Vous êtes sur la page 1sur 97

Ce n’est qu’un extrait et la série complète sera disponible

nchlh en Septembre ‘2018’ sauf que pour les membres actifs.


MEDECINE LEGALE (245QCMs)

ECONOMIE DE LA SANTE (60QCMs)

EPIDEMIOLOGIE (34QCMs)

DERMATOLOGIE (200QCMs)

OPHTALMOLOGIE (138QCMs)

TRAUMATOLOGIE (259QCMs)

URO-NEPHRO (100QCMs)

COLLECTION DU «1000» QCMS


2

Salam alaykoum mes frères et mes sœurs

En tant que vous êtes externe, interne ou médecin généraliste, vous êtes sûrement
besoin de collections des QCM(s), des cours ou des résumés (exhaustives) pour réviser
facilement et surtout pour préparer efficacement au concours du RÉSIDANAT-BATNA

Donc, je vous invite à aimer et à suivre notre page facebook "La Ruche Des Toubibs"
où vous allez trouver certainement TOUT ce que vous cherchez.

"La Ruche Des Toubibs"


C'est le miel d'un travail collectif de plusieurs étudiants en médecine, des collections -
de QCM(s), Cours et Résumés Exhaustives, très bien Organisées, sûrement Correctes,
sous tout les Formes et IMPRIMABLES.

Le nom de la page Facebook :


La Ruche Des Toubibs

Le lien de la page (les fichiers en format photos)


https://www.facebook.com/La-Ruche-Des-Toubibs-186253186396…/

Site web (les fichiers en format pdf)


cookmed.org/resibatna

Pour participer avec nous sur la création de collections des QCM(s) et cours/résumés
d'autres module, Voici Le lien de notre groupe de travail :
https://web.facebook.com/groups/1139761066111558/

Et voici le nom de groupe :


~ ❤RÊSÎDÂNÂT ❤~ BÂTNÂ "2018"

Soyez les bienvenues ~ :)

[ Les fruits de ce projet ]


Trois livres imprimables très bien organisés pour la préparation au concours du
RÉSIDANAT - BATNA (Biologie - Médicale - chirurgie) séparés par cours et chaque
cours (résumé) avec ses QCM(s).

Une banque de tout les cours de tout les modules (PDF/PPT) sur un site très simple et
facile à l'utiliser.

Une banque du collections exhaustifs des QCM(s) de tout les modules (PDF(s)
imprimables) destinée spécialement pour les externes et pour la révision.

Boutelis Bilal >> pour me contacter >> https://www.facebook.com/bouchachithamellel

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


3
06-Choisissez la ou les réponses justes concernant la tache
 MEDECINE LEGALE  verte de putréfaction :
01-Choisissez la ou les réponses fausses concernant la mort a) C’est le signe absolu de la mort.
cérébrale : b) Son début est après 48h en hiver.
c) Elle apparait en regard de caecum.
a) Les critères scientifiques de ce coma sont fixés par
d) Elle résulte de la transformation de l’hémoglobine en
l’arrêté ministériel n° 34 du 19-11-2009.
sulfhémoglobine.
b) Il comporte 4 critères.
(a-c-d)
c) Le permis d’inhumation est délivré après la
constatation de décès cérébral. 07-Le constat de décès :
d) Son intérêt médico-légal est le prélèvement
d’organes. a) C’est une obligation du médecin envers le défunt, sa
(a-c) famille et la société.
b) Sa rédaction relève de la compétence surtout des
02-Choisissez la ou les réponses fausses concernant le médecins légistes.
refroidissement : c) Elle a seulement un intérêt épidémiologique.
d) Le certificat de constat de décès est rédigé en
a) La décroissance thermique se fait par 1°c/h.
respectant les règles générales de rédaction de ce
b) La température du corps exige en moyenne 24h
document.
pour être égale à celle du milieu ambiant.
(a-d)
c) La température est mesurée par la prise de T°
cutanée. 08-L’autopsie en cas d’infanticide permet de répondre aux
d) Elle permet de fixer le délai post-mortem. questions concernant :
(c-d)
a. La néonatalité.
03-Choisissez la ou les réponses justes concernant les b. La viabilité.
lividités cadavériques : c. La cause de la mort.
d. Les circonstances de la mort.
a) Il s’agit de taches bleues ou violacées.
(a-b-c)
b) Elles siègent au niveau des régions de pression,
respectant les zones déclives. 09-Le nouveau né est un enfant :
c) Elles sont dues à la transsudation du sang des
vaisseaux vers les tissus sous-cutanés a) Qui n’est pas encore inscrit dans les registres de
d) Leur position est en fonction de la pesanteur. l’état civil.
(a-c-d) b) De moins de 5 jours.
c) Depuis sa naissance jusqu'à la chute du cordon
04-Il est juste de dire que la rigidité cadavérique : ombilical.
d) Qui est inscrit dans les registres de l’état civil.
a) C’est un durcissement réversible.
(a-b-c)
b) Elle résulte d’accrochage de fibres d’actine et de
myosine. 10-Il est juste de dire que l’infanticide est :
c) Elle touche l’ensemble des muscles de l’organisme
et progresse de haut en bas a) Le meurtre d’un enfant nouveau né.
d) Elle prédomine au niveau des fléchisseurs des b) L’assassinat d’un enfant nouveau né.
membres sup et inf. c) Définit par l’article 259 de CCA.
(b-c) d) Pratiqué toujours par la mère.
(a-b)
05-Il est faux de dire que la rigidité cadavérique :
11-Dans le cas d’infanticide, les poumons ayant respirés
a) Débute 2 heures après la mort. sont :
b) Persiste malgré le début de la putréfaction.
c) Permet de fixer l’heure de décès. a) Des poumons légers de couleur rose.
d) Permet de déceler les éventuelles manipulations du b) Des poumons denses de couleur lilas (violée rosée).
corps. c) Des poumons crépitant à la palpation.
(b-c) d) Des poumons qui emplissent la cavité pulmonaire.
(a-c-d)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


4
12-Il est juste de dire que la docimasie hydrostatique est : 18-Le diagnostic de l’avortement criminel précoce est basé
sur :
a) Destinée à apprécier la densité du tissu pulmonaire
par apport à l’eau. a) Les aveux de la femme qui constituent le principal
b) Constituée de 4 temps. élément d’identification.
c) Concluante si le 1er temps est positif. b) La recherche de débris placentaires.
d) Pratiquée pour prouver que le nouveau né a vécu. c) Des modifications morphologiques des seins.
(a-b-d) d) L’écoulement lochial.
(a-b)
13-L’infanticide peut résulter :
19-Choisissez la ou les réponses justes concernant les
a) D’un traumatisme crânien. maladies générales aggravées par la gestation :
b) D’une asphyxie mécanique.
c) D’un empoisonnement. a) Les cardiopathies irréductibles.
d) D’une omission volontaire des soins. b) La néphrite chronique.
(a-b-c-d) c) La sclérose en plaque.
d) La maladie de Basedow.
14-Un enfant maltraité correspond à : (a-b-c)
a) Un enfant victime de violence volontaire. 20-Choisissez la ou les réponses justes concernant le viol :
b) Un enfant victime d’une absence intentionnelle de
soins. a) C’est l’intromission de la verge en érection dans la
c) Un enfant victime d’abus sexuels. cavité vaginale.
d) Un enfant victime de violence répétée exercée b) Exige l’absence de consentement.
toujours par la mère. c) La victime du viol peut être une femme morte.
(a-b-c) d) La conduite du viol est normale.
(a-b)
15-Les éléments constitutifs du délit de maltraitance des
enfants : 21-En ce qui concerne l’obstruction des voies respiratoires
par un corps étranger il est juste de dire :
a) La minorité de la victime.
b) L’intention volontaire de l’acte. a) Elle est de nature accidentelle dans la majorité des
c) La matérialité de l’acte. cas.
d) Le lieu des parents. b) Elle est très fréquente chez le sujet âgé.
(a-b-c) c) L’autopsie ne montre que la présence d’un corps
étranger intra pharyngé .
16-Un médecin peut examiner un enfant victime de d) La présence d’un corps étranger intra pharyngé avec
maltraitance suite à : le syndrome asphyxique.
(a-b-d)
a) Une chute.
b) Une visite médicale scolaire. 22-En faveur de la strangulation :
c) Une anémie.
d) Des troubles de contrôle sphinctérien. a) L’existence de stigmates unguéaux au nv de cou.
(a-b-c-d) b) La présence de signes de violence sexuelle associée.
c) La présence d’un syndrome asphyxique.
17-Le diagnostic positif de maltraitance des enfants vivants d) L’absence de lésions de violence sur le reste du
est basé sur : corps.
(a-b-c)
a) La multiplicité des lésions traumatiques.
b) La datation différente des lésions. 23-Le cadavre d’une personne pendue :
c) La concordance entre les constatations cliniques
souvent graves et les déclarations des parents. a) Doit être retrouvée suspendu et les pieds décollés du
d) L’amélioration de l’état de l’enfant à sol.
l’hospitalisation. b) Peut présenter des lividités cadavériques
(a-b-d) postérieures.
c) Présente constamment des signes d’asphyxie.
d) Peut être suspendue après le décès.
(b-d)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
5
24-A propos de la médecine légale, il est juste de dire : 30-Quelle proposition est juste concernant que l’autopsie
dans la mort subite peut objectiver ? :
a) C’est une discipline ayant essentiellement une
vocation des soins. a) Des lésions de violence mortelle.
b) Elle est au service de la justice. b) L’absence de lésions.
c) Elle n’agit que sur l’ordre du procureur. c) La présence d’un toxique dans le sang.
d) Elle s’exerce tant dans le domaine civile que pénale. d) Une lésion récente.
e) Elle recherche les indices d’une infraction même s’ils (d)
doivent être recueillis d’une manière illégale
(b-d) 31-Le diagnostic de la mort permet de déterminer :

25-Les mécanismes physiopathologiques qui interviennent a) La réalité et la constance du décès.


dans la pendaison : b) La forme médicolégale du décès.
c) L’estimation du moment de la mort.
a) Congestion. d) La circonstance de la mort.
b) Ischémie. (a-b-c)
c) Asphyxie.
d) Œdème cérébrale et pulmonaire. 32-Le diagnostic de la mort comporte :
(b-c)
a) La présence des signes négatifs de la vie.
26-Dans le cadre de la mort par inhibition reflexe les b) La présence des signes négatifs de la mort.
constatations sont : c) La présence des signes positifs de la vie.
d) La présence des signes positifs de la mort.
a) Il y a toujours une symptomatologie d’un syndrome (a-d)
asphyxique.
b) Une hypercapnie franche. 33-Choisissez la ou les fausses réponses à propos du
c) Absence de symptomatologie. refroidissement :
d) Aucune réponse n’est jute.
a) C’est la chute de la température centrale du corps.
(c)
b) La chute de la température est de 10°c /h.
27-L’asphyxie mécanique au lien est entrainée par : c) Le dégrée de décroissance thermique est constant.
d) Elle permet de fixer l’heure du décès.
a) Un obstacle des voies respiratoires. (b-c-d)
b) Une compression vasculaire.
c) Une compression abdominale permanente. 34-Choisissez la ou les fausses réponses à propos de la
d) Une baisse de la pression atmosphérique. rigidité cadavérique :
(b)
a) Il s’agit d’un durcissement musculaire réversible.
28-L’examen d’un pendu mort par inhibition révèle deux b) Elle affecte seulement les muscles extenseurs du
signes : corps.
c) La rigidité cadavérique persiste avec la putréfaction.
a) La cyanose et la congestion. d) Elle permet d’estimer l’heure du décès et les
b) La congestion et l’anoxémie. manipulations du corps.
c) L’hémorragie conjonctivale et l’hypercapnie. (a-b-c)
d) Aucune proposition n’est juste.
(d) 35-La formation de l’HBCO dans l’organisme humain dépend
de :
29-Quelle proposition est juste concernant la classification
de la mort subite au cours d’un AVC ? : a) La durée d’exposition.
b) La concentration du CO dans l’air inspiré.
a) Mort fonctionnelle avec état pathologique c) La ventilation alvéolaire.
préexistant. d) L’état de santé.
b) Mort fonctionnelle essentielle. (a-b-c-d)
c) Mort fonctionnelle par inhibition.
d) Mort lésionnelle avec cause évidente.
(b-d)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


6
36-La phase d’imprégnation de l’intoxication oxycarbonée 42-La durée de vie de l’enfant après sa naissance est
est marquée par : appréciée par :

a) Un taux de l’HBCO dans le sang de 25%. a) La résorption de la bosse séro-sanguine en 5à10 jrs.
b) Des céphalées avec asthénie. b) La chute du cordon ombilical commence en 2 à 3 jrs
c) Des diarrhées. avec chute totale en 5 à 10 jrs.
d) Il existe des placards roses carminés sur les c) L’air dans l’estomac qui sera rempli d’air en 1 à 5 h.
téguments. d) L’expulsion du méconium sera totale au bout de 25 j.
(a-b) (b-c-d)

37-Les éléments constitutifs de l’infraction de l’infanticide 43-En cas de mort naturelle, le médecin doit :
sont les suivants :
a) Délivre le permis d’inhumer.
a) Il faut que l’enfant soit un nouveau-né. b) Rédige le certificat de décès avec obstacle médico-
b) Il faut que le nouveau-né ait vécu. légal à l’inhumation.
c) Il faut que la mort ait été donnée volontairement. c) Rédiger le certificat de décès sans obstacle médico-
d) Il faut que l’enfant soit inscrit sur les registres de légal à l’inhumation.
l’état civil. d) S’assure qu’il s’agit d’une mort réelle et constante.
(a-b-c) (c-d)

38-On dit que le nouveau-né a vécu si : 44-Choisissez la ou les réponses justes concernant les
lividités cadavériques :
a) Les poumons emplissent la cavité pulmonaire.
b) Les poumons sont denses, lisses, de couleur lilas a) Se disposent au niveau du dos chez un sujet mort
foncée. en décubitus ventral.
c) Les docimasies hydrostatiques sont positives au b) Surviennent 2 h après la mort.
différents temps. c) S’effacent en les frottant avec de l’eau salée.
d) Il y a expulsion du méconium. d) Sont de coloration verte.
(a-c-d) (b)

39-Choisissez la ou les réponses justes concernant la 45-A l’examen d’un cadavre, quel signe est très évocateur
docimasie hydrostatique : d’une intoxication au CO ? :

a) Elle est destinée à apprécier la densité du tissu a) Le dépôt de fumées sur le corps
pulmonaire par apport à l’eau. b) La présence d’une coloration rose carminée des
b) Les poumons nageant flottent à la surface. lividités .
c) Cette épreuve comporte 05 temps. c) La présence d’un champignon de mousse buccal.
d) Cette docimasie est dite positive si ses différents d) Une pâleur des téguments.
temps sont positifs. (b)
(a-b-d)
46-La strangulation à la main est une asphyxie :
40-Les signes de maturité d’un nv-né se réduisent en :
a) Atmosphérique et chimique.
a) L’aspect externe du corps. b) Mécanique.
b) Le développement corporel. c) Atmosphérique.
c) L’ossification du squelette. d) Chimique et mécanique.
d) L’état des viscères. (b)
(a-b-c-d)
47-Parmi les propositions suivantes concernant la
41-Un nouveau-né mature est caractérisé par : strangulation au lien, lesquelles sont justes ? :

a) Le cordon ombilical est inséré au dessous de la a) La présence d’un sillon complet , horizontal et bas
moitié du corps. situé.
b) Le poids est de 3000 g. b) Elle est dans la majorité des cas accidentelle.
c) La taille est située entre 25cm et 35cm. c) La présence des lésions de violence physique
d) Le point d’ossification de BECLARD entre 5 et sexuelles associées.
7 .5mm. d) La présence de signes asphyxiques.
(b-d) (a-c-d)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
7
48-Quels sont les signes évocateurs d’une intoxication au 53-Parmi les éléments suivants, quels sont les éléments
monoxyde carbone ? : constants dans la plaie d’entrée d’une blessure projectile
d'arme à feu ? :
a) Des céphalées.
b) Une asthénie. a) L’orifice d’entré.
c) Des diarrhées. b) La collerette érosive.
d) Des vomissements. c) La collerette d’essuyage.
(a-b-d) d) La zone de tatouage.
(a-b-c)
49-Parmi les propositions suivantes, laquelle correspond à la
définition de l’incapacité temporaire totale de travail ITT ?: 54-Parmi les propositions suivantes, quels sont les
constituants d’un projectile d’arme a feu ? :
a) C’est la durée de temps pendant laquelle la
personne ne peut pas effectuer les gestes de la vie a) La douille.
quotidienne. b) L’organe de percussion.
b) C’est la durée de temps pendant laquelle la c) L’amorce.
personne ne peut pas travailler. d) La bourre.
c) C’est le pourcentage d’incapacité dans (a-c-d)
l’accomplissement des gestes de la vie quotidienne
et professionnelle. 55-Parmi les propositions suivantes, quels est le signe
d) C’est la durée de temps nécessaire à la caractéristique d’un tir à bout touchant appuyé ? :
consolidation d’une fracture en plus de la durée de
a) La collerette érosive.
temps nécessaire à la rééducation fonctionnelle.
b) La chambre de mine.
(a)
c) La zone de tatouage.
50-Il est juste de dire que l’ecchymose présente les ou les d) La zone d’estompage.
caractéristiques suivantes : (b)

a) C’est une lésion toujours vitale. 56-Parmi les propositions suivantes, quels sont les signes
b) C’est une collection de sang dans une cavité qui peuvent être observés dans un tir à longue distance ? :
néoformée.
a) L’orifice d’entré.
c) C’est une blessure uniquement tégumentaire.
b) La zone de tatouage.
d) C’est une lésion qui peut refléter parfois l’objet qui
c) La collerette d’essuyage.
l’a produite.
d) La collerette érosive.
(a-d)
(a-c-d)
51-La couleur des contusions du 1er et 2ème degré présente
57-Parmi les signes suivants, quels sont les signes en faveur
la ou les caractéristiques suivantes :
d’une submersion vitale ? :
a) Elle est due à la dégradation de la myoglobine.
a) La présence d’une spume hydro-aérique dans les
b) Elle se fixe après le décès.
voies respiratoires.
c) Elle permet de dater la lésion.
b) La présence d’eau dans le colon.
d) Elle est toujours visible sur la peau.
c) La macération des paumes des mains et des plantes
(b-c)
des pieds.
52-La blessure par projectile d'arme à feu présente la ou les d) La présence de diatomées dans la moelle épinière.
caractéristiques suivantes : (a-c)

a) C’est une blessure contuse. 58-Il est juste de dire que la submersion en eau douce
b) Elle est pénétrante lorsque le projectile ressort du entraine :
corps.
a) Une hémoconcentration.
c) Elle est toujours grave.
b) Une hémolyse.
d) Elle est transfixiante lorsque le projectile persiste à
c) Une insuffisance cardiaque.
l’intérieur du corps.
d) Une fibrillation ventriculaire.
(a)
(b-d)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


8
59-La submersion en eau de mer entraine : 65-Quelle proposition est juste, mentionner la date et l'heure
du prélèvement pour alcoolémie, sur le tube sert à ? :
a) Une hémoconcentration.
b) Une hyperkaliémie. a) Mesurer l’alcoolémie au moment du prélèvement.
c) Un important œdème des poumons. b) Pour reconnaitre le personnel de santé qui fait le
d) Une insuffisance cardiaque. prélèvement.
(a-c-d) c) Pour différencier une intoxication chronique.
d) Pour calculer l’alcoolémie au moment de l’incidence.
60-L’identification par les empreintes digitales : (a-d)
a) C’est une méthode d’identification peu efficace, 66-Quelle proposition est fausse concernant la
lente et incertaine. connaissance du métabolisme de l’éthanol qui permet de ? :
b) C’est une méthode d’identification comparative.
c) C’est la méthode d’identification la plus répondue a) Désigner les urines et la salive comme meilleurs
dans le monde. sites de prélèvements.
d) C’est une méthode d’identification reconstructive. b) Désigner l’alcoolémie comme meilleur moyen
(b-c) d’estimer le taux d’alcool.
c) Désigner l’alcootest comme meilleur moyen
61-Il est juste de dire que l’identification par les empreintes d’estimer le taux d’alcool.
génétiques se caractérise par : d) De lier la glycémie à l’ivresse.
(a-c-d)
a) Elle permet l’établissement de la filiation .
b) C’est une méthode d’identification comparative et 67-Dans la survenue d’un accident, la responsabilité du
reconstructive . médecin peut être retrouvée, quelle proposition est juste ? :
c) C’est une méthode d’identification qui peut
s’appliquer uniquement en présence de cellules a) Le médecin n’a aucune responsabilité.
nucléées . b) Le médecin à une part de responsabilité quelque soit
d) C’est une méthode d’identification semi-moderne. le motif.
(a-b) c) Quand il assiste à l’accident.
d) La rédaction de documents médicaux, est
62-Parmi les propositions suivantes, quels sont les responsable de l’accident.
méthodes qui nécessitent toujours la collaboration du (d)
médecin ? :
68-Quelle proposition est fausse, concernant la
a) L’identification visuelle. connaissance des mécanismes des accidents qui permet de:
b) L’identification par les empreintes digitales.
c) L’identification par le squelette. a) D’expliquer les lésions retrouvées.
d) L’identification génétique. b) D’avoir une stratégie lors d’une intervention.
(c-d) c) D’adopter des attitudes au cours d’opérations de
secourisme.
63-Il est juste de dire que l’identification par le squelette d) Aucune proposition n’est juste.
nécessite : (d)
a) La présence obligatoire d’un squelette complet. 69-Le diagnostic différentiel des lividités se fait avec :
b) L’utilisation de catalogue et de table de référence.
c) La présence d’un squelette complet ou de quelques a) Ecchymose.
pièces osseuses. b) Hématome.
d) La collaboration de généticiens. c) La tache verte de putréfaction.
(b-c) d) La plaque parcheminée.
(a-b)
64-Avant tout prélèvement d’alcoolémie, des conditions
doivent êtres réunies, quelle est la première condition ? : 70-L’étude médico-légale des ecchymoses renseigne sur :

a) Présence d’un agent de police. a) L’ancienneté du traumatisme.


b) Etre médecin. b) La forme de l’agent vulnérant.
c) La présentation d’une réquisition. c) La datation de la mort au moment du traumatisme.
d) Le patient doit être en état d’ivresse. d) Le point d’impact du traumatisme.
(c) (b-d)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
9
71-Parmi les critères de lésion antéŔ mortem, nous citons : 76-Devant un cas d’infanticide, l’examen externe, l’autopsie
et les investigations pratiquées permettent de répondre aux
a) L’hémorragie sans infiltration des tissus. questions suivantes :
b) L’écartement des berges de la plaie.
c) La coagulation du sang in situ. a) S’agit-il d’un nouveau né ?
d) Le parcheminement des lésions. b) Etait-il viable ?
(b-c) c) A-t-il vécu ?
d) Quelle est la cause du décès ?
72-Choisissez la ou les réponses fausses à propos de (a-b-c-d)
l’intoxication oxycarbonée :
77-Le diagnostic de l’avortement tardif provoqué chez la
a) Il s’agit d’une intoxication fréquente pendant la femme vivante est basé sur :
période estivale.
b) Son mécanisme se fait par une hypoxie cellulaire et a) Le développement de l’utérus et l’état de col.
une anoxémie sanguine. b) Les modifications morphologiques des seins et la
c) La clinique est très variée et son traitement montée laiteuse.
spécifique reste l’oxygénothérapie. c) La rétention placentaire.
d) La dose létale est de 56 % de HBCO. d) Des vergetures de l’abdomen.
(a-d) (a-b-c-d)

73-Concernant le monoxyde de carbone il est juste de dire : 78-Les signes qui sont en faveur de strangulation au lien
sont représentés par :
a) C’est un gaz incolore, inodore et insipide.
b) Sa densité est supérieure à celle de l’air. a) Un sillon cervical incomplet et oblique vers le haut.
c) Il provient de la combustion complète des matières b) Des traces de violence sur le corps.
carbonées. c) L’absence de lésions de violence sur le corps.
d) L’affinité de l’hémoglobine adulte pour le CO est 250 d) Un sillon bas situé au dessous du larynx.
fois supérieure à son affinité pour l’O2. (b-d)
(a-d)
79-Dans la pendaison, les éléments caractéristiques sont
74-La physiopathologie du monoxyde da carbone dans le représentés par :
corps est la suivante :
a) Un sillon cervical horizontal et haut situé.
a) Son absorption se fait essentiellement par voie b) Un sillon cervical incomplet et oblique vers le haut.
pulmonaire et rarement cutanée. c) Des lividités dorsales.
b) Sa diffusion est très rapide à travers la barrière d) Un sillon cervical circulaire, bas situé.
alvéolo-capillaire. (b)
c) La fixation se fait seulement au niveau des protéines
héminiques (HB). 80-Le confinement est un aspect particulier de la suffocation
d) Sa ½ vie d’élimination est de 35 minutes sous
a) Il est toujours d’origine criminelle.
Oxygénothérapie normobare.
b) Il peut être provoqué par une grande bousculade.
(b)
c) Il est du à une constriction cervicale.
75-Le diagnostic médico-légal de l’intoxication oxycarbonée d) Il survient chez un individu prisonnier dans une
est basé sur : enceinte close.
(d)
a) Les circonstances de survenue et le caractère
volontiers collectif. 81-Le mécanisme de l’enlisement correspond :
b) L’absence de toute lésion de violence sur le corps.
a) A la disparition progressive de la victime dans un
c) La teinte rose carminée de la peau, des muqueuses,
milieu liquide plus ou moins visqueux.
des muscles et des organes.
b) A une asphyxie dans un milieu clos.
d) Un prélèvement d’un tube sec.
c) A une mort par constriction cervicale.
(a-c)
d) A une mort par inhibition circulatoire et respiratoire.
(a)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


10
82- A propos de l’enlisement : 88-Parmi les caractères de l’orifice d’entrée, lequel n’est pas
constant ? :
a) L’asphyxie survient chez un sujet prisonnier d’une
enceinte clos. a) La collerette érosive.
b) La victime se trouve enfuie dans un matériau solide b) L’orifice de pénétration.
finement divisé. c) Les tatouages.
c) L’autopsie fera facilement le diagnostic. d) La collerette essuyage.
d) La mort survient par un mécanisme reflexe. (c)
(b-c)
89-La zone d’estompage, caractère secondaire des
83-Parmi les propositions suivantes, quels sont les blessures par arme à feu, est retrouvée :
caractéristiques d’une pendaison complète ? :
a) Dans les tirs à bout portant.
a) Elle est souvent considérée comme un acte b) S’il y’a interposition de vêtements.
suicidaire. c) Si le tir est oblique.
b) Une partie du corps repose sur un support. d) Seulement quand la poudre est noire.
c) Demeure fréquente dans le milieu pénitencier. (a)
d) Les lividités siègent le plus souvent dans les parties
déclives du corps. 90-Parmi les problèmes soulevés par les accidents de la voie
(a-d) ferrée, quelles propositions sont justes ? :

84-Parmi les propositions suivantes, quels sont les a) L’identification des victimes.
caractéristiques d’un sillon classique de strangulation ? : b) L éloignement du lieu de l’accident.
c) La reconnaissance de la forme médicolégale.
a) Sillon complet sus laryngé et horizontal. d) L’absence de guide de conduite.
b) Sillon complet, sous laryngé et horizontal. (a-c)
c) Sillon complet, sus laryngé et horizontal.
d) Sillon incomplet, sus laryngé et horizontal. 91-Parmi les caractères suivants, lequel n’est pas celui d’un
(b) orifice d’entrée ? :

85-La suffocation est une asphyxie mécanique qui peut a) La collerette érosive.
résulter : b) L’absence de collerette.
c) Les tatouages.
a) De la compression thoraco-abdominale. d) La collerette d’essuyage.
b) D’une constriction du cou par un lien. (b)
c) D’une constriction du cou par la main.
d) De l’occlusion directe de la bouche et du nez. 92-Cochez la ou les réponses justes :
(a-d)
a) Le diagnostic de la mort doit se faire uniquement par
86-Le mécanisme physiopathologique de la strangulation le médecin.
résulte beaucoup plus : b) Le diagnostic de la mort se fait sur réquisition.
c) Le diagnostic de la mort peut se faire par le
a) D’un mécanisme combiné de l’obstruction des voies procureur de république.
respiratoires et de l’inhibition. d) le diagnostic de la mort cérébrale permet le
b) De l’obstruction des voies respiratoires et de la prélèvement d’organe sur cadavre.
compression des vaisseaux. (a-d)
c) D’une inhibition reflexe et de la compression des
vaisseaux du cou. 93-L’étude des phénomènes cadavériques apportes des
d) D’une inhibition reflexe. informations sur la ou les questions suivantes :
(b)
a) L’estimation du moment du décès.
87-La strangulation à la main associée : b) L’identification du défunt.
c) L’orientation sur l’éventuelle mobilisation du cadavre
a) Un syndrome asphyxique. d) L’identification de l’auteur d’un crime.
b) Des ecchymoses et traces digitales au nv du cou. (a-c)
c) Des lésions de violence associées.
d) Un sillon cervical complet et horizontal.
(a-b-c)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
11
94-Il est juste de dire que les signes négatifs de la vie : 99-Les lésions post-mortem qu’on peut constater sur un
cadavre victime d’une submersion sont :
a) Sont des signes précoces de la mort.
b) Sont des signes tardifs de la mort. a) Des lésions de charriages.
c) Permettent l’inhumation directe du cadavre. b) Des ecchymoses.
d) Permettent l’arrêt de la réanimation. c) Des abrasions épidermiques.
(a-d) d) Des lésions occasionnées par des hélices des
bateaux et les morsures des animaux aquatiques.
95-Parmi les propositions suivantes, quelles sont celles qui (a-d)
orientent vers un mort naturelle ? :
100-La mort par submersion peut être considérée comme :
a) L’absence de toutes lésions de violence sur
l’ensemble du corps. a) Une mort naturelle.
b) La présence d’un état pathologique décompensé. b) Une mort violente.
c) La présence d’un état pathologique bien équilibré. c) Une mort suspecte du fait de l’existence de
d) La présence d’une contusion de l’extrémité l’immersion.
céphalique. d) Elle est toujours consécutive à l’inondation des voies
(a-b) respiratoires.
(b-c)
96-Parmi les propositions suivantes, quelles sont les
éléments qui permettent la datation de la mort ? : 101-Il est juste de dire que l’intoxication éthylique présente
les caractéristiques suivantes :
a) L’étude de l’évolution de la courbe de température.
b) L’étude de la digestion des aliments ingérés. a) C’est une intoxication fréquente et très répandue.
c) L’étude de la cicatrisation des lésions. b) C’est une intoxication souvent mortelle.
d) L’étude de la variation de la rigidité cadavérique. c) Le TRT nécessite l’administration d’un chélateur.
(a-b-d) d) Elle peut se compliquer d’une hypoglycémie.
(a-d)
97-Parmi les propositions suivantes, quelles sont les signes
en faveur d’une submersion vitale ? : 102-Parmi les propositions suivantes, quelle est la méthode
d’identification qui est uniquement comparative ? :
a) La présence d’une hémorragie en péri bronchique à
l’examen macroscopique des poumons. a) l’identification visuelle.
b) La présence de déchirures des parois alvéolaires à b) l’identification génétique.
l’examen microscopique des poumons. c) l’identification par les empreintes digitales.
c) La présence de l’eau dans l’estomac et la partie d) l’identification odontalgique.
proximale du duodénum. (c)
d) La présence d’une macération des paumes des
mains et des plantes des pieds. 103-A propos de l’identification par les empreintes digitales,
(b-c-d) il est juste de dire :

98-Parmi les propositions suivantes, quelles sont les a) C’est une méthode d’identification semi-moderne.
caractéristiques de la putréfaction en cas de submersion ? : b) C’est une méthode d’identification reconstructive.
c) C’est une méthode d’identification facile à réaliser et
a) Elle est plus rapide que la putréfaction à l’air libre. fiable.
b) Elle est plus rapide que la putréfaction en terre. d) Elle se fait à partir de l’ADN nucléaire et
c) Elle est ralentie lorsque le cadavre est rapidement mitochondriale
repêché. (a-c)
d) Le séjour prolongé dans l’eau favorise la formation
de l’adipocire. 104-Il est juste de dire que l’identification par le squelette :
(b-d)
a) Se base sur les données anthropologiques.
b) Se pratique sur des squelettes complets ou sur des
pièces osseuses.
c) Est une méthode d’identification très fiable.
d) Est une méthode d’identification uniquement
reconstructive.
(a-b)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
12
105-Au cours de la mort, les éléments de la triade classique 110-Dans les blessures, on distingue les contusions du
des signes positifs précoces de la mort vous permettant premier degré qui sont représentées par :
d’établir le certificat de décès sont :
a) Les plaies contuses.
a) Refroidissement, autolyse cellulaire et les lividités. b) Les plaies par arme à feu.
b) Refroidissement, les lividités et la rigidité. c) L’ecchymose.
c) Refroidissement, les lividités et la tache verte de d) L’hématome.
putréfaction. (c)
d) Refroidissement, les lividités et la tache verte
abdominale 111-A propos des blessures, il est juste de dire que les
(b) contusions sont :

106-La constatation de la tache verte abdominale vous a) Des traumatismes ouverts.


permet de dire : b) Des traumatismes fermés.
c) Occasionnées par des agents piquants.
a) Est un signe précoce de la mort. d) Occasionnées par des agents tranchants.
b) Est un élément thanatologique permettant le (b)
diagnostic de la cause de la mort.
c) Est un élément thanatologique permettant 112-Les violences sexuelles sont des crimes ou des délits
d’approcher la date de la mort . contre des personnes. L’attentat à la pudeur :
d) Apparait en même temps que les lividités.
a) Est un acte à caractère sexuel accompli à distance et
(c)
en public.
107-Parmi les mort subites, la mort subite lésionnelle b) Est un acte sexuel commis sur une personne
montre que : consentante.
c) Est considéré comme délit dans la législation
a) Les constatations autopsiques expliquent à elles algérienne.
seules la cause de la mort. d) Est un acte sexuel de même nature que le viol.
b) Les constatations autopsiques ne sont pas (c)
caractéristiques pour expliquer la cause de la mort.
c) Les constatations autopsiques retrouvées sont 113-Concernant les violences sexuelles, le viol conjugal
insuffisantes pour pouvoir expliquer le décès. dans législation algérienne :
d) Des examens toxicologiques sont indispensables
a) N’est pas reconnu.
pour éliminer une autre cause de mort.
b) Est reconnu, mais non réprimé.
(a)
c) Est un crime puni par l’article 336 du code pénal
108-En cas de mort subite fonctionnelle sans état algérien.
pathologique antérieure, l’autopsie retrouve : d) Est un délit.
(a)
a) Une cause évidente de la mort.
b) Une autopsie blanche. 114-Dans la pendaison on observe souvent :
c) Un infarctus du myocarde récent.
a. Un sillon horizontal haut situé.
d) Des lésions anciennes mais qui étaient tolérées par
b. Un sillon incomplet et oblique vers le haut.
la victime.
c. Un sillon horizontal et bas situé.
(b)
d. Un sillon circulaire et bas situé.
109-A propos de la mort, il est juste de dire : (b)

a) Son diagnostic ne peut être posé que sur les signes 115-Ce qui caractérise la pendaison incomplète :
négatifs de la vie.
a) Le sillon cervical est incomplet.
b) Elle peut être réversible même lorsqu’elle est dite
b) Les lividités siègent toujours au niveau des parties
constante et absolue.
déclives du corps.
c) L’arrêt cardio-circulatoire est un signe positif de la
c) Une partie du corps de la victime repose sur un
mort.
support.
d) La mort n’est attestée que si elle est absolue.
d) Elle est le plus souvent d’origine criminelle.
(d)
(a-c)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


13
116-A propos de la suffocation, il est juste de dire : 121-Les manifestations de la submersion en eau douce :

a) Elle est toujours d’origine criminelle. a) L’hémoconcentration.


b) Elle peut être provoquée par une grande bousculade. b) L’hémolyse.
c) Elle est due à une constriction cervicale. c) L’hypokaliémie.
d) Elle peut être d’origine accidentelle. d) L’hémodilution.
(b-d) (b-d)

117-Le principale support de la thanatologique en médecine 122-Les signes en faveur d’une submersion vitale sont :
légale est :
a) La macération des mains et des pieds.
a) L’autopsie médico-judiciaire. b) La présence de lésions de charriage.
b) L’expertise médicale. c) La présence du sable et du plancton végétale dans
c) De déterminer la durée de l’incapacité totale de les bronches respiratoires.
travail (ITT) au sens pénal du terme. d) La présence de diatomées dans la moelle osseuse.
d) La toxicologie analytique et l’identification génétique. (c-d)
(a)
123-Parmi les propositions suivantes quelles, sont les
118-Cochez la ou les réponses justes concernant les armes manifestations d’une submersion en eau de mer ?:
à feu à canon lisse :
a. L’hémoconcentration.
a) Les armes à feu à canon lisse tirent des projectiles à b. L’inondation des poumons par le plasma sanguin.
bale. c. L’hyperkaliémie.
b) Les armes à feu à canon lisse tirent des projectiles à d. l’hémolyse.
plomb. (a-b)
c) Les armes à feu à canon lisse sont souvent utilisées
pour la chasse. 124-Il est juste de dire que l’intoxication éthylique :
d) Les armes à feu à canon lisse produisent des
a) Est toujours mortelle.
rainures sur les douilles.
b) Constitue des problèmes de santé publique, sociaux
(b-c)
et familiaux.
119-Parmi les propositions suivantes, quels sont les c) Prédispose aux infractions volontairement commises
caractéristiques de la plaie de sortie produite par un d) Ne prédispose pas aux tares génétiques.
projectile d’arme à feu ? : (b-c)

a) C’est une plaie simple. 125-Dans le cadre de la circulation routière en Algérie, il est
b) C’est une plaie contuse atypique, généralement juste de dire que :
d’aspect étoilé.
a) Le dépistage de la conduite en état d’ivresse se fait
c) Elle est constamment retrouvée dans les blessures
par l’alcotest.
par arme à feu.
b) L’infraction de conduite en état d’ivresse est retenue
d) Elle est entourée par les zones de tatouage et
lorsque l’alcoolémie est supérieur à 0.2 g /l.
d’estompage.
c) Le dosage de l’alcool peut se faire à partir d’un
(b)
prélèvement urinaire.
120-Il est juste de dire que l’orifice osseux produit par un d) L’alcotest permet de rechercher l’imprégnation
projectile d’arme à feu présente la ou les caractéristiques alcoolique.
suivantes : (a-b-d)

a) Il est de diamètre supérieur au diamètre du 126-Choisissez la ou les réponses justes à propos de


projectile. l’avortement criminel :
b) Il est mieux étudié lorsqu’il s’agit d’un os plat.
a) C’est l’expulsion prématurée volontairement
c) Les bords sont tallés en entonnoir qui s’ouvre dans
provoquée du produit de conception.
le sens du tir.
b) Cette expulsion exige une nécessité médicale.
d) Il peut être un orifice d’entré ou de sortie.
c) Peut être involontaire.
(b-c-d)
d) Les substances abortives exercent toujours leur
action sur le fœtus.
(a)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
14
127-Le diagnostique de l’avortement précoce chez la femme 132-Pour dire qu’un enfant nouveau-né est mature, il faut :
vivante se base sur :
a) Un cordon ombilical inséré au-dessous de la moitié
a) Les aveux de la femme. du corps.
b) La présence de débris placentaires à l’examen b) Un poids de 3000 gr.
histologique de l’endomètre. c) Un point d’ossification de Béclard de 4mm de
c) La béance de l’orifice cervical. diamètre.
d) Posé avec certitude même tardivement. d) La présence du méconium dans le gros intestin.
(a-b-c) (b-d)

128-Les signes cliniques de l’avortement tardif chez la 133-L’estimation de la durée de vie d’un nouveau-né est
femme vivante comportent : basée sur :

a) La vacuité utérine. a) La chute du cordon ombilical en 15 à 20 jours.


b) La montée laiteuse. b) La bosse séro-sanguine se résorbe en 3 à 4 jours.
c) La rétention placentaire. c) L’expulsion totale du méconium au bout de 10 jours.
d) Les modifications morphologiques des seins. d) La desquamation du vernix caseosa en 4-15 jours.
(b-c-d) (b-d)

129-L’avortement thérapeutique est pratiqué en cas de : 134-On trouve dans l’intoxication par le monoxyde de
carbone :
a) La mère encourt un danger extrême, réel, actuel qui
menace seulement sa santé. a) La coloration rose carminée des lividités.
b) Ce danger est sous la dépendance certaine de la b) Un aspect lavé des viscères.
grossesse. c) Des lividités distales.
c) L’interruption de la grossesse pourra cesser le d) Un taux d’HBCO de 66%.
danger. (a-d)
d) Cette conduite thérapeutique constitue le seul
moyen pour sauver la mère. 135-Quels éléments suivants sont évocateurs d’un
(b-d) syndrome de l’enfant victime de maltraitance ? :

130-L’aspect macroscopique des poumons ayant respiré au a) Les constatations de l’examen physique de l’enfant.
cour des docimasies macroscopiques montre b) Les constatations de l’examen psychologique.
c) L’amélioration sans rechute des lésions lors de
a) Des poumons rétractés. l’hospitalisation ou l’isolement.
b) Des poumons de couleur lilas foncée. d) Le contexte psycho-social de l’entourage.
c) Des poumons emplissant la cavité thoracique. (a-b-c-d)
d) Des poumons sont légers et roses.
(c-d) 136-Parmi les signes suivants, lequel est le plus évocateur
de la pendaison ? :
131-Il est établi que l’enfant a vécu si :
a) Un sillon horizontal.
a) Les poumons flottent à la surface de l’eau au cour b) Champignons de mousse buccal.
des docimasies hydrostatiques. c) Sillon incomplet.
b) La positivité des 1er et 2eme temps des docimasies d) Des lividités postérieures.
hydrostatiques est suffisante.. (c)
c) Les poumons plongent dans l’eau au cour des
docimasies hydrostatiques. 137-Le sillon de pendaison chez le pendu complet est :
d) Les docimasies hydrostatiques sont positives aux
a) Toujours horizontal.
différents temps.
b) Oblique ascendant de l’anse vers le nœud.
(a-d)
c) Oblique ascendant du nœud vers l’anse.
d) Localisé au niveau du cou.
(b-d)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


15
138-A propos de la suffocation, il est juste de dire : 143-Dans la noyade, il est juste de dire qu’elle résulte:

a) Elle peut être l’origine accidentelle. a) De l’obturation des voies respiratoires par occlusion
b) Elle peut être en rapport avec une constriction ou obstruction.
cervicale externe b) De la pénétration d’un liquide dans les voies
c) La suffocation du nouveau né par occlusion des respiratoires .
voies aériennes externes laisse habituellement des c) De la pénétration dans les voies respiratoire d’un
traces dans le pourtour buccal. liquide plus ou mois visqueux.
d) La présence du contenu gastrique au niveau des d) D’un épuisement progressif de l’air dans les voies
voies aériennes supérieurs à l’autopsie confirme le respiratoires.
diagnostic de MENDELSON. (b)
e) Les signes asphyxiques sont rares dans les suicides
par recouvrement de la tête par un sac en plastique. 144-Dans la noyade primitive :
(a-c-d)
a) La noyade peut résulter de l’incompétence technique
139-A propos de la pendaison : et épuisement musculaire.
b) La noyade peut résulter d’une syncope thermo
a) Elle est rarement criminelle. différentielle.
b) Elle entraine une constriction active, progressive et c) Il s’agit d’une inondation des poumons.
horizontale autour du cou. d) La noyade est due à la dépression thoracique et la
c) Une compression autour de cou de plusieurs pratique de l’hyper ventilation.
dizaines de kg est nécessaire pour amener la mort. (a-c)
d) Un sillon cervical ne peut être constaté qu’en cas de
suspension vitale. 145-Dans la submersion en eau de mer il existe:
e) Le sillon de pendaison est le plus souvent complet et
a) Un œdème pulmonaire aigu par surcharge.
horizontal.
b) Une hyper-natrémie.
(a)
c) Une hémolyse avec anémie et hyperkaliémie .
140-En faveur d’une strangulation au lien : d) Une hémoconcentration.
(b-d)
a) Sillon cervical incomplet oblique vers le haut.
b) Sillon bas situé au dessous du larynx. 146-Dans la présentation clinique grand hypoxique anoxique
c) Présence de traces de violence sur le corps. de la noyade, le sujet présente :
d) Multitude des sillons sur le cou.
a) Une détresse respiratoire et une dyspnée .
e) Présence de stigmates de violence sexuelle associé.
b) Un collapsus cardio-vasculaire .
(b-c-d-e)
c) Une légère gène respiratoire.
141- Le monoxyde de carbone : d) Un épuisement et un refroidissement.
(b)
a) Est beaucoup plus lourd que l’air.
b) Est explosif lorsqu’il est mélangé à l’air dans 147-Dans la phase de projection et de chute, la victime
certaines proportions. présente:
c) Traverse facilement la barrière alvéolo-capillaire.
a) Des lésions plus marquées sur les parties
d) Se fixe sur l’hémoglobine et la myoglobine .
découvertes.
(b-c-d)
b) Des éclatements des organes pleins et des fractures
142-Concernant le monoxyde de carbone ,quelles du bassin.
propositions sont exactes ? : c) Des lésions d’écrasement ou d’arrachement.
d) Des lésions qui peuvent donner une indication sur la
a) Il se lie avec autant d’affinité que l’oxygène à vitesse du véhicule et la distance d’arrêt.
l’hémoglobine. (a-d)
b) Il se forme lors de la combustion incomplète des
matières organiques.
c) C’est un gaz inodore et incolore.
d) Il peut engendre une méthémoglobinémie.
(b-c)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


16
148-En ce qui concerne la prévention secondaire des 154-Parmi les caractères constants de l’orifice d’entrée,
accidents de trafic, elle est marqué par : lequel peut manquer ? :

a) La recherche des facteurs de risque aussi bien a) La collerette érosive.


matériels que personnels. b) L’orifice de pénétration.
b) L’amélioration des dispositifs de sécurité dans les c) L’infiltration hémorragique.
véhicules et des équipements . d) La collerette d’essuyage.
c) Des actions d’amélioration des dispositifs de (d)
secours, de soins et de suivi afin pour une meilleur
prise en charge des blessés. 155-La notion de diminution horaire de o.1g/l de
d) L’action sur le taux d’alcoolémie qui augmente le l’alcoolémie permet de calculer:
risque d’accident mortel.
a) La quantité d’alcool absorbée.
(b-c)
b) La quantité d’alcool dégradée.
149-Les tatouages disparaissent : c) L’alcoolémie au moment de l’accident.
d) L’alcoolémie actuelle.
a) Après la mort. (c)
b) Après lavage.
c) Dans les tirs obliques. 156-Après un coup de feu sont projetés :
d) Aucune proposition.
a) La fumée, les grains de poudre, la bourre.
(d)
b) Les grains de poudres, les gaz, les projectiles, la
150-La tache grise n’est pas retrouvée: bourre.
c) Les grains de poudres, les gaz, les projectiles.
a) Après un lavage. d) La balle et la fumée.
b) Quand le sujet est nu. (a)
c) Quand le sujet est habillé.
d) Aucune proposition. 157-La collerette érosive est une lésion:
(a-c)
a) Du derme autour de l’orifice.
151-L’orifice de sortie se distingue : b) De l’épiderme à coté de l’orifice.
c) De l’épiderme autour de l’orifice.
a) Par les caractères secondaires seulement. d) Due à l’importance dépression de la peau.
b) Par les caractères constants et les caractères (c)
secondaires.
c) L’absence de collerette. 158-L’asphyxie est une souffrance de l’organisme en rapport
d) L’absence de contusion hémorragique. avec :
(c)
a) L’arrêt des mouvements respiratoires.
152-La poudre pyroxylée est : b) Les troubles de la régulation respiratoires.
c) L’absence d’oxygène dans l’organisme.
a) Une poudre colorée. d) L’absence d’oxydation mitochondriale.
b) Une poudre incolore. (b-c-d)
c) Une poudre qui ne laisse pas de trace.
d) Une poudre rouge facilement détectable. 159-Un hématome permet de:
(a)
a) Reconnaitre l’agent vulnérant.
153-On peut classer les armes, selon : b) Reconnaitre le siège de la violence.
c) Reconnaitre la date de sa production.
a) La longueur du canon. d) Reconnaitre la date de la mort.
b) Le calibre de la balle. (b)
c) Selon l’usage auquel elle est destinée.
d) Selon la poudre utilisée.
(a-b-c-d)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


17
160-Après un accident de la circulation, le conducteur est 165-Dans la législation algérienne l’adultère :
amené au pavillon des urgences, sur réquisition, vous
l’examinez le dossier comprend : a) Est un délit réprime par le code pénal.
b) Consiste à des rapports sexuelles entre des
a) Un certificat à rédiger. personnes.
b) Un résultat d’alcoolémie à interpréter. c) Consiste à des rapports sexuelles d’une personne
c) 03 feuillets à remplir. marie que son conjoint.
d) Une observation médicale à tenir. d) Est pratique sur une personne non consentante.
(c) (a-c)

161-Vous examiner sur réquisition de la police une jeune 166-En cas de mort subit fonctionnel sans état antérieur
femme de 24 ans qu’elle vient d’être victime d’un vrai viol, pathologique retrouve:
quelles proposition sont vraie ? :
a) Une affection médicale récente explique le décès.
a) Examen médical se fait dans le respect du secret b) La présence d’un congestion viscéral intense et
professionnel et vous remettez le certificat à la diffuse.
patiente. c) Un IDM ancien.
b) Un prélèvement sanguin et prélèvement vaginal est d) Des lésions anciennes mais qui étaient tolérées par
nécessaire pour réaliser une recherche de la victime.
contamination vénérienne. (b)
c) Une recherche ADN est utile pour la police à
rechercher un individu suspect. 167-Dans la strangulation, il est faux de dire :
d) Le viol est puni par le code pénal algérien comme
a) Elle est due à une constriction passive verticale et
état un délit.
lente.
(b-c)
b) C’est un acte de violence exerce seulement au-
162-Vous êtes appelé pour assister à la lever de corps d’une devant du cou.
personne décédée par arme à feu, l’étude des blessures c) La mort est provoquée par compression des
vous permettra de : vaisseaux cervicaux seulement.
d) De nature criminelle dans la majorité des cas.
a) Confirmer le traumatisme balistique. (a-b-c)
b) Différencier entre l’orifice d’entré et l’orifice de
sortie. 168-Dans le cadre de la répression de la conduite en état
c) Détermine le moment de tire. d’ivresse :
d) Qualifier la nature de la mort (accident suicide ou
a) Le taux d’alcoolémie tolère doit être <0.2g/l.
crime).
b) Les prélèvements du sang sont effectues sur
(a)
réquisition du procureur de la république
163-La rigidité cadavérique est cliniquement maximale: uniquement.
c) Un résultat positif par l’alcotest ne suffit pas pour
a) Dès la survenue de la mort. condamner le conducteur.
b) A la 6eme heure. d) Le dosage de l’alcool au niveau des urines est
c) Une fois la tache verte abdominal apparue. significatif du degré d’imprégnation par l’alcool.
d) A la 2eme heure. (a-b-c)
(b)
169-La recherche de l’imprégnation alcoolique du cadavre :
164- La législation algérienne considéré l’attentat à la
pudeur: a) Est systématique dans tous les cas d’autopsie .
b) Peut être modifie par la décomposition du cadavre.
a) Est un acte à caractère sexuel accompli à distance et c) Le prélèvement de sang est le seul témoin de
en public. l’imprégnation .
b) Est un acte commis sur une personne non d) Les bactéries de la décomposition du cadavre ne
consentante. produisent pas l’alcool.
c) Est considéré comme un crime. (b)
d) Est un acte sexuel de même nature que le viol.
(b)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


18
170-L’intoxication aigue par l’éthanol : 176-S’agissant de la contusion du 1er degré on peut dire que
c’est :
a) Peut entrainer la mort par anesthésie des centre
respiratoires. a) L’hématome.
b) Ne peut jamais entrainer une hypoglycémie. b) C’est l’infiltration hémorragique des tissus
c) Peut entrainer une cirrhose. traumatisés par du sang coagulé extravasé après
d) Est toujours sanctionnée par la loi. lésion vasculaire.
(a) c) C’est une collection de sang dans une cavité
néoformé.
171-L’intoxication subaigüe par l’éthanol : d) Occasionnée par des instruments tranchants.
(b)
a) Est la plus dangereuse pour l’ordre publique.
b) Diminue la confiance en soi pour le consommateur. 177-La plaie simple présente les caractéristiques suivantes :
c) L’hypo-réflexie du consommateur présente même
âpres disparition de l’alcool du sang. a) C’est une solution de continuité des téguments ou
d) Prédisposé à la pratique de voie de fait. des viscères.
(a-d) b) Elle produite par une action contondante passive ou
active.
172-Devant un cadavre qui présente une sillon cervicale : c) Les berges sont régulières.
d) Elle doit être toujours suturée.
a) La mort est d’origine suspecte.
(a-c)
b) Un sillon sus laryngé oblique et incomplet est produit
par strangulation. 178-La mort par submersion est :
c) Les lésions sous-jacentes associées au sillon ne sont
pas constants. a) Une mort naturelle.
d) Le sillon est souvent occasionné par un lien. b) Toujours consécutive au comblement des voies
(c-d) respiratoires par l’eau.
c) Un obstacle médico-légal à l’inhumation.
173-Dans les mécanismes de la submersion intervient : d) Fréquente en hiver.
(c)
a) L’asphyxie chimique.
b) La syncope primitive. 179-Le dgc médico-légal de la mort par submersion :
c) La barotraumatisme.
d) L’inondation broncho-alvéolaire. a) Est souvent évident.
(b-c-d) b) Ne nécessite pas la pratique de l’autopsie pour
affirmer l’origine de la mort.
174-Le séjour du cadavre dans l’eau: c) Doit rechercher les signes en faveur d’une
submersion vitale.
a) Entraine une décomposition rapide.
d) Nécessite la pratique de l’autopsie pour rechercher
b) Peut conserver le cadavre par la formation
la cause exacte de la mort.
d’adipocire.
(c-d)
c) Entraine systématiquement des lésions de charriage.
d) Préserve les preuves médicolégales. 180-Les lésions de charriages sont:
(b)
a) Des blessures vitales.
175-La blessure est : b) Dues à la flottaison du cadavre dans l’eau.
c) Observées en cas d’immersion.
a) Une trace organique objective et actuelle d’un fait
d) Des blessures anté-mortem.
violent.
(b-c)
b) Produite par des instruments tranchants ou
contondants. 181-L’alcool éthylique se caractérise par :
c) Occasionnée par une tierce personne ou par la
victime. a) Sa présence dans l’air atmosphérique.
d) Toujours observée au niveau de la peau. b) L’absorption digestive est ↗ par la prise des repas.
(a-c) c) Sa répartition est homogène dans l’organisme
humain.
d) Il est éliminé exclusivement par la voie urinaire.
(c)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
19
182-La consommation de l’alcool éthylique entraine : 188-La déshydratation est caractérisée par :

a) Une dégénérescence organique et psychique. a) L’affaissement des globes oculaires et le pli cutané.
b) Une augmentation des risques d’accidents du travail. b) L’hypotonie des fontanelles chez le nourrisson.
c) Une modération des accidents de la circulation. c) La constance de l’état d’hydratation du cadavre.
d) Une incoordination motrice et une nette diminution d) Les pertes d’eau d’un cadavre de l’ordre 20g/kg/jr.
des temps des réactions auditive et visuelle. (a-b)
(a-b)
189-Les lividités cadavériques sont :
183-Le dosage de l’alcool éthylique se fait:
a) Des taches roses ou violacées au niveau des régions
a) Dans des laboratoires agrées par l’état. de pression.
b) Obligatoirement en cas d’accident de la circulation. b) Respectant les zones déclives.
c) Par chromatographie en phrase liquidienne. c) Leurs positions est indépendante de la position du
d) De préférence sur un prélèvement de sang dans un cadavre.
tube sec. d) Elles sont immuables après 30 heures.
(a) (d)

184-Dans le cadre de la circulation routière : 190-Les lividités cadavériques sont :

a) Le dosage de l’alcool dans le sang se fait par a) Dues à la transsudation du sang des vaisseaux vers
l’alcootest. les tissus sous-cutanés.
b) Le prélèvement de sang pour le dosage de l’alcool b) Sont le premier signe des phénomènes chimiques.
peut se faire sans le consentement du conducteur. c) Un moyen d’orientation vers la cause et la date de la
c) Le sang doit être prélevé en présence du médecin et mort.
directement mis sous scellé. d) Produites par traumatisme.
d) Le taux d’alcoolémie toléré en Algérie doit être (a-c)
inferieur a 0,2g/l.
(c-d) 191-La rigidité cadavérique se caractérise par :

185-La mort apparente se caractérise par un ensemble de a) Un enraidissement musculaire.


signes, cocher la réponse juste: b) L’absence de liaison des fibres d’actine et de
myosine.
a) Le refroidissement cadavérique. c) L’affectation seulement les muscles striés.
b) La perte de connaissance. d) Sa disparition qui se fait de bas en haut.
c) Un arrêt de la respiration. (a)
d) Un ralentissement des mouvement du cœur.
(b-c-d) 192-La rigidité cadavérique est caractérisée par :

186-Les critères scientifique du coma dépassé : a) Installation progressive et descendante.


b) Prédominance aux extenseurs des membres
a) Sont fixés par l’arrêté ministériel N34 du19-10-2002 supérieurs et fléchisseurs des membres inférieurs.
b) Permettent la constatation médicale légale du décès. c) Son début entre 06 et 08 heures après la mort.
c) Permettent le prélèvement d’organes et de tissus. d) Sa disparition généralement avant 24 heures.
d) Permettent de poser le dgc de la cause de la mort. (a)
(a-b-c)
193-L’autolyse tissulaire est caractérisée par :
187-Il est juste de dire que le refroidissement cadavérique
correspond à : a) Une autodigestion des cellules par leurs enzymes.
b) Une conservation de l’architecture des organes.
a) La chute de la température centrale du cadavre. c) Son absence au niveau du pancréas.
b) La chute est de la température. d) Sa dominance au niveau des organes pleins.
c) Est un moyen d’estimation de l’heure du décès. (a-d)
d) Un phénomène rapide dans les atmosphères
chaudes.
(a-c)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


20
194-Concernant la tache verte de putréfaction, choisissez le 200-Les gaz de putréfaction sont :
ou les réponses justes :
a) Des bulles homogènes et de grande taille.
a) Marque le début de la purification. b) Des bulles superficielles homogènes.
b) Se manifeste âpres 48 heures en hiver. c) Des bulles profondes de grande taille.
c) Débute au niveau de la fosse iliaque gauche. d) Aucune réponse n’est juste.
d) Résulte de la dégradation de l’hémoglobine sous (d)
l’action des enzymes du cadavre.
(a-d) 201-Lors de l’infanticide, le nouveau né est trouvé :

195-Quel est le signe spécifique recherché à l’examen d’un a) Fortuitement.


cadavre victime d’une intoxication au CO ? : b) Tardivement.
c) Spontanément.
a) La présence de fumées sur le corps et de lividités d) Toutes les réponses sont justes
violacées. (d)
b) La présence de lividités roses carminées.
c) La présence de lividités bleues rosées. 202-L’histologie pulmonaire lors d’un infanticide permet de
d) La présence de lividités ardoisées. confirmer :
(b)
a) La cause de la mort.
b) La date de la mort.
196-La mort subite est suspecte car : c) La viabilité.
d) Toutes les réponses sont justes.
a) La cause est inexpliquée. (c)
b) Elle survient rapidement.
c) Elle touche des personnes adultes jeunes. 203-L’infanticide se différencie d’un avortement par :
d) La personne est en bonne santé apparente.
a) La cause de la mort.
(a-b-c-d)
b) L’âge du fœtus.
197-La mort subite nécessite une autopsie : c) Le risque infectieux chez la mère.
d) Aucune réponse n’est juste.
a) Car la nature de la mort est suspecte. (a-b-c)
b) Car la cause de la mort est pathologique.
c) Car la cause de la mort est violente. 204-L’avortement criminelle est une expulsion :
d) Car la cause de la mort est toxique.
a) Complète.
(a)
b) Incomplète.
198-La docimasie macroscopique est une technique qui c) Souvent précoce.
permet : d) Ne présente aucun danger.
(b)
a) De donner la date de la mort.
b) Permet de donner la cause de la mort. 205-L’avortement thérapeutique est une indication quand :
c) Permet de donner la nature de la mort.
a) La mère et le fœtus sont en danger.
d) Aucune réponse n’est juste.
b) Le fœtus présente des malformations.
(d)
c) La vie de la mère est en danger.
199-La compression du poumon à l’air libre dans la d) Aucun indication n’est nécessaire.
docimasie hydrostatique permet : (c)

a) De dégager tout l’air dans les poumons. 206-L’avortement criminelle présente des signes d’infection
b) De prouver que le poumon contient de l’air. car :
c) De prouver l’absence dans le poumon de corps
a) Il est tardif.
étranger.
b) La manœuvre est répétitive.
d) De différencier l’air des gaz de putréfaction.
c) La manœuvre abortive est risquée.
(b-c-d)
d) Il est illégal.
(b-c)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


21
207-La mort subite dans l’ABRT est due : 213-Le noyé frai présente la ou les caractéristiques
suivantes :
a) A la manœuvre par voie générale.
b) A la manœuvre par voie locale. a) Un affaissement des globes oculaires.
c) La réaction des produits toxiques végétaux. b) Une macération des mains et des pieds.
d) La réaction des produits toxiques minéraux. c) Des zones de phlyctènes et des décollements
(b) épidermiques sur le corps.
d) Un champignon de mousse sur la bouche et sur le
208-A propos de la médecine légale, il est juste de dire : nez.
(b-d)
a) Qu’elle n’agit que sur réquisition de l’autorité
judiciaire. 214-Parmi les propositions suivantes, quels sont les signes
b) Qu’elle s’occupe de la santé publique et de la en faveur d’une submersion vitale ? :
pathologie séquellaire.
c) Qu’elle s’intéresse de la pathologie séquellaire. a) L’inondation et l’obstruction des bronches de
d) Qu’elle utilise la technique de la biologie moléculaire première division.
dans les diagnostics médicolégaux. b) La présence des diatomées dans la moelle épinière.
(b-d) c) La présence des diatomées dans la moelle osseuse.
d) La macération des mains et des pieds.
209-Les armes à feu a canon rayé présentant la ou les (a-c)
caractéristiques suivantes :
215-Parmi les propositions suivantes, quels sont les
a) C’est des armes qui tirent des cartouches à charge caractéristiques d’un sillon classique de pendaison ? :
de plomb.
b) C’est des armes qui tirent des cartouches à bale. a) Sillon complet, sus laryngé et oblique.
c) Le passage de la cartouche dans le canon produit b) Sillon incomplet, sous laryngé et horizontal.
parfois des rainures sur la douille. c) Sillon complet, sus laryngée et horizontal.
d) L’étude des rainures sur la douille permet d’identifier d) Sillon incomplet, sus laryngé et horizontal.
l’arme utilisée. (a)
(b-d)
216-Quels sont les causes les plus fréquentes de la mort
210-La plaie d’entrée d’une blessure par arme a feu subite de l’adulte ? :
présente la ou les caractéristiques suivantes:
a) Les causes métaboliques.
a) C’est une plaie contuse particulière. b) Les causes cardiaques.
b) Elle est retrouvée uniquement dans les blessures c) Les causes endocriniennes.
transfixiantes. d) Les causes tumorales.
c) Les éléments constants sont l’orifice d’entrée et la (b)
collerette érosive.
d) La zone de tatouage est constante. 217-Quels sont les causes les plus fréquentes de la mort
(a-c) subite du nourrisson ? :

211-La plaie de sortie d’une blessure par arme a feu a) Les causes respiratoires.
présente la ou les caractéristiques suivantes : b) Les causes cardiaques.
c) Les causes tumorales.
a) C’est une plaie contuse déchiquetée et étoilée. d) Les causes métaboliques.
b) Elle est présente dans les blessures pénétrantes. (a)
c) Elle est présente dans les blessures transfixiantes.
d) Son diamètre est souvent sup au diamètre de la PE . 218-Cochez la ou les réponses justes concernant l’intérêt de
(a-c-d) l’étude des phénomènes cadavériques :

212-La submersion en eau douce entraine : a) Intérêt dans la datation de la mort.


b) Intérêt dans la détermination de la cause de la mort.
a) Une hémoconcentration. c) Intérêt dans l’identification.
b) Une hémodilution. d) Intérêt dans la détermination de la position du
c) Une inondation des alvéoles par le plasma sanguin. cadavre lors du décès.
d) Une fibrillation ventriculaire par hyperkaliémie. (a-b-d)
(b-d)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
22
219-Il est juste de dire que les lividités cadavériques 224-Quels sont les signes cliniques qui caractérisent le
présentant la ou les caractéristiques suivantes : début d’intoxication au CO ? :

a) C’est des taches de positions. a) Des céphalées, asthénie et diarrhées.


b) C’est des marques de pathologies hématologiques. b) Ebriété, confusion et vertige.
c) C’est des lésions de violences. c) Vomissement, nausées, diarrhée.
d) Elle épargne les zones d’appui. d) Des céphalées ,vomissements et vertige.
(a-d) (b-d)

220-Le dosage de l’alcool éthylique se caractérise par les 225-Les conditions juridiques du viol sont :
éléments suivants :
a) La pénétration dans le vagin de n’importe quel objet.
a) Il se pratique de préférence sur un prélèvement de b) La pénétration de la verge dans le vagin.
sang périphérique. c) La victime doit être une femme vivante.
b) Il se fait par chromatographie en phase liquidienne. d) L’usage de la violence.
c) Il se pratique par chromatographie en phase (b-c-d)
gazeuse.
d) Il se pratique uniquement sur les personnes 226-Choisissez la ou les réponses justes concernant l’hymen
vivantes. complaisant :
(a-c)
a) Est un hymen non élastique.
221-Parmi les propositions suivantes , quelles sont les b) Est un hymen labié.
questions posées aux médecins dans le cadre de l’enquête c) Est un hymen falciforme.
pour un avortement criminel ? : d) Quand la pénétration de la verge n’occasionne pas
de lésions.
a) La présence de signes en faveur d’un avortement (d)
tenté ou réalisé.
b) La présence de signes en faveur de l’utilisation d’une 227-Devant un hymen qui présente une lésion suintante a
substance ou d’une manœuvre abortive. 09h,il peut s’agir :
c) La preuve de l’intention coupable.
a) D’un viol.
d) L’estimation de l’âge de la grossesse au moment de
b) D’une lésion ancienne.
l’avortement.
c) D’une lésion traumatique.
(a-b-d)
d) D’une introduction digitale.
222-L’indication médicale de l'avortement thérapeutique en (a-c-d)
Algérie se fait dans la ou les situations suivantes :
228-L’hymen peut avoir la ou les formes suivantes :
a) L’altération de l’équilibre physique ou psychique de
a) Annulaire.
la femme enceinte.
b) Semi-lunaire.
b) Une grossesse chez une femme célibataire.
c) labiée.
c) La découverte d’une malformation fœtale.
d) Multi-perforée.
d) La découverte d’une pathologie grave qui peut être
(a-b-c-d)
traitée médicalement avec la possibilité de
poursuivre la grossesse. 229-Quels sont les éléments constitutifs du délit en cas de
(a) maltraitance des enfants ? :

223-Il y a mort rapide par intoxication oxycarbonée quand le a) La victime doit être un mineur de 16ans.
taux de saturation de l‘hémoglobine par le monoxyde de b) L’acte doit être volontairement commis.
carbone est de: c) Les coups et blessures volontaires.
d) La privation des soins ou d’aliments compromettant
a) 15%.
la santé.
b) 35%.
(b-c-d)
c) 45%.
d) 70%.
(d)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


23
230-Quelle est ou quelles sont les circonstances 236-La médecine légale, dans sa dimension fondamentale
aggravantes du délit en cas de maltraitance des enfants ? : de santé publique et d’éducation à la santé est centrée :

a) Le lien de parenté. a) Sur la connaissance et la prévention des violences et


b) La préméditation. de leurs conséquences.
c) La gravité des lésions. b) L’évaluation du dommage corporel.
d) L’absence des soins. c) La pratique des autopsies médico-judiciaire.
(a-b-c) d) La constatation des violences physiques, psychiques
et sexuelles.
231-Quelle sont les caractéristiques des ecchymoses en cas (a)
de maltraitance des enfants ? :
237-Concernant l’identification, l’anthropométrie est fondé
a) Leur multiplicité. sur:
b) Leur âge similaire.
c) Leur localisation au niveau des membres. a) Une ou plusieurs traces biologiques (le sang,
d) Peuvent reproduire la forme de l’agent vulnérant. sperme, salive ..).
(a-d) b) Sur les mensurations de certaines parties du corps
(taille, crane, pointure …).
232-La mission du médecin devant une victime de c) Sur l’étude de l’ADN pour le reconnaissance des
maltraitance consiste à : individus.
d) Sur des données de références dans lesquelles on
a) Traiter l’enfant.
cherche les similitudes avec l’individu à identifier.
b) Etablir un certificat médical descriptif avec prise des
(b)
photos.
c) Signaler le cas au service social de l’hôpital ou aux 238-A propos des empreintes digitales qui sont des traces
autorités judiciaires. laissées par la pulpe des doigts :
d) Hospitaliser l’enfant dans un service de pédiatrie.
(a-b-c-d) a) Elles permettent une identification précise de
l’individu grâce à des techniques d’ADN.
233-Choisissez la ou les réponses justes concernant les b) Sont des indicateurs d’identité fiables parce qu’elles
accidents de la circulation : sont uniques.
c) Se forment lors du 4em mois de gestation et elles
a) Les auteurs d’accidents mortels sont inculpés
changent au cours de la croissance.
d’homicide involontaire.
d) Après une légère blessure, elles changent leur forme
b) Une autopsie médico-judiciaire est toujours
initiale.
ordonnée par le procureur de la république.
(b)
c) Le délit est constitué si l’ITT est supérieure à 90 jrs.
d) Le taux d’alcoolémie tolérable est inférieur à 0.20g/l. 239-L’anthropologie médico-légale est indispensable :
(a-c-d)
a) Pour de différencier un os humain d’un os animal par
234-Vous êtes de garde au pavillon des urgences, vous analyse anatomique comparative.
recevez un sujet adulte suite a un accident de la circulation b) De comparer les empreintes digitales relevés et
dans le cadre d’une réquisition, que faites-vous ? : celles qui sont en mémoires..
c) Pour permettre de déterminer une corrélation entre
a) Examiner la personne ramenée par réquisition.
une trace de quelques mm2 et une empreinte.
b) Obtenir son consentement.
d) De distinguer la forme et le nombre de pores, ainsi
c) Faire un prélèvement à visé toxicologique et remplir
que les =/= formes des bords de crêtes papillaires.
les trois fiche.
(a)
d) Délivrer un certificat descriptif initial.
(a-c-d) 240-La technique de l’anthropologie sont mise en œuvre :
235-Dans la suspension : a) Devant chaque mort.
b) Lorsque l’identité de la personne décédée n’est pas
a) L’asphyxie est la cause de la mort.
connue d’emblée.
b) Une blessure par arme peut être la cause de la mort.
c) Au cours de la levée de cops.
c) Une compression intense de cou amène la mort.
d) Lorsqu’il s’agit d’une mort violente.
d) Le sillon cervicale est vital.
(b)
(b-c)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
24
241-Le diagnostic d’une pédérastie chronique repose sur :

a) La présence de caroncules myrtiformes.


b) La présence de sperme sur la marge anale.
c) La présence d’une lésion hyménale.
d) La déformation infundibulaire de l’anus.
(d)

242-Au cours de la noyade secondaire, il est vrai de dire :

a) L’enlisement a la même signification de la noyade


secondaire.
b) L’enfouissement peut être considéré comme une
forme médico-légale de la noyade.
c) Est une asphyxie dans un milieu clos.
d) Elle peut être due à une hydrocution.
(d)

243-Les méthodes de différenciation du sexe à partir d’un


squelette sont basées sur :

a) L’étude de l’extrémité sternale des cotes et de la


symphyse pubienne.
b) De l’articulation sacro-iliaque et des synostoses
crâniennes.
c) De la morphologie dentaire.
d) L’étude morphologique du bassin et du crâne.
(d)

244-Les différences sexuelles morphologiques de bassin de


l’homme sont :

a) Détroit supérieur en cœur étroit, l’angle sous pubien


large de 110°.
b) Cavité cotyloïde large de 50mm, sacrum court, large
et plat.
c) Les ailes iliaques sont verticales, le détroit supérieur
en cœur étroit.
d) Trou obturateur large et triangulaire.
(c)

245-Parmi les signes suivants, lequel est le plus évocateur


de la submersion ? :

a) une cyanose.
b) Champignon de mousse buccal.
c) La macération des mains et des pieds.
d) Des lividités postérieures.
(b)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


25
06- Les facteurs socio-économiques influençant la
 ECONOMIE DE LA SANTE  consommation médicale sont :
01- Dans un circuit économique, la loi du marché est définie: a) Niveau d’information médicale, prix du médicament.
b) Proximité d’un lieu de soins, implantation du
a) Par les prix des produits consommés par l’usager
producteur de soins.
des soins.
c) Climat, habitation urbaine, progrès médical.
b) Par les décideurs politiques.
c) Par une politique de santé. d) Habitudes alimentaires, morbidités, les coutumes,
d) Par un conflit entre la demande et l’offre. taux d’un alphabétisation.
(d) e) Niveau d’instruction, âge, sexe, revenu par ménage.
(e)
02- Le modèle de l’économie de la santé est définie par:
07- L’objectif prioritaire d’un système de soins consiste:
a) Un ensemble d’agents économico sanitaire
a) A prendre en charge la morbidité de la population.
indépendants entre eux.
b) A élaborer des stratégies de santé publique.
b) Par un ensemble d’agents économico sanitaire
c) A mettre une offre de soins adéquate aux besoins
entrainant de flux physiques et financiers.
c) Une politique de santé. ressentis par la population.
d) A mettre en place des structures de santé.
d) Par un ensemble d’indicateurs de santé.
(b) e) A élaborer des indicateurs de santé.
(c)
03- Un système de soins est compose d’agents économico
08- Un bien de consommation non durable, est:
sanitaires suivants :

a) Le marché, les consommateurs de soins, les réseaux a) Un service intervenant dans la distribution.
de distribution. b) Est produit par une entreprise de production de
biens et consommé lentement.
b) Organisation non gouvernementale, institution
financières, trésor public, usager de soins. c) Est consommé par l’usager plus rapidement.
d) Produit, vendu et destiné à être consommé plus vite.
c) Les réseaux de commercialisation, les ménages, le
(c.d)
marché, l’état.
d) Usagers de soins, l’état, les assurances, producteurs 09- L’IDH:
de soins, entreprises de production de soins.
e) Réseaux de production, ménages, l’état, le marché.. a) A pour objectif de répondre aux insuffisances du
(d) produit intérieure brut.
b) Indicateur de niveau de vie d’un pays.
04- Le ménage est définie comme: c) Classer le pays selon leur développement quantitatif.
a) Un ensemble d’individus défini selon des caractères (a.b)
de temps. 10- Dans un système de santé, les patients, leurs
b) Un maillon indissociable de la vie économique. comportement :
c) Un ensemble de personnes ayant des caractères
similaires de personnes. a) Produire des services de santé.
d) Un ensemble de personnes vivant sous le même toit. b) Financer els activités sanitaires.
(d) c) La consommation de services de santé.
(c)
05- L’activité économique est définie comme:
11- Les producteurs des soins:
a) Production de biens et services.
b) Production de biens et services pour répondre à une a) Produire des services de santé.
demande. b) Produire des biens médicaux.
c) Production de biens et services à partir du diagnostic c) Consommation des services de santé.
établi de besoins. (a)
d) Suit un cycle production, distribution,
commercialisation, consommation.
e) Suit un cycle production, consommation.
(c.d)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


26
12- Le modèle de l’économie de la santé est constitué d’un 18- Le Prix est la valeur de:
ensemble d’agents économico-sanitaire dont l’état: Quel est
le comportement de l’état ? : a) D’un bien ou d’un service déterminé par les forces
de marché.
a) Consommations de biens et de services de soins. b) L’ensemble des dépenses nécessaires à la
b) Production des biens et de services de soins. production.
c) financement des activités sanitaires. c) La valeur déterminé administrativement par l’état.
d) Collecteur de fonds et de remboursements des frais. d) Répétitive de fonctionnement.
(c) (a)

13- Le modèle de l’économie de la santé est constitué d’un 19- Le cout variable :
ensemble d’agents économico-sanitaire dont la caisse
a) Cout ne varie pas avec la variation de la quantité
d’assurance maladie. Quel est le comportement des
produite.
assurances maladies ? :
b) Cout varie avec la variation de la quantité produite
a) Consommations de biens et de services de soins. d’une façon proportionnelle ou non.
b) Production des biens et de services de soins. c) Cout varie d’une façon proportionnelle.
c) Investissement dans le domaine de la santé. d) Cout varie d’une façon non proportionnelle.
d) Collecteur de fonds et de remboursements des frais. (b)
(d)
20- Le cout d’opportunité :
14- Le modèle de l’économie de la santé est définie par:
a) Cout supplémentaire lié à la production d’une unité
a) Un ensemble d’agents économico sanitaire supplémentaire..
indépendants entre eux. b) Le montant perdu lorsqu’on ne fait pas la meilleure
b) Un ensemble d’agents économico sanitaire utilisation possible d’une ressource donnée.
entretient entre eux par un ensemble de flux c) C’est un cout répétitif de fonctionnement.
physiques et financiers. (b)
c) Un ensemble d’agents économico sanitaire
21- Cout d’investissement est le cout en capital d’un projet
entretient entre eux par un ensemble de flux
sanitaire. Il regroupe généralement :
physiques.
(b) a) Les couts de terrains, des bâtiments, des
équipements lourds et semi-lourds.
15- L’analyse des couts permet de prioriser des actions de
b) Les couts nécessaires à l’exploitation de
santé publique et d’aider le décideur à choisir le programme
l’investissement.
le plus efficace et le moins couteuse. Quel est l’indicateur
c) Les couts de petites réparation.
économico-sanitaire approprié pour établir cette mesure ? :
d) Ce sont des couts répétitifs.
a) Rapport cout/utilité. (a)
b) Rapport cout/efficacité.
22-Les besoins médicaux satisfaits sont :
c) Rapport cout/avantages.
d) Rapport cout/bénéfice. a) Exprimés par la consommation médicale.
(b) b) Exprimés par la consommation médicale à condition
que les moyens de soins soient suffisantes.
16- Les agrégats CMT+DCS dans l’analyse.:
c) Sont des facteurs de santé quantifiables
a) Macro économie. d) Dérivent d’un choix de politique de santé.
b) Méso économie. (b)
c) Micro économie.
23-Les besoins réels de santé sont établis :
(a)
a) A partir d’un diagnostic communautaire.
17- L’analyse cout-efficacité ::
b) A partir de la consommation médicale.
a) Evaluation économique partielle. c) Pour servir dans l’analyse cout/efficacité.
b) Evaluation économique complète. d) Pour mettre en place un programme sanitaire.
(b) (d)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


27
24- Le tarif: 30- Le système de santé est un système dont la
caractéristique principale est :
a) C’est un niveau de prix déterminé
administrativement par l’état. a) La prise de décision relève du responsable de
b) Dans le domaine de la santé, on a rarement recours l’établissement.
aux tarifs. b) Une politique d’hospitalisation répondant à la
c) Ne permet d’améliorer l’équité et subventionner les demande des usagers.
catégories pauvres des populations. c) Une évaluation quantitative.
d) C’est la valeur d’un bien ou d’un service déterminé d) Un ensemble de mesures susceptible de réduire la
par les force du marché. fréquence des maladies.
(a) (d)

25- Dans le domaine de la santé, les producteurs des soins 31- L’économie de la santé est caractérisée par :
sont on grande partie des producteurs à but non lucratif,
c’est-à-dire que leur objectif est : a) Des besoins sanitaires illimités.
b) Des besoins limités.
a) D’égaliser les recettes avec les dépenses. c) Des ressources limitées.
b) De réaliser un profit. d) Avec une répartition des ressources rares de
c) De réaliser un déficit. manière compétitifs.
d) De ne pas réaliser un équilibre financier. e) Avec une manière de repartir les ressources rares
(a) avec des buts politiques.
(a.c.d)
26- La dépense national de la santé :
32- L’économie est une science de gestion des ressources
a) La dépense national courante de santé à laquelle on qui sont:
ajoute le stock de biens.
b) La valeur des biens et services consommés par les a) Ressources produites.
ménages sous forme non marchande. b) Ressources limitées.
c) Les financement des activités de prévention. c) Ressources non produites.
d) Les dépenses courantes de la santé. d) Ressources non renouvelables.
(d) e) Ressources illimitées et inépuisables
(a.b.d)
27-En économie de la santé, le problème central est :
33- L’économie est l’ensemble des activités d’une
a) La rareté des ressources. collectivité humaine relatives:
b) L’allocation des ressources
c) La production a) A la production.
d) La consommation b) Aux stockages des produits vitaux.
(a) c) Aux échanges.
d) A l’inutilisation des richesses.
28- Le financement privé des dépenses de santé permet de : e) A la conservation de l’espèce humaine.
(a.b.c)
a) Assurer l’équité dans l’accès aux soins.
b) Fournir d’autre ressources à la santé. 34- Les buts de l’économies sont:
c) Ne permet pas d’éviter le gaspillage.
d) Permet la pérennité des services de santé.. a) Satisfaire le plus de besoins possibles.
(b) b) Economiser les biens.
c) Rationaliser l’utilisation des ressources.
29- L’équité est un critère d’évaluation d’un système de d) Affecter la totalité des ressources.
financement de la santé qui permet d’apprécier : e) Diminuer la consommation de la population.
(a.c)
a) L’accès aux soins.
b) La continuité des services prodigués par un système
de santé.
c) L’efficacité d’un système de financement de la santé
d) Les objectifs d’un système de financement de la
santé.
(a)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
28
35- Le gaspillage est une résultante de l’enchainement 40- Les facteurs influençant la consommation médicale se
besoin-demande-offre(service): rapportent:

a) Demande non exprimé. a) A l’offre.


b) Services existants. b) Aux facteurs sociologiques.
c) Pas de besoin réel. c) Aux facteurs de la demande.
d) Besoin réel. d) Au déterminants de la santé.
e) Demande exprimé. e) A la charge morbide des maladies non
(b.c.e) transmissibles.
(a.c)
36- L’offre des soins est l’ensemble:
41- Les besoins de soins :
a) Des mlds pris en charge dans une strctr hospitalière.
b) Des médecins généralistes responsables des a) Sont toujours convenablement exprimés par le
activités de médecine préventive. patient.
c) Des professionnels de santé et de leurs lieux b) Ne peuvent être considérés que médicalement.
d’exercice. c) Impliquent automatiquement une demande des
d) Des professionnels de santé et de leurs lieux soins.
d’exercice et leurs équipements. d) Ne sont identifiés qu’à la demande du patient.
e) Des sages femmes exerçant dans les maternités. e) Toutes les propositions de réponses sont fausses.
(d) (b)

37- Les facteurs épidémiologiques pouvant influencer la 42- Les facteurs déterminants de la demande de soins sont:
consommation médicale sont:
a) La morbidité.
a) La diminution des maladies infectieuses avec b) Les facteurs économiques à savoir les revenus et les
augmentation des maladies non transmissibles. prix.
b) La diminution des maladies infectieuses et des c) Les problèmes de santé déclarés par le patient.
maladies non transmissibles. d) Les facteurs psychosociologiques.
c) La diminution des maladies non transmissibles et e) Toutes les propositions de réponses sont fausses.
augmentation des maladies infectieuses. (a.b.c.d)
d) Le revenu et le niveau d’étude.
e) Toutes les réponses sont justes. 43- Sur le plan économique, le patient :
(a)
a) Demande des soins en fonction de ses préférences
38- La CMT est composé de deux éléments , lesquels ?: uniquement.
b) Demande des soins en fonction de ses préférences
a) La consommation des oins et biens médicaux, et la et du prix.
consommation de services de médecine préventive. c) Demande des soins en fonction du prix uniquement.
b) L’évolution de la morbidité et la ↘ de la mortalité. d) Demande des soins son considération du prix et des
c) La prévention primaire et secondaire. préférences.
d) Le dépistage des maladies transmissibles et des e) Toutes les propositions de réponses sont justes.
maladies non transmissibles. (b)
e) Toutes les réponses sont fausses.
(a) 44- La demande de santé :

39- Les activités du médecine préventive sont représentées a) Reflète un besoin réel de soins.
b) Est le comportement des patients vis-à-vis de
par:
l’utilisation des services de santé.
e) La prévention primaire des maladies. c) Traduit l’existence des d’un problème de santé.
f) La prévention secondaire par dépistage des d) Justifier une prise en charge médicale du patient.
maladies. (b)
g) La prévention tertiaire des maladies.
h) La prise en charge thérapeutique et chirurgicale des
maladies.
i) Toutes les réponses sont fausses.
(a.b.c)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


29
45- Pour la planification des moyens de prise en charge, les 51- La marque :
gestionnaires se basent sur :
a) Est une brevet.
a) Les besoins de santé perçus par le patients. b) Permet la distinction d’un produit pharmaceutique
b) Les besoins de santé perçus par le patients et par par rapport à l’autre.
les praticiens. c) Est un signe graphique permettant de reconnaitre les
c) Les besoins de santé perçus par le praticiens. produits dune personne physique ou morale.
d) Les besoins de santé exprimés par l’entourage du d) L’agrément du médicament dans le marché.
patient. e) Est une dénomination de la DCI.
(c) (c)

46- Un système de santé doit : 52- Selon l’OMS, la « consommation pharmaceutique » est :

a) Pouvoir identifies les besoins de la population. a) « Vente, distribution, prescription et achat des
b) Pouvoir identifier les priorités sanitaires. médicaments au sein… ».
c) Pouvoir mettre en œuvre les actions appropriées. b) « achat, distribution, prescription et consommation
d) Avoir le consentement de la population. des médicaments au sein… ».
e) Pouvoir s’adapter à toutes les situations nouvelles. c) « Vente, dispensation, prescription et consommation
(a.b.c.d.e) des médicaments au sein… ».
d) « Commercialisation, distribution, prescription et
47- La distinction entre les types du système de santé est consommation des médicaments au sein… ».
liée au : e) « Vente, dispensation, prescription et observance des
médicaments au sein… ».
a) Type de protection sociale de la population.
(d)
b) Mode du financement de système de santé.
c) Type de pathologies prévalentes. 53- La mesure de la commercialisation et de la distribution
d) Nombres des structures hospitalières. du médicament nous renseigne sur :
e) Statut des producteurs des soins.
(a.b.e) a) La prescription.
b) L’observance du patient.
48- Les inconvénients d’un système de santé décentralisé c) La consommation à l’échelle d’une région.
sont: d) La consommation du médicament par le malade.
e) L’autoconsommation.
a) L’absence du choix du médecin.
(c)
b) L’absence du concurrence.
c) La liste d’attente dans les hôpitaux. 54- La mesure de l’autoconsommation peut se faire au
d) La lourdeur administrative. niveau :
e) Le développement d’une double médecine.
(e) a) Des caisses d’assurances.
b) Des consultations médicales.
49- Dans un système décentralisé: c) Des pharmaciens.
d) Des ménages (Familles).
a) Le paiement se fait à l’acte.
e) Des hôpitaux.
b) La médecine ambulatoire est privée.
(c.d)
c) La protection sociale de la population est simple.
d) Les médecins sont libres de fixer les tarifs. 55- Qu’est ce qu’un Prix ? :
e) Il existe des prgrmes publics d’assurances sociales.
(a.b.d.e) a) Valeur des recettes et des dépenses des services.
b) Confrontation des recettes et dépenses des services.
50- Le système de santé mixte se caractérise par la liberté : c) Niveau de tarif déterminé par des services
d) Confrontation entre l’offre el la demande.
a) De choix du producteur de soins.
e) Valeur d’un bien ou d’un service.
b) De s’adresser à plusieurs producteurs de soins.
(d.e)
c) Du choix de l’établissement de soins.
d) D’installation des producteurs des soins.
e) De prescription des producteurs d soins.
(a.b.c.d.e)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


30
56- Le tarif signifie : 60- Du point de vue des conséquences médicales, sociales
et économiques d’un médicament, la consommation
a) Un niveau de dépense nécessaire à la production. pharmaceutique :
b) La valeur d’un bien déterminé par les forces du
marché. a) Est une mesure d’utilisation d’un produit
c) Un niveau de prix. pharmaceutique.
d) La confrontation entre la demande et l’offre d’une b) Représente la commercialisation et l’utilisation d’un
prestation. médicament.
e) La manière d’améliorer l’équité et l’accès aux soins c) Signifie la commercialisation, la distribution, la
(c.e) prescription et l’utilisation d’un médicament dans
une société donnée.
57- Quelle sont les significations d’un amortissement ? : d) Signifie la commercialisation, la distribution et
l’utilisation d’un médicament dans une société
a) Dépréciation mensuelle d’un bien immobilier ou fixe.
donnée.
b) Dépréciation semestrielle d’un bien immobilier ou
e) Signifie la commercialisation d’un médicament dans
fixe.
une société donnée
c) Dépréciation annuelle d’un bien immobilier ou fixe.
(c)
d) Utilisation et usure d’un bien immobilier ou fixe.
e) Partie du cout devant être intégrée au prix du
produit.
(c.d.e)

58- Qu’est ce qu’un cout d’opportunité ?:

a) Montant gagné lorsqu’on fait une meilleure


utilisation des ressources.
b) Montant économisé lorsqu’on ne fait pas une
meilleure utilisation des ressources.
c) Montant perdu lorsqu’on ne fait pas une meilleure
utilisation des ressources.
d) Montant perdu lorsqu’on fait une meilleure utilisation
des ressources.
e) Montant rendu lorsqu’on ne fait pas une meilleure
utilisation des ressources.
(c)

59- En actualisation, la valeur actuelle du futur Dinar


dépendra de :

a) Date de son obtention uniquement.


b) Son taux d’actualisation uniquement.
c) Niveau d’érosion monétaire par dépréciation.
d) L’inflation par érosion monétaire et dépréciation.
e) Date de son obtention et son taux d’actualisation.
(e)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


31
07-La simplicité d’un système de surveillance on comprend :
 EPIDEMIOLOGIE 
a) Que le système est léger par sa structure, ses
01- La lavage anti septique indiquée avant la réalisation des procédures de recueil rapide.
gestes de soins suivants : b) Que le système est capable à s’adapter à des
changement dans la définition des cas.
a) Examen médicale.
c) Que le système est capable de s’adapter à d’autre
b) Distributions des médicaments.
source.
c) Prestation hôtelière.
d) Que le nombre des acteurs est restreinte.
d) Pose d’une sonde urinaire.
(a)
(d)
08-La surveillance des maladies à déclaration obligatoire :
02-La désinfection par SHA (savon hydro alcoolique) exige
que les mains soient : a) Passive c.-à-d. exercé e par les autorités sanitaires.
b) Passive c.-à-d. exercée par les professionnels de
a) Humides.
santé sans l’implication des autorités sanitaires.
b) Talquées.
c) Active c.-à-d. initie par les professionnels sans que
c) Visiblement propres.
les autorités sanitaires s’interviennent.
d) Aucune réponse.
d) Obligatoire, régie par une réglementation émanant
(c)
de l’autorité sanitaire d’un pays.
03-Ils sont considérés comme erreurs lors du lavage des (b)
mains :
09-La finalité d’un système de surveillance est :
a) Utilisation du savon en pain.
a) Produire l’information.
b) Remplissage du réservoir alors qu’il est vide et
b) Connaitre la distribution d’une maladie sanitaire
désinfecté.
dans la population.
c) Rinçage suffisant.
c) Produire de l’information pour mettre en place des
d) L’utilisation des essuies mains à usage unique.
actions de contrôle d’une maladie.
(a)
d) D’étudier la tendance d’une maladie.
04-L’objectif d’un programme sanitaire : (c)

a) Changement d’une situation. 10-Un Ratio est :


b) Moyen que l’on utilise pour changé la situation.
a) Un rapport de risque du survenue d’une événement.
c) A la critique constrictive de l’action et ses
b) Un rapport de deux fréquences relatives.
conséquences.
c) Un rapport de fréquence de deux modalités d’une
d) A l’utilisation réelle des compétences des personnes
même variable.
et des services.
d) Un rapport de fréquence de deux modalités de deux
(a)
variables différentes.
05-Les éléments considérant la flore transitoire comme : (c)

a) Ancienne. 11-La cible est :


b) Rarement pathogène.
a) Constant.
c) Spécifique.
b) Variable que l’on se propose à étudier.
d) Facile à enlever.
c) L’intérêt principale d’une étude.
(c-d)
(b-c)
06-La prévention secondaire des maladies non
12- Le risque relatif est :
transmissibles :
a) Une mesure d’association entre un facteur et une
a) Vise à diminuer l’incidence.
maladie.
b) Vise à diminuer la prévalence.
b) Un rapport de deux taux d’incidence de maladie.
c) Sont des mesures non spécifiques.
c) Rapport de deux cotes d’exposition.
d) Repose sur l’éducation et l’observance des mesures
d) Une mesure des études cas-témoins.
de sécurité.
(b)
(b)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


32
13-Le rappel de vaccin est une : 19-Le diagramme à barres :

a) Variable qualitative ordinale. a) N’est pas la seule représentation graphique des


b) Variable quantitative discontinue. distributions d’un caractère qualitatif.
c) Variable qualitative nominale. b) Peut être remplacer par un diagramme circulaire.
(b) c) Les bases sont juxtaposées.
d) La surfaces constituent les effectifs ou les
14-L’écart type est : fréquences relatives.
e) Les surfaces constituent des effectifs cumulés.
a) A la même unité que la variable de l’étude.
(a-b-d)
b) Est une statistique de position.
c) Etude d’étalement des valeurs observés. 20-Un polygone de fréquences est :
d) Est la racine carré de la variance.
(a-d) a) Un graphe pour les distributions des fréquences
relatives des variables quantitatives continues.
15-Le mode : b) Un graphe pour les distributions des fréquences
relatives des variables quantitatives discontinues.
a) S’observe dans une série, se calcul dans une
c) Construit à partir d’un histogramme en joignant le
distribution de fréquence.
point milieu du sommet de chaque rectangle.
b) Est égale à la médiane dans une distribution
d) Un graphe avec un aspect de ligne brisée.
symétrique.
e) Un graphe de fréquences cumulées dit en escalier.
c) Peut ne pas exister dans une série.
)a-c-d)
d) Quand il est unique, il prouve l’homogénéité d’un
échantillon. 21-Le coefficient de variation :
(a-b-c)
a) Est une statique de position.
16-Les quartiles : b) Exprime l’écati type en fonction de la moyenne.
c) S’exprime dans l’unité de mesure de sa variable.
a) Sont au nombre de trois, le deuxième est aussi la
d) Exprime le degré de dispersion en fonction de la
médiane.
moyenne.
b) Sont des paramètres de dispersion.
e) Permet de comparer dans une même population la
c) Divisent en quatre parties égales une distribution.
variabilité de deux variables.
d) Occupent un certain rang dans la série de valeurs
(b-e)
d’une série statistique.
(a-c) 22-Lors d’une épidémie, la phase descriptive de
l’investigation comporte les étapes suivantes :
17-La moyenne arithmétique :
a) L’affirmation de l’épisode épidémiologique.
a) Est une mesure localise le centre d’une distribution.
b) La vérification des hypothèses incriminant les
b) Une statique de la tendance centrale, sans unité de
facteurs suspectés dans la survenue de l’épidémie.
mesure.
c) La réalisation éventuelle d’une étude
c) A pour unité, l’unité de la variable.
épidémiologique plus approfondie.
d) Vaut la médiane quand l’échantillon est homogène.
d) La rédaction de rapport de l’épidémie.
e) Est différente de la médiane si la distribution est
e) Evaluation de ce qui a été entrepris.
dissymétrique.
(a)
)a-c-e)
23-Dans une enquête cas-témoins :
18- La statique inductive :
a) On étudie la fréq de l’exposition au facteur étudie.
a) Est dite « inférentiellle ».
b) On détermine un rapport de cotes.
b) Décisionnelle.
c) Les cas sont comparables aux témoins.
c) Est la statique exploratrice.
d) Les cas sont comparable aux témoins sauf pour la
d) Remonte de l’échantillon à la population mère.
maladie.
(a-d)
e) L’étude est longue et couteuse.
(a-b-d)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


33
24-Par souplesse d’un système de surveillance, on 29-La spécificité d’un système de surveillance
comprend : épidémiologique se définit comme :

a) Que le système est léger par sa structure, ses a) La probabilité de correctement d’identifier les cas
procédures de recueil rapide. probable d’une maladie sous surveillance.
b) Que le système est capable à s’adapter à des b) La capacité de système à notifier les vrais positifs.
changement dans la définition des cas. c) C’est le rapport « faux(-) / vrai(+)+faux(-) ».
c) Que le système est capable de s’adapter à d’autre d) C’est le rapport « vrais(-) / faux(+)+vrais(-) ».
sources d’informations. e) Etant une proportion.
d) Que la qualités des rapports transmis est meilleure. (d-e)
e) Que le délai nécessaire à la transmission de
l’information est suffisant. 30-La surveillance épidémiologique est :
(b-c)
a) Un processus basé sur la collecte des données, la
25-La F.E.R dans une étude de cohorte, représente : compilation, l’analyse et la diffusion de l’information.
b) Une opération ponctuelle.
a) La quantité de maladie que l’on espère pouvoir éviter c) Un processus ponctuel de collecte des données.
si on supprime le facteur de risque. d) Un processus de collecte de l’information.
b) Le risque en excès associe à l’exposition au facteur (a)
de risque étudie.
c) La quantité de risque de maladie non évitable. 31-Le fonctionnement d’un système de surveillance
d) C’est le rapport de taux de la maladie dans le groupe épidémiologique est conditionné par :
exposé au facteur de risque sur le taux de maladie
a) La quantité de données recueillies.
dans le groupe.non exposé.
b) La qualité de l’information produite.
e) Une mesure dans la contribution à la surveillance de
c) La rapidité du traitement de l’information produite.
la maladie.
d) La rapidité de traitement de l’information produite et
(a-e)
sa diffusion.
26-La représentativité d’un système signifie : e) La disponibilité de l’information.
(d)
a) Que la maladie est bien décrite au cours de temps
ainsi que sa distribution dans la population. 32-l’objectif prioritaire d’un système de soins consiste :
b) Que le portrait du phénomène sous surveillance est
a) A prendre en charge la morbidité de la population.
bien établi.
b) A élaborer des stratégies de santé publique.
c) Que la transmission des données est insuffisantes.
c) A mettre une offre de soins adéquate aux besoins
d) Que les procédures de recueil et de transmission
ressentis par la population.
dont rapides.
d) A mettre en place des structures de santé.
e) Que le taux de complétude de notification est
(c)
acceptable.
(a) 33-Les besoins médicaux satisfaits sont :

27-Pour confirmer les hypothèses formulées lors de la phase a) Exprimés par la consommation médicale.
descriptive de l’investigation d’une épidémie, la phase b) Exprimés par la consommation médicale à condition
étiologique utilise : que les moyens de soins soient suffisantes.
c) Sont des facteurs de santé quantifiables
a) L’étude démographique.
d) Dérivent d’un choix de politique de santé.
b) L’étude épidémiologique transmissible.
(b)
c) L’approche cohorte.
d) L’approche expérimentale. 34-Les besoins réels de santé sont établis :
e) L’étude randomisée.
(c) a) A partir d’un diagnostic communautaire.
b) A partir de la consommation médicale.
28- La valeur prédictive positive : c) Pour servir dans l’analyse cout/efficacité.
d) Pour mettre en place un programme sanitaire.
a) Probabilité d’identifier les cas confirmées.
(d)
b) Un paramètre de l’évaluation de la performance.
(a-b)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


34
6- Concernant le Méthotrexate au cours du psoriasis :
 DERMATOLOGIE 
a) L’effet clinique est tardif à partir de la 8eme
1-Concernant l’Effluvium télogene : semaine.
b) La dose prescrite est de 15 à 20 mg par jour.
a) Est une raréfaction diffuse des cheveux.
c) Le risque de néphrotoxicité est majeur.
b) Le test de traction est négatif.
d) Indiqué dans le psoriasis érythrodermique .
c) Il s’agit d’un phénomène aigue ou subaigu.
e) Indiqué dans le rhumatismes psoriasique.
d) L’alopécie prédomine aux régions pariétales.
(a-d-e)
e) L’accouchement est une de ses causes .
(a-c-e) 7-Concernant le traitement de l’acné :
2-La pelade : a) L’isotretinoine par voie générale entraine une
atrophie des glandes sébacées.
a) Est une alopécie cicatricielle.
b) La posologie de l’Isotretinoine per os est de 0.5 à 1
b) Est une étiologie probablement auto-immune.
mg/kg jour.
c) L’atteinte unguéale est possible.
c) Le peroxyde de benzoyle a une action anti-
d) L’évolution est imprévisible.
inflammatoire et légèrement kératolytique.
e) Peut s’associer avec le vitiligo.
d) Les rétinoïdes topiques ont une action kératolytique
(b-c-d-e)
prédominante.
3-Le lichen plan folliculaire : e) Les cyclines sont contre indiqués cher l’enfant de
moins de 8 ans.
a) Est une alopécie non cicatricielle. (a-b-c-d-e)
b) A coté de l’alopécie on trouve: érythème
périfolliculaire + hyperkératose. 8-Parmi les diagnostics différentiels de l’acné :
c) Au cours de cette pathologie le test de traction est
a) La Rosacée qui est une maladie de la
négatif.
microcirculation.
d) Au cours de cette pathologie le test de traction est
b) La dermite periorale liée à l’abus des rétinoïdes
positif.
topiques.
e) S’associe rarement à un lichen plan cutané ou
c) La folliculite à germes gram négatif notamment
muqueux.
après cure prolongée de cyclines.
(b-d-e)
d) L’acné iatrogène induite par corticoïde ou
4-Au cours de l’érysipèle : antituberculeux.
e) L’acné néonatale.
a) Les AINS sont formellement déconseillés. (a-c)
b) Le bourrelet périphérique est fréquent sur le visage.
c) On peut avoir des formes bulleuses, pustuleuses et 9-Concernant le Tinea corporis :
purpuriques.
a) Tous les dermatophytes sont pathogènes.
d) La pénicilline G est prescrite à la dose de 10 à 20
b) L’évolution centrifuge est caractéristique
MU par jour.
c) L’incubation est de 6 semaines.
e) La pénicilline V est prescrite à la dose de 2 à 3 MU
d) L’examen à la lumières de Wood est positive.
par jour.
e) L’aspect initiale peut ressembler à un pityriasis
(a-b-c-d)
versicolore.
5-Au cours du grattage méthodique de Brocq : (a-b)

a) Le signe du blanchiment est le 1 er signe observé. 10-Concernant l’intertrigo dermatophytique inguino-crural :


b) La mise à nu des papilles épidermiques est le signe
a) On note une prédominance masculine.
de la rosée sanglante.
b) Le début se fait au fond du pli unilatéralement.
c) Le signe d’Auspitz est l’arrachement d’une fine
c) Un psoriasis inversé constitue un diagnostic
pellicule adhérente.
différentiel.
d) Le signe de la tache de bougie se manifeste par un
d) La culture sur sabauraud identifie l’espèce en cause.
aspect micacé des couches profondes.
e) L’érythrasma dermatophytique est un diagnostic
e) Le signe de la pellicule décollable vient avant le
différentiel.
signe de la rosée sanglante.
(a-b-c-d)
(a-d-e)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
35
11-Concernant l’intertrigo dermatophytique inter-orteils : 16-L’infiltration intralésionnelle de Glucantime au cours de
la leishmaniose cutanée :
a) On note une prédominance masculine.
b) Atteints surtout les 2 derniers espaces. a) Est faite à raison d’une à deux fois par semaine.
c) Peut constituer une porte d’entrée pour érysipèle. b) Est faite à raison de 1 à 2 ml de produit total par
d) Le genre trichophyton est le plus incriminé. lésion.
e) L’epidermophyton est le plus incriminé. c) Est contre indiqué en cas de lésions periarticulaire
(a-b-c) ou periorificielle.
d) Indiquée en cas de lésions multiples.
12-Concernant le Kérion de Celse : e) Peut être associée au Glucantime par voie générale.
(a-b-c)
a) L’aspect de macaron est caractéristique.
b) L’aspect en Godet est caractéristique. 17-Concernant les tréponématoses vénériennes :
c) L’aspect melicérique est caractéristique.
d) Peut causer une alopécie cicatricielle. a) Le genre tréponèma est en cause.
e) Est souvent Zoophile. b) L’incubation est en moyenne de 3 semaines
(a-d-e) c) Le TPHA peut rester positive après un traitement.
d) L’espèce pallidum est en cause
13- la Griséofulvine : e) L’extencilline constitue le traitement de choix.
(a-b-c-d-e)
a) Est prescrite durant 6 à 8 semaines au cours des
teignes. 18-Une syphilis latente précoce :
b) Est prescrite à dose de 10 à 20 mg/kg/jour au cours
des teignes. a) Fait suite a la phase secondaire de la syphilis.
c) Doit être prise au milieu des repas. b) Peut être découverte après des signes cliniques
d) Peut être associée à la terbinafine cp qui est mineurs et sérologie syphilitique positive.
fongicide. c) L’Extencilline en l’absence des contre indication
e) Très active sur les teignes microscopiques et constitue le traitement de choix.
inflammatoire. d) Est une syphilis d’évolution récente moments d’un
(a-c-e) an pour le CDC ; center for disease control.
e) Son dgc est basé sur la présence de 2 critères.
14-Concernant l’atteinte unguéale et péri unguéale (a-c-d)
candidosique :
19- Concernant la syphilis :
a) On note une prédominance masculine. « une sérologie FTA positive VDRL positive » :
b) On note une affinité pour les ongles des mains.
c) On note une affinité pour les ongles des pieds. a) Peut s’associer avec une sérologie TPHA positive.
d) Le genre Epidermophyton ne donne pas d’atteinte b) Peut se voir après un TRT efficace de la syphilis.
unguéale. c) Peut se voir avant le traitement de la syphilis.
e) La fluconazole constitue une arme thérapeutique. d) Est une sérologie couteuse.
(b-e) e) Peut se négative dans le temps après un traitement.
(a-b-c-d-e)
15- Concernant le pityriasis versicolor :
20- Concernant l’Ulcère de jambe :
a) Est une cause infectieuse d’achromie.
b) Le signe de copeau est caractéristique. a) Est une perte de substance chronique depuis plus
c) L’aspect en grappes de raisin est caractéristique du d’un mois sans cicatrisation.
germe en culture. b) L’étiologie vasculaire est dominée par les atteintes
d) L’agent causale est un germe saprophyte comme le artérielles.
candida albicans. c) L’ulcère artériel est de topographie suspendue ou
e) La topographie séborrhéique est caractéristique. perimalleolaire.
(a-b-d-e) d) La dermite ocre constitue une complication du
traitement de l’ulcère veineux.
e) L’angiodermite nécrosante est une cause vasculaire
de l’ulcère de jambe.
(a-e)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


36
21- Les plaques muqueuses au cours de la syphilis 28-Le morpion est :
regroupent :
a) L’agent de la pédiculose pubienne.
a) Le chancre. b) Peut causer une blépharite phtyriasique.
b) Les syphilides périnéales et génitales. c) Peut transmettre des pathologies infectieuses.
c) L’alopécie en clairière. d) Est de plus grande taille par rapport aux poux du
corps.
d) La fausse perlèche.
(a-b-c)
e) Les plaques fauchées de la langue
(d-e) 29-La pédiculose corporelle :

22-La gale invisible : a) Traduit une mauvaise hygiène.


b) Le pou du corps vit sur les vêtements.
a) Est une gale hyperkératosique. c) Peut être considérée comme une IST.
b) Est une gale pauci lésionnelle. d) Les extrémités sont touchées.
c) Est une gale prurigineuse. (a-b)
d) Est une gale des gens propres.
(b-c-d) 30-Parmi les causes de prurit post-scabieux :

23-La gale des gens propre : a) Acarophobie.


b) Echec du traitement.
a) Est une forme profuse de gale. c) Impetiginisation.
b) Est une gale crouteuse. d) La gale non traitée.
c) Est une gale multi lésionnelle. (b)
d) Répond au lindane.
(d) 31-Le traitement de la leishmaniose cutanée par Glucantime
en intramusculaire :
24-Le sarcoptes scabiei variété homins :
a) Nécessite 18 jours d’hospitalisation.
a) Est l’agent exclusif de la gale animale. b) Nécessite un bilan préthérapeutique
b) Meurt à une température supérieure à 55˚c. c) La posologie est de 30mg/kg/j de produit actif chez
c) Donne des vésicules perlées comme lésions l’enfant.
pathognomoniques. d) Est contre indiqué en cas de lésion en regard du
d) Se manifeste comme accent aigu en dermatoscopie. cartilage.
(bc) (b-d)
25-L’ivermerctine et gale : 32-La forme amastigote du parasite de la leishmaniose :
a) Est prescrit à la dose de 200 ug/kg en dose unique. a) Possède un flagelle externe.
b) Contre indiqué chez l’enfant pesant moins de 20kg. b) Retrouvé en milieu de culture.
c) Peut être prescrit au cours des pédiculoses du cuir c) Retrouvé dans au niveau des lésions cutanées de
chevelu. l’homme.
d) Indiqué dans la gale crouteuse. d) Peut-être visualisé en histologie après coloration
(a-b-d) spécifique.
(c-d)
26-Dans la gale du nourrisson :
33-Concernant le nodule ulcéro-crouteux de la
a) L’atteinte du visage est + fréq par rapport à l’adulte.
leishmaniose :
b) Les vésicules perlées sont fréq en région axillaire.
c) L’ivermerctine est prescrit à la dose de 200ug/kg en a) La croute est très adhérente.
prise unique. b) Est une lésion douloureuse au début.
d) Le benzoate de benzyl est laissé pendant 6 heures de c) Siege aux zones couvertes.
contact. d) Se constitue en une dizaine de jours après la piqure.
(a) (a-d)
27-La pédiculose du cuir chevelu : 34-Les mélanomes qui ont une composante horizontale
puis verticale sont :
a) Est causé par pediculus humanus variété capitis.
b) Traité en première intension par une lotion a) Mélanomes nodulaire.
pediculicide et lenticide. b) Mélanomes de Dubreuilh.
c) Peut transmettre des pathologies infectieuses. c) Mélanomes à extension superficielle.
d) Le dgc peut se faire sur la découverte de lentes. d) Mélanomes acrolentigineux.
(a-b-c) (b-c-d)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


37
35-Le mélanome : 43-Au cours de l’érythrasma :
a) Nait dans la majorité des cas de novo. a) La lumière de Wood est positive.
b) Nodulaires a un mauvais pronostic. b) Le traitement antifongique.
c) Peut se développer au niveau muqueux. c) Le dermatophyte en cause est Corynebacterium
d) Achromique est souvent nodulaire. minitissimum.
(a-b-c-d) d) Le centre de la lésion est en voie de la guérison.
(a)
36-Concernant l’épiderme :
44-La sérologie TPHA positive VDRL positive peut
a) La couche granuleuse est la 2eme couche en allant correspondre :
vers la profondeur.
b) Les kératinocytes de couche basale sont cylindriques. a) Une syphilis primaire.
c) La couche basale est constitué d’une seule assise. b) Une syphilis précoce.
d) Est trop vascularisé. c) Une syphilis secondaire non traité.
(a-b-c) d) Une syphilis avec FTA négative.
(a-b-c)
37-Parmi les types de squames on note :
45-La Fluconazole peut être prescrit en cas :
a) Les squames morbiliformes.
b) Les squames scarlatiniformes. a) Perionyxis avec onyxis candidosique.
c) Les squames pityriasiformes. b) Une Leishmaniose cutanée.
d) Les squames ichtyosiformes. c) Une teigne inflammatoire et suppurative.
(b-c-d) d) Un pityriasis rosé de Gilbert.
(a-b-c)
38-Parmi les facteurs de mauvais pronostic du mélanome :
46-L’impétigo :
a) L’âge avancé.
b) Le mélanome à extension superficielle. a) Est une infection cutanée bactérienne.
c) Indice de Breslow élevé. b) Est une folliculite superficielle autoinoculable.
d) Le mélanome nodulaire. c) Peut réaliser des vésiculo-bulles.
(a-c-d) d) L’aspect melicérique est caractéristique du
streptocoque.
39-La syphilis primaire :
e) Plus fréquent chez le nouveau né et nourrisson.
a) Comporte le chancre scabieux. (a-c)
b) Fait partie de la syphilis précoce. 47-L’impétigo géant phlyctenulaire :
c) La sérologie VDRL peut être positive.
d) Le chancre a une base souple. a) Est une forme fréquente chez l’enfant scolarisé.
(b-c) b) Se présente sous forme de vésicules multiples.
c) Causé essentiellement par staphylocoque.
40-La syphilis secondaire peut se manifester par :
d) Répond aux pénicillines M et aux synergistines.
a) Une alopécie. e) Le personnel soignant peut transmettre l’infection.
b) Un perionyxis. (c-d-e)
c) Des céphalées. 48-Concernant les infections folliculaires :
d) Un fausse perlèches.
(a-b-c-d) a) L’anthrax est une folliculite profonde isolée.
b) La furonculose est plus fréquente chez l’enfant.
41-Une syphilis latente :
c) La staphylococcie maligne de la face s’accompagne
a) Peut faire partie de la syphilis précoce. de signes généraux.
b) Peut faire partie de la syphilis tardive. d) La staphylococcie maligne de la face impose la
c) Est asymptomatique. recherche de gites de staphylocoque.
d) Fait suite à la syphilis primaire. e) Le furoncle est une folliculite profonde nécrosante.
(a-b-c) (c-e)

42-Un dermocorticoïde peut causer :


a) Une atrophie cutanée.
b) Hypochromie.
c) Vergetures.
d) Tachyphylaxie.
(a-b-c-d)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


38
49-Concernant l’érysipèle : 54-Au cours de la dermatite atopique avant 2 ans on peut
trouver :
a) Est une dermato-hypodermite bactérienne aigue
nécrosante. a) Un visage moins atteint.
b) Plus fréquent à la face et aux membres inférieurs. b) Placard Lichenifiés très prurigineux.
c) Le diagnostic est surtout clinique. c) Fissure sous et rétro-auriculaire.
d) Le bourrelet périphérique est plus fréquent au visage. d) Pouce sucé.
e) Au niveau du visage il peut mimer une staphylococcie e) Atteinte des plis de flexion.
maligne de la face. (c-d)
(b-c-d-e)
55-La dermatite atopique peut se compliquer :
50-Une femme âgée présentant un érysipèle récidivant :
a) D’Impetiginisation.
a) On doit rechercher chez elle une porte d’entrée non b) De syndrome de Kaposi-Juliusberg.
traitée. c) D’un retard de croissance.
b) On doit rechercher également une éventuelle d) De kératoconjonctivite.
insuffisance veineuse. e) De dermite de contact aux topiques.
c) On doit rechercher chez elle la prise chronique (a-b-c-d-e)
d’AINS.
d) On doit proposer chez elle une penicillinothérapie au 56-Le traitement de la leishmaniose cutanée par
long cours. Glucantime :
e) On doit rechercher un éventuel échec thérapeutique. a) Nécessite une hospitalisation.
(a-b-d) b) Nécessite la réalisation préalable d’un ECG.
51- Concernant l’acné et la grossesse : c) Est d’une ampoule de 2eme jour d’injection IM chez
un patient pesant 50kg.
a) L’évolution de l’acné est imprévisible au cours de la d) Contre indiqué en cas d’antécédents de tuberculose
grossesse. pulmonaire.
b) Il s’agit d’acné beaucoup plus inflammatoire. e) Peut donner une polynévrite en cas de stibio-
c) Le gluconate de zinc peut être proposé comme intolérances.
traitement systémique. (a-b)
d) Les cyclines par voie locale peuvent être utilisées.
e) L’acné peut être favorisée par l’augmentation de la 57-Concernant le psoriasis :
sécrétion sébacée. a) Le prurit est très fréquent.
(a-b-c-e) b) Le psoriasis inversé est très squameux.
52-Au cours de l’acné : c) Le psoriasis punctata est très fréquent chez l’adulte.
d) Le psoriasis du cuir chevelu est très responsable
a) La Dihydrotestostérone stimule la synthèse de d’alopécie.
sébum. e) Le phénomène de koebner est très associé.
b) L’acné néonatale est à prédominance inflammatoire. (0)
c) Les antituberculeux et les cyclines locaux peuvent
58-L’histologie du psoriasis comporte :
induire une acné.
d) La rosacée et la dermite periorale constituent des a) Une hyperkératose orthokératosique.
diagnostics différentiels de l’acné. b) Une hyperacanthose parakératosique.
e) Les cyclines lors du traitement de l’acné peuvent c) Une exocytose avec spongiose.
donner une photosensibilité. d) Un infiltrat inflammatoire à prédominance des
(a-d-e) plasmocytes.
53-Concernant le diagnostic de la dermatite atopique par les e) Une papillomatose avec des micro abcès de Munro-
critères de Hanifin et Rajka. On peut trouver comme signes Sabauraud.
mineurs : (b-e)

a) Le prurit. 59-Parmi les marqueurs de risques du mélanome on peut


trouver :
b) La xérose.
c) Signe de Dennie-Morgan. a) Le syndrome du naevus atypique.
d) Dermatographisme blanc. b) Antécédents familiaux de mélanome.
e) Dermatose chronique ou récidivante. c) Antécédents personnels de mélanome.
(b-c-d) d) La présence d’un naevus ou grains de beauté.
e) Le xéroderma pigmentosum.
(a-b-c-e)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


39
60-Le mélanome de Dubreuihl ou Lentigo malin : 66-Parmi les causes de l’ulcère non vasculaire on peut citer :
a) Siege aux zones photoexposées en particulier. a) L’ecthyma.
b) Sa genèse peut intervenir le rôle du soleil. b) La gomme syphilitique.
c) Forme très fréquente du mélanome. c) L’angiodermite nécrotique.
d) A une composante horizontale lente. d) L’ulcère mixte artério-veineux.
e) Les adultes sont la catégorie très concernée. e) Le mélanome acrolentigineux.
(b-d) (a-b)
61-Concernant l’épiderme : 67-Comme manifestation muqueuses de la syphilis on peut
voir :
a) La couche granuleuse est la 3eme couche en allant
vers la superficie. a) Un chancre.
b) La vascularisation se fait par imbibition. b) Des plaques muqueuses.
c) Les kératinocytes de la couche épineuse sont c) Une alopécie en clairière.
cylindriques. d) Une fausse perlèches.
d) La couche basale est la plus épaisse. e) Des plaques fauchées
e) Les glandes eccrines naissent dans la couche basale. (a-b-d-e)
(a-b)
68-Un perionyxis peut être causé par :
62-Concernant les lésions élémentaires :
a) Tréponème pallidum.
a) Le vitiligo constitue l’exemple type de macule. b) Candida albicans.
b) La leishmaniose cutanée peut donner un aspect c) Dermatophyte.
pseudo-bulleux. d) Leishmania major.
c) Le xéroderma pigmentosum peut donner une e) Corynebacterium minitissimum.
poikilodermie. (a-b)
d) La couche basale est la plus épaisse.
69-Une sérologie FTA positive VDRL positive peut être
e) Les glandes eccrines naissent dans la couche basale.
compatible avec :
(a-c)
63-Concernant les lésions élémentaires histologiques : a) Une syphilis primaire.
b) Une syphilis précoce.
a) L’acanthose est une augmentation de l’épaisseur c) Une syphilis secondaire traitée..
globale de l’épidermie. d) Une syphilis avec TPHA positive.
b) L’acantholyse se voit au cours du pemphigus. e) Une syphilide maculeuse ou roséole.
c) La parakeratose est la persistance du noyau dans les (a-b-c-d-e)
corneocytes.
d) L’hyperkératose est un épaississement de la couche 70-Concernant le traitement de la syphilis :
cornée et épineuse. a) Les betalactamines n’ont pas provoqués de
e) La cytosteatonecrose est atteinte de la graisse résistance jusqu’à présent.
dermique. b) La femme enceinte au premier trimestre avec
(a-b-c) chancre peut être traitée par Betalactamines.
64-La pédiculose pubienne : c) Les macrolides chez la femme au 2eme trimestre
sont administrés en 1ere intention.
a) Peut transmette d’autres pathologies infectieuses. d) Les cyclines peuvent constituer une alternative au
b) Peut être traité par malathion. traitement de la syphilis.
c) Peut être considérée comme une IST. e) La Neurosyphilis est traité par Extencilline en
d) Chez l’enfant on doit examiner les parents. perfusion intraveineuse.
e) Peut traduire une précarité sanitaire. (a-b-d-e)
(b-c-d)
71-Une teigne tondante :
65-Au cours de l’ulcère veineux :
a) Nécessite l’éviction scolaire.
a) Une incompétence valvulaire peut être en cause. b) Peut donner une suppuration du cuir chevelu.
b) L’ischémie également peut être en cause. c) Peut réalisé des plaques alopéciques
c) La dermite ocre peut être un élément en faveur. erythematosquameuses.
d) L’aspect dépilé de la peau peut être en faveur d) Peut être causée par le genre microsporum.
également. e) La culture sur milieu de sabouraud identifie l’espèce
e) L’angiodermite nécrosante peut être une cause. en 2 à 4 semaines.
(a-c) (a-c-d-e)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


40
72-Concernant le type de parasitisme des teignes à 78-Parmi les lésions précancéreuses du carcinome
l’examen mycologique direct les spores sont retrouvés au spinocellulaire :
cours des teignes :
a) La kératose actinique.
a) Teignes tondantes trichophytisues. b) Ulcère de jambe.
b) Teignes tondantes microsporiques. c) Chéilite actinique.
c) Teignes inflammatoires et suppuratives. d) Radiodermite.
d) Teignes faviques. e) Lichen scléreux.
e) Teignes causées par trichophytum schonleinii. (a-b-c-d-e)
(a-b-c)
79-Cochez la case des urticaires qui appartiennent aux
73-Le pityriasis versicolor: urticaires physiques :
a) Est une mycose causée par une levure lipophile. a) Urticaire alimentaire.
b) Peut être responsable d’une achromie. b) Urticaire médicamenteuse.
c) Les signe de Biett est caractéristique. c) Urticaire retardée à la pression.
d) Lors de la culture l’aspect en grappes de raisin est d) Urticaire au froid.
caractéristique. e) Urticaire cholinergique.
e) On peut trouver des facteurs génétiques favorisants. (c-d-e)
(a-b-e)
80-Parmi les armes thérapeutiques quelle est ou quelles
74-Lors du TRT d’une dermatose par dermocorticoïdes : sont qu’on peut utiliser au cour de l’urticaire ? :
a) Quand l’effet réservoir est absent on doit augmenter a) Adrénaline.
la fréquente d’application. b) Corticothérapie par voie générale.
b) La biodisponibilité augmente lors de l’adjonction de c) Antihistaminique anti H1.
l’urée. d) Antiparasitaires.
c) L’achromie peut être un effet secondaire. e) Test au glaçon.
d) L’unité phalangette est une aide pour apprécier la (a-b-c)
quantité appliquée.
81-L’eczéma de contact allergique est caractérisé par :
e) La diffusion transmembranaire est passive.
(a-b-c-d-e) a) Des lésions érythématovésiculaires non prurigineuses
75-Parmi les critères de suspicion d’une urticaire b) Une spongiose et une exocytose lymphocytaire du
systémique on peut trouver : corps muqueux de Malpighi.
c) C’est une réaction d’hypersensibilité retardée à
a) La fixité des lésions.
médiation cellulaire.
b) L’absence de prurit.
d) Il survient 24 à 48 heures après l’exposition au
c) Présence de signes généraux.
d) Image de vascularite à l’histologie. produit suspect.
e) La notion de prise médicamenteuse chronique. (b-c-d)
(a-b-c-d)
82-Au cours des eczémas on peut constater :
76- Le carcinome basocellulaire :
a) Un œdème important.
a) La plus fréquente des cancers épithéliaux. b) Une desquamation scarlatiniforme.
b) Siege en zones photoexposées dans 80% des cas. c) Une érythrodermie.
c) Sa forme tatouée peut mimer un mélanome. d) Un suintement abondant .
d) La radiothérapie figure parmi les armes (a-c-d)
thérapeutiques.
e) Son histologie est faite de cellules basaloides et 83-Devant un eczéma sur quel(s) élément(s) confirmez vous
prenant une prédisposition. son caractère professionnel ? :
(a-b-c-d-e)
a) Topographie des lésions.
77-Le carcinome spinocellulaire :
b) Tests cutanés positifs.
a) Le 2eme en fréq des carcinomes keratinocytaires. c) Interrogatoire évocateur.
b) Peut survenir de novo ou sur précurseur. d) Dosage des immunoglobulines E.
c) S’observe chez le sujet jeune. (a-b-c)
d) S’observe beaucoup plus chez la femme.
e) Constitue 60% des cancers épithéliaux.
(a-b)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


41
84-La dermatite atopique du nourrisson est caractérisée 90-Parmi les signes de STIBIO-intoxication :
par :
a) Eruption cutanée.
a) Début précoce vers l’âge de 3mois. b) Syndrome bulbaire.
b) Les lésions sont à type d’eczéma Lichenifiés. c) Polynévrite.
c) Touche de façon symétrique les zones convexes du d) Diarrhée et vomissement.
visage et des membres. (c)
d) La xérose cutanée est souvent présente.
(a-c-d) 91-La gale de l’adulte est caractérisée par :

85-Dans la dermatite atopique on trouve : a) Un prurit généralisé respectant le visage et le dos.


b) Un prurit qui s’accentue au cours de la journée.
a) Une maladie qui disparait souvent avant l’âge adulte. c) Des lésions interdigitales.
b) Un début tardif vers l’âge adulte est possible. d) Une contagiosité faible.
c) Son diagnostic est clinique. (a-c)
d) Une prévalence faible chez les enfants dans les pays
industrialisés. 92-Les dermocorticoïdes sont contre indiqués en cas de :
(a-b-c)
a) Dermatoses faciales (acné et rosacée).
86-Impétigo ecthyma : b) Dermatite séborrhéique.
c) Dermatoses fongiques.
a) Siège surtout au niveau du visage. d) Lichénification.
b) Favorisé par la stase veineuse et la mauvaise hygiène (a-c)
c) Secondaire le plus souvent à un staphylocoque.
d) Caractérisé par des lésions bulleuses et des érosions 93-La biodisponibilité cutanée d’un dermocorticoïde est plus
superficielles. importante :
(b-c)
a) Au niveau des avants bras comparativement au
87-Le traitement de l’impétigo nécessite : visage.
b) Si le produit est liposoluble.
a) Une éviction scolaire de quelques jours. c) Si la peau est sèche.
b) Toujours une ATB systémiques à large spectre. d) Chez les sujets âgés.
c) Fait appel aux AINS en cas l’œdème important. (b-d)
d) Lavage biquotidien à l’eau et au savon.
(a-d) 94-Chez une patiente suspecte d’un psoriasis inversé sous
mammaires ,quels sont les territoires ou vous devez
88-Concernant la leishmaniose cutanée : rechercher d’autres lésions psoriasiques pour conforter
votre diagnostic ?
a) Est une anthropozoonose.
b) Caractérisée par une incubation moyenne de 2 à 3 a) Cuir chevelu.
mois. b) Ombilic.
c) La guérison spontanée est exceptionnelle. c) Ongles.
d) Peut être traité par le fluconazole en cas de contre d) Sillon inter fessier.
indication au Glucantime. (a-b-c-d)
(a-b-d)
95-Le psoriasis pustuleux est caractérisé par :
89-L’antimoniate de N-méthyl glucamine :Glucantime
a) Des pustules microbiennes non folliculaire.
a) Présente sous forme d’ampoule de 5 ml contenant b) C’est une forme de psoriasis toujours généralisée.
1.5 gr de produit total. c) Peut être déclenché par corticothérapie par voie
b) La posologie chez l’adulte est 60 mg/Kg/J de produit générale.
actif. d) Son traitement est basé sur les antibiotiques par
c) Les signes de stibio-intolérance nécessitent un arrêt voie générale.
définitif du traitement. (c)
d) Contre indiqué en cas de troubles du rythme
cardiaque.
(a-c-d)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


42
96-Le carcinome spinocellulaire peut prendre le (ou les) 103- Au cours de l’acné légère à prédominance
aspect(s) clinique(s) suivant(s) : rétentionnelle, on utilise le (les) médicament(s) suivant(s) :

a) Une lésion saillante bourgeonnante. a) L’isotretinoine par voie générale.


b) Une lésion végétante en chou-fleur. b) Doxycycline à raison de 100mg/jour.
c) Une tumeur noire polychrome. c) Des rétinoïdes topiques.
d) Une lésion ulcérée. d) Des ATB locaux type érythromycine topique 4%.
(a-b-d) (c)

97- Le carcinome spinocellulaire 104-L’ulcère de jambe veineux :

a) Est plus fréquent que le carcinome basocellulaire. a) Se manifeste par un ulcère sus malléolaire souvent
b) Peut se développer sur une kératose pré existante. unique.
c) Survient parfois sur des cicatrices de brulures. b) C’est un ulcère très douloureux.
d) Ne touche jamais les muqueuses. c) Peut être associé à un eczéma variqueux .
(b-c) d) A l’interrogatoire on trouve une lourdeure des jambes.
(a-c-d)
98-Le carcinome basocellulaire est caractérisé par :
105-On pense à un carcinome spinocellulaire qui complique
a) Une bordure perlée. un ulcère de jambe devant :
b) Disposition métamérique.
c) Potentiel métastatique important. a) Un bourgeonnement excessif.
d) Evolution rapide sur quelques mois. b) Une lymphangite.
(a) c) Une dermatite de contact allergique.
d) Absence d’amélioration malgré un traitement
99- L’installation des cancers dermatologiques peut être spécifique bien conduit.
favorisée par : (a-d)
a) Une exposition solaire intense. 106-Le chancre syphilitique est typiquement :
b) Une phototype clair 1 et 2.
c) Une dermite d’irritation. a) Une ulcération muqueuse propre profonde bien
d) Une infection HPV des muqueuses. circonscrite.
(a-b-d) b) Unique plus rarement multiple.
c) Très douloureux.
100-Le chancre mou : d) Peut passer inaperçu.
(b-d)
a) Survient après une période d’incubation de 3 à 4 sem
b) L’ulcération est profonde à fond sale. 107-Tréponèma pallidum : bactérie responsable de la
c) L’adénopathie n’évolue jamais vers la fistulisation. syphilis :
d) Secondaire à un haemophilus ducreyi.
(b-d) a) On peut la visualiser en microscopie standard à fond
noir.
101-Une urticaire peut être provoquée par : b) Est un bacille hélicoïdal appartient à l’ordre des
spirochactales.
a) Infections virales, bactériennes et parasitaires.
c) Est une bactérie cultivable in vitro.
b) Le pression.
d) Ses caractéristiques permettent de la distinguer des
c) Les AINS.
autres tréponèmes à l’examen direct.
d) Le froid.
(a-b)
(a-b-c-d)
108- Une sérologie syphilitique TPHA(+) VDRL(-) est en
102-L’urticaire cholinergique :
faveur :
a) Se présente cliniquement sous forme de petites
a) Un faux positif
papules œdémateuses du tronc.
b) Syphilis à priori guérie
b) Comporte histologiquement des signes de vascularite.
c) Absence de tréponématose
c) Est déclenché par la sudation.
d) Syphilis en inoculation
d) Est déclenché par le froid.
(b)
(a-c)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


43
109- Une teigne tondante microscopique est caractérisée 114- Les syphilides périnéales et génitales :
par :
a) Sont des lésions de la syphilis secondaire.
a) Des petites plaques alopéciques de quelques mm de b) Sont des lésions douloureuses non prurigineuses.
diamètre. c) Sont des lésions papulo-érosives des plis.
b) Des plaques peu nombreuses de 2 à 4 en moyenne. d) Sont des lésions très contagieuses.
c) Les cheveux sont cassés de quelques mm des orifices (a-c-d)
folliculaires.
d) L’examen à la lumière de Wood donne une 115- Les syphilides papuleuses :
fluorescence verte vive.
a) Surviennent du 2eme au 4eme mois et un
(b-c-d)
polymorphisme clinique est possible.
110- Le mélanome de Dubreuihl : b) Peuvent coexister avec une roséole et durent de 1 à 6
mois.
a) Siege sur les zones photo exposées. c) La lésion élémentaire est papule rouge cuivrée non
b) Survient chez les sujets âgés. prurigineuse indolore.
c) A une évolution horizontale lente. d) La papule est entourée d’une collerette constante et
d) Se présente d’emblée sous forme d’un nodule spécifique : collerette de Biett.
pigmenté d’évolution rapide. (a-b-c)
(a-b-c)
116- Une seule injection de 2.4 millions d’unités de
111- Tréponèma pallidum : bactérie responsable de la Benzathine Benzylpénicilline G (Extencilline) en IM :
syphilis :
a) Suffit pour traiter une syphilis secondaire.
a) Est un bacille hélicoïdale appartient à l’ordre des b) Suffit pour traiter une syphilis primaire de la femme
spirochaetales. enceinte.
b) Est une bactérie cultivable in vitro sur milieu spécial. c) Suffit pour traiter une neurosyphilis.
c) Ses caractéristiques ne permettent pas de la d) Suffit pour traiter une syphilis primaire du sujet VIH+.
distinguer des autres tréponèmes à l’examen direct. (a-b)
d) Est une bactérie très sensible aux cyclines et à
moindre degré aux betalactamines et aux macrolides. 117- La réaction de Jarishch-Herxheimer :
(a-c)
a) Survient après injection à la pénicilline et elle est
112- La transmission de la syphilis : dépendante de la dose.
b) Elle est bénigne sauf chez la femme enceinte.
a) Peut se faire durant la grossesse à partir du 6eme c) Elle peut être prévenue par l’administration conjointe
mois ou lors de l’accouchement à partir d’un chancre de corticoïdes.
maternel. d) Consiste en une aggravation des manifestations
b) La transmission sexuelle est plus fréquente et peut cliniques avec céphalées, fièvre, myalgies.
expliquer la localisation du chancre en extra-génital. (b-c-d)
c) Les lésions cutanées sont peu contagieuses par
rapport aux lésions muqueuses. 118- La forme clinique la plus commune du carcinome
d) La transmission sanguine peut être expliquée par le spinocellulaire est :
partage de seringues chez les toxicomanies.
a) Verruqueuse.
(b-c-d)
b) Ulcéro-végétante.
113- La syphilis tardive regroupe : c) Nodulaire.
d) Térébrante.
a) La syphilis latente tardive. (b)
b) La syphilis latente précoce.
c) A une évolution la Neurosyphilis. 119- Le carcinome basocellulaire :
d) La syphilis tertiaire.
a) Peut mettre en jeu le pronostic vital par extension
(a-c-d)
locorégionale.
b) Peut siéger sur les muqueuses.
c) Donne des métastases par voie sanguine.
d) De pronostic favorable.
(a-d)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
44
120- L’apparition d’un kc cutané peut être favoriser par : 127- Les ulcères de jambes d’origine artérielle pure:

a) Une dermatite atopique. a) Sont généralement de siège sus malléolaire externe.


b) Une exposition solaire prolongée. b) Sont indolores en l’absence de surinfection.
c) Un phototype clair I/II. c) Peuvent mettre à nu les tendons.
d) Une lésion précancéreuse. d) Peuvent apparaitre malgré la présence de pouls
(b-c-d) distaux bien perçus.
(a-c-d)
121- Ulcération génitale d’origine syphilitique le + souvent :
128- Une sérologie TPHA (+) VRDL (-) est compatible avec :
a) Unique à fond propre.
b) Due à haemophilus ducrey. a) Séquelle sérologique de syphilis.
c) Douloureuse à la palpation. b) Syphilis guérie traité précocement.
d) S’accompagne d’une adénopathie non inflammatoire. c) Tréponématose non vénérienne guérie.
(a-d) d) Syphilis primaire dans les 10 à 15 jours du chancre.
(a-b-c-d)
122- Le carcinome spinocellulaire :
129- Une sérologie TPHA (-) VRDL (+) est compatible avec :
a) Est plus fréquente que le carcinome basocell.
b) Le pc est meilleur que celui du carcinome basocell. a) Une syphilis en incubation.
c) Peut se développer sur une kératose préexistante. b) Syphilis guérie traité précocement.
d) Peut être pigmenté. c) Syphilis primaire dans les 10 à 15 jours du chancre.
e) Ne touche jamais les muqueuses. d) Tréponématose non vénérienne non traitée.
(c) (0)

123- Une carcinome basocellulaire est caractérisé par : 130- Le psoriasis est une dermatose érythematosquameuse
dont le diagnostic est essentiellement clinique ; en cas de
a) Bordure perlée. doute la biopsie cutanée va montrer:
b) Disposition métamérique.
c) Evolution rapide. a) Une hyperkératose parakératosique.
d) Potentiel métastasique. b) Une hyperkératose orthokératosique.
(a) c) Une hypergranulose localisée.
d) Une atrophie épidermique.
124- Parmis les petits signes qui font partie du tableau de (a)
dermatite atopique vous retenez :
131-Au cours de l’Erysipèle:
a) Kératodermie palmaire.
b) Fissure de l’attache du lobule de l’oreille. a) Le bourrelet périphérique est fréquent sur la jambe.
c) Double pli infra-orbital. b) Les AINS et corticoïdes sont déconseillés car risque
d) Peau sèche, ichtyose. de fasciite nécrosante.
(b-c-d) c) Le traitement anticoagulant est systématique.
d) En cas de récidives multiples : pénicilline G 10 à 20
125- L’Eczéma atopique du nourrisson : MU par jour pendant 3 semaines.
a) Evolue par poussées. (b)
b) Commence en règle au visage. 132- Le psoriasis pustuleux :
c) Provoque des lésions érythématovésiculaires.
d) Comporte souvent des ATCD familiaux allergiques. a) Est une forme grave de psoriasis.
(a-b-c-d) b) Est une pustulose microbienne.
c) Peut être déclenchée par une corticothérapie
126- En présence d’un ulcère de jambe, quel(s) argument(s) générale.
est (sont) en faveur d’une étiologie veineuse ? : d) Peut être traitée par Acitrétine.
a) Douleurs de décubitus. e) Peut être traitée par une PUVAthérapie.
b) Présences d’une dermite ocre. (a-c-d)
c) Localisation dans la région malléolaire interne.
d) Fond nécrotique.
(b-c)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


45
133- Parmi les effets secondaires de l’acitritine : 139- Le traitement général par Ivermerctine de la gale est
indiqué :
a) Sécheresse cutanée et muqueuse.
b) Hépato toxicité, hypercholestérolémie. a) Dans la forme classique de la gale.
c) Induction de cancers cutanés. b) Dans la gale hyperkératosique ou crouteuse.
d) Photosensibilité. c) Dans la gale profuse de la femme enceinte.
(a-b) d) En association avec le traitement local.
(b)
134- Le syndrome des naevus atypique : définit par la
présence de naevus : 140- La pédiculose corporelle :

a) En grand nombre supérieur à 50. a) Liée à l’infestation par pediculus humanus pubis.
b) De diamètre inferieur à 6 mm. b) Peut transmettre des maladies infectieuses.
c) Avec des bords irréguliers. c) Les lésions prédominent aux extrémités.
d) Qui nécessitent une surveillance rigoureuse. d) Le prurit est localisé au régions découvertes du corps.
(a-c-d) (b)

135- Le sillon scabieux est une lésion spécifique de la gale : 141- La pédiculose corporelle :

a) Il siège au niveau des régions axillaires et générales. a) L’agent en cause peut survivre plusieurs semaines en
b) Il correspond au trajet de l’acarien dans l’hypoderme. dehors de l’hôte.
c) Il contient à l’une de ses extrémités l’acarien femelle. b) Sa présence chez l’enfant doit évoquer l’éventualité
d) Il est caractéristique de la gale des gents propres. de services sexuelles.
(c) c) Touche uniquement les poils du pubis par le phtirius
pubis.
136- L’Antimoniate de N-méthyl glucamine : Glucantime : d) Son tableau clinique peut prêter à confusion avec
celui la gale.
a) Est un inhibiteur enzymatique du cycle anaérobie du
(a-d)
métabolisme glucidique de leishmania.
b) Possède également des propriétés immun régulatrice- 142- Parmi les facteurs de mauvais pronostic du mélanome :
stimulantes.
c) Contre indiqué en cas de tuberculose pulmonaire a) Le caractère hémorragique.
évolutive. b) La coloration achromique.
d) Se présente sous forme d’ampoule de 5ml qui c) L’aspect inflammatoire.
contient 1.5g de produit actif. d) Le Breslow supérieur à 0.75 mm.
(a-c) (b-d)

137- Dans la gale crouteuse ou hyperkératosique: 143- Le mélanome est :

a) La contagiosité est importante. a) Fréquent chez l’enfant.


b) Les sillons scabieux sont fréquents. b) Favorisé par l’exposition solaire.
c) Le prurit est important et généralisé. c) Se présente toujours sous forme de tumeur brune ou
d) La pullulation parasitaire est faible. noir.
(a) d) Survient souvent sur un naevus préexistant.
(b)
138-La gale:
144- La pédiculose de cuir chevelu est traitée en première
a) Est très contagieuse dans la forme classique. intention avec des lotions à base de :
b) Peut évoluer vers la guérison sans traitement.
c) Peut transmettre des maladies infectieuses. a) Malathion : organophosphoré.
d) Est un diagnostic différentiel de la pédiculose b) Pyrethrinoide de synthèse.
corporelle. c) Lindane, organochloré.
(a-c-d) d) Benzoate de benzyl, Ascabio.
(a)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


46
145- Une teigne tondante trichophytique : 151- Le mélanome de Dubreuihl :

a) Nécessite une éviction scolaire. a) Siege sur les zones photoexposées.


b) Moins fréquent par rapport aux teignes b) Survient chez le sujet âgé.
microsporiques. c) A une évolution horizontale rapide.
c) L’examen à la lumière de Wood est positive. d) Siege fréquement aux membres inférieurs.
d) Le parasitisme à l’examen direct est de type (a-b)
endothrix.
(a-d) 152- L’Ivermerctine : traitement par voie générale de la gale
est indiqué en cas de :
146- On peut envisager de traiter par l’association DIANE +
Androcur : a) Gale de la femme enceinte.
b) Gale hyperkératosique.
a) Une acné féminine tardive non améliorée par une c) Gale des gens propres.
contraception OP anti acnéique. d) Gale épidémique.
b) Une acné associée à un hirsutisme. (b)
c) Une acné féminine sévère sans hyper androgénie.
d) Une acné nodulaire chez une femme. 153- concernant les teignes inflammatoires et suppuratives :
(b)
a) L’examen à la lumière de Wood est positif.
147- Le carcinome basocellulaire : b) Peuvent être traités par corticothérapie générale
courte au début.
a) Est de pronostic défavorable. c) Peuvent laisser des alopécies cicatricielles.
b) Est de malignité locale. d) Seul trichophyton Schonlein est en cause
c) Peut siéger sur les muqueuses. (c)
d) Sa forme tatoué est la plus fréquente.
(b) 154- L’atteinte unguéale candidosique :

148- Le lupus tuberculeux : a) Commence par un perionyxis douloureux.


b) L’onyxis débute par la partie distale de l’ongle.
a) Forme un placard topique qui évolue vers une c) Les ongles des mains sont moins touchés que ceux
atrophie. des pieds.
b) Se localise rarement au niveau du visage (nez, joues). d) Les femmes sont les plus touchées que les hommes.
c) Est une forme qui touche surtout la femme. (a-d)
d) Est une forme de tuberculose cutanée très
douloureuse. 155-Parmi les facteurs de mauvais pronostic du mélanome :
(a-c) a) La localisation acrale du mélanome.
b) Survenue du mélanome à un âge précoce.
149- Parmi les signes de stibio-intolérance : c) Survenue du mélanome chez l’homme.
a) Toux coqueluchoide. d) L’existence d’une ulcération clinique.
(c-d)
b) Polynévrite.
c) Myocardite. 156-La psoriasis des ongles :
d) Syndrome bulbaire.
a) Se voit au cours du psoriasis grave.
(a-d)
b) Peut réaliser l’aspect en dé à coudre.
150- Une teigne tondante trichophytique : c) Représente 15% des cas de psoriasis.
d) Peut être traité par ciclosporine.
a) L’éviction scolaire est obligatoire. (b)
b) L’examen à la lumière de Wood est positive.
157- Concernant le teigne favique :
c) Moins fréquent que les teignes microscopiques.
d) A l’examen mycologique les cheveux sont bourrés de a) Nécessite une éviction scolaire.
spores. b) Causée par trichophyton schonleinii.
(a-d) c) La lumière de Wood révèle une fluorescence
kératosique..
d) plus fréquent que la teigne microsporique.
(a-b)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


47
158- Concernant les Végétations : 164-Une sérologie FTA (+) TPHA (+) VDRL (-) peut signifier :

a) sont des excroissance d’allure filiforme. a) Une fausse sérologie syphilitique.


b) Sont de consistance molle. b) Une syphilis dans les 5 à 10 jours suivant le chancre.
c) Sont à surface recouverte d’enduit kératosique. c) Une syphilis primaire.
d) L’exemple type est le condylome. d) Une syphilis secondaire non traitée..
e) Une syphilis dans les 10 à 15 jours suivant le chancre
(a-b-d)
(c-e)
159- Cochez la ou les réponses justes : 165-L’Erysipèle peut être traitée quotidiennement pendant
certaine dermite par :
a) La Poikilodermie est une affection cutanée, qui
associe une atrophie de l’épiderme, une dyschromie a) Pénicilline G injectable.
et des télangiectasies. b) Pénicilline V orale.
b) Les squames scarlatiniforme traduisent une c) synergistines
production cornée brutale et intense. d) Cyclines.
c) La verrucosité est végétation dont la surface est e) Extencilline.
recouverte d’un enduit kératosique. (a-b-c-e)
d) L’ulcération est une perte de substance profonde 166-Concernant le pityriasis rosé de Gibert :
suivie de cicatrice.
(a-b-c-d) a) Est caractérisé par des squames en collerette.
b) Est caractérisé par des squames ichtyosiformes.
160- Une teigne tondante a les caractères suivants : c) La lumière de Wood est positive.
d) Peut présenter un diagnostic différentiel du psoriasis.
a) Cheveux cassés courts. e) Peut présenter au stade de début un diagnostic
b) Squames. différentiel du tinea corporis.
c) Laisse une alopécie définitive. (a-c-d)
d) Touche plus souvent les enfants.
167-Concernant le Xéroderma pigmentosum :
(a-b-d)
a) Peut se manifester par des lésions poikilodermique.
161- Concernant l’acné : b) Peut présenter un facteur de risque au mélanome.
c) Peut présenter un facteur aggravant du psoriasis.
a) La rosacée est une acné bénigne de l’adolescente. d) C’est un trouble de réparation de l’ADN..
b) L’acné fulminans se caractérise par une évolution e) On peut observer des lésions vésiculo-bulleuses.
ulcéro-nécrotique des lésions. (a-b-d)
c) Le traitement de rétentionnelle repose sur les dérivés
de la vitamine « A » acide. 168-Concernant la dermite d’irritation :
d) La sécrétion sébacée est sous la dépendance de la a) Atteint la majorité des sujets en contact avec le
réduction de la testostérone en dihydro-testostérone. produit.
(b-c-d) b) Les bords sont nets limités à la zone de contact.
c) On trouve un prurit prédominant.
162-L’histologie du psoriasis comporte : d) En histologie on trouve une nécrose et une spongiose.
a) Une hyperkératose orthokératosique. e) Les tests épicutanés sont positifs.
b) Une parakeratose orthokératosique. (a-e)
c) Une hyperkératose parakératosique. 169-Concernant la dermite atopique (DA) :
d) Une papillomatose.
e) Une hypergranulose. a) S’associe toujours à une allergie alimentaire.
(c-d) b) Peut persister à l’âge de l’adolescence.
c) N’est pas une allergie à un allergène qu’on doit
163-Au cours de l’Erythrasma : identifier.
a) La lumière de Wood est positive. d) La nature de l’allaitement influence sur l’évolution de
b) Les nappes brunâtres s’étalent sur les 2 plis. la DA.
c) Le traitement est dermocorticoïde. e) On peut trouver une prédisposition génétique.
d) Le champignon en cause est Corynebacterium (b-e)
minitissimum.
e) La culture sur sabouraud nécessite 4 semaines.
(a-b)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


48
170-Le carcinome spinocellulaire : 176-Le carcinome épidermoide survient souvent sur une
lésion précancéreuse, les plus fréquentes sont :
a) A une incidence élevée en Afrique.
b) Se développe sur une lésion précancéreuse. a) Les kératoses séborrhéiques.
c) Le pronostic est meilleur que celui du carcinome b) Les radiodermiques.
basocellulaire. c) Les cicatrices de brulure.
d) La kératose actinique est l’une de ses causes. d) Les plaies aigues.
e) Peut être pigmenté. e) Certaines lésions cutanées virales à Poxvirus.
(b-d) (c-b-e)
171-La dermatite atopique : 177-Parmi les médicaments aggravants le psoriasis, nous
citons :
a) Est une réaction d’hypersensibilité de type IV.
b) Siège aux plis. a) Bétabloquants.
c) Les émollients sont indiqués pour lutter contre la b) Diurétiques.
nécrose cutanée. c) Inhibiteur d’enzyme de conversion.
d) La guérison se voit à l’âge adulte. d) Antibiotiques.
(a-b-d) e) Antipaludéens de synthèse type Nivaquine.
(a-e)
172-Le carcinome basocellulaire :
178-Les médicaments habituellement prescrit pour détruire
a) Est le plus fréquent des carcinomes cutanés. le tréponème pallidum sont :
b) Siège le plus souvent sur les zones photoexposées.
c) Se présente le plus souvent sous la forme d’une a) Pénicillines.
tumeur ulcérée ou végétante. b) Macrolides.
d) A une malignité strictement locale. c) Cyclines.
e) Donne des métastases dans 30% des cas. d) Quinolones.
(a-b-d) e) Sulfamides.
(a)
173-Le carcinome épidermoide :
179-L’intertrigo inguino crural candidosique touche
a) Est une tumeur maligne d’origine keratinocytaire. essentiellement :
b) A une malignité strictement locale.
c) Ne siège jamais sur les muqueuses. a) L’adulte jeune.
d) Est le plus fréq des carcinomes cutanés après 50ans. b) Le sujet âgé.
e) Peut être strictement intra épidermique. c) L’immunodéprimé.
(a) d) L’enfant d’âge scolaire.
e) Les diabétiques.
174-Le mélanome peut être : (a)
a) Achromique. 180-La corticothérapie locale est contre indiquée dans:
b) Muqueux.
c) Superficiel extensif. a) L’impétigo bulleux.
d) Acrolentigineux. b) L’acné.
e) Nodulaire. c) L’herpes buccal.
(a-b-c-d-e) d) La gale des sujets propres.
e) La Lichénification.
175-Le traitement de choix du carcinome basocellulaire :
(a-b-c)
a) Cryothérapie. 181-L’urticaire superficielle est une :
b) La vaccination anti tumoral.
c) La chirurgie. a) Bulle fugace migratrice et prurigineuse..
d) La radiothérapie. b) Nodule fugace migrateur et prurigineux.
e) La chimiothérapie. c) Papule fugace migratrice et prurigineuse.
(c) d) Nécessite souvent une confirmation histologique.
e) Peut être aigue ou chronique..
(c)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


49
182-L’urticaire profonde est : 188-Que préconisez-vous pour un patient chez qui le
diagnostic de gale a été posé ? :
a) Plus prurigineuse que douloureuse.
b) Touche la plus souvent le tronc. a) Entamer un TRT général: Ivermerctine.
c) Ne répond jamais aux antihistaminiques. b) Proposer un TRT local: Benzoate de benzyl: Ascabiol®
d) Nécessite souvent une confirmation histologique. c) Traiter uniquement les membres de la famille
e) Peut être aigue ou chronique. présentant la même symptomatologie.
(c) d) Faire une biopsie cutanée.
e) Conseiller des bains chauds.
183-Le lupus vulgaire peut apparaitre : (b)
a) Sur peau saine. 189-Que faut-il ne pas faire au cours de l’acné ? :
b) Sur le site d’un chancre tuberculeux.
c) Sur une tuberculose verruqueuse. a) Presser les comédons.
d) Sur le site de la vaccination du BCG. b) Nettoyer la peau avec gel ou un pain dermatologique
e) Sur une muqueuse. non irritant.
(..) c) Utiliser un antiseptique sur les lésions inflammatoires
d) S’exposer au soleil car ce dernier réduit les lésions
184-L’impétigo :
inflammatoire.
a) Est une maladie contagieuse de l’enfant. e) Toutes les réponses sont justes.
b) Impose l’éviction scolaire. (d)
c) Se manifeste par de lésions crouteuses periorificielle. 190-Les facteurs de risque d’un ulcère veineux sont :
d) Est une lésion initialement nodulaire.
e) Peut se compliquer de glomérulonéphrite. a) La sédentarité.
(a-b-c-e) b) L’obésité.
c) L’existence de varices.
185-L’érysipèle : d) La profession du patient (postions debout prolongée).
a) Est dû à une infection à streptocoque. e) L’artériopathie des membres inférieurs.
b) A un début brutal marqué par de la fièvre. (..)
c) Est formé par une plaque rouge vif chaude et 191-Le meilleur choix thérapeutique des lésions
douloureuse. rétentionnelle d’acné est:
d) Est bien limité.
e) Est souvent résistant à la pénicilline. a) Cyclines en première intention.
(a-b-c-d) b) Isotretinoine en première intention.
c) Rétinoïdes topiques.
186-L’eczéma de contact : d) Mesures d’hygiène + peroxyde de benzoyle.
a) Dermatose inflammatoire érythémateuse et e) Mesures d’hygiène + rétinoïdes topiques.
squameuse. (e)
b) La prurit est contant.
c) Siège électivement au niveau des zones 192-Parmi ces examens complémentaires, lequel (lesquels)
photoexposées. est (sont) systématiquement demandé(s) dans l’ulcère de
d) Une hyper IgE confirme le diagnostic. jambe ? :
e) Le diagnostic est confirmé par les patch tests. a) Electrophorèse des protides.
(a-b-e) b) Electrophorèse de l’Hb.
187-La dermatite atopique : c) Ac antiphospholipides, Ac anti DNA.
d) Echo Doppler vasculaire.
a) Débute le plus souvent entre 1 et 3 ans. e) Toutes les réponses sont justes.
b) Débute le plus souvent entre 3 et 9 mois. (d)
c) La guérison se voir à l’âge adulte.
d) Peut débuter à l’âge adulte. 193-Une dermatophytie de la peau glabre se caractérise par:
e) L’association à un eczéma de contact est possible. a) Extension centrifuge.
(a-c-d-e) b) Pourtour vésiculeux.
c) Plaque érythémateuse.
d) Pourtour émietté.
e) Squames épaisses.
(a-c)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


50
194-Les dermatocorticoïdes sont contre indiqués dans le 200- L'adénopathie syphilitique primaire est caractérisée par
traitement de :
a) Survenue dans le territoire lymphatique
a) Psoriasis. correspondant au chancre.
b) Pemphingoide bulleuse. b) Poly adénopathie.
c) Impétigo. c) Un des ganglions est plus gros.
d) Rosacée. d) Aspect inflammatoire.
e) Gale. e) fistulation.
(c-d-e) (a-b-c)
195-Des anticorps sériques anti peau sont retrouvées au
cours de :
a) Zona.
b) Pemphingoide bulleuse.
c) Erythème polymorphe bulleux.
d) Pemphigus vulgaire.
e) Porphyrie cutanée tardive.
(b-d)
196-Parmi les lésions cutanées suivantes, indiquer ceux qui
contiennent du staphylocoque :
a) Furoncle.
b) Ecthyma.
c) Exanthème scarlatine.
d) Impétigo.
e) Erythème polymorphe.
(a-b-d)
197-Parmi les définitions suivantes indiquez celle qui
correspond à l’érysipèle :
a) Dermatose bulbeuse aigue.
b) Dermo-épidermite aigue.
c) Nécroépidermolyse aigue.
d) Dermo-hypodermite aigue.
e) Aucune des définitions précédentes.
(d)
198- Quel métal est le plus souvent responsable d'un
eczéma de contact ?:
a) Le fer.
b) L’or.
c) L’argent.
d) Le cuivre.
e) Le nickel.
(e)
199- Une éruption chronique, prurigineuse, érythémato-
vésiculeuse, localisée aux plis des coudes et aux creux
poplités est évocatrice de :
a) Psoriasis.
b) Dermatite atopique.
c) Syphilis.
d) Gale.
e) Epidermomycose.
(b)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


51
05-La fermeture aigue de l’angle irido-cornéen peut être
OPHTALMOLOGIE primitive ou secondaire, pour confirmer cette fermeture il
faut pratiquer un examen, quel est cet examen ? :
01- Vous recevez un nouveau-né de 5 jours qui présente une
conjonctivite purulente : a) Tonométrie.
b) Champ visuel automatisé.
a) Vous suspectez une conjonctivite à gonocoque et
c) Ophtalmoscopie du FO.
vous traitez.
d) Gonioscopie.
b) Vous faites un prélèvement et vous attendez le
e) Echographie oculaire en mode B.
résultat de l’antibiogramme.
(d)
c) Vous vous contentez d’un pansement oculaire et
d’un lavage oculaire au sérum salé. 06-Le Glaucome primitif à angle ouvert est définie comme
d) Il s’agit probablement d’une conjonctivite virale et une neuropathie optique associée à d’autres signes
vous prescrivez un collyre antiviral. principalement l’élévation de la pression intra oculaire qui
(a) est étroitement liée à un examen ophtalmologique, qu’elle
est cet examen ? :
02-Devant un œilrouge douloureux sans baisse de l’acuité
visuelle, vous suspectez : a) Tonographie cornéenne.
b) Le fond d’œil.
a) Une uvéite antérieure aigue.
c) Tonographie par cohérence optique des fibres
b) Un ptérygion.
nerveuses rétiniennes.
c) Une sclérite.
d) Pachymétrie cornéenne.
d) Un hémorragie dans le vitré.
e) Tonomètre par aplanation de Goldmann.
e) Une conjonctivite allergique.
(d)
(c)
07-La toxoplasmose oculaire :
03-Vous recevez une femme de 50 ans hypermétrope, qui
consulte pour un œil droit rouge très douloureuse avec des a) Souvent congénitale..
céphalées et des vomissements : b) Se manifeste toujours par une rétino-choroïdite.
c) Peut donner un œil rouge douloureux.
a) Vous lui prescrivez un antalgique par voie
d) Nécessite toujours un traitement corticoïde per os.
parentérale et la laissez repartir chez elle.
e) Guérit toujours sans séquelles.
b) Vous lui donnez un flash du mannitol à 20% en
(a -c)
perfusion.
c) Vous lui donnez un collyre de corticoïdes. 08-Concernant les tumeurs oculaires :
d) Vous suspectez un glaucome aigu primitif par
fermeture de l’angle. a) L’hémangiome caverneux est une tumeur de l’enfant
e) Vous jugulez l’urgence puis vous s’adressez pour une à régression spontanée.
iridotomie au laser. b) Le mélanome de la choroïde est une tumeur maligne
(b-d-e) de l’enfant.
c) Une exophtalmie rapidement évolutive chez un
04-Une diplopie binoculaire chez un adulte : enfant fait craindre un méningiome du nerf optique.
d) Le gliome du nerf optique est une tumeur bénigne et
a) Est le maitre symptôme, en cas de déviation oculaire.
sans conséquences fonctionnelles.
b) Est absente chez un monophtalme.
e) Les calcifications au scanner orbito-cérébral sont un
c) Son apparition impose un examen clinique complet.
signe en faveur d’un rétinoblastome.
d) Son apparition impose des examens
(e)
neuroradiologiques (TDM+IRM).
e) La chirurgie s’impose en première intention. 09-Quels sont les signes qui nous orientent vers une atteinte
(a-b-c-d) du nerf III (MOC) ? :

a) Un myosis.
b) Une exotropie.
c) Un ptosis.
d) Une baisse de l’acuité visuelle.
e) Troubles de l’accommodation.
(b-c-e)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


52
10-L’iridocyclite est : 16-La cataracte :

a) Une affection fréquente chez l’adulte jeune. a) Une opacification partielle ou totale du cristallin.
b) La recherche étiologique représente un grand b) Le traitement est toujours médical.
challenge. c) Peut être causée par une corticothérapie prolongée.
c) Souvent isolée. d) Survient toujours chez le sujet âgé.
d) Elle réalise le tableau d’un œil rouge douloureux. e) D’étiologies multiples.
e) Le TRT est tjrs une corticothérapie par voie générale. (a-c-e)
(b-d)
17-Un traumatisme oculaire perforant peut se compliquer
11-L’hémorragie sous conjonctivale post traumatique : de :

a) Peut cacher une plaie sclérale. a) Une cataracte.


b) Nécessite une simple surveillance. b) Un décollement de rétine.
c) Responsable de baisse définitive de sa vision. c) Un trou maculaire.
d) Doit faire l’objet d’une exploration chirurgicale au d) Une luxation ou subluxation du cristallin.
bloc opératoire. e) Une hémorragie intraoculaire.
e) Est sans gravité si elle est isolée. (a-b-e)
(a-d-e)
18-Touts ces complications peuvent survenir au cours du
12-Le principale effet secondaire des antiviraux locaux est : diabète sauf :

a) La cataracte. a) Un décollement fractionnel de la rétine.


b) Les dépôts cornéens. b) Un glaucome néo-vasculaire.
c) L’hypertonie oculaire. c) Une hémorragie intra-vitréenne.
d) La toxicité épithéliale. d) Rétinopathie proliférant.
e) La sécheresse oculaire. e) Une luxation de cristallin.
(d) (e)

13-La rétinopathie diabétique proliférant : 19-Le décollement de rétine est :

a) Peut compliquer le diabète type I ainsi le type II. a) Une urgence fréquente en ophtalmologie.
b) Les VEGF sont en cause. b) Peut être exsudatif secondaire à une rétinopathie
c) Secondaire à l’ischémie rétinienne. proliférante.
d) Se complique fréquemment d’un décollement c) Le traitement est d’abord médical puis on aura
rétinien rhégmatogène. recours à la chirurgie.
e) Nécessite une photo coagulation au laser. d) Survient surtout chez le fort myope dans sa forme
(a-b-c-e) rhégmatogène.
e) Il est prévenu par la réalisation du laser yag.
14-Une paralysie par atteinte du nerf VI : (d)
a) Peut être d’origine traumatique. 20-Le trachome :
b) Entraine une ésotropie.
c) Se manifeste par une diplopie monoculaire. a) 1er cause de cécité dans le monde.
d) Entraine une baisse de l’acuité visuelle. b) C’est une maladie liée à l0a pauvreté.
e) Peut être secondaire à une hypermétropie. c) C’est une kératoconjonctivite chronique.
(a-b) d) Donne comme complication une cataracte.
e) Traitement simple:tetracycline pommade +
15-Les corticoïdes : azithromycine en prise unique.
f) Le trichiasis entropion est à redouter.
a) Sont indiqués en cas d’uvéite antérieure.
(b-c-e-f)
b) Retardent la cicatrisation d’ulcères cornéens.
c) Peuvent augmenter le tonus oculaire.
d) Peuvent être utilisés en cas de conjonctivite
allergique.
e) Jamais prescrits si kératite herpétique.
f) Indiquer en cas d’épisclérite.
(a-b-c-d-e-f)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
53
21-La cataracte : 25-Vous recevez un enfant de deux ans qui présente un
strabisme convergeant de l’œil droit, quel est le premier
a) C’est l’opacification de la cornée. examen à pratiquer en priorité ?:
b) Peut être causée par les corticoïdes.
c) Nécessite d’abord un traitement médical. a) Une IRM.
d) Le traitement est toujours chirurgical : extraction du b) L’examen au vert rouge.
cristallin avec mise en place d’un implant. c) Essayez de chiffrer l’acuité visuelle.
e) Lorsqu’elle est bilatérale penser à une cause d) Test de la motilité oculaire.
traumatique. e) Un FO après dilatation pupillaire
(b-d) (e)

22-Chez un malade, vous trouvez au niveau de la cornée 26-L’examen que vous avez pratiquer est normal, l’étude de
une kératite dendritique : la réfraction montre une hypermétropie de l’œil droit et une
emmétropie de l’œil gauche. Comment appelle-t-on ce type
a) Vous faites un prélèvement et vous attendez le de strabisme ? :
résultat pour entamer le traitement.
b) Vous prescrivez des corticoïdes en première a) Accommodatif.
intention. b) Congénital.
c) Vous prescrivez des antiviraux par voie générale. c) Non accommodatif.
d) Vous prescrivez des antibiotiques que vous associez d) Fonctionnel.
aux antiviraux. e) Paralytique (par paralysie de VI droit).
e) Vous ne faites rien et vous contrôlez le malade après (a)
deux à trois jours.
(d) 27-Vous recevez aux urgences une femme qui présente un
tableau d’un œil droit rouge avec une douleur oculaire
23-Vous recevez un malade qui présente un œil rouge profonde intense et une agitation qui rendu l’examen à la
depuis deux jours avec un larmoiement modéré, avec une lampe difficile, par contre vous apprenez, qu’il y a 15 jours
acuité bilatérale de 05/10. L’examen du segment antérieur elle a présenté la même symptomatologie à gauche suite à
et au FO est strictement normal. Une de ces propositions laquelle a été hospitalisé et le lendemain on lui a pratiquée
explique la baisse de l’acuité visuelle : une iridotomie au laser. Quel est diagnostic auquel vous
pensez en premier ?:
a) C’est une uvéite antérieure.
b) C’est un glaucome à angle ouvert. a) Une uvéite antérieure.
c) Il peut s’agir d’un trouble de la réfraction. b) Une kératite récidivante.
d) C’est une conjonctivite qui entrainé la BAV. c) Une GPAO dans sa forme aigue.
e) L’étude est longue et c’est un GFA vu après la crise d) Une crise de glaucome par fermeture de l’angle.
aigue.. e) Un corps étranger au nvde la conjonctive palpébral.
(c) (d)

24-Tous ces médicaments sont des hypotonisants, sauf : 28- Quelques minutes après, elle s’est calmée, et l’examen à
la lampe à fente met en évidence une chambre antérieure
a) Les bétabloquants. étroite et un œdème cornéen qui oriente vers une hypertonie
b) Les inhibiteurs de l’anhydrase carbonique. sévère mais la gonioscopie n’est pas encore possible, quel
c) Les prostaglandines. est votre conduite ? :
d) Les myotiques.
e) Les corticoïdes. a) Prescription d’hypotenseurs et renvoyer la malade
(e) chez elle.
b) Dilater la pupille pour apprécier l’excavation
papillaire.
c) Attende quela malade se calme pour pratiquer la
gonioscopie.
d) Prescription du mannitol, un myotique et des
hypotenseurs.
e) Pratiquer une iridotomie périphérique dès que les
conditions le permettent.
(d-e)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


54
29-Deux de ces signes n’entrent pas dans le tableau du 34-Devant un œil rouge, quels sont les signes de gravité à
GPAO : rechercher ? :

a) La baisse de l’acuité visuelle. a) La présence de corps étranger.


b) L’excavation papillaire pathologique. b) La douleur oculaire.
c) Une douleur minime. c) Le prurit.
d) Une hypertonie. d) La baisse de l’acuité visuelle.
e) Altération du champs visuel. e) Larmoiement abondant.
(a-c) (b-d)

30-Quel est ou quels sont les médicaments qui sont 35-Le trachome est une kératoconjonctivite partiellement
étrangers au traitement du GPAO ? : cécitante :

a) Les bétabloquants. a) Le Chlamydia trachomatis est l’agent pathogène.


b) Les inhibiteurs de l’anhydrase. b) Le stade inflammatoire correspond à la présence de
c) Les anti-prostaglandines. cinq follicules au niveau de la conjonctive.
d) La trabéculectomie. c) Le stade cécitant correspond à l’apparition du panus.
e) L’iridectomie chirurgicale. d) Les antibiotiques sont indiqués à tout les stades de
(c) la maladie.
e) La greffe de cornée est une bonne indication au
31-Devant un enfant qui présente une exophtalmie stade d’opacité cornéenne.
unilatérale axile avec la perte totale de la vision, quel est, (a)
parmi ces diagnostics, qui vous semble le plus probable ? :
36-Parmi ces pathologies, lesquelles sont responsables de
a) Le rétinoblastome. baisse brutale de l’acuité visuelle avec œil blanc et indolore?
b) La rhabdomyosarcome.
c) La méningiome du nerf optique. a) Les uvéites antérieures.
d) Le gliome du nerf optique. b) Une crise aigue d’hypertonie oculaire.
e) Un kyste dermoide de la paroi interne de l’orbite. c) Une occlusion veineuse rétinienne.
(d) d) Le décollement de rétine.
e) Une névrite optique rétrobulbaire.
32- Vous recevez au niveau des urgences, un jeune homme (c-d-e)
qui, lors d’une agression, a reçu un traumatisme contusif
oculo-orbitaire et qui présente une diplopie binoculaire, quel 37-Le glaucome primitif à angle ouvert (GPAO) se caractérise
est la première conduite en urgence ? : par :

a) Il s’agit d’une simulation, le malade est à contrôler a) Une buphtalmie.


ultérieurement. b) Une pachymétrie toujours supérieure à 600 microns.
b) Prescription d’anti-inflammatoire par voie générale et c) Une perte progressive des fibres nerveuses
libérez. rétiniennes.
c) Test de Heiss Lancaster. d) La un angle irido-cornéen ouvert stade 2..
d) Demandez une TDM orbito-crânienne. e) Une chambre antérieure étroite.
e) Proposez une occlusion de l’œil et revoir le malade (c)
après quelques jours.
(d) 38-Lors d’une traumatisme oculaire contusif, quel(s) signe(s)
en faveur d’un traumatisme grave ? :
33-Un hyphéma:
a) Un larmoiement.
a) C’est la présence du sang dans la chambre b) Une hypotonie oculaire.
antérieure. c) Un œdème avec ecchymose palpébrale.
b) Traduit toujours un traumatisme oculaire grave. d) Une baisse de l’acuité visuelle.
c) Peut se compliquer d’hypertonie oculaire. e) Une déformation pupillaire.
d) L’hospitalisation est de règle. (b-d-e)
e) Nécessite toujours un traitement chirurgical.
(a-c)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


55
39-La fluorescéine est : 44-Le décollement de la rétine est une pathologie rare mais
grave :
a) Un collyre servant à apprécier l’intégrité de
l’épithélium cornéen. a) Sa symptomatologie est souvent stéréotypée
b) Un collyre servant à traiter les conjonctivites. (myodysopsies, photopsies, amputation du Champ
c) Un collyre anesthésique de contact. Visuel).
d) Un collyre pouvant servir au diagnostic des kératites. b) Est toujours bilatéral.
e) Un collyre cicatrisant. c) Le traitement est exclusivement chirurgical.
(a-d) d) L’hypermétropie est un facteur de risque.
e) Peut être associé à une hémorragie dans la vitrée.
40-L’Hyphéma : (a-c-e)
a) Est un épanchement sanguin dans le vitrée. 45-Devant un œil rouge, un des signes suivants doit faire
b) Son pronostic fonctionnel est toujours favorable. écarter le diagnostic de conjonctivite, lequel ? :
c) Son traitement est d’emblée chirurgical, avec une
ponction de la chambre antérieure. a) Des sécrétions.
d) Son mécanisme de survenue est souvent par b) Un larmoiement.
contusion oculaire. c) Une baisse de l’acuité visuelle.
e) Son traitement est souvent médical. d) Une rougeur oculaire.
(d-e) e) Une sensation de sable.
(c)
41-Dans le glaucome primitif à angle ouvert, la pression
intraoculaire peut être mesurée par : 46-Quel est le support de la vision 10/10 ? :

a) L’échographie oculaire en mode B. a) La macula.


b) Le tonomètre de Perkins. b) La papille.
c) Le tonomètre à jet d’air. c) La périphérique rétinienne.
d) Le pachymètre. d) La pupille.
e) Tonomètre de Goldmann. e) Aucune réponse n’est exacte.
(c-e) (a)

42-A propos des occlusions veineuses rétiniennes : 47-Les complications oculaires classiques des corticoïdes
sont :
a) Touchent souvent le sujet jeune.
b) Le glaucome et l’hypertension artérielle sont des a) Cataracte.
facteurs du risque. b) Hémorragie intra-vitréenne.
c) Sont responsables souvent d’absence de toute c) Sécheresse oculaire.
perception lumineuse. d) Synéchie irido-cristallinienne.
d) L’échographie oculaire est un examen clé. e) Hypertonie oculaire.
e) La photo coagulation au laser est indiquée dans les (a-e)
formes ischémiques.
(b-e) 48-Devant un œil rouge douloureux, la présence d’un
œdème cornéen, d’une chambre antérieure étroite et d’une
43-Dans l’hypertonie oculaire aigue par fermeture de l’angle semi mydriase aréflexique ; nous fait évoquer en premier
irido-cornéen, deux structures anatomiques ont un rôle lieu :
primordial dans la physiopathologie :
a) Kératite virale.
a) La conjonctivite. b) Conjonctivite.
b) La choroïde. c) Uvéite antérieure.
c) Le cristallin. d) Hypertonie oculaire aigue par fermeture de l’angle.
d) La rétine. e) Hémorragie sous conjonctivale.
e) L’iris. (d)
(c-e)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


56
49-L’Atropine est un collyre : 54-Devant une crise de GFA, tous ces médicaments sont
généralementprescrit sauf un :
a) Parasympathomimétique.
b) Parasympatholytique. a) Mannitol.
c) Sympathicomimétique. b) Atropine..
d) Sympathicolytique. c) Enocarpine..
e) Sans effet sur le système sympathique. d) Collyre-bloquant.
(b) e) Acétazolamide.
(b)
50-En présence d’une rougeur péri kystique associée à une
douleur, à une baisse de l’acuité visuelle, en Tyndall et des 55-La rétinopathie diabétique :
précipites retro-cornéens ; vous évoquez :
a) Représente l’une des macro angiopathies du
a) Une conjonctivite. diabète..
b) Une épisclérite. b) C’est 1er cause de cécité en Algérie.
c) Un glaucome aigu par fermeture de l’angle. c) Sa prévalence augmente avec la durée du diabète.
d) Une uvéite antérieure. d) Entraine la cécité par œdème maculaire ou
e) Un abcès de la cornée. rétinopathie diabétique proliférante.
(d) e) Traitée toujours par photo coagulation au laser.
(c-d)
51-Un patient diabétique et hypertendu depuis 15 ans,
consulte pour une baisse de l’acuité visuelle (BAV) brutale, 56-L’œdème de Berlin :
une œil blanc et calme :
a) C’est un œdème cornéen résultant d’une brulure
a) La BAV peut être secondaire à un œdème maculaire. chimique.
b) La BAV peut être secondaire à une hémorragie intra- b) C’est un œdème rétinien d’origine ischémique.
vitréenne. c) Due à une apoptose rétinienne.
c) La BAV peut être secondaire à une kératite virale. d) De bon pronostic.
d) Le fond d’œil est inaccessible, donc la tonographie e) Responsable d’une baisse importante de l’acuité
par cohérente optique (OCT) est l’examen clé pour visuelle.
étayer le diagnostic. (b-c-e)
e) La durée du diabète et l’HTA représente le facteur de
risque d’apparition de la rétinopathie diabétique. 57-La rétinopathie diabétique proliférante :
(b-e)
a) C’est le stade initial de la rétinopathie diabétique..
52-A propos de la névrite optique rétrobulbaire : b) Doit être prévenue à temps.
c) Peut ce compliquer d’hémorragies intra-vitréennes.
a) C’est une inflammation de la tète du nerf optique. d) En présence de tubéose irienne, il faut la traiter
b) Est l’un des modes d’entrée dans la sclérose en chirurgicalement.
plaque (SEP). e) Peut se compliquer d’un glaucome aigu primitif par
c) Est responsable de baisse de l’acuité visuelle, avec fermeture de l’angle.
un œil rouge douloureux. (b-c)
d) Le PEV et l’IRM cérébrale sont des examens
indispensables.. 58-La ou les classes thérapeutiques suivants peuvent être
e) La tuberculose en est une cause probable. responsable(s) d’un blocage papillaire :
(b-d-e)
a) Parasympathomimétique.
53-Devant une uvéite antérieure, on prescrit habituellement: b) Parasympatholytique.
c) Sympathicomimétique.
a) Collyre corticoïde. d) Sympathicolytique.
b) Collyre mydriatique. e) Aucune réponse n’est juste.
c) Collyre anesthésique. (b-c)
d) Collyre myotique.
e) Larmes artificielles.
(a-b)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


57
59-Le trachome : 65-Concernant les champs d’action des muscles
oculomoteurs, quelles sont les propositions justes ? :
a) C’est une kératoconjonctivite chronique.
b) Traitement simple : tétracycline pommade et a) Le droit supérieur : en haut et en dehors.
azithromycine en prise unique. b) Le droit inférieur : en bas et en dehors.
c) Le panus cornéen fait partie des signes cliniques. c) L’oblique supérieur : en dedans et en haut.
d) La gonocoque est l’agent responsable. d) L’oblique inférieur : en dedans et en haut.
e) Guérit souvent sans séquelles. e) L’oblique inférieur : en dehors et en bas.
(a-b-c) (a-b-d)

60-Le traitement de la cataracte est : 66-Selon la loi Hering, quand le droit latéral droit se
contracte la même quantité d’influx nerveux est reçue par :
a) Médical.
b) Médico-chirurgical. a) Le droit médial droit.
c) Chirurgical. b) Le droit médial gauche.
d) Physique. c) Le droit latéral gauche.
(c) d) L’oblique supérieur droit.
(b)
61-La mise en palace d’un implant (cristallin artificiel) dans
la chirurgie de la cataracte est : 67-Quel est ou quels sont les signes qui orientent vers une
paralysie du 6eim nerf crânien droit ? :
a) Systématique.
b) Facultatif. a) Une baisse de l’acuité visuelle dans le regard latéral
c) Contre indiquée. droit.
d) Aucun réponses n’est juste. b) Une diplopie en cas d’occlusion de l’œil gauche.
(b) c) Trouble de l’accommodation de l’œil droit.
d) Une ésotropie de l’œil droit.
62-La cataracte congénitale est : e) Une exotropie de l’œil droit.
(d)
a) Toujours unilatérale.
b) Toujours bilatérale. 68-Le glaucome primitif aigu par fermeture de l’angle :
c) Peut être uni ou bilatérale.
d) Est toujours associée à une malformation oculaire. a) Est une pathologie grave qui peut se voir à tout âge.
(c) b) Se manifeste par un œil rouge indolore.
c) Est toujours accompagné d’une préservation de
63-Une exophtalmie unilatérale est constatée chez une l’acuité visuelle.
femme âgée de 60 ans. Toutes les étiologies ci-dessous sont d) Est toujours bilatéral.
à envisager sauf une. Laquelle ? : e) Aucun proposition n’est exacte.
(a)
a) Méningiome de la petite aile du sphénoïde.
b) Métastase orbitaire d’un cancer du sein. 69-La mégalocornée est :
c) Localisation orbitaire d’un myélome.
d) Lymphome orbitaire. a) L’augmentation de l’axe antéropostérieur du globe
e) Rétinoblastome. oculaire.
(e) b) Un astigmatisme inverse.
c) Une buphtalmie.
64-L’exophtalmie correspond à: d) Une microphtalmie.
e) Aucune proposition n’est juste.
a) Une augmentation de l’axe antéropostérieur du globe
(e)
oculaire.
b) Une protrusion du globe oculaire. 70-Le glaucome secondaire aigu par fermeture de l’angle :
c) Une rétraction de la paupière supérieure.
d) Un strabisme divergent monoculaire. a) N’est jamais visible chez l’enfant.
(b) b) Est exclusivement traité médicalement.
c) Peut être post traumatique.
d) Est l’une des causes de l’œil blanc douloureux.
e) Peut s’accompagner d’une baisse d’acuité visuelle.
(c-e)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
58
71-Concernant la rétinopathie diabétique : 76-Certains de ces muscles ne sont pas innervés par le nerf
oculomoteur (II ou le MOC) :
a) C’est la 1er cause de cécité avant l’âge de 50ans.
b) Les hémorragies rétiniennes signent une a) Le droit interne.
rétinopathie diabétique proliférante. b) Le droit externe.
c) L’œdème maculaire est seul responsable de la c) L’oblique inférieur.
baisse de l’acuité visuelle. d) L’oblique supérieur.
d) La photocoagulation au laser est indiquée au stade e) Le muscle ciliaire.
prolifératif. (b-d)
e) Aucune proposition n’est juste.
(a-d) 77-Devant une exophtalmie inflammatoire chez un enfant de
7 ans, tous ces signes orientent vers un rhabdomyosarcome
72-Vous êtes un médecin généraliste, et vous assurez une sauf un :
garde ou vous recevez en urgence un enfant qui manipulait
un juste ayant causé un traumatisme oculaire, quel est ou a) L’âge du patient.
quels sont les signes oriente(ent) vers un traumatisme b) L’évolution rapide en quelques jours.
majeur ? : c) Les troubles oculomoteurs constants.
d) L’exophtalmie axile.
a) Un œil rouge. e) La découverte de métastase à distance.
b) Une papille déformée. (d)
c) Un larmoiement.
d) Une baisse de l’acuité visuelle 78-Une crise de GFA survient le plus souvent chez les sujets
e) Toutes les propositions sont justes. qui présentent :
(b-d)
a) Une forte myopie.
73-Devant une baisse de l’acuité visuelle brutale avec œil b) Une forte hypermétropie.
blanc calme précédée de myodysopsies et phosphènes chez c) Une hétérophorie.
un myope, vous suspectez en premier lieu : d) Une astigmatisme.
e) Une presbytie.
a) L’occlusion de l’artère centrale de la rétine. (b)
b) L’occlusion de la veine centrale de la rétine.
c) Une neuropathie optique inflammatoire. 79-Devant un œil rouge, un des signes suivants doit faire
d) Un décollement de rétine. écarter le dgc de la conjonctivite non compliquée, Lequel ? :
e) Une hémorragie maculaire.
a) Sécrétion.
(d)
b) Larmoiement.
74-A propos des occlusions artérielles rétiniennes : c) Baisse de l’acuité visuelle.
d) Rougeur diffuse.
a) Une baisse de l’acuité visuelle est toujours brutale e) Sensation de sable.
réduite à la perception lumineuse négative du l’œil (c)
atteint.
b) Un bilan cardiovasculaire est indispensable. 80-Les bétabloquants en collyre : :
c) Le pronostic vital est bon.
a) Diminuent la pression intra oculaire.
d) La cause la plus fréquente est le diabète.
b) Diminuent la sécrétion de l’humeur aqueuse.
e) Un acharnement thérapeutique peut aller jusqu’à la
c) Augmentent l’évacuation de l’humeur aqueuse.
fibrinolyse.
d) Entrainent une mydriase.
(a-b-e)
(a-b)
75-En cas de paralysie du moteur oculaire externe, quels
81-Quels sont les premiers signes qui vous font suspecter un
sont les signes qui ne sont rattachés à cette atteinte :
rétinoblastome ?:
a) Diplopie binoculaire.
a) Une exophtalmie.
b) Une baisse de l’acuité visuelle.
b) Un strabisme.
c) Une déviation oculaire en dedans.
c) Une diplopie.
d) Un ptosis.
d) Une leucocorie.
e) Un trouble de l’accommodation.
e) Une découverte d’une myopie chez un enfant.
(b-d-e)
(b-d)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
59
82-Lors de l’instillation prolongée d’un collyre corticoïde que 88-Parmi ces causes d’hémorragie intravitréene, une est
faut-il surveiller ? : fausse :

a) Tonus oculaire. a) Rétinopathie diabétique.


b) La sensibilité cornéenne. b) Occlusion veineuse rétinienne.
c) Sécrétion lacrymale. c) Luxation postérieure du cristallin.
d) Fond d’œil. d) Décollement postérieur du vitré.
(a) (c)

83-Pour un glaucome aigu par fermeture de l’AIC, lequel est 89-Un ouvrier a reçu une projection au cours d’un
inexacte ? : martellement il y a 10 minutes et présente un œil rouge
(hémorragie sous conjonctivale) avec acuité visuelle
a) Céphalée. conservée. Quelle est votre attitude thérapeutique ? :
b) Vomissement.
c) Cercle périkératique. a) Prescription de Collyres cicatrisants.
d) Cornée œdémateuse. b) Pratiquer une radiographie des orbites.
e) Myosis serrée. c) Rassurez le patient et contrôle dans 15 jours.
(e) d) Prévoir une TDM orbitaire.
(b-d)
84-Parmi les signes suivants lesquels qui accompagnent
une iridocyclite ? : 90-A propos du trachome :

a) Rougeur périkératique. a) C’est la première cause de cécité curable dans le


b) Exsudat à la face postérieure de la cornée. monde.
c) Mydriase. b) C’est une kératoconjonctivite bactérienne d’évolution
d) Diminution de l’acuité visuelle. chronique.
(a-b-d) c) Pour un problème de santé publique en Algérie.
d) Les antibiotiques sont indiqués dans tout les stades
85-Devant une BAV brutale avec œil blanc et calme tous ces de la maladie.
diagnostic sont évoquée sauf : (a-b-c)
a) D’une occlusion de la veine centrale de la rétine. 91-Parmi les 5 propositions concernant la myope, une est
b) Une cataracte. inexacte. laquelle? :
c) D’une épisclérite.
d) D’une névrite optique. a) Dans la vision éloignée, les rayons convergent en
(b-c) avant de la rétine.
b) L’axe antéropostérieur de l’œil en lus petit que chez
86-Chez un patient qui se plain de BAV brutale avec le sujet emmétrope.
segment antérieur et postérieur normaux, un examen clé est c) La myopie peut évoluer au cours de l’adolescence.
indispensable lequel : d) Elle doit être corrigée par un verre concave.
e) L’acuité visuelle reste bonne dans la vision
a) Une échographie oculaire.
rapproche, sans correction optique.
b) Une angiographie rétinienne.
(b)
c) Des potentiels évoqués visuels.
d) Une tomographie par cohérence optique (OCT). 92-La symptomatologie habituelle du décollement de rétine
e) Gonioscopie. peut comporter tous les signes suivants, sauf un. Lequel ?:
(c)
a) Brouillard visuel.
87-L’uvéite antérieure se manifeste principalement par un b) Voile en secteur.
œil rouge douloureux parmi ces signes un ne fait pas partie c) douleurs
du tableau clinique, lequel ? : d) phosphènes.
e) Hémorragies dans le vitré.
a) Myosis.
(c)
b) Hypopion aseptique.
c) Mydriase.
d) Précipités rétro cornéenne.
(c)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


60
93-Parmi les collyres suivants lesquels peuvent entrainer 98-Voici 5 propositions concernant la cataracte, une seul est
des hypertensions oculaires ? : inexacte. Laquelle ? :

a) Collyre mydriatique. a) La corticothérapie générale au long cours impose la


b) Collyre myotique. surveillance du cristallin.
c) Collyre corticoïde. b) Lors de la découverte d’une cataracte strictement
d) Collyre antiseptique. unilatérale de cause indéterminée, il faut rechercher
e) Collyre antibiotique. un corps étranger intraoculaire.
(a-c) c) Une rétinopathie diabétique peut être associée à une
cataracte.
94-Parmi les examens paracliniques suivants, quel est celui d) L’échographie oculaire B sert à apprécier l’état de la
qui permettra d’affirmer le corps métallique intra oculaire rétine quand il existe une cataracte blanche totale.
récent ? : e) L’opération de la cataracte rend l’œil myope.
(e)
a) Ionogramme.
b) Angiographie fluorescence du fond d’œil. 99-L’examen du fond d’œil dans la rétinopathie hypertensive
c) Radiographie de l’orbite. au stade terminal peut mettre en évidence les signes
d) Tonométrie. suivants :
e) Electroencéphalogramme.
(c) a) Exsudats secs.
b) Hémorragies retiennes.
95-En cas de rétinopathie diabétique, le traitement par c) Œdème papillaire.
photocoagulation au laser a pour but : d) Micro anévrysmes.
e) L’opération de la cataracte rend l’œil myope.
a) De détruire les micro anévrysmes.
(a-b-c)
b) D’éclaircir le vitré en cas d’hémorragie.
c) De détruire les zones de rétine ischémique. 100-Le trachome :
d) D’éviter l’apparition d’une névrite optique.
e) Aucun des propositions n’est exacte. a) Est une kératoconjonctivite chronique.
(c) b) Une des principales causes de cécité dans le monde.
c) Chlamydiae vaginalis est l’agent responsable.
96-Chez l’enfant : d) Son traitement est basé sur l’utilisation des
corticoïdes.
a) Un dépistage visuel est souhaitable à la naissance, 9
e) Guérit souvent sans séquelles.
mois et 3 ans.
(a-b)
b) Une amblyopie constituée est irréversible après l’âge
de 2 ans. 101-Les mydriatiques et les cycloplégiques sont indiqués
c) Un strabisme constant avant l’âge de 4 mois est dans toutes ces situations, sauf une, laquelle ? :
toujours pathologique.
d) Un strabisme intermittent avant l’âge de 4 ans est a) L’uvéite antérieure.
physiologique. b) L’étude de la réfraction.
(a-c) c) L’examen de fond d’œil.
d) Le glaucome par fermeture de l’angle.
97-une proposition est fausse. Laquelle ? : (d)
a) Un myope voit mal de loin. 102-En ophtalmologie, les corticoïdes peuvent êtres utilisés :
b) Un astigmate voit mal de prés et de loin.
c) Une myopie peut évoluer à tout âge. a) En rétro ou en latérobulbaire.
d) Un hypermétrope voit mal de prés. b) En sous conjonctival.
e) Un presbyte voit mal de loin. c) En intra-vitréen.
(e) d) Par voie générale.
e) Par voie optique.
(b-c-d)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


61
103-A propos du glaucome primitif chronique par fermeture 109-Un enfant connu pour un syndrome de Marfan, s’est
de l’angle : présenté aux urgences ophtalmologiques pour un œil rouge
dlreux sans notion de traumatisme, il s’agit probablement:
a) La pression intraoculaire est toujours normale.
b) L’angle iridocornéen est ouvert « stade 4 » sur les a) D’un décollement de rétine rhégmatogène.
quatre quadrants. b) D’une occlusion de la veine centrale de la rétine.
c) La fermeture de l’angle iridocornéen se fait d’une c) D’une luxation antérieure de cristallin.
façon progressive. d) D’un occlusion de l’artère centrale de la rétine.
d) Son TRT se fait exclusivement par du laser yag. e) D’un glaucome congénital.
e) Est un diagnostic différentiel avec le glaucome (e)
primitif à angle ouvert.
(c-d-e) 110-Concernant le glaucome primitif à angle ouvert, est :

104-Devant un œil rouge douloureux, tous ces diagnostics a) Une maculopathie ischémique chronique.
peuvent être évoqué sauf un : b) Une maculopathie exsudative aigue.
c) Une maculopathie ischémique aigue.
a) Un ulcère de la cornée. d) Neuropathie optique ischémique aigue.
b) Une crise aigue d’hypertonie oculaire. e) Aucune réponse n’est exacte.
c) Un décollement de la rétine. (e)
d) Une uvéite antérieure.
(c) 111-Dans le glaucome congénital on définie la buphtalmie
comme :
105-L’hyphéma :
a) Une augmentation du diamètre cornéen horizontal.
a) Une collection de sang dans la chambre antérieure. b) Une augmentation du diamètre cornéen vertical.
b) Une collection de pus dans la chambre antérieure. c) Une augmentation du rayon de courbure.
c) Est souvent d’origine post-traumatique. d) Une augmentation de l’axe antéropostérieur du globe
d) Le pronostic visuel est tjrs bon, quelque soit le stade. oculaire.
(a-b) e) Une augmentation de l’épaisseur cornéenne.
(d)
106-Concernant la myopie :
112-Le glaucome primitif à angle ouvert se caractérise par :
a) Est corrigée par des verres convergents.
b) Peut être corrigée par des lentilles de contact. a) Une hypertonie oculaire exclusive.
c) Peut être corrigée par une chirurgie réfractive. b) Une neuropathie optique progressive.
d) Certains formes peuvent être secondaire à une c) Une fermeture progressive de l’angle iridocornéen.
augmentation de l’indice de réfraction du cristallin. d) Un blocage pupillaire relatif.
(a-b-c-d) e) Un blocage pupillaire total.
(b)
107-Lors d’une paralysie du nerf oculomoteur commun:
113-La PIO mesurée (la valeur trouvée) dépend :
a) Il y’a déficit de l’abduction.
b) On peut observer un ptosis. a) Du cycle nycthéméral.
c) Une cause tumorale peut être évoquée. b) De l’âge.
d) Une neuro imagerie s’impose. c) De l’alimentation (boisson).
e) Le pronostic vital peut être menacé. d) De la façon de s’habiller.
(b-d) e) De l’épaisseur de al cornée.
(e)
108-Concernant le cataracte:
114-Le glaucome primitif aigu par fermeture de l’angle :
a) C’est la première cause de cécité dans le monde.
b) Correspond à l’opacification de la cornée. a) Se manifeste par un œil douloureux blanc.
c) Le traitement est toujours chirurgicale. b) Se caractérise par un blocage vitréen.
d) Chez l’enfant, elle peut être à l’origine d’une c) A la gonioscopie, l’angle est étroit stade III sur les
amblyopie. quatre quadrants.
e) On peut l’observer à n’importe quel âge. d) Le myosis est un signe pathognomonique.
(a-c-d) e) Aucune de sec propositions n’est exacte.
(c)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
62
115-Dans le traitement médical du glaucome primitif à angle 120-Quels sont les facteurs de risques d’apparition de la
ouvert, on trouve plusieurs familles thérapeutiques : rétinopathie diabétique ? :

a) Les analogues de la prostaglandine agissent en a) Durée longue du diabète.


freinant la production de l’humeur aqueuse. b) La puberté.
b) Les solutions hyperosmotiques agissent en c) Le déséquilibre métabolique.
déshydratant le globe oculaire. d) Le tabac.
c) Les myotiques agissent en facilitant la filtration uvéo- (a-c)
scléral.
d) Les inhibiteurs de l’anhydrase carbonique agissent 121-Un enfant est victime de traumatisme oculaire par file
en bloquant la production des larmes. de fer, après examen vous constatez une décollement
e) Les béta bloqueurs agissent en diminuant la pupillaire :
sécrétion de l’humeur aqueuse.
a) Vous prescrivez un traitement locale et vous libérez
(b-e)
l’enfant.
116-Parmi les signes cliniques suivants, lequel qui n’est pas b) Vous demandez un avis spécialisé.
fréquement retrouvé aucours de la rétinopathie diabétique?: c) Vous réalisez une radiographie de l’orbite.
d) Vous gardez l’enfant à jeun.
a) Les micro anévrysmes. e) Vous réalisez une IRM orbitaire.
b) Les hémorragies rétiniennes. (b-c-d)
c) L’œdème papillaire.
d) L’œdème maculaire. 122-Concernant les uvéites postérieures :
e) Les exsudats secs.
a) Leurs première cause est la toxoplasmose.
(c)
b) La baisse de l’acuité visuelle est d’installation
117-Parmi les causes suivantes de baisse de l’acuité rapidement progressive.
visuelle avec œil blanc et indolore, l’une est à fond d’œil c) La tuberculose on est une cause.
inaccessible laquelle ? : d) Le fond d’œil est toujours accessible.
(a-b-c)
a) L’occlusion de la veine centrale de rétine.
b) Le décollement de rétine. 123-Concernant l’amblyopie :
c) L’hémorragie intra vitréenne.
a) Peut s’installer jusqu’à l’âge de 5 ans.
d) Œdème papillaire.
b) Souvent la cause de l’amblyopie est accessible à
e) Neuropathie optique.
traitement simple et efficace.
(c)
c) Le strabisme est l’une des causes organiques de
118-Devant un traumatisme oculaire suite à un l’amblyopie.
martèlement, il faut toujours suspecter un corps étranger d) Le cataracte est l’une de causes fonctionnelles.
intraoculaire, mais un examen complémentaire est contre e) Le traitement est avant tout préventive par le
indiqué, lequel ? : dépistage précoce des troubles visuels chez l’enfant.
(a-b-e)
a) Une radiographie de l’orbite.
b) Une TDM si radiographie standard normal. 124-Devant une BAV brutale unilatérale avec œil blanc
c) Une IRM. indolore, quels sont les diagnostics évoqués ? :
d) Une échographie oculaire.
a) Hémorragie intravitréene.
(c)
b) Une dégénérescence maculaire liée à l’âge dans sa
119-Le glaucome congénitale est suspecté habituellement forme atrophique.
devant : c) Une uvéite antérieure.
d) Un décollement de rétine.
a) Larmoiement claire dès les premiers jours de la vie. e) Une occlusion de la veine centrale de la rétine.
b) Mégalocornée. (a-d-e)
c) Une microphtalmie.
d) Une buphtalmie.
(a-b-d)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


63
125-Concernant le trachome : 130-La rétinopathie diabétique est l’une des complications
de la micro angiopathie diabétique : :
a) L’agent pathogène est la Chlamydia trachomatis.
b) L’inflammation est le phénomène cécitant. a) Le premier signe de rétinopathie diabétique est le
c) L’immunité déclenchée est de type humorale. néo-vaisseau.
d) Le stade cicatriciel associé les lignes blanches b) La présence d’AMIR signe une rétinopathie non
cicatricielles et les follicules jaunâtres. proliférante sévère.
e) Les antibiotiques sont indiqués dans tout les stades. c) Les micro-anévrysmes sont responsables des
(a) hémorragies intra-vitréenne.
d) La photocoagulation au laser est indiqué dès
126-L’hypermétropie est une amétropie fréquente : l’apparition des premiers signes de la rétinopathie
diabétique.
a) C’est une amétropie statistique.
e) Le traitement médical est indiqué à tout les stades
b) Le globe oculaire est plus allongé que la normale.
de la rétinopathie diabétique.
c) Le globe oculaire est plus court que la normale.
(b-e)
d) L’image se projette en arrière de al rétine.
e) Est corrigée par des verres convexes. 131-Devant un œil rouge douloureux avec baisse de l’acuité
(a-c-d-e) visuelle, vous suspectez :
127-Parmi ces pathologies, lesquelles sont responsables de a) Une uvéite antérieure aigue.
baisse de l’acuité visuelle brutale réduite à l’absence de b) Un ptérygion.
perception lumineuse : c) Une sclérite.
d) Un hémorragie dans le vitré.
a) Les uvéites postérieures.
e) Une hypertonie aigue.
b) Une occlusion de la veine centrale de la rétine.
(a-e)
c) Une occlusion de l’artère centrale de la rétine.
d) Le décollement de rétine.
e) La neuropathie optique antérieure ischémique. 132-Les champs d'exécution des muscles oculo-moteurs
(c-e) sont les suivants :
128-A propos du tonomètre à aplanation de Goldmann : a) Le droit supérieur, en haut et en dehors
b) Le petit oblique, en bas et en dedans
a) Il sert à mesurer l’épaisseur cornéenne centrale.
c) Le grand oblique, en haut et dedans
b) Il sert à mesurer l’épaisseur cornéenne périphérique.
d) Le droit inférieur, en bas et en dehors
c) C’est le seul appareil utilisé pour la mesure de la
e) Le droit médial, en dedans
pression intraoculaire.
(a-d-e)
d) Son cône est mis au contact de la conjonctive
bulbaire.
e) Aucune proposition n’est exacte. 133-Devant une kératite herpétique, quelles sont les
(e) complications à craindre:
129-A propos des occlusions veineuses rétiniennes : a) La surinfection bactérienne ou mycosique
b) La transformation d'une kératite profonde
a) Le FO montre un réseau artériel rétréci avec rétine
c) L'apparition d'une uvéite (kérato-uvéite)
pâle contrastant avec une macula rouge cerise.
d) L'apparition d'un glaucome secondaire
b) Le glaucome et l’hypertension artérielle sont des
e) L'apparition d'un taie(opacité) cornéen séquellaire.
facteurs du risque.
(a-b-c-d-e)
c) Sont responsables souvent d’absence de toute
perception lumineuse. 134-La mesure de la tension intra oculaire par le tonomètre
d) L’angiographie est un examen clé. par aplanation doit être adaptée par:
e) La photo coagulation au laser est indiquée dans les
formes œdémateuses.. a) A la topographie cornéenne
(b-d) b) A l'ophtalmoscopie directe
c) A la OCT des fibres nerveuses rétiniennes
d) La pachymétrie cornéenne
e) A l'échographie en mode A
(d)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


64
135-L'hyphéma:

a) Peut compliquer un traumatisme contusif


b) Son traitement est purement médical
c) L'hématocornée est à redouté
d) Peut se compliquer d'hypertonie oculaire
e) Guérit toujours sans séquelle
(a-c-d)

136-Le diamètre cornéen normal à la naissance est :

a) 12 mm
b) 13 mm
c) 14 mm
d) 9.5 mm
e) 11 mm
(e)

137-Les tumeurs malignes de l'appareil visuel:

a) Le rhabdomyosarcome
b) Hémangiomes capillaires
c) Mélanome de la choroïde
d) Le méningiome
e) Le gliome du nerf optique
(a-c)

138-Après un traumatisme oculaire perforant :

a) Une cataracte peut survenir


b) L'interrogatoire constitue un temps essentiel de la
prise en charge
c) Une IRM doit toujours être réalisé d'un corps
étranger.
d) La mesure de l'acuité visuelle n'est pas obligatoire.
e) Le traitement est toujours chirurgical.
(a-b-e)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


65
06-Le processus infectieux d’un panaris passe
 TRAUMATOLOGIE  successivement par plusieurs phases. Quelle est la phase de
début ? :

a) Phase phlegmoneuse.
01- Un footballeur de 23 ans fait une chute de sa propre b) Phase de collection.
hauteur. La douleur est violente, il ressent un c) Phase d’invasion.
engourdissement du moignon de l’épaule ; on suspecte chez d) Phase d’inoculation septique.
lui une luxation antéro-interne de l’épaule. Parmi ces signes (d)
cliniques de la luxation antéro-interne de l’épaule, un est
faux. Lequel ? : 07-Un enseignant de 35 ans présente suite à une chute de
sa hauteur, réception sur la main, une fracture de BENNETT.
e) Le signe de l’épaulette. Ceci signifie une fracture :
f) Une rotation interne du bras.
g) Une vacuité de la glène. a) Du col du 5ème métacarpien.
h) Une abduction irréductible du bras. b) Articulaire de la base di 1er métacarpien.
(b) c) Extra-articulaire de la base du 1er métacarpien.
d) De la base du 2ème métacarpien.
02-un jeune de 18 ans, présente suite à un accident sportif (b)
une fracture de tiers externe de la clavicule. Dans se cas le
fragment proximal est : 08-La fracture de Galeazzi associe à une fracture de la
diaphyse radiale :
a) Abaissé en bas.
b) Ascensionné en haut. a) Une fracture de l’extrémité inférieure du radius.
c) Déplacé en avant. b) Une luxation de la tète radiale.
d) Déplacé en arrière. c) Une luxation radio-ulnaire inférieure.
(b) d) Une luxation radio-ulnaire proximale.
(c)
03-La limite distale des fractures de l’extrémité proximale de
l’humérus est située : 09-Identifier le signe radiologique en faveur d’une luxation
antéro-interne de l’épaule dans sa variété sous
a) Au bord distal de l’insertion du muscle deltoïde. coracoïdienne sur un cliché de face :
b) Au bord sup de l’insertion du muscle grand pectoral.
c) Au bord inf de l’insertion du muscle petit pectoral. a) Glène humérale comblée.
d) Au bord inf de l’insertion du muscle grand pectoral. b) Tète humérale sous la coracoïde.
(d) c) Perte de la sphéricité de la tète humérale.
d) Aplatissement de la glène.
04-Un garçon de 8ans a présenté suite à une chute de sa (b)
hauteur une fracture supra condylienne de l’extrémité
distale de l’humérus. Après l’avoir plâtré il a présenté les 10-Lors d’une mouvement du défense, un individu de 30
signes d’alarmes du syndrome de Volkmann. Parmi ces ans reçoit un coup sur l’avant-bras. Le diagnostic de fracture
signes un n’est jamais constaté à la période d’alarme : de Monteggia est posé. Cela signifie :

a) Une cyanose des doigts. a) Une frctr de l’ulna avec luxation de la tète du radius.
b) Une rétraction des M. fléchisseurs de l’avant bras. b) Une frctr du radius avec luxation de la tète de l’ulna.
c) Non perception du pouls radial. c) Une fracture distale du radius avec fracture
d) Œdème des doigts. proximale de l’ulna.
(b) d) Une fracture proximale du radius et de l’ulna.
(a)
05-L’index radio-ulnaire inférieur physiologique est :
11-Quel est le tendon qui s’insère au niveau du tubercule du
a) Egale à zéro. scaphoïde :
b) Négatif.
c) Positif. a) L’opposant du pouce.
d) Egale à 2mm. b) Le court fléchisseur du pouce.
(d) c) Le court abducteur du pouce.
d) L’adducteur du pouce.
(c)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
66
12-La fracture de Pouteau-Colles de l’extrémité inférieure du 18-En pathologie traumatique des nerfs, la neurapraxie a
radius est défini par tous les paramètres suivants, sauf un. une signification très précise. Laquelle ? :
Lequel ? :
a) Une section complète du nerf.
a) Le mécanisme en compression extension. b) Une sidération nerveuse.
b) Le trait de fracture extra-articulaire. c) Une section partielle du nerf.
c) Le bascule antérieure de l’épiphyse. d) Une section nerveuse avec conservation du
d) La translation latérale de l’épiphyse. périnèvre.
(c) (b)

13-Dans la fracture distale du radius en T frontale le trait de 19-Un panaris de la pulpe de l’auriculaire va diffuser
fracture est visible sur la radiographie de : préférentiellement :

a) Face. a) Dans la loge palmaire moyenne.


b) Profil. b) Dans la loge moyenne thénarienne.
c) Face en inclinaison radiale. c) Dans la gaine radiale des fléchisseurs.
d) Face en inclinaison ulnaire. d) Dans la gaine ulnaire.
(b) (d)

14-Lors d’une luxation rétro lunaire type III selon Witvoet, le 20-Chez un sujet âgé de plus de 40 ans sans antécédent,
lunatum comprime : une première luxation antéro-interne de l’épaule, après
réduction, nécessite une immobilisation par :
a) Le nerf ulnaire.
b) Le nerf médian. a) Un plâtre type dujarier.
c) La banche sensitive du nerf radial. b) Aucune immobilisation.
d) Le nerf radial. c) Un plâtre thoraco-brachiale.
(b) d) Une écharpe.
(d)
15-Dans les luxations péri-lunariennes, le type III de la
classification de Witvoet et Allieu signifie que le lunatum : 21-La classique déformation en col de cygne s’observe :

a) N’est pas sous le radius. a) Dans la luxation inférieure de l’épaule.


b) A basculé en antérieur. b) Dans la luxation divergente du coude.
c) A basculé en postérieur. c) Dans la paralysie du nerf radiale.
d) A basculé en médiale. d) Dans le syndrome de Walkman.
(a) (c)

16-Le syndrome de Fenton est une association de deux 22-Une fracture non déplacée du col chirurgicale de
fractures : l’humérus est traité e par :

a) Scaphoïde-lunatum. a) Une plâtre brachio-palmaire.


b) Triquétrum-scaphoïde. b) Un plâtre type Dujarier.
c) Lunatum-capitatum. c) Un bandage en « 8 ».
d) Scaphoïde-capitatum. d) U plate pendant.
(d) (b)

17-Une luxation acromio-claviculaire de stade II ne 23-Le processus infectieux d’un panaris passe
s’accompagne jamais d’une des lésions suivantes : successivement par plusieurs phases. Quelle est la phase
finale ? :
a) Une atteinte du ligament conoïde.
b) Une atteinte du ligament trapézoïde. a) Phase phlegmoneuse.
c) Une atteinte du ligament acromio-coracoïdien. b) Phase de collection.
d) Une atteinte de la sangle musculaire trapézo- c) Phase d’invasion.
deltoïdienne. d) Phase d’inoculation septique.
(d) (b)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


67
24-Un enseignant de 35 ans présente suite à une chute de 30-Lors d’une luxation de l’épaule, la position du membre en
sa hauteur, réception sur la main, une fracture de Rolando. errecta oriente le diagnostic vers :
Ceci signifie une fracture :
a) Une luxation antéro-interne.
a) Du col du 5ème métacarpien. b) Une luxation supérieure.
b) Articulaire de la base di 1er métacarpien. c) Une luxation postérieure.
c) Extra-articulaire de la base du 1er métacarpien. d) Une luxation inférieure.
d) De la base du 2ème métacarpien. (d)
(b)
31-Lors d’une fracture de l’extrémité distale du radius, la
25-La fracture de Goyrand Smith de l’extrémité inférieure du déformation en dos de fourchette est observée dans quel
radius est défini par tous les paramètres suivants, sauf un. type anapathologique ? :
Lequel ? :
a) La fracture type Goyrand Smith.
a) Le mécanisme en compression flexion. b) La fracture type Pouteau colles.
b) Le trait de fracture extra-articulaire. c) La fracture de la styloïde radiale.
c) Le bascule postérieur de l’épiphyse. d) La fracture en croix.
d) La translation latérale de l’épiphyse. (b)
(c)
32-Dans une luxation rétro lunaire du carpe avec une
26-Dans la fracture distale du radius en croix, le trait de bascule du lunatum de 90° ; les signes clinique d’une
fracture est visible sur la radiographie de : compression nerveuse sont ceux du :

a) Face. a) Nerf ulnaire.


b) Profil. b) Nerf médian.
c) Face en inclinaison radiale. c) Nerf radial.
d) Face et profil. d) Nerf interosseux.
(d) (b)

27-Parmi ces déplacements observés dans les fractures de 33-Un adolescent de 15 ans consulte pour une douleur
la diaphyse humérale, un est faux. Lequel ? : localisé à la face antéro-externe du tiers proximal du tibia.
Cette douleur est calmé par la prise d’Aspirine. Ce tableau
a) La translation. clinique est évocateur :
b) La bascule.
c) Le chevauchement. a) D’une exostose.
d) Le décalage. b) Un ostéome ostéoïde.
(b) c) Un ostéosarcome.
d) Un chondrosarcome.
28-En pathologie traumatique des nerfs, la l’axonothmesis a (b)
une signification très précise. Laquelle ? :
34-Dans la classification de Dupare des fractures bi
a) Une section complète du nerf. malléolaire quel est le type dans lequel la syndesmose n’est
b) Une sidération nerveuse. pas lésée ? :
c) Une section partielle du nerf.
d) Une section nerveuse avec conservation du a) La fracture par adduction.
périnèvre. b) La fracture par abduction.
(c) c) La fracture par rotation externe.
d) La fracture par rotation interne.
29-Parmi les conditions nécessaires à la promo supination (a)
citées, une est fausse :
35-L’mage radiologique en « feu d’herbe » des tumeurs
a) Respect des courbures osseuses surtout celle du osseuses malignes est retrouvée :
radius.
b) Intégrité des articulations radio-ulnaire proximale et a) Sur les tomographies.
distale. b) Aux coupes tomodensitométriques.
c) Intégrité de la membrane interosseuse. c) Aux coupes de l’imagerie par résonance magnétique.
d) Index radio-ulnaire égale à zéro. d) A la radiographie standard.
(d) (d)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
68
36-La nécrose de la tète fémorale après fracture vraie du col 41-Lors d’une fracture du col du fémur classée type II de
fémorale est due à : Pauwels :

a) Une mauvaise immobilisation. a) Le déplacement se fait en coxa valga.


b) Une pseudarthrose. b) L’angle entre le trait de fracture et la perpendiculaire
c) Une ischémie par lésion des branches de l’artère à l’axe du fémur est de 50°.
circonflexe postérieure. c) Le patient vient en marchant.
d) Une infection postopératoire. d) Les forces de compression sont supérieures aux
(c) forces de cisaillement.
(b)
37-La fracture type Pouteau-Colles de l’extrémité distale du
radius est définie par tous les éléments suivants sauf un. 42-La fracture de Maisonneuve signifie :
Lequel ? :
a) Une fracture de la malléole médiale associée à une
a) Le mécanisme en compression-extension. fracture au niveau du col de la fibula.
b) Le trait de fracture est extra-articulaire. b) Une fracture de la malléole médiale associé à une
c) La communition principale de la corticale antérieure. fracture sous tubérositaire de la malléole latérale.
d) La communition principale de la corticale c) Une fracture bi malléolaire par abduction.
postérieure. d) Une fracture du scaphoïde associée à une fracture
(c) du grand os.
(a)
38-La fracture de la paroi postérieure du cotyle est mieux
visible sur une seule des incidences suivantes : 43-Parmi ces signes de la luxation antéro-interne de
l’épaule, un est faux. Lequel ? :
a) Radiographie du bassin de face.
b) Radiographie de la hanche de profil. a) Signe de l’épaulette.
c) La radiographie des ¾ alaires. b) Rotation interne du bras.
d) La radiographie des ¾ obturateurs. c) Comblement du sillon delto-pectoral.
(c) d) Abduction irréductible.
(b)
39-Indiquer, parmi les incidences suivantes, l’incidence
radiographique qui permet le bilan anatomique précis d’une 44-La luxation du coude dite divergente des 2 os de l’avant
fracture du calcanéum : bras détermine :

a) Cheville de face. a) Une luxation en avant de l’olécrane et en arrière de


b) Pied de face. la tète radiale.
c) Pied de profil. b) Une luxation en arrière de l’olécrane et en avant de
d) Incidence rétro tibiale. la tète radiale.
(d) c) Une luxation en arrière des deux os de l’avant bras.
d) Une luxation en avant des 2 os de l’avant bras.
40-Toutes les propositions suivantes concernant (b)
l’ostéomyélite aigue de l’enfant sont exactes, sauf une.
Laquelle ? : 45-Lors d’une fracture du col du fémur, le bilan
radiographique à demander comporte tous ces clichés sauf
a) C’est l’infection par voie hématogène de l’os. un :
b) Le germe responsable est le plus souvent le
staphylocoque doré. a) Une radiographie du bassin de face.
c) Elle est généralement localisée prés du genou et loin b) Une radiographie de la hanche de face à 20° de
du coude. rotation interne.
d) Elle est généralement localisée à la région c) Une radiographie de la hanche de face à 20° de
diaphysaire de l’os. rotation externe.
(d) d) Une radiographie de la hanche de profil chirurgical.
(c)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


69
46-Un enfant de 6ans présente suite à une chute de sa 51-La fracture type Gérard marchand de l’extrémité distale
propre hauteur, une fracture supra condylienne de du radius est définie par tous les éléments suivants sauf un :
l’extrémité distale de l’humérus type III selon Lagrange et
Rigault. Ceci signifie : a) Le mécanisme en compression extension.
b) Le trait de fracture extra-articulaire.
a) Une fracture de la corticale antérieure. c) Elle associe un fracture de la cunéenne externe à
b) Une fracture de la corticale postérieure. une fracture du scaphoïde.
c) Une fracture déplacée en postérieure mais reste un d) Elle associe une fracture type Pouteau-Colles à une
contact entre les 2 fragments. fracture de la styloïde ulnaire.
d) Une fracture avec déplacement antérieure. (c)
(c)
52-Indiquer, parmi les suivantes, l’incidence radiographique
47-Un enfant de 9 ans présente suite à une chute des qui permet de mieux analyser une fracture du talus :
escaliers une fracture de l’extrémité distale du fémur
classée type III selon Salter et Harris. Ceci signifie : a) Cheville de face.
b) Pied de face.
a) Une fracture compression de la plaque conjugale. c) Cheville de profil.
b) Un décollement pur du cartilage de croissance. d) Incidence rétro tibiale.
c) Une fracture décollement du cartilage de croissance (c)
détachant un coin métaphysaire.
d) Une fracture décollement du cartilage de croissance 53-La position en rotation interne du membre lors d’une
détachant un coin épiphysaire. luxation gléno-humérale oriente vers une :
(d)
a) Une luxation inférieure.
48-Lors d’une fracture de l’extrémité distale du radius. La b) Une luxation antéro-interne.
déformation en ventre de fourchette est observée dans quel c) Une luxation postérieure.
type anatomopathologique ? : d) Une luxation inférieure.
(c)
a) La fracture type Goyrand Smith.
b) La fracture type Pouteau-Colles. 54-Lors d’une fracture du col du fémur classée type I de
c) La fracture en T sagittale. Pauwels :
d) La fracture en croix.
a) Le déplacement se fait en coxa vara.
(a)
b) L’angle entre le trait de fracture et la perpendiculaire
49-Le diagnostic radiologique d’une fracture transversale de à l’axe du fémur est de 50°.
la rotule ne rompant pas l’appareil locomoteur repose sur c) Les forces de cisaillement sont supérieures aux
une seule incidence laquelle ? : forces de compression.
d) Les forces de compression sont supérieures aux
a) Une radiographie de ¾ externe du genou. forces de cisaillement.
b) Une radiographie de face du genou. (d)
c) Une radiographie de profil du genou en extension.
d) Une radiographie de profil du genou en flexion de 55-Les fractures de la clavicule siège le + fréquemment au :
90°.
a) 1/3 interne.
(d)
b) 1/3 moyen.
50-Concernant la fracture séparation type III du talus, toutes c) 1/3 externe.
ces affirmations sont justes sauf une laquelle ? : d) Plaque coracoïdienne.
(b)
a) C’est une fracture très déplacée.
b) Elle peut se compliquer d’une arthrose de la tibio- 56-Concernant la fracture du trochiter, une des propositions
talienne. suivantes est juste. Laquelle ? :
c) Elle ne se complique jamais de nécrose du talus.
a) Elle n’entraine pas de nécrose de la tète humérale.
d) Elle nécessite un traitement chirurgicale.
b) Elle évolue souvent vers une pseudarthrose.
(c)
c) Elle a pour principale complication une paralysie de
nerf radial.
d) Elle est très souvent une fracture ouverte.
(a)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
70
57-Concernant la fracture du col anatomique de l’humérus, 63-Parmi les conditions nécessaires à la prono supination
une des propositions suivantes est juste, laquelle ? : citées, une est fausse :

a) Elle évolue souvent vers une nécrose de la tète a) Respect des courbures osseuses surtout celle du
humérale. radius.
b) Elle évolue souvent vers une pseudarthrose. b) Index radio-ulnaire égale à zéro.
c) Elle a pour principale complication une paralysie de c) Intégrité des articulation radio-ulnaire proximale et
nerf radial. distale.
d) Elle est très souvent une fracture ouverte. d) Intégrité de la membrane interosseuse.
(a) (b)

58-Un enfant de 9 ans présente suite à une chute des 64-Parmi les propositions suivantes, laquelle ne s’applique
escaliers une fracture de l’extrémité distale du fémur pas au syndrome de Volkmann ? :
classée type II selon Salter et Harris. Ceci signifie :
a) Il peut se compliquer une fracture supra condylienne
a) Une fracture décollement épiphyso-métaphysaire. de l’humérus de l’enfant.
b) Une fracture décollement du cartilage de croissance b) Il atteint surtout les muscles extenseurs de l’avant
détachant un coin épiphysaire. bras.
c) Un décollement pur du cartilage de croissance. c) Il doit être traité d’extrême urgence.
d) Une fracture décollement du cartilage de croissance d) Il est secondaire à une hyperpression dans la loge
détachant un coin métaphysaire. antérieure de l’avant bras.
(d) (b)

59-La nécrose de scaphoïde se voit après une fracture : 65-En pathologie traumatique des nerfs, le stade I de
Sunderland a une signification très précise. Laquelle ? :
a) Du pied du scaphoïde.
b) Trans-tubérositaire du scaphoïde. a) Une section complète du nerf.
c) Polaire du scaphoïde. b) Une sidération nerveuse.
d) Médio-diaphysaire du scaphoïde. c) Une section partielle du nerf.
(c) d) Une section nerveuse avec conservation du
périnèvre.
60-Une fracture marginale antérieure de l’extrémité distale (b)
du radius est définie par tous les éléments suivants sauf un.
Lequel ? : 62-Un enfant de 6ans présente suite à une chute de sa
propre hauteur, une fracture supra condylienne de
a) Le mécanisme en compression extension. l’extrémité distale de l’humérus type II selon Lagrange et
b) Le trait de fracture est articulaire. Rigault. Ceci signifie :
c) Le déplacement se fait en antérieure.
d) Elle peut s’associer à une luxation radio-carpienne. a) Une fracture de la corticale antérieure.
(a) b) Une fracture de la corticale postérieure.
c) Une fracture déplacée en postérieure mais reste un
61-Dans la luxation postérieure de l’épaule, indiquer le signe contact entre les 2 fragments.
très évocateur du diagnostic : d) Une fracture des deux corticales sans déplacement.
(d)
a) Comblement du sillon delto-pectorale.
b) Impossibilité de rotation externe de l’épaule. 67-Dans le traumatisme du cartilage de croissance, laquelle
c) Adduction du bras impossible. des classifications suivantes est la plus pratique et la plus
d) Coup de hache externe. utilisée ? :
(b)
a) La classification d’Ogden.
62-Un panaris de la pulpe du pouce va diffuser b) La classification de Peterson.
préférentiellement : c) La classification de Salter et Haris.
d) La classification de Poland.
a) Dans la loge palmaire moyenne.
(c)
b) Dans la loge thénarienne.
c) Dans la gaine radiale des fléchisseurs.
d) Dans la gaine ulnaire.
(c)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
71
68-Dans le décollement de la chondro-épiphysaire, le trait de 74-Une fracture marginale postérieure de l’extrémité distale
fracture traverse : du radius est définie par tous les éléments suivants sauf un.
Lequel ? :
a) La couche dégénérative.
b) La couche sériée. a) Le mécanisme en compression extension.
c) La couche hypertrophique. b) Le trait de fracture est articulaire.
d) La couche basale. c) Le déplacement se fait en antérieure.
(c) d) Elle peut s’associer à une luxation radio-carpienne.
(c)
69-Le siège le plus rare des fractures de la clavicule est ::
75-Dans la luxation antéro-interne de l’épaule, indiquer le
a) 1/3 interne. signe très évocateur du diagnostic :
b) 1/3 moyen.
c) 1/3 externe. a) Comblement du sillon delto-pectorale.
d) Plaque coracoïdienne. b) Impossibilité de rotation externe de l’épaule.
(d) c) Adduction du bras impossible.
d) Coup de hache externe.
70-Concernant la fracture du trochiter, une des propositions (b)
suivantes est juste. Laquelle ? :
76-Parmi les conditions nécessaires à la prono supination
a) Elle entraine souvent une nécrose de la tète citées, une est fausse :
humérale.
b) Elle évolue souvent vers une pseudarthrose. a) Respect de la longueur des deux os de l’avant bras.
c) Elle se déplace fréquemment en arrière. b) Respect de la courbure du radius.
d) Elle est très souvent une fracture ouverte. c) Intégrité des articulation radio-ulnaire carpienne.
(c) d) Intégrité de la membrane interosseuse.
(c)
71-Concernant la fracture du col chirurgical de l’humérus,
une des propositions suivantes est juste, laquelle ? : 77-Parmi les propositions suivantes, laquelle ne s’applique
pas au syndrome de Volkmann ? :
a) Elle évolue souvent vers une nécrose de la tète
humérale. a) Il peut se compliquer une fracture de la clavicule de
b) Elle évolue souvent vers une pseudarthrose. l’enfant.
c) Elle a pour principale complication une paralysie de b) Il atteint surtout les muscles fléchisseurs de l’avant
nerf circonflexe. bras.
d) Elle est traitée orthopédiquement si elle est c) Il doit être traité d’extrême urgence.
engrenée. d) Il est secondaire à une hyperpression dans la loge
(c) antérieure de l’avant bras.
(a)
72-Un enfant de 9 ans présente suite à une chute des
escaliers une fracture de l’extrémité distale du fémur 78-En pathologie traumatique des nerfs, le stade IV de
classée type IV selon Salter et Harris. Ceci signifie : Sunderland a une signification très précise. Laquelle ? :

a) Une fracture décollement épiphyso-métaphysaire. a) Une section complète du nerf.


b) Une fracture décollement du cartilage de croissance b) Une sidération nerveuse.
détachant un coin épiphysaire. c) Une section partielle du nerf.
c) Un décollement pur du cartilage de croissance. d) Une section nerveuse avec conservation du
d) Une fracture décollement du cartilage de croissance périnèvre.
détachant un coin métaphysaire. (a)
(a)
79-Dans la fracture distale du radius en T sagittale le trait de
73-La nécrose de scaphoïde se voit après une fracture : fracture est visible sur la radiographie de :

a) Type I selon Schernberg. a) Face.


b) Type IV selon Schernberg. b) Profil.
c) Type V selon Schernberg. c) Face en inclinaison radiale.
d) Type VI selon Schernberg. d) Face en inclinaison ulnaire.
(a) (a)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
72
80-Dans les luxations péri-lunariennes, le type I de la 86-Une fracture marginale antérieure de l’extrémité distale
classification de Witvoet et Allieu signifie que le lunatum : du radius déplacée est traitée par : :

a) Est sous le radius. a) Un gant plâtré.


b) A basculé en antérieur. b) Une plaque antérieure.
c) A basculé en postérieur. c) Un plâtre thoraco-brachiale.
d) A basculé en médiale. d) Une plaque postérieure.
(a) (b)

81-Concernant la fracture du trochiter, une des propositions 87-La fracture de Goyrand Smith de l’extrémité inférieure du
suivantes est fausse. Laquelle ? : radius est défini par tous les paramètres suivants, sauf un.
Lequel ? :
a) Elle n’entraine jamais une nécrose de la tète
humérale. a) Le mécanisme en compression flexion.
b) Elle évolue rarement vers une pseudarthrose. b) Le trait de fracture articulaire.
c) Elle se déplace fréquemment en avant. c) Le bascule antérieur de l’épiphyse.
d) Elle est rarement une fracture ouverte. d) La translation latérale de l’épiphyse.
(c) (b)

82-La main botte radiale est déformation observée dans : 88-Parmi les conditions nécessaires à la prono supination
citées, une est fausse :
a) La paralysie du nerf radiale.
b) La paralysie du nerf ulnaire. a) Respect de la longueur des deux os de l’avant bras.
c) La fracture type Pouteau-Colles. b) Intégrité de l’articulation huméro-radiale..
d) La fracture du scaphoïde. c) Intégrité des articulation radio-ulnaire proximale.
(c) d) Intégrité de la membrane interosseuse.
(b)
83-Un enfant de 9 ans présente suite à une chute une
fracture de la clavicule au tiers moyen. Cette fracture est 89-Parmi les propositions suivantes, laquelle ne s’applique
traitée par : pas au syndrome de Volkmann ? :

a) Un plâtre pendant. a) Il peut se compliquer une fracture supra condylienne


b) Un bandage en « 8 ». de l’humérus de l’enfant.
c) Une écharpe. b) Il atteint surtout les muscles extenseurs de l’avant
d) Un traitement chirurgical par brochage. bras.
(c) c) Il doit être traité d’extrême urgence.
d) Il est secondaire à une hyperpression dans la loge
84-Lors d’une luxation de l’épaule, le comblement du sillon antérieure de l’avant bras.
delto-pectorale oriente le diagnostic vers : (b)
a) Une luxation antéro-interne sous coracoïdienne. 90-Une fracture déplacée de la diaphyse humérale est
b) Une luxation supérieure. traitée par :
c) Une luxation postérieure.
d) Une luxation inférieure. a) Un brochage centromédullaire.
(a) b) Une plâtre brachio-palmaire.
c) Un bandage en « 8 ».
85-La nécrose de scaphoïde est rare après une fracture : d) Un gant plâtré.
(a)
a) Type I selon Schernberg.
b) Type IV selon Schernberg. 91-Concernant la paralysie du nerf radial une de ces
c) Type V selon Schernberg. propositions est juste :
d) Type VI selon Schernberg.
(d) a) C’est une paralysie sensitive.
b) Elle associe un déficit de l’extension des doigts et du
poignet.
c) Elle associe une griffe des 2 derniers doigts.
d) C’est une paralysie motrice.
(b)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
73
92-Dans les luxations péri-lunariennes, le type III de la 98-Concernant la fracture du trochiter, une des propositions
classification de Witvoet et Allieu signifie que le lunatum : suivantes est juste. Laquelle ? :

a) Est sous le radius. a) Elle est extra articulaire.


b) A basculé en antérieur. b) Elle se déplace en avant.
c) A basculé en postérieur. c) Elle a pour principale complication une paralysie de
d) A basculé en médiale. nerf axillaire.
d) Elle est très souvent une fracture ouverte.
(b) (a)
93-La fracture de l’épicondyle médiale type IV est définit par: 99-La ligne bi styloïdienne lors de la fracture de Pouteau
Colles :
a) Une fracture de l’épicondyle médiale non déplacée.
b) Une fracture de l’épicondyle médiale incarcérée dans a) Fait un angle de 10° avec l’horizontale.
l’articulation. b) Se calcule sur la radio de profil du poignet.
c) Une fracture de l’épicondyle médiale associée à une c) Traduit l’ascension de la styloïde radiale.
luxation du coude.. d) Se manifeste par la limitation de la mobilité.
d) Une fracture de l’épicondyle médiale déplacée en (c)
regard de l’interligne articulaire.
(c) 100-La forme la plus fréquente des luxations du coude est :

94-Le doigt en maillet correspond à : a) La luxation divergente.


b) La luxation postéro externe.
a) Fracture de la 3ème phalange. c) La luxation antérieure.
b) Une rupture sous cutanée du tendon extenseur au d) La luxation postéro interne.
niveau de la 3ème phalange. (b)
c) Une rupture sous cutanée du tendon fléchisseur au
niveau de la 3ème phalange. 101- Quel signe est absent dans la déformation de la
d) Une rupture sous cutanée du tendon extenseur au fracture type Pouteau Colles ? :
niveau de la 2ème phalange.
(b) a) Main déviée en dehors.
b) Axe de la main est dans l’alignement du segment
95-Une image radiologique lacunaire métaphysaire haute de anté brachial.
l’humérus chez un enfant évoque un seul diagnostic : c) La tète de l’ulna fait saillie sous la peau.
d) Déformation en main botte radiale.
a) Un ostéosarcome. (b)
b) Un kyste osseux essentiel.
c) Un ostéome ostéoïde. 102-Une fracture du col fémoral classée Garden 1 :
d) Une tumeur à cellules géantes.
(b) a) Est une fracture dont le trait est horizontal, la tète se
déplace en coxa valga.
96-Dans la fracture bi tubérositaire simple, une seule de ces b) Est une fracture dont le trait est vertical, la tète se
propositions est juste, Laquelle ? : déplace en coxa vara.
c) Est une fracture dont le trait est horizontal, sans
a) Une fracture extra-articulaire. déplacement de la tète.
b) Une fracture séparation du plateau tibial. d) Est une fracture dont le trait est vertical, la tète est
c) Une fracture articulaire. très déplacée.
d) Une fracture comminutive du plateau tibial latéral. (a)
(c)
103-Concernant la fracture de la malléole latérale, quelle est
97- Lors d’un traumatisme du poignet, le comblement de la la proposition fausse ? :
tabatière anatomique est observé dans une seule fracture :
a) Elle peut être sous tuberculide.
a) La fracture de Bennet. b) Elle peut être en croix.
b) La fracture type Pouteau Colles. c) Elle peut être transversale.
c) La fracture de Rolando. d) Elle peut être sus ligamentaire.
d) La fracture du scaphoïde carpien. (b)
(d)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


74
104-Quel est le critère de réduction des fractures de 110-Dans les fractures malléolaires, la fracture par
l’extrémité distale du radius qui est incorrect ? : adduction associe :

a) L’index radio-ulnaire est de 2mm. a) Une fracture oblique de la malléole médiale associée
b) La ligne bi styloïdienne à 10° de l’horizontale. une fracture sous tubérositaire de la malléole
c) La ligne glénoïdienne radiale frontale à 20° de latérale.
l’horizontale. b) Une fracture transversale de la malléole médiale
d) La glène radiale sagittale regarde en bas et en associée une fracture inter tubérositaire de la
arrière. malléole latérale.
(d) c) Une fracture oblique de la malléole médiale associée
une fracture au niveau du col de la fibula.
105-Quel est l’élément de surveillance incorrecte d’un plâtre d) Une fracture oblique de la malléole médiale associée
fémoro pédieux ? : une fracture sus tubérositaire de la malléole latérale.
(a)
a) Pouls pédieux.
b) Sensibilité et motricité des orteils. 111-Dans la fracture bi tubérositaire simple, une seule de
c) Pouls capillaire des orteils. ces propositions est juste, Laquelle ? :
d) Œdèmes des orteils.
(a) a) Une fracture extra-articulaire.
b) Une fracture séparation des deux plateaux tibiaux.
106-La réduction de la luxation du coude se fait : c) Une fracture séparation du plateau tibial latéral..
d) Une fracture comminutive du plateau tibial latéral.
a) Par une traction sur l’avant bras coude en flexion.
(b)
b) Par une traction sur le bras coude en extension.
c) Par une pression sur la palette humérale. 112-Un enfant de 9 ans présente suite à une chute des
d) Par une traction sur l’avant bras coude en flexion et escaliers une fracture de l’extrémité distale du fémur
pression sur l’olécrane. classée type V selon Salter et Harris. Ceci signifie :
(d)
a) Une fracture compression de la plaque conjugale.
107-Lors d’une fracture de la clavicule, la radiographie à b) Un décollement pur du cartilage de croissance.
demander est : c) Une fracture décollement du cartilage de croissance
détachant un coin métaphysaire.
a) Une radiographie de l’épaule de face.
d) Une fracture décollement du cartilage de croissance
b) Une radiographie de l’épaule de profil.
détachant un coin épiphysaire.
c) Une radiographie défilé de la clavicule.
(a)
d) Une radiographie du thorax de face.
(c) 113-Une fracture du col fémoral classée Garden IV :
108-L’angle de Pauwels est défini par : a) Est une fracture dont le trait est horizontal, la tète se
déplace en coxa valga.
a) L’angle fait entre le trait de la fracture et de la
b) Est une fracture dont le trait est vertical, la tète se
diaphyse fémorale.
déplace en coxa vara.
b) L’angle fait entre le trait de la fracture et la
c) Est une fracture dont le trait est horizontal, sans
perpendiculaire à la diaphyse fémorale.
déplacement de la tète.
c) L’angle fait entre l’axe du col fémoral et l’axe de la
d) Est une fracture dont le trait est vertical, la tète est
diaphyse fémorale.
très déplacée.
d) L’angle fait entre l’axe du col fémoral et le trait de la
(d)
fracture.
(b) 114-Chez l’enfant, la fracture en motte de beurre est :
109-La perte de substance cutané correspond selon a) Une fracture instable.
Cauchoix et Duparc au : b) Une fracture très déplacée.
c) Une fracture qui nécessite un traitement chirurgicale.
a) Type I.
d) Une fracture qui nécessite un traitement
b) Type II.
orthopédique.
c) Type III.
(d)
d) Type IV.
(c)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
75
115-Concernant la fracture de la malléole médiale, quelle 121- Devant un fracture ouverte stade III de jambe chez un
est la proposition fausse ? : adulte de 30 ans tous ces gestes sont incorrectes sauf un ;
laquelle ?
a) Elle peut être oblique.
b) Elle peut être transversale. a) Stabiliser le foyer fracturaire par une laque vissée.
c) Elle peut être à la pointe de la malléole. b) Réaliser un parage au bloc opératoire.
d) Elle peut être sous ligamentaire. c) Eviter l’administration des antibiotiques.
d) Immobiliser la jambe par un plâtre circulaire cruro-
(d)
pédieux.
116-Le test de Skinner permet de vérifier la bonne réduction (b)
d’une seule fracture. Laquelle ? : 122-Une plaie longitudinale à bord contus , saturable sous
tension correspond selon la classification de Cauchoix et
a) La fracture type Pouteau Colles. Duparc au :
b) La fracture bi malléolaire.
c) La fracture luxation trans-scapho-retro-lunaire. a) Type I.
d) La fracture du col fémoral. b) Type II.
c) Type III.
(b)
d) Type IV.
(b)
117-La fracture fermé isolée du tibia non déplacée est traité
par : 123-Un enfant de 7 ans, a développé un raccourcissement
du membre après un traumatisme violant de son genou
a) Un plâtre fémoro pédieux. gauche. La radiographie du genou initiale est strictement
b) Un enclouage centromédullaire. normale. qu’elle est la lésion la plus probable ?:
c) Un vissage.
d) Un fixateur externe. a) Fracture décollement type II de Salter et Harris.
b) Fracture décollement type III de Salter et Harris.
(a) c) Fracture décollement type IV de Salter et Harris.
d) Fracture décollement type V de Salter et Harris.
118-La fracture sagittale du corps vertébrale à l’étage
(d)
lombaire est suspectée sur la radiographie de face du rachis
sur le signe suivant : 124- La fracture de la colonne postérieur du cotyle est mieux
visible sur une seule incidente parmi les suivantes :
a) Un pincement di disque intervertébral.
b) Un tassement latéral du corps vertébral. a) La radiographie du bassin de face.
c) Un écart inter pédiculaire. b) La radiographie de la hanche de profil.
d) Perte de l’alignement des apophyses épineuses. c) La radiographie des ¾ alaires.
(c) d) La radiographie ¾ obturateurs.
(c)
119-La luxation postérieure de la hanche peut se compliquer
de toutes ces complications sauf une. Laquelle ? : 125- La fracture de la colonne antérieur du cotyle est mieux
visible sur une seule incidente parmi les suivantes :
a) Une paralysie du nerf sciatique.
b) Une ostéonécrose de la tète fémorale. a) La radiographie du bassin de face.
c) Une irréductibilité de la luxation. b) La radiographie de la hanche de profil.
d) Une paralysie du nerf fémoro-cutané. c) La radiographie des ¾ alaires.
(d) d) La radiographie ¾ obturateurs.
(d)
120-Lors d’une fracture du col du fémur classée type I de
Pauwels : 126- la fracture du trochin correspond à l’arrachement d’un
muscle, le quel ? :
a) Le déplacement se fait en coxa valga.
b) L’angle entre le trait de fracture et la perpendiculaire a) Le muscle sus épineux.
à l’axe du fémur est > à 50°. b) Le muscle sous épineux.
c) L’angle entre le trait de fracture et la perpendiculaire c) Le muscle sous scapulaire.
à l’axe du fémur est > à 30°. d) Le muscle deltoïde.
d) Les forces de cisaillement sont supérieures aux (d)
forces de compression.
(a)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


76

Jeune adulte de 22ans ramené au C.H.U, suite à un accident Ecolier âgé de 11ans, ramené au service des urgences, suite
sportif, pour une symptomatologie clinique localisée à une chute, dans la cour d’école, sur la paume de la main
exclusivement à la cheville droite (Douleurs, œdème, ..) ; droite. Le coude droit est tuméfié, déformé .

127-L’interrogatoire retrouve qu’il s’agit d’une chute sur le 133-L’examen premier, après réconfort de l’enfant,
pied droit bloqué en éversion, c.-à-d. (R.F) explorera :

a) Rotation externe. a) La mobilité du coude.


b) Pronation. b) Un œdème de l’avant bras.
c) Flexion dorsale. c) Les pouls distaux du membre.
d) Supination. d) La sensibilité du coude.
(d) (c)

128-L’unique radiographie no nécessaire est : (R.J) 134-L’exploration radiologique retrouve une fracture supra
condylienne déplacée avec persistance de contact inter-
a) Cheville de face. fragmentaire. Il s’agit du :
b) Cheville de profil.
c) Pied de face. a) Stade III.
d) Jambe de face, prenant cheville et genou. b) Stade II.
(c) c) Stade I.
d) Stade IV.
129-Le siège et l’aspect des traits de fracture sont : (R.F) (a)
a) Au niveau de la malléole latérale : sous tuberculaire. 135-Le traitement a consisté, sous anesthésie générale, en
b) Au niveau de la malléole médiale : arrachement de la une réduction manuelle, maintenue par 2 broches
pointe. percutanée selon la technique de Judet. 12heures plus tard,
c) Au niveau de la malléole latérale : sus tuberculaire. le chirurgien rejoint le patient, en raison de douleurs vives au
d) Au niveau de la malléole latérale : comminutif. niveau de l’avant bras. Son geste premier est :
(a)
a) Enlever les broches.
130-.Le mécanisme imaginé, à travers l’interrogatoire et les b) Surélever le membre.
constatations radiologiques, est : (R.J) c) Procéder à l’extension passive des doigts.
d) Prescrire des antispasmodique.
a) La rotation interne de la jambe.
(c)
b) La rotation externe de la jambe.
c) L’abduction de la cheville. 136-Le syndrome de la loge antérieure de l’avant bras est
d) L’adduction de la cheville. alors évoqué, signifiant une pression tissulaire :
(c)
a) Egale à 2mmHg.
131-Après TRT, la qualité de la réduction est évaluée sur les b) Se rapprochant de la pression diastolique.
critères observés sur des clichés Rx de la cheville : (R.F) c) S’éloignent de la pression systolique.
d) Inférieure à 3mmHg.
a) La pointe de la malléole latérale plus basse que celle
(c)
de malléole médiale.
b) L’existence d’un diastasis tibio-fibulaire. 137-Elle induira une souffrance des muscles fléchisseurs
c) Une interligne tibio-tarsienne régulier. des doigts mais aussi :
d) Le chevauchement normal tibio-fibulaire.
(b) a) De l’adducteur du pouce.
b) Des pronateurs.
132-Parmi les complications, à craindre : (R.F) c) Des extenseurs des doigts.
d) Des radiaux.
a) Les troubles thromboemboliques.
(c)
b) Les troubles trophiques.
c) L’arthrose de la tibio-tarsienne.
d) Un pied creux.
(d)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


77
138-Malgré les premiers gestes, notamment l’ablation de
l’attelle, le desserrage du pansement , la surélévation du
membre, la symptomatologie clinique ne s’améliore pas et la Sujet de 55ans, ramené au pavillon des urgences pour
fasciotomie (aponevrotomie) es pratiquée : impotence fonctionnelle du membre inférieur gauche dont le
bilan radiologique, objective une solution de continuité trans-
a) Elle est postérieure.
cervicale du fémur gauche, avec contact persistant entre les
b) Elle est antérieure y compris coude et poignet.
fragments.
c) Elle épargne le coude.
d) Elle épargne le poignet. 143-Les travées osseuses cervico-céphaliques se sont
(b) horizontalisées, il s’agit, selon la classification de Garden :

139-Outre l’intérêt de la décompression, la fasciotomie a) Du type IV.


permet d’explorer essentiellement : b) Du type II.
c) Du type I.
a) Les deux os de l’avant bras.
d) Du type III.
b) La membrane inter osseuse.
(d)
c) Les paquets vasculo-nerveux.
d) La qualité de la réduction. 144-on parle alors de fracture :
(c)
a) En coxa valga.
140-La prise en charge étant précoce, a permis d’évaluer la b) En coxa vara.
déformation classiquement observée : c) En coxa retrosa.
d) Non déplacée.
a) Avant-bras en supination, doigts en griffe.
(b)
b) Poignet en flexion, métacarpo-phalangiennes en
flexion. 145-cette lésion fut déjà suspectée, puisque parmi les
c) Poignet en flexion-pronation, inter phalangiennes en données cliniques, il existe :
flexion.
d) Poignet en pronation-extension, poignet en griffe. a) Un membre inférieur gauche plus long que le droit.
(c) b) Une rotation interne du membre inférieur gauche.
c) Une rotation externe du membre inférieure gauche.
141-Cette déformation, devenue irréductibles par d) Un pied gauche tombant.
l’organisation fibreuse des muscles, non reprise dans les (c)
délais, peur être amélioré par :
146-D’emblée, le patient est exposée à des complications
a) La résection des foyers de nécrose musculaire. menaçant le pronostic vital, c.-à-d. :
b) La désinsertion et l’abaissement des muscles
épitrochléens. a) La nécrose de la tète fémorale.
c) L’allongement des muscles fléchisseurs. b) L’embolie graisseuse.
d) La rééducation fonctionnelle. c) Complications liées au décubitus.
(b) d) Le syndrome des loges.
(c)
142-Evidement le nerf médian étant concerné par
l’irréversibilité de son atteinte, on ne peut récupérer : 147-Le patient a bénéficié d’une ostéosynthèse, en
suspectant l’impératif suivant :
a) L’abduction du pouce.
b) L’écartement des doigts. a) Ouverture de foyer de fracture.
c) L’opposition du pouce. b) La mise en place d’un garrot pneumatique.
d) L’extension des doigts. c) Lavage abondant de l’articulation.
(b) d) Réduction anatomique stable.
(d)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


78
148-L’évolution postopératoire est satisfaisante ; avec 153- D’emblée, le patient est exposé à des complications
constitution de cal osseux au bout de 4 mois. Néanmoins menaçant le pronostic vital, c’est-à-dire :
des contrôles réguliers sont poursuivis pour guetter la
complication suivante, qui s’installerait dans les 6 mois : a) La nécrose de la tète fémorale.
b) L’embolie graisseuse.
a) Coxarthrose. c) Les complications liées au décubitus.
b) Ostéonécrose de la tète fémorale. d) Le syndrome des loges.
c) Pseudarthrose du col du fémur. (c)
d) Déplacement secondaire.
(b) 154- Le patient nécessite un seul type de traitement lequel ?

a) Un remplacement prothétique type PTH.


b) Un vissage.
c) Un traitement orthopédique.
Sujet âgé 6 ans, s’est présenté au pavillon des urgences en
d) Une traction au lit.
marchant accusant une douleur de sa hanche gauche
(b)
149- Quel est la radiographie que vous demandez en
premier ?

a) La radiographie du genou. 155-La fracture de Rolando est une fracture :


b) La radiographie du bassin.
c) La radiographie de la cotyle. a) Articulaire.
d) La radiographie du rachis. b) Extra articulaire.
(b) c) De la base du 2ème métacarpien.
d) De la base du 1er métacarpien.
150- Le bilan radiologique, objective une solution de e) De la base du 5ème métacarpien.
continuité trans- cervicale du fémur gauche, les travées (b-d)
osseuses cervico-céphaliques se sont verticalisées, avec un
angle cervico diaphysaire de 140° ;il s’agit , selon la 156-Une luxation acromio-claviculaire de stade III
classification de Garden du : s’accompagne d’une ou plusieurs des lésions suivantes :

a) Type V. a) Une atteinte des ligaments acromio-claviculaires.


b) Type II. b) Une atteinte du ligament conoïde.
c) Type I. c) Une atteinte du ligament trapézoïde.
d) Type III. d) Une atteinte du ligament coraco-claviculaire interne.
(c) e) Une atteinte de la sangle musculaire trapézo-
deltoïdienne.
151- On parle alors de fracture : (a-b-c-d)

a) En coxa valga. 157-Dans la luxation rétro lunaire pure, la radiographie


b) En coxa vara. objective :
c) En coxa retrosa.
d) Non déplacée. a) Un semi-lunaire sous forme d’un triangle a sommet
(a) inférieur sur le cliché de face
b) Un chevauchement du semi-lunaire et du grand os
152- Devant cette fracture, quelle est la déformation du sur le cliché de face
membre inférieure gauche ? c) Une fracture du scaphoïde
d) Un grand os en avant bras du semi-lunaire sur le
a) Un membre inférieur gauche plus long que le droit. cliché de profil
b) Une rotation interne du membre inférieur gauche. e) Le semi-lunaire, le grand os et le radius sont alignés
c) Une rotation externe du membre inférieur gauche. sur le cliché de profil
d) Aucune déformation clinique. (a-b)
(d)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


79
158-La fracture décollement type II selon Salter et Harris : 163-Dans la fracture du scaphoïde, le type I selon
Schernberg :
a) Est le traumatisme du cartilage le plus fréquent.
b) Est un décollement du cartilage de croissance a) Est une fracture de pied.
déclenchant un coin épiphysaire. b) Est une fracture polaire proximale.
c) Est un décollement du cartilage de croissance c) Se complique fréquemment de nécrose.
déclenchant un coin métaphysaire. d) Ne se complique jamais de pseudarthrose.
d) Est une fracture décollement épiphyso-métaphysaire. e) Est une fracture trans tubérositaire.
e) Se complique toujours d’épiphysiodèse. (b-c)
(a-c)
164-Parmi ces déplacements, le ou lesquelles sont
159-En pathologie traumatique des nerfs, le neurotmesis : possibles dans la fracture de la diaphyse humérale :

a) Est une section complète du nerf. a) La bascule postérieure.


b) Ne présente aucune possibilité de récupération b) La translation.
nerveuse. c) Le décalage.
c) Est une sidération nerveuse. d) La bascule postérieure.
d) Est une section partielle du nerf. e) L’angulation.
e) Se caractérise par une récupération nerveuse au (b-c-e)
bout de 3 semaines.
(a-b) 165-La fracture de la diaphyse humérale peut se compliquer
d’une paralysie du nerf radial. Cette dernière est :
160-Les fractures de l’enfant sont fréquentes. Quelles sont
les affirmations exactes ? : a) Une paralysie sensitive.
b) Une paralysie sensitivomotrice.
a) Les fractures décollement épiphysaire n’entrainent c) Caractérisée par une paralysie des extenseurs du
jamais des troubles de la croissance. poignet.
b) Les fractures diaphysaires déplacées doivent être d) Caractérisée par une paralysie des extenseurs des
réduite anatomiquement. doigts.
c) Les fractures en bois vert sont traitées e) Caractérisée par une griffe des 4ème et 5ème doigts.
orthopédiquement. (b-c-d)
d) Les frctrs articulrs doivent être opérées chez l’enfant.
e) Les fractures en motte de beurre ont un bon pc. 166-La fracture de GOYRAND Smith est une fracture du
(c-d-e) radius distal. Elle est :

161-Quelles sont les deux complications les plus fréquentes a) Articulaire.


des fractures articulaires du radius distal ? : b) Extra articulaire.
c) Caractérisée par un déplacement postéro-latéral.
a) Le cal vicieux. d) Caractérisé par un déplacement antérieur.
b) La compression du nerf ulnaire. e) Associé à une déformation en ventre de fourchette.
c) La raideur du poignet. (b-d-e)
d) La pseudarthrose.
e) La raideur de la prono-supination. 167-La fracture du col anatomique de l’extrémité proximale
(a-c) de l’humérus est :

162-Quels sont les propositions exactes concernant les a) Une fracture extra articulaire.
infections de la main ? : b) Une fracture articulaire.
c) Associée à un risque de nécrose céphalique élevé.
a) Le panaris du pouce doit être traité par les d) De bon pronostic.
antiseptiques. e) De mauvais pronostic.
b) Le germe le plus fréquemment rencontré dans les (b-c-e)
infections de la main est le streptocoque.
c) Un panaris peut se compliquer d’un phlegmon de la
gaine des fléchisseurs.
d) Le panaris est une infection péri unguéale.
e) Le phlegmon nécessite un drainage chirurgical.
(a-c-d-e)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


80
168-Les fractures des deux os de l’avant bras chez l’adulte : 173-La fracture de Bennet est une fracture :

a) Nécessitent un TRT par plâtre brachio-palmaire. a) Articulaire.


b) Nécessitent un traitement chirurgical par plaque. b) Extra articulaire.
c) Se complique d’une paralysie du nerf médian. c) De la base du 2ème métacarpien.
d) Se complique d’une paralysie du nerf radial. d) De la base du 1er métacarpien.
e) Peuvent se compliquer d’une raideur de la prono- e) De la base du 5ème métacarpien.
supination. (a-d)
(b-e)
174-Dans la luxation péri-lunariennes postérieure pure, la
169-La fracture du scaphoïde se caractérise cliniquement radiographie peut mettre en évidence :
par :
a) Un semi lunaire sous forme d’un triangle a sommet
a) Une déformation en dos de fourchette bas situé. inférieur sur le cliché de face.
b) Un œdème de la tabatière anatomique. b) Sur le cliché de face, un chevauchement du lunatum
c) Une douleur à la palpation de la styloïde radiale. et du Triquétrum.
d) Une douleur à la traction du pouce. c) Une fracture de la styloïde radiale.
e) Pas de déformation clinique. d) Sur le cliché de profil, le capitatum en arrière du
(b-d-e) lunatum.
e) Une fracture du scaphoïde.
170-Les incidences de SCHNECK sont : (a-d)
a) Poignet face en légère flexion dorsale, et inclinaison 175-Quelles sont les 2 complications les plus fréquentes des
cubitale doigts fléchis, avant bras en pronation de fractures du scaphoïde ? :
90°.
b) Poignet de face, doigts tendu en inclinaison radiale. a) L’infection.
c) Poignet face en légère flexion dorsale, et inclinaison b) Le pseudarthrose.
cubitale, avant bras en pronation de 70°-75°, doigts c) Le cal vicieux.
fléchis. d) La compression du nerf médian.
d) Poignet de profil strict. e) La nécrose avasculaire.
e) Poignet face en légère flexion dorsale, et inclinaison (b-e)
cubitale doigts fléchis, avant bras en hyper pronation
de 100°-105° le cubitus étant décollé de la plaque. 176-Le syndrome de Volkmann dans sa phase d’état se
(a-c-d-e) caractérise par :

171-Chez l’enfant, les traumatismes du coude sont a) Une pronation de l’avant bras.
fréquents. Indiquer, parmi les suivantes, la proposition b) Une griffe des 4ème et 5ème doigts.
exacte concernant les fractures de l’extrémité supérieure du c) Une flexion du poignets.
radius de l’enfant : d) Une flexion des articulations inter phalangiennes
proximales et distales.
a) C’est la lésion la plus fréquente du coude. e) Une paralysie du nerf radial.
b) Ce sont plus souvent des fractures de la tète que des (a-c-d)
fractures du col radial.
c) Elles s’accompagnent souvent d’une paralysie de la 177-En pathologie traumatique des nerfs, le type V selon
branche postérieure du nerf radial. Sunderland:
d) Elles peuvent accompagner une luxation du coude.
a) Ne présente aucune possibilité de récupération
e) Elles sont toujours traités chirurgicalement.
nerveuse.
(b-d)
b) Est une sidération nerveuse.
172-L fracture du quart externe de la clavicule : c) Est une section partielle du nerf.
d) Est une section complète du nerf.
a) Est toujours déplacée. e) Se caractérise par une récupération nerveuse au
b) Est stable. bout de 3 semaines.
c) Est traitée par une bandage en « 8 ». (a-d)
d) Est toujours traitée chirurgicalement.
e) Est stabilisée par élastoplaste.
(a-d)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


81
178-Quelles sont les complications les + fréq des fractures 184-Une fracture déplacée du trochiter :
supra condyliennes de l’extrémité distale de l’humérus ? :
a) Est une fracture extra articulaire.
a) La raideur du coude. b) Est traitée orthopédiqmnt par un plâtre type Dujarier.
b) Le cubitus varus. c) Nécessite un traitement chirurgical.
c) La raideur du poignet. d) Peut se compliquer d’une raideur de l’épaule.
d) La pseudarthrose. e) Peut se compliquer d’une nécrose céphalique.
e) La raideur de la prono supination. (a-c-d)
(a-b)
185-Indiquer parmi les suivantes, les signes cliniques qui
179-La fracture de l’olécrane chez l’adulte ; permettent d’affirmer l’existence d’une luxation acromio-
claviculaire :
a) Est une fracture extra articulaire.
b) Peut se compliquer d’une raideur du coude. a) Le signe de l’épaulette.
c) Est traitée orthopédiquement par un PBP. b) Un tiroir antérieur claviculaire.
d) Est une fracture articulaire. c) La mobilité de la clavicule en touche de piano.
e) Est traitée chirurgicalement par haubanage. d) La douleur exquise à l’extrémité externe de la
(b-d-e) clavicule.
e) Le vide sous acromial antérieur.
180-La fracture de Gérard marchand est une fracture du (b-c-d)
radius distal. Elle est :
186-A propos de la fracture du scaphoïde carpien :
a) Articulaire.
b) Extra articulaire. a) Le diagnostic est aisé car on constate cliniquement
c) Caractérisée par un déplacement postéro-latéral. un tableau de « main clouée).
d) Caractérisé par un déplacement antérieur. b) La rupture de l’artère radiale dans la tabatière
e) Associé une fracture type Pouteau Colles à une anatomique est fréquente.
fracture de la styloïde ulnaire.. c) L’examen radiologique est plus démonstratif entre le
(b-c-e) 10ème et le 15ème jours.
d) Elle n’entraine pas de nécrose.
181-La fracture du trochiter est : e) Elle consolide en moyenne en 3mois.
(c-e)
a) Une fracture extra articulaire.
b) Une fracture articulaire. 187-La fracture décollement type IV selon Salter et Harris :
c) Associée à un risque de nécrose céphalique élevé.
d) Se déplace fréquemment en arrière.. a) Est le traumatisme du cartilage de croissance chez
e) Se déplace fréquemment en avant.. l’enfant.
(a-d) b) Est un décollement du cartilage de croissance
déclenchant un coin épiphysaire.
182-La fractures de Monteggia chez l’adulte : c) Est un décollement du cartilage de croissance
déclenchant un coin métaphysaire.
a) Est traitée par plâtre brachio-palmaire.
d) Est une fracture décollement épiphyso-métaphysaire.
b) Est traitée chirurgicalement par plaque vissée.
e) Se complique toujours d’épiphysiodèse.
c) Peut se compliquer d’une paralysie du nerf ulnaire.
(a-d)
d) Se complique toujours d’une raideur du poignet.
e) Peut se compliquer d’une raideur de la prono- 188-Une fracture de la diaphyse humérale au tiers moyen
supination. avant tout traitement :
(b-e)
a) Se présente avec une déformation en crosse du
183-La fracture luxation rétro-lunaire du carpe se caractérise bras.
cliniquement par : b) Se présente avec une rotation interne du membre
supérieur.
a) Une déformation en dos de fourchette bas situé.
c) Peut entrainer par elle-même un choc hémorragique.
b) Un œdème de la tabatière anatomique.
d) Peut se compliquer d’une paralysie radiale.
c) Un œdème du poignet.
e) Peut se compliquer d’une embolie graisseuse.
d) Une douleur à la traction du pouce.
(a-d)
e) Pas de déformation clinique.
(a-c)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
82
189-Les complications des fractures de la diaphyse 194-Le syndrome de Walkman se caractérise à sa phase
humérale comportent : d’état par :

a) La paralysie du nerf circonflexe. a) Un œdème des doigts.


b) La luxation de l’épaule. b) Une déformation de la main avec une flexion du
c) La pseudarthrose. poignet.
d) La paralysie du nerf radial. c) Une déformation de la main avec une extension des
e) La raideur de la prono-supination. métacarpo-phalangiennes.
(c-d) d) Une déformation de la main avec une extension des
inter phalangiennes.
190-La fracture décollement type V selon Salter et Harris : e) La présence de troubles trophiques.
(b-c-e)
a) Est le traumatisme du cartilage de croissance chez
l’enfant.
b) Est une compression de la plaque conjugale. 195-La fracture supra condylienne de l’extrémité distale de
c) Est un décollement du cartilage de croissance l’humérus classée type IV selon Lagrange et Rigault chez un
déclenchant un coin métaphysaire. enfant de 8ans :
d) Est une fracture décollement épiphyso-métaphysaire.
e) Ne se complique jamais d’épiphysiodèse. a) Est un traumatisme du cartilage de croissance.
(a-b) b) Est une fracture articulaire.
c) Nécessite toujours un traitement chirurgical par
191-La fracture trans-olécranienne : embrochage.
d) Se caractérise par l’existence d’un contact entre les
a) Est une fracture extra articulaire.
deux fragments fracturaires.
b) Est une fracture articulaire.
e) Est une fracture uni corticale antérieure.
c) Rompra l’appareil extenseur du coude.
(a-c)
d) Est toujours traitée orthopédiquement.
e) Retentie sur la prono-suppination 196-Une fracture déplacée de la diaphyse humérale peut
(b-e) être traitée par :
192-La fracture cunéenne de l’extrémité distale du radius : a) Une réduction avec immobilisation par un plâtre
thoraco-brachial.
a) Est une fracture extra articulaire.
b) Une réduction avec immobilisation par un plâtre type
b) Est une fracture détachant un coin postéro-médiale.
Dujarier.
c) Est une fracture articulaire.
c) Une réduction avec immobilisation par un plâtre
d) Est un arrachement du ligament latéral externe.
pendant.
e) Est une fracture qui passe par la prête de la glène
d) Une réduction avec immobilisation par un plâtre type
radiale.
Sarmiento.
(c-d)
e) Un traitement chirurgical type brochage
193-La paralysie radiale est : centromédullaire.
(a-b-c-d-e)
a) Une paralysie motrice.
b) Une paralysie sensitivomotrice. 197- Une fracture des deux os de l’avant bras chez l’enfant
c) Se caractérise par une griffe en flexion des 4ème et peut être traitée par :
5ème doigts.
a) Une réduction avec immobilisation par un plâtre
d) Se caractérise par un déficit de l’extension et
brachio-brachial.
abduction du pouce.
b) Une réduction avec immobilisation par un plâtre type
e) Réalise le classique aspect de main tombante.
Dujarier.
(b-d-e)
c) Un traitement chirurgical type brochage
centromédullaire.
d) Une réduction avec immobilisation par un plâtre type
gant plâtré..
e) Une réduction avec immobilisation par un plâtre
thoraco-brachial.
(c)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


83
198-Dans la luxation trans scapho-rétro lunaire , la 203-Indiquer parmi les suivantes, les propositions exactes
radiographie objective : concernant les plaies de la main :

a) Un semi-lunaire sous forme d’un triangle a sommet a) Elles nécessitent une prévention de l’infection.
inférieur sur le cliché de face b) Elles nécessitent une exploration chirurgicale au bloc
b) Un chevauchement du semi-lunaire et du grand os opératoire.
sur le cliché de face c) Elles ne se compliquent jamais de raideur articulaire.
c) Une fracture du scaphoïde d) Les lésions des extenseurs sont de meilleur
d) Un grand os en arrière du semi-lunaire sur le cliché pronostic que celles des fléchisseurs.
de profil e) Les lésions des tendons fléchisseurs à la zone 2 sont
e) Le semi-lunaire, le grand os et le radius sont alignés de mauvais pronostic.
sur le cliché de profil (a-b-d-e)
(a-b-c-d)
204-En pathologie traumatique des nerfs, l’axonotmesis:
199-Indiquer parmi les suivantes, les signes cliniques qui
permettent d’affirmer l’existence d’une LAC: a) Est une section complète du nerf.
b) Ne présente aucune possibilité de récupération nerv.
a) Le coup de hache externe de l’épaule. c) Est une sidération nerveuse.
b) Un tiroir antérieur claviculaire. d) Est une section partielle du nerf.
c) La mobilité de la clavicule en touche de piano. e) Se caractérise par une récupération nerveuse au
d) La dlr exquise à l’extrémité externe de la clavicule. bout de 3 mois.
e) Le comblement du sillon delto pectorale. (d)
(b-c-d)
205- Une fracture des deux os de l’avant bras chez l’adulte
200-Les complications des fractures de la diaphyse est traitée par :
humérale comportent :
a) Une réduction avec immobilisation par un plâtre
a) La raideur de l’épaule brachio-palmaire.
b) La luxation de l’épaule. b) Une réduction avec immobilisation par un plâtre type
c) La pseudarthrose. Dujarier.
d) La paralysie du nerf radial. c) Un TRT chirurgical type brochage centromédullaire.
e) Le cal vicieux d) Un traitement chirurgical par plaque vissée.
(a-c-d-e) e) Une réduction avec immobilisation par un plâtre
pendant.
201-Dans la luxation anté lunaire pure, la Rx objective : (a-d)
a) La luxation sous forme d’un triangle a sommet 206-La fracture de l’épicondyle médiale type IV est par:
supérieur sur le cliché de face.
b) Un chevauchement du semi-lunaire et du grand os a) Une fracture articulaire.
sur le cliché de face b) Une fracture extra articulaire.
c) Aucune fracture associée au niveau des os du carpe. c) Associe une fracture déplacée de l’épicondyle
d) Un grand os en arrière du semi-lunaire sur le cliché médiale associée à une luxation du coude..
de profil d) Incarcération de l’épicondyle médial en intra-
e) Le semi-lunaire, le grand os et le radius sont alignés articulaire.
sur le cliché de profil e) Fracture déplacée, soit en arrière, soit le plus
(b-c) souvent vers le bas.
(a-c-e)
202-Une luxation acromio-claviculaire de stade I
s’accompagne d’une ou plusieurs des lésions suivantes : 207-Quelles sont les complications les plus fréquentes des
luxations trans scapho-retro-lunaires ? :
a) Une atteinte des ligaments acromio-claviculaires.
b) Une atteinte du ligament conoïde. a) L’instabilité du carpe.
c) Une atteinte du ligament trapézoïde. b) L’infection.
d) Une atteinte du ligament coraco-claviculaire interne. c) Le pseudarthrose du scaphoïde.
e) Une atteinte de la sangle musculaire trapézo- d) Le cal vicieux.
deltoïdienne. e) La compression du nerf médian.
(a) (a-c-e)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


84
208-Le bilan radiologique d’une fracture du bassin 213-Les complications des fractures de la diaphyse
comporte : fémorale comportent :

a) Une radiographie du bassin. a) Un état de choc.


b) Une radiographie oblique ascendante du bassin. b) L’embolie graisseuse.
c) Une radiographie de trois quart alaire. c) La raideur du genou.
d) Une radiographie du genou. d) Le cal vicieux diaphysaire.
e) Une T.D.M du bassin. e) La raideur de la hanche.
(a-b-e) (a-b-c-d)

209-Le syndrome de Walkman se caractérise à sa phase de 214-Dans la luxation trans radio-rétro-lunaire , la


début par : radiographie objective :

a) Un œdème des doigts. a) Un semi-lunaire sous forme d’un triangle a sommet


b) Une déformation en main botte radiale de la main. inférieur sur le cliché de face
c) Une cyanose des doigts. b) Un chevauchement du semi-lunaire et du grand os
d) Une déformation en col de cygne du nerf. sur le cliché de face.
e) Une hyperpression dans la loge antérieure de l’avant c) Une fracture du scaphoïde.
bras. d) Une fracture du radius distal.
(a-c-e) e) Le semi-lunaire, le grand os et le radius sont alignés
sur le cliché de profil
210-Le doigt en boutonnière :
(a-b-d)
a) Est une déformation dû à une fracture da la 2ème
phalange. 215-Une fracture ouverte de jambe stade II selon Cauchoix
b) Est une déformation dû à une fracture da la 1er et Duparc avant 6heures :
phalange.
c) Est une déformation dû à une rupture de l’extenseur a) Exige un parage des parties molles.
au niveau de la 2ème phalange. b) Nécessite tjrs la mise en place d’un fixateur externe.
d) Est une déformation dû à une rupture de l’extenseur c) Est traitée comme une fracture équivalente fermée.
au niveau de la 3ème phalange. d) Peut être stabilisée par un clou centromédullaire.
e) Nécessite une réparation chirurgicale. e) Est traité par une amputation de jambe.
(c-e) (a-d)

211-Quelles sont les complications les plus fréquentes des 216-Une fracture classé Magerl A1 de la 5ème vertèbre
fractures du capitellum ? thoracique peut être traitée par :

a) Le cal vicieux. a) Une traction au lit.


b) La compression du nerf ulnaire. b) Une immobilisation par un corset plâtré.
c) La raideur du coude. c) Un repos simple au lit suivi d’une rééducation.
d) La pseudarthrose. d) Une ostéosynthèse chirurgicale interne.
e) La raideur de la prono-supination. e) Une réduction selon la méthode de Boehler suivi de
(c) corset plâtré.
(b-c-e)
212-Le dépistage de la luxation congénitale de la hanche
repose sur : 217-Quels sont les éléments anatomiques qui entrent dans
la constitution du segment mobile rachidien ? :
a) Le manœuvre d’Ortolani.
b) La radiographie du bassin. a) Le disque intervertébral.
c) L’I.R.M de la hanche. b) Les apophyses transverses.
d) L’échographie de la hanche. c) Le ligament vertébral commun antérieur.
e) La manœuvre de Barlow. d) Le mur postérieur du corps vertébral.
(a-b-d-e) e) Le ligament jaune.
(a-c-e)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


85
218-Indiquer, parmi les suivantes, la ou les affirmations 223-Les fractures déplacées de l’ulna chez l’adulte :
vraies concernant les fractures du calcaneus type IV :
a) Nécessitent une stabilisation par plaque vissée.
a) Ce sont des fractures articulaires. b) Doivent faire rechercher une lux de la tète radiale.
b) Ce sont des fractures extra articulaires. c) Doivent faire rechercher une lux de la tète ulnaire.
c) Elles succèdent tjr à un traumatisme pr compression. d) Peuvent être traitée par brochage centromédullaire.
d) Elles comportent un tassement vertical et/ou un e) Entrainent une paralysie radiale.
tassement horizontal. (a-b)
e) Elles nécessitent toujours un traitement
orthopédique. 224-La prise en charge de la luxation congénitale de la
(a-c-d) hanche avant 6mois repose sur :

219-Une fracture basicervicale du col fémoral chez un adulte a) Le traitement chirurgicale.


jeune : b) Le langeage en quille.
c) Le langeage en abduction des hanches.
a) Consolide habituellement au bout de trois mois. d) Le harnais de Pavlik.
b) Risque d’évoluer vers une pseudarthrose. e) La traction au zénith puis plâtre pelvi-pédieux.
c) Est traitée habituellement par une arthroplastie (c-d-e)
céphalique.
d) Consolide après ostéosynthèse. 225-Lors d’une dysfonction acromio-claviculaire. Le signe du
e) Est toujours traitée chirurgicalement par vissage. tiroir est retrouvé dans :
(a-d-e)
a) Le stade I.
220-Chez un patient présentant une fracture de la diaphyse b) Le stade II.
fémorale, le diagnostic d’une embolie graisseuse doit être c) Le stade III.
suspectée devant : d) Le stade IV.
e) Le stade V.
a) Les signes d’un état de choc hémorragique. (e)
b) Des signes de détresse respiratoire.
c) Des signes de paralysie du nerf sciatique. 226-Le mouvement de pronation est assuré par les muscles:
d) Pétéchies au niveau du cou et du thorax.
a) Le rond pronateur.
e) Des troubles neurologiques.
b) Le biceps brachial.
(b-d-e)
c) Le triceps brachial.
221-Indiquer, parmi les propositions suivantes la ou les d) Le long supinateur.
affirmations exactes concernant une fracture du col fémoral e) Le carrée pronateur.
type I selon Garden, chez un jeune : (a-e)

a) Elle comporte rsq important de nécrose ischémique. 227-Quelles sont les complications précoces d’une fracture
b) Le patient peut venir à la consultation en marchant. des 2 os de l’avant bras ? :
c) Elle est traitée habituellement par remplacement
a) Une ouverture cutanée.
prothétique type PTH.
b) Un cal vicieux.
d) Elle est traitée par vissage sous amplificateur de
c) Une raideur de la prono-supination.
brillance.
d) Une anesthésie dans le territoire du nerf radial.
e) Elle comporte un risque important de pseudarthrose.
e) Une raideur du coude.
(b-d)
(a)
222-Indiquer les propositions justes concernant les fractures
228-Le traitement d’une fracture des 2 os de l’avant bras
sous trochantériennes :
chez l’enfant se fait par :
a) Elles sont toujours déplacées.
a) Un brochage.
b) Elles se compliquent souvent de nécrose de la tète
b) Une stabilisation par plaque vissée.
fémorale.
c) Une stabilisation par enclouage centromédullaire.
c) Elles sont instables.
d) Une stabilisation par vissage.
d) Elles nécessitent une stabilisation chirurgicale
e) Une réduction et immobilisation par plâtre brachio-
e) Elles peuvent être traitée orthopédiquement
palmaire.
(a-c-d)
(a-e)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
86
229-Parmi les complications des fractures du calcanéum, : 234-Le bilan radiologique d’une fracture du plateau tibial
doit comporter :
a) Un cal vicieux du calcanéum.
b) Une algodystrophie de la cheville. a) Une radiographie du genou de face.
c) Une arthrose tibio-talienne. b) Une radiographie de trois quart latéral.
d) Une raideur de la sous talienne. c) Une radiographie de profil du genou.
e) Des ossifications péri articulaires. d) Une incidence fémoro patellaire.
(a-b-d) e) Une tomodensitométrie.
(a-b-c-e)
230-Quelles sont les méthodes thérapeutiques proposées
chez le vieillard présentant une fracture basicervicale du col 235-Une fracture ouverte de jambe stade III selon Cauchoix
fémoral : et Duparc avant 6heures :

a) Réduction orthopédique et immobilisation plâtrée. a) Exige un parage des parties molles.


b) Ostéosynthèse par clous d’Ender. b) Nécessite tjrs la mise en place d’un fixateur externe.
c) Un remplacement prothétique. c) Est traitée comme une fracture équivalente fermée.
d) Ostéosynthèse par vis plaque. d) Nécessite souvent une stabilisation par un clou
e) Ostéosynthèse par vissage. centromédullaire.
(d-e) e) A un bon pronostic
(a-b)
231-La lacune métaphysaire du fémur distal a contenu
gélatineux chez un adulte évoque : 236-Une fracture stable de la 1er vertèbre lombaire peut
être traitée par :
a) Un chondrosarcome.
b) Un ostéome ostéoïde. a) Une traction au lit.
c) Un ostéosarcome. b) Une immobilisation par un corset plâtré.
d) Une tumeur à cellules géantes. c) Un repos simple au lit suivi d’une rééducation.
e) Kyste anévrysmale. d) Une ostéosynthèse chirurgicale interne.
(d) e) Une réduction selon la méthode de Boehler suivi de
corset plâtré.
232-Un ou plusieurs des éléments cliniques suivants est (b-c-e)
(sont) compatible(s) avec le diagnostic de fracture du col du
fémur Pauwels III : 237-Indiquer parmi les suivantes, la ou les affirmations
vraies concernant les fractures de la rotule :
a) Attitude vicieuse en rotation interne du membre
inférieur. a) Elles ne rompent pas toujours l’appareil extenseur.
b) Attitude vicieuse en rotation externe du membre b) Ce sont des fractures extra articulaires.
inférieur. c) Elles succèdent toujours à un traumatisme direct.
c) Raccourcissement du membre inférieur. d) Elles comportent des fractures verticales et des
d) Aucune déformation apparente. fractures transversales.
e) Attitude vicieuse en abduction du membre inférieur. e) Elles nécessitent toujours un traitement
(b-c) orthopédique.
(a-d)
233-Quelles sont les complications possibles devant une
fracture ouverte de jambe classée type III : 238-Une fracture trans-cervicale du col fémoral type Garden
IV chez un adulte jeune :
a) L’infection.
b) La pseudarthrose. a) Consolide habituellement au bout de trois mois.
c) La section de l’artère tibiale postérieure. b) Risque d’évoluer vers une pseudarthrose.
d) Le syndrome de loge. c) Est traitée habituellement par une arthroplastie
e) L’amputation. céphalique.
(a-b-c-e) d) Entraine souvent la décompensation de tares.
e) Est toujours traitée chirurgicalement par vissage.
(a-b-d-e)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


87
239-En pathologie traumatique des nerfs, le type III selon 244-Quelles sont les méthodes thérapeutiques proposées
Sunderland: chez le vieillard présentant une fracture du col fémoral en
coxa vara :
a) Est une section complète du nerf.
b) Ne présente aucune possibilité de récupération a) Réduction orthopédique et immobilisation plâtrée.
nerveuse. b) Ostéosynthèse par clous d’Ender.
c) Est une sidération nerveuse. c) Un remplacement prothétique.
d) Est une section partielle du nerf. d) Ostéosynthèse par vis plaque.
e) Se caractérise par une récupération nerveuse au e) Ostéosynthèse par vissage.
bout de 3 semaines. (c)
(d)
245-Quels sont les élément anatomiques qui entrent dans la
240-Indiquer, parmi les propositions suivantes la ou les constitution du segment vertébral de Roy-Camille ? :
affirmations exactes concernant une fracture du col fémoral
type IV selon Garden, chez un jeune : a) Le mur du corps vertébral.
b) Les pédicules.
a) Elle comporte un risque important de nécrose c) Les apophyses transverses.
ischémique. d) Les lames.
b) Le patient peut venir à la consultation en marchant. e) Les apophyses épineuses.
c) Elle est traitée habituellement par remplacement (a-b-d)
prothétique type PTH.
d) Elle est traitée par vissage sous amplificateur de 246-Les fractures per trochantériennes sont plus exposées
brillance. dans leur évolution au risque de :
e) Elle comporte un risque important de pseudarthrose.
a) Pseudarthrose.
(a-d-e)
b) Cal vicieux.
241-Le mouvement de supination est assuré par les c) Complication de décubitus.
muscles: d) Nécrose ischémique de la tète fémorale.
e) Raideur de la hanche.
a) Le court supinateur. (b-c)
b) Le biceps brachial.
c) Le triceps brachial. 247-Indiquer les propositions justes concernant les fractures
d) Le long supinateur. per trochantériennes :
e) Le long pronateur.
a) Elles sont toujours traitées par arthroplastie
(a-b-d)
céphalique.
242-Quelles sont les complications tardives d’une fracture b) Elles ne se compliquent jamais de nécrose de la tete
des 2 os de l’avant bras ? : fémorale.
c) Les cals vicieux sont exceptionnels.
a) Une ouverture cutanée. d) Après ostéosynthèse, la déambulation postopératoire
b) Un cal vicieux. précoce est autorisée.
c) Une raideur de la prono-supination. e) Les pseudarthroses sont rares.
d) Une anesthésie dans le territoire du nerf radial. (b-d-e)
e) Une raideur du coude.
(b-c-d-e) 248-Quelles sont les complications les plus fréquentes après
fracture cervicale vraie du col du fémur ? :
243-Le traitement d’une fracture des 2 os de l’avant bras
chez l’adulte se fait par : a) Le cal vicieux.
b) La pseudarthrose.
a) Un brochage. c) La coxarthrose.
b) Une stabilisation par plaque vissée. d) La nécrose de la tète fémorale.
c) Une stabilisation par enclouage centromédullaire. e) La raideur de la hanche.
d) Une stabilisation par vissage. (b-d)
e) Une réduction et immobilisation par plâtre brachio-
palmaire.
(b-e)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


88
249-Indiquer, parmi les suivantes, la ou les propositions 254-La luxation antérieure de la hanche peut-être :
exactes concernant les fractures ouvertes :
a) Iliaque.
a) Elles nécessitent une prévention de la gangrène b) Ischiatique.
gazeuse. c) Pubienne.
b) Elles nécessitent un trainement chirurgical. d) Obturatrice.
c) Elles augmentent les risques de complications e) Peut se compliquer d’une paralysie du nerf grand
infectieuses osseuses. sciatique.
d) Elles exposent aux mêmes complications de (c-d)
décubitus que els fractures fermées.
e) Elles consolident dans le même délai que les 255-La fracture du cadre obturateur :
fractures fermées.
a) Est une fracture stable.
(a-b-c-d)
b) Est une fracture articulaire.
c) Nécessite souvent un traitement orthopédique.
250-Le bilan radiologique d’une fracture récente du plateau d) Consolide après repos au lit.
tibial externe doit comprend : e) Doit être stabilisée chirurgicalement.

a) Des incidences de ¾ inf, ext / P / F. (a-c)


b) Une incidence fémoro patellaire.
256- Bilan radiologique d’une fracture du bassin doit
c) Des tomographies
comporter :
d) Une arthrographie du genou.
e) Une tomodensitométrie. a) Une radiographie du bassin de face.
(a-e) b) Trois quarts obturateur.
c) Un indice oblique descendant du bassin.
251-La prise en charge des fractures ouvertes de jambe
d) Faux profil de la hanche.
stade III Cauchoix et Duparc doit comporter :
e) Une urographie intraveineuse.
a) Une prévention antitétanique. (a-c-e)
b) Une parage soigneux des parties molles.
257- Bilan radiologique d’une fracture du bassin comprend :
c) Une fermeture cutanée primitive.
d) Une stabilisation de la fracture par un fixateur a) Une radiographie du bassin de face.
externe. b) Une radiographie du bassin de profil.
e) Une immobilisation de la fracture par plâtre fémoro- c) Un indice oblique ascendantes et descendantes.
pédieux. d) Une radiographie de ¾ alaire et ¾ obturateur.
(a-b-d) e) Une TDM.
(a-c-e)
252-La luxation postérieure de la hanche peut-être :
258- Le bilan d’une fracture du cotyle doit comporter
a) Iliaque.
b) Ischiatique. A- Une radiographie du bassin
c) Pubienne. B- Trois quarts obturateur
d) Obturatrice. C- Trois quarts alaire
e) Peut se compliquer d’une paralysie du nerf grand D- Faux profil de la hanche
sciatique. E- Une urographie
(a-b-e) (a-b-c)

253-Chez un patient présentant une fracture de la diaphyse 259- Parmi les complication des fractures de la paroi
fémorale, le diagnostic d’une embolie graisseuse doit être postérieure du cotyle ; il peut y avoir :
suspectée devant :
A- Une fracture du col fémoral.
a) Une bonne fonction respiratoire. B- Une paralysie sciatique.
b) Des troubles électriques à l’E.C.G. C- Une coxarthrose post-traumatique.
c) Présence de pétéchies sur la paroi thoracique. D- Des ossifications péri articulaires.
d) Pétéchies au fond d’œil. E- Une paralysie du nerf crural.
e) Des troubles neurologiques. (a-b-c-d)
(c-d-e)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


89
06-Dans le kyste hydatique rénal :
 URO-NEPHRO 
a) L’homme est un hôte définitif.
01- Lors d’une torsion de cordon spermatique : b) L’homme est un hôte accidentel.
c) Le signe pathognomonique est l’hydaturie
a) L’interrogatoire est primordial pour préciser l’heure
d) L’examen de référence est la sérologie hydatique.
de début des symptômes.
e) Le diagnostic est fait par le couple échographie-ASP.
b) Le signe de PREHN est positif.
(b-c-e)
c) Le reflex crémastérien est présent.
d) La conséquence majeurs à craindre est la nécrose 07-Les indications d’hospitalisation d’une colique
ischémique du testicule. néphrétique (CN) sont :
e) Le traitement est médicale et ne doit pas dépasser
les six heures. a) CN fébrile.
(a-d) b) CN sur rein unique fonctionnel ou anatomique.
c) CN sur rein transplanté.
02-Le cancer du prostate : d) CN hyperalgique.
e) CN anurique.
a) Est situé classiquement dans la partie centrale de la
(a-d-e)
prostate.
b) Le dosage de taux du PSA est toujours < 40g/ml. 08-Dans les fractures du bassin :
c) Est le deuxième cause de cancer chez l’homme.
d) Se traire classiquement par la résection a) La fréquence d’atteinte de l’appareil urinaire est de
endoscopique. 12-15%.
e) Est hormono-résistant. b) Les ruptures de vessie sont toujours intra-
(d) péritonéales.
c) L’urètre postérieure est le plus souvent touché.
03-le cancer du rein de l’adulte : d) Le sondage vésical est formellement contre indiqué
lors d’une urétrorragie.
a) Se présente cliniquement par douleur, hématurie et
e) La classification suivi pour stadifier la lésion urétrale
masse lombaire palpable.
est la classification T.N.M.
b) Est un carcinome tubulo-papillaire dans la majorité
(a-c-d)
des cas.
c) L’échographie est l’examen de référence et permet 09-Dans le traumatisme du testicule, l’exploration
la détection de lésions < 2 cm. chirurgicale s’impose devant :
d) Le traitement unique est la néphrectomie totale
élargie. a) Une traumatisme ouverte.
(a) b) Une rupture de l’Albuginé testiculaire.
c) Un volumineux hématome intra-testiculaire.
04-les tumeurs de la vessie : d) Une hématocèle.
e) Une hydrocèle de grande abondance.
a) Sont plus fréquents chez l’homme.
(a-b-c-d)
b) Le principale facteurs de risque est le tabagisme.
c) Les circonstances de découverte sont le plus 10- Dans les tumeurs de la vessie :
souvent une hématurie.
d) L’U.I.V est le premier examen de référence. a) Les formes infiltrant le muscle sont de meilleur
e) Le premier site de métastase est les ganglions pronostic que les formes superficielles.
régionaux. b) Le scanner permet différencier à chaque fois une
(a-b-c-e) tumeur vésicale superficielle d’une tumeur vésicale
infiltrant.
05- Au cours de l’insuffisance rénale aigue fonctionnelle : c) Le diagnostic positif et le caractère superficiel ou
infiltrant ne peuvent être apprécier que par
a) Il existe souvent une oligurie.
l’endoscopie vésicale et la biopsie tumorale.
b) Rapport (urée/créatinine) plasmatique > 100.
d) Les formes superficielles sont traitées classiquement
c) Sodium urinaire est diminué < 10 mEq/24h.
par résection endoscopique et la biopsie tumorale.
d) Rapport (Na+/k+) urinaire est > 1.
(c-d)
(a-b-c)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


90
11-Tous les éléments suivants sont présents dans le tableau 17-Une femme de 32 ans présente une cystite, les éléments
du pyélonéphrite aigue sauf un : qui peuvent favoriser la survenue d’une PNA chez elle sont :

a) Les signes d’irritation vésicale. a) Le germe en cause est E-coli.


b) Pyurie, frisson. b) Reflux vésico-urinaire.
c) Hémoculture positive. c) Diabète.
d) CRP normale. d) Grossesse.
(d) (b-c-d)

12-Tous ces propositions au cours d’insuffisance rénale 18-La position de prendre la T.A chez la femme enceinte :
aigue obstructive sont justes sauf une laquelle :
a) Debout.
a) Est une urgence uro-néphrologique. b) Assise.
b) L’échographie n’est pas obligatoire. c) Décubitus latérale droite.
c) Peut se compliquer de troubles hydro-électriques d) Décubitus latérale gauche.
après le drainage des urines. (a-b)
d) L’anurie est souvent présent.
(b) 19-Au cours du N.I.A allergique, on trouve :

13-Les causes du nécrose tubulaire aigu sont les suivants a) Urticaire ou rash-cutané.
sauf une, laquelle : b) Leucocyturie aseptique à éosinophilie.
c) L’intensité de l’allergie est dose dépendante.
a) Les états du choc prolongés. d) Réponse aux corticoïdes.
b) Les aminosides. e) L’anurie est quasi-constante.
c) Rhabdomyolyse. )a-b-d)
d) HTA maligne.
(d) 20-Quels sont les cas d’I.R.C avec calcémie normale ?

14-L’hyperkaliémie au cours d’une insuffisance rénale a) Myélome.


sévère : b) Glomérulonéphrite chronique.
c) Néoplasme osseuse.
a) Nécessite un monitoring (ECG). d) Maladie d’Alport.
b) Administration de sérum bicarbonaté. (a-c)
c) Furosémide à forte dose en cas d’obstacle sur les
voies urinaires. 21-Un patient en I.R.C sévère doit bénéficier d’une séance
d) E.E.R par dialyse. d’hémodialyse en urgence en cas de :
(a-b-d)
a) Œdème des membres inferieures.
15-Parmi ces médicaments, quels sont ceux qui sont b) Hypercalcémie sévère.
néphrotoxiques ? c) Hypokaliémie.
d) Acidose métabolique.
a) Les macrolides. (d)
b) Les aminosides.
c) Le paracétamol. 22-L’anémie rénale (de l’I.R.C) est une anémie :
d) La rifampicine.
a) Régénérative.
e) La cysplastine.
b) Hypochrome.
(b-e)
c) Arégénérative.
16-Une leucocyturie aseptique : d) Normocytaire.
(c-d)
a) Se définie par l’association d’une leucocyturie > 104
23-Les paramètres utilisés dans la formule de Cockcroft :
et une bactériurie < 103 .
b) Peut accompagne une infection urinaire décapitée. a) Age.
c) Peut évoquer une TBC rénale. b) Poids en Kg.
d) Est observée au cours des infections urinaires à c) Créatinémie.
Klebsiella. d) Taux d’urée.
(a-b-c) (a-b-c)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


91
24-Le syndrome néphrotique entraine généralement : 31-Dans la grosse bourse aigu :

a) Une hypo albuminémie < 30g/l. a) La T.C.S supra-vaginale est + fréquente chez l’adulte.
b) Une hypercholestérolémie. b) Le signe de PREHN est + dans les orchi-épididymites.
c) Une hyper gamma globulinémie. c) Le réflex crémastérien est aboli chez la torsion de
d) Risque du thrombose des vaisseaux. l’hydatide du Morgagni.
(a-b-d) d) La H.I.S étranglée est impulsive à la toux.
e) Le traitement de T.C.S est médicale et ne doit pas
25-La glomérulonéphrite aiguée post-streptocoque : dépasser les six heures.
(b)
a) Se manifeste le plus souvent par un syndrome
néphrotique aigue. 32-Le cancer de la prostate :
b) Associe à une hypo‘C3’émie.
c) Nécessite la prescription d’un régime sans sel. a) Est un carcinome à cellules claires dans la majorité
d) Est diagnostiquée chez l’enfant sur le résultat de la des cas.
biopsie rénale. b) Le dosage de taux du P.S.A est toujours > 40 g/nl.
(b-c) c) Est le premier cause de mortalité par cancer chez
l’homme.
26-le syndrome néphrotique peut entrainer toutes les d) Se traire au stade localement avancé par radio-
complications suivantes sauf une, laquelle ?: chimiothérapie concomitantes.
e) Est hormono-sensible.
a) Hypocalcémie.
(b-e)
b) Augmentation des lipoprotéines plasmatiques.
c) Syndrome hémorragique. 33-Le cancer du rein de l’adulte :
d) Insuffisance rénale fonctionnelle.
(c) a) Est classiquement un adénocarcinome.
b) Est diagnostiqué dans 10% des cas grâce à l’écho-
27-Le syndrome néphrétique aigu comporte : abdomino-pelvienne.
c) Le T.D.M est l’examen de référence pour le
a) Rétention hydro sodé.
diagnostic et le bilan d’extension.
b) Hypertension artérielle.
d) Le traitement du choix pour les tumeurs bilatérales
c) Diminution du D.F.G.
est l’hormonothérapie.
d) Hypercholestérolémie.
e) Est chimio sensible.
(a-b-c)
(c)
28-Le traitement d’H.T.A comporte :
34-Parmi les propositions suivantes, quelles sont celles qui
a) I.C. présentent un facteur du risque de développement d’une
b) A.R.A.II. tumeur de la vessie ? :
c) B.B.
a) Tabagisme passif prolongé.
d) I.E.C.
b) Antécédents de bilharziose urinaire.
(a-b-d)
c) Antécédents du tuberculose uro génitale.
29-La classification du rétinopathie hypertensive est : d) Exposition professionnelle prolongée aux
hydrocarbures.
a) Keith et Wegener. e) Exposition professionnelle prolongée aux plomb.
b) Morgensen. (a-b-d)
c) Collapento.
d) Cockcroft. 35-Une tumeur vésicale qui envahit le muscle vésicale
(a) profond (moitié externe) correspond selon la classification
T.N.M 1997 à un stade :
30-Quelle est la durée de suivi d’un cancer de la prostate ? :
a) PT1a.
a) A vie. b) PT1b.
b) 10 ans. c) PT2a.
c) 1 an. d) PT2.
d) 5 ans. e) PT2b.
(a) (e)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


92
36-Dans le kyste hydatique rénal : 41-Dans le bas appareil urinaire, a quel endroit prédominent
les récepteurs alpha-sympathiques ? :
a) L’homme est un hôte définitif. a) Au niveau de la région cervicoprostatique.
b) Le traitement de référence est la chirurgie. b) Au niveau de la calotte vésicale.
c) Le signe pathognomonique est l’hydaturie. c) Au niveau de l’urètre antérieur.
d) La sérologie hydatique est positive. d) En aucun endroit.
e) Le stade « 3 » du Gharbi est pathognomonique. (a)
(b-c)
42-Un de ces signes cliniques suivants ne fait pas partie de
37-La lithogenèse est le processus de formation du calcul tableau clinique de l’adénome de la prostate, lequel ? :
amalgame de protéines et matières organiques + sels a) Dysurie.
minéraux, parmi ces propositions une seule est vraie, b) Pollakiurie.
laquelle ? : c) Impériosité mictionnel.
d) Hématurie totale.
a) E-coli est un germe uréasique.
(d)
b) E-coli participe dans la formations des lithiases
phospho-amoniaco-magnésiums. 43-L’adénomectomie constitue la deuxième intervention au
c) E-coli est généralement résistante aux quinolones. monde après la cataracte, elle présente un problème de
d) E-coli participe dans la formation du lithiase d’urate. santé publique.
(c) -Un seul des examens suivants est nécessaire pour poser le
diagnostic de l’H.B.P, lequel ? :
38-Dans le fracture du bassin :
a) Echo-abdominal.
a) La fréquence d’atteinte de l’appareil urinaire est 15-
b) Cystoscopie.
20%.
c) Toucher rectal.
b) La rupture intra-péritonéale de la vessie se voie sur
d) Scanner.
vessie pleine.
e) Palpation hypogastrique.
c) L’urétrorragie témoigne d’une rupture de l’urètre
(a)
postérieure.
d) Le sondage est formellement contre indiqué en cas 44-Touche rectal normal élimine :
d’hématurie.
e) Le stade « 2 » de la classification de Collobino a) Adénome de la prostate.
Macollan correspond à une extravasion de produit de b) Cancer de la prostate.
contraste aux dessous de l’A.M.P. c) Prostatite aigu.
(a-b-c) d) Prostatite chronique.
e) Lobe médian.
39-Une indication opératoire est formelle dans l’adénome de (c)
la prostate quand :
45-La pratique de la biopsie prostatique se fait en cas :
a) Le volume de l’adénome est > 60g.
b) Le R.P.M > 100ml. a) T.R normal.
c) L’éjaculation devient rétrograde. b) T.R anormal.
d) Le patient présente des infections urinaires à c) P.S.A augmenté.
répétition. d) T.R anormal et P.S.A normal.
e) Le haut appareil urinaire est dilaté. e) Prostatite aigu.
(a-b-d-e) (b-c-d)

40-L’H.B.M est une tumeur hormono-dépendante. 46-Un adénome de la prostate non compliqué
-Parmi les propositions suivantes quelle est celle qui symptomatique et candidat à :
influence la croissance de la prostate ? :
a) Résection endoscopique si le poids est > 60g.
a) Testostérone. b) Traitement médical + surveillance.
b) Œstrogène. c) Simple surveillance.
c) Cortisol. d) Traitement chirurgicale d’emblée.
d) Progestérone. e) Traitement chirurgicale après un bilan préopératoire.
e) Déhydro-testostérone. (b)
(a)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


93
47-Quels sont les principaux facteurs du risque de 52-Dans le cadre de l’exploration de l a protéinurie, K.Lamic
progression d’une tumeur vésicale NIM ? : âgé de 24 ans sans passé pathologique particulier mise à
part des ulcérations de la bouche, présente lors de son
a) Stade « Ta ». séjour en néphrologie une convulsion, l’interne gade
b) Haute grade. complète son observation médicale on concluant :
c) Antécédents de récidive.
d) « CIS » associe. a) Epileptique méconnue.
e) Antécédents de tumeur de haut appareil. b) Hystérie.
(b-c-d) c) Lupus systémique.
d) Tumeur cérébrale.
48-Pour quoi faut-il réaliser un uro-scanner après le e) Hyperglycémie.
diagnostic d’une tumeur vésicale NIM ? : (c)
a) Dans le cadre de bilan d’extension. 53-Parmi les diurétiques suivants, quel est le diurétique qui
b) Pour rechercher une tumeur concomitante de haut n’est pas contre indiqué en cas d’insuffisance rénale ? :
appareil.
c) Dans le cadre de bilan préopératoire. a) Aldactone (spironolactone).
d) Pour rechercher une complication de R.T.U.V. b) Les thiazidiques.
e) Pour déterminer l’intérêt d’instillation endo- c) Diurétique épargnant du 𝐾 +.
vésiculaire de B.C.G. d) Lasilix (furosémide).
(b) e) Association du diurétique thiazidique et épargnant
du 𝐾 +.
49-A quel stade correspond une tumeur de vessie « t3 » ? : (d)
a) A l’envahissement de muscle superficiel. 54-Les diurétiques de l’anse :
b) A l’envahissement de muscle profond.
c) A l’envahissement de la graisse péri vésicale. a) Ils inhibent le cotransporteur 𝑁𝑎+ /𝐾 +/2𝐶𝑙 + au
d) A l’envahissement de la prostate. niveau du macula densa.
e) A l’envahissement du ganglions. b) Ils sont moins puissants que les thiazidiques.
(c) c) Ils entrainent une hyperkaliémie.
d) Ils sont utilisés dans le traitement des maladies
50-Les tumeurs épithéliales de vessie sont fréquentes parce
œdémateuses.
qu’elles représentent 90% des tumeurs de vessie, elles se
e) Les propositions « a.b.c.d » sont fausses.
caractérisent par deux groupes de pronostic différents.
(d)
-Quelle est la limite histologique entre les tumeurs
épithéliales superficielles et les tumeurs épithéliales 55-Le furosémide peut être responsable de tout les effets
infiltrantes de la vessie ? : secondaires suivants sauf un, lequel ? :

a) La muqueuse. a) Hypo kaliémie.


b) Le chorion. b) Hyper calcémie.
c) La musculeuse. c) Hyper uricémie.
d) L’adventice. d) Hypo protidémie.
(b) e) Hypo volémie.
(d)
51-L’exploration de la fonction rénale lors d’une maladie du
système est justifié à cause de : 56-Le syndrome néphrétique aigu comporte toutes les
propositions suivantes sauf une, laquelle ? :
a) Pronostic rénal réservé.
b) Pour ajuster un traitement médicale. a) Une prise du poids.
c) A fin de faire une biopsie rénale. b) Natriurèse faible.
d) Toutes les proportions sont justes. c) Une diminution de la filtration glomérulaire.
e) Atteinte neurologique. d) Hypo volémie.
(c) e) hématurie.
(d)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


94
57-Dans G.N.A post-streptococcique, toutes les propositions 63-Dans une néphropathie interstitielle aigu immuno-
suivantes sont justes sauf une, laquelle ? : allergique on trouve :

a) se manifeste le plus souvent par un syndrome a) H.T.A.


néphrétique aigu. b) Eosinophilie.
b) Est associé à une diminution du « C3 ». c) Hématurie.
c) Nécessite la prescription d’une régime sans sel. d) Protéinurie > 1.5 g/24h.
d) Est diagnostiqué chez l’enfant sur le résultat de la e) Œdème.
P.B.R. ((b-c)
e) Peut nécessite un traitement anti-infectieux.
(d) 64-Dans la maladie rénale chronique, la taille des reins est
réduite dans toutes ces propositions sauf une, laquelle ? :
58-Le syndrome néphrotique pur :
a) G.N.C.
a) Comporte une hématurie. b) Amylose.
b) Signe une atteinte biochimique de la barrière de c) N.I.C
filtration. d) Hyalinose segmentaire et focale.
c) Est observé fréquemment chez le sujet jeune. e) Néphrite du shunt.
d) Indique toujours la biopsie rénale. (b)
e) Est toujours péjoratif.
(b) 65-Dans l’insuffisance rénale aigu fonctionnelle, on retrouve:

59-La PBR est indiquée en cas de syndrome néphrotique si : a) Natriurèse augmentée.


b) Prise d’aminoside.
a) Protéinurie > 8g/24h. c) Hypo volémie efficace.
b) Natriurèse augmentée. d) Injection du produit de contraste.
c) Insuffisance rénale fonctionnelle. (c)
d) Adulte > 50 ans.
e) Enfant de 4 ans. 66-Parmi les propositions suivantes, laquelle n’est pas un
(d) facteur aggravant de la maladie rénale chronique :

60- Le syndrome néphrotique se définit par : a) H.T.A déséquilibrée.


b) Produit de contraste iodé.
a) Protéinurie. c) Infection.
b) Albuminurie < 30 g/l. d) Déshydratation.
c) Protidémie < 55g/l. e) Anémie.
d) Œdème blanc mou gardant le godet. (e)
e) Hématurie microscopique.
(b-c) 67-Le CIS de vessie :

61-Le régime du syndrome néphrotique doit a) A infiltre le muscle vésicale.


obligatoirement : b) Est une lésion du haut grade.
c) Est bourgeonnante.
a) Etre pauvre du protide. d) Peut être une lésion isolée.
b) Riche ne lipide. e) A infiltre la graisse péri vésicale.
c) Pauvre en sel. (b-d)
d) Pauvre en potassium.
e) Hypercalorique. 68-En cas du tumeur invasive de vessie, quelles sont les
(c) caractéristiques tumorales qui peuvent permettre de
préserver la vessie ? :
62-La prévention de l’infection urinaire comprend :
a) Tumeur papillaire.
a) Restriction hydrique. b) Tumeur < 3cm.
b) Apport sodé réduit. c) Tumeur primaire.
c) Alcalinisation des urines. d) Présence de CIS.
d) Toilette uro-génitale d’arrière en avant. e) Résection complète.
e) Prise d’antiacide. ( ?)
(c)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
95
69-Concernait la cytologie urinaire appliquée au tumeur de 75-L’insuffisance rénale aigu fonctionnelle :
la vessie :
a) Est caractérisée par une hypotension.
a) Elle permet d’établir le stade de la tumeur. b) Est réversible après traitement.
b) Elle expose aux risque de faux positive en cas c) Est caractérisée par 𝑁𝑎+ u/𝐾+ u >1.
d’infection. d) Aucune de réponses précédentes n’est juste.
c) Elle peut servir de surveiller un patient après R.T.U (b)
d’une TV.NIM.
d) Elle peut servir à surveiller des populations exposés. 76-Le syndrome néphrotique :
e) Ne peut être réaliser chez la femme.
a) Est une urgence thérapeutique.
(c)
b) Peut donner un lupus systémique.
70-Quel examen peut vous permettre d’établir le stade d’une c) Nécessite toujours la P.B.R.
tumeur urothéliale de la vessie ? : d) Peut ne pas comporter des œdèmes.
(d)
a) U.I.V.
b) Échographie vésicale. 77-Le syndrome néphrétique aigu ne comporte pas :
c) Cytologie urinaire.
a) Rétention hydro sodée.
d) Uroscanner.
b) H.T.A.
e) Examen anapath.
c) diminution de la filtration glomérulaire.
(e)
d) Hypo-gamma-globulinémie
71-A partir de quel stade la prise en charge ‘une tumeur de (d)
la vessie impose un geste chirurgicale ? :
78-Devant une pathologie systémique réputée de risque
a) Franchissement de la membrane basale. rénale, la recherche d’une atteinte rénale précoce est basé
b) Franchissement de chorion. sur :
c) Franchissement de la membrane vésicale
a) Examen échographique transrectale.
superficielle.
b) Recherche d’une micro albuminurie sur échantillon
d) Atteinte de la paroi abdominale.
urinaire.
e) Présence de métastases ganglionnaires.
c) Mesure le D.F.G
(c)
d) B.U à la recherche d’acétonurie.
72-La nucléation du germination constitue le seconde étape (b)
du processus de lithogenèse, elle est de deux types hétéro
79-Une néphropathie diabétique au stade IV avec FO limite
et homogène, la nucléation hétérogène est :
normale justifie :
a) Plus lente.
a) Doppler des vaisseaux de cou.
b) Nécessite un support.
b) Uroscanner.
c) Utilise plus d’énergie.
c) Biopsie rénale.
d) Ne dépend pas du pH.
d) Angiographie à la fluorescence.
(b)
(c)
73-La maladie d’Alport :
80-Le cancer de la prostate :
a) Se complique de surdité de transmission.
a) Peut être fortement suspecté par le toucher rectale.
b) Donne une luxation du cristallin.
b) Est souvent découvert par un bilan de stérilité
c) Est de transmission autosomique dominante.
masculine.
d) Plus grave chez le garçon.
c) Peut donner la même symptomatologie que
(d)
l’adénome de la prostate.
74-La cystite bactérienne banale : d) Est une urgence chirurgicale.
e) Est favorisé par lithiase urinaire.
a) Comporte une fièvre. (a-c)
b) Est à diagnostic échographique.
c) Peut comporter une insuffisance rénale.
d) Peut se compliquer de sepsis.
(d)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »
96
81-Quels sont les paramètres à prendre en compte pour le 87-Un adénome prostatique peut se révéler par :
dépistage de cancer de la prostate :
a) Infection urinaire.
a) Toucher rectale. b) Dysurie.
b) P.S.A. c) Hématurie.
c) I.R.M de la prostate. d) Rétention aigu des urines.
d) Echographie de la prostate. e) Incontinence (par regorgement).
e) Age du malade. ((a-b-c-d-e)
(a-b-e)
88-Ces traitements sont proposées en cas d’adénome de la
82-Quels sont les effets secondaires de l’hormonothérapie prostate sauf un, lequel ? :
bien conduite d’un cancer de la prostate ? :
a) Traitement médicale par alpha bloquant.
a) Ostéoporose. b) Sonde à demeure.
b) Diminution de la libido. c) Adénomectomie trans-vésicale.
c) Perte de cheveux. d) Prostatectomie radicale.
d) Troubles de l’érection. e) Résection trans-urétrale de l’adénome.
e) Bouffée de chaleur. (d)
(a-b-d-e)
89-Quelles sont les facteurs pronostics reconnus dans le
83-les deux localisations secondaires les plus fréquentes cancer de rein ? :
des métastases d’un cancer métastasique sont :
a) Stade tumorale.
a) Osseuse. b) Grade du Fuhrman.
b) Hépatique. c) A.E.G.
c) Cérébrale. d) I.R.C.
d) Pulmonaire. e) Aucune des réponses ci-dessus.
e) Surrénalienne. (a-b-c)
(a-d)
90-En cas de rein bilatérale chez un homme de 40 ans :
84-Quels sont les diagnostiques différentiels de l’H.B.P ? :
a) On peut évoquer une tumeur héréditaire.
a) Vessie neurologique. b) On peut évoquer une maladie de Van Hippel Lindau.
b) Cancer de la prostate. c) Seule la bi-néphrectomie peut guérir le patient.
c) Sténose de l’urètre. d) On peut envisager une chirurgie conservatrice.
d) Tumeur de vessie. e) Il faut prescrire des anti-angiogéniques.
(a-b-c) (a-b-d)

85-Un adénome prostatique peut se compliquer : 91-Une hématome totale peut être consécutive à :

a) Rétention vésicale complète. a) Cancer du rein.


b) Insuffisance rénale. b) Cancer de la vessie.
c) Incontinence par regorgement. c) Adénome de la prostate.
d) Lithiase urétérale. d) Calcul pyélique.
e) Lithiase prostatique. e) Lithiase vésicale.
(a-b-c) (a-b-c-d-e)

86-les examens complémentaires indispensables à 92-Les indications de nécessité de la chirurgie rénale


l’exploration d’un adénome de la prostate sont : conservatrice sont :

a) L’étude de résidu post mictionnel. a) Tumeur bilatérale du rein.


b) E.C.B.U. b) Rein unique anatomique.
c) Echographie prostatique. c) Rein unique fonctionnel.
d) Echographie rénale. d) Insuffisance rénale préalable.
e) Dosage de la créatinémie. e) Tumeur rénale héréditaire.
(a-b-c-d-e) (a-b-c-d-e)

FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »


97
93-Parmi les signes suivants, quels sont ceux qui sont 99-Le germe microbien habituellement rencontré en
évocateurs du torsion de la testicule ? : association avec une lithiase phospho-amoniaco-
magnésium :
a) Aspect inflammatoire de la bourse.
b) Adénopathie inguinale. a) L’E.-Coli.
c) Œdème de la bourse. b) L’entérocoque.
d) Rétraction du testicule à la partie haute de la bourse. c) Proteus mirabilis (germe uréasique).
e) Dysurie. d) Staphylococcus aureus.
(a-c-d) e) Klebsiella pneumonia.
(c)
94-Quel antibiotique provoque une I.R.A par un mécanisme
immuno-allergique ? : 100-Les calculs d’acide urique sont :

a) Gentamycine. a) Toujours bilatéraux.


b) Chloramphénicol. b) Soluble dans les urines alcalines.
c) Amphotéricine B. c) Radio-transparents.
d) Doxycycline. d) Habituellement coralliformes.
e) Rifampicine. e) Uniquement vésicaux.
(e) (b-c)

95-une anurique risque de mourir par :

a) Hyperkaliémie.
b) Hypoglycémie.
c) Œdème pulmonaire.
d) Alcalose métabolique.
e) Œdème cérébrale.
(a-c-e)

96-Un syndrome néphrotique pur peut révéler toutes les


propositions suivantes sauf une, laquelle ? :

a) Néphrose lipoïdique.
b) Amylose rénale.
c) Glomérulonéphrite extra-membraneuse.
d) Glomérulonéphrite proliférative extra-capillaire.
e) Hyalinose segmentaire et focale.
(d)

97-Dans les affections suivantes, quelles sont celles


associes classiquement à une H.T.A ? :

a) G.N.A.
b) Néphrose lipoïdique.
c) Coarctation de l’aorte.
d) Infection urinaire.
e) Enurésie.
(a-c)

98-H.T.A maligne :

a) F.O montre des exsudats et des hémorragies.


b) Il peut exister une anémie hémolytique.
c) La prise de contraceptifs oraux peut déclencher
l’affection.
d) L’altération de la fonction rénale est définitive.
e) Il peut exister une hypo volémie.
(a-b-c-e)
FB: « LA RUCHE DES TOUBIBS »/SITE: « www.cookmed.org/resibatna »