Vous êtes sur la page 1sur 15

Dimension pluriannuelle du budget de l’Etat : Annualité budgétaire

La finance / 23 février 2019

Partie II Démocratie et transparence dans la gestion des deniers publics

Chapitre premier Prévision et pluriannualité des dépenses publiques

Chapitre second Transparence dans la gestion des deniers publics

Chapitre premier Prévision et pluriannualité des dépenses publiques

Section1 La dimension pluriannuelle du budget de l’Etat

Section 2 Nomenclature et réforme budgétaires


Chapitre premier Prévision et pluriannualité des dépenses publiques

Depuis les années 1990, les finances publiques connaissent de profondes transformations, les
faisant entrer très certainement dans une ère de modernité résultant d’une plus grande prise en
compte de leur éfficacité au regard des objectifs qu’elles entendent servir. Pour se faire, elles
opèrent d’abord par introspection, repli sur elles-mêmes en mettant en place des procédures
de gestion comptable et financière n’ayant rien à envier aux agents économiques privés. Et
elles procèdent en même temps par extériorisation, c’est-à-dire ouverture sur leur
environnement pour optimiser l’utilisation des deniers publics et améliorer leur impact. Dans
ce cadre, les techniques classiques s’assouplissent, tels les principes budgétaires
développement de la pluriannualité, émergence de la sincérité budgétaire, modification de la
substance du principe de spécialité, tensions sur les principes d’unité par la multiplication des
acteurs financiers publics65.
Les principes budgétaires sont solides et souples car ils résistent à des tensions quasi
permanentes. Il faut toutefois se demander si les pressions parfois très fortes qu’ils subissent
actuellement, contribuent à les renforcer ou bien vont elles les amener à se transformer voire à
être remplacés par de nouveaux principes sensés mieux correspondre aux « finances publiques
post-moderne »66.
Depuis deux siècles, les principes budgétaires qui se déclinent par le « carré magique » de
l’annualité budgétaire, de l’unité budgétaire, de la spécialité budgétaire et de l’universalité
budgétaire, ont évolué pour s’assouplir. Cette évolution s’explique par le développement des
mesures d’amélioration de la gestion des finances publiques et l’émergence de nouvelles
préoccupations qui ambitionnent d’être consacrées en nouveaux principes budgétaires venant
soit en concurrence soit en renforcement des principes classiques.

Dans une logique de résultat, de responsabilisation des gestionnaires et de transparence dans


la gestion des deniers publics, il est bien opportun de citer les principes budgétaires modernes
tels qu’ils ont été cités par Jean-Lienert67
Transparence les rôles de chaque acteur sont clairs. Les informations sur le budget sont
disponibles au public dans un délai réduit.
Responsabilité l’exécutif rend compte au parlement de ses actions en matière de gestion
budgétaire ; une instance d’audit externe assiste le parlement ; à l’intérieur de l’exécutif les
gestionnaires de crédits rendent compte aux autorités supérieures.
Stabilité les objectifs pour le budget et la dette publique sont formulés dans le contexte d’un
cadre à moyen terme.
Résultat la performance de la gestion publique, notamment du budget et du personnel, est
connue ; les évaluations sur la base de l’éfficacité l’efficience et l’économie sont publiées.
Donc le strict respect des règles classiques est devenu beaucoup plus difficile à l’époque
contemporaine. La nature des dépenses de l’Etat a considérablement évolué, les finances
publiques se sont diversifiées, les nécessités de l’action à long terme doivent parfois
l’emporter sur l’exigence d’un cadre temporel devenu trop étroit68, d’où la question ou le
problème de la pluriannualité ou de la budgétisation pluriannuelles (section1). Cette
pluriannualité se concrétise généralement par des programmes, des plans. Donc la structure
des perspectives pluriannuelles nécessite un rapprochement de celles-ci à la transformation de
la nomenclature budgétaire (section2).

Section1 La dimension pluriannuelle du budget de l’Etat

Le problème de la pluriannualité dans notre droit budgétaire est présenté généralement dans
les termes suivants l’annualité est la règle, la pluriannualité est l’exception. En effet,
l’annualité est un des quatre principes budgétaires, elle fixe la règle selon laquelle le budget
décrit l’ensemble des recettes et dépenses de l’Etat pour une année, ce principe régissant aussi
bien la durée de l’autorisation budgétaire que l’exécution du budget lui-même. Mais dans les
faits, l’essentiel de la loi de finances est constitué d’engagements pluriannuels implicites
comme le paiement du traitement et de la retraite des fonctionnaires ou la charge de la dette.

Ainsi, bien que l’autorisation parlementaire soit formellement annuelle, les dépenses de l’Etat
sont le plus souvent pluriannuelles par nature. Le budget de l’Etat comporte donc
nécessairement une forte part de pluriannualité69.

Cette pluriannualité trouve ses origines dans la nécessité ressentie par les gouvernements de
s’adapter aux dimensions croissantes du secteur public, d’influer sur l’activité économique, et
en raison aussi des incidences à long terme des décisions du moment70.

Paragraphe 1 Annualité budgétaire et ses aménagements

Le principe d’annualité budgétaire qui s’applique sous la forme d’un vote du budget constitue
un fondement essentiel de la démocratie parlementaire. Il donne une forte substance au
consentement du peuple à l’impôt, consacré par la déclaration des droits de l’homme et du
citoyen de 1789. Il vise à assurer le contrôle parlementaire sur l’action du gouvernement71.
Historiquement, le principe de l’annualité fut le premier des principes à s’imposer. Dégagé en
Angleterre au XVIIe siècle et il découle implicitement, en France, de la règle du
consentement annuel des impôts, posée par la Constitution de 179172.
Dans son sens le plus large, ce principe signifie que les prévisions et les autorisations
budgétaires, ainsi que l’exécution de la loi de finances sont enfermées dans le délai d’un an
(exercice budgétaire). De façon plus schématique, on dit souvent que la loi de finances ne
produit d’effet que pendant un an. Les articles 1er, 6,15 et 26 de la LOLF se réfèrent au
principe de l’annualité budgétaire73.

Eu égard à l’importance du principe de l’annualité, diverses justifications ont été proposées

– D’abord, historiquement, cette règle a été imposée pour des raisons politiques, permettre au
parlement d’exercer un contrôle régulier sur les finances publiques ;

– Ensuite, pour des raisons techniques dans la mesure où la loi de finances est fondée sur des
prévisions, les autorisations qu’elle contient ne peuvent, pour des raisons de précision, couvrir
une période plus longue, sous peine que l’écart entre les prévisions et les résultats effectifs ne
soit important ;

– Et, enfin, pour des raisons économiques à l’époque où le droit budgétaire s’élabore,
l’agriculture se trouvait au cœur de l’activité économique donc elle assurait l’essentiel des
recettes budgétaires. Or, comme elle était soumise au rythme annuel, c’est tout naturellement
que le cycle budgétaire s’est calqué sur le cycle agricole dont il dépendait étroitement74.

Presque tous les pays appliquent la règle de l’annualité budgétaire mais tous n’ont pas choisi
la même date de départ de l’année financière, l’article 1er de la LOLF précisant que l’exercice
budgétaire s’étend sur une année civile, ce dernier débute le 1er janvier et s’achève le 31

Décembre. En Grande Bretagne et au Japon l’année budgétaire court dès le 1er avril, aux
Etats-Unis dès le 1er octobre, et en Australie dès le 1er juillet75.

L’annualité budgétaire est rigide, empêche d’adapter les gestions aux contingences
quotidiennes et provoque de surcroît une rupture de fin d’exercice faisant obstacle à la
continuité de la gestion ainsi qu’aux programmations dépassant l’horizon annuel. Toutes ces
raisons justifient des aménagements à l’annualité budgétaire par un certain nombre de
mécanismes qui s’efforcent de sauvegarder la périodicité de l’autorisation parlementaire.

En France, si la réforme organique a supprimé « les services votés » qui, pour l’Etat,
constituent « le minimum de dotation que le gouvernement juge indispensable pour
poursuivre l’exécution des services publics, dans les conditions qui ont été approuvées l’année
précédente par le parlement »76, il n’empêche que subsistent encore de nombreuses
dérogations à l’annualité

– Modification en cours d’exercice par les lois de finances rectificatives, seules de telles lois
peuvent corriger et compléter les dispositions de la loi de finances initiale. Elles sont
obligatoires en cas de bouleversement des grandes lignes de l’équilibre économique et
financier déterminé par la loi de finances initiale77 ;

– Des modifications en cours d’exercice sous forme de transferts pouvant modifier la


répartition des crédits entre programme de ministères distincts. Et on a aussi des
modifications sous forme de virement pouvant modifier la répartition des crédits entre
programmes d’un même ministère, dans la limite annuelle de 2% du montant des crédits du
programme concerné.78. Dans la limite de 1% des crédits budgétaires, les crédits d’avances
permettent d’ouvrir des crédits supplémentaires en cas d’urgence sans affecter l’équilibre
budgétaire de la loi de finances ;

– Les transitions entre exercices, une autre dérogation à l’annualité, des dépenses peuvent être
engagées sur les crédits de l’année suivante dans les conditions prévues par la loi de finances
et, une période complémentaire dont la durée ne peut excéder 20 jours permet de
comptabiliser des dépenses et des recettes. C’est l’article 9 de la LOLF qui prévoit cette
technique appelée engagement des dépenses par anticipation. L’article 29 de la LOLF a
introduit cette période complémentaire de 20 jours79 ;
– Et comme 3eme modalité de dérogation à l’annualité, la pluriannualité budgétaire en est
certainement la plus développée qui s’efforce de concilier le respect de l’annualité budgétaire
et la prévision-programmation dans l’utilisation des fonds publics80.

Paragraphe 2 Budgétisation pluriannuelle

Habituellement, les normes et objectifs budgétaires globaux sont fixés pour plusieurs années,
et pas seulement pour l’exercice suivant immédiatement. Cette dimension pluriannuelle est
essentielle car, pour faire correspondre le budget à des objectifs acceptables, il faut
habituellement opérer par étapes, le budget de chaque exercice progressant un peu vers
l’objectif fixé. La budgétisation pluriannuelle représente le pont entre les objectifs globaux à
moyen terme et les budgets annuels. La budgétisation pluriannuelle est également devenue un
instrument de réforme de la gestion financière dans plusieurs pays de l’OCDE qui ont essayé
d’améliorer l’efficacité et l’efficience dans le secteur public en restructurant leurs pratiques
budgétaires81.

En fait, c’est après la seconde guerre mondiale que la démarche de prévision et de


programmation pluriannuelle en matière budgétaire s’est véritablement affirmée, développée
et concrétisée en France. Le climat de cette période était indéniablement favorable à une
vision volontaire et optimiste de l’action publique, en particulier avec l’idée force, présente
dès les années 1930 mais qui va alors pénétrer durablement les esprits, d’un Etat
interventionniste, garant de l’intérêt général et source du « bien-être ». De la mise en œuvre
d’une telle conception découlait un certain nombre d’impératifs, notamment la réalisation
d’investissement financièrement lourds, qu’il s’agissait d’étaler dans le temps et qui
nécessitaient une programmation sur plusieurs années82.

La programmation, à moyen ou à long terme, a constitué après la seconde guerre mondiale


l’une des idées neuves de l’économie contemporaine83, la situation d’aujourd’hui apparaît en
tout points très différente, le développement des nouvelles technologies, l’essor de l’économie
de marché, la libération des mouvements de capitaux sur les marchés financiers
internationaux, sembles avoir conférer aux sociétés une complexité qu’elles n’avaient pas
jusqu’alors84.
On a vu apparaître, au niveau des Etats, des institutions nouvelles qui avaient pour but de
limiter la part de hasard et de l’aléa dans la vie économique. L’idée sous-jacente à ces
expériences, très diverses dans leurs modalités, était qu’il était possible de surmonter la
réversibilité des phénomènes de l’économie de marché pour aboutir à une croissance
harmonisée85.

Présentée en tant que projection de base, la budgétisation pluriannuelle joue le rôle de


contrainte financière à laquelle le budget annuel doit être subordonné. Cette contrainte de
reflète souvent dans un objectif global fixé par le gouvernement. Elle indique ainsi les
incidences budgétaires, par exemple sur le plan de l’augmentation des recettes ou des
compressions des programmes, d’une poursuite de la politique adoptée en vue d’atteindre des
objectifs fixés86.

Michel BOUVIER, dans son livre « finances publiques », distingue entre deux mécanismes de
pluriannualité, il parle donc de mécanismes implicites la pluriannualité masqué, et de
mécanismes volontaires la pluriannualité organisés.

A/ La pluriannualité masquée

Il suffira de donner quelques exemples pour saisir sa signification.

– La création d’emplois nouveaux dans la fonction publique lorsque l’Etat crée un emploi
budgétaire, et recrute sur le poste ainsi créé, il prend en fait un engagement pluriannuel,
puisqu’il s’engage à payer le traitement et la retraite du fonctionnaire pour une très longue
durée ;

– La charge de la dette publique lorsque l’Etat émet un emprunt, il s’engage à en régler les
intérêts pour toute la durée des annuités. Par voie de conséquences on peut dire que la
pluriannualité est la conséquence nécessaire d’un déficit budgétaire ;
– Les bonifications d’intérêts en favorisant l’octroi de prêt à des taux privilégiés, l’Etat allège
la charge du débiteur pour toute la durée de prêt, en réglant à sa place une partie des intérêts.

Même si l’autorisation parlementaire est formellement annuelle, les dépenses de l’Etat sont le
plus souvent pluriannuelles par nature et l’essentiel de la loi de finances est constituée
d’«engagements pluriannuels occultes ». Sans craindre et céder au paradoxe, on pourrait
aisément retourner la formulation habituelle du principe.

B/ La pluriannualité organisée

Le budget de l’Etat comporte nécessairement une forte part de pluriannualité qui se concrétise
dans le cadre des reports de crédits. Cette technique porte directement atteinte au principe
d’annualité, puisqu’elle offre à un service la possibilité d’utiliser, l’année suivante, le reliquat
des crédits inutilisés au cours de l’année d’autorisation. Longtemps prohibée, elle a
finalement été admise dans de strictes limites, car elle évite le gaspillage des crédits par les
administrations en fin d’année87.

En France, l’article 15 de la LOLF pose la règle de l’interdiction des reports de crédits un


crédit qui n’est pas consommé ne crée aucun droit au titre des années suivantes. L’interdiction
ne concerne cependant pas les autorisations d’engagements. Les crédits non consommés
doivent être annulés, en principe, par un décret du Premier Ministre pris après rapport du
Ministre de l’Economie et des Finances. Cependant, le principe de l’interdiction des reports
de crédits connaît deux exceptions classiques88

1/ Les autorisations d’engagement (AE)

Sont disponibles sur un programme qui peuvent être reportées. Dans la nouvelle loi
organique, et comme on l’a déjà mentionné, les crédits sont regroupées par programme au
sein d’une mission. Ceci signifie que la prévision budgétaire sera, en principe, pluriannuelle
car le programme s’étalera généralement sur plusieurs années. Il en ira de même de
l’exécution les autorisations d’engagement disponibles sur un programme à la fin de l’année
pourront être reportées sur le même programme (ou, à défaut, sur un programme poursuivant
les mêmes objectifs)89.

Les autorisations d’engagement ou de programme sont un mécanisme ingénieux mis en place


qui permet en même temps de respecter le principe d’annualité grâce aux crédits de
paiements.

Plus précisément, cela consiste pour l’assemblée délibérante à voter d’abord le montant global
d’autorisations de programme qui « constituent la limite supérieure des dépenses que les
ministres sont autorisés à engager pour l’exécution des investissements prévus par la loi » cela
permet à l’administration tout à la fois d’obtenir l’accord sur le coût global de
l’investissement et de prendre toute décision correspondant à la réalisation de l’équipement
concerné. Ensuite, dans chacun des budgets successifs, seront votés les crédits de paiement
(CP) correspondants.

2/ Les crédits de paiement (CP)

Constituent la limite supérieure des dépenses pouvant être ordonnancées ou payées pendant
l’année pour la couverture des engagements contractés dans le cadres des autorisations de
programme90.

Ces CP disponibles sur un programme, y compris ceux relatifs à des dépenses de personnel,
peuvent être reportés par arrêté conjoint du Ministre de l’Economie et des Finances et du
ministre intéressé. En revanche, les conditions du report sont plus contraignantes que celles
imposées aux AP. La LOLF retient une double logique une logique de « bloc à bloc » dans la
mesure où les reports doivent majorer les crédits de titres d’un même programme ou d’un
programme poursuivant les mêmes objectifs ; une logique de limitation car le report ne doit
pas dépasser 3% du montant des crédits du (des) titres (s) à l’origine du report.
La troisième forme des reports des crédits concerne les fonds de concours, définis comme des
ressources de caractère non fiscal versés par des personnes morales ou physiques (quelle que
soit leur nationalité) pour financer des dépenses d’intérêt public, ou les produits de legs et
donations attribués à l’Etat. Si les crédits d’un programme ou d’une donation correspondant
aux fonds de concours sont disponibles à la fin de l’année, le report des crédits est
automatique report sur un même programme ou un programme poursuivant les mêmes
objectifs.

De même pour les comptes spéciaux de trésor, le solde de chacun de ces derniers est reporté
automatiquement, sur l’année suivante, à son profit, sauf disposition contraire de la loi de
finances91.

Aussi, et comme une autre technique de pluriannualité organisée, les lois de programmes
constituent une sorte d’échelon intermédiaire dans la mise en place de mécanismes financiers
destinés à permettre la réalisation de travaux d’équipement s’échelonnant sur plusieurs
années92.

Elles ont trois caractéristiques principales

– Elles se situent en dehors du cadre budgétaire proprement dit. Les lois de programme n’ont
pas le caractère de lois de finances. Ce sont des textes législatifs ordinaires, votés par le
parlement selon la procédure courante ;

– Elles ont pour but d’instituer, dans certains secteurs, une politique pluriannuelle
d’investissements, située en quelque sorte à mi-chemin entre le plan qui est une prévision
d’ensemble, et les AP qui engagent véritablement la dépense ;

– Elles sont dépourvues de toute force obligatoire sur le plan financier par elle- même, elles
n’ouvrent aucun crédit, elles se bornent à établir des prévisions que les lois de finances
annuelles devront rendre exécutoire.

Gérer « scientifiquement » et de manière pragmatique une collectivité publique ne consiste


certainement pas à déployer un arsenal de techniques, aussi sophistiquées soient-elles,
lesquelles peuvent éventuellement s’avérer inopérantes et génératrices d’une opacité
croissante. S’agissant de la prévision et de la programmation pluriannuelle, ce ne sont sans
doute, ou pas seulement, les techniques et les méthodes qui sont réellement en cause, mais
plutôt la capacité à envisager la possibilité d’une action volontariste et stratégique dans un
processus de décision complexe.

On ajoutera enfin qu’une société qui exclue toute réflexion politique de fond sur elle-même
est une société qui est dans l’incapacité de se donner un projet. Or une société sans projet,
sans prévision et sans programmation des moyens à mettre en œuvre, est une société sans
grand avenir93.

Paragraphe 3 Cadre de budgétisation pluriannuelle au sein de la réforme en Algérie

Un cadre budgétaire pluriannuel est un outil de gestion des ressources publiques qui exprime
les grandes orientations, les priorités et les prévisions de recettes et de dépenses sur un
horizon excédant douze mois soit un exercice.

Le gouvernement algérien établit actuellement son budget en respectant le principe


d’annualité budgétaire, c’est-à-dire que l’autorisation de recettes et de dépenses données par
l’Assemblée Populaire Nationale (APN) et l’exécution de cette autorisation valent
uniquement pour l’année ou exercice budgétaire visée. Ce principe n’est pas remis en cause
dans le cadre de la réforme94.

Suite à l’analyse de l’existant effectuée préalablement, le consultant engagé à cet effet, a


constaté que des hypothèses macro-économiques sont préparées et intégrées au rapport annuel
de présentation de la loi de finances. Ce rapport comporte des indicateurs économiques tels
que le produit intérieur brut ou PIB, les taux des importations, des exportations des
hydrocarbures et d’inflation etc. pour l’année budgétaire visée et les deux années suivantes. Il
en est de même pour les prévisions des recettes et des dépenses budgétaires. Le constat établit
également que de grandes orientations et priorités de l’Etat sont formulées dans le programme
du Chef du Gouvernement de 2004 (promotion et réconciliation sociale, parachèvement des
réformes déjà entamées…) et portent sur la durée du mandat de ce dernier, qui excède un an.

La note d’orientation préparée et expédiée par le Ministre des Finances aux


ordonnateurs/walis du budget contient des orientations qui sont générales et axées sur l’année
budgétaire concernée et les canevas joints à cette note d’orientation et servant à l’élaboration
des budgets des ministères sont sur une base annuelle pour les budgets de fonctionnement et
sur une base pluriannuelle pour les budgets d’équipement (année budgétaire et deux années
suivantes).

Ainsi, les seuls documents de présentation budgétaire fournissant actuellement des


informations pluriannuelles sont

– Le rapport de présentation de la loi de finances qui inclut les indicateurs macroéconomiques


et les recettes et dépenses budgétaires sur plusieurs années ;

– Les budgets d’équipement des ministères présentés dans le PBE qui incluent les AP des
projets d’équipement par secteurs portant sur un horizon de plus d’un an.

En conclusion, même si quelques éléments comportent des notions de pluriannualité dans le


contexte algérien actuel, il n’en demeure pas moins que la préparation budgétaire se fait sur
une base annuelle et que le budget est voté annuellement. Notons que même si les AP des
projets d’équipement sont préparées sur une base pluriannuelle et sont présentées dans la loi
de finances, elles ne donnent pas droit à l’ouverture de crédits. Ainsi, seuls les comptes
d’affectation spéciale ouvrent droit à des crédits sur un horizon excédant douze mois95.

Toutefois, un consensus international se dégage du fait que l’horizon annuel est trop court et
empêche la gestion efficace des dépenses publiques.

En effet, sur une base annuelle, les décisions d’affectation des ressources sont prises, sans une
vue d’ensemble et sans tenir compte des répercutions des décisions antérieures et présentes
au-delà de l’année budgétaire96.

La Gouvernement algérien a clairement exprimé son intention de mettre en place un cadre


budgétaire à moyen terme sur un horizon de cinq (5) ans soit, les deux exercices précédents,
l’année budgétaire visée et les prévisions budgétaires des deux années suivantes. Une tranche
annuelles du cadre budgétaire, soit l’année budgétaire visée, est votée chaque année. Les
autres années sont fournies à titre indicatif et ne font donc pas l’objet d’une loi.

Ce choix envisagé par le Gouvernement algérien suit les recommandations des organismes
internationaux et la tendance de la majorité des pays membres de l’OCDE.

Il est pertinent pour renforcer cette position, de souligner les principales forces de ce choix97.

– Il permet de fixer les objectifs globaux de la politique budgétaire du pays sur un horizon
excédant un an, ce qui donne une meilleure vision de la situation des finances publiques ;

– Il améliore les possibilités de planification et de programmation des actions


gouvernementales;

– Il augmente la transparence budgétaire pour les parlementaires et les citoyens.

Cependant, il ne faut pas concevoir la pluriannualité comme un espace « d’assurance tout


risque, une sorte de garantie conjoncturelle une telle vision est excessive et donc ne fait pas
avancer la cause de la pluriannualité.

Si on se place dans la perspective de concevoir la pluriannualité comme une garantie absolue,


on risque d’être déçu98.

Lire le mémoire complet ==> La gestion axée sur le résultat en matière de préparation du Budget en
Algérie

Mémoire de fin d’études de troisième cycle spécialisé en Finances Publiques

Melle AIT HADDAD, Zahra

_________________________________
65 Henry-Michel CRUCIS « finances publiques » focus droit, montchrestien 2003. p, 161.

66 Idem. p, 186.

67 Jean LIENERT « existe-il un modèle standard de gestion publique ? » Réformes des finances
publiques. Démocratie et Bonne Gouvernance. L.G.D.J 2004. P, 116.

68 Michel BOUVIER, Marie-Christine ESCLASSAN, Jean-Pierre LASSALE « finances publiques » L.G.D.J


3eme édition 1996. p, 181.

69 Idem.

70 La planification des dépenses Budgétisation pluriannuelle et annuelle. OCDE 1995. p, 27.

71 Étude menée sur la réforme de l’ordonnance organique n° 59-2 du 2 janvier 1959 portant loi
organique relative aux lois de finances. ( www.senat.fr)

72 Eric DEVAUX « finances publiques » Breal édition 2002. p, 90.

73 Francic QUEROL « finances publique » ellipses édition 2002. p, 75.

74 E. DEVAUX. Op.cit. p, 91.

75 F. QUEROL. Op.cit. p, 75.

76 Ordonnance du 2 janvier 1959. art. 33

77 H-M CRUCIC. Op.cit. p, 20.

78 Ordonnance du 2 janvier 1959. art.12

79 F. QUEROL. Op.cit. p, 76.

80 H-M CRUCIC. Op.cit. p, 21.

81 La planification des dépenses budgétisation pluriannuelle et annuelle. OCDE 1995. p, 27.

82 Michel BOUVIER « prévision et programmation pluriannuelles dans un contexte d’incertitude »


Prévision et Budgétisation pluriannuelle. RFFP N° 39, L.G.D.J 1992. p, 16.

83 M. BOUVIER, M.ESCLASSAN, J-P LASSALE.op.cit. p, 205.

84 Michel BOUVIER. RFFP N° 39. op.cit. p, 17.

85 M. BOUVIER, M.ESCLASSAN, J-P LASSALE.op.cit. p, 207.

86 La planification des dépenses budgétisation pluriannuelle et annuelle. OCDE 1995. p, 27.

87. E. DEVAUX. Op.cit. p, 96.

88 F. QUEROL. Op.cit. p, 79.

89 « Les grands principes du droit budgétaire ». Les Finances de l’Etat. Fiche n°4. p, 5.
www.sffp.asso.fr/finances_publiques/finances_publiques/fiche4.htm

90 H-M CRUCIC. Op.cit. p, 117.

91 Francis QUEROL « finances publiques » ellipses édition 2002. p, 80.

92 M. BOUVIER, M.ESCLASSAN, J-P LASSALE .op.cit. p, 210.


93 Michel BOUVIER. RFFP N° 39. op.cit. p, 16.

94 Rapport de la DGB, Ministère des Finances

95 Rapport sur les options de budgétisation. Projet MSB, Sous- composante 1-1. P, 3-20.

96 Rapport de la DGB, Ministère des Finances

97 Rapport sur les options de budgétisation. Projet de modernisation des systèmes budgétaires.
Sous- composante1-1. P, 25.

98 François ROUSSELY « l’intérêt de la pluriannualité ». Prévision et pluriannualité budgétaire. RFFP


n° 39. LGDJ 1992. p, 114.

← Le souci de performance dans le Cycle budgétaire de l’Etat

Dépenses publiques : Principe de spécialité Comptable et Juridique →

Abonnez-vous!

Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !