Vous êtes sur la page 1sur 36

LITHIUMBATTERIEN BRANDGEFAHREN UND SICHERHEITSRISIKEN

BATTERIES AU LITHIUM
SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM :
CONNAÎTRE LES RISQUES ET MIEUX PRÉVENIR LES SINISTRES

VERSION 1
JULLIET / 2016

Version 1 – April / 2016  2 et


Dr. Michael Buser, Risk Experts Risiko Engineering GmbH, Wien
Dr. Jochen Mähliß, Batteryuniversity GmbH, Karlstein
SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

Tous les droits, notamment les droits de diffusion, de repro-


duction et de traduction, de réimpression et de copie, quelle
qu’en soit la nature, ainsi que de stockage dans un système
informatique ou de publication en ligne, même partielle,
restent exclusivement réservés aux auteurs.

La réimpression totale ou partielle n’est autorisée qu’avec


l’accord express préalable par écrit des auteurs.

Il convient de préciser que toutes les indications contenues


dans cette publication ne sont pas garanties malgré tout
le soin apporté et qu’une responsabilité des auteurs est
exclue.

Version 1 – Julliet / 2016  3


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

4 Version 1 – Julliet / 2016


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

SOMMAIRE
1 Batteries au lithium : transformation d’énergie chimique en énergie électrique 6
1.1 Bases 6
1.2 Pourquoi le lithium ? 6
1.3 Batteries lithium-métal 8
1.4 Batteries lithium-ion 9
1.5 Applications 10

2 Considération technique à propos de la sécurité : risques et dangers 11


2.1 Comportement thermique 12
2.2 Thermal runaway (emballement thermique) 12
2.3 Composants et produits de décomposition en cas d‘incendie 13
2.4 Risques électriques 15
2.5 Causes des feux de batterie 15

3 Premiers secours sur place : sapeurs pompiers et services de sauvetage 17


3.1 Risque lié à un accumulateur d’énergie après un accident 17
3.2 Risques d‘incendie 18
3.3 Risques chimiques 19
3.4 Procédures sur le lieu d‘accident 19
3.5 Indications complémentaires 19

4 Prévention classique des sinistres :


règles de sécurité générales et mesures de protection 20
4.1 Sécurité incendie dans les bâtiments 20
4.2 Mesures de protection organisationnelles 21
4.3 Systèmes de sécurité techniques de l‘installation 21

5 Prévention des sinistres typiques de l‘application :


règles de sécurité spécifiques au produit et mesures de protection 23
5.1 Dispositifs de protection et de surveillance sur la batterie 23
5.2 Vélos électriques et pédélecs : exigences spéciales et mesures de sécurité 24
5.3 Stockage : batteries et produits fonctionnant avec une batterie 25
5.4 Transport : route, rail, eau, air 26
5.5 Élimination : recyclage et gestion des déchets 30

6 Perspective 32

7 Conclusion 33

Version 1 – Julliet / 2016  5


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

1 BATTERIE AU LITHIUM :
TRANSFORMATION DE L’ÉNERGIE
CHIMIQUE EN ÉNERGIE ÉLECTRIQUE
1.1 Bases

Les batteries sont des accumulateurs Aujourd’hui, il existe pour les appli- Le terme batterie désignait à l’origine
d’énergie chimique qui peuvent déli- cations les plus diverses un nombre l‘interconnexion de plusieurs cellules
vrer au cours d’une réaction électro- quasi incalculable de types de batte- isolées. Cependant entre-temps le
chimique la charge accumulée sous rie qui se différencient en cathode, terme a changé de signification et si-
la forme d’une énergie électrique. La anode, électrolyte et par leur forme de gnifie également une cellule isolée
transformation directe de l‘énergie construction, taille et performances. Il (une batterie unicellulaire).
chimique en énergie électrique occupe existe une profusion de combinaisons
les hommes déjà depuis plus de 2000 possibles de composants différents
ans. Les premières sources de courant dont la description et le catalogage est
électrochimiques étaient déjà utilisées difficile à mettre à jour en raison de
quelques siècles avant notre ère pour leur évolution technique extrêmement
dorer les objets métalliques. rapide.

1.2 Pourquoi le lithium ?

Comparées aux systèmes de batte- Pour cette raison, les batteries au le domaine de la mobilité électrique,
ries conventionnelles, les batteries au lithium gagnent de plus de plus de 1 million de véhicules électriques en
lithium sont une jeune technologie. terrain dans tous les domaines de la tout doivent circuler par exemple en
Malgré leur introduction relativement vie quotidienne. Elles sont utilisées Allemagne d’ici 2020 (6 millions d‘ici
récente sur le marché, elles repré- de préférence en tant qu’alimentation 2025).
sentent la plus importante croissance électrique indépendante du réseau
sur le marché dans le domaine des ou comme batteries-tampon d’appa- La désignation « batterie au lithium »
batteries d‘appareils et ont supplanté reils électriques. Le boom notamment est le terme générique pour un grand
avec succès les systèmes concurrents. des petites applications électroniques nombre de systèmes de batterie diffé-
Différentes analyses de marché pré- (smartphones, notebooks, caméras, rents dans lesquels le lithium est utilisé
sentent des pronostics selon lesquels etc.) a entraîné une propagation mas- sous une forme pure ou lié comme ma-
la demande en batteries au lithium ne sive de batteries au lithium. Mais les tériau actif de l‘électrode de batterie.
cesse de progresser. Le lithium est batteries au lithium font également
l’élément solide le plus léger dans le l’objet d’une demande croissante On distingue essentiellement deux dif-
tableau périodique (masse atomique pour l’utilisation de petits appareils de férents types de batterie. Tandis que
6,941 g/mol ; densité 0,53 g/cm3) et jardin et d’outils électriques, accumu- les batteries primaires au lithium (bat-
possède le potentiel électrochimique le lateurs d’énergie stationnaires pour teries lithium-métal) ne sont en géné-
plus faible de tous les métaux (-3,04 V l’alimentation domestique autonome, ral pas rechargeables et donc prévues
vs électrode d’hydrogène standard). La chariots élévateurs et voitures élec- pour un seul usage, les batteries se-
haute capacité qui en résulte de par le triques. L’application des batteries condaires au lithium (batteries lithium-
poids et les tensions élevées de la cel- au lithium dans le domaine de l’au- ion ou accumulateurs lithium-ion) per-
lule combinées à différents matériaux tomobile fait l’objet d‘un développe- mettent une transformation plusieurs
cathodiques en font le matériau d’élec- ment tout simplement exponentiel fois réversible de l‘énergie chimique
trode idéal pour les accumulateurs (par ex. moteurs hybrides, moteurs en énergie électrique afin de pouvoir
d’énergie chimique. électriques haute tension, etc.). Dans les réutiliser.

6 Version 1 – Julliet / 2016


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

Système Lithium-métal Lithium-ion


Lithium-dioxyde Lithium-dioxyde Lithium-chlorure Lithium-dioxyde Lithium-polymère Lithium-fer-
de manganèse de soufre de thionyle de cobalt phosphate
Type Primaire Primaire Primaire Secondaire Secondaire Secondaire
Utilisation Cellule Cellule Cellule Batterie Batterie Batterie
Composants Li/solvants orga- Li/solvants Li/LiAlCl4 Li(C)/ Li(C)/ Li(C)/solvants
niques, organiques, in SOCl2/ solvants électrolyte organiques,
LiClO4/MnO2 LiClO4/SO2 SOCl2(C) organiques, sel polymère/ sel conducteur
conducteur LiMOx LiPF6/LiFePO4
LiPF6/ LiCoO2
Tension 3,0 V 3,0 V 3,7 V 3,7 V 3,6 V/3,7 V 3,2 V
Densité 290 Wh/kg 220 Wh/kg 650 Wh/kg 180 Wh/kg 120-210 Wh/kg 120 Wh/kg
énergétique
Application Petits appareils Presque Teneur énergé- Téléphones Téléphones Pour des
portables uniquement dans le tique très élevée, mobiles, mobiles, PDA applications
secteur militaire faible décharge notebooks et notebooks, à hautes
spontanée et bon modélisme performances
comportement à
basse température
Particularité Densité énergé- Capacité de charge Densité énergé- Densité énergé- La structure Forte sécurité
tique élevée et bon élevée et bon com- tique très élevée, tique élevée cellulaire permet intrinsèque
comportement à portement basse utilisation la fabrication de
basse température, température prinicipalement cellules fines en
bon marché dans le domaine feuilles et une
millitaire à cause forme avantageuse
des composants
aggressifs

Les avantages des batteries au lithium par rapport aux accumulateurs d’énergie chimique conventionnels proviennent des
paramètres de performances électrochimiques :

nn La tension élevée des cellules de nn Les batteries lithium-ion ne nn La large plage de température à la-
lithium permet la construction de connaissent pas d’effet mémoire quelle fonctionnent parfaitement les
batteries avec une seule cellule. contrairement aux accus conven- batteries au lithium (-20 °C à +70 °C),
Les petites applications électro- tionnels (perte de capacité dû à un notamment le bon comportement
niques mobiles modernes (par ex. chargement/déchargement incom- à basse température et la faible
téléphones mobiles) fonctionnent plet) et atteignent une efficacité éle- décharge spontanée (capacité de
aujourd’hui exclusivement avec des vée qui peut atteindre 95 % (rapport stockage) rendent les batteries au
batteries lithium-ion dotées unique- entre le volume de décharge et le lithium irremplaçables dans de nom-
ment d’une seule cellule. volume de charge). breux domaines d‘application.

Version 1 – Julliet / 2016  7


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

1.3 Batteries lithium-métal

Les piles lithium-métal non rechar- chlorure d’argent, etc.) est appropriée rechargeables qu’une seule fois. Tou-
geables sont proposées aux tailles habi- comme matériau cathodique. Le sys- tefois, l’inconvénient majeur de ces
tuelles dans le commerce pour les piles tème lithium-métal le plus largement premières piles lithium-métal rechar-
traditionnelles : piles-bouton CR2032, répandu au niveau commercial est la geables était le manque de maîtrise
micro (AAA), mignon (AA), baby (C), pile lithium-dioxyde de manganèse (Li- des processus réactionnels électro-
mono (D), bloc 9 V. Elles comportent MnO2) utilisée très souvent sous une chimiques sous la forme de courts-cir-
des tensions relativement hautes, des forme de construction plate et ronde cuits locaux et le risque inhérent en
énergies spécifiques élevées, même comme pile-bouton ou sous une forme matière de sécurité.
en cas de basses températures, et une cylindrique comme pile ronde. Elle pos- En outre, la réversibilité exigée (dé-
faible décharge spontanée (durée de sède une tension nominale de 3,0 V et charge/recharge) plaçait leur déve-
conservation > à 10 ans). trouve son utilisation principalement loppement devant de grands défis.
nn Privé : montres, petites applications dans les petites applications électro- Comme le lithium s’use quasiment
électroniques niques (par ex. montres, calculatrices, lors du processus de déchargement et
nn Industrie : points de mesure etc.). qu’une électrode en lithium-métal se
nn Technique de sécurité : détecteurs dissout pratiquement, il n’existe plus
de fumée longue durée Les solvants organiques (par ex. carbo- de possibilité pour le processus de
nn Véhicules automobiles : systèmes nate de propylène, carbonate d’éthy- chargement inverse de reconstruire
de sécurité, systèmes de communi- lène, acétonitrile, γ-Butyrolactone) la géométrie de l‘électrode. En consé-
cation, commande moteur, téléma- ou les composés inorganiques (par quence, une électrode en lithium-mé-
tique, contrôle de pression pneuma- ex. chlorure de thionyle) ainsi que les tal est, en dépit de la théorie électro-
tique, etc. électrolytes[...] solides, les électrolytes chimique, peu adaptée à l’utilisation
polymères ou les sels fondus sont uti- dans une batterie secondaire rechar-
On utilise du lithium métallique comme lisés habituellement comme électro- geable pour des raisons techniques
matériau d‘anode. Parmi les types lytes. Pour augmenter la conductivité, d‘application. Des développements
commerciaux courants, on distingue des sels conducteurs fluorés comme récents dans le domaine des batte-
principalement le matériau cathodique LiBF4, LiCF3SO3 ou LiN (SO2CF3)2 sont ries lithium-polymère semblent avoir
et l‘électrolyte utilisé. ajoutés à l‘électrolyte. trouvé des solutions à ce problème
de manque d’intégrité de l‘électrode.
Une série de matériaux organiques et Il y a plus de 40 ans déjà, les premières C’est pourquoi, des batteries secon-
inorganiques (par ex. dioxyde de soufre, versions de piles rechargeables avec daires sont utilisées également depuis
chlorure de thionyle, sulfite de fer, sul- des électrodes lithium-métal furent quelque temps avec une électrode en
fite de cuivre, dioxyde de manganèse, testées en plus des piles lithium-métal lithium-métal.

8 Version 1 – Julliet / 2016


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

1.4 Batteries lithium-ion

Les piles lithium-ion rechargeables recouverte de plastique comme enve- tériau actif est en mesure d‘intercaler
existent sous diverses formes de loppe. Afin de garantir malgré tout une le lithium de manière réversible aussi
construction : certaine stabilité et une forme égale, bien sur le côté de la cathode que sur
celle-ci doit être assurée par la struc- le côté de l‘anode. L’électrode néga-
Pile ronde : les différentes couches ture de l’empilement des cellules. On tive comporte ici souvent une modifi-
de cellules sont empilées les unes peut réaliser cela en utilisant des em- cation du carbone avec une structure
au-dessus des autres, puis enroulées pilements de cellules par couches à la en couches (par ex. graphite) à la place
autour d’un mandrin. L’enveloppe cy- place des enroulements utilisés. du lithium négatif comme matériau
lindrique de la pile (jelly roll) est ensuite actif.
emballée dans un boîtier solide qui re- Les batteries lithium-ion rechargeables
présente habituellement le collecteur possèdent des performances spéci- Au regard des exigences en matière
de courant pour l’électrode négative. fiques et une densité énergétique éle- de densité énergétique, tension de la
L’électrode positive est formée avec le vées et n‘ont pas d’effet mémoire ou cellule et durée de vie des cycles ain-
couvercle de la pile, isolé par le boîtier. seulement très peu en cas de lithium- si que d‘une stabilité de forme suffi-
fer-phosphate. sante des électrodes, les systèmes de
Pile prismatique : il s’agit le plus sou- nn Privé : téléphones mobiles, note- batterie employant comme électrode
vent ici, comme pour les piles rondes, books, caméras, jouets un oxyde de métal de transition au
de cellules enroulées. Contrairement nn Industrie : outils électriques por- lithium de type LiXO2 (X = Co, Ni, Mn)
aux piles rondes, la pile n’est pas tables, alimentations électriques de où notamment du dioxyde de cobalt
enroulée autour d’un mandrin, mais sécurité, systèmes d’urgence (LiCoO2, LCO) doté de lithium est uti-
enroulée à plat. L’enroulement à plat nn Mobilité électrique : voitures auto- lisé, ont largement fait leurs preuves
ainsi créé est ensuite emballé dans un mobiles, véhicules utilitaires, vélos jusqu‘ici.
boîtier prismatique. L’électrode, isolée électriques, etc.
par le boîtier, entre en contact avec le nn Mémoire tampon : photovoltaïque Des solvants organiques anhydres
couvercle du boîtier. (par ex. carbonate d’éthylène, carbo-
La percée commerciale de la techno- nate de diéthyle, etc.) sont utilisés
Cellule pouch : celle-ci est appelée logie des batteries au lithium rechar- comme électrolyte pour les cellules
également cellule «  coffee-bag » à geables a été réalisée avec l’introduc- secondaires au lithium ainsi que des
cause de sa ressemblance extérieure tion sur le marché d’une cellule qui polymères de fluorure de polyviny-
à du café en poudre emballé sous vide. renonçait totalement au lithium métal- lidène (PVDF) ou de fluorure de po-
Cette forme de cellule ne possède lique, la batterie lithium-ion. A la place lyvinylidène-hexafluoropropylène
pas de boîtier solide contrairement du lithium métallique, on utilise des (PVDF-HFP) dans lesquels des sels
aux deux autres types de piles, mais composés d’insertion au lithium (in- conducteurs fluorés tels que LiPF6 ou
seulement une feuille d’aluminium tercalations). Dans ce système, le ma- LiBF4 sont dissous.

Version 1 – Julliet / 2016  9


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

1.5 Applications

Les avantages des batteries au lithium Batteries de petite puissance Batteries de puissance élevée
rechargeables par rapport aux accu- pour de petites applications (batteries haute énergie) pour
mulateurs d’énergie chimique conven- électroniques mobiles des véhicules automobiles à
tionnels (batteries plomb-acide, moteur électrique
batteries nickel-cadmium batteries Les premières batteries au lithium pro-
nickel-métal-hydrure) proviennent des duites en grand quantité étaient utili- L’industrie de la batterie lithium-ion
paramètres de performances électro- sées principalement dans les petites connaît un accroissement rapide dans
chimiques. La tension élevée des cel- applications électroniques mobiles. le domaine automobile (par ex. mo-
lules lithium-ion de 3,6/3 ,7 V permet Le boom notamment dans le segment teurs hybrides, moteurs électriques à
la construction de batteries avec juste téléphones mobiles, caméras numé- haut voltage, etc. Le « plan de dévelop-
une seule cellule. Les téléphones riques et notebooks a entraîné une pement national Mobilité électrique  »
mobiles modernes fonctionnent au- propagation massive des batteries adopté par le gouvernement fédéral al-
jourd’hui exclusivement avec une au lithium. Les batteries au lithium lemand en 2009 ambitionne une hausse
batterie lithium-ion et ne sont dotés utilisées offrent une durée de fonc- substantielle de la part de véhicules
que d’une seule batterie. Une batte- tionnement supérieure pour un poids automobiles à moteur électrique. L’Al-
rie à base d’électrodes en nickel tra- en même temps plus faible. Dans les lemagne doit devenir par conséquent
ditionnels aurait besoin pour la même entreprises de transformation ou les le numéro 1 mondial dans le domaine
application de trois cellules de 1,2 V installations de production, les batte- de la mobilité électrique et un million de
montées en série. En outre, elles ne ries au lithium modernes sont utilisées véhicules électriques doivent circuler
présentent pas ou extrêmement peu dans les domaines les plus divers. No- sur les routes allemandes d’ici 2020.
d’effet mémoire (perte de capacité dû tamment pour les machines-outils por-
à un chargement/déchargement in- tables (visseuses sans fil, perceuses Les batteries lithium-ion modernes
complet par rapport aux accus conven- sans fil, etc.), mais l’utilisation de pour les véhicules automobiles at-
tionnels) et permettent un rendement batteries lithium-ion est aussi indis- teignent une densité énergétique de
élevé proche de 95 % (rapport entre le pensable pour la technique d’éclairage plus de 120 Wh/kg (en comparaison :
volume de décharge et le volume de mobile, les appareils de commande les batteries automobiles plomb-acide
charge). mobiles et la technique de communi- atteignent env. 30 Wh/kg. Les applica-
cation mobile. tions de plus en plus importantes né-
La large plage thermique à laquelle les cessitent naturellement des systèmes
batteries au lithium peuvent être utili- Batteries de puissance moyenne de stockage de plus en plus grands qui
sées (-40 °C bis +70 °C), notamment pour des applications de ont, d’une part, une teneur énergétique
le bon comportement à basse tempé- performances moyennes bien plus élevée et qui sont, d’autre
rature et la faible décharge spontanée part, en mesure de fournir de grandes
(durée de conservation supérieur à 10 Les batteries lithium-ion gagnent de performances. Afin d’atteindre les ten-
ans) rendent les batteries au lithium plus en plus de terrain, notamment sions élevées de plusieurs centaines de
irremplaçables dans de nombreux do- pour l’utilisation dans le segment des volt sur les systèmes de batterie per-
maines d’application. petits véhicules (Light Electric Vehicles, formants à haute énergie, les cellules
LEV) comme accumulateur d’énergie sont montées ensemble en parallèle
Les applications de la batterie au pour vélos, scooters, tondeuses à ga- et en série dans les modules de batte-
lithium sont classées principalement zon, chariots élévateurs, etc. rie, conformément aux exigences en
en trois catégories en fonction de leur matière de courant et de tension, ces
puissance : modules étant eux-mêmes connectés
habituellement encore une fois à une
unité modulaire de batterie.

10 Version 1 – Julliet / 2016


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

2 CONSIDÉRATION TECHNIQUE
À PROPOS DE LA SÉCURITÉ :
RISQUES ET DANGERS
L’utilisation de certains composés Comme origine de l’accident, un forme d’énergie électrique. Dans le cas
chimiques en rapport avec des densi- incendie fut constaté au niveau du d’un emballement thermique (thermal
tés énergétiques élevées et l’utilisation fret dans lequel se trouvaient des runaway), toute l’énergie n’est toute-
d’une électronique de commutation batteries lithium-ion et des batteries fois pas fournie de façon contrôlée en
(possible défaut technique) nécessaire lithium-métal. tant qu’énergie électrique, mais de fa-
aux batteries secondaires sont à l’ori- nn Après le vol d’un Boeing 787 çon non contrôlée sous la forme d’éner-
gine de dangers potentiels spécifiques (Dreamliner) le 7 janvier 2013 de gie thermique. Il faut tenir compte ici
sur les batteries au lithium qui exigent Narita/Japon vers Boston/USA, un qu’une batterie lithium-ion peut libérer
une considération particulière en ma- incendie se déclara à l’aéroport de en cas de défaillance env. 7 à 11 fois
tière de sécurité. destination en raison d’une batterie l’énergie stockée électriquement. En
lithium-ion victime d’un emballe- raison du processus de production de
En raison de résultats spectaculaires, ment thermique (thermal runaway). chaleur, la réaction même se renforce
la possible problématique des batteries Le 12 juillet 2013, l’incendie d’une et cause une surchauffe critique de la
lithium-ion, mais aussi des batteries batterie lithium-métal non rechar- batterie.
lithium-métal, fut rendue publique, ce geable dans un émetteur de loca-
qui entraîna entre autres des rappels lisation d’urgence (ELT) se déclara A cela s’ajoute que certains des ma-
massifs de notebooks et de smart- sur l’aéroport Heathrow de Londres tériaux cathodiques utilisés à haute
phones ces dernières années. dans un Boeing 787 également. température se désintègrent. Cette ré-
nn Le 3 septembre 2010, le vol 6 d’UPS nn Le 6 novembre 2013, un troisième action produit également de la chaleur
Airlines, un Boeing 747-40, s’écrasa incendie de la voiture électrique Tes- (exotherme) et libère en plus l’oxygène
à proximité de l’aéroport de Dubaï la, modèle S, se produisit. lié qui rend un incendie très difficile-
sur le trajet de l’aéroport interna- ment maîtrisable en cas de développe-
tional de Dubaï vers l’aéroport de Une batterie se distingue en ce qu’elle ment du feu. Un tel incendie ne peut
Cologne-Bonn en causant la mort fournit l’énergie stockée chimique- pas être éteint avec les méthodes d’ex-
de deux membres d’équipage. ment lors du déchargement sous la tinction conventionnelles.

Version 1 – Julliet / 2016  11


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

2.1 Comportement thermique

La température de service optimale spontanée de la batterie (emballement nn 150-250 °C : certains matériaux


des batteries au lithium se situe entre thermique). Dans quelle mesure est- cathodiques se désintègrent déjà
20 °C et 40 °C. A cette plage de tempé- ce dangereux de laisser traîner en été à ces températures et émettent
rature, la batterie lithium-ion possède un téléphone mobile ou un ordinateur de la chaleur et de l’oxygène au
les performances les plus élevées pour portable entièrement chargé dans la cours d’une réaction exothermique
un vieillissement en même temps en- voiture en plein soleil, car les tempéra- qui peut entraîner un emballement
core tolérable. tures ici peuvent atteindre 80 °C ? L’uti- thermique. Le matériau catho-
lisation directe est encore plus problé- dique réagit de façon exothermique
En cas de températures négatives, un matique à ces températures élevées et avec l’électrolyte (décomposition).
endommagement irréversible des cel- entraîne encore un autre échauffement Hausse de la pression dans la cel-
lules peut se produire à cause par ex. et endommagement ou une défail- lule due à l’évaporation et aux gaz
du dépôt de lithium pur sur l’anode (ap- lance. de décomposition. Gonflement du
pelé placage du lithium). Cela provoque nn 70 °C : échauffement spontané de boîtier de cellule et éventuellement
dans le pire des cas un court-circuit in- l’anode en graphite et de l’élec- ouverture (les gaz de décomposi-
terne. trolyte. Les composants à point tion qui s’échappent sont inflam-
d’ébullition bas de l’électrolyte com- mables).
La plupart des cellules lithium-ion ne mencent à s’évaporer et entraînent nn 660 °C : fonte du collecteur de
sont pas conçues pour des tempéra- une montée en pression qui peut courant en aluminium (cathode).
tures de service et de stockage supé- faire exploser la cellule. Libération de graphite avec risque
rieures à 60 °C. Lorsque la température nn 130 °C : le séparateur en PE, PP possible d’explosion de pous-
augmente, les batteries au lithium ré- ou PE/PP obture les pores (« shut- sière. Poursuite de la hausse des
agissent par une montée en pression down »). Le séparateur fond, échauf- températures auxquelles la feuille
dans la cellule, l’expulsion de gaz in- fement supplémentaire en raison du d‘aluminium de l’électrode positive
flammables, l’incendie de cellule me- court-circuit. Hausse auto-cataly- commence à brûler (feu de mé-
nant jusqu’à la combustion explosive tique de la température. taux).

2.2 Thermal Runaway (emballement thermique)

L’emballement thermique est une ré- pératures et que le lithium intercalé lui-
action chimique exothermique qui se même chimiquement peut enflammer
renforce d’elle-même, où l’on peut (feu de métaux).
atteindre très vite de très hautes tem-

12 Version 1 – Julliet / 2016


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

2.3 Composants et produits de décomposition en cas d’incendie

Les cellules au lithium sont en général Même si le lithium n’est pas présent Métaux lourds : du fait de l’utilisation
encapsulées hermétiquement, c.-à-d. dans les batteries secondaires comme fréquente dans les batteries secon-
fermé de manière étanche aux gaz, métal pur, mais comme composé daires d’oxyde de la série des métaux
de façon à ce qu’aucun composant ne chimique (à l’état chargé par ex. comme dits de transition (cobalt, nickel, man-
puisse s’échapper durant le fonction- composé d’intercalation du lithium ou à ganèse), il faut s’attendre en cas d’in-
nement régulier normal Cependant, si l’état déchargé comme lithium-dioxyde cendie à des produits de réaction sous
le boîtier est endommagé mécanique- de cobalt, LiCoO2), la formation d’hy- forme de poussière ou à des résidus
ment ou si une charge thermique se drogène gazeux peut également se de ces matières en partie nocifs pour la
produit suite à un incendie, différentes produire durant ces modifications du santé (cobalt) ou toxiques (nickel) dans
matières corrosives, toxiques et can- lithium au contact de l’eau. les cendres et la fumée d’incendie.
cérigènes, mais aussi des composants Concernant les composés du cobalt,
combustibles, peuvent s’échapper Un autre danger par rapport à l’eau pro- une exposition de 25 milligrammes
sous la forme de poussière, de gaz ou vient du potentiel d’électrode ou de la seulement peut déjà causer chez
de liquide. tension continue entre les deux pôles l’homme des maladies de la peau, de la
de batterie. Même si avec une cellule langue et de l’estomac, des affections
Lithium-métal : les batteries pri- intacte et entièrement encapsulée la hépatiques, cardiaques et rénales et
maires lithium-métal comportent probabilité que le corps d’électrode des tumeurs cancéreuses. L’inhalation
des risques potentiels qui pro- interne (lithium) entre en contact avec de composés du nickel est associée à
viennent principalement de l’emploi l’eau soit très faible, la seule tension de un risque accru de cancer pour les car-
du lithium-métal. Le lithium est hau- l’électrode entre les deux pôles de cel- cinomes de la langue et les voies respi-
tement réactif et est enclin à de vio- lule peut suffire à décomposer les élé- ratoires supérieures.
lentes réactions auto-catalytiques. En ments constitutifs de l’eau (réaction de
outre, le lithium possède une tem- décomposition d’Hoffmann). Chacun Composants combustibles : les ma-
pérature de fusion comparativement se souvient de ses cours de chimie à tériaux ou les différents composants
basse (181 °C), le lithium fondu pou- l’école où l’on plongeait au cours d’une utilisés dans les batteries au lithium
vant entraîner des états incontrôlés simple expérience de laboratoire des sont en partie combustibles et facile-
dans le corps de la batterie. Si la tem- piles usuelles dans un récipient d’eau ment inflammables. Au seul regard des
pérature locale dépasse le point de salée pour démontrer ensuite la forma- paramètres techniques de protection
fusion du lithium, par exemple suite tion d’hydrogène gazeux avec l’échan- contre les incendies, tels que le point
à un défaut technique, des réactions tillon de gaz détonant. Si l’on applique d’éclair, la température d’inflammation
« explosives » du métal peuvent se dans la pratique les connaissances et les valeurs calorifiques, les maté-
produire avec l’électrolyte. issues de l’expérience en laboratoire, riaux d’électrolyte utilisés indiquent
il existe – lorsque les piles ou les bat- une charge d’incendie élevée. Le li-
Hydrogène (danger gaz détonant) : teries chargées sont complètement quide électrolytique est composé très
le contact avec l’eau notamment (par recouvertes d’eau d’extinction ou rin- souvent d’un mélange de solvants
ex. eau d’extinction) représente un cées avec l’eau d’extinction s’écoulant organiques combustibles et d’un sel
autre danger du lithium-métal. Les dans un bassin collecteur - le risque conducteur. Les solvants organiques
éléments de la molécule d’eau (H2O) de formation d’hydrogène gazeux et utilisés dans les batteries au lithium
sont immédiatement décomposés ici donc d’une explosion de gaz détonant sont en général facilement inflam-
par la réactivité élevée du métal al- à cause de la tension continue entre les mables et peuvent former des mé-
calin qui peut entraîner la formation pôles de batterie. langes explosifs avec l’air.
d’hydrogène gazeux (H2). Comme les
mélanges hydrogène/air sont inflam- Graphite : l’emballement thermique Sel conducteur hexafluorophos-
mables dans une proportion très large de grands types de cellule provoque phate de lithium (LiPF6) : en raison
(4 à 75 % du vol. de H2 dans l’air) et en partie une libération importante de de l’utilisation de composés fluo-
qu’ils n’ont besoin en plus que d’une graphite. D’une part, il existe ici, no- rés et/ou phosphorés (par ex. le sel
très faible énergie d’allumage, de tamment dans des pièces, un risque conducteur hexafluorophosphate de
faibles décharges électrostatiques ou d’explosion de poussière de graphite lithium (LiPF6) principalement utilisé),
des étincelles électriques (par ex. in- et d’autre part une contamination de la des substances gazeuses peuvent
terrupteur d’éclairage) suffisent déjà pièce avec de la poussière de graphite être libérées de manière non spéci-
comme source d’inflammation pour conductrice et la détérioration des ap- fique en cas d’incendie et représen-
déclencher une explosion de gaz dé- pareils électriques et électroniques en ter un risque important pour les per-
tonant. raison de courts-circuits. sonnes et l’environnement en tant

Version 1 – Julliet / 2016  13


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

que substances toxiques dans la fu- monaires graves, troubles du métabo- Autres composés toxiques : à partir
mée d’incendie. Comme ce compo- lisme, du système cardio-vasculaire et d’éléments phosphorés, des compo-
sé est fortement hygroscopique, une du système nerveux, lésion osseuse). sés d’hydrogène phosphoré peuvent
réaction chimique a lieu déjà dans les L’acide fluorhydrique est un poison de se former (par ex. phosphine), qui sont
traces d’eau (entrée d’humidité de l’air contact fort dont la dangerosité est par- classés comme toxiques et dangereux
lorsque le corps cellulaire éclate) avec ticulièrement critique à classer parque pour l’eau. La phosphine peut être ab-
la création d’acide fluorhydrique (HF) qu’il est immédiatement absorbé par sorbée par inhalation et irrite fortement
et d’acide phosphorique (H3PO4). la peau. Des brûlures des couches pro- les voies respiratoires. L’apparition d’un
fondes de l’épiderme et même des os œdème pulmonaire toxique peut être la
L’acide phosphorique (H3PO4) est for- sont possibles sans que la peau ait une conséquence la plus grave.
tement hygroscopique et possède un blessure extérieure visible.
effet irritant et corrosif sur les yeux, les Risques spécifiques liés aux per-
voies respiratoires et la peau. Une ab- En cas de feux de batteries lithium-ion, sonnes malgré les détecteurs d’in-
sorption orale entraîne des lésions du l’acide fluorhydrique peut déjà causer cendie : des substances toxiques plus
tractus gastro-intestinal. un risque critique avec des dimensions lourdes que l’air (par ex. vapeurs d’élec-
courantes (par ex. ordinateur portable). trolyte et de solvants, chlorure d’hy-
Le fluorure d’hydrogène/acide fluo- Toutefois, seule une mesure de l’acide drogène des tuyaux en PVC, dioxyde
rhydrique (HF) est un gaz incolore fluorhydrique sur place peut clarifier de carbone) ou des composants de
(odeur âcre, très toxique, corrosif, concrètement la situation. Après des fumée d’incendie ou de décomposi-
fortement hygroscopique) qui cause incendies dans lesquels des batte- tion peuvent être libérés en raison de
déjà des problèmes de santé à de très ries au lithium sont impliquées, des batteries au lithium endommagées
faibles concentrations (1,4 ppm) ou concentrations élevées d’acide fluo- aussi bien au stade de l’incendie qu’au
des atteintes graves ou permanentes rhydrique peuvent apparaître dans la départ de feu. Les éléments lourds
(valeur IDLH : 30 ppm). L’acide fluorhy- fumée et des contaminations sur des peuvent s’accumuler dans le sol et ne
drique se forme en réaction avec l’eau parties du bâtiment et des installations sont pas détectés par les détecteurs de
(par ex. eau d’extinction) : effet corro- (même si celles-ci ne sont pas direc- fumée optiques au plafond.
sif et irritant sur les muqueuses et la tement concernées par l’incendie) ne
peau, risque de lésions oculaires et pul- sont pas à exclure.

14 Version 1 – Julliet / 2016


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

2.4 Risques électriques

Tension électrique : une tension élec- de maintenance, notamment pour les De telles intensités de courant en-
trique continue est réglée entre les équipes de secours. traînent immédiatement une hausse
pôles d’une batterie. C’est pourquoi, de la température locale et un risque
les batteries à haute tension peuvent Courant électrique : les systèmes de d’incendie. Les puissances électriques
représenter un danger pour les per- batterie doivent fournir à court terme élevées provoquent des surchauffes
sonnes. Les tensions nominales éle- des courants élevés de plusieurs cen- qui peuvent entraîner un emballement
vées (jusqu’à 800 V) requises pour taines d’ampères pour l’application thermique incontrôlable. Le point par-
les véhicules électriques peuvent cau- dans les véhicules électriques. Le ticulièrement critique est que la résis-
ser un choc électrique au contact (re- risque lié au courant électrique réside tance de passage continue à augmenter
marque : des tensions continues de dans la formation d’arcs (par ex. en cas avec l’échauffement. Cela entraîne de
120 V sont déjà mortelles !). de coupure de ligne) et dans la sur- nouveau une hausse supplémentaire
charge ou les courts-circuits. En cas de la température, ce qui augmente
Sur un véhicule électrique accidenté, de court-circuit dans le système haute de nouveau la résistance de passage,
les équipes de secours ne savent pas tension avec les batteries lithium-ion et ainsi de suite. A la suite de cet effet
souvent où débrancher le système actuelles, des courants de 6000 A et domino, les températures élevées for-
électrique ou quels câbles passer. plus peuvent monter ici en quelques mées peuvent provoquer la fusion des
Comme les accumulateurs haute ten- millisecondes (remarque : des inten- différents composants de la cellule (par
sion ne peuvent pas être arrêtés faci- sités de courant de 50 mA sont déjà ex. séparateurs, électrodes) et causer
lement à l’aide d’un interrupteur d’arrêt mortelles !). de nouveau des courts-circuits, puis un
d’urgence, la haute tension représente développement du feu.
un certain danger pour le personnel

2.5 Causes des feux de batterie

Mauvaise manipulation : les situa- Détérioration mécanique : les dété- Court-circuit interne dû à une erreur
tions dangereuses résultent notam- riorations mécaniques des batteries de la cellule ou d’un crash : les erreurs
ment d’une mauvaise manipulation et font courir le risque de courts-circuits de fabrication des cellules au lithium
d’une utilisation incorrecte. Les dété- internes et d’incendie. Le boîtier peut sont une des causes principales des
riorations mécaniques (par ex. suite à être endommagé à cause d’une erreur courts-circuits internes. Si par exemple
un choc, une chute, un écrasement, de fabrication (par ex. assemblage in- des particules métalliques ou diverses
etc.), les erreurs électriques (par ex. correct des différents composants), saletés conductrices sont enfermées
suite à un court-circuit, une surcharge, d’une surcharge mécanique ou d’une entre le séparateur et l’électrode durant
etc.) ou les effets thermiques (par ex. surpression dans la cellule. La surpres- la fabrication, un endommagement local
rayonnement thermique extérieur, etc.) sion se forme en général suite à une de la feuille du séparateur peut se pro-
peuvent entraîner un écoulement de surchauffe de la cellule, ce qui peut duire lors d’une utilisation ultérieure et
l’électrolyte, des réactions de surpres- être la conséquence d’un bourrage, causer un court-circuit interne. En raison
sion avec soufflage des produits de ré- d’un court-circuit ou d’une surcharge. du fameux « effet de mailles filées », les
action gazeux, des départs de feu ou petits dommages du séparateur, micros-
un violent éclatement. La surcharge Charge thermique secondaire : la copiques au début, peuvent s’agrandir
d’une batterie lithium-ion peut entraî- charge thermique externe (par ex. au fil des jours ou des semaines pour
ner par exemple une décomposition suite à un rayonnement thermique en devenir de larges fissures dans le ma-
cathodique en libérant de forts agents cas d’incendie) peut entraîner sur des tériau en feuilles, la hausse d’abord in-
oxydants avec la réaction fortement batteries au lithium la fonte des diffé- signifiante (car limitée localement), puis
exothermique de l’électrolyte qui en rents composants (par ex. séparateurs) quasi exponentielle, de la température
résulte. L’emballement thermique peut et ainsi un court-circuit qui peut causer due au court-circuit pouvant évoluer
être causé à l’intérieur de la cellule facilement un incendie. vers un emballement de la cellule. Sur
lithium-ion : des gaz chauds se déve- ce point, les courts-circuits internes
loppent lors de « l’emballement de la Court-circuit externe : peut arriver restent généralement inaperçus dans
batterie », lesquels entraînent l’ouver- lorsqu’il y a (par ex. en raison d’un objet la pratique quotidienne et causent de
ture de la cellule et l’éjection de ses métallique) un contact polaire des deux brusques incendies uniquement après
composants éventuellement brûlants. côtés. un usage prolongé.

Version 1 – Julliet / 2016  15


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

Surcharge : une cellule ou une batte- Sur-décharge ou décharge pro- pillaire et qu’après plusieurs jours cela
rie est chargée à l’aide de la tension de fonde  : lors d’une sur-décharge ou entraîne également des courts-circuits
fin de charge spécifiée par le fabricant. d’une décharge profonde, la cellule internes et finalement un emballement
La cellule entièrement chargée ne peut ou la batterie continue d’être déchar- thermique de la batterie.
plus stocker l’énergie fournie en plus gée, bien que la tension de fin de
par la prise de courant, la surcharge décharge spécifiée par le fabricant Batteries lithium-ion et chargeurs
entraîne par conséquent un échauf- ait été atteinte. Ce faisant, le liquide de contrefaçon : certaines entreprises
fement de la cellule ou de la batterie. électrolytique se décompose de façon (notamment du segment électronique
Une évaporation du liquide électroly- irréversible. Lorsqu’une telle cellule de divertissement) mentionnent sur
tique organique et une désintégration lithium-ion déchargée profondément leurs sites Internet des avertissements
de la structure cristalline en couches est chargée, la quantité d’énergie four- concernant les batteries lithium-ion et
peuvent survenir à l’intérieur de la cel- nie ne peut plus être stockée en éner- les chargeurs de contrefaçon. Ils ex-
lule, entraînant la libération d’oxygène gie chimique en raison du manque de pliquent clairement que les produits ne
élémentaire (favorise l’incendie !) asso- liquide électrolytique et l’énergie de sont pas équipés d’éléments de sécu-
ciée à une forte réaction exothermique. charge est transformée en chaleur rité appropriés et que différents pro-
Ce processus peut causer un incen- blèmes peuvent survenir lors de leur
die en raison d’une forte hausse de la Défaut dans le circuit de refroidis- utilisation ou chargement : fort échauf-
température locale et, dans certaines sement (sur les grosses batteries) : fement inhabituel, éclatement et écou-
circonstances, également une réac- lorsque le refroidissement interne de lement de l’électrolyte, feu, blessures
tion de décharge explosive. En outre, la batterie est effectué (comme sur les de l’utilisateur, par ex. brûlures. Ils
un dépôt de lithium métallique peut se grosses batteries et les batteries de attirent en outre l’attention sur le fait
former sur l’anode (appelé « placage du véhicules habituelles) avec un réfrigé- qu’aucune responsabilité ne pourra
lithium »). De fines petites aiguilles de rant à base d’un mélange glycol/eau, être assumée en cas de dysfonctionne-
lithium, appelées « dendrites » peuvent il existe en cas de défaut du circuit de ments ou d’accidents occasionnés par
se former ensuite, qui transpercent fa- refroidissement et de fuite du réfrigé- l’utilisation de batteries lithium-ion ou
cilement le séparateur en plastique et rant le risque que le réfrigérant monte de chargeurs non originaux (y compris
peuvent causer un court-circuit interne. entre les cellules en raison de l’effet ca- les produits de contrefaçon).

16 Version 1 – Julliet / 2016


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

3 PREMIERS SECOURS SUR PLACE :


SAPEURS-POMPIERS ET
SERVICES DE SAUVETAGE
Les sapeurs-pompiers doivent se piers sont exposés à des dangers bien
protéger d’une part contre l’incendie spécifiques en raison des tensions éle-
lui-même et en cas de feu de batte- vées.
ries au lithium contre les substances
chimiques (intervention C). Lors du C’est pourquoi, les exigences particu-
sauvetage des personnes et de la ré- lières en matière d’équipement de pro-
cupération des véhicules électriques et tection individuelle des forces d’inter-
hybrides accidentés, les sapeurs-pom- vention sont très importantes

3.1 Risque provenant d’un accumulateur d’énergie haute tension après un accident

Les batteries dans les véhicules élec- électrique si le système électronique nn Les câbles haute tension sont sou-
triques et hybrides sont montées en a réellement coupé tous les pôles de vent posés dans les longerons et les
principe isolées des pièces de la car- la batterie. C’est pourquoi, les câbles supports du soubassement du véhi-
rosserie. En cas d’endommagement et les composants de l’électronique cule. Une précaution particulière est
de l’isolation (par ex. crash), celle-ci de puissance pourraient être encore de mise lors des travaux avec des
peut néanmoins être percée et les sous tension. Les câbles sous tension appareils de sauvetage hydrauliques.
pièces du véhicule peuvent être sous sont reconnaissables à leur couleur nn Une décharge électrique des accumu-
tension. En cas de détérioration de la orange, mais leur emplacement pré- lateurs d’énergie haute tension sur le
batterie ou des câbles conducteurs et cis dans le véhicule n’est pas connu. lieu d’accident n’est pas faisable.
des composants, des arcs électriques A cet égard, les systèmes haute ten- nn L’état de l’accumulateur d’énergie
peuvent se former et causer un feu de sion dotés de batteries lithium-ion haute tension doit être continuelle-
batterie ou incendie du véhicule. comportent un risque supplémentaire ment surveillé (développement de
en raison des chocs électriques, des fumée).
Bien qu’il y ait en général dans les vé- courts-circuits et des arcs électriques nn L’accumulateur d’énergie haute ten-
hicules, par ex. lors d’un crash, une parasites. C’est pourquoi, un EPI est sion ne doit pas être touché.
coupure de tous les pôles de la bat- nécessaire ici : gants d’électricien, nn Il est recommandé de demander un
terie et donc une mise hors tension casques isolants avec visière pour électricien spécialisé dans les sys-
du véhicule et des câbles de la ten- protéger des arcs électriques, outils tèmes haute tension via le centre de
sion électrique, on ne peut jamais être isolants, toile pour recouvrir les pièces contrôle compétent afin d’évaluer
sûr en cas d’accident d’un véhicule sous tension. concrètement les risques et déter-
miner la procédure à suivre.

Version 1 – Julliet / 2016  17


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

3.2 Risques d’incendie

Scénarios d’incendie sique eau est principalement utilisé en Face à l’énorme énergie thermique
cas d’intervention des pompiers. à laquelle il faut s’attendre en cas de
En cas de charge thermique, les cel- feux de batteries au lithium et au regard
lules au lithium sont enclines à un al- L’utilisation le plus tôt possible d’eau des problèmes de l’application pratique
lumage « explosif » avec un « effet de en grandes quantités agit notamment dans un scénario d’incendie avancé
fusée » (semblable aux aérosols). Pour grâce à l’effet de refroidissement d’une (comment répartit-on l’agent d’extinc-
éviter des incendies secondaires et des réaction nettement ralentie et donc sur tion en recouvrant les surfaces sur le
dommages collatéraux, des mesures le développement du feu également. En lieu d’incendie ?), l’utilisation de poudre
appropriées doivent être prises pour outre, les gaz de fumées toxiques sont pour feux de métaux ou de sable se
protéger les zones avoisinantes. déposés. L’extinction avec de l’eau fait limite uniquement à des départs de
que toutes les cellules endommagées, feux plus petits. Pour des scénarios
Lors d’un incendie de véhicules élec- dont le boîtier est ouvert, sont déchar- de sinistres plus importants, la poudre
triques/hybrides, tout comme pour les gées lentement et définitivement au pour feux de métaux ou le sable appa-
véhicules conventionnels, une fumée contact de l’eau. raît comme un moyen peu adapté. La
nocive pour la santé se forme en raison même chose vaut pour la poudre d’ex-
des matériaux combustibles, par ex. Pour les feux de batteries au lithium, il tinction ABC.
plastiques. Les accumulateurs d’éner- faut prévoir des besoins en eau d’ex-
gie haute tension ainsi que leurs diffé- tinction nettement supérieurs à ceux Agents d’extinction refoulant l’oxy-
rentes cellules disposent de dispositifs utilisés pour lutter contre les feux clas- gène : l’utilisation d’agents d’extinc-
de sécurité mécaniques qui s’ouvrent siques. Ce faisant, il faut tenir compte tion gazeux refoulant l’oxygène (par
par ex. en cas de hausse de la tempé- qu’un refroidissement direct des cel- ex. gaz d’extinction CO2) étouffe en
rature et de la pression dues à un in- lules n’est pas possible en raison des effet l’incendie et réduit l’énergie libé-
cendie et permettent ainsi un dégazage enveloppes solides des batteries. Ce rée, mais ils n’ont pas d’effet de refroi-
ciblé et une décompression. qui entraîne une nouvelle hausse des dissement. Celui-ci détermine néan-
besoins en eau. moins, notamment en cas de feux de
Comme pour les véhicules convention- batteries au lithium, grandement la
nels accidentés, les risques résiduels La formation d’hydrogène doit être prise réussite de l’extinction (ou l’échec).
de départ de feu à un moment ultérieur en compte. L’hydrogène peut former le L’effet de refoulement de l’oxygène
après l’accident ne sont pas à exclure, cas échéant avec l’air environnant des doit également être relativisé sur les
cela vaut particulièrement pour les ac- mélanges inflammables et brûler brus- batteries au lithium. L’oxygène libéré
cumulateurs d’énergie haute tension quement. Les mélanges hydrogène/air de la cellule même à partir de la désin-
endommagés. sont inflammables dans une très large tégration du matériau actif cathodique
proportion (4 à 77 % du vol. de H2 dans en cas d’incendie permet une oxyda-
Moyens d’extinction l’air et nécessitent une très faible éner- tion partielle (= combustion continue),
gie d’allumage si bien que de faibles dé- même sans oxygène de l’air extérieur.
Pour lutter contre les incendies, les charges électrostatiques suffisent déjà L’utilisation de gaz d’extinction est par
poudres d’extinction pour feux de mé- comme source d’inflammation. conséquent peu appropriée du point
taux, les agents d’extinction refoulant de vue de la technique de protection
l’oxygène ou les mélanges de ten- Poudre pour feux de métaux / sable  : incendie.
sioactifs sont recommandés en plus l’effet d’extinction avec la poudre pour
du moyen d’extinction classique eau en feux de métaux ou le sable est basée Additifs d’extinction : en utilisant dif-
cas de feux de batterie au lithium. de prime abord sur le principe de la sé- férents additifs (par ex. sels de calcium,
paration de l’alimentation en oxygène agents gélifiants, agents de gonfle-
Eau : lors d’un feu de batterie au lithium, en recouvrant le produit incendié. Ces ment, composés tensioactifs, etc.) pour
des quantités de chaleur extrême sont moyens d‘extinction n’ont cependant l’eau d‘extinction, certains fabricants
libérées à cause de l’énorme teneur en aucun effet de refroidissement si bien essaient de relever les défis d’une at-
énergie. En tenant compte de la charge qu’en cas d’incendie l’énergie ther- taque d’incendie réelle sur les batteries
calorifique élevée des batteries au mique libérée ne peut pas être com- au lithium. Le fait est que les additifs
lithium et de l’énergie thermique libérée battue de façon efficace. En outre, en peuvent augmenter le transfert de cha-
en cas d’incendie, l’excellente capacité retirant la couverture de l’agent d’ex- leur sur l’agent d’extinction et l’utilisa-
d’absorption de la chaleur de l’eau four- tinction subsiste le risque qu’une forte tion d’additifs appropriés peut aider à
nit une contribution efficace à la lutte déflagration se produise à cause de réduire les besoins en eau et à accélé-
contre le feu. L’agent d’extinction clas- l’oxygène de nouveau disponible. rer l’extinction.

18 Version 1 – Julliet / 2016


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

De récentes études avec des additifs tats comparables. Les agents mous- tion par rapport aux agents moussants
spéciaux ont donné certes à titre indi- sants polyvalents n’ont toutefois pas polyvalents classiques est cependant à
viduel de bons résultats d’extinction. été utilisés pour les essais d’extinction peine possible pour les raisons décrites
Les essais d’extinction superposés superposés. ci-dessus. Les présentations de produit
ont été effectués cependant avec dif- de ces agents d’extinction « nouveaux »
férents types de lance à incendie et L’extinction d’un incendie est par consé- n’offrent donc par rapport aux agents
différents débits et sont par consé- quent tout à fait possible avec certains moussants polyvalents classiques (net-
quent difficilement comparables. Les additifs (ceux-ci sont donc en principe tement moins chers) aucun avantage
agents moussants polyvalents clas- appropriés ou non nocifs), une évalua- objectivement valable (et sérieusement
siques présentent en outre des résul- tion objective de ces additifs d’extinc- défendable).

3.3 Risques chimiques

nn Concernant les incendies, notam- d’extinction, mais peuvent être nn C’est pourquoi, il faut toujours porter
ment des véhicules modernes, le contenus à fortes concentrations un appareil respiratoire autonome.
problème principal réside dans le dans la fumée d’incendie. Les élec- Les vêtements de protection selon
fait que les quantités de fumée et trolytes qui s’écoulent de l’accumu- EN 469 offrent en plus d’une protec-
d’énergie libérées ont considérable- lateur d’énergie haute tension sont tion thermique une certaine protec-
ment augmenté en raison des maté- en général irritants ou corrosifs. Le tion contre les acides afin d’éviter
riaux utilisés entre-temps. contact avec la peau et l’inhalation toute contamination de la peau.
nn Les acides et les métaux lourds qui des vapeurs doivent absolument nn Des liants classiques doivent être
peuvent apparaître dans les feux être évités. utilisés pour absorber les fuites.
de véhicules sont dilués par l’eau

3.4 Procédures sur le lieu d’accident

nn Mettre hors tension : déconnecter nn Sécuriser contre tout réenclenche- nn Vérifier l’absence de tension : véri-
toutes les conduites sous tension. ment : conserver la clé de contact, fier l’absence de tension avec un
Couper le contact (débrancher aussi le connecteur Interlock et la fiche de testeur de tension homologué.
la batterie 12 V). coupure de maintenance dans un nn Mettre à la terre et court-circuiter.
nn Retirer le connecteur Interlock et la endroit sûr. nn Recouvrir les pièces sous tension.
fiche de coupure de maintenance
sur la batterie haute tension.

3.5 Indications complémentaires

nn Les véhicules électriques et hy- garés sans surveillance ou dans des La procédure de récupération est
brides n’émettent aucun bruit lors- halls fermés après utilisation. identique aux véhicules classiques.
qu’ils fonctionnent. Les véhicules nn Les batteries haute tension ou les En principe, il n’y a pas de danger
électriques peuvent donc se dépla- pièces endommagées sont consi- supplémentaire pour l’eau potable
cer à tout moment ‘en toute discré- dérées lors du transport comme par rapport aux véhicules conven-
tion’’ : sécuriser les véhicules contre une marchandise dangereuse et ne tionnels.
tout roulement. doivent donc être embarquées que nn Attention tensions jusqu’à 1.000 V
nn Les cellules endommagées (même par des spécialistes, transportées ! En raison des risques électriques,
chargées thermiquement) sont en- sur des véhicules ouverts et être les principes de lutte contre les in-
clines à une infllammation spon- stockées en plein air. cendies dans les installations élec-
tanée retardée (même après une nn Remontée du véhicule de l’eau : triques et les distances par rapport
attaque d’incendie réussie). C’est en principe, il n’y a aucun risque aux lances à incendie doivent être
pourquoi, les véhicules électriques accru de choc électrique dans l’eau respectés conformément à VDE
ou hybrides ne doivent JAMAIS être avec le système haute tension. 0132.

Version 1 – Julliet / 2016  19


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

4 PRÉVENTION CLASSIQUE
DES SINISTRES :
RÈGLES DE SÉCURITÉ GÉNÉRALES
ET MESURES DE PROTECTION
Concernant la manipulation et le stoc- dangers provenant des équipements concepts de protection tout à fait
kage des batteries au lithium au sein de et appareils techniques et de mettre conventionnels sont proposés dans
l’entreprise, les dispositions suivantes en œuvre les mesures de protection le domaine des batteries au lithium
s’appliquent : l’exploitant est tenu qui en résultent. Ce raisonnement vaut avec des mesures classiques qui ont
d’après la loi sur la sécurité au travail également pour les batteries au lithium. fait leurs preuves lors de la fabrication,
(ArbSchG) et l’ordonnance sur la sécu- la manipulation et le stockage de ma-
rité des entreprises (BetrSichG) d’éva- Toutefois, dans le sens d’une pré- tières inflammables.
luer dans une analyse des risques les vention efficace des sinistres, des

4.1 Sécurité incendie dans les bâtiments

Pour protéger les installations de pro- d’au moins 20 mètres se sont imposés
duction et les zones de stockage de au niveau international. En plus de la séparation technique de
l’exposition aux matières inflammables, protection incendie des zones dans
la séparation spatiale et matérielle a fait Si des raisons techniques d’exploita- lesquelles les batteries au lithium sont
ses preuves comme mesure efficace tion n’autorisent pas une séparation fabriquées ou stockées, les risques
de prévention des sinistres. Par consé- spatiale ou matérielle des différentes potentiels peuvent être largement ré-
quent, il est recommandé d’autoriser le zones, les espaces libres suffisam- duits par le blindage de chaque batte-
stockage et la manipulation des batte- ment dimensionnés et les distances rie ou lot de production (cassettes ou
ries au lithium exclusivement dans des de sécurité d’au moins 2,5 m à l’in- conteneurs en matériau non combus-
zones séparées résistantes au feu ou térieur d’un compartiment coupe-feu tible). Cependant, cette solution est
en garantissant une distance de sécurité doivent être pris en compte comme souvent difficilement applicable dans
convenable. Sur la base des expériences exigence minimale en matière de pro- la pratique.
en matière de sinistres, un standard de tection incendie, en les associant aux
90 minutes de résistance au feu (paroi mesures de protection organisation-
coupe-feu) ou une distance de sécurité nelles et techniques supplémentaires.

20 Version 1 – Julliet / 2016


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

4.2 Mesures de protection organisationnelles

Comme le risque d’un incendie est à Afin d’empêcher un court-circuit in- nelle n’ont qu’une efficacité limitée et
attribuer de prime abord à une mau- terne en raison de l’endommagement sont donc moins adaptés.
vaise manipulation ou utilisation et ra- des surfaces de l’électrode ou des
rement à des erreurs techniques, une matériaux du séparateur, il convient Si les batteries au lithium doivent
importance particulière revient à la pré- d’éviter toute détérioration mécanique être préparées sur les sites de pro-
vention organisationnelle des sinistres. des composants de la cellule par un duction, il convient de veiller à ce que
Notamment la formation des employés choc, un coup ou un écrasement. Les le nombre de batteries soit limité au
concernant un maniement correct (si- produits endommagés (même avec de minimum nécessaire (« besoins jour-
milaire aux matières dangereuses) et la tout petits dégâts) doivent être immé- naliers »). Dans la zone des aires de
mise à disposition d’instructions d’ex- diatement éliminés dans les règles. préparation et des lieux de transforma-
ploitation spécifiques représentent une tion, des extincteurs supplémentaires
exigence essentielle. Dans le sens d’une réduction des prin- doivent être mis à disposition (veiller
cipaux dangers, le stockage séparé doit à des extincteurs appropriés). Les
Des mesures de précaution simples, être garanti ou le stockage mélangé à espaces libres de 2,5 m autour des
comme par exemple la prévention effi- d’autres produits et matières doit être aires de préparation forment une pro-
cace d’un court-circuit sur les pôles de suspendu. tection efficace contre la propagation
batterie en utilisant des capuchons, la des incendies. L’utilisation d’armoires
prévention du rayonnement thermique Les extincteurs manuels avec de la de stockage/conteneurs résistants au
dû aux chauffages et aux rayons du poudre d’extinction spéciale (classe D) feu est le mieux. Si des installations
soleil en choisissant des lieux de stoc- ont fait leurs preuves pour une réac- d’extinction sont présentes dans les
kage adaptés ainsi que le dégagement tion rapide à des petits départs de feu. zones concernées, vérifier si l’instal-
des purges de sécurité et la pose de Ceux-ci ne sont cependant efficaces lation concernée (y compris le moyen
tableaux d’indication pour l’alignement que dans la première phase de départs d’extinction utilisé) est prévue pour
correct des cellules de batterie dans le de feu plus petits en associant juste l’aggravation des risques en raison de
dépôt sont des mesures de prévention quelques cellules. Les extincteurs ma- batteries au lithium et peut lutter effi-
des sinistres simples à effectuer et en nuels au dioxyde de carbone (CO2) ou à cacement contre un feu de batteries
même temps efficaces. la poudre sèche chimique convention- au lithium.

4.3 Systèmes de sécurité techniques de l’installation

Concernant les mesures de protection montré que des quantités de chaleur ex- Chaque domaine d’application des
incendie techniques de installations (ins- trême sont libérées lors des incendies, batteries au lithium a ses propres
tallations d’extinction) relatives à la ma- notamment à cause de l’énorme teneur exigences. L’analyse des risques au
nipulation ou au stockage des batteries en énergie. La protection incendie tech- cas par cas reste donc jusqu’à nouvel
au lithium, il n’existe actuellement en ce nique des installations se trouve devant ordre inévitable pour la recherche de
qui concerne l’efficacité des concepts de grands défis, notamment là où la concepts de protection appropriés. La
de protection techniques et la réalité des technique classique d’extinction à l’eau manipulation ou le stockage des bat-
solutions techniques de l’installation que (par ex. installations sprinklers) est déjà teries au lithium exige par conséquent
peu de connaissances fiables et aucun mise en œuvre. Sont particulièrement des solutions sur mesure qui corres-
concept standardisé. Malgré des risques visés ici les entrepôts mixtes (par ex. en- pondent de façon ciblée à un certain
potentiels manifestes, aucun concept trepôt logistique, entrepôt central, etc.), scénario d’application.
d’installation d’extinction n’a pu s’im- où des batteries au lithium peuvent être
poser jusqu’à présent en tant que stan- stockées (« tenue de stock aléatoire ») En plus des installations d’extinction
dard établi. II n’est par conséquent pas à côté de marchandises traditionnelles. automatiques, les conditions limites
possible de recommander de manière La technique d’extinction classique est au niveau des bâtiments et de l’orga-
sérieuse et exclusive un certain concept. souvent dépassée et ne peut pas lutter nisation doivent toujours être considé-
efficacement contre un feu de batterie. rées dans leur globalité. Une analyse
Les expériences avec des feux de bat- Le risque de retour de flammes pose individuelle est nécessaire pour des
terie en utilisant la technique d’extinc- également de hautes exigences en ma- concepts de protection efficaces avec
tion classique (installations sprinklers, tière de protection incendie de la tech- des installations sprinklers.
installations d’extinction à gaz, etc.) ont nique des installations.

Version 1 – Julliet / 2016  21


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

Détection incendie En outre, des exigences particulières en principe positivement. Cependant,


sont posées en matière de technique seule une faible quantité d’énergie
Dans les zones où sont stockées ou uti- de ventilation, en raison des éléments thermique peut être évacuée avec les
lisées les batteries au lithium, une dé- spécifiquement lourds par rapport à l’air volumes de rinçage habituellement
tection précoce des incendies couvrant : avec des gaz spécifiquement lourds, utilisés.
toutes les surfaces est une priorité ab- il faut aspirer au niveau du sol de l’en-
solue. En tant qu’exigence minimale, trepôt, avec l’air entrant par le haut, et Si l’on considère l’énorme libération de
il convient de s’assurer que toutes les avec des gaz spécifiquement légers, il chaleur occasionnée par un feu de batte-
zones dans lesquelles on manie des faut aspirer au niveau du toit, avec l’air rie au lithium, un tel concept semble peu
batteries au lithium sont surveillées entrant par le bas. L’air sortant/entrant adapté en raison de la liaison thermique
en couvrant toutes les surfaces par un doit être réversible. Le problème est limitée comme dispositif d’extinction.
système de détection incendie avec que l’on ne peut pas aspirer directe-
transmission automatique d’alarme à ment sur le lieu de formation, mais uni- Inertisation permanente
un centre occupé en permanence. quement au niveau du sol ou du toit le
cas échéant. Dans le pire des cas, les Lorsque des installations d’extinction
Pour lutter sur place de façon ciblée matières nocives sont aspirées dans ne sont pas prises en compte pour des
contre les incendies, par ex. avec des tout l’entrepôt avec les dépôts et les raisons économiques ou que d’autres
pompiers, une détection locale précise contaminations correspondantes. Ce raisons empêchent l’utilisation d’une
de l’incendie dans l’entrepôt est néces- risque peut être réduit en formant des installation d’extinction à eau, les
saire. La détection ciblée de l’incendie compartiments coupe-feu appropriés. concepts de prévention des sinistres
est rendue difficile par les conditions de doivent se concentrer sur la prévention
ventilation dans l’entrepôt, de même Installations d’extinction à l’eau de tout départ de feu. A cet égard, la
que par la circulation des transstockeurs. technologie de réduction de l’oxygène
L’eau aide à limiter les effets des feux offre des solutions très prometteuses.
Pour évaluer la détection incendie, les de batterie au lithium et à contrôler
produits de décomposition doivent l’incendie. La projection d’eau réduit la Le concept d’une inertisation perma-
d’une part être analysés avec différents propagation et l’intensité de l’incendie nente avec l’injection d’azote offre en
scénarios de sinistres et la détection grâce à l’effet de refroidissement. Un principe une possibilité de restreindre
doit être adaptée dans l’entrepôt en déclenchement le plus tôt possible, le risque d’un départ de feu. L’injection
fonction des conditions d’aération. En une imprégnation complète et le refroi- contrôlée d’azote dans une zone proté-
cas de sinistres, on distingue deux cas : dissement du produit en feu entraînent gée permet d’abaisser la teneur en oxy-
nn Formation de fumées froides et de une réaction nettement ralentie des gène et d’éviter ainsi tout départ de feu
gaz de décomposition plus lourds batteries au lithium et du développe- d’origine externe dans l’environnement
que l’air (par ex. vapeurs d’électrolyte ment de l’incendie. des batteries.
et de solvants, chlorure d’hydrogène
des conduites en PVC, dioxyde de Les installations sprinklers ou à eau Toutefois, il convient de tenir compte
carbone) en cas de développement pulvérisée rapidement déclenchées que le matériau cathodique utilisé sur
supposé lent du scénario de sinistres. avec une projection d’eau élevée re- les batteries secondaires est composé
nn Formation de fumées d’incendie présentent une protection efficace. Là généralement d’oxydes métalliques
avec des composants plus légers où une installation d’extinction à eau qui peuvent libérer de l’oxygène lié
que l’air (par ex. monoxyde de car- classique (par ex. sprinkler) est trop chimiquement en cas d’incendie.
bone, fluorure d’hydrogène). lente ou dont le débit est insuffisant Cette formation d’oxygène supplé-
dans certains cas, la technologie de mentaire place le concept d’une iner-
Des exigences spéciales sont posées brouillard d’eau représente une solu- tisation permanente devant de grands
en matière de signalisation d’incen- tion possible. L’utilisation du brouillard défis. Il faut tenir compte également
dies. La détection doit se faire aussi d’eau permet d’assurer un effet d’ex- des exigences accrues en matière
bien dans la partie supérieure que dans tinction et de refroidissement fiable d’intégrité de la structure du bâtiment
la partie inférieure de l’entrepôt. Pour et d’empêcher en outre un retour de avec un concept de protection sur la
une détection incendie fiable, une dé- flammes. base d’une inertisation permanente. Il
tection au-dessus de la hauteur et de convient donc de vérifier dans chaque
la surface de l’entrepôt est nécessaire. Installations d’extinction à gaz cas si le concept d’une inertisation
Prévoir éventuellement en plus un sys- permanente est adapté à l’application
tème d’aspiration des fumées (RAS) ou Lors de l’utilisation de la technique concernée et si l’objectif de protection
un détecteur dans les conduits de ven- d’extinction avec des gaz liquéfiés (N2, peut être atteint avec cette technolo-
tilation pour l’air rejeté. CO2), l’effet d’inertisation se répercute gie.

22 Version 1 – Julliet / 2016


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

5 PRÉVENTION DES SINISTRES


EN FONCTION DES APPLICATIONS :
RÈGLES DE SÉCURITÉ ET MESURES DE
PROTECTION SPÉCIFIQUES AU PRODUIT
Les risques potentiels des batteries de protection et les règles de sécurité
au lithium sont déterminés d’un côté doivent donc s’orienter également en
par le produit lui-même et de l’autre fonction de ces paramètres.
par ses performances. Les mesures

5.1 Dispositifs de protection et de surveillance sur la cellule

L’utilisation de dispositifs de protection nn Utilisation de Safety Vent : point doit être évité. Les différentes cellules
et de surveillance ou le contrôle de de rupture théorique qui est activé présentent une dispersion de principe
l’état des cellules par des capteurs est en cas de pression de gaz interne et peuvent contenir une charge rési-
un critère de protection important : conséquente et qui permet un déga- duelle très diverse. Les différentes
nn Utilisation de résistances CTP ou zage contrôlé, empêchant ainsi tout cellules peuvent donc atteindre plus
de thermistors CTP (Coefficient de éclatement violent. tôt que d’autres la tension maximale
Température Positif) : composants durant le processus de chargement.
dont la résistance électrique est plus Le contrôle de l’état des cellules et Une surtension ou un arrêt prématu-
importante lorsque la température des processus de chargement et de ré du processus de chargement peut
augmente afin de limiter le courant déchargement grâce à la mesure de se produire sur certaines cellules. La
de charge ou de décharge. la tension des cellules, à la tempéra- cellule la plus faible détermine le com-
nn Utilisation du CID (Circuit Interrupt ture, au courant de la batterie, à l’état portement de l’ensemble du système
Device ou Current Interrupt Device) : de charge permet la déconnexion du de batterie. C’est pourquoi, une sur-
le contact électrique est interrompu système de batterie ou la coupure de veillance jusqu’au niveau des cellules
vers un des pôles en cas de pression chaque cellule en cas d’apparition de est nécessaire :
de gaz à l’intérieur de la cellule (par pannes relevant de la sécurité avec des
ex. suite à un début de surcharge et erreurs de l’utilisateur. Le système de La prévention des erreurs électriques
à une température en hausse). gestion de la batterie garantit que l’ac- et électroniques est associée notam-
nn Utilisation de séparateurs shut- cumulateur peut encore être utilisé de ment à la fonction de systèmes « intel-
down : séparateurs trois couches façon optimale avec des cellules vieil- ligents » pour la surveillance et la com-
qui perdent leur porosité en cas de lissantes, des capacités divergentes et mande des paramètres de la batterie.
montée de la température suite à des résistances internes (« cell balan-
la fusion partielle d’une couche et cing »). En chargeant un grand nombre
qui empêchent donc le passage du de cellules, le risque d‘une surcharge
courant. des différentes cellules par exemple

Version 1 – Julliet / 2016  23


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

5.2 Vélos électriques et pédélecs : exigences spéciales et mesures de sécurité

Contrairement aux stations de charge tibles (stationnement, chargement, à attendre au moins dix minutes
des véhicules électriques, les chargeurs etc.). Le chargement doit être ef- de façon à ce que l’accumulateur
des vélos électriques et des pédélecs fectué si possible dans un environ- s’adapte à la température ambiante.
ne sont pas adaptés pour une utilisa- nement dépourvu de charge calori- Risque d’incendie en cas de choc
tion dans tous les environnements. fique. thermique lors du chargement.
L’utilisation des chargeurs en cas de nn Ne pas charger les batteries sans nn Pour préserver l’accumulateur, les
températures extrêmes ou dans des surveillance, par ex. la nuit (surveil- cyclistes ne doivent pas le charger
environnements humides peut entraî- lance de préférence par un détec- à plus de 90 % et le décharger en
ner des états de fonctionnement dan- teur incendie). dessous de 10 %. En cas de non
gereux et un incendie. Le chargement nn Protéger les batteries contre le gel. utilisation des pédélecs durant une
de la batterie avec des chargeurs qui nn Les chargeurs ne doivent être utili- période prolongée, par ex. en hiver,
n’ont pas été homologués par le fabri- sés en général que dans un endroit éviter toute décharge profonde pour
cant peut causer également des états sec, par ex. la cave ou le garage, une charge d’entretien ou toute
de fonctionnement dangereux. Si des une utilisation en plein air n’est charge de soutien de la batterie.
matériaux combustibles se trouvent à permise que si les chargeurs sont nn Lors de l’achat, veiller toujours au
proximité des batteries ou des char- protégés de l’humidité par des marquage GS. Le label garantit que
geurs, un feu peut très vite prendre de conteneurs, des compartiments le fabricant a respecté toutes les
l’ampleur s’ils s’enflamment ou chauf- étanches, ou autres ou si cela est prescriptions de sécurité.
fent fortement. expressément autorisé par le fabri- nn Charger le vélo électrique unique-
cant (éviter cependant toute accu- ment avec l’appareil d’origine et uti-
Les exemples de sinistres au cours mulation de chaleur suite au char- liser des accus et des chargeurs de
desquels des vélos électriques ou des gement des batteries dans des box haute qualité.
pédélecs sont impliqués à l’origine ou des compartiments trop petits nn Ne pas effectuer de modifications
montrent en partie qu’aucune surveil- ou en raison de batteries ou char- techniques, ne pas manipuler no-
lance des batteries n’est assurée par geurs recouverts). tamment les dispositifs de sécurité.
un système de gestion de batterie nn Lors du chargement dans des es- nn Après une chute ou un accident faire
(BMS), notamment sur les vélos élec- paces clos, veiller notamment lors vérifier impérativement l‘accu. Les
triques de la classe de prix inférieure. du processus de chargement di- détériorations à l’intérieur peuvent
nn L’appareil ne doit pas se trouver à rectement après l’utilisation à des déclencher un incendie – même à
proximité de matériaux combus- températures extérieures froides une période ultérieure.

24 Version 1 – Julliet / 2016


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

5.3 Stockage : batteries et produits fonctionnant avec une batterie

Batteries au lithium Batteries au lithium bures aromatiques polycycliques (HAP)


de faible puissance de puissance élevée cancérigènes, du fluorure d’hydrogène
et des dépôts de métaux lourds se
En font partie toutes les batteries à une Les batteries de cette catégorie se forment entre autres. Concernant une
cellule et les petites batteries utilisées caractérisent par une puissance par- réutilisation sans risque pour la santé
principalement dans le domaine des or- ticulièrement élevée. Les domaines d’un bâtiment de stockage contaminé
dinateurs, multimédia, petits appareils d’utilisation connus actuellement sont par un incendie, une attention particu-
électriques et petits outils, etc. principalement la mobilité électrique lière doit y être apportée.
nn Pour les batteries de cette catégo- (automobiles) ainsi que les gros appa-
rie, aucune prescription de sécurité reils autonomes. Les simulations de grands incendies du
spéciale ne s’applique, dans la me- nn Les mesures relatives aux batteries secteur de l’assurance (FM Global et
sure où toutes les instructions du fa- au lithium de puissance moyenne prévention des sinistres VdS) ont mon-
bricant et les emplacements garan- s’appliquent aux batteries de puis- tré que l’utilisation de l’agent d’extinc-
tissant la sécurité sont respectés. sance élevée comme exigence mi- tion eau (en utilisant des additifs le cas
nn Pour les quantités stockées plus im- nimale. échéant) est adapté en général (bien
portantes (volume supérieur à 7 m3 nn Une analyse des risques au cas par qu’au sein d’étroites conditions-cadre).
ou palettes à plus de 6 euros), les cas doit être effectuée en plus.
indications concernant les batteries nn Les mesures de protection et les Pour protéger un entrepôt, une pro-
au lithium-de puissance moyenne concepts de protection incendie tection avec des buses de pulvérisa-
s’appliquent. doivent donc être adaptés de façon tion ou des sprinklers au plafond n’est
ciblée au cas par cas et avec des so- possible que dans une certaine limite
Batteries au lithium lutions individuelles (sur mesure) au en raison des supports de charge pré-
de puissance moyenne scénario d’application. vus avec une disposition relativement
étanche, car ceux-ci ne garantissent
Les batteries de cette catégorie sont Dans un entrepôt avec des batteries pas une projection d’eau suffisante
utilisées par ex. pour les vélos à mo- lithium-ion, on doit supposer en pre- dans les zones dissimulées de l’entre-
teur électrique (pédélec, vélo élec- mier lieu en cas d’incendie un feu cou- pôt. De petites sections d’extinction
trique), scooter électrique, Light Elec- vant avec une faible thermique et une doivent être formées si possible sur
tric Vehicle (LEV), outils de jardin plus faible libération d’énergie. une installation d’extinction afin de
grands, divers petits véhicules et simi- permettre une lutte précise et ciblée
laire, mais aussi comme modules pour En cas d’incendie d’une batterie lithium- contre les incendies et réduire les si-
la fabrication de batteries de puissance ion (par ex. court-circuit), des hydrocar- nistres liés à l’eau.
élevée.
nn Les batteries de puissance moyenne
doivent être stockées dans des lo-
caux séparés résistants au feu ou
dans des zones séparées avec un
espace suffisant (par ex. entrepôt de
matières dangereuses, conteneur).
nn Les stockages mixtes avec d’autres
produits ne sont pas autorisés. Classification Batterie lithium-métal Batterie lithium-ion
nn La zone de stockage doit être sur- (ONU 3090) (ONU 3480)
veillée par un système de détection Puissance
incendie approprié relié à un centre Faible Teneur totale en lithium ≤ 2 g ≤ 100 Wh par batterie
constamment occupé.
Moyenne Lithium > 2 g par batterie > 100 Wh par batterie
nn Pour les quantités stockées plus
et ≤ 12 kg brut par batterie et ≤ 12 kg brut par batterie
importantes (surface occupée > à
60 m2 et/ou hauteurs d’entrepôt > Élevée Lithium > 2 g par batterie Énergie nominale > 100 Wh
et > 12 kg brut par batterie et/ou > 12 kg brut par batterie
3 m), les indications concernant les
batteries au lithium de puissance
élevée s’appliquent.

Version 1 – Julliet / 2016  25


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

5.4 Transport : route, rail, eau, air


Mode Organisation / Réglementation
Les réglementations spéciales rela- de transport Accord
tives aux marchandises dangereuses
Transport UN Economic Commission Accord européen relatif au transport international
doivent être respectées en général par route for Europe (UNECE) des marchandises dangereuses par route (ADR)
pour chaque mode de transport. Les
Transport par Intergovernmental Orga- Regulations concerning the International Carriage
bases des prescriptions relatives aux
rail nization for International of Dangerous Goods by Rail (RID)
marchandises dangereuses sont élabo-
Carriage by Rail (OTIF)
rées et spécifiées dans le « Règlement
type de l’ONU » par une commission Transport International Civil Aviation ICAO Technical Instructions (TI)
aérien Organisation (ICAO)
internationale (United Nations Econo-
International Air Transport IATA Dangerous Good Regulations (DGR)
mic Commission for Europe (UNECE). Organisation (IATA)
Sur cette base, la mise en œuvre s’ef-
Transport International Maritime International Maritime Dangerous Goods (IMDG)
fectue aux conditions spécifiques des
maritime Organization (IMO)
modes de transport (route, rail, eau, air)
et selon la juridiction nationale. L’autori- Navigation UN Economic Commission Accord européen relatif au transport international
té compétente en matière de transport intérieure for Europe (UNECE) des marchandises dangereuses par voies de
navigation intérieures (ADN)
en Allemagne est l’Office fédéral de re-
cherche et d’essais sur les matériaux
(BAM).

Conformément aux prescriptions de Numéro ONU Désignation et description


transport des Nations Unies relatives 3480 BATTERIES LITHIUM-ION
aux marchandises dangereuses, toutes (y compris batteries lithium-ion-polymère)
les batteries lithium-métal et lithium-
3481 BATTERIES LITHIUM-ION EN ÉQUIPEMENTS ou
ion sont classées comme marchandise
BATTERIES LITHIUM-ION, AVEC ÉQUIPEMENTS EMBALLES
dangereuse de la classe 9 (produits et (y compris batteries lithium-ion-polymère)
objets dangereux).
3090 BATTERIES LITHIUM-MÉTAL
(y compris batteries en alliage de lithium)
Le transport des batteries au lithium est
soumis dans chaque cas à la législation 3091 BATTERIES LITHIUM-MÉTAL EN ÉQUIPEMENTS
Ou BATTERIES LITHIUM-MÉTAL, AVEC ÉQUIPEMENTS EMBALLES
sur les marchandises dangereuses.
(y compris batteries en alliage de lithium)
Les batteries lithium-métal ainsi que
les batteries lithium-ion sont classées
comme suit :

26 Version 1 – Julliet / 2016


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

Si les cellules lithium-métal présentent


une teneur en lithium supérieure à 1 g
ou les batteries lithium-métal plus de 2
g et si les cellules lithium-ion possèdent
une teneur en énergie nominale supé-
rieure à 20 Wh ou les batteries lithium-
ion plus de 100 Wh, le colis doit porter
le symbole de la classe de marchan-
dises dangereuses 9 (10 x 10 cm, sept
bandes noires sur fond contrasté)  :
9

Si ces valeurs limites ne sont pas dé-


passées, la batterie peut être transpor-
tée en étant exemptée de la disposition
spéciale ADR 188 ou IATA-DGR Packing
Instruction 965, section II, le colis doit
cependant porter l’étiquette de manu-
tention des batteries au lithium :

Version 1 – Julliet / 2016  27


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

Les preuves conformément au manuel Pour le transport aérien, les disposi-


de l’ONU Tests and Criteria, Part III, tions relatives au transport et à l’embal-
Section 38.3 sont une condition préa- lage de l’IATA ‚‘Dangerous Goods Re-
lable nécessaire à l’admission au trans- gulations‘‘ s’appliquent. A la différence
port des batteries au lithium : par ex. des autres directives ADR pour
la route, des dispositions supplémen-
nn Test 1 : simulation de hauteur (si- taires compliquées ou des divergences
mulation d’une chute de pression existent ici, non seulement dans
durant le transport aérien) chaque état, mais aussi auprès des dif-
nn Test 2 : essai thermique (change- férentes compagnies aériennes.
ments de température rapides et
extrêmes) Pour le transport des batteries
nn Test 3 : vibration (vibrations durant lithium-métal et lithium-ion dans les
le transport) bagages, on trouve par exemple dans
nn Test 4 : coup (simulation de chocs le Règlement relatif aux marchandises
possibles durant le transport) dangereuses (DGR) de l’IATA les indica-
nn Test 5 : court-circuit externe tions suivantes :
nn Test 6 : impact / écrasement (dété-
rioration mécanique)
nn Test 7 : surcharge
nn Test 8 : décharge forcée (décharge
profonde)

Permis Permis Permis si cela L’autorisa- Le comman-


dans les dans les est emporté tion de la dant de bord
ou comme ou comme avec soi pour compagnie doit être
bagages à bagages un usage aérienne est informé de la
main enregistrés personnel nécessaire position de
chargement
Fauteuils roulants ou autres moyens de déplacement NON OUI NON OUI NON
fonctionnant avec des batteries humides ou des batteries
au lithium (pour les détails, voir 2.3.2.3 et 2.3.2.4).
Moyens de déplacement fonctionnant avec des batteries OUI NON NON OUI OUI
lithium-ion (pliables). La batterie lithium-ion doit être
retirée et transportée dans la cabine (pour les détails,
voir 2.3.2.4(d)).
Équipement fonctionnant avec des batteries lithium-ion, avec OUI OUI OUI OUI NON
batteries de plus de 100 Wh, mais ne dépassant pas 160 Wh.
Batteries lithium-ion de rechange avec une énergie nominale OUI NON OUI OUI NON
supérieure à 100 Wh, mais ne dépassant pas 160 Wh
pour des appareils de l’électronique de divertissement.
Deux batteries de rechange maximum avec soi, exclusivement
dans les bagages à main. Ces batteries doivent être
sécurisées séparément contre tout court-circuit.
Toutes les batteries de rechange, y compris les cellules ou OUI NON OUI NON NON
les batteries lithium-métal ou lithium-ion, pour de tels
appareils électroniques portables, peuvent être transportées
uniquement dans les bagages à main. Ces batteries doivent
être sécurisées séparément contre tout court-circuit.

28 Version 1 – Julliet / 2016


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

Transport de batteries au lithium en- nn Y a-t-il des pièces en plastique fon- Si l’expert ne peut pas exclure que les
dommagées : le principe général est dues ou déformées ? cellules ou les batteries ne sont pas en-
que les batteries lithium-ion soupçon- nn Distingue-t-on des câbles de raccor- clines dans des conditions de transport
nées d’être défectueuses ou endom- dement fondus ? normales à un démontage rapide, à une
magées doivent être transportées de nn Le système de gestion de batterie réaction dangereuse, à la formation de
façon spéciale. Si une des questions (si présent) identifie-t-il des cellules flammes ou à des émissions dange-
suivantes est répondue par l’affirma- défectueuses ? reuses de gaz ou de vapeurs toxiques,
tive, les prescriptions de transport et irritants ou inflammables, elles devront
d’emballage relatives aux batteries dé- Les dangers, comme par exemple la être acheminées uniquement dans les
fectueuses s’appliquent : formation de gaz à l’intérieur du boîtier conditions fixées par l’autorité compé-
nn Les cellules de batterie pré- de batterie, ne sont bien souvent pas tente (Office fédéral de recherche et
sentent-elles un boîtier endommagé identifiables de l’extérieur. Un système d’essais sur les matériaux).
ou fortement déformé ? de batterie endommagé doit si possible
nn Du liquide s’échappe-t-il ? être déchargé lentement par un expert,
nn Y a-t-il une odeur bizarre de gaz ? déposé plusieurs jours et observé. Le
Une hausse mesurable de la tempé- mieux est de s’adresser au fabricant du
rature se produit-elle à l’arrêt ? système de batterie.

Version 1 – Julliet / 2016  29


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

5.5 Élimination : recyclage et gestion des déchets

Les consommateurs sont tenus d’ap- facilement mis en œuvre, les appa- tion (consommateur, transport, éli-
porter les batteries dans un centre de reils électriques usagés avec batte- mination, etc.).
collecte adapté dans un commerce ries intégrées placent la gestion des nn Autorités d’agrément : la protection
ou la commune. Il est interdit de les déchets devant de grands défis. Les des biens réels en tant que but de
jeter avec les ordures ménagères. appareils électriques et électroniques protection similaire doit être déter-
Cette directive s’applique à toutes les sont de plus en plus équipés de bat- minée en complément à la protec-
batteries, indépendamment de leur teries haute énergie performantes à tion des personnes et de l’environ-
type, de leur taille ou de leur applica- teneur en lithium en tant que source nement.
tion. Le taux de retour des batteries d’énergie primaire ou batterie d’ap- nn Logistique de la collecte : réforme
plomb-acide est supérieur à 95 % en point. Leur utilisation requiert des exi- de la logistique de collecte sans
Allemagne, le retour des batteries au gences de sécurité plus élevées lors transfert
lithium est par contre insuffisant. de la reprise des appareils usagés. Les nn Identification : marquage clair et
batteries sont ici souvent intégrées uniforme par les fabricants des
Les batteries lithium-ion usagées, non solidement dans les appareils. Les appareils dotés de batteries haute
endommagées (ONU 3480) et les bat- batteries à teneur en lithium des ap- énergie.
teries lithium-métal (ONU 3090) sont pareils électriques ont – surtout quand nn Information consommateur : indi-
reprises dans des conteneurs de col- elles sont endommagées – un risque cation sur les dangers et les pré-
lecte (entièrement déchargées et les d’incendie élevé. cautions nécessaires lors de l’éli-
pôles collés). Les grosses batteries mination des appareils et batteries
au lithium usagées (batteries haute A cet égard, de nombreux exemples concernés.
énergie : par ex. vélos électriques, d’incendies déclenchés par des bat- nn Chaîne d’élimination : le dernier
ordinateurs portables, visseuses sans teries au lithium existent aujourd’hui propriétaire doit en principe retirer
fil) pesant plus de 500 g doivent être dans les déchetteries. La plupart des les batteries de l’appareil électrique
recueillis séparément dans des conte- incidents graves se produisent lors du (si possible) et les adresser séparé-
neurs de collecte jaunes identifiables. transbordement et du stockage. Les ment à la collecte.
Pour les batteries haute énergie en- causes d’incendie sont multiples : nn Compagnies d’assurances : les por-
dommagées, des prescriptions de nn « Inflammation spontanée » lors du teurs de risques se focalisent de
transport particulières s’appliquent. déballage de nouveaux composants plus en plus sur le calcul des primes
superposés (avec des batteries au conformes aux risques (prime de si-
Les entreprises d‘élimination des dé- lithium). Cause : court-circuit dû à nistres) avec des concepts de cou-
chets doivent répondre à une série une manipulation incorrecte. verture spécifiques aux entreprises
de défis concernant la collecte, la ré- nn Feu dans les débris. Cause : « in- et exigent plus de responsabilité
introduction et le recyclage. Lors du flammation spontanée » après en- propre de la part des entreprises
contrôle visuel, on trouve des batteries dommagement (écrasement) de d’élimination des déchets (fran-
au lithium dans la livraison (identifica- composants électriques (avec bat- chises plus élevées).
tion et détection pas toujours faciles). teries au lithium) par le chargeur sur nn Transport : il ne doit pas y avoir de
Le stockage s’effectue en partie aus- roues « tolérance  » vis-à-vis des trans-
si dans les entreprises de traitement. nn Feu dans le broyeur. Cause : « in- ports qui seraient en fait des mar-
La répartition des matériaux en vrac flammation spontanée » après dé- chandises dangereuses et qui me-
est particulièrement problématique. chiquetage mécanique de compo- nacent réellement l’environnement
Risque d’incendie lors de la collecte, sants électriques (avec batteries au et la vie. Les fras ou les dépenses
du stockage et du recyclage de batte- lithium) supplémentaires ne sont pas des
ries usagées ou endommagées : nn Feu dans un collecteur. Cause : « In- arguments pertinents en cas de
nn Contacts non protégés, charge rési- flammation spontanée », aucune in- danger pour l’environnement et la
duelle, emballage défectueux fluence externe vie.
nn Transbordement avec chargeur sur nn Concepts de protection adéquats
roues et pince, déchiquetage dans Il en résulte une série d’exigences vis- avec mesures efficaces.
le broyeur à-vis de différents destinataires :
nn Qualification : sensibilisation et for- Lors de la recherche de concepts de
Même si pour les batteries qui ne sont mation sur les risques potentiels solution couronnés de succès pour
pas insérées dans des appareils, les particuliers des batteries au lithium les centres de collecte et les entre-
systèmes de collecte et les concepts pour les personnes intervenant prises de recyclage, il convient d’as-
de réintroduction peuvent être assez dans tous les processus d’élimina- pirer, au sens des concepts de pro-

30 Version 1 – Julliet / 2016


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

tection conformes aux risques, à une charge calorifique et une source d’in- incendies recouvrant la surface ain-
évaluation spécifique aux risques, flammation, la charge calorifique doit si que les dispositifs d’extinction
associée à des mesures réellement être limitée. Cela se fait de préférence automatiques sont des conditions
efficaces. A cet égard, les batteries par une séparation spatiale, une dis- obligatoires pour qu’un concept de
au lithium doivent dans le meilleur des position modulaire des installations et protection puisse vraiment fonc-
cas être déjà identifiées et triées lors par l’isolement des emplacements de tionner. Malgré cela, il convient de
de la livraison. Par conséquent, des stockage. Les mesures pour séparer s’assurer qu’une source d’eau d’ex-
contrôles sévères à l’entrée doivent les matériaux en vrac brûlants sont im- tinction aux dimensions suffisantes
être organisés lors de la livraison ainsi portantes. (quantité de stockage et puissance
qu’un tri continu sur la bande de triage de pompage) est disponible compte
avant le broyage. Comme les batteries nn Dans le sens d’une protection ef- tenu de l’énorme charge d’incendie
au lithium sont de la même façon une ficace, la détection précoce des dans les centres de collecte.

Version 1 – Julliet / 2016  31


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

6 Perspective

Le plan de développement national Mo- ront du tout au tout. Dans le sens de la du système de batterie est retiré de
bilité électrique qui prévoit que l’Alle- limitation des risques (et de la prévention la voiture et remplacé par un systè-
magne sera leader sur le marché de la des sinistres), les questions suivantes me de batterie chargé. Cette métho-
mobilité électrique a été adopté par le devront trouver une réponse : de d’alimentation en énergie permet
gouvernement fédéral allemand. 1 mil- nn Où sont installées (placées) ces sta- le remplacement d’une batterie
lion de véhicules électriques doivent en tions de charge ? déchargée par une batterie entière-
effet circuler sur les routes allemandes nn Qui installera (exploitera) ces stations ment chargée en quelques minutes.
d’ici 2020 (6 millions d’ici 2025). de charge ?
nn Qui utilisera (se sevira de) ces sta- Une infrastructure de charge sécurisée
Les besoins en batterie vont donc conti- tions de charge ? a une influence déterminante sur le bon
nuer à s’accroître à long terme et passer fonctionnement de la charge, car la pos-
selon une étude de Roland Berger d’une En outre, de nouvelles formes de tech- sibilité de charge pour les batteries est
capacité de 6,5 M de kWh aujourd’hui nologie de charge des batteries pose- basée directement sur le réseau d’ali-
à env. 130 M de kWh en 2020. La de- ront de nouvelles exigences en matière mentation ou sur l’installation électrique
mande en installations de production de sécurité de fonctionnement : du titulaire du raccordement d’un tel ré-
va augmenter en conséquence. Pour nn Chargement filaire (conductif)  : seau d’alimentation. Dans les deux cas,
préparer cette capacité de production, lors du chargement (filaire) du la garantie d’une sécurité de fonctionne-
des études sérieuses estiment que la courant alternatif, l’unité de charge ment très élevée est la première priorité.
seule construction de nouvelles installa- qui transforme le courant alternatif
tions nécessitera un investissement de disponible dans le réseau en courant Grâce à la construction de stations de
4,8 milliards d’euros par an. Ces pronos- continu nécessaire à la charge est charge dans le domaine privé comme
tics justifient les énormes efforts finan- située dans le véhicule. Lors du dans le domaine public et grâce à
ciers et technologiques nécessaires pour chargement (filaire) du courant con- l’extension d’une infrastructure de
atteindre les objectifs optimistes dans le tinu, l’unité de charge se trouve en charge, de nouveaux groupes d’utilisa-
domaine de la mobilité électrique. dehors du véhicule. Le véhicule est teurs devront se pencher sur le thème
alimenté directement par une sta- de la sécurité des installations de charge
De nouvelles technologies de stoc- tion de charge DC avec un courant des batteries :
kage exigent de nouvelles techno- continu exigé par le véhicule. nn Installateurs électriques
logies de charge : Comme pour les nn Chargement sans fil (inductif) : lors nn Propriétaires d’une maison indivi-
besoins en accumulateurs d’énergie mo- du chargement inductif, le transfert duelle et propriétaires immobiliers
dernes, les besoins en stations de charge d’énergie s’effectue sans fil par un nn Administrateurs immobiliers et ex-
vont fortement augmenter. A cet égard, champ électromagnétique semblab- ploitants de parking
les conditions-cadre technologiques et le à une table de cuisson à induction nn Personnel de l’administration publique
par conséquent aussi les exigences tech- ou à une brosse à dents électrique. nn Architectes et urbanistes
niques en matière de sécurité des instal- nn Changement de batterie : lors d’un nn Opérateurs de réseau et fournisseurs
lations de charge des batteries change- changement de batterie, l’ensemble d’énergie

32 Version 1 – Julliet / 2016


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

7 Conclusion

Par principe, les batteries au lithium de la manipulation et la préparation des


et les technologies de charge corres- batteries au lithium dans la production
pondantes peuvent être considérées ainsi que lors du stockage représentent
comme relativement sûres en cas d’uti- un certain défi pour la protection incen-
lisation correcte et de manipulation ap- die et la sécurité des personnes.
propriée. La technologie de fabrication
éprouvée ainsi que les mécanismes de Ces défis demandent, au regard de la
protection insérés dans la batterie per- croissance et de la propagation rapides
mettent à l’utilisateur une manipulation des systèmes de batterie modernes
sans danger avec les accumulateurs et des technologies de charge corres-
d’énergie chimique. pondantes, des solutions rapides éga-
lement.
Il faut quand même rappeler que l’em-
ploi de certains composés chimiques Par principe, il est recommandé de
associés à des densités énergétiques traiter les batteries au lithium comme
élevées ainsi que des défauts tech- des produits dangereux lors de la fabri-
niques peuvent représenter des risques cation, la production, le stockage et le
potentiels spécifiques qui requièrent transport. Dans le sens d’une préven-
une attention toute particulière en ma- tion efficace des sinistres, il convient
tière de sécurité. de mettre l’accent sur les mesures de
protection incendie concrètes dans le
Les batteries sont en principe destinées bâtiment, notamment la mise en place
à stocker de grandes quantités d’éner- de mesures organisationnelles com-
gie et à réintroduire cette énergie stoc- plètes.
kée chimiquement au cours d’un pro-
cessus de déchargement sous la forme Chaque domaine d’application des
d’énergie électrique. Si une émission batteries au lithium a ses propres
incontrôlée et accélérée de l’énergie exigences. L’analyse des risques au
stockée chimiquement se produit en cas par cas reste donc jusqu’à nouvel
raison de défauts techniques ou d’une ordre inévitable pour la recherche de
mauvaise manipulation, cela se traduit concepts de protection adaptés. La ma-
en général non pas comme une éner- nipulation ou le stockage des batteries
gie électrique, mais comme une éner- au lithium exige par conséquent des
gie thermique (!) : apparition d’un feu solutions sur mesure correspondant de
(dommages matériels, corporels, pollu- façon ciblée à un certain scénario d’ap-
tion). Par conséquent, les risques lors plication.

Version 1 – Julliet / 2016  33


SÉCURITÉ DES BATTERIES AU LITHIUM

Le Dr. Michael Buser est Directeur de la société Risk Experts


Risiko Engineering GmbH, une entreprise internationale de
conseils en risques dont le siège principal se trouve à Vienne.
Après des activités de recherche de plusieurs années dans le
domaine des batteries au lithium, il a été responsable R&D et
chef du laboratoire Techniques d’application dans une entre-
prise produisant des « électrodes de batterie en carbone ». En
tant que membre de la commission GDV « Commission de
prévention des risques liés aux biens » (KSSV) et du groupe
de travail GDV « Détection incendie et lutte incendie (BEB) »,
il a assisté techniquement durant de nombreuses années les
compagnies d’assurance dans le domaine de la prévention
des sinistres. Aujourd’hui, il organise dans toute l’Europe, en
plus de ses activités de conseil dans les domaines risques
d’incendie et dangers de fonctionnement, des séminaires et
des programmes de formation.

Contact :
m.buser@riskexperts.at

Le Dr. Jochen Mähliß est responsable de la Batteryuniver-


sity GmbH, un Institut de contrôle accrédité qui s’occupe
entre autres des risques potentiels et des risques de sécurité
des batteries au lithium. C’est un membre actif dans de nom-
breux groupes de travail consacrés aux batteries au lithium et
dans des organes normatifs. En tant que spécialiste des mar-
chandises dangereuses, c’est un interlocuteur compétent
dans toutes les affaires concernant le transport des batteries
au lithium.

Contact :
jochen.maehliss@batteryuniversity.eu

34 Version 1 – Julliet / 2016