Vous êtes sur la page 1sur 26

Introduction générale

Sonatrach créée le 31 décembre en 1963 par décret présidentiel n°63/491 , la


société nationale pour la recherche , la production , le transport , la
transformation et la commercialisation des hydrocarbures , Sonatrach , est une
société par action au capital de 245 milliards de DA , entièrement détenu par
l’Etat.

Avec un chiffre d’affaires de près de 64.975 milliards de US$ réalisé en 2008,


Sonatrach principale productrice de pétrole et de gaz naturel du bassin
méditerranéen est classée 1er compagnie en Afrique et 12 eme dans le monde.
Elle est également 4 ème exportateur mondial de GNL, 3eme exportateur
mondial de GPL, et 5eme exportateur de gaz naturel.

Adoptant une stratégie de diversification, le groupe Sonatrach se développe dans


les activités de génération électrique, d’énergies nouvelles et renouvelables, de
dessalement d’eau de mer, de recherche et d’exploitation minière.

Poursuivant sa stratégie d’internationalisation, Sonatrach opère en Algérie et


dans plusieurs régions du monde : en Afrique (Mali, Niger, Libye, Egypte), en
Europe (Espagne, Italie, Portugal, Grande Bretagne), en Amérique Latine
(Pérou) et aux USA.

L’activité de Sonatrach s’articule autour de quatre branches principales :

 Activité Amont

 Activité Aval

 Activité commercialisation :

- le transport maritime des GPL

- Le transport maritime du GNL

1
CHAPITRE 1
Présentation du complexe GL2Z

2
Introduction :
Le gaz naturel est un mélange d’hydrocarbures légers comprenant du méthane (CH4) en
grande proportion ainsi que d’autre hydrocarbures gazeux tels que l’éthane ,le propane , le
butane , le pentane et le hexane en proportion décroissantes , sa composition révèle en outre
suivant les cas , la présence d’hélium , d’azote , de gaz carbonique , sulfure et de la vapeur
d’eau . La genèse du gaz naturel et tout à fait analogue à la genèse du pétrole ( qui est un
mélange d’hydrocarbures lourd) et résulte de la décomposition de la matière organique
essentiellement sous-marine déposée au cours des époques et en forme sous les couches
sédimentaires. C’est la raison pour laquelle les couches dans les quelles se trouvent piégé du
gaz naturel sont en général plus profondes.

Une certaine quantité du gaz naturel se présente toujours en association avec les gisements de
pétrole, c’est le cas par exemple à Hassi Messaoud.

I/Description /Caractéristiques techniques de GN :

Le gaz naturel est incolore, inodore, insipide, sans forme particulière et plus légère que l’air
Il se présente sous sa forme gazeuse au-dessus de -161°C. Pour des raisons de sécurité, un
parfum chimique, le mercaptan, qui lui donne une odeur d’œuf pourri, lui est souvent ajouté
de sorte qu’une fuite de gaz puisse ainsi être détectée.
II/Historique :
Le complexe GL2Z est une unité de production importante parmi les autres unités du groupe
Sonatrach.
Après la découverte d’énormes réserves de gaz naturel a «Hassi R’MEL » le pays a procédé
aux installations des complexes de liquéfaction du gaz naturel. Et c’est ce qui a fait
l’existence du complexe GL2Z.
Il a été construit sur une surface de 70 ha par la société américaine « PULLMAN
KELLOG ». le contrat a été signé avec cette dernière le 09/02/1976, sa réalisation a été
commencé en début 1978 pour être opérationnel en début 1981.première production du GNL
le 20/01/1981, première expédition du GNL le 29/01/1981.
III/Date de mise en service :
 Utilités :
 Achèvement mécanique : 26 novembre 1980.
 Production vapeur/électricité : 27 juillet 1980.
 Production reste des utilités : 25 janvier 1981.
 Zone de procède (train 100) :
 Achèvement mécanique : 14 octobre 1981.
 Première production GNL : 29 juillet 1981.
 Stockage et chargement :
 Première production de juillet 1981.
 Production cumulée GNL 1533000 m 3 11 septembre

3
IV/Situation Géographique :
Le complexe de liquéfaction de gaz naturel GL2/Z est situé à BATHIOUA, implantée en
bordure de la mer et distante de 40 km à l’ouest d’Oran et de 450 km d’Alger .il s’étend sur
une superficie de 72 ha au sein de la zone industrielle d’Arzew.
Il est limitrophe du complexe GP1/Z et KAHRAMA à l’Est et le complexe de liquéfaction de
gaz naturel GL1 Z à l’OUEST, au Nord par la mer et au Sud par le village de BATHIOUA.
Son emplacement au bord de la mer lui permet d’utiliser son eau comme source
d’alimentation pour le refroidissement des équipements, la production d’eau distillé et la lutte
anti- incendie, et facilite le transport du GNL à partir des méthaniers.
PLAN DE SITUATION

V/Fonction du complexe :

L’activité principale du complexe est la transformation du gaz naturel en gaz naturel liquéfié
ce qu’on appelle la liquéfaction du gaz naturel. Ajoutant à cela l’extraction des produits finis
ou semi finis à savoir :
- Le Propane et le Butane destinés à la commercialisation.
- La gazoline destinée à l’exportation.
- Le gaz de charge alimentant l’unité HELIOS pour y extraire de l’hélium.
LE gaz naturel provenant de Hassi R’mel est un mélange d’hydrocarbures légers avec une
présence prédominante de méthane (+80%) et d’autre composés « mercure, azote, H2O, gaz
Carbonique …. » .Passant par différentes étapes du processus de fabrication de l’entrée de la
matière première « gaz naturel » jusqu'à l’obtention des produits finis « GNL, PROPANE,
BUTANE et GAZOLINE » et le gaz hélium à travers l’unité hélios.

VI/Organisation administrative de l’usine :

4
La direction du complexe GL2/z se compose :
-D’un staff.
-D’un secrétariat.
-De deux sous directions.
-De plusieurs départements se composent à leurs tours en sections.
La direction du complexe GL2/z est secondé dans ses taches par un staff qui est composé de :
 Organisation
 Informatique

Organigramme Du complexe GL2Z

Direction

CELLULE ORGANISATION CELLULE INFORMATIQUE

DEPARTEMENT TECHNIQUE DEPARTEMENT SECURITE

DEPARTEMENT TRAVAUX NEUFS DEPARTEMENT FINANCES

SOUS-DIRECTION EXPLOITATION
SOUS –DIRECTION PERSONNEL

L'usine de liquéfaction de gaz naturel d'Arzew GL2Z comprend six trains de liquéfaction
indépendants fonctionnant en parallèle. Le gaz naturel d'alimentation est également distribué à
chacun des trains par un réseau de canalisations. Le débit de gaz naturel distribué est
d'environ 1.500.000 m3 /h pour les 6 trains, soit en moyenne .250.000 m3 /h/train.

Le complexe GL2/Z est constitué de 3 zones différentes :

1_Zone utilités :

Cette zone est essentiellement autonome et assure la fourniture de toutes les utilités pendant
le démarrage et la mise en marche des six (06) trains de liquéfaction ainsi, de toutes les

5
installations de production. Elle consiste principalement à la production et la fourniture de ce
que suit :

-Energie électrique.
-Vapeur.
-Eau dessalé.
-Air.
-Eau de refroidissement
1/ Source d’énergie :
La vapeur d’eau est la source d’énergie choisie pour le complexe :
- Trois chaudières hautes pression de 62 bars 
- Une chaudière basse pression de 17.5 bars.
La distribution des vapeurs utilité est comme suite :
- Les chaudières haute pression produise la vapeur 62 bars qui alimentent les 3 turbines à
condensation des 3 alternateurs
- La chaudière basse pression fourni la vapeur à 17.2 bars pour les turbines a contre pression
et le système des éjecteurs des unités de dessalement
- Neuf (9) chaudières HP de 136 tonnes /hr
- Chaudières HP de 400 (T/h) chaque une au niveau de la zone de procédé.
2/ Source de refroidissement :
L’eau est la source de refroidissement transportée par un ensemble de six (06) pompes d’une
capacité 37000 m3/h
Station de pompage d’eau de mer :
La station de pompage EDM de l’usine est équipée de six pompes électriques et d’une
turbopompe pouvant aspirer puis refouler 37000 m3/h d’eau de mer ; cette eau est d’abord
filtrer par un système de grille rotatives afin d’éliminer tous corps étrangères, puis éliminer la
faune et la flore.
L’unité de dessalement :
La production d’eau dessalée est assurée par cinq unités de dessalement d’eau de mer ayant
chacune débit continu de 45.3 m3/h ; l’eau dessalée sert à alimenter les chaudières de 225
m3/h, le système de refroidissement du procédé et le système anti-incendie. Le distillat
contenant moins de ppm de solide dissout est emmagasiné dans un bac de stockage avant
d’être utilisé tandis que le reste de l’eau fortement salée, communément appelée saumure, est
dirigée vers le canal de rejet.
3/Production d’électricité :
La production d’électricité est assurée par trois (03) alternateurs entrainés par des turbines à
vapeurs.les turbo-alternateurs fournissent l’énergie de 36 MW par générateur.
4/Eau dessalé :
Elle est fournie par six (06) unités de dessalement produisant chacune 45 tonnes par hr utilisée
comme eau d’appoint pour les chaudières.
5/Production d’air comprimé :
Une grande partie de l’instrumentation du complexe est pneumatique.la production de l’air
comprimé est assurée par un ensemble de quatre (04) compresseur d’air secours.
Air instrument et air service :

6
Ce système fournit l’air service et l’air instrument nécessaires aux six unités du procédé, aux
installations de stockage et chargement de GNL, à la section des utilités et à tous les services
généraux des installations auxiliaires. Cette section est composée de quatre compresseurs
d’air : deux fonctionnant avec turbines et deux avec moteurs électriques.
Azote (N2) :
L’azote est utiliser pour rendre inerte les circuits faisant objet de travaux (test à blanc, appoint
MCR), et pour purger les tuyauteries lors des réparations.
2_Zone des procédés (process) :
Le service comporte 06 trains de liquéfaction indépendants fonctionnant en parallèles avec
une capacité de 9000 m3 /jour pour chaque train. Avant d’être liquéfié le gaz passe par
différentes étapes
Section traitement de gaz Section de séparation et de Section de fractionnement
liquéfaction
 Décarbonatation  Le but de liquéfaction  Déméthanisation
 Elimination du du gaz naturel est de  Dépropanisassions
mercure réduire son volume  Débutanisation
 Elimination du co2 de 600 fois pour
 La déshydratation faciliter son transport

Section de traitement du gaz :

Décarbonatation :
Pour être démuni de son gaz carbonique CO2 jusqu’à une teneur inférieur à 70 PPM, le gaz
naturel passe dans un absorbeur et est mis à contre-courant avec une solution de Mono-
EtaloAmine (MEA) à une température de 38°C. Cette solution une fois riche en gaz
carbonique quitte ensuite l’absorbeur pour se diriger vers une colonne de régénération pour se
débarrasser du CO2 et puis réintroduire à nouveau au niveau de l’absorbeur. La vapeur de tête
du régénérateur principalement composée de CO2 passe dans le condenseur de tête du
régénérateur. Les gaz incondensables essentiellement le CO2 sont évacués à l’atmosphère.

Régénération de la solution MEA :

La solution de MEA riche, après être passée dans le ballon séparateur des hydrocarbures, et
tous d’abord chauffée à 102 °C par échange thermique avec la solution de MEA pauvre
régénérer et en suite introduite en tète de la tour de régénération fonctionnant normalement à
110°C et à 1 bar. La solution de MEA riche en CO2 descend dans la colonne pour y être
épurée par les gaz ascendants provenant de l’évaporation des produits de fond.

Le liquide (solution MEA) au fond de la colonne s’appauvrit en CO2 et renvoyé à l’absorbeur,


après avoir réchauffé la MEA riche et être refroidie à 38°C. Les vapeurs de tête riches en CO2
passent dans les condenseurs de tête de régénération et ensuite réinjecté en tête de la tour de
régénération.

Les gaz incondensables essentiellement le CO2 sont évacué à l’atmosphère.

7
Déshydratation :

Le gaz naturel débarrassé de son gaz carbonique pénètre dans un (01) des trois (03) sécheurs
en service à 21°C et 43 bars pour être démuni de la qualité d’eau à 0,5 PPM restante et ce par
absorption par le biais de tamis moléculaires se trouvant à l’intérieur des sécheurs. Une fois
saturé en eau, après environ huit (08) heures de séchage, le sécheur en question sera régénéré
pour une durée de six (06) heures et ce comme suit :
 Une phase de réchauffage qui dure 3H30 ;
 Une phase de refroidissement qui dure 2H30 ;
Démercurisation :
Le gaz naturel, après son admission à l’unité de liquéfaction passe par l’unité de
démercurisation à l’effet d’éliminer les traces de mercure se trouvant dans le gaz
d’alimentation et ce avant son admission dans la colonne d’absorption du CO2.
Compresseurs et liquéfaction :
Cette section comprend deux boucles :
 Boucle Propane : cette boucle permet le pré refroidissement du gaz de charge et est
composée des équipements suivants :
o Un compresseur ;
o Un accumulateur ;
o Deux condensateurs ;
o Quatre ballons d’aspiration du compresseur de propane ;
o Quatre échangeurs pour le refroidissement du gaz ;
o Quatre échangeurs pour le refroidissement du MCR (Réfrigérant composants
Multiple).
 Boucle du MCR : cette boucle permet le refroidissement final du gaz de charge et est
composée des équipements suivants :
 Deux groupes turbocompresseursMCR1 et MCR2 ;
 Deux ballons d’aspiration des compresseurs MCR1 et MCR2 ;

FRACTIONNEMENT :
Les hydrocarbures lourds éliminés du gaz naturel au niveau de la colonne de lavage sont
utilisés après leur séparation au niveau des colonnes de fractionnement comme appoint
pour le réfrigérant à composants multiples (MCR) en ce qui concerne l’éthane, le propane
et le butane et comme sous-produits en ce qui concerne le propane et butane mais aussi la
gazoline. La section fractionnement comprend trois (03) colonnes de distillation en
cascade, elles sont comme suit :
 Colonne de déethanisation : Elle permet de séparer l’éthane du reste des composants et
ce en tête de colonne utilisé comme appoint au MCR ;
 Colonne de dépropanisation : Elle permet de séparer le propane du reste des
composants et ce en tête de colonne. Ce produit est également utilisé comme appoint
au MCR et à la boucle de propane.
 Colonne de débutanisation : Elle permet de séparer le butane du reste des composants
et ce en tête de colonne. Ce produit est également utilisé comme appoint au MCR, la

8
gazoline est récupérée en fond de colonne ; elle
est commercialisée vers l’étranger ou elle est
dirigée vers GP1Z.
Etape de Séparation et Liquéfaction :

Cette comprends deux phases de séparation et une autre


liquéfaction, la première séparation consiste à séparer le
GN des autres hydrocarbures plus lourds en plusieurs
étapes de réfrigérations permettant ainsi de récupérer le
propane et le butane qui sont envoyés à GP1/Z, la
gazoline sera stockée dans des bacs. La deuxième
séparation permet de récupérer l’azote et l’hélium qui
sera envoyé vers HELIOS.

Le gaz naturel recueilli en tête de la colonne de lavage à


dominante de Méthane (CH4) est dirigé vers l’échangeur
principal pour être liquéfié avant d’être détendu et
expédié vers les bacs de stockage de GNL à une
température de –162°C et à la pression atmosphérique.

Tableau –Composition du MCR

CONSTITUANT POURCENTAGE MOL2CULAIRE %


azote 3.2
Méthane 40.2
Ethane 54.4
Propane 2.2

Torches et brulot :

Le système de torches et brulot est prévu pour l’évacuation sans danger (à l’aide de purges et
évents) des vapeurs et liquides dégagé pendant le démarrage, l’arrêt normal, l’arrêt d’urgence,
la marche normale, et la marche perturbé de toute l’usine.

Le système comporte (4) torche et un brulot.

 Torche basse pression de GN : elle reçoit les vapeurs de GNL provenant de la zone de
stockage et de pompage.

 Torche froide de procédé : elle reçoit tous les courants d’hydrocarbures liquides et
gazeux de toute l’usine qui sont à une température inferieur à 0°C.

 Torche chaude de procédé : elle reçoit tout les courants d’hydrocarbure liquides et
gazeux de toute l’usine qui sont susceptible de geler à une température voisine de 0°C.

9
Torche de mise en froid des méthaniers : elle reçoit les vapeurs sinter tes et les vapeurs de
mise en froid dégagé pendant le refroidissement des méthaniers chauds, ainsi que les vapeurs
de GNL dégagé pendant le chargement.

 Brulot : le liquide collecté dans les ballons séparateur de torches et aux points bas des
lignes de vapeurs des torches est dirigé vers le brulot pour y être brulé périodiquement.

3_Zone stockage et d’expédition (terminal):

Cette zone est composée essentiellement d’installations de stockage et de chargement de GNL


et des sous-produits Propane, Butane et Gazoline. Le stockage du GNL produit par les (06)
trains de liquéfaction est assuré par trois (03) bacs de 100.000 m3, chacun à une température
de –162°C et 1,05 bars. Le stockage de la gazoline produite (196.000 tonnes/ans) est assuré
par deux (02) bacs de 14.500 m3 chacun. La production du Propane (410.000 tonnes/ans) et
du Butane (327.000 tonnes/ans) est acheminée par canalisation vers le complexe GL1Z. Pour
des raisons de flexibilité maximale, les installations de productions, de stockage et de
chargement de GNL des complexes GL1Z  GL2Z sont interconnectées.

10
Annexe 01 : circuit liquéfaction

11
Annexe 02 : CIRCUIT TRAITEMENT GAZ

12
13
Annexe 03 : CIRCUIT HUILE

14
Annexe 04 : dessin décarbonatation

Annexe 05 : dessin déshydratation

15
Figure : Schéma dessalement

16
Les produits chimiques :

Le risque chimique représente un souci permanent pour l’entreprise et nécessite donc de


mettre en place un moyen d’information sur les matières dangereuses utilisées à chaque poste
de travail.

1/ Les produits chimiques à usage continu à GL2Z :

Produit LIEU D’UTILISATION UTILISATION


MEA Section décarbonatation Absorbe le co2 contenu dans
le gaz naturel.
SAG 10 Section décarbonatation Agent anti-mousse ; il évite
la dégradation de la MEA
sous forme de mousse.
PHOSPHATE - Maintenir le pH des eaux de
Chaudières chaudières à la valeur
TRISODIQUE souhaitée par le procédé.
- Lessivage des chaudières
en phase alcaline.
ELIMIN-OX Dégazeurs Réduire l’oxygène dissout
dans les eaux de chaudières.
CYCLOHEXYLAM INE Sorties dégazeurs Réduire le co2 contenu dans
l’eau des chaudières.
BELGARD EVN Dessaleurs Agent antitartre, évite la
formation du tartre dans les
dessaleurs.
NALCO 131 S Dessaleurs Agent anti-mousse, réduit la
formation de la mousse dans
les dessaleurs.

2/ Les produits chimiques à usage intermittent à GL2Z :

PRODUIT LIEU D’UTILISATION UTILISATION


ACIDE SULFAMIQUE Dessaleurs Utilisé lors des opérations de
lessivage des dessaleurs.
SOUDE CAUSTIQUE Adoucisseurs Utilisé lors de la régénération
chaudières des résines anioniques.
Lessivage des chaudières.
ACIDE SULFURIQUE Adoucisseurs Utilisée lors de la
régénération des résines
cationique.
RODINE 141 M Dessaleurs Utilisée comme inhibiteur de
corrosion avec l’acide
sulfamique, lors des
opérations de lessivage des
dessaleurs.
NITRITE DE SODIUM Chaudières Lessivage des chaudières
(phase passivation).
AMMONIAQUE (25%) Chaudières Maintenir le PH des solutions

17
de lessivage des chaudières
en phase passivation
ACIDE CITRIQUE Chaudières Lessivage des chaudières en
phase passivation
NALCO S 8539 System F.C.W (Fresh- Inhibiteur de corrosion
cooling-water)
P6 Chaudières Inhibiteur de corrosion lors
des opérations de lessivage
des chaudières.
POUDRE EXTINCTRICE Sécurité (équipements Extinction du feu
poudre)
EMULSEUR (H.F) Générateurs de mousse haut Pour empêcher les vapeurs
foisonnement. du GNL de se propager lors
d’un déversement
EMULSEUR (B.F) Générateurs de mousse bas Extinction du feu de
foisonnement. gazoline.

3/ les produits chimiques à charge renouvelables à GL2Z :

PRODUIT LIEU D’UTILISATION UTILISATION


CMG-271 Section traitement de gaz Absorber le mercure contenu
(démercurisation) dans le gaz naturel.
CHARBON ACTIF Section régénération de la Filtrer la MEA : il capte les
MEA impuretés huileuses et
solides entrainées par la
MEA.
TAMIS MOL UC-4G Section déshydratation Adsorber l’eau contenue ans
le gaz naturel.
RESINES CATIONIQUES Adoucisseurs Eliminer les cations contenus
dans l’eau dessalée
TAMIS MOL 13 X Sécheurs d’air Adsorber l’eau contenue
dans l’air instrument
FREON R22 Climatisation Chambre froide
Climatiseurs
FREON R12 Climatisation réfrigération
RESINES ANIONIQUES Adoucisseurs Eliminer les anions contenus
dans l’eau dessalée

18
Le laboratoire :

Le laboratoire a un rôle très important dans la mesure où ils ont un contrôle continu de
produits au cours du process et la qualité des produits finis. Le laboratoire se devisé en quatre
salles, chacune est conçu pour spécifier les différents groupes à savoir. Section gaz, section
eau, section huile et section de la gazoline. Le laboratoire est divisé en quatre salles
d’analyses :
 Salle pour les analyses des eaux.
 . Salle pour les analyses des gaz
 Salle pour les analyses des huiles
 Salle pour les analyses de la gazoline.
Pour la bonne marche du complexe, donc de la production, il faut faire certaines analyses qui
pourront prévenir de certains accidents, phénomènes de corrosion, ect… Pour cela, il faut
avoir un laboratoire, du matériel d’analyse moderne, ainsi qu’un personnel qualifié.
A GL2Z, il y a un laboratoire, des appareils très modernes. Alors, dans ce laboratoire, on
effectue des analyses quotidiennes, effectuée par des agents de quart, ainsi que des analyses
spéciales.
Pour assurer le bon fonctionnement des équipements et une production meilleure, il est
nécessaire de contrôler d’une façon quotidienne et continue les différents paramètres influant
sur la production et la qualité du gaz naturel.
Les échantillons d’eau sont prisent à la sortie de chaque chaudière, dégazeur, bac de
stockage, dessalement, adoucisseurs, condenseurs de surface etc … Les échantillons de gaz
sont prisent soit à l’entrée ou la sortie de chaque colonne de chaque train, lors du transfert
vers un autre complexe, lors d’un chargement de GNL, un chargement de gazoline, etc.… Les
résultats d’analyse sont communiqués chaque jour à la salle de contrôle DCS.
 Il existe au laboratoire différent types d’analyses :
* Analyses systématiques planifiées, courantes et régulières:
Exemple : conductivité, chlorure, TA, TAC, calcul du TAOH.
* Analyses courantes non planifiées: cette analyse nécessite un Échantillonnage hors
programme suite à la demande du chef opérateur.
* Analyses spéciales: analyse peu fréquente et qui ne peut être D’urgence.
Exemple : lessivage chimique des chaudières ;
Les analyses effectuées au laboratoire sont les analyses des eaux des gaz et des huiles.
1/ ANALYSE DES EAUX
Produit à analyser :
L’eau de mer subit plusieurs types d’analyses à chaque étapes de traitement, du dessalement
jusqu’au ballon supérieur de la chaudière.
A/L’eau dessalée :
On détermine :
- le pH
- La conductivité.
- Les chlorures (Cl- ).
- L’ammoniac(NH3).
B/L’eau d’alimentation (dégazeurs) :

19
- PH.
- Conductivité.
- L’élimine-o2
C/L’eau de chaudière :
On détermine dans cette étape :
- Le PH
- La conductivité.
- Le phosphate (PO4).
- Les chlorures (Cl-).
- Les T.A, T.A.C et le T.A.OH s’il existe (taux d’alcalinité, taux d’alcalinité complet, taux
d’alcalinité des ions hydroxydes).
2/ANALYSE DES GAZ :
Détection du CO2 dans le gaz décarbonaté :
Après décarbonations du gaz par le MEA, on prend un échantillon et on l’analyse à l’aide
d’un appareil (WOSHTOFF) pour contrôler la teneur en CO2.
La quantité de CO2 tolérée est de 70 ppm maximum.
3/ANALYSE DE GNL :
Le GNL qui est à une température de -162°C est évaporé en utilisant un bain marie,
l’échantillonnage se fait à l’état gazeux, l’analyse est assurée par chromatographie en phase
gazeuse.
4/ANALYSE DE C3ET C4 :
Se fait aussi par chromatographie en phase gazeuse.
5/ANALYSE DES HUILES :
On détermine :
- la densité. (Par l’utilisation d’un densimètre gr/dm3)
-la viscosité. (Par appareil viscosimètre BATH)
-le pourcentage d’eau (Par centrifugation)
6/ ANALYSE DE LA GAZOLINE :
Salle d’analyse gazoline :
Les analyses de contrôle effectuées sur la gazoline sont :
- Densité à 15°C.
-Distillation fractionnée.
-Doctoral test.
- Couleur sayette.
-Trace de plomb.
-Trace de soufre.
-Corrosion à lame de cuivre.
- Les aromatiques (par chromatographie)
-La T.V.R (tension de vapeur Reid)
7/ANALYSE CHROMATOGRAPHIQUE :
-C.P.G (chromatographie en phase gazeux)
-C.P.L (chromatographie en phase liquide)

20
 SECURITE AU LABORATOIRE :

Le laboratoire est doté de moyens et équipements


nécessaires pour la protection Individuelle et collective:
Disponibilité et accessibilité des extincteurs Les
extincteurs sont à porté de mains et disponibles dans tout
le laboratoire.

 EQUIPEMENTS DE PROTECTION :

Les équipements de protection individuelle sont utilisés lors des analyses telles que les
masques, gans, blouses et lunettes. Le travail se fait dans des hôtes avec extraction d’air en
cas de fuites de gaz. En cas d’évacuation du personnel, les sorties de secours sont bien
illustrées par l’affichage.

 PRODUITS CHIMIQUES ET STOCKAGE

Les produits chimiques utilisés dans le laboratoire sont présents en faibles quantités et stockés
en sécurité, les bouteilles de gaz utilisées telle que l’argon, l’azote, le fréon et d’autres gaz
sont conditionnées en dehors du laboratoire dans une pièce clôturée ; Classées et stockées
selon la norme.

21
CHAPITRE 2
Cadre de stage

22
1/ Sensibilisation :( visite département de sécurité)
Le département de sécurité est là pour intervenir sur les
équipements et les installations et faire de la prévention et de
la sensibilisation auprès du personnel du complexe, la notion
de sécurité prend toute son importance dans un
environnement ou le risque peut porter aussi bien sur le
personnel et les équipements du complexe que sur la région
toute entier .il a aussi pour objectif de fixer les différentes conditions et précautions qui
doivent être respectées par nous tous.
Le département de sécurité est lié directement à la direction et il a comme politique ;
« Qu’aucun travail n’est urgent au point qu’il ne puisse être effectué de la manière la
plus sure possible »
Dés le déclanchement de la sirène l’alerte OGCU il faut :
1 coup de : Arrêter tout type de travail, tout moteur,
30 secondes. appareil électrique ou de soudure, rester à
Alarme zone votre poste.ne ne pas fumer.
10 coups de : Mettre votre chantier en sécurité, éteindre
5 secondes les lumières. rejoindre votre point de
Alarme OCU rassemblement.
1 coup de : Rejoindre les bus sans précipitation.
2 minutes.
Evacuation
1 coup de : Rejoindre votre poste de travail.
10 secondes.
Fin d’alerte
Si

vous assistez à un accident ou si vous découvrez une situation dangereuse appelez-le 5599

23
2/Visite salle de contrôle DCS :

Vue globale complexe

Distributed control system qui signifie système de contrôle distribué. C’est un systéme de
supervision et de régulation du procédé qui utilise la plus récente technologie informatique
retenue pour les deux complexes est :
 DC3000 du fournisseur HONEY WELL pour le complexe GL2/Z.
 I/A séries fournisseurs FOXBORO pour GL1/Z.
Le DCS comporte des modules électroniques d’entrée qui sont des appareils d’acquisition de
données permettant de recevoir les informations issues des mesures de procédé (pression,
débit, température…etc.) ; des modules électroniques de sortie qui sont des appareils qui
transmettent des ordres aux actionneurs tels que les vannes ; les moteurs ;qui agissent pour
rectifier les mesures de procédé ; les régulateurs qui sont un bloc ou ensemble de bloc sur
lesquels sont implantés des algorithmes qui exécutent les fonctions de contrôle de régulation
automatique.
Un poste de commande comportant un ou plusieurs écrans et claviers.il représente l’interface
de l’operateur avec le procédé ; Ordinateur éventuel permettant de faire la supervision ou la
gestion ; ces différents sont relies entre eux par réseaux de communication ; le dialogue avec
le système se fait a travers le poste de commande ou conduite constitués d’écrants et de
claviers sur ces derniers apparaissent des images informant l’opérateur sur le fonctionnement
du procédé ; les donnés du procédé peuvent être présentées sous forme de :
 Liste de grandeurs relatives a un découpage
 Liste d’alarme qui est des dépassements de limite admise par grandeur

24
Réseau vapeur chaudières

3/Département production (service et missions) :


A/ planning & programme :
Ce service est chargé de la planification des programmes mensuels de la production par train,
faire le suivi de la production de GNL, Butane, Propane, et de faire la coordination entre la
demande et la production et déterminer les manque à produire. Il a pour mission
fondamentalement le reporting, on y trouve tous les bilans et rapport de production et
consommation du complexe.
B/ Service Fabrication :
 Zone process
 Service (zone) utilités
 Service stockage et d’expédition
4/ visite laboratoire.
Conclusion
L’Algérie à favorisé la mise en valeur ses sous-sols en implantant au littoral de grande usines
de transformation de gaz. Le GL2Z est l’un de ces usines de l’entreprise SONATRACH.
Le complexe GL2Z transforme le gaz naturel GN en gaz liquide (liquéfaction) pour facilité
son transport et son exportation outre-mer.
Le complexe GL2Z, si ancien qu’il soit, il ne cesse de produire de GNL et produira encore
dans les année à venir, d’ailleurs pour réaliser cet objectif.
Un programme de rénovation à été mis en considération pour faire face à la Demande
étrangère et cela grâce à la compétence de ces ouvriers qui assurent le bon fonctionnement de
cette usine. Cependant, cette réalisation gardera le mérite d’avoir été une usine pilote dans le
monde pour des opérations de liquéfaction de gaz à grande capacités, et cela à servi de
prototype et de référence pour de nombreux projet dans le monde.
A l’échelle mondiale le GNL2Z à contribué à l’épanouissement d’une industrie nouvelle et
au développement et l’utilisation d’une énergie non polluante

25
Conclusion générale

Durant la période de stage au niveau du complexe GL2/Z , on a pu avoir une idée générale sur
le domaine industriel( procédures de liquéfaction, sécurité, instrumentation….).et ca nous a
permis d’avoir une expérience sur la vie perspective de l’industrie à travers les employeurs et
la documentation riche et disponible dans le complexe. Avec ces derniers on a pu améliorer
nos connaissances théoriques et les approuver en quelque sorte.

Je remercie l’ensemble des personnels des structures visitées pour l’accueil chaleureux et pour
leurs collaborations et surtout le service sécurité et DRH qui nous ont beaucoup orientés.

26