Vous êtes sur la page 1sur 2

Institut Supérieur des Études Technologiques de Ksar Hellal

SÉRIE 1
TECHNOLOGIE ET MAINTENANCE DES MACHINES THERMIQUES

EXERCICE 1

Le cycle Beau de Rochas (cycle théorique d’un moteur à explosion) est caractérisé par
la succession des quatre transformations réversibles depuis l’état (1) ( P1, V1, T1) :
 Compression adiabatique jusqu’à l’état (2) ( P2, V2, T2) ;
 Chauffage isochore de l’état (2) jusqu’à l’état (3) ( P3, V2, T3) ;
 Détente adiabatique jusqu’à l’état (4) ( P4, V1, T4) ;
 Refroidissement isochore pour revenir à l’état initial.

Dans la pratique, l’air ne décrit pas véritablement un cycle : il est prélevé à la


température ambiante T0 et la pression atmosphérique P0 =P1, et rejetée lors de
l’échappement à la même pression et à une température T.
On assimilera l’air à un gaz parfait diatomique et on négligera l’énergie cinétique et
potentielle des gaz. L’échappement sera assimilé à une transformation adiabatique à pression
extérieure constante P0.
1. Représenter dans un diagramme (P,V) le cycle de Beau de Rochas et la suite des
transformations effectivement subies par l’air dans un moteur à essence ( dans les
hypothèses ci-dessus).
2. Exprimer le travail W produit par un tel moteur et le comparer au travail W’ produit
dans le cas du cycle de Beau de Rochas. Conclure.

EXERCICE 2

On fait subir à un gaz le cycle réversible


représenté sur la figure ci-contre.

1. Dans quel sens doit être décrit ce cycle pour qu’il


soit moteur ?
2. Déterminer alors son rendement en fonction de
T1 et T2.

Page 1 sur 2
Institut Supérieur des Études Technologiques de Ksar Hellal

EXERCICE 3
Soit une machine utilisant comme fluide l’air assimilé à un gaz parfait diatomique.
Cette machine fonctionne réversiblement selon
le cycle de Stirling représenté sur la figure ci-
contre. Il est composé de deux isothermes 3 --->
4 et 1 ---> 2 et de deux isochores 2 ---> 3 et 4
---> 1.
A l’état 1, la pression est et la
température est . A l’état 3, la
pression est et la température
est .
1) Calculer les quantités de chaleur , ,
et échangées par une mole de gaz au
cours d’un cycle.
2) Calculer les travaux et échangés par
une mole de gaz au cours du cycle ainsi que le
travail W total.
3) Déduire de ces résultats le rendement thermodynamique du cycle de Stirling. Comparer ce
rendement à celui que l’on obtiendrait si la machine fonctionnait selon le cycle de Carnot entre
les mêmes sources aux températures T et T’. Expliquer la différence.
4) Comparer et .

Page 2 sur 2

Vous aimerez peut-être aussi