Vous êtes sur la page 1sur 18

El Watan

LE QUOTIDIEN INDÉPENDANT - Lundi 10 janvier 2011


Affrontements
à Béjaïa, grève
générale à AkbouP 10
N° 6145 - Vingt et unième année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1 €. USA : 2,15 $. ISSN : 1111-0333 - http://www.elwatan.com

VIOLENCES EN TUNISIE
LE BILAN S’ALOURDIT
À 23 MORTS 1100 manifestants
arrêtés
Les mineurs
seront libérés,
selon Ould Kablia
PHOTO : AFP

● Le pouvoir fait appel à l’armée et


aux milices parallèles pour mater le peuple
● Maya Jribi, SG du Parti démocrate
progressiste (PDP) : «Le régime a commis
un massacre contre les civils.»
a Tunisie s’enlise. La est intervenue pour mater
L violence qui s’est em- la révolte sociale et politi-
parée du pays, depuis le 17 que. La police a tiré sur les
décembre 2010, a franchi populations civiles à balles
un cap très dangereux. Pour réelles.
la première fois, l’armée (Suite page 15) H. Ouali

NORD DU NIGER (SAHEL)


DEUX OTAGES
FRANÇAIS TUÉS
■ Les deux otages
français enlevés
vendredi dernier à
Niamey ont été tués
moins de 24 heures
plus tard à l’issue
d’une opération de
libération menée
par un commando ■ LIRE NOS ARTICLES
DE LA PAGE 2
PHOTO : H. LYES

franco-nigérien,
à la frontière avec À LA PAGE 13
le Mali. Lire en page 15
PUBLICITÉ
El Watan - Lundi 10 janvier 2011 - 2

L’ÉVÉNEMENT
PORTRAITS
Quand Belkhadem BOU ISMAÏL TIDJELLABINE
parle de «dialogue Abdelfatah Taïeb Ghaimi,
civilisé» Akriche, agent gardien du WRT
bdelaziz Belkhadem, représentant personnel du président à Naftal LsuiteeGhaimi,
jeune Taïeb précise que ce n’est

A de la République, a fait une déclaration amusante sur la


situation dramatique que connaît le pays. «Nous sommes
pour l’expression, mais pas n’importe comment, nous sommes I l travaillait chez Naftal, à
Blida, en qualité d’agent
décédé
aux émeutes,
était le gardien du
but de l’équipe du
que le lendemain,
samedi vers midi,
qu’il a reçu la nou-
velle de la mort
pour le dialogue civilisé. La protestation doit s’exprimer de de sécurité. Abdelfatah Akri- Widad Eriaddi de de son fils de la
manière pacifique», a déclaré le secrétaire général du FLN. Cela che est décédé dans la nuit de Tidjellabine (WRT) brigade de gendar-
ressemble à une plaisanterie. Le FLN, qui a cautionné et justifié vendredi à samedi lors des catégorie juniors et merie de la circons-
le maintien de l’état d’urgence au mépris de la Constitution et émeutes. Célibataire, il habi- le fils aîné d’une cription. Le corps
des pactes internationaux sur les droits de l’homme, n’a jamais tait le quartier populaire Haï famille de sept de Taïeb était totale-
dénoncé l’interdiction de marcher à Alger ou dans les autres Ellouz, situé en amont de la membres. Abor- ment carbonisé. Ses
villes du pays. localité côtière de Bou Ismaïl dés, certains de ses parents l’ont identi-
Depuis 2001, il a suffi d’un décret pour que les libertés publi- (Tipasa). Le corps du défunt proches, rencontrés fié grâce aux photos
ques soient suspendues de manière indéterminée. Le système aurait subi une autopsie au devant le domicile retrouvées dans la
instauré par Abdelaziz Bouteflika depuis 1999 est clairement CHU de Blida. mortuaire, nous ont confié n’avoir carte mémoire de son téléphoné
opposé à toute expression pacifique dans la rue ou dans les es- Le jeune frère du défunt, Djilali, très triste, le visage pas de détails quant aux circonstan- portable. Hier, son père n’arrivait
paces publics. Le non-agrément de nouveaux partis ou syndicats laissant apparaître des signes de fatigue, nous mur- ces de sa mort. Le défunt, qui avait plus à retenir ses larmes. De même
et la fermeture de la télévision d’Etat, qui ressemble à un bunker mure : «Il était venu me récupérer, je ne sais pas qui 19 ans, a été retrouvé carbonisé que son frère Halim, qui évolue lui
médiatique, renforcent ce constat. a tiré avec son arme, il est mort alors qu’il me tenait à l’intérieur du motel jouxtant la aussi parmi les juniors du WRB.
Le FLN, qui s’est mis à genoux devant le nouvel ordre, est tra- par la main. Habituellement, il vivait chez mes grands- station-service de Tidjellabine, au Hier, des dizaines de personnes
versé par une crise interne que A. Belkhadem n’a pas pu juguler parents à Douaouda, mais cette nuit-là, le Bon Dieu a bord de la RN5. Sa mort est sur- affluaient vers la cité AADL où se
pacifiquement. Depuis sept ans, le parti, qui n’arrive pas à sortir voulu qu’il passe la nuit avec nous. Il n’a rien à voir venue suite au saccage de cet éta- trouve la maison des grands-pa-
de la culture de l’unicité de pensée, est livré à des secousses spo- avec les émeutes, il était stable.» «Mais je ne peux vous blissement par un groupe de jeunes rents du défunt, attendant l’autori-
radiques qui l’empêchent d’avoir dire qui a tiré sur mon frère, il faisait très sombre avec habitant le quartier Safsaf, dans la sation des services de la gendarme-
Le système une vision politique à long terme. la fumée des gaz lacrymogènes. En face de nous, il y soirée de vendredi dernier. «Taïeb rie nationale et le procureur général
Bloqué dans «les douceurs» du avait des policiers», conclut-il avant de rejoindre son était parti, comme d’habitude, en de Boumerdès pour l’inhumation
instauré par passé, ce parti s’est adapté aux domicile dans un quartier précaire. ville pour sa séance d’entraîne- de Taïeb. «On nous a demandé de
Abdelaziz activités à huis clos, loin de la Le papa de la victime est chauffeur de bus, originaire ment. Sur le chemin du retour, à la faire des tests ADN demain pour
rue, de l’opinion publique et de la d’Aghbal, à l’ouest de la wilaya de Tipasa. C’est la cité Mahsas, il était accompagné confirmer. Mais nous nous l’avons
Bouteflika contestation réelle. misère qui les a déplacés ici, à Bou Ismaïl, nous dit de son ami B. Bouzid, blessé griè- identifié. Il s’agit de notre fils. Je
depuis 1999 est Belkhadem, qui a accès à la télé- Salim, un citoyen du quartier. «C’est une personne vement lors de l’incendie», précise demande aux responsables concer-
clairement opposé vision et à la radio quand il veut très calme qui ne s’est jamais mêlée aux histoires et son père. Pour lui, son fils est mort nés de nous faciliter les choses
et où il veut, n’a jamais émis ne aux problèmes. Fatah était véhiculé, il percevait son d’asphyxie en l’absence de se- pour pouvoir l’inhumer dans le
à toute expression serait-ce qu’une ébauche de cri- salaire et aidait ses parents, il ne lui restait que le ma- cours. Et d’ajouter : «Mon fils se plus tôt possible.» L’ambiance était
pacifique dans la tique sur les interdits politiques riage, c’était un exemple de réussite pour ses parents», serait réfugié à l’intérieur de l’hô- très lourde, hier, à Tidjellabine. La
et sécuritaires qui figent le pays. ajoute-t-il. La maman de la victime a sur le coup eu un tel pour éviter les affrontements tristesse et l’inquiétude se lisaient
rue ou dans les Il n’a jamais protesté contre le malaise qui a nécessité son évacuation vers l’hôpital. qui redoublaient d’intensité entre sur tous les visages.
espaces publics verrouillage général de la nation Le cimetière où a été enterré hier Abdelfatah Akriche les forces de l’ordre et les jeunes La nouvelle de la mort du jeune
ni sur la neutralisation des instru- se trouve à quelques encablures de la mosquée Bal- de Haï Safsaf. Mais ces derniers Taïeb a jeté émoi et consternation
ments de la médiation sociale et lili, dans un autre quartier de Bou Ismaïl, très redouté, étaient violents et s’en sont pris à parmi la population. Les raisons
politique. Sous les lumières aveuglantes du palais d’El Moura- même au temps du terrorisme. Des escarmouches ont l’établissement, qu’ils ont saccagé et les circonstances de sa mort
dia et derrière l’ombre furtive de Abdelaziz Bouteflika, Belkha- eu lieu quand les jeunes sont passés à côté des forces sans daigner alerter ceux qui se font toujours l’objet de discussions
dem n’a pas vu la tempête venir. Il est était incapable d’anticiper antiémeute, avant d’atteindre la mosquée. L’enterre- trouvaient à l’intérieur. Je crois parmi ses amis, ses proches et tous
la révolte. Lui, comme Ahmed Ouyahia qui semble avoir perdu ment s’est déroulé pourtant dans le silence par respect qu’il est décédé suite à l’inhalation ceux qui l’on connu. Le défunt
l’usage de la parole, n’avait trouvé aucune gêne à s’adapter au pour la mémoire du défunt, nous confie un voisin. de gaz carbonique et à l’absence était estimé par tout monde dans la
«débat» au sens unique et à tourner dans le même cercle. M’hamed H. de secours.» Notre interlocuteur région. R. Koubabi
Au Parlement, le Premier ministre a même prévenu contre le
recours à l’émeute. «Celui qui a mal la tête coupe la route et
brûle les pneus», a-t-il dit, presque sûr de lui. La réponse a été
fulgurante. Ouyahia, Belkhadem et tout le pouvoir dénoncent la M’SILA
violence – comme le fait avec maladresse Daho Ould Kablia,
ministre de l’Intérieur – alors qu’ils ont tout fait pour empêcher
les Algériens de s’exprimer pacifiquement, même à l’intérieur
Azzeddine Labza, première victime des émeutes
des salles. Un débat sur la violence contre les femmes a été e jeune Labza Azzeddine, Chômeur, juste avec un niveau terrasse et qui tirait à balles
interdit. Tout ce qui est lié aux questions relatives aux droits
humains est frappé de suspicion.
Lvictime
20 ans, est la première
des émeutes du 5 jan-
de 6e année primaire, il vivait
aux dépens de ses parents, aux
réelles sur les manifestants.
Ce geste à lui seul constitue
Samedi à Oran, des artistes et des universitaires ont été malme- vier. Il a succombé sous conditions sociales très mo- l’indice révélateur de l’am-
nés par la police au moment où ils tentaient d’organiser une mar- les balles de la police à Aïn destes d’ailleurs. Azzeddine pleur de l’abus, des intimida-
che pacifique. Une action que le FLN, le RND ou même le MSP Hadjel (M’sila), commune a été abattu par l’un des poli- tions et l’arbitraire, dont est
auraient pu organiser. Non, l’Alliance présidentielle, constituée distante de 180 km au sud-est ciers retranchés sur la terrasse victime cette population.
par ces trois formations, préfère l’air comprimé des salons, sans d’Alger. Ce jeune, le dernier du commissariat, l’atteignant Ce sont les dépassements de
doute «moins pollué». Pas de débat libre, pas de rencontres po- d’une famille de cinq enfants, à la tête. Cette façon d’user certains policiers, a-t-on indi-
litiques, pas de marche, pas de sit-in, pas de rassemblement, pas était bien considéré, non seu- d’une arme à feu avec une qué à Aïn Hadjel, qui, par des
de… Ceux qui ont semé le vent doivent affronter l’ouragan. lement auprès de sa famille, facilité déconcertante a jeté propos malveillants, ont pro-
A mains nues ou avec des mots creux. mais de tout le quartier la stupeur et consternation au voqué la colère des jeunes qui
L’affronter car ils n’ont pas laissé grand-chose aux jeunes sauf… Soummam. Lors de notre pas- gentillesse et sa générosité, il sein de la population de Aïn ont pris d’assaut le commis-
la violence de l’expression. Aussi, la réaction de Abdelaziz sage chez cette famille à Aïn vouait un amour sans borne Hadjel. Cette dernière était in- sariat.Labza Azzeddine a été
Belkhadem, citée uniquement en exemple, est-elle ridicule. Elle Hadjel, le père, âgé de 80 ans, à ses concitoyens. Ses amis, dignée quand le ministre de enterré hier après-midi dans
est elle-même violente car elle démarre d’un mensonge. A-t-on était dans un état pitoyable. rencontrés dans la demeure l’Intérieur, lors de sa décla- le cimetière de la ville, après
laissé une petite place au «dialogue civilisé» ? La crise de ce Selon les voisins de la victime familiale, ne cessent de répé- ration à la télévision samedi, l’échec des autorités locales
mois de janvier 2011 permet au moins de constater de façon de ce quartier marginal de ter que Azzeddine aspirait à a évoqué la légitime défense qui avaient suggéré de l’en-
éclatante que la classe dirigeante est sérieusement décalée par Aïn Hadjel, Azzeddine était un avenir meilleur dans cette pour une compagnie de po- terrer dans la commune d’El
rapport au pays, ces Algériens… d’en bas. Fayçal Métaoui un garçon apprécié pour sa Algérie immensément riche. liciers qui s’est postée sur la Hamel. S. Ghella
El Watan - Lundi 10 janvier 2011 - 3

L’ÉVÉNEMENT
LE GOUVERNEMENT A COMMUNIQUÉ HIER SON BILAN DES ÉMEUTES Risque
de 1 à 2 ans
1100 manifestants arrêtés de prison
es centaines de jeunes

T
rois morts parmi les mani-
festants, plus de 800 blessés,
dont 763 policiers, et plus de
1100 arrestations.
sentés devant les tribunaux. Mais
pour l’heure, nous n’avons pas
pu obtenir assez d’informations,
ni accéder aux dossiers des jeu-
pris «en flagrant délit
de vandalisme ou de
vol». Certains des mi-
neurs arrêtés répondront,
NOUVELLE ARME ANTIÉMEUTE *
L manifestants arrêtés
lors des émeutes ayant
secoué, le week-end dernier,
Parmi les interpellés, figurent de nes interpellés, encore moins de selon un avocat cité par plusieurs wilayas du pays en-
nombreux mineurs. Tel est le bilan connaître les motifs des poursuites l’agence AFP, des chefs d’incul- courent des peines d’empri-
lourd et macabre du mouvement judiciaires». Samedi soir, sur Ca- pation d’«incendie volontaire» sonnement allant d’une année
de protestation populaire qui dé- nal Algérie, le ministre de l’Inté- et de «coups et blessures ayant à deux ans. «Dans ce cas, les
vaste, depuis le 5 janvier dernier, rieur chargeait violemment les jeu- entraîné la mort». «Pour apaiser juges vont appliquer la procé-
une vingtaine de wilayas du pays. nes manifestants, auteurs «d’actes les esprits, l’urgence est dans la dure de flagrant délit. Le code
Anticipant sur une éventuelle criminels». Le lendemain, Daho mise en œuvre de solutions po- de procédure pénale est clair
contestation de ce bilan officiel, Ould Kablia, sur un ton fausse- litiques et pacifiques et non pas à ce sujet. Le cas des manifes-
Daho Ould Kablia, le ministre ment paternaliste et compréhensif, d’appliquer aux manifestants le tants sera traité, au maximum,
de l’Intérieur et des Collectivités réitère les mêmes propos réduc- code pénal», rétorque le président dans les deux jours qui suivent
locales, prend les devants et réfute teurs du mouvement de contesta- de la LADDH. Les déclarations leur arrestation. Ils risquent
d’ores et déjà tout autre chiffre tion et des manifestants, assimilés faites ces dernières heures par les
qui serait éventuellement com- à des marginaux. Des émeutiers responsables du gouvernement d’être condamnés à des peines
muniqué par des organisations qui ne constituent, d’après M. sont le signe, d’après l’avocat de prison allant de 1 à 2 ans»,
indépendantes. Ould Kablia, que «la partie la des droits de l’homme, que le explique Noureddine Benyes-
«En ce qui concerne le nombre plus radicale de la jeunesse (…)». cycle de la répression ne sera sad, avocat et vice-président
de morts et de blessés, toute autre «La frange de jeunes dont nous pas rompu de sitôt. Les pouvoirs de la Ligue algérienne pour la

DESSIN MAZ
information colportée par des connaissons, par ailleurs, la situa- publics, déplore Me Bouchachi, défense des droits de l’hom-
organes de presse étrangers ou tion difficile, tente d’analyser le privilégient toujours le «traite- me (LADDH). Les émeutiers
algériens est fausse et alarmiste et ministre, s’est mise en position de ment policier et judiciaire aux seront, conformément à la-
à laquelle il convient de ne donner fracture totale par rapport au reste solutions politiques». dite procédure, poursuivis pour
aucun crédit», avait asséné le mi- de la société. Leurs agissements Mohand Aziri * VU LORS DES RÉCENTS AFFRONTEMENTS «atteinte à l’ordre public, vol
nistre dans une interview accordée criminels faits de violence, de des- et destruction de biens publics
hier à l’agence de presse étatique, truction et de vols n’ont épargné ni et privés». C’est ce qui a été
APS.
Maître Mustapha Bouchachi af-
les biens publics ni les biens pri-
vés. Ils s’en sont pris aux intérêts
Notre journaliste Mustapha Benfodil confirmé, d’ailleurs, par le mi-
arrêté par la police nistre de l’Intérieur et des Col-
firme qu’hormis ce bilan rendu de citoyens de condition modeste lectivités locales, Dahou Ould
public par le gouvernement, la dont les magasins ont été pillés et ■ Notre journaliste Mustapha Benfodil a vague d’arrestations qui a ciblé sans
Ligue algérienne pour la défense leurs voitures incendiées. Ces jeu- Kablia. «Les tribunaux sont
été embarqué, hier, par la police à Staouéli distinction un certain nombre de citoyens. déjà saisis dans la plupart des
des droits de l’homme (LADDH) nes n’ont obéi qu’à des instincts (à l’ouest d’Alger), alors qu’il couvrait un Notre reporter n’a été libéré qu’en début de
ne dispose pour l’heure d’aucun revanchards car ne mesurant pas cas où des jeunes ont été pris
rassemblement qui allait se tenir dans cette soirée. A noter qu’à l’heure où nous en flagrant délit de vandalisme
autre bilan. «Nous savons qu’il toutes les conséquences de leurs mettons sous presse, des citoyens
localité. Cette initiative à laquelle avait ou de vol», affirme-t-il dans
y a eu beaucoup d’arrestations. actes.» Les tribunaux, ajoute-t-il, interpellés sont encore dans les locaux
appelé le Comité intercommunal de Aïn une déclaration faite samedi
Hier et avant-hier, de nombreux ont déjà été saisis dans la plupart de la police.
jeunes manifestants ont été pré- des cas où des jeunes ont été Bénian-Staouéli a été avortée suite à une dernier. M. M.

5 OCTOBRE 1988 - 5 JANVIER 2011

Quelle issue pour l a contestation ?


e 5 octobre 1988 avait marqué la fin d’une époque, celle du de tant d’atouts pour mettre le pays sur la voie du développement. cause de la flambée des produits de large consommation. Oter le
L parti unique. Les événements avaient provoqué ou précipité, à
l’époque, des changements ayant donné naissance au pluralisme
Les recettes pétrolières offraient à l’Exécutif l’équivalent de quatre
fois la valeur actuelle du plan Marshall qui a reconstruit l’Europe
sens politique à une pareille contestation, c’est une manière pour le
pouvoir de transmettre un message l’exonérant de la responsabilité
politique, à la presse libre et à l’économie de marché. L’ampleur de l’Ouest après la Deuxième Guerre mondiale. Le personnel di- dans la situation de crise qu’il a lui-même provoquée. Désigner
du mouvement et la brutalité avec laquelle il a été traité ont fait rigeant actuel n’a pu donc produire que l’échec. Une situation ex- des ennemis internes et externes, qui ont provoqué les émeutes
tomber des têtes. plosive presque similaire à celle d’octobre 1988. Ce qui s’est passé menées, selon lui, par «des jeunes, souvent des mineurs», est
Mais l’ouverture qu’on voit aujourd’hui, avec un recul de 22 ans, ces derniers jours en Algérie n’est pas un «chahut de gamins». aussi une manière détournée de faire admettre à l’opinion publique
n’a pas pour autant consacré l’alternance au pouvoir. Au contraire, C’est l’expression d’un malaise généralisé, résultat d’une véritable que la contestation ne remet pas en cause l’équipe dirigeante. Au
ce qu’on appelle les acquis d’Octobre ont entamé un mouvement impasse sur le double plan économique et politique, contrairement contraire, soutenait avant-hier le ministre de l’Intérieur, Dahou
régressif, une sorte de mouvement à contresens des aspirations ci- à l’embellie qu’a eu à annoncer en grande pompe à l’APN, le Pre- Ould Kablia : «Les adultes, les pères de famille, eux, continuent
toyennes pour arriver, en fin 2010, à une impasse politique doublée mier ministre lors de la présentation de la Déclaration de politique à faire confiance à l’Etat», donc au personnel en place. Autrement
d’une panne économique, mais cette fois-ci avec les caisses plei- générale, il y a plus d’un mois. dit, il n’y a aucune volonté de tirer les leçons de la situation actuel-
nes. Politiquement, si ce n’est la façade démocratique du système, Pareille situation, dans des pays à forte tradition démocratique, le, ni de changer de méthode de gouvernance. Et si alternative il y
on est presque dans les mêmes interdits : on tolère à peine l’exis- aurait assurément fait tomber des gouvernements, provoquer de avait, le pouvoir n’accepterait pas celle qui ne viendrait pas de lui.
tence de quelques îlots d’opposition, de presse libre. Une véritable profonds changements politiques… Qu’en sera-t-il chez nous ? Il s’est attelé d’ailleurs durant ces dernières années à inhiber tous
chape de plomb s’est abattue sur le pays ces dernières années. Dans un système aussi fermé et réfractaire à une alternative qui les ressorts de résistance de la société et à empêcher la construction
Sur le plan socioéconomique, on est pratiquement dans la même viendrait de l’extérieur, c’est-à-dire de l’opposition, il est diffi- d’une véritable alternative démocratique à travers la fermeture des
configuration d’il y a 22 ans. Le chômage, la faim et la misère cile de parier sur une telle issue. Nous avons vu déjà comment le champs politique et médiatique. Le pouvoir a démontré également
touchent de larges pans de la société. Seulement, le pouvoir n’a gouvernement, par le biais de son ministre de l’Intérieur, a tenté qu’il était prêt à tolérer une violence désordonnée plutôt qu’un im-
pas beaucoup d’arguments à faire valoir pour justifier une telle si- d’abord de banaliser un mouvement contestataire aussi large et portant mouvement pacifique avec des mots d’ordre politiques. Ce
tuation. Aucun gouvernement depuis l’indépendance n’a bénéficié aussi violent en le réduisant à une simple expression de colère à sera encore une fois l’éternelle alternance clanique. Saïd Rabia
El Watan - Lundi 10 janvier 1011 - 4

L’ÉVÉNEMENT

KARIM AMELLAL. Ecrivain et maître de conférences à Sciences-po (Paris)

«L’abandon et l’injustice
ont créé les émeutes»
Karim Amellal voit en les représentent en moyenne la moitié du la société civile : les manifestants dé- n’est pas, pour beaucoup, à la révolte,
budget. C’est la goutte d’eau qui a fait fient les interdits et les menaces ; des mais à la conquête d’une vie décente.
émeutes qui secouent déborder le vase du sentiment d’in- avocats défilent dans la rue et bravent C’est ce que doivent garantir les auto-
l’Algérie une expression justice : l’insuffisante redistribution les périls. La revendication économi- rités en répartissant dès maintenant et
d’abandon et de défiance. des richesses et le poids des contrain- que est doublée d’une revendication équitablement les 90 milliards de dol-
tes qui écrase les classes populaires politique. lars de réserves de change qui forment
La mauvaise redistribution sont insupportables. Le point essen- Il y a beaucoup de similitudes… le trésor national.
des richesses a créé des tiel, au-delà de la séquence, c’est le Il faut replacer ces protestations dans En regardant les images, on pense
creusement des inégalités en Algérie un temps plus long. En Algérie, ce nécessairement au 5 octobre 1988.
inégalités insupportables depuis l’ouverture économique et la n’est pas la première fois qu’il y a des Sommes-nous dans la même confi-
pour les classes populaires. perception croissante de ces inéga- émeutes à forte dimension sociale guration ?
lités : une infime minorité s’enrichit et économique – plus que politique. Non, je ne crois pas. Il y a un moment
L’augmentation des prix de façon éhontée et visible, souvent C’est un phénomène récurrent depuis fondamental et tragique qui nous
a été l’étincelle. grâce à la corruption qui gangrène les dix ans, là encore depuis une ouver- sépare de 1988 : les années 1990, la
structures de l’administration, tandis ture économique menée à la serpe guerre civile. Les Algériens n’ont à
Propos recueillis par que l’écrasante majorité voit son qui creuse les inégalités et nourrit le aucun prix envie de revivre cela. Et le
Rémi Yacine pouvoir d’achat se dissoudre dans la sentiment d’injustice. contexte est très différent : les années

PHOTO : D. R.
cherté et les tracasseries du quotidien. En Tunisie, en revanche, c’est un Bouteflika ne sont pas les années
Comment analysez-vous les émeu- La plupart des Algériens aujourd’hui phénomène nouveau et beaucoup plus Chadli, la croissance économique
tes qui secouent plusieurs villes considèrent qu’ils sont les victimes politique, même s’il se fonde sur un actuelle contraste avec les années de
algériennes ? sacrificielles des choix économiques pays qui, contrairement à l’Algérie, mécontentement populaire d’ordre crise et de sclérose des années 1980,
Ce type de protestation radicale se et politiques réalisés depuis les années voit toute l’année défiler sous ses social qui s’est cristallisé tragique- les circonstances politiques, elles
déclenche le plus souvent dans le 2000 : leur vie ne s’améliore pas et, yeux des touristes qui contribuent ment à Sidi Bouzid. C’est l’absence aussi, ne sont pas les mêmes.
cadre d’une séquence récurrente qui pour les catégories populaires aux massivement à une richesse nationale des libertés qui est proclamée. C’est la Les conquêtes de 1988 (le multipar-
comprend plusieurs ingrédients : des revenus les plus modestes, non seule- dont ils ne voient pas la couleur. Cela démocratie qui est revendiquée. tisme, la liberté de la presse) ont été
difficultés structurelles très fortes ment elle se détériore, mais l’horizon accroît les tensions et les frustrations, Est-ce une énième poussée de fièvre ébréchées mais elles existent toujours.
(chômage massif, inflation, pénurie est plus noir que jamais. mais il faut bien voir que la Tunisie ou pensez-vous que ce mouvement Le rôle de l’armée a sensiblement
de logements, etc.) et croissantes mal- Peut-on comparer le cas algérien à vit sous une chape de plomb et non risque de durer ? évolué. Bref, la configuration n’est
gré une croissance économique très celui de la Tunisie ? l’Algérie : même s’il y a des progrès à C’est un mouvement spontané, non pas la même qu’en 1988, même si elle
importante et des ressources financiè- Il y a des similitudes et des diver- faire, la presse y est libre, l’expression encadré, non catalysé et je crois que est très loin d’être satisfaisante sur les
res énormes grâce aux hydrocarbures gences. Ces dernières me semblent de désaccords est possible, la parole ce mouvement va s’éteindre, comme plans politique et économique.
; un sentiment global d’abandon et de néanmoins plus importantes que les n’est pas corsetée dans la peur de la les précédents, dans un mélange de Au-delà de l’analyse politique, il
défiance qui enfle et se transforme premières. D’abord, il est vrai que répression. répression et de recul sur les motifs de y a une différence majeure entre la
peu à peu en colère puis en rage ; et ces deux événements s’enracinent Il faut bien avoir en tête que la Tunisie l’explosion. période actuelle et les années 1980 :
enfin une étincelle. dans des difficultés économiques et est un régime policier féroce : les La hausse des prix va tenter d’être c’est la très forte croissance économi-
L’étincelle, ici, ce fut l’augmenta- sociales qui sont à bien des égards Tunisiens sont surveillés et ne peu- jugulée. Les Algériens vivent encore que actuelle qui n’existait pas à cette
tion des prix des produits de base, comparables : les jeunes Tunisiens vent pas s’exprimer quelle que soit dans le souvenir des années 1990, époque-là (1980).
ressentie très douloureusement pour partagent avec leurs voisins algériens leur place dans la hiérarchie sociale. de la guerre civile, d’une violence Grâce à elle, il est possible d’agir sur
des jeunes – les moins de 30 ans le sentiment d’injustice, d’être les Tout cela dans un régime qui incarne destructrice. Même si la violence, sur les problèmes des Algériens, d’éviter
représentent les trois quarts de la laissés-pour-compte de la croissance. jusqu’à l’absurde les inégalités et la fond de ras-le-bol généralisé face à un qu’ils ne s’aggravent, de réduire la
population algérienne ! - issus de fa- Le chômage endémique et l’absence corruption. Ce qui se passe en ce mo- pouvoir qui semble autiste, constitue corruption. Les conditions sont réu-
milles dont les produits alimentaires de perspectives se déploient dans un ment, me semble-t-il, c’est le réveil de un exutoire conjoncturel, la priorité nies. Encore faut-il agir. K. A.

APRÈS LA VIOLENCE DES ÉMEUTES REPORT DES SÉANCES


À TRAVERS L’ALGÉROIS DE L’APN
Retour progressif au calme Les députés
J usqu’en fin d’après-midi d’hier, aucun
incident majeur n’a été signalé dans
la plupart des localités de l’Est algérois.
sée. Quelques habitants, à Bateau Cassé,
munis de balais et de pelles essayaient
de redonner à leur quartier un semblant
Hassen, hier, seul les bruits des machines
s’échappant des ateliers installés un peu
partout dans la ville perturbaient le calme
du RCD exigent
De Bordj El Kiffan où les affrontements
entre les forces de l’ordre et les jeunes
insurgés ont duré deux journées de suite,
de propreté. A Quahouet Chergui, c’est
à coups de jets d’eau que les ouvriers
municipaux ont nettoyé les alentours du
des lieux. Personne ne semble prêter
attention à ce qui s’est passé, ces derniers
jours, dans les autres villes. Seuls les
un débat général
jusqu’à Aïn Chorb (Surcouf) dans la grand rond-point. journaux, sur les étals des kiosques, rap- e bureau de l’APN a décidé, hier, de reporter les séances de l’As-
commune de Aïn Taya, le calme est reve-
nu, progressivement. Néanmoins, le cli-
En continuant sur le tracé de la RN 24,
plus précisément au carrefour Colonel
pellent les manifestations de colère qui
ont secoué le pays.
L semblée qui devaient reprendre à partir de mardi au dimanche 16
janvier. Cette décision, selon un communiqué de l’APN, vise à «per-
mat général reste tendu, particulièrement Doukar, dans la commune d’El Marsa, le Concernant les boutiques et les bureaux mettre aux députés de participer aux efforts d’apaisement suite aux
à Eddoum, où les émeutes ont été très lieu déborde d’éclats de verre des devan- de différents services publics, il n’y a protestations enregistrées dans plusieurs villes du pays, en raison de
violentes durant les dernières 48 heures. tures brisées des locaux appelés commu- vraiment rien d’inhabituel : agences la hausse des prix de certains produits alimentaires de large consom-
Sur ce tronçon de route qui mène des Pins nément par les habitants «les 100 locaux postales et écoles étaient ouvertes et les mation. L’APN avait arrêté le calendrier des séances plénières lors de
Maritimes jusqu’à Réghaïa, les séquelles du Président» qui ont été complètement commerçants ont étalé leurs marchandi- sa réunion de jeudi dernier, où il a été décidé de la reprise des travaux
des affrontements sont encore visibles, saccagés. En face, une dizaine de chalets ses, attendant la clientèle. du 11 au 27 janvier. Après 30 ans, le projet de loi portant règlement
les restes de pneus brûlés marquent la vides ont été brûlés par les manifestants, Le même décor est remarqué à Douéra. budgétaire de l’année 2008 a été programmé pour être soumis à débat.
chaussée, qui est devenue un réceptacle ne laissant apparaître de leurs structures «Seule nouveauté : les routes sont fluides, Il sera enfin présenté et débattu dès la semaine prochaine, c’est ce
pour toutes sortes d’objets. que quelques ossatures cramées et une car les gens évitent sans doute de sortir qu’a annoncé le président de la commission des finances et du budget,
A Rassota, localité qui dépend territo- colonne de fumée encore montante. D’El sans motif», est-on tenté de penser. Mohamed Kenai.
rialement de la commune de Bordj El Marsa à Rouiba en passant par Surcouf, Dans la commune de Birtouta, la pré- Par ailleurs, le groupe parlementaire du RCD exige un débat général
Kiffan, ce sont tous les lampadaires, la cité des Pins et la cité Diplomatique à sence de policiers, un peu partout dans à l’APN sur la situation politique et sociale que traverse le pays. Le
que les manifestants avaient arrachés la Dergana, les émeutes se sont estompées la ville, témoigne de la fébrilité de la groupe parlementaire du RCD note que «pour l’instant et à l’instar
veille, que les agents de l’APC essayaient au fil du temps, mais un climat de tension situation. de tous les régimes autistes, l’Exécutif se contente de nier la réalité
de dégager pour libérer la route. reste toujours perceptible. Des groupes de jeunes s’adonnent à leurs de son échec en bricolant une communication digne de la propagande
A la cité Faïzi, qui a connu l’un des épi- A l’ouest de la capitale, les habitants activités habituelles : jeu de cartes et dis- coloniale». Les députés du parti de Saïd Sadi estiment que le citoyen
sodes insurrectionnels les plus agressifs, des communes de Baba Hassen, Bir- cussions sous les arbres bordant les allées algérien a le droit de connaître les causes et les responsables d’une
l’espace réduit entre une barricade et une touta, Baba Ali et Douéra ont vaqué hier de la cité des 1680 Logements, qui a ac- politique qui «n’en finit pas d’endeuiller notre peuple avec son lot de
autre renseigne sur le caractère violent à leurs occupations quotidiennes dans le cueilli les anciens habitants des bidonvil- morts, de blessés et de prisonniers, dégradant encore plus son image
de ces émeutes. Des traces laissées par calme. Ces localités, semble-t-il, n’ont les de Oued Korich et d’El Djazira, entre sur la scène internationale». Pour le RCD, il s’agit là d’une ultime
les jets de pierres sur les édifices publics pas connu d’affrontements comme ceux autres. Le marché de proximité grouillait occasion pour une Assemblée, «globalement issue de la fraude et
maculent les murs et des monticules qu’ont vécu les autres localités périphé- de monde. Aucun signe de tension n’était transformée en béquille des fossoyeurs de la nation, de se donner un
d’objets hétéroclites jonchent la chaus- riques et les quartiers d’Alger. A Baba perceptible. K. Saci et F. Arab semblant d’existence et de respectabilité». N. Amir
El Watan - Lundi 10 janvier 2011 - 5

L’ÉVÉNEMENT
PERTURBATION DES TRANSPORTS ET DE LA DISTRIBUTION DE CARBURANT

L’activité reprend après la paralysie


près un week-end sulfureux, peur d’être bloqués ou de subir des

A durant lequel le cours des cho-


ses était comme suspendu, les
activités quotidiennes sont revenues
dommages», explique-t-il. En dehors
des longues distances interwilayales,
ou des véhicules escomptant rallier
à la normale. Et qui dit «business as des zones bloquées à la circulation
usual», dit circulation routière qui, pour pour cause d’émeutes, «tout va bien».
cause de pénurie de carburant, a connu Ce qui explique aussi les ruptures de
une diminution certaine. Ainsi, l’ap- stocks déplorées ça et là par les com-
provisionnement en essence de certai- merçants de certaines régions, causées
nes stations-services, situées dans des par un déficit d’approvisionnement en
quartiers «à risque», a été suspendu. marchandises, «tout spécialement en ce
«Par mesure de sécurité, les camions- qui concerne l’alimentation générale»,
citernes de Naftal, qui ne circulent précise M. Boulenouar. «Malgré cela,

PHOTO : H. SALIM
que la nuit, ont reçu la consigne de ne la plupart des magasins de par le terri-
pas le faire, et ce à compter de jeudi toire national ont ouvert, et ce même si
soir», explique le gérant d’une pompe des dégâts matériels ont été constatés
à essence à Chevalley, qui ne désemplit sur près d’une centaine d’entre eux»,
pas en cette matinée de dimanche. Car ajoute-t-il. Et l’un des services publics
la rupture de stocks n’a pas tardé. «Nos Reprise progressive des transports en commun à Alger le plus rudement touché par la vindicte
réserves se sont épuisées dans la soirée burant n’a, semble-t-il, pas touché l’en- d’usagers. «Par mesure de sécurité, gagner engendré par cet arrêt. Malgré populaire est Algérie Poste. Près de 50
de jeudi, et pas moyen de nous réappro- semble des stations-services, comme le trafic a cessé jeudi, pour reprendre la casse, commerces et postes ouvrent. bureaux de poste ont ainsi été saccagés,
visionner. La rupture a perduré jusqu’à l’atteste le responsable d’une structure progressivement dimanche matin, avec Pour ce qui est des transports routiers, «plus ou moins gravement», estime une
ce matin, les camions ayant dérogé à située à Chéraga. «Nous n’avons connu quelques navettes vers les banlieues», bus urbains et autres taxis, la Fédération source proche d’Algérie Poste. Ce qui
l’interdiction faite aux poids lourds de aucun problème à aucun moment», assure Mme Ali Messaoud, chargée de des transporteurs, affiliée à l’UGCAA, n’a pas pour autant conduit à leur fer-
circuler en ville durant la journée», affirme-t-il. la communication de la SNTF. Une assure, par le biais de M. Boulenouar, meture, puisque, assure-t-on, «les ser-
raconte-t-il. Quid des automobilistes Mais des dérèglements ont aussi touché reprise totale des activités régionales que «le service est assuré, après un vices postiers ont assuré leurs activités
? «Heureusement que la plupart des l’ensemble des moyens de transport, du réseau ferroviaire était ainsi prévue week-end de ralentissement». «La vie jeudi, samedi et dimanche, et ce sans
citoyens ont préféré ne pas s’aventurer ferroviaire ou routiers qu’ils soient. aujourd’hui «au plus tard», estime-t- a repris ses droits. Il est vrai que jeudi aucun aménagement des horaires». Du
dehors durant ces deux derniers jours, Nul train n’a ainsi circulé depuis la elle, sans toutefois pouvoir encore don- et vendredi, de nombreux opérateurs moins pour l’instant, puisque les acti-
évitant par la même la panne sèche», soirée de jeudi, de banlieue qu’il soit ner le nombre de dessertes assurées, ont déserté les gares routières très tôt vités restent tributaires de la situation
ajoute-t-il. Mais cette pénurie de car- ou régional, immobilisant des milliers ou encore une estimation du manque à ou n’ont carrément pas travaillé de sécuritaire. G. L.

PLUS DE 40 ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES SACCAGÉS TIZI OUZOU


Les
Reprise après réfection des écoles étudiants
es violentes manifestations qui se- du ministre de l’Education nationale, qui cueillir dans les meilleures conditions Benbouzid pour la reconstitution de tous
L couent depuis près d’une semaine
le pays ont causé la destruction de plus
explique que les structures décentralisées
de l’éducation nationale ont fait appel à
possibles les élèves», a soutenu notre
interlocuteur. D’après le ministère, toutes
les dossiers détruits dans certains établis-
sements. «Des lycées ont été saccagés,
en grève
de quarante établissements scolaires, des artisans, à des petites entreprises ainsi les écoles ont été plus au moins remises des ordinateurs ont été volés et l’aca- Les étudiants de
tous paliers confondus. Sur un total de qu’à des entrepreneurs pour effectuer les en état et les élèves ont repris, hier, les démie de Ouargla a été complètement l’université Mouloud
1900 écoles relevant du secondaire, 21 premiers travaux de remise en état des cours le plus normalement du monde, calcinée. Lorsqu’on s’attaque à un lieu Mammeri de Tizi Ouzou
ont connu des actes de sabotage, alors établissements affectés. Les responsa- sauf dans la wilaya de Béjaïa où les pa- de savoir, on ne peut que condamner ces ont observé, hier, une
que sur les 5000 collèges 20 ont été sac- bles du ministère sont catégoriques : les rents n’ont pas envoyé leurs enfants dans actes, mais les pouvoirs publics ont une grève générale pour
cagés. Les écoles primaires n’ont pas été établissements scolaires gravement ou deux établissements d’enseignement se- part de responsabilité du fait qu’ils n’ont dénoncer «les conditions
épargnées puisque 4 ont subi des dégâts relativement touchés par les actes de sa- condaire, le premier situé dans la localité pas su voir arriver la révolte», a soutenu sociopédagogiques
considérables. Face à ce mouvement botage ont ouvert hier leurs portes, et ce, de Derguina, le second à Kherrata. En M. Meriane, qui pense que le fait d’avoir peu reluisantes» dans
de manifestation, les parents d’élèves grâce à la mobilisation des responsables outre, le ministre de l’Education natio- muselé les libertés syndicales a ouvert la lesquelles ils évoluent.
affichent leur inquiétude et s’interrogent des structures décentralisées de l’édu- nale a donné des directives à l’inspection voie à l’anarchie. «L’anarchie est un phé- Ils ont, en outre, évoqué
sur les mesures prises par le ministère cation nationale avec la collaboration générale de la pédagogie, nouvellement nomène incontrôlable et la réaction de la la situation qui prévaut
de l’Education nationale pour éviter aux des autorités locales. Le département installée, pour qu’elle puisse instruire les rue est imprévisible. Certes, des mesures dans le pays. Lors de
élèves des retards dans leurs cours. Est-il de Benbouzid s’est également réjoui de inspecteurs de manière à suivre pas à pas, sociales ont été prises, mais cela reste l’assemblée générale,
facile de remettre sur pied, dans l’immé- l’implication des citoyens qui ont réagi avec la collaboration des enseignants, les insuffisant car elle ne sont pas suivies de les étudiants ont lancé
diat, des établissements complètement en vue d’empêcher que les établissements élèves des classes d’examen. Par ailleurs, mesures politiques», note ce syndicaliste. des appels au pouvoir
détruits ? En réponse à cette question le scolaires ne fassent l’objet d’actes de M. Meriane, porte-parole du Syndicat Par mesures politiques, notre interlocu- politique pour une prise en
département de Benbouzid se veut ras- vandalisme : «Nous suivons de très près national autonome des professeurs des teur fait allusion au respect des libertés charge des problèmes
surant. «La situation n’est pas vraiment l’évolution de la situation et l’ensemble enseignants du secondaire et technique syndicales et individuelles, à l’ouverture économiques et sociaux
alarmante. Elle est à la portée des ges- des directeurs de l’éducation des wilayas (Snapest), s’est interrogé sur la stratégie du dialogue avec les syndicats autonomes de la région. Ils ont prévu
tionnaires», note M. Boumaraf, conseiller concernés ont été instruits afin d’ac- que compte adopter le département de et la société civile. Nabila Amir ainsi l’organisation
d’assemblées générales
quotidiennes pour suivre
UNIVERSITÉ DE BOUZARÉAH l’évolution de la situation
intra et extra-universitaire.
S’agissant du volet
Un rassemblement organisé hier pédagogique, ils
réclament le maintien du
es étudiants de l’université de Bouzaréah tentent de blement, les étudiants ont opté pour une journée de ment de révolte et non pas émeute. Il y a des conditions
L structurer le mouvement de révolte mené par des
jeunes des quartiers populaires depuis quelques jours.
grève qui sera observée mardi prochain. Ils se sont en-
tendus également sur la nécessité de la tenue d’un autre
objectives qui ont poussé les jeunes des quartiers
populaires à sortir dans la rue. Nous ne les condam-
concours de magistère
pour accéder en post-
graduation, et l’accès sans
Initié par l’association Nedjema, un rassemblement rassemblement aujourd’hui, au niveau de l’université nons pas. Mais nous les appelons à s’organiser», a conditions au master pour
a été tenu hier, à l’université de Bouzaréah afin de de Bouzaréah, afin d’échanger leurs avis sur toutes lancé Farid Hadj Mohand, membre de l’association tous les étudiants.
discuter des actions à entreprendre prochainement. les questions qui préoccupent la société algérienne. Nedjema, qui dit n’appartenir à aucune formation Ils requièrent en sus
Les membres de l’association Nedjema veulent faire Une marche pacifique reste l’objectif des membres politique. «Nous soutenons tous les mouvements popu- l’organisation de cycles de
la jonction entre le mouvement estudiantin et celui des de l’association Nedjema, qui comptent mobiliser les laires autonomes», a-t-il insisté. C’est pourquoi «nous conférences d’évaluation
jeunes des quartiers populaires. A l’issue de ce rassem- étudiants pour être à l’avant-garde de la société. «On a lançons un appel à tous les travailleurs et syndicats du système LMD (licence,
pas encore opté pour cette marche parce qu’on n’a pas qui les représentent pour qu’ils s’organisent. C’est de master, doctorat).
www.algeriatenders.com encore mesuré la réalité du terrain», a affirmé Farid cette façon que nous réussirons à expliquer la nature Par ailleurs, les étudiants
Hadj Mohand, «militant» de l’association Nedjema. de la crise et contrecarrer la propagande du discours dénoncent l’insécurité
Le premier site Internet dédié Les initiateurs de ce mouvement estudiantin se démar- officiel», a glosé cet étudiant en lettres françaises. qui règne au sein des
quent à la fois de ceux qui qualifient les émeutiers de Questionné au sujet de la participation des autres orga- cités universitaires et
aux appels d’offres algériens
- Classés, triés par secteur d’activité délinquants et de ceux qui parlent de la manipulation. nisations estudiantines –UGEL, UNEA et UNJA – cet dans les campus. Ils
- Mise à jour permanente et quotidienne Les étudiants visent, d’une part, à exprimer leur soli- universitaire estime que ces organisations représentent demandent également le
- Plus de 200 000 appels d’offres insérés depuis 6 ans darité avec les jeunes qui sortent dans la rue quotidien- les trois partis de l’Alliance présidentielle. De ce fait, renforcement du transport
Démonstration gratuite sur demande nement. D’autre part, certains intervenants veulent elles n’ont aucune marge de liberté d’action. entre les campus et les
autres prestations disponibles, nous consulter orienter les émeutes, qu’ils qualifient de «mouvement L’association Nedjema a, pour rappel, été créée durant cités universitaires, et
de révolte», vers les revendications réelles de la popu- les événements de 2001. «Elle a des penchants de gau- l’ouverture de la résidence
Publicité

Tél. : 021 28 41 13/18 - Fax : 021 28 41 15


E-mail : contact@algeriatenders.com lation, à savoir la détérioration des conditions de vie che et a soutenu tous les mouvements autonomes», a de Tamda.
des différentes franges sociales. «Nous disons mouve- précisé Farid Hadj Mohand. Djedjiga Rahmani Djemâa Timzouert
El Watan - Lundi 10 janvier 2011 - 6

L’ÉVÉNEMENT
COMMUNIQUÉ DU GOUVERNEMENT REPÈRES
SUR LA FLAMBÉE DES PRIX
En attendant le
L’Algérien est réduit à 1er septembre
Par Mohammed Larbi

un simple tube digestif


ans le communiqué de des charges imposées aux impor- l’inflation demeure non résolue». ce titre, les procédures nouvelles,
L
e gouvernement a décidé, samedi, au
moins d’alléger la charge douanière et
fiscale qui alourdit les prix de certaines
denrées comme l’huile de table et le sucre,

D l’Exécutif qui, de prime


abord, ne promet pas
monts et merveilles à une socié-
tateurs et producteurs d’huile et de
sucre. Même si elle est «temporai-
re et exceptionnelle», cette exoné-
Il s’avère impératif, d’après lui,
de «s’attaquer au problème de
l’inflation pour permettre au pou-
imposées par certains pour l’ap-
provisionnement des grossistes en
sucre et en huile alimentaire sont
avec cette précision qu’une telle mesure déjà
qualifiée d’exceptionnelle, sera temporaire.
C’est-à-dire qu’elle n’est valable que jusqu’au
31 août prochain. Huit mois exactement. Et
té, dont les désidératas semblent ration tend à contrer l’envolée des voir d’achat des citoyens d’évo- des mesures injustifiées, qui, de
beaucoup plus importants que le prix de ces deux produits sur le luer sainement». Réagissant en surcroît, relèvent du domaine de après, dira-t-on, puisque jusque-là, les prévi-
remède prescrit, des interroga- marché national. Les dispositions industriel, Issad Rebrab, premier compétence de la puissance publi- sions des spécialistes se sont avérées fondées,
tions demeurent entières sur cette en question sont applicables ré- producteur de sucre et d’huile de que», lit-on dans le communiqué que d’ici cette date, les cours internationaux
réponse si légère au message des troactivement depuis le 1er janvier table, lui, considère que la sup- du gouvernement. Il fait allusion ne risquent pas de baisser. Ou encore que la
jeunes courroucés. La réponse du jusqu’au 31 août 2011. Il s’agit pression de la TVA (qui était de aux pratiques de certains opéra- tendance à la hausse enregistrée depuis main-
gouvernement n’était que d’ordre d’une période transitoire, disent 17%) et des droits de douane sur teurs de l’agroalimentaire qui, tenant des années ne fléchira pas.
alimentaire. Un Etat riche qui les patrons. Plutôt une période de les huiles brutes et le sucre roux soucieux d’asseoir une tradition Il fallait effectivement faire face à l’urgence,
donne aumône à une population réflexion, dont la finalité première (5%) va «énormément baisser les de transparence avec les grossistes encore qu’une telle situation était largement
pauvre. Telle était la réponse des étant d’aboutir à un mécanisme prix du sucre et de l’huile mais et semi-grossistes, exigeaient de prévue et il s’est trouvé même des voix pour
ministres qui se sont réunis en ca- de stabilisation des prix. «Il s’agit posera des problèmes à l’industrie ces derniers la facturation des y mettre garde. Une voix parmi tant d’autres
tastrophe en vue d’étudier les ré- de mesures d’apaisement et d’une du raffinage du sucre». En matière transactions et l’authentification ne recommandait rien d’autre que la défisca-
clamations des jeunes. Autrement période transitoire», a estimé le de l’IBS (19%), cet impôt est cal- de leurs registres du commerce. lisation de ces produits, ce qui a été fait avec
dit, le gouvernement espère éviter président de la Confédération culé sur un an et n’est recouvert En quoi donc cette pratique gê- des mois, sinon quelques années de retard.
l’exposition de la cocotte-minute nationale du patronat algérien que si l’entreprise a réalisé des nera-t-elle le gouvernement qui, Mais même si cela avait été fait dans des
en réduisant le coût des aliments (CNPA), Mohand-Saïd N’Aït Ab- bénéfices. C’est-à-dire qu’en pra- pourtant, n’a cessé de chanter la délais rapprochés, cela aurait-il suffi, sachant
qui bouillonnent en elle. Est-ce un delaziz, interrogé par l’APS. Il a tique, les dispositions du gouver- lutte contre le commerce infor- que l’économie mondiale allait connaître un
bon calcul ? En tout cas, toutes les relevé sur sa lancée la nécessité nement butent sur des difficultés mel ? Pour ce qui est des nouvelles très profond bouleversement avec le recours
organisations patronales fédérant de «mettre à profit cette période d’ordre technique. Les patrons es- mesures de paiement par chèque de plus en plus grand au biocarburant ? La
les chefs d’entreprise algériens de transition pour réfléchir sur les timent que ces difficultés figurent imposées aux transactions, dont la substitution aux carburants traditionnels n’al-
ont salué les décisions comprises causes réelles de la spéculation». noir sur blanc sur leur brouillon somme dépasse les 500 000 DA, lait pas se produire du jour au lendemain et il
dans le communiqué sanctionnant analysant la première démarche le gouvernement a rappelé qu’el- en est de même des énergies renouvelables,
la réunion interministérielle, tenue RECUL FACE À L’INFORMEL de stabilisation des prix entreprise les ne seront applicables qu’à mais cela – le rapport de l’ONU en la matière
dans la journée de samedi, consa- Quant à Habib Yousfi, président par le gouvernement. Le texte de partir de fin mars. En attendant, aidant – constitue un signal fort. Aux Etats
crée à l’envolée des prix de l’huile de la Confédération générale des l’Exécutif est plus intriguant sur l’informel continue de gagner du pétroliers pour se préparer à une concurrence
et du sucre. Le gouvernement a entrepreneurs algériens (CGEA), certaines mesures des opérateurs terrain. Et l’émeute, elle, implique de taille, le biocarburant issu du travail de la
décidé d’une exonération de 41% il estime que «la problématique de destinées à enrayer l’informel. «A une cure de fond. Ali Titouche terre, une ressource inépuisable et qui protège
l’environnement. Et à tous les autres pour
prendre en compte une donnée tout aussi nou-
velle, elle-même découlant de ce qui précède,
HAUSSE DES PRIX qui est le rétrécissement des superficies agri-
coles consacrée aux produits alimentaires. Il
y en aura moins sur le marché et ils doivent
Le crédit documentaire en grande faire avec et par conséquent trouver d’autres
moyens pour assurer la couverture des be-
soins alimentaires.

partie responsable Qu’en est-il de l’Algérie et plus précisément


comment se porteront les prix de ces produits
dès le 1er septembre ? Les spécialistes parlent
ertaines organisations patronales, à l’instar tion exigés par les banques des fournisseurs. du dinar aussi bien sur les marchés parallèles de structure des prix et, dans le cas présent,
C du Forum des chefs d’entreprises (FCE)
et de la Confédération algérienne du patronat
Un surcoût que les importateurs n’ont évi-
demment pas manqué de répercuter sur leurs
que sur le très officiel marché interbancaire de
la devise, étroitement contrôlé par la Banque
que sera la part des taxes douanières et fisca-
les ? Y aura-t-il rétablissement des taxes qui
(CAP), avaient, dès la promulgation de la loi clients algériens ou dans le prix de revient des d’Algérie. Dopés par cette forte hausse du viennent d’être suspendues, ou bien alors ce
de finances complémentaire pour l’année produits usinés à partir des inputs importés. cours des devises, les produits importés vont délai de huit mois sera-t-il suffisant pour en-
2009, attiré l’attention du gouvernement sur La longue mise en œuvre du crédit documen- évidemment coûter plus cher lorsqu’ils seront visager et appliquer une autre politique, juste-
les conséquences désastreuses sur les prix et taire – que le FCE estime entre 60 et 90 jours –, convertis, sur le marché algérien, en dinars, ment pour éviter une autre vague de mécon-
la disponibilité des produits que ferait encourir l’impact sur les délais d’approvisionnement est devenus par la force des choses monnaie de tentement et préserver le pays de nouveaux
au pays la généralisation du crédit documen- également de nature à faire déraper les prix, singe. Si les mesures que vient de prendre le incidents qui marqueraient alors ce qu’on
taire pour toute opération d’importation. Ils notamment lorsque les échéances de paiement conseil interministériel peuvent effectivement appelle communément la rentrée sociale ?
n’ont malheureusement jamais été entendus en tombent en pleines phases haussières, dans le stabiliser momentanément les prix de l’huile Le signal est en effet suffisamment fort pour
dépit du marasme qu’il a fait subir aux indus- cas des produits cotés en Bourse par exemple. et du sucre qui auraient subi les plus fortes ne pas être traduit en mesures pratiques et
triels algériens, en termes de renchérissement Les surcoûts ainsi subis seront eux aussi, on hausses, en agissant surtout sur le levier des obliger l’Etat à aller chercher ailleurs les res-
des prix des matières premières importées, de n’en doute pas, répercutés sur les industriels et taxes et certaines contraintes administratives, sources qui pourvoient à son fonctionnement.
ruptures de stocks et d’assèchement des tréso- les clients finaux qui paieront ainsi plus cher il ne pourra par contre jamais juguler les prix C’est à lui de rechercher et de puiser dans de
reries d’entreprises. les marchandises importées. L’autre inconvé- des autres produits de base qui ne manqueront nouveaux gisements fiscaux, pour reprendre
Outre que la pratique du crédit documentaire nient majeur du crédit documentaire est qu’il pas de repartir dès les tout prochains jours à le langage des spécialistes, afin d’assurer la
ne s’improvise pas et requiert tout un savoir- requiert la mobilisation de l’intégralité du coût la hausse sous l’effet de l’inflation qui affecte solidarité nationale et la paix sociale.
faire dont ne disposaient malheureusement pas financier du contrat d’importation. Cette exi- de nombreux produits étrangers, notamment Tout en assurant les différents équilibres sans
nos banques, ce type de moyen de paiement gence des banques des fournisseurs contraint européens, et des conséquences négatives du s’en prendre aux habitudes alimentaires des
international coûte cher et sa mise en œuvre de nombreux importateurs algériens à se ra- crédit documentaire que nous avons signalé Algériens. Cela n’a pas été fait et c’est tant
est très longue. Selon une récente estimation battre sur le marché informel de la devise pour plus haut et que le gouvernement s’entête à mieux, car la crise nécessite des remèdes
du FCE, l’Algérie aurait perdu un peu plus alimenter leurs comptes, de manière à y répon- maintenir en dépit des résultats décevants ob- autrement plus efficaces que les discours. Le
d’un milliard de dollars sur la quarantaine de dre. Les devises, notamment l’euro qui est la tenus sur le volume et le coût des importations gouvernement a du pain sur la planche, car
milliards dépensés l’année dernière en impor- principale monnaie de paiement des importa- (plus de 50 milliards de dollars en 2010) qu’on septembre c’est juste après l’été. C’est pour
tations diverses. Le milliard de dollars ainsi tions, ont de ce fait subi une nette envolée ces avait pourtant prétendu juguler au moyen de ce très bientôt. M. L.
perdu a été englouti dans les frais de confirma- 12 derniers mois, causant un net effondrement mode de paiement. Nordine Grim
El Watan - Lundi 10 janvier 2011 - 7

L’ÉVÉNEMENT

DAHO OULD KABLIA. Ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales POINT DE VUE

Au-delà
«Les services de sécurité ont été de la révolte
instruits d’éviter tout dépassement» Par Tarik Mira (*) La tâche est aisée quand il n’y a
pas d’organisation qui structure la
contestation, lui fixe des buts et la
Q uelques jours après la
promulgation de la loi de
finances 2011, des émeutes à
coordonne sur le terrain. Une fois
l’événement maîtrisé, les mêmes
Le ministre de l’Intérieur et des destructions et de vols n’ont épargné ni caractère social ont éclaté à tra- méthodes seront reconduites et la
Collectivités locales, Daho Ould les biens publics ni privés. Ils s’en sont vers l’ensemble du territoire na- prochaine tempête s’annoncera.
pris aux intérêts de citoyens de condition tional. Elles ressemblent, à s’y Un jour, toutes les digues céde-
Kabila, a accordé une interview à modeste dont les magasins ont été pillés et méprendre, à celles d’octobre ront dans un fracas assourdissant.
l’APS sur les émeutes survenues les voitures incendiées. Ces jeunes n’ont 1988 par les causes et la compo- Le verrouillage de tous les canaux
dans des villes et localités du obéi qu’à des instincts revanchards car ne sante sociologique. Les mobiles d’expression et l’interdiction de
pays. Voici l’interview intégrale : mesurant pas toutes les conséquences de de ces manifestations de ras-le- manifester dans la rue d’Alger,
leurs actes. L’occasion a été saisie à Alger bol relèvent du marasme social et capitale et centre névralgique du
Monsieur le ministre, après trois d’abord, l’imitation, le mimétisme et la économique, d’absence de pers- pays, aboutissent logiquement à
jours de manifestations à travers une contagion ont fait le reste. Ce phénomène pectives, résumés en deux mots : ce genre d’expression violente et
vingtaine de wilayas, estimez-vous que la vient d’ailleurs d’être vécu dans plusieurs la cherté de la vie. Les produits de désorganisée. Face à cette situa-
situation soit désormais maîtrisée ? pays qui n’ont pas hésité à utiliser la ma- base, tels que le sucre, l’huile et tion, où les premiers morts sont
Au préalable, il me semble nécessaire nière forte. Les mesures sans précédent, la semoule sont devenus tous à la annoncés, le pouvoir demeure
PHOTO : D. R.
de rappeler qu’il ne s’agit point de manifes- prises par le gouvernement sous l’égide de fois chers, objets de spéculation, étrangement muet. Devant l’am-
tations auxquelles nous sommes habitués, Monsieur le président de la République de- et pour le lait en sachet, — subs- pleur de l’événement, ce silence
mais d’émeutes rassemblant un nombre puis une décennie pour l’amélioration des tance du pauvre — rare. donne le vertige. Est-ce un signe
plus ou moins important de jeunes qui, il conditions de vie des citoyens en matière Pour acquérir ce fameux breu- de contradictions non réglées ?
faut le rappeler avec insistance, ne consti- Daho Ould Kablia, ministre de l’Intérieur d’emploi, de revenus, de logement, d’en- vage, il faut faire «la chaîne» de On ne sait si ce mutisme est dû
tuent qu’une frange de la jeunesse qui et des Collectivités locales seignement sont incontestables. D’autres triste souvenir. Ce geste met en à de la désorientation ou à du
brûlent des pneus, pillent des biens privés, vous vu venir ces violences ? Considé- mesures s’y ajouteront dans les prochains évidence la marginalisation d’une mépris. Ce qui est sûr, c’est que
dégradent et saccagent des biens publics, rez-vous que les motifs invoqués par mois et les prochaines années qui verront catégorie importante de la popu- le mépris n’a jamais occasionné
et agressent les services de sécurité par les manifestants (mots d’ordre utilisés la réduction du chômage, la réalisation de lation et fait naître en soi de l’hu- que davantage de destructions et
des jets de pierres, des cocktails Molotov comme la cherté des produits de premiè- millions de logements et l’amélioration du miliation. Le sentiment légitime de victimes.
et d’autres objets contondants. A l’heure re nécessité) justifient cette irruption de cadre de vie. Les problèmes urgents seront d’injustice est issu du dangereux
solutionnés en priorité dans le cadre de la rétrécissement du pouvoir d’achat DES MESURES POLITIQUES
actuelle, la situation est contenue et les ser- la violence ? Ou croyez-vous qu’il y ait URGENTES
vices de sécurité font tout avec intelligence eu manipulation et quelle en serait alors concertation la plus large, y compris avec et du décalage entre cette lente
et fermeté pour éviter les dérapages et les l’origine ? tous les jeunes qui sont, j’insiste sur le ter- descente aux enfers pour les plus Avant tout, il faut arrêter la malé-
chocs violents avec les émeutiers, comme On ne peut nier, à l’évidence, qu’on me, nos enfants. Le peuple en est conscient faibles et l’existence d’une énor- diction de l’écoulement du sang,
avait connaissance depuis peu de temps et fait preuve dans la majorité des cas me manne financière, mal gérée épreuve fatale pour les hommes
illustré par les chiffres que je donnerai par
de patience et de confiance. et/ou en partie détournée. Même et pour tout projet. Adopter des
la suite. que le renchérissement des prix, souvent
la classe moyenne n’échappe pas mesures sociales et économiques
inexpliqué et artificiel, avait produit un im-
Au plan politique, ne pensez-vous pas à la crise due à la cherté de la vie. pour enrayer la cherté de la vie
Quel est le bilan des manifestations pact négatif et suscité par conséquent une
que l’absence de réactions fortes de la A l’évidence, le taux d’inflation est également une nécessité. Mais
qui ont secoué une vingtaine de wilayas inquiétude au sein de toutes les couches, officiel est truqué. L’impunité
classe politique, des élites de la société si elles ne font pas l’objet d’un
du pays, à des degrés divers ? pas seulement celles défavorisées consti- judiciaire et l’immunité politique
civile et des dirigeants de premier plan, accompagnement politique, elles
Votre question est liée à celle précé- tuant notre société. Cette hausse brusque et de la classe dirigeante, combinée resteront vaines car les mêmes
demment posée. Je viens de rappeler l’es- brutale des produits a coïncidé avec l’aug- ainsi que les hésitations des médias pu-
blics ont manqué pour apaiser les crain- à la corruption de celle-ci, exacer- causes produiront les mêmes ef-
prit d’intelligence, de patience mais de fer- mentation récente des salaires avec un ef- bent le sentiment de révolte d’une fets. Dans cette perspective, la
meté dont ont su faire preuve les services fet rétroactif depuis 2008 décidée par les tes et rassurer l’opinion ?
Le rôle du ministère de l’Intérieur et des jeunesse qui veut bénéficier de la levée de l’état d’urgence est un
de sécurité qui ont enregistré 736 blessés pouvoirs publics. C’est vrai également, que richesse nationale et vivre dans premier palier pour établir le dia-
dans leurs rangs, 53 blessés l’ont été parmi nous enregistrons ici et là des contestations Collectivités locales, dans ce contexte par-
ticulier, est de maintenir l’ordre et préser- la liberté et la dignité. Tout esprit logue entre les divers acteurs de
les manifestants. Je vous laisse analyser lors de relogement de plusieurs centaines doué de raison comprend cette la société et instaurer les mécanis-
ces deux chiffres et en tirer les conclu- de familles, de distribution de locaux réali- ver la sécurité, des biens des citoyens, leur
intégrité et la circulation des personnes. Ce logique, mais l’échec du pouvoir mes de concertation et de régula-
sions. Je confirme le décès de trois jeunes sés par les communes au profit des jeunes, provient certainement d’une mau- tion de la vie publique. Le déver-
: à M’sila, Tipasa et Boumerdès. Dans les de routes, de désenclavements et éclairage sont les forces de sécurité, les cadres de
vaise gouvernance et du manque rouillage politique, médiatique et
deux premières wilayas, les personnes dé- public qui vient d’être, hélas, gravement et l’administration centrale et locale qui font
d’ambition pour le pays. Octobre social est une autre condition pour
cédées ont été retrouvées sans vie lors des totalement détruit dans certains quartiers. face à ces excès. Nous enregistrons avec
88 et ses conséquences n’ont pas réamorcer le processus démo-
émeutes, des enquêtes sont en cours pour Le déplacement sur les lieux des responsa- satisfaction que la population n’encourage
guéri le système en place de son cratique. Les luttes populaires et
en déterminer les causes. Quant à celle de bles locaux (wali, chef de daïra et P/APC) pas les émeutiers et que, depuis vendredi, péché mignon : l’exercice du pacifiques centrées sur les droits
Tidjelabine (Boumerdès), la victime a été et le dialogue avec des représentants de des citoyens s’en prennent directement à pouvoir pour le pouvoir. Le mal — politiques et sociaux — et les
retrouvée calcinée dans un hôtel incendié mécontents et les décisions prises par eux eux pour protéger leurs biens. Ces dou- est ancien et profond. libertés — individuelles et col-
par les émeutiers. En ce qui concerne donc faisaient vite leur effet et tout rentrait dans loureux événements interpellent toute la lectives — sont les garants d’une
le nombre des blessés et des décès, toute l’ordre. Or, ce qui s’est produit jeudi écou- société algérienne dans ses différentes ABSENCE démocratie effective, meilleure
autre information colportée par des orga- lé est de l’avis général sans relation avec composantes, partis politiques, syndicats, D’INTERMÉDIATION protection des plus faibles. La
nes de presse qu’ils soient étrangers ou al- ces aspects socioéconomiques et je dirais, associations, comités de quartier et de vil- En l’absence d’intermédiation plus grande subversion est de se
gériens est fausse et alarmiste, à laquelle sans commune mesure, avec une démarche lage qui doivent agir sur le terrain. Il fau- crédible, parce que la société saisir des instruments de lutte
il convient de ne donner aucun crédit. Les calme et réfléchie, seule voie pour exposer drait souligner, particulièrement, que les civile est muselée, les syndicats liés à cette philosophie et à cette
services de sécurité ont été instruits de fai- les problèmes. parents ont une lourde responsabilité, car autonomes surveillés, les médias stratégie pour permettre au peuple
re face à la menace en évitant tous dépasse- les émeutiers sont, dans leur grande majo- lourds aux ordres et le Parlement algérien de prendre son destin en
ments si bien qu’ils ont payé et continuent De nombreux chroniqueurs et obser- rité, des enfants mineurs. politiquement soumis alors qu’il main. Seul un nouveau processus
de payer le prix fort en blessés. Malgré le vateurs évoquent parmi les causes de On nous reproche déjà la retenue de est constitutionnellement déjà fai- de légitimation basé sur la volonté
caractère criminel des actes commis par ces violences, le mal-vivre des jeunes, nos services de sécurité, leur sens des res- ble, les contestations récurrentes populaire peut asseoir un pouvoir
ces jeunes, malgré la situation dangereuse leur perception propre de l’injustice, de ponsabilités et le fait de ne pas avoir uti- depuis un certain nombre d’an- crédible et audible. La diversifica-
vécue, les services de sécurité garants de la l’absence de perspectives et autres ar- lisé leurs armes même en se défendant. nées s’expriment violemment et tion de l’économie, la lutte contre
protection des personnes et des biens, as- guments du même genre. Partagez-vous Ces émeutiers ne constituent que la partie s’en prennent souvent au patri- la corruption et la distribution
sument leur responsabilité d’une manière ces approches et quelles solutions préco- la plus radicale de la jeunesse qui, malgré moine public, voire aux biens équitable des richesses ne peuvent
stoïque. nisez-vous pour la prise en charge de ces tout, est notre jeunesse. Il s’agit en fin de privés. Le pouvoir craint ce genre être que l’œuvre d’un pouvoir à
revendications ? compte de leur expliquer que la voie qu’ils de révoltes par leur possible effet légitimité incontestable. L’Algérie
Ces manifestations violentes ont sur- La frange de jeunes, dont nous connais- ont choisie ne les mènera pas loin car, quoi de contamination et éventuelle- ne manque pas d’atouts pour aller
pris par leur survenue et leur extension sons par ailleurs la situation difficile, s’est qu’il arrive, force restera à la loi et la loi est ment leur récupération politique, dans ce sens. Il faut faire preuve
rapide dans différents quartiers des mise en position de fracture totale par faite pour protéger tous les Algériens par le même si, au final, il arrive à maî- d’imagination, d’audace et de
grandes villes et d’autres wilayas. Avez- rapport au reste de la société. Leurs agis- respect de leurs biens, de leur liberté et de triser la situation par un dosage de responsabilité. T. M.
sements criminels faits de violence, de leur dignité. (APS) répression et de pourrissement. (*) Député de Béjaïa
El Watan - Lundi 10 janvier 2011 - 8

L’ÉVÉNEMENT

RACHID TLEMÇANI. Enseignant-chercheur dans plusieurs centres universitaires européens et américains

«La grogne populaire risque de perdurer


dans la configuration politique actuelle»
Le docteur Rachid Tlemçani, professeur à l’université d’Alger, a exercé en tant que l’opposition a été récupérée dans la lutte des
qu’enseignant-chercheur dans plusieurs centres de recherche universitaires, clans. Le pouvoir a créé autour de lui un vide pres-
que absolu, sans interlocuteurs légitimes. Comme
aussi bien en Europe qu’aux Etats-Unis (Harvard, Georgetown University…). durant les années de plomb, il considère tout
Il a à son actif plusieurs publications dans des revues spécialisées. Elections et conflit (social, politique ou culturel) comme nui-
Elites en Algérie est son dernier ouvrage, publié par les éditions Chihab (Alger). sible à l’état de santé du pays et à l’unité nationale.
Dans cet entretien, il nous fait part de son éclairage sur les émeutes du 5 janvier Les émeutes se multiplient sans que cela suscite
un débat public à l’Assemblée nationale ou dans
2011 et leurs enjeux politiques et électoraux. une autre institution. En effet nul autre pays, quel
que soit le régime politique, ne semble vivre la
Propos recueillis par Etrange coïncidence, prévue de longue date, l’aug- fréquence et l’intensité de ces émeutes. L’émeute
Hamid Tahri mentation des salaires des forces de sécurité est est quasi quotidienne, presque banalisée, et n’in-
annoncée pour ce début d’année. téresse même plus les dirigeants. La classe politi-
Peut-on faire des analogies entre les émeutes que, toutes tendances confondues, ne pense qu’à
d’octobre 1988 et celles de janvier 2011 ? Pour faire sortir spontanément la jeunesse la présidentielle de 2014. Les élites passent le plus
Les émeutes de janvier 2011 nous rappellent à travers le territoire national pour crier son clair de leur temps à échafauder des scénarios et
à plus d’un titre, étrangement, celles d’octobre ras-le-bol, y a-t-il eu manipulation comme en des complots pour garder le pouvoir et se partager
1988. La lutte de clans des années 1980 a trouvé octobre 1988 ? la rente, au lieu d’encadrer le mouvement social et
son épilogue dans la rue au détriment de l’intérêt Il est très difficile d’expliquer la dimension de gagner ainsi de crédibilité.
national. Une infitah tous azimuts au lendemain nationale de ces émeutes dans un pays caracté-

PHOTO : D. R.
de ces événements fut rapidement mise en branle. risé par l’interdiction des manifestations publiques Pensez-vous que Saïd Bouteflika, une per-
La dynamique de ce mouvement fut rapidement mise en place par l’état d’urgence depuis 1992. sonnalité qui manque de charisme avéré, a
interrompue une fois qu’il a été jugé incontrôlable. Dans un tel contexte, un peuple brimé ne peut pas beaucoup de chances de succéder à son frère
Les blessures de ces événements ne se sont pas sortir dans la rue spontanément. L’hypothèse de la en 2014 ?
cicatrisées complètement qu’apparaissent de nou- manipulation prend donc toute sa signification. La Rachid Tlemçani Je pense qu’il est encore trop tôt de parler de
velles, plus béantes que les précédentes. Comme manipulation est le propre de tout régime politique ordinaire, c’est que l’opinion publique croit dur la présidentielle de 2014. Le réalignement des
en octobre 1988, l’on assiste aujourd’hui à une caractérisé par l’absence d’une société civile forte comme fer que seule la violence paie dans un pays forces au sein des lobbies de l’économie natio-
révolte de la jeunesse qui en a ras-le-bol de tout et active. Le problème, avec cet engineering, c’est où les institutions électives mises en place à coups nale n’a pas encore dévoilé tous ses secrets. Les
le monde et souhaite fuir par tous les moyens ce lorsqu’elle se fait au détriment de l’intérêt natio- de milliards de dinars sont des coquilles vides et ne grands dossiers de corruption viennent juste d’être
pays. La situation sociale d’aujourd’hui est en ef- nal. En 1988, cette lutte s’était focalisée entre les servent qu’à légitimer des prébendes. ouverts. Il faut attendre pour voir comment les
fet comparable à celle de 1988. A la différence, les conservateurs et les réformateurs dans les arcanes Au regard de la modernisation de l’appareil sé- choses évolueront au sein du secteur des hydro-
caisses de l’Etat sont bien pleines aujourd’hui par du pouvoir. Aujourd’hui, le conflit oppose le camp curitaire au détriment de l’institutionnalisation du carbures ; elles viennent de se compliquer avec
rapport à 1988. Autre fait marquant : les cliques présidentiel à «la main invisible» du pouvoir que politique et du respect des droits de l’homme et la question du partenaire dans le grand projet des
politiques qui gèrent la manne pétrolière par la la politique «du tout sécuritaire» lui a permis à se du citoyen, il semble que le pouvoir s’est enfermé énergies renouvelables.
soumission des élites politiques restent les mêmes. redéployer horizontalement et verticalement au dans un engrenage intenable. La normalisation Dans un pays où la politique n’est pas insti-
Certains sont au pouvoir avant même la naissance détriment de la promotion de la société civile et sécuritaire mise en place avec la bénédiction des tutionnalisée en dépit de l’installation régulière
du président Barack Obama alors que plus de 80% de l’Etat de droit. La maladie du président de la islamistes modérés et des démocrates, idéologi- d’institutions électives, tout Algérien peut être pré-
de la population est née dans la période post-co- République a exacerbé cette lutte, dont sa succes- quement, a atteint ses limites congénitales. sidentiable. Chadli Bendjedid, un obscur colonel
loniale. Les Algériens sont devenus «un peuple sion a commencé avant même le début troisième Le gouvernement tente d’engranger les di- d’une Région militaire, fut bien intronisé prési-
malheureux» alors que le Pouvoir est incapable mandat, mandat remporté à la suite de la révision videndes de ce mouvement de mécontentement, dent de la République pendant 13 longues années.
de dépenser rationnellement et intelligemment les constitutionnelle et d’une parodie électorale à qualifié à dessein de mouvement social et vidé Lorsqu’un groupe d’individus, déconnecté de la
deniers publics. l’image des républiques bananières. Le calcul fait sciemment de son contenu politique pourtant évi- réalité locale et des nouveaux enjeux mondiaux,
à ce moment-là est qu’il ne sera pas en mesure de dent. Les partis ont préféré suivre les événements décide de l’avenir de tout un pays, histoire et peu-
Le mécontentement populaire a pris une terminer son mandat pour incapacité physique et, sur les chaînes satellitaires au lieu de descendre ple, c’est qu’il y a un problème quelque part dans
nouvelle dimension en ce début d’année 2011. par conséquent, la course à la présidence serait dans la rue pour encadrer le mouvement. Cette la machine. L’enjeu véritable n’est pas vraiment de
Quelle est votre première analyse de la situa- moins fermée que les précédentes. Les prétendions fois, le pouvoir a pris de vitesse ces partis, il a tenté savoir qui sera le prochain chef d’Etat, mais c’est
tion ? réelles ou supposées de Said Bouteflika à vouloir d’occupe le terrain. Il a envoyé ses émissaires et plutôt si ce scrutin permettrait une ouverture réelle
Les dernières augmentations des prix des «hériter» de son frère la magistrature suprême du représentants rencontrer les jeunes dans les rues. du champ politique pour pouvoir amorcer la transi-
produits de première nécessité ont fait sortir bru- pays a rendu la lutte des clans plus problématique. Il a promis des prébendes aux acteurs et annoncé tion démocratique. L’Etat sécuritaire va-t-il faire sa
talement la jeunesse dans la rue, plus particulière- La première étape à remporter, ce sont les légis- des programmes de prise en charge des revendica- mue afin de permettre à la génération post-Octobre
ment la génération post-octobre. Très étrange, les latives de 2012 donnant accès à une légitimité tions de la jeunesse. Une fois encore, on tente de de prendre la relève ? Si le jeu démocratique est
pouvoirs n’ont cessé, depuis les derniers mois de présidentiable. La sortie médiatique de Sid Ahmed prendre les enfants du bon Dieu pour des canards ouvert à tous les acteurs, tout le monde serait ga-
l’année passée, de mettre en garde les Algériens Al Ayachi, prétendu président d’un parti politique sauvages. gnant-gagnant. Par contre, si on continue à faire de
sur l’augmentation des prix des produits de large non agréé, ayant récolté 2 millions de signatures la «boulitik», je pense que le pays ratera une fois
consommation. Dans cette perspective, on décide pour la candidature de Saïd Bouteflika, a relancé Tout compte fait, les institutions électives et encore sa rencontre avec l’histoire. Tout compte
brutalement d’imposer de nouvelles taxes aux de plus belle la course au pouvoir. les partis politiques ne jouent pas leurs fonc- fait, le candidat de l’Etat sécuritaire, connu ou non
grossistes et d’éliminer le commerce informel fai- La crise interne qui secoue le FLN depuis l’été tions… de l’opinion publique, sera intronisé à la magistra-
sant vivre plus de 40% de la population. Des pénu- 2010 s’inscrit aussi dans ce cadre. Cette crise a Ces institutions n’ont pas permis l’émergence ture suprême du pays. A cette fin, un mouvement
ries de produits alimentaires (pain, lait, huile..) ont trouvé rapidement son épilogue lorsque son se- d’un pouvoir intermédiaire entre gouvernement de moubayaâ, comme ce fut le cas en 2009, sera
apparu du jour au lendemain, comme ce fut le cas crétaire général a fait une mise au point au comité et gouvernés et entre Etat et peuple. Bien au organisé en grand tintamarre pour formaliser la
dans le passé lors de la gestion de la chose publi- central. Il a en effet déclaré : «Le président Abde- contraire, elles ont consolidé l’Etat sécuritaire qui décision prise sous d’autres cieux. Certes, des voix
que par la pénurie. Sans crier garde, on est passé laziz Bouteflika serait le candidat du FLN en 2014, commence à sérieusement s’essouffler. On a une discordantes vont crier à la «fraude massive». Cer-
d’une économie de marché à une économie admi- si Dieu le veut.» En faisant cette mise au point, le situation bizarre. D’un côté, il y a un front social taines personnalités feront, selon toute vraisem-
nistrée. Comme prévu, les prix flambent en effet secrétaire général de l’ex-parti unique s’exclut de en ébullition, des émeutes partout à travers le ter- blance, appel à la communauté internationale pour
le lendemain du nouvel an 2011, dans un climat cette course, du moins pour le moment. ritoire national. De l’autre côté, ces luttes ne sont changer l’ordre des choses. Mais en vain. L’Etat
social déjà en ébullition par un mouvement de pro- pas traduites au niveau politique. L’on constate que Algérien des années 2000 n’est plus l’Etat failli
testation, unique dans l’histoire politique du pays. Ce mouvement est-il une éruption de colère même l’opposition institutionnalisée n’a pas de des années 1980 et 1990 ; il est devenu un Etat fort
Selon le quotidien Liberté, 112 878 interventions sans lendemain ou s’inscrit-il dans la durée ? projet de société, elle est déconnectée de la réalité tant sur le plan sécuritaire que sur le plan financier.
de maintien de l’ordre, soit presque 900 émeutes La grogne populaire en Algérie risque de per- de ses militants et sympathisants. Dans une telle La société militaire est devenue plus forte que la
et troubles par mois, ont jalonné l’année 2010. durer dans la configuration politique actuelle. Les configuration politique, l’émeute s’inscrit dans la société civile. Une certaine stabilité politique au
émeutes qui ont lieu dans plus de 20 villes nous durée et devient un élément structurant de l’alter- détriment de la promotion de la société civile et de
laissent croire que ce mouvement violent risque- nance politique. démocratisation institutionnelle est soutenue par
Entreprise - Promoteur - Centrale à béton rait de se durcir avec le temps. En lieu et place de les partenaires commerciaux, comme l’ont révélé
Ouverture revendications par la voie pacifique, qui auraient Attribuez-vous la crise actuelle au ver- les câbles diplomatiques de WikiLeaks. Faire du
d’une nouvelle sablière qui fait du sable lavé de très interpellé le pouvoir, les sorties dans la rue se sont rouillage politique et médiatique du pays ? business avec un pouvoir vertical est plus profita-
bonne qualité pour confection de béton. transformées en «descentes» pour piller et sacca- En effet, le jeu politique a été fermé de tout ble qu’avec un pouvoir légitime. La normalisation
ger les biens de la collectivité et des personnes. Le temps, c’est pourquoi la crise de légitimité per- de l’Algérie au sein du concert des nations ne s’est
Adresse : Sidi Salem, Ouled Moussa, w. de Boumerdes
pillage a pris le pas sur les signes de méconten- dure ; plus grave encore, cette crise a produit un pas faite par la démocratisation mais par la mise en
Pour plus d’informations, veuillez nous contacter tement. Lorsque le lien politique n’existe pas, la immobilisme dévastateur pour l’intérêt national. place du modèle de l’alternance politique préexis-
aux numéros suivants : violence remplace souvent l’expression politique. Les éléments structurants de la crise sont non seu- tant dans les autres pays arabes. Ce que les klepto-
Tél. : 0550 12.02.56 Les émeutes ne sont pas seulement des éruptions lement encore présents dans la configuration poli- manes ont de difficultés sérieuses à admettre, c’est
Fax : 024 81.51.93 de colère ou des réactions spontanées, elles sont tique actuelle, mais plus grave encore, la crise est que le règne du burnous, du turban ou du képi est
- Email : sabliere.nani@gmail.com aussi un instrument particulier de négociation avec devenue plus déstabilisante qu’avant. L’ouverture bien terminé. The game is over. C’est une affaire
ceux qui détiennent le pouvoir. Ce qui est extra- démocratique a été rapidement fermée une fois de temps ! H. T.
El Watan - Lundi 10 janvier 2011 - 9

CONTRIBUTION

Briser le cercle infernal inflation-émeutes :


la répression n’est pas la solution
Par Mourad Benachenhou la production de sucre. L’inflation, quant à elle, est une ment qu’on doit en ignorer les symptômes. lider les soutiens extérieurs internationaux, en jouant à
hausse générale de prix, qui ressortit d’éléments-clefs la fois de la mondialisation et des intérêts économiques
DES SYMPTÔMES PRÉSENTS DEPUIS

F ace aux manifestations spontanées, qui viennent de la politique économique conçue et mise en œuvre de certaines grandes puissances, d’un côté, et de l’autre,
rappeler aux autorités publiques qu’elles ne par les autorités publiques. La distinction entre hausse LONGTEMPS à prendre en charge les ambitions historiques d’un per-
gouvernent pas pour gouverner, mais pour orga- des prix conjoncturelle et inflation généralisée doit être Or, les symptômes de l’inflation galopante étaient sonnage au sommet de la hiérarchie politique, démarche
niser et gérer les affaires de la communauté nationale bien comprise, car les politiques de lutte contre l’un et présents dans l’économie algérienne depuis une longue qui a fait peu cas des intérêts économiques et sociaux de
en prenant en compte des intérêts des plus démunis aux l’autre de ces phénomènes sont totalement différentes. période. La question qui se pose est de savoir pourquoi la population en général, à quelques exceptions près. Ce
plus opulents parmi les citoyens, la réaction officielle Dans le premier cas, qui touche des produits facilement les autorités publiques ont décidé de les ignorer jusqu’à jugement peut apparaître comme sévère.
normale, que cause la peur des débordements massifs, isolables dans le marché, produits obéissant à des règles ce que le point de rupture où les peines causées par le
aussi bien que l’amour-propre blessé des dirigeants — de production, de fixation des prix et de distribution mal sont devenues insupportables à une bonne partie de UN JUGEMENT SÉVÈRE CONFORTÉ PAR LA
prompts à accuser leurs «administrés» d’ingratitude relativement aisées à saisir et connues des opérateurs la population. Ce point est atteint lorsque la population RÉALITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ACTUELLE
— est de montrer sa force et de lancer la locomotive qui y sont spécialisés, une politique de soutien financée sort dans les rues de manière spontanée, désordonnée Mais comment peut-on juger une politique économique
de la répression aveugle et générale. Il est évident que par le budget public peut isoler la partie la plus fragile et parfois violente ! Le consommateur n’arrive plus à d’ouverture internationale tous azimuts qui a rendu le
la passivité habituelle manifestée au plus haut niveau économiquement de la population de ces hausses, dont subsister à ses besoins avec le revenu plus ou moins fixe pays encore plus dépendant de l’extérieur, a contribué
de l’Etat dans les crises de ce type n’est pas de mise, les effets sont limités très souvent dans le temps. qu’il reçoit face à un accroissement des dépenses qu’il à la liquidation quasi-totale du peu d’industries de
même si elle n’est pas complètement à écarter, au cas Dans le second cas, tenter de régler le problème comme doit consentir pour survivre et faire survivre les siens. transformation que le pays avait créées, a accentué, à un
où les analyses faites à ce niveau décident de la consi- s’il s’agissait de répondre à une situation de hausse degré que n’envieraient pas les pays les plus réaction-
conjoncturelle ne touchant qu’une partie marginale de la LE POINT DE RUPTURE
dérer comme une manifestation collective de mauvaise naires, les disparités sociales permettant à une personne
humeur sans racines profondes, sans causes objectives, population peut constituer la pire des ripostes de la part EST ATTEINT !
de se faire prêter l’équivalent de 10% de la production
sans effets profonds sur l’équilibre des pouvoirs actuel, des autorités publiques. Toute tentative de résorber les Entre le moment où les réactions individuelles à nationale d’une année, alors que d’autres sont payés,
et sans lendemain ! Jusqu’à quel point, cependant, peut- hausses de certains produits de base en augmentant les l’inflation se coalescent en réactions collectives, et au vu et au su des autorités publiques, au tiers du SMIG
on jouer la politique de l’autruche quand l’interpellation subventions de soutien y afférents attise l’inflation gé- l’apparition des premiers signes de ce phénomène, il officiel, a livré pieds et points liés l’économie aux
est si massive et si étendue territorialement ? néralisée, plus qu’elle ne la réduit. La poussée inflation- peut se passer une période relativement longue. On peut
spéculateurs de tous bords, et a fait de la corruption un
niste étant encore présente, toute tentative de la résorber dire que la poussée inflationniste date de 2001, et que
par des actions ponctuelles élargit la marge d’augmen- mode de vie ? Comment peut-on qualifier une politi-
L’INFLATION : LE PLUS FIABLE DES la population, à quelques actions sectorielles de reven-
tation possible des produits dont les prix sont libres, et que économique qui a inscrit dans la réalité quotidienne
INDICATEURS D’UNE MAUVAISE POLITIQUE dications organisées près, a fait preuve d’une grande
ce dans tous les cas de figure, y compris le cas où les de tout un chacun une inflation galopante, et dont les
ÉCONOMIQUE patience. Mais, avec l’accumulation des problèmes
autorités publiques prennent en charge la distribution de sociaux et des dérives morales que cause ce phénomène, responsables directs refusent de reconnaître qu’ils ne
Le problème est que les actions de masse provoquées peuvent en faire porter le blâme que sur eux-mêmes ?
ces produits subventionnés aux consommateurs finaux. la phase de rupture est arrivée. Les gens ne peuvent plus
par les conséquences négatives de politiques écono- Le problème qui se pose est de briser les tendances
Il est important d’insister sur la distinction à faire entre supporter ce rythme infernal de descente aux enfers
miques mal ou insuffisamment réfléchies, ne cessent inflationnistes ancrées dans la politique économique,
l’une et l’autre des situations. On peut, évidemment, et de la marginalisation sociale. Les effets négatifs de
qu’avec la disparition de leurs causes. Ces politique budgétaire et monétaire des autorités publiques, en fait
pour des motivations politiques, qui ne touchent pas au l’inflation sont devenus insupportables et ne sont plus
économiques, qui ont provoqué le chaos actuel, ont été pour les autorités publiques de changer de philosophie
fond du problème de l’inflation, ressortir à de mesures acceptés ou acceptables, quelles que soient les mesures
conçues en cercle fermé et évaluées par ceux-là mêmes d’allégement ponctuel des dépenses des ménages les de gestion des affaires de la collectivité et donc, d’ob-
de répression prises ou envisagées par les autorités
qui les ont établies et mises en œuvre. La manifestation plus démunis. Il n’en restera pas moins que des produits jectifs économiques et sociaux implicites ou déclarés.
publiques. La cause «déclenchante» immédiate de ces
la plus patente d’une mauvaise politique économique, tout aussi essentiels aux yeux de ces consommateurs réactions collectives, quelle qu’elle soit, n’a pas d’im-
qui ressortit exclusivement du pouvoir des autorités verront leurs prix continuer à augmenter, à un rythme EN CONCLUSION
portance, dans la mesure où le mal faisait peu à peu son
publiques, est la hausse générale, irréversible et irré- plus accéléré que par le passé, car le surplus de pou- chemin dans la société algérienne et dans les esprits et 1) Le problème structurel de la situation d’hyper
sistible des prix, ou inflation, elle-même causée par la voir d’achat libéré grâce aux subventions des produits les corps des gens, jusqu’au moment où la seule solu- inflation que connaît le pays et que ne peuvent
perte de valeur de la monnaie nationale, du fait de la classés comme essentiels, ira se placer sur les produits tion envisageable pour eux était de sortir dans la rue plus cacher les statistiques officielles d’indices
complaisance monétaire de ces autorités, qui mettent, considérés officiellement comme secondaires. Donc, pour manifester leur ras-le-bol. Se lancer, et surtout au des prix, qui sont loin de refléter la réalité des prix
par un canal ou un autre, sur le marché plus de moyens bien faire la distinction entre hausses de prix touchant niveau décisionnel, dans une analyse mettant en relief telle qu’elle est vécue quotidiennement par le
monétaires que l’économie peut absorber. Cette politi- des biens spécifiques, d’un côté, et inflation générali- une cause conjoncturelle relève de «l’anecdotisme» consommateur algérien, ne répondra pas au traite-
que de facilité monétaire conduit à une hausse générale sée, ne ressortit pas d’un simple exercice académique. transformé en analyse politico-économique, ce qui ris- ment habituel donné aux émeutes, traitement qui
des prix de tous les biens et services mis sur le marché que de mener à de fausses conclusions quant au remède ressortit exclusivement des actions en chaîne et en
national, des fruits et légumes, en passant par les pro- NE PAS SE TROMPER DE DIAGNOSTIC à donner et au chemin à suivre pour sortir le pays de boucle des institutions de répression classiques : po-
duits industriels, et en finissant avec les terrains et les Il s’agit de ne pas se tromper de diagnostic ; on ne peut cette tourmente.
immeubles d’habitation. Pour ce dernier cas, donnant
lice, gendarmerie, procureur de la République, juge
traiter une maladie qui touche un nombre réduit de d’instruction, tribunal et enfin prison ;
une «bulle» que les pays les plus avancés peuvent «nous personnes ayant des caractéristiques de conditions de LA RÉPRESSION COMME SEULE RIPOSTE :
envier» car, chez eux et dans le pire des cas, les prix de UNE ERREUR PÉRILLEUSE ! 2) tenter de transformer ce problème de politique
vie ou génétiques les rendant propices à cette maladie, économique, en le traitant en simple cas généralisé
l’immobilier et du foncier, ont été multipliés par 2 en dix de la même façon qu’une épidémie. Pour continuer la Là aussi, ces autorités doivent éviter l’erreur politique
ans, alors qu’ils ont été multipliés par 6 pour la même de maintien de l’ordre, risque d’ouvrir la voie à de
comparaison, une hausse concernant certains produits grave de considérer cette éruption de violence sponta- graves dérives politiques, à des dérapages périlleux
période en Algérie. Pourtant, les statistiques indiquent déterminés est une maladie individuelle qui doit être née comme une manifestation de colère populaire qui
que le revenu par habitant a doublé chez nous pendant qui ramèneraient le pays à revivre les pages sombres
traitée suivant ses spécificités ; mais l’inflation ressor- peut se prêter au traitement donné habituellement à ce
la même période, et représente seulement le quart du tit du type de mesures générales que l’on applique en
et ensanglantées d’un passé récent ;
genre d’action collective désordonnée : le matraquage
revenu moyen par habitant de ces pays. A noter que le cas d’épidémie. D’un côté, la maladie est traitée au cas des manifestants, quel que soit leur âge, l’arrestation
3) la matraque casse les bras, mais n’aide pas à
SMIG algérien représente au minimum le dixième, et au par cas ; de l’autre, tout un arsenal de mesures collecti- d’une petite minorité et le jugement en référé de cette écraser les prix, ou à réprimer les tendances infla-
maximum, le vingtième du SMIG dans ces pays. ves sont prises pour juguler le mal généralisé à toute la minorité, qui est mise pour un temps plus ou moins tionnistes déchaînées par une addition de mauvaises
population. Le problème qui se pose est que l’émeute long, hors de la société. Il y a, certainement, parmi les orientations économiques et sociales ;
NE PAS CONFONDRE HAUSSES DE PRIX de caractère social représente le point de rupture de la autorités publiques certains qui voudraient mettre un 4) de plus, elle risque de ne pas briser les volontés de
CONJONCTURELLES ET INFLATION résilience collective face à une détérioration des condi- terme rapide à ces mouvements de foule en engageant ceux qui sont sortis dans les rues pour simplement
GÉNÉRALISÉE tions de vie causées par l’augmentation générale des des actions de violence extrême contre les participants. rappeler que ces politiques économiques, tournant
L’inflation généralisée n’est pas à confondre avec les prix. L’évolution de la réaction collective à cette épidé- Mais, seule peut avoir un effet positif sur la suite des autour d’objectifs diplomatiques et d’ambitions
hausses soudaines de prix de certaines denrées, hausses mie que l’on appelle inflation est extrêmement lente et événements une solution de fond pour mettre un terme politiques personnelles doivent enfin céder la place
conjoncturelles, liées à des causes naturelles, comme le en général imperceptible aux yeux des autorités publi- à une situation d’inflation structurelle, qui dévoile les à une véritable politique de développement national
mauvais temps qui détruit une récolte de café ou réduit ques. Mais, ce n’est pas parce qu’un mal évolue lente- impérities d’une politique économique visant à conso- au profit de tous les citoyens. M. B.
El Watan - Lundi 10 janvier 2011 - 10

L’ÉVÉNEMENT
LES ÉMEUTES ET LES SACCAGES CONTINUENT BÉJAÏA TIZI OUZOU
Vive tension
Les esprits ne se sont U
ne accalmie relative a été enregis-
trée, hier, jusqu’en fin d’après-midi,
dans la ville de Tizi Ouzou. Dans la

pas apaisés
es esprits ne se sont pas apaisés hier à Bé- nistrations : les impôts, le contrôle financier, riposté avec des bombes lacrymogènes, dont
matinée, les gens vaquaient normalement
à leurs occupations habituelles. Les stig-
mates des escarmouches de la veille sont
toujours visibles dans les rues. Plusieurs
commerces étaient fermés hier ainsi que

L jaïa et la situation n’a pas évolué d’un iota,


si ce n’est que les émeutiers, qui se par-
tagent la rue avec la police, se sont trouvés de
les domaines et la conservation foncière. Investi
par des unités de maintien de l’ordre depuis le
week-end dernier, celui-ci a été gardé fermé
une a touché en plein visage un manifestant ;
une ambulance du Croissant-Rouge algérien,
qui faisait une ronde, l’a évacué vers l’hôpital.
l’ensemble des établissements financiers.
Des boulangeries et quelques stations-
services ont affiché la panne sèche, faute
nouvelles cibles à détruire. Dans l’acharnement en ce début de semaine. Ses employés ont été Elle en fera de même pour au moins deux autres d’approvisionnement.
des affrontements, deux blessés, dont un gra- invités à rebrousser chemin et des documents blessés dans le même périmètre. Des files interminables se sont formées
vement atteint – un traumatisme crânien, selon et matériels informatiques ont été évacués vers Si le déplacement du véhicule du CRA a été devant les distributeurs automatiques de
une source hospitalière – sont à déplorer en fin des lieux sûrs. facilité à Béjaïa-ville par les manifestants qui billets. En milieu de journée, une vive
de journée d’hier dans la ville de Sidi Aïch. Ils Quelques heures plus tard, les hostilités ont lui ouvraient les accès obstrués, ce n’était pas tension s’est emparée subitement de la rue,
ont été évacués vers l’hôpital de la ville. Selon éclaté sur tout le boulevard de l’ALN, du le cas pour une ambulance de la commune quand un petit groupe d’émeutiers, des ado-
une source locale, ils auraient été heurtés par un quartier Aâmriw jusqu’au siège de la wilaya d’Amizour qui a été brûlée, avant-hier soir. Les lescents pour la plupart, lança des pierres
véhicule des forces antiémeute. en passant par Dawadji et la cité CNS. Même usines Alexo et Profert ont été aussi saccagées en direction du siège de la CNEP, situé sur
Plusieurs autres blessés sont à déplorer dans la au-delà, rue de la Liberté, boulevard Amirouche dans cette ville. le boulevard Abane Ramdane, au centre-
multitude de foyers de tension dans la wilaya, et ailleurs, comme dans le populeux quartier En fin de journée, les manifestants n’ont rien ville. L’intervention de la police a repoussé
qui a vécu une journée sans école. Les élèves d’Ihaddaden. C’est à des face-à-face acharnés perdu de leur énergie, comme dans certaines les manifestants qui revenaient à la charge
ont dû rentrer chez eux après s’être retrouvés, que nous avons assisté au quartier Dawadji. localités de la wilaya à l’exemple d’Akbou et par intermittence. Dans le même temps,
dans certains cas, devant des établissements Des centaines de jeunes, qui trouvent dans ces d’Ighzer Amokrane. Dans cette dernière ville, d’autres foyers d’émeutes ont éclaté du côté
scolaires fermés. Pourtant, selon le directeur de affrontements une occasion d’extérioriser une la revendication du départ d’un officier de la sû- de la Haute-ville et du quartier des Genêts.
l’éducation, il n’y a eu aucune instruction pour profonde colère et un sentiment de marginali- reté urbaine a été satisfaite. Le départ des CNS En outre, des affrontements sont survenus
le faire. sation, ont affronté des CNS dont le nombre est aussi. Suite à quoi les rues ont été nettoyées. dans la matinée d’hier à Oued Aïssi, à une
Dans la ville de Béjaïa, l’hôtel des finances loin de rivaliser avec les contingents de poli- L’arrivée, hier, d’autres CNS a renvoyé la situa- dizaine de kilomètres à l’est du chef-lieu
qui se trouve sur le boulevard de l’ALN a été ciers mobilisés durant les événements du prin- tion à la case départ. de wilaya. Des jeunes manifestants ont
«convoité» tout l’après-midi par les mani- temps 2001. Le caractère national des émeutes A Tazmalt, le calme qui est revenu semble pré- fermé durant deux heures la RN12, reliant
festants. Une grosse cible que les émeutiers de cette fois-ci a dispersé leurs troupes. Ils ont caire après que des citoyens eurent intervenu Tizi Ouzou à Azazga. Les barricades ont
auraient bien voulu accrocher, après une été mis en difficulté dans bien des cas. Sentant pour protéger le siège de l’APC de la destruc- été levées par les automobilistes peu après
première tentative avortée, sur leur tableau de l’étau se resserrer autour d’eux, ils ont aussi tion. La même réaction est signalée à Amizour, 10h. A Tizi Ouzou, deux établissements
chasse, déjà trop noir. La raison ? L’imposant fait usage de balles en caoutchouc. Comme où des citoyens s’organisent pour faire barrage scolaires ont été fermés et les élèves libé-
édifice renferme les plus sensibles des admi- aux alentours du siège de la wilaya où ils ont aux saccages des biens. K. Medjdoub rés après l’incendie de l’immobilier d’une
salle de classe au lycée Fatma n’Soummer.
Notons également que les établissements
CHERCHE SOCIÉTÉ CIVILE DÉSESPÉRÉMENT financiers, notamment les banques, les
bureaux de poste et de nombreux commer-
omment arrêter une émeute qui medi à Akbou est significatif. Des une marée humaine d’apparence police, de tribunaux et de prisons,
C s’éternise, le pillage qui s’or-
ganise et des actes de vandalisme
citoyens de la ville, représentants de
cette fameuse société civile, se sont
hostile que les policiers ont vu dé-
ferler sur eux. Bien entendu, ils
et une société cadenassée de toutes
parts.
ces ont baissé rideau. En fin d’après-midi,
les échauffourées ont repris au boulevard
Lamali et au carrefour du stade du 1er No-
qui se généralisent ? Telle est la réunis autour de l’exécutif commu- ont pris peur et ont commencé à Cette fois-ci encore, comme à cha- vembre, près du quartier les Genêts. C’est
question que beaucoup de citoyens nal pour proposer des solutions à lancer des grenades lacrymogènes que crise majeure, le pouvoir s’est dans ce quartier que s’est concentré l’es-
désemparés se sont posée ces der- la «crise» qui menaçait de mettre au milieu d’une foule qui n’avait retrouvé sans interlocuteur valable sentiel de la manifestation. Une centaine de
niers jours. Des pères de famille à bas tous les édifices de la ville. d’autre choix que de s’éparpiller. et sans intermédiaire crédible pour jeunes ont affronté les brigades antiémeute.
et des travailleurs se sont imposés Le principe d’une grève générale En quelques secondes l’initiative servir de relais avec la société ou les Hier, les escarmouches se sont poursuivies
le devoir de passer la nuit dans les pour dénoncer la cherté de la vie a et la marche de la société civile ont insurgés. Sa clientèle traditionnelle et un mouvement similaire a eu lieu dans la
établissements scolaires de leurs été retenu pour le lendemain. Mais été détournées et récupérées par les de syndicats fantoches et d’associa- localité de Tadmaït, où l’on a enregistré des
enfants ou dans les unités écono- dans l’immédiat, il fallait arrêter émeutiers. tions fantômes ne lui a servi à rien. blessés légers parmi les manifestants et les
miques qui les emploient pour être les affrontements entre jeunes ma- L’initiative était, en soi, aussi loua- Seuls ses relais médiatiques, télévi- forces de l’ordre.
le dernier rempart face aux pillards nifestants et forces antiémeute et ble que courageuse, mais elle a sions et radios en tête, lui renvoient Les jeunes ont lancé des pierres sur le
et aux pyromanes. Au bas d’un im- prévenir les actes de pillage qui se surtout servi à illustrer ce divorce l’écho de ses propres discours. Le commissariat de la ville. Par ailleurs, il
meuble de quartier, dans l’enceinte multipliaient. Une marche a donc consommé entre une classe de ci- mépris va jusqu’à faire dire à Ab- est à noter que durant les quatre journées
d’une école ou d’une mairie, ils se été décidée séance tenante vers les toyens, commerçants, fonctionnai- delaziz Belkhadem à l’adresse des précédentes, les manifestants ont causé
sont vus contraints de se réunir, de lieux de l’affrontement pour appe- res ou employés, qui possède un jeunes : «Manifestez mais pacifi- des dégâts importants à plusieurs édifices
s’unir pour coordonner leurs ef- ler les uns et les autres au calme et minimum d’acquis, et une jeunesse quement.» Quand on sait que toute publics à Tizi Ouzou, tels que la CNAS,
forts. C’est ainsi que l’on a assisté, à la raison. Arrivés sur place, les qui n’a absolument plus rien à per- manifestation est interdite depuis le bureau d’Air Algérie, ainsi qu’un point
ces derniers jours, à des tentatives marcheurs pacifiques, au nombre dre. Dans un pays où les inégalités juin 2001, on mesure, en effet, la de vente appartenant à l’entreprise Leader
de recréer un embryon de société de 500, à peu près, se sont retrouvés sociales deviennent de plus en plus sincérité du propos. La société meubles de Taboukirt.
civile. Dans l’urgence et par le biais noyés dans une foule d’émeutiers indécentes, cette fracture-là ne cesse civile renaîtra peut-être des cendres Un bureau de poste a été également attaqué
d’associations, de corporations ou cinq fois plus nombreuse. Le slogan de s’élargir. encore fumantes de cette énième dans la nuit de samedi à la Nouvelle-ville,
bien de comités de quartier ou de du départ «Arrêtez la violence» est Tout comme ne cesse de s’élargir jacquerie, mais quel rôle pourra-t- ainsi que l’agence Actel dont les rideaux
village, la société a tenté de refaire devenu complètement inaudible au cette autre fracture entre un pouvoir elle bien jouer face à un pouvoir qui ont été défoncés. Nordine Douici
timidement surface. milieu des cris des va-t-en-guerre. autiste, qui s’entoure de brigades de ne s’appuie que sur la corruption et
A cet égard, ce qui s’est passé sa- Au lieu d’un comité de sages, c’est gendarmerie, de commissariats de la violence ? Djamel Alilat
OUARGLA

Akbou paralysée par une grève 38 blessés


L a population d’Akbou est déterminée à
dénoncer l’envolée des prix des produits de
la grève lancé avant-hier et qui a fonctionné à
plein régime. Les commerces et les entreprises
saccagées. La recette fiscale, la régie des eaux,
la poste, l’antenne de l’inspection du travail,
et des
première nécessité mais ne veut pas que la pro-
testation tourne à la violence. Elle l’a annoncé
hier, à l’occasion d’une grève générale orga-
étaient quasiment tous fermés. Par crainte des
émeutes, les parents ont tous retenu leurs en-
fants à la maison. Les établissements scolaires
une agence d’assurances et une officine phar-
maceutique publique ont tous été sérieusement
endommagés. Au moment où nous mettons sous
arrestations
nisée à l’initiative de l’Assemblée populaire étaient vides. Les axes routiers étant coupés, presse, le nouveau tribunal, dont les façades vi- a Protection civile de la wilaya de Ouargla
communale élargie à un collectif citoyen. La
ville a été totalement paralysée par un appel à
les bus étaient à l’arrêt. «Nous dénonçons la
flambée des prix et nous rejetons toute forme de
trées ont littéralement volé en éclats il y a trois
jours, continue d’être la cible des projectiles des
L a rendu public hier un bilan provisoire
de ses interventions de la journée d’hier, qui
violence et de casse», affirme Sofiane Adjlane, manifestants. Un dispositif policier est en place enregistre une généralisation des émeutes à
Société privée un des initiateurs de ce comité. Depuis quatre
jours, la ville d’Akbou à l’instar de tout le pays,
pour contrer les projectiles des émeutiers.
Les lycées Debih Cherif et le technicum ont
Hassi Messaoud où la présence des forces de
l’ordre a permis de faire face au soulèvement
RECRUTE a résonné au rythme des manifestations pour failli être incendiés, avant-hier soir, si ce n’était des jeunes.
INGENIEUR décrier la cherté de la vie.
Les auteurs de cette initiative disent «assumer»
l’intervention des habitants. Pis, la situation a
failli dégénérer avant-hier soir quand des ma-
L’intervention des éléments antiémeute a
donné lieu à l’arrestation de 46 émeutiers à
BIOMEDICAL les revendications socioéconomiques portées nifestants ont voulu s’attaquer à des habitants Haï Bouamama et la cité AADL, évitant de
Même débutant par les citoyens, mais tiennent à signifier leur de la cité du Stade. Le pire n’a été évité que justesse des incendies à proximité de pipeli-
rejet de tout recours à la violence. La consti- grâce à l’intervention d’un groupe de sages, qui nes et d’installations pétrolières et gazières.
Adresser CV par fax au tution de comités de vigilance est en ligne de a refroidi les esprits des assaillants. Le comité L’hôpital de Ouargla a par ailleurs reçu 2 bles-
021 37 13 46 mire. Les organisateurs appellent les insurgés citoyen tient à dénoncer avec la plus grande fer- sés parmi les émeutiers et 36 autres parmi les
à cesser de s’en prendre aux édifices publics meté ces dérapages aux relents racistes. policiers qui ont été soignés pour des blessu-
ou email : Biomedical16@yahoo.fr et privés. Plusieurs structures publiques ont été Cherif Lahdiri res légères. Houria Alioua
El Watan - Lundi 10 janvier 2011 - 11

L’ÉVÉNEMENT
AÏN TÉMOUCHENT ORAN TIARET
L’émeute
s’étend
Circonscrite vendredi au
seul chef-lieu de wilaya,
Timide implication Un jeune tué devant
le bar de son père
l’émeute s’est étendue
samedi en soirée à cinq
autres villes: Béni-Saf,
Hassi El Ghella, Sidi Ben
des élus
es élus qui ont
L
es émeutes qui se sont poursuivies à Tiaret au troisième jour
ont généré un drame samedi soir avec la mort brutale d’un
jeune de 35 ans, Benyamina Mohamed, devant le bar de son
frère, situé à la rue de la Résistance (ex-Clauzel), au cœur de la ville.
Adda, Terga et Chabat El
Laham.
Ce qui est un fait nouveau,
les affrontements ayant au
L intervenu sur
le terrain pour
mener des actions de
Il était 21 h quand la nouvelle s’est propagée telle une traînée de
poudre au moment où les services de sécurité s’affairaient à faire ré-
gner l’ordre dans divers points du chef-lieu, notamment à l’univer-
sité et à l’heure où le siège de la SNTA était assailli par les voleurs.
médiation avec les
départ seulement mis aux D’après des sources informées, c’est au moment où le père, venu
émeutiers durant les
prises les émeutiers aux armé d’un pistolet automatique pour dissuader les assaillants que le
évènements vécus
forces de l’ordre. drame survint. Un jeune voisin du bar, en état d’ébriété, aurait arra-
à Oran ces derniers
À Témouchent, c’est ché l’arme des mains du père pour donner ensuite un coup mortel
jours se comptent
toujours en la partie nord du à la poitrine du jeune Mohamed. La victime décéda après avoir été
sur le bout des doigts
Bd Mohamed Boudiaf et ses transféré vers les UMC de l’hôpital et l’agresseur a été arrêté. Une
mais cet effort a été
rues adjacentes que les nouvelle qui n’a pas pour autant empêché les pillards d’effectuer
salué par l’APW qui
troubles ont démarré vers une véritable razzia au siège de la Société nationale des tabacs et
a convoqué une réu-
20h. Un centre commercial, allumettes (SNTA). Le directeur de cette entreprise, M.Boudiaf Zo-
nion d’urgence. La
l’ex-Assil, a subi des dégâts heir, nous avait contacté au moment des faits pour nous faire part
rencontre tenue hier
en devanture alors que les de son «étonnement de ne pas voir les services de sécurité venir lui
à l’hémicycle de la
commerces qu’il abrite ont prêter assistance» non sans évoquer «des pertes se chiffrant à des
wilaya a concerné
dizaines de millions de dinars». La police, qui a ouvert une enquête

PHOTO : ABDELKRIM
été pillés. les députés, les séna-
Plus loin, deux véhicules de à ce sujet détiendrait des indices et aurait réussi à récupérer quel-
teurs, les membres de
la CNAS ont été incendiés. ques paquets et mettre la main sur deux jeunes personnes. Le reste
l’APW et quelques
Enfin, le foyer de wilaya a de la marchandise serait transféré à Relizane. Au-delà donc de ses
présidents d’APC. Au
été l’objet de dégradations. actes dont le décès tragique d’un jeune, c’est la tentative de saccager
final, on devait sortir
À Béni-Saf, les sièges de l’hôpital qui reste le plus à déplorer. Les enseignes lumineuses sur
avec un communiqué
l’APC, de la daïra, de la SAA les entrées principales ont été saccagées et les loges des gardiens
commun impliquant Les actes de vandalisme ont été condamnés
et de l’Actel ont subi des vandalisées. Par ailleurs, nos sources font état d’actes de prédation à
tous les partis repré- d’une déclaration de principe, nipulation en citant l’exemple
dommages. Hamadia, Aïn-Dheb et Frenda. A. Fawzi
sentés dans ces assemblées. La de créer une cellule de suivi d’images d’archives montrées,
À Sidi Ben Adda, ce sont les mouture préparée à l’avance, de la situation pour impliquer selon lui, à dessein. D’autres
panneaux de signalisation,
les abribus et des
axée principalement sur la davantage d’élus avec une pré-
condamnation des actes de sence physique sur le terrain
intervenants ont salué les der- SIDI BEL ABBÈS
nières mesures prises par les
lampadaires qui ont été les
cibles des casseurs. À
vandalisme, a été débattue et afin de tenter de circonscrire
devait être amendée pour la les foyers de violence. On a sa-
autorités dans le but d’amé-
liorer le pouvoir d’achat du
Ras El Ma et Sidi
Terga, une tentative de faire
subir des dégâts à la cave
rendre consensuelle, en adé- lué, à l’occasion, certains élus
quation avec les analyses des ou délégués de secteurs ur-
citoyen mais aussi la promesse
de sanctions sévères contre
Lahcen se soulèvent
vinicole de GCO (Grands uns et des autres. Tirer la bains qui avaient veillé jusqu’à ceux qui spéculent sur les prix. a ville de Sidi Bel Abbès a été secouée, samedi soir, par des
Crus de l’Ouest) a échoué.
Au terme des
sonnette d’alarme est l’idée des heures tardives et on a
avancée par le P/APW qui a suggéré d’étendre le travail de
Pourtant, tout en focalisant sur
le fait que, du moins à Oran, ce
L émeutes qui se sont propagées progressivement à travers
diverses zones urbaines. Exprimant leur ras-le-bol par divers
échauffourées, il a été fait essayé de mettre en relation les sensibilisation aux mosquées, sont plutôt les jeunes qui ont slogans, les émeutiers, visiblement surexcités, se sont déchaînés
état de six policiers blessés émeutes de ces derniers jours aux quartiers, aux marchés, mené les émeutes, on a bien sur des édifices publics dont certains ont été littéralement sacca-
et de vingt arrestations avec les incidents vécus spo- etc. Un sénateur a déploré la précisé que la population ora- gés. Munis de barres de fer ou de gourdins, les manifestants ont
opérées parmi les radiquement pour des raisons couverture médiatique opérée naise condamne ces actes de fermé à la circulation certaines rues en y brûlant des pneus et en
manifestants. M. K. multiples y compris les matchs par les chaînes Al Djazeera, El violence. Une manière de dire y échafaudant des barricades à l’aide d’objets hétéroclites.
de football. Un député a pro- Arabia et France 24 pour met- que le fond du problème n’est Tard dans la nuit, les troubles se sont quelque peu estompés,
posé, au lieu de se contenter tre en avant l’idée d’une ma- pas uniquement lié à la cherté laissant des stigmates sur les façades et devantures de plusieurs
TISSEMSILT de la vie mais que cet aspect ne édifices publics. Selon une source sécuritaire, une dizaine de
Retour 23 jeunes écroués à Chlef
sera sans doute pas inclus dans
la motion finale de l’APW qui
policiers ont été blessés et 58 jeunes interpellés dans la soirée du
samedi. Les émeutes se sont étendues également aux localités
au calme privilégie une lecture des faits
axée sur «la manipulation de
de Ras El Ma et Sidi Lahcen. M. Habchi et M. Abdelkrim
23 jeunes issus des quartiers des communes voisines de
Les émeutes qui
surgissaient la nuit du
Chlef et de Chettia ont été écroués, samedi. Parmi eux, des
étudiants, des lycéens ainsi qu’un militaire en permission
la détresse des jeunes» mais
par des parties qu’elle ne dé- TLEMCEN
finit pas. «C’est le pays qui
vendredi dernier à travers
les hauteurs de la cité du
et un émigré venu d’Espagne. 25 autres jeunes ont, quant à
eux, bénéficié de la liberté provisoire. Pour leur part, les 17 est en danger», s’est exclamé L’intox prend le dessus
Derb, Sidi Abdelkader, El mineurs ont été relâchés. Au total, 65 jeunes ont été un élu en complément à l’idée
Plateau et Haï Hassan ont arrêtés, ces derniers jours, par les services de sécurité dans avancée que «les gens ont 80 jeunes ont été arrêtés avant-hier des suites des émeutes qui
été maîtrisées. les deux agglomérations citées. A. Y. besoin de la présence des élus avaient éclaté dans différents quartiers de la ville, pendant toute
Cependant, l’accalmie sur le terrain». Mais vu ce la journée et jusqu’à une heure tardive de la nuit.
qu’est devenue la vie partisane Hier matin, l’intox aidant, les commerçants ont baissé rideau et
MOSTAGANEM
précaire n’a pas duré car la
nuit du samedi, vers (luttes intestines), ce vœu est le Grand Tlemcen s’est métamorphosé en un espace apocalypti-
22heures, les loin de se réaliser. que. Faits marquants de la journée d’hier, les proches des jeunes
échauffourées entre les
manifestants et les policiers
ont refait surface.
22 interpellations Djamel Benachour arrêtés, près de 200 personnes, observaient un sit-in devant le
tribunal. C. Berriah
’est un peu avant la tombée de la nuit de dimanche que
En effet, ces jeunes en
colère n’ont pas cessé de… C plusieurs quartiers de Mostaganem ont été le théâtre d’af-
frontements entre les manifestants et les forces antiémeutes. En
Importante société SARL PATURAGES D’ALGERIE
«caillasser» les édifices
effet, dès 18 heures, les premières échauffourées sont signalées cherche à recruter RECRUTE
publics.
au niveau du quartier du Belvédère. La situation est à son com- DIRECTEUR COMMERCIAL
À Ouled Bessem, une
localité située à 15 km au ble au niveau des quartiers populaires de Tigditt, d’El Arsa, de - Deux techniciens • Assure l’organisation et la gestion d’une
nord-est du chef-lieu de Chemmouma et d’El Houria où de jeunes manifestants se sont en électromécanique structure commerciale
Tissemsilt, un groupe de attaqués aux forces de l’ordre en leur lançant des pierres et • Elaboration des budgets commerciaux et né-
jeunes, âgés entre 16 et 25 autres objets hétéroclites. - Un ingénieur gociation des contrats commerciaux.
Les forces antiémeutes ont répliqué par des bombes lacrymo-
ans, ont défoncé les portes
gènes. Dans le vieux quartier de Tigditt, les manifestants ont
en électromécanique • Recherche de nouveaux clients
et cassé les vitres du siège Condition : Profil
de la mairie. saccagé le CEM Larbi Tebessi, mitoyen de la zaouïa Alawya.
Sur le pont du 17 octobre qui relie la ville au quartier El Arsa, - Expérience exigée plus de 5 ans Formation : universitaire
La trentaine de jeunes, Expérience professionnelle : 5 ans
de grands renforts de brigades antiémeutes ont été massés bien
arrêtés vendredi, ont été
avant le coucher du soleil. Un premier barrage de police a été
- Une technicienne en informatique dans un poste similaire
présentés dimanche devant Conditions :
le juge d’instruction près le dressé à proximité de la cité El Arsa dont les habitants ont reçu Résidence : Tizi Ouzou
les renforts de la part de leurs voisins de la cité Houria. Ici, les - 2 ans d'expérience
tribunal de Tissemsilt. - Niveau TS ou licence en informatique. Avantage :
«Aucun dégât important affrontements semblent très violents avec usage de bombes la- Salaire négociable
n’est à signaler car nous crymogènes. Les forces de l’ordre ont procédé à l’arrestation de Les intéressés sont priés d'envoyer
avons suffisamment 22 manifestants qui devaient comparaître hier devant la justice.
leur CV et lettre de motivation par fax : Envoyer CV + lettre de motivation
quadrillé la ville et imposé À la cité Raisinville, ce sont l’annexe de la mairie et l’agence
CNAS qui ont été saccagées par une foule déchaînée. Des jets 041 27 45 45 par e-mail :
le calme», déclare un
policier. B. E. H. de pierre ont brisé plusieurs vitres du siège de la faculté, située Email au : recrute213@gmail.com paturages78@hotmail.com
juste en face de l’hôtel Sahel. Y. A.
El Watan - Lundi 10 janvier 2011 - 13

L’ÉVÉNEMENT
SKIKDA ANNABA CONSTANTINE
Tentatives d’émeutes 27 blessés dont
Alors qu’à Skikda, c’était le calme, d’autres
localités de la wilaya ont connu, dans la nuit
de samedi, plusieurs incidents plus ou
Un mort, 100 blessés plusieurs policiers
elon une source hospitalière, 27 personnes,
moins importants. A Aïn Kechra, à l’ouest de
Skikda, des manifestants se sont attaqués
au siège de l’APC à coup de cocktails
Molotov. Deux bureaux ont été ciblés et
et des arrestations S
oixante-douze (72) per- laires Didouche Mourad, La sistance des riverains, il aurait
dont plusieurs policiers, ont été blessées lors
des émeutes ayant éclaté jeudi et vendredi un
peu partout dans la wilaya de Constantine. Dans les
agglomérations de Massinissa, Hamma Bouziane,
leurs équipements détériorés. A Ras El Ma
dans la commune de Azzaba, des jeunes ont
barricadé vers 19h la RN 44 reliant Annaba à
Skikda et Constantine.
S sonnes arrêtées, un mort
et 100 blessés entre po-
liciers et émeutiers, dont 71
Colonne et Pont Blanc, où les
manifestants se sont attaqués
à plusieurs bus appartenant à
connu le même sort que le
nouveau siège de Djezzy dans
la commune d’El Bouni et celui
Ali Mendjeli et Aïn S’mara, la tension demeure
encore vive et des jeunes continuent à bloquer les
routes avec des pneus et à racketter les automobi-
listes, les obligeant à payer un droit de passage. A
Elle ne sera rouverte que tard dans la nuit transférées par les éléments l’ETA. La veille, les actes de de Nedjma à Sidi Amar, qui
de la Protection civile au ser- saccage des édifices publics et ont été complètement saccagés Békira, un groupe d’islamistes voulant s’opposer
après de violents affrontements entre à des émeutiers qui ont fermé la route, ont été roué
gendarmes et jeunes émeutiers. On signale vice des urgences. Tel est le privés, assortis parfois de pilla- et vidés de leurs équipements.
décompte officiel de trois jours ge, se sont poursuivis à travers Le siège de l’APC de Ché- de coups et ont du prendre la poudre d’escampette.
plusieurs blessés parmi les gendarmes et Même si elle semble s’estomper de jour en jour,
l’interpellation de 30 jeunes. Khider Ouahab d’émeutes qu’a connues la wi- plusieurs quartiers, dont ceux taïbi a été calciné avec son parc
laya de Annaba qui a enregistré des communes d’El Bouni, de automobile ainsi que celui de la réaction violente des jeunes émeutiers a semé
avant-hier sa première victime. Sidi Amar et Chétaïbi. la direction du contrôle et des une panique qui n’est pas près de se dissiper. Les
SOUK AHRAS Il s’agit de Bendjedid Sadek, Il en est ainsi du siège de la prix (DCP). D’ailleurs, plu- Constantinois vivant dans ce climat de peur, et
devant l’ampleur des saccages et des dégâts enregis-
65 ans, qui a été asphyxié par Sonelgaz où deux véhicules ont sieurs administrations, après
Echauffourées entre le gaz lacrymogène lancé par été volés, dont l’un d’eux porte avoir libéré leurs personnels, trés, sont obligés de se barricader tôt chez eux. En
outre, au-delà du fait relevé que les émeutiers choi-
les policiers antiémeute à la des bouteilles d’acétylène, un ont fermé hier leurs portes.
manifestants et policiers cité 8 Mai 1945 (Oued D’heb) gaz très inflammable utilisé C’est le cas de la Sonelgaz de sissent la nuit pour sortir, ils s’attaquent aux institu-
en riposte aux attaques des dans la soudure des métaux. Annaba et d’El Bouni, ainsi tions bancaires et aux postes, là ou il y a de l’argent,
Des échauffourées ont éclaté, dans la nuit émeutiers. Etant asthmatique, il L’intervention des services de que plusieurs écoles publiques mais à défaut d’y parvenir, ils ferment les routes et
de samedi à dimanche à la cité Dar El Kadi, a succombé avant d’atteindre le sécurité a permis de récupérer et privées. Le dispositif de sé- extorquent de l’argent aux automobilistes.
entre des jeunes manifestants et les forces service des urgences de l’EPSP les deux voitures abandonnées, curité et de prévention mis en F. R., Dj. B. et F. H.
de l’ordre, quand les premiers ont tenté de de Annaba. Ce qui n’est pas fait quelque temps après. Le siège place dans les quartiers chauds
dresser des barricades pour bloquer la route
qui mène vers la partie sud de la ville de
pour apaiser la tension puisque
les émeutes ont repris hier dans
de la CNAS de la cité Plaine
Ouest a également été la cible
a été renforcé en moyens hu-
mains et matériels.
GUELMA
Souk Ahras. Des jets de pierres ont été
essuyés par les policiers. L’arrivée en
l’après-midi aux cités popu- des manifestants. N’était la ré- M.-F.Gaidi L’OPGI dévasté
renfort des brigades antiémeute et
l’implication de quelques citoyens du
quartier, ont contribué à l’apaisement de la
MILA N euf policiers et un agent de sécurité ont été bles-
sés à Guelma, indique une source hospitalière,
situation. A. Djafri La brigade de la Gendarmerie attaquée depuis le début des échauffourées qui ont ébranlé le
chef-lieu de wilaya et plusieurs communes limitro-
n climat insurrectionnel régnait encore, dans systématique. Le calme n’est revenu qu’à l’arri- phes. Quant aux dégâts occasionnés par des bandes
OUM U la soirée de ce samedi, à Sidi Merouane. La vée des renforts de l’escadron de la Gendarmerie de casseurs armés de pierres, ils sont importants ces
dernières 48 heures. Une bande de personnes en-
EL BOUAGHI brigade de la Gendarmerie nationale est assiégée
et caillassée par une foule déchaînée, apprend-on
nationale de oued Endja, qui ont fait usage de
bombes lacrymogènes pour disperser les mani- cagoulées ont pris d’assaut, dans la nuit de samedi,
de source digne de foi. Des coups de feu de som- festants. A Mila, l’agence Cnep et le CPA ont été le siège de l’OPGI de la ville de Guelma. Le siège
Saccage et désolation à mation sont tirés pour dissuader les manifestants. complètement incendiés ; le lycée Meghlaoua a de l’APC et l’officine Endimed à Belkheir, celui
de la Recette des impôts, l’APC et une antenne des
Aïn Beïda Plusieurs édifices publics ont été également pris
pour cibles. Un saccage à grande échelle a eu
subi un pillage en règle. Tout comme l’agence
CPA, dont le coffre-fort a même été traîné à télécoms à Héliopolis ont été la cible des casseurs.
lieu au niveau du siège de la daïra et du bureau l’extérieur de la bâtisse. Sur les 21 émeutiers pré- Quant au nombre d’arrestations, le tribunal de
La ville de Aïn Beïda s’est réveillée ce
de la poste, où les manifestants ont tout dégradé. sentés devant le procureur de la République près Guelma recevait, hier, des dizaines de personnes,
dimanche avec des images insoutenables
Des actes de vandalismes sont aussi commis au le tribunal de Chelghoum Laïd, dans l’après-midi dont des mineurs, pour une présentation.
de saccage et de désolation. Samedi,
niveau de la mairie et l’état civil. Les registres et de ce samedi, 9 ont été placés sous mandat de dé- Karim Dadci
d’autres émeutiers se sont attaqués à
l’agence BADR, pillant tout le matériel documents n’échapperont pas à une destruction pôt et 12 ont bénéficié de la relaxe M. Boumelih
informatique. Le centre culturel Emir Khaled TÉBESSA
a connu le même sort.
Hier, les infrastructures étatiques (postes, SÉTIF 104 émeutiers
banques et lycées) sont restées fermées.
Nous apprenons de sources sûres que les Plus de 150 arrestations à Aïn Azel interpellés
services de sécurité ont interpellé 10 jeunes ïn Azel, limitrophe de la CW64 (Ain-Azel-Beida Bordj) vailleurs et des centaines d’étu-
émeutiers, alors que l’on enregistre 9
blessés légers, dont 6 parmi les policiers.
A wilaya de Batna, a connu
dans la nuit de samedi à diman-
a été fermé à la circulation des
heures durant. L’on apprend,
diants et élèves des différents
paliers ont été ainsi privés de C ent quatre (104) personnes ont été arrêtées suite
aux émeutes qui avaient secoué vendredi der-
L. Baaziz che, des troubles, déclenchés à par ailleurs, que certaines lo- travail et de cours. Les chemins nier plusieurs quartiers de la ville de Tébessa. Les
l’issue de la prière d’Al Icha. calités de la région nord de la reliant Bousselam à Bouandas 104 émeutiers, dont 34 mineurs, ont été interrogés,
BB ARRÉRIDJ Les manifestants qui ont tenté
d’incendier une station d’es-
wilaya, ont été ébranlées hier
par ce mouvement de protesta.
et Laggaguine à Maoklane ont
connu hier le même scénario.
et ils devaient comparaître hier devant le juge d’ins-
truction pour trouble à l’ordre public et dégradation
d’édifices publics, a ajouté notre source. Autre
28 émeutiers devant sence, ont bloqué l’artère prin-
cipale de la cité. L’affrontement
Un sit-in a été observé par des
jeunes de Aïn Roua qui ont fer-
Suite à ces mouvements de co-
lère, plus de 150 manifestants chose, 16 personnes ont été placées en garde-à-vue
la justice entre les jeunes et les forces de
l’ordre s’est étendu aux quar-
mé le siège de l’APC et barré
la RN75. Cet acte a coupé une
ont été appréhendés à travers
les quatre coins des hautes plai-
par la police à Oglat Gassas, à 68 km à l’ouest de la
wilaya et ils seront présentés devant le parquet dans
Après les troubles qui ont émaillé avant-hier la tiers populaires S’hamda, Be- bonne partie de la région nord nes sétifiennes. les jours à venir. Lakehal Samir
ville de Bordj Bou Arreridj, le calme était revenu lazem et Khams ; non, loin, le du chef-lieu de wilaya. Des tra- Kamel Beniaiche
le lendemain. Le bilan définitif des
affrontements entre les manifestants et les
forces de l’ordre fait état d’une centaine de JIJEL
blessés, dont 80 policiers. Vingt-huit émeutiers
ont été présentés, hier, en fin d’après-midi, Nuits agitées La Sarl CONTINENTAL
devant le procureur de la république près le
our la troisième nuit consécutive, les quartiers ville d’El Milia a vécu une soirée mouvementée à ELECTRONIQUE décline toute
tribunal de Bordj Bou Arreridj pour «incitation à
la destruction de biens d’autrui, troubles à
P hauts de la ville de Jijel ont enregistré des
troubles au cours desquels des centaines de jeunes
la faveur d’émeutes nocturnes, la nuit de samedi
à dimanche, au cours de laquelle des jeunes et
responsabilité quant à l'utilisation
l’ordre public et vol». A. B. frauduleuse de son cachet humide
et même des enfants, se sont accrochés avec les des adolescents se sont attaqués à des édifices
éléments de la police. A Ayouf, les émeutiers ont publics. Les forces de l’ordre ont usé de grenades + chéquier sur tout document.
KHENCHELA dès 20h 30 attaqué à coup de pierres la poste et le
siège de la direction de l’éducation. L’intervention
lacrymogènes. Fodil S. et Zouikri A.

La grogne des policiers a pu faire rebrousser chemin aux


casseurs. Les événements d’Ayouf de cette nuit
Des émeutes ont éclaté dans la commune de de samedi à dimanche sont très violents. La route
Chechar, à 50 km de Khenchela dans la nuit principale a été coupée par des pneus brûlés, des
de samedi. Les manifestants ont barricadé pierres et des ordures. Une quinzaine de person-
la route principale avec des pneus nes, dont deux policiers, ont été blessées avons-
incendiés. Ils ont accueilli les policiers avec nous appris. Les violences de Sidi Abdelaziz
des jets de pierres, blessant l’un d’entre ont nécessité l’intervention des gendarmes, avec
eux. Dans la même nuit, la commune de lesquels les émeutiers se sont accrochés à coup de
M’toussa, à 25 km du chef-lieu de wilaya, les pierres. La journée d’hier était par contre calme,
manifestants ont également fermé la rue et on appréhende la tombée de la nuit. Après deux
principale. Kaltoum Rabia nuits successives de manifestations sans dégâts, la
El Watan - Lundi 10 janvier 2011 - 15

I N T E R N AT I O N A L E

VIOLENCES EN TUNISIE L’UE condamne


la destruction
Le bilan s’alourdit à 23 morts par Israël d’un
Suite de la page 1 bâtiment cher
u moins 23 personnes ont aux Palestiniens
A été tuée par les forces de
sécurité» dans les villes de
Regab, El Kasrine et Thala, dans
La chef de la diplomatie européenne,
Catherine Ashton, a fermement condamné,
la région du Sid, ouest du pays, hier, la destruction par Israël d’un ancien hôtel
qui ont connu des affrontements, à Jérusalem-Est, chargé de symboles pour
hier et avant-hier, a déclaré, à les Palestiniens, réaffirmant que toutes les
El Watan, la secrétaire générale
colonies étaient illégales aux yeux de l’UE.
du Parti démocrate progressiste
«Je condamne fermement la destruction, ce
(opposition), Maya Jribi. Pour sa
matin, de l’hôtel Shepherd et la construction
part, le gouvernement a parlé de
la mort de huit personnes, dans un prévue d’une nouvelle colonie illégale.
communiqué officiel. Je rappelle que les colonies sont illégales au
«C’est un massacre collectif qu’a regard du droit international», a souligné
commis le pouvoir de Ben Ali Mme Ashton dans un communiqué.
contre le peuple, toutes les forces Les colonies «minent la confiance entre les
de sécurité sont mobilisées pour parties et constituent un obstacle à la paix», a
commettre des crimes contre des estimé Mme Ashton, rappelant que «Jérusalem-
civils», a indiqué Mme Jribi. Elle Est fait partie des territoires palestiniens
a décrit une situation explosive occupés» par Israël et que «l’UE ne reconnaît
qui prévaut dans le pays. «Pour pas son annexion».
la première fois, on voit l’inter- Les autorités israéliennes ont commencé à
vention de l’armée pour répri- détruire, hier matin, toute une aile de l’ancien
mer les manifestants et imposer hôtel Shepherd, dans le quartier palestinien

PHOTO : DR
un couvre-feu dans les villes qui de Cheikh Jarrah, situé dans la partie orientale
connaissent encore des manifes- de Jérusalem annexée après son occupation
tations. Les affrontements sont en 1967.
d’une violence rare. La situation Le bras de fer entre le pouvoir et le peuple tunisiens risque de coûter cher en vies humaines
est extrêmement difficile, le gou-
vernorat de Sidi Bouzid est sous
le contrôle de l’armée, on a l’im-
Bensedrine, dans une déclaration
faite à El Watan, un bilan très
de la cruauté du pouvoir». Le
Conseil national tunisien pour les
de fer depuis 23 ans par Zine El
Abiddine Ben Ali (74 ans). L’op- Le crash d’un
pression que nous sommes dans
en état de guerre. La terreur règne
lourd est à déplorer. «Nous avons
recensé 50 morts tombés sous les
libertés a exigé la traduction du
ministre de l’Intérieur devant un
position, les syndicats et les orga-
nisations des droits de l’homme avion fait 50 morts
dans le pays.» Et d’ajouter : «On balles assassines du pouvoir dans tribunal international pour «crime dénoncent un pouvoir gangrené
tire à bout portant sur des civils,
pire, les forces spéciales ont tiré
différentes villes du pays : 16 à
Thala, 22 à Kasserine, 2 à Mek-
contre des civils».
S. Bensedrine a dénoncé le sou-
par la corruption, où les quelques
familles s’emparent de l’essentiel
en Iran
sur les cortèges funèbres et ont nassi, 1 Feriana et 8 à Reguab.» tien de la France au régime de des richesses du pays. Au moins 50 personnes, sur 105 passagers ou
empêché les cérémonies d’enter- «C’est un climat de terreur dans Carthage. «Le régime de Ben Ali Pour de nombreux observateurs, membres d’équipage, ont survécu au crash
rement.» le pays, pour la première fois, on aurait eu l’aval de la France pour la Tunisie est installée dans une d’un avion de la compagnie nationale Iran Air
La dirigeante de l’opposition, voit des escadrons de la mort à la commettre ce massacre.» Jusqu’à situation politique nouvelle. survenu hier, près de la ville d’Orumiyeh, dans
Maya Jribi, a lancé un appel ur- poursuite des civils dans des 4X4 hier soir, la situation demeurait Le bras de fer engagé depuis pres- le nord-ouest de l’Iran, selon le responsable
gent au président Ben Ali «afin et qui tirent à bout portant. On a explosive dans tout l’ouest du que un mois, entre pouvoir et peu- des services des urgences cité par l’agence
d’arrêter rapidement ce bain de retrouvé des cadavres dans des pays et la gravité des événements ple, risque de coûter cher, mais Fars. «Pour le moment, je n’ai pas reçu
sang et de retirer toutes les forces oueds.» Mme Bensedrine a parlé risque fort bien d’installer la Tu- c’est le moment où jamais pour d’information sur le nombre de morts. Mais
de sécurité des villes». Pour elle, «d’un massacre caractérisé, or- nisie dans une spirale de violence imposer un changement démo- 50 personnes blessées sur 105 se trouvant à
l’escalade de la violence «était chestré par le président Ben Ali et qui dépasserait tout entendement. cratique dans ce pays longtemps bord sont sorties de l’avion en vie», a déclaré
prévisible, parce que les popula- son ministre de l’Intérieur et exé- Par ailleurs, «l’aveuglement du présenté comme un modèle de Gholam Reza Masoumi.
tions ne sont pas rentré chez elles cuté par les forces de régulières et pouvoir et son incapacité à opérer réussite économique dans la ré- L’accident s’est produit vers 19h45 (16h15
et ont continué à réclamer plus de les forces parallèles». des réformes politiques pousse- gion. «Une réussite dont profite GMT), selon la télévision d’Etat, qui cite un
liberté et de justice. Des revendi- Elle tient pour responsable de ce raient le pays vers une situation seulement la caste au pouvoir, le responsable provincial. «L’avion a décollé de
cations auxquelles le pouvoir de «grave dérapage, le président Ben explosive aux conséquences in- peuple, lui, fait partie des oubliés Téhéran avec une heure de retard sur l’horaire
Ben Ali refuse de répondre». Le Ali et son ministre de l’Intérieur». contrôlables», a estimé Ahmed de la République. Aujourd’hui, il prévu en direction d’Orumiyeh et en
bilan risque de s’alourdir Sihem Bensedrine a appelé la Nejib Chebbi, responsable des en a marre et il le fait savoir», raison des mauvaises conditions climatiques
Selon la journaliste et militante au communauté internationale et les relations extérieures au sein du conclut Ahmed Nejib Chebbi, s’est écrasé près d’Orumiyeh», a déclaré ce
sein du Conseil national tunisien Nations unies «à agir rapidement Parti démocrate progressiste. La figure historique de l’opposition responsable de la province de l’Azerbaïjan de
pour les libertés (CNLT), Sihem pour sauver le peuple tunisien Tunisie est régentée d’une main tunisienne. H. O. l’Ouest.

MOINS DE 24 HEURES APRÈS LEUR ENLÈVEMENT, AU NORD DU NIGER

Deux otages français tués lors de leur libération


our la seconde fois, l’intervention militaire tentative de libération des captifs a été engagée, nord de Niamey, et disparaissent dans des zones tués et des blessés», sans pour autant donner des
P française au Sahel s’achève par une bavure.
Les deux otages français, Antoine de Léocour et
en collaboration avec les Nigériens. L’affronte-
ment armé n’a pas duré longtemps, mais a causé
désertiques trop vastes pour être contrôlables.»
L’opération est alors rapidement coordonnée
détails.
En tout état de cause, il est important de préciser
Vincent Delory, âgés de 25 ans, enlevés vendredi la mort des deux otages. Aucune nouvelle des avec des éléments français présents dans la ré- que c’est la première fois que des otages sont en-
dernier à Niamey, la capitale nigérienne, ont été ravisseurs qui, selon nos sources, auraient rejoint gion. «La décision, il faut la prendre très vite : levés dans un périmètre aussi lointain (1800 km)
tués moins de 24 heures plus tard à l’issue d’une le nord du Mali. soit on y va, soit on laisse passer. Et ça devenait de la zone d’action des terroristes d’Al Qaîda.
opération menée par un commando franco- La partie française, par la voix du porte-parole très dangereux pour les otages si on laissait pas- Habituellement, les enlèvements ont lieu au
nigérien à la frontière avec le Mali, visant à les du ministère de la Défense, rejette la bavure et ser», souligne l’état-major. «A partir de là, on ne nord du Mali, du Niger et de la Mauritanie, où
libérer. préfère parler d’exécution d’otages, comme ce les a plus lâchés (…). Les ravisseurs tentaient de se côtoient trafiquants de drogue, contrebandiers
En juillet 2010, les troupes françaises, avec l’aide fut le cas du défunt Germaneau. «Alors qu’ils se gagner une zone refuge un peu plus au nord du et terroristes. Il est à craindre que la tentative de
de militaires mauritaniens, avaient tenté de libé- trouvaient dans la zone frontalière, l’opération Mali, où la situation serait devenue extrêmement libération des deux derniers otages puisse peser
rer l’humaniste Michel Germaneau, détenu par engagée, coordonnée avec des éléments français sensible pour les otages.» sur le sort des sept captifs d’Al Qaîda, dont
Al Qaîda sur le sol malien. Résultat : des pertes présents dans la région, a permis à ces derniers Les ravisseurs se sont accrochés une première 5 Français, enlevés sur la base de la société
dans les rangs des civils et la mort de l’otage. d’intercepter les terroristes à la frontière avec le fois avec les militaires nigériens, à quelques Aréva, à Arlit, au nord du Niger, il y a près de
Vendredi dernier, quelques heures seulement Mali et de neutraliser certains d’entre eux (…). centaines de kilomètres de Niamey. Des pertes trois mois. Ces derniers font l’objet de négo-
après l’enlèvement par quatre hommes armés, Les militaires français, présents dans la région sont enregistrées dans les rangs de la garde na- ciations entre Abou Zeid (le chef des ravisseurs
enturbannés et parlant arabe, des deux Français à cause de la présence d’autres otages, sont tionale. Un commando français entre en jeu et affiliés à Al Qaîda) et les autorités françaises par
alors qu’ils dînaient dans le bar-restaurant Le intervenus pour appuyer les forces nigériennes prend le commandement de l’opération, menée l’intermédiaire de notables du nord du Mali et de
Toulousain, au centre-ville de Niamey, les ser- et empêcher les ravisseurs d’atteindre une zone non loin de la frontière malienne. Là aussi, des personnalités proches de la présidence malienne.
vices de renseignement militaire de leur pays, de refuge», est-il expliqué dans le communiqué blessés sont à déplorer. Même si, pour l’instant, Selon des sources locales, ils sont à chaque fois
présents en force dans la région, étaient déjà sur officiel. «L’objectif était d’intercepter les ra- de nombreuses sources affirment qu’il n’y a pas déplacés d’une localité à une autre pour éviter
une piste. Repérés, les ravisseurs ont été pris en visseurs avant qu’ils ne parviennent à franchir eu de pertes dans les rangs des ravisseurs. Paris toute opération visant à les libérer.
chasse jusqu’à la frontière avec le Mali, où une la frontière avec le Mali, à quelque 200 km au parle de «plusieurs terroristes neutralisés», «des Salima Tlemçani
El Watan - Lundi 10 janvier 2011 - 19

SANTÉ
ÉPIDÉMIE DE MÉNINGITE EN AFRIQUE RECHERCHE

Bientôt un nouveau vaccin


● En 2009, la flambée saisonnière de méningite dans la région subsaharienne a frappé au moins
◗ UN TEST SANGUIN va
permettre de savoir à l’avance si
un patient va répondre
positivement au traitement, très
long et difficile à supporter, qui
ne fonctionne que dans un cas
88 000 personnes et en a tué plus de 5000. sur deux, selon les spécialistes.
’Organisation mondiale de la Le traitement de référence de

L santé (OMS) qualifie 2010 d’an-


née riche en problèmes de santé
publique, dus à une série de catas-
l’hépatite C varie entre 6 à 12
mois. Une équipe de chercheurs
de l’Inserm, de l’Institut Pasteur
et de l’université Paris Descartes
trophes naturelles. Les séismes, les
inondations et autres calamités ont vient d’identifier un indicateur
dévasté des régions dans le monde et prédictif fiable de l’efficacité du
causé d’énormes épidémies, telles que traitement. La société
le choléra, sans oublier la pandémie de américaine Rules-Based
grippe A H1N1 de 2009, jusqu’au mois Medicine va s’appuyer sur ces
d’août 2010. Des situations auxquelles travaux, publiés dans The
l’OMS a dû faire face en fournissant Journal of Clinic Investigation,
les moyens nécessaires pour couvrir pour mettre au point et
les besoins sanitaires. Mais cette année commercialiser dans le courant
noire se termine, se félicite l’OMS, par de l’année un test pronostic. Les
l’annonce prometteuse d’un nouveau chercheurs ont, en effet,
vaccin efficace et d’un coût abordable constaté que les malades ne
contre la méningite qui menace la vie guérissant pas sous traitement
et la santé de plus de 450 millions de présentaient dans le sang une
personnes dans la région africaine forme particulière, plus courte,
de l’OMS. Depuis plus de cent ans, d’une protéine appelée IP-10.
l’Afrique subsaharienne souffre d’épi- Or, un simple test sanguin
démies répétées de méningite qui font permet de repérer sa présence.
des ravages sur le continent. Un total S’il s’avère positif, les malades
pourront se voir prescrire

PHOTO : D. R.
de 450 millions de personnes en Afri-
que constitue une population à risque immédiatement des traitements
pour cette maladie. Des épidémies supplémentaires à l’association
majeures de méningite du groupe A classique d’interféron et de
surviennent tous les 7 à 14 ans et frap- Ribavirine. De nouveaux
Depuis plus de cent ans, l’Afrique subsaharienne souffre d’épidémies répétées de méningite qui font des ravages sur le continent antiviraux dits «directs» ou
pent particulièrement les enfants et les
jeunes adultes. Les patients les plus «spécifiques» sont justement en
saisonnière de méningite dans la ré- nouveau vaccin conjugué antiménin- ment de ce vaccin est révolutionnaire train de voir le jour pour ces
atteints décèdent généralement dans gion subsaharienne a frappé au moins gococcique A, MenAfriVac, offre aux et n’aurait pu voir le jour sans les ef-
les 24 à 48 heures qui suivent l’appa- patients. Ils présentent de
88 000 personnes et en a tué plus de autorités sanitaires africaines, pour la forts conjoints des ministres africains nouveaux effets secondaires,
rition des premiers symptômes de la 5000. Développé par le Projet vaccins première fois, une solution abordable de la Santé et des nombreux parte-
maladie, et parmi ceux qui survivent, mais permettent d’augmenter
méningite (PVM), un partenariat entre et à long terme qui protège même les naires et collaborateurs à travers le de manière très significative le
10 à 20% souffrent de retard mental, l’Organisation mondiale de la santé jeunes enfants contre la méningite A monde», a souligné le Dr Christopher
de perte de l’audition ou de troubles de taux de guérison.
(OMS) et PATH, avec le soutien de la (Neisseria meningitidis du groupe A). J. Elias, PDG de PATH. MenAfriVac
l’apprentissage. En 2009, la flambée Fondation Bill & Melinda Gates, le «Le modèle créé pour le développe- pourrait bien servir de modèle pour
le développement de vaccins pouvant ◗ LES TOMATES sont le fruit le
combattre d’autres maladies mortel- plus produit dans le monde, et
UN VACCIN MULTICOMPOSANTS les dans les milieux défavorisés. Le
nouveau vaccin possède plusieurs
voilà que des scientifiques
japonais découvrent qu’une

CONTRE LE MÉNINGOCOQUE B avantages par rapport aux vaccins ac-


tuellement utilisés pour combattre les
Le laboratoire Novartis vient de soumettre une demande avec un taux de mortalité de 10%, a-t-on estimé. En Europe, épidémies de méningite en Afrique : il
d’autorisation de mise sur le marché dans l’UE du Bexsero®, ce méningocoque est responsable de près de 80% des cas protège les enfants dès l’âge d’un an et
un vaccin multicomposants contre le méningocoque B, d’infections méningococciques et menace plus il promet, d’une part, d’offrir une pro-
premier vaccin ayant le potentiel d’offrir une large particulièrement les nourrissons chez qui le risque tection de plus longue durée que celle
couverture contre de nombreuses souches circulantes du offerte par les vaccins actuellement
d’infection est le plus élevé. L’infection à méningocoque
méningocoque B responsables de maladies mortelles. Les utilisés pour contrôler les épidémies, et
invasive est une maladie subite et foudroyante qui peut d’autre part de réduire l’infection et la
données actuelles montrent que Bexsero protègerait contre
entraîner le décès dans les 24 à 48 heures suivant transmission de la maladie. La réduc-
77% (intervalle de confiance à 95 %, 66-91 %) des plus de
800 souches pathogènes du méningocoque B qui ont été l’apparition des premiers symptômes. Cause majeure de tion de la transmission signifie que la
isolées en Europe. méningite bactérienne et de septicémie, l’infection peut communauté dans son ensemble est
Des vaccins autorisés sont disponibles pour protéger contre laisser de graves séquelles, telles que des lésions protégée, y compris les membres de la
les infections méningococcies causées par les sérogroupes cérébrales, des difficultés d’apprentissage, des pertes famille et d’autres personnes qui n’ont
A, C, W135 et Y12. L’incidence mondiale d’infection à d’audition et aller jusqu’à l’amputation de membres. pas été vaccinées.
méningocoque B se situe entre 20 000 et 80 000 cas par an, D. K. Djamila Kourta
substance nutritive de la tomate
prévient l’apparition des
maladies vasculaires. La
Des progrès dans la prise en charge recherche, tout à fait rigoureuse,
publiée dans la revue Molecular
Nutrition & Food Research, fait le

du cancer du sein au Maghreb point sur cet acide, 9-oxo-


octadecadienoic, et ses
propriétés antidyslipidémiques.
es spécialistes maghrébins participant à un tientes. L’oncologue marocain, Dr Fawzi Habib, a, en raison de l’élévation de l’espérance de vie des L’équipe dirigée par le Dr Teruo
L colloque ont fait part, vendredi à Alger, des
derniers progrès enregistrés dans le monde en ma-
de son côté, affirmé que cette rencontre avait pour
but de rapprocher les points de vue et de présenter
populations, rappelant que la prévalence annuelle
de ce type de cancer dans son pays, actuellement de
Kawada, de l’université de
Kyoto, soutenu par le
tière de prise en charge du cancer du sein, thème les progrès enregistrés dans les traitements en vi- 2000 cas, était appelée à atteindre 4000 cas durant Programme de recherche et
d’un colloque international tenu dernièrement gueur dans les pays développés. les prochaines années. La chimiothérapie, a sou- développement pour la bio-
aux Etats-Unis. Le Pr Kamel Bouzid, président de S’agissant de la spécificité des pays maghrébins, ligné l’intervenant, est actuellement prescrite aux industrie, a concentré ses
la Société algérienne d’oncologie, a affirmé que l’intervenant a indiqué que le cancer du sein tou- patientes avant l’intervention chirurgicale, contrai- recherches sur des extraits qui
l’organisation de ce colloque scientifique au profit chait les jeunes femmes de 35 ans et plus, alors que rement à ce qui se faisait par le passé, expliquant impactent la dyslipidémie, une
des pays maghrébins s’inscrivait dans le cadre de dans les pays développés la catégorie à risque est que cette nouvelle méthode contribue à réduire condition causée par une
la formation continue des spécialistes des pays celle des 50 ans et plus. Il s’est félicité des progrès progressivement le volume de la tumeur jusqu’à sa quantité anormale de lipides,
maghrébins. Le Pr Bouzid, chef de service onco- enregistrés dans les pays maghrébins en matière résorption. tels que le «mauvais»
logie au centre de lutte contre le cancer, Pierre et de prise en charge du cancer du sein, appelant à Il a insisté sur l’importance de l’actualisation des cholestérol dans le sang. «La
Marie Curie, a indiqué que les spécialistes des pays l’unification des efforts, au renforcement de la informations et de la formation continue pour les dyslipidémie elle-même ne
maghrébins étaient prêts à appliquer les nouveaux prévention, au dépistage précoce de la maladie, à médecins, précisant que les nouvelles méthodes provoque habituellement aucun
traitements, après leur enregistrement et l’accord la sensibilisation des femmes quant à la nécessité thérapeutiques contribueront à augmenter les symptôme, précise le Dr Kawada,
des pouvoirs publics de leur pays. Le cancer du de faire des mammographies et à la dotation des chances de guérison. Cette rencontre scientifique cependant, elle peut conduire à
sein dont on enregistre 9000 nouveaux cas en Al- grandes villes en services de radiothérapie. Les durera jusqu’à hier et s’achèvera par une série de des symptômes de maladies
gérie, a-t-il dit, n’est pas cause de décès, mais c’est pays d’Afrique du Nord, a-t-il poursuivi, sont ex- recommandations en faveur de l’unification des vasculaires, telles que
l’évolution de la maladie et l’absence de dépistage posés à une augmentation du taux de prévalence normes de traitement entre les pays de la région. l’artériosclérose ou encore la
précoce qui causent les complications chez les pa- du cancer du sein durant les 15 prochaines années, APS cirrhose.»
El Watan - Lundi 10 janvier 2011 - 23

JEUX - DÉTENTE
HORIZONTALEMENT : 1.Considérable 2.Pâtes alimen- Quinze sur 15 N° 2784
Mots Croisés N°2784
taires. Coule en Suisse. Premier impair 3.Fin d'infinitif.
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 Par M. IRATNI
Moitiés d'empereurs 4.Scamandre. Soulageât un besoin 5.
Enlever (phon.). Havre de paix. Pronom interrogatif 6.Os. 1 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Laissés à nu 7.Paresseux. Note. Sélections. D'un auxiliaire 8. I


2
Petite tige. Déféqua. Transport de Tarzan 9.De façon peu II
3
importante. Forme des commis de l'Etat 10.Carré du jardin. III
Narine de cétacé 11.Arrêt. Espère 12.Restes à pays. Capucin 4 IV
13.Trou dans le mur. Algérienne. Lettres de noce 14.Serait 5 V
digne de récompense. Enlevât 15.Fonça. Résine de pharmacie.
6 VI
Mortification.
VII
7
VIII
VERTICALEMENT : 1.Implacables. Rivière d'Ethiopie 2. 8
IX
Qui accorde un délai. Frappes 3.Passé de pouvoir. Ne saura
9 X
pas 4.Remise. Symbole 5.Article d'Espagne. Bronzé. Lumière
divine. Petite différence 6.Deux en solo. Sur la rose des vents. 10 HORIZONTALEMENT
Gardiens intraitables 7.Se gagne sur un court. Partie rétrécie. 11 I- Promenade. II- Qui s'écartent du bon sens. III- Petite
alouette - Cale - Pronom. IV- Crack - Coiffure. V- Spectre
Peu fréquent 8.Nés. Pouffe. Embarrassa 9.Lettres de cour. d'un mort - Figure de jeu. VI-Diminue la voilure - Partie du
12
Déesse romaine. Pas gâté 10.Trous au visage. Taxes en initia- corps. VII- Secourue. VIII- Harpe-luth - Salut du naufragé.
13 IX- Détestera. X- Arbre - Pour citer textuellement.
les. Fin de cérémonie 11.Nabot. Etre du présent 12.Flouaient.
Futur officier 13.Elles sont à l'université. Demi tour 14.Non 14 VERTICALEMENT
dits. Points opposés. Sodium. Jeunes filles 15.A l'intérieur de. 1- Instruments de la famille du luth. 2- Exagérer - Fleuve
15
Facile. Prescrit d'une manière absolue. froid. 3- Produit de fixation - Apprenti boulanger. 4- Petits
vautours - Se rend sans condition. 5- Fin de verbe - Epoques
SOL. QUINZE SUR 15 PRÉCÉDENT : HORIZONTALEMENT : VERTICALEMENT : 1.PASSEMENTERIE 2.RUTILER. ION. UBU 3. - Symbole chimique. 6- Désole - Pli de la hanche.
1.PRESTIGIEUSES 2.AUTARCIE. ROTULE 3.STERAIT. DE. IBIS 4.SI. ETE. ULSTER. OR 4.SARODE. RD. ARDUS 5.TRACERAIENT. EL 7 - Charge de baudet - Pantoufle. 8- Note - Petit défaut.
OC. ESE. GRISE 5.ELUDER. ORGUE. ES 6.MELER. APNEE 7.ERS. 6.ICI. CO. BERNER 7.GITE. AC. MET 8.IE. SOPORIFIQUES 9. 9- Se font rouler au jeu - Bête parfois humaine - Edenté.
ACCOINTANCE 8.TRIO. REAT. TIR 9.TIEDE. SIR. ETETE 10.EOR. NB. DERNIERE. URNE 10.URE. GENA. RUEE 11.SO. GUETTER. IS 12. 10- Alcaloïdes.
FERRE. ES 11.RN. ATEMI. TIR 12.OR. REQUETE. NA 13.EU. ETIRE. TETEES 13.SUBI. ANTE. DOT 14.LISE. CITERNE 15.
DENTURE. EDEN 14.BOULE. EN. ISO 15.PURS. RASEES. TER. DESESPERES. ANAR. SOLUTION N° 2783
HORIZONTALEMENT
I- FANTASQUES. II- ARAIRE - NUE. III- RIT -
Biffe Tout N° 2784 AMAS - ANEMIER - ASSOUPI - BALAFRE - TRIA. IV- NETTEMENT. V- ITE - MO. VI- ET -
MINIMES. VII- NEGUS - PEUT. VIII- AI - TE -
BONNE - CONDIMENT - CREVAISON -
M N O S I A V E R C A R F I N RÈGLE DU JEU TU. IX- EVIDENCE. X- SEN - STALLE.
DEDUCTION - DRESSAGE - ERMITAGE -
E O P E N D E R I E E G I N O Biffer tous les mots de la VERTICALEMENT
ESTIVANT - FETIDITE - FILS - GANT -
N N N R E D A E L I E O T F I liste que vous retrouverez 1- FARNIENTES. 2- ARIETTE - VE. 3- NATTE -
dans la grille, en utilisant GOMMER - HEDONISME - INFARCTUS - GAIN. 4- TI - MUID. 5- ARTEMIS - ES. 6- SER-
T A N I G A N T M T E M A A T LEADER - LEVURE - MAINTIEN - MONITEUR MON - TNT. 7- IE - IPECA. 8- UNANIME - EL.
tous les sens possibles. Les
N O G O T V I E I L U M V R C - NAGEUR - NUISANCE - OCCUPANT - 9- EU - EUT. 10- EST - ASTUCE.
lettres qui n'auront pas été
E P E E B E N T S P R E I C U cochées serviront à former OPPROBRE - PENDERIE - PRIVATIF -
M P R F U A U E E T U R R T D le mot défini ci dessous. PRONOSTIC - RELIEF - RUEE - SOIF - VIEIL Fléchés Express N° 2784
I R U I A R C R N F I O P U E
pollution spécialiste liqueur
D O V L C N M E E E C V S S D DÉFINITION de la vision
irascible
amère séance
N B E S A I I T R C A M A S H exposé à support de mis pour d’étude
Qui retient en touchant un danger
effleurer
O R L S T T I F U F I O S N A voilures moitié
la sensibilité (9 lettres)
C E I A N D A P R E L I E F T
A U G I I L A E G A S S E R D Solution Biffe Tout
N E A T A N H E D O N I S M E précédent :
N M E B T C I T S O N O R P T rapport de
MOHAIR naisances

En vous aidant de la définition du mot encadré, com-


Tout Codé N° 2784
plétez la grille, puis reportez les lettres correspon-
excite

Définition dant aux bons numéros dans les cases ci-dessous et technicien
du mot encadré vous découvrirez le nom d’un personnage célèbre. supérieur

Qui n'a plus de force, est très fatigué. certaine-


ment
1 2 3 4 2 5 2 6 7 8 2 9 10 aggrave impertur-
bables
11 12 2 7 6 10 7 13 7 8 8 14
pouffé
14 1 15 11 8 7 16 1 8 17
D
5 11 14 2 4 10 14 17 1 18 11 terre ceinte premier
impair
strict
fruit tribunes de
5 3 17 11 1 1 2 1 1 10 1
exotique prédication
symbole
17 11 2 6 8 10 6 19 11 1
grand
10 4 2 19 19 10 1 2 10 4 7 dormeur
symbole mélange grand
8 20 10 1 7 14 17 2 1 10 15 17 amateur de
unité de vaut 576 m lentilles
10 14 10 1 1 2 10 14 17 10 brillance environ
ornement

14 17 2 8 8 14 17 13 7 4 1 lettre
grecque
21 10 9 10 19 10 17 17 2 8 10
X bêtises

8 11 13 10 16 patriarche

18 7 3 14 2 17 10
relata

SOL. TOUT CODÉ PRÉCÉDENT : ÉPERON - ISABELLE CARRÉ


SOLUTION FLÉCHÉS EXPRESS PRÉCÉDENTS : points
appris grugé
HORIZONTALEMENT : CHALUTIER / EMISSION / GRIOT / LA / AT / ETAI / EPIENT / ET / EE
opposés
/ SCORE / NU / CI / TOILETTE / TINTERA / QUE / RER / LU / ERODEE / EMS / NESS
VERTICALEMENT : THERAPEUTIQUE / AMITIE / ONU / CLIO / CITEES / USTENSILE / ITS /
TTC / ER / ON / II / OUTARDE / GEOLIER / EES / RNA / TENEBRES. Jeux proposés par gym C Magazine
El Watan - Lundi 10 janvier 2011 - 25

L’ÉPOQUE
ON VOUS LE DIT DÉBOUTÉE PAR L’ADMINISTRATION FRANÇAISE La guerre
Rio mieux qu’Alger ! d’Algérie
Alors que les émeutes embrasent
plusieurs contrées du pays, menées,
selon les autorités, par de jeunes
Pragmatique, en images
A Paris, au Palais de
Tokyo, une exposition de
adolescents, beaucoup s’interrogent
sur le mutisme des organisations
juvéniles, notamment les Scouts
musulmans algériens. On
elle retire son voile la vidéaste Zineb Sedira
était à voir les derniers
jours de décembre. Elle
a été clôturée le 2 janvier
sait que les SMA, selon leur ● Une anonyme fait l’objet de curiosité de la part des médias, car auteur dernier. Il s’agit de deux
«commandant» Benbrahim, se d’un geste au centre des débats sur la laïcité. montages admirables,
targuent de mobiliser plus d’un dont l’un est consacré à
Mohamed Kouaci, 1922-
million «d’affiliés». Beaucoup se sont
1966, qui a photographié
demandé pourquoi le patron des SMA la guerre d’Algérie et
qui s’enorgueillisait de ce nombre impressionnant d’adhérents les premières années
n’a pas réagi pour apaiser les protestataires. La raison est toute d’indépendance. Des
simple : le chef est en «mission» au Brésil, loin du vacarme et des volumes importants
émeutes. ont été ainsi stockés,
Aux frais du contribuable ! Quant au nombre de jeunes encadrés sans que personne le
par les SMA, il est nettement plus proche de l’utopie que de la sache, alors qu’ils sont
réalité… «d’un intérêt immense»,
rapporte le journal Le
Djoghlaf à l’Institut du Commerce Monde. C’est la veuve
du photographe, Safia,
qui, ayant rencontré
Ahmed Djoghlaf, directeur exécutif de la biodiversité et fortuitement Zineb
secrétaire adjoint de l’ONU, se trouve à Alger depuis quelques Sedira, se confie à elle.
jours où il profite de son séjour pour rendre visite à sa famille. Elle trouve un terrain
L’expert algérien, rappelle-t-on, s’est admirablement illustré fertile et accueillant
lors de la dernière conférence mondiale sur la biodiversité chez la fille d’anciens
qui s’est soldée par de nombreuses résolutions adoptées par combattants de la
la communauté internationale. M. Djoghlaf profitera de sa Révolution. Elle raconte
présence à Alger pour donner une conférence ce matin à 10h leur foi militante et leur
à l’Institut Supérieur du Commerce à Ben Aknoun, intitulée engagement, ainsi que
«Biodiversité, défis et opportunités». les péripéties de la lutte,
avec «les reportages
dans les maquis, et la
Madjer la légende sur les écrans lle a enlevé son voile et parcours. Là aussi elle a perdu, de ses enfants, et étant en ins-

Madjer la légende, film documentaire retraçant le parcours


fabuleux de l’ex-footballeur international algérien a été projeté
E s’habille désormais de la
manière la plus classique
qui soit. Elle, c’est une ano-
ladite Cour ayant jugé irreceva-
ble la demande, non pas sur le
fond, mais sur le simple fait que
tance de divorce, elle a quitté
les vêtements qui fondaient sa
foi, pour des habits en vigueur
fête à Alger...» Ce film,
réalisé à partir de ces
entretiens, Gardiennes
d’images, a obtenu
nyme très célèbre. En 2008, la Convention européenne des en France. Entre-temps, la loi le prix SAM pour l’art
en avant-première, samedi à Alger, en présence de nombreuses elle s’est vu refuser la nationa- droits de l’homme ne garantit «anti-burka», qui sera mise
personnalités du monde sportif et artistique. contemporain en 2009.
lité française, au motif qu’elle pas le droit d’acquérir une na- en application cette année, est Zineb Sedira expose
«Ce film représente une fierté pour moi et pour tous les Algériens portait la burka, ce qui est tionalité. De mal en patience, passée par là. Au journal Le
amoureux du football. J’espère qu’il connaîtra un large succès», aussi, jusqu’au 27 mars
considéré en France comme la jeune femme, dont l’identité Monde, qui a mené l’enquête à Marseille, au musée
a déclaré Madjer. une «pratique radicale de sa n’est pas connue, a fait contre pour rencontrer celle qui fuit les d’art contemporain, une
D’anciens footballeurs, des acteurs de cinéma, des dirigeants religion». Cette décision de mauvaise fortune bon cœur. Ne médias, elle déclare : «Je suis œuvre vidéo intitulée
sportifs, mais également beaucoup de jeunes cinéphiles ont l’administration française avait pouvant plus continuer à vivre toujours aussi croyante. Ma Les rêves n’ont pas de
suivi durant 1h40 mn l’hommage rendu à Rabah Madjer, âgé été portée par la suite devant enfermée dans ses certitudes foi en Dieu est la même. Il n’y titre, accompagnée de
aujourd’hui de 51 ans. Le film documentaire, réalisé par Yazid Aït toutes les juridictions d’ap- et derrière ses voiles épais, a qu’un morceau de tissu qui a photographies. W. M.
El Djoudi, a été tourné aussi bien en Algérie qu’à l’étranger, dans pel possibles en droit français. elle a choisi de retrouver une changé.» Alors que le débat sur
les villes européennes où a évolué le détenteur du trophée du
Ballon d’or africain 1987.
Elle a été déboutée à tous les
échelons avant d’aller vers l’ul-
certaine «normalité» en vivant
comme tout le monde. Devant
la laïcité est devenu un sujet de
préoccupation médiatique, ce «Echenfari»
time recours, celui de la Cour nécessairement travailler pour réalisme n’a pas fait la une de la arrêté
Louable initiative de Henkel au profit européenne, dernier jalon du subvenir à ses besoins et ceux presse… W. M.
Un dangereux malfaiteur
des personnes handicapées SPOLIÉS AU MAROC ET EN ALGÉRIE a été arrêté à El Milia
(Jijel). Le malfaiteur,
En collaboration avec le magazine des personnes handicapées Vouloir, connu sous le sobriquet
la société Henkel a organisé une journée de détente au profit de 107
enfants malentendants, non voyants, autistes et trisomiques au Club
hippique de Blida. L’objectif était d’égayer leur quotidien en leur
Les Bousmaha face d’«Echenfari» a été arrêté
et présenté devant le
procureur de la
République près le
offrant toute une journée de détente, de loisirs et de bien-être, loin de
leur environnement quotidien et donner de la joie et de l’optimisme
aux malades, leur faire sentir qu’ils peuvent eux aussi profiter
à une injustice tribunal d’El Milia pour
divers délits. Cet individu
qui opérait, en
pleinement des loisirs de la vie. ● Une famille qui s’en remet au président de la République, car spoliée compagnie d’autres
Un riche programme concocté à cet effet pour donner un peu de acolytes depuis trois ans
bonheur à des enfants qui en ont tant besoin a consisté en une visite de ses droits durant de longues années.
dans les environs d’El
au centre et une balade à dos de cheval pour tous les enfants présents. a France a égorgé nos frères algériens, pour recouvrer leurs droits depuis 37 ans. «Nous Milia, notamment à
Après le déjeuner, les enfants ont eu droit à un spectacle animé par des
clowns et un magicien. Des cadeaux constitués d’effets vestimentaires
L nous ont dépecés et le royaume maro-
cain nous a avalés.» C’est en ces termes
sommes en possession de tous les documents qui
prouvent la véracité des faits.»
Tanefdour, s’était
spécialisé dans le racket
ont ensuite été remis aux enfants. L’encadrement de l’école El que les héritiers Bousmaha de Sidi Bel Ab- Et ce sont 6400 m2 dont ils été spoliés de paisibles citoyens,
Mohammadi a beaucoup contribué à la réussite de cette journée. bès interpellent le président de la Républi- sans aucune forme de procès. Et comme sous la menace d’arme
que algérienne. Fils du grand moudjahid un malheur n’arrive jamais seul, les blanche (sabre). Le mis
L’Association Ouled El Houma innove Boualem Bousmaha, que Dieu ait son âme, dont
la presse coloniale (notamment l’Echo du Soir
Bousmaha ont été également spoliés à l’étranger,
notamment au Maroc, où les autorités chérifien-
en cause dressait, de
nuit, des faux barrages
du 1er décembre 1959) lui reconnaissait, malgré nes leur ont pris des terres dans la localité de pour s’attaquer aux
L’Association Ouled El Houma organise, sous l’égide du ministre commerçants de passage
de la Justice, le premier concours national «Art et Espoir» de
elle, les sacrifices à la cause nationale en offrant Guercif (Maroc oriental).
ou aux transporteurs de
la chanson populaire, du théâtre et de l’art traditionnel en
tous ses biens à la mère patrie, et relate les injus- Des terres agricoles fertiles à la sortie de la ville
matériaux. Le visage
collaboration avec la direction générale des établissements
tices dont ces héritiers sont victimes. et un grand terrain au centre de la ville. dissimulé par une
pénitentiaires. Ce concours de prospection de jeunes talents
«Nos terres ont été injustement octroyées à une Le combat judiciaire dure depuis des années. cagoule, «Echenfari» a
débutera le 18 janvier courant au sein de l’établissement d’El
société de matériel agricole, laquelle les a uti- «Nous avons été lésés par le Maroc et par notre semé une véritable
Harrach, en présence de plusieurs personnalités du monde de la
lisées pour en faire des bâtiments et des salles propre pays chéri, à qui nous adresser, si ce n’est terreur dans les environs
culture. Il sera procédé à cette occasion au tirage au sort de la 6e
des fêtes qu’elle a revendus par la suite. Aucune à vous, M. le Président, garant des droits de ses d’El Milia avant de
édition de la coupe d’Algérie football des détenus.
indemnisation ne nous a été accordée pour cette citoyens ?» implorent-ils. tomber entre les mains
expropriation !» Les Bousmaha combattent Chahredine Berriah des services de sécurité.
Site web : http://www.elwatan.com E-mail : ACOM : Agence de communication : 102 Logts, tour de Sidi
El Watan - Le Quotidien Indépendant admin@elwatan.com PAO/Photogravure : El Watan
Publicité - Abonnement : El Watan 1, rue Bachir Attar -
Yahia, Hydra. Tél : 021 56 32 77 - Tél/Fax : 021 56 10 75
Impression : ALDP - Imprimerie Centre ; SIMPREC- Imprime- Les manuscrits, photographies ou tout autre
Édité par la SPA “El Watan Presse”
au capital social de 61 008 000 DA. Directeur de la Place du 1er Mai - Alger. rie Est ; ENIMPOR - Imprimerie Ouest. document et illustration adressés ou remis
publication : Omar Belhouchet Tél : 021 67 23 54 - 021 67 17 62 - Diffusion : Centre : Aldp Tél/Fax : 021 30 89 09 - Est : à la rédaction ne seront pas rendus et ne
Direction - Rédaction - Administration Maison de la Presse : Fax : 021 67 19 88. Société de distribution El Khabar. feront l’objet
Tahar Djaout - 1, rue Bachir Attar 16 016 Alger - Place du 1er R.C : N° 02B18857 Alger. Tél : 031 66 43 67 - Fax : 031 66 49 35 - Ouest : SPA El Watan d’aucune réclamation.
Mai Tél : 021 68 21 83 - 021 68 21 84 - 021 68 21 85 - Compte CPA N° 00.400 103 400 099001178 - Diffusion, 38, Bd Benzerdjeb (Oran) Reproduction interdite de tous articles
Fax : 021 68 21 87 - 021 68 21 88 Compte devises : CPA N° 00.400 103 457 050349084 Tél : 041 41 23 62 - Fax : 041 40 91 66 sauf accord de la rédaction.
El Watan - Lundi 10 janvier 2011 - 27

SPORTS
CHAMPIONNAT DU MONDE DE HANDBALL CABBA
Ferradji première recrue
Ultime entraînement L
e gardien de but, Mohamed-Seghir Ferradji, libéré le mois der-
nier par l’Entente de Sétif, a officiellement été recruté par le CA
Bordj Bou Arréridj (Ligue I professionnelle de football), a-t-on

des Algériens
près deux jours de re-
appris, dimanche, des dirigeants du club. L’ex-portier des vice-cham-
pions d’Algérie sera désormais le gardien n°1 des «Criquets Jaunes»,
a indiqué l’ancien président du CABBA, Salah Bouda, aujourd’hui
à la tête de la commission de recrutement, faisant part de «l’abandon
de la piste Merouane Kial», dont le retour au bercail avait été envi-

A pos, l’équipe nationale


de handball effectuera
cet après-midi, à 16h, l’ultime
sagé. «Notre première recrue durant le mercato est l’ex-gardien de
l’Entente de Sétif, qui a d’ailleurs débuté les entraînements avec ses
nouveaux coéquipiers», a souligné M. Bouda, ajoutant que l’équipe
séance d’entraînement qui se «compte beaucoup sur son expérience pour entamer sa remontée
déroulera à la salle omnis- au classement». Selon la même source, le club est en contact avec
ports des Eucalyptus. C’est cinq autres joueurs évoluant en Ligue I professionnelle, mais «les
la première fois que les Verts difficultés financières du CABBA n’arrangent pas les négociations
fouleront le parquet de cette avec leurs clubs respectifs». Par ailleurs, pas moins de 8 joueurs se-
nouvelle salle. L’entraîneur na- ront libérés par le club des Bibans durant le mercato, parmi lesquels
tional, Salah Bouchekriou, et Kab, Mehdaoui, Belaoued, Chahloul et probablement l’un des deux
son adjoint, Redouane gardiens de but, Aouiti ou Dali, a encore indiqué Salah Bouda. Le CA
Aoucharia, ont privilégié cet- Bordj Bou Arréridj occupe, après 13 journées, la dernière place du
te infrastructure en raison de classement, avec 10 points au compteur. APS
certaines commodités. Avant le

PHOTO : H. LYES
départ vers la Suède via Paris,
prévu demain après-midi à 16h, BALLON D’OR
le coach devra effectuer les der-
niers réglages. Autant dire qu’il
s’agit plus d’un travail tactique La sélection algérienne de handball se rendra demain en Suède pour disputer le mondial
Duel Xavi - Iniesta
que physique avec la sélection réé par le magazine France Football en 1956, le Ballon d’or,
de 16 joueurs qui a été dévoilée
vendredi dernier. Le seul mot
Eddine (qui a perdu son père
en pleine préparation à Istres)
dois, l’ancien joueur de l’équi-
pe nationale et ancien DTN,
la hiérarchie établie. Excepté
l’Australie qui reste en prin-
C e
dont la 55 édition qui a fusionné avec le Prix du meilleur joueur
de l’année de la FIFA, sera décerné ce soir à Zurich. Il ne devrait pas
d’ordre pour les camarades fera son baptême du feu avec Abdeslam Benmeghsoula, qui cipe prenable, il y a un grand échapper à l’un des deux joueurs espagnols du FC Barcelone, Andres
du «vieux» Hammad reste la le Mondial, tout comme les a à son actif trois participa- écart qui sépare le niveau des Iniesta ou Xavi, au cours d’une cérémonie qui pourrait tourner à la
concentration, notamment du émigrés Mohamed Mokrani, tions, Championnats du monde autres concurrents. A défaut célébration du football ibérique. Les deux champions du monde sacrés
fait que c’est un véritable ma- Rahim Abdelakader et sur- (1982, 1986 et 1990) et deux d’une qualification au 2e tour, avec l’Espagne, l’été dernier en Afrique du Sud, partent donc logique-
rathon qui attend le sept algé- tout Ayat Allah Khoumeini Jeux olympiques (Los Angeles l’EN doit faire bonne figure ment avec une bonne longueur d’avance sur leur coéquipier du FC
rien lors de ce Mondial et qui (ESAT), révélation de la sai- 1984 et Séoul 1988), et qui face aux grosses pointures de Barcelone et lauréat en 2009, l’Argentin Lionel Messi. Créateur hors
débutera la compétition contre son. Selon Salah Bouchekriou connaît bien le niveau interna- ce Mondial. Il faut déjà penser pair, que ce soit avec sa sélection nationale ou le Barça, Iniesta a mar-
une coriace équipe de Serbie. qui a eu du mal à réunir les tional, nous a révélé que notre à préparer l’avenir avec les qué les esprits avec son but en finale du Mondial 2010 face aux Pays-
Une sélection qui reste la bête joueurs professionnels durant équipe nationale est sur une U19 et les U21, afin de se re- Bas. A 26 ans, il ferait un Ballon d’or très crédible, mais il ne devra pas
noire de l’Algérie. A l’inverse les stages, la fusion entre an- voie ascendante, mais elle est mettre en selle dans l’optique sous-estimer Xavi, métronome du milieu et qui représente l’âme du
des Serbes et des autres adver- ciens et nouveaux s’est faite un peu loin du niveau mondial. de reconquérir l’Afrique. Sans jeu espagnol dont il maîtrise toute la science. Il pourrait très bien être
saires de notre sélection dans rapidement et le plus normale- «Par rapport à nos adversaires pour autant brûler les étapes. couronné, à bientôt 31 ans, pour «l’ensemble de son œuvre».
le groupe C, le sept national ment du monde. Par ailleurs et qui ne sont plus à présenter, le Bien sûr, il faut mettre à leur
abordera la compétition sans à la veille de la participation du sept national qui a progressé disposition les moyens», notera
pression. Le défenseur Salah sept algérien au Mondial sué- aura du mal à chambouler l’ancien international. C. B. ESS
LA FAF DÉCRÈTE LA TRÊVE Un Burkinabé attendu
Suspension de tous les championnats à Sétif
’embrasement en- Les matchs non joués Equinformation
quête d’un attaquant de pointe pour renforcer son attaque, la
de l’ESS est sur la piste d’un avant-centre burkinabé,
L registré dans toutes
les contrées du pays a
de la phase aller se-
ront programmés avant
devrait rallier Sétif dans les tout prochains jours. Au sujet de
la barre technique, comme annoncé par nos soins, le Belge Jean
perturbé le bon dérou- l’entame de la phase Thissen semble tout proche d’un accord avec la direction de l’En-
lement des différentes retour», souligne ledit tente, alors que Hadj Mansour - reconverti en DTS et qui a paraphé
compétitions nationales communiqué publié sur un contrat de six mois avec une mensualité de 600 000 DA - devrait
toutes divisions confon- site officiel de la fédé- seconder le nouvel entraîneur. K. B.
dues (Ligue I, Ligue II, ration. Ainsi donc, la
Interrégions et DNA).
Malgré la relative ac-
très appréhendée mise à
jour du calendrier de
JS KABYLIE
calmie enregistrée ces
dernières heures, la Fé-
Ligue I entre l’USM El
Harrach et le MC Alger Séance écourtée
dération algérienne de est reportée à une date
pour cause d’émeute
PHOTO : B. SOUHIL

football (FAF) a décidé ultérieure. Elle était pro-


d’intervenir en décrétant grammée initialement
la trêve comme mesure demain (mardi) au stade es Kabyles ont été contraints d’écourter leur match d’application
conservatoire. La trêve
qui devra prendre effet
du 1er Novembre d’El
Harrach, rappelle-t-on.
Lnement
programmé face aux juniors par leur coach pour pallier l’ajour-
des matchs de championnat. Et pour cause, les bombes
aujourd’hui durera un Une nouvelle program- lacrymogènes tirées par les forces antiémeute pour disperser les
mois (du 10 janvier au La trêve ayant été décrétée, le derby USMH-MCA n’aura pas lieu demain mation sera rendue pu- manifestants à hauteur du stade du 1er Novembre ont incommodé les
10 février 2011). C’est les ligues et les clubs que la trêve hiver- blic prochainement par joueurs, obligeant de ce fait Belhout à les renvoyer aux vestiaires. Par
ce qui ressort du communiqué officiel nale de la phase aller de l’ensemble des la Ligue concernant les mises à jour et ailleurs, nous avons appris de sources proches du club que le Togolo-
de la Fédération, invitant néanmoins les championnats, toutes ligues confondues la phase retour. L’instance de Mecherara Béninois, Akato Komlan Nestor, ne sera pas retenu tant son profil de
Ligues à faire en sorte de programmer (Ligue de Football Professionnel, Ligue précise, en outre, que «les joueurs recrutés milieu de terrain et d’attaquant excentré ne correspondait pas à celui
tous les matches non joués de la phase Nationale de Football Amateur, Ligues ré- durant le mercato ne seront pas autorisés recherché par l’équipe qui a besoin d’un avant-centre type. Toutefois,
aller avant l’entame de la phase retour. «La gionales et ligues de wilayas) prendra effet à prendre part aux matches reprogrammés certaines indiscrétions ont conforté nos écrits, avançant que le joueur
Fédération algérienne de football informe à compter du 10 janvier au 10 février 2011. de la phase aller». K.Y. n’est guère un international pour pouvoir jouer en Algérie. M. R.

ALGER 16° 8°
ORAN 16° 2°
CONSTANTINE 13° OUARGLA 19°

El Watan
Retrouvez les prévisions complètes sur www.elwatan.com

LE QUOTIDIEN INDÉPENDANT - Lundi 10 janvier 2011


COMMENTAIRE

Pertes et profits
Par Omar Berbiche
’Algérie est-elle une fois de plus passée tout près

L d’un nouveau cyclone qui aurait tout balayé sur son


passage ? On est, certes, loin de la révolte d’Octobre
du point de vue du nombre, de la mobilisation
des jeunes qui sont sortis dans la rue, mais les mêmes
ingrédients d’une explosion sociale étaient là, bien présents.
Le feu couvait depuis longtemps.
Reconnue comme un droit constitutionnel, la manifestation
– même pour revendiquer l’éclairage public dans sa cité, le
bitumage de son quartier, la préservation d’un espace vert, le
ramassage des ordures ménagères et toutes ces petites choses
de la vie qui font le quotidien des citoyens – est comprise par
les pouvoirs publics comme un acte de défiance vis-à-vis de
l’Etat. Il est vrai qu’il n’est pas flatteur pour un président de
la République qui se targue d’être porté au pouvoir par un
large plébiscite de plus de 80% de voix, de se lever chaque
matin avec une manifestation de rue, signe d’un profond
malaise social qui se traduit politiquement par un désaveu
COMMUNAUTÉ NATIONALE ÉTABLIE À L’ÉTRANGER de la politique gouvernementale et des institutions du pays
à tous les échelons. La stratégie du président Bouteflika, qui
a consisté à surfer sur la vague de la contestation sociale en

Le gouvernement se dote laissant le gouvernement et les ministres affronter et prendre


à leur propre compte la grogne populaire, est une manière
pour le chef de l’Etat de se placer au dessus de la mêlée, de

enfin d’une politique


e secrétaire d’Etat auprès tels que la mise en place d’une
signifier qu’il n’a rien à voir dans ce mécontentement dont il
impute implicitement la responsabilité au gouvernement. Le
scénario est d’ailleurs toujours le même : chaque fois qu’il
y a un départ de feu menaçant pour le système, le président

L du ministre des Affai-


res étrangères, chargé de
la Communauté nationale à
Halim Benatallah,
secrétaire d’Etat auprès
du ministre des Affaires
étrangères, chargé de la
plate-forme d’enseignement à
distance de l’arabe et de tama-
zight, l’achat d’un centre cultu-
de la République apparaît dans toute sa mansuétude pour
se faire l’avocat des citoyens et des travailleurs, remettant
en cause avec un paternalisme non feint des décisions
gouvernementales qui ont parfois eu l’onction du Parlement.
l’étranger, Halim Benatallah, a rel à Londres, le renforcement Comme ces dernières augmentations des taxes des produits
Communauté nationale
rendu compte, hier à Alger, de des capacités de l’école algé- de base contenues dans la loi de finances 2011 qui ont mis
à l’étranger, hier à Alger
la tenue, la semaine dernière, rienne internationale de Paris le feu aux poudres. Cette gestion des affaires de l’Etat par
d’une réunion ministérielle res- et l’ouverture d’annexes dans la crise, qui confère au président de la République un rôle
treinte consacrée aux Algériens d’autres villes de France. confortable d’arbitre lui permettant de gouverner sans en
établis à l’étranger. Cette ren- Le secrétaire d’Etat auprès du assumer à proprement parler les résultats de la gestion
contre, a-t-il indiqué, a eu pour ministre des Affaires étrangères, de l’Exécutif, disqualifie l’action gouvernementale et les
objectif de tracer une politique chargé de la Communauté na- institutions autant qu’elle dilue la notion de responsabilité
basée sur le long terme destinée tionale à l’étranger, a également au sein du pouvoir. Le président Bouteflika a encore usé de
PHOTO : SAMI K.

à mieux prendre en charge les parlé de l’organisation des com- cette arme fatale des prérogatives présidentielles en décidant
besoins des 1,7 million d’Al- pétences et des élites algérien- de geler les nouvelles taxes introduites par le gouvernement
gériens (immatriculés) vivant à nes en réseaux. M. Benatallah sur l’huile et le sucre. Preuve que l’on pouvait bien faire
l’étranger. a annoncé, en outre, la mise en l’économie de cette crise ! Le gouvernement et le Parlement,
M. Benatallah a expliqué que place d’un mécanisme visant à qui ont présenté cette mesure comme un acte de survie de
les premières actions de son se- eux au travers d’un site internet. savoir que le gouvernement mettre fin au calvaire rencontré l’économie destiné à réactiver les recettes provenant de la
crétariat consisteront, à moyen Dans cette perspective, il a in- s’est fixé pour challenge d’ins- par les émigrés lorsqu’ils doi- fiscalité ordinaire, acquiescent sans broncher de porter le
et court termes, à poursuivre le diqué qu’il se rendrait bientôt taller le Conseil consultatif de la vent rapatrier des corps. Grâce chapeau. En contrepartie, le gouvernement, qui accepte de
dialogue et les rencontres avec en Allemagne, en Espagne, en communauté nationale à l’étran- à un accord conclu entre la jouer le rôle de mauvais génie pour préserver l’institution
les membres de la communauté Grande-Bretagne, en Italie et ger avant la fin de l’année. En Société algérienne d’assurance présidentielle, est exempté de rendre des comptes et
nationale établie à l’étranger, à dans les pays du Golfe pour ren- attendant que cela se fasse, il a (SAA) et la Banque d’Algérie, de payer les frais de l’addition de la mauvaise gestion, à
vulgariser les objectifs assignés contrer des Algériens qui vivent indiqué que le Premier ministre, il leur est désormais possible de l’image des douloureux événements de cette semaine. Des
à la politique mise en place à dans ces pays et recueillir leurs Ahmed Ouyahia, a déjà donné s’acquitter de leurs cotisations à actes qui seront versés, comme d’habitude, au registre des
leur intention et, enfin, à main- doléances. Dans le même ordre son aval pour la concrétisation l’étranger, auprès des agences pertes et profits.
tenir un contact permanent avec d’idées, Halim Benatallah a fait d’un certain nombre de projets de la SAA. A préciser que M.
Benatallah a refusé de s’expri-
TÉBESSA DES OBJETS ARCHÉOLOGIQUES RÉCUPÉRÉS mer sur la récente décision prise ALGER
par les autorités françaises de
■ Quatre personnes, âgées de 26 à 31 ans, ont
été arrêtées la semaine dernière en possession
statuettes en bronze représentant la tête d’un
pharaon, un chandelier juif en cuivre et une
durcir les conditions d’octroi 6,4 g d’héroïne et 2 g de kif
du visa d’entrée dans l’espace
d’objets archéologiques d’une valeur inestima- dizaine de pièces numismatiques remontant à Schengen et leur souhait de ré- traité saisis à Palm Beach
ble destinés à la contrebande vers la Tunisie, l’époque phénicienne, lors d’une perquisition viser les accords de 1968. Il a ■ Agissant sur renseigne- par une personne en fuite, à
apprend-on de sources crédibles. Agissant aux domiciles des mis en cause. Ces derniers promis toutefois de consacrer ments et en vertu d’un Palm Beach, 6,4 g d’héroïne,
sur renseignement, la section de recherche ont été arrêtés ; ils seront présentés devant le une conférence entière au dos- mandat de perquisition, les 2 g de kif traité, une somme
de la gendarmerie, après plusieurs semaines parquet dans les jours à venir, a ajouté sier dans les prochains jours. gendarmes de la brigade de d’argent de 867 550 DA,
d’investigations, est parvenue à récupérer deux notre source. Lakehal Samir
Z. C. Palm Beach ont procédé, jeu- 40 010 francs CFA et
di dernier, à l’interpellation 250 euros, représentant
POINT ZÉRO d’un ressortissant africain le produit de la vente de
en situation irrégulière et de stupéfiants, ont été saisis.

Les casseurs parlent aux casseurs Par Chawki Amari


deux citoyennes demeurant à
Alger. Suite à la perquisition
dans une habitation louée
La brigade de gendarmerie
de Palm Beach poursuit
l’enquête. D. R.
ui, bien sûr, il y a eu de la casse. Comme en Grèce ou en revendiquer. Absurde logique à laquelle en répond une autre, la

O France lors des dernières manifestations de foule. Com-


bien de pertes en Algérie ? On compte sur Ouyahia, l’invi-
sible chiffreur, pour nous donner prochainement des chiffres. En
violence. Que faire en face d’un mur ? S’adosser contre ou le cas-
ser. Ce qui arrange d’ailleurs le régime, qui préfère traiter avec
des casseurs en les diabolisant plutôt que d’avoir affaire à une
attendant, un jeune casseur s’explique : «Oui, j’ai cassé de foule qui proteste contre les injustices, alimentaires ou autres. DE
DEMANDEZ
l’Etat ! Mais combien l’Etat a-t-il cassé ?» Bonne question à Les casseurs parlent aux casseurs et l’on dit d’ailleurs que le ré-
quantifier. Le plus grand casseur, celui qui a cassé tout un pays, gime, pour décrédibiliser ce mouvement, a envoyé des casseurs AU
AUJOURD'HUI
déstructuré sa société, dilapidé tout l’argent du Trésor et exilé dans la foule. Ce qui est possible puisqu’aux premiers jours des VOTRE
VO
des milliers de personnes n’est autre que le régime. Verrouillant émeutes, il n’y en avait pas on ne voyait que des jeunes affron-
l’information et les débats publics, donnant l’autorisation de tant les forces de police. A-t-il envoyé des casseurs pour casser le SUPPLÉMENT
SU
respirer au compte-goutte, interdisant les réunions et les ren- mouvement et le faire passer pour de la violence gratuite ? Même
contres, bloquant les canaux d’expression et l’audiovisuel, les si ce n’est pas vrai, il est capable de le faire. D’ailleurs, le régime ÉCONOMIE
agréments de partis, de journaux, de syndicats et d’associations, explique que ce ne sont que des casseurs et des voyous. Pour-
tout en mettant la justice aux mains des lobbies politico-éco- quoi a-t-il alors décidé de baisser les prix de l’huile et du sucre et Gratuit
nomiques, il explique aujourd’hui qu’il y a d’autres moyens de pas ceux des sabres et des couteaux ?