Vous êtes sur la page 1sur 20

20 09 Activitése

I et d
de la S ItDenaires
ses par

SOLIDARITÉ
INTERNATIONALE POUR LE
DÉVELOPPEMENT ET
L'INVESTISSEMENT
Sommaire
2
La SIDI en bref
2
Glossaire
4
Bilan des chantiers de l’année 2009
Le financement solidaire en 2009
Un portefeuille de 9,4 millions d'euros,
investi auprès de 65 partenaires dans 29 pays
Des investissements dans la ligne des objectifs fixés

La SIDI en bref L’accompagnement solidaire en 2009


Un accompagnement répondant aux problématiques des partenaires
Un double appui financé par la Chaine de Solidarité
pour le Financement
La SIDI - Solidarité Internationale pour le Développement et l’In-
vestissement, est un investisseur social (labellisé « entreprise solidaire ») Partager les risques
6
créé en 1983 par une ONG de développement, le CCFD-Terre Solidaire. de manière adéquate et patiente
Participer au capital des partenaires
La SIDI contribue à la promotion d’une économie sociale et solidaire, par Prêter en monnaie locale
la consolidation d’activités économiques individuelles ou collectives, ini- Maintenir une présence dans les zones en crise
tiées localement, dans les pays du Sud.
Apporter un accompagnement
8
accessible et souple
Son métier est de proposer un appui financier et technique à ses parte- Promouvoir le pilotage de la dimension sociale
naires, des Structures de Financement de Proximité (SFP), qui s’effor- Participer à la consolidation des institutions
cent d’offrir des services financiers adaptés aux populations exclues des
Adapter l’offre de services
circuits bancaires traditionnels. La SIDI soutient aussi des initiatives qui vi- au contexte local 10

sent à augmenter le revenu des petits producteurs ruraux. Soutenir les Organisations de producteurs
L’objectif de la SIDI est de favoriser la consolidation de ces structures, Promouvoir la création de Valeur Ajoutée en milieu Rural
Promouvoir les Mutuelles de Solidarité
afin d’assurer la durabilité des services (d’épargne, de crédit, de formation, Répondre à des besoins de formation
d’accès au marché et de mutualisation des risques) qu’elles fournissent
12
à leurs bénéficiaires, et de contribuer au développement. Créer des leviers d'appui
Investir dans des outils de refinancement
Travailler en réseau et en alliance
La SIDI soutient ses partenaires par deux modes
d’intervention complémentaires : Assurer la viabilité institutionnelle
14
• Elle leur propose un accompagnement technique adapté, sur des pro- et l'objet social des partenaires
Participer à l'institutionnalisation
blématiques de gouvernance, stratégie, gestion, formation, diversifica- Renforcer la gouvernance
tion, mise en réseau…
• Elle augmente leurs ressources financières (participations au capital, Etats financiers 16

prêts, garanties, recherche de ressources complémentaires auprès d’ins-


titutions internationales). Cartes et tableau Récapitulatif
18
En 2009, le capital de la SIDI est investi auprès de 65 partenaires dans des partenariats
29 pays, et son budget d’appui/conseil aux partenaires s’élève à 1,48 ACP : "Afrique Caraïbes Pacifique"
millions d’euros.
Glossaire

AT : Assist ance Technique


CA : Conseil d’Administration
Son intervention, portée par une équipe de onze responsables géogra- CSF : Chaine de Solidarité pour le Financement
phiques (RG) assistés de quinze experts bénévoles, vise à générer de la Effet de levier : à chaque contribution financière de la S IDI s’ajoute une ou
plusieurs contributions financières d’autres acteurs privés ou publics.
Valeur Ajoutée Sociale, afin de contribuer durablement au mieux-être des ES D : Epargne Solidarité Développement, association des actionnaires
populations. individuels de la S IDI
Faîtière : institution dite de second niveau, dont le rôle est de soutenir
des IMF ou des organisations paysannes
La SIDI est un acteur de la finance solidaire : elle mobilise au Nord des FCP : Fonds Commun de Placement
acteurs, institutionnels et individuels, qui choisissent de donner à la SIDI IMF : Institution de Microfinance
IMFC : Institution de Microfinance en Consolidation
les moyens financiers de son action, sans en attendre, en priorité, un re- IMFP : Institution de Microfinance à Fort Potentiel
tour financier, mais un retour humain, social et environnemental. Ainsi, les MUSO : Mutuelle de Solidarité
OP : Organisation de Producteurs
actionnaires de la SIDI partagent le risque pris par les institutions du Sud PARMEC : Programme d’Appui à la Réglementation sur les Mutuelles
pour offrir l’accès à des services financiers de qualité. D’autre part, les d’Epargne et de Crédit
PECO : Pays d’Europe Centrale et Orientale
épargnants du Fonds Commun de Placement « Faim et Développement PME : Petites et Moyennes Entreprises
» partagent les revenus de leur épargne, pour permettre à la SIDI de four- PVAR : Promotion de Valeur Ajoutée en milieu Rural
SFP : Structure de Financement de Proximité
nir aux acteurs locaux un accompagnement technique accessible. RG : Responsable Géographique à la SI DI
Cette « Chaîne de Solidarité pour le Financement » permet à la SIDI de TPE : Très Petites Entreprises
mener une action durable auprès de ses partenaires, sans craindre de
SOLIDARITÉ
prendre des risques ou d’innover, afin de favoriser la mise en place de INTERNATIONALE POUR LE
leur autonomie.  DÉVELOPPEMENT ET
L'INVESTISSEMENT
www.sidi.fr
2  Activités de la SIDI et de ses partenaires en 2009
Message du Président
Chers amis, chers actionnaires solidaires,

N ous avions à peine achevé les activités de


l’année 2009, qu’un violent séisme frappait Haïti.
Une mission conjointe CCFD/SIDI a permis d’ex-
primer notre solidarité auprès de nos partenaires et
de bâtir un plan d’action concerté afin d’appuyer en
priorité la relance des activités économiques
en milieu rural et de permettre au plus
grand nombre de familles de reprendre espoir en développant leurs activités
génératrices de revenu. En effet, au vu des dégâts provoqués par le séisme,
non seulement en milieu urbain, mais aussi en milieu rural, une partie de la
population est allée chercher refuge dans ses lieux d’origine. Ainsi le pays
a assisté à un « exode urbain » de large proportion, affectant les équi-
Bilan social libres fragiles du monde rural notamment en matière de sécurité
alimentaire. D’immenses défis attendent des réponses urgentes et
efficaces : le logement, les déplacés, les politiques agricoles et la
RISQUE
décentralisation. En lien avec notre partenaire commun, CCFD et
SIDI ont décidé de renforcer l’action du KNFP (Konsèy Nasyo-
nal Finansman Popilé) en lui permettant de lancer un « Fonds
Rural d’Investissement et de Crédit Solidaire » pour financer le
monde rural haïtien.
GOUVERNANCE ACCOMPAGNEMENT
Tout au long de l’année 2009, la SIDI a poursuivi sa mission au-
près d’une centaine de partenaires dans 30 pays en mettant en
œuvre ses axes prioritaires définis pour la période
2009/2012 : concourir à l’amélioration durable des revenus
des producteurs ruraux, en garantissant une réelle valeur ajou-
EFFET ADAPTATION tée sociale tout autant que la pérennité financière et sociale
DE LEVIER DE L’OFFRE de nos actions et de celle de nos partenaires.

Pour cela, il a fallu mobiliser des ressources financières supplé-


La Valeur Ajoutée Sociale de la SIDI est générée mentaires (augmenter le capital, négocier des cofinancements,
par les activités qu'elle peut mener en tant nouer des alliances… et renforcer notre assistance technique vi-
qu'investisseur social grâce à la Chaîne de sant à pérenniser les actions de nos partenaires. Nous avons pour-
Solidarité pour le Financement. suivi nos objectifs en essayant de démontrer qu’il est possible de
Elle repose sur cinq dimensions : risque, pratiquer l’économie d’une autre manière, une économie plus soli-
accompagnement, adaptation de l’offre, daire. Toutes les actions menées s’inscrivent dans une perspective de
effet de levier et gouvernance ; dimensions développement : tout d’abord avec une conviction que la dynamique
dont le bilan social détaillé dans les pages de la « dignité » est le principal moteur de l’action, en permettant en prio-
suivantes veut constituer un éclairage. rité aux plus démunis d’avoir accès aux services financiers essentiels et
de pouvoir vivre de leurs activités productrices, et cela dans des délais sup-
portables au besoin, si nécessaire, en influant sur les mécanismes commerciaux,
économiques et politiques, locaux et internationaux.

L’ensemble de ces actions amène les uns et les autres, les partenaires, l’équipe SIDI, les action-
naires, les organisations alliées, à renforcer leur rôle d’acteur du débat local, d’acteur du change-
ment social, tant « ici » que « là-bas » pour que le monde change ! C’est cela la « Chaîne de
Solidarité pour le Financement » dans laquelle vous êtes inscrits.

Afin de vous permettre de cheminer avec nous dans cette dynamique, nous avons organisé ce
rapport 2009 autour des 5 dimensions de la « Valeur Ajoutée » que la SIDI génère par les activi-
tés qu'elle a menées en tant qu'investisseur social : en partageant les risques, en assurant un ac-
compagnement technique adapté et en proposant l’offre la plus adéquate au contexte local, en
cherchant sans cesse des effets de levier, voire en créant les dispositifs pour cela et en s’enga-
geant pour la viabilité institutionnelle et pour le maintien de l’objet social de ses partenaires.
Je vous invite donc à découvrir, au fil de la lecture de ce rapport d’activités 2009, les
actions réalisées et les valeurs qui y sont promues.

Christian Schmitz
Président la SIDI

Activités de la SIDI et de ses partenaires en 2009  3


22
Bilan des chantiers
de l’année 2009
Conséquence de la crise financière débutée en 2008, l'année donc souvent augmenté. Néanmoins, la SIDI réaffirme la
2009 a vu la croissance mondiale ralentir fortement, (elle a pertinence d’une solidarité financière Nord/Sud. Elle poursuit son
notamment été divisée par cinq en Afrique), ce qui a fortement travail avec ses partenaires —IMF, mais aussi entreprises
pesé sur le développement des pays les plus pauvres. Ajoutée socialement responsables ou organisations de producteurs— pour
au prix élevé des denrées alimentaires, cette crise a entraîné un répondre au défi de trouver des services financiers qui soient
effet négatif sur les clients des IMF qui éprouvent de plus en plus adaptés aux besoins de leurs membres ou clients, et au contexte
de difficultés à rembourser leurs emprunts, voire connaissent des économique et social avec les difficultés actuelles.
situations de surendettement. Le portefeuille à risque des SFP a

Le financement solidaire Des investissements dans la ligne


en 2009 des objectifs fixés
Parmi les 24 partenaires ayant bénéficié en 2009 d'un
Conformément à son plan stratégique, la SIDI a consa- appui financier, 20 travaillent en milieu rural. En fin d'exer-
Figure 1 - Répartition cré l'essentiel de ses investissements à des structures cice, conformément aux objectifs de la SIDI, l'appui au
du portefeuille œuvrant en milieu rural, notamment en Afrique. monde rural représente 62% du portefeuille (et l’appui à
par région en 2009 l'agriculture et la pêche, 36%). De même, 48% du porte-
Un portefeuille de 9,4 millions d'euros, in- feuille est investi en Afrique Subsaharienne, contre 43%
Caraïbes
PECO vesti auprès de 65 partenaires dans 29 pays en 2008 (voir figure 1).
Bassin Med. 9 % 1%
Au 31 décembre 2009, la SIDI a un portefeuille de 9,4 mil-
9% lions d'euros, en faible hausse (+1,54%) par rapport à 2008. D’autre part, la SIDI cherche à apporter autant que possi-
En effet, les désinvestissements sur l'année ont été ble des ressources stables, et solidaires avec ses parte-
conformes aux prévisions (deux millions d'euros, comme en naires. De fait, cela se traduit par un portefeuille investi :
Asie 2008) ; en revanche les 2,2 millions d'euros d'engagements  à 60% en monnaie locale (56% en 2008), qui ne fait
13 % nouveaux représentent 81% de ce qui était prévu : cela s'ex- donc pas porter le risque de change sur les partenaires
plique notamment par le fait que les investissements dans (voir figure 2),
les deux fonds FEFISOL et FOPEPRO ont été reportés à  à 45% en prises de participations (43% en 2008), qui
Afrique 2010 (cf. p. 12). sont le moyen d'intervention le plus solidaire et pérenne
Amérique latine
48% Dix nouveaux partenaires ont bénéficié d'un appui financier (voir figure 2).
20%
en 2009 : le fonds d'investissement pour les pays andins FO-
PEPRO et la société de gestion ACEROLA en Amérique La- La prise de risque que constituent ces investissements,
tine, le réseau MAIN en Afrique, la fédération de tailleurs ajoutée au maintien de son intervention dans des zones
INDEPCO en Haïti, les IMF ASALA en Palestine et PAMF à fréquemment en crise (bilan social p. 7), ne doit cependant
Madagascar, l'association de pêcheurs CRGH au Sénégal, pas obérer la capacité de la SIDI à assurer un service du-
Figure 2 - Répartition et enfin les entreprises BIOSUSTAIN en Tanzanie, HIEP rable à ses partenaires. C'est pourquoi la SIDI s'efforce de
THAN au Vietnam, ETC et SINERGI au Niger. Ces partena- mitiger les risques :
riats représentent un quart des investissements de la SIDI  41% du portefeuille est investi dans des IMF à fort
par type d’investissement

Garanties sur l'année, le reste ayant été consacré à renforcer l'appui potentiel économique et social, dont 5 versent des divi-
Participations en
Participations en 10 % de partenaires existants, essentiellement SIPEM à Mada- dendes ; et 21% dans des fonds et faîtières qui tout en
monaies locales
devises fortes
37 % gascar et CAFEPERU au Pérou (pour suivre l'augmentation assurant un effet de levier local constituent des partena-
9% de leur capital), les ESCALES JAPPOO au Sénégal, TAA- riats moins risqués (voir figure 3)
NADI et KOKARI au Niger (par l’émission de garanties pour  Aucun pays dans lesquels la SIDI intervient ne re-
des financements bancaires locaux, dédiés au développe- présente plus de 11% du portefeuille. De même, à part
ment de leurs portefeuilles). Enfin, sept prêts arrivés à KRK au Kosovo, aucun partenaire ne représente plus de
échéance ont été renouvelés. 5% des investissements. KRK bénéficie en effet d'un prêt
Par ailleurs, la SIDI a récupéré l'intégralité du capital investi de 700 000 € apportés via la SIDI par le Fonds Commun
Prêts en dans le MAF, fonds d'investissement pour le sud-est asia- de Placement « Faim et Développement », dont une partie
devises fortes
Prêts en monnaies locales
tique arrivé à son terme, qui constitue donc la seule sortie de de l'encours finance des structures labellisées « entreprise
21 %
23 %
l'année. solidaire », comme la SIDI.
L'investissement moyen par partenaire est de 145 000 €.

4  Activités de la SIDI et de ses partenaires en 2009


L'accompagnement ment par une diminution des subventions d'appui aux par-
tenaires, mais aussi par le temps dédié à la création des
solidaire en 2009 fonds d'investissements régionaux FEFISOL et
FOPEPRO. Figure 3 - Répartition du
64% de ce temps d'appui/conseil a été dédié aux parte- portefeuille par catégorie
La SIDI a accompagné 92 partenaires dans 33 pays en naires africains de la SIDI, confirmant l'engagement en fa-
2009. En particulier, c'est l’assistance technique fournie aux veur du continent. De même, la moitié du temps a été Réseau
65 partenaires financiers qui permet à la SIDI de limiter for- consacrée à des partenaires en consolidation et ruraux. OP 1 % MUSO
tement les risques pris sur son capital : elle s'assure ainsi Fonds 3 % 1%
9%
en effet une connaissance approfondie de leur activité, de Un double appui financé par la Chaîne de IMFP
FAITIÈRES 39 %
leur contexte, de leur situation socio-économique, et peut Solidarité pour le Financement 11 %
ainsi chercher avec eux à surmonter leurs difficultés. L’accompagnement des partenaires de la SIDI, qui leur per-
met de bénéficier d’un appui « à la carte » dans de multi-
Un accompagnement répondant aux ples domaines (voir ci-dessus) est néanmoins fourni sans PVAR
problématiques des partenaires coût pour les partenaires. En effet l’économie de la SIDI 12 %
Au-delà du suivi des structures dans lesquelles elle investit, est fondée sur une « Chaîne de Solidarité pour le Finan-
la SIDI fournit des prestations d'assistance technique à ses cement » (fig. page 16), qui permet de mobiliser des fonds IMFC
partenaires, pour qu’ils puissent développer, améliorer et au Nord, afin de soutenir les partenaires au Sud : 24 %
pérenniser leur offre de services.  Au premier chef, le CCFD-Terre Solidaire a financé la
En 2009, cet accompagnement, assuré par l'équipe interne mission d'assistance technique de la SIDI à hauteur de
(assistée par 15 bénévoles, experts de la finance, de la 1,2 millions d'euros (qui représentent 80% des charges
banque ou de l'entreprise), a représenté 2222 jours de tra- d'accompagnement), notamment grâce aux revenus par-
Figure 4 - Répartition des
vail, soit en moyenne 24 jours par partenaire. tagés du Fonds Commun de Placement « Faim &
jours d’Assistance Tech-
Cet effort d'accompagnement a consisté majoritairement en Développement » (549 000 € en 2009).
la fourniture de services d'assistance technique, réalisée au  D’autre part, la SIDI a négocié (auprès de 6 bailleurs)
nique 2009 par région

cours de missions de terrain, et a concerné les thématiques 116 000 € de cofinancements, pour le bénéfice de qua- Europe de l’Est 4 %
suivantes: tre partenaires qui soutiennent les petits producteurs Bassin Med. 5 % Caraïbe 4 %
 appui sur des problématiques de « viabilité » à long terme ruraux (cf p. 12). Asie 7 %
(gouvernance, stratégie, innovation, institutionnalisation), à 21% Le reste des revenus de la SIDI provient de son activité
 organisation interne (comptabilité, systèmes d'infor- d'investisseur, notamment :
mation, ressources humaines, formation), 13%  du portefeuille de la SIDI (prêts et participations) qui
 négociation de ressources complémentaires auprès a généré un revenu de 496 000 € en 2009. A ce titre le
d'organismes publics ou privés, à 10% recouvrement des intérêts des prêts a augmenté de 69%
 analyse du portefeuille et des produits, à 8% sur l'année, ce qui a presque compensé la baisse du nom-
 réflexion sur leur Valeur Ajoutée Sociale, à 4,5%
Amérique
bre de structures ayant distribué des dividendes en 2009. Afrique
Le temps restant a été consacré à l'identification de nou-  des revenus de sa trésorerie (320 000 €), qui s'ex-
latine 16%
64%
veaux partenariats et à la création de deux fonds d'inves- pliquent par le récent redressement des marchés finan-
tissements, pour le monde Andin et pour l'Afrique (22%), ciers.
aux participations aux Conseils d'Administration dont la Le financement des partenaires de la SIDI est quant à lui
SIDI est membre (13%), et enfin au suivi du portefeuille assuré pour les quatre années du plan stratégique 2009-
(de prêts et de participations) de la SIDI, à 8%. 2012 grâce à l'augmentation de capital de 4 millions d'eu- Figure 5 - Répartition
Enfin, les salariés et bénévoles ont consacré 832 jours ros réalisée mi-2009. A cette occasion, les actionnaires, par approche
supplémentaires à des thématiques transversales, portant notamment individuels, se sont fortement mobilisés, pas-
essentiellement sur la stratégie, l'organisation, les alliances sant de 820 à près de 1200 membres (fig. page 16). Autres 3 %
Réseau 7 %
de la SIDI, de même que sur des sujets nécessitant une ré- Suite à l'important travail engagé depuis quatre ans, ren- Fonds
MUSO 10 %
flexion commune pour définir une « approche SIDI » : la forcé en 2009, afin de mobiliser plusieurs investisseurs 19 %
démarche de Viabilité Sociale (p. 8) l'appui aux Mutuelles institutionnels, l'année 2010 devrait être marquée par le
de Solidarité, la réflexion autour du Commerce Equitable et démarrage effectif des deux fonds d'investissement PVAR FAITIÈRES
de la promotion de la valeur ajoutée en milieu rural (p. 10) FEFISOL et FOPEPRO, qui vont permettre à la SIDI, à 13 % 11 %
Ce travail a nécessité un budget de 1,48 millions d'euros l'origine de la création de ces deux fonds aux côtés IMFP
(soit 72% des charges d'exploitation de la SIDI, le reste d’Alterfin/Belgique et d’Etimos/Italie, de réaliser un im- 10 %
OP 9 %
représentant les frais de siège), en baisse de 16% par rap- portant effet de levier, avec 60 millions d'euros attendus
port à l'année précédente. Cette baisse s'explique notam- fin 2012. IMFC 18 %

Activités de la SIDI et de ses partenaires en 2009  5


Partager les risques de
manière adéquate et patiente
Une des spécificités de
la SIDI est que ses
Participer au capital des
actionnaires acceptent partenaires En 2009, la SIDI a prêté 25 millions de FCFA (38 000 €) à
que le capital soit FECECAV au Togo, en complément des 50 millions de FCFA
investi de manière SIPEM à Madagacar, SINERGI et ETC au Niger, CAFE- prêtés en 2008, pour appuyer le développement de son offre
solidaire avec les PERU au Pérou, ESCALES JAPPOO au Sénégal en milieu rural, notamment le financement de l'agriculture.
partenaires. Elle a aussi renouvelé deux prêts pour l'achat d'intrants : avec
Cela permet à la SIDI La participation au capital des SFP est le moyen d'interven- la coopérative de riziculteurs MOGTEDO au Burkina (pour
de proposer des tion privilégié de la SIDI, permettant de financer durablement 15 millions de FCFA – 23 000 €) et la Fédération des Pay-
ressources durables et et à coût réduit le développement de leurs activités (car la sans du Fouta Djalon en Guinée, pour 126 millions de FCFA
bon marché, mais SIDI encourage la limitation des dividendes tant que l’insti- (soit 193 000 €).
aussi de partager avec tution n’a pas atteint une large autonomie financière). Fin La SIDI a octroyé un prêt au Comité de Gestion des Res-
eux un certain niveau 2009, 45% de son portefeuille est investi en prises de par- sources Halieutiques de Nianing, au Sénégal, afin de finan-
de risque. ticipation. cer la mise en place d'un séchoir solaire qui permettra de
Au cours de l'année, la SIDI a participé à l'augmentation de mieux conserver les produits de la pêche.
capital de SIPEM, pour maintenir son engagement dans un Enfin, elle a consenti un prêt de 619 millions de Dong
contexte marqué par plusieurs problématiques clés (déve- (23 000 €) à HIEP THAN, entreprise rurale du Nord du
loppement de la concurrence, élaboration de nouveaux pro- Vietnam, pour financer l’investissement dans une unité de
duits et crise politique). Elle a aussi renforcé sa participation transformation de thé (p. 10).
dans les ESCALES JAPPOO, petite chaîne de restaurants
solidaires qui subit notamment la crise du tourisme au
Sénégal. Elle est entrée au capital de deux structures au
Niger, lui permettant de financer la transformation agricole Maintenir une présence
(cf. encart ci-contre) et enfin, au Pérou, la SIDI a participé à
l'augmentation de capital de CAFEPERU, pour accompa-
dans les zones en crise
gner le développement de cette union de 6 coopératives de La SIDI maintient son engagement auprès de partenaires
caféiculteurs, qui propose à ses membres-actionnaires, et à qui, dans leur pays, subissent les conséquences de tensions
d'autres coopératives, des services de commercialisation, de politiques (Palestine, Guinée, Niger, Madagascar, zone des
financement et d’assistance technique. En particulier, cette Grands Lacs africains) ou de catastrophes naturelles (Haïti).
levée de fonds permettra à la société d'emprunter locale- Le défi est de participer au développement d'une offre de
ment à de meilleures conditions. services financiers pérennes, dans un contexte difficile, qui la
Fin 2009, la SIDI est actionnaire de 28 structures, dont elle rend justement plus nécessaire.
possède en moyenne moins de 20% du capital, conformé-
ment à sa volonté d'être un actionnaire significatif mais En Palestine, le système de couverture du risque contextuel,
minoritaire. créé début 2008 avec des alliés européens au bénéfice
d'ACAD, a permis à cette association de redémarrer son ac-
tivité d'octroi de prêts, stoppée du fait du risque inhérent à
Prêter en monnaie locale l'occupation. L’appui financier négocié par la SIDI auprès de
MOGTEDO au Burkina, FECECAV au Togo, FPFJ en Gui- l’AFD a été déterminant pour permettre à ACAD une conso-
née, CGRH au Sénégal, HIEP THAN au Viêt-Nam lidation et une croissance de ses activités. Début 2009,
ACAD a présenté ce système de couverture à l'association
Si les SFP du sud parviennent plus facilement à emprunter des IMF de Palestine, SHARAKEH, qui constatant que tous
sur les marchés financiers, grâce notamment au fort déve- ses membres sont concernés par ce problème, a mandaté la
loppement des fonds d'investissement en microfinance, ces SIDI pour étudier les modalités d'institutionnalisation de ce
prêts sont très majoritairement octroyés en euros ou en dol- système. La SIDI et SHARAKEH étudient la création de
lars, ce qui évite au prêteur de subir le risque de change mais cette « Société de Garantie et de Refinancement » dont ils
oblige les SFP (donc in fine leurs bénéficiaires) à l’assumer. seront actionnaires fondateurs.
La SIDI, elle, veut partager ce risque. C'est pourquoi elle s'est La SIDI soutient financièrement depuis 2008 ASALA, l'as-
dotée d'un fonds de garantie, de deux millions d'euros, le sociation palestinienne de microfinance pour les femmes,
Fonds d'Incitation au Développement, dont les revenus per- avec un prêt de 100 000 dollars sur cinq ans. Pour accom-
mettent notamment de couvrir les risques de pertes de pagner la croissance d’ASALA, l’encours de prêt a été dou-
change. Ainsi, 42% du volume de prêts et garanties sont blé en 2009.
libellés en monnaie locale.

6  Activités de la SIDI et de ses partenaires en 2009


De même, la SIDI a entamé une relation financière avec un
nouveau partenaire en Haïti, INDEPCO. Cet organisme fé-
dère plusieurs centaines d'ateliers de tailleurs, ruraux et ur-
bains, pour lesquels il négocie des commandes auprès de
l'Etat (uniformes et sacs scolaires) et des entreprises. C'est
en fédérant les capacités de production de ses membres
qu'INDEPCO peut répondre aux commandes de plusieurs
dizaines de milliers de pièces, dont la réalisation est ensuite
répartie pour que tous les ateliers en profitent à tour de rôle.
Cette mise en réseau lui permet en outre de proposer des
services de formation et d'assistance technique. En fin d'an-
née, la SIDI a prêté 100 000 dollars à INDEPCO, afin de lui
permettre de développer son activité d'achat en gros de ma-
tières premières, pour le compte de ses membres. 

Bilan social

RISQUE Financer localement la promotion de


la valeur ajoutée en milieu rural :
GOUVERNANCE ACCOMPAGNEMENT ETC/SINERGI
La SIDI est présente au Niger auprès de deux partenaires depuis plusieurs an-
nées : KOKARI, coopérative de crédit qui travaille auprès d'organisations de
EFFET
DE LEVIER
ADAPTATION
DE L’OFFRE
producteurs, et TAANADI, qui prête à des caisses villageoises et assure aussi
un service d'épargne. Afin d'avoir un impact plus important dans le finance-
ment de la production et de la transformation agricoles, la SIDI a identifié en
2009 deux nouvelles structures, avec lesquelles elle a monté un partenariat
RISQUE original :
 elle a pris une participation de 5% du capital de SINERGI, société locale
 Part du portefeuille dans la monnaie locale 60 % de capital-investissement qui veut appuyer les TPE et PME formelles ou infor-
 Part du portefeuille en participation 45 % melles du pays, et dont le rôle est d'apporter non seulement des fonds mais
 Part du portefeuille en zone de crise* 24 % aussi un accompagnement personnalisé aux entrepreneurs. Avec sa partici-
 Part du portefeuille en Afrique Subsaharienne pation au comité d’investissement, la SIDI va pouvoir démultiplier son action.
 Par ailleurs, de concert avec SINERGI, la SIDI a investi dans une PME de
49 %
 Part du portefeuille finançant le monde rural** 62 %
 Part du portefeuille finançant Niamey, ETC-Céréales, qui assure la collecte, le transport et la transformation
les activités agricoles et la pêche** 36 % de céréales (farine, couscous précuit...) pour ensuite les commercialiser, en
 Part du portefeuille finançant des institutions gros ou dans des chaînes de magasins. En particulier, la formalisation de la
en consolidation 57 % structure avec l'arrivée au capital de SIDI et SINERGI a permis à la promotrice
> Soit 71 % du nombre total de partenaires financiers de s'équiper d'un atelier de transformation des céréales.

Ce montage « tripartite » permet à la SIDI de soutenir une initiative de valori-


sation agricole qui pourrait être répliquée ailleurs, mais aussi de travailler di-
rectement avec SINERGI sur une entreprise de promotion de la valeur ajoutée
* Conflits politiques ou catastrophes naturelles - Pays en crise : Guate- agricole, et réfléchir ainsi à la manière dont il convient de financer l'investisse-
mala, Haïti, Niger, Madagascar, Palestine, Guinée, Colombie, RDC, Liban.
ment agricole. Le but à terme est de renforcer le soutien à SINERGI afin de
** Financer le monde rural expose à des risques plus importants, du fait pouvoir aider, par effet de levier, les initiatives de transformation agricole du
des caractéristiques du milieu. En particulier, les activités agricoles et la
pêche sont soumises à des facteurs externes difficilement prévisibles et pays, voire d'identifier parmi les clients de KOKARI et TAANADI ceux qui pour-
qui font peser un risque sur leur financement : variation du prix des in- raient bénéficier du soutien de SINERGI.
trants (pétrole, engrais, semences), risques de calamités agricoles (sé-
cheresse, criquets...), et enfin fluctuation des prix de vente.

Activités de la SIDI et de ses partenaires en 2009  7


Apporter un accompagnement
accessible et souple
La SIDI cherche à répondre de manière « individualisée » aux attentes elle intervient, de construire une relation de confiance avec ses
de ses partenaires : elle adapte son offre de services, mais aussi son partenaires, et de s’attacher à apprécier et promouvoir la valeur ajoutée
volume d’accompagnement selon les besoins identifiés de chaque sociale des partenaires auprès des bénéficiaires.
partenaire (bilan social p. 9). En 2009, cette activité d’accompagnement (détaillée en p. 5) a
D’autre part, grâce à la composante « don » de la Chaîne de Solidarité notamment concerné des partenaires en difficulté. De même, la SIDI a
(dont le revenu partagé du Fonds Commun de Placement « Faim & mis en place une nouvelle stratégie d'approche du pilotage de la
Développement »), la SIDI adapte ses conditions financières aux dimension sociale chez ses partenaires. Enfin certains partenaires ont
besoins et contextes locaux, offrant une assistance technique appréciée bénéficié d'un appui poussé à leur consolidation à long terme
et utile. (stratégie, institutionnalisation) et à la formation de leurs équipes et
Enfin, la SIDI ne propose pas de partenariat limité à l’avance dans sa administrateurs.
durée : cela lui permet de mieux comprendre le contexte dans lequel

Promouvoir le pilotage nisé deux ateliers sur la dimension sociale, tout en négo-
ciant des ressources pour la prise en charge d'une assis-
de la dimension sociale tance sur cette question. RED FASCO a défini les critères
et indicateurs qu'elle souhaite suivre, et organise le démar-
RED FASCO au Guatemala, CAC la FLORIDA et FOR- rage de leur mesure.
TALECER au Pérou, BMS au Mali, MAIN en Afrique,  Le travail se poursuit avec la CAC la Florida au Pérou,
HKL au Cambodge qui met le « social » au coeur de sa stratégie. La coopérative
de caféiculteurs a finalisé en 2009 une étude sur la vulné-
La SIDI privilégie les partenariats avec des structures qui rabilité de ses membres, dont la capitalisation (réalisée avec
affichent une forte vision sociale : leur métier de fournisseur la SIDI) permet d'apprécier les changements sociaux dura-
de services financiers et non financiers ne doit pas être une bles intervenus au sein des familles au regard des moyens
fin en soi, mais un moyen pour contribuer au mieux-être des mis en œuvre. Les conclusions de cette capitalisation vont
populations bénéficiaires. Il importe donc de mettre en co- permettre à la SIDI de systématiser l'outil de mesure de la
hérence cette vision sociale avec leurs pratiques effectives : vulnérabilité, qui pourra donc être proposé à d'autres parte-
c'est la démarche de « Viabilité Sociale » engagée depuis naires (par exemple au Pérou où la CAC la Florida l'a pré-
2001 par la SIDI, qui a permis de définir une approche com- senté à ses partenaires au sein de CAFEPERU).
mune permettant de soutenir les partenaires dans le pilo-  Le MAIN, l'association des IMF africaines, a intégré de-
tage de leur dimension sociale. puis 2009 (avec le concours de la SIDI) la dimension sociale
En 2009, l'équipe opérationnelle a consacré d'importants dans son programme de formation diplômante, proposé aux
efforts à cette thématique : chaque responsable géogra- cadres du secteur de la microfinance dans les universités
phique s'est approprié la démarche (par des formations in- UCAC de Yaoundé et UMU de Kampala.
ternes notamment), et la SIDI a redéfini son « offre » en
matière de dimension sociale :
 appuyer les partenaires à la définition/clarification de
leurs objectifs sociaux, Participer à la consolida-
 définir un plan de travail conforme à ces objectifs, tion des institutions
 les accompagner dans la mise en œuvre de ce plan, et
en assurer un suivi. La SIDI travaille en priorité avec des institutions qui nécessitent
La SIDI veut donc progressivement amener tous les parte- un appui important et conséquent. C'est le sens de la Chaîne de
naires à cette démarche, en leur apportant une assistance Solidarité pour le Financement, qui permet justement d'offrir
technique, sans effectuer elle-même ce travail. Ce qui im- des services d'assistance technique durables. A ce titre, les par-
porte, c'est que chaque partenaire s'approprie l’intérêt du pi- tenaires de la SIDI sont en majorité des institutions en consoli-
lotage de la dimension sociale, qui permet effectivement de dation, c'est-à-dire qui se caractérisent par un ou plusieurs des
mesurer l'amélioration durable du bien-être des bénéfi- facteurs suivants :
ciaires. 1. Un niveau d'activités inscrit dans une perspective de déve-
loppement qui ne permet pas (encore) d'atteindre le seuil de
Au delà de ce travail en équipe, plusieurs chantiers ont rentabilité ;
avancé avec les partenaires en 2009. Ainsi, par exemple : 2. Un effort d'assistance technique soutenu nécessaire
 Avec RED FASCO, l'instrument financier des organisa- 3. Un potentiel de développement institutionnel et de crois-
tions communautaires Maya au Guatemala, la SIDI a orga- sance de l'activité identifié ;

8  Activités de la SIDI et de ses partenaires en 2009


4. Dans certains cas, un contexte économique, social crédit innovant, l'acquisition d’équipements solaires photovol-
et/ou politique qui freine objectivement le développement taïques qui leur permettent, pour une mensualité du niveau de
de l'institution. dépenses en énergie non renouvelable (bougies, kérosène,
C'est pourquoi la SIDI porte ses efforts sur la « viabilisation » à piles…), d'accéder à l’électricité pour l'éclairage et de petites
long terme de ses partenaires. activités génératrices de revenus (congélateur, maraîchage avec
pompage d’eau, recharge de portables...). Le succès de cette
En 2009, la SIDI a entamé un long travail avec ASIENA au initiative (financée par la SIDI en partenariat avec le Conseil Ré-
Burkina (cf. encart ci-contre) concernant ses perspectives de gional Midi-Pyrénées et Frères des Hommes Italie) permet avec
développement. Par ailleurs, elle a participé à la planification l'UGPM d'envisager son autonomisation pour la fourniture de
stratégique de UGC-CPC au Mozambique (réseau d'OP), de la solutions énergétiques au monde rural du Sénégal. C'est dans
CREC au Sénégal, et de la CAC la Florida au Pérou. ce sens que l'évaluation, de même qu'une étude de marché, ont
La SIDI a consacré d'importantes ressources (présence per- été menées en 2009, afin d’élaborer un plan d’affaires à pro-
manente sur le terrain d'un chargé de mission) à l'évaluation poser aux investisseurs potentiels.
complète du programme d'électrification rurale « Jarinoo Jant
Bi » lancé en 2006 par l'UGPM au Sénégal. Ce programme
vise à permettre aux paysans de la zone, grâce à un système de
Appui d'ASIENA au Burkina Faso :
assurer sa viabilité à moyen et long
terme
Bilan social
ASIENA est une association qui regroupe la majorité des congrégations reli-
gieuses féminines du pays. Elle développe un programme d’assurance santé
RISQUE
pour ses membres, un programme d’épargne-crédit avec la population et elle
supervise, depuis 2006, la mise en place, le suivi et le refinancement de MUSO
au sud-ouest du pays. La SIDI est intervenue auprès d'ASIENA à la demande
GOUVERNANCE ACCOMPAGNEMENT
du CCFD-Terre Solidaire : suite à des difficultés rencontrées dans l’octroi de cré-
dits individuels et, après réflexion et tests, ASIENA a décidé de travailler avec
l’outil MUSO.
EFFET ADAPTATION
DE LEVIER DE L’OFFRE Avec le développement de ces programmes est apparu courant 2008 le be-
soin de renforcer l'organisation d'ASIENA. Ce fut le sens de l'assistance tech-
nique importante fournie à l'association en 2009 par le responsable
ACCOMPAGNEMENT géographique et un consultant bénévole. Les missions d'appui ont porté sur :
 Nombre total de jours d’accompagnement (dont  l'élaboration d'un plan d'affaires sur 3 ans, conjointement avec la direction
23 % de consultant bénévole)* 2 222 jours
 Part d’effort et d’assistance technique
qui a pu ainsi se former à cet exercice ;
 la formation de l'équipe à l'outil de pilotage de l'activité des MUSO, à la-
(% du nombre de jours) 56 %
 Part de partenaire bénéficiaires d’assistance technique
quelle la SIDI a aussi convié des représentants de l'AOPP au Mali, pour
53 %
 Part d’effort d’assistance technique (en nombre de
échange d'expérience ;
 l'examen de la nouvelle loi encadrant la microfinance (loi « PARMEC » dans
jours consacré aux partenaires en consolidation) 86 %
 Part de l’effort d’assistance technique (en nombre de jours)
la zone Franc CFA), pour vérifier la compatibilité juridique des MUSO ;
 le suivi de la comptabilité ;
 enfin, un début de réflexion sur l'opportunité d'une évolution des statuts de
dédié à l’appui terrain de la dimension sociale 8%
 Nombre de jours dédiés aux réflexions transversales
dont 90 jours sur la VAS 529 j l'association, qui inclut les problématiques de la représentation des MUSO, de
 Durée moyenne des partenariats (en cours) 7 ans la conformité avec la loi PARMEC, et de l'accès facilité aux financements
 Durée moyenne de la relation financière avec externes.
les partenaires (en cours)** 6 ans Aujourd'hui, ASIENA a renforcé sa viabilité : l'activité est en croissance, des
ressources humaines locales ont été embauchées. Mais le travail doit être pour-
* Si chaque SFP fait l'objet d'un suivi, la SIDI adapte pour autant son suivi, avec une densification du réseau des MUSO, et une réflexion sur :
offre d’assistance technique aux besoins : seule la moitié des parte-
naires en est bénéficiaire, et l'effort porte particulièrement sur les struc- - l’adaptation du statut juridique aux activités d’épargne-crédit
tures non encore consolidées. - l’intérêt d’une association plus formelle des MUSO,
** La durée moyenne de partenariat, élevée, illustre bien la stratégie SIDI - l’articulation pertinente laïcs/religieuses à tous les niveaux (CA, di-
qui consiste à favoriser des SFP naissantes ou en consolidation, pour rection, animation).
les accompagner ensuite durablement, jusqu'à leur autonomie : ainsi
26 SFP sont aujourd'hui partenaires depuis sept ans ou plus. La SIDI va aider ASIENA à faire aboutir tous ces chantiers : c'est le sens de
De même, on constate que les financements arrivent en moyenne un an l'élaboration en cours d'une convention entre les deux partenaires.
après le début du partenariat, confirmant le souhait de la SIDI de
construire d'abord une relation de confiance.

Activités de la SIDI et de ses partenaires en 2009  9


Adapter l’offre de services
au contexte local
Si la microfinance s'est • Identifier les importateurs de qualité (circuits bio, commerce
particulièrement
Soutenir les organisations équitable notamment) susceptibles d’être intéressés par les pro-
développée dans le de Producteurs duits, les mettre en relation avec les producteurs et accompa-
monde, avec gner la démarche ;
aujourd'hui un nombre MOGTEDO au Burkina, FPFD en Guinée, ADAPS et • Rechercher des subventions (à la certification ou conversion
de bénéficiaires ALAOTRA/SILAC à Madagascar, AOPP au Mali, CGRH et bio) et octroyer des préfinancements ;
proche de 150 UGPM au Sénégal, MAPTO au Togo, CAC la FLORIDA au • Appuyer les projets de transformation agricole ;
millions, elle reste Pérou • Accompagner les producteurs à la création de services finan-
bien souvent En milieu rural, et particulièrement avec les paysans, prêter ciers pour leurs membres, ou à la mise en relation avec des IMF
circonscrite aux zones s'avère risqué (cf bilan social p. 7). Néanmoins les besoins de (Madagascar, Maroc, Liban, Tanzanie…).
et secteurs les moins financement sont nombreux, particulièrement pour l'investis-
risqués. Ainsi, par sement productif. L'approche de la SIDI consiste donc à tra- En 2009, la SIDI a engagé ou poursuivi plusieurs parte-
exemple, environ 80% vailler plus au niveau des organisations paysannes, aptes à nariats dans ce sens :
des bénéficiaires des conduire des projets collectifs profitant de manière durable à  au Niger, avec ETC et SINERGI, pour appuyer la transforma-
IMF sont urbains. De leurs membres. tion de céréales (cf. encart p. 7)
même, les clients sont Par exemple, la SIDI a renouvelé son crédit de campagne à la  en Tanzanie, avec BIOSUSTAIN, une entreprise sociale qui tra-
en attente de produits Fédération des Paysans du Fouta Djalon en Guinée, qui lui vaille avec les producteurs de coton et de sésame (encart ci-contre)
répondant mieux à permet d'acheter des semences certifiées de pommes de  avec l'entreprise HIEP THAN au Viêt-Nam, qui travaille
leurs besoins, tels que terre et des intrants adaptés (le prêt a été remboursé à la fin avec les minorités ethniques défavorisées du nord du pays.
des crédits plus longs de la campagne) ; elle poursuit son appui à la coopérative de Cette entreprise à forte vision sociale souhaite développer une
ou plus importants, riziculteurs de Mogtedo, au Burkina, qui leur permet de se four- chaîne de production de thé, qui permette d'apporter un maxi-
mais aussi de nir en engrais. Elle a aussi renouvelé sa garantie à ADAPS à mum de valeur ajoutée aux producteurs. Pour ce faire, une as-
l'épargne. Enfin, la Madagascar, qui lui donne accès à un financement de sociation a été créée pour appuyer le développement de
microfinance 20 000 € auprès d'une banque locale, utilisé pour payer les pratiques agricoles durables, et une filière d'exportation de
« classique » ne cultivateurs de cacao dès la livraison, et poursuit son engage- produits bio et équitables a été mise en place. La SIDI a prêté
permet que rarement ment avec l'UGPM au Sénégal sur trois chantiers : le finan- 23 000 € à l'entreprise, pour financer l’implantation d'une
de répondre aux cement des MUSO, l'appui financier et technique au unité de production de thé noir, et veut appuyer HIEP THAN
besoins exprimés par programme de soutien des exploitations familiales, et l'avan- à la recherche de débouchés internationaux, de même qu'à la
les TPE/PME ou cée du projet d'électrification rurale JARINOO JANT BI (cf p. 9). réflexion sur l'opportunité de fournir des services financiers
organisations aux habitants du secteur.
paysannes, qui  avec FAPECAFES en Equateur. FAPECAFES veut travail-
cherchent des Promouvoir la création de ler sur l'augmentation de la production, et développer des ser-
financements pour
réaliser des
Valeur Ajoutée en milieu vices financiers pour ses 1500 membres. La SIDI conseille
l'organisation dans sa réflexion stratégique à ce sujet, et lui a
investissements Rural octroyé un crédit de trésorerie de 100 000 dollars, en fin d'an-
productifs. CORECAFE, FAPECAFES, GRUPPO SALINAS et MCCH née, pour financer la campagne de café.
C'est pourquoi la SIDI en Equateur, INDEPCO en Haïti, LFP au Laos, FTL au Le défi actuel pour la SIDI, face au développement des actions
travaille avec ses Liban, ETC et SINERGI au Niger, CAFEPERU au Pérou, engagées, est de renforcer ses compétences internes sur les
partenaires pour BIOSUSTAIN en Tanzanie, HIEP THAN au Viêt-Nam questions de financement agricole, en capitalisant sur les expé-
proposer des solutions Un problème récurrent des producteurs du sud est leur faible riences existantes, mais aussi par des formations et le recrute-
de financements capacité à tirer bénéfice de leur production : en effet les pay- ment de bénévoles, afin de pouvoir continuer à accompagner
répondant à ces sans souffrent de l’instabilité du prix des matières premières, les partenaires sur cet enjeu complexe.
besoins. En milieu et de la difficulté à trouver des débouchés. En conséquence, il
rural, elle favorise des est difficile de produire un changement durable avec le seul
approches innovantes,
avec des partenaires
apport de services financiers, puisque l'augmentation de leur
production n'entrainera pas toujours celle de leurs revenus.
Promouvoir les Mutuelles
qui sortent du champ C'est pourquoi la SIDI a décidé de travailler à la « Promotion de de Solidarité
classique de la la Valeur Ajoutée en milieu Rural » (PVAR), qui vise spécifique- Afrique de l’Ouest (Sénégal, Mali, Burkina Faso), Afrique
microfinance : OP, ment à aider les OP et entreprises travaillant avec le monde Centrale (RDC, Rwanda, Burundi), Haïti et Madagascar
entreprises, MUSO… rural à développer leurs capacités de transformation et de com- La Mutuelle de Solidarité (MUSO) est une organisation origi-
mercialisation, ce dans le respect de l'environnement. Plus spé- nale, élaborée par des paysans sénégalais en 1995 et diffusé
cifiquement, l'appui de la SIDI consiste à : ensuite par la SIDI dans d’autres pays.

10  Activités de la SIDI et de ses partenaires en 2009


Il s’agit d’un groupe d’entraide dont les membres cotisent en-  La mise en œuvre d'un important chantier de capitalisation,
semble, égalitairement, afin de se doter d’un outil d’épargne et permettant de faire le point sur les forces et faiblesses de la mé-
de financement populaire autogéré, avec en outre une caisse thodologie MUSO et ainsi en préciser les perspectives d'évolu-
d’urgence qui facilite notamment l’accès au soin. C’est aussi un tion. Ce chantier se poursuit en 2010.
espace de structuration et de cohésion du milieu, parce qu’elle Aujourd'hui, plus de 50 000 personnes sont réunies dans des
permet au groupe d’échanger sur ses activités, ses problèmes, MUSO identifiées par la SIDI, notamment en milieu rural.
ou de lancer des projets communs (santé, investissements
collectifs, achat de semences…).
La SIDI travaille (formation, système d’information, stratégie, fi- Répondre à des besoins
nancement) avec une dizaine d’organisations promotrices de
MUSO, particulièrement en milieu rural enclavé. En 2009, l'ef-
de formation
fort de la SIDI a principalement porté sur : La SIDI répond régulièrement à des besoins de formation ex-
 Des formations d'animateurs : la MUSO est une organi- primés par ses partenaires.
sation sociale autour de l’argent, qui peut être détournée de La SIDI poursuit par exemple son effort d'assistance technique
ses objectifs, mise en place à un rythme inadapté, ou sim- renforcée dans les Grands Lacs avec la présence permanente
plement mal suivie, et ainsi mettre en danger les cotisations d'un responsable géographique, qui a pu assurer, en 2009, de
des membres, renforcer des inégalités, et créer des conflits nombreuses formations aux agents de crédit et aux compta-
internes. C'est pourquoi les animateurs de mutuelles, qui ap- bles des partenaires de la zone. L'appropriation par les équipes
partiennent aux organisations promotrices des MUSO, four- d'outils de gestion performants permet un important travail de
nissent un appui tout à fait déterminant dans leur réussite. consolidation du réseau des Mutuelles de Solidarité (voir ci-des-
 Des formations au logiciel de suivi des MUSO développé sus).
par la SIDI, pour assurer la collecte de données fiables, utiles De même, la SIDI met à disposition un RG qui assure un module
aux responsables des programmes MUSO pour faciliter leur sur le financement rural dans les formations proposées aux sa-
analyse et leur communication, et coordonner le travail des lariés des IMF membres du MAIN. 
animateurs.

Soutenir une entreprise rurale :


BIOSUSTAIN
Afin de répondre à son objectif d’amélioration des revenus des ruraux, la SIDI a
Bilan social décidé en 2008 de démarrer une relation avec une entreprise rurale du nord de
la Tanzanie, qui achète et commercialise le coton et le sésame auprès des petits
RISQUE producteurs de la zone :
BIOSUSTAIN a en effet pour but de promouvoir une agriculture biologique qui
puisse subvenir aux besoins des paysans et, pour cela, l’entreprise leur propose
plusieurs services complémentaires :
GOUVERNANCE ACCOMPAGNEMENT
# elle sensibilise et forme les producteurs aux principes de
l’agriculture biologique,
# elle s’engage par avance à acheter la récolte, les paysans s’en-
gageant quant à eux à produire bio,
EFFET ADAPTATION
DE LEVIER DE L’OFFRE # elle fournit les intrants (semences, pesticides bio) à crédit,
remboursables ensuite avec le revenu de la récolte,
# enfin, elle collecte la production, et la conforme aux exigences
ADAPTATION DE L’OFFRE des marchés à l’export :
 Montant des prêts octroyés en 2009 829 152 EUROS o Pour le sésame, en le nettoyant aux normes européennes
dont % de prêts dédiés 63 % o Pour le coton, en l’égrainant dans une usine
 Part des nouveaux prêts dédiés à :
L’entreprise, avec sa vision sociale et environnementale, permet donc de sécuri-
• Financement du moyen terme (> 3 ans)* 14 % ser et d’améliorer le revenu de plus de 3000 paysans. La SIDI lui a octroyé, mi-
• Financement de l’investissement productif* 27% 2009, un prêt de 100 000 dollars, sur 18 mois, qui permet à BIOSUSTAIN de
• Financement d’entreprises rurales 26% financer la récolte de coton et de sésame.
• Financement de l’agriculture biologique** 7% La SIDI est très impliquée dans le suivi de l’entreprise et apporte un accompa-
• Financement des énergies renouvelables réalisé en 2008 gnement à sa planification : mieux définir les priorités, et accorder ses ressources
• Financement du commerce équitable** 26 % et son endettement aux besoins. Elle appuie aussi BIOSUSTAIN dans la re-
 Nombre de MUSO accompagnées par les partenaires SIDI 2 500 cherche d’importateurs européens. Outre le fait d’impliquer davantage les pay-
sans dans le processus, l’enjeu à long terme est de trouver le montage financier
qui permettra à l’entreprise d’acquérir une usine d’égrainage pour maîtriser le pro-
* Le financement du moyen terme, et plus spécifiquement de l'investisse-
ment productif, est peu courant au Sud : c'est pourquoi la SIDI y consacre cessus de transformation et réduire les frais de transports du coton. Cette dé-
une partie de ses moyens. marche est réalisée en lien avec CORDAID/Pays-Bas, allié de la SIDI et partenaire
**Le commerce équitable et le biologique sont intéressants, au delà de
leurs aspects sociaux ou environnementaux, pour leurs perspectives de dé- de BIOSUSTAIN.
bouchés au Nord et une meilleure valorisation des produits du terroir.

Activités de la SIDI et de ses partenaires en 2009  11


Créer des leviers d'appui
En tant qu’acteur
social de
développement, la
SIDI cherche à
mobiliser d’autres
institutions, à la fois
pour promouvoir sa
vision du financement
solidaire et pour
obtenir des ressources
complémentaires pour
les partenaires. En
effet, ses ressources
propres, bien que

© Biosustain
stables et solidaires,
ne suffisent pas à
répondre seules aux
besoins exprimés par
les partenaires. Investir dans des outils
D’autre part, à l’heure Par ailleurs, la SIDI a entamé une relation avec FINRURAL,
où la microfinance
de refinancement institution faitière des IMF rurales de Bolivie, qui veut se doter
commerciale connait FEFISOL et SMF EA en Afrique, FOPEPRO en Amé- d'un instrument de refinancement de ses membres. Enfin, la
une forte croissance, rique Latine, SEFEA en Europe, FINRURAL en Bolivie, SIDI a mené avec le KNFP en Haïti une étude de faisabilité
la SIDI souhaite TEMBEKA en Afrique du Sud, BMS au Mali, RED concernant la création d'un fonds rural, le FRICS, qui a dé-
réaffirmer la nécessité FASCO au Guatemala, FENACOOP au Nicaragua, marré ses activités en milieu d'année (cf. encart ci-contre).
d’appuyer des acteurs FORTALACER au Pérou
de développement
locaux, notamment La SIDI investit dans des fonds régionaux afin de répondre Travailler en réseau
ruraux, qui malgré
leur utilité sociale et
aux besoins de financement croissants de ses partenaires. In-
tervenir via de tels instruments « de second niveau » présente
et en alliance
leur potentiel ne sont en effet trois avantages : CCFD-Terre Solidaire, Frères des Hommes Italie, Fon-
pas encore rentables.  ils génèrent un effet de levier, par la mobilisation de res- dation Poweo, Ministère des Affaires Etrangères, AFD,
sources financières auprès d'autres bailleurs de fonds UE, SICAV Nord/Sud, Merkur Bank, Oikos, Calvert
 ils permettent de mutualiser les risques Foundation, Feu Vert pour le Développement…
 ils permettent de mieux cerner les acteurs de la zone En 2009, la SIDI a poursuivi sa démarche de travail en com-
d'intervention. mun avec des partenaires du Nord : ses alliés, qui partagent
Parmi les acteurs identifiés, la SIDI favorise notamment les sa vision du développement, notamment le CCFD-Terre So-
instruments créés par les institutions locales elles-mêmes, qui lidaire, et des bailleurs de fonds mobilisés auprès de parte-
présentent l'intérêt de connaître leur milieu et d'avoir la capa- naires précis.
cité de travailler ensemble. Ainsi la SIDI a-t-elle pu mener des
travaux sur la performance sociale des institutions, avec la La SIDI consolide sa relation avec le CCFD-Terre Solidaire,
BMS au Mali et RED FASCO au Guatemala, dont les mem- conformément à la volonté des deux institutions de travailler
bres respectifs se sont appropriés les conclusions. en meilleure complémentarité sur le terrain, mais aussi de
En 2009, la SIDI poursuit avec ses alliés la création de deux proposer une vision commune d'une finance alternative pour
fonds d'investissement solidaires, FEFISOL pour l'Afrique et le développement.
FOPEPRO pour les paysans andins. FOPEPRO a été mis En 2009, 23 partenariats bénéficient d'un appui commun de
en place fin 2009, et le montage de FEFISOL a progressé la SIDI et du CCFD, confirmant la validité d'une démarche
avec notamment l'identification d'investisseurs potentiels. Le liant financement, assistance technique et subvention, dans
défi est justement, dans les deux cas, d’intéresser des in- une recherche de développement équitable.
vestisseurs institutionnels, publics ou privés, à une démarche Par ailleurs, en 2009, le travail de mobilisation de bailleurs
essentiellement solidaire, dans un environnement où la mi- de fonds, au bénéfice de partenaires, a représenté 10% du
crofinance est souvent analysée comme une activité qui doit temps d'assistance technique de la SIDI.
être largement rentable. Elle a ainsi pu obtenir près de 116 000 € de cofinance-

12  Activités de la SIDI et de ses partenaires en 2009


ments, au profit de l'AOPP au Mali, du Fonds Coopératif au a assisté à la conférence de FOROLACFR sur la sécurisa-
Laos, et de partenaires sénégalais : JAPPOO, JARINOO tion alimentaire, et le rôle des IMF rurales et autres institu-
JANT BI et JARDINS D'AFRIQUE, partenaire de JAPPOO tions financières sur cet objet. Elle y a apporté sa
qui a pu bénéficier d'un financement pour l'installation d'un connaissance des expériences ouest-africaines et suscité
pompage solaire dans sa ferme école agrobiologique. l'intégration du KNFP d’Haïti qui a présenté l'expérience des
Enfin, la SIDI a négocié 1,3 millions d'euros de refinance- MUSO.
ment direct auprès de ses alliances, pour ACAD en Palestine • maintenu son engagement auprès du MAIN (réseau de 90
et CREDIFLORIDA au Pérou. IMF africaines qui propose formations et échanges d'expé-
riences), concrétisé par des financements (avances de tréso-
La SIDI s’implique d'autre part dans plusieurs réseaux, qui lui rerie, prêt) et de l’assistance technique (comptabilité, recherche
permettent d’échanger sur ses pratiques, de rencontrer d’au- de financements). Elle a notamment favorisé la mise en place
tres acteurs, ou encore de développer des projets communs. d'un bureau de représentation du MAIN en Europe, et participé
En 2009, elle a : à l'élaboration d'une base de données portant sur les activités,
• maintenu une présence active au Conseil d’Administration les besoins de formation et la satisfaction de ses membres. 
d’INAISE, réseau mondial d’acteurs de l’économie sociale et
solidaire, de FEBEA, fédération européenne de la finance
sociale, ainsi que d’Epargne Sans Frontières.
• participé aux travaux du réseau FOROLACFR en Amérique Le Fonds Rural
Latine, qui rassemble 370 IMF et œuvre pour l’amélioration
des services financiers en zones rurales. En particulier, la SIDI d'Investissement
et de Crédit Solidaires (FRICS)
en Haïti
Bilan social
Le KNFP, partenaire de la SIDI et du CCFD-Terre Solidaire en Haïti, est un ré-
RISQUE seau de neuf institutions de financement populaire, qui assure un appui aux or-
ganisations paysannes et propose des formations aux animateurs de mutuelles
de solidarité avec son Institut Mobile de Formation (IMOFOR).
GOUVERNANCE ACCOMPAGNEMENT
Conscient du besoin de renforcer l'appui au monde rural, le réseau a engagé
il y a cinq ans, avec ses partenaires locaux, une réflexion sur les conditions de
financement du monde rural (accès, coût). Cette réflexion, fortement appuyée
par la SIDI qui a participé à l'étude de faisabilité, a débouché en mai 2009 sur
EFFET ADAPTATION la création d'un fonds d'appui au monde rural, le FRICS. Son objet est de
DE L’OFFRE
DE LEVIER
financer les entreprises, petits entrepreneurs, organisations paysannes et coo-
pératives dans les secteurs de l'agriculture, l'élevage, la pêche et la transfor-
EFFET DE LEVIER mation agricole, mais aussi le commerce et l'artisanat et les services ruraux
 Nombre de partenaires ayant bénéficié d’un effet de levier SIDI
créateurs d'emploi et sans spéculation. L'originalité du FRICS sera en outre
d'être proposé dans tout le pays via les réseaux des institutions membres du
Mobilisation de capital, prêt, garantie ou subvention par l’intermédiaire de la SIDI 6
 Montant de subventions obtenues grâce
KNFP.
125 332 €
Aujourd'hui encore projet dépendant du KNFP, le FRICS a pour autant déjà
à l’intermédiation de la SIDI
 Montant des prêts mobilisés grâce à l’intermédiation de la SIDI
octroyé plusieurs financements à titre expérimental qui permettent avant même
1,3 M €
la création formelle du fonds de démarrer les activités et de tester la métho-
auprès d’alliés au Nord
 Nombre de jours dédiés à la recherche de financement
dologie de financement :
- financement de producteurs de mangue,
 Montant des nouvelles garanties engagées par la SIDI 760 000 €
complémentaires pour les partenaires* 210 j - financement de l'acquisition d'attelages au profit de deux coopératives du
Montant mobilisé localement auprès des banques 1 020 000 €
nord du pays,
- octroi d'un prêt à la coopérative de laiteries Lèt a gogo, qui promeut la
Soit un effet de levier de 1,35
 Nombre de clients finaux des FAITIÈRES et fonds
consommation de produits laitiers locaux de qualité.
751 216
 Nombre d’emprunteurs actifs finaux
Dans le contexte de l'après séisme, où le KNFP comme la SIDI affirment qu'une
1 330 840 grande partie de la solution réside dans la relance de la production et de la
Dont 54% de femmes et 65% de ruraux
 Nombre d’épargnants actifs finaux
transformation agricoles, la SIDI, conjointement avec le CCFD, veut accompa-
1 246 672 gner ce développement : elle appuie le réseau dans l'institutionnalisation du
Dont 49% de femmes et 57% de ruraux FRICS, et a proposé de devenir membre fondateur du fonds, avec une partici-
 Nombre de producteurs membres d’OP 37 301 pation au capital et un prêt pour les activités.
partenaires et autres bénéficiaires d’entreprises rurales
* plus important poste d’assistance technique (17% du temps d’AT)

Activités de la SIDI et de ses partenaires en 2009  13


Assurer la viabilité institutionnelle
et l'objet social des partenaires
Le rôle de la SIDI, en tant qu’investisseur « patient », est d’accompagner durablement les SFP partenaires afin
qu’elles parviennent à offrir des services financiers pérennes. Cela implique de les accompagner dans leur
institutionnalisation, dans l’utilisation d’outils de suivi et de pilotage de leur activité, dans la définition de leurs
priorités stratégiques, et enfin de veiller à leur bonne gouvernance. Lorsque la SIDI est actionnaire, elle prend
une part active aux instances de gouvernance et participe aux décisions qui engagent la politique générale.

Participer tions énergétiques au Sénégal, à partir de l'expérience


à l'institutionnalisation JARINOO JANT BI menée avec l'UGPM et la CREC dans
la région de Mékhé (cf p. 9),
ASIENA au Burkina, CGRH, CREC, JARINOO JANT BI • un appui à l'évolution institutionnelle du Fonds Coopératif au
au Sénégal, ANED en Bolivie, FONDS COOPERATIF au Laos, pour répondre aux contraintes posées par l'évolution du
Laos, FONDS DE GARANTIE PALESTINE cadre juridique du pays (cf. encart ci-contre)
Le travail d’institutionnalisation effectué par la SIDI porte
essentiellement sur deux objets :
 la transformation en structure indépendante d'un projet Renforcer la gouvernance
développé par un partenaire, Au-delà de son rôle « d’investisseur social actif », la SIDI
 la réflexion sur l'éventuelle évolution du cadre juridique cherche à garantir le bon fonctionnement à long terme des
d'un partenaire pour répondre à un problème précis (de fonc- partenaires, sans préjudice pour leur vision sociale.
tionnement, de conformité avec la loi...). Il s'agit tout d'abord pour la SIDI de jouer un rôle actif au
Dans les deux cas, le défi est de donner à la structure les sein des 23 conseils d'administration dont elle est membre
bases d'une existence durable qui lui garantisse un bon (lorsqu'elle intervient en prise de participation, la SIDI de-
fonctionnement, notamment vis-à-vis de ses parties pre- mande systématiquement à être représentée aux ins-
nantes : actionnaires, salariés, clients... tances) : cela implique d’assister aux réunions, mais aussi
de les préparer et de s'assurer de la mise en œuvre des dé-
En 2009, la SIDI a participé à l'avancée de plusieurs chan- cisions. Dans ce cadre, outre le suivi des activités de la struc-
tiers, notamment : ture, la SIDI tient particulièrement à veiller à la cohérence
• une réflexion sur l'évolution des statuts de l'association entre la vision sociale et les pratiques effectives des parte-
ASIENA au Burkina (encart p. 9), naires.
• la transformation du Fonds de Garantie Palestine, au- Il s'agit ensuite de veiller au bon fonctionnement des or-
jourd'hui géré par la SIDI, en institution de droit palestinien, ganes de décision interne, notamment par l'appui à l'utilisa-
la Société de Garantie et de Refinancement, avec pour ob- tion d'outils de suivi et de pilotage de l'activité. En 2009, la
jectif de servir l'ensemble des IMF du pays (cf p. 6), SIDI a assuré de nombreuses formations aux outils de ges-
• la création d'une entreprise sociale de fourniture de solu- tion au bénéfice de sept partenaires de la zone des Grands

14  Activités de la SIDI et de ses partenaires en 2009


Un montage original
en évolution :
Lacs, et a participé à la création d'un tableau de bord finan-
cier auprès de FECECAV au Togo.
le Fonds Coopératif
Enfin, la SIDI a maintenu sa vigilance concernant l'évolution au Laos
du « tour de table » au sein de plusieurs structures, afin de
préserver, malgré les mouvements, leur vocation sociale. Elle En 1996, la SIDI et l’Association de Soutien au Déve-
a racheté à CORDAID/Pays-Bas une partie des parts de la loppement des Sociétés Paysannes (ASDSP) ont lancé
coopérative colombienne CONSOLIDAR, afin de lui permet- la création de coopératives de crédit, pour permettre
tre de sortir du capital, tout en assurant à la coopérative de l’accès au financement des petites entreprises du Laos.
pouvoir renforcer son activité de crédit sans crainte d'un bou- Ces coopératives, situées sur tout le territoire laotien,
leversement de sa gouvernance. Concernant SMF EA, fonds proposent un soutien financier à de petites unités de
d’investissement régional ougandais intervenant en refinan- production, et notamment aux petits entrepreneurs
cement d’institutions de microfinance de la zone (Ouganda, familiaux, afin qu’ils développent leur activité, tout en
Kenya, Tanzanie et Soudan), la SIDI a participé avec l’action- préservant l’environnement naturel et humain et les
naire fondateur norvégien, la Fondation STROMME, à la re- valeurs traditionnelles de la société pluriethnique lao :
cherche d’un nouvel investisseur social. Cet élargissement équité, solidarité et mutualité.
du tour de table avec l’entrée de CORDAID (qui va apporter Le Fonds Coopératif a ensuite été créé, en 2002, pour
un million d’euros de fonds propres), assure la poursuite du renforcer les capacités financières et techniques du ré-
développement de SMF EA sans remettre en cause sa vision seau de ces 13 coopératives de crédit qui le compo-
initiale (mieux-être économique et social des bénéficiaires). sent, et garantir la pérennité du projet. Il propose donc
Par ailleurs, elle a participé à l'augmentation de capital de des formations, un appui à la création de nouvelles
CAFEPERU (cf. p. 6), notamment pour donner à l'entreprise coopératives, ainsi que des financements qui aug-
les moyens de résister aux fortes pressions de rachat d’une mentent la capacité de prêt des coopératives. Le fonds
multinationale du café. soutient aussi directement plusieurs entreprises qui
A Madagascar, la SIPEM a été créée en 1990 par deux ac- agissent dans l’environnement de ces coopératives
tionnaires fondateurs, l’APEM, une association malgache, et (comme Lao Farmers Products, dont le but est d’offrir
la SIDI. La SIDI détient 25,41% du capital de la SIPEM. Lors des débouchés aux paysans, avec notamment des pro-
de la dernière augmentation de capital, clôturée en mars duits équitables vendus jusqu’en en Europe).
2009, la SIDI a maintenu ce pourcentage de participation Le réseau soutient plus de 1300 petites entreprises
pour maintenir un objectif social fort et garantir une vision familiales dans le secteur de l’agriculture, de l’élevage,
claire à l’équipe salariée.  de l’artisanat, de la distribution et des services.

La SIDI, actionnaire fondateur, possède 28% du capi-


Bilan social tal (soit 190 000 €) du Fonds Coopératif, et siège au
conseil d’administration. Elle fournit aussi une assis-
tance technique importante à la structure.
RISQUE
En 2009, la SIDI a, en tant qu'administrateur, appuyé la
transition au sein de la direction pour améliorer le pro-
cessus de prises de décision.
GOUVERNANCE ACCOMPAGNEMENT La SIDI a également pris position en faveur d'une évo-
lution juridique de la structure. En effet, la législation
laotienne a évolué, obligeant les coopératives mem-
bres du Fonds à obtenir chacune un agrément ban-
EFFET ADAPTATION
DE LEVIER DE L’OFFRE caire, ou bien à devenir de simples agences du Fonds,
solution approuvée par l'Assemblée Générale. L'équipe
du Fonds Coopératif prépare maintenant la mise en
GOUVERNANCE place juridique et opérationnelle de cette nouvelle

 Nombre de partenaires où la SIDI participe


organisation : les actions détenues par les coopéra-
tives seront transférées au sein de l’ASDSP, renforcée
à la réflexion stratégique 28 %
 Nombre de partenaires où la SIDI est présente au CA
dans ce but, et les coopératives elles-mêmes seront
23 intégrées au Fonds en tant qu’agences. La SIDI parti-
 Nombre de jours dédiés à la gouvernance 434 j cipe activement à ce travail qui va se poursuivre durant
Dont 297 jours pour la participation aux CA
 Nombre de jours dédiés à l’institutionnalisation
l'année 2010 et nécessite un appui renforcé, tant tech-
85 j nique que politique.
Cela concerne 10 partenaires

Activités de la SIDI et de ses partenaires en 2009  15


Etats Financiers
2009
Bilan de la SIDI au 31 décembre 2009 en milliers d'euros

ACTIF PASSIF
2009 2008 2009 2008

Immobilisations corporelles nettes 61 78 Capital 13 000 9 000


Immobilisations financières 8 674 8 978 Réserves 546 269
dont Participations 4 394 4 159 Résultat de l'exercice 155 277
dont Prêts 4 103 4 634
dont autres immobilisations financières 176 185 Total capitaux propres 13 701 9 546

Total actif immobilisé 8 735 9 056 Provisions2 180 138  2


Il s'agit de pro-
Emprunts pour activités 1 292 1 284 visions pour risques
et de provisions fi-
Autres dettes 828 611 nancières pour pertes
de change.
Créances nettes (dont cofinancements) 383 545
Capital souscrit - augment° de capital - 546

 1 Trésore- Trésorerie 1 2 292  Les provisions sur


Actionnaires - CCA 128 149
3
9 295 5 302 FID3 - Fonds de garantie 2 040
rie (dont Fonds C.D.C. 366 358 prêts et prises de partici-
F.I.D.) : elle est pation sont couvertes de-
placée en puis 2004 par le F.I.D., un
valeurs mécanisme de couver-
éthiques et en Comptes de régularisation 122 19 ture des risques s'appli-
valeurs mobi- TOTAL 18 535 14 922 TOTAL 18 535 14 922 quant à quelques
lières de place- exceptions près à l'en-
ment. semble des investisse-
"La S.A. SOFIDEEC BAKER TILLY, commissaire aux comptes, membre de la CRCC de Paris, représentée ments réalisés par la SIDI.
par son Président Fouad EL M'GHAZLI, a certifié sans réserve les comptes annuels de la SIDI, Il est constitué de
clos au 31 décembre 2009." comptes courants
d'actionnaires convaincus
de l'importance pour la
SIDI de cibler des zones
d'intervention difficiles.

La chaîne de solidarité pour le financement Répartition du capital de la SIDI


au 31 décembre 2009
1300 actionnaires 5000 épargnants
FID Capital Revenus Mobilisation de
13 millions d’euros du FCP et du CCFD fonds auprès
1,2 million d’euros/an des alliances Autres 4 %

Partenaires du Nord 5 %
Fonds de refinancement Fonds d’assistance CCFD-Terre Solidaire
technique Institutions 27 %
financières
Française 12 %

OP OP
SFP SFP SFP SFP Épargne
Solidarité
Développement
29 % Sœurs
(ESD, association de Auxiliatrices 17 %
1200 actionnaires
Bénéficiaires finaux individuels) Sœurs
SFP : Structure de Financement de proximité Ursulines
OP : Organisations de Producteurs de Jésus 6 %
FID : Fonds d'Incitation au Développement (mécanisme de garantie)

16  Activités de la SIDI et de ses partenaires en 2009


Compte
de résultat de la SIDI
au 31 décembre 2009,
en milliers d'euros Ce poste se compose principalement :
• des contributions reçues du CCFD (1,2 million d’euros) pour financer les
au 31/12/2009 2008 activités d'accompagnement, constituées surtout par les revenus du Fonds
Total des produits 1 568 1 828 Commun de Placement “Faim et Développement “ (549 000 € en 2009).
• des ressources provenant de partenaires internationaux qui sont soit

1 694  l'accompagnement SIDI.


transférées aux partenaires, soit consacrées au financement de
Prestations CCFD et cofinancements 1 301
Autres produits et reprises provisions 267 134  Les autres produits se composent des jetons
de présence (lors des participations aux CA),
des frais de dossiers…

Il s'agit des
Total des charges d'exploitation 2 043 2 417 cofinancements
provenant de
Charges d'exploitation courante (dont prestations techniques 69 175 €) 722 832 partenaires
internationaux et
Frais de personnel 1 147 1 140 transférés
Dotations aux amortissements 20 19 directement aux
partenaires. Ces
Dotations pour charges - 14
 transiter par la SIDI.
fonds ne font que
Cofinancements accordées aux partenaires 154 412

Résultat d'exploitation -475 -589


Total des produits financiers 985 750
Essentiellement
reprises de Bilan social
Revenus du portefeuille (prêts, participations et dépôts) 516 572 provisions sur
placements de RISQUE
Revenus de placement 54 29 trésorerie
Revenus du F.I.D. 48 99 (grâce à la
reprise des
Gains de change 42 41
 financiers)
marchés GOUVERNANCE ACCOMPAGNEMENT
Reprise de provisions 325 4
Autres produits 0 5
Total des charges financières 339 763
EFFET ADAPTATION
DE LEVIER DE L’OFFRE

Dotations pour risques financiers Ecart Conversion 5 5


Dotations pour risques financiers - 480
Provisions sur créances 195 77 DON NE ES COM PLE M E NTAI R ES
Intérêts sur emprunts 30 26

 Part de partenaires en zones en crise


Cessions actions - Valeur Mobilière Placement 16 44
Pertes de change 75 116
31 %
Dont 86% pour conflits politiques
Autres charges 18 15  Part des partenaires ayant diminué leur taux d’intérêt
Résultat financier 646 -13 ces 3 dernières années 21 %
 Données financières
492 M€
Produits exceptionnels 142 1 069
Total encours crédit IMF
333 M€
Charges exceptionnelles 158 190
Total encours épargne IMF
Résultat exceptionnel -16 879 Total bilan partenaires 1 MM€
Impôts sur les bénéfices - -  Part de partenaires ayant augmenté leurs fonds propres 44 %
Résultat net 155 277  Part de partenaires ayant réalisé un résultat positif 52 %
 Partenaires ayant une politique concernant la dimension sociale 70 %

Activités de la SIDI et de ses partenaires en 2009  17


RED FASCO
GUATEMALA FENACOOP
FONHSUD
INDEPCO
KNFP / IMOFOR
HAITI Carte
NICARAGUA
des partenaires*

FOROLACFR
Amérique Latine
BANCOSOLIDARIO CONSOLIDAR
CORECAFE
FAPECAFES
GRUPPO SALINAS
MCCH
COLOMBIE
de la SIDI
EQUATEUR

CAFEPERU
FOPEPRO CONFIANZA
Société de gestion ACEROLA CREDIFLORIDA
Pays Andins EDAPROSPO
FORTALECER
LA FLORIDA
PEROU
ANED
FINRURAL
BOLIVIE

INDES
CHILI

SAINDESUR
URUGUAY

* et réseaux Sud

SEFEA
Europe
MICROINVEST
MOLDAVIE

KRK
KOSOVO
FAIR TRADE LEBANON
ACAD
AL AMANA NAJDEH
ASALA
AMSSF LIBAN
Fonds de garantie
MAROC ANJCE PALESTINE
ALGERIE
CGRH NIANING ETC
CREC AOPP KOKARI EACD
ESCALES JAPPOO APIM MECREF EGYPTE
JAPPOO DEVELOPPEMENT BMS SA SINERGI FONDS COOPERATIF
JARINOO JANT B JEMENI ADER TAANADI LAO FARMERS PRODUCTS
MEC PROPEM NIAKO ADER NIGER LAOS
UGIE SAPCA/EGAS MALI HIEP THAN
ASIENA
UGPM VIETNAM
FNGN BTEC FECECAV MAF AMRET
SENEGAL
CRG MOGTEDO MAPTO Asie HATTHA KAKSEKAR
FPFD BURKINA TIMPAC CAMBODGE
GUINEE UCMECS
WAGES
TOGO
Centenary bank
OMIPA
ADI-KIVU OUGANDA
SMF EA CCRD
Afrique centrale COODEFI IMPUYAKI
REP. DEMOC. du CONGO PREFED-RWANDA CAPAD
FEFISOL RWANDA COSPEC
Afrique BURUNDI
AKIBA
RESEAU MAIN BIO SUSTAIN
Afrique TANZANIE
CAIXAS COMUNITARIAS
UGC-CPC
MOZAMBIQUE
ADAPS MADAGASCAR
ALAOTRA/SILAC
PAMF
SIPEM
TITEM
MADAGASCAR

TEMBEKA
AFRIQUE DU SUD

18  Activités de la sidi et de ses partenaires en 2009


PORTEFEUILLE SIDI VOLUME
AU 31/12/09, EN MIL- D'ACCOMPAGNEMENT
LIERS EUROS (CAPITAL, EN TEMPS PASSÉ PAR
ZONE PARTENAIRES PAYS CATEGORIE PRÊTS, GARANTIES) L'ÉQUIPE SIDI
Afrique FEFISOL Afrique FONDS ****
RESEAU MAIN Afrique RESEAU 50,0 ****
SMF EA Afrique centrale FONDS 497,7 ****
TEMBEKA AFRIQUE DU SUD FAITIERE 380,9 ***
ASIENA BURKINA MUSO ****
FNGN BTEC BURKINA IMFC **
MOGTEDO BURKINA OP 22,9 **
INSTANCES
CAPAD BURUNDI MUSO *** AU 18 juin 2010
COSPEC BURUNDI IMFC *
CRG GUINEE IMFC 17,8 ****
FPFD GUINEE OP * DIRECTOIRE
ADAPS MADAGASCAR OP 20,6 ****
ALAOTRA/SILAC MADAGASCAR OP 100,0 **
PAMF MADAGASCAR IMFC 181,9 *** SCHMITZ Christian
SIPEM MADAGASCAR IMFP 536,9 ****
TITEM MADAGASCAR IMFC *** Président du Directoire
AOPP MALI OP ***
APIM MALI RESEAU *
BMS SA MALI FAITIERE 152,5 **** GUENARD Geneviève
JEMENI ADER MALI IMFC 38,1 * Membre du Directoire
NIAKO ADER MALI IMFC 45,7 *
CAIXAS COMUNITARIAS MOZAMBIQUE IMFC *
UGC-CPC MOZAMBIQUE IMFC **** RICARD Xavier
ETC NIGER PVAR 1,5 *
KOKARI NIGER IMFC 338,8 *** Membre du Directoire
MECREF NIGER IMFC **
SINERGI NIGER FONDS 22,9 **
TAANADI NIGER IMFC 348,7 ** CONSEIL
CENTENARY BANK OUGANDA IMFP 475,4 *
OMIPA OUGANDA IMFC ***
DE SURVEILLANCE
ADI-KIVU REP. DEMOC. du CONGO MUSO ***
CCRD REP. DEMOC. du CONGO MUSO 17,4 ****
COODEFI REP. DEMOC. du CONGO IMFC 10,5 * AURENCHE Guy
IMPUYAKI RWANDA MUSO * Président
PREFED-RWANDA RWANDA MUSO ***
CGRH NIANING SENEGAL OP 30,0 ***
CREC SENEGAL IMFC 174,8 *** MESNY Philippe
ESCALES JAPPOO SENEGAL PVAR 286,3 ***
JAPPOO DEVELOPPEMENT SENEGAL PVAR **** Vice-président
JARINOO JANT BI SENEGAL PVAR ****
MEC PROPEM SENEGAL IMFC 160,1 **
UGIE SAPCA/EGAS SENEGAL OP * CAISSE DES DEPOTS ET
UGPM SENEGAL OP 72,4 *** CONSIGNATIONS
AKIBA TANZANIE IMFP 419,6 ***
BIO SUSTAIN TANZANIE PVAR 70,5 **** représentée par CHABRILLAT
FECECAV TOGO IMFC 83,8 *** Pascale
MAPTO TOGO OP **
TIMPAC TOGO IMFC 19,1 **
UCMECS TOGO IMFC 5,5 **
WAGES TOGO IMFP *
CCFD - TERRE SOLIDAIRE
Amérique Latine FOROLACFR Amérique Latine RESEAU ** Représenté par LESAY Martial
FOPEPRO Pays Andins FONDS 68,5 ****
Société de gestion ACEROLA Pays Andins AUTRES 1,7 ****
ANED BOLIVIE IMFP 142,8 ** CONGREGATION DES
FINRURAL BOLIVIE FONDS ***
INDES CHILI IMFP 85,1 ** SŒURS AUXILIATRICES
CONSOLIDAR COLOMBIE IMFC 78,8 *** représentée par
BANCOSOLIDARIO EQUATEUR IMFP 165,4 *
CORECAFE EQUATEUR PVAR 14,0 * Sœur Marie-Thérèse GAUD
FAPECAFES EQUATEUR PVAR 152,2 **
GRUPPO SALINAS EQUATEUR PVAR **
MCCH EQUATEUR PVAR * CONGREGATION DES
RED FASCO
FENACOOP
GUATEMALA
NICARAGUA
FAITIERE
FAITIERE
164,9
140,1
****
**
URSULINES DE JESUS
CAFEPERU PEROU PVAR 344,1 ** représentée par Sœur Christiane
CONFIANZA PEROU IMFP 142,0 * GROSSIN
CREDIFLORIDA PEROU IMFC 67,9 **
EDAPROSPO PEROU IMFC *
FORTALECER PEROU FAITIERE 180,0 ***
LA FLORIDA PEROU OP ****
CREDIT COOPERATIF
SAINDESUR URUGUAY IMFC 108,7 ** représenté par MORET Laurence
Asie MAF Asie FONDS *
AMRET CAMBODGE IMFP 290,8 *
HATTHA KAKSEKAR CAMBODGE IMFP 238,1 **** EPARGNE SOLIDARITE
FONDS COOPERATIF LAOS IMFC 190,1 ****
LAO FARMERS PRODUCTS LAOS PVAR 73,7 ** DEVELOPPEMENT
HIEP THAN VIETNAM PVAR 23,1 *** représenté par
Bassin Médit. ANJCE ALGERIE AUTRES ***
EACD EGYPTE IMFC 264,4 * DEQUEKER Guy
FAIR TRADE LEBANON LIBAN PVAR 59,0 **
NAJDEH LIBAN IMFC 28,1 *
AL AMANA MAROC IMFP 245,6 *** BITSCH Gérard
AMSSF MAROC IMFC ** Membre
ACAD PALESTINE IMFC 101,3 ***
ASALA PALESTINE IMFC 72,3 *
Fonds de garantie Palestine PALESTINE FONDS 99,0 ***
Caraïbes FONHSUD HAITI MUSO 37,4 ****
INDEPCO HAITI PVAR 67,6 *
KNFP / IMOFOR HAITI RESEAU ****
Europe SEFEA Europe FONDS 135,0 **
KRK KOSOVO IMFP 948,6 ****
MICROINVEST MOLDAVIE IMFP 129,3 ****
TOTAL 9441,9

Activités de la SIDI et de ses partenaires en 2009  19


Le portefeuille est investi à 45 % en prises de participation, à 45 % en prêt, et à 10% en garanties.
Plus de détails sur www.sidi.fr
© 10/2010 - imprimé sur papier recyclé avec des encres végétales. éd°2 -

SOLIDARITÉ INTERNATIONALE
POUR LE DÉVELOPPEMENT
ET L'INVESTISSEMENT

12 rue Guy de la Brosse


75005 Paris
tél. : 33(1)40 46 70 00
fax : 33(1) 46 34 81 18
info@sidi.fr

www.sidi.fr