Vous êtes sur la page 1sur 28

-

CONTENU

CHAPITRE 1 : LES INTERETS SIMPLES ....................................................................................... 2

CHAPITRE 2 : ESCOMPTE COMMERCIAL ................................................................................... 8

CHAPITRE 3 : EQUIVALENCE D’EFFETS A INTERETS SIMPLES ........................................ 12

CHAPITRE 4 : LES INTERETS COMPOSES ............................................................................ 17

CHAPITRE 5 : LES ANNUITES ................................................................................................. 22

MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 1


CHAPITRE 1 : LES INTERETS SIMPLES

Objectifs pédagogiques :

- Définir convenablement un intérêt,


- Établir et exploiter la formule des intérêts simples,
- Calculer le taux moyen et un taux effectif

I. GENERALITES
1. Contexte
Une transaction financière peut porter sur l’octroi d’un prêt à une personne ayant exprimé
le besoin. Ce service rendu mérite une compensation financière appelée intérêt.

2. Définition
Un intérêt est la somme que paie un débiteur à son créancier en rémunération de
l’usage de l’argent prêté. On peut également définir l’intérêt comme étant le revenu (ou
loyer) de l’argent prêté.
L’intérêt est dit simple si le capital reste inchangé pendant toute la durée du prêt.

II. CALCUL DE L’INTERET


1- Formule fondamentale
Le montant de l’intérêt est fonction de trois paramètres essentiels, à savoir le taux
d’intérêt, le capital prêté et la durée du prêt.
Notation : soit
- C : le capital placé ou prêté,
- t% : le taux périodique de placement,
- n : la durée de placement.
L’intérêt est directement proportionnel au produit de ces paramètres et est donné par la
formule suivante :
t
I C n
100
N.B :
o La valeur de t est l’intérêt versé pour un capital de 100 au bout d’un an. En effet le
taux est généralement annuel ; néanmoins il peut être mensuel, trimestriel,
journalier etc.
o La durée n doit être exprimée en année si le taux est annuel ou dans la même
durée que celle du taux.

Illustration :

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 2


Un capital de 300 000 € est placé à intérêts simples pendant 125 jours ; le taux d’intérêt
étant de 12%, calculons le montant de l’intérêt.

Solution
12 125
En application de la formule précédente I  300000   ; l’année commerciale
100 360
compte 360 jours et est prise comme base de calcul des intérêts.
I = 12 500 €.

N.B. Il peut être demandé de considérer une année civile au lieu de l’année
commerciale ; on prend alors 365 au lieu de 360 jours pour les calculs.

2- Valeur acquise
Cette notion désigne le capital augmenté de ses intérêts. Lorsqu’on se place n années
après la date du prêt, on considère que le capital s’est bonifié et a donc acquis plus de
valeur.
Soit V la valeur acquise du capital placé C ; l’expression de V est alors :
V= C + I
 t × n 
V = C 1+  ; la durée étant exprimée également en mois ou en jours, cette
 100 
expression devient :
 t × n   t × n 
V = C 1+  si n est en mois ou V = C 1+  si n est en jours
 1200   36000 
Dans l’illustration précédente, la valeur acquise du capital de 300 000 € est de
312 500 €.

III. NOTION DE TAUX

1. Taux moyen
Cette notion fait suite à deux éventualités :
- Soit, le capital est placé à des taux différents pendant des durées égales ou non,
- Soit plusieurs capitaux sont placés à des taux différents pendants des durées
égales ou non.
Le problème à résoudre est celui de déterminer le taux unique par lequel on pourrait
remplacer les différents taux sans modifier le montant de l’intérêt total.
Considérions l’hypothèse suivante :

Capital Durée de Taux de


placement placement
%
C1 n1 t1
C2 n2 t2
C3 n3 t3

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 3


Le taux moyen t% est donné par la relation
C  n t  C  n t  C  n t
t 1 1 1 2 2 2 3 3 3
C n C n C n
1 1 2 2 3 3
Le taux t est donc la moyenne arithmétique pondéré des taux t 1, t2 et t3. Selon la formule
statistique de la moyenne pondérée, on peut écrire :

p
 Ck  nk  tk
t  k 1p
 C  nk
k 1 k
N. B :
Les taux d’intérêt doivent correspondre à la même période de référence : ils sont tous
annuels, mensuels, trimestriels etc.

Application

Capital Durée de placement Taux périodique de placement


3 500 000 6 mois 12%
5 245 000 12 mois 9%
4 865 000 8 mois 10%

Solution
En application des formules précédentes on trouve t = 9,8296 ; soit un taux moyen de
9,83 %.

2. taux effectif.

Il s’agit d’un taux recherché après qu’on ait constaté que le montant des intérêts versés
ou perçus diffère de celui auquel on aurait dû s’attendre.
Plusieurs situations peuvent conduire à observer une telle différence :
- Les intérêts peuvent être précomptés ;
- Des primes spéciales peuvent être accordées au créancier ;
- La durée prise en compte pour le calcul peut être différent de celle prévue etc.
Ce taux, recherché a posteriori, part de la connaissance du montant connu des intérêts
et des éléments réels de calcul.

Application 1
Calculons le taux effectif d’un prêt 5 000 000 F consenti à 12% pendant 9 mois à intérêts
précomptés.

Solution
Selon cette hypothèse, l’intérêt du créancier est versé non pas au moment du
remboursement mais plutôt au moment du prêt.

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 4


La formule de l’intérêt permet d’avoir I = 450 000. Ce montant étant payé au moment du
prêt, l’emprunteur reçoit en réalité 4 550 000 alors que l’intérêt est calculé sur 5 000 000.
Le taux effectif de ce prêt est le taux qui, appliqué à la somme effectivement prêté,
donne le montant des intérêts versés.
T 9
4 550 000    450 000 ;
100 12
On trouve T = 13,1868 soit un taux effectif de 13,19%.

Application 2
Une personne place sur un compte spécial rémunéré au taux de 6%, une somme de
12 000 000.Il est convenu que le créancier perçoivent au moment du retrait, non
seulement les intérêts mais aussi une prime représentant 75% du montant de ces
intérêts. Déterminons, pour une durée de 18 mois, le taux effectif de ce placement.

Solution
Les intérêts générés au terme des 18 mois sont de 1 080 000 ; la prime est de 810 000.
La rémunération de ce placement est donc de 1 890 000.
Le taux effectif de ce placement est le taux T tel que :
T 18
12 000 000    1 890 000
100 12
On trouve T = 10,5 ; le taux effectif est ici de 10,5%.

EXERCICES D’ENTRAINEMENT

Exercice 1
Déterminer le nombre de jours entre les dates suivantes :
- Du 15 Mars au 25 Juin ; - du 12 Avril au 25 Septembre ;
- Du 18 Janvier au 22 Avril ; - du 10 Octobre au 18 Mars ;
- Du 28 Juin au 19 Novembre ; - du 3 Janvier au 16 Septembre.

Exercice 2
Calculer l’intérêt produit par les capitaux suivants placés à intérêts simples :
 684 250 F à 12%
a) pendant 80 Jours ;
b) pendant 7 mois ;
c) pendant 4 ans.
 12 750 850 F à 4,5% :
a) Pendant 9 mois et 15 jours ;
b) Pendant 2 ans 3 mois et 10 jours ;
c) Du 3 Janvier au 16 Septembre.

Exercice 3
Calculer le capital qui placé à :
a) 13 % pendant 3 ans produit un intérêt de 88 500 F.

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 5


b) 14 % pendant 8 mois produit un intérêt de 330 624 F.
c) 15 % pendant 90 jours produit un intérêt de 201 392 F.
d) 16 % pendant du 16 Avril au 5 Juillet produit un intérêt de 31 488 F.
e) 12 % pendant 240 jours produit un intérêt de 425 088F.

Exercice 4
1. Calculer le taux de placement des capitaux suivants :
a) 4 780 € placés 120 jours ont rapporté 215,10 € d’intérêts.
b) 4 500 € placés du 3 Avril au 11 Août ont rapporté 195 € d’intérêts

2. Calculer la durée de placement (exprimée en jours) des capitaux suivants :


a) 72 000 £ placés à 12 % ont rapporté 96 £ d’intérêts.
b) 14 500 £ placés à 8,5 % ont rapporté 246,50 £ d’intérêts.

3. Calculer la date de retrait des capitaux suivants :


a) 8 600 £ placés le 7 Mai à 11,25 % ont rapporté 268,75 £ d’intérêts.
b) 12 000 £ placés le 5 Avril à 12,5 % ont rapporté 350 £ d’intérêts.

Exercice 5
Un capital de 12 000 $ est divisé en trois parts inégales.
a) La première part représente 11/24 du capital, est placée à 8 % pendant 6 mois.
Calculer l’intérêt.
b) La deuxième part représente 7/24 du capital, est placée à 6 % pendant 120 jours.
Calculer l’intérêt.
c) La troisième part, qui représente le reste du capital, est placée un certain temps à
9 % et rapporte un intérêt de 112,50 $. Calculer la durée de placement.

Exercice 6
Quel est le taux moyen des placements suivants :
a) 15 000 $ à 9,5% pendant 90 jours
b) 8 000 $ à 7 % pendant 120 jours ?

Exercice 7
Deux capitaux de 8 900 Gh cedis et 24 000 Gh cedis sont placés respectivement à 4,5%
et 8%. Le premier est placé du 1er Janvier au 30 Juin. Le second du 15 Mars au 13
Juillet.
a) Calculer les intérêts produits par les deux capitaux au terme de leur placement.
b) Calculer leurs valeurs acquises.
c) Calculer le taux moyen de ces placements.

Exercice 8
On dispose d’un capital de 6 400 Gh cedis.
a) On place les ¾ de ce capital à 12 % du 5 Juillet au 4 Août. Calculer la valeur
acquise au terme de ce placement.
b) On place le quart restant à 12% pendant x mois. L’intérêt obtenu est 128 Gh cedis
Calculer le nombre de mois de placement.

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 6


Exercice 9
Deux capitaux de 8 000 Naira et 12 600 Naira sont placés respectivement à 4,5% et
10%. Le premier est placé du 5 Février au 17 Juillet. La somme des intérêts produits au
terme de leur placement est égale à 477 Naira.
a) Calculer la valeur acquise par le premier capital à l’issue de son placement.
b) Calculer la durée, en mois, du placement du second capital.
c) Calculer le taux moyen de ces placements.

Exercice 10
Trois capitaux ont des montants en progression arithmétique. La différence entre le
troisième et le premier est de 100000f. Les trois capitaux sont placés à intérêts simples
pendant un an à 9%. L’intérêt total des trois placements est de 27000f. calculer les trois
capitaux.

Exercice 11
Deux capitaux C1 et C2 sont placés respectivement aux taux de t% et (t+1)% pendant 6
mois. Leur somme est égale à 1500000f. Le premier capital est égal à la moitié du
second. La somme des intérêts est égale à 42500f. Calculer la valeur des capitaux et
des taux de placement.

Exercice 12
Un capital de 800.000f est placé à t%. Au bout de 2 ans le prêteur retire capital et
intérêts et replace le tout à (t + 2)%. 3 ans après, il dispose d’une valeur acquise de
1.305.600f. Calculer t.

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 7


CHAPITRE 2 : ESCOMPTE COMMERCIAL

Contexte
Cette partie des mathématiques financières n’est qu’un prolongement du cours relatif aux
intérêts simples. En effet, il sera encore question d’intérêts simples mais perçus par un
établissement financier qui se porte acquéreur des effets de commerce d’un particulier
ou d’une personne morale.
1) Définition de l’escompte commercial
L’escompte possède deux significations essentielles :
a) C’est la transaction entre une banque et une personne (physique ou morale) à la
suite de laquelle le détenteur d’un (ou plusieurs) effet(s) de commerce se
refinance auprès du banquier en vue d’améliorer sa situation de trésorerie à court
terme ;
b) C’est aussi l’intérêt que perçoit un banquier, à la suite de la transaction par
laquelle il rachète les effets d’une personne ayant un besoin de liquidité avant
l’échéance convenue avec son client.

2) Calcul de l’escompte
L’escompte commercial est un intérêt qui se calcule selon la formule de l’intérêt simple.
En notant
- V : la valeur nominale de l’effet ;
- t% : le taux d’escompte,
- n : la durée (en jours) séparant la date d’échéance de celle de la négociation
- e : le montant de l’escompte commercial
La formule donnant le montant de l’escompte s’écrit :

V t n
e
36000
Application 1 :
Une société remet à l’escompte le 20 Mai trois effets de commerce dont les
caractéristiques sont les suivantes :
Valeur nominale Date d’échéance
V1 = 452 300 F 15 Juin
V2 = 775 650 F 10 Août
V3 = 952 000 F 25 Août

Sachant que le taux d’escompte pratiqué par la banque est de 12% ; déterminons :
- le montant total d’intérêt du banquier ; (55 902 F)

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 8


- la somme que devrait recevoir la société. (2 124 048 F).

 Notion de valeur actuelle


La valeur actuelle désigne la valeur, au moment de la négociation, d’une valeur future.
C’est la somme A immédiatement disponible qui correspond à la valeur V à percevoir à
une date ultérieure.
Elle s’obtient en déduisant l’escompte e de la valeur nominale V
A=V–e
tn
A = V (1- )
36000

3) Notion d’agios
Le terme agios sert à désigner l’ensemble des prélèvements effectués par un
établissement financier, suite à une transaction.
En effet, en plus de ses intérêts, le banquier perçoit des commissions et des taxes. Les
commissions sont diverses et spécifiques à chaque établissement bancaire ; on retrouve
par exemple :
- La commission d’endos,
- La commission de service,
- La commission d’acceptation etc.

Agios hors taxes = escompte + commissions


Agios TTC = Agio HT + taxes
Taxes = T.O.B. = Agios hors taxes x 10%
NB : la banque peut fixer un nombre de jours de banque, un minimum de jours
d’escompte ou un minimum d’escompte.
- Le nombre de jours de banque est à ajouter à la durée (en jours) séparant la date
d’échéance de celle de la négociation pour le calcul de l’escompte et des
commissions dont le calcul fait intervenir le nombre de jours.
- Le minimum de jours d’escompte est utilisé à la place de la durée (en jours)
séparant la date d’échéance de celle de la négociation, lorsque cette dernière est
inférieure au minimum de jours d’escompte.
- Le minimum d’escompte est utilisé en lieu et place de l’escompte calculé, lorsque
ce dernier est inférieur au minimum d’escompte.

Application 2
Reprenons l’application 1 et précisons les autres conditions de la banque :
- Commission d’endos : taux 1,2%
- Commission de service : 1000 F par effet ;
- T.O.B. 10%.
Déterminons :

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 9


a) Le montant total des agios ; (70 942 F)
b) Le montant total qui sera reversé à la société. (2 109 008 F).

4) Notion de valeur nette


On désigne par valeur nette, le montant qui est remis au vendeur des effets à la suite de
l’opération. C’est le montant total des valeurs nominales diminué du montant total des
agios.
Valeur nette = Valeur nominale – Agios TTC

5) Notion de taux effectifs


Cette notion varie selon qu’on soit vendeur ou acheteur d’effets.

a) Pour le vendeur, le taux effectif est dit taux réel d’escompte, c'est-à-dire le taux
qu’il doit appliquer à la valeur nominale, compte tenu de la durée réelle entre date
d’échéance et date de négociation, et qui donnerait le montant des agios HT. Soit
tr ce taux et nr la durée effective ; on déduit tr de la relation suivante :
Vxtrnr
 AgiosHT
36000

b) Toujours pour le vendeur, le taux effectif pourrait être le taux de revient de la


transaction, c'est le taux qui exprime le coût de l’opération. Notons Tr le taux de
revient ; il s’obtient à partir de la relation qui lie la somme effectivement reçue
(valeur nette Vn) et le montant des agios versés. On a
VnxTrnr
 AgiosTTC
36000

c) Pour le banquier, le taux effectif est le taux de placement ; la valeur nette Vn


remise à la suite de l’opération est un prêt qui lui procure comme intérêt le
montant e de l’escompte. Ce taux de placement est obtenu à partir de la relation :
Vnxtpnr
e
36000

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 10


EXERCICE D’ENTRAINEMENT

Exercice 1
Un effet de 1515 £ est escompté à 15%, le 20 Mars. Sa valeur actuelle est de 1420 £.
Déterminer la date d’échéance de cet effet.
Exercice 2
Le 15 avril, un commerçant négocie auprès de sa banque trois effets dont les
caractéristiques sont les suivantes :
Montant 739 200 F 261 000 F 576 000 F
Date d’échéance 10 Mai 12 Juin 25 Juin

Les conditions d’escomptes sont les suivantes : taux d’escompte : 10% ; commission
d’endos : 0,6% ; commission de service 300 F par effet ; jour de banque : 2 jours.
Calculer la valeur nette de la négociation.
Exercice 3
Une entreprise a remis à l’escompte un effet de valeur nominale 1 600 000 F ayant
encore 52 jours à courir. La banque facture un jour de banque supplémentaire et prélève
un escompte au taux annuel de 10,8%, une commission d’endos de 0,6% et une
commission de service de 1194 soumise à la TOB 10%
Calculer le coût TTC de l’opération et la valeur nette perçue par l’entreprise.

Exercice 4
En vue de négocier le 15 Mars un effet d’une valeur de 916 000 F échéant le 15 Avril, un
commerçant hésite entre deux banques A et B ayant les conditions d’escompte
suivantes :
Banque A Banque B
Calculer Taux d’escompte 10% 10,5% pour
chaque Commission d’endos 0,7% 0,15% banque,
le taux Commission fixe 380 580 réel

d’escompte et indiquer la banque la plus avantageuse pour ce commerçant.

Exercice 5
Le 16 Janvier, vous négociez trois effets auprès de votre banque ; leurs caractéristiques
sont les suivantes :
Valeur nominale 589 600 F 594 400 F XF
Date d’échéance 21 Février 20 Mars 14 Juillet
Les valeurs actuelles sont les mêmes le jour de la négociation. Calculer :
a) Le taux d’escompte pratiqué par cette banque ;
b) La valeur nominale du 3ème effet.

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 11


CHAPITRE 3 : EQUIVALENCE D’EFFETS A INTERETS SIMPLES

Contexte
Des effets étant créés à la suite d’une vente à crédit, il peut arriver que le débiteur soit
dans l’impossibilité d’honorer ses engagements à la date convenue. Il doit alors négocier
une nouvelle échéance (ou plusieurs autres échéances) pour le règlement de sa dette.
Un accord entre les deux parties est possible au moment de la négociation à condition
qu’il y ait une équivalence, à cet instant, entre l’effet déjà existant et celui qui sera créé
en remplacement de l’effet existant.
Deux situations peuvent être envisagées :
 Rechercher le nominal de l’effet de remplacement connaissant la nouvelle
échéance ou
 Rechercher la nouvelle échéance compte tenu du montant du nouvel
engagement.

Il s’agira par la suite :


- de reconnaître des effets équivalents ;
- de déterminer le montant à payer suite à une modification d’échéance ;
- de déterminer une nouvelle échéance à partir d’un nouveau montant à payer ;
- de remplacer un groupe d’effets par un autre groupe d’effets.

I/ Définition d’effets équivalents et domaines d’application


La notion d’équivalence de deux ou plusieurs effets se traduit par l’égalité des valeurs
actuelles à la date de la négociation.
L’équivalence d’effets intervient lorsqu’on est amené à remplacer un ou plusieurs effets
existants par un ou plusieurs effets de remplacement pour le paiement d’un crédit.

1) Equivalence de deux effets


Deux effets de valeurs nominales V1 et V2 et d’échéances respectives n1 et n2 sont dits
équivalents à une date donnée et à un taux d’escompte bien défini s’ils ont la même
valeur actuelle à la date de la négociation.
Notons A1 et A2 les valeurs actuelles respectives ; on a :
V  t  n1 V  t  n2
A1  V1  1 ; A2  V2  2 ;
36000 36000
Les effets sont équivalents si A1=A2 ; ce qui revient à écrire :

V1  t  n1 V  t  n2
V1  = V2  2
36000 36000

N.B. La date de négociation d’un effet ou d’un groupe d’effets est prise comme date
d’équivalence.

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 12


Application 1 :
Deux effets de valeurs nominales 450 000 F et 455 357F échéant respectivement dans
25 et 60 jours sont équivalents au taux d’intérêt de 12% ; leurs valeurs actuelles sont
égales à 446 250 F.

Remarque : Deux effets initialement équivalents à un taux et à une date donnés cessent
de l’être lorsqu’on change de date ou de taux d’intérêt.
On constatera que les deux effets précédents n’ont plus la même valeur actuelle pour un
taux d’escompte de 10%. De même, les valeurs actuelles diffèrent si on garde le taux
d’escompte de 12% mais que les échéances respectives sont de 15 et 50 jours.

2) Équivalence d’un effet à un groupe d’effets


Il est possible de remplacer un seul effet par un groupe d’effets en vue d’étaler une dette
remboursable initialement en une échéance ; de même, un groupe d’effets ayant chacun
sa valeur nominale et son échéance peut être remplacée par un seul effet. L’équivalence
entre l’effet unique et le groupe d’effets est possible ; il suffit pour cela que la valeur
actuelle de l’effet unique corresponde à la somme des valeurs actuelles des effets du
groupe.
Notons V la valeur nominale et n la durée entre la date de négociation et celle
d’échéance de l’effet unique.
Soit V1, n1 ; V2, n2 ; V3, n3 les valeurs nominales et les durées respectives des effets
constituant le groupe.
Dire que l’effet unique est équivalent au groupe d’effets au taux t% revient à écrire
l’égalité suivante :

V t n V  t  n1 V  t  n2 V  t  n3
V   V1  1  V2  2  V3  3
36000 36000 36000 36000

Application 2
Considérons un effet de valeur nominale 2 582 558 F ayant 25 jours à courir et un
groupe de trois effets de valeurs nominales 625 000 F, 1 065 250 F, 900 000 F ayant
respectivement 15, 30 et 60 jours à courir.
Examinons au taux de 9% l’équivalence entre le groupe d’effets et l’effet unique. Pour
cela :
a) calculons la valeur actuelle de l’effet unique :
V t n
A V  = 2 566 417 F
36000
b) calculons la somme des valeurs actuelles des effets du groupe :
A1 + A2 + A3 = 622 656 + 1 057 261 + 886 500 = 2 566 417 F.
c) comparons la valeur actuelle de l’effet unique et la somme des valeurs actuelles
des effets du groupe. Nous observons une égalité.
Conclusion : au taux de 9% le groupe d’effets est équivalent à l’effet unique.

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 13


3) Équivalence d’un groupe d’effets à un autre groupe d’effets
Ce cas de figure rejoint le précédent dans la mesure où la condition d’équivalence reste
et demeure l’égalité des valeurs actuelles.
En d’autres termes, la somme des valeurs actuelles des effets du premier groupe doit
être égale à la somme des valeurs actuelles des effets du second groupe ; ce qui se
traduit par l’écriture suivante :

V t n V '  t  n' V  t  n1 V  t  n2 V  t  n3
V   V'   V1  1  V2  2  V3  3
36000 36000 36000 36000 36000

II/ Échéance commune


Il s’agit de l’échéance de l’effet unique dont on connait la valeur nominale et qui
remplace un groupe d’effets.
Le principe d’équivalence doit toujours être respecté :
- on écrit l’égalité des valeurs actuelles,
- on détermine la durée n séparant l’échéance de la date de négociation
- on indique la date d’échéance de l’effet unique équivalent au groupe d’effets.

Application 3
On remplace le 21 Mars deux effets de commerce de valeurs nominales respectives 3
450 € et 5 209 €, ayant respectivement 60 jours et 85 jours à courir par un effet
unique de valeur 8658,91 €. Déterminons l’échéance de cet effet. Taux 9%
Calculons en fonction de la durée n la valeur actuelle de l’effet unique ; on a :
9 ×
n
A = 8 658,91(1- );
36 000
Calculons de même les valeurs actuelles A1 et A2 des effets à remplacer ;
A1 = 3 398,25 ; A2 = 5 098,31 ;
De l’équation A = A1 + A2, on déduit que n = 75, l’échéance de l’effet unique se situe 75
jours après le 21 Mars soit le 4 Juin.

III/ Échéance moyenne


C’est un cas particulier d’échéance commune ; en effet, il s’agit de l’échéance de l’effet
unique de remplacement dont la valeur nominale est égale à la somme des valeurs
nominales des effets à remplacer.
La procédure reste la même que celle envisagée précédemment. Néanmoins dans ce
cas de figure la date d’échéance est
- indépendante du taux d’escompte et
- indépendante de la date d’équivalence choisie
La relation d’équivalence entre le groupe d’effets et l’effet unique s’écrit :
V t n V  t  n1 V  t  n2 V  t  n3
V   V1  1  V2  2  V3  3
36000 36000 36000 36000
avec V = V1 + V2 + V3 ;

après les simplifications on aboutit à la relation suivante : n 


V  n
i i
;
V

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 14


N.B : Lorsque le taux d’escompte n’est pas donné, il est indiqué de rechercher si la cas
proposé n’est pas un cas d’échéance moyenne.

EXERCICES D’ENTRAINEMENT
Exercice 1
Le 31 Août, M. Douk demande que l’on reporte au 10 Novembre, l’échéance d’une traite
de 640 000 F qu’il devait payer le 30 Septembre. Sachant que le taux d’intérêt est de
16%, calculer la valeur nominale de la nouvelle traite à créer pour qu’elle soit équivalente
à la première.

Exercice 2
Un effet de 400 000 F échéant dans 90 jours est équivalent aujourd’hui à un effet de
396 000 F échéant dans 70 jours. A quel taux l’escompte a-t-il été calculé ?

Exercice 3
Calculer la valeur nominale de l’effet unique payable le 31 août qui remplace le 1 er juin
les trois effets suivants : 340 000 F payable le 10 Juin, 220 000 F payable le 30 juin
180 000 F payable le 31 juillet. Taux d’escompte 12%.

Exercice 4
Le 1er Octobre, on remplace un effet de 5 400 € payable le 15 Octobre par trois traites de
même valeur nominale, échéant respectivement le 31 Octobre, le 15 Novembre et le 30
Novembre.
Calculer la valeur nominale de chaque traite si le taux d’escompte est de 12%.

Exercice 5
Déterminer au taux de 9%, la date d'équivalence des deux effets suivants :
Effet 1 : 780.000f à échéance du 31 Mai ; Effet 2 : 788.000f à échéance du 10 Juillet

Exercice 6
Le 30 avril, on remplace par un effet unique de 8 300 € de valeur nominale les trois effets
suivants : 2 200 € au 30 avril, 2 600 € au 5 mai et 3 500 € au 21 mai.
Déterminer l’échéance de l’effet unique. Taux 13%.

Exercice 7
Trois effets sont escomptés le 20 Juin à 14%
- Le premier 1800 Dh au 30 Juillet ;
- Le second 1400 Dh au 15 Août;
- Le troisième 1000 Dh au 20 Septembre.
Le jour de la négociation ces trois effets sont remplacés par un effet de valeur nominale
4000 Dh. Déterminer la date d’échéance de cet effet unique. C’est l’échéance commune

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 15


Exercice 8
Pour l’achat d’un ordinateur portable de 859 €, le vendeur propose le mode de règlement
suivant : 400 € comptant et le solde en quatre traites de même valeur nominale échéant
de mois en mois, la première deux mois après l’achat. Calculer la valeur nominale de
chaque traite. Taux 15%.

Exercice 9
Mlle. Kobinan, en règlement de sa commande d’articles de literie, avait accepté de payer
les trois effets suivants : 430 000 F au 25 Octobre, 375 000 F au 15 Novembre et
450 000 F au 25 Décembre. Le 1er Octobre, elle propose à son fournisseur, qui accepte,
de remplacer ces trois effets par un effet unique payable le 31 Décembre.
Quel doit être la valeur nominale de cet effet unique si le taux d’escompte est de 15% ?

Exercice 10
Une commerçante doit payer les effets suivants : 1200 € le 15 Mai, 1800 € le 20 Mai,
1500 € le 1er Juin, 2000 € le 14 Juin, 3500 € le 31 Juillet.
1. Elle se met d’accord avec son créancier pour remplacer les trois premiers effets
par un effet unique de 4500 €. Quel doit être la date d’échéance de cet effet
unique ?
2. Le 15 Mai, les deux derniers effets sont remplacés par un effet unique au 31 Août.
Quel doit être la valeur nominale de cet effet ? taux 12%.

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 16


CHAPITRE 4 : LES INTERETS COMPOSES

I/ PRINCIPE DES INTERETS COMPOSES


La durée de placement d’un capital ainsi que la période rattachée au taux de placement
sont déterminants dans le principe des intérêts composés. En effet, la période relative au
taux doit être contenue un certain nombre de fois dans la durée de placement ; cela
permet aux intérêts simples d’une période de produire à leur tour de nouveaux intérêts.
L’intérêt simple d’une période est considéré comme un capital qui est lui aussi placé
dans les mêmes conditions pendant les périodes suivantes. Ce procédé est appelé une
capitalisation des intérêts.

II/ FORMULE FONDAMENTALE DES INTERETS COMPOSES

1) VALEUR ACQUISE
Il est possible de calculer les intérêts simples à la fin de chaque période et de calculer la
valeur acquise au terme du placement à intérêts composés ; cependant, il existe une
formule permettant de calculer directement la valeur acquise sans nécessairement
passer par le calcul des intérêts périodiques.
Notons
- C0 le capital initial placé à l’instant 0 ;
- n le nombre de périodes séparant l’instant 0 de la date de calcul des intérêts ;
t
- i= l’intérêt pour 1 F de capital ;
100
- Cn la valeur acquise.
La valeur acquise est directement obtenue par application de la formule suivante :

Cn = C0(1+i)n
Application 1
Calculons la valeur acquise d’un capital de 100 000 F placé pendant cinq ans, à intérêts
composés, au taux annuel de 12%.
Solution : Selon la formule on écrit :
Cn = 100 000(1+0,12)5 = 100 000  1,762342 = 176 234,2 ≈ 176 234 F

Application 2
Considérons que le capital précédent est placé pendant cinq ans, à intérêts composés,
au taux semestriel de 6% ; calculons à nouveau sa valeur acquise.
Solution :
La valeur acquise Cn=100 000(1,06)10 =100 0001,790848 =179 084,8 ≈179 085 F
N.B. : Dans cette seconde application, le nombre de périodes de placement du même
capital est 10 puisque le taux proposé est un taux semestriel.

2) TAUX EQUIVALENTS

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 17


Le taux semestriel de 6% dans l’application 2 est proportionnel au taux annuel de 12%
puisque le rapport des taux est égal au rapport des périodes rattachées à chacun des
taux.
Le taux semestriel équivalent au taux annuel de 12% est le taux semestriel auquel il
aurait fallu placer le capital de 100 000 à intérêts composés pendant la même durée de 5
ans afin d’avoir la valeur acquise de l’application 1.
Relation entre taux de différentes périodes : (1+ia)1 = (1+is)2 = (1+it)4 = (1+im)12
III/ INTERETS D’UN CAPITAL PLACE A INTERETS COMPOSES

1- INTERET TOTAL
Partant du fait que la valeur acquise est la somme du capital et de ses propres intérêts,
l’intérêt au terme de n périodes de placement est la différence entre la valeur acquise Cn
et le capital placé C0.
I = Cn – C0
Dans l’application 1 l’intérêt généré après cinq périodes de placement est de 76 234 F ;
Dans l’application 2, l’intérêt produit après dix périodes de placement est de 79 085 F.
La valeur acquise Cn s’exprimant en fonction de C0, on a : I = C0[(1+i)n – 1]

2- INTERET D’UNE PERIODE


Le calcul de l’intérêt peut être celui d’une période bien précise et non l’intérêt total produit
par le capital ; si Ik désigne l’intérêt de la période k, on l’obtient de la façon suivante :
Ik = Ck – Ck-1 = Ck-1(1+i) – Ck-1= Ck-1  i).
 Dans l’application 1, l’intérêt de la 3ème année de placement est I3 = C2(0,12) =
15052,8 F.
 Dans l’application 2, I7 = C6  i = 141 851,91  (0,06) = 8511,11.

3- CALCUL DE C0, DE n OU DE i
a) Calcul du capital placé C0
Connaissant la valeur acquise par le capital placé à intérêts composés, au taux t%
pendant n périodes, on déduit le capital placé C0 de la formule donnant la valeur acquise
Cn ; ainsi

Cn
C0 =  Cn (1  i) n
(1  i) n

Cette valeur C0 est le capital qu’il faut placer à intérêts composés afin d’obtenir, n
périodes plus tard, la valeur Cn.
Le procédé par lequel on détermine une valeur à une date antérieur à sa date de
référence est dit procédé d’actualisation ; c’est le procédé inverse de la capitalisation.

Application 3

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 18


Déterminons le capital à placer pendant 10 ans, à intérêts composés, au taux annuel de
9%, en vue de retirer à terme la somme de 7 102 091 F
Solution
Il s’agit de calculer C0 connaissant sa valeur acquise après 10 années de placement.
La formule précédente permet d’obtenir C0 = 7 102 091  0,4224108 = 3 000 000 F.

b) Calcul du nombre n de périodes


Le nombre de périodes contenues dans la durée de placement d’un capital dont on
connait la valeur acquise se déduit de la relation liant Cn et C0 ; ainsi on a :
C 
ln  n 
ln Cn  ln C0
n  0 
C
ln(1  i ) ln(1  i)
(il faut se rappeler de certaines propriétés de la fonction logarithme)
N.B. : le nombre de périodes peut être un nombre non entier ; il suffira de convertir la
partie décimale dans une unité convenable.

Application 4
Au bout de combien d’années de placement un capital de 3 250 000, placé au taux
annuel de 8% génère 1 907 341,55 d’intérêts ? (6 ans)

Calcul du taux de placement


De la relation donnant la valeur acquise Cn d’un capital C0 placé à intérêts composés
pendant n périodes, on déduit l’intérêt i pour 1 F de capital ; de ce qui précède on
obtient :
1
Cn  C n
i  n 1   n  1
C0  C0 
Application 5
Un capital de 7800 GH Cedis génère 7400 GH Cedis d’intérêts après 7 années de
placement à intérêts composés. Déterminons le taux annuel d’intérêt. (on trouve i = 0,10
soit 10%).

IV/ VALEUR ACTUELLE ET ESCOMPTE


1) Valeur actuelle d’un capital définitif
C’est la somme qu’il faut placer à un instant t0 pour obtenir, n périodes plus tard, le
capital escompté.
Dans la formule fondamentale des intérêts composés, Cn est la valeur acquise par C0 et
C0 est la valeur à placer à l’instant t0 pour avoir Cn, C0 est la valeur actuelle de Cn.
C0  Cn (1  i)n

2) Escompte à intérêts composé

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 19


Il survient lorsque l’échéance d’un effet est supérieure à l’année. Comme observé à
intérêts simples, l’escompte correspond à la différence entre la valeur nominale et la
valeur actuelle. Si V est la valeur à percevoir dans n périodes et A sa valeur actuelle,
l’escompte commercial est :
E = V – A = V [1-(1+i)-n].

3) Équivalence de capitaux à intérêts composés


Cette équivalence se traduit elle aussi par l’égalité des valeurs actuelles à une date
donnée.
Soit C1 et C2 deux capitaux à percevoir respectivement dans n1 et n2 périodes. Dire que
ces capitaux sont équivalents au taux t%, à une date t0 revient à écrire l’égalité suivante :
C1 (1+i)-n1 = C2 (1+i)-n2

EXERCICES D’ENTRAINEMENT
EXERCICE 1:
Un capital de 300.000f placé, rapporte des intérêts semestriels de 12.000f.
1- Quel est le taux annuel équivalent de ce placement ?
2-.Quel est le montant des intérêts trimestriels si ce capital est placé au taux
annuel de 7 %?
3-Si le taux annuel annoncé par la banque est de 9% et qu’en réalité les intérêts
sont versés mensuellement au taux proportionnel, quel est le taux annuel équivalent ?

Exercice 2
Un industriel effectue un DAT pour une durée de 5 ans. Sachant qu’il est d’une valeur de
5 000 000 F et que les intérêts composés sont calculés au taux annuel de 8%, calculer :
1- l’intérêt produit par ce placement au terme de la 1ère année ;
2- la valeur acquise au bout des cinq années de placement ;
3- l’intérêt total produit pendant les cinq années ;
4- l’intérêt de la 5ème année de placement.

Exercice 3
On place aujourd’hui 4 000 000 F à intérêts composés au taux annuel de 5,2%. Au terme
du placement, on dispose de 6 000 000 F.
1- déterminer la durée de placement n ;
2- calculer l’intérêt de l’année n-2 ;

Exercice 4
Deux capitaux sont placés pendant 3 ans, le premier, à intérêts simples au taux de 7%,
le second, à intérêts composés au taux de 10%. Le premier étant supérieur au second
de 500 € a acquis la même valeur que celle du second. Calculer le montant des deux
capitaux.

Exercice 5

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 20


Un investisseur souscrit un bon de capitalisation de 100 millions pour une période de 10
ans. Sachant que les intérêts sont composés annuellement et que le taux d’intérêt est de
5,5% les quatre premières années, de 5,8% les trois années qui suivent et de 7% les
trois dernières années,
1- calculer la valeur acquise au terme des dix années de placement ;
2- calculer le taux annuel moyen des dix années de placement.

Exercice 6
Une personne dépose sur un compte productif d’intérêts composés, une somme de
100 000 F. Un an après, elle retire 100 000 F. Un an après ce retrait, elle dispose encore
de 8062,5 F.
Calculer le taux annuel d’intérêt.

Exercice 7
Deux capitaux C1 et C2 dont le montant total s’élève à 80 000 dinars sont placés le même
jour à intérêt composé pendant 6 ans. C1 est placé au taux annuel de 8%, capitalisation
annuelle ; C2 est placé au taux semestriel de 3,75%, capitalisation semestrielle. Au bout
des 6 années de placement, la somme des intérêts produits est de 46 007,32 dinars.
Calculer C1 et C2.

Exercice 8
Un capital C0 est placé à intérêt composé au taux annuel de t% pendant cinq ans. On
note C1, C2, C3, C4, C5 les valeurs acquises consécutives.
1- Exprimer Ck en fonction de C0
2- Sachant que C0+C1 = 16 400 000 F et C4+C5 =19 934 250 F, calculer :
a. le taux annuel de placement ;
b. le capital placé ;
c. la valeur acquise à la fin de la 5ème année de placement.

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 21


CHAPITRE 5 : LES ANNUITES

Cette leçon prolonge le chapitre précédent relatif aux intérêts composés ; elle part de
l’hypothèse selon laquelle plusieurs versements ou plusieurs retraits sont effectués à
intérêts composés.

De même qu’il s’est agit d’évaluer un capital à une date antérieure ou postérieure à sa
date de référence, il s’agira ici d’évaluer plusieurs capitaux à une date précise.

I/ DEFINITION
Ce terme générique "annuité" sert à désigner des opérations financières (retraits ou
versements) effectuées à intervalle de temps régulier (chaque année, chaque mois,
chaque trimestre, chaque semestre etc.). De façon spécifique, on emploie les termes
mensualité, trimestrialité, semestrialité pour désigner des opérations mensuelles,
trimestrielles ou semestrielles.

N.B. : Il est nécessaire que les opérations aient lieu en respectant une certaine
périodicité ; dans le cas contraire, on constituera des groupes d’annuités.

II/ EVALUATION D’UNE SUITE D’ANNUITES


Evaluer une suite d’annuités c’est déterminer la valeur de cette suite d’annuités à une
date donnée. Ainsi les annuités peuvent être évaluées :
- à la date du dernier versement ou après le dernier versement : annuités de
capitalisation
- une période avant le premier versement ou à toute autre date avant le premier
versement : annuités de remboursement
- à une date située entre le premier et le dernier versement.

Par ailleurs, les annuités peuvent être de même montant (annuités constantes) ou de
valeurs différentes.

1. CAS DES ANNUITES DE VALEURS DIFFERENTES


a) On évalue la suite d’annuités à la date du dernier versement

A cette date, la valeur de l’ensemble des versements (ou des retraits) est la somme des
valeurs acquises par chacune des sommes versées (ou retirées).

Soit V la valeur acquise de la suite de n annuités ; on a :

V =  ak (1  i)n  k

b) On évalue la suite d’annuités p périodes après le dernier versement

La valeur à cette date de l’ensemble des versements (ou retraits) est encore la somme
des valeurs acquises par chacune des sommes versées (ou retirées).

Soit V’ cette nouvelle valeur acquise ; on a :

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 22


V’=  ak (1  i)n  k  p  V (1  i) p

N.B. : une période est la durée définie par le taux d’intérêt utilisé : si le taux est
mensuel alors la période dure un mois ; si le taux est trimestriel, la période est de
trois mois etc.

c) On évalue la suite d’annuités une période avant le premier versement

A cette date, la valeur de la suite d’annuités est la somme des valeurs actuelles de
chacune des annuités ; par conséquent, si A désigne la valeur recherchée, on écrit :

A=  ak (1  i)  k ;

Cette valeur actuelle peut également être obtenue par actualisation de la valeur V sur n
périodes ; on peut donc écrire également
A = V (1+i)-n
Application 1
On place sur un compte rémunéré au taux annuel de 6,5% les annuités suivantes :
600 000 F, 400 000 F, 350 000 F, 800 000 F et 600 000 F.
1- Evaluons immédiatement après le dernier versement, la somme disponible.
(3 104 038 F)
2- Quelle somme pourrait-on retirer trois ans après le dernier versement ? (3 749 522
F)
3- Les différents montants ont servi à rembourser une dette contractée un an avant
le premier versement ; quel était le montant de cette dette ? (2 265 578 F)

2. CAS DES ANNUITES D’EGALES VALEURS

Dans ce cas de figure, les annuités sont dites constantes. L’évaluation d’une telle suite
d’annuités respecte le même principe que celui exprimé précédemment à savoir :

- la valeur de la suite d’annuités à la date du dernier versement est obtenue en


faisant la somme des valeurs acquises respectives ;
- la valeur de la suite d’annuités à une date postérieure au dernier versement est
obtenue en faisant la somme des valeurs acquises respectives ;
- la valeur de la suite d’annuités une période avant le premier versement est
donnée par la somme des valeurs actuelles respectives ;

a) On évalue la suite d’annuités constantes à la date du dernier versement


Du fait des annuités constantes, la somme des valeurs acquises respectives équivaut à
la somme des termes d’une suite géométrique de raison (1+i). Si a désigne le montant
de l’annuité, la valeur de la suite de n annuités constantes lors du dernier versement est
donnée par la formule suivante :

(1  i ) n  1
V a
i

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 23


N.B : Dans cette formule, n désigne le nombre d’annuités constantes versées et non le
nombre de périodes comme ce fut le cas dans la formule donnant la valeur acquise d’un
capital placé à intérêt composé.

b) On évalue la suite d’annuités constantes p périodes après la date du dernier


versement

Il est recommandé de procéder en deux étapes :


Etape 1 : Evaluer la suite d’annuités constantes à la date du dernier versement ;
Etape 2 : Calculer la valeur acquise du résultat précédent sur p périodes
Les deux étapes ramènent à la formule suivante :
(1  i )n  1 p
V'a (1  i )
i
N.B. : Ici l’exposant n désigne toujours le nombre d’annuités constantes alors que p
représente le nombre de périodes séparant la date d’évaluation de celle du dernier
versement.

c) On évalue la suite d’annuités constantes une période avant la date du


premier versement

Ici la date choisie pour évaluer la suite d’annuités est antérieure à celles des versements
(ou retraits) ; la valeur de cette suite d’annuités est la somme des valeurs actuelles de
chacune des annuités.

En actualisant la valeur V de la formule précédente, on obtient la formule permettant de


calculer A ; par conséquent on a :
(1  i )n  1  n 1  (1  i)  n
Aa (1  i )  a
i i
Remarque 1 : Compte tenu de la date d’évaluation choisie, le nombre de périodes
d’actualisation est égal au nombre d’annuités versées.

Remarque 2 : Partant de la valeur acquise V ou de la valeur actuelle A il est possible de


déterminer la valeur de la suite d’annuités à n’importe quelle date ; pour cela on procède
par capitalisation ou par actualisation de l’une ou de l’autre valeur.

Application 2
Dix annuités de 300 000 F chacune sont versées aux taux annuel de 5,5%. Déterminer la
valeur de cette suite d’annuités :
1- Au moment du dixième et dernier versement ; (3 862 606 F)
2- 5 ans après avoir effectué le dernier versement ; (5 048 272 F)
3- Un an avant le premier versement. (2 261 288 F).

Application 3
Reprendre les questions de l’application 2 en supposant que le taux d’intérêt passe de
5,5 à 6,5% immédiatement après le 6ème versement
1- (3 980 526 F)

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 24


2- (5 453 666 F)
3- (2 244 023 F)

3. CAS DES ANNUITES VARIANT EN PROGRESSION GEOMETRIQUE DE RAISON q


Il s’agit d’annuités telles que le rapport de deux annuités consécutives quelconques est
a
constant. Dans ces conditions le rapport k 1  q où q est la raison de la progression
a
k
géométrique.
a) On évalue la suite d’annuités à la date du dernier versement

Soit a1 la première annuité versée ; la valeur de la suite d’annuités, évaluation faite à la


date du dernier versement est donnée par la formule suivante :
(1  i ) n  q n
V  a1 avec (1  i )  q
(1  i )  q
N.B. : dans le cas particulier où la raison q a la même valeur que 1+i, la valeur acquise
de la suite d’annuités variant en progression géométrique de raison q est donnée par la
formule :

V = na1(1+i)n-1

b) On évalue la suite d’annuités une période avant le premier versement

Partant de la valeur de la suite d’annuités, évaluation faite à la date du dernier


versement, on procède à une actualisation de cette valeur ; on décompte n périodes
entre les deux dates et on peut donc écrire :
A  V (1  i )  n
Application 4
En vue de créer sa propre activité, un jeune employé décide d’épargner tous les
trimestres une partie de ses revenus sur un compte rémunéré au taux trimestriel de 2%.
Il s’impose de verser à chaque échéance, le montant précédent majoré de 5%. Le
premier versement étant de 75 000 F, calculer :
a) Le montant du 16ème versement ; (155 920 F)
b) La somme immédiatement disponible après le versement de la 16 ème trimestrialité.
(2 025 222 F)

4. CAS DES ANNUITES VARIANT EN PROGRESSION ARITHMETIQUE DE RAISON r


Dire que les annuités varient en progression arithmétique de raison r équivaut à dire
que, à l’exception de la première annuité, chacune des autres s’obtient en ajoutant la
valeur r à l’annuité précédente ; en d’autres termes ak+1 = ak + r.

a) On évalue la suite d’annuités à la date du dernier versement

La valeur d’une telle suite d’annuités, évaluation faite à la date du dernier versement, est
donnée par la formule :

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 25


r (1  i )n  1 nr
V  ( a1  ) 
i i i

où n désigne toujours le nombre d’annuités versées.

b) On évalue la suite d’annuités une période avant le premier versement

Par actualisation de la valeur V ou en effectuant les actualisations des valeurs


successives, on établit la formule donnant la valeur de la suite d’annuités, évaluation
faite une période avant le premier versement. Notons A la valeur recherchée ; on a :

r 1  (1  i )  n nr
A  ( a1   nr ) 
i i i

Application 5
1- Déterminons, à la date du dernier versement, la valeur de 12 mensualités placées
au taux mensuel de 0,5% sachant que les mensualités sont en progression
arithmétique de raison 5 000, la première mensualité étant de 75 000 F.(1 260 730
F)
2- Déterminer de deux manières différentes la valeur de ces mensualités, évaluation
faite un mois avant le premier versement. (1 187 488 F)

EXERCICES D’ENTRAINEMENT

Exercice 1

Le versement de dix annuités constantes et égales à 1000 000 F a permis la


constitution le 26 mars 1998, soit un an après le dernier versement, d'un capital de 13
971 643 F. Quel était le taux de capitalisation utilisé ? (6%)

Exercice 2
Combien faut-il verser d’annuités constantes de 180 000 F, à intérêts composés, au taux
annuel de 5,27 % afin de constituer un capital de 1 million de francs immédiatement
après le dernier versement ? (5 annuités)

Exercice 3
On effectue 12 versements annuels au taux d’intérêts composés de 9 %, le premier étant
de 400 000 F.
1- les versements étant en augmentation de 50 000 F par an, quelle est la valeur de
cette suite d’annuités :
a) au moment du dernier versement ? (12 578 910,03 ≈ 12 578 910 F)
b) deux ans après le dernier versement ? (14 945 003,01 ≈ 14 945 003 F)
c) deux ans avant le premier versement ? (4 102 971, 85 ≈ 4 102 972 F)

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 26


2- reprendre les questions précédentes en considérant une augmentation de 10 %
des versements annuels. (a : 13 030 544 ; b : 15 481 589 ; c : 4 250 285)

Exercice 4
Une suite de 12 annuités constantes, évaluée deux ans après le dernier versement a une
valeur de 37 323 569,47. Évaluée deux ans avant le premier versement elle vaut 9 566
903,285 F.
1- Calculer le taux annuel d’intérêt. (9,5%)
2- Calculer le montant de l’annuité constante. (1 500 000 F)
3- A quelle date faut-il verser 21 652 021,82 F en remplacement de la suite
d’annuités ? (4 ans avant le dernier versement)

Exercice 5
Une somme de 6 275 179 F est remboursable à l’aide de 24 semestrialités constantes de
500 000 F chacune, la première étant versée 1 semestre après la remise des fonds.
1- à quel taux semestriel le prêt a-t-il été consenti ? (6%)
2- quel est le taux annuel équivalent ? (12,36%)

Exercice 6
Un emprunt de 10 millions contracté au taux annuel de 9 % est remboursable au moyen
de n mensualités.
1- Si le remboursement s’effectue au moyen de 36 mensualités constantes dont la
première est versée à terme échu, calculer la valeur de chaque mensualité.
(316 324 F)
2- Calculer le nombre de mensualités à verser si chacune d’elle est égale à 205 890
F(60)
3- L’emprunt est remboursable à l’aide de 36 mensualités dont les 12 premiers
valent 100 000 F chacune et les autres sont constantes. Sachant que la première
mensualité est versée 2 mois après la signature du contrat, quel est le montant de
chacune des 24 mensualités ? (442 854,45 F)

Exercice 7
I - M. KONE souscrit au plan Épargne logement de la banque pour l’Habitat. Toutes les
fins de mois il épargne une somme de 80 000 F.
Il compte effectuer cette épargne pendant 3 ans. Le taux annuel d’intérêt simple de
l’épargne est fixé à 5,5 %. Il est prévu qu’au terme des placements, une prime
représentant 80 % des intérêts sera versée à l’épargnant.
Combien recevra M. KONE au terme des trois années ?
II - L’apport initial de M. KONE représente 20% de la valeur de la maison qu’il désire
acquérir. La banque lui accorde un prêt qui lui permettra de solder la valeur de la maison
et de payer les frais du notaire qui correspondent à 10% de la valeur de la maison. La
somme empruntée sera remboursée au moyen de 40 trimestrialités constantes, le
premier versement ayant lieu six mois après l’achat de la maison.
1- Quel est le montant de la trimestrialité constante au taux de 18% l’an ?

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 27


2- Quel est le montant de la dette restante après le versement de la 24 ème
trimestrialité ?

Exercice 8
Vous souhaitez constituer un capital de 3 millions en vue de vous équiper en matériel
agricole. Vous effectuez à cette fin tous les deux mois, au taux bimestriel de 3%, 18
versements égaux d’une valeur de 120 000 F chacun.
1- Avez-vous atteint votre objectif le jour du dernier versement ?
2- Quel devrait être le montant à verser à chacune des échéances pour constituer
exactement le capital ?
3- En fait, le capital constitué à la date du dernier versement de la question 1 n’est
retiré que 8 mois plus tard. Quelle somme sera alors remise à l’épargnant ?

Exercice 9

Le premier juillet de chaque année, Monsieur MENGUE verse sur un compte épargne
1 000 000 F capitalisés à 4,5%. Le nombre des versements est égal à 10.

Cinq ans après le dernier versement, Monsieur MENGUE retire, et ainsi de suite chaque
année, une somme de 1 000 000 F de ce compte. Le nombre de retraits est égal à 10.

1) De quelle somme dispose Monsieur MENGUE sur son compte immédiatement après
son dernier retrait ? (10 468 877,57 ≈ 10 468 878 F)

2) Quel aurait dû être le montant constant de chacun des 10 retraits pour que ce solde
soit nul ? (1 851 944,922 ≈1 851 945 F)

UE MATHEMATIQUES FINANCIERES 1 Page 28

Vous aimerez peut-être aussi