Vous êtes sur la page 1sur 105

08/01/2020

Ecole d’Arzew
Dpt Gaz, Raffinage & Pétrochimie

DIMENSIONNEMENT DES ÉQUIPEMENTS


PÉTROCHIMIQUES

POUR : M2 PETRO

M. SAIED Miloud

PROGRAMME :
RAPPEL SUR TRANSFERT DE CHALEUR

VOIR DOC : TRANSFERT DE CHALEUR _ ECHANGEURS

CHAPITRE 05: Calcul des échangeurs de chaleurs.

CHAPITRE 06: Calcul des condenseurs.

CHAPITRE 07: Calcul des rebouilleurs.

CHAPITRE 08: Calcul des fours.


08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020

QUELQUES RAPPELS SUR LES UNITÉS


08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020

RÔLES DES ÉCHANGEURS ET TERMINOLOGIE

 Les procédés des industries pétrolières, pétrochimiques ou chimiques demandent


souvent que les fluides traités soient réchauffés ou refroidis avec ou sans
changement de phase au cours des diverses opérations auxquelles on les soumet.
La chaleur mise en œuvre représente une importante dépense d’énergie dont il est
nécessaire de récupérer la plus grande quantité possible en permettant, par
exemple, à un fluide chaud de transmettre sa chaleur à un fluide froid.

 Échangeur (Exchanger) : en dehors de son sens général tel qu’utilisé plus haut, ce
terme désigne l’appareil qui réchauffe un fluide de procédé et en refroidit un autre
le plus souvent sans changement de phase de l’un et l’autre de ces deux fluides.
08/01/2020

DIFERENTES FONCTIONS DES ÉCHANGEURS


08/01/2020
08/01/2020

La plupart des échangeurs de chaleur offrant une surface de séparation entre fluide
chaud et fluide froid peuvent être classés selon les familles technologiques suivantes :

 Echangeurs tubulaires ou faisceau-calandre


 Echangeurs double tube
 Echangeurs à plaques (démontables ou brasés)
 Echangeurs spiralés
 Echangeurs cryogéniques bobinés
 Echangeurs à air ( Aéroréfrigérants )
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020

DIFFÉRENTS TYPES D'ÉLÉMENTS

Les échangeurs tubulaires existant en usine sont très variés dans leur technologie bien que le
principe reste toujours le même. Ainsi, tous les éléments entrant dans la constitution des
échangeurs ont fait l'objet d'une normalisation publiée par le TEMA (Standards of
Tubular Exchangers Manufactures Association). La planche de la page suivante
représente les différentes technologies utilisées.

L'essentiel des différences concerne :

 – la forme des distributeurs

 – l'agencement de la circulation dans la calandre

 – la forme du fond de calandre

 – la méthode utilisée pour permettre au faisceau de se dilater dans la calandre

 – la pression de fonctionnement
08/01/2020
08/01/2020

 Type particulier d’échangeurs multi-passes côté faisceau:


 Composé de tubes en U
 Fixation sur une seule extrémité  peut coulisser librement dans la calandre
 Permet d’éliminer les problèmes de dilatation thermique différentielle
entre la calandre et les tubes
08/01/2020

 Possède une calandre surdimensionnée permettant une bonne séparation


des phases liquides et gazeuses
 Attention :
 Le faisceau tubulaire doit être bien immergé dans le liquide avant de faire circuler
le fluide chaud (risque de casse)
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020

PRINCIPES DE RÉALISATION TECHNOLOGIQUE - MODES DE


CIRCULATION

 1/ Écoulement co-courant
 Fluide froid et fluide chaud circulent
dans le même sens
 Écart de température:
 Maximal à l’entrée de l’échangeur
(risque de choc thermique)
 Minimal à la sortie

 Température de sortie minimale


du fluide chaud égale à la température
de sortie du fluide froid
 Efficacité faible (elle diminue continuellement)

 2/ Écoulement contre-courant
 Fluide froid et fluide chaud circulent
en sens inverse
 Écart de température moyen dans tout
l’échangeur (pas forcément constant)
 La température de sortie du fluide
chaud peut être inférieure à la
température de sortie du fluide froid
 Bonne efficacité (elle reste moyenne
dans tout l’échangeur)
08/01/2020

 3/ Écoulement à flux croisés


 Fluide froid et fluide chaud se croisent
 Efficacité intermédiaire entre les
échangeurs co-courant et les échangeurs
contre-courant
 Souvent utilisé lorsque l’un des flux est
gazeux:
 Ex: échangeurs dans un carneau de fumées
 Ex: aéroréfrigérants
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020

B ILA N TH E R M IQUE À TR A V E R S UN É C H A NGE UR


08/01/2020
08/01/2020

Calcul d’un échangeur par la méthode de NUT

C’est une méthode NUT utilisé pour déterminer les performances de


n’importe quel échangeur de chaleur.
Etant donné que:
 Sa taille et son type sont spécifiés,
 Le débit et la température aux entrées sont connus.

L'objectif consiste alors à déterminer :


 L’efficacité de l’échangeur
 les températures de sortie,
 et le flux de transfert thermique.

Calcul d’un échangeur par la méthode de NUT

DÉMARCHE DU CALCUL :
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020

EXERCICE
Un échangeur thermique a double tube reçoit un débit de fluide chaud
(dodécane) de 18 m3 /h de masse volumique égal 750 kg/ m3 à 120°C, Cpc =
2260 J/kgK. Ce fluide chaud est utilisé pour le chauffage d’un débit de 10.14
kg/s de fluide froid (eau) à contre courant, admis à 20°C avec Cpf= 4180
J/kgK.
La surface d’échange est A= 7.88 m2.
La valeur moyenne de coefficient global de transfert,U est 968 W/ m2K.
On utilisant la méthode de NUT:

 Calculer le facteur de capacité R, le NUT et l’efficacité E de cet échangeur.


 Déterminer les deux températures de sortie des deux fluides.
08/01/2020

CALCUL THERMIQUE DES ECHANGEURS FAISCEAU - CALANDRE

Réf: Le pétrole: Tome 2 - P.WUITHIER - Page:1066 et 1067

Réf: Le pétrole: Tome 2 - P.WUITHIER - Page:1083


08/01/2020

; nc : nombre de passe côté calandre


08/01/2020

Réf: Le pétrole: Tome 2 - P.WUITHIER - Page:1053

; Nt : nombre total des tubes


08/01/2020

; nt : nombre de passe côté tubes

; m : débit massique du fluide


08/01/2020

Réf: Le pétrole: Tome 2 - P.WUITHIER - Page:1073


08/01/2020
08/01/2020

; M : débit massique du fluide

Réf: Le pétrole: Tome 2 - P.WUITHIER - Page:1077


08/01/2020
08/01/2020

REMARQUE:

1- Coefficient de Convection– Coté Tubes

Cas de l’eau :
Formule simplifiée (régime turbulent)
Pour le cas particulier de l’eau, on peut utiliser l’équation simplifiée
suivante :

hi = [900 x (1,352 + 0,02 x tm) x u 0,8 ] / (di 0,2 )


avec:
 tm : température moyen de l’eau ( 0  tm  100 °C )
 u : vitesse de circulation (m/s)

 di : diamètre intérieur du tube (m)

 hi : coefficient de convection (kcal/h m 2 °C)


08/01/2020

REMARQUE:

2- Coefficient de Convection– Coté calandre


Pour permettre une représentation graphique en fonction du nombre
de Reynolds, Colburn définit un nombre sans dimension jH
(facture de Colburn):

On a :

En régime turbulent (Re > 2100)


jH = Nu x Pr -1/3 x (μ /μt) -0,14 = 0,36 x (Re) 0,55

Sachant: Nu= ho x De / 

REMARQUE:
3- Coefficient global de transfert de chaleur Us

Dans le cas où l’échangeur de chaleur existe et que l’on veux faire la


vérification des performance de cette échangeur, tout on négligeant la
résistance à travers les parois des tubes, alors le calcul de coefficient global
de transfert de chaleur peut être donner par la formule suivante :
08/01/2020

en Pa

en Pa
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020

CONDENSEUR ET REBEOUILLEUR

1- CONDENSEUR
08/01/2020

TYPES DE CONDENSEURS

TYPES DE CONDENSEURS
08/01/2020

TYPES DE CONDENSEURS

DIMENSIONNEMENT DES CONDENSEURS


Dans le cas général, lorsque la Condensation est précédée d’une désurchauffe de la vapeur et
suivie du refroidissement du condensat, on procède de la même manière comme auparavant pour
le dimensionnement, sauf que ici on doit prendre en considération les 3 zones ( Desuper-heating –
Condensing – Sub-cooling )
08/01/2020

DIMENSIONNEMENT DES CONDENSEURS

Exemple: condensation du propane à travers un Aéroréfrigérant

DIMENSIONNEMENT DES CONDENSEURS


08/01/2020

DIMENSIONNEMENT DES CONDENSEURS


08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020
08/01/2020

2- REBOUILLEUR/ EVAPORATEUR

TYPES D’EVAPORATEURS
08/01/2020

 Possède une calandre surdimensionnée permettant une bonne séparation


des phases liquides et gazeuses
 Attention :
 Le faisceau tubulaire doit être bien immergé dans le liquide avant de faire circuler
le fluide chaud (risque de casse)
08/01/2020
08/01/2020

FOURS INDUSTRIELLES

Dans la plupart des unités de raffinage ou de pétrochimie l'apport de l'énergie


thermique requise par le procédé se fait par l'intermédiaire de fours à chauffage
direct dans lesquels l'énergie produite par la combustion est transmise
directement au fluide à réchauffer qui circule dans un serpentin tubulaire ou un
faisceau de tubes. Cela justifie l'appellation four tubulaire généralement
donnée à ce type d'appareil.

FOURS INDUSTRIELS

Selon l'effet de l'apport de chaleur au fluide de procédé, on peut distinguer :


1- les fours de réchauffage de fluide sans changement d'état physique:
Exemple:
• fours des unités de reformage catalytique ou d'hydrotraitement

2- les fours de réchauffage de liquide avec vaporisation partielle:


Exemple:
four de distillation atmosphérique ou sous-vide de pétrole brut

3- les fours de réchauffage de fluide avec réaction chimique:


Exemple:
• vapocraquage (fabrication d'éthylène)
• reformage à la vapeur (fabrication d'hydrogène).
08/01/2020

PRINCIPAUX TYPES DE FOURS

Il existe une grande variété de fours tubulaires qui diffèrent notamment par
leur géométrie. On peut citer ces deux types:

1- FOURS CYLINDRIQUES VERTICAUX

2- FOURS CABINES À TUBES HORIZONTAUX

PRINCIPAUX TYPES DE FOURS

FOURS CYLINDRIQUES VERTICAUX


08/01/2020

PRINCIPAUX TYPES DE FOURS

FOURS CABINES À TUBES HORIZONTAUX

Constituants d’un four

Les principaux éléments constituant un four sont:


 Les faisceaux tubulaires
 Le supportage des faisceaux tubulaires
 Le garnissage des parois du four
 Des bruleurs
 Un réchauffeur d’air
 Un système de tirage
 Des ramoneurs
 Registre
 Cheminée
08/01/2020

Choix du types de fours

Le choix d'un type de four dépend principalement des facteurs suivants :

 Nature du produit chauffé et conditions de service


(débit, température, pression);
 Facilite du nettoyage des faisceaux tubulaires ;
 Nature du combustible;
 Encombrement ;
 Facilité de construction ou de transport ;
 Coût pour une application donnée.

RENDEMENT DES FOURS


Définition:

La notion de rendement d'un four apparaît par le fait que le débit de chaleur
libérée aux brûleurs par la combustion n'est pas intégralement transmis au
fluide procédé. On constate en effet des pertes thermiques qui ont
essentiellement deux origines :

-les pertes par les parois du four (Q parois) sont dues aux imperfections
de l'isolation thermique par les matériaux réfractaires.

- les pertes par les fumées (Q fumées) qui évacuent à l'atmosphère.

Bilan thermique du four s'exprime :

Qentrée = Qabsorbée + Qfumées + Qparois


08/01/2020

RENDEMENT DES FOURS


Le diagramme ci-dessous donne une représentation graphique du
bilan thermique

Le rendement d'un four η est défini comme le rapport du débit de


chaleur absorbé par le fluide procédé au débit de chaleur fourni au
Four par la combustion (Q entrée).

Rendement (%)

RENDEMENT DES FOURS


08/01/2020

RENDEMENT DES FOURS

Rendement % = η% = 100% − %pertes fumée − %pertes parois

Le pourcentage de pertes par fumées dépend de deux paramètres:

% é
1− % de pertes aux fumées du à è ′ =
2

. é °
2− %de pertes aux fumées du à é =
20

: pertes par les parois peuvent être estimérs à 2%

RENDEMENT DES FOURS

Q é = M · Cp · (T − T )

Q é =Q = Qv · PCI

Q é
Rendement =η = ⟹ Q =η ·Q
é
Q é
é é

M · Cp · T − T =η · Qv · PCI

η · Qv · PCI + M · Cp · T η · Qv · PCI
T = ⟹ T = +T
M · Cp M · Cp
08/01/2020

LE POUVOIR CALORIFIQUE DES COMBUSTIBLES

Définition: Le pouvoir calorifique est la quantité de chaleur dégagée par Kilogramme de


combustible solide ou liquide ou Nm3 du combustible gazeux.

On distingue alors le PCS (supérieur) et le PCI (inférieur).


 Le pouvoir calorifique inférieur (PCI) est défini comme quantité d’énergie libérée par la
combustion en supposant que l’eau formé après la combustion est à l’état vapeur.
 Le pouvoir calorifique supérieur (PCS) est défini en supposant que l’eau formée après la
combustion est à l’état condensé (apparition de la première gouttelette d’eau).

 La différence entre le PCS et le PCI est donc la chaleur latente de vaporisation Qv. Donc :

PCS - PCI = Qv

Unité:
[Kcal/Kg] pour les combustibles solides ou liquides
[ Kcal/Nm3] pour les combustibles gazeux

APPLICATION

Etant données les paramètres de contrôle d’un four ci-devant:


• T fumées (cheminée) = 337°C
• T sortie zone de radiation =840°C
• % = 4,2 %

1-Déterminer le rendement global du four,


2- Déterminer le rendement à la sortie de
la zone de radiation et à la zone de convection,

3- Déduire le pourcentage des pertes totales


(fumées + parois).
08/01/2020

EXO 01

EXO 02
08/01/2020

LES NOMBRES SANS DIMENSION

 Reynolds: Il renseigne sur le régime d’écoulement

 Prandtl: Il caractérise les propriétés d’un fluide dans un état donné.

 Nusselt: Il caractérise le transfert de chaleur par convection.

 Péclet: Il caractérise la convection forcée.

 Grashof: Il caractérise le déplacement du fluide dans un phénomène de


convection naturelle.

Vous aimerez peut-être aussi