 source de tension U0 ; 01 chronomètre ou montre-bracelet.

02 ampèremètres ; 01 multimètre (voltmètre) numérique ; Câbles de connexion.

Manipulation :

Partie 1 :

1- Réaliser le circuit de la figure 1 (prendre C = 1000 µF et R = 10 KΩ ).

Calculer la constante de temps τ = RC et remplir le tableau suivant pour la charge et


la décharge (commencer par t = 0 s ; prendre comme pas de temps, des multiples
ou sous multiples de τ).

t (unité)

∆ t (unité)

U (unité)

∆ U (unité)

I (unité)

∆ I (unité)

TP de Physique Phy IV ENS 2019-2020 Page 53


3-Tracer sur un même repère les courbes U=f(t) pour la charge et la décharge. Faire
de même pour I=f(t).

4- Au temps t = τ, mesurer la tension Uc et le pourcentage % (cas charge et

décharge)

Au temps t = 5τ, mesurer la tension Uc et le pourcentage %. (Cas charge et

décharge)

Conclure.

Partie 2

1- Réaliser le circuit de la figure 1.

2- Mesurer la variation dans le temps l’intensité du courant de charge et décharge :

a)- Pour différentes capacités C (U et R constantes)

b)- Pour différentes résistances (C et U constants)

c)- Pour différentes tensions (R et C constants)

3- A partir de ces données, déterminer la formule pour l’intensité de courant lors de


la charge et de la décharge d’un condensateur.

4- Représenter les valeurs mesurées sur un graphique.

TP N° 8 : Amplificateurs à transistor bipolaires

TP de Physique Phy IV ENS 2019-2020 Page 54


Montage Base commune

Objectifs :

Déterminer les gains en tenson, en courant et en puissance ainsi que le déphasage


entre les signaux d’entrée et de sortie.

Schéma :

12V

Matériel :

1 Transistor BD 130 ou équivalent 1 GBF

RC = 1KΩ 1 Oscilloscope

R1 = 47KΩ 1 Source de
tension continue

R2 = 47KΩ variable

R3 = 1KΩ

RE = 220Ω

C1, C2 et C3 = 0,47µF

Manipulation :

TP de Physique Phy IV ENS 2019-2020 Page 55


Réaliser le montage. A l’aide de la résistance variable R2 régler la tension collecteur-
masse à 6V . Sur le GBF fixer l’amplitude du signal d’entrée à 50mV visualisée sur la
voie CH1. Ensuite observer le signal de sortie sur la voie CH2. Déterminer :

Le gain en tension exprimé en dB


Le gain en courant
Le gain en puissance
Pour déterminer le courant d’entrée, déplacer la sortie du GBF vers la borne
extérieure de R3, ce qui entraine une diminution de l’amplitude du signal sur la
première entrée. A l’aide d’un bouton du GBF ramener l’amplitude d’entrée à 50mV.
Soient Ve ce signal d’entrée, Vs le signal de sortie

Et Ve’ le signal à l’entrée de R3. Mesurer Ve’ une fois le réglage effectué ; en déduire
Ie

Déterminer Vs = g(fréquence). Tracer ensuite le diagramme de Bode

Montage collecteur commun :

Schéma :

Refaire le même travail et conclure.

TP N° 9 Régimes transitoires

TP de Physique Phy IV ENS 2019-2020 Page 56


Objectifs : à déterminer par les élèves eux-mêmes

Schéma :

C1 100n

VF1
VG1
+

L1 22m
R1 1k

Matériel utilisé:

1 condensateur C = 100nF

1 Inductance environ 200mH

1 Potentiomètre de 1KΩ

1 GBF

1 oscilloscope

Etude théorique :

Démontrer la relation : d2i/dt2+R0di/Ldt+1i/LC = 0 avec R0 =r+rb +rg

On appelle :

Pulsation propre du circuit, la pulsation ω0 1/(LC)-1/2

Résistance critique, la valeur de R0 particulière RC = 2 (L/C)1/2

Calculer RC

TP de Physique Phy IV ENS 2019-2020 Page 57


Manipulation :

-Réaliser le montage.

-Indiquer sur un schéma le branchement de l’oscilloscope pour observer la tension


aux bornes du générateur et le courant i(t)

-Régler le GBF pour avoir un signal carré o…5V de fréquence de l’ordre de 80Hz.
Relever les oscillogrammes observés

Le régime observé porte le nom de régime pseudo- périodique. Justifier cette


dénomination

-Mesurer la pseudo - période T à l’aide de l’oscillogramme. Comparer à T0

Augmenter légèrement r, l’amortissement des oscillations est-il plus ou moins


rapide ?

-Augmenter r de sorte à ne plus obtenir un régime pseudo – périodique. Pour une


valeur de r suffisamment grande, relever les courbes obtenues (noter la valeur de r1
de r réglée). Le régime obtenu porte le nom de régime apériodique, justifier ce nom.

-Relever la valeur de rC de r pour laquelle on passe du régime pseudo – périodique


au régime apériodique. Comparer cette valeur à RC Pourquoi y-a-t-il une différence ?

Lorsque R0 = RC, le régime est dit critique. Relever les courbes correspondantes.

Conclure sur les différents régimes obtenus suivant les valeurs de R0

TP de Physique Phy IV ENS 2019-2020 Page 58

Vous aimerez peut-être aussi