Vous êtes sur la page 1sur 155

MASTER EN SCIENCES ACTUARIELLE ET FINANCIERE ET

INGENERIE DU RISQUE
- SAFIR -

TITRES HYBRIDES & RISQUE D’INFLATION

FASEG - SAFIR 2017 Animateur : B. GOUDIABY email: goudiaby.bassirou@ugb.edu.sn


2

Introduction

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Introduction
3

§ Contexte :  
Ø globalisation  des  marchés    
Ø sophistication  accrue  de  l’activité  économique  
Ø Hyper  compétition  économique
Ø besoin  de  développement    

§ L’entreprise,  au  cœur  du  dispositif  économique  des  pays,  s’érige  comme  un  
projet  économique  mettant  en  relation  différentes  parties  prenantes  et  
nécessitant  une  mobilisation  de  ressources  qui  en  constituent  le  capital  
économique.  

§ La  question  de  son  financement  revêt  un  enjeu  central  dans  cette  contingence  
d’hypercompétition
§ Elle  est  au  cœur  des  problématiques  économiques,  puisque  le  financement  
est  à  la  source  de  toute  activité  productive  et  de  la  création  de  valeur.
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
Introduction
4

§ L’entreprise   aura  à  cet  effet   pour  principal  objectif  d’assurer  sa  pérennité   et  
de   présenter  les   gages  d’une  rentabilité  aussi   forte  que   possible   des   capitaux  
engagés  par  son  actionnariat.

§L’  entreprise   ne  pourra  survivre   et  se   développer  que   par  des  arbitrages  
entre  les   intérêts  diffus  et  divergents de   chaque  intervenant  en   capital  et   de  
chaque  acteur  (créanciers,  managers,  etc.).

§ Il  n’est   pas  rare  de   voir   des  disparitions   d’entreprises   suite  à  des  
mésententes   entre  des   associés  majoritaires  et  minoritaires,   des  membres  
des   organes  de   direction,  etc.

§Ou  suite   à  des  conflits  ou   divergences  de   vue   avec  une  prédominance   de  
l’intérêt  individuel   au   détriment  de   l’intérêt  collectif  :  Enjeu  du  Pouvoir
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
Introduction
5

§ Exemple  :  OPA  Arcelor  en  2006  par  Mittal


§ une  fronde  d’actionnaires  demande  de  pouvoir  s’exprimer  et  choisir  entre  
d’une  part  l’offre  de  Mittal  et  de  l’autre  celle  de  Severstal,  soutenue  par  la  
direction.
§ OPA  gagnante  permettant  pour  la  première  fois  le  rachat  d’une  entreprise  du  
CAC  40  par  une  entité  étrangère

§ Traditionnellement,  ce  capital  économique  est  mobilisé  dans  le  long  terme  à  
partir  de  deux  instruments  classiques  action  et obligation

§ Mais  par  l’usage  de  techniques  à  la  fois  ingénieuse  et  complexe,  l’ingénierie  
financière  vient  apporter  des  solutions  sur  mesure  d’appréhension  de  cet  enjeu  de  
pouvoir  par  l’élaboration  de  titres  hybrides  et  produits  financiers  structurés  créés  
au  service  du  capital  au  sens  large  du  terme  (Enjeu  du  Pouvoir).

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Introduction
6

§ Ces titres hybrides sont nés du désir pour les uns d’acquérir ce Pouvoir, et de
la nécessité pour les autres (ses détenteurs) de mieux le maîtriser, de
l’organiser, de le conforter en le dissociant au besoin du capital mais aussi en
structurant ce dernier pour en assurer:

Ø la solidité de son bilan


Ø la cohésion de son actionnariat et
Ø l’adéquation entre finance et capital
Ø voire en organisant soigneusement sa transmission.

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Introduction
7

§ De par leurs natures, ces titres hybrides apparaissent ainsi comme de


véritables outils de stabilisation du pouvoir, condition nécessaire à l’exercice
d’une bonne gestion et la pérennité de l’entreprise.

§ Cet enjeu du Pouvoir va s'exprimer tout au long de la vie de l’entreprise et de


son développement à l’occasion d’opérations telles que :
-­‐ M&A (fusions et acquisitions) ;
-­‐ Cessions partielles d’actifs, de branches complètes d’activité et de filiales ;
-­‐ Recomposition d’actionnariat ;
-­‐ Restructuration de l'actif et du passif (défaisance et titrisation) ;
-­‐ Introduction en bourse (IPO) avec ou sans augmentation de capital ;
-­‐ Opérations financières sur actions cotées (OPA, OPE, OPR, etc.) ;
-­‐ Privatisations.
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
Les objectifs du module
8

q Prendre  connaissance  des  questions  d’ordre  stratégiques  qui  se  posent  à  la  
gouvernance  d’entreprise  dans  le  cadre  d’une  opération  d’ingénierie  financière  
(restructuration,  M&A,  Privatisation,  LBO,  etc.)
q Se  familiariser  avec  les  outils  financiers  et  juridiques  couramment  utilisés;

q Etudier  quelques  instruments  et  montages  financiers  et  comprendre  leur  intérêt;

q se  familiariser  à  un  ensemble  d’opérations  financières,  de  méthodes  et  


techniques  mises  en  œuvre  pour  viabiliser  financièrement  l’entreprise  au  delà  
de  ses  mutations  et  en  préservant   la  solidité  de  son  bilan,  la  cohésion  de  son  
actionnariat  et  l’adéquation  entre  finance  et  capital.
q appréhender  toutes  les  opérations  portant  sur  le  «  haut  de  bilan  »  et  contribuer  
à  la  connaissance  de  toutes  celles  qui  touchent  de  près  ou  de    loin  au  capital  :  sa  
détention,  son  organisation,  sa  structure,  sa  transmission,    voire  sa  création.

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Plan indicatif
9

Introduction  au  titres  hybrides

I   .  Description  du  marché  des  capitaux


§ Présentation  du  Marchés  
§ Fonctionnement
II.  Le  financement  direct  des  capitaux  permanents
§ Les   instruments   financiers  classiques
§ Evaluation  
III.  Les  instruments  financiers  hybrides
§ Les   titres   hybrides  intégrant  les   capitaux   propres
§ Les   valeurs  mobilières  complexes
IV.  Augmentation,  contrôle  du  pouvoir  &  verrouillage  de  capital
§ Contrôle  du  pouvoir  et   verrouillage  du  capital
§ Quelques   instruments   juridiques
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
10

Le  marché  des   capitaux

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


11

Présentation générale du marché des capitaux

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Marché des capitaux
12

Le marché des capitaux est formé de deux marchés


distincts :

q le marché monétaire

q le marché financier

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


13

le  marché  monétaire

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Le marché monétaire
14

■ Crée en 1985, est le marché des capitaux à court terme

■ Concerne tous les agents qui ont des besoins ou des excès de
capitaux à court terme et,

■ qui veulent s’endetter (pour les emprunteurs) ou placer (pour les


prêteurs) leurs liquidités à court terme;

■ Il comprend deux compartiments :


§ le marché interbancaire
§ le marché des titres de créances négociables

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Le marché monétaire (suite)
15

■ Le marché interbancaire est réservé exclusivement aux


établissements de crédit, aux banques commerciales et à
des intermédiaires financiers spécialisés

■ Marché interbancaire: accessible aux Banques, avec


abandon du "fixing" de l'argent au jour le jour qui peut donc
être négocié à différents taux tout au long de la journée;

■ Régulation: intervention possible de la Banque Centrale


sous forme d’opérations d’open market (offre de liquidités
ou rachat sous forme d’appel d’offres, de facilités de
paiement ou de réserves obligatoires).

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Le marché monétaire (fin)
16

■ le marché des titres de créances négociables: les titres non


cotés sont émis au gré de l’émetteur et négociés sur un marché
réglementé différent du marché boursier pour financer un
besoin à court terme (de dix jours à un an);

■ Les principaux types de titres émis sur ce marché sont les


certificats de dépôts (banques), les billets de trésorerie
(entreprises), les bons du trésor (Etat), les bons des institutions
et sociétés financières (compagnies d’affacturage, crédit
foncier, etc.).

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


17

le  marché  financier

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Le marché financier
18

Définition: structure organisée au sein de laquelle se déroule des


activités qui permettent l’émission, la circulation (pour les valeurs
mobilières) ou la compensation (des contrats   à terme) d’actifs
financiers.

Marché qui permet aux agents économiques d’acquérir des


ressources à long terme. Il est aussi appelé marché des capitaux à
long terme.

Les valeurs mobilières s’échangent sur ce marché : actions,


obligations et titres hybrides (certificats d’investissements, titres
participatifs etc.);

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Le marché financier
19

Le marché financier est lui-même composé de deux


marchés complémentaires:
§ le marché primaire
§ le marché secondaire
§ le marché des produits dérivés (places matures et
organisées)

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Le marché financier (suite)
20

Marché  primaire:  le  marché  où  se  crée  les  valeurs  mobilières  en  
échange  de  capitaux  lors  d’une  constitution,  d’un  emprunt  
obligataire  ou  lors  d’une  augmentation  de  capital.  

Il  permet  d’assurer  le  financement  de  l’économie  à  long  terme.

Marché  secondaire sur  lequel  les  agents  économiques  


s’échangent  les  valeurs  mobilières  qu’ils  possèdent  en  
portefeuille.  C’est  le  marché  de  l’occasion  des  valeurs  mobilières  

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Le marché financier (fin)
21

Marché des produits dérivés qui a pour objet de permettre aux


opérateurs de gérer leurs risques et qui est composé de deux marchés

Le marché de gré à gré qui met en relation directement deux acteurs


privés où chaque intervenant supporte le risque de défaillance de sa
contrepartie.
Ce marche offre une grande souplesse dans le montage des produits non
standardisés.

Le marché réglementé (ou organisé) où des entreprises définissent


des produits standards et en assure les transactions via une chambre
de compensation ainsi que le risque de défaillance ou de contrepartie.

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Marchés
financiers

22

Marché des valeurs mobilières Marchés à terme


(bourse des valeurs mobilières) (marchés des contrats ou marché
des produits dérivés)

Marchés à terme Ferme Marchés à terme Conditionnel


Marché d’actions Marché d’obligations - Marchandises (généralement des instruments
- Marché primaire -Marché primaire -Instruments financiers financiers)
- Marché secondaire -Marché secondaire

Marché des bons du


Trésor public
Contrats à terme contrats à terme Contrats d’options Contrats d’options
- Marché primaire
forward futures de gré à gré négociables
-Marché secondaire
(marchés à terme de (marchés à terme (marchés d’options (marchés organisés)
gré à gré) organisés) de gré à gré)

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


23

Le  financement  direct  par  fonds  propres

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


24

Les  instruments  financiers  classiques:  les  


valeurs  mobilières

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Les valeurs mobilières
25

§Une opération d’IF, quelque soit sa nature ou son objectif, reste


déterminée par une volonté ultime de création de richesse à partir d’un
jeu de pouvoir des parties prenantes concernées;
l’entreprise doit, en perspective, se préoccuper des conséquences des
§
décisions financières prises dans le cadre de cette opération notamment
celles liées au financement ;
elle doit dès lors procéder à des choix de financement à partir d’une
§
grande diversité d’instruments financiers existant;
§Parmi ces instruments, les valeurs mobilières, qui sont des titres
financiers négociables, interchangeables et fongibles, qui peuvent l’objet
de cotation en bourse (vernimmen 2012)

§ A la base deux titres : action et obligation.

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


26

Les  valeurs  mobilières:  l’action

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


27

Les  actions  ordinaires

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Les actions ordinaires
28

§ L’action  représente  un   droit  de   propriété́  sur   des  actifs.  Elle  est  un  
titre  négociable   émis   par  une   société  de   capitaux  et  en   représente  la  
valeur   unitaire  du  capital  social;

§ Elle   offre   des  revenus   variables   (dividendes,   plus-­‐value),  donc  


incertain,  et  fait  courir  à   son  détenteur  un  risque   financier  (la   perte  de  
sa  valeur   ou  moins-­‐value);

§ L’appellation   « action »,  aussi  bien   théorie   financière   que  sur  la  


bourse  des   valeurs, désigne   l’action  ordinaire

§ Titre   de  propriété   cessible   et  négociable,  qui   donne   à  son  détenteur  


le   droit  de  se   voir  attribuer  une   fraction  des   résultats,  le  boni   de  
liquidation,  et  la   possibilité   de  participer   aux  assemblées
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
Les actions ordinaires (suite)
29

§ De types d’action existent :


-­‐ Les actions de numéraire dont le montant est soit libéré en espèces (origine
externe), si elle est exigible et liquide, par compensation de créances que le
souscripteur avait sur l’entreprise ou émise par suite d’incorporation au capital
de réserves, primes d’émission ou de fusion (origine interne);

Dans le cadre d’une SA, elles font l’objet de libération totale (appel à partir du
marché des capitaux) ou de libération partielle de la moitié (à la création)
suivie de libérations par quart de la valeur nominale (appels de fonds)

-­‐ Les actions d’apport sont crées et attribuées au souscripteur à la suite d’apport
d’actifs autre que de la liquidité (fonds de commerce, immeubles, marchés de
fournitures, etc.) et elles doivent être intégralement libérée dès son émission;

Ce moyen de souscription suppose une vérification de la valeur des apports


(avec l’obligation de la mentionner dans les statuts pour la société de capitaux)
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
Les actions ordinaires (suite)
30

§ L’action est un titre de :


-­‐ Pouvoir : droit à l’information et droit de participation aux votes.
* Exceptions au principe de proportionnalité pouvoir/participation (Golden
share, droit de vote double et dividende prioritaire)
-­‐ Placement : droit aux bénéfices distribuables, aux réserves et boni de
liquidation. Plus value en cas de cession.

Les formes de l’action : nominative (la société en connaît le propriétaire) et au


§
porteur.

§ Le droit préférentiel de souscription (DPS) : droit accordé aux actionnaires


existant, par priorité et proportionnellement à leurs participations, de souscrire
à une augmentation du capital en numéraire.

§ Les actionnaires peuvent renoncer individuellement à leur droit de


souscription ou céder leur DPS.
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
Les actions ordinaires (suite)
31

§ Caractéristiques:

-­‐ valeur nominale (ou faciale): d’une action est la valeur initiale du
titre qui sert de base au calcul de l’intérêt statutaire revenant aux
actionnaires;

-­‐ cours boursier: la valorisation par le   marché financier des


capitaux propres de l’entreprise;

-­‐ prix d’émission: prix des actions nouvelles crées suite à une
opération d’augmentation de capital une société. Ce prix est
diffèrent de la valeur nominale;

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Les actions ordinaires (fin)
32

§ Caractéristiques:

- prime d’émission: différence entre le prix d’émission de l’action nouvelle


et sa valeur nominale;

- droit préférentiel de souscription (DPS): droit accordé aux actionnaires


existant, par priorité et proportionnellement à leurs participations, de
souscrire à une augmentation du capital en numéraire.

☛ Les actionnaires peuvent renoncer individuellement à leur droit de


souscription ou céder leur DPS;

- Droit préférentiel d’attribution (DPA) : droit accordé aux actionnaires


existant de jouir d’un droit priorité dans l’attribution des actions gratuites
lors des opérations d’augmentation de capital par incorporation de
réserves

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


33

Les  valeurs  mobilières:  l’obligation

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Les valeurs mobilières: l’obligation
34

§ Une obligation est un titre de créance négociable


représentatif d’une fraction d’un emprunt émis par une
entreprise, une entité du secteur public ou l’Etat;

§ Elles permettent à l’émetteur (l’emprunteur) de se procurer


une ressource financière à long terme (échéances de 5 à 20
ans);

§ L’obligation peut être à taux fixe ou à taux variable et sa


valeur nominale ne peut être inférieure à 10 000 F CFA

§ L’assemblée générale ordinaire des actionnaires a seule


qualité pour décider ou autoriser l’émission d’obligations;

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Les valeurs mobilières: l’obligation (suite)
35

§ Seules les sociétés anonymes (SA) peuvent émettre des obligations :

- ayant deux années d’existence et qui ont clôturé deux exercices successifs dont
les états de synthèse ont été approuvés par les actionnaires ;

- dont le capital social a été intégralement libéré.

§ Les obligations sont d’abord émises sur le marché primaire où leurs
caractéristiques sont fixées par l’émetteur (l’emprunteur), puis, avant d’être
remboursées, elles peuvent être négociées sur le marché secondaire (marché
boursier) où leur valeur de cotation dépend des conditions du marché;

§ l’emprunt obligataire se caractérise par une multitude de prêteurs contrairement à


l’emprunt indivis dans lequel il n’existe qu’un seul prêteur (établissement financier);

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Les valeurs mobilières: l’obligation (suite)
36

§ En tant que créancier d’une entreprise, le porteur d’une obligation


ne court pas le risque industriel de celle-ci puisque sa rémunération
est contractuelle.
☛ Il sera remboursé avant les actionnaires en cas de faillite de
l’entreprise

§ En contrepartie, il ne bénéficie pas des droits sociaux liés à l’action


(droit au bénéfice et droit à la gestion de l’entreprise via le droit de
vote).

§ Le risque de l’obligataire est la défaillance de l’émetteur avant le


remboursement de l’obligation

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Les valeurs mobilières: caractéristiques de l’obligation

37

§ Valeur nominale : encore appelée la valeur faciale (valeur inscrite sur le titre), elle
sert de base au calcul des intérêts versés aux obligataires.

§ Prix d’émission : C’est le prix payé par le souscripteur de l’obligation, lors de


l’émission de l’emprunt. Ce prix payé constitue la véritable ressource de l’entreprise
émettrice. Le titre peut être émis au pair (il sera égal valeur nominale) ou être émis en
dessous du pair (prix inférieur à la valeur nominale) pour rendre l’emprunt obligataire
plus attractif.

§ Prix de remboursement : la valeur à laquelle sera remboursée l’obligation lors de son


l’amortissement. Ce remboursement peut s’effectuer à la valeur nominale
(remboursement au pair) ou à un prix de remboursement supérieur à la valeur
nominale (remboursement au-dessus du pair). Le prix de remboursement correspond à
la valeur réelle de la dette de l’émetteur.

§ Prime de remboursement : supplément de rémunération versé par l’émetteur aux


obligataires. La prime de remboursement est égale à : Prix de remboursement – Prix
d’émission.
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
Les valeurs mobilières: caractéristiques de l’obligation (suite)

38

q Deux modalités classiques de remboursement :

§ Amortissement constant : le nombre d’obligations remboursées est constant et


égal au rapport : nombre d’obligations / nombre d’échéances.

§ Amortissement « in fine » ou amortissement à la fin de vie de l’emprunt : la


totalité des obligations est remboursée à la fin de la durée de vie de l’emprunt.

q Taux nominal ou facial : Taux fixé au moment de l’émission, qui appliqué à la


valeur nominale, permet de déterminer le montant des intérêts versés;

q Maturité: ou durée de vie résiduelle, est la durée entre une date donnée et la fin
de vie de l’emprunt. Lors de l’émission, la maturité est égale à la durée de vie de
l’emprunt;

q Date de jouissance : correspond à la date à partir de laquelle, les intérêts


commencent à courir.

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Les valeurs mobilières: caractéristiques de l’obligation (fin)

39

q Taux fixe ou variable : en contrepartie à la souscription, l’obligataire


reçoit une rémunération qui peut être fixe ou variable. Cette dernière
est versée de manière périodique (à chaque échéance);

☛ Si aucune rémunération n’est versée durant la vie de l’emprunt, le prix de


remboursement est fixé de telle sorte, que les intérêts soient capitalisés et
inclus dans le prix de remboursement (obligations à coupon zéro);

q Montant de l’émission de l’emprunt : la véritable ressource de


l’entreprise émettrice (ce qui est réellement), il se calcule comme le
produit du nombre d’obligations par le prix d’émission;

q Montant de la dette : Il s’agit de la dette valorisée en prix de


remboursement, qui constitue le montant réel de la dette. Le montant de
la dette réelle est égal au produit du nombre des obligations par le
prix de remboursement.
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
40

Autres  titres  de  créances  négociables

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Les titres de créances négociables
41

Certificats  de  Dépôt  -­‐ CD  (10  jours  à  7  ans)  :  sont  des  titres  émis  par  les  
§
banques.

§Bons  des  Sociétés  de  Financement  -­‐ BSF  (2  ans  à  7  ans)  :  sont  des  titres  émis  
par  les  sociétés  de  financement.  Les  sociétés  de  financement  ne  peuvent  émettre  
des  bons  que  pour  un  montant  n'excédant  pas  40%  de  l'encours  de  leurs  emplois  
sous  forme  de  crédit  à  la  clientèle.

§Billets  de  Trésorerie  -­‐ BT  (10  jours  à  1  année)  :  sont  émis  par  les  sociétés  par  
actions,  les  établissements  publics  et  les  coopératives  disposant  d’un  certain  
niveau  de  fonds  propres.  Ils  doivent  également  avoir  au  moins  trois  années  
d'activité  effective   et  avoir  établi  au  moins  trois  bilans  certifiés.

§ Le  montant  unitaire  des  CD,  BT  et  BSF  est  fixé  à  10.000  F  CFA  en  zone  Franc.

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


42

Evaluation  des  valeurs  mobilières  classiques

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


43

L’évaluation des actions sous des conditions de


certitude : Les modèles actuariels

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Eléments de base de l’évaluation des actions
44

§ Dividende par action


Il est définit comme le dividende de l’exercice rapporté à
une d’action Dividendes de l'exercice
DPA =
Nombre d 'actions
§ Bénéfice par action
C’est le bénéfice de l’exercice ramené à une action. La prise en
compte du seul résultat de l’exercice permet de s’affranchir des
conséquences de la « politique de distribution » spécifique à chaque
entreprise
Bénéfice net de l'exercice
BPA =
Nombre d 'actions

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Eléments de base de l’évaluation des actions (suite)
45

§ Taux de distribution (d)


Exprimé en pourcentage, exprime le bénéfice distribué aux
actionnaires sous forme de dividendes
Dividende net
d =
Benefice net
§Le Price Earning Ratio (PER)
Egalement appelé multiple de capitalisation, il est égale au
rapport entre le cours d’une action à son bénéfice
cours de l'action
PER =
Bénéfice net par action

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Eléments de base de l’évaluation des actions (suite)
46

q Le PER indique combien de fois le bénéfice par action est pris en


compte dans le cours boursier;
q Le PER se calcule sur l’année en cours, ou sur les années à venir,
reflétant de fait les anticipations des résultats de l’entreprise par les
investisseurs;
q La valeur d’un PER n’a de réelle signification que lorsqu’il est comparé à
une norme (PER du secteur d’activité, PER historique sur plusieurs
années);

q Il permet de comparer plusieurs titres du même secteur d’activité, ou


comparer le PER d’un titre avec celui du marché. Plus le PER est élevé,
plus le taux de croissance des bénéfices est élevé, et inversement;

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Application n°1
47

La société TOTAL SENEGAL est cotée sur le marché de la BRVM de l’UEMOA. Son
capital est composé de 40 000 actions de valeur nominale de 10 FCA par action.
TOTAL SENEGAL a réalisé un bénéfice global de 2 000 000 FCA au cours de
l’exercice 2014, et prévoit conformément à sa politique de distribution, de
consacrer une somme de 1 600 000 FCA au paiement de dividendes aux
actionnaires.
L’action cote sur le marché de la BRVM à ce jour à 500 FCA alors que le titre
était échangé un an plus tôt à 450 FCFA.
TRAVAIL À FAIRE
1. Calculer le bénéfice par action (BPA), le dividende par action (DPA) et le taux
de distribution de la société.
2. Déterminez le taux de rendement du dividende.
3. Calculer son taux de rentabilité périodique sur la dernière année.

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Solution
48

¨ le bénéfice par action (BPA), Le rendement de l’action TOTAL SN


BPA = Bénéfice net par action/Nbre Taux de Rendement= Div par action/Cours
actions AN: taux de rendement: 40/450= 8,90 %
BPA= 2 000 000 /40 000 = 50 FCFA
¨ le dividende par action (DPA) Taux de rentabilité sur la période annuelle R
DPA(net) = Dividende / Nbre actions R = rendement+ plus/moins value
DPA= 1 600 000/40 000 = 40 FCFA R= (Dividende +( P1- P0 ))/ P0
¨ le taux de distribution AN: R= (40+ (500-450))/450 = 20 %
D =DPA/BPA = 40/50 = 80%
PER: Cours boursier/Bénéfice par action
AN: PER= 500/50=10
L’entreprise se paye 10 fois en termes de
bénéfice

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


49

Evaluation de l’action: les modèles à perpétuité

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Evaluation de l’action: les modèles à perpétuité
50

MODELES FORMULES DE CALCUL

LA RENTE PERPÉTUELLE
B
Considérant que l’entreprise à une 0
=
K V
durée de vie infini, elle repose sur le
V0 est égale à l’actualisation d’une rente à l’infini
principe de l’actualisation des flux
B : bénéfice net constant réalisé par l’entreprise ; k :
constants des bénéfices futurs
le taux de rentabilité exigé par les actionnaires
T −T

V =∑
0
DPA i
i
+ PT
(1 + k )
LE MODÈLE D’IRVING FISHER
La valeur d’une action est
i=1
( 1 + k )
considérée comme la valeur actuelle T: horizon de temps (ex. : 5 ans, durée après laquelle
des revenus (dividendes et prix de le titre est revendu) ;
revente) que l’investisseur souhaite Vo : valeur de l’action aujourd’hui (t = 0) ;
en tirer. DPAi : dividende par action de l’année considérée (i) ;
PT : prix de revente de l’action en période T ;
k : taux de rendement exigé par les actionnaires.
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
Evaluation de l’action: les modèles à perpétuité
51
MODELES FORMULES DE CALCUL
LE MODÈLE DE GORDON ET SHAPIRO Deux principales difficultés sont levées :
(1956) - la valeur de revente n’est plus prise en compte
HYPOTHESES:
(en raison de l’actualisation à l’infini de la
- L’entreprise verse à ses actionnaires une série
de dividendes DPA1, DPA2... DPAn ; valeur à la revente). Si l’horizon de temps
-selon un taux de croissance (g) constant; tend vers l’infini, la valeur liquidative du titre
- en tenant compte du taux de rentabilité peut être considérée comme ayant un impact
exigé par les actionnaires (k) constant nul sur la valeur actuelle ;
- L’action est conservée indéfiniment, sa - l’évaluation des dividendes futurs (évalués par
valeur actuelle est pratiquement nulle application d’un taux croissance).
Les facteurs g et k étant supposés Les flux sont ensuite actualisés pour déterminer la
constants, les dividendes annuels valeur actuelle du titre :
augmentent selon un taux de croissance
de (1+g) tel que :
D1 = DPA V0 = D 1
1
+ D 2
2
+ D 3
3
+...... + D n
n
+ V n
n
D2 = DPA × (1+g) 1+k 1+k 1+k ( ) ( ) ( )
1+k (
1+k ) ( )
D3 = DPA × (1+g)2
Dn = DPA × (1+g)n–1
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
Evaluation de l’action: les modèles à plusieurs périodes
52

MODELES FORMULES DE CALCUL


La valeur actuelle du titre est nulle lorsque l’on
considère un horizon temporel infini, alors :
LE MODÈLE DE GORDON ET SHAPIRO
(1956) n−1

V n
=0 D’où
n DPA *(1+g)
n V =∑
(1+k ) 0
i=1
n

(1+k )
La connaissance du dividende en fin
DPA
de première période et sur lequel
V =
on applique le taux de croissance
(g) pour déterminer les dividendes
0
(k − g )
futurs, permet donc déterminer la Cette formule simplifiée et réductrice est la plus
valeur de l’action. couramment utilisée, et avec :
Si l’horizon de temps est infini et - taux de croissance (g) constant
si g < k, la relation devient : - taux de rentabilité exigé par les actionnaires (k)

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Application du modèle de Gordon-Shapiro
53

L’action de TOTAL SN présente les caractéristiques suivantes :


-- le taux de rentabilité exigé sur cette valeur par les
actionnaires est de 12 % ;
-- le taux de croissance (g) des dividendes par action (DPA)
estimé à 5 % ;

-- le dividende versé dans un an sera de 40 FCA par action.

¨ Calculer la valeur théorique de l’action de TOTAL SN

V= 40/(12%-5%) = 571, 43 FCFA

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


54

Les modèles à plusieurs périodes: Modèle de Bates

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Modèles à plusieurs périodes
MODELES FORMULES DE CALCUL
55
MODÈLE DE BATES n

Amélioration du modèle simple de Gordon et V = ∑ DPA ii + V n


n
Shapiro, dans l’optique de se rapprocher au plus
près de la réalité du marché.
i=1
(1+k ) (1+k )
La relation de BATES devient alors :
Hypothèses
- croissance irrégulière des bénéfices: PER n = PER 0 * A − d * B
Etape 1 : on considère que l’entreprise connaît une Avec en particulier :
croissance de ses bénéfices pendant T années. n
Etape 2 : la croissance étant plus régulière, on ! 1+k $
( )
pourra retenir un multiple de capitalisation ou PER A = # &
plus faible. ( )
" 1+g %
- Le modèle met en relation le PER actuel d’un
titre avec son PER futur dans n années, en tenant " 1+ g %
( )
compte : = $B ' * 1− A ( )
* un taux de croissance (g) constant des bénéfices (
$# g − k '& )
par action ; La méthode d’évaluation des actions de
* un taux de distribution (d) constant. Bates est utilisée notamment lors des
introductions en Bourse
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
Modèle de BATES: application n°3
56

Un investisseur sénégalais, M. MBAYE, actionnaire de TOTAL


SENEGAL, souhaite vendre dans 5 ans les actions qu’il possède.
Le Conseil d’administration de TOTAL SENEGAL exigent une
rémunération de 8% chaque année.
En reprenant les résultats des questions de l’application n°1 et en
supposant leur permanence dans le temps, à quel PER (n) doit-il
vendre ?

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Solution
57

Pour rappel, TOTAL SN présente les performances suivantes:


BPA= 50 FCFA ; DPA= 40 FCFA; k=12% ; g= 5%
taux de distribution D= 80% ; Taux de Rendement= = 8 % ;
Taux de rentabilité = 20 % ; PER0= 10
PER5 =PER0* A – d* B
( 5 + n
! (1+k ) $ ! (1+ g) $ * ! ( $
1+k ) -
PER = PER *#5 & − d * ## ( g − k ) && * **1−#
0 & --
" (1+g) % " % *
) "
(1+g) % -,
5 ( +
5
! (1+0,08) $ ( (1+ 0, 05) + * ! $
(1+0,08) & -- = 7, 3
PER = 10 *# 5 & − 0,8* ** -- * *1− #
) ( 0, 05 − 0, 08) , **
" (1+0,05) % ) "
(1+0,05) % --,
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
58

Evaluation & cotation des obligations

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Taux de rendement actuel et valeur d’une obligation
59

La souscription à une obligation donne à son obligataire le droit :


§ à une rémunération fixe ou variable périodique (coupon)
§ au remboursement de son capital placé (avec ou sans prime de
remboursement)

A la suite de son opération de placement, la rémunération obtenue par


l’obligataire (coupon et prime de remboursement éventuelle) s’évaluera au
taux de rendement actuariel (Trab) sur une durée allant:
§ soit de l’émission de l’emprunt à son remboursement: on parlera alors de
taux de rendement à l’émission;
§ soit à partir d’une date quelconque jusqu’à son remboursement

à l’émission, ce taux de rendement doit obligatoirement figurer sur la note


d’information sur le marché de l’opération de placement;
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
La valeur d’une obligation: le taux de rendement
à l’émission
60

Deux cas sont à envisager à l’émission du titre :

§ émission et remboursement au pair (émission sans prime de


remboursement): alors le taux de rendement à l’émission est le même
que le taux nominal de l’offre de placement

§ émission avec prime de remboursement: alors le Trab est le taux


d’actualisation qui permet d’égaliser la valeur d’émission avec les
coupons futurs C et la valeur de remboursement Vf encaissée tel que:
! !!!
1 − 1 + !"#$ !! !
!" = ! ∗ +! ! + !! ∗! 1 + !"#$
!"#$
VE : valeur d’émission de l’obligation
C: valeur du coupon
VF : valeur de remboursement encaissée
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
Cas d’un emprunt à un taux de rendement à
l’émission: un exemple
61

¨ Un emprunt obligataire à été émis le 1/01/2015 sur le


marché de la BRVM au prix de 9980 FCFA à un
taux facial de 4%. La valeur nominale de l’emprunt
est de 10.000 FCFA et est remboursable in fine
dans 5ans à 10.150 FCFA.

TAF: calculer le taux de rendement actuariel à


l’émission de l’emprunt.

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Cas d’un emprunt à un taux de rendement à
l’émission: un exemple (suite)
62

CARACTERISTIQUES MONTANT (FCFA)


Valeur d’émission (le montant réellement investi par l’obligataire) 9980
Coupons annuels à payés 10000* 4% = 400
Somme remboursées à l’obligataire (valeur de remboursement) 10150

Le taux de rendement à l’émission permettant d’égaliser la valeur d’émission


aux valeurs du coupon et de remboursement est :
1 − 1 + !"#$ !!
!!
9980 = 400 ∗ ∗! 400 + 10150 ∗ 1 + !"#$ !
!"#$
Trab= 4,32%
L’emprunteur enregistre un gain de 0,32 % par rapport le taux nominal de l’emprunt
obligataire, ceci du fait de l’existence d’une prime d’émission de 170 FCFA encaissée à
l’année 5.

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Cas d’un taux de rendement à partir d’une date quelconque
63

q A une date postérieure à la date d’émission de


l’emprunt, le taux de rendement actuariel d’un
emprunt obligataire est déterminé à partir du cours
de l’obligation sur le marché et de l’ensemble des
annuités actualisées restant à être perçues par
l’obligataire.

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Cas d’un taux de rendement à partir d’une date quelconque:
un exemple
64

Un emprunt obligataire a été émis au pair le 01-01-2013 à un


taux d’intérêt nominal de 9% pour une valeur nominale de
l’obligation à 10.000 FCFA. L’emprunt est remboursable in fine
dans 5ans pour une valeur de remboursement de l’emprunt de
10.400 FCFA.
Le 1er janvier 2015, cette obligation cote sur le marché à 120%.

TAF: Déterminer le taux de rendement actuariel de cette


opération d’emprunt obligataire au 1er janvier 2015

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Cas d’un taux de rendement à partir d’une date
quelconque: un exemple (suite)
65

CARACTERISTIQUES MONTANT (FCFA)


Coupons annuels à payés 10000* 9% = 900
cours de l’obligation au 1er janvier 2015: Valeur nominal * cote 10000*1,2= 12000
Valeur de remboursement 10400
Durée restant à être couverte: 3 ans
Le taux de rendement à la date du 1er janvier 2015 permettant d’égaliser la
valeur du cours boursier de l’obligation aux annuités restant à être perçues et
et de la valeur de remboursement est :
1 − 1 + !"#$ !!
12000 = 900 ∗ ∗! 900 + 10400 ∗ 1 + !"#$ !!!
!"#$ Trab= 3,195%
A cette date du 1er janvier 2015, l’acheteur d’une obligation sur le marché se retrouve
avec un taux de rendement nettement inférieur au taux nominal de l’emprunt. Soit une
décote de taux de près de 5,805% par rapport le taux nominal de l’emprunt.

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


66

Valeur d’une obligation sur le marché boursier


Valeur d’une obligation sur le marché boursier
67

q La valeur de l’obligation à l’émission et sa valeur au moment du


remboursement sont définies par l’émetteur de façon certaine;

q Par contre, si un potentiel acheteur cherche à acquérir cette obligation


en dehors de ces deux dates (dates à l’émission et au remboursement), il
négociera le cours d’acquisition de l’obligation sur le marché boursier
(marché secondaire);

q Ainsi, le prix déterminé sur ce marché n’est pas celui de l’émetteur initial
de l’obligation mais celui du marché qui découle de la confrontation entre
acquéreur (prix d’achat) et cédant (prix de vente)

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Valeur d’une obligation sur le marché boursier
(suite)
68

q Ce prix de transaction sur le marché sera celui de la valeur


actualisée, au taux d’intérêt du marché, des coupons restant à être
perçus et de la valeur de remboursement de l’obligation établi par
l’émetteur initial;

q Le taux d’intérêt du marché est le taux de rendement du marché des


obligations comparables à celle pour laquelle on veut déterminer le
cours sur le marché

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Valeur d’une obligation sur le marché boursier:
exemple
69

Un emprunt a été émis au pair sur le marché financier de


l’UEMOA le 1er janvier 2008 au taux nominal de 4% dont la
valeur nominale de l’obligation est de 10000 FCFA.
Cet emprunt est remboursable in fine dans 6ans au prix de
10100 FCFA.

TAF: A un taux d’intérêt sur le marché de 5%, il vous est


demandé de déterminer la valeur de cette obligation à la date
du 1er janvier 2012.

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Valeur d’une obligation sur le marché boursier:
exemple
70

CARACTERISTIQUES MONTANT (FCFA)


Coupons annuels à payés 10000* 4% = 400
Coupons restant dus ( à la date du 1er janvier 2012): 10000*4%*2= 800
Flux actualisé à la date du 1er janvier 2013 (coupon) 400/(1+0,05)= 380,95
Flux actualisé à la date du 1er janvier 2014 (dernier (400+10100)/(1,05)2=
coupon + remboursement) 9523, 80
Cours de l’obligation au 1er janvier 2012 est 380,95+9523,80= 9905

Nous remarquons qu’à cette date la valeur de l’obligation a baissé par rapport
au cours nominal et s’est nettement dépréciée par rapport à la valeur de
remboursement à terme de l’emprunt. La hausse du taux d’intérêt sur le marché
obligataire (6% contre 5% actuellement) rend cette obligation moins attractive sur
le marché puisque son taux nominal est seulement de 4% à l’émission.
L’acquéreur de l’obligation sera rémunéré à cette date à 5% (taux du marché).

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


71

Cotation en bourse d’une obligation

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Cotation d’une obligation: principes
72

¨ Après son introduction sur le marché primaire, une


obligatoire doit en principe être cotée sur le marché
secondaire:
§ soit en pourcentage de la valeur nominale
§ soit au pied du coupon (coupons courus non inclus)

q Ce mode de cotation permettra une meilleure lisibilité de la


valeur de l’obligation, en prenant en compte une
neutralisation des effets des techniques liés notamment :
§ les différentes dates de paiement des coupons
§ les effets des intérêts courus sur la cours de l’obligation

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Cotation d’une obligation: les coupons courus
73

¨ le coupon couru représente les intérêts courus entre la


date du dernier coupon versé et celle de négociation de
l’obligation sur le marché boursier;
¨ Schématiquement, nous avons:
Date de paiement Date de négociation
du dernier coupon à la bourse (J)
temps

(d)

J: la date de négociation de l’obligation à la bourse


d: la durée qui s’écoule entre la date de versement du dernier coupon
et le jour de négociation

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Cotation d’une obligation: les coupons courus (suite)
74

¨ le coupon couru est égale à:


! ∗ !!% ∗ !
!!"#!$!!!"#"!(!/!) =! !!!(!"!!"#$%&)!
!"#
(C/C): coupon couru en francs
V: valeur nominale en francs de l’obligation
i% : taux nominal annuel en pourcentage
d: durée en jours entre la date du dernier versement de coupon et la date de
négociation J
!"#$"%!!"#$#!(!"!!"#$%!)
!"#$"%!!"#$#!(!/!) =! !!!(!"!%)!
!"#$%&!!"#$!%&'

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Cotation d’une obligation: les coupons courus (suite)
75

¨ La détermination de la valeur du coupon est nécessaire


lorsque le détenteur de l’obligation est dans une
logique de négociation sur le marché;

¨ Dans cette logique de négociation, la valeur de revente


de cette obligation devra alors inclure:
§ le coupon

§ l’obligation elle-même (la créance)

§ et la fraction des intérêts courus jusqu’à la date de


revente

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Cotation d’une obligation: les coupons courus
(exemple de calcul)
76

Un emprunt obligataire d’une valeur nominale de


10000 FCFA a été émis par la République du Sénégal
le 15 septembre 2012 sur le marché financier sous
régional au taux de 6%.
A la date du du 30 novembre 2012, un investisseur
souhaite acquérir cette obligation sur le marché par
l’intermédiaire d’une SGI de la place.
TAF: quelle sera le montant du coupon couru à cette
date ?

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


77

Caractéristiques méthodes de calcul


Nombre de jours (d) entre date de versement du dernier
d= 15 + 30+ 31=76 jours
coupon et la date de négociation
C/C= (V* i % * d) /365 10000* 6% * (76/365)=
Coupon couru (FCFA)
124,9315 FCFA
Coupon (FCFA)/valeur nominale =124,9315/10000=
Coupon couru (%)
1,249315%

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


La valeur au pied du coupon de l’obligation
78

¨ La valeur au pied du coupon signifie que la valeur de l’obligation


sera considérée sans prise en compte du coupon couru;
¨ Deux cas sont envisageables:
§ si l’obligation cote au pied du coupon au dessus de « 100% »:
La valeur de marché de l’obligation est supérieur à la valeur
nominale (le cours de l’obligation a augmenté): situation de plus-
value potentielle pour le détenteur si la revente est faite avant
l’échéance;
§ Si l’obligation cote au pied du coupon en deçà de « 100% »,
alors le cours boursier de l’obligation a chuté sur le marché en
comparaison de sa valeur nominale: le détenteur de l’obligation
sera en situation de moins- value potentielle s’il adopte une position
courte (vente) avant l’échéance

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


La valeur de l’obligation à la cote
79

¨ Les obligations sont cotées sur le marché boursier en


pourcentage de leur valeur nominale;

¨ le cours de cotation de l’obligation est alors égal à:


Cours de l’obligation = cours au pied du coupon + coupon couru

Exemple: une obligation d’une valeur nominale de 10.000 FCFA cote à


99%.
Calculer le cours de cotation de l’obligation si le couru est de 5%

cours de l’obligation = 10000 *(0,99+0,05)= 10.400 FCFA

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


80

Risques sur obligations à taux fixe

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Obligation et risques inhérents à son détention
81

Quels sont les risques attachés à une


détention d’obligations à taux fixe ?

Quels sont les outils de gestion de


risque d’une obligation à taux fixe ?

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Obligation et gestion de risque
82

Une obligation à taux fixe est soumise à trois types de risque :


risque de taux
risque de contrepartie
risque de liquidité

Outils de gestion de risque:


risques de défaut et de liquidité :
Les notations financières « rating » ( Fitch, Moody’s, S&P) pour la
solvabilité des titres; diversification de portefeuille par des
obligations étatiques plus liquides que celles des entreprises privées
Risque de taux: maturité, duration et sensibilité

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Explications théoriques de la structure à
terme des taux
83

q 3 théories permettent l’explication de la


structure à terme des taux:
§ théorie des anticipations sans biais ou théorie des
anticipations rationnelles (Lutz, 1940-1941)
§ théorie de la prime de liquidité (John Hicks, 1946)
§ théorie de la segmentation ou théorie de «
l’habitat préféré » (Culbertson, 1957)

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


La théorie des anticipations (Lutz, 1940-1941)
84

q Cette théorie avance l’idée selon laquelle les


investisseurs formulent en permanence des
anticipations concernant le niveaux futurs des taux;
q Elle avance que les taux anticipés sont tout
simplement égaux aux taux à terme implicites qu’on
peut calculer à partir de la structure des taux;
q La théorie soutient donc l’idée que la concurrence
sur le marché des capitaux va pousser les taux à
terme à tendre vers les taux anticipés;

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


La théorie des anticipations (fin)
85

Ces taux à terme sont en conséquence de bons


estimateurs des taux au comptant futurs et le taux au
comptant à long terme est égal à la moyenne
géométrique du taux au comptant à court terme et
des taux courts anticipés pour la période considérée;
Alors, la relation est telle que:
1/n
(1+ r ) = [(1+r1)(1+1e1)(1+ 2 e1).......(1+ n−1e1)]
n

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


théorie de la prime de liquidité (John Hicks, 1946)
86

q Cette théorie est fondée sur l’argument intuitif justifiant le


prix du dessaisissement de la liquidité;
q Elle ajoute à l’argumentation de la théorie précédente, la
dimension de l’incertitude;

q En s’engageant à court terme, les prêteurs de fonds ont le


sentiment de pouvoir récupérer plus facilement leur
placement et d’en obtenir la rémunération correspondante
qu’en s’engageant à long terme;

q le placement à long terme plus risqué, l’épargnant exigera


de fait une prime de liquidité pour compenser le risque
supplémentaire pris

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


théorie de la prime de liquidité (John Hicks, 1946)
(fin)
87

q De leur coté, les emprunteurs accepteront de payer cette


prime dans la mesure où ils considèreront que le long terme
offre moins de risque à l’entreprise de se trouver en difficulté
de paiement que le court terme;
q Cette prime sera d’autant plus importante que l’échéance
s’étalera dans le temps et viendra alors corriger vers le haut le
tracé de la structure par terme tel qu’il est appréhendé dans
sans prime (que la structure soit croissante, décroissante ou
plate);
q Un rajout dans la formule précédente d’une prime à chaque
taux à court terme anticipé pour les périodes futures, permet
de prendre en compte cette préférence pour la liquidité;

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


La théorie de la segmentation (Culbertson, 1957)
88

q Pour les tenants de la théorie de l’habitat préféré, le marché des


fonds prêtables est un marché segmenté, en d’autres termes, le
marché des fonds prêtables à long terme et le marché des fonds
prêtables à court terme sont des marchés cloisonnés;

q De fait de la segmentation du marché, la valeur prise par chacun


des taux dépendra des conditions d’offre et de demande prévalant
sur chacun des marchés;

q Cette théorie, considérée comme très rigide, a été amandée par


Modigliani et Sutch (1966) qui propose une synthèse des théories
précédentes dans le cadre de la théories de l’habitat préféré et
qui stipule que l’appréciation du risque dépend de l’horizon
d’investissement tout en intégrant l’aversion au risque des
investisseurs;

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


89

La gestion du risque de taux d’intérêt dans le cadre


d’un portefeuille obligataire :
la technique d’immunisation de portefeuille

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


90

Risque de taux:
q maturité

q Duration

q Sensibilité

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


L’obligation: outils de gestion de risque de taux
91

q Maturité:
§ La maturité exprime le temps devant s’écouler entre :
- une date quelconque ;
- et le remboursement de l’emprunt.
§ La maturité est une indication de la durée de vie restant à courir d’une obligation, et
donc de la durée de son exposition à un risque de taux (obligations à taux fixe);
§ Plus la maturité sera grande, plus l’obligation sera susceptible d’être affectée par
les variations de taux d’intérêt.

§ Afin de réduire, l’exposition au risque de taux, on devra donc choisir des obligations
avec une maturité faible.

§ NB: il convient de comprendre que l’analyse de la maturité doit s’ accompagner par


une analyse de la duration et sensibilité.

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


L’obligation: outils de gestion de risque de taux
(suite)
92

Duration:
§ Elle mesure de la durée de vie moyenne d’une obligation à une date considérée.
C’est la durée pendant laquelle l’investisseur doit conserver son titre s’il veut être certain
de réaliser le taux de rendement actuariel calculé à la date d’achat .
§ Au numérateur, la somme des flux actualisés et pondérés par les périodes respectives (t) ;
Au dénominateur, la somme des flux actualisés à ce même taux (i) mais sans pondération.
" %
$ '
$ n t * FF t '
$∑ t'

D=
$ t=1
$
#
n
( 1 + TRA ) '
'
&

∑ FF t
t
t=1

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


( 1 + TRA )
Outils de gestion de risque de taux: la duration (fin)
93

Dans le cas d’un remboursement in fine, on aura :


" %
$ '
$ n
t*It n * PR '
$ ∑ t
+ n '

D=
$
$
#
t=1
( 1+ TRA ) (1 + TRA ) '
'
&
" %
$ '
$ n '
$ ∑ I t
t
+
PR
n '
$
$
#
t=1
(1 + TRA ) (1 + TRA ) '
'
&

D est nommé dans la littérature financière de duration de MACAULEY

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


L’obligation: outils de gestion de risque de taux
(suite)
94

La sensibilité:
§ la variation du cours d’une obligation, exprimée en pourcentage, entraînée
par la variation d’un point du taux d’intérêt sur le marché obligataire

§ La sensibilité est en principe négative, puisque la hausse de taux entraîne une


baisse des cours des obligations à taux fixe.

§ Une expression de la sensibilité est mise en évidence par l’intermédiaire de la


duration (D) :

D
S= −
(1 + i )
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
La duration & sensibilité: Exemple de détermination
95

On considère une obligation remboursable in fine, de


maturité 5 ans et payant un coupon annuel de 10% ; la
Valeur nominale de l’obligation est de 250.000 F et le
taux du marché est de 10%.

Déterminer la duration et sensibilité de cette opération


de placement

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


La duration: Exemple de détermination (suite)
96

FF actualisés
Flux de fonds Facteur FF actualisés
Année (FF) d’actualisation (FF’)
pondérés D = t x FF’/ P
(t x FF’)
1
25 000 0,909 22.725 22.725 0,0909

2 25 000 0,826 20.650 41.300 0,1652

3 25 000 0,751 18.775 56.325 0,2253

0,683
4 25 000 17.075 68.300 0,2732

5 275 000 0,621 170.775 853.875 3,4155

Total 250 000 1.042.525 4,17

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


97

Les  instruments  financiers  hybrides

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


98

Les  titres  hybrides  intégrant  les  capitaux  


propres

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


99

Les  actions  privilégiées  (AP)

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Les actions privilégiées (AP)
100

Contrairement l’action ordinaire, elles procurent des avantages spécifiques:


une meilleures rémunération,
sans perte du pouvoir de vote
sans porter atteinte au droit de vote des actions ordinaires

Privilège conféré sous formes variées :


attribution de dividendes préciputaires: en % de la valeur du titre et payable avant toute
distribution sur actions ordinaires (possibilité pour les AO d’être privées de tout dividende);
dividende cumulatif : pallier à une insuffisance ou absence de rémunération; insuffisance
également cumulable à ceux des exercices ultérieurs.
avantage financier: quote-part spécifique de l’actif net lors de la liquidation
droit de vote double de celui des AO
nominatives (obligatoire)
entièrement libérées et inscrites au nom du même porteur depuis au moins deux années
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
Les actions privilégiées (AP)
101

Contraintes : exclusivement du ressort des statuts ou compétence AGE


juridiques: si avantages réduits à un groupe restreint: procédure de
vérification des avantages particuliers requise pour les sociétés par
actions (désignation en justice d’un « commissaire aux avantages
particuliers »);
dispositions juridiques sans clause léonine
création AP interdit aux entreprises ayant des encours d’endettement
convertibles (OBSA, OC, OE, valeurs mobilières donnant droit à des
actions)

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


102

Les  autres  titres  hybrides    intégrant  le  


capital

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Les autres titres hybrides intégrant les CP
103

Il s’agit des valeurs mobilières composées qui permettent un accès


différé au capital :
Actions assorties de bons de souscription d’actions (ABSA)
Actions assorties de bons de souscription de certificat d’investissement
(ABSCI)
Actions à bons de souscription d’obligations convertibles
Actions à bons de souscription d’actions avec faculté de rachat (ABSAR)
Bons de souscription d’action (BSA)

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Les autres titres hybrides intégrant les CP
104

Actions assorties de bons de souscription d’actions (ABSA)/Certificat


d’investissement (ABSCI) :
titres créés à la suite d’une augmentation de capital auxquelles sont attachés un ou
plusieurs bons donnant droit à souscrire à l’émission d’actions ou de certificats
d’investissement de la société émettrice;
prix d’exercice fixé d’avance et dans des conditions de délais fixés dans le contrat
d’émission;
double augmentation de capital : l’une immédiate et l’autre différée dans le temps
et assortie de l’exercice de bons
coût de transaction: double émission à frais de gestion unique

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Les autres titres hybrides intégrant les CP
105

Actions à bons de souscription d’obligations convertibles


valeurs surcomposée dont le ou les bons donnent le droit de souscrire à
une ou des obligations elles-­‐mêmes convertibles en actions

Actions à bons de souscription d’actions avec faculté de


rachat (ABSAR)
valeur aux mêmes caractéristique que les ABSA avec une possibilité de
la part de la société émettrice de racheter le bon exercé à un prix
contractuellement déterminé à l’émission
stratégie de croissance externe avec concentration du pouvoir différé

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Les autres titres hybrides intégrant les CP
106

Bons de souscription d’action (BSA) :


Titres qui confèrent à leurs titulaires le droit de souscrire des titres représentant
une quote-­‐part du capital de la société émettrice
Coût limité au prix d’exercice des BSA (généralement limité au
nominal) ;
Mécanisme d’anti-­‐dilution économique ;
Les BSA peuvent être émises parallèlement à la création de la société
pour un délai maximum de 5 ans à compter de l’émission
Efficacité liée au caractère automatique de la réalisation de
augmentation de capital résultant de l’exercice des BSA

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


107

Le  capital  muet  :  ADPSDV  /  CI

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


108

Actions   à  dividende  Prioritaire  sans  Droit   de  Vote  


(ADPSDV)

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Le capital muet: ADPSDV
109

Contrepartie de la perte de DV, elles procurent des avantages :

avantage financier: versement prioritaire avant même les AP,


dividendes prélevés avant toute affectation (sauf réserves légales) de
la société

seules les sociétés par actions ayant réalisé des bénéfices


distribuables au cours de 2 derniers exercices peuvent émettre de
tels titres. Le montant des ADP ne peut excéder ¼ du capital

émission à l’occasion d’une augmentation par conversion AO déjà


existantes et non admissible aux membres du CA, conseil de
surveillance et DG (thèse agentielle)

DPS préservés

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Le capital muet: ADPSDV
110

Priorité manifestée lors des distributions et remboursement en cas de dissolution :


dividendes cumulatifs & planchés au montant de la première distribution de la
sociétés aux AO ou celui des AP, ni inférieurs au planché fixé des appels libérés
des ADP
reprise du DV après trois exercices sans paiement, jusqu’à satisfaction de cette
contrainte financière
prioritaire en cas de dissolution et disparaissent soit par rachat, soit par
conversion en AO
Avantages:
Lever des fonds sans dilution du pouvoir (augmentation sans partage du
pouvoir)
faire un premier rempart contre des attaques extérieures;
faciliter la transmission d’entreprises familiales (maintien d’unité de
direction);
bénéficient de toutes les prérogatives des actionnaires (droit
préférentiel de souscription, etc..)
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
Le capital muet: CI
111

Les certificats d'investissement (CI) émis par toute entité publique ou privée pour
renflouer ses fonds propres par appel à des capitaux extérieurs sans une
quelconque influence sur le contrôle de la société;
Démembrement en deux parties émises simultanément:
un certificat d’Investissement (CI) proprement dit avec des droits pécuniaires et
une offre de rémunération.
-­‐ Négociable séparément, il a la même valeur nominale que l’action ordinaire;
-­‐ Emission par augmentation ou split avec apport en numéraire et DPS

certificat de droit de vote (CDV) représentatif des autres droits attachés aux
actions émises (nominatives et aliénables aux détenteurs de CI);
La part des actions ainsi "divisées" ne doit pas excéder le quart du capital;

Lorsqu’un certificat d’investissement et un certificat de droit de vote se


retrouvent dans les mains d’un même porteur, l’action ordinaire est réputée
être reconstituée.
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
112

Le  quasi-­‐capital  muet

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Le quasi-capital muet: prêts et titres participatifs
113

A mi-­‐chemin entre action/obligation, ils sont remboursés après le


désintéressement de tous les autres créanciers.
En contrepartie, ils reçoivent une rémunération déductible composée d’une
partie fixe (coupon à 60%) et d’une partie variable (40%) sous la forme d’une
participation au résultat de l’entreprise;

Caractéristiques:
ils ne sont pas porteur de droit de vote;
ils ne participent pas au partage des réserves;
remboursable qu’en cas de liquidation de la société et après
désintéressement des créanciers
possibilité de comporter dans le contrat d’émission une clause de
remboursement en cours de vie sociale au moins après 7ans d’émission
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
114

La  subordination  du  capital:  TSDI  &  TSD

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Clauses de subordination
115

Les titres subordonnés : TSDI et TSR


Ces valeurs mobilières ne sont remboursées qu’après désintéressement des
autres créanciers, à l’exclusion des prêts et titres participatifs.

Les titres subordonnés à durée indéterminée (TSDI)


émissions subordonnées dont la durée est infinie (quasi-­‐fonds propres) et à
rémunération perpétuelle;

le remboursement se faisant au gré de l’émetteur, ou après désintéressement


des créanciers (en cas de liquidation);

différé possible et non cumulatif en cas de manque de bénéfice

réaménagements possibles: Titres Subordonnés Privés négociables permettant


le choix (prêteur/actionnaires) de la part de l’investisseur; convertibilité en
actions (différent des OC que par leur rang de créancier)

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Clauses de subordination
116

Titres subordonnés remboursables (TSR)


sont des titres comparables aux TSDI à la différence que le contrat
d’émission prévoit le remboursement
Les TSR sont surtout émis par les établissements de crédit en raison de
l’entrée en vigueur des nouvelles réglementations prudentielles (Ratio
Cooke).
Exemples : Émission d’obligations subordonnées par Attijari

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


117

Les  valeurs  mobilières  complexes

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Les valeurs mobilières complexes - Principe
118

les valeurs mobilières complexes peuvent être scindées en deux types :

§ Celles offrant une option: remboursement, conversion, bon de


souscription, etc.
§ Celles caractérisées par une clause de subordination : TSDI, TSR, etc.

Les obligations hybrides :

§ Obligations Convertibles en Actions (OCA)


§ Obligations à Bons de Souscription en Actions (OBSA)
§ Obligations à Bons de Souscription en Obligations (OBSO)
§ Obligations Remboursables en Actions (ORA).
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
Les obligations convertibles en actions
119

Obligations dont le contrat démission prévoit quelles pourront, à des époques


déterminées, être converties en actions, sur demande de leurs porteurs.

Intérêts pour l’émetteur


- La dilution est différée contrairement à une augmentation de capital ;
- Le taux d’intérêt versé aux obligataires est inférieur à celui des obligations
ordinaires (du fait des possibilité de plus-value liée à la conversion) ;
- Les intérêts versés sont déductibles pour l’assiette de l’impôt sur les sociétés;
- Traitement comptable : dette vs. quasi fonds propres.

Intérêt pour le souscripteur :


- Apporter une partie du financement sous forme de prêt (risque moindre) ;
- Sanctionner le non-respect du business plan ;
- Caractère automatique de la réalisation de l’augmentation de capital.

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Les obligations à bons de souscription en actions
(OBSA)
120

Une obligation assortie d’un ou de plusieurs bons de souscription d’actions, négociables


séparément, à un prix convenu à l’avance.
§ Intérêts pour l’émetteur :
Lever des capitaux à un coût inférieur aux obligations (2 à 3 points en deçà du taux de marché
en raison du bonus éventuellement tiré de l’exercice des bons par le souscripteur) .

§ Intérêt pour le souscripteur :


-­‐ Flexibilité : il peut conserver l’obligation et le bon, céder le bon (limitation du risque mais
aussi d’espoir de gain), céder l’obligation (espérance rendement/risque plus élevée) ou céder
les deux ;

§Conditions d’exercice des bons : prix d’exercice, durée, parité de souscription (nombre de
bons attachés à une obligation, nombre d’actions auxquelles ouvrent droit les bons, etc).

§ Obligations à Bons de Souscription en Obligations (OBSO).

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Les obligations à bons de souscription en obligations
(OBSO)
121

q Une obligation classique assortie d’un ou de plusieurs options permettant à


l’émetteur d’émettre et au souscripteur d’acquérir une ou plusieurs
obligations pendant un temps déterminé, à un prix fixé à la conclusion du
contrat.

¨ L’OBSO permet globalement aux investisseurs de prendre position sur


l’évolution future des taux d’intérêt;
§ Intérêts pour l’émetteur :

- bénéficie d’un taux d’intérêt, pour la première émission, inférieur à celui du


marché

§Intérêt pour le souscripteur :


- taux plus faible que sur le marché lui permettant de limiter sa perte subie
du montant de la différence de rendement entre l’OBSO et l’obligation classique;
- bénéficie d’un gain illimité

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Les obligations remboursables en actions
122

Remboursement exclusivement en actions selon la parité de remboursement


fixée dans le contrat démission. Jusqu’à leur remboursement, les ORA relèvent
du régime juridique applicable aux obligataires.

§ Intérêt pour l’émetteur :


- La dilution est différée contrairement à une augmentation de capital ;
- Endettement à des conditions moins onéreuses ;
- Pas de risque d’obérer sa trésorerie puisque le remboursement en espèces
est exclu.

§ Intérêt pour le souscripteur :


- Caractère spéculatif, intérêt moindre que les OCA (obligation convertible
en action).

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


123

Valeurs mobilières complexes: principes


d’évaluation conditionnelle
124

Retour sur le MEDAF


(Sharpe,1964)
Le compromis rendement-risque: le MEDAF
125

le MEDAF, ou en anglais « Capital Asset Pricing Model, CAPM », représente


l’appréciation de la prime rentabilité espérée d’un titre j comme expliquée par la
prime de risque de marché et son risque systématique mesurant le degré de
sensibilité de cette rentabilité espérée aux fluctuations de rendement du marché;

E (R ) j
= rf + β.j (R M
− r f ) β j
=
cov (R
2
M

σ (R )
;

M
R j )
E (R )
j
− r f : prime de rentabilité espérée du titre J

" %
$# E ( R M ) − r f '& : prime de risque du marché

β : bêta, le coefficient de sensibilité de de la rentabilité du titre J aux fluctuations de


j
rendement du marché

r:f taux de l’actif sans risque


2
σ ( R ) : variance du rendement de marché
M

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


126

L’évaluation  optionnelle:  le  modèle  de  Black  &  


Scholes (1973)

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Principe du modèle
127

𝐶 = 𝑉$ . 𝑁(𝑑)  ) −   𝑉- . 𝑒 /01 .2 .  𝑁(𝑑3)

45   67 ⁄68 :    01 .2   )
𝑑)   =     +     σ. 𝑇
;. 2 3

𝑑3 = 𝑑)   − σ. 𝑇  
T :   durée  jusqu’à  l’échéance   exprimée   en  %  d’année
Ln :   le  logarithme   népérien
σ :  volatilité   du  titre
N  (𝑑) ) et   N  (𝑑3 ) :  probabilité  qu’une  variable  aléatoire  suivant  une   distribution   normale  ait  
une  valeur  inférieure  ou  égale   à  𝑑)et   𝑑3
𝑉$ :   Valeur  de  l’action  à   l’instant  0
𝑉- :    strike price
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
128

Valeurs  et  coût  des  titres  hybrides:  


exemple  sur  OC,  OBSA,  ABSA

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Cas de l’obligation convertible
129

Sonatel SA  a  lancé,  il  y  a  un  an,  un  emprunt  obligataire  convertible  en  action  d’une  
durée  de  six  (6)  ans,  au  taux  facial  de  3%.  
L’obligation  est  émise  à  1.000  FCFA,  remboursable  au  pair,  in  fine,  et  donnant  la  
possibilité  de  devenir  propriétaire,  à  tout  moment,  d’une  action  valant  actuellement  
820  FCFA.  
La  volatilité  de  l’action  est  de  20%  sur  le  marché  et  le  taux  libre  de  risque  est  de  5%,  
est  supposé  constant  et  stable  pendant  les  cinq  (5)  prochaines  années.
Un  emprunt  semblable  sur  la  période  de  5ans  est  rémunéré  à  6%.  Durant  cette  
période,  le  Conseil  d’administration  décide  de  ne  pas  distribuer  de  dividendes  et  le  
dernier  coupon  vient  d’être  payé.
Sur  le  marché,  l’action  SNTS  a  un  bêta  de  1,2  et  le  taux  de  rendement  du  marché  est  
de  13%.

Déterminer  la  valeur  et  le  coût  moyen  pondéré  de  l’obligation  convertible  avant  
impôt    

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


OCA SNTS: résolution
130

Détermination de la valeur nue de l’obligation


valeur nue par actualisation des flux de l’emprunt classique au
taux de 6% sur 5 périodes.
I
30 1000
873,62 = E +
1 + 0,06 H 1 + 0,06 I
HJ)

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Détermination de la valeur de l’option d’achat sous B&S
131

𝐶 = 𝑉$. 𝑁(𝑑)  ) −   𝑉- . 𝑒 /01 .2 .  𝑁(𝑑3 )


820
𝐿𝑛   + 0,05  (5N 1
𝑑)  =   873  +     0,20 5 =    0,64098
0,20 5 2

𝑑3 = 0,64098   − 0,20 5   = 0,1937


𝑁   𝑑) =  73,92%                        𝑁 𝑑3 = 57,68%

𝐶 = 𝑉$. 𝑁 𝑑)   –  𝑉- . 𝑒 /01 .2 .  𝑁 𝑑3                


= 820  ×  0,7392 − 873  ×  0,7788  ×  0,5768   = 213, 71  

𝒗𝒂𝒍𝒆𝒖𝒓  𝒐𝒃𝒍𝒊𝒈𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏  𝐜𝐨𝐧𝐯𝐞𝐫𝐭𝐢𝐛𝐥𝐞   = 𝟖𝟕𝟑, 𝟔𝟐   +    𝟐𝟏𝟑, 𝟕𝟏   =    𝟏𝟎𝟖𝟕, 𝟑𝟑


©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
132

Augmentation,   contrôle  du  pouvoir  &  


verrouillage  de  capital

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


133

Augmentation,  seuils   de   contrôle  du  pouvoir   &  


verrouillage   de  capital

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Les seuils de contrôle dans les sociétés de capitaux
(SA et la SARL)
134

§ Minorité de blocage (1/3 des voix plus une voix)


Seuil donnant, à l’actionnaire qui le détient, la faculté de bloquer toute décision en A.G.E. pour la
modification des Statuts.
§ Partenariat (partage 50/50 des voix)
Très utilisé dans les « Joint Ventures » (JV), Sociétés en Participation, G.I.E., utilisé pour des opérations
ponctuelles (égalité parfaite mais inconvénients : unité de gestion difficile à respecter et risques de
blocage, prévoir des clauses de sortie si mésentente ou conflit).
§ Contrôle de la majorité absolue (1/2 des voix plus une voix)
L’actionnaire majoritaire est maître des décisions dans les A.G.O., il décide donc de la gestion de la
société, maîtrise la gestion des comptes et les engagements pris par la société.
§ Contrôle de plus des deux tiers (2/3 des voix plus une voix)
L’actionnaire dans cette situation maîtrise la société, les seules limites viennent des actionnaires
minoritaires pour les décisions exigeant l’unanimité : Statuts, pactes d’actionnaires.
§ Contrôle total (100% des voix)
Situation des sociétés filiales de groupe (titres de garantie).
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
Les techniques d’augmentation de capital
135

§ Augmentation de capital par apport en numéraire.


-­‐ Émission d’actions nouvelles
-­‐ Élévation de la valeur nominale

§ Augmentation de capital par voie d’apports en nature.

§ Augmentation de capital par incorporation de réserves.

§Émission d’actions de préférence, qui offrent des droits particuliers


très variés de nature pécuniaire (dividende prioritaire, etc.) ou
politique (droit de vote, etc.).

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Les techniques de verrouillage du capital
136

§ Les techniques de verrouillage du capital répondent à deux logiques :

-­‐ lever des capitaux indispensables à la croissance de l’entreprise sans


abandonner le contrôle exercé sur le droit de vote.
-­‐ Encadrer les droits de vote.

§ Ces techniques ont été développées et sophistiquées grâce à


l’apparition de titres hybrides: disparition de la frontière stricte entre les
produits actions et obligations

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Les techniques d’encadrement des droits de vote
137

q Les actions à droit de vote double :


Pour conférer le droit de vote double à une action, par les statuts ou une assemblée générale
extraordinaire, elle doit respecter trois conditions :
§ entièrement libérée,
§ action nominative,
§ inscription nominative depuis deux ans au moins au nom du même actionnaire.

q L’identification et le contrôle des mouvements sur titres :


- Connaître ses actionnaires : Actions nominatives.
- Contrôler les mouvements sur titres : Clauses d’agrément.

§Limitation par les statuts du nombre des voix aux assemblées : sous la condition que
cette limitation soit imposée à toutes les actions.

§ Pactes d’actionnaires
§ Autocontrôle : Rachat de ses propres actions, autocontrôle indirecte et participations
croisées.
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
Le portage
138

q Le portage peut constituer une technique de verrouillage temporaire


du capital.

q Il s’agit d’une convention en vertu de laquelle une personne


désignée (le porteur) accepte sur la sollicitation d’une autre
personne (le donneur d’ordre) de devenir actionnaire par acquisition
ou souscription de titres.

q Après un délai déterminé, ces titres feront l’objet d’une transmission


à une personne déterminée selon un prix prédéfini.

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


139

Quelques instruments juridiques

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Documents juridiques
140

§Lettre d’intention (Term Sheet).


§ Le contrat d’investissement.

§ Le pacte d’actionnaires.

§ Le contrat de garantie.

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Lettre d’intention (Term Sheet)
141

La lettre d’intention, ou " term sheet " en anglais, est un outil essentiel de réflexion,
de structuration et de négociation. Elle permet en effet d’exprimer simplement et
précisément les " termes d’un accord " avant de se lancer dans la rédaction plus
complexe de la documentation juridique, notamment du " pacte d'actionnaires ".

§ Présentation de la société ;
§ Investissement proposé ;
§ Valorisation et Tour de table ;
§ Plan d’intéressement ;
§ Actions émises : nombre, prix , droits ;
§ Droits particuliers des investisseurs et priorités en cas de cession ;
§ Ajustement du prix ;
§ Déclarations et garanties ;
§ Organes sociaux et personnes clés.
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
Lettre d’intention (suite)
142

§ Décisions stratégiques ;
§ Informations des investisseurs ;

§ Encadrement des cessions d’actions ;

§ Conditions préalables ;

§ Calendrier Exclusivité ;
§ Frais de rédaction des actes ;
§ Confidentialité et information ;
§ Droit applicable et tribunal compétent.

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Le contrat d’investissement
143

§ Description des modalités de la prise de participation :

Ø Acquisition de titres ;
Ø Augmentation de capital ;
Ø Engagements d’acquisition / de souscription du ou des investisseurs.

§ Description des opérations de pré-­‐investissement ou connexes à l’investissement :

Ø Restructuration préalable des entités juridiques du groupe dans lequel


l'investissement est réalisé ;
Ø Modifications statutaires ;
Ø Émission d’outils relutifs/ dilutifs (BSA, ORA, etc.).

§Les modalités de traitement ou de mise en place d’outils d’intéressement : traitement des


porteurs de BSA ou de stock options.

§De multiples annexes : business plan, pacte d’actionnaires, contrat de garantie d’actif et de
passif, contrat d’émission de valeurs mobilières composées, etc.

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Pacte d’actionnaires
144

Le pacte d’actionnaires est un document extrastatutaire qui vise à organiser


les relations entre l’actionnaire de référence (souvent le dirigeant ou sa
famille) et l’investisseur financier.

Un pacte d’actionnaires bien négocié et bien rédigé permet souvent d’éviter


des difficultés d’interprétation et d’anticiper la survenance de sujets
éventuels de tension (la sortie de l’investisseur financier par exemple).

§ Intérêt pour les minoritaires :

Ø Liquidité de leur investissement ;


Ø Contrôle des interventions du majoritaire dans la gestion ;

Ø Représentation au Conseil d’administration ou dans tout autre organe de


gestion;
Ø Préservation de sa minorité de blocage ;

Ø Modification du Pacte uniquement à l’unanimité.

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Pacte d’actionnaires (suite)
145

§ Intérêt pour les majoritaires :


Ø Préserver et renforcer le contrôle ;
Ø Contrôler les cessions ;

Ø Contraindre le minoritaire à sortir dans certaines


conditions (sortie forcée « drag along », par exemple).

§ Contenu du pacte d’actionnaires :


Ø Clauses relatives au pouvoir ;
Ø Clauses relatives au capital ;
Ø Clauses financières ;
Ø Clauses de divorce.

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Pacte d’actionnaires – Clauses relatives au pouvoir
146

Les clauses d’information renforcée (budgets, études de


§
marché, clause d’audit, etc.).

§ Les clauses de participation à l’exercice du pouvoir :

Ø Les clauses d’accès aux organes de direction ;


Ø Les clauses de participation à la décision :

¨ Les clauses d’autorisation préalable ;


¨ Les clauses de veto ;
¨ Les clauses limitant les droits de vote.

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Pacte d’actionnaires – Clauses relatives au pouvoir
147

§ Maintien des équilibres établis :


Ø Clauses anti-dilution
Ø Clauses d’inaliénabilité (lock-up)

§ Contrôle des mouvements :

Ø Clause de préemption
Ø Clause downership ou de changement de contrôle

§ Clause de Liquidité :

Ø Option de vente / Option d’achat ;


Ø Clause d’introduction en bourse ;
Ø Droit de sortie conjointe (Tag along right) ;
Ø Obligation de sortie conjointe (Drag along right).
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
Pacte d’actionnaires – Clauses financières
148

§Objet des clauses financières : Régir la distribution et la répartition des bénéfices de la


société et/ou le partage des actifs.

§ But des clauses financières :


Ø Assurer aux investisseurs un rendement minimum de leur participation ;
Ø Pour des minoritaires, ne pas être floués par une politique de distribution
restrictive de dividendes.

§ Clauses de répartition des dividendes :


Ø Clauses de distribution de dividendes.
Ø Clause de garantie de dividendes.
Ø Dividendes prioritaires.

§Clauses relatives au partage des actifs répartition préférentielle du boni de liquidation


actifs, liquidation.
©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY
Pacte d’actionnaires – Clauses de divorce
149

§ Clause de non concurrence.

§ Clauses d’exclusion :
Il s’agit de toutes les clauses permettant de sortir du pacte
en raison dune difficulté ou d’un désaccord grave.

Ces clauses nécessitent une attention particulière, car


elles permettent en principe une sortie du pacte et de la
société alors qu’une telle sortie est autrement très
difficile à mettre en œuvre.

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Le contrat de garantie
150

§ Intérêt du contrat de garantie :


Ø Identification des risques liés à la cession pour l’investisseur ;
Ø Insuffisance des mécanismes de protection légaux : palliatif contractuel.
§ Typologie des garanties de passif :
Ø La garantie de compte ;
Ø La garantie de passif stricto-sensu ;
Ø La garantie d’actif net ;
Ø La garantie d’actif et de passif avec ou sans compensation entre des
postes d’actif et/ou de passif déterminés.
§ Exemples des déclarations de la garantie de passif :
Ø Déclarations relatives à la situation juridique de la société et à ses activités
;
Ø Déclarations relatives aux filiales ;
Ø Déclarations relatives aux comptes de la société ;
Ø Déclarations relatives à la gestion durant la période intermédiaire.

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Le contrat de garantie (suite)
151

§ Les limites de la garantie de passif :

Ø Le rôle de l’audit/ des annexes : les informations figurant en


annexe exonèrent le garant de toute responsabilité ;
Ø Limite temporelle : limite relative à la durée de la garantie ;
Ø Limites relatives au montant de l’obligation de règlement :
Ø La limitation par les seuils (seuils de déclenchement
unitaire/global, franchise) ;
Ø Limitation par le plafond.
Ø Limite liée à la transmissibilité de la garantie.

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


152

La fiscalité des valeurs mobilières à la BRVM

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Régime fiscal des actions
153

Dividendes Plus values

Personnes résidentes

Personnes soumises à l’IR Retenue à la source au taux de 10% IR au taux de 15% (Exonération si montant de la
cession est inférieur à X)

Personnes soumises à l’IS Retenue à la source au taux de 10% Impôt sur les sociétés

Personnes non résidentes

Personnes physiques Retenue à la source au taux de 10% Sont imposables sous réserve de l’application des
dispositions des conventions internationales de non
double imposition

Personnes morales Retenue à la source au taux de 10% Sont imposables sous réserve de l’application des
dispositions des conventions internationales de non
double imposition.

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


Régime fiscal des obligations
154

Revenus Plus values

Personnes résidentes

Personnes soumises à l’IR Retenue à la source au taux de 13% Variable selon les pays de la zone
UEMOA

Personnes soumises à l’IS Retenue à la source au taux de 13% IS

Personnes non résidentes

Personnes physiques Retenue à la source au taux de 13% Sont imposables sous réserve de
l’application des dispositions des
conventions internationales de non
double imposition.

Personnes morales Retenue à la source au taux de 13% Sont imposables sous réserve de
l’application des dispositions des
conventions internationales de non
double imposition. Si cotées à la BVC
exonération.

©2017 SAFIR - Titres Hybrides & Risque d'inflation- B. GOUDIABY


155

MERCI POUR
VOTRE
ATTENTION