Vous êtes sur la page 1sur 4

UNIVERSITY OF MAURITIUS

FACULTY OF SOCIAL STUDIES & HUMANITIES

SECOND SEMESTER EXAMINATIONS


MAY 2003

COURSE/YEAR BA (HONS) FRENCH – LEVEL II

PAPER TITLE APPROCHES DE LA LITTÉRATURE II


(SPECIAL PAPER)

Wednesday
DATE MODULE FREN
14th May 2003 CODE 1212

TIME 09.30 – 11.30 DURATION 2 HOURS

INSTRUCTIONS TO CANDIDATES

Number of Questions set : THREE (3)

Number of Questions to be attempted : TWO (2)


APPROCHES DE LA LITTERATURE II
GENRE DRAMATIQUE
FREN 1212

SPECIAL PAPER

Répondez à deux questions.

1. Extrait

PHÈDRE
Mon mal vient de plus loin. A peine au fils d'Égée
Sous ses lois de l’hymen je m’étais engagée,
Mon repos, mon bonheur semblait être affermi
Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue ;
Un trouble s’éleva dans mon âme éperdue ;
Mes yeux ne voyaient plus, je ne pouvais parler,
Je sentis tout mon corps et transir et brûler.
Je reconnus Vénus et ses feux redoutables,
D’un sang qu’elle poursuit, tourments inévitables.
Par des vœux assidus je crus les détourner :
Je lui bâtis un temple, et pris soin de l’orner ;
De victimes moi-même à toute heure entourée,
Je cherchais dans leurs flancs ma raison égarée.
D’un incurable amour remèdes impuissants !
En vain sur les autels ma main brûlait l’encens :
Quand ma bouche implorait le nom de la déesse,
J’adorais Hippolyte, et le voyant sans cesse,
Même au pied des autels que je faisais fumer,
J’offrais tout à ce dieu que je n’osais nommer.
Je l’évitais partout. O comble de misère !
Mes yeux le retrouvaient dans les traits de son père.

Montrez comment cet aveu de Phèdre est le déclencheur de


l’intrigue.

2. « En effet, Phèdre n’est ni tout à fait coupable ni tout à fait


innocente. Elle est engagée par sa destinée et par la colère des
dieux, dans une passion illégitime… » Racine : Préface de Phèdre
Après lecture de la pièce, croyez-vous Phèdre innocente ou
coupable? Pourquoi ?

2
3. Extrait

Estragon.
Mais quel samedi ? Et sommes-nous samedi ? Ne serait-on pas
plutôt dimanche ? Ou lundi ? Ou vendredi ?

Vladimir.
Regardant avec affolement autour de lui, comme si la date était
inscrite dans le paysage.

Ce n’est pas possible.

Estragon.
Ou jeudi.

Vladimir.
Comment faire ?

Estragon.
S’il s’est dérangé pour rien hier soir, tu penses bien qu’il ne
viendra pas aujourd’hui.

Vladimir.
Mais tu dis que nous sommes venus hier soir.

Estragon.
Je peux me tromper. (Un temps.) Taisons-nous un peu, tu
veux ?

Vladimir, Faiblement.
Je veux bien, (Estragon se rassied, Vladimir arpente la scène
avec agitation, s’arrête de temps en temps pour scruter l’horizon.
Estragon s’endort. Vladimir s’arrête devant Estragon.)
Gogo…(Silence.) Gogo... (Silence) GOGO ?
(Estragon se réveille en sursaut.)

Estragon, rendu à toute l’horreur de sa situation.


Je dormais. (Avec reproche.) Pourquoi tu ne me laisses jamais
dormir ?

Vladimir.
Je me sentais seul.

Estragon.
J’ai fait un rêve.

Vladimir.
Ne le raconte pas !

3
Estragon.
Je rêvais que …

Vladimir.
NE LE RACONTE PAS !

Estragon, geste vers l’univers.


Celui-ci te suffit ? (Silence.) Tu n’es pas gentil. Didi. A qui
veux-tu que je raconte mes cauchemars privés, sinon à toi ?

Vladimir.
Qu’ils restent privés. Tu sais bien que je ne supporte pas ça.

Estragon, froidement.
Il y a des moments où je me demande si on ne f erait pas mieux
de se quitter.

Vladimir.
Tu n’irais pas loin.

Beckett : En attendant Godot (1953) Ed. de Minuit.

Montrez comment et pourquoi la pièce de Beckett, En


attendant Godot est une remise en question du théâtre
traditionnel.

--- FIN DU QUESTIONNAIRE ---