Vous êtes sur la page 1sur 49

PLAN DE FORMATION

Etablissement : CIFOCSS (CNPS) Cycle : CONTROLEURS D’EXPLOITATION

Professeur : M. DOSSO Module : Comptabilité des éléments du salaire

Contacts : TEL : 23 50 84 40 Volume horaire : 36 Heures


CEL : 07 83 64 96

TEMPS ALLOUE
CHAPITRES
Travaux
Cours
dirigés

Chapitre 1 : Charges de personnel 4H 10 H

Chapitre 2 : Evaluation de la masse salariale 1H 3H

* * * EVALUATION N° 1 * * * 3H

Chapitre 3 : Méthodes de rémunération 2H 3H

Chapitre 4 : Politique de rémunération 1H 2H

Chapitre 5 : Gestion prévisionnelle de la masse salariale 2H 2H

* * * EVALUATION N° 2 * * *

10 Heures 26 Heures
VOLUME HORAIRE
36 HEURES

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 1
INTRODUCTION GENERALE
Le salaire demeure l’un des principaux facteurs de motivation du
personnel :
 Des salaires trop bas constituent une source de démotivation.
 Des salaires trop élevés peuvent être à long terme une cause de
déséquilibre budgétaire.

Ce volume de salaire (masse salariale) doit donc faire l’objet par les
entreprises d’une gestion rigoureuse d’où la notion de gestion de la masse
salariale. Cette gestion nécessite :
 La maitrise des charges de personnel
 L’évaluation correcte de la masse salariale
 Le choix des méthodes de rémunération les plus adaptées
 La définition d’une politique de rémunération
 La gestion prévisionnelle de la masse salariale afin de soutenir la politique
de rémunération sur un long terme.

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 2
Chapitre I CHARGES DE PERSONNEL

I- Composante du salaire
A- Définition
Le salaire est la rémunération perçue par un salarié en contre partie de sa
force de travail

B- Différentes appellations du salaire


Le traitement  : La rémunération versée aux fonctionnaires
La solde  : La rémunération versée aux corps habillés
La pension  : La rémunération versée aux retraités
La commission  : La rémunération versée aux représentants

C- Formes du salaire
Le salaire peut être calculé au temps ou au rendement :

1- Le salaire au temps
C’est le salaire payé à l’heure, à la journée, à la semaine, ou au mois. Il
correspond au temps effectué en dehors des heures supplémentaires et toutes
autres considérations de production quantitatives réalisées par le travailleur. Son
montant est fixe

2- Le salaire au rendement
La rémunération accordée au travailleur en fonction de la quantité
produite pendant un temps déterminé. Il est plus avantageux que le salaire au
temps qui n’incite pas le travailleur à plus d’effort.

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 3
D- La durée légale du travail
La durée légale du travail est de 40 heures par semaine, alors qu’il y a 52
semaines dans l’année. Soit 40 H x 52 / 12 = 173,33 H par mois
Ces 40 heures peuvent être reparties selon trois possibilités :
 La répartition sur 5 jours par semaine en raison de 8 heures de travail par
jour sans oublier 2 jours de repos hebdomadaires.

 La répartition sur 6 jours de sorte qu’on ait 6 H 40 minutes par jour avec
un seul jour de repos.

 La répartition sur les jours ouvrables de la semaine avec des durées


journalières de travail inégales mais ne pouvant dépasser 8 heures par
jour. Pour un salaire de base mensuel, il est attribué pour une durée
mensuelle de 173,33 heures.

Remarque :
En droit de travail, les jours ouvrables sont les jours autres que les
dimanches et les jours fériés. Le samedi est un jour ouvrable même si on ne
travaille pas habituellement ce jour dans quelques entreprises.

E- Les heures supplémentaires

1- Définition
Les heures supplémentaires représentent le temps de travail effectué au-
delà des heures normales prévues. Elles sont déterminées d’après le total des
heures effectuées dans la semaine du lundi au dimanche inclus.
Si le salarié effectue des heures supplémentaires, elles sont payées suivant
la règlementation en vigueur en prenant comme base horaire :

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 4
2- Différents taux de majoration du salaire

Heures de travail Majoration Taux (Taux normal + majoration)

0 à 40 heures TH

41ème à 46ème heures 15 % TH x 115 %

47ème à 55ème heures 50 % TH x 150 %


Heures de nuit de 21 H à 5 H jours
75 % TH x 175 %
ouvrables
Heures de jour
75 % TH x 175 %
Dimanche et jours fériés
Heures de nuit
100 % TH x 200 %
Dimanches et jours fériés

Exemple
Pour le mois de mai 2012, l’employé KRA a effectué 54 heures dont 3
heures de jour le 1er mai. Il est payé à l’heure au taux de 810 F. Calculer son
salaire hebdomadaire.

Solution :

40 Heures normales :…………………………………


6 Heures majorées à 15 % :…………………………………
5 Heures majorées à 50 % :…………………………………
3 Heures majorées à 75 % :…………………………………

Salaire hebdomadaire :…………………………………

Remarque

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 5
Le travailleur ne peut effectuer que 15 heures supplémentaires par
semaine.

NB : Les heures supplémentaires sont imposables

F- Les composantes du salaire


Le salaire est composé de deux éléments à savoir le salaire de base et les
accessoires su salaire (heures supplémentaires, les primes et indemnités, les
avantages,…)

1- Primes et indemnités
 Indemnités
Elément d’une rémunération ou d’un salaire destiné à compenser une
augmentation du coût de la vie ou à rembourser une dépense imputable à
l’exercice de la profession.
 Primes
Rémunérations supplémentaires en contre partie d’un effort supplémentaire.
Elles ont pour but d’améliorer le rendement du travailleur.
Certaines primes et indemnités sont entièrement imposables alors que d’autres
ont partiellement imposables (voir tableau).

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 6
PRIMES ET INDEMNITES
Natures Mode de calculs Régimes fiscal
Prime de logement et de
domesticité
Indemnité pour frais de
scolarité
 2% après 2 années de
présence dans le service
Prime d’ancienneté  1% par année de service Entièrement imposables
supplémentaire jusqu’à la
25ème année comprise
Prime d’assiduité
Prime de rendement
Prime de gratification ou de Au moins 75% du salaire de
fin d’année base
Le montant exonéré est limité La fraction supérieure à
Prime de transport
à 25.000 F 25.000 F est imposable
Prime de caisse

Prime de salissure 13 fois le SMIG horaire

Prime de tenue de travail 7 fois le SMIG horaire

Prime d’outillage 10 fois le SMIG horaire

Prime de panier 3 fois le SMIG horaire


 Indemnités de
déplacement
Exonérées dans la limite
 Indemnités de fonction, du dixième du salaire total
de représentation, de y compris les indemnités
responsabilité, de
missions
Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO
Page 7
2- Les avantages en natures
a) Eléments constitutifs
Toute prestation qui ne constitue pas un remboursement de frais. Ils s’ajoutent
au salaire. Il s’agit de :
 Logement
 Mobilier
 Eau
 Electricité, etc., qui sont fournit par l’employeur au travailleur.
b) Barème administratif des avantages en nature

 Pour la base imposable

 Logement et accessoires
Nombre de pièces Electricité Eau
Logement Mobilier
principales (a) (b)
1 60.000 10.000 10.000 10.000
2 80.000 20.000 20.000 15.000
3 160.000 40.000 30.000 20.000
4 300.000 60.000 40.000 30.000
5 480.000 80.000 50.000 40.000
6 600.000 100.000 60.000 50.000
7 et plus 800.000 150.000 70.000 60.000

(a) Montant à majorer de 20.000 F par appareil individuel de climatisation, ou


par pièce climatisée pour des installations centrales.

(b) Montant à majorer de 20.000 F pour les logements dotés d’une piscine.

 Domesticité

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 8
 Gardien, jardinier  : 50.000 F
 Gens de maison  : 60.000 F
 Cuisinier  : 90.000 F
Les avantages qui ne sont pas mentionnés sur le barème susvisé doivent être
intégrés dans l’assiette des impôts sur salaires à leur montant réel.
 Pour la base sociale (CNPS)

 Logement et accessoires (en francs)

Nombre de pièces Valeur du Electricité hors


Mobilier
du logement logement climatisation
1 40.000 6.000 10.000

2 60.000 9.000 12.000

3 80.000 12.000 15.000

4 100.000 15.000 18.000

5 120.000 18.000 20.000

6 150.000 24.000 25.000

 Domesticité

 Gardien, jardinier  : 21.000 F


 Gens de maison  : 30.000 F
 Cuisinier  : 45.000 F

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 9
II- Les charges sur salaires
Il existe deux catégories de charges sur le salaire. Les retenues à la charge
du salarié ou charges salariales et les retenues à la charge de l’employeur ou
charges patronales.

A- Charges salariales
Les charges salariales sont composées de :
 Les retenues d’impôts ou charges fiscales (IS, CN, IGR)
 Les cotisations sociales salariales ou CNPS
 Autres retenues (avances et acomptes, oppositions ou saisie-arrêt,…)

a) Retenues d’impôt ou charges fiscales


 Impôt sur Salaire (IS ou ITS)
La base est de 80% du salaire bru imposable. Cette base est appelée salaire net
imposable. Les taux sont :
 1,5% du salaire net imposable
 1,2% du salaire brut imposable

 La Contribution Nationale (CN)


Impôt créé en 1967 dans le but de participer au développement des grandes
sociétés d’Etat. La CN comporte des taux progressifs s’appliquant à des tranches
déterminées du revenu. Sa base est le salaire net imposable.

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 10
TRANCHES DE SALAIRES MONTANTS TAUX

1 à 50.000 50.000 0%
50.000 à 130.000 80.000 1,5 %
130.000 à 200.000 70.000 5%
Plus de 200.000 10 %

 L’Impôt Général sur Revenu (IGR)


L’IGR se calcule sur la base du revenu net diminué de 15 % après déduction de
IS et CN.

Quelques parts en fonction des charges

 Célibataire ou divorcé sans enfant ou veuf = 1 part


 Marié sans enfant = 2 parts
 Marié ou veuf avec enfants = 2,5 parts
o 2 parts pour lui-même
o 0,5 part par enfant
 Célibataire avec enfant = 1,5 + 0,5 part
par enfant
NB :
Chaque parent marié compte pour une part et 0,5 part par enfant. Le nombre de
parts ne peut pas excéder 5 et la femme quelle que soit la situation n’a droit qu’à
une seule part sauf si elle jouit de la puissance paternelle

Barème de l’IGR mensuel

QUOTIENT = R/N IGR MENSUEL

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 11
Inférieur à 25.000 Néant
Compris entre 25.000 et 45.583 (R x 10/110) – (2.273 x N)
Compris entre 45.584 et 81.583 (R x 15/115) – (4.076 x N)
Compris entre 81.584 et 126.583 (R x 20/120) – (7.031 x N)
Compris entre 126.584 et 220.333 (R x 25/125) – (11.250 x N)
Compris entre 220.334 et 389.083 (R x 35/135) – (24.306 x N)
Compris entre 389.084 et 842.166 (R x 45/145) – (44.181 x N)
Supérieur à 842.167 (R x 60/160) – (98.633 x N)
b) Cotisations sociales salariales  : caisse de retraite
Son taux de 5,4% est applicable sur le salaire brut social du salarié.
La fraction exonérée de la prime de transport est de 25.000 F. le surplus
est imposable.
La cotisation sociale mensuelle est plafonnée à 45 le S.M.I.G mensuel,
soit 45 x 36.607 = 1.647.315 F
c) Autres retenues
Il s’agit d’autres formes de prélèvements opérés sur le salaire de l’employé.
Ce sont :
 L’avance : une somme versée à l’employé qui ne peut dépasser le salaire
 L’acompte : une somme versée le 15 du mois et remboursée intégralement
 L’opposition : une somme retenue par l’employeur sur le salaire de
l’employé pour régler ses créanciers

Salaire net à payer = Salaire brut imposable – Retenues


+ Indemnités non imposable

B- Les charges patronales


Il existe deux types de charges patronales. Les charges patronales pour base de
calcul le salaire brut social (voir annexe)

1- Cotisations sociales patronales


Elles se décomposent comme suit :
Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO
Page 12
 La Caisse de retraite (CR) : dont le taux est de 6,6 % plafonné à
1.647.315 (soit 45 fois le SMIG). Le SMIG est de 36.607.
 La Prestation Familiale (PF) : Le taux est de 5,75 % du salaire social
mais plafonné à 70.000 F (5% à la location familiales et 0,75 % à la
maternité).
 L’accident de Travail (AT) : le taux est variable selon la profession. Il
est compris entre 2% et 5% plafonné à 70.000 F. La déclaration se fait
chaque mois pour les entreprises occupant 20 salariés au moins, pour les
autres, c’est le trimestre.
2- Cotisations fiscales patronales
Pour le personnel local, le taux est de 2,8% du salaire brut. Pour le
personnel expatrié, le taux est de 12% du salaire brut dont 0,6% réglé en fin
d’année.
 Impôt à la charge de l’employeur à verser au FDFP mensuellement
(personnel local et expatrié).
o Taxe d’apprentissage : 0,4%
o Taxe à la formation professionnelle continue : 1,2% dont 0,6%
réglé en fin d’année.

 Impôt sur salaire


o 1,2% pour le personnel local
o 10,4% pour le personnel expatrié

Personnel Personnel
Nature
local expatrié
 Contribution employeur - 9,2%
 Contribution nationale pour le développement 1,2% 1,2%
économique, culturel et social
Sous total 1,2% 10,4%
FDFP
 Taxe d’apprentissage 0,4% 0,4%
 Taxe pour la formation continue 1,2% 1,2%
TOTAL 2,8% 12%

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 13
III- Comptabilisation des charges
de personnel
L’enregistrement des charges de personnel fait intervenir les comptes suivants

N° des Comptes Intitulés

42 Personnel

43 Organismes sociaux

44 Etat et collectivités publiques

62 Services extérieurs A

64 Impôts et taxes

66 Charges de personnel

78 Transfert des charges

A- Comptabilisation des salaires et impôts sur salaires


Tous les bulletins de salaires sont centralisés dans le livre de paie qui sert de
base de comptabilisation.
a) Avantages en nature
Ils sont constatés dans les comptes de charges par nature par le crédit d’un
compte de trésorerie. Lors de la centralisation en fin du mois, on transfert ces
avantages en nature dans les frais de personne par le compte 781.

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 14
6 Comptes de charges x
5 Comptes de trésorerie x
(Lors du paiement)

6617
781 Avantages en nature x
Transfert de charges d’exploitation x
(Lors de la centralisation du mois)

b) Constatation des salaires et règlement

6611 Appointements et salaires : Personnel national x


6621 Appointements et salaires : Personnel non national x
663 Indemnités forfaitaires versées au personnel x
6617 Avantages en nature x
422 Personnel : rémunération dues x
781 Transfert de charges d’exploitation x
(Suivant / constatation des salaires)

422 Personnel, rémunérations dues x


4212 Personnel, acomptes x
4213 Personnel, frais avancés x
431 Sécurité sociale x
447 Etat, impôts retenues à la source x
(Suivant / retenues sur salaire)
422 Personnel, rémunérations dues x
521 Banque x
(Suivant / règlement)

B- Comptabilisation des impôts et charges sociales


La comptabilisation retient deux étapes :
 Constatation de charges
 Règlement

6413 Taxes sur appointements et salaires x


6414 Taxes d’apprentissage x

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 15
6415 Formation professionnelle continue x
664 Charges sociales x
431 Sécurité sociales x
447 Etat, impôts retenus à la source x
(suivant constatation des charges)
431 Sécurité sociale x
447 Etat, impôts retenus à la source x
521 Banque x
(Suivant règlement)

Travaux dirigés N° 1 LES CHARGES DE PERSONNEL


EXERCICE N°1

Pour le mois de juin 2012 on extrait de la comptabilité de la société SICA les


informations suivantes relatives aux charges de personnel
 Salaires
o Employés Ivoiriens 30.000.000
o Employés Africains 2.000.000
o Personnel expatriés 7.000.000
o Transport du personnel 2.000.000
o Avantages en nature 4.000.000

 Retenues
o Retenues fiscales : ITS = 468.000, CN= 3.390.000, IGR = 4.500.000
o Retenues sociales : 624.000
o Autres retenues : Assurance maladie : 400.000, Acompte : 10.000.000,
Remboursement de prêts : 1.000.000

 Charges patronales
o Charges fiscales : ITS locaux : 384.000 ; ITS expatriés : 728.000
o Taxe d’apprentissage : 156.000 ; TFC : 234.000

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 16
o Charges sociales : Prestations familiales : 57.000
o Accidents de travail : 30.000
o Retraite : 936.000

Travail à faire

Comptabiliser dans le journal de la société SICA toutes les écritures liées aux
salaires aux dates suivantes :
 30/06/12 : Constatation des charges de personnel
 02/07/12 : Virement des salaires
 08/07/12 : Règlement par chèques des charges patronales fiscales et
sociales.

EXERCICE N° 2

M. DOUMBIA BACHIR est employé chez « SOTRACI » comme Technicien


Supérieur 2ème catégorie – N° matricule 250190 D, depuis 18 ans et 10 mois. Il
est marié et père de 3 enfants. Il perçoit un salaire de base de 346.660 F

Au cours du mois de Juillet 2012, il a effectué les heures supplémentaires


suivantes :
 20 heures à 15%
 10 heures à 50 %
 2 jours fériés en semaine de 7 H à 12 H
 1 nuit de dimanche de 23 H à 04 H du matin

Outre la prime d’ancienneté, il reçoit une prime d’encouragement de 13.940 F,


des indemnités de 50.000 F pour le logement et 31.000 F pour le transport.

Par contre, M. DOUMBIA supporte mensuellement 41.127 F de frais


d’amortissement d’emprunt bancaire, et a été condamné par le tribunal à verser
mensuellement à son ex-épouse 20.000 F pour le logement et 30.000 F pour la
nourriture.

Le 14/07/12, M.DOUMBIA avait pris un acompte de 100.000 F.

Autres informations :
Adresse : 23 BP 2019 Abidjan 23
N° d’ordre 132

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 17
Travail à faire

1° Déterminer le taux horaire.


2° Calculer le salaire brut imposable et les différentes retenues.
3° Remplir le livre de paie et le bulletin de salaire
4° Comptabiliser le salaire de M. DOUMBIA aux dates suivantes :
 30/07/2012 : Comptabilisation des charges
 31/07/2012 : Virement du salaire
 08/08/2012 : Règlement des charges fiscales et sociales par chèques

ANNEXE N°

BULLETIN DE SALAIRE
Période du …………………………………………au…………………………………………
Nom et prénoms :………………………………………………………………………………
Adresse :………………………………………………… N° d’ordre…………………………
Emploi :……………………………………………………Catégorie :…………………………
Matricule:…………………………………………………………………………………………
SALAIRE DE BASE
- Mensuel fixe……………………………… F ……………………………….
- ……………………………………Heures à F………………………………
- ……………………………………...Jours à F………………………………
TOTAL :………….…………………….
HEURES SUPPLEMENTAIRES
-  …………………………………...Heures à F…………………………….
-  …………………………………...Heures à F…………………………….
-  …………………………………...Heures à F…………………………….
-  …………………………………...Heures à F…………………………….
TOTAL :………….…………………….
PRIMES ET INDEMNITES IMPOSABLES
- Ancienneté ……………………………………….. = ……………………………
- Rendement ……………………………………….. = ……………………………
- Avantages ……………………………………….. = ……………………………
- Autres ……………………………………….. = ……………………………
TOTAL :………….…………………….
SALAIRE BRUT IMPOSABLE
RETENUES
Impôt sur salaire ………………… = ……………………………

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 18
Contribution nationale ………….... = ……………………………
IGR ………………………..…….. = ……………………………
Caisse de retraite …………..…….. = ……………………………
Saisie – Arrêt et oppositions …….. = ……………………………
Organisme de crédit ……….…….. =
Nourriture ……………………….. =
Logement ………………….…….. =
TOTAL DES RETENUES :………….…………………….
SALAIRE NET
AVANTAGES EN NATURE …. = ……………………………
ACOMPTE ………………….….. = ……………………………
PRIMES DE TRANSPORT…….. = ……………………………
NET A PAYER
Signature du travailleur Salaire payé Signature et cachet de
l’employeur

ANNEXE N°

BULLETIN DE SALAIRE
Période du …………………………………………au…………………………………………
Nom et prénoms :………………………………………………………………………………
Adresse :………………………………………………… N° d’ordre…………………………
Emploi :……………………………………………………Catégorie :…………………………
Matricule:…………………………………………………………………………………………
SALAIRE DE BASE
- Mensuel fixe……………………………… F ……………………………….
- ……………………………………Heures à F………………………………
- ……………………………………...Jours à F………………………………
TOTAL :………….…………………….
HEURES SUPPLEMENTAIRES
-  …………………………………...Heures à F…………………………….
-  …………………………………...Heures à F…………………………….
-  …………………………………...Heures à F…………………………….
-  …………………………………...Heures à F…………………………….
TOTAL :………….…………………….
PRIMES ET INDEMNITES IMPOSABLES
- Ancienneté ……………………………………….. = ……………………………
- Rendement ……………………………………….. = ……………………………
- Avantages ……………………………………….. = ……………………………
- Autres ……………………………………….. = ……………………………
TOTAL :………….…………………….
SALAIRE BRUT IMPOSABLE
RETENUES

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 19
Impôt sur salaire ………………… = ……………………………
Contribution nationale ………….... = ……………………………
IGR ………………………..…….. = ……………………………
Caisse de retraite …………..…….. = ……………………………
Saisie – Arrêt et oppositions …….. = ……………………………
Organisme de crédit ……….…….. =
Nourriture ……………………….. =
Logement ………………….…….. =
TOTAL DES RETENUES :………….…………………….
SALAIRE NET
AVANTAGES EN NATURE …. = ……………………………
ACOMPTE ………………….….. = ……………………………
PRIMES DE TRANSPORT…….. = ……………………………
NET A PAYER
Signature du travailleur Salaire payé Signature et cachet de
l’employeur

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 20
LIVRE DE PAIE (Annexe N°)
Salaire Retenues Avanc
Prime Heur Avanta Indemnité Avantag Salaires
Noms & Prénoms Salaire brut Salaire es et
imposa es ges en s non es en nets à
Qualification de base imposab IS CN IGR CNPS TOTAL s nets acompt
ble sup nature imposable nature payer
le es
                             
                             
                             
                             
                             

                             
                             
                             
                             
                             
                             
                             
                             
                             
                             
                             

TOTAL                            

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSOPage 21


LIVRE DE PAIE (Annexe N°)
Salaire Retenues Avanc
Prime Heur Avanta Indemnité Avantag Salaires
Noms & Prénoms Salaire brut Salaire es et
imposa es ges en s non es en nets à
Qualification de base imposab IS CN IGR CNPS TOTAL s nets acompt
ble sup nature imposable nature payer
le es
                             
                             
                             
                             
                             

                             
                             
                             
                             
                             
                             
                             
                             
                             
                             
                             
TOTAL

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSOPage 22


EXERCICE N° 3

Livre de paie des établissements SBCCI du mois de mars 2012

Salaire RETENUES Avanc


Salaire Primes Avanta Indemnité Avantag
Noms & Prénoms Heures brut Salaire es et Net à
s de imposab ges en s non es en
Qualification sup imposab IS CN IGR CNPS TOTAL s nets acompt payer
bases les nature imposable nature
le es
KOUAME YAO
45.00 10.00
Marié 2 enfants, 12.000 67.000 804 54 5.000
0 0
Ouvrier qualifié
OUEDRAOGO
SIBIRI
40.00 13.00
Célibataire sans 10.000 63.000 756 6 1560 5.000
0 0
enfant
Ouvrier
TOURE
MOUSSA
Veuf 1 enfant
Technicien
DUPONT RENE
200.0 400.00 600.00 7.20 32.7 46.6 50.00
Marié 1 enfant
00 0 0 0 00 91 0
Directeur
TOTAL                            

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSOPage 23


Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSOPage 24
M.TOURE MOUSSA (matricule N° 560) ; il a été embauché le 01/04/2004. La
rémunération au titre du mois de mars 2012 est la suivante :
 Salaire de base  : 140.000
 Prime d’ancienneté  : à déterminer
 Indemnité de logement  : 25.000
 Prime de rendement  : 10.000
 Indemnité de déplacement  : 10.000
 Indemnité de transport  : 25.000

NB : On suppose que les salaires n’ont pas varié durant les 1ers trimestres.
(Egalement en annexe les fiches d’impôts sur salaires, FDFP et CNPS
trimestrielle et bulletin de paie)
 M. DUPONT est expatrié
 M. TOURE a perçu le 14 mars un acompte de 20.000

Travail à faire

1° Compléter le livre de paie du mois de mars 2012 (extrait du barème des


impôts en annexe).
2° Remplir le bulletin de paie de M. DUPONT.
3° Remplir les fiches de déclaration : impôts sur salaire, FDFP et CNPS
trimestrielles.

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 25
Chapitre 2 EVALUATION DE LA MASSE
SALARIALE
I- Généralités
A- Le salaire
Le salaire représente la rémunération du travail effectué par une personne
pour le compte d’une autre en vertu d’un contrat de travail.

Le salaire de base équivaut au salaire mensuel fixé suivant un coefficient


ou des points et qui correspond à une fonction.

Le salaire brut ou salaire réel est égal au salaire avant toutes les retenues.

Le salaire net est obtenu après déduction de toutes les retenues.

B- La masse salariale
La masse salariale représente la somme des rémunérations directes ou indirectes
perçues par l’ensemble des salariés d’une entreprise

II- Détermination du salaire


A- Eléments de calcul
1- Le salaire net à payer

Salaire brut imposable = Salaire de base + Primes, indemnités et avantages


imposables + Heures supplémentaires

Salaire net = Salaire brut imposable – Retenue

Salaire net à payer = Salaire net + Indemnités non imposables


– Avances, acomptes, oppositions, prêt

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 26
2- La masse salariale
Soient S1, S2, …, Sn les salariés d’une entreprise et R1, R2, …, Rn, les
rémunérations respectives
On pose que : Masse salariale = S1R1 + S2R2 + … + SnRn

Travaux dirigés N° 2 EVALUATION DE LA MASSE SALARIALE

EXERCICE N° 1

Pour le mois de mars 2012 on vous fournit les renseignements sur le salaire de
M. KOUASSI Hamed.
M. KOUASSI Hamed, marié et père de 4 enfants est employé à la SOCIBAT et
perçoit comme salaire de base 433.325 F
Pour le mois de mars 2012, il a effectué les heures supplémentaires suivantes :
 10 heures à 50%
 05 heures à 75%
Les primes et indemnités imposables s’élèvent à 60.300 F
Les avantages en nature sont évalués à 47.000 F
Il perçoit 17.322 F d’indemnité de transport.
Le 12/03/12, KOUASSI Hamed avait pris un acompte de 93.000 F

Travail à faire

1° Calculer le taux horaire de KOUASSI Hamed


2° Déterminer son salaire net à payer du mois de mars 2012.

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 27
EXERCICE N° 2

Exemple 1
Une étude statistique menée au sein d’une entreprise durant le mois de février
2012 a fournit le tableau suivant :

Salariés 11 17 21 15 09 06

Rémunérations 52.500 125.000 132.000 157.000 245.000 262.000

Travail à faire

1° Evaluer la masse salariale de cette entreprise pour le mois de février 2012

2° Estimer le salaire moyen de cette entreprise de février 2012

Exemple 2
En vue d’une meilleure gestion de sa masse salariale, l’entreprise SOCIVOIRE a
établit les statistique suivantes concernant le mois d’avril 2012.

Salariés 6 11 15 10 7 1
Tranches de salaires [100 ; [200 ; [300 ; [400 ; [500 ; [600 ;
en milliers de francs 200[ 300[ 400[ 500[ 600[ 700[

Travail à faire

1° Déterminer les salaires moyens par classe (centres de classes)

2° Evaluer la masse salariale du mois d’avril 2012

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 28
3° Donner une estimation du salaire moyen d’avril 2012

Chapitre 3 LES METHODES DE REMUNERATIONS


INTRODUCTION
La rémunération représente le prix d’un travail, d’un service rendu. D’une
manière générale, on distingue trois principales méthodes de rémunération
individuelle :
 Le salaire au temps, qui dépend du temps de présence dans l’entreprise
(forfait horaire ou mensuel) ;
 Le salaire au rendement qui dépend de la production réalisée ; il est de
règle pour le travail à domicile ;
 Le salaire mixte qui combine le salaire au temps avec une prime de
rendement

I- Le salaire au temps
A- Définition
C’est le salaire correspondant au temps ou la durée de travail effectué. Il
est calculé soit à l’heure, à la journée, à la semaine, à l’année.
Sa formule générale est
S = S0 x t
Avec S0 = taux horaire
t = temps de présence
Le salaire au temps st un forfait horaire ou mensuel, fixé en fonction de la
qualification du salarié

B- Analyse

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 29
La rémunération horaire, de moins en moins employée, concerne surtout
les manœuvres, les ouvriers spécialisés, les ouvriers professionnels situés à une
échelle indiciaire. Le salaire au temps est d’application simple, mais il a le
défaut de ne pas stimuler la productivité.
Il est appliqué pour les travaux variés et discontinus (emplois de bureau,
entretien, gardiennage, surveillance, contrôle) pour lesquels le rendement n’est
pas mesurable. Il est également adopté pour les postes, en nombre croissant, où
le rendement est indépendant du travailleur : chaîne, machine automatique à
cadence imposée.
En raison de ses avantages (simplicité du calcul à partir des fiches de
pointage ou des relevés de présence ; sécurité pour le salarié ; adaptation aux
caractéristiques de la production actuelle) le salaire au temps se généralise.

C- Application
1- Enoncé
On vous fournit des renseignements sur la situation salariale de M. LAGO
Aboubakar pour le mois d’avril 2012.
 Son salaire de base est de 346.660 F.
 Pour la première semaine d’Avril, le nombre d’heures effectuées
correspond à la durée légale hebdomadaire de travail.
 Pour les semaines suivantes, on a observé que le nombre d’heures
effectuées suit une progression arithmétique de raison r.
 Le nombre d’heures total effectuées durant le mois d’avril est de 172
heures.

Travail à faire

1° Calculer la raison r.
2° Déterminer le nombre d’heures effectuées durant chacune des trois autres
semaines.

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 30
3° Evaluer la rémunération totale de M. LAGO pour le mois d’avril 2012.

2- Solution

II- Le salaire au rendement


A- Définition
C’est le salaire déterminé en fonction de la quantité de production réalisée
par chaque travailleur pendant un temps donné. Il est appelé aussi salaire aux
pièces. Sa formule générale est :

S = n x P0

n = nombre de pièces usinées par heure ou par journée.


P0 = prix de la pièce

B- Analyse
L’ouvrier st rémunéré uniquement d’après sa production. Il est donc incité
à atteindre le rendement le plus élevé possible. De ce fait, ce système conduit au
surmenage, à une baisse de qualité du travail et à une usure prématuré de
l’outillage que l’exécutant est peu porté à traiter avec ménagement, pour ne pas
perdre de temps. En outre, la fixation du prix de la pièce (P 0) et sa révision
périodique détériorent le climat social et sont source de conflits collectifs.
Aussi cette formule est-elle presque totalement abandonnée en dehors du
travail à distance (télétravail à domicile). N’assurant pas un revenu horaire
minimum elle est d’ailleurs incompatible avec la législation sur le salaire
minimum interprofessionnel de croissance.

C- Application

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 31
1- Enoncé
M. IRIE BI Achy est rémunéré en fonction de pièces usinées. Son rendement du
mois de mars 2012 se présente comme suit :
 La première semaine, il a fabriqué 10 pièces

 Pour les trois autres semaines les rendements de M. IRIE BI sont de plus
en plus élevés afin de maximiser ses gains (voir schéma ci-dessous)
Rendement
(Nombre de pièce)

R4

R3

R2
R1

S1 S2 S3 S4 Temps (Semaine)

L’observation de la courbe montre que le rendement suit une progression


géométrique de raison r.

Ainsi sa production de la quatrième semaine a été de 80 pièces.


La fiche technique (coût de production d’une pièce) fournit les
renseignements suivants :
 Consommation des matières : 10 Kg à 275 F le Kg
 Main d’œuvre directe : 1.250 F
 Frais de fabrication : 1.000 F
Concernant la rémunération de M. IRIE BI, le prix de la pièce est estimé à
32,5% du coût de production unitaire.
Travail à faire

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 32
1° Calculer la raison r
2° Déterminer les rendements de la deuxième et troisième semaine, et en déduire
le rendement total au mois de mars 2012.
3° Calculer le coût de production d’une pièce.
4° Evaluer le prix de la pièce servant de base de rémunération et en déduire la
rémunération de M. IRIE BI pour le mois de mars 2012.

III- Le salaire mixte


A- Définition
Le salaire mixte est une forme de rémunération qui combine les deux
précédentes (salaire au temps et salaire au rendement).
Appelé aussi salaire à prime, sa formule générale est la suivante :

S = S0 T + P
avec
S0 : taux horaire
T : temps de présence
P : prime

Le salaire à prime, d’usage très répandu est une formule mixte comportant :
 Une rémunération au temps constituant un minimum garanti ;
 Une rémunération au rendement, variable selon l’ouvrier, s’ajoutant à la
précédente et qui constitue la prime. En principe, la prime ne doit pas
excéder le tiers de la rémunération globale, pour une cadence de travail
normale.

B- Analyse
Les salaires à prime cherchent à combiner les avantages des rémunérations au
temps et au rendement :

 Le salaire de base fixe satisfait le besoin de sécurité ;


 La prime constitue une incitation à améliorer le rendement et à atteindre
un rendement normal
 La limitation de la prime a pour objet d’éviter les rendements excessifs
dont nous avons vu les inconvénients.
Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO
Page 33
Dans la généralité des cas, la prime est calculée en fonction de l’écart
entre le temps alloué (T), pour un travail figurant sur le bon de travail et le
temps passé (t) effectivement par le travailleur, porté sur le bon de travail après
la réalisation de la tâche. Les bons de travail sont ainsi les documents de base
servant au calcul des rémunérations.

C- Application
1- Enoncé
Pour le mois d’avril 2012, on vous fournit les renseignements sur le
salaire de M. N’CHO Pierre.
M. N’CHO employé depuis 10 ans et 8 mois perçoit un salaire de base de
259.995 F. Durant le mois d’avril 2012, il a effectué les heures supplémentaires
suivantes :
 06 heures à 15%
 04 heures à 50%
En outre il a perçu :
 Prime de transport : 19.000 F
 Autres indemnités : 21.855 F
 Prime de rendement : elle est estimée à 25% du total des rémunérations
perçues par M. N’CHO.

Travail à faire

1° Déterminer le montant des heures supplémentaires


2° Calculer le montant de la prime de rendement et évaluer la rémunération de
M. N’CHO du mois d’avril 2012.
3° Ecrire le salaire de M. N’CHO sous la forme : S = S0T + P
avec
S0 : taux horaire
T : temps de présence

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 34
P : prime

Travaux dirigés N° 3 METHODES DE REMUNERATION

EXERCICE N° 1

M. YAO Albert est employé chez SOCIVOIRE depuis 5 ans et 8 mois.


Pour sa rémunération du mois de mars 2012 son employeur lui fait les
propositions suivantes :

Hypothèse 1 : SALAIRE AU RENDEMENT


M. YAO est rémunéré seulement selon le nombre de pièces fabriquées.
De la comptabilité analytique de la SOCIVOIRE, on extrait les renseignements
suivants :
 Prix de vente unitaire : 5.000 F
 Coût de production unitaire : représente 50% du prix de vente unitaire.
 Le prix de la pièce servant de base de rémunération est estimé à 78% du
coût de production unitaire.
 Le coût de production globale des pièces fabriquées durant le mois de
mars 2012 est de 7.125.000 F.
 Le rendement de M. YAO durant le mois de mars 2012 représente le
dixième de la production totale.

Hypothèse 2 : SALAIRE AU TEMPS

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 35
Le salaire de base et les heures supplémentaires constituent la rémunération de
M. YAO ;
 Salaire de base : 485.324 F
 Heures supplémentaires :
o 12 heures à 15%
o 04 heures à 50%

NB : Pas de prime d’ancienneté

Hypothèse 3 : SALAIRE MIXTE


En plus du salaire de base et les heures supplémentaires, M. YAO perçoit
des primes :
 Salaire de base : 415.992 F
 Heures supplémentaires
o 12 heures à 15%
o 04 heures à 50%
 Prime de transport : 10.688 F
 Prime d’ancienneté : à déterminer
 Prime de rendement : 40.475 F

Travail à faire

1° Déterminer le rendement M. YAO durant le mois de mars 2012


2° Calculer la rémunération de M. YAO dans chacune des trois hypothèses :
 Hypothèse 1 : Salaire au rendement
 Hypothèse 2 : Salaire au temps
 Hypothèse 3 : Salaire mixte

3° Quels conseils donnerez-vous à M. YAO quant au choix du mode de


rémunération ?
Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO
Page 36
 A court terme
 A long terme

Chapitre 4 LA POLITIQUE DE REMUNERATION

INTRODUCTION
La politique de rémunération est l’ensemble des pratiques, des règles, des
décisions relatives à la rémunération du personnel.
Toute méthode de rémunération doit être préalablement définie par une
politique de rémunération.
Notre analyse de la politique de rémunération portera sur les points suivants :
 Objectifs de la politique de rémunération
 Différents aspects du salaire
 Fonctions du système de rémunération

I- Objectifs de la politique de rémunération


Définir une politique de rémunération, c’est :
 Fixer le niveau des salaires de l’entreprise par rapport à celui du marché
du travail
 Définir l’évolution annuelle de la masse salariale et sa répartition entre
augmentations générales et augmentations individuelles.
Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO
Page 37
 Se fixer un certain objectif en matière de hiérarchie des salaires.
 Faire la part entre l’ancienneté et le mérite : Il est clair que certaines
conventions collectives fixent les primes d’ancienneté. Dans ce cas, il
reste à établir des règles aussi claires que possible pour récompenser
l’efficacité individuelle.

II- Différents aspect du salaire


La rémunération du travailleur salarié peut être envisagée sous trois aspects :
Juridique, économique et social.

A- Aspect juridique
Du point de vue juridique, le salaire est dû en échange de la prestation de
travail. Sous cet angle le salaire est le prix du travail, facteur abstrait dépourvu
de toute spécificité humaine. Le salaire n’est dans cette conception, que la
contrepartie du travail fourni.

B- Aspect économique
Du point de vue économique, le salaire est, pour l’employeur, un élément
essentiel du coût de revient, particulièrement dans les industries de main
d’œuvre (artisanat, textile, commerces, services). L’employeur considère donc
l’ensemble des dépenses qu’il supporte en raison de l’emploi de main d’œuvre.
Au contraire, le salarié a tendance à ne prendre en considération que le
montant net perçu. Or, la différence entre les deux sommes est l’importance (de
l’ordre de 70%).
Cet écart est essentiellement dû :

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 38
 Aux charges sociales « patronales » ;
 Aux charges précomptées par l’employeur sur le salaire brut pour aboutir
au salaire net (cotisations sociales ouvrières)

Charges salariales et sociales = Salaire brut + Cotisations sociales patronales

Salaire net = Salaire brut – Cotisations sociales ouvrières

Il en résulte, en particulier, que l’enjeu des revendications salariales n’est


pas le même pour l’employeur et les salariés, ce qui ne facilite évidemment pas
les négociations.

C- Aspect social
Du point de vue social, le salaire constitue le revenu unique ou essentiel
du travailleur, source de la satisfaction des besoins personnels et familiaux. Ce
caractère vital du salaire a conduit à l’institution de mesures protectrices de la
créance de salaire (voir cours de droit).
Citons notamment :
 L’institution d’un salaire minimum de croissance (SMIC)
 La protection juridique de la créance de salaire en ce qui concerne son
paiement (créance privilégiée et partiellement insaisissable)
 La création de revenu de remplacement en cas d’interruption du travail
pour des motifs de force majeure (maladie, accident du travail, chômage,
retraite) ou d’accroissement des besoins familiaux (suppléments
familiaux, prestations familiales).

LES TROIS POINTS DE VUE SUR LE SALAIRE

Nature du Mode de Considération


Caractéristiques Contenu
point de vue formation retenue
Juridique Prix du travail Détermination Salaire brut et Etat du marché
contractuelle salaire net du travail et des
(droits et rapports de

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 39
obligations
force
réciproques)
Détermination Salaire direct et
Revenu du Respect de la
Social réglementaire salaire indirect
travailleur règlementation
(protection légale) (social)
Salaire brut +
Recherche de
cotisations
minimisation des
sociales de
coûts
Elément d’un l’employeur + Productivité du
Economique Détermination
coût de revient œuvres travail
marchande
socioculturelles
(loi de l’offre et de
financées par
la demande)
l’entreprise

III- Fonction du système de rémunérations


Le système de rémunération de l’entreprise doit satisfaire deux séries de besoins
partiellement complémentaires et partiellement contradictoires : ceux des travailleurs et ceux
de l’entreprise. (Voir tableau ci-dessous).

Les fonctions du système de rémunération

Pour le salarié Pour l’entreprise

Productivité du travail
Couverture des besoins matériels
Qualité de la production
Sécurité
Sécurité du travail
Equité
Climat social de l’entreprise
Clarté
Motivation du personnel

En résumé, les besoins de l’entreprise et ceux du travailleur tendent à


provoquer une évolution des systèmes de rémunération :
 Incorporation des primes individuelles de rendement dans le salaire de
base fixe ;

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 40
 Calcul de suppléments collectifs fondés sur l’équipe, l’établissement ou
l’entreprise ;

 Garantie des salaires sur des périodes de longue croissance (heure, mois,
année) ;

 Individualisation des salaires en fonction des résultats obtenus,


notamment pour le personnel d’encadrement.

Travaux dirigés N° 4 POLITIQUE DE REMUNERATIONS

EXERCICE

Dans le cadre de son extension, la SOTIVOIRE décide de faire un


important recrutement. A cet effet, elle prévoit une masse salariale mensuelle
supplémentaire de 10.982.100 F.
En outre, on vous fournit des renseignements sur sa politique de
rémunération :
 Salaire mensuel minimum : le SMIG
 Salaire mensuel maximum : 1.463.393 F

La SOTIVOIRE cherche à déterminer le nombre de personnes pouvant


être embauchées. Une étude a permis d’établir la relation entre le nombre de
personnes recrutées et la masse salariale :
Soit donc : RM  : Rémunération mensuelle
MS  : Masse salariale
N  : Nombre de personnes recrutées

On pose N = MS / RM

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 41
Travail à faire

1° Compléter le tableau ci-dessous

Rémunération SM 50.00 75.00 125.0 200.0 450.0 725.0 1.463.


mensuelle IG 0 0 00 00 00 00 393
Nombre de
personnes
pouvant être
recrutée

NB : Arrondir les montants au nombre entier par défaut.

2° Tracer dans un repère la courbe correspondante :


 En abscisse : Les rémunérations mensuelles (RM)
 En ordonnées : Nombre de personnes recrutées

3° Faire un commentaire du graphique.

4° Dans le cadre de cette politique de rémunération, la Direction Générale de


SOTIVOIRE envisage de fixer une rémunération mensuelle moyenne qui
permettrait de recruter 151 candidats.
 Donner la signification du nombre 151
 Evaluer la masse salariale correspondante.

NB : Arrondir la rémunération mensuelle en milliers par défaut.

5° Calculer le nombre de personnes supplémentaires pouvant être recrutées sur


la base du SMIG à l’aide du surplus de la masse salariale.

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 42
Chapitre 5 GESTION PREVISIONNELLE
DE LA MASSE SALARIALE

INTRODUCTION
La gestion prévisionnelle vise à une meilleure connaissance du futur dans
le but de rationaliser les prises de décisions.
La gestion prévisionnelle de la masse salariale consiste à tenter de prévoir
les budgets relatifs aux salaires avec plus ou moins de précision suivant qu’il
s’agit des objectifs immédiats ou lointains.
Notre analyse portera essentiellement sur deux points :
 Le budget des salaires
 La méthode de la prévision

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 43
I- Budget des salaires
A- Définition
Un budget est un état de prévisions de recettes et de dépenses. Dans le
cadre de la gestion d’une entreprise, un budget est l’expression quantitative et
financière d’un programme d’actions envisagées pour une période donnée.
Le budget des salaires est l’ensemble des charges prévisionnelles relatives
à la rémunération du personnel (masse salariale prévisionnelle).

B- Contrôle du budget : Les écarts


Le contrôle budgétaire consiste à :
 Comparer les prévisions avec les réalisations afin de faire apparaître
éventuellement des écarts

Ecart = Réalisation – Prévisions

o Un écart positif signifie que la charge réelle est supérieure à la


charge prévue : l’écart est défavorable.

o Un écart négatif traduit que la charge réelle est inférieur à la


charge prévue : l’écart est favorable

 Utiliser la connaissance de ces écarts :


o Pour corriger la gestion
o Pour corriger les prévisions ultérieures

C- Application
1- Enoncé
Le personnel d’une petite entreprise est composé de 50 personnes avec un
salaire moyen de 175.000 F.

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 44
Pour le premier semestre de l’année 2012 l’entreprise prévoit le paiement
régulier de ce salaire moyen sauf pour les mois de mars et avril où les salariés
devraient percevoir la moitié de leur rémunération (pour cause économique).
Travail à faire

1° Etablir le budget prévisionnel des salaires pour le premier semestre de l’année


2012.

2° Calculer et analyser l’écart dans les hypothèses suivantes


 Hypothèse 1 : Budget réel = 44.687.250
 Hypothèse 2 : Budget réel = 42.962.350

2- Solution

II- Méthode de la prévision


A- Recherche de la tendance générale : Ajustement linéaire
Plusieurs techniques peuvent être utilisées pour analyser les diverses
informations et les exploiter en vue des prévisions. Nous allons nous limiter à
l’ajustement linéaire.

1- Exposé de la méthode
Quantité
en valeur

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 45

Temps
Passé Futur
Le futur se présente comme l’extrapolation du passé. A partir de la tendance du
passé, on prévoit cette du futur.

La droite d’ajustement linéaire a pour équation : y=ax+b

avec

Ainsi si

Alors

2- Utilité de l’ajustement linéaire


On se sert de l’équation : y = a x + b pour faire des prévisions

Exemple

Durant les 5 dernières années, l’évolution de la masse salariale d’une entreprise


a suivi une tendance linéaire d’équation :

y = 75.827.500 x + 382.500

Avec y : la masse salariale


x : le temps
L’année 2008 représente l’année de référence (x = 1).

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 46
Prévoir la masse salariale de l’année 2013

B- Application
1- Enoncé
Pour les 9 dernières années, le budget de la masse salariale d’une entreprise se
présente comme suit :

Années 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
Masse salariale
208 220 232 244 250 255 278 278 290
en millions de F

Travail à faire

1° Etablir l’équation de la droite d’ajustement linéaire.


2° Calculer la masse salariale prévisionnelle de l’année 2013.

2- Solution
1° Etablissement de l’équation de la droite

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 47
Années xi Masses salariales yi xi yi xi²

Travaux dirigés N° 5 GESTION PREVISIONNELLE


DE LA MASSE SALARIALE

Pour les 11 derniers mois de l’année 2012, le budget de la masse salariale


d’une entreprise se présente de la façon suivante :

Mois J F M A M J J A S O N
Masse
salariale en 5.0 6.2 7.0 7.8 9.4 9.8 10.6 12.2 13.4 14.0 14.6
milliers de 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00
F
Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO
Page 48
Travail à faire

1° Présenter dans un repère l’évolution de la masse salariale. Commenter le


graphique.

2° Déterminer l’équation de la droite d’ajustement par la méthode des moindres


carrés :

y=ax+b avec xi : les mois


yi : les masses salariales

3° Calculer la masse salariale prévisionnelle du premier trimestre de l’année


2013.

4° Analyser l’écart qui en résulterait à la fin du premier trimestre 2013 dans les
hypothèses suivantes :
 Hypothèse 1 : Budget réel de la masse salariale = 55.823.800 F
 Hypothèse 2 : Budget réel de la masse salariale = 51.267.800 F

Cours de Comptabilité des salaries réalisé par M. Mamadou DOSSO


Page 49