Vous êtes sur la page 1sur 17

UQAM Plan de cours

PHI-4048

ESTHETIQUE

Session : Hiver 2012


Code du cours : PHI 4048 (05)
Horaire : Mardi 18h.00-21h.00
Local : V-3830
Responsable : Mario Dufour
Téléphone : 987-4377 (boîte vocale : 9360)
Courriel : dufour.m@uqam.ca

DESCRIPTION (du cours selon l’annuaire)

Études des paradigmes selon lesquels la question du beau et celle de la réalité de


l’oeuvre d’art ont été pensées dans l’histoire de la philosophie. Les attaches du discours
esthétique à une anthropologie et à une métaphysique ; les approches de l’esthétique
philosophique contemporaine (herméneutique, pragmatique, analytique, sémiotique,
etc.).

INTRODUCTION ET PROBLEMATIQUE

Aussi loin que peut remonter le discours philosophique dans son souci de rendre compte de
ce qui est et de ce qui apparaît, bref du réel, que celui-ci soit naturel ou œuvre instituée, se
manifestent un ensemble de préoccupations et un domaine de questions et de réponses, implicites et
explicites, qui touchent aux plaisirs, aux sentiments, aux jugements, aux valeurs et à la
compréhension de ce qu’est l’art et la beauté. La philosophie entretient depuis toujours un lien
étroit, sans doute constitutif, avec l’esthétique entendue comme discours réflexif sur le beau et
l’oeuvre d’art. Bien sûr, l’art, et l’appréhension du beau qui est devenue sa caractéristique principale

1
ou la plus commune, n’ont pas attendu la philosophie. Ils sont des activités et des expressions les
plus archaïques de l’humanité et de la culture. Aussi loin qu’on remonte dans le temps, on trouvera
des témoignages de ce sens esthétique universel de l’humanité : il s’agit de penser aux fresques des
grottes de Lascaux ... « le petit chien de M. Bergeret, dit Anatole France, ne regardait jamais le bleu
du ciel incomestible ». Malgré tout, la naissance de la philosophie marque un tournant et un coup de
force. Les premières ébauches de l’objectivité et de l’altérité des choses, lesquelles apparaissent
dans la philosophie grecque, coïncident avec la régression de la pensée magique et l’apparition
d’une idée « désintéressée », objective, conforme à la Raison, non seulement du Vrai, du Bien mais
aussi du Beau. Le concept se détache de l’image comme de son double, la raison absorbe le beau.
Au coté du Vrai et du Bien, le Beau deviendra l’un des visages, l’un des « transcendantaux » les
plus génériques de l’être ou du réel, l’une des valeurs les plus structurantes du discours. La question
du beau et de son rapport aux œuvres de l’homme (arts) et aux œuvres de la nature recèle non
seulement une portée universelle et ontologique mais aussi quotidienne, ancrée dans la perception et
les préoccupations les plus lointaines de l’humanité.

Selon le philosophe Heidegger, l’esthétique est « la science du comportement sensible et


affectif de l’homme et de ce qui le détermine », entendu que ce déterminant est le beau, lequel peut
apparaître aussi bien dans l’art que dans la nature. Mais le sens que nous attribuons aujourd’hui au
mot et au concept d’ « esthétique » est relativement récent. En effet, si l’adjectif est devenu
synonyme de beau et que le substantif est devenu synonyme de théorie de l’art, de science du beau
dans la nature ou dans l’art, l’ « esthétique » comme discipline spécifique ayant pour objet le
jugement d’appréciation du beau à travers le sentiment date seulement du XVIIIième siècle. En effet,
les divers discours théoriques dont l’ambition est de définir les éléments, les conditions, les
principes et les lois du beau seront regroupés sous le terme d’esthétique, forgé par le philosophe
allemand Baumgarten (Aesthetica, 1750-1758) à partir du grec aisthesis (faculté de sentir). Selon
son acception étymologique, le terme d’esthétique renvoie d’abord à l’idée d’une « théorie »du
sensible et à la faculté de l’esprit d’être affecté par les sens, qui reste, avant leXVIIIième siècle,
relativement indépendante d’une théorie de l’art et d’une théorie du beau. Le terme forgé par
Baumgarten renvoie à une connaissance sensible intermédiaire entre la pure sensation obscure et
confuse et la pure intellection rationnelle et claire, connaissance qui concerne la forme artistique
plutôt que son contenu. Cette indépendance de la forme sur le contenu et cette idée d’un
intermédiaire entre le rationnel et le sensible ont orienté les recherches ultérieures et l’émancipation
de l’art et de la beauté par rapport à la vérité. Cette valorisation de la sensibilité en liaison avec
l’appréciation du beau et de l’art indépendamment de la théorie de la connaissance et de la morale
ne semble pas avoir existée auparavant. Ainsi, selon Kant (dans Critique de la faculté de juger de
1791) l’œuvre d’art possède une autonomie et une finalité internes qui sont indifférentes à son
contenu de vérité, et le jugement de goût traduit un accord entre l’imagination, l’entendement et la

2
raison où l’esprit jouit d’un pur plaisir qu’il prétend partageable sans pouvoir en démontrer le
fondement.

Le terme d’esthétique est récent, moderne, il dépend des conditions épistémiques modernes,
mais la chose même que le nom dénomme, c’est-à-dire la réflexion sur l’art et le beau et son lien
avec la sensibilité, est aussi vieille que la pensée occidentale. Il faut penser l’autonomisation de
l’esthétique et la valorisation de la sensibilité comme constellation qui lie le beau, l’art et le
sensible, sur le fond des doctrines antérieures et des développements de la philosophie des Anciens
(Platon, Aristote, Plotin) et ceux de la philosophie médiévale (Bible, St-Augustin, St-Thomas
d’Aquin). C’est que les premières réflexions philosophiques sur le beau et l’art donnent déjà à
l’esthétique ses présupposés et ses concepts les plus structurants : nature et technè, matière et forme,
sensibilité et intelligibilité, réceptivité et productivité, modèle et copie, illusion et vérité, etc. C’est
pourquoi on se penchera sur les principaux moments de la réflexion philosophique qui concerne l’art
et le beau depuis l’origine platonicienne jusqu’à nos jours. Il s’agit de mettre en place un certain
nombre de traits distinctifs et de questions fondamentales qui structurent cette réflexion. Dans ce
dessein, nous dégagerons, en nous appuyant sur le travail et les recherches de Marc Sherringham
dans son Introduction à la philosophie esthétique, certains des « paradigmes » les plus saillants de
l’histoire de la philosophie, dont l’esthétique, « science du comportement sensible et affectif de
l’homme », à bien y réfléchir, n’est qu’un autre nom. Il s’agit de mettre en relief les grandes
structures conceptuelles qui ont fixé pour une période donnée les règles du discours de la
philosophie esthétique ; l’identification de ces grandes structures spécifiques peut se réaliser en
isolant certaines des ses dimensions les plus importantes : la localisation du beau, la définition du
beau, le statut de l’art, l’appréhension du beau et la production de l’art. Trois matrices
paradigmatiques peuvent dès lors être isolées : le classicisme, le criticisme et le romantisme.

I. Le Classicisme (largement initié par Platon, l’antiquité et l’intuition de la Belle Totalité)


repose sur l’identification du beau avec la perfection de l’être saisie comme ordre, harmonie,
proportion, totalité achevée et cosmos dépassant l’être humain. Le Beau est objectif et intelligible, il
n’est ni relatif, ni sensible, il dépasse la perspective de l’individu. L’art est soumis à une réalité
idéale qui le précède. L’art est lié au beau s’il reproduit la structure de la réalité idéale ou naturelle,
mais cette beauté sera toujours inférieure à celle de l’être. Car l’art est imitation, copie de l’être ou
de la nature, donc par définition nécessairement inférieure et secondaire : l’art est fabrication et la
fabrication est inférieure à la contemplation théorique de l’ordre et de la beauté de l’univers (créée
par l’intelligence divine). Le classicisme s’établit sur cette séparation de la beauté et de l’art, et cet
écart entraîne ipso facto une dévalorisation de l’art par rapport à l’être. L’appréhension du beau
(perfection et plénitude) est source de désir (imperfection et manque). L’esthétique, parce qu’elle

3
réfère d’abord comme son étymologie l’indique à la sensibilité et que la philosophie se définit
comme dépassement du monde sensible, occupe une place seconde.
II. Il faudra attendre la Modernité et la Renaissance, l’intensification du subjectivisme
(insistance sur la sensibilité, la relativité du goût, la créativité, la nouveauté et l’innovation) pour
ébranlé le classicisme. Le second grand modèle ou paradigme de l’esthétique philosophique prend
se cristallise avec la pensée de Kant, i.e. le Criticisme (XVIIIe siècle), lequel repose sur le lent mais
décisif renversementde la valorisation du sujet sur celle objective de l’être. Kant opère en
philosophie ce qu’il appelle une révolution « copernicienne », l’objet tourne autour du sujet et nul
part ailleurs que dans l’esthétique celle-ci n’est autant visible : il n’y pas de science du Beau, de
propriété objective à laquelle réfère l’idée de beauté, celle-ci est dépendante du sentiment
qu’éprouve la subjectivité dans le jugement esthétique de goût. D’autre part, l’œuvre artistique fait
intervenir les éléments mystérieux du génie et de la créativité, de la pensée inconsciente qui
demeurent sous-estimés bien que clairement aperçu dans le classicisme. En conséquence, l’art cesse
d’être inférieur, hétéronome, soumis à l’être, à la connaissance ou à tout autre domaine supérieur : il
devient autonome, indépendant, trouve sa fin en lui-même. Que le beau soit naturel ou artistique, il
n’est plus que l’occasion pour le sujet d’éprouver un sentiment de plaisir pur désintéressé (distinct
de l’agréable, de l’utile et du bon) que Kant prétend partageable, et produire de l’art revient à
présenter des formes libres (Idées esthétiques) en définitive inexplicables mais exemplaires et
instituantes pour le monde de l’art. L’idée tout à fait révolutionnaire d’un Art pour l’Art ne tardera
pas à apparaître.
III. Le troisième grand moment de l’esthétique est le romantisme (XIXe et XXe siècle) se
déployant à partir de cinq auteurs fondamentaux : Schelling, Hegel, Schopenhauer, Nietzsche et
Heidegger. Le romantisme est l’inversion du classicisme : ce n’est pas l’art qui manque de vérité,
c’est la vérité qui a besoin d’art. Le statut de l’art n’est plus alors inférieur (classicisme), ni
autonome (criticisme), mais souverain (l’artiste est un « voyant » comme le dira Rimbaud,
l’imagination est la reine des facultés selon la formule de Baudelaire). L’art n’est plus imitation
servile, mais création qui dévoile ce qu’on ne voit pas dans l’expérience ordinaire, expression d’une
intériorité en résonance et/ou en conflit avec le monde. Le beau manifeste alors la réconciliation
et/ou la tension de la nécessité et de la liberté, de l’objectivité et de la subjectivité, du monde et de
l’homme, i.e. l’absolu, et il se définit comme révélation de la vérité elle-même. Le romantisme
affirme l’identité du beau et de l’art et aboutit à la définition de l’esthétique comme théorie de l’art.
L’art nous fait voir ce que le quotidien, le travail et la connaissance scientifique ne voit pas : il nous
renvoie à la connaissance ultime, à la révélation ou au dévoilement de l’unité profonde de l’homme
et du monde, de l’intériorité et de l’extériorité, de la pensée et du monde.

La mise en lumière de ces paradigmes ne doit pas nous faire oublier que l’esthétique pose
des difficultés considérables de définitions. Critique du goût, théorie du sensible, philosophie de

4
l’art, pensée de l’être, ou bien élucidation de ses propres concepts, l’esthétique comme discipline
philosophique est un concept ouvert – sans même parler des développements liés aux sciences
humaines qui s’intéressent à l’art (psychologie, sociologie, économie, histoire, anthropologie). Ces
difficultés sont sans doute irréductibles parce que liées à l’écart du discours (toujours généralisant,
cherchant l’essence du beau, l’essence de l’art) et son objet (le beau et l’œuvre d’art étant toujours
sensible, toujours singulier, résistant au langage, à la compréhension ordinaire, utilitaire et
conceptuelle). Nul doute que l’esthétique, le discours sur l’œuvre d’art est grevé au départ d’une
double hypothèque, disloquée par une tension entre le jugement subjectif et la prétention à
l’universalité, l’affect subjectif et la volonté d’intelligibilité. Elle ne saurait sans renier son objet, par
nature sensible et concret, donc singulier, se transformer en une sorte de « métaphysique du beau »
sur laquelle elle doit pourtant appuyer ses jugements de valeurs et ses analyses en tant que
« science » plus ou moins normative et générale. Mais elle ne saurait sans tomber dans le particulier,
l’arbitraire, voire le bavardage, se confondre avec une critique des œuvres qui ne s’appuierait ni sur
des principes déterminés ni sur des concepts philosophiques plus précis. Au-delà du partage
moderne entre jugement objectif de fait et jugement relatif de valeur, cette double appartenance
laisse l’esthétique mal définie, inquiète, partagée entre deux exigences opposées. Cette dualité
reflète très bien la nature ambivalente de son objet : l’art. En effet, l’œuvre appartient au monde
sensible, elle vient à nous par la voie des sens. Mais il va de soi qu’elle ne s’adresse pas seulement
aux sens... Ambiguïté du « sens » ... L’esthétique est difficile à définir. Elle échappe à l’opposition
de la pure connaissance (que veut dire cette œuvre ?) et de la seule sensibilité immédiate (« moi » je
trouve ça beau), de même qu’à l’idéal d’univocité et de définition de la philosophie (même si à
l’origine elle se confond avec l’éclat de cet idéal !). Elle communique avec une chaîne de concepts
et de thèmes plus ou moins compatibles avec cet idéal et avec le projet de dépassement du sensible :
le corps, la matière, la subjectivité, la sensibilité, le désir, le plaisir, l’affectivité, l’illusion,
l’imagination, la fiction, l’erreur, le mensonge, l’apparence… De plus, la facilité avec laquelle la
beauté peut être attribuée, indépendamment des œuvres d’art, à des choses ou à des personnes
spontanément qualifiées de belles (un beau paysage), sans même qu’elles présentent forcément un
intérêt premièrement esthétique (une belle farce, un beau geste, une belle chaise) est évidente. C’est
pourquoi la plupart des travaux contemporains d’esthétique ont le plus souvent renoncé à repérer des
normes du beau, à l’exemple de la logique par rapport au vrai ou de la morale par rapport au bien, au
moment même où l’art lui-même a débordé le lien avec le beau. Elles font porter leurs recherches
soit sur le l’étude des formes elles-mêmes (selon une méthode structurale ou sémantique), soit sur
rapport de ces formes dans leur développement historique (Panofsky), soit sur les relations qui
peuvent exister entre une œuvre et son créateur (approche sociologique ou psychologique). Dans
tous les cas, une approche plus descriptive ou plus explicative, plus phénoménologique, prend le
dessus sur l’approche prescriptive.

5
Ce changement coïncide aussi avec l’émancipation de l’art, laquelle s’accompagne sans
doute paradoxalement de ce que Hegel appelait « mort de l’art ». En effet, la culture moderne de
l’égalité, de l’autonomie, et de la reproduction mécanisée (Benjamin) s’accompagne de la question
de la désublimation, de la sécularisation, de la désacralisation des œuvres... pensons au surréalisme
et au dadaïsme (tout peut devenir œuvre d’art). Si l’œuvre d’art participe du processus de négation
sans limite qui ne s’épargne pas lui-même (Adorno, Lipovetsky), ne nous faut-il pas méditer
l’annonce prophétique de la mort de l’art par Hegel dans le processus d’esthétisation même du
monde?

OBJECTIFS

* Introduire aux enjeux, questions et problèmes que pose l’expérience esthétique du point de vue
philosophique, et sur cette base, conduire non seulement à une saisie plus juste et plus satisfaisante
de ceux-ci, mais également à une appréciation critique des concepts sur lesquels ils reposent.
* Familiariser les participants aux fondements de l’art et de l’appréhension du beau dans l’histoire
de l’esthétique.
* Distinguer l’art de la science et de la fabrication technique.
* Sensibiliser à l’expérience artistique comme événement et découverte du réel. Situer l’art comme
phénomène de société.

ACTIVITÉS D’ENSEIGNEMENTS

À chaque cours, il y aura un exposé magistral de la part du professeur. Les étudiants sont invités à
intervenir pendant les cours en vue de poser des questions, d’éclaircir les problèmes traités ou pour
communiquer leurs réflexions sur la matière du cours. La deuxième partie de la session sera
consacrée à des « Ateliers de discussion » pilotés par le professeur autour de présentations orales des
étudiants portant sur les textes à l’étude. La possibilité reste ouverte d’inviter des conférenciers.

ÉVALUATION

1. Participation active aux « Ateliers de discussion » et une intervention orale (de type compte
rendu critique ou de type « réflexion libre ») de l’un des textes au programme des ateliers de
discussion (ou de tout autre matériel dûment accepté au préalable par le professeur), annoncées à

6
l'avance au groupe et notée Succès ou Échec. Ces interventions (en solo ou équipe, de 10 à 20
minutes environ) serviront de base aux Ateliers de discussion et à l’appropriationactive de la
matière du cours. Elles peuvent servir d’assise pour la rédaction d’un compte rendu critique écrit
et/ou d’élément générateur pour la dissertation finale. Les participants de chaque atelier devront
se rencontrer préalablement pour préparer minimalement l’ordre de leurs interventions lors de la
séance de discussion. Les étudiants devronts’inscrire aux Ateliers de discussion avant la mi-
session en déterminant le sujet de leur intervention :
20%

2. Un compte rendu critique(5-6 pages) d’un des textes au programme (ou de tout autre matériel
pertinent mais accepté par le professeur) à remettre à la mi-session ou après les ateliers de
discussion : 30%

3. Évaluation finale (50%) à remettre au dernier cours de la session :


1. Soitdeux comptes rendus critiques (5-6 pages chacun pour 25% de la note globale)
portant sur des textes au programme du cours ou de tout autre matériel pertinent accepté par le
professeur.
2. Soit unedissertation (12 à 15 pages environ) pertinente — à partir d’un ou de plusieurs des
textes au programme, ou de tout autre matériel pertinent dûment accepté par le professeur et
valant pour : 50% (de la note globale)

Exigences du cours.
(1) Présence et participation aux Ateliersde discussion
(2) L’intervention oraleest : 1) soit une présentation classique (genre compte rendu) ou bien une
réflexion libre liée à l’approfondissement d’un aspect, d'une question ou de questions,
d’impressions générées par un texte à l’étude et servant à stimuler l’appropriation de la matière et la
discussion.
(3)Lecompte rendu critique vise à souligner l’essentiel d’un texte et à en apprécier la valeur
(aspect critique).
(4) La dissertation finale est un travail écrit qui consiste à présenter de manière organisée et
réfléchie le fruit de vos recherches et de vos lectures personnelles. Elle approfondit un thème ou un
aspect pertinent selon une problématique définie chez un auteur ou à confronter des auteurs entre
eux à partir d'une problématique commune, et doit conduire à une appréciation critique du
contenu discuté.
(5) Les travaux seront évalués à partir des critères classiques : la pertinence et la rigueur de la
pensée, la clarté de la formulation et la consistance de l'argumentation, l’esprit critique et créatif
dont ils feront montre. En outre, la qualité de l’expression (orthographe, syntaxe, style) sera prise en

7
considération. Les travaux devront tous être remis à la date exigée, à moins d'exception justifiée
(papier du médecin, etc.).

CALENDRIER
1. Présentation du cours

2. Éléments d’histoire de l’esthétique : Cassirer, Hegel, Heidegger

3. Le Classicisme

4. L’Esthétique médiévale

5. La Crise des Lumières

6. Le Criticisme

7. Le Sublime.
Inscriptions aux Ateliers de discussion

8. Semaine de lecture

9. Le Romantisme

10. Atelier de discussion I (Classicisme) : textes de Debray, Cassirer, Danto, Didi-


Huberman, Platon (Banquet, Hippias, Ion, Phèdre, République), Heidegger

11. Atelier II (Criticisme) : textes de Kant, Cassirer, Danto, Ferry, Heidegger, Rochlitz,
Scheaffer

12. Atelier III (Romantisme) : textes de Agamben, Arendt, Cassirer, Didi-Huberman,


Ferry, Lipovestky, Heidegger, Merleau-Ponty, Schaeffer, Shusterman

13. Atelier IV : Arendt, Lipovetsky (modernisme et post-modernisme),


Schaeffer,Shusterman (pragmatisme, modernisme et post-modernisme), Rochlitz
(esthétique évaluatrice)

14. Atelier V : Autres interventions

15. Atelier VI : Autres interventions. Conclusion. Semaine de remise des travaux.

NB. : Le calendrier est sujet à des modifications mais dans tous les cas les participants sont
avertis à l’avance.

8
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Textes au programme
(disponibles à la COOP de l’UQAM)

1. SHERRINGHAM, Marc, Introduction à la philosophie esthétique, Paris, Payot, 1992.

2. RECUEIL de TEXTES comprenant entre autres :

HEIDEGGER, Martin, « L’origine de l’oeuvre d’art » (1935), dans Chemins qui ne mènent nulle
part, trad. W. Brokmeier, Paris, Gallimard, 1962, p. 13-92; « Six faits fondamentaux tirés de
l’histoire de l’esthétique », Nietzsche, t. I, trad. P. Klossowki, Paris, Gallimard, 1971, 2 vol., t. I,
p. 75-89.
CASSIRER, Ernst, « L’art », dans Essai sur l’homme (1944), trad. N. Massa, Paris, Minuit, 1975,
p. 197-240.
DANTO, Arthur, « Assujettissement philosophique de l’Art », L’Assujettisement philosophique de
l’Art, Tr. Schaeffer, Paris, Seuil, 1993, p. 9-17.
FERRY, Luc, « La révolution du goût », dans Homo aestheticus. L’invention du goût à l’âge
démocratique, Paris, Grasset, 1990, p. 17-51.
LIPOVETSKY, Gilles, « Modernisme et postmodernisme », dans L’Ère du vide. Essais sur
l’individualisme contemporain, Paris, Gallimard, 1983, p. 89-139.

Bibliographie indicative

ADORNO, T., Théorie esthétique (1970) trad. M. Jimenez, Paris, Klincksieck, 1989.
Notes sur la littérature (1963), tr. S. Muller, Paris, Flammarion, 1985.
Minima Moralia, tr. E. Kaufholz et J.-R. Ladmiral, Paris, Payot, 1980.
Philosophie de la nouvelle musique, t. H. Hildenbrand et A. Lindenberg, Paris, Gallimard, 1962.

9
ADORNO, T. et HORKHEIMER M., « La production industrielle des biens culturels, Raison et
mystification des masses », La dialectique de la raison (1944), Paris, Gallimard, 1974, p. 93-129.
AGACENSKI, S. et alii, Mimesis des articulations, Paris, Flammarion, 1975.
AGAMBEN, Giorgio, L’homme sans contenu, Clamency, Circé, 2003.
ARENDT, Hannah, « L’œuvre », Condition de l’homme moderne, tr. G. Fradier, Paris, Pocket, 1983.
Juger. Sur la philosophie politique de Kant, tr. M. Revaut D’Allones, Paris, Seuil, 1991.
ARISTOTE, La Poétique ( IVe s. av. J.-C.) trad. Dupont-Roc et Lallot, Paris, Seuil, 1980.
AUERBACH, E. Mimesis, trad. C. Heim, Paris, Gallimard, 1977.
BAUMGARTEN, Esthétique (1750), tr. J.-Y. Pranchère, Paris, l’Herne, 1988.
BAUDRILLARD, J., De la séduction, Paris, Denoël, 1988.
L’effet Beaubourg, Paris, Galilée, 1977.
« L’enchère de l’oeuvre d’art », dans Pour une critique de l’économie politique du signe, Paris,
Gallimard, 1972.
BAYER, R., Histoire de l’esthétique, Paris, A. Colin, 1961.
BEGEL, Florence, La philosophie de l’art, Paris, Seuil, 1998.
BIRAULT, Henri, Heidegger et l’expérience de la pensée, Paris, Gallimard, 1976.
BOURIAU, C., Qu’est-ce que l’imagination, Paris, Vrin, 2003.
BOUVERESSE, René, L’expérience esthétique, Paris, A. Colin, 1998.
BELL, D., Les Contradictions culturelles du capitalisme, trad. M. Matignon, Paris, PUF, 1979.
BENJAMIN, W., Essais, I-II, trad. M. de Candillac, Paris, Denoël-Gonthier, 1983.
« L’oeuvre d’art et sa reproductibilité technique » (1934), L’homme, le langage et la culture, trad.
M. de Gandillac, Paris, Denoël, 1971. (RESERVE : Art, N 8580 B 4514)
BLANCHOT, M., La part du feu, Paris, Minuit, 1949.
Le livre à venir, Paris, Gallimard, 1971.
L’espace littéraire, Paris, Gallimard, 1968.
BOUGNOUX, D., Vices et vertus des cercles. L’autoréférence en poétique et pragmatique, Paris, La
Découverte, 1989.

BOURDIEU, P., La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979.


BOURDIEU P., Darbel A., L’amour de l’art, Paris, Minuit, 1969.
BOURRIAUD, Nicolas, Esthétique relationnelle, Paris, Ed. Presse du réel, 1998.
BOUTOT, A., « L’art et la parole poétique », dans Heidegger, Paris, PUF, 1989.
Heidegger et Platon, Paris, PUF, 1987.
BRETON, A., Manifeste du surréalisme (1924), Paris, Gallimard, 1967.

10
BURKE, E. Recherches philosophiques sur l’origine de nos idées du sublime et du beau (1757), tra. B.
St-Giron, Paris, Vrin, 1973.
CAILLOIS, R., Esthétique générale, Paris, Gallimard, 1962.
CHATEAU, D., La Question de la question de l’art. Notes sur l’esthétique analystique(Danto,
Goodman et quelques autres), Paris, Presses Univ. de Vincennes, 1994.
Épistémologie de l’esthétique, Paris, L’Harmattan, 2000.
CHALUMEAU, Jean-Luc, Les théories de l’art. Philosophie, critique et histoire de l’art de Platon à
nos jours, Paris,Vuibert, 2002.
CROCE, B., Essais d’esthétique (1905-1940), textes présentés et trad. Par G. Tiberghien, Paris,
Gallimard (Tel), 1991.
CASSIRER, E., « L’art », dans Essai sur l’homme (1944), trad. N. Massa, Paris, Minuit, 1975.
Écrits sur l’art, Paris, Cerf, 1995.
« Les problèmes fondamentaux de l’esthétique », tr. P. Quillet, in La philosophie des Lumières,
Paris, Pocket, 1966.
CAUQUELIN, A., L’art contemporain, PUF (Que sais-je?), no. 2671, PUF, 1992.
COLLECTIF, Revue d’esthétique, Paris, Privat (depuis 1948).
COLLECTIF, LORIES, D. (éditrice), Philosophie analytique et esthétique, textes de BEARDSLEY,
DANTO, DICKIE, GOODMAN, MARGOLIS, OSBORNE, SLOLNITZ, WEITZ, WHOLLHEIM,
Paris trad. D. Lories et préf. J. TAMINIAUX, Paris, Méridiens Klincksieck, 1988.
(RESERVEcentrale BH39P458)
COLLECTIF, JAUSS H.-R., et Rüdiger BUBNER, Karl Heinz BOHRER, Peter BÜRGER, Albrecht
WELLMER, Théories esthétiques après Adorno, textes édités et présentés par Rainer ROCHLITZ,
trad. par R. Rochlitz et C. Bouchindhomme, Paris, Actes Sud, 1990.
COLLECTIF, « L’art aujourd’hui », Esprit, juillet-août 1991.
COLLECTIF, « La crise de l’art contemporain »Esprit , fév. 1992.
COLLECTIF, « L’art contemporain contre l’art moderne », Esprit, octobre 1992.
COLLECTIF, G. GENETTE (éd.), texte de DICKIE, BINKLEY, GOODMAN et alii, Esthétique et
poétique, Paris, Seuil, 1992
COLLECTIF, C. DESCHAMPS (dir.), Le Beau aujourd’hui, Paris, Éditions du Centre Pompidou,
1993.
COLLECTIF, dir. C. Bouchindhomme et R. Rochlitz (T. De DUVE, J.M., SCHAEFFER, R.
SHUSTERMAN, C. BRUNET, P. BRÜGER, C. MENKE, M. SELL, A. WELLMER, C.
BOUCHINDHOMME et R. ROCHLITZ), L’art sans compas. Redéfinitions de l’esthétique, Paris,
Cerf, Coll. Procope, 1992.
COLLECTIF, Dir Jean BESSIÈRE e alii, Histoire des poétiques, Paris, PUF, 1997.
COLLECTIF, Définitions de la culture visuelle III. Art et philosophie, Montréal, Musée d’Art
Contemporain de Montréal, 1998.

11
COLLECTIF, « Poétique de la pensée », Spirale, no 170, janv. fév. 2000.
COLLECTIF, COMETTI et MORIZOT et POUIVET, Questions d’esthétique, Paris, PUF, 2000.
(RESERVE, Biblio Art, BH 39 C654)
COLLECTIF, COMETTI et MORIZOT et POUIVET (textes présentés et réunis de BEARDSLEY,
GODDMAN, MARGOLIS, WOLLHEIM, LEVINSON et autres), Esthétique contemporaine. Art,
représentation et fiction, Paris, Vrin, 2005.
DAMISCH, H., Théorie du nuage, Paris, Seuil, 1972.
DANTO, A., La Transfiguration du banal, trad. C. Hary-Schaeffer, Paris, Seuil, 1989.
DEBRAY, R. Vie et mort de l’image, Paris, Gallimard, 1992
DELEUZE, G., Francis Bacon. Logique de la sensation, Paris, Ed. de la Différence, 1984.
Cinéma 1. L’image mouvement, Paris, Minuit, 1983.
DELEUZE G. et GUATTARI F., Qu’est-ce que la philosophie?, Paris, Minuit, 1991.
DIDEROT, D., Oeuvres esthétiques, Paris, Garnier, 1976.
DE DUVE, Th., Au nom de l’art. Pour une archéologie de la modernité, Paris, Minuit, 1989.
DERRIDA, J., L’écriture et la différence, Paris, Seuil, 1967.
La dissémination, Paris, Seuil, 1972.
Marges— de la philosophie, Paris, Minuit, 1972.
La Vérité en peinture, Paris, Flammarion, 1978.
Le toucher, Jean-Luc Nancy, Paris, Galilée, 2000.
DEWEY, John, L’art comme expérience (1934), trad.. Cometti, Presse Univ. De Pau, 2005.
DU BOS (abbéJ.-B.), Réflexions critiques sur la poésie et la peinture (1719), Paris, Ed. École nationale
supérieure des Beaux-Arts, 1993.
DUFRENNE, M., Phénoménologie de l’expérience esthétique, 2 vol., Paris, PUF, 1953.
Esthétique et philosophie, Paris, Klincksieck, 1967.
L’Art et le politique, Paris, UGE, 1974.
ECO. U., L’oeuvre ouverte, Paris, Seuil, 1965.
ESCOUBAS, Éliane, L’esthétique, Paris, Ellipses, 2004.
FARAGO, France, L’art, Paris, A. Colin, 1998.
FELMAN, Shoshana, La folie et la chose littéraire, Paris, Seuil, 1978.
FOCILLON, H., Vie des formes, Paris, PUF, 1947.
FOISY, Suzanne (direction), Critères esthétiques et métamorphoses du beau, dans Philosophiques, Vol.
XXIII, no 1, 1996.
FOUCAULT, M., Les mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966.
Ceci n’est pas une pipe, Paris, FataMardaga, 1979.
FRANCASTEL, P., Peinture et société, Paris, Gallimard, 1965.
Art et technique, Paris, Minuit, 1956.
FRANK, M., Le Dieu à venir, trad. F. Vantan et V. vonSchenk, Paris, Actes Suds, 1989.

12
FREUD, S., Essais de psychanalyse appliquée, Paris, Gallimard, 1975.
Ma vie et la psychanalyse (1925), Paris. Gallimard, 1968.
GADAMER, H.-G., « Dégagement de la question de la vérité. L’expérience de l’art », dans Vérité et
méthode, trad. E. Sacre, Paris, Seuil, 1976 (trad. intégrale 1996).
L’actualité du beau, textes choisis, trad. E. Poulain, Aix-en-Provence, Alinéa, 1992.
GENETTE, G. L’oeuvre de l’art. Immanence et transcendance, Paris, Seuil, 1994.
L’oeuvre de l’art. La relation esthétique, Paris, Seuil, 1997.
GIRARD, R., Mensonge romantique et vérité romanesque, Paris, Grasset (Pluriel), 1961.
GIRARD, Francine, Apprécier l’œuvre d’art. Un guide, Montréal, Éd. de l’homme, 1995.
GOODMAN N. et C. Z. ELGIN, Esthétique et connaissance, tr. R. Pouivet, Éd. de l’Éclat, 1990.
GOODMAN, N., Le langage de l’art, tr. Morizot, Nîmes, Jacques Chambon, 1990
GRODDECK, G., La maladie, l’art et le symbole, Paris, Gallimard, 1969.
HABERMAS, J., Le discours philosophique de la modernité (1985), trad. de l’all. par C.
Bouchindhomme et R. Rochlitz, Paris, Gallimard, 1988
« La Modernité : un projet inachevé », tr. Raulet, Critique, no. 413, 1981, p. 950-969
« Questions et contre-questions », tr. P. Constantineau, Critique, no. 493-494, 1988, p. 473-486.
HAAR, Michel, L’œuvre d’art. Essai sur l’ontologie des œuvres, Paris, Hatier, 1994.
Le chant de la terre, Paris, L’Herne, 1985.
HADOT, Pierre, Le Voile d’Isis. Essai sur l’histoire de l’idée de nature, Paris, Gallimard, 2004.
HEGEL, G.W.F., Esthétique(1818-1830), 4 vol., trad. S. Jankélévicht, Paris, Flammarion, 1979.
Encyclopédie des sciences philosophiques en abrégé, trad. M. de Gandillac, Paris, Gallimard, 1979,
§ 556-563.
« La religion esthétique », dans Phénoménologie de l’Esprit, trad. J. Hyppolite, Paris, Aubier
Montaigne, 1941.
HEIDEGGER, M., Approche de Hölderlin, trad. Corbin et alii, Paris, Gallimard, 1962.
« La volonté de puissance en tant qu’art », dans Nietzsche (2 vol.), trad. P. Klossowski, Paris,
Gallimard, 1971, p. 13-199.
« De l’origine de l’œuvre d’art » (1935) in Chemins
« La question de la technique », « Bâtir, habiter, penser », « …l’homme habite en poète » (1951),
in Essais et conférences, Paris, Gallimard, Tel, 1958.
HENRY, Michel, Voir l’invisible, Paris, éd. F. Bourin, 1988.
HUISMAN, D. L’Esthétique, Paris, PUF, 1977.
HUME, D., Les essais esthétiques, 2 vol., Paris, Vrin, 1973.
De la norme du goût (1657), tr. R. Bouveresse, Paris, Flammarion, 2000.
HUTCHESON, Enquête sur l’origine de nos idées de beauté et de vertu (1725), Paris, Vrin, 1991.
JAKOBSON, R., « Linguistique et poétique », Essais de linguistique générale, Paris, Minuit, 1963.

13
JAUSS, H. R., Pour une esthétique de la réception, trad. C. Maillard, préf. J. Starobinski, Paris,
Gallimard, 1978.
« Esthétique de la réception et communication littéraire », Critique, no. 413, oct. 1981.
« La jouissance esthétique. Les expériences fondamentales de la poiesis, de l’aisthesis et de la
catharsis », Poétique, no.39, 1979, p.261-274.
JEAN-PAUL, Cours préparatoire d’esthétique, trad. A.-M. Lang et J.-L. Nancy, Lausanne, L’Age
d’homme, 1979.
JIMENEZ, M., Adorno et la modernité, Vers une esthétique négative, Paris, Klincksieck, 1986.
Adorno. Art, idéologie et théorie de l’art, Paris, UGE, 1973.
JIMENEZ, J., Qu’est-ce que l’esthétique, Paris, Gallimard Folio, 1997.
JIMENEZ, La Critique. Crise de l’art ou consensus culturel? Paris, Klincksieck, 1995.
JIMENEZ, L’esthétique contemporaine, Paris, Klincksieck, 2004. (RESERVE- Art, N67J55)
KANDINSKY, Du spirituel dans l’art, et la peinture en particulier, 1954, Paris, Denoël, 1989
KANT, E., Critique de la faculté de juger, trad. A. Philonenko, Paris, Vrin, 1986.
Observations sur le sentiment du beau et du sublime, tr. Kemf, Paris, Vrin, 1980.
KIERKEGAARD, Soren, Ou bien... ou bien (1843), Le concept d’ironie (1841)
KOFMAN, Sarah, L'enfance de l'art. Une interprétation de l'esthétique freudienne, Paris, Payot, 1970.
KRISTELLER, Oskar, Le Système moderne des arts. Étude d’histoire de l’esthétique, tr. B. Han,
Nîmes, ed. J. Chambron, 1999.
KUNDERA, M., L’art du roman, Paris, Gallimard, 1986.
LACOSTE, J., L’Idée du beau, Paris, Bordas, 1986.
La Philosophie de l’art, Paris, PUF, « Que sais-je? », 1981.
LACOUE-LABARTHE, P., « Sublime » dansEncyclopediaUniversalis, Paris, 2004.
LACOUE-LABARTHE, P. et NANCY, J.-L., L’absolu littéraire, Paris, Seuil, 1972.
LACOUE-LABARTHE, P., L’imitation des modernes, Paris, Galilée, 1986.
LACOUE-LABARTHE, P. (1986) «La vérité sublime»,Po&sie, no. 38, pp. 83-117.
LADRIÈRE, J., Les enjeux de la rationalité. Le défi de la science et de la technologie aux cultures,
Paris, Aubier-Unesco, 1977.
LALO, E., Introduction à l’esthétique, Paris, A. Colin, 1912.
LENOIR, Béatrice, L’œuvre d’art, Textes choisis et présentés, Paris, Flammarion (Corpus), 1999.
LÉVINAS, E. « La trace de l’autre », dans En découvrant l’existence avec Husserl et Heidegger, Paris,
Vrin, 1988, p. 187-202.« Le sens et l’oeuvre », L’humanisme de l’autre homme, Paris, 1972.
Totalité et infini, Paris, LaHaye, Ed. Nihoff, 1962.
LESSING, G.E. Laokoon, (1766), Paris, Hermann, 1964.
LIPOVETSKY, G., « Modernisme et postmodernisme », dans L’Ère du vide. Essais sur
l’individualisme contemporain, Paris, Gallimard, 1983, p. 89-152.
LONGIN, Du Sublime, trad. J. Pigeaud, Paris, Rivages, 1991.

14
LÖWY, Michael et Robert SAYRE, Révolte et mélancolie. Le romantisme à contre courant de la
modernité, Paris, Payot, 1992.
LUKACS, G., Philosophie de l’art (1912-1914), trad. A. Pernet et R. Rochlitz, Klincksieck, 1981.
L’âme et les formes, tr. G. Haarscher, Paris, Gallimard, 1974.
La théorie du roman, tr. J. Clairvoye, Paris, Gallimard, 1990.
LYOTARD, J.-F., La Condition postmoderne, Paris, Minuit, 1979.
Le Postmoderne expliqué aux enfants, Paris, Galilée, 1986.
Discours, Figure, Paris, Klincksieck, 1971.
MALDINEY, Henri, Regard, Parole, Espace, Paris, L’Age de l’homme, Paris, 1973.
Art et existence, Paris, Klincksieck, 1985.
MALRAUX, A. Les Voix du silence, Paris, Gallimard, 1951.
MARCUSE, H., Eros et civilisation, Paris, Minuit, 1970.
La dimension esthétique, Paris, Seuil, 1980.
MARGOLIS, J. (éd.), Philosophy looks at The Arts. ContemporaryReadings in Aesthetics,
Philadelphie, Temple Uni. Press. 1978.
MARQUARD, Odo, « L’homme accusé et l’homme disculpé dans la philosophie du XVIIIe siècle », tr.
P. Constantineau, Critique, no. 413, 1981, p. 1013-37.
MARX, K., Introduction générale à la critique de l’économie politique (1857), dans Sur la littérature et
l’art, Paris, Éditions Sociales, 1954.
MENKE, Christoph, La souveraineté de l’art. L’expérience esthétique après Adorno et Derrida, trad. P.
Rusch, Paris, Armand Colin, 1993.
MERLEAU-PONTY, M., « Le langage indirect et les voix du silence », dans Signes, Paris,
Gallimard, 1960.
L’Oeil et l’esprit, Paris, Gallimard, 1964.
Le visible et l’invisible, Paris, Gallimard, 1964.
« Le doute de Cézanne », Sens et non-sens, Paris, Gallimard, 1996.
MICHAUD, Y., Critères esthétiques et jugement de goût, Nîmes, Ed. Jacqueline Chambron, 1999.
MORRIS, C. « Aesthetics and the Theory of Signs », dans Journal of Unified Science, VIII, 1940, p.
131-150.
PLATON (IVe av. J-C.) HippiasMajeur, Banquet, Ion, Phèdre, Sophiste, République (Livre II 376-411,
III 386-403, X 595-608) (plusieurs éditions et traductions disponibles).
POUIVET, L’ontologie de l’œuvre d’art, une introduction, Nîmes, J. Chambon, 1999.
NANCY, Jean-Luc, Une pensée finie, Paris, Galilée, 1990.
Les muses, Paris, Galilée, 1994.
NIETZSCHE, F. La naissance de la tragédie, Le livre du philosophe, Le Cas Wagner, Humain, trop
humain (De l’âme des artistes et des écrivains)), Considérations inactuelles (Wagner à Bayreuth),
Généalogie de la morale (3, 1-6 sur le désintéressement esthétique), La Volonté de puissance, Le

15
Gai savoir (en particulier § 77) plusieurs éd. disponibles) et nombre de fragments traduits dans
les Fragments posthumes (Gallimard)
PANOFSKY, E., Idea. Contribution à l’histoire du concept de l’ancienne théorie de l’art, trad. H. Joly,
Paris, Gallimard, 1983.
L’oeuvre d’art et ses significations, Paris, Gallimard
PASSERON, R., L’oeuvre d’art et les fonctions de l’apparence, Paris, Vrin, 1962.
PATOCKA, J., L’art et le temps, trad. E. Abrams, Paris, POL, 1990.
PAZ, O., Point de convergence. Du romantisme à l’avant-garde, Paris, Gallimard, 1976.
PERNIOLA, M., L’aliénation artistique, Paris, 10/18, 1977.
PLOTIN (IIIe siècle av. J.-C.) « Du Beau », Ennéades, I, 6 et V, 8, trad. P. Mathias, Paris, Presses
Pocket, 1991.
PÖGGELER, Otto, « L’originel dans l’art », dans La pensée de Martin Heidegger, Paris, Aubier-
Montaigne, 1967, p. 281-293.
OGDEN C., Richards, I. A., The Foundations of Aesthetics (1925), N. Y., Haskell House, 1974
RANCIÈRE, Jacques, L’inconscient esthétique, Paris, Galilée, 2001.
RANCIÈRE, Jacques, Malaise dans l’esthétique, Paris, Galilée, 2004.
RANCIÈRE, Jacques, Politique de la littérature, Paris, Galilée, 2007.
RAULET, G., « L’histoire guérie du concept d’imagination : place et fonction de l’imagination dans le
marxisme contemporain », Philosophiques, vol. 6, no.2, 1979, p. 211-234.
RICOEUR, P. entre autres, car Ricoeur s’est intéressé dans toute son œuvre à la fiction, « L’art et la
systématique freudienne », dans Le conflit des interprétations, Paris, Seuil, 1969, p. 195-211.
RILKE, Rainer Maria, Lettres à un jeune poète, tr. Calas et Lepetit, Turin, Ed. Mille et une nuits. 1999.
ROCHLITZ, Rainer, Suberversion et subvention. Art contemporain et argumentation esthtétique, Paris,
Gallimard, 1994.
Le désenchantement de l’art, Paris, Gallimard, 1992. (Sur Benjamin)
« Expérience esthétique et vérité de l’art. Tendance de l’esthétique allemande », Critique, 1984, no.
450, p. 864-877.
« Sens et fonction de la subversion esthétique », Critique, 511, déc. 1989, p. 937-54.
RUDNER, R., « On SemioticsAesthetics », dans Journal of Aesthetics and Art Criticism, Vol. 10, no.
1, sept. 1951, p. 67-77.
RUBY, C., Le champ de bataille. Post-moderne/néo-moderne, Paris, l’Harmattan, 1990.
RORTY, R. « Habermas, Lyotard et la Postmodernité », Critique 1984, 442.
RORTY, R. , Contingence, ironie et solidarité, (1989). tr. P. E. Dauzat, Paris, Armand Colin, 1993.
SAINT-GIRONS, Baldine, Fiat Lux, Une philosophie du sublime, Vrin, Paris, 1993.
SCHAEFFER, J.-M., L’art de l’âge moderne : l’esthétique et la philosophie de l’art du XVIIIe siècle à
nos jours, Paris, Gallimard, 1992.
Les célibataires de l’art, Paris, Gallimard, 1996.

16
Adieu à l’esthétique, Paris, PUF, 2000.
SCHELLING, Textes esthétiques, trad. A. Pernet, Paris, Klincksieck, 1978.
Système de l’idéalisme transcendantal, trad. C. Dubois, Louvain-la-Neuve, 1978.
SCHILLER, Lettres sur l’éducation esthétique de l’homme (1795), trad. R. Leroux, Paris, Aubier, 1943.
SCHOPENHAUER, A., Le monde comme volonté et représentation (1819), trad. A. Burdeau, PUF,
1966, Livre troisème.
SCHUHL, P.-M., Platon et l’art de son temps, Paris, PUF, 1952.
SEEL, M., L’Art de diviser. Le concept de rationalité esthétique, Paris, A. Colin, 1993
SERRES, M., Esthétiques de Carpaccio, Paris, Hermann, 1975.
SHUSTERMAN, Richard, L’art à l’état vif. La pensée pragmatiste et l’esthétique populaire, tr. C.
Noille, Paris, Minuit, 1991.
SOURIAU, E., La Correspondance des arts, Paris, Flammarion, 1947.
SOURIAU, É. et SOURIAU A. (dir.), Vocabulaire d’esthétique, Paris, PUF, 1990.
TALON-HUGON, Carole, L’esthétique, Paris, PUF, 2004. (RESERVE centrale AC20Q84)
TAYLOR, M. C., Errance, Trad. M. Barat, Paris, Cerf, 1984.
THÉVOZ, M., « Art et société », Philosopher (t.2), Paris, Fayard, 1980, p. 147-153.
VALÉRY, Paul, « Introduction à la méthode de Léonard de Vinci » et beaucoup d’autres textes comme
« L’invention esthétique », Variétés, in Oeuvres, T. 1, Paris, Gallimard Pléiade, 1957.
VATTIMO, G., La fin de la modernité. Nihilisme et herméneutique dans la culture postmoderne, trad.
C. Alunni, Paris, Seuil, 1987.
« La volonté de puissance en tant qu’art », Les aventures de la différence, Paris, Minuit, 1985.
WELLMER, A., « Dialectique de la modernité et de la postmodernité. La critique de la raison d’après
Adorno », tr. A. et M. Lhomme, Les Cahiers de philosophie, no. 5, printemps, 1988.
WAELHENS, A. de, « L’esthétique », dans La philosophie de Martin Heidegger, Louvain,
Nauwelaerts, 1971, p. 275-295.
WITTGENSTEIN, L., Leçons et conversations, trad. J. Fauve, Paris, Gallimard (Folio), 1992.
WÖFFLIN, H., Réflexion sur l’histoire de l’art, Paris, Klinsieck, 1982.
Principes fondamentaux de l’histoire de l’art, Paris, Gallimard, 1952.
ZEIMBEKIS, John, Qu’est-ce qu’un jugement esthétique ?, Paris, Vrin, 2006.

17

Vous aimerez peut-être aussi