Vous êtes sur la page 1sur 8

TP MATERIAUX :

Essai de fluage

Réaliser par :
Fadi Atig
Mootaz Ben Zinouba

1AGM2 -- Année universitaire : 2018/2019


ESSAI DE FLUAGE
Introduction
Un essai de fluage déformation consiste à mesurer la déformation en fonction du
temps. Un essai de fluage rupture s'intéresse à l'effet de la température sur les
caractéristiques à longue durée sous contrainte.
En pratique un essai de fluage consiste à maintenir une éprouvette à haute
température sous charge constante (et non sous contrainte constante), et à mesurer la
déformation en fonction du temps.

PARTIE THÉORIQUE
I. QU’EST CE QUE L’ESSAI DE FLUAGE ?
1. DÉFINITION
Le fluage est l’une des caractéristiques essentielles des matériaux plastiques. Il peut
être mis en évidence par un essai de traction.

Page | 1
A la mise en charge de l’éprouvette, un allongement dL0 se produit instantanément. Si
la charge F est maintenue, l’éprouvette continue progressivement de s’allonger au cours
du temps (allongement retardé).
Plus la température est élevée, plus le phénomène est accentué.
Si la charge F est supprimée, le phénomène s’inverse, l’éprouvette récupère
rapidement une partie de l’allongement réalisé, puis progressivement et plus lentement
une autre partie.
La déformation résiduelle qui subsiste mesure le fluage.
La destruction des liaisons, le glissement entre les macromolécules, le frottement
interne retardant les déformations sont les principales causes du fluage. Le phénomène
apparaît également pour les métaux travaillant sous charge.

-Courbe théorique d'un essai de fluage -


Pour que l’effet du fluage soit observable, il faut que T > 0,3 Tf (en Kelvin).
Lors d’un essai de fluage, on représente ε en fonction du temps. Sur la courbe ainsi
obtenue, on peut remarquer trois zones différentes :
- le fluage primaire pendant lequel la vitesse de déformation diminue, ce qui
correspond à une augmentation de résistance du matériau
- le fluage secondaire qui fait apparaître une vitesse de déformation constante, qui est
d’ailleurs la vitesse minimale

Page | 2
- le fluage tertiaire caractérisé par une augmentation de la vitesse de déformation
qu’il faut associer à l’apparition d’un endommagement sensible à l’échelle mécanique ou
à un adoucissement du matériau.
Il faut tout d’abord savoir que l’on modélise le matériau sous forme de grains
constitués de plusieurs mailles d’atomes.
Le phénomène de fluage dépend de l’intensité de la contrainte et est amplifié lorsque
la température augmente.
Les diffusions des atomes aux joints de grains interviennent à faible température et à
des niveaux de contraintes faibles.
A haute température et sous faible contrainte, il y a une diffusion en volume (à
l’intérieur des grains). Le mouvement de dislocation par diffusion d’atomes est le
mécanisme prépondérant sous contrainte élevée.
Voici l’origine des trois phases du fluage :
- le fluage primaire correspond à un écrouissage : il y a création et propagation des
dislocations jusqu’au joint du grain.
- le fluage secondaire comprend des phénomènes de diffusion et de dislocation au
niveau inter-granulaire (modèle d’Herring) et intra-granulaire(modèle de Coble). La
dislocation correspond à une diffusion d’atomes (possible seulement à haute
température)
le long des joints ou à l’intérieur des grains. Ces atomes migrent vers des lacunes des
mailles et ainsi on obtient un déplacement qui change la configuration du grain ou du
joint.
- le fluage tertiaire conduit à la rupture du matériau : il y a endommagement. Il y a
création de cavitations et de fissions au niveau des joints. On distingue :
-amorçage : les cavités apparaissent au niveau des lignes des joints.
-croissance : augmentation du nombre de cavité due à la diffusion inter-granulaire et
la présence d’un champ de contrainte au niveau de ces cavités.
-coalescence : la fusion entre cavités entraîne des fissures qui vont se propager.
-rupture : la contraint augmente du fait de la diminution de la section de l’éprouvette.

Page | 3
PARTIE EXPÉRIMENTALE

Matériau à étudier  :
Type : Plomb
Dimensions  : e = 2mm ; l = 5mm ; l0 = 20mm
Conditions de l’essai  :
P= - m1= 2,3kg
- m2= 2,4kg

Étude de courbe

DÉTERMINATION DES CONTRAINTES :

σ=F/S0 ; S0=e×l = 2 × 4,7 = 9,4mm ; F=D×f /d ; f=m×g Donc


Pour m1 =2,2kg
 F= 167,9N
 σ= 17,86 N/mm2

Pour m2=2,6kg
 F=175,2N
 σ= 18,67 N/mm2

Page | 4
TRAÇAGE DES COURBES Δl=f (t )  :

Tableau 1 : pour m=2,2 Kg

t
5s 10s 45s 1m15 1m45 2m15 2m45 3m15 3m45 4m15 4m45
(min)
Δl (
0,3 0.41 0.5 0.6 0.66 0.7 0.73 0.76 0.79 0.83 0.86
mm)

5m15 5m45 6m15 6m45 7m15 7m45 8m15 8m45 9m15 9m45 10m15

0.89 0.93 0.97 1 1.13 1.29 1.32 1.36 1.39 1.41 1.43

10m45 11m15 11m45 12m15 12m45 13m15 13m45 14m15 14m45 15m15 15m45

1.46 1.49 1.52 1.69 1.7 1.73 1.75 1.78 1.81 1.84 1.86

16m15 16m45 17m15 17m45 18m15 18m45 19m15 19m45 20m15 20m45 21m15

1.88 1.91 1.95 1.98 2.01 2.03 2.07 2.09 2.11 2.14 2.17

21m45 22m15 22m45 23m15 23m45 24m15 24m45 25m15 25m45 26m15 26m45

2.21 2.24 2.26 2.29 2.32 2.35 2.39 2.43 2.46 2.49 2.53

27m15 27m45 28m15 28m45 29m15 29m45 30m15 30m45 31m15 31m45 32m15

2.57 2.60 2.65 2.67 2.71 2.74 2.78 2.82 2.86 2.90 2.94

32m45 33m15 33m45 34m15 34m45 35m15 35m45 36m15 36m45 37m15 37m45

2.98 3.02 3.06 3.09 3.13 3.18 3.22 3.26 3.30 3.36 3.43

38m15 38m45 39m15 39m45 40m15 40m45 41m15 41m45 42m15 42m45 43m15

3.47 3.52 3.55 3.59 3.64 3.68 3.77 3.82 3.87 3.94 4.02
43m45 44m15 44m45 45m15 45m45 46m15 46m45 47m15 47m45 48m15

4.20 4.29 4.45 4.5 4.6 4.73 4.88 5.05 5.40 6.05

Page | 5
Tableau 2 : pour m=2,6 Kg
t
5s 10s 45s 1m15 1m45 2m15 2m45 3m15 3m45 4m15 4m45
(min)
Δl (
0,05 0.09 0.3 0.5 0.69 0.87 1.00 1.14 1.29 1.39 1.60
mm)

5m15 5m45 6m15 - - - - - - - -

1.81 2.02 2.10 - - - - - - - -

Page | 6
INTERPRÉTATION :

Observation générale
Lorsque la contrainte augmente, la vitesse de déformation augmente et :
- la durée du fluage primaire augmente ;
- la durée du fluage secondaire diminue ;
- la durée du fluage tertiaire augmente


 Fluage primaire  :la vitesse de déformation dt décroit, c’est le domaine de
fluage primaire ou transitoire
 Fluage secondaire  : t 1 <t< t 2 , la vitesse de déformation est constant et la
contrainte faible, c’est le domaine de fluage secondaire

 Fluage tertiaire  : t> t 2 , dt croit jusqu'à la rupture ; il ya une accélération de
déformation et c’est la restauration qui prend de dessus c’est le domaine de
fluage tertiaire ou accéléré le résultat la plus importante sera le temps de rupture
tR , la contrainte et la température étant constantes

conclusion :
En théorie  :
- Le fluage primaire augmente. Toutefois, à haute température et sous de faibles
contraintes le premier stade peut disparaître.
- La durée du fluage secondaire diminue et peut même ne plus exister, la courbe ne
présente alors plus qu’un point d’inflexion.
- L’allongement lors du fluage tertiaire augmente. Il dépend beaucoup de la ductilité à
chaud du matériau. C’est ainsi qu’en cas de rupture fragile sans striction ce troisième
stade peut disparaître totalement.
En pratique  :
Les résultats expérimentaux correspondent bien à la théorie. Lorsqu’on augmente la
température, le fluage primaire disparaît, la durée du fluage secondaire diminue
fortement et si on avait encore augmenté la température celui ci aurait totalement
disparu.

Page | 7