Vous êtes sur la page 1sur 158

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de la Formation et de l'Enseignement Professionnels

INSFP BTP – CHLEF


Spécialité géomètre topographe

THEME
ETUDE ET SUIVI DE LA ROUTE RELIANT ZONE11 HAY EL
NASR VERS L’AUTOROUTE EST-OUEST SUR 1400 ML

Elaboré par : BOUTEBEL ABDALLAH

Encadré par : HAMAIDI ZOURGUI DJELLOUL


DÉDICACES

Je remercie ALLAH tout puissant de m’avoir motivé à

réaliser ce modeste travail

Je dédiée modeste travail à : Ma très chère mère et mon

père pour leurs sacrifices

Sans jamais oublier

À tous mes amis d’enfance et du Long parcours scolaire

Tous ceux qui m’aiment et que j’aime


Sommaire
Inrtroduction
1. Généralités :..................................................................................................................... 1
Préface : ........................................................................................................................................... 1
Définition de la Topographie: ........................................................................................................ 1
2. Définition des termes : .................................................................................................... 2
3. Objectif de la topographie : ............................................................................................. 6
4. Rôle T.S Topographe : .................................................................................................... 7
Le Topographe : .............................................................................................................................. 8
chapitre 01 présentation projet
1) Introduction de projet .................................................................................................... 10
2) Description du projet : ................................................................................................... 11
Caractéristique du projet : ............................................................................................................. 12
Fiche technique du projet : ............................................................................................................ 12
3) La problématique de projet: .......................................................................................... 13
4) Objectif de l'étude : ....................................................................................................... 13
chapitre 02 : réseaux Polygonale
1) Principes d’un levé topo : .............................................................................................. 15
a) Station et mise en station ....................................................................................................... 15
b) Points rayonné ....................................................................................................................... 17
c) Points de référence connus : .................................................................................................. 17
d) Polygonale ............................................................................................................................. 18
2) Définition de réseau polygonal : ................................................................................... 19
But : ............................................................................................................................................... 21
)3 Forme de cheminement : ............................................................................................... 21
a) Cheminement tendu (ou encadré):......................................................................................... 21
b) Cheminement fermé: ............................................................................................................. 22
c) L’antenne :............................................................................................................................. 22
d) Point Nodal:........................................................................................................................... 23
4) Détermination de l’incertitude de mesure ..................................................................... 23
a) Erreurs et fautes ..................................................................................................................... 24
b) Méthodes de compensation ................................................................................................... 25
5. Méthode de mise en station ........................................................................................... 40
1) Description ............................................................................................................................ 40
2) Préparation............................................................................................................................. 41
3) Centrage................................................................................................................................. 42
4) Quasi-verticalité .................................................................................................................... 42
5) Verticalité fine – direction VC1-VC2 ................................................................................... 43
6) Rotation de l’alidade ............................................................................................................. 43
7) Verticalité fine – direction VC3 ............................................................................................ 44
chapitre 03 : Géométrie de projet
1) Définition de la route ..................................................................................................... 45
2) Classification de la route ............................................................................................... 45
a) Catégorie de la route.............................................................................................................. 45
b) Environnement de la route : .................................................................................................. 46
Le tracé en plan..................................................................................................................... 50
Définition : ............................................................................................................................ 50
1) Règles à respecter dans le trace en plan : .................................................................................. 50
2) Les éléments de tracé en plan.................................................................................................... 52
Profil en long ........................................................................................................................ 65
Définition .............................................................................................................................. 65
1) Règles à respecter dans le tracé de la ligne rouge ..................................................................... 65
2) Les éléments principaux de profil en long ................................................................................ 67
Profil en travers : .................................................................................................................. 74
Définition : ............................................................................................................................ 74
1) Les éléments constituant un profil en travers type ................................................................ 74
2) Classification du profil en travers.......................................................................................... 76
3) Corps de chaussée : ............................................................................................................... 78
Définition....................................................................................................................................... 79
4) Dimensionnement du corps de chaussée : ............................................................................. 81
chapitre 04 : l’assainissement
Introduction ........................................................................................................................ 84
1- Définition de l’assainissement routier : ......................................................................... 84
2- Relation assainissement - dimensionnement ................................................................. 85
3- Objectif de l'assainissement .......................................................................................... 85
4- Les types d’ouvrages d’assainissement ......................................................................... 86
Application au projet : .......................................................................................................... 91
chapitre 05 : les cubatures
Introduction ........................................................................................................................ 93
1. Méthodes de calcul des cubatures .................................................................................... 93
a) Méthode moyennes des aires :............................................................................................... 93
b) Calcul de cubatures par MNT (modèle numérique terrain) Covadis ..................................... 96
c) méthode linéaire : .................................................................................................................. 97
1) Application au projet : ................................................................................................... 98
2) Application au projet:................................................................................................... 101
chapitre 06 : l’implantation
Introduction ...................................................................................................................... 106
1. Définition de l’implantation ........................................................................................ 107
2. Les instruments utilisés pour l’implantation ............................................................... 107
PRESENTATION DE LA STATION TOTALE TS12 ............................................................. 110
3. Techniques et outils utilisés ........................................................................................ 112
I. Implantations d’alignements ............................................................................................... 112
1) Au ruban .............................................................................................................................. 112
2) Avec une équerre optique .................................................................................................... 114
a) Mener une perpendiculaire depuis un point C de l’alignement AB : .................................. 115
b) Abaisser une perpendiculaire depuis un point C extérieur à AB :....................................... 115
II. Implantation de points en planimétrie ............................................................................. 122
III. Implantation de repères altimétriques.............................................................................. 127
IV. Raccordement circulaire .................................................................................................. 130
4. Les Documents nécessaires pour l'implantation : ....................................................... 131
5. Les étapes d'exécution de projet .................................................................................. 133
Avant .................................................................................................................................. 133
Pendant ............................................................................................................................... 136
Après ................................................................................................................................... 136
6. Principales recommandations à prendre en compte pendant les travaux .................... 137
7. Application a projet ..................................................................................................... 139
Conclusion Générale : ...................................................................................................... 145
Annex ............................................................................................................................... 145
INTRODUCTION
GEOMETRE TOPOGRAPHE

1. Généralités :

Préface :

Avant de procéder à l'achèvement des projets de génie civil et de travaux

publics, il est nécessaire d'identifier la topographie sur laquelle ces projets sont

réalisés, c'est pourquoi nous avons recours à une cartographie topographique qui

représente la topographie de la région à partir de mesures sur le terrain

représentées dans le processus de levage et d'utilisation d'équipements

modernes.

Définition de la Topographie:

Etymologiquement, (du grec topos = lieu) et (graphein = dessiner) consiste à

représenter graphiquement un lieu sur le papier l’opération correspondante est le

levé topographique.

La topographie est la technique de représentation sur un plan ou sur une carte la

configuration réelle d’un terrain avec tous les détails qu’on en trouve.

Ces derniers peuvent être naturels (Rivières, montagnes, bois, champs,..),

artificiels (routes, bâtiments, canaux, ports,…) ou conventionnels (courbes de

niveau, limites administratives,…)

1
INTRODUCTION
GEOMETRE TOPOGRAPHE

Pour résumer, on adoptera la définition suivante :

La topographie est l’art de représenter un lieu, un ouvrage sous forme de cartes

ou de plans, ou d’implanter une construction en fonction des plans.

2. Définition des termes :

Azimut :

En topographie, l’azimut d’une direction est l’angle horaire (c’est-à-dire dans le

sens des aiguilles d’une montre) compté de 0 à 400 grades, depuis une direction

de référence

Gisement :

C’est l’angle horaire (c’est-à-dire dans le sens des aiguilles d’une montre)

compris entre la direction de l’axe des Y et celle d’un point vers un autre.

Nord géographique :

C’est la direction du méridien d’un point vers le pôle nord. L’angle compris

entre le nord géographique et le nord du quadrillage (ou des Y, cf. définition) est

appelé convergence des méridiens.

2
INTRODUCTION
GEOMETRE TOPOGRAPHE

Nord magnétique :

C’est la direction de la pointe de l’aiguille aimantée de la boussole, c’est à dire

du champ magnétique terrestre du moment et du lieu. Nord des Y ou nord du

quadrillage

C’est la direction de l’axe des Y en un point ; on parle alors de nord U.T.M.,

nord Lambert, …

Plan :

Un plan est une représentation graphique d’une portion restreinte de la terre

obtenue par projection orthogonale sur une surface plane. Les détails sont

représentés à l’échelle.

Une carte :

La carte est une représentation réduite, généralisée, mathématiquement précise

de la surface de la terre sur un plan montrant la situation, la distribution et les

rapports des divers phénomènes naturels et sociaux, choisis et définis en

fonction du but de chaque carte.

Une échelle :

L’échelle d’un plan ou d’une carte est le rapport numérique qui existe entre les

longueurs mesurées sur la carte et les longueurs correspondantes sur le terrain.

1/1 000 000 a 1/500 000 → Cartes géographiques

3
INTRODUCTION
GEOMETRE TOPOGRAPHE

1/250 000 a 1/100 000 → Cartes topographiques à petite échelle

1/50 000, 1/25 000, 1/20 000 → Cartes topographiques à moyenne échelle

1/10 000 → Cartes topographiques à grande échelle

1/5000 → Plans topographiques d’étude, plans d’urbanisme

1/1000,1/500 → Plans parcellaires, cadastraux urbanisme

1/200 → Plans de voirie, d’implantation, de lotissement

1/100 → Plan de propriété, plans de masse

1/50 → Plans d’architecture, de coffrage, etc.

Relief :

Configuration physique de la surface de la Terre représentée sur une carte

topographique au moyen de courbes de niveau et de points cotés.

Le croquis / le relevé :

Le croquis est un dessin à main levée qui permet de faire le relevé de la situation

et des formes d’ensemble de l’espace où se situera le futur projet.

La prise des mesures des lieux est une étape importante dans le démarrage d’un

projet. Si cette-ci est correcte et précise, elle permettra au projet de pouvoir

s’intégrer parfaitement et sans « mauvaise surprise » dans l’espace lors de sa

réalisation future.

4
INTRODUCTION
GEOMETRE TOPOGRAPHE

Levé topographique :

Le levé topographique consiste à reporter sur un plan ce qui existe sur le terrain

des détails qu’on en trouve, que ce soit naturel ou artificiels ….

La topométrie :

Ensemble des travaux effectués sur le terrain pour procéder aux relevés

métriques nécessaires à l'établissement d'une carte.

La géodésie :

La géodésie est concernée par la représentation de vastes zones de la terre car

elle peut être considérée comme une photo aérienne ne montrant pas la

topographie et les élévations. La géodésie est utilisée par les topographes et les

géologies.

La photogrammétrie :

La photogrammétrie est l’ensemble des techniques et méthodes permettant de

restituer la géométrie d’un objet à partir d’un couple de clichés, pris dans des

positions différentes, de cet objet.

5
INTRODUCTION
GEOMETRE TOPOGRAPHE

3. Objectif de la topographie :

-La Topographie est la science qui a pour but de représenter sur une feuille plane

une portion de la surface terrestre à une échelle donnée.

-Les cartes topographiques sont une représentation géométrique, en général

plane, d'une partie de la terre

- L'étude de la topographie vise à une description schématique sous la forme

d'un niveau de tous les détails qui composent la zone terrestre.

-Vise à connaître les détails de la zone pour préparer les listes et dessiner les

plans en fonction du type de projet

- Viser à savoir où terminer et signer des projets.

-Vise à diviser la terre à des fins différentes.

6
INTRODUCTION
GEOMETRE TOPOGRAPHE

4. Rôle T.S Topographe :

Le Technicien Géomètre Topographe réalise un travail préparatoire aux projets

de construction et d’aménagement, à travers des relevés de terrain, l’élaboration

et l’interprétation de données géographiques. Il procède avant travaux à des

relevés de terrain à l’aide d’un appareil spécialisé (le théodolite) sans mettre un

détail : niveaux d’altitude, arbres, poteaux télégraphiques, murs…

À partir de ces relevés, il constitue des plans et des cartes sur ordinateur, en

utilisant des moyens de plus en plus sophistiqués : logiciels de métrés, dessin

7
INTRODUCTION
GEOMETRE TOPOGRAPHE

assisté par ordinateur, systèmes d’informations géographiques, images satellites,

etc. Ces plans représentent tous les détails apparents du sol en tenant compte des

limites juridiques, des contraintes fiscales et du cadastre.

Le Technicien Géomètre Topographe doit avoir un sens de l’espace, maîtriser le

dessin en trois dimensions et être parfaitement à l’aise avec le traitement de

données par informatique. Il dispose de connaissances en topographie et en droit

foncier. L’intitulé « Technicien Géomètre Topographe » occupe des fonctions

très opérationnelles (réalisation de relevés de terrain).

La topographie concerne des environnements naturels (Appelés aussi « milieux

») très différents, qui conditionnent

Les missions d’expertise. Ainsi, le Technicien Géomètre Topographe a pour

spécialité principale la préparation de l’aménagement des sols et des sous-sols

Terrestres. Il participe aussi aux projets d’aménagement urbain et rural, aux

implantations industrielles ou aux estimations de biens. La fonction necomporte

pas seulement une part de travail sur terrain mais aussi une bonne part de travail

de bureau pour traiter les données recueillies sur place

Le Topographe :

• intervient dans différents projets d’aménagement

• identifie les limites

• mesure et évalue la propriété immobilière public ou privée

8
INTRODUCTION
GEOMETRE TOPOGRAPHE

• Indique tout ce qui est sur la surface

• Réalise des plans parcellaires, des plans côtés, des profils

• Établit des cartes

9
Chapitre 01: Présentation GEOMETRE TOPOGRAPHE

1) Introduction de projet

Les routes ont une importance stratégique pour le réseau routier Chlef, car elles

constituent une liaison entre les communes. Ceci répond aux différentes activités

économiques, commerciales et sociales de la région et à la demande croissante

en matière de transport de marchandises desservit par ces axes.

Commune Chlef

10
Chapitre 01: Présentation GEOMETRE TOPOGRAPHE

2) Description du projet :
Notre projet mémoire de fin la formation consiste à ETUDE ET SUIVI DE LA

ROUTE RELIANT ZONE11 HAY EL NASR VERS L’AUTOROUTE

EST-OUEST SUR 1400 ML, cette route commence par un carrefour en y et ce

raccorder par un échangeur au niveau de l’évitement est de la ville de chlef, et

passe par l’agglomération dit ZALATO.

Localisation de projet :

11
Chapitre 01: Présentation GEOMETRE TOPOGRAPHE

Classification de la route :
Notre projet est situé dans un terrain vallonné avec une forte Sinuosité (E3), et

de catégorie C4, ce que donne une vitesse de base de 60Km/h.

ENVIRONNEMENT E3

CATEGORIE C4

VITESSE DE BASE 80 Km/h

Caractéristique du projet :

Notre projet est caractérise par une chaussée bidirectionnelle :

• Longueur de projet : 1.4 Km


• Largeur de chaussée : 7.00m
• Largeur des accotements : 2*2m
• Plateforme de : 11 m
• Largeur de fossé : 0.5*0.5*0.5
• Ouvrages: 02 carrefours

Fiche technique du projet :

• Intitulée de projet : ETUDE ET SUIVI DE LA ROUTE RELIANT


ZONE11 HAY EL NASR VERS L’AUTOROUTE EST-OUEST SUR
1400ML
• Maître de l’ouvrage : APC CHLEF
• Entreprise de réalisation : MERRAH EL HADJ.
• Maître d’œuvre : BET ROA
• Contrôle : laboratoire LCTP CHLEF.
• Délai de réalisation : 03 mois.

12
Chapitre 01: Présentation GEOMETRE TOPOGRAPHE

3) La problématique de projet:

Notre étude a pour objet de trouver les solutions nécessaires pour éviter les

problèmes qui se posent sur le mouvement de trafic qui passent par la ville

D’ELMOSALAHA qui destiné à HAY EL NASRE ZONE11 et OULED

MOHAMED ZONE08.

Les problèmes posés sont les suivants :

• Difficulté de déplacement les résidents à hey el nasre vers l’autoroute est-

ouest, qui provoque une congestion de la circulation.

• L’augmentation du nombre d’accidents au niveau de la ville d’el

mosalaha.

• La pollution provoque des maladies respiratoires à cause des gaz

d’échappement des véhicules.

• Le bruit des véhicules qui est une nuisance et qui provoque des retombés

psychiques liés au stress.

4) Objectif de l'étude :

La construction de tronçon a pour objectif principal de relier HAY NASR avec

L'AUTOROUTE EST OUEST et permettre aussi de déviée une partie

importante du trafic actuel sur la bretelle de l'autoroute vers cette liaison et

d’assurer une fluidité de la circulation et de sécuriser le voyageur sur ce tronçon.

13
Chapitre 01: Présentation GEOMETRE TOPOGRAPHE

14
Introduction [Date]
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

1) Principes d’un levé topo :

Le principe d’un levé topo consiste à viser depuis une position fixe

(station) à l’aide d’une station totale, des points de coordonnées inconnues

(points rayonnés) ou connues (points de référence).

a) Station et mise en station

Le Tachéomètre est un appareil permettant de mesurer des angles et des

distances sur le plan horizontal et vertical par rapports à la gravité. Il travaille

sur la surface de référence du géoïde. Ses données seront ensuite calculées pour

être converties sur d’autres modèles de coordonnées ou de projection suivant

nos besoins.

15
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

On peut comprendre facilement la nécessité que cet appareil soit positionné sur

un point de référence précis et sur un plan horizontal parfait pour nous délivrer

des mesures correctes car sans ça, toute donnée sortant de cet appareil serait

erronée.

Le Tachéomètre se pose sur un support et doit se caler sur le plan horizontal. Il

est souvent placé sur un trépied, et à la verticale exacte d’un point connu en

coordonnées, à l’aide d’un fil à plomb, d’un plomb « optique » ou d’un plomb «

laser», et d’un niveau à bulle sphérique. Sa base doit être parfaitement

horizontale.

L’ensemble de cette phase d’utilisation se nomme « la mise en station ».

16
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

b) Points rayonné

Dans cet exemple, nous avons des points station (2002, 2003 et 2004)

Les points rayonnés sont numérotés de 1 à 8, ils ont été levés avec le

tachéomètre et ont permis de tracer le plan de voirie ci- contre.

c) Points de référence connus :

17
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

Dans cet exemple, nous avons des points station (2001, 2002, 2003 et 2004) et

6 points connus en coordonnées (surlignés en bleu).

Ils servent généralement de référence pour faire :

-Une mise en station libre ou normale.

-Ouvrir ou fermer une polygonale.

Pour vérifier la précision et l’exactitude d’un levé par des opérations de contrôle

à chaque mise en station ou tous les 50 points levés (points rayonnés)

d) Polygonale

Lorsqu’il est impossible de viser un ou x points rayonnés (à cause de la distance

ou d’obstacles physiques sur le terrain), il est nécessaire de déplacer l’appareil

topo sur un autre point station et ainsi de suite jusqu’à ce que votre chantier

entier soit “levé”. Cette succession de station s’appelle un cheminement.

Partant du principe que chacune des mises en station et chaque point levé peut

engendrer une erreur, nous pouvons considérer que toutes ces erreurs se

cumulent pour arriver avec des données erronées en fin de levé sur la dernière

station.

18
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

2) Définition de réseau polygonal :

- Le réseau polygonal est constitué de cheminements appuyés en général

sur les points du canevas de base et du canevas complémentaire.

- Une ligne polygonale ou polygonation est un ensemble de sommets

formant une ligne brisée dont on a pris soin de mesurer les angles ainsi

que la longueur des côtés pour ainsi déterminer les coordonnées de

chacun de ses sommets.

- Le réseau polygonal est la pierre angulaire de n'importe quel type de

travail réalisé dans les domaines du génie civil et du bâtiment.

Ce réseau peut être composé de :

-points d'appui existants : ce sont l'ensemble des points qui appartiennent au

canevas d'ensemble et qui sont connus dans le système général. Ces points

serviront de points de référence pour la réalisation de certains travaux tels que

les levés, les implantations, le calcul des surfaces, etc.

Figure 1: pointe géodésique existante


19
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

-points inexistants : il s'agit de l'ensemble des points qu'il faut créer pour les

besoins du projet à réaliser. Après le calcul de leurs coordonnées planimétriques,

et éventuellement altimétriques, ces points serviront d'ossature à l'exécution des

différentes étapes du projet.

Figure 2: pointe d’appui inexistante

20
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

But :

Un réseau polygonal est une suite de cheminements appuyés sur le canevas

d'ensemble. Son calcul a pour but la détermination des coordonnées

planimétriques d'un certain nombre de points inconnus qui serviront

ultérieurement comme ossature pour l'exécution de différents travaux

topographiques.

3) Forme de cheminement :

Il existe quatre types de cheminement :

a) Cheminement tendu (ou encadré): utilisé lorsque les coordonnées des

points de départ (A, B) sur lesquels il s'appuie sont connues dans le

système général.

Ce cheminement permet de rattacher les travaux réalisés à une carte.

21
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

b) Cheminement fermé: Le cheminement fermé est ligne polygonale qui

part un point A aux coordonnées connues et se referme sur le même

point. En raison de sa Faible précision et de l’absence d’un point

d’arrivée différent du point départ, il souvent employé pour les levés dans

le système local

c) L’antenne : qui part d'un point aux coordonnées connues pour aboutir

sur un autre point de coordonnées inconnues. Ce cheminement est très

rarement utilisé, car il faut l'observer en aller et en retour.

22
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

d) Point Nodal: C’est le point de convergence de plusieurs antennes, ou

encore le nœud de plusieurs cheminements encadrés. C’est une solution à

rechercher, qui donne des résultats très homogènes.

4) Détermination de l’incertitude de mesure

Une mesure est entachée d’une certaine erreur, d’une incertitude. Elle provient

de divers facteurs : la méthode utilisée, l’instrument employé, l’expérience de

l’opérateur, la grandeur mesurée… Différentes notions sont utilisées pour

qualifier la qualité de la mesure, et divers moyens existent pour répartir les

résidus d’une série de mesure.


23
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

a) Erreurs et fautes

Nous avons jusqu’ici parlé de fautes, d’erreurs accidentelles et systématiques

sans en donner une définition précise. Tous ces termes, bien que faisant partie

du même champ sémantique, couvrent des notions différentes.

La faute: manquement à une norme, aux règles d’une science, d’une

technique.

On parle de faute généralement à propos de l’opérateur, et peut être due à un

manque de soin, le non-respect des règles de base, le manque d’expérience…

L’erreur systématique: se répète et se cumule à chaque mesure. Elle est le

plus souvent due aux imprécisions de l’instrument (qualité des composants,

défauts de réglages…) et aux contraintes de sa mise œuvre. L’influence de ces

erreurs peut souvent être évaluée par calcul, et prise en compte dans la

détermination finale.

L’erreur accidentelle: de valeur et de signe aléatoires, elle peut avoir

diverses origines : défaut de calage de l’appareil à la mise en station, erreur de

pointé, de lecture, des paramètres extérieurs non maîtrisables (température,

hygrométrie…), erreur de réfraction accidentelle…

Sur une série de mesures (cheminement polygonal), l’influence des erreurs

systématiques doit être minimisée par la méthode employée. Par contre, il

24
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

reste les erreurs accidentelles qui sont généralement considérées comme les

seules participant aux fermetures.

b) Méthodes de compensation

Tout protocole de mesure génère des erreurs. Il est capital d’identifier,

quantifier et réduire les erreurs systématiques, mais les erreurs accidentelles

doivent être réparties sur l’ensemble. Plusieurs méthodes sont possibles, mais

partent toutes globalement de l’hypothèse de l’équiprobabilité de chaque

source d’erreur accidentelle lors de chaque mesure.

Compensation de notre projet :

Dans notre projet on a un polygonale fermé, et avant d’entamé toutes travaux il

faut passer par la vérification ou correction des coordonnées des sommets de

polygonale, et pour faire cette vérification il faut passe par les étapes suivants :

1. Compensation des Gisements :

❖ Calcul gisements brutes

❖ Calcul écart angulaire des gisements

❖ Calcul écart angulaire partiel

❖ Calcul gisements compenses

2. Compensation des composantes :

❖ Calcul composantes brutes

❖ Calcul sommes des composantes brutes

❖ Calcul des composantes réelles

25
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

❖ Calcul écarts de fermeture descomposantes

❖ Calcul taux de corrections des composantes

❖ Calcul des composantes compensées

Les données de projet avant compensation :

X Y

A 5000.00 10000.00

B 5032.702 9662.923
C 5075.687 9695.345
D 4902.289 9630.609

E 4903.691 9771.077

F 4833.948 9865.823
G 4852.707 9976.116

H 4916.892 10104.699

I 5000.001 10095.233

26
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

-La forme de notre réseau polygonal :

27
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

I- Détermination Donnée de base

- Gisement initial = 166 degrés

- point de départ = (x=5000, y= 10000)

- Tableau des mesures Angle/Distance

Segment Angle deg Dist m Sens horaire

AB 194 314 SH

BC 113 52 SH

CD 157,002 133,5 SH

DE 76 140,5 SH

EF 217,008 116,65 SH

FG 134 113,75 SH

GH 163,043 142,55 SH

HI 110 85,45 SH

IA 96,004 97,05 SH

II- Calcul erreur de fermeture angulaire

a - Calcul somme théorique des angles :

Nombre des nœuds (n) = 9 nœud

Angles th = (n-2) * 180 = (9-2) * 180 = 1260 deg

28
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

Angles th = 1260deg

b - Calcul somme des angles mesurés :

Angles mes=194+ 113+157,002+76+ 217,008+134+163,043+110+96,004

=1260,0570deg

Angles mes = degrés

c - Calcul erreur de fermeture angulaire :

f = Angles mes – Angles th

f = 1260.0520 - 1260 = 0.0570 deg

d - Calcul tolérance d'erreur de fermeture angulaire :

ft = 70" x √(n)

ft = 70" x √9 =0.0583333333

e - Vérification d'erreur de fermeture angulaire :

On a 0.05833>0.0520 veut dire ft > f, donc l'opération de compensation du

polygone est possible

f - Calcul angle de compensation unitaire :

F u = f / n, donc f u = 0.0570 / 9 = 0.00633

F u = 0.00633

III- Calcul des angles compensent

On a Angles compense = Angles mes - f, donc :

*AB :194,0000 - (0.00633) =193,9937 deg


29
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

*BC :113,0000 - (0.00633) =112,9937 deg

*CD : 157,0020 - (0.00633) =156, 9957 deg

*DE :76,0000 - (0.00633) =75,9937 deg

*EF: 217, 0080 - (0.00633) =217, 0017 deg

*FG:134, 0000 - (0.00633) = 133, 9937 deg

*GH:163, 0430 - (0.00633) = 163, 0367 deg

*HI:110,0000 - (0.00633) =109,9937 deg

*IA:96,0040 - (0.00633) = 95,9977 deg

VI- Calcul des gisements

On a Gi = Gi-1 +- 180 +- Angle mesure i ,donc:

GAB = 166 deg

GBC = 166+- 180 +- 112,9937 = 233,0063 deg

GCD = 233,0063 +- 180 +-156,9957 = 256,0107 deg

GDE = 256, 0107 +- 180 +- 75, 9937 = 0, 0170 deg

GEF = 0, 0170 +- 180 +- 217, 0017 = 323, 0153 deg

GFG = 323, 0153 +- 180 +- 133, 9937 = 9, 0217 deg

GGH = 9, 0217 +- 180 +- 163, 0367 = 25, 9850 deg

GHI = 25, 9850 +- 180 +- 109, 9937 = 95, 9913 deg

GIA = 95, 9913 +- 180 +- 95, 9977 = 179, 9937 deg

V- Calcul des composante deltaX/deltaY

On a delta Xi= Li x SIN(Gi) et delta Yi= Li x COS(Gi) , donc :

Segment AB:
30
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

Delta XAB= 314 x SIN (166deg) = 75,963 m

Delta YAB= 314 x COS (166deg) = -304,673 m

Delta(x, y) AB = (75,963 m,-304,673m)

Segment BC:

Delta XBC= 52 x SIN (233,0063deg) = -41,533 m

Delta YBC= 52 x COS (233,0063deg) = -31,290 m

Delta (x, y) BC = (-41,533 m,-31,290 m)

Segment CD:

Delta X CD=133,50 x SIN (256, 0107 deg) = -129,54 m

Delta Y CD=133,50 x COS (256, 0107 deg) = -32,272 m

Delta(x, y) CD = (-129.54 m, -32,272 m)

Segment DE:

Delta X DE= 140,50 x SIN (0,0170 deg) = 0,042 m

Delta Y DE= 140,50 x COS (0,0170 deg) =140,50 m

Delta(x, y) DE = (0,042 m, 140,50 m)

Segment EF:

Delta X DE=116,650 x SIN (323,0153 deg) = -70,177 m

Delta Y DE=116,650 x COS (323,0153 deg) = 93,18 m

Delta (x, y) EF = (-70,177 m, 93,18 m)

Segment FG:

Delta X DE= 113,750 x SIN (9,0217 deg) = 17,837 m

Delta Y DE=113,750 x COS (9,0217 deg) = 112,343 m


31
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

Delta(x, y) FG = (17,837 m, 112,343 m)

Segment GH:

Delta X DE= 142,55 x SIN (25,9850 deg) = 62,456 m

Delta YD E= 142,55 x COS (25,9850 deg) = 128,139 m

Delta(x, y) DE = (62,456 m 129,139 m)

Segment HI:

Delta X DE= 85,450 x SIN (95,9913 deg) = 84,983 m

Delta Y DE= 85,450 x COS (95,9913 deg) = -8,919 m

Delta(x, y) HI = (84,983 m, -8,919 m)

Segment IA:

Delta X DE= 97,05 x SIN (179,9937 deg) = 0,011 m

Delta Y DE= 97,05 x COS (179,9937 deg) = -97,05 m

Delta(x, y) IA = (0,011 m, -97,05 m)

VI- Calcul erreur de fermeture

a - Calcul erreur de fermeture delta X/delta Y :

On a : FX = Somme delta X et FY = Somme delta Y donc :

Somme delta X = 75,96347522 -41,53250547-129,5404898+0,041687189

-70,1767885+17,83690463+62,45626229+84,98324605+0,010727666

= 0,042519254
32
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

FX = 0,042519254

Somme delta Y = -304,6728581-31,28979049-32,27245727+140,4999938

+93,1796161+112,3428117+128,1394467-8,919102564-97,04999941

= -0,042339505

FY = -0,042339505

b - Calcul erreur de fermeture total :

On a : FXY =√ (FX2 + FY2), donc :

FXY =√ ((0,0425192542) + (-0,0423395052)) = 0,06

FXY = 0.06

c -Vérification d'erreur de fermeture total :

Ce polygone se situe dans une zone rurale, donc la tolérance à ne pas dépasser

c'est 1/1000

On a : FXY = 0.06

Et :

L total = LAB+LBC+LCD+LDE+LEF+LFG+LGH+LHI+LIA = 1195,450 m

Taux erreur de fermeture = FXY / L total

Alors :

Taux erreur de fermeture = 0.06 / 1195,450 m = 0.00005

Taux erreur de fermeture = 0.00005

1/1000 >1/20000

Puisque taux erreur de fermeture, la compensation des composantes est possible.


33
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

VII- Compensation des composantes

a - Calcul taux de compensation :

On a selon X :

Taux compensation X = (Somme algébrique /Somme numérique) x L Xi

On a selon Y :

Taux compensation Y = (Somme algébrique/Somme numérique) x L Yi

Donc :

Selon X :

Taux correction AB = (0,00008) x (75,963) = 0.006077

Taux correction BC = (0,00008) x (-41,533) = -0.003322

Taux correction CD = (0,00008) x (-129,540) = -0.0103632

Taux correction DE = (0,00008) x (0,042) = 0.00000336

Taux correction EF= (0,00008) x (-70,177) = -0.00561416

Taux correction FG = (0,00008) x (17,837) = 0.00142696

Taux correction GH = (0,00008) x (62,456) = 0.00499648

Taux correction HI = (0,00008) x (84,983) = 0.00679864

Taux correction IA = (0,00008) x (0,011) = 0.00000088

Selon Y :

Taux correction AB= (-0,00004) x (-304,673) = 0.01218692


34
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

Taux correction BC= (-0,00004) x (-31,290) = 0.0012516

Taux correction CD= (-0,00004) x (-32,272) = 0.00129088

Taux correction DE= (-0,00004) x (140,500) = -0.00562

Taux correction EF= (-0,00004) x (93,180) = -0.0037272

Taux correction FG = (-0,00004) x (112,343) = -0.00449372

Taux correction GH= (-0,00004) x (128,139) = -0.00512556

Taux correction HI= (-0,00004) x (-8,919) = 0.00035676

Taux correction IA= (-0,00004) x (-97,050) = 0.003882

b - Calcul des composantes compensées :

On a selon X :

Delta X Compensée = delta X brute +- taux correction X

Et selon Y :

Delta Y compensée = delta Y brute +- taux correction Y

Alors :

Selon X :

Delta AB compense X = (75,963) – (0.006077) = 75,952 m

Delta BC compense X = (-41,533) – (-0.003322) = -41,534 m

Delta CD compense X = (-129,540) - (-0.0103632) = -129,545 m

Delta DE compense X = (0,042) – (0.00000336) = 0,037 m

Delta EF compense X = (-70,177) – (-0.00561416) = -70,181 m

Delta FG compense X = (17,837) – (0.00142696) = 17,833 m

Delta GH compense X =(62,456) – (0.00499648) = 62,451 m


35
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

Delta HI compense X = (84,983) – (0.00679864) = 84,980 m

Delta IA compense X = (0,011) – (0.00000088) = 0,007 m

Selon Y :

Delta AB compense Y = (-304,673) – (0.01218692) = -304,662 m

Delta BC compense Y = (-31,290) – (0.0012516) = -31,288 m

Delta CD compense Y = (-32,272) – (0.00129088) = -32,268 m

Delta DE compense Y= (140,500) – (-0.00562) = 140,505 m

Delta EF compense Y= (93,180) – (-0.0037272) = 93,184 m

Delta FG compense Y= (112,343) – (-0.00449372) = 112,347 m

Delta GH compense Y= (128,139) – (-0.00512556) = 128,144 m

Delta HI compense Y= (-8,919) – (0.00035676) = -8,916 m

Delta IA compense Y= (-97,050) – (0.003882) = -97,047 m

VIII- Calcul des coordonnées

On selon X: Xi =Xi-1 +- deltaXi-1

Et selon Y: Yi =Yi-1 +- deltaYi-1

Et Point AB : (5000,000, 10000,000)

Alors :

Point BC:

XBC =5000,000 + (75,952) = 5075,952

YBC =10000,000+ (-304,662) = 9695,338

Point BC: (5075,952, 9695,338)

Point CD:
36
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

XCD = 5075,952 + (-41,534) = 5034,418

YCD = 9695,338 + (-31,288)= 9664,050

Point CD: (5034,418, 9664,050)

Point DE:

XDE = 5034,418+ (-129,545)= 4904,873

YDE = 9664,050 + (-32,268)=9631,783

Point DE: (4904, 873, 9631,783)

Point EF:

XEF =4904, 873 + (0,037) = 4904,909

YEF =9631, 783 + (140,505) = 9772,288

Point EF :( 4904, 909, 9772, 288)

Point FG:

XFG =4904, 909 + (-70,181) = 4834,728

YFG = 9772,288 + (93,184) = 9865,471

Point FG :( 4834,728, 9865, 471)

Point GH:

XGH = 4834,728 + (17,833) = 4852,561

YGH =9865, 471 + (112,347) = 9977,818

Point GH :( 4852,561, 9977, 818)

Point HI:

XHI = 4852,561 + (62,451) = 4915,013


37
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

YHI = 9977,818 +(128,144) = 10105,963

Point HI : (4915, 013, 10105, 963)

Point IA:

XIA = 4915,013 + (84,980) = 4999,993

YIA = 10105,963 + (-8,916)= 10097,047

Point IA : (4999, 993, 10097,047)

Point AB:

XAB = 4999,993 + (0,007) = 5000,000

YAB = 10097,047 + (-97,047) = 10000,000

Point AB : (5000, 000, 10000,000)

IX- Tableau des coordonnées du Polygone

Avant compensation :

X Y

A 5000.00 10000.00

B 5032.702 9662.923
C 5075.687 9695.345
D 4902.289 9630.609

E 4903.691 9771.077

F 4833.948 9865.823
G 4852.707 9976.116

H 4916.892 10104.699

I 5000.001 10095.233

38
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

Après compensation :
X Y

A 5000,000 10000,000

B 5075,952 9695,338

C 5034,418 9664,050

D 4904,873 9631,783

E 4904,909 9772,288

F 4834,728 9865,471

G 4852,561 9977,818

H 4915,013 10105,963

I 4999,993 10097,047

39
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

5. Méthode de mise en station

1) Description

Le Tachéomètre se pose sur un support et doit se caler sur le plan horizontal. Il

est souvent placé sur un trépied, et à la verticale exacte d’un point connu en

coordonnées, à l’aide d’un fil à plomb, d’un plomb « optique » ou d’un plomb «

laser », et d’un niveau à bulle sphérique. Sa base doit être parfaitement

horizontale (utilisation d’une nivelle torique, ainsi que d’une nivelle sphérique).

L’ensemble de cette phase d’utilisation se nomme la « mise en station ». En fait,

c’est l’axe de rotation principal (vertical) de l’instrument qui est rendu

parfaitement vertical à l’aide des nivelles. On dégrossit la mise en station avec la

40
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

nivelle sphérique (moins précise) et on l’affine à l’aide de la nivelle torique (très

précise).

Le point de station au sol est parfaitement dans le prolongement de cet axe

principal. Il est matérialisé par un clou d’arpentage et implanté dans le sol de

manière que sa durabilité soit garantie et choisi de telle sorte qu’il puisse être

aisément réutilisé.

2) Préparation

Disposer les jambes du trépied à égale distance du point de station. Enfoncer les

dans le sol.

Vérifier que les vis calantes sont à mi–course et que le plateau est horizontal

41
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

3) Centrage

Faire passer l’axe principal par le point de station en tournant les 3 vis calantes

tout en observant le point de station à l’aide du plomb optique.

4) Quasi-verticalité

Caler la bulle de la nivelle sphérique en modifiant la longueur des jambes du

trépied.

42
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

5) Verticalité fine – direction VC1-VC2

Tourner l’alidade pour amener la nivelle torique dans la position VC1-VC2

Tourner les 2 vis calantes VC1- VC2 en sens opposé pour caler la bulle de la

nivelle torique. L’axe principal PP’ est vertical quand la bulle est calée.

6) Rotation de l’alidade

Faire pivoter l’alidade de 100 gon (1/4 de tour)

43
Chapitre 02 : Réseau polygonal GEOMETRE TOPOGRAPHE

7) Verticalité fine – direction VC3

Tourner la troisième vis calante VC3 pour caler la nivelle torique.

L’axe principal PP’ est vertical quand la bulle est calée.

44
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

1) Définition de la route

Une route est au sens littéral une voie terrestre aménagée pour permettre la

circulation de véhicules à roues.

La route est une voie aménagée pour la circulation des véhicules automobiles ou

autres ainsi que des piétons. La route est un itinéraire terrestre pour le transport,

qui se relier à un groupe des points terrestres et assure un accès continu dans les

transferts entre les autres modes de communication.

2) Classification de la route

a) Catégorie de la route

L’ensemble des itinéraires de l’Algérie peut être classé en cinq catégories

fonctionnelles, correspondant aux finalités économiques et administratives

assignées par la politique d’aménagement sur le territoire, on distingue cinq

catégories :

Catégorie 1: Liaison entre les grands centres économiques et les centres

d’industrie lourde considérés deux à deux, et liaisons assurant le rabattement des

centres d’industries et transformation vers le réseau de base ci-dessus.

45
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

Catégorie 2: Liaison des pôles d’industries de transformation entre eux, et

liaisons de raccordement des pôles d’industries légère diversifiées avec le réseau

précédent.

Catégorie 3: Liaisons des chefs-lieux et daïra et des chefs-lieux de wilaya, non

desservi par le réseau précédent, avec le réseau de catégorie 1 et 2.

Catégorie 4: Liaisons de tous les centres de vie qui ne sont pas reliés au réseau

de catégorie 1-2 et 3 avec le chef-lieu de daïra, dont ils dépendent, et avec le

réseau précédent.

Catégorie 5: Routes et pistes non comprises dans les catégories précédentes.

D’après la direction des travaux publics notre projet est classé à C04

b) Environnement de la route :

Les deux indicateurs adoptés pour caractériser chaque classe d’environnement

sont :

1) La dénivelée cumulée moyenne DC

2) La sinuosité

46
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

1) La dénivelée cumulée moyenne DC : H/L

H=∑𝑙𝑖 = ∑𝑝𝑖 ∗ 𝑙𝑖

ℎ𝑖
Ptg= =p1
𝑙𝑖

Pour notre projet

Dc = 3.3%H/L=41.167/1189.73=0.0346

Les valeurs seuils ci-dessous, déterminées par l’analyse de plusieurs

itinéraires en Algérie, permettent de caractériser trois types de

topographie

N° Classification du terrain Dénivelée cumulée


1 Plat Dc  1.5%
2 Terrain Vallonné 1.5% < Dc  4%
3 Terrain montagneux Dc > 4%

Dc = 1.5% <3.46%  4%

Donc : Le terrain est : Vallonné

2) Sinuosité :

La sinuosité d’un itinéraire est égale au rapport de la longueur sinueuse Ls sur

la longueur totale de l’itinéraire L.

La longueur sinueuse Ls c’est la longueur des courbes de rayon en plan inférieur

ou égale à 200 m.

47
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

Calcul de la sinuosité

𝐿𝑠
S=
𝐿
Avec : Ls : la somme des développées des rayons inferieur ou égale à200m

L : la longueur total de laroute

Ls = D (R ≤ 200m)

Pour notre projet

Ls = 483.708 m

L= 1189.73 m

𝐿𝑠 483.708
S= 𝐿 =1189.73=0.40657

Les valeurs seuils ci-dessous, déterminées par l’analyse de nombreux itinéraire

en Algérie permettent de caractériser trois domaines de sinuosité.

N° Classification Sinuosité

1 Sinuosité faible s ≤ 0.1 0

2 Sinuosité moyenne 0.10 < s ≤ 0.30

3 Sinuosité forte s > 0.30

S=0.406 > 0.30 alors: Sinuosité: Forte

Les trois types d’environnement résultent du croisement des deux paramètres

précédents selon le tableau ci-dessous :

48
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

Sinuosité et relief Faibe Moyenne Forte


Plat E1 E2 /
Vallonnée E2 E2 E3
Montagnx / E3 E3

Dans notre cas nous avons :

Un terrain est: Vallonné

Et une Sinuosité : Sinuosité forte

L’environnement de la route est : E3

3) Vitesse de référence :

La vitesse de référence est la vitesse de circulation des véhicules sur une route à

circulation normale et au-dessous de laquelle les véhicules rapides peuvent

circuler normalement en dehors des pointes. Elle est déterminée en fonction de

l’importance des liaisons assurées par la section de route et par les conditions

géographiques. La vitesse est donc fonction de : catégorie et L’environnement

Le tableau ci-dessous nous permet de déterminée la vitesse de référence.

Environnement
Catégorie E1 E2 E3

Cat 1 120-100-80 100-80-60 80-60-40


Cat 2 120-100-80 100-80-60 80-60-40
Cat 3 120-100-80 100-80-60 80-60-40
Cat 4 100-80-60 80-60-40 60-40
Cat 5 80-60-40 60-40 40
Vitesse de référence (B40)
Pour notre projet : Catégorie 4 et environnement 03

49
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

Alors : VB=60Km/h
Le tracé en plan
Définition :
Le tracé en Plan est une projection horizontale de l’ensemble des points

déterminant le tracé de la route.

Il est constitué par une succession d’alignements droits et d’arcs de cercle reliés

entre eux par des courbes de raccordement progressif, plus essentiellement des

arcs de clothoïde

Le tracé en plan est une succession des droites reliées par des liaisons. Il

représente la projection de l’axe routier sur un plan horizontal qui peut être une

carte topographique ou un relief schématisé par des courbes de niveau.

1) Règles à respecter dans le trace en plan :

Les normes exigées et utilisées dans notre projet sont résumées dans le B40, il

faut respecter ces normes dans la conception ou dans la réalisation. Dans ce qui

suit, on va citer certaines exigences qui nous semblent pertinentes.

1) L’adaptation de tracé en plan au terrain naturel afin d’éviter les

terrassements importants.

2) Le raccordement du nouveau tracé au réseau routier existant

3) Eviter de passer sur des terrains agricoles et des zones forestières

4) Eviter au maximum les propriétés privées

5) Eviter les sites qui sont sujets a des problèmes géologiques.

6) Limiter le pourcentage de longueur des alignements entre 40% et 60% de

la longueur totale de tracé


50
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

A) Pour les routes neuves

Il convient en outre, pour les projets de routes neuves :

1. d’éviter les tracés en succession de grandes courbes (tracés de type

autoroutier),

2. de recourir de préférence à des alignements droits (au moins 50 % du linéaire

pour permettre l'implantation de carrefours et de zones de visibilité de

dépassement dans de bonnes conditions) alternant avec des courbes moyennes

(de rayon supérieur au rayon minimal, et ne dépassant guère le rayon non

déversé)

3. d'éviter, en extrémité d'alignements droits importants (plus de 1 km) et quelle

que soit la catégorie, les courbes de rayon inférieur à 300 m, de même qu'en bas

de longues descentes rapides, en extrémité d'alignements plus courts (0,5 à 1

km) éviter les courbes de rayon inférieur à 200 m.

4. de respecter, lorsque deux courbes se succèdent (même séparées par un

alignement droit, quelle que soit sa longueur) la condition suivante concernant

leurs rayons R1 et R2 0,67 < R1/R2 < 1,5 sauf si R1 et R2 sont supérieurs à 500

m.

5. d'exclure les courbes en ove

51
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

B) Pour l'aménagement des routes existantes

Sous certaines conditions, les recommandations 1 et 2 sont généralement sans

objet mais les recommandations 3, 4 et 5, qui concernent directement la sécurité,

sont à prendre en considération. Elles doivent être appréciées en tenant compte

des résultats du diagnostic de sécurité (analyse des accidents notamment).

2) Les éléments de tracé en plan


L’axe du tracé en plan est constitué d’une succession des alignements, des

liaisons et des arcs de cercles comme il est schématisé ci-dessous :

a) Les alignements : Il existe une

- Longueur minimale d’alignement Lmin qui devra séparer deux courbes

circulaires de même sens. Cette longueur sera prise égale à la distance parcourue

pendant 5 secondes à la vitesse maximale permise par le plus grand rayon des

deux arcs de cercles.

Si cette longueur minimale ne peut pas être obtenue, les deux courbes circulaires

sont raccordées par une courbe en C ou Ove.

- Longueur minimum: Lmin= 5. VB/3.6

52
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

Pour notre projet : Lmin= 5.60/3.6=83.3

- La longueur maximale Lmax est prise égale à la distance parcourue

pendant 60 secondes.

Longueur maximum : Lmax= 60 VB/3.6

Pour notre projet : Lmax=60.60/3.6=1000

-Détermination des dévers dmax et dmin

Cat1 Cat2 Cat3 Cat4 Cat5

dmin -2,50% -2,50% -3% -3% -4%

dmax 7% 7% 8% 8% 9%

-Détermination du coefficient transversal ft

Vr 40 60 80 100 120 140

CAT 1-2 0,22 0,16 0,13 0,11 0,1 0,1

CAT 3-4-5 0,22 0,18 0,15 0,125 0,11 /

-Tableau des coefficients F’’ en fonction de la catégorie

Catégorie Cat1 Cat2 Cat3 Cat4 Cat5

F’’ 0,06 0,06 0,07 0,075 0,075

53
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

-Tableau récapitulatif

dmax = 8,00%
dmin = -3%
ft = 0,18
d= 0,06
F'' = 0,075

b) Raccordement progressif
La clothoide est une spirale, dont le rayon de courbure décroît d’une façon

continue dès l’origine ou il est infini jusqu’au point asymptotique ou il est nul

la courbure de la clothoide est linéaire par rapport à la longueur de l’arc,

parcourue à vitesse constante, la clothoide maintient constante la variation de

l’accélération transversale, ce qui est très avantageux pour le confort des

usagers.

A=√𝐿 ∗ 𝑅
𝐴2
R/3≤ 𝐴 ≤R L=
𝑅

L=√24. 𝑅. ∆𝑅
R> 5000 → ∆𝑅 = 2.5
2000<R≤ 5000 → 1.75 ≤ ∆𝑅 = 2.5
1000≤ 𝑅 ≤ 2000 → 1 ≤ ∆𝑅 = 1.75
R<1000→ 0.5 < ∆𝑅 < 1(de préférence 1 m)
R<192→ ∆𝑅 = 0.5

54
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

c) Arcs de cercle

Dans un virage de rayon R, le véhicule subit l’effet de la force centrifuge qui

tend a provoqué une instabilité du système. Afin de réduire l’effet de la force

centrifuge, on incline la chaussée transversalement vers l’intérieur de la

courbe (éviter le phénomène de dérapage)

55
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

A-Le rayon minimal absolu RHm

C’est le plus petit rayon en plan admissible pour une courbe présentant un

dévers maximal et parcourue par la vitesse de référence

𝑉𝑟(𝑘𝑚/ℎ) 2
RHm=127(dmax+ ft)
Pour notre projet :

60(𝑘𝑚/ℎ) 2
RHm = 127(0.18+0.07) =113.38m

B- Le rayon minimal normal RHN

Le rayon minimal normal (RHN) doit permettre à des véhicules dépassant Vr de

20km/h de rouler en sécurité.

(Vr+20)2
RHN=127(ft+dmax)

Pour notre projet :

(60+20)2
RHN =127(0.11+0.07)=201.224m
C- Le rayon au devers minimal RHd

RHd est le rayon au deçà duquel les chaussées sont déversées vers l’intérieur du

virage et tel que l’effet centrifuge résiduel soit équivalent à celui subi par le

véhicule circulant à la même vitesse en alignement droit (devers : - d min %)

56
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

𝑉𝑟 2
RHd= 127(2.𝑑𝑚𝑎𝑥)

Pour notre projet :

602
RHd= 127∗2∗0.03=472.44m

D- Le rayon non déversé RHnd

C’est le rayon tel que l’accélération centrifuge résiduelle que peut parcourir un

véhicule roulant à la vitesse V = Vr et présente un dévers vers l’extérieur

𝑉𝑟 2
RHnd=127(2∗0.025)
Pour notre projet :
602
RHnd=127(2∗0.025) =566.92m

Les résultats ci dessue de VB 60 avec les valeurs de B40 on aura :

RHM (m) RHN (m) RHD (m) RHND (m)


115 220 450 650

e) Dévers
Un changement de dévers dans la partie circulaire de la courbe est un facteur

d'accident entraînant :

_Une mauvaise trajectoire des véhicules

_Une accumulation d'eau sur chaussée dans la courbe

*En courbe, le devers permet de :

_Assurer un bon écoulement des eaux superficielles.


57
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

_Compenser une fraction de la force centrifuge et assurer la stabilité dynamique

des véhicules.

_Améliorer le guidage optique.

Le devers minimal : nécessaire à l’écoulement des eaux en courbes est identique

à celui préconisé en alignement droit.

Le devers maximal : admissible dans les courbes est essentiellement limité par

les conditions de stabilité des véhicules lents ou l’arrêt, dans des conditions

météorologiques exceptionnelles.

Environment Facile moyen Difficile


Devers
Devers Minimal

Cat 1-2 2.5% 3% 2.5% 2.5%

Cat 3-4-5 3% 3%

Devers Maximal

Cat 1-2 7% 8% 7% 7%

Cat 3-4 9% 8% 7%

Cat 5 9% 9%

Tableau des dévers aux rayons en plan

1er cas : Le rayon choisiR RHNd

58
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

Le dévers associé « d » est celui de l’alignement droit

2ème cas : Le rayon choisi : RHd  R RHNd

Le dévers associé est le dévers minimal de l’alignement droit

3ème cas :

Si RHN  R  RHd, le dévers associé « d » est calculé par interpolation entre

le dévers associé à RHN et celui associé à RHd.

𝑑(𝑅) − 𝑑(𝑅𝐻𝑑) 𝑑(𝑅𝐻𝑛) − 𝑑(𝑅𝐻𝑑)


1 1 − 1 1
− −
𝑅 𝑅𝐻𝑑 𝑅𝐻𝑛 𝑅𝐻𝑑

4ème cas :

Si RHm < R < RHN, la route est déversée à l’intérieur du virage et « d » est

calculé par interpolation linéaire en 1/R.

𝑑(𝑅) − 𝑑(𝑅𝐻𝑛) 𝑑(𝑅𝐻𝑚) − 𝑑(𝑅𝐻𝑛)


1 1 − 1 1
− −
𝑅 𝑅𝐻𝑛 𝑅𝐻𝑚 𝑅𝐻𝑛

Application au projet :

Tableaux dévers

Axe a :

ABSCISSE DEV DEV

CURVILIGN DRO GAU

0.0000 2.50 -2.50


8.9733 2.50 -2.50
8.9933 -4.70 -4.70
37.8024 -4.70 -4.70

59
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

37.8224 2.50 -2.50


86.5782 2.50 -2.50
86.5982 3.90 3.90
254.5523 3.90 3.90
254.5723 2.50 -2.50
305.6901 2.50 -2.50
305.7101 3.30 3.30
394.2027 3.30 3.30
394.2227 2.50 -2.50
528.6910 2.50 -2.50

ELEMENT CARACTERISTIQUES LONGUEUR ABSCISSE X Y


0.000 5025.434 10106.634
D1 GIS = 217.076g 8.973
8.973 5023.056 10097.981
XC= 4994.129
C1 YC= 10105.932 28.829
R = -30.000
37.802 5004.178 10077.665
D2 GIS = 278.253g 48.776
86.578 4958.221 10061.326
XC= 5011.820
C2 YC= 9910.570 167.974
R = 160.000
254.552 4854.387 9939.114
D3 GIS = 211.418g 51.138
305.690 4845.264 9888.797
XC= 5058.291
C3 YC= 9850.174 88.513
R = 216.500
394.203 4847.467 9800.927
D4 GIS = 185.391g 134.488
528.691 4878.058 9669.964
LONGUEUR DE L'AXE 528.691

60
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

Axe b :

ABSCISSE DEV DEV

CURVILIGN DRO GAU

0.0000 2.50 -2.50


51.2017 2.50 -2.50
51.2217 -4.70 -4.70
67.8147 -4.70 -4.70
67.8347 2.50 -2.50
97.5714 2.50 -2.50
97.5914 4.25 4.25
143.0396 4.25 4.25
143.0596 2.50 -2.50
246.2252 2.50 -2.50
246.2452 -3.83 -3.83
306.5282 -3.83 -3.83
306.5482 2.50 -2.50
336.0042 2.50 -2.50
336.0242 4.49 4.49
409.8675 4.49 4.49
409.8875 2.50 -2.50
410.2374 2.50 -2.50

ELEMENT CARACTERISTIQUES LONGUEUR ABSCISSE X Y


0.000 4717.323 9558.983
D1 GIS = 78.633g 51.202
51.202 4765.668 9575.847
C1 XC= 4772.255
YC= 9556.963
R = -20.000 16.613
67.815 4781.756 9574.562
D2 GIS = 131.514g 29.757
97.571 4807.941 9560.426
C2 XC= 4832.187
YC= 9605.339
R = 51.040 45.468
143.040 4851.866 9558.246

61
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

D3 GIS = 74.801g 103.186


246.225 4947.074 9598.030
C3 XC= 5009.782
YC= 9447.965
R = -162.640 60.303
306.528 5005.710 9610.554
D4 GIS = 98.406g 29.476
336.004 5035.176 9611.292
C4 XC= 5034.225
YC= 9649.280
R = 38.000 73.863
409.868 5069.254 9664.009
D5 GIS = 374.661g 0.370
410.237 5069.111 9664.350
LONGUEUR DE L'AXE 410.237

62
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

63
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

64
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

Profil en long

Définition
Le profil en long est une coupe longitudinale du terrain, il représente la surface

de la chaussée avec un plan vertical passant par l’axe de la route. Le trait

d’intersection donne le profil en long.

Il est composé d'éléments rectilignes caractérisés par leur déclivité (pente ou

rampe), et des raccordements circulaires (ou paraboliques) caractérisés par leur

rayon.

Les profils en long ont été exécutés à l’échelle 1/1000 et 1/100 comme celle du

levé topographique

Le but principal du profil en long est d’assurer pour le conducteur une continuité

dans l’espace de la route afin de lui permettre de prévoir l’évolution du trace et

une bonne perception des points singuliers.

1) Règles à respecter dans le tracé de la ligne rouge


Le tracé de la ligne rouge qui représente la surface de roulement du nouvel

aménagement retenue n’est pas arbitraire mais il doit répondre plus

particulièrement aux exigences suivantes :

1) Minimiser les terrassements, en cherchant l’équilibre adéquat entre le

volume de remblais et de déblais

2) Ne pas dépasser une pente maximale préconisée par les normes.

3) Eviter de maintenir une forte déclivité sur une grande distance


65
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

4) Un profil en long en léger remblai est préférable à un profil en long en

léger déblai, qui complique l’évacuation des eaux et isole la route du

paysage

5) D’adapter le terrain pour minimiser les travaux de terrassement qui

peuvent être coûteux

6) De rechercher un équilibre entre le volume des déblais et le volume des

remblais

7) Eviter d’introduire un point bas du profil en long dans une partie en

déblais.

8) Au changement de déclivité (butte ou creux) on raccordera les

alignements droits par des courbes paraboliques.

9) Eviter les lignes brisées constituées par de nombreux segments de pentes

voisines, les remplacer par un cercle unique, ou une combinaison des

cercles et arcs à courbures progressives de très grand rayon.

10) Assurer une bonne coordination du tracé en plan et le profil en long.

11) Opter pour une déclivité minimale de 0.5% de préférence qui permettra

d’éviter la stagnation des eaux pluviales.

66
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

2) Les éléments principaux de profil en long

Le profil en long est constitué d’une succession de segment de droites (rampes

et pentes) raccordés par des courbes circulaires. Pour chaque point du profil en

long on doit déterminer :

-L’altitude du terrain naturel

67
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

-L’altitude de la ligne du projet

-La déclivité de la ligne du projet

1) Déclivité
On appelle déclivité d’une route, la tangente des segments de profil en long avec

l’horizontal .Elle prend le nom de pente pour les descentes et rampe pour les

montées.

1/1- Déclivité minimale


Dans les tronçons de route absolument horizontaux ou le palier, pour la raison

d’écoulement des eaux pluviales car la pente transversale seule ne suffit pas,

donc les eaux vont s’évacuent longitudinalement à l’aide des canalisations ayant

des déclivités suffisantes leur minimum vaut 0.5% et de préférence 1%.

1-2/ Déclivité maximale


La déclivité maximale est acceptée particulièrement dans les courtes distances

inférieures à 1500m.

Envirennement Facile Moyen Difficile

catégorie E1 E2 E3

CAT 1-2 4% 7% 6%
3 5% 6% 7%
4-5 6% 7% 8%

Pour au projet : Pmax= 8%

68
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

2) Raccordements verticaux
Les changements de déclivités constituent des points particuliers au niveau du

profil en long. a cet effet, le passage d’une déclivité à une autre doit être adouci

par l’aménagement de raccordement parabolique où leur conception est

subordonnée à la prise en considération de la visibilité et du confort.

On distingue donc deux types de raccordement parabolique :

2-1/ Raccordement convexe (angle saillant)


Les rayons minimums admissibles des raccordements paraboliques en angle

saillant sont déterminés à partir de la connaissance de la position de l’œil

humain.

Les conceptions doivent satisfaire aux conditions suivantes :

a- Condition de confort

Lorsque le profil en long comporte une forte courbure convexe, le véhicule subit

une accélération verticale importante, qui modifie sa stabilité et gêne les

usagers.

Pour les chaussées unidirectionnelles, les valeurs retenues pour le rayon minimal

absolu assurent pour un œil placé é à 1.10m de hauteur, la visibilité derrière

l’angle saillant de l’obstacle éventuel de 0.15m cat 1-2 ou 0.20 m cat 3-4-5 a la

distance d’arrêt d(Vr)

Rvm = a .𝒅𝟐𝟏

𝑑1 = 𝑑0 +0.5𝑣𝐵

69
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

4 𝑉𝐵2
𝑑0 = . 𝐼
1000 𝐹𝐿
100

0.39+0.36
FL =
2

I = 4 % pente max (cat 1-2)

a = 0.24 pour les catégories 1et 2

a = 0.22 pour les catégories 3, 4 et 5

d : la distance d’arrêt

Rvmin ≥ 0, 30 V2 (cat 1-2).

Rvmin ≥ 0, 23 V2 (cat 3-4-5).

Dans le cas d’une route unidirectionnelle (B40) :

Min-absolu RVm1 2500

Min-normal RVn1 6000

Application au projet : pour une route bidirectionnelle et de C4, E3, et

VB= 60Km/h nous avons les rayons suivants :

Rayon Symbole Valeur

Min-absolu RVm1 1300 m

Min- normal RVN1 3500 m

Dépassement RVD 5000 m

70
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

b- Condition de visibilité

Elle intervient seulement dans les raccordements des points hauts comme

condition supplémentaire à celle de la condition de confort

Il faut deux véhicules circule en sens opposes puissent s’apercevoir a une

distance double de la distance d’arrêt minimum.

Le rayon de raccordement est donne par la formule suivante

𝒅𝟐
RV=𝟐(𝒉
𝟎 +𝒉𝟏 𝟐∗√𝒉𝟎+𝒉𝟏 )

d : Distance d’arrêt (m).


h0 : Hauteur de l’œil (m).
h1 : Hauteur de l’obstacle (m).
Distance de visibilité et de manœuvre de dépassement dmd (Bidirectionnelle)

RVm2 = b.dmd2

b = 0.11 → 𝐶1 . 𝐶2 , b = 0.09 → 𝐶3 . 𝐶4 . 𝐶5

RVd = b.(dm)2

71
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

dm = 4 .VB

0.09. (4*60)2

Le tableau ci-dessous pour toute catégorie

V(km/h) 40 60 80 100 120

Distance de visibilité de dépassement


Minimale dm (m) 150 250 325 425 550

Normale dn (m) 250 350 500 625 800

Distance de visibilité de manœuvre de

dépassement dmd (m) 70 120 200 300 425

2-2/ Raccordements concaves (angle rentrant)

Dans le cas de raccordement dans les points bas, la visibilité diurne n’est pas

déterminante, plutôt c’est pendant la nuit qu’on doit s’assurer que les phares du

véhicule devront éclairer un tronçon suffisamment long pour que le conducteur

puisse percevoir un obstacle, la visibilité est assurer pour un rayon satisfaisant la

relation :

𝑑12
Rv'm=
1.5+0.035𝑑1

V > 80 Km/h → 𝐶1 . 𝐶2

72
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

V > 60 Km/h → 𝐶3 . 𝐶4 . 𝐶5

RV’m = C * 𝑉𝐵2

C = 0.3 → 𝐶1 . 𝐶2

C = 0.23 → 𝐶3 . 𝐶4 . 𝐶5

Dans le cas d’une route unidirectionnelle (B40) :

Min-absolu RV’m 2400

Min-normal RV’n 3000

Application au projet : pour une route bidirectionnelle et de C4, E3, et

VB= 60Km/h nous avons les rayons suivants :

Rayon Symbole Valeur

Min-absolu R’ Vm 1100 m

Min -normal R’VN 1600 m

73
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

Profil en travers :

Définition :

En conception routière, le profil en travers d'une route est représenté par une

coupe Perpendiculaire à l’axe de la route de la surface définie par l’ensemble

des points.

1) Les éléments constituant un profil en travers type

Le profil en travers se constitue des éléments suivants :

La chaussée: désigne la partie de la voie publique aménagée pour la circulation

des véhicules en général. La largeur maximale des véhicules étant de 2,50 m,

cette largeur constitue un minimum pour celle des voies.

Plateforme: C’est la surface de la route située entre les fossés ou les crêtes des

talus de remblais, comprenant la chaussée et les accotements, éventuellement les

terre-pleins et les bandes d’arrêts.

74
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

L’assiette: C’est la surface de la route délimitée par les terrassements.

L’emprise: C’est la surface du terrain naturel affectée à la route et à ses

dépendances (talus, Chemins de désenclavement, exutoires, etc.…) limitée par

le domaine public.

Les accotements: les accotements sont les zones latérales de la plateforme qui

bordent extérieurement la chaussée, ils peuvent être dérasés ou surélevés.

Ils comportent généralement les éléments suivants :

► Une bande de guidage.

► Une bande d’arrêt.

► Une berme extérieure.

Terre-plein central : Il s’étend entre les limites géométriques intérieures des

chaussées.il comprend :

► Les sur largeurs de chaussée (bande de guidage)

► Une partie centrale engazonnée, stabilisée ou revêtue

La berme : Elle participe aux dégagements visuels et supporte des équipements

(barrières de sécurité, signalisations..). Sa largeur qui dépend tout de l’espace

nécessaire au fonctionnement du type de barrière de sécurité à mettre en place.

Le fossé : C’est un ouvrage hydraulique destiné à recevoir les eaux de

ruissellement provenant de la route et des talus et les eaux de pluie.

75
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

2) Classification du profil en travers

Ils existent deux types de profil en travers :

1) profil en travers type

Le profil en travers type est une pièce de base dessinée dans les projets de

nouvelles routes ou l’aménagement de routes existantes. Il contient tous les

éléments constructifs de la future route, dans toutes les situations (remblais,

déblais ou mixte).

L’application du profil en travers type sur le profil correspondant du terrain en

respectant la cote du projet permet le calcul de l’avant mètre des terrassements.

76
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

2) profil en travers courant

Le profil en travers courant est une pièce de base dessinée dans les projets à une

distances régulières (10, 15, 20,25m…).qui servent à calculer les cubatures.

Profil en travers mixte

Profil en travers remblais

77
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

Profil en travers déblais

Application au projet :

Le profil en travers type retenu pour l’évitement sera composé de :

Chaussée : (2 × 3,5m)=7m

Accotement : 2m × 2 = 4m

Plateforme: = 11 (m).

Fossé en béton trapézoïdale : 0.5*0.5*05

Pente des talus déblais: 3/2

Pente des talus de remblais : 3/2

78
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

3) Corps de chaussée :

Définition

- Le corps de chaussée c’est l’ensemble des couches de matériaux


rapportées sur un terrain naturel pour permettre la circulation de
véhicules.
- C’est la partie de la route destinée à la circulation des véhicules.
Classification des chaussées :

On distingue trois types des chaussées :

Les chaussées souples, les chaussées semi- rigides et les chaussées rigides. Pour
notre cas on va discuter sur les chaussées souples.

1) Chaussée souple :

Dans une chaussée souple, on distingue, en partant du haut vers le bas, les

couches Suivantes:

-La couche de surface ou couche de roulement.


-La couche de base.
-La couche de fondation.
-La couche de forme.

79
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

2) La couche de surface:

Elle est constituée d’un matériau traité au liant hydrocarboné qui doit résister

aux Efforts tangentiels des pneus et assurer l’adhérence et l’imperméabilisation

de la Chaussée. Elle est composé généralement en :

- Couche de roulement : en enrobés denses en béton bitumineux.

- Couche de liaison : d’assurer une transition, avec les couches inférieures.

3) La couche de base:

Elle a pour objectif de résister aux efforts verticaux et de répartir sur le terrain

les Pressions qui en résultent. Elle est constituée d’un matériau non traité (ou

traité) de bonnes caractéristiques mécaniques.

4) La couche de fondation :

La couche de fondation constitue avec la couche de base le corps de chaussée.

Son rôle est identique à celui de la couche de base, mais elle est constituée d’un

matériau non traité de moindre qualité et de coût.

80
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

5) La couche de forme :

La couche de forme est la surface de terrain préparée, sur laquelle est édifiée la

chaussée.

Dans certains cas, on peut avoir intérêt à remplacer sur une certaine épaisseur le

sol naturel par un sol meilleur sélectionné à cet effet. On constitue ainsi une

couche de forme qui améliore la portance du sol support en permettant entre

autres la circulation d’engins de chantiers.

L’épaisseur de la couche de forme est en général entre 40 et 70 cm.

4) Dimensionnement du corps de chaussée :

Le dimensionnement d’une structure de chaussées consiste à satisfaire à moindre

coût et dans des bonnes conditions de confort et de sécurité, des objectifs (durée

de vie souhaitée de l’ouvrage) sous un certain nombre de paramètre (trafic,

climat, matériaux locaux et politiques d’entretien). Pour cela la qualité de la

construction des chaussées, passe d’abord par une bonne reconnaissance du sol

support et un choix judicieux des matériaux a utilisé, lui permettant de résister

aux agressions des agents extérieurs (L’environnement de la route et le climat

essentiellement), et aux surcharges d’exploitations (trafic).

a) Classe du sol

Le classement des sols se fait en fonction de l’indice CBR mesuré sur éprouvette

compactée à la teneur en eau optimale de Proctor modifié et à la densité

81
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

maximale correspondante. Après immersion de quatre jours, le classement sera

fait en respectant les seuils suivants:

Classe de sol Indice C.B.R

S1 25-40

S2 10-25

S3 05-10

S4 <05

Tableau de classe de sols

b) Méthodes de dimensionnement :

La méthode la plus utilisé en Algérie est la méthode CBR

Méthode C.B.R (California)

C’est une méthode semi empirique qui se base sur un essai de poinçonnement

sur un échantillon du sol support en compactant les éprouvettes de (90° à 100°)

de l’optimum Proctor modifié sur une épaisseur d’eau moins de 15cm.

La détermination de l’épaisseur totale du corps de chaussée à mettre en œuvre

s’obtient par l’application de la formule présentée ci-après:

𝑛
100+(√𝑝)(75+50𝑙𝑜𝑔 )
10
e= 𝐼𝐶𝐵𝑅+5

e: épaisseur équivalente

82
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

I: indice CBR (sol support)

n: désigne le nombre journalier de camion de plus 1500 kg à vide P: charge par

roue P = 6.5 t (essieu 13 t)

Log: logarithme décimal

L’épaisseur équivalente est donnée par la relation suivante:

e = a1 x e1 + a2 x e2 + a3 x e3

a1 x e1 : couche de roulement

a2 x e2 : couche de base

Cette épaisseur peut être convertie en plusieurs couches selon la disponibilité

des matériaux et leurs caractéristiques en tenant compte des coefficients

d’équivalence. Pour calcul des épaisseurs, on fixe deux dans les marges

suivantes et on déduit la dernière :

On à :

83
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

c) Coefficient d’équivalence

Tableau : Les coefficients d’équivalence selon type de couche

Matériaux utilises Coefficient d’équivalence

Béton bitumineux ou enrobe dense 2.00

Grave ciment – grave laitier 1.50

Grave bitume 1.60 à 1.70

Grave concassée ou gravier 1.00

Grave roulée – grave sableuse 0.75


T.V.O

Sable ciment 1.00 à 1.20

Sable 0.50

Tuf 0.60 à 0.75

Application au projet :

D’après l’étude de dimensionnement de corps de chaussée nous avons le corps


de chaussée suivants :

Les couches Matériaux Épaisseur

Couche 01 BB 7cm

Couche 02 GB 12cm
Couche 03 GC 20cm

Couche 04 TUF 30 CM

84
Chapitre 03 : Géométrie de projet GEOMETRE TOPOGRAPHE

85
Chapitre 04

L’assainissement

1
Chapitre 04 : L’assainissement GEOMETRE TOPOGRAPHE

Introduction
Lors de la réalisation de la plate-forme de la route, tous les cours d’eau naturelle

qui se trouve sur son passage vont être coupés.

Pour que cette plate-forme ait une longue durée de vie, et pour qu’elle puise

répondre à sa fonction, il faudra assurer une bonne évacuation des eaux

souterraines, et un rétablissement des écoulements naturelle coupé en surface.

1- Définition de l’assainissement routier :

Ensemble des dispositifs constructifs contribuant à assainir la route dans quatre

domaines à savoir :

• la collecte et l’évacuation des eaux superficielles dans l’emprise de la

route

• le rétablissement des écoulements naturels

• la collecte et l’évacuation des eaux internes c’est-à-dire le drainage

• la protection de la ressource en eau.

84
Chapitre 04 : L’assainissement GEOMETRE TOPOGRAPHE

2- Relation assainissement - dimensionnement

Lors de la construction ou du renforcement des chaussées, le

dimensionnement et donc le coût dépendent étroitement de deux

paramètres :

- l'accroissement des contraintes à la base de la couche liée sous l'effet de

la perte de portance du sol, - l'amplitude de la perte de portance du sol

elle-même. La présence d'eau entraîne des épaisseurs de chaussée plus

importantes donc un surcoût à l'investissement.

-Relation assainissement - dégradations

L'examen détaillé des zones d'accumulation d'eau au voisinage

d'une chaussée (buses bouchées, fossés sans exutoires etc.) en relation

avec les déflexions et l'état de la chaussée a dans certains cas permis de

constater une bonne coïncidence entre zones dégradées et problèmes

d'assainissement.

-Relation assainissement – portance :

On remarque souvent que les portances (CBR) estimées du sol sous

chaussée évoluent après les travaux d'assainissement.

3- Objectif de l'assainissement

Trois grands principes doivent toujours être présents à l’esprit lors de l’étude

d’assainissement d’un projet.

85
Chapitre 04 : L’assainissement GEOMETRE TOPOGRAPHE

1. La sécurité de l’usager : il faut éviter l’accumulation d’eau sur la

chaussé (risque d’aquaplanage).

2. La protection de la route : la saturation des dispositifs d’évacuation

des eaux ou le ruissellement trop important peuvent détériorer la route.

3. La protection des milieux récepteurs : le projet routier modifie en

général le régime hydraulique superficiel et parfois interne de la zone

traversée .Il faut veiller aux risque d’inondation et de pollution des

milieux récepteur (cours d’eau, nappes, zones de captage

d’alimentation en eau potable ….)

4- Les types d’ouvrages d’assainissement

On peut citer deux grandes catégories d’ouvrages destinés à l’écoulement des

eaux qui sont:

A- Les réseaux de canalisation longitudinaux

Fossés de pied de talus : un fossé est une structure linéaire creusée pour

drainer, collecter ou faire circuler des eaux.

86
Chapitre 04 : L’assainissement GEOMETRE TOPOGRAPHE

Caniveaux : Dans un système de drainage par caniveaux, une partie de la

tuyauterie souterraine est remplacée par des rigoles d’écoulement apparentes.

L’utilisation de ces caniveaux permet aux précipitations de s’écouler

rapidement.

Fossés de crête : C’est un outil construit à fin de prévenir l’érosion du terrain

ou cours des pluies.

87
Chapitre 04 : L’assainissement GEOMETRE TOPOGRAPHE

B- Les réseaux de canalisation transversale :

Le rétablissement des écoulements naturels sans danger ni pour la route ni

pour l’usager.il faut établir les traversées des eaux collectées.

Buses : Ce sont des petits ouvrages hydrauliques qui permettent à l’eau de

franchir la route, en passant au-dessous de celle-ci. Les buses sont de forme

circulaire, en béton armé ou en métal.

88
Chapitre 04 : L’assainissement GEOMETRE TOPOGRAPHE

Dalot : les dalots sont de forme rectangulaire, cadres ou portiques, également

en béton armé.

Décente d’eau : Elle draine l’eau collectée sur les fossés de crêts, les

eaux de ruissellement de la chaussée sont évacuées par des descentes

d'eau. Elles sont espacées généralement tous les 50 m

89
Chapitre 04 : L’assainissement GEOMETRE TOPOGRAPHE

Pont : Un pont est une construction qui permet de franchir un obstacle naturel

ou artificiel (dépression, cours d'eau, voie de communication, vallée, ravin,

canyon) en passant par-dessus. Le franchissement supporte le passage

d'humains et de véhicules dans le cas d'un pont routier. Des passages construits

ou « réservés » dans un milieu aménagé, pour permettre aux espèces animales,

végétales, fongiques. De traverser des obstacles construits par l'être humain ou

résultant de ses activités. Les ponts font partie de la famille des ouvrages d'art.

Leur construction relève du génie civil.

90
Chapitre 04 : L’assainissement GEOMETRE TOPOGRAPHE

Application au projet :

Assainissement longitudinal :
Nous avons utilisé
- fossés bétonnés de diamètre 0.5m x 0.5m x 0.5m

- semi caniveau de dimension de 0.10m x 0.25m x L

- Fossés de crête de 0.3m x 0.7m x 0.3m

Assainissement transversal :

PK TYPE DIMENSIONS LONGUEUR

0+250- buse ø1000 12.5M

Du 2+300- Descente d’eau 0.6*0.5*0.08 /


au 1+200
3+100 buse ø1000 12.5M

91
92
Chapitre 05 : Les cubatures GEOMETRE TOPOGRAOHE

Introduction
Les cubatures sont les calculs effectuées pour avoir les volumes des

terrassements existants dans notre projet, les cubatures sont fastidieuses mais il

existe plusieurs méthodes de calcul des cubatures qui simplifie le calcul.

Le travail consiste à calculer les surfaces SD (surface déblai) et SR (surface

remblai) pour chaque profil en travers, en suite on les soustrait pour trouver la

section pour notre projet.

1. Méthodes de calcul des cubatures


Le calcul des cubatures est généralement difficile et compliqué mais il
existe plusieurs méthodes qui le simplifient.

• Les calcule de cubature se fait a l’aide de plusieurs méthode selon le type


de projet (route – bâtiment – assainissement ou terrassement en surface)

❖ On distingue plusieurs méthodes qui sont :

a) Méthode moyennes des aires :


Cette méthode et désigné pour les projets linéaires d’une largeur uniforme
comme (projets routier, voie Ferrées, tunnel…. )
La méthode consiste a calculé les surfaces SD et SR pour chaque profil en
travers, en suite on les soustrait pour trouver la section pour le projet.

93
Chapitre 05 : Les cubatures GEOMETRE TOPOGRAOHE

TN : TerrainNaturelle.
SD : SurfaceDéblai.
SR : SurfaceRemblai

On calcule séparément les volumes des tronçons compris entre deux profils en

travers successifs en utilisant la formule des trois niveaux:

𝐿
V= (S1+S2 +4*SMOY)
6

94
Chapitre 05 : Les cubatures GEOMETRE TOPOGRAOHE

Avec :

▪ PF: profil fictive, surface nulle.


▪ Si: surface de profil en travers Pi.
▪ Li : distance entre ces deux profils.

SMOY: surface intermédiaire (surface parallèle et à mi-distance Li)

Pour éviter des calculs très long, on simplifie cette formule en considérant comme

très voisines les deux expressions SMOY et (S1+S2)/2

𝐿
Vi= 2𝑖 × (𝑆𝑖 + 𝑆𝑖+1 )

Donc les volumes seront :

𝑳
Entre P1 et P2 : V1= 𝟏 × (𝑺𝟏 + 𝑺𝟐 )
𝟐

𝑳
Entre P1 et Pf : V2= 𝟐 × (𝑺𝟐 + 𝟎)
𝟐

𝑳
Entre Pf et P3 : V3= 𝟑 × (𝟎 + 𝑺𝟑 )
𝟐

95
Chapitre 05 : Les cubatures GEOMETRE TOPOGRAOHE

𝑳
Entre P3 et P4 : V4= 𝟒 × (𝑺𝟑 + 𝑺𝟒 )
𝟐

En additionnant membres à membre ces expressions on a le volume total des

terrassements :

𝐿1 𝐿1 +𝐿2 𝐿2 +𝐿3 𝐿3 +𝐿4 𝐿4


V= 𝑆1 + 𝑆2 + 0+ 𝑆3 + 𝑆4
2 2 2 2 2

b) Calcul de cubatures par MNT (modèle numérique terrain) Covadis

Cette méthode et désigné généralement pour les projets de grand surface

que ne contiennent pas un axe (bâtiments, barrage, décharge publique…..)

Les cubatures sont calculées par prismes ou par profils.

La méthode des prismes permet de comparer des modèles numériques entre eux

lors d'un suivi de carrière par exemple, ou de comparer un modèle numérique à

un plan horizontal pour le calcul d'un bassin. Les zones de déblais et de remblais

sont automatiquement délimitées et coloriées.

Le calcul par prisme permet de limiter la zone à traiter par un contour

d’emprise et d’équilibrer les mouvements de terre. Le listing récapitulatif

mentionne les volumes corrigés en tenant compte du compactage et du

foisonnement, ainsi que le déplacement en altitude correspondant à

l’équilibrage.

96
Chapitre 05 : Les cubatures GEOMETRE TOPOGRAOHE

La méthode des profils permet notamment le contrôle des volumes lors de

travaux de terrassement. Le cahier des profils et le tableau récapitulatif des

calculs sont mis

c) méthode linéaire :

C’est la méthode classique. Les sections et les largeurs sont multipliées par la

longueur d’application pour obtenir les volumes et les surfaces. Cette méthode

ne prend pas en compte la courbure du projet donc les résultats sont identiques

quel que soit le tracé en plan.

Pour calculer le volume de la Couche de roulement

longueurs x largeurs x épaisseurs équivalente x densités = …ton

La Densité calculée au niveau de laboratoire

Pour calculer le volume de la Couche de forme, base et accotement

longueurs x largeurs x épaisseurs équivalente = …M3

97
Chapitre 05 : Les cubatures GEOMETRE TOPOGRAOHE

1) Application au projet : pour le corps de chaussé

D’après les études géotechnique et les calculs de trafic on a opté un corps de

chaussée de : 69 cm d’épaisseur. C.a.d : 7 BB, 12GB, 20GC, 30TUF.

Et nous avons utilisé la méthode linéaire pour le calcul des cubatures de corps de

chaussée.

7 cm BB

12 cm GB

20cm GC

30cm TUF

Axe a :

N° ABSCISSE FORME BASE CHAUSSEE ACCOTE

PROF CURVILIGN VOLUME VOLUME VOLUME VOLUME

1 0.000 9.4 6.3 2.2 38.1

2 8.973 26.2 17.5 6.1 103.3

3 25.000 30.3 20.2 7.1 103.3

4 37.802 26.2 17.5 6.1 92.5

5 50.000 39.1 26.0 9.1 161.7

6 75.000 38.4 25.6 9.0 154.4

98
Chapitre 05 : Les cubatures GEOMETRE TOPOGRAOHE

7 86.578 26.2 17.5 6.1 107.5

8 100.000 40.3 26.9 9.4 142.0

9 125.000 52.5 35.0 12.2 193.3

10 150.000 52.5 35.0 12.2 193.3

11 175.000 52.5 35.0 12.2 193.3

12 200.000 52.5 35.0 12.2 193.3

13 225.000 52.5 35.0 12.2 193.3

14 250.000 31.0 20.7 7.2 114.3

15 254.552 26.2 17.5 6.1 97.2

16 275.000 47.7 31.8 11.1 193.4

17 300.000 32.2 21.5 7.5 125.0

18 305.690 26.2 17.5 6.1 107.4

19 325.000 46.5 31.0 10.9 170.5

20 350.000 52.5 35.0 12.2 193.9

21 375.000 46.4 30.9 10.8 168.3

22 394.203 26.2 17.5 6.1 97.1

23 400.000 32.3 21.6 7.5 133.9

24 425.000 52.5 35.0 12.2 217.4

25 450.000 52.5 35.0 12.2 213.8

26 475.000 52.5 35.0 12.2 110.1

27 500.000 52.5 35.0 12.2 217.4

99
Chapitre 05 : Les cubatures GEOMETRE TOPOGRAOHE

28 525.000 30.1 20.1 7.0 63.2

29 528.691 3.9 2.6 0.9 16.2

1110 740 259 4109

Axe b :

N° ABSCISSE FORME BASE CHAUSSEE ACCOTE

PROF CURVILIGN VOLUME VOLUME VOLUME VOLUME

1 0.000 0.9 0.6 0.2 19.3

2 25.000 22.7 15.1 5.3 38.7

3 50.000 13.8 9.2 3.2 16.8

4 51.202 8.6 5.7 2.0 9.0

5 67.815 25.0 16.7 5.8 31.7

6 75.000 31.2 20.8 7.3 42.3

7 97.571 26.2 17.5 6.1 39.9

8 100.000 28.8 19.2 6.7 39.9

9 125.000 45.2 30.1 10.5 62.6

10 143.040 26.2 17.5 6.1 36.5

11 150.000 33.6 22.4 7.8 51.1

12 175.000 52.5 35.0 12.2 79.9

13 200.000 52.5 35.0 12.2 78.7

100
Chapitre 05 : Les cubatures GEOMETRE TOPOGRAOHE

14 225.000 48.5 32.4 11.3 70.2

15 246.225 26.2 17.5 6.1 39.1

16 250.000 30.2 20.1 7.0 37.3

17 275.000 52.5 35.0 12.2 71.5

18 300.000 33.1 22.1 7.7 45.8

19 306.528 26.2 17.5 6.1 35.5

20 325.000 30.9 20.6 7.2 44.6

21 336.004 26.2 17.5 6.1 39.2

22 350.000 40.9 27.3 9.6 54.9

23 375.000 52.5 35.0 12.2 70.5

24 400.000 36.6 24.4 8.5 49.1

25 409.868 10.7 7.2 2.5 14.4

26 410.237 0.4 0.3 0.1 0.6

782 522 183 1119

2) Application au projet:

Dans notre projet, le calcul est fait par la méthode de moyen des aires a partir

de logiciel Piste 5.06

Les résultats détaillés sont rassemblés dans le tableau cet-dessous.

101
Chapitre 05 : Les cubatures GEOMETRE TOPOGRAOHE

L’objectif fixé est de réduire au maximum la différence entre les volumes de

déblais et remblais.

Volume terrassement axe a

N° ABSCISSE REMBLAI DEBLAI


PROF CURVILIGN VOLUME VOLUME

1 0.000 0.0 62.2


2 8.973 0.0 215.9
3 25.000 0.0 215.9
4 37.802 0.0 93.7
5 50.000 16.8 67.2
6 75.000 105.3 13.7
7 86.578 89.8 5.7
8 100.000 158.8 31.2
9 125.000 174.5 99.7
10 150.000 212.7 194.8
11 175.000 185.9 331.1
12 200.000 191.6 307.4
13 225.000 174.9 250.1
14 250.000 106.9 109.3
15 254.552 58.1 97.5
16 275.000 13.4 217.4
17 300.000 0.0 158.9
18 305.690 0.9 137.1
19 325.000 2.5 212.1
20 350.000 37.1 236.5
21 375.000 0.0 261.0
22 394.203 25.6 117.1

102
Chapitre 05 : Les cubatures GEOMETRE TOPOGRAOHE

23 400.000 3.9 166.7


24 425.000 44.6 197.3
25 450.000 157.6 18.8
26 475.000 46.7 2.7
27 500.000 140.3 107.2
28 525.000 132.2 0.0
29 528.691 10.8 0.0

2091 3928

Volumes terrassement axe b


N° ABSCISSE REMBLAI DEBLAI
PROF CURVILIGN VOLUME VOLUME
1 0.000 0.0 42.6
2 25.000 0.0 153.1
3 50.000 0.0 37.7
4 51.202 0.0 21.8
5 67.815 0.0 37.2
6 75.000 0.0 49.2
7 97.571 29.4 0.0
8 100.000 88.4 0.0
9 125.000 739.7 0.0
10 143.040 567.7 0.0
11 150.000 699.2 0.0
12 175.000 1188.1 0.0
13 200.000 393.5 0.0
14 225.000 175.4 79.1
15 246.225 12.0 84.1
16 250.000 0.0 105.4
17 275.000 0.0 382.9

103
Chapitre 05 : Les cubatures GEOMETRE TOPOGRAOHE

18 300.000 0.0 174.3


19 306.528 0.0 105.2
20 325.000 0.0 128.5
21 336.004 31.2 97.7
22 350.000 0.0 457.7
23 375.000 0.0 569.6
24 400.000 0.0 276.5
25 409.868 0.0 340.0
26 410.237 0.0 14.3
3925 3157

104
105
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

Introduction

La réalisation de tout ouvrage de génie civil nécessite la maîtrise de plusieurs

opérations faisant intervenir plusieurs spécialités.

L’architecte en qualité de chef d’orchestre dans le projet de construction, doit

obligatoirement non seulement connaître toutes ces opérations dans les moindres

détails, mais aussi l’ordre chronologique ou elles interviennent .Et c’est dans ce

cas et uniquement dans ce cas qu’on parera de l’art de construire.

En bref, un projet de construction ne se restreint pas en un ensemble d’idées ou

d’expressions architecturales reproduite sur plans mais doit s’étendre jusqu’au

chantier.

106
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

1. Définition de l’implantation

L’implantation est l’opération qui consiste à reporter sur le terrain, suivant les

indications d’un plan, la position de bâtiments, d’axes ou de points isolés dans

un but de construction ou de repérage. La plupart des tracés d’implantation sont

constitués de droites, de courbes et de points isolés.

2. Les instruments utilisés pour l’implantation

Les instruments utilisés doivent permettre de positionner des alignements ou des

points : théodolites, équerres optiques, rubans, niveaux, etc.

-L’instrument choisi dépend de la précision cherchée, elle-même fonction du

type d’ouvrage à implanter : précision millimétrique pour des fondations

spéciales, centimétrique pour des ouvrages courants, décimétriques pour des

terrassements, etc.

Matériel à visée optique appelé tachéomètre ou station totale

107
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

Le tachéomètre est un théodolite, mesurant en plus les distances.

La mesure des distances se fait grâce à un télémètre à visée infrarouge intégré

dans le tachéomètre. La mesure se fait à l’aide d’un prisme réflecteur, placé à la

verticale du point que l’on souhaite mesurer à l’aide d’une nivelle sphérique.

La mesure peut être effectuée au laser avec le même système réflecteur, et

même sans réflecteur, ce qui permet de collecter des mesures de points

inaccessibles.

Un théodolite est un appareil servant à mesurer les angles horizontaux et

verticaux pour déterminer des directions. Il est composé d’une lunette montée

sur les deux axes vertical et horizontal. Chacun des axes est équipé d’un cercle

gradué permettant les lectures des angles. Le théodolite se pose sur un support

et doit être calé sur le plan horizontal à l’aide des nivelles. Il est souvent placé

sur un trépied, et à la verticale exacte d’un point connu en coordonnées.

L’ensemble de cette phase d’utilisation se nomme « la mise en station »

108
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

Les parties qui le constituent :

Le cercle horizontal (ou limbe) est la graduation du théodolite sur laquelle

l’opérateur lit les angles horizontaux. Il est lié au socle de l’appareil mais peut

aussi pivoter sur lui- même de manière à régler le zéro des graduations sur une

direction donnée.

Les graduations sont croissantes de 0 à 400 gon dans le sens horaire.

Après la mise en station du théodolite, ce cercle est horizontal, ce qui explique

que les angles lus soient des angles projetés sur le plan horizontal et appelés

angle horizontaux (ou azimutaux), notés Hz.

109
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

- Pour notre projet on a utilisé la station total TS12

PRESENTATION DE LA STATION TOTALE TS12

- Mode distance mètre le plus performant :

- Avec le système "EDM Pin Point", la station robotique LEICA TS12 offre un

équilibre parfait entre portée, précision, fiabilité, visibilité et taille du pointeur,

et temps de mesure.

- Fonction "Poursuite automatique" très efficace :

- Grâce aux années d'expérience dans le domaine de la topographie, LEICA

développé ses outils avec des fonctionnalités de plus en plus puissante. La station

robotisée LEICA TS12 dispose du mode de recherche de prisme le plus élaboré

à ce jour, le mode "PowerSearch". Le verrouillage se fait en quelques secondes.

110
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

- Carnet de terrain CS10 :

- Le carnet LEICA CS10 se connecte de façon rapide et sécurisé à la station grâce

à la technologie "Intenna". Il est robuste, ergonomique et très léger par rapport

à ses concurents.

- Logiciel SmartWorx Viva LT:

- Ce logiciel dispose d'une interface claire et facile d'utilisation.

- La partie système tout automatique de la station totale LEICA TS12 vous permet

de gérer l'ensemble des fonctionnalités utiles pour un topographe sans

connaissance particulière. Vous serez rapidement autonome grâce à ce nouveau

procédé électronique.

111
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

3. Techniques et outils utilisés

I. Implantations d’alignements

Un alignement est une droite passant par deux points matérialisés au sol.

A- Tracer une perpendiculaire à un alignement existant

1) Au ruban

a) Triangle isocèle

On cherche à tracer la perpendiculaire à l’alignement AB passant par C

Pour cela, on utilise les propriétés du triangle isocèle ou du triangle rectangle.

112
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

Soit deux points D et E situés à une égale distance de part et d’autre de C ; tout

point P situé sur la perpendiculaire est équidistant de D et de E ; on construit un

triangle isocèle DPE.

Pratiquement, si l’on dispose d’un ruban de 30 m, un aide maintient l’origine du

ruban en D, un autre aide maintient l’extrémité du ruban en E et l’opérateur joint

les graduations 13 m et 17 m, ou 14 m et 16 m, etc.

Si l’on ne dispose que d’un seul aide, on peut marquer au sol un arc de cercle

de centre D et de rayon R m et prendre l’intersection avec un arc de cercle de

même rayon centré en E

Le contrôle est effectué en vérifiant que BP² = BC² + CP².

b) Triangle rectangle

Si l’on positionne un point D sur AB à 3 m de C, un point P de la

perpendiculaire sera distant de 4 m de C et de 5 m de D. Cette méthode est aussi

appelée « méthode du 3-4-5 ». Elle s’applique aussi pour des longueurs

quelconques (d’autres suites de chiffres possibles 10²= 8² + 6², 15² = 12²+ 9²,

etc. multiples de 3, 4 et 5).

Pratiquement, si l’on dispose d’un ruban de 30 m, un aide maintient l’origine du

ruban en D, un autre aide maintient l’extrémité du ruban en C et l’opérateur

maintient ensemble les graduations 5 m et 26 m du ruban. Si l’on ne dispose que

113
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

d’un seul aide, on peut marquer au sol un arc de cercle de centre D et de 5 m de

rayon et prendre l’intersection avec un arc de cercle de 4 m de rayon centré en C

On contrôlera que AP2 = AC2 + CP2

2) Avec une équerre optique

114
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

a) Mener une perpendiculaire depuis un point C de l’alignement AB :

On place un jalon en A et en B. L’opérateur se place à la verticale du point C

avec l’équerre optique et aligne visuellement les jalons de A et B dans l’équerre.

Ensuite, il guide le déplacement d’un troisième jalon tenu par un aide jusqu’à ce

que l’image de ce jalon soit alignée avec les deux premiers. L’aide pose alors

son jalon et obtient un point P de la perpendiculaire

b) Abaisser une perpendiculaire depuis un point C extérieur à AB :

On dispose trois jalons sur A, B et C. L’opérateur se positionne au moyen de

l’équerre sur l’alignement AB en alignant les images des deux jalons de A et B

puis se déplace le long de AB jusqu’à aligner le troisième jalon avec les deux

premiers. Lorsque l’alignement est réalisé, il pose la canne à plomber et

marque le point P, pied de la perpendiculaire à AB passant par C.

115
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

L’équerre optique peut s’utiliser en terrain accidenté et donne des résultats

d’autant plus précis que les points sont plus éloignés.

3) Avec un théodolite ou un niveau équipé d’un cerclehorizontal :

Si le point donné c’est sur l’alignement AB, il suffit de stationner C, de viser A

(ou B) et de pivoter l’appareil de 100 grad (ou 300 grad).

116
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

Si le point C est extérieur à l’alignement AB :


- construire une perpendiculaire d’essai en stationnant un point M de l’alignement

AB, choisi à vue proche de la perpendiculaire cherchée. L’opérateur mesure la

distance d séparant la perpendiculaire d’essai et le point C et construit le point

P sur AB en se décalant de la même distance d. Il obtient une précision

acceptable en répétant l’opération deux ou troisfois.

- stationner en B (ou en A) et de mesurer l’angle α = CBA. Il faut ensuite

stationner sur C et implanter la perpendiculaire à AB en ouvrant d’un angle de

100 – α depuis B. Il reste à construire l’intersection entre l’alignement AB et la

perpendiculaire issue deC.

117
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

On contrôlera que AC² = AP² + PC²

- placer un point E au milieu de AB puis stationner en C et mesurer les angles

α1 et α2. On en déduit l’angle α à ouvrir sur le théodolite pour obtenir la

direction perpendiculaire à AB en résolvant l’équation suivante

cos (𝑎1 +𝑎2 +𝑎) 𝑠𝑖𝑛𝑎1


=
cos 𝑎 𝑠𝑖𝑛𝑎2

L’inconvénient de cette méthode est que la résolution de cette équation ne peut

s’effectuer que par approximations successives.

118
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

B- Tracer une parallèle à un alignement existant:


Étant donné un alignement AB, on cherche à construire une parallèle à AB

passant par un point C ou à une distance d donnée de AB : le point C est alors

positionné sur une perpendiculaire située à une distance d de l’alignement AB.

C- Tracé de deux perpendiculaires:

L’opérateur construit au moyen d’une des méthodes traitées le point P, pied de

la perpendiculaire à AB passant par C, puis la perpendiculaire à CP passant par

C : cette dernière est parallèle à AB.

119
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

Parallélogramme

Les diagonales d’un parallélogramme se coupent en leur milieu. On peut utiliser

ce principe et construire le point D au milieu de l’alignement CA.

On construit ensuite le point E en prolongeant DB (DB =DE). La droite CE est

parallèle à AB puisque ABCE est un parallélogramme.

D- Tracer d’un alignement sécant à un alignement existant:

120
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

On cherche à implanter l’alignement CD faisant un angle a avec l’alignement

AB et situé à une distance h de A.

1 - Si l’on dispose d’un théodolite et que le point S est accessible, on prolonge

AB jusqu’à S en reportant SA = h / sin α, puis on stationne S et on ouvre de

l’angle (400 – a) depuis la direction SA vers SA’

Après avoir construit A’, on contrôlera que AA’ = h.

121
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

2 - Si l’on ne dispose que d’un ruban, on peut procéder comme suit : construire

la perpendiculaire à AB issue de A et implanter E à la distance AE = h / cosα

de A ; mesurer la distance AB = d et implanter F sur la perpendiculaire à AB

issue de B à la distance BF= AE + d.tanα. On obtient l’alignement EF cherché.

II. Implantation de points en planimétrie

Pour tout chantier, il est indispensable de disposer de points de référence en

planimétrie. Ces points permettent l’implantation des travaux et le contrôle

de leur avancement. Ils doivent être matérialisés par des bornes ou des

repères durables situés à proximité immédiate du chantier, mais hors de

l’emprise des travaux.

a) Par abscisses et ordonnées

Cette méthode est utilisable si l’on ne dispose que d’un ruban en terrain

régulier et à peu près horizontal ou d’une équerre optique en terrain

accidenté.

122
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

À partir d’un alignement de référence AB, on implante un point P à partir de

ses coordonnées rectangulaires dans le repère (A, x, y), l’axe des x étant la

ligne AB ; on reporte la cote xp sur AB (point H) puis on trace la

perpendiculaire à AB passant par H et on y reporte la cote yp.

On contrôle que AP2 = XP2 + YP2.

b) Par rayonnement

Ce procédé est adapté aux théodolites. On connaît les coordonnées polaires

topographiques d’un point P dans le repère (A, x, y), y étant un alignement

AB donné.

Les coordonnées polaires topographiques sont, dans l’ordre, la distance

horizontale Dh = AP et l’angle a = BAP positif en sens horaire

123
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

Attention : si l’on dispose des coordonnées polaires mathématiques

(Dh, θ), il faut implanter l’angle (100 – θ) depuis l’axe y.

Si l’on ne dispose pas d’un théodolite, on implante l’angle α par des

mesures linéaires et on reporte la distance Dh sur l’alignement AP.

Veillez à tenir compte de la dénivelée en terrain incliné : on reporte la

distance suivant la pente Dp = √𝐷ℎ2 + ∆𝐻2

Si l’on dispose d’un théodolite et d’un ruban en terrain régulier et à peu

près horizontal, l’opérateur stationne le théodolite en A et positionne le

zéro du cercle horizontal sur AB.

Il ouvre ensuite de l’angle α depuis B et positionne P à la distance

horizontale Dh de A.

Le contrôle est effectué en calculant BP et en vérifiant cette cote sur le

terrain. BP est calculée par résolution du triangle ABP dans lequel on

connaît AB, AP et α.

124
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

On réalise l’implantation directe du point P si l’on peut tendre le ruban

entre A et P : l’opérateur maintient l’origine du ruban sur le point de station

par l’intermédiaire d’un clou ou bien il le maintien au pied et aligne un aide

dans la direction a. L’aide place le point à la distance Dh de la station. Si le

point P est hors d’atteinte du ruban, on peut implanter deux points de

l’alignement autour de P et s'appuyer sur ces points pour tendre le ruban et

positionner P.

L’opérateur en station en A guide un aide tenant le miroir : il l’aligne

d’abord dans la direction AP puis effectue une première lecture de la

distance station-miroir. Il en déduit la valeur à corriger pour se positionner

sur le point P, déterminé ainsi en quelques approximations.

Il est aussi possible de réaliser cette implantation seul au moyen d’une

station robotisée : l’opérateur stationne l’appareil en A puis se déplace vers

le point P. Il envoie par radio à la station robotisée les coordonnées,

rectangulaires ou polaires, du point à implanter et l’appareil pointe

automatiquement en direction de ce point. L’opérateur déplace alors un

récepteur jusqu’à ce que la station robotisée indique qu’il se situe sur le

point P.

c) Intersection de deux alignements

On cherche à construire le point P matérialisant l’intersection des

alignements AB et CD. Si l’on ne dispose pas d’un théodolite, on peut

utiliser le matériel suivant :


125
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

• Un cordeau : c’est un cordeau permettant de laisser une trace bleu ou

rouge sur un support en béton, en plâtre, etc. Le cordeau est tendu

entre les points matérialisant les alignements dont on laisse la trace

au sol. P est à l’intersection des deux traces.

• des cordeaux ou des fils de fer tendus entre les points définissant les

alignements : les cordeaux sont tendus au-dessus du sol ; l’opérateur

fait coulisser un fil à plomb sur l’un des deux cordeaux jusqu’à

126
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

toucher l’autre cordeau ; le point P cherché est matérialisé par

l’extrémité du fil à plomb. On tiendra compte de l’éventuel décalage

des cordeaux dû à l’épaisseur des jalons

III. Implantation de repères altimétriques

Sur un chantier, des repères altimétriques sont indispensables. On place ainsi sur

le chantier plusieurs bornes ou repères de nivellement qui doivent être répartis

sur l’emprise du chantier et positionnés de sorte qu’ils restent en place pendant

la durée des travaux. Le plus simple est de niveler les points qui servent aussi de

référence en planimétrie. En théorie, un seul repère de nivellement est

nécessaire; dans la pratique, il est préférable d’en implanter plusieurs.

a) Pose d’un trait de niveau

Les repères de nivellement servent d’origine à des cheminements courts ou à des

visées directes permettant de placer des repères d’altitude en cotés entières

appelés traits de niveau.

On les réalise au cordeau sur des murs existants, des piquets, etc.
127
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

Par exemple, pour réaliser l’implantation du trait de niveau 110,00 m sur un mur

existant, on stationne le niveau à mi-distance entre le mur et le repère

altimétrique A le plus proche. On vise une mire en A et l’on en déduit l’altitude

du plan de visée : Hplan de visée = HA + Lmire

Ici, HP = 107,94 + 1,78 = 109,72 m. L’opérateur vise ensuite le mur sur lequel

un aide déplace un mètre de poche jusqu’à ce que l’opérateur lise la graduation

28 cm (110 – 109,72) sur le mètre. L’aide place alors un trait sur le mur.

On répète la dernière opération plus loin et l’on joint les deux repères au cordeau

pour obtenir le trait de niveau.

128
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

b) Nivellement de chaises d’implantation ou de piquets

Il est intéressant de disposer sur tous les piquets un trait de niveau et de régler

les chaises à la même altitude pour éviter ainsi les erreurs dans les reports de

distance dues aux différences d’altitude.

Les piquets (ou les chaises) étant en général sous le plan de visée, on ne peut pas

y poser facilement un mètre de poche.

On nivelle donc le sommet du piquet par un nivellement par rayonnement avec

visée arrière sur un point de référence du chantier et l’on reporte au mètre de

poche le trait de niveau sur le piquet ; s’il s’agit d’une chaise, on répète cette

opération pour les deux piquets et l’on cloue la latte horizontale de la chaise.

129
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

Par exemple, le repère A est à l’altitude HA = 107,94 m ; on place une mire sur

A (LA = 1,78 m) puis sur le piquet P1 (LP1 = 1,66 m). L’altitude de la tête du

piquet est donc HP1 = 107,94 + (1,78 – 1,66) = 108,06 m. On désire placer les

chaises à l’altitude 108,00 m. On trace donc un trait de niveau situé à 6 cm sous

la tête du piquet.

Après avoir fait la même chose pour l’autre piquet, on fixe la latte horizontale de

la chaise.

IV. Raccordement circulaire

Les raccordements circulaires se trouvent principalement dans les projets

routiers mais également dans les bâtiments courants, pour l’implantation de

voiles courbes par exemple ; les exemples choisis sont toutefois essentiellement

issus des raccordements routiers.

Raccordements circulaires simples


Un raccordement circulaire simple est un arc de cercle TT’ tangent à deux

alignements droits ST et ST’. Le point S est le sommet du raccordement ; il est

l’intersection des deux alignements droits. Les alignements étant connus, le

point S ainsi que l’angle g sont connus. T et T’ sont les points de tangence. Deux

cas de figure peuvent se présenter :

130
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

• soit le rayon R de raccordement est connu : il est choisi lors du projet et

dépend de la catégorie de la route.

• soit on impose un point de passage P pour ce raccordement, le

franchissement d’un obstacle, rivière ou chemin de fer.

4. Les Documents nécessaires pour l'implantation :

Il est clair que pour pouvoir établir une implantation il est impératif de

disposer de documents techniques graphiques et écrits. Parmi ces documents

nous citerons :

a) Pièces graphiques

1) Le plan de situation : Ce plan permet de localiser le terrain à bâtir par

131
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

rapport à des repères fixes tels que rues,boulevards

2) Le plan de masse : Ce plan permet de localiser la construction

projetée et ses abords immédiats:

• propriétés non bâties

• constructions voisines et limites mitoyennes

• zone de recul par rapport à la limite de la propriété publique ou privée

(bande non- -aedificandi).

3) Le plan d’implantation : C’est en réalité un plan de masse reporté sur un

relevé topographique. Le plan topographique étant un plan donnant

l’allure altimétrique du terrain, ce dernier nous permet d’apprécier si le

terrain est plat ou accidenté. Aussi, le plan d’implantation peut parfois

être accompagné par des pièces graphiques annexes telles que :

• Plan d’implantation des plates formes

• Plan de situation des profils

• Les plans détaillés de profils en long et en travers (cotes de niveaux et

cotes projet)

b) Pièces écrites.

Le listing d’implantation : ce document comprend tout les détailles

(coordonnées X, Y, Z) pour chaque point que vous souhaite a implanté.

Le devis descriptif : Ce document précise les différents travaux, les modes

opératoires et les matériaux à utiliser.

132
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

Le quantitatif : Ce document définit quantitativement les surfaces, les

cubatures de déblais, de remblais etc.

Les documents techniques unifiés ainsi que les normes à utiliser.

Les cahiers de prescriptions communes et spéciales

5. Les étapes d'exécution de projet

Avant
Le relevé

Avant le chantier, le géomètre va recueillir l’ensemble des données permettant

de mettre celui-ci en œuvre. Cela passe d’abord par la préparation du relevé,

puis par la réalisation de celui-ci. Enfin, les données collectées permettront

d’établir un plan topographique, et de participer à la conception du projet.

L’avant-projet peut être établi au préalable, depuis les bureaux, sur la base de

documents divers : cartes détaillées, plan cadastral, plans existants… Le

géomètre recherche également les points géodésiques les plus proches : repères

géodésiques et de nivellement.

Puis il se rend sur le terrain pour la phase de reconnaissance. Celle-ci consiste à

venir constater de visu les différences pouvant exister avec les indications

fournies par les cartes, tout en préparant la prise de mesures proprement dite.

Dans ce but, on détermine quelle partie du terrain fera l’objet du relevé, le degré

de précision souhaité, etc. Un ou plusieurs croquis offre une vue générale du site

133
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

choisi, mettant en avant les aspects les plus intéressants du point de vue du

projet en cours.

Le bornage

Le bornage du terrain permet de définir les limites de l’emplacement sur lequel

vous allez construire le projet. Cette procédure peut s’effectuer de plusieurs

manières différentes.

Le bornage du terrain consiste à définir de manière juridique et matérielle la

limite entre deux terrains appartenant à deux propriétaires différents. La

séparation entre les deux terrains est définitive.

Le piquetage

Il s’agit d’une opération d’arpentage effectuée par le géomètre. Le piquetage

permet de situer plus concrètement les bâtiments, canalisations prévus dans le

projet de construction. Le piquetage général correspond aux relevés effectués en

surface, tandis que le piquetage spécial se réfère aux mesures des objets enterrés

comme les canalisations par exemple.

Le géomètre utilise différents outils lors d’un piquetage, comme le tachéomètre,

l’équerrette (équerre de géomètre), le théodolite ou encore le GPS différentiel.

Ce professionnel utilise des piquets pour délimiter les futures constructions sur

un terrain.

134
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

Levé

On passe alors au levé des informations proprement dites. Celles-ci sont le plus

souvent collectées à l’aide d’une station totale qui mesure et enregistre

simultanément les angles et distance sur les points observés.

Les données recueillies durant cette phase doivent l’être avec un soin tout

particulier, car elles serviront de base pour le reste du projet et peuvent même

entraîner des conséquences judiciaires en cas d’erreur.

Après transfert dans un ordinateur, les données sont traitées numériquement et

graphiquement jusqu’au dessin d’un plan d’état des lieux (ou plan

topographique). Puis vient l’étape de conception, au cours de laquelle vont être

rédigés tous les documents nécessaires à la mise en œuvre et au suivi du projet.

À partir de modèles numériques du terrain naturel et du projet, des profils du

terrain (en long, en travers) sont également réalisés, afin notamment de calculer

les volumes de cubature (terrain à déplacer) et les emprises des futurs

équipements (endroits où sont implantés ceux-ci).

Document d’arpentage

L’arpentage est le terme générique qui désigne toutes les actions utiles et

nécessaires pour délimiter et démarquer un terrain et en connaître sa superficie

exacte. Cette méthode de calcul est effectuée seulement par des géomètres.

L’arpentage permet d’établir le plan précis d’un terrain en déterminant les

135
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

limites, l’emplacement du cheminement et des constructions diverses. Après

avoir pris les mesures du terrain, géomètre rédige un document d’arpentage.

Pendant

Implantation

La phase d’implantation consiste à reporter sur le terrain les indications fournies

par le plan projet. Certains points implantés serviront de repères, et devront donc

rester accessibles pendant toute la durée des travaux, ce qui oblige à anticiper les

risques de destruction ou de déplacement qu’ils encourent lors des allées et

venues des engins, du déplacement des terres, etc.

Le guidage

Le guidage d’engins de chantier par le géomètre pour les opérations de

terrassement, sur des matériels tels que les bulldozers, niveleuses, chargeuses

pelleteuses

Après

Récolement

Le récolement consiste à relever ce qui a été réalisé, puis à le comparer avec le

projet initial. Le contrôle peut s’appliquer au décalage horizontal, vertical, à

celui des cubatures, etc. C’est le cahier des charges qui définit les objectifs

initiaux, en indiquant pour chaque cas les tolérances possibles (à tant de

136
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

centimètres près…) En fonction des résultats à l’achèvement du chantier, ceux-

ci peuvent être ou non validés, avec des pénalités éventuelles.

Il s’agit d’une étape évidemment très importante, qui ne peut être réalisée que

par des géomètres indépendants, garants de la précision des mesures effectuées.

6. Principales recommandations à prendre en compte pendant les

travaux

1) Endurance / résistance physique :

Les missions sont variées, les terrains à évaluer le sont tout autant : en intérieur /

extérieur, territoire urbain ou rural, souterrain, aérien, aquatique… Et il n’y a pas

de saison pour ce professionnel qui se doit d’assumer ses obligations par tout

temps. Enfin, le métier implique de nombreux déplacements, plus ou moins

longs.

2) Objets en mouvement et vibrations

Les chantiers de construction évoluent rapidement à mesure que les bâtiments se

transforment. S’il est assez facile d’anticiper les mouvements d’un engin de

construction sur un chantier plat. Cela devient beaucoup plus complexe sur un

chantier qui évolue de jour en jour, voire d’heures en heures.

Les véhicules de ravitaillement, les camions à benne basculante et les

équipements de levage aériens peuvent rendre les manœuvres plus difficiles que

prévu. Vous devez donc garder les yeux bien ouverts pour limiter les risques
137
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

d’accidents sur un chantier.

3) Glissades et chutes

Nous le disions en introduction : la pluie peut faire des ravages sur un chantier.

Il n’est donc pas surprenant que des glissades, des trébuchements et des chutes

se produisent. Il faut Protection de la tête Casque de protection

4) Bruit

Dans le secteur de la construction, le bruit constitue un risque majeur. En effet,

un bruit répétitif et excessif provoque des problèmes auditifs irréversibles à long

terme. En plus de cela, c’est une distraction dangereuse.

5) Travail en hauteur

La construction oblige souvent les ouvriers à travailler en hauteur. Les blessures

et les décès causés par le travail en hauteur représentent de nombreux accidents

138
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

chaque année. Les risques augmentent à mesure que les restrictions de mobilité

entrent en jeu. La formation est un élément essentiel de la sécurité des

travailleurs.

6) Électricité

De nombreux ouvriers de chantiers sont électrocutés chaque année compte tenu

du faible niveau de sécurisation sur certains chantiers. Cette tendance implique

généralement des travailleurs qui ne sont pas des électriciens qualifiés mais qui

effectuent des travaux électriques. Encore une fois, la formation est très

importante pour limiter les risques sur un chantier.

7) Sens du contact, capacité à communiquer et à travailler en équipe

De fait, le géomètre topographe travaille avec et pour de nombreux

interlocuteurs (architectes, urbanistes, professionnels de l’immobilier, élus

locaux, notaires, avocats, chefs de projets, conducteurs de chantiers, chefs

d’équipes, clients, collectivités territoriales…)

7. Application a projet

➢ Méthode d’implantation : On a utilisé les coordonnées X, Y, Z de

l’axe de chaque profil ainsi que leurs extrémités a partir d’un fichier

de tabulation.

➢ Matériel utilisé : l’appareil utilisé dans notre projet : Leica TS12, et

un niveau de chantier.
139
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

➢ Document disponible : un plan d’implantation, listing

d’implantation, profil en travers courant, trace en plan, profil en long,

plans d’implantation des ouvrages.

Exemple d’un listing d’implantation :

Tabulation axe a :

N° ABSCISSE COTE COTE X Y ANGLE DEV DEV

PROF CURVILIGN TN PROJET PROFIL PROFIL PROFIL GAU DRO

1 0.000 495.807 495.807 5025.434 10106.634 317.076g 2.50 -2.50

2 8.973 495.833 495.699 5023.056 10097.981 317.076g 2.50 -2.50

3 25.000 494.822 494.876 5014.977 10084.360 351.086g -4.70 -4.70

4 37.802 493.337 493.720 5004.178 10077.665 378.253g -4.70 -4.70

5 50.000 491.710 492.428 4992.686 10073.579 378.253g 2.50 -2.50

6 75.000 488.222 489.400 4969.130 10065.204 378.253g 2.50 -2.50

7 86.578 486.711 487.964 4958.221 10061.326 378.253g 2.50 -2.50

8 100.000 485.195 486.322 4945.778 10056.304 372.913g 3.90 3.90

9 125.000 482.611 483.533 4923.904 10044.252 362.965g 3.90 3.90

10 150.000 479.933 480.767 4904.172 10028.942 353.018g 3.90 3.90

11 175.000 477.596 478.118 4887.063 10010.749 343.071g 3.90 3.90

12 200.000 475.748 476.000 4872.994 9990.114 333.124g 3.90 3.90

140
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

13 225.000 473.587 473.979 4862.307 9967.542 323.177g 3.90 3.90

14 250.000 470.958 471.733 4855.263 9943.581 313.230g 3.90 3.90

15 254.552 470.538 471.321 4854.387 9939.114 311.418g 3.90 3.90

16 275.000 468.791 469.467 4850.739 9918.994 311.418g 2.50 -2.50

17 300.000 466.949 467.422 4846.279 9894.395 311.418g 2.50 -2.50

18 305.690 466.361 467.026 4845.264 9888.797 311.418g 2.50 -2.50

19 325.000 465.258 465.875 4842.671 9869.668 305.740g 3.30 3.30

20 350.000 464.074 464.550 4841.860 9844.695 298.389g 3.30 3.30

21 375.000 463.225 463.244 4843.933 9819.795 291.038g 3.30 3.30

22 394.203 462.086 462.373 4847.467 9800.927 285.391g 3.30 3.30

23 400.000 461.987 462.115 4848.785 9795.281 285.391g 2.50 -2.50

24 425.000 460.296 461.005 4854.472 9770.937 285.391g 2.50 -2.50

25 450.000 458.924 459.895 4860.159 9746.592 285.391g 2.50 -2.50

26 475.000 458.178 458.784 4865.845 9722.247 285.391g 2.50 -2.50

27 500.000 456.513 457.674 4871.532 9697.903 285.391g 2.50 -2.50

28 525.000 455.574 456.564 4877.219 9673.558 285.391g 2.50 -2.50

29 528.691 455.432 456.400 4878.058 9669.964 285.391g 2.50 -2.50

141
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

Tabulation axe b :

N° ABSCISSE COTE COTE X Y ANGLE DEV DEV

PROF CURVILIGN TN PROJET PROFIL PROFIL PROFIL GAU DRO

1 0.000 453.480 453.480 4717.323 9558.983 178.633g 2.50 -2.50

2 25.000 453.905 453.893 4740.928 9567.217 178.633g 2.50 -2.50

3 50.000 454.201 454.304 4764.533 9575.451 178.633g 2.50 -2.50

4 51.202 454.227 454.323 4765.668 9575.847 178.633g 2.50 -2.50

5 67.815 454.233 454.543 4781.756 9574.562 231.514g -4.70 -4.70

6 75.000 454.254 454.616 4788.079 9571.149 231.514g 2.50 -2.50

7 97.571 453.987 454.772 4807.941 9560.426 231.514g 2.50 -2.50

8 100.000 453.836 454.786 4810.105 9559.324 228.485g 4.25 4.25

9 125.000 452.336 454.931 4834.350 9554.345 197.302g 4.25 4.25

10 143.040 452.047 455.036 4851.866 9558.246 174.801g 4.25 4.25

11 150.000 451.973 455.076 4858.289 9560.929 174.801g 2.50 -2.50

12 175.000 451.674 455.221 4881.356 9570.568 174.801g 2.50 -2.50

13 200.000 453.322 455.366 4904.423 9580.208 174.801g 2.50 -2.50

14 225.000 454.629 455.510 4927.490 9589.847 174.801g 2.50 -2.50

15 246.225 455.244 455.633 4947.074 9598.030 174.801g 2.50 -2.50

16 250.000 455.422 455.655 4950.573 9599.445 176.279g -3.83 -3.83

17 275.000 456.012 455.780 4974.464 9606.724 186.065g -3.83 -3.83

18 300.000 455.825 455.803 4999.188 9610.260 195.850g -3.83 -3.83

142
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

19 306.528 455.596 455.804 5005.710 9610.554 198.406g -3.83 -3.83

20 325.000 455.665 455.806 5024.176 9611.017 198.406g 2.50 -2.50

21 336.004 455.923 455.808 5035.176 9611.292 198.406g 2.50 -2.50

22 350.000 456.571 455.809 5048.790 9614.183 174.958g 4.49 4.49

23 375.000 456.559 455.813 5067.210 9630.414 133.076g 4.49 4.49

24 400.000 455.846 455.816 5071.862 9654.521 91.193g 4.49 4.49

25 409.868 455.817 455.817 5069.254 9664.009 74.661g 4.49 4.49

26 410.237 455.817 455.817 5069.111 9664.350 74.661g 2.50 -2.50

143
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

144
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

Conclusion Générale :
Ce projet a permis de mettre en application les notions acquises à travers les

différents aspects traités.

Nous avons essayé d’appliquer les normes, directives et recommandations liées

au domaine topographie et routier pour contrecarrer les contraintes rencontrées

sur le terrain.

Notre étude et suivie d’un évitement de la ville de chlef et passe par

l’agglomération dit ZALATO, en employant ces données, tout en respectant le

règlement algérien (B40), on a abouti à une chaussées de deux voies

(bidirectionnelle) de 7m chacune et un accotement de 2 m

Finalement, grâce à ce projet on s’immerge un peu dans le milieu professionnel

par acquisition de plusieurs connaissances dans le domaine.

Annex

Cours Mr BELHAMITI

Cours Mr HMAIDI

https://Topographie Et Topométrie Modernes Tome

https:// technique Topographie

https://Cours de Topographie Topométrie Générale

Wikipédia

145
Chapitre 06 : L’implantation GEOMETRE TOPOGRAOHE

B40 : (Normes Techniques d’aménagement des routes, Direction des Eudes

générales et de la règlementation technique, octobre 1977).

Logiciels : Piste 05, Covadis 9.1, Autocad 2008, Google earth.

Moteurs de recherches (INTERNET).

146

Vous aimerez peut-être aussi