Vous êtes sur la page 1sur 5

Les boissons gazeuses :

Les boissons gazeuses, appelées aussi liqueurs douces ou sodas, sont des boissons constituées
majoritairement d'eau et qui contiennent du dioxyde de carbone (CO2) provenant directement d’une
source minérale, obtenue par fermentation ou ajouté artificiellement ,des boissons sans alcool,
effervescentes et aromatisées

La CBGN s’est engagée dans deux grandes certifications : ISO 9001 (Version 2000) et (Version 2005),
ISO 14001 (Version 1996), ISO 18001 (Version 1999), et l’HACCP (Version 2003).

contrôle de qualité pour vérifier la conformité des produits au cours de la production et lors de la
livraison à la distribution

processus de fabrication :
Traitement des eaux

Objectif :

L’objectif du traitement d’eau dans la production des boissons gazeuses est l’élimination des
substances colloïdes et les matières en suspension pouvant être présentes dans l’eau de ville,
l’élimination de toute coloration, odeurs et goûts indésirables, autrement dit avoir la bonne qualité
d’eau à tout moment

Ensemble des filtres utilisés dans le traitement des eaux


Réaction pour la production d’eau de javel :
Cl2 + 2 (Na+ + OH–) = (Na+ + ClO–) + (Na+ + Cl–) + H2O
ΔrH°298 = -103 kJ/mole La réaction est fortement exothermique
Le procédé standard consiste à dissoudre le dichlore dans une solution aqueuse de soude à
20 %. On obtient alors une eau de Javel à 13 % de chlore actif.
L'eau de Javel est une solution basique, dont le pH varie en fonction de la concentration (pH
= 11,5 pour l'eau de Javel à 2,6 % de chlore actif ; pH = 12,5 pour l'eau de Javel concentrée à
9,6 % de chlore actif)
Le traitement de l’eau par permet d’éliminer de façon simple et à faible coût la plupart des
microbes, bacteries, virus et germes responsables de maladies comme la dysenterie, la
typhoïde et le choléra. Il ne peut toutefois détruire certains microorganismes parasites
pathogènes. La chloration désinfecte donc l’eau mais ne la purifie pas entièrement.
La concentration en chlore libre de l’eau traitée doit être selon l’OMS de 0,2 à 0,5 mg/l.
Le temps d’action de l’hypochlorite de sodium, est d’au moins une demi-heure, mais si la
température n’est comprise qu’entre 10 et 18 °C, le temps de contact doit être d’au moins une heure, et
davantage si la température est inférieure à 10°C

Pour connaître le volume d’eau de Javel à ajouter pour atteindre la concentration souhaitée,
il faut connaître son degré chlorométrique,
Un degré chlorométrique correspond à 3,17 grammes de chlore actif par litre d’eau de Javel.
Par conséquent, si l’eau de Javel dont on dispose est à x° et si l’on souhaite obtenir une
concentration c de chlore actif dans l’eau à traiter (comprise entre 5 et 20mg/L, selon les
cas), le volume d’eau de Javel à ajouter peut être facilement calculé à l’aide de la formule
suivante :
Veau de Javel = c * Veau à traiter / (x * 3,17)
Le résultat obtenu est en ml si la concentration a été exprimée en mg/L.

NaClO +H2O = HOCl + Na+ + OH- l’equation de chlorification


Le chlore libre est dit actif sous la forme HOCl, ClO-, Cl2 et c’est surtout sous cette forme
qu’il sera consommé par les composés réducteurs de l’eau.
L’acide hypochloreux a une action désinfectante environ 100 fois plus forte que les ions
hypochlorites, son efficacité sera d’autant plus élevée que le pH sera bas (Ellis, 1991). En pratique, il
est souhaitable que celui-ci soit compris entre 6.50 et 8.0.

l’hypochlorite de sodium est une autre forme de chlore dont l’utilisation présente moins de
dangers que le chlore gazeux
COMMENT LE CHLORE ÉLIMINE-T-IL LES MICRO-ORGANISMES?
Le chlore élimine les micro-organismes en endommageant la membrane de la cellule. Une
fois que la membrane de la cellule est affaiblie, le chlore peut entrer dans la cellule et
perturber la respiration de la cellule et le processus d’ADN (2 processus nécessaires pour la
survie de la cellule).

ils peuvent donner lieu à des odeurs et des goûts, et ils sont potentiellement toxiques
utilisés de façon chronique.
NH4++ HClO NH2Cl + H2O + H+ monochloramine
NH2Cl+ HClO NHCl2 + H2O dichloramine
NHCl2+ HClO NCl3 + H2O + H+ trichloramine
Un autre dérivé du chlore que l’on utilise comme désinfectant, est le dioxyde de chlore
(ClO2). Celui-ci est autant effectif que le chlore/hypochlorite, et moins sensible aux changes
de pH en ce qui concerne son activité désinfectante. En plus, il ne se combine pas avec
l’ammoniac ni avec beaucoup de matière organique, ce qui évite l’apparition de chloramines
et d’autres composés aux goûts et aux odeurs désagréables. Cependant, il s’agit d’un gaz dix
fois plus toxique que le chlore gaz, et en concentrations de 8-12% il est explosif dans l’air. En
outre, en tant que produit de réaction, il donne lieu au chlorite, dont les risques pour la
santé humaine n’ont pas été suffisamment étudiés.

Vous aimerez peut-être aussi