Vous êtes sur la page 1sur 35

04/05/00

Confort et traitement d’air


version 1.01

Chapitre 2 : Le bilan thermique

Définitions et concepts Page 1/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Sommaire

Introduction 3
De la notion de confort à celle de traitement d'air... 3

Etablir le bilan thermique 4


Définition 4
Paramètres 4
Calcul 7
Application 8

Déterminer le débit d'air 16


Définition 16
Paramètres 16
Calcul 17
Application 18

Calculer la droite de pente du local 20


Définition 20
Application 23
Incidence du paramètre humidité 27

Calculer la droite de pente de la batterie 31


Définition 31
Application 34

Définitions et concepts Page 2/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Introduction

De la notion de La nécessité de maintenir l’équilibre thermique du corps humain est


confort à celle maintenant établie (voir Chapitre 1 : le confort).
de traitement Or l’homme évolue généralement dans un milieu où les apports
d'air... calorifiques, nombreux et divers, viennent perturber cet équilibre.
L'installation de climatisation permet de combattre ces apports en traitant
l'air.

Méthodologie Pour installer la climatisation dans un local, il est d'abord nécessaire de


quantifier les apports calorifiques avant de déterminer le type
d’équipement qui permettra de les neutraliser.
Le calcul des apports calorifiques passe par trois grandes phases :
1. Etablir le bilan thermique
2. Déterminer le débit d’air
3. Calculer les droites de pente (local et batterie)

Définitions et concepts Page 3/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Etablir le bilan thermique

Définition Etablir le bilan thermique d'un local, c'est répertorier et quantifier toutes
les sources de perturbation qui vont influencer l’ambiance en
température et en humidité :
• apports de chaleur venant de l’extérieur (été) ou départs de chaleur
vers l’extérieur (hiver),
• apports de chaleur dus aux équipements internes ou aux occupants,
• apports ou départs d’humidité dus aux équipements, aux occupants et à
la migration par les parois.
• apports ou extractions d'air.

Paramètres Un local à climatiser est le siège d’échanges thermiques qui se répartissent


en trois types d'apports :
• les charges externes,
• les charges internes,
• les apports d'air neuf.

Charges Les charges externes représentent tous les échanges thermiques avec le
externes milieu extérieur : au niveau des parois, portes et vitrages, à travers les
surfaces vitrées et par l'intermédiaire des ouvertures :

ATELIER

CHAUFFERIE RECEPTION

Définitions et concepts Page 4/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Etablir le bilan thermique (suite)

Paramètres
(suite)

Charges • Charges au niveau des parois, portes et vitrages :


externes L'échange thermique a lieu en raison de la différence de température
(suite) avec l’extérieur ou les locaux mitoyens.
Les apports calorifiques s'effectuent par transmission :
− apports positifs en été (ou "aperditions"),
− apports négatifs en hiver (ou "déperditions").
La nature et l’épaisseur des matériaux jouent un rôle primordial dans
cet échange et l’isolation thermique est généralement indispensable.
• Charges à travers les surfaces vitrées :
Le rayonnement solaire crée un flux calorifique qui pénètre en partie à
l’intérieur du local.
Son intensité dépend de :
− la latitude géographique,
− la valeur du rayonnement solaire,
− la hauteur du soleil,
− l'heure du jour,
− l'orientation du local,
− le coefficient de transparence de l’atmosphère,
− la nature du vitrage : simple ou double, avec lame d’air,
réfléchissant...
− la nature des protections : stores internes ou externes, rideaux,
casquettes...
• Charges par l’intermédiaire des ouvertures (portes, fenêtres...) :
Elles sont dues à des infiltrations d’air incontrôlées dont les conditions
climatiques (température, humidité) sont différentes de celles de
l’ambiance interne.
La qualité des huisseries et l’étanchéité générale du bâtiment sont par
conséquent essentielles.
Note :
Dans le cas d’un apport systématique d’air hygiénique, la création
d’une légère surpression permet de contrôler en partie les infiltrations
d'air.

Définitions et concepts Page 5/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Etablir le bilan thermique (suite)

Paramètres
(suite)

Charges Les charges internes proviennent de tous les éléments situés à l'intérieur
internes d'un local et susceptibles de modifier son équilibre thermique.
Les sources de charges internes sont diverses et essentiellement liées à
l’utilisation du bâtiment et à ses équipements, sans oublier l’activité
humaine :
• l'éclairage (lampes, spots...),
• l'appareillage électrique (séchoirs à cheveux, moteurs, machines...),
• les équipements thermiques (brûleurs, producteurs de vapeur...),
• les occupants du local (activités diverses).

Note :
Dans l’industrie, il y a lieu de bien connaître l'ensemble d'un process de
fabrication, et notamment le cheminement des produits à travers les
différents locaux. Cela permet de déceler tous les vecteurs d’accumulation
ou de transmission des calories produites (par exemple, cheminement d'un
chariot sortant d'un four).

Apports La nécessité d’apporter de l’air neuf est non seulement reconnue mais
d'air neuf légalisée et codifiée.
Elle est impérative pour les immeubles modernes dont l’étanchéité
renforcée limite les introductions d’air parasites.
Aussi, lors d'une installation de climatisation, on doit prendre en compte le
traitement de cet air neuf dans les calculs de la puissance à installer.
Selon l’importance de l’installation, le traitement d'air pur peut :
• être inclus dans le bilan thermique,
• être intégré ultérieurement au moment de la sélection du matériel.

Définitions et concepts Page 6/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Etablir le bilan thermique (suite)

Calcul

Evaluation Pour évaluer les apports thermiques d'un local, on peut se reporter à
des apports différentes sources de renseignements :

Apports Sources de renseignements


thermiques

Apports • Les données de base sont notamment apportées par :


externes − les DTU (Documents Techniques Unifiés),
− les fabricants des matériaux composant le
bâtiment.
Voir, en annexe, quelques définitions et valeurs issues
des DTU ou de documents divers.
• Les volumes d’air neuf sont imposés par :
− les normes en vigueur ou
− les impératifs techniques de l’utilisateur.

Apports Il y a lieu de les faire définir avec précision par


internes l'utilisateur.

Présentation du Le bilan thermique se présente sous la forme d'une double distinction :


bilan thermique
1. Distinction Eté / Hiver :

Bilan Il ne comporte généralement que des charges positives


thermique (apports de chaleur).
Eté Il doit faire apparaître séparément :
• les charges en chaleur sensible, qui tendent à
augmenter la température,
• les charges en chaleur latente, qui tendent à
augmenter la teneur en humidité.

Bilan Il comporte généralement :


thermique • des charges négatives (déperditions, air neuf) liées à
Hiver la qualité du bâtiment, et
• des charges positives liées à l’occupation et à
l’activité (éclairage, machines, occupants).
En réalité, il ne tient compte que des charges négatives :
• cas de non occupation

Définitions et concepts Page 7/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Etablir le bilan thermique (suite)

Calcul (suite)

Présentation du 2. Distinction Chaleur sensible / Chaleur latente :


bilan thermique Cette autre distinction du bilan thermique est très utile pour calculer
(suite) l’installation de climatisation (voir la notion de "droite de pente du
local" à la page 20).
Elle est indispensable pour aborder le conditionnement d’air de
précision.
En revanche, pour les installations de confort "standard", le rapport
chaleur sensible/chaleur latente étant relativement constant, les
matériels sont déjà conçus en conséquence.

Facilités Il existe des logiciels de calcul de bilan thermique ou des grilles de


de calcul calcul rapide utilisés par les bureaux d’étude et les installateurs.
Voir, en annexe (chapitre 7), un exemple de feuille de calcul rapide du
bilan thermique.

Application Il s'agit de calculer le bilan thermique d'un laboratoire industriel.

Données Consulter, à la page suivante, le tableau des données à exploiter pour le


calcul :
• Caractéristiques générales du local,
• Coefficients (données client),
• Conditions de base à l'intérieur et à l'extérieur du local, en été et hiver,
• Charges internes,
• Renouvellement d'air systématique.

6
2
7
1
+32˚C +25˚C 5

4 3

8
gaz

Définitions et concepts Page 8/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Etablir le bilan thermique (suite)


Application
(suite)

Données (suite)

Caractéristiques générales • Dimensions : 15 m × 8 m × 3 m (3,5 m sous faîtage)


du local • Volume : 360 m3
• Vitrages : 10 m × 2 m
exposition ouest
doubles vitrages avec stores extérieurs
coefficient insolation : 135 W/m2
• Porte : 2,2 m × 1,2 m,
glace trempée, exposition nord
Coefficients (données client) • Parois :
parpaing creux 0,20 m + isolation 0,035 m + doublage
K = 0,8 W/m2 °C, température équivalente + 38°C (1)
• Plafond :
isolation sous toiture avec doublage placoplâtre
K = 0,9 W/m²°C, surface 125 m², température
équivalente 44°C (1)
• Sol :
dalle sur terre-plein
K linéaire = 2 W/m °C
• Vitrages :
K = 3,5 W/m2 °C, température équivalente + 38°C (1)
• Porte :
K = 5,0 W/m2 °C

Conditions de base Eté Hiver


ambiance extérieure te = + 32°C 40 % HR te = − 10°C 100 % HR

ambiance intérieure ti = + 25°C 50 % HR ti = + 19°C 50 % HR

Charges internes • Eclairage : 15 W/m2


• Bain marie : surface de 0,5 m2, tbm = 60°C (2)
• 5 brûleurs de type bec Bunsen au gaz de ville
CS = 450 W CL = 80 g/h
• Personnel : (6 personnes)
à 25°C à 19°C
CS : 80 W 120 W
CL : 140 W 80 W
• Moteurs divers (agitateurs, malaxeurs...) 750 W

Renouvellement d'air systématique • 5 volumes/h : 360 × 5 = 1 800 m3/h

Définitions et concepts Page 9/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Etablir le bilan thermique (suite)

Application
(suite)

Données (suite) Remarques :


(1) Températures équivalentes :
L’insolation des toitures et parois provoque une élévation non négligeable
de la température de surface. Les méthodes de calcul qui permettent de
déterminer cette température intègrent de nombreux paramètres :
• l’orientation,
• la hauteur du soleil,
• la nature de la paroi.
Les logiciels de calcul de charges tiennent compte de ces éléments.
D’une façon tout à fait arbitraire, nous avons pris une température
équivalente à :
• + 38°C pour les parois exposées sud et ouest,
• + 44°C pour la toiture.

(2) Bain marie :


Dans le cas d’une nappe d’eau maintenue à une température élevée
constante, les deux formules de la page suivante permettent de calculer :
• la quantité de vapeur d’eau émise,
• la quantité de chaleur dégagée par cette vapeur.

Définitions et concepts Page 10/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Etablir le bilan thermique (suite)

Application
(suite)

Données (suite) Poids de vapeur d’eau émise :


w = 16 x (we - wa) x S
we = humidité absolue de l’air saturé à la température de l’eau
wa = humidité absolue de l’air ambiant

• Calcul été :
we = 145 g/kgas
wa = 9,9 g/kgas
w = 16 x (145 - 9,9) x 0,5 = 1080 g/h

• Calcul hiver :
we = 145 g/kgas
wa = 6,8 g/kgas
w = 16 x (145 - 6,8) x 0,5 = 1106 g/h

Quantité de chaleur dégagée :


q = 0,52 × (tbm - ti) × w
tbm = température du bain marie,
ti = température intérieure ambiante,
w = poids d’eau évaporée.
• Calcul été :
q = 0,52 (60-25) × 1 = 18,2 W
• Calcul hiver :
q = 0,52 (60-19) × 1,079 = 23,00 W

Définitions et concepts Page 11/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Etablir le bilan thermique (suite)


Application
(suite)
Calcul Le bilan thermique du laboratoire correspond aux trois tableaux suivants :

BILAN THERMIQUE ETE

Repère Apports thermiques Chaleur Chaleur latente


sur le sensible
dessin

1 Apports par parois :


Plafond 0,9 x (125) x (44 - 25) arrondi à 2140 -

Sol 2 x [(15 + 8) x 2] x (32 - 25) arrondi à 645 -

Vitrages 3,5 x (10 x 2) x (38 - 25) 910 -

Porte 5,0 x (2,2 x 1,2) x (32 - 25) arrondi à 95 -

Parois 0,8 x [3 x (15 + 8) - 2,6] x (32 - 25) arrondi à 375 -

0,8 x [3 x (15 + 8) - 20,0] x (38 - 25) arrondi à 510 -

2 Apports insolation par vitrages : 135 x (10 x 2) 2700

3 Infiltrations d’air : - -

4 Occupants :
Chaleur sensible : 80 x 6 480 -

Chaleur latente : 140 x 6 - 840 (1,2 kg/h)

5 Moteurs : 750 -

6 Eclairage : 15 x (15 x 8) 1800 -

7 Bain-marie : application des formules de la page 11


w = 16 x (0,145 - 0,0099) x 0,5 = 1,08 kg/h (soit 1,08 kg x 700) - 755 (1,08 kg/h)
q = 0,52 (tbm-ti) x w = 18,2 W arrondi à 20
-

8 Becs Bunsen :
Chaleur sensible 450 x 5 2250 -

Chaleur latente 0,080 x 5 x 700 - 280 (0,40 kg/h)

Total : arrondi à 12670 W 1876 W (2,68 kg/h)

(Les repères sont à consulter sur le dessin page suivante)

Définitions et concepts Page 12/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Etablir le bilan thermique (suite)

Application
(suite)

Calcul (suite)

6
2
7
1
+32˚C +25˚C 5

4 3

8
gaz

① Parois
② Vitrages
③ Infiltrations d’air
④ Occupants
⑤ Moteur
⑥ Eclairage
⑦ Bain-marie
⑧ Bec Bensen

Définitions et concepts Page 13/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Etablir le bilan thermique (suite)

Application
(suite)

Calcul (suite)

BILAN THERMIQUE HIVER (période de non-occupation)

Apports thermiques Chaleur Chaleur latente


sensible
Déperditions par parois
Plafond : 0,9 × (125) × [19 - (-10)] - 3262 -
Sol : 2 × [(15 + 8) × 2] × 29 - 2668 -
Vitrages : 3,5 × (10 × 2) × 29 - 2030 -

Porte : 5,0 × 2,2 × 1,2 × 29 -


- 393
-
Parois : 0,8 × [(15 + 8) x (2 × 3) - 22,6] × 29 - 2676

Bain-marie (application des formules 1,106 kg × 700 W/kg) - + 774 (1,106 kg/h)

TOTAL - 11029 W + 774 (1,106 kg/h)

BILAN THERMIQUE HIVER (période d'occupation)

Apports thermiques Chaleur Chaleur latente


sensible
Déperditions par parois - 11029 -

Occupants
CS : 6 × 120 + 720 -
CL : 6 × 80 - + 480 (0,686 kg/h)
Moteurs + 750 -

Eclairage + 1800 -

Bain-marie _ + 774 (1,106 kg/h)

Becs Bunsen + 2250 + 280 (0,40 kg/h)

TOTAL - 5509 W + 1534 W


(2,192 kg/h)

Définitions et concepts Page 14/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Etablir le bilan thermique (suite)

Application
(suite)

Calcul (suite) Le tableau suivant récapitule les valeurs en chaleur sensible, chaleur
latente et chaleur totale pour les trois cas envisagés précédemment :

Type de chaleur Valeurs en watts


Eté Hiver Hiver
(local non occupé) (local occupé)

Chaleur sensible 12670 − 11029 − 5509

Chaleur latente 1876 + 774 + 1534

Chaleur totale 14546 W − 10225 W − 3975 W

Important :
L'air neuf n'est pas pris en compte dans ce bilan thermique car il n'est pas
introduit directement dans le local et n'altère pas la température.
En revanche, pour le calcul de la batterie, il interviendra dans le mélange
d'air.

Définitions et concepts Page 15/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Déterminer le débit d'air

Définition Déterminer le débit d'air, c'est définir le volume d'air qui sera soufflé
dans le local, à une température et une humidité données, pour :
• absorber les charges sensibles et latentes en été,
• couvrir les pertes de chaleur en hiver.

Paramètres Pour calculer le débit d'air nécessaire, il faut prendre en compte :


• la température de soufflage,
• le coefficient de brassage,
• la répartition et la vitesse de l'air.

Température de La température de soufflage est fonction :


soufflage
• de la température de l'air au niveau des occupants, qui ne doit être ni
trop basse, ni trop haute,
• du type de bâtiment (hauteur sous plafond ...),
• du mode de diffusion d'air,
• de l'utilisation du bâtiment (atelier, magasin ou bureau...),
• de l'activité des occupants (position assise, debout ou couchée...),
• des exigences techniques en matière de précision (température,
hygrométrie).
A titre indicatif, pour des installations de type "confort" et des bâtiments
de hauteur moyenne avec une diffusion d’air bien étudiée, on aura les
températures de soufflage suivantes :
• en été : soufflage de 8 à 12 K en dessous de l’ambiance,
• en hiver : soufflage de 10 à 20 K en dessus de l’ambiance.

Coefficient de Le coefficient de brassage est le rapport entre le volume d'air soufflé et le


brassage volume du bâtiment.
Il ne doit être ni trop fort (risque de courants d’air désagréables), ni trop
faible (risque de stratification de l’air).
Sa valeur moyenne se situe entre 5 à 7 brassages/heure, voire 10, selon le
type d'installation.

Attention :
Le mode de diffusion de l’air peut modifier les données : une diffusion de
type laminaire, avec plafond et sol perforés, tolère des coefficients de
brassage de 50 à 100, voire davantage.

Définitions et concepts Page 16/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Déterminer le débit d'air (suite)

Paramètres
(suite)

Répartition et Ces paramètres seront traités lors de l’étude de la diffusion d’air.


vitesse de l'air
En ce qui concerne la vitesse d'air, il est nécessaire de la vérifier au
niveau des occupants : elle doit être de l'ordre de 0,15 à 0,25 m/s.
De plus, elle n'est pas directement liée au volume d'air soufflé : elle est
fonction du mode de diffusion et de la répartition de l'air.

Calcul Pour calculer le débit d'air, on doit :


1. Choisir la température de soufflage :
Par exemple, 15°C pour une ambiance à + 25°C, ce qui correspond à
une différence de température de 10°C.
2. Calculer le débit d'air à partir du bilan chaleur sensible :

Charge de chaleur sensible en W


Débit kg/h =
Chaleur massique de l'air sec × ∆t

Rappel : La chaleur massique de l'air sec est de : 0,279 Wh/kg/K


3. Calculer le débit d'air à partir de la chaleur totale (par la différence
d'enthalpie) :
• Conditions d'air à l'entrée : température-humidité → enthalpie
• Conditions d'air à la sortie : température-humidité → enthalpie

Charge en chaleur totale W


Débit en kg/s =
Enthalpie entrée (J/kg) − Enthalpie sortie (J/kg)

Note :
A ce stade de l'étude, il n'est pas toujours facile de connaître les
conditions de sortie d'air.

Définitions et concepts Page 17/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Déterminer le débit d'air (suite)

Application Reprenons l'exemple du laboratoire industriel et calculons le débit d'air


pour les trois cas possibles :
• saison été,
• saison hiver (période d'occupation),
• saison hiver (période de non-occupation).

Saison été Pour calculer le débit d'air en été, on traitera les données suivantes :
• Bilan thermique :
CS = 12670 W
CL = 1876 W
CT = 14546 W
• Ambiance demandée : + 25°C 50 % HR
• Température de soufflage choisie : + 15°C
(soit une différence de température de 10°C)
• Le débit d'air massique est donc :
12670
= 4541kg / h
0,279 × 10
• Volume spécifique à (15°C, 100%) = 0,830 m /kg
3

• Le débit d’air soufflé est de 4541 × 0,830 = 3770 m3/h


3770
• Le coefficient de brassage est de : = 10,5
360
On devra étudier avec soin la répartition et la diffusion de l'air.

Saison hiver Pour calculer le débit d'air en hiver, lorsque le local est occupé, on
(occupation) traitera les données suivantes
• Bilan thermique :
CS = − 5509 W
CL = + 1534 W
CT = − 3975 W
• Débit d'air fixé : 4540 kg/h (valeur déjà calculée pour le
fonctionnement été).
• Vérification de la température de soufflage :
5509
t + 19 + = 23,35
0,279 × 4540
Cette température de + 23,35°C est trop basse car elle entraîne une
sensation de froid chez une personne assise.

Définitions et concepts Page 18/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Déterminer le débit d'air (suite)

Application
(suite)

Saison hiver Il faut envisager pour l'hiver un débit d'air réduit, en prévoyant un moteur
(suite) à deux vitesses pour le ventilateur.
• Calcul d'un débit d'air réduit pour l'hiver :
− Pour un moteur de 1500/750 t/mn, le débit d'air est de
4540/2270 kg/h.
− Avec 2270 kg/h, la température de soufflage est de :
5509
19 + = 27,69° C (valeur acceptable)
0,279 × 2270
3
Or, le débit d'air neuf demandé est de 1800 m /h, c’est à dire environ
2180 kg/h. Cette solution permet d’avoir en hiver en période d’occupation
un débit correct. L’installation fonctionnera en tout air neuf avec un débit
d’air de 2270 kg/h.

Saison hiver Le débit d'air en hiver, lorsque le local n'est pas occupé, est celui
(non- calculé précédemment : 2270 kg/h, nous allons déterminer la température
occupation) de soufflage :
• Bilan thermique :
CS = − 11029 W
CL = + 774 W
CT = − 10255 W
• Calcul de la température de soufflage :
11029
t = 19 = = 36, 41°C
0,279 × 2270

Définitions et concepts Page 19/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Calculer la droite de pente du local

Définition La droite de pente du local représente le rapport entre la chaleur totale et


le poids d'eau :
chaleur totale
γ = chaleur sensible + chaleur latente =
poids d'eau poids d'eau

Explication Nous savons que le bilan thermique évalue :


• les apports en chaleur sensible (modifications de température),
• les apports en chaleur latente (modifications d'humidité absolue).
Ces apports, et notamment la répartition chaleur sensible/chaleur latente,
caractérisent le local :

apports
extérieurs
+32˚C

vapeur
d'eau insolation
ébullition
+25˚C directe
respiration
+32˚C

infiltration
d'air

combustion
gaz gaz

On peut imaginer de représenter ces valeurs sous la forme d'un rapport


entre :
• la chaleur totale produite (donc à évacuer) et
• la quantité d'humidité dégagée (donc à condenser).
Ce rapport, appelé "droite de pente du local", caractérise aussi le local.

Définitions et concepts Page 20/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Calculer la droite de pente du local (suite)

Définition (suite)

Adéquation La totalité de la chaleur sensible et de la chaleur latente qui composent la


climatiseur/ charge thermique du local (charges internes + charges externes ) doit être
local absorbée par l'air soufflé dans le local au cours de son trajet.
Autrement dit, les charges thermiques du local (sensible et latente) doivent
être compensées par les variations de température et d'humidité (entre
soufflage et reprise) :

TS HS

traitement
d'air
débit Q

TR HR

Définitions et concepts Page 21/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Calculer la droite de pente du local (suite)

Définition (suite)

Adéquation
climatiseur/
local (suite) L'évolution de l'air, entre les deux points de soufflage et de reprise
constitue donc la droite de pente du local. Idéalement, tous les points
situés à l'intérieur du local sont dans le même rapport :
chaleur totale di
γ= =
débit d' eau dx
La chaleur totale peut être exprimée en kcal/h ou en watt, le poids d’eau
peut être exprimé en kg/h ou en kg/s.
di kcal / h
• γ = = = kcal / kg d' eau
dx kg / h
di W W.s
• γ= = = = Joule / kg d' eau
dx kg / s kg
Si W est en kW, on obtiendra des kJoule/kg d’eau.

Note :
La droite de pente du local n'est généralement prise en compte que pour le
fonctionnement été de la climatisation.
Cependant, elle pourrait l'être également pour le fonctionnement hiver.
Dans ce cas, il ne faudrait pas oublier de distinguer :
• les pertes par parois, qui sont des pertes de calories (signe négatif),
• les dégagements internes, qui sont des gains de calories (signe positif).

Définitions et concepts Page 22/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Calculer la droite de pente du local (suite)

Application Calculons la droite de pente du laboratoire industriel pour les trois cas
possibles :
• Saison été,
• Saison hiver (période d'occupation),
• Saison hiver (période de non-occupation).

Saison été Pour calculer la droite de pente du local en été, on traitera les données
suivantes :
• Bilan thermique :
CS = 12670 W
CL = 1876 W (2,68 kg/h = 0,000744 kg/s)
CT = 14546 W
• Calcul de la droite de pente du local :
di 14546
γ = = = 19539403 Joule / kg d' eau = 19540 kJ / kg d' eau
dx 0,000744
ou :
di 14546 × 0,86
γ = = = 4668 kcal / kg d' eau
dx 2,68

Définitions et concepts Page 23/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Calculer la droite de pente du local (suite)

Application
(suite)

Saison été Sur le diagramme ci-dessous, la droite de pente du local est la parallèle
(suite) (passant par 25°C 50 % HR) à la ligne qui joint l'origine à la valeur γ sur
l'échelle (échelle en kcal/kg d’eau).
Le point de soufflage S, à + 15°C, est positionné sur cette droite de pente.

20

85
20000
10000
γ = 4668

19
6000
γ 4668

80
5000
4000

18

75
3000

17

70
25

16
2000

65
15
14

60

0
150
13

55

0
140
12

20
10

50

0
130
0
11

10
40

ε=

90
9

ε=
45

80
ε=

70

00
35
8

12
=
ε

60

ε=
15
50
7

30

ε=
5

(S) (A) 40
ε=
20

00
11
droite de
25
4

30

pente du local
ε=
15

10
50
3

10
10
2

5
00

1
10

5
0

0
0
-1

-5
-5

- 10
-2

15˚C 25˚C
-3

TEMPERATURE - 10˚C - 9 -8 -7 - 6 -5˚C -4 -3 -2 -1 0˚C 1 2 3 4 5˚C 6 7 8 9 10˚C 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20˚C 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30˚C 31


(t, t', tr en ˚C)
0
90

VOLUME SPECIFIQUE 0,750 0,760 0,770 0,780 0,790 0,800 0,810 0,820 0,830 0,840 0,850 0,860
(v' en m3/Kg)
650
750

700

600

550
0

500
80

Définitions et concepts Page 24/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Calculer la droite de pente du local (suite)


Application
(suite)
Saison hiver Pour calculer la droite de pente du local en hiver, lorsqu'il est occupé, on
(occupation) traitera les données suivantes :
• Bilan thermique :
CS = − 5509 W
CL = + 1534 W (2,192 kg)
CT = − 3975 W
• Calcul de la droite de pente du local :
di − 3975 × 0,86
γ = = = −1559,5 kcal / kg d' eau (-1560)
dx 2,192
• Ambiance : + 19°C 50 % HR
• Débit d'air réduit : 2270 kg/h
• Soufflage : + 27,6
γ = -1560 0,025 -α
20

85

- 20000
0,024 - 10000
19

- 6000
80

0,023
0,965
- 4000
18

0,022 - 3000
75

- 3000
17

0,021
- 2000
70

γ
25 0,020
16

- 1560
0,960
0,019
65
15

- 1000
0,018
14

60

- 800
0,017

0,955 - 600
0,016
55

20 0,015

- 400
0,014
0
10
ε=

90

- 30
0
ε=

0,013 0,950
80
ε=

70

0,012
=

- 20
ε

0
60

ε=
15 0,011
50
ε=
0,010 - 10
40 0
ε= 0,945

0,009
30
ε=
0,008
0
(A) 0
ε =2 0,007

(S) 0,940 50
0,006

0,005
10
ε=
10
0
0,004

0,003 0,935

15
0,002 0

0,001
19˚C 27,6˚C
0,000
0,930 20
14 15˚C 16 17 18 19˚C 20˚C 21 22 23 24 25˚C 26 27 28 29 30˚C 31 32 33 34 35˚C 36 37 38 39 40˚C 41 42 43 44 45˚C 46 47 48 49 50˚C 51 52 53 54 55˚C 0

0,820 0,830 0,840 0,850 0,860 0,870 0,880 0,890 0,900 0,910 0,920 0,930

Définitions et concepts Page 25/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Calculer la droite de pente du local (suite)


Application
(suite)

Saison hiver Pour calculer la droite de pente du local en hiver, lorsqu'il n'est pas
(non- occupé, on traitera les données suivantes :
occupation)
• Bilan thermique :
CS = − 11029 W
CL = + 774 W (1,106 kg)
CT = − 10255 W
• Calcul de la droite de pente du local :
di − 10255 × 0,86
γ = = = − 7974 kcal / kg d' eau
dx 1,106
• Ambiance : + 19°C, 50 % HR
• Débit d'air réduit : 2270 kg/h
• Soufflage : + 36,41°C
γ = -7974 0,025 -α
20

85

- 20000
0,024
γ
- 10000
- 7974
19

- 6000
80

0,023
0,965
- 4000
18

0,022 - 3000
75

- 3000
17

0,021
- 2000
70

25 0,020
16

- 1500
0,960
0,019
65
15

- 1000
0,018
14

60

- 800
0,017

0,955 - 600
0,016
55

20 0,015

- 400
0,014
0
10
ε=

90

- 30
0
ε=

0,013 0,950
80
ε=

70

0,012
=

- 20
ε

0
60

ε=
15 0,011
50
ε=
0,010 - 10
40 0
ε= 0,945

0,009
30
ε=
0,008
0
(A) 2 0
ε= 0,007
(S)
0,940 50
0,006

0,005
10
ε=
10
0
0,004

0,003 0,935

15
0,002 0

0,001
19˚C 36,4˚C
0,000
36,4˚C 0,930 20
15˚C 16 17 18 19˚C 20˚C 21 22 23 24 25˚C 26 27 28 29 30˚C 31 32 33 34 35˚C 36 37 38 39 40˚C 41 42 43 44 45˚C 46 47 48 49 50˚C 51 52 53 54 55˚C 0

0,820 0,830 0,840 0,850 0,860 0,870 0,880 0,890 0,900 0,910 0,920 0,930

Définitions et concepts Page 26/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Calculer la droite de pente du local (suite)

Incidence du Le calcul de la droite de pente d'un local doit prendre en compte la


paramètre humidité quantité d'humidité à condenser.
Or, lors du fonctionnement de la climatisation en été, on peut
rencontrer trois cas :
• Cas 1 : Absence de dégagement d'humidité et d'apports latents
extérieurs,
• Cas 2 : Dégagement d'humidité, avec bilan "chaleur latente"
moyen,
• Cas 3 : Dégagement d'humidité, avec bilan "chaleur latente"
important.

Cas 1 Le tableau suivant décrit le cas correspondant à l'absence de


dégagement d'humidité et d'apports extérieurs :

Caractéristiques Description Exemple

Dégagement • Il n'y a aucun dégagement Chaleur sensible 16740 W


d'humidité d'humidité dans le local à
traiter. + Chaleur latente 0 W (0 Kg/h)
• Il n'y a aucun apport =
= Chaleur totale 16740 W
extérieur (air neuf, par
exemple).

Droite de pente • Elle est horizontale.


du local
• Elle coupe la saturation à la
température de rosée de l’air
ambiant.

Traitement d'air • L'air devra subir uniquement • Ambiance : + 25°C 50 % HR


un refroidissement à (température de rosée : + 13,7°C)
humidité absolue constante. • Sortie batterie froide : + 15°C
• Sa température de sortie de (température supérieure à + 13,7°C)
batterie froide devra être • Débit d'air correspondant :
supérieure à celle du point de
rosée de l’air ambiant. 16740
= 6000 kg / h
0,279 × ( 25 − 15)

Définitions et concepts Page 27/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Calculer la droite de pente du local (suite)

Incidence du
paramètre
humidité (suite)

Cas 2 Le tableau suivant décrit le cas correspondant à un dégagement


d'humidité, avec bilan "chaleur latente" moyen :

Caractéristiques Description Exemple

Dégagement Il y a dégagement d'humidité


Chaleur sensible 16740 W
d'humidité dans le local mais le bilan
"chaleur latente" est moyen et +Chaleur latente 2560 W (3,66 kg/h)
relativement faible par rapport =
au bilan "chaleur sensible". = Chaleur totale 19300W

Droite Elle est oblique et coupe la


de pente saturation à une température
du local inférieure au point de rosée de
l’air ambiant.
Traitement d'air L'air devra subir un • Ambiance : + 25°C 50% HR
refroidissement à une (température de rosée : + 13,7°C). La
température inférieure à celle droite de pente coupe la saturation à
du point de rosée. Cela 12,5°C (< 13,7°C).
entraînera une condensation
• Sortie batterie froide : + 12,8°C (même
de la vapeur d'eau.
teneur en humidité absolue que l'air à
15°C sur la droite de pente : pour
maintenir un soufflage à 15°C, il
faudra réchauffer l'air).

Définitions et concepts Page 28/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Calculer la droite de pente du local (suite)

Incidence du
paramètre
humidité (suite)

Cas 3 Le tableau suivant décrit le cas correspondant à un dégagement


d'humidité, avec bilan "chaleur latente" important :

Caractéristiques Description Exemple

Dégagement Il y a un important dégagement C'est souvent le cas des piscines ou des


d'humidité d'humidité dans le local et le process de séchage (pour fromages,
bilan "chaleur latente" est très charcuterie, porcelaine, carreaux de
élevé par rapport au bilan plâtre...).
"chaleur sensible".
Chaleur sensible 16740 W
+ Chaleur latente 10467 W (15 kg/h)
=
= Chaleur totale 27207 W

Droite Elle est oblique et ne coupe pas


de pente la saturation.
du local

Traitement d'air Il consiste à choisir les • Ambiance : + 25°C 50 % HR.


conditions de soufflage.
• Air soufflé : + 15°C (positionner le
Les conditions de sortie batterie
point de soufflage sur la droite de
froide sont déterminées sur la
pente).
courbe de saturation.
• Sortie batterie froide : + 9,6°C
100 % HR (même valeur en humidité
absolue que celle du point de
soufflage retenu). Il faudra réchauffer
avant soufflage.

Définitions et concepts Page 29/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Calculer la droite de pente du local (suite)

Incidence du
paramètre
humidité (suite)

Diagramme Le diagramme ci-dessous présente les droites de pente du local pour les
récapitulatif trois cas abordés précédemment :
• Cas 1 : absence de dégagement d’humidité.
• Cas 2 : dégagement moyen d’humidité.
• Cas 3 : dégagement important d’humidité.

k
(

kJ/
(q' 00
lpie

1
en
tha
23
en

lpie
tha
95
en
22
30

90
21
γ=α cas n˚ 1

20

85
20000
10000 cas n˚ 2

19
6000
γ = 4534

80
5000
4000 18

75
3000

n˚ 3
17

cas
70

25
16

2000
65
15

9
155
γ=
14

60

0
150
13

55

1400
12

20
10

50

0
130
0
11

10
40

ε=

90
9

ε=
45

80
ε=

70

00
35
8

12
=
ε

60

ε=
15
50
7

+13,7˚C
30

ε=
5

+12,8˚C
+12,5˚C 40
ε=
20

00
11
25
4

30
ε=
+9,6˚C
15

0 10
3

5
10
10
2

5
00

1
10

5
0

0
0
-1

-5
-5

- 10
-2
-3

TEMPERATURE - 10˚C - 9 -8 -7 - 6 -5˚C -4 -3 -2 -1 0˚C 1 2 3 4 5˚C 6 7 8 9 10˚C 11 12 13 14 15˚C 16 17 18 19 20˚C 21 22 23 24 25˚C 26 27 28 29 30˚C 31 32
(t, t', tr en ˚C)
0
90

VOLUME SPECIFIQUE 0,750 0,760 0,770 0,780 0,790 0,800 0,810 0,820 0,830 0,840 0,850 0,860
(v' en m3/Kg)
650
750

700

600

550
0

500
80

Définitions et concepts Page 30/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Calculer la droite de pente de la batterie

Définition La droite de batterie est représentée par le même rapport puissance totale
divisée par poids d’eau.

di puissance totale batterie


γb = =
dx poids d' eau batterie

Lorsqu’il n’y a aucun apport systématique d’air neuf on a en théorie :


• puissance totale batterie = puissance totale local
• poids d’eau batterie = poids d’eau local
soit γlocal = γbatterie
Ce raisonnement suppose que la batterie permet, de part sa conception
(écartement d’ailettes, rapport surface tube/surface ailettes) d’obtenir des
conditions de sortie d’air (F) totalement identiques aux conditions de
soufflage calculées (S). Points (S) et (F) confondus.
65
15
14

60
13

55
12

20
10

50

0
11

10
40

ε=

90
9

ε=
45

80
ε=

70
35
8

=
ε

60

ε=
15
50
7

30

(A) ε =
40
ε=
25

(S) ε=
30

10
(F)
20
ε=

2 3 4 5˚C 6 7 8 9 10˚C 11 12 13 14 15˚C 16 17 18 19 20˚C 21 22 23 24 25˚C 26 27 28 29 30˚C 31 32 33 34 35˚C

0,780 0,790 0,800 0,810 0,820 0,830 0,840 0,850 0,860 0,870
450
650
700

600

550

500

Définitions et concepts Page 31/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Calculer la droite de pente de la batterie (suite)

Définition (suite) Généralement, en sortie de batterie, l’air est au voisinage de la saturation


(95 à 99 %).
Le point F est différent de S et il faut réchauffer de F en S.

70
35
8

=
ε

60
ε=
15
50

30
(E) ε =
5

40
ε=
20

25
4

(F)
15

10

(S)
nte b atterie
de pe
0

droite al
u loc 5

e pe nte d
dr oite d
0

-5

7 - 6 -5˚C -4 -3 -2 -1 0˚C 1 2 3 4 5˚C 6 7 8 9 10˚C 11 12 13 14 15˚C 16 17 18 19 20˚C 21 22 23 24 25˚C 26 27 28 29 30˚C

0,760 0,770 0,780 0,790 0,800 0,810 0,820 0,830 0,840 0,850 0,86
650
750

700

600

550
0

500
80

Lorsqu’il y a un apport d’air neuf :


le mélange air neuf (AN) et air ambiant (A) donne un point de mélange M.

0
130
0
11

10
40

ε=

90
9

(AN)
ε=
45

80
ε=

70

0
35

0
8

12
=
ε

60

ε=
15 (M)
7

50
30

ε=
5

40
(A) ε=
20

00
11
25
4

(F)
15

10
50
3

10
(S)
10
2

5
00

1
10

local
0

0
te du
0

pen
ite de tterie
-1

dro -5

ent e ba
de p
-5

- 10
e
droit
-2
-3

TEMPERATURE - 10˚C - 9 -8 -7 - 6 -5˚C -4 -3 -2 -1 0˚C 1 2 3 4 5˚C 6 7 8 9 10˚C 11 12 13 14 15˚C 16 17 18 19 20˚C 21 22 23 24 25˚C 26 27 28 29 30˚C
(t, t', tr en ˚C)
0
90

VOLUME SPECIFIQUE 0,750 0,760 0,770 0,780 0,790 0,800 0,810 0,820 0,830 0,840 0,850 0,8
(v' en m3/Kg)
650
750

700

600

550
0

500
80

Définitions et concepts Page 32/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Calculer la droite de pente de la batterie (suite)

Définition (suite) Exemple d’une installation avec apport systématique d’air neuf et
extraction d’air vicié :

TS HS

traitement
d'air
débit Q

TR HR

Note :
Sauf cas spécifique, cet air neuf est déjà traité globalement avant
distribution :
• soit au niveau d'une centrale indépendante de traitement d'air neuf,
• soit dans la centrale de traitement d'air, par le biais du caisson de
mélange (simple ou double effet).

Définitions et concepts Page 33/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Calculer la droite de pente de la batterie (suite)

Application Dans le cas du laboratoire industriel, après avoir évalué la droite de


pente du local, nous pouvons calculer la droite de pente de la batterie.

Rappel Bilan thermique :


CS = 12670 W
CL = 1876 W (2,68 kg/h)
CT = 14546 W
Droite de pente du local γ = 4668 kcal/kg d’eau
Débit massique = 4540 kg/h
Soufflage théorique = + 15°C, 87 % HR
Débit d’air neuf demandé = 1800 m3/h (≈ 2180 kg/h)

Calcul de la On évaluera d’abord la température de mélange :


droite de pente
de la batterie 2180 kg d’air à (+ 32°C, 40 % HR) et (4540 - 2180) = 2360 kg d’air à
(+ 25°C, 50 % HR)
 2180 × 32  +  2360 × 25  = 28,36°C
 
 4540   4540 
Le point de mélange M est donc M = + 28,36°C, 44,5%
La sortie d’air théorique est de + 15°C, 87 % HR, mais en fait, la batterie
nous donnera un air à 96-98 % HR mais à une température < + 15°C.
Par exemple : 13,5°C, 95,6 % HR (point S’ ayant la même teneur en
humidité absolue que + 15°C, 87 % HR
La droite de pente batterie passera par :
Point M, entrée batterie : + 28,36°C, 44,5 % HR, i = 56 kJ/kgas,
w = 10,9 g/kgas
Point S’, sortie batterie : + 13,5°C, 95,6 % HR, i = 37,2 kJ/kgas,
w = 9,2 g/kgas
Point S, soufflage : + 15°C, 87 % HR, i = 38, 7 kJ/kgas,
w = 9,2 g/kgas
La puissance de la batterie froide sera de :
4540
× ( 56 − 37,2 ) = 23,70 kW
3600
La puissance de réchauffage sera :
4540
× (38,7 − 37,2) = 1,89 kW
3600
23700 × 0,86
γ = = 2640 kcal / kg d’eau
(10,9 − 9,2) × 10 −3 × 4540

Définitions et concepts Page 34/35 Le bilan thermique


04/05/00
Confort et traitement d’air
version 1.01

Calculer la droite de pente de la batterie (suite)

Application
(suite)

Diagramme Le diagramme suivant indique la droite de pente de la batterie :

22
30

90
21

20

85
20000
10000

γ = 4688

19
6000

80
5000
γ 4688 4000
0
γ = 264

18

75
3000
γ 2640

17

70
25

16
2000

65
i = 56 kJ/kgas 15
14

60

0
150
13

55

0
140
12

20
i = 38,7 kJ/kgas
10

50

0
130 i = 37,2 kJ/kgas
0
11

10
40

5
ε=

90
9

4,
ε=

4
45

80

=
ε
ε=
= ,6

70

00
35
8

95

12
=
87

60 (E)
ε
=

ε=
15 ε 50
7

(M)
30

ε=
5

(S') (S) (A) ε=


40
20

00
11
25
4

droite de ε=
30
l
pente du loca
15

0 10
3

105

e
droite d rie
2
ε=

atte
10
2

pente b
5
00

1
10

5
0

0
0
-1

-5
-5

- 10
-2

13,5˚C 15˚C 25˚C 28,36˚C 32˚C


-3

TEMPERATURE - 10˚C - 9 -8 -7 - 6 -5˚C -4 -3 -2 -1 0˚C 1 2 3 4 5˚C 6 7 8 9 10˚C 11 12 13 14 15˚C 16 17 18 19 20˚C 21 22 23 24 25˚C 26 27 28 29 30˚C 31 32˚C 33 34
(t, t', tr en ˚C)
0
90

VOLUME SPECIFIQUE 0,750 0,760 0,770 0,780 0,790 0,800 0,810 0,820 0,830 0,840 0,850 0,860 0,87
(v' en m3/Kg)
450
650
750

700

600

550
0

500
80

Définitions et concepts Page 35/35 Le bilan thermique