Vous êtes sur la page 1sur 28

UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR

FACULTE DE MEDECINE, DE PHARMACIE


ET D’ODONTOLOGIE

DES-BC 1

EVALUATION DES RISQUES AU


LABORATOIRE DE BIOLOGIE MEDICALE

Présenté par :

Etienne Jospin DJIFACK DJEUZONG


Ismail Mustapha EL BOUCHIKHI
Younes EL MAHI

Année académique : 2019/2020


PLAN

INTRODUCTION

I. EVALUATION DES RISQUES AU LBM

II. PREVENTION DES RISQUES AU LBM

CONCLUSION

2
I- INTRODUCTION
INTRODUCTION
• Les professionnels de la santé sont sujets à de nombreux
risques, en particuliers dans les laboratoires d’analyses de
biologie médicale (LABM).

• Ce risque est causé par des agents, susceptibles de


provoquer entre autres une infection, une allergie ou une
intoxication.

• Les principaux risques professionnels :


➢ les risques biologiques
➢ les risques chimiques
➢ les risques physiques

4
INTRODUCTION
• Quelles sont les personnes concernées ?
Toute personne travaillant dans un LABM est exposée aux
risques. Principalement :

➢ des biologistes et des techniciens de laboratoire : lors


de leurs prélèvements et de leurs analyses ;

➢ des coursiers : lors du transport d’échantillons ;


➢ Les agents d’entretien : lors du nettoyage des palliasses
potentiellement souillées.

5
I- EVALUATION DES RISQUES
AU LABORATOIRE
I- EVALUATION DES RISQUES EN LABORATOIRE
• Définition: c’est le procédé par lequel on estime ou on
calcule le danger.
• Dans des conditions idéales, cela suppose une bonne
connaissance de l’identité du danger et des niveaux
d’exposition aux divers postes de travail.
• Cette évaluation se décompose en trois étapes :

➢ Identification du danger
➢ Identification les voies de pénétration
➢ Observation des conditions de travail

7
I- EVALUATION DES RISQUES EN LABORATOIRE
I.1 Identification du danger
• Cette étape initial prend en
compte : la nature de l’agent
infectieux qui varient selon la
spécialité du laboratoire, leur
classement en groupe de
pathogénicité, la présence
d’un danger ou non pour
l'utilisateur et l’existence d’une
prophylaxie ou traitement
efficace.

8
I- EVALUATION DES RISQUES EN LABORATOIRE
I.1 Identification du danger

9
I- EVALUATION DES RISQUES EN LABORATOIRE
I.2 Identifier les voies de pénétration
• Les microorganismes peuvent se transmettre par :
➢ Voie respiratoire,
➢ Voie digestive,
➢ Voie cutanéo-muqueuse,

• La connaissance de ces modes de pénétration est


indispensable à l’appréhension des dangers lors des
manipulations.

10
I- EVALUATION DES RISQUES EN LABORATOIRE
I.2 Identifier les voies de pénétration (voie respiratoire 54%)
A-Source de contamination

• Elle résulte de situations


propices à l’inhalation de
particules infectieuses véhiculées
par des aérosols.
• ceux-ci sont constitués de
particules microscopiques
liquides ou solides détachées
d’un produit sous l’action de
force mécaniques.

11
I- EVALUATION DES RISQUES EN LABORATOIRE
I.2 Identifier les voies de pénétration (voie respiratoire (54%)
A-Source de contamination
• Au laboratoire ; les aérosols se forment :

➢ à la centrifugation qui par les mouvements d’accélération,


de freinage entraîne des vibrations, sources importantes
de production d’aérosols;
➢ à la rupture de film liquide à l’orifice d’un flacon ;
➢ au flambage de résidu de composé présent sur l‘anses
d’ensemencement en métal, qui sous l’effet de la chaleur,
provoquent la vaporisation explosive de liquides résiduels ;

12
I- EVALUATION DES RISQUES EN LABORATOIRE
I.2 Identifier les voies de pénétration (voie respiratoire (54%)
A-Source de contamination
• à l’ouverture des boîtes de subculture d’hémocultures ou à
l’examen olfactif en particulier lorsqu’il s’agit d’espèces
comme Brucella
B-Agents pathogènes transmis

Bactéries Virus
Agents Maladies Groupes Agents Maladies Groupes
Mycobacterium Tuberculose 3 V Coronavirus Symptômes (Dyspnée 4
tuberculosis céphalée fièvre)
Neisseria Méningite à 2 V Influenzae Grippe 2 V
meningitidis méningocoque
Brucella brucellose 3 V Virus de la Rougeole 2 V
rougeole

13
I- EVALUATION DES RISQUES EN LABORATOIRE
I.2 Identifier les voies de pénétration (voie orale (17%)
A-Modalité de l’ingestion
• Beaucoup plus couramment indirecte par portage à la
bouche d’objets souillés, de mains souillées ou par
consommation de boissons ou d’aliments contaminés (sur les
paillasses, en laverie, en réfrigérateur)

Figure 1 Figure 2 14
I- EVALUATION DES RISQUES EN LABORATOIRE
I.2 Identifier les voies de pénétration (voie orale (17%)
A-Modalité de l’ingestion
• « directe » par ingestion accidentelle à l’occasion d’un
pipetage « à la bouche » dont la pratique est formellement
proscrite tant pour les solutions biologiques que pour les
solutions chimiques.

B- Agents pathogènes transmis

Bactéries Parasites
Agents Maladies Groupes Agents Maladies Groupes
Salmonella typhi Fièvre typhoïde 3 V Cryptosporidium Cryptosporidiose 2
Escherichia coli Gastro-entérite 2 Giardia lamblia Giardase 2

15
I- EVALUATION DES RISQUES EN LABORATOIRE
I.2 Identifier les voies de pénétration (cutanéo-muqueuse 13%)
A- Modalité de pénétration
• Elle peut survenir à l’occasion :
➢ d’une effraction cutanée accidentelle,
➢ contact direct cutané sur peau lésée (plaie)
➢ projection sur les muqueuses plus particulièrement les
conjonctives oculaires.

B- Agents pathogènes transmis


Bactéries Virus
Agents Maladies Groupes Agents Maladies Groupes
Brucella brucellose 3 V VIH Immunodéficience humaine 3
Mycobacterium Tuberculose 3 V VHB Hépatites B 3 V
tuberculosis VHC Hépatites C 3
16
I- EVALUATION DES RISQUES EN LABORATOIRE
I.3 Observation des conditions de travail
• permet de voir dans quelle mesure les operateurs sont
exposés aux dangers des produits manipulés. Il s’agit de
répondre à un certain nombres de questions.

17
I- EVALUATION DES RISQUES EN LABORATOIRE
I.3 Observation des conditions de travail
A- observer l’organisation des lieux

• Existe t’il un cloisonnement de


zone entre les secteurs non
exposés (Secrétariat, Magasin,
Bureaux, aire de repos-café) et
les secteurs exposés aux
produits biologiques ( salle de
manipulation) ?
• et dans ce dernier cas, existe t’il
une individualisation des zones
pour les secteurs propres
(Téléphone , ordinateur) ?
18
I- EVALUATION DES RISQUES EN LABORATOIRE
I.3 Observation des conditions de travail
B- en cas de prélèvements au sein du laboratoire
• existe-t-il un espace dédié à cette activité comportant une ou
des salles spécifiques selon le nombre et la nature des
prélèvements réalisés ?
• ces espaces outre le respect de la confidentialité et du confort
des patients intègrent ‘ils, des critères d’ergonomie de travail
des préleveurs ?
• conception de l’aménagement, permettant d’avoir à portée de
main le matériel nécessaire au prélèvement et à l’évacuation
immédiate des déchets,
• accès a un poste de lavage de mains ?

19
I- EVALUATION DES RISQUES EN LABORATOIRE
I.3 Observation des conditions de travail
C- Secteur analytique
• Réévaluation des espaces au fur et à mesure de
l'implantation de nouvelles techniques et de nouveaux
matériels.
• Faute de quoi, les appareils récemment acquis sont installés
là où persiste de la place disponible, et non là où ils sont les
plus fonctionnels obligeant à de nombreux déplacements,
eux-mêmes sources d'incidents et de risques de
contamination.

• Les postes de sécurité microbiologiques (PSM) sont-ils


correctement placés, utilisés et entretenus ?

20
I- EVALUATION DES RISQUES EN LABORATOIRE
I.3 Observation des conditions de travail
C- Secteur analytique
• L'observation des conditions permet également de voir si des
manipulations particulièrement exposantes (traitement des
tubes primaires fermés) peuvent être automatisées.
• Evitant ainsi aux personnels l'opération de débouchage à
l'origine de risques de projections d'aérosols.
• Existe-il des procédures d'utilisation et de maintenance de
tout appareillage ?
D-Tenue de travail
• Elle est choisie pour protéger le torse (pas de col en «V ») et
couvrir totalement l'éventuelle tenue de ville (manches en
particulier).
21
I- EVALUATION DES RISQUES EN LABORATOIRE
I.3 Observation des conditions de travail
E- Gestion des déchets
• Ya t’il un processus de gestion des déchets à risque
infectieux ?
• Ya t’il des emballages adaptés à chaque poste producteur de
déchets ?
• Le personnel a t’il connaissance des procédures de nettoyage
/désinfections à tous les postes de travail ?
F- Le respect des Mesures d’hygiène
• les opérateurs disposent 'ils de postes de lavage des mains
dans les salles techniques ?
• sont-ils équipés de distributeurs de savon ? d'essuie-mains ?
22
II- PREVENTION DES RISQUES
AU LABORATOIRE
II- PREVENTION DES RISQUES EN LABORATOIRE
• Prévenir le risque biologique c’est informer, éduquer et
communiquer sur le risque lors des opérations effectuées, car
le personnel est exposé.

• Objectif principal : réduire les risques de contamination


• Différents axes :
➢ Elaboration des stratégies de maîtrise des risques
(Réduire voire supprimer les risques identifiés chaque fois
que cela est possible)
➢ Confinement du laboratoire (Les salles dédiées aux
activités techniques ; telles que la salle de tri des
échantillons ou les salles d’analyses doivent respecter un
certains nombres de mesure)

24
II- PREVENTION DES RISQUES EN LABORATOIRE
• Différents axes :
➢ Formation du personnel ( Mesures accompagnées de
précautions particulières, de protection individuelles et
collectives adaptées à l’activité )
➢ des suivies médicaux-sanitaires du personnel (visites
médicales obligatoires, vaccination )

➢ un aménagement standard des salles doit également être


respecté : surfaces de paillasses imperméables à l’eau ;
résistantes aux acides ; bases solvants désinfectants et
lave mains à déclenchement non manuel.

25
CONCLUSION
CONCLUSION
• Les laboratoires d'analyses de biologie médicale,
représentent un secteur d'activité où il existe de nombreux
risques d'expositions professionnelles.

• L'évaluation de ces risques constitue le préalable nécessaire


à l'établissement des mesures de prévention adaptées.

• Cette évaluation fait l'objet d'une obligation réglementaire


pour toute activité professionnelle et la prévention de ces
risques s’intègrent dans la démarche qualité du laboratoire.

27
MERCI POUR VOTRE
ATTENTION

28