Vous êtes sur la page 1sur 71

Subiectele de examinare pentru cursul « Teorie economică »

Sujets pour l’examen de Théorie économique

1. L'essence de l‘économie et de la science économique.


L’économie - est l'ensemble des activités économiques liées aux processus de production, de
circulation, de distribution et de la consommation des biens économiques.
La structure d’économie:
 Micro - comprend les unités primaires de l'activité économique (entreprises individuelles, de
location, collective, etc.);
 Mezo - comprend des branches de production de l'économie nationale (l’industrie,
l’agriculture, le transport);
 Macro - comprend l'économie d'un pays;
 Mondo - comprend l'interdépendance des économies nationaux et les flux économiques
internationaux;
 Extra - comprend l'économie des cosmos, des mers, des océans.
Les problèmes fondamentales de l'économie sont les suivantes (Paul
Samuelson):
1. Que produire?
2. Comment produire?
3. Pour qui produire?

La science économique étudie les phénomènes et les processus économiques dans la société.

 L'interdépendance entre la théorie et la pratique. La théorie développe les conditions


nécessaires pour la prise des décisions orienté au développement économique. La pratique
confirme ou rejette les théorie économiques qui ne sont pas valides.
 L’unité de micro et macroéconomie. Les problèmes fondamentaux peuvent être abordées
tant au niveau micro et macroéconomique.
 Le réalisme historique. Les phénomènes et les processus économiques doivent être étudiés
en fonction des conditions historiques particulières de la période et du pays.

La science économique peut être examiner dans l'aspect positif et normatif:


 L'aspect positif de l'économie ce qui existe,
 L’aspect normatif reflète ce qui devrait être.
2. L’évolution d'objet d'étude de la théorie économique.
1. Etape ancien - Xénophon « La richesse suprême est la terre », qui a conduit au terme de
l'économie et au sujet d’étude d’économie. Platon, Aristote.
2. Phase médiévale - Thomas d'Aquin, avec Son « Montant théologique » inclut des concepts
sur la propriété, l’intérêt, le prix juste, le salaire juste.
3. Phase Mercantiliste - a duré 3 siècles, la principale forme de richesse été la monnaie en or
ou en argent, a apparut l'économie politique.
4. Le physiocrate - Fr. Quesnay avec sa fameuse «Tableau Economique», a son avis la science
économique doit étudier les moyens d'enrichissement qui se produit dans l'agriculture.
5. Etape classique ou du libéralisme économique classique - a duré près de 100 ans. Adam
Smith a publié en 1776 - «La richesse des nations» - comprennent les principales formes de
capital, ont été mis les fondements de l'économie politique.
6. Étape marxiste ou socialiste - Marx a changé le sujet d'étude des sciences économiques en
disant que les sciences économiques étudient les relations économiques qui se produisent
entre la bourgeoisie et le prolétariat.
7. Étape du nationalisme économique - L’objet d’étude: la science économique doit étudier la
nation et le caractère national, pas l'individu et les moyen d'enrichissement.
8. Étape néoclassique ou marginal. L’objet d’étude de la science économique est l'étude de
l'utilité marginale des biens économiques, tant bien que les relations d’échanges et de
consommation. A cet étape a apparu l’ économetrics.
9. Étape keynésien - J. Keyns. L'objet de la science économique est l'étude de la nature des lois
psychologiques. Pour la première fois a été décrite l'intervention d’état dans l'économie.
10. Le courant néolibérale or le monétarisme - Les néolibérale regardent le sujet de la science
économique comme l'étude des flux monétaires et leur régulation par l'Etat.
3. Les méthodes de recherche de la théorie économique.
1. La méthode de l'induction et de la déduction. Induction – étudie les processus économique
de particulier a général et leur généralisation, déduction – prévoit l'avance des certaines
théories et hypothèses et leur vérification dans la pratique de générale a particulier.
2. Méthode d'analyse économique et de la synthèse. Analyse - prévoit l’étude des divers
aspects du phénomène donné. L'analyse prenne les formes suivantes:
1. Statique
2. Dynamique
3. Quantitativ
4. Qualitative
5. Macroéconomique;
6. Microéconomique
3. La synthèse – prévoit la réunion des processus analysés dans une phénomène intègre.
4. Méthode abstraction scientifique - étude les caractéristiques des relations de production.
Abstraction scientifique reflètent dans la conscience humaine la réalité économique.
5. La méthode dialectique - reflète le processus d'émergence, de développement et de la
disparition du phénomène économique.
6. La méthode mathématique - est utilisée pour développer les prévisions différentes de
l'économie nationale / mondiale et des divers variantes du développement économique.
7. La méthode logique et historique. La théorie économique analyse les phénomènes et les
processus économiques du point de vue historiques et logique.
8. La méthode d'expérience. La théorie économique appliqué cette méthode dans l'étude des
possibilités de développement économique afin de vérifier les avantages et les inconvénients
des phénomènes et des processus économiques.
4. Les fonctions de la théorie économique.
La fonction du savoir (cognitif) - est d'analyser les phénomènes économiques et les processus
pour résoudre les problèmes urgentes de la société.
La fonction méthodologique. La théorie économique soutient toutes les disciplines
économiques, car elle applique les principales catégories économiques.
1. Sciences économiques générales.
2. Sciences économiques théorétiques – applicatives.
3. Sciences économiques intermédiaire.
La fonction pratique. La théorie économique développé différents concepts, théories, qui
peuvent être appliquées dans la pratique.

Sur la base de la théorie économique sont élaborées les politiques économiques, dirigées sur:

 l’assurance du développement durable de l'économie nationale et d'élever le niveau de vie de


la population;
 l’assurance d’emploi complet du force de travail pour tous ceux qui veulent travailler;
 le garantis des libertés économiques pour les producteurs et les consommateurs;
 le soutenance des personnes incapables de travailler (retraités, invalides, enfants);
 l’assurance de la stabilité des prix;
 l’assurance de la balance commerciale positive.
5. Les besoins humains et les intérêts économiques.
Les besoins humaines - les exigences matérielles, économiques, sociales, spirituelle et
d'environnement de la vie et des activités humaines.
Les besoins humaines ont les caractéristiques suivantes:
 sont illimitées en nombre
 sont limitées en volume;
 sont concurrentes et substituables (café - thé - compote);
 sont répétables (processus répétitive).

Les besoins sont classées en 3 groupes:


1. Les besoins naturelles (physiologiques, biologiques);
2. Les besoins sociales (coexistence, de la communication);
3. Les besoins spirituelles (formation, formation professionnelle, culturelle).
 
Les besoins en produits et services forment les besoins économiques, qui servent de la raison
fondamentale pour le développement de la production et le progrès technico-économique en
général.         

Les besoins humains ≠ les intérêts économiques.


Les intérêts économiques - une forme de réalisation des besoins humaines et on peux les
subdivisées en:
1. intérêts personnelles ou individuelles;
2. intérêts privées (des entreprises);
3. intérêts publiques (d’état)
4. intérêts de groupe (étudiants, etc.)
6. Les ressources et les biens économiques.
Les ressources économiques – la totalité des éléments, des conditions, des prémisses directes et
indirectes, réelles et monétaires, qui sont utilisables et peuvent être attirées dans la production
des biens et des services économiques nécessaires pour répondre aux besoins humaines.

Les ressources économiques peuvent être divisées en:


1. ressources matérielles, qui à leur tour se divisent en:
a. ressources primaires (fonds des terres, des forêts, les richesses souterraines, la flore
et la faune);
b. ressources dérivées (équipement, machines et bâtiments).
2. ressources humaines, qui, à leur tour, se divisent en:
a. ressources primaire (la population);
b. ressources dérivées (les connaissances, les découvertes scientifiques, les brevets,
etc.)

La loi économique générale dit que le volume, la structure et la qualité des ressources évoluent plus
lentement que le volume et la structure des besoins humaines.

Les ressources économiques ≠ Les biens économiques


Biens économique - est le résultat d'une utilisation efficace des ressources économiques qui
répondent à certains besoins personnelles et sociales et peuvent être regroupées en:
 biens économiques qui sont relativement libre dans la nature (l’air, le soleil, l’eau, le vent,
etc.)
 biens économiques limitées (les terres agricoles, le charbon, le gaz);
 biens matérielles (vêtements, équipements)
 biens immatérielles;
 biens de consommation personnelle directe (produits alimentaires et non alimentaires);
 biens de consommation indirect, au but productive (les matières premières, les machines, les
installations);
  
Marchandise - est un bien économique crée en utilisent les facteurs de productions qui englobe
les coûts des facteurs de productions et qui est destinée à l'échange intermède par le mécanismes
d’achat - vente et se manifestent sous les formes suivantes:

1. sous la forme des objets de consommation personnelle et productive;


2. sous la forme des ressources naturelles (au lieu de la terre, charbon, pétrole, gaz);
3. sous la forme de la main-d'œuvre;
4. sous la forme des biens matériel et immatériel.
7. Le contenu d’activité économique et de ses phases.
L'activité économique - est un processus complexe d'attirer, d‘allouer et d'utiliser efficace les
ressources économiques pour satisfaire les besoins humains.

Les principales formes d'activité économique sont les suivants:


1. la production;
2. la circulation (l’ échange);
3. la répartition (distribution);
4. la consommation.

La phase de production englobe les activités liées à la combinaison des facteurs de production
et la production de biens économiques. La production se divise en:
1. Production des biens matériels.
2. Production des biens incorporels: la production de services
La phase de circulation (d’échange) comprend des activités économiques liées a la
commercialisation des biens économiques, de l'entretien et l'entreposage des marchandises.
La phase de distribution comprend les activités liées au processus de distribution et de
redistribution du revenu national, tant bien que les revenus obtenu comme résultat d'utilisation
des facteurs de production (les salaires, les intérêts, les bénéfices, les dividendes, etc.).
La phase de la consommation comprend les activités liées a organiser et a effectuer la
consommation personnelle et productive.
8. Le contenu de la propriété. Les types et les formes de la propriété.
La propriété - représente l’ensemble de relations économiques de possession des biens et des services,
qui sont déterminées par les normes sociaux existante aux différentes étapes historiques.

La propriété peut être analysée sous deux aspects:


 juridique, dont le quelle - la propriété est un actif qui appartient à quelqu'un et qui se manifeste
sous 3 formes de droit:
◦ Le droit de posséder
◦ Le droit d'utiliser
◦ Le droit de gérer (le droit de déterminer l’avenir de biens donné)
 économique, dont le quelle - la propriété représente les relations économiques visant l’utilisation
effective d’un bien donné, reflète les relations de gestion qui se produisent entre les personnes dans
le processus de production des biens matériels et des services.

Comme objet de la propriété peut-être:


1. les terres arables et les richesses souterraines
2. les bâtiments, les équipements et les installations;
3. l'argent et les valeurs mobilières.
4. propriété intellectuelle

Les types de la propriété


1. La propriété privée;
2. La propriété public;
3. La propriété mixte - une combinaison des deux ci-dessus.

La propriété privée se manifeste sous trois formes:


a) la propriété individuelle privée, fondée sur le travail personnel;
b) la propriété privée basée sur l'utilisation du travail des salarié;
c) la propriété privée associative (SRL, SA, coopératives, etc.)

Les avantages de la propriete privee:


A. assure l'autonomie économique et la liberté de prendre des décisions sur l'activité économique
B. génère une concurrence effective entre les opérateurs;
C. stimule l’initiative des producteurs et d’ intérêt matériel suite de son travail;
D. assure la liberté et la démocratie dans la société;

Les désavantages:
A. conduit à la concentration, a la centralisation du capital,
B. conduit à la division de la société en riches et pauvres;
C. conduit à l'élimination des petits producteurs

La propriété public se manifeste sous deux formes:


 propriété public d’état;
 propriété public municipales.

Les avantages de la propriété public:


1. comprend les activités à haut risque (recherche fondamentale);
2. implique des gros investissements difficile a réaliser pour les entrepreneurs privées;
3. assure les activités d’ assistance sociales avec caractère publiques;
4. assure la stabilité relative de l'emploi.

Les désavantages de la propriété public:


1. ne stimule pas l’ intérêt d’employé dans les résultats de son travail;
2. conduit à l’expansion de la bureaucratie et l’augmentation des coûts de gestion;
3. conduit au soutien des entreprises non rentables en leur donnant certaines subventions.

La propriété mixte se manifeste sous les formes suivantes:


1. la combinaison de capitaux publics et privés nationaux,
2. la combinaison de capitaux nationale publique et étranger,
3. la combinaison de capitaux nationale privés et étranger.
9. L’économie naturelle et l’économie d’échange.
L’économie naturelle - est la forme d'organisation des entreprises en vertu de laquelle toutes les
marchandises qui sont produites au sein du ménage sont consommés directement, sans recours
au marché.
Les caractéristiques:
1. Les producteurs travaillent isolement;
2. Les producteurs disposent de tous moyens de production nécessaires;
3. Le produit créé appartienne au producteur et a sa famille;
4. Le travail est la principale source d'existence et d'accumulation de la richesse;
5. Les principales industries sont l'agriculture, l'artisanat domestique, la chasse, la pêche;
6. Les traditions nationales sont conservées et sont transmises de génération en génération.

L’économie d'échange - est une forme d'organisation d’activité économique, dont les produits
(biens) sont créés pour l'échange (pour le marché), réaliser par achat -vente.
Les caractéristiques :
1. A la base de l'économie d'échange se trouve la division sociale du travail et la
spécialisation;
2. L'autonomie et l'indépendance économique des producteurs basée sur la propriété privée.
3. Le marché joue le rôle primordial, ou se réalise des opérations d'achat-vente. Dans le
marché les échanges de marchandises peut être direct ou indirect intermédiaire par le
monnaie:
4. Dans l'économie d'échange, l'équivalent général (l’intermédiaire) est la monnaie.

  
10. La monnaie et ses fonctions.
La monnaie sers de médiateurs (instruments) dans les relations économiques (d’échanges) entre les
gens, tout comme la langue est un moyen de communication entre les gens.

Equivalent d'échange - les biens les plus fréquemment demandées (sel, du bétail et des peaux), lingots
de métal (or, argent, cuivre), la monnaie frappée, le papier-monnaie.

Fonctions de la Monnaie
1. Mesure de la valeur - la valeur de marchandise exprimée en argent est son prix.
2. Milieu de circulation des biens et des services. Cette fonction fournit d’argent réel.
3. Moyens de paiement. Cette fonction comprend les opérations de paie, de prêts et d’autres
paiements obligatoires.
4. La fonction d'accumulation. Si dans le passé comme moyen d'accumulation et de la
thésaurisation été les pièces d'or et d'argent, actuellement l’accumulation des argents se réalise
dans des objets durables: la terre, l’or, les pierres précieuses, les appartements, etc.
5. La fonction de l'argent universelle. Jusqu'au milieu du XX siècle come «argent universel» été
utilise l'or. Actuellement, cette fonction est remplie par la livre anglaise, l’euro, le dollar USA,
l‘yen japonais.

L’exigences addresses a la Monnaie


1. être acceptables pour tous les agents économiques;
2. être durable dans le temps, c'est à dire avoir une longue vie;
3. être commode pour les opérations d'achat-vente;
4. être identiques;
5. avoir une capacité d'achat élevé;
6. être divisible en contribuant à la performance et les opérations commerciales de différentes
tailles;
7. être protégés contre toute altération.

La masse monetaire
La totalité des instruments monétaire à la disposition d’un pays a un moment donnée et inclut:
 le monnaies en numéraire (métaux et papier) – utilise pour des transactions commerciales;
 le monnaies scripturale – des semi-disponibilité, qui peut être relativement facilement convertis
en numéraire.
M = (T * P) / V
11. Les systèmes économiques contemporains.
Le système économique - tous les processus socio-économique realisees dans la société basee sur
des rapports de propriété existants.
L'histoire humaine connaît de nombreux systèmes économiques:
1. L'économie de marché fondée sur la libre concurrence, appelé système du capitalisme
pur,
2. L'économie mixte,
3. L'économie traditionnelle,
4. L'économie dirigée.

L’economie de la marche
Émerge en XVII siècle et dure jusqu'au début du XX siècle.
Les caractéristiques:
1. est basé sur la propriété privée sur des ressources d’investissements, comme et sur les
résultats d’entreprise;
2. dans ce système la concurrence est libre, juste et parfaite dans les agents économiques;
3. le pris est le résultat de la confrontation de l'offre et de la demande;
4. la liberté économique de producteur de décider quoi, comment et pour qui produire;
5. l'auto-réglementation de l’economie de marche.

L’economie mixte
actuellement est présent dans la plupart des pays, émergé au début du XXe siècle, suite aux
changements cardinaux qui ont eu lieu dans l'économie:
1. Le développement accéléré de la démarche scientifique et technique,
2. Le développement rapide d’infrastructures de production et sociale,

Caractéristiques du système économique mixte


1. Le système est basé sur deux types de propriété: privé et public.
2. L'existence d'un pluralisme des formes de propriété
3. L'existence de différentes formes d’entreprise (société individuelle, SA, société limitée,
etc.)
4. La combinaison des mécanismes du marché (demande, offre, prix, concurrence) avec les
mécanismes de régulation par l'Etat (régulation du système fiscal, de la masse monétaire,
du salaire minimum),
5. Il y a une liberté totale pour les opérateurs de décider,
6. L'existence de différentes formes de concurrence (monopole, monopolistique,
oligopolistique),
7. Dans le système d'économie mixte sont développés des programmes de protection
sociale de la population.

Les avantages du système économique mixte.


1. Assure le développement équilibré de l'économie nationale,
2. Contribue à la formation du prix d'équilibre,
3. Contribue à la corrélation entre l'offre et la demande au niveau macro-économique,
4. Contribue a l'utilisation rationnelle des facteurs de production et des ressources
économiques,
5. Contribue à la stimulation du progrès scientifique et technique dans tous les domaines,
6. Assure la liberté économique des agents économiques.

Les desavantages du système économique mixte.


1. Impossible de supprimer le monopole dans la production et la commercialisation des
biens et des services,
2. Impossible de supprimer les déséquilibres économiques (les crises économiques, le
chômage, l'inflation et d'autres déséquilibres économiques).

L’economie traditionelle
a émergé dans les années 50 et 70 du XX siècle suite de l'effondrement du système colonial.
Les caractéristiques du modèle:
1. Il est basé sur des techniques et des technologies depassees;
2. Il existe différents types de ménages, y compris les ménages naturels (tribus);
3. Il existe la division des gens en castes, il y a des traditions anciennes dans le domaine de la
production, les traditions religieuses qui ont une influence négative sur l'efficacité
économique;
4. Le secteur public est bien développé, qui a comme une fonction de base – le développement
de l’infrastructure de production et de la société;
5. La proportion de capitaux étrangers est assez grand, qui utilise les ressources naturelles et la
main-d'œuvre.

L’economie dirigee
A émergé dans la première moitié du XX siècle - U.R.S.S. (1917)   
Les caractéristiques du modèle:
1. Est basé sur la propriété d’état sur les moyens de production et les résultats de
production;
2. Il y a la planification centralisée dans toutes domaines;
3. Il y a la fournissent et la redistribution centralisée des ressources matérielles, financières
et du travail;
4. L'absence de libre concurrence entre les fabricants;
5. Les producteur dictent sur les consommateurs;
6. Le développement disproportionné de diverses branches de l'économie nationale;
7. Il y a le monopole d'Etat dans tous les domaines;
8. L'existence de déséquilibres entre les secteurs de production et les industries.
12. L'essence de l'entreprise et ses caractéristiques
L’entreprise - l'unité principale de l'économie nationale dans laquelle sont produits la plupart des
biens matériels et services.
Facteurs influant sur l'entreprise
1. Le degré d'équipement technique de l'entreprise;
2. La qualifications des travailleurs de l'entreprise;
3. Le niveau d'intégration dans le marché;
4. Le degré d'utilisation efficace des facteurs de production dans la société (travail, capital,
ressources naturelles).

Caractéristiques de l'entreprise:
 L'entreprise est un organisme sociale qui englobe un certain nombre de personnes,
l'interdépendance des quelle contribuent à la production de biens matériels et de services.
 L'entreprise est un organe technique-productive, qui est équipé avec des moyens de
production nécessaires à l'exercice de la production.
 L'entreprise est un organisme économique, qui jouissent d'une indépendance
économique, dune autonomie complète, dans le cadre des quelle se réalise le processus de
la production et de la commercialisation des produits.
 L'entreprise est un organisme dynamique, qui est influencé par le progrès scientifique et
technique et d'autres facteurs internes et externes.
 Le but final de l'activité consiste à obtenir des profits (Adam Smith, XVIII siècle)  
13. Lescritères de classification et les formes organisationnelles des
entreprises.
Selon la forme de la responsabilité patrimoniale:
a. entreprises - personnes physique (responsabilité illimitée, avec tous ses actifs);
b. entreprises – personnes juridique (responsabilité limite à la partie la quelle a été introduit).

Selon le type de propriété:


c. les entreprises privées;
d. les entreprises publiques;
e. de entreprises mixtes.

En fonction de l'industrie:
f. les entreprises industrielles;
g. les entreprises agricoles;
h. les entreprises de transport;
i. les entreprises de construction.

Selon le type d'association:


j. société par actions (SA);
k. la société à responsabilité limitée (SRL);
l. Société coopérative (consommation, production).

Selon la taille:
a. micro (jusqu’à 9 travailleurs, ont un chiffre d'affaires jusqu’à 3 millions de lei);
b. petites (rejoint jusqu'à 49 personnes, ayant un chiffre d'affaires pas plus 25 millions lei);
c. moyennes (réunit jusqu'à 249 travailleurs, ayant un chiffre d'affaires de jusqu'à 50 millions
lei);
d. grandes (plus de 250 travailleurs, et le chiffre d'affaires est supérieur à 50 millions lei).

En Moldova il existe les suivante formes juridique:


Entreprise individuelle:
◦ personne physique,
◦ une responsabilité illimitée.

Société en partenariat:
◦ réunit 2 ou plusieurs personnes travaillant sous contrat,
◦ personne physique,
◦ une responsabilité illimitée.

Société en commandite:
◦ se réunit 2 ou plusieurs personnes: une personne – le commandite, le reste – de
commanditaire,
◦ la commandite – responsabilité illimitée pour les obligations d'entreprise avec toute
patrimoine,
◦ les commanditaires – responsabilité limitée à cette partie de capitale qui a été introduite a la
fondation de l'entreprise (avec la quote-part de capital qui a été viré dans l'entreprise).

La société à responsabilité limitée (SRL)


1. personne juridique,
2. la responsabilité limitée,
3. rejoint du 2 à 50 personnes. Chaque un dépose une certaine somme, avec le quelle il va y
répondre,
4. le capital initial - 5400 lei

La coopérative de production:
◦ une personne juridique,
◦ réunit 3 personnes ou plus.
◦ Le but principal d’activité de cette entreprise est d'exercer l'activité entrepreneuriale.

S.A. (société par actions):


◦ personne juridique,
◦ responsabilité limitée,
◦ rejoint plusieurs gens,
◦ un capital, qui est divisé en actions,
◦ S.A. doit avoir plus de 50 travailleurs,
◦ la capitale statutaire - 500.000 lei,
◦ S.A. émis des actions (80%) et des obligations (20%).

L’entreprise de location (louer) - personne physique ou juridique, avec une responsabilité


limitée. Elle est basé sur la propriété de location auprès d'entreprises privées ou les entreprises
publiques pour une certaine période de temps.

Entreprise collective - cette entreprise appartient au travailleurs. Chaque travailleur a une quote-
part dans l'actif de l'entreprise.

Entreprise d'État - ce qui est créé avec des ressources du budget d'Etat et qui est dirigé par les
organes concernés.

Entreprises municipales - ce qui est créé avec les ressources des organismes municipaux.

Entreprise mixte - sont basées sur le capital public et privé.


14. Principaux indicateurs économiques de l'activité commerciale.
Les facteurs traditionnels de production.
Indicateurs physiques (naturels):
 les produits finis (tonnes, mètres, décalitres);
 les produits semi-finis utilisés dans l'intérieur de l'entreprise et les produits semi-finis
destinés à la vente;
 la matière prime qui sont actuellement en production, y compris le carburant, électricité, eau,
etc.
 les services fournis par l’entreprises aux autres entreprises et a la population.

Indicateurs monétaires (valeur):


 la production globale (Pg) - la somme de la valeur de la production finis, de la production
semi-finis, du matières primes et du services.
 la production destinée a la commercialisation (productia marfa) – englobe la valeur de tous
produit destinée a la vante.
 production commercialisée - c'est la valeur de production qui a été déjà vendu directement en
gros ou en détail aux clients.
 Chiffre d'affaires - la somme de toutes revenues reçues par l'entreprise (revenus de
commercialisation des biens, des services, la commercialisation des titres mobilières et les
revenus provenant de comptes bancaires.)
 La valeur ajoutée brute - est la valeur nouveau créé à l'exclusion du coûts matériels.
VAB = Ventes – CM

 La valeur ajoutée nette - représente la partie de valeur ajoutée brute, qui reste après
l'exclusion de l'amortissement et des impôts indirects.
VAN = VAB - A - Impôts indirects

 Bénéfice brut - la différence entre le chiffre d'affaires et le coût de production .


PB = CA – CP

 Bénéfice net - désigne la partie du bénéfice brut qui reste après le paiement des impôts et
d’autres paiements obligatoires (dépenses obligatoires)
PN = PB - I – Co

Le facteur traditionelle de production


Facteurs de production - sont la totalité de ressources humaines et matérielles, qui peuvent être
attirées, assignées et utilisées dans la production des biens et des services.

Les facteurs de production ≠ les ressources économiques.

Les ressources économiques + le processus de production = facteurs de production.


Le travail materiel
C’est un facteur de production qui reflète le processus d’utilisation des capacités physiques et
intellectuelles de l'être humaines qui a comme but la production des biens économiques. Le travail
matériel peut-être examiné sur 2 aspects: physique et intelectuelle.

Les caracteristiques

 est un élément associatif de la société et ne peut pas être séparée de la personnalité de celui-ci.

 contribue à la création des biens matériels et des services, parce qu’il a un caractère créatif et
contribue à l'utilisation d'autres facteurs de production.

 a des dimensions qualitatives et quantitatives:

◦ Quantitatives – les heures de travail, jours, semaines, mois, années,

◦ Qualitatives – les compétences et le professionnalisme des travailleurs.

Le capital naturel
Est représenté par la totalité des éléments qui sont utilisés par les êtres humaines pour créer des biens
matériels et des services (la terre, la richesse souterraine, les forets, l’eau, l’air).

Les caracteristiques

 est un facteur original et primaire, car ces éléments sont non renouvelables.

 fournit des biens matériaux, des matières premières, des sources d'énergie.

 Est le lieu ou on déroule la plupart des activités économiques.

 a à la fois des dimensions quantitative et qualitative.

La Terre - est le principal élément de la nature, sert comme base pour la production agricole et la
sylviculture.

Le capital physique
Englobe la totalité des biens économiques acquises et reproductibles, qui sont utilisées pour
produire des nouveaux biens destinées à la commercialisation avec le but d'obtenir un certain
bénéfice. Selon ça nature le capital physique est divisé:
 Le Capital Financier - se manifeste sous la forme de numéraire, dépôts bancaires, valeurs
mobilières.
 Le Capital Réel – nommée et le capital technique, c’est le capital matérialisé dans des
moyens de production (matières premières, de semi-produit, équipements, installations, etc.)
Il se divise en:
◦ capital fixe,
◦ capital circulant.
Le capital fixe – c’est le partie du capital réel participant à plusieurs cycles de production. Il
comprend:
 le capital fixe active – les équipements, les machines de transmission, les outils
informatiques utilisés dans le processus de production.
 le capital fixe passif - les bâtiments à usage productif.
Le capital circulant – c’est la partie du capital réel participant à un seul cycle de production et
qui transfert son valeur entièrement sur les produits nouveaux créés (les matières primes, les
combustibles, l'électricité, le salaire des travailleurs).
15. Les facteurs nouveaux de production et de ses particularités.
Le progrès scientifique et technique qui contribue à:

 la mécanisation et a la diversification les processus de production

 l'émergence de nouvelles technologies

 l'émergence de nouvelles sources de matières premières et sources énergétiques alternatives

 le perfectionnement du système de commercialisation et du transport des produits

 le perfectionnement de l'organisation des activités de gestion.

Le système informationnel qui contribue à:

 l’automatisation des processus de production sans intervention humaine.

 la gestion à distance des appareils et des machines.

 la planification, le lancement et le contrôle des processus de production

 la robotique de processus de fabrication.

Le capital humain – représenter par le stock de connaissances et d’expériences accumuler par les êtres
humains, qui apportent un potentiel futur revenu. Le capital humain a 2 caractéristiques:

 comme capital humain est catalogué la formation professionnelle et l'expérience de travail.

 a la base de capital humain se trouve l'investissement faites dans la formation, la science, la


culture, la protection de l'environnement.

L’habilité d’entrepreneur.

L’entrepreneur comme nouveau facteur de production doit satisfaire les exigences suivantes:

 être stratège

 être administrateur

 être gestionnaire

 être négociateur
16. La combinaison et la substitution des facteurs de production.
La combinaison de facteurs de production - est un modèle, une corrélation entre les facteurs de
production d’aspect quantitative, qualitative et structurelle afin de produire des biens
économiques.
La substitution – est un processus de remplacement d'une partie (une quantité) de un facteur de
production avec des autres parties de un autre facteur de production.

Il existe 2 formes de combinaison:


 Combinaison technique - prévoit l’unification physique des facteurs de production, une
quantité de travailleurs ayant une certaine quantité de machines et équipement.
 Combinaison économique – prévoit l’unification des facteurs de production d’une
manière qu’avec des dépenses minimales de facteurs de production à atteindre des
résultats maximums.
L'étude des rapports entre les résultats du processus productive et les facteurs de productions
utilisées, nous conduit aux divers types de rendements:
 les rendements proportionnels (constantes),
 les rendements croissants
 les rendements décroissants.

les rendements proportionnels (constantes) – reflète la situation lorsque le volume de production


augmente au même rythme que le volume des dépenses des facteurs de production
les rendements croissants – reflète la situation lorsque le volume de production augmente d’un
rythme plus rapide que le volume des dépenses des facteurs de production
rendements décroissants - reflète la situation lorsque le volume de production augmente d’un
rythme plus petit que le volume des dépenses des facteurs de production.
17. Laproductivité des facteurs de production et la loi des
rendements non- proportionnelle.
La loi des rendements non-proportionnels – exprime la relation entre le volume de production
et la modification des facteurs de production, entre la quantité supplémentaire produite et les
facteurs de production utilisées;
La productivité des facteurs de production (W) est le rapport entre le volume de production (Q)
obtenu et les facteurs de production utilisés (FP*Pris unitaire):
W = Q / FP*Pu
Formes de productivite
 la productivité naturelle (physique) qui reflète le rendement des facteurs de production
exprimé en unités naturelles (en tonnes, dal, km).
 la productivité valeureux qui reflète le rendement valeureux (sous forme monétaire) des
facteurs de production (en lei, euros, dollars).
 la productivité brute reflète le rendement des facteurs de production pris ensemble,
impliquées dans l’activité de l'entreprise.
 la productivité nette reflète le rapport entre volume de production et les des facteurs de
production, sauf l’amortissement.
 la productivité partielle reflète le rendement d'un facteur de production pris séparément.
 la productivité moyenne (par unité) reflète le rendement calculé à une unité de produit où
à un travailleur.
 la productivité marginale reflète le surcroît de volume de production (ΔQ) résultant de
l’utilisation d’une unité supplémentaire de facteur de production (ΔFPu).
Wm = ΔQ / ΔFPu
Les facteurs qui influencent la productivité et le rendement des facteurs de production
 les facteurs naturels (le sol, le pétrole, matières premières).
 les facteurs techniques (niveau de la mécanisation, l'automatisation des processus de
production).
 les facteurs économiques (niveau de qualification des travailleurs, le niveau de
stimulation, la forme d’organisation de l’activité de l’entreprise, le niveau des stimulants
matérielles des travailleurs en raison de son travail).
 les facteurs sociaux (niveau de vie, conditions de travail de l'entreprise).
 les facteurs psychologiques (climat dans le travail d'équipe, de famille).
 les facteurs structurels (nécessitent des changements structurels tant au niveau micro et
macro, la gestion du changement).
 les facteurs intégrationnistes (reflétant le degré d'intégration de l'entreprise sur les
marchés intérieurs et étrangers).
Les indicateurs de la productivité de facteurs de production
 La productivité du travail - est la quantité de produits fabriqués dans une période donnée
de temps, ou le quantité de temps pour obtenir une unité de produit.
WL = Q / L ou WL = L / Q
 La productivité marginale - reflète le ratio de la croissance du volume de production a
une unité des couts de facteurs de travail
WLmg = ΔQ / ΔL
 Le rendement du capital - le capital nécessaire à la production (obtention) d'une unité de
produit.
WK = K / Q
 Le rendement marginal - le ratio d'augmentation du capital et du volume de production :
WKmg = ΔK / ΔQ
18. Le coût de production et les moyens de le réduire.
Coût de production - est une catégorie économique qui reflète toutes les dépenses exprimée dans
une expression de valeur faites par l’entreprise pour produire des biens matériels et de services.
Selon la taille, il y a:
le coût global (CG) qui comprend:
◦ Le coût fixé - inclus les dépenses qui ne sont pas influencées directement par la dynamique
(augmentation) du volume de production.
◦ Le coût variable - les coûts qui sont influencés directement par la variation du volume de
production.
◦ Le coût total (CT) total - la somme des coûts fixes et coûts variables.

Le coût moyen (par unité) - reflète les frais qui reviens a une unité. Le coût unitaire comprend:
 le coûts moyenne fixes
 le coûts moyenne variables
 le coûts moyenne total

Le coût marginal - est un surcoût qui est faite par l’entreprise pour obtenir une unité
supplémentaire de produit.

Moyens de reduire
 Réduire la consommation des sources d'énergie, matières primes, mais pas en détrempant
de la qualité du produit.
 En utilisant toutes les capacités de production de l'entreprise, comme les surfaces de
production, qui contribueront à réduire les coûts de production.
 En utilisant des machines et des technologies avancées qui permettent d'économiser les
matières primes et les sources d'énergie.
 En appliquant des nouveaux types de matières primes et sources d'énergie.
 Augmenter la productivité de travail, ce qui contribue à réduire les coûts de production
par unité de produit .
 Réduire les coûts de maintenance de l’appareil administrative.
19. L'essence du marché contemporain. Les types du marché.
Le marche - représente l’ensemble des relations d’achat - vente qui se produisent entre les
agentes économiques dans le processus d’échange.
Les participants du marché sont:
a) les producteurs de biens et de services individuels et collectifs;
b) les consommateurs de biens et de services individuels et collectifs;
c) les institutions financières;
d) les organes d’Etat central et locaux;
e) des organisations publiques.
Les caractéristiques du marché sont les suivantes:
1. La libre concurrence
2. Obtenir des prix d'équilibre des biens, qui se stabilise dans la confrontation entre l'offre et
la demande.
Le marché représente les fonctions suivantes:
1. La fonction d'intermédiaire entre les producteurs et les consommateurs.
2. La fonction de formation (établissement) des prix basé sur la confrontation entre l'offre et
la demande
3. La fonction du contrôle et régulation de l'activité économique.
4. La fonction de l'information des agentes économiques et de la population sur la demande,
l'approvisionnement, prix, qualité, etc.;
Rôle économique du marché est:
a) de contribuer au développement accéléré de progrès scientifiques et techniques.
b) de fournir la libre migration des facteurs de production au micro, méso et macro-
économique;
c) de contribuer au développement équilibré de l'économie nationale.
La classification du marché
I. Selon le degré de maturité (niveau de développement) du marché:
 marchés sous-développés - les conditions dans le quelle existe l’échange direct des
marchandises – le "troc";
 marchés libres - en termes de laquelle l`échange c’est produit par intermédiaire monétaire
avec la participation de plusieurs producteurs et consommateurs, sans domination des
monopoles, la réalisation de produits a lieu au prix d'équilibre et le prix est formé a la
base de la confrontation de l'offre et de la demande.
 marchés réglementés - sont influencés par les forces du marché et les mécanismes de
régulation d'État (système d'économie mixte).
II. Selon l’objet de transaction:
 le marché de consommation personnelle;
 les marchés des facteurs de production (les ressources du marché du travail, marché des
capitaux, marché des ressources naturelles);
 le marché de titres;
 le marché de l'information;
 le marché des finances et du crédit;
 le marché des ressources naturelles;
 le marché des produits intellectuelles;
 le marché des technologies et du brevets.
III. Selon l'expansion géographique du marché:
 le marché local;
 les marchés régionaux;
 le marché national;
 le marché mondial.
IV. Selon la conformité en vigueur:
 les marchés légaux;
 les marchés illégaux.
V. Selon le type de concurrence du marché:
 le marché avec une concurrence parfaite (pur);
 le marché avec une concurrence monopolisée;
 le marché avec une concurrence monopolistique;
 le marché avec une concurrence oligopolistique.
VI. Selon les opérations spécifiques du marché:
 les bourses (bourse de marchandises, bourse de l'emploi, bourse des valeurs);
 des ventes aux enchères;
 appel d'offres (vente de biens a lieu dans les compétitions des fournisseurs respectifs).
Les mécanismes du marché sont:
1. demande;
2. offre;
3. prix;
4. concurrence.
20. Le contenu de l'infrastructure du marché.
L’infrastructure du marché contemporaine
1. Le système juridique - qui vise à créer le cadre juridique pour l'exploitation du marché ;
2. Le système commerciale - qui prévoit la mise en réseau des magasins de tailles
différentes et de différents types;
3. Le système des bourses ;
4. Le système bancaire - qui prévoit création des banques commerciales privées;
5. Le système d'assurance - qui prévoit la création des diverses compagnies d'assurance des
biens, de la vie, etc.;
6. Le système de formation - en conformité avec les exigences du marché;
7. Le système d'information - qui fournit des informations pour tous les participants de
marché sur le volume de l'offre de prix, de produits de qualité, etc.
8. Le système de publicité (publicité, supports publicitaires, la publicité vidéo, audio, etc.)
21. L'essence
et la fonction du prix. Les types de prix. Les méthodes
de formation des prix.
L’essence de prix - est l'expression monétaire de la valeur des biens et services.
Les fonctions des prix
1. Fonction de calculation et de mesurer les coûts et les résultats obtenues
2. Fonction équivalent d'échange des tous biens et services, car toutes les transactions de
vente sont médiés par le prix;
3. Fonction d'informations. Prix sert pour informer les participants du marché sur les
ressources limitées et sur les besoins du marché (la demande et l'offre des biens et
services);
4. Fonction de stimulation. Un prix élevé stimule les agents économiques vers une
augmentation du volume de production. Si le prix augmente ça stimule l'expansion du
processus de production;
5. Fonction de récupération des coûts de production et de réaliser un certain bénéfice.

Les types (catégories) de prix:


1. les prix libres - qui sont formées à partir de la confrontation de l’offre et la demande sur
ce marché;
2. les prix administrés - qui sont établies par des organismes d’état et les monopoles;
3. les prix mixtes - qui se forment sous l'influence des facteurs internes et externes.

Le mécanismes de formation du prix de vente


1. Mécanisme du marché - qui prévoit la formation des prix comme résultat de la
confrontation de l'offre et de la demande et de la concurrence, et grâce a l’utilité de
produit.
2. Mécanismes administratifs de contrôle - qui prévoit la formation des prix par des
organismes d'État a la base des coûts réalisés.
L’ intervention d’ état dans le processus de formation de prix
1. par voie législative - le Parlement adopte des lois sur le prix;
2. par la voie normatif – le gouvernement prépare et adopte des textes normatifs sur les
prix;
3. par la voie pénale – les organes attirent a la responsabilité pénale ceux qui ne respectent
pas les lois et les textes normatifs sur les prix.
22. L'essencede la concurrence. La concurrence parfaite et
imparfaite. Méthodes de réglementation anti-monopole.
L’ essence de la concurrence
Concurrence - reflète une forme spécifique de la confrontation entre les opérateurs (producteurs)
pour attirer les clients (consommateurs).
Les types de la concurrence:
La concurrence parfaite, a les caractéristiques suivantes:
 Existence sur le marché d'un grand nombre d'acheteurs et de vendeurs a la façon, quand
personne n’influence pas sur les prix du marché.
 L'uniformité des produits sur le marché afin que pour le consommateurs c’est indifférent
de qui acheter la marchandise.
 Entrée libre de nouveaux producteurs sur le marché.
 L'élasticité du marché et la mobilité des facteurs de production.
 La transparence du marché.
 Libre formation des prix sous l'influence de l'offre et de la demande.
La concurrence imparfaite
le marché à la concurrence de type monopole,
Les caractéristiques:
1. L'existence sur le marché d'un seul producteur,
2. Le manque des substitution du produit,
3. Formation des prix de monopole,
4. L'existence de barrières à l'entrée des nouveaux producteurs sur le marché.
Le monopole se constitue comme résultat de la concentration et de la centralisation du capital.

le marché à la concurrence monopolistique,


Les caractéristiques:
1. L'existence sur le marché de plusieurs entreprises qui ont un certain poids sur leurs marchés.
Habituellement, le nombre d'entreprises vibre entre 25-70.
2. La diversification des produits en fonction de la qualité, d'emballage et de signe de
l’entreprises.
3. Il existe un contrôle limité sur les prix.
4. L'entrée relativement libre sur le marché des nouveaux producteurs.
5. La concurrence principal a lieu autour du coût de production, de la qualité des marchandises
et de la emballage.
le marché à la concurrence oligopolistique.
Les caractéristiques:
1. L'existence sur marché d’un nombre limité des producteurs (vendeurs).
2. Il existe un contrôle général des prix. Le producteur détermine le volume de ventes, mais
ne peut pas déterminer le prix et le volume de profit.
3. Il existe des restrictions sur l'entrée de nouveaux producteurs (vendeurs) sur le marché.

l'Agence nationale pour la protection de la concurrence


Les tâches de l'Agence:
 contribuer à la formation de relations de marché basée sur la compétition
 la promotion de la politique d’état dans le domaine de la concurrence
 prévenir, limiter ou supprimer les activités anti-concurrentiel.
 L'exercice du contrôle d’état sur le respect du loi de la concurrence par tous les agents
économiques.
Les fonctions de l'Agence:
 Développer et promouvoir la politique de l‘état dans la défense de la concurrence et la
limitation des activités monopolistiques.
 Élaboration des actes normatives pour perfectionner les mécanismes de compétition.
 Développer des programmes pour demonopoliser la production et les marchés.
 Application des amendes contre les entreprises qui enfreignent les lois en vigueur.
23. La demande : l’essence, les facteurs et l’élasticité.
L’essence
La demande est la quantité des biens et services qui peut être demandés par les consommateurs
dans une période donnée au prix actuel du marché.
La loi générale de la demande

Si le prix augmente, la demande diminue et vice versa si le prix diminue la demande augmente
Les formes de la demande
1. La demande de l'individu - qui se manifeste au niveau microéconomique et inclut certains
produits or groupes de produits.
2. La demande totale ou globale – la demande au niveau macro-économique et comprend le
revenu national achetés par les consommateurs, les entreprises et l‘état à prix courants .
Les facteurs influencent la demande
1. Le prix
2. les goûts et préférences des consommateurs;
3. les changements des prix des produits substituts;
4. la dynamique des revenus des consommateurs. Si les revenus augmentent, augmentera la
demande de biens normal (élite), et si les revenus baissent, augmentera la demande pour les
produits secondaires (première nécessité);
5. L'évolution du nombre des consommateurs. Si augmente le nombre de consommateurs -
augmente la demande;
6. les changements qui ont lieu dans les attentes des consommateurs sur le revenu et sur les
variations de prix.
L'élasticité
Les changements intervenus dans la demande en fonction des modifications qui se produisent
avec le prix.
Le coefficient d'élasticité de la demande:

% changement de la demande
K ed 
% changement de la prix
Ked > 1 - la demande élastique
Ked <1 - la demande inélastique
Ked = 1 - la demande unitaire
24. L’Offre : l’essence, les facteurs et l'élasticité
L’essence
L’Offre - est un mécanisme de marché qui reflète la quantité des biens et des services qui peut
être offerts aux consommateurs dans une période donnée de temps a la prix du marché.
La loi générale de l’offre

Si le prix augmente, l‘offre augmente et vice versa si le prix diminue l’offre se diminue
Les formes de l’offre
1. l’offre de l'individu - qui se manifeste au niveau microéconomique et inclut certains
produits or groupes de produits.
2. l’offre totale ou globale - l'offre au niveau macro-économique et comprend le revenu
national créé par les agentes économique et offert à tous les consommateurs.
Les facteurs influencent l offre
1. Le prix
2. La dynamique des coûts de production. Si les coûts de production hausse, baisse l'offre
et vice versa;
3. Changement de prix des produits de substitution;
4. Changement dans le nombre du fabricant;
5. Modifications dans le système fiscal et le système de subventions;
6. L'évolution des attentes des producteurs. Si les producteurs attendent l’augmentation des
prix, alors pour ce moment il aura lieu la diminution de l'offre;
7. Les changements dans les domaines social, économique et politique.
L'élasticité.
Les changements intervenus dans l’offre en fonction des modifications qui se produisent avec le
prix.
Le coefficient l'élasticité de l’offre:

% changement de l ' offre


K eo 
% changement de la prix
Keo > 1 - l’offre est élastique
Keo <1 - l’offre est non élastique
Keo = 1 - l’offre est unitaire
25. L'équilibre et le déséquilibre du marché. Le prix d'équilibre.

Le marché est considéré équilibré lorsque le volume de la demande coïncide avec le volume de
l'offre.
Marché est considéré déséquilibré si la demande ne correspond pas à l'offre.
Le prix d'équilibre - le point d'intersection de la courbe de la demande et la courbe d'offre.

L’influence de l'offre et de la demande sur le prix d'équilibre


1. Augmentation de la demande accroît le prix d'équilibre;
2. Diminution de la demande fait baisser le prix d'équilibre;
3. Augmentation de l'offre fait baisser le prix d'équilibre;
4. Diminution de l'offre accroît le prix d'équilibre.
Sur l'équilibre du marché influencent les mécanismes :
 de la demande,
 l'approvisionnement,
 la concurrence
 l'utilité.
Le déviation de ces mécanismes conduisent à un déséquilibre du marché et à des conséquences
négatives.
26. Le marché du travail et du salaire.
Le marché du travail - est l'ensemble des relations dans les quelles se produit la confrontation entre
l'offre et la demande de travail et ont lieux des négociations sur l'emploi, le niveau de salaires et les
conditions de travail.
Sur le marché du travail fonctionne les même mécanismes que sur le marché des biens de
consommations:

 le demande

 l’offre

 le prix

 la concurrence

Le demande - est la quantité de travail qui est exigé par les opérateurs dans une période de temps
donnée, à un certain niveau de prix du travail (salaires).

L’Offre - est la quantité de travail qui est offert par les propriétaires du travail dans une période de
temps donnée, à un certain niveau de prix du travail (salaires). L’offre d'emploi ne comprenne pas: la
population occupée dans les travaux ménagers, les militaires, les étudiants et les autres personnes non
salariees.

L’objet des transaction sur le marché du travail est la force de travail, qui se vend et s'achète comme
toute autre marchandise.

Les sujets du marché sont:

a) Les soumissionnaires d'emploi – les personnes qui sont a la recherche d'un emploi

b) Les syndicats qui défendent les intérêts des salariés

c) Les employeurs - qui proposent des emplois

d) Bourses du travail - qui emploient des personnes disponibles au travail.

Selon l'offre et la demande existe 2 types de marchés du travail:


1) Marché avec une demande limitée- il existe une main-d'oeuvre non-engagée en surplus;
2) Marché avec une offre limitée- le manque des personnes disponibles au travail.

Le marché du travail est considéré équilibré - si l'offre de travail et la demande coïncident.

Bourse du Travail - est une institution privée ou publique qui agit comme intermédiaire entre les
institutions économiques et les employées disponibles.

La bourse du Travail exerce les fonctions suivantes:


1) Fonction d'enregistrement des chômeurs;
2) Fonction d'enregistrement des emplois disponibles;
4) La fonction d'organisation de travaux publics pour les chômeurs;
5) La fonction de dotation des allocations pour les chômeurs.

Types de salaires:
- Les salaires nominaux
- Les salaires réels
Les salaires nominaux - c'est le montant d'argent qui est versé au travailleur (montant reçu par le
travailleur pour l’exercice de son travail).

Salaire réel - c'est la quantité de biens et de services qui peuvent être achetés avec les salaires
nominaux.

Le salaire réel n'augmente dans les mêmes proportions que les salaires nominaux.

Formes de salaire (les formes de rémunération):


1) salaire par unité de temps (heure, jour, semaine, mois, année)
2) salaire en accord - dépend de la quantité de produits manufacturés. Y comprend:
a) les salaires en accord direct - où chaque unité est rémunéré à un seul tarif.
b) les salaires en accord progressive - pour les unités supplémentaires de marchandises c'applique un
paiement de cotisation supérieure.
c) les salaires en accord avec une prime - le travailleur qui a économisé des matières premières, le
combustibles, etc. reçoit quelques une prime.
d) la salaire en accord collective – la remunerarisation s’ exerce au base de l'activité collective
(brigade).
3) Salaire collective - la salaire déterminé dans les négociations entre les employeurs et les syndicats.
4) Salaire sociale - représente le paiement pour les accidents du travail, les maladies professionnelles et
d’autres dépenses sociales.
27. Le marché des capitaux et d’intérêts.

Le marché des capitaux – représente la totalité d’activités pour atirer et placer des fonds, et les
relations de confrontation entre l'offre et la demande du capital.
La demande de capital - le capital demandé par les opérateurs dans une période de temps
donnée, à un certain niveau de taux d'intérêt.
L’offre de capital – représente la totalité du capital disponible qui peut être offert à l’agentes
économiques et a la population dans une période de temps donnée, à un certain niveau de taux
d'intérêt.
1. Le marché des capitaux à court terme, appelé et monétaire - représente les activités
d’attraction et de placement des capitaux pour un période jusqu'au 1 an. Ce marché
remplit les fonctions suivantes:
a. la fonction d'exercer les transactions interbancaires;
b. la fonction d'effectuer des transactions avec des actifs qui ont la période de
payement moins de 1 an (factures, ordre de payement, etc.)
2. Le marché des capitaux à moyen et à long terme – le marchés financiers - représente
activités d’attraction et de placement des capitaux pour moyen terme (1-5 ans) et pour
long terme (plus de 5 ans). Y comprend:
a. le marché des valeurs mobilières;
b. le marché des prêts gagées;
c. le marché de l'immobiles;
d. le marché des hypothèques.
L’intérêts - est le revenu reçu (ou à recevoir) du titulaire de capital qui a placée son capital dans une
activité économique (entreprise) et qui se manifeste comme un excédent (surplus) de capital en relation
avec le capital avancé.
L’intérêts exerce les fonctions suivantes:
a. la fonction de la distribution et d’utilisation rationnelle des facteurs de production entre les
branches et les territoires;
b. la fonction de stimulation des agentes économique et de la population à économiser une partie
des revenus (des moyens financiers);
c. la fonction de recouvrement des dépenses (bancaire) réalisée par le système bancaire et
d'obtenir des profits;

la fonction de redistribution des revenus dans la société.Taux d'intérêt – rapport entre taux

d'intérêt et des capitaux prêtés


Les facteurs d’influence sur le taux d'intérêt
1. Le taux de profit. Le taux d'intérêt doit être inférieur au taux de profit.
2. Le masse d’intérêts;
3. Le rapport entre l'offre et la demande de capital (le capital de prêt);
4. Le risque des capitaux empruntée;
5. La dynamique de l'inflation;

28, Le marché des ressources naturelles et de la production.


La demande sur le marché foncière - est la quantité de ressources naturelles demandées par
les opérateurs dans une période de temps donnée à un certain prix. La demande de ressources
naturelles tend à augmenter, car la population augmente et comme résultat la demande pour
les matières premières grandissent.

L’offre - est la quantité de ressources naturelles qui peut être proposés aux acteurs
économiques pour être valoriser dans un certain période de temps à ce prix. L’offre de
ressources naturelles est inélastique parce que les ressources naturelles sont limitées.
Le prix a la tendance de s’augmenter, car s’augmente la demande pour les ressources
naturelles (pétrole, gaz, charbon, etc.)
La rente économique – représente le revenu, reçue par le propriétaire des ressources naturelles non
renouvelable. La rente économique se manifeste sous les formes suivantes:
1 .la rente foncière (la rente obtenu des terres).
2. La rente de monopole - qui est obtenus par les propriétaires de terrains qui sont d’une
fertilisation élevée et dans des conditions météorologiques favorables.
3. La rente minière - est reçue par les propriétaires de terrains riches en ressources souterraines.
4. La rente en construction - qui est obtenu comme résultat de la sélection favorable de terrains
pour construction, qui est obtenu par les propriétaires de lots prestigieux dans construction.
5. La rente de rareté - qui est obtenu par les propriétaires des ressources naturelles
exceptionnelles (rare)

Le prix des terres est influencé par les facteurs suivants:


1. la relation entre l'offre de terrains agricole et la demande;
2. développement industriel;
3. utilisation alternative des terres;
4. la dynamique de la rente;
29. Le bénéfice comme récompensassions de l'activité entrepreneuriale.
Le bénéfice - est la différence entre le chiffre d'affaires et le coût de production.
Les fonctions de bénéfice:
1. la fonction de stimulation de l'initiative et du risque d'entrepreneur;
2. la fonction d’orientation générale de l'activité entrepreneuriale;
3. la fonction d'autofinancement de l'entreprise;
4. la fonction d'assurance des revenus dans le budget d’état et les budgets locaux;

la fonction d'éducation du sens d'économiser les ressources.


Les formes du profit:
a. le profit brut - la différence entre les revenus (le chiffre d'affaires) et les dépenses (le coût
de production) de compagnie;
b. le profit pur / net - est la partie du bénéfice brut qui restent après l’exclusion des
payements obligatoires (impôts)
c. le bénéfice de monopole - le bénéfice généré par les entreprises monopolistiques, c’est le
bénéfice des entrepreneurs qui exercice des activités monopolistique dans la production
ou dans la commercialisation.
d. les dividendes –les revenues obtenue comme résultat de possession d'actions et d'autres
papiers de valeur.

Le taux de le rentabilité est influencée par:


1. La dynamique de la productivité du travail (si cette augmentation de la productivité du
travail et augmente le taux de profit);
2. Les variations des coûts de production. Si les coûts de production augmentent, alors le
taux de profit baisse, et vice versa.
3. Le prix (si les hausses de prix, alors que les augmentations de la masse et du taux de
profit et vice versa).
30,Le marché monétaire.
Le marché monétaire – c’est l'endroit où a lieu la confrontation entre l'offre et la demande
globales de la monnaie.
Le marché monétaire est considéré équilibré si l'offre et la demande de monnaie coïncident.
a)La demande globale pour l'argent - est la quantité d'argent qui est exigé par les agents économiques
et la population dans une période donnée à un certain niveau des taux d'intérêt.
La demande globale de monnaie est influencée par:
1. le volume des biens et des services
2. le niveau des prix
3. la vitesse de rotation d’une unité monétaire.
M = P * T / V;
où: P - niveau de prix, T - le volume des biens et des services V – la vitesse de rotation de
l'unité monétaire;
4. le volume des biens et des services commercialisées en crédit.
5. la dynamique des taux d'intérêts.

b)L'offre globale de l'argent - est la somme d'argent qui peuvent être offerts par le système bancaire
dans une période donnée à un certain niveau des taux d'intérêt.

L'offre globale d'argent est influencée par:


1. la Banque Nationale (central), qui fournit de l'argent, résultant de l'émission de monnaie
en fonction des besoins du marché;
2. les banques commerciales qui offrent la monnaie scripturale (la monnaie dans les
comptes)
3. la Trésorerie
4. le multiplicateur monétaire, qui contribue à la multiplication de la monnaie scripturale.
MM = D / R = 1 / r,
où: R- réserves, D – dépôts, r - taux de réserves
31 Le système de crédits : l’essence, les formes, les fonctions.

Le crédit - un prêt accordé sous forme monétaire ou sous forme de biens et de services,
basés sur le remboursement de la somme et le paiement des intérêts.
Les sujets de crédit sont:
 Le créditeur - personne physique ou juridique qui fournit des prêts aux entreprises et a la
population.
 Le débiteur - personne physique ou juridique qui reçoit le crédit, pour l'utilisation du quel
il paie un certain intérêt.
Les sources de formation de crédit sont les suivantes:
1. les ressources disponibles des agents économiques;
2. les ressources disponibles du budget d'État et des budgets locaux;
3. les ressources disponibles de la population qui sont dans des comptes bancaires;
4. les ressources disponibles sur les comptes des organismes publics.

Les fonctions de crédit:


1) La fonction de distribution et de redistribution des fonds des opérateurs de la marché;
2) La fonction de transformation des fonds accumulés dans des investissements de capital;
3) La fonction de stimulation des petites entreprises;
4) La fonction de réduction de la masse d'argent mise en circulation;
5) La fonction de stimulation de la commercialisation des biens et des services;
6) La fonction d'améliorer de la consommation personnelle;
7) La fonction de couvrir le déficit budgétaire.

Les formes de crédit


1. Le crédit commercial - un crédit accordé sous forme de biens ou de services.
2. Le crédit de consommation
3. Le crédit internationale
4. Le crédit hypothécaire
5. Le crédit bancaire

Les types de crédit


1) Selon la forme de propriété:
◦ le crédit public /le crédit privé
2) Selon le terme:
◦ crédit à court terme (jusqu'à un an)
◦ crédit à moyen terme (jusqu'à 5 ans)
◦ crédit à long terme (plus de 5 ans)
◦ crédit à terme libre (prêt de confiance).
3) Selon le type de garantie:
◦ crédit ayant un garantie:
 crédit hypothécaire (immobilier)
 crédit assurée
◦ crédit sans garantie ….
32. Le système bancaire et ses fonctions

Banque - est une institution qui accumule les ressources financières temporaire libres de
la population et des agents économiques et les places profitablement.
Le système bancaire comprend:
a) La Banque Nationale (Central)
b) Les banques commerciales (11 en RM)
c) Institutions financières – créditer
La Banque Nationale a les fonctions suivantes:
 émissions de monnaie,
 Élaboration de actes normatives sur le fonctionnement bancaire,
 établi et règle le taux des réserves obligataires des banques commerciales,
 établi les taux d’échanges,
 la fonction de prévention des risques et de la faillite des banques commerciales,
 la fonction d’établir (régler) de taux d'intérêt de refinancement
 la fonction de créditer le gouvernement. 
 Les banques commerciales ont les fonctions suivantes:
1. offrir des prêts aux opérateurs de la marchée et a la population,
2. recevoir des dépôt,
3. exercer les payements en nom des opérateurs,
4. émission et placement des valeurs mobilières,
5. desservir la populations (payements),
6. émission des cardes.
33, Le marché des valeurs mobilières.

Le marché des valeurs mobilières - est le marché où sont commercialisées les valeurs
mobilières et ces dérivâtes.
Sur le marche des valeurs mobilières a lieu: la vente, l'achat d'actions, d'obligations et
d’autres titres émis par l'État, par les SA et par les banques commerciales.
Cet marche contribuent à l'accumulation de fonds libres des personnes physiques et
juridiques et leur utilisation comme investissements productives et non productives.

La structure
1) le marche première – sur lequel sont placé les valeurs mobilières après l’émission,

2) le marché secondaire - sur lequel les valeurs sont commercialisées après la première
transaction avec eux.
Classification des valeurs mobilières
1. titres à court terme, ont une échéance jusqu'à un an - effets de commerce, la note du
trésor, certificats bancaire,
2. titres à revenu fixe - obligations et actions privilégiées ou nominale,
3. titres à revenu variable - obligations et actions simple.
Les objets des transactions avec les valeurs mobilières
1) l'action
2) l’obligation – titre, qui apporte a son propriétaire un revenue fixe sur la période de vie,
3) la note du trésor – titre, qui atteste que le propriétaire a déposé une certaine somme
d’argent dans un compte trésorière pour un certaine période de temps, au fin duquel va
obtenir un certain revenue (intérêt)
le certificat bancaire – le document bancaire, qui atteste que la personne juridique ou physique  a
ouvrit un conte bancaire pour une période prédéterminer de temps et a le droit d’obtenir un
certain intérêt
34.Le marché des devises.
Le lieu dans lequel il y a des transactions d’ achat - vente du monnaies étrangers.

Il se divisé en:
1) le marche national – transactions internes
2) le marché international – transactions entre les pays.
Les sujets:
 qui génèrent la demande et l’offre (les agents économiques impliqués dans le commerce
extérieur)
 qui accumules et places le monnaies étrangers (bureaux d’échange, Banques Nationale et
Commerciales, les maisons de broker)
Les objets:
 monnaie convertible (achat, vente, échange)
monnaie scripturale (international) (changement du monnaie nationale en monnaie
scripturale)  
La demande de monnaies étrangers - est la quantité de monnaie qui est requis par les
opérateurs, par la population et par l'État dans une période de temps donnée à un taux d’ échange
donné. Elle est déterminée par les facteurs suivants:
1. La nécessité d'étendre les export et les import des biens et services,
2. La nécessité de développer le tourisme et le transport international,
3. La nécessité d'attirer les investissements étrangers dans l'économie nationale
4. La nécessité de protéger le taux d’échange nationale.
L’offre de la monnaie – est la quantité de monnaie qui peut être offert aux opérateurs et a la
population dans une période donnée à un certain niveau de taux d’échange.
Comme offrants de monnaie sont:
1. Les banques commerciales (de crédit)
2. Le monnaies transférés d’ailleurs par les travailleurs indigènes.
3. Les prêts étrangers directs et de portefeuilles.
4. Les subventions et les aides de bienfaisance offert par les organisations et institutions
internationales.
Taux d’échange - le prix de la monnaie national par rapport aux autres monnaie.
   Les facteurs qui influence le taux d’échange:
les facteurs internes:
a. le taux de croissance du PIB
b. la dynamique monétaire
c. la dynamique des taux d'intérêt
d. la dynamique des prix
e. la situation sociopolitique dans le pays
les facteurs externes:
a. la demande de monnaie sur le marché mondial
b. l'état de la balance des paiements du pays
c. la situation économique sur le marché mondial
35. La richesse nationale et le produit national.
Le richesse national - est l'ensemble des biens matériels et des services créés et accumulés dans
une société à un moment donnée.

La structure de la richesse nationale:

1. richesse créé par le travail (les biens corporels et incorporels créés comme résultats du travail)
- moyens de production, bâtiments, équipements et autres;
2. richesses souterraines, les forêt et les terres (les ressources naturelles);
3. les ressources humaines - la population, la population employée, la population qui est
scolarisée;
4. les biens obtenus grâce à des activités créatives (patrimoine scientifique, culturelle) -
monuments historiques, art, musique, littérature, etc.
Formes de richesse:
1. la richesse personnelle – privé;
2. la richesse collective – le patrimoine des entreprises coopérative, des SA;

la richesse public – qui est dirigée par les organes de gouvernement centraux et locaux.
Le potentiel économique inclut:
1. les ressources humaines - exprimée quantitativement, qualitativement et structurellement;
2. les ressources naturelles - exprimée quantitativement et qualitativement, qui sont attirées et
valorisés dans le processus de production;
3. la richesse du peuple;
4. le progrès technique - scientifique;
5. les stocks de capital - le capital fixe et le capital circulant;
6. le potentiel scientifique, culturel et de formation;

le solde entre les dettes et les obligations étrangères.


Produit national – représente les résultats de toutes les activités des agents économiques dans
une période de temps donnée.

Produit national se manifeste sous les formes suivantes:


1. Produit global brut (PGB) - qui est la valeur des tous biens matérielles créés dans une
période donnée (1 an). PGB inclut et la consommation intermédiaire (consommation des
matières premières, semi-produits, de l'énergie, de carburant, etc.)
2. Le produit interne brut (PIB) - est la valeur ajoutée créée par les opérateurs nationale
(du pays) et les opérateurs étrangers, travaillant dans le pays, dans une période donnée (1
an).
PIB = PGB - Ci , ou Ci - la consommation intermédiaire
3. Produit interne net (PIN) - est la valeur ajoutée nette des biens économiques destinées a
la consommation finale.
PIN = PIB – A, ou  A – amortissement
4. Produit national brut (PNB) - est l'expression monétaire des biens corporels et
incorporels créés par les entreprises nationaux qui opèrent dans l'intérieur et l'extérieur du
pays.
PNB = PIB + SVAB, ou SVAB - le solde de la valeur ajoutée brute
5. Produit national net (PNN) - est le produit, exprimé sous forme monétaire destiné à la
consommation finale.
PNN = PNB – A
6. Le revenu national (VN) - est le revenu obtenu comme résultats d’utilisation des
facteurs de production et se manifeste sous la forme de salaires, intérêts, rente, profit.
VN = PIN – I, ou I - impôts indirects
Le déflateur du PIB - reflète les changements survenus dans la dynamique des prix et la
dynamique du pouvoir d'achat de la population.
DPIB =PIB nominal/PIB réel, ou 
 PIB nominal – le PIB exprimé en prix courants
PIB réel – le PIB exprimé en prix comparés
36.La consommation : l'essence, les formes, les fonctions, les facteurs, les tendances.
La consommation - est la partie du revenu national, qui est destiné à l'achat des biens et services
nécessaires pour satisfaire les besoins humains.
Les fonctions
1. la consommation sert comme milieu de satisfaction directe des besoins humains en biens
et services.
2. la consommation peux accélérer ou stopper la production des biens.
3. la consommation contribue à l'utilisation rationnelle des facteurs de production.
4. la consommation contribue à l'équilibre économique et de dynamisme économique.
Les facteurs de la consommation
1. Les facteurs objectifs:
a. la dynamique des revenus (salaires),
b. la dynamique des prix - qui influencent indirect la dynamique de consommation
– l’augmentations de prix comporte la diminution de consommation,
c. la dynamique des impôts – l’augmentation d'impôt, diminue la consommation et
vice versa.
2. Les facteurs subjectifs:
a. les préférences et les désirs des consommateurs,
b. la tendance à la consommation, qui à l’avis de Keynes est une loi psychologique
fondamentale,
la préférence pour la liquidité
Les formes de consommation
1. Selon la structure de la consommation elle peut être divisée en:
a. consommation finale,
b. consommation intermédiaire.
2. Selon le sujet, la consommation peut être:
a. la consommation privée,
b. la consommation publique.
3. Selon l'objet:
a. la consommation des biens matériels,
b. la consommation des biens immatériels (services).
4. Selon la durée de la consommation:
a. curant,
b. a long terme.
5. Selon la destination:
a. la consommation productive,

la consommation improductive (consommation dans la sphère sociale, hôpital, école)

Les tendances de la consomation.


b. la diminution de la consommation de biens alimentaires;
c. la stabilisation les dépenses pour les vêtements, les chaussures et le confort personnel;
l’ augmentation de la consommation des services.   
La taux moyenne de la consommation - est le rapport entre le volume de la consommation (C) et les
niveaux de revenu (V).
C '= C / V * 100%
La taux marginale de la consommation – est le rapport entre la modification de la consommation (ΔC)
et l'évolution des revenus (ΔV)
C '= ΔC / ΔV * 100%
37.Les épargnes : l'essence, les raisons, le taux moyens et marginal
 Les épargnes - constituent la partie du revenu national qui reste après les dépenses de
consommation.
 Les épargnes nette - est la partie du revenu national qui reste après les dépenses de
consommation.
 Les épargnes brute - les épargnes nette plus les amortissements.
Le taux moyen - est le rapport entre le volume des épargnes (E) et les revenus (V):
E '= E / V * 100%
Le taux marginal - est le rapport entre la modification des économies (ΔE) et la modification des
revenues (ΔV):
E '= ΔE / ΔV * 100%.
La classification des épargnes
1. Selon les sources de formation:
a. Épargne nette,
b. Épargne brut.
2. Selon le type de propriété:
a. Épargne privée,
b. Épargne publique.
3. Selon la façon, dont les décisions sont pris:
a. Épargne libre,
Épargne forcée.
Les raisons des épargnes
1. La volonté de couvrir les dépenses dans le temps,
2. Le désir d'enrichissement et d'accumulation des fonds pour les héritiers,
3. La tendance pour des liquidités,
4. Avarice des personnes physiques et juridiques d'investir leur épargnes dans le développement
des entreprises.
Les sources de financement d'épargnes
1. Les moyens propres (de la famille, des entreprises) - qui généralement se composent comme
résultat de la commercialisation des biens et services.
2. Placement des épargnes en valeurs mobilières (actions, obligations).
3. L’investissement directs des épargnes (convertissant d’argent en objets de valeur or
accumulation des devises étrangères).
38.Les facteurs, les formes et les types de la croissance.
La croissance économique - reflète les changements positifs réels qui se manifeste en
augmentation des résultats de l’activité au niveau macroéconomiques pour un période
long de temps. 
Le développement économique d'un pays reflète l'ensemble des changements
quantitatifs et qualitatifs qui ont lieu dans les structures socio-économiques, technique –
scientifiques, dans les mécanisme économiques et dans le comportement économique des
gens. 
Le progrès économique est un processus de promotion de l'économie nationale dans un
période de temps donné de l’inférieur au supérieur. 
Le progrès économique est influencé par plusieurs facteurs: 
1. facteurs directes – le facteur humain (quantité, qualité et structuré du travail); le facteur
naturel (quantité et la qualité des ressources naturelles); le facteur capital inclut le capital
fixe et le capital circulant; les facteurs technologiques comprennent la technologie et
l'innovation technique - scientifique; le facteur d'information
2.  facteurs indirects – la demande globale; le volume des investissements en capital; le
taux d'intérêt; le système juridique; le climat économique et social dans le pays. 

Les types de croissance


 Croissance extensive - qui prévoit l'augmentation du volume de production plus de 55%
comme résultat d’attirance supplémentaire des facteurs de production. 
 Croissance intensive - prévoit l'augmentation du volume de production plus de 55%
comme résultat de l'utilisation rationnelle des facteurs de production. (augmentation du
niveau de qualification des travailleurs, la mise en œuvre de nouveaux types de matières
premières, en appliquant de nouvelles technologies pour économiser les ressources
économiques)
 Croissance mixte - est obtenu comme résultat d’influence des facteurs intensives et
extensives. 
39. La nature changeable de la croissance économique. Les cycles économiques.
La économie nationale se développe fluctuant, il y a des expansion économique ou des
récession économique. 
Les formes de la fluctuation économique: 
 provoquées par des causes naturelles (sécheresses, inondations, tremblements de terre); 
 aléatoire qui sont générés par des facteurs sociaux (guerres, les tension sociales);
 cycliques - qui sons générés par des facteurs économiques et qui se répètent
périodiquement. 
 Les fluctuations économiques reflètent le développement cycliques de l'économie. 
Le cyclisées économique - c’est un processus de croissance ou de déclin de l'activité économique et
se reflète dans d'oscillation du volume de production, du degré d’emplois, dans des processus
inflationnistes.
Le cycle économique - est la période compris entre le début d'une crise économique jusqu'au début
de la suivante crise économique. 
40. La nécessité, les crises économiques et les méthodes d'intervention d'État dans l'économie.
La crise économique - reflète un état de dérèglement des économies nationales et se
manifeste sous les formes suivantes:
 crises de sous-production - déficit de la nourriture. Ces crises sont généralement causées
par la sécheresse, les inondations ou les guerres;
 crises de surpra-production - les marchandises produites ne peuvent être commercialiser
causée par la capacité d'achat faible de la population.
 crises structurelles (cyclique) qui comprennent:
◦ crises non cyclique - la réduction de la production dans certaines régions;
◦ crises partielle; 
crises agraires, dure 20-30 années et qui stoppe la croissance de la production agricole et
des branches agro-industrielles.
Les politiques de croissance
1. la politique monétaire et de crédit - qui est dirigée vers la réduction des taux d’intérêt; 
2. la politique budgétaire - vise à réduire les impôts et a stimuler l'esprit d'entrepreneuriat;
3. politique d’emploi complet de la force de travail; 
politique visant l’ augmentation du montant du capital investi dans l'activité économique. 
41. Les finances publiques : l’essence, les caractéristiques et les fonctions.
1. les relations financières entre l'État et les entreprises - les impôts et les obligation de
paiement.
2. les relations financières contarctuelles entre les entreprises publics.
3. les relations financières entre les banques commerciales et les entreprises publics -
l'octroi de prêts et le paiement d'intérêts.
4. les relations financières entre l'État et les salariées - les négociations sur le niveau de la
rémunérations, le salaire minimum, sur la répartition des fonds sociaux.
5. les relations financières entre les subdivisions de l’administration public local.
Les fonctions des finances publiques:
a) la fonction de reproduction - est la reproduction et l’utilisation rationnel des fonds
comme ressources pour la reproduction.
b) la fonction de distribution - est la répartition et la redistribution du revenu national par
des instruments comme les impôts directs et indirects.
c) la fonction stimulante – le promotion et le développement du progrès scientifique et
technique et la croissance de la productivité du travail.
d) la fonction de contrôle – le contrôle rigoureux au niveau micro et macro des processus de
la formation et d'utilisation des moyens financières.
42 Le budget d'État et son structure. Les déficits budgétaires et la dette publique.
Le budget national - est un ensemble des documents juridiques qui reflètent les sources de
revenus et les directions de dépenses publiques.

La structure du budget national


1. Le budget d'État - y compris les fonds extrabudgétaires.
2. Le budget des assurances sociale d'État.
3. Le budget des assurances santé.
4. Les budgets locaux.
Le budget d'État + Les budgets locaux = Le budget consolidée

Les sources de revenues budgétaires


 l’impôt sur le revenu;
 les accises;
 le taxe import-export;
 le taxe sur la valeur ajoutée, etc.

Les dépenses budgétaires


 le fond du système d’administration,
 le fond de publication des manuels,
 le fonds républicaine pour appuyer la population, la science,
 le fonds pour soutenir et développer le tourisme,
 le fond de financement du développement des normes dans la construction,
 le fond national de la protection d'environnement.

Les sources de couverture du déficit budgétaire


1. Les prêts internes auprès la banques nationales ou la population.
2. Utilisation des revenus obtenues comme résultat de la privatisation des entreprises d'État.
3. Les prêts étrangers.
4. Émission par la Banque Nationale d’une quantité supplémentaire d'argent.

Tous les montants empruntés par l'État, qui n’ont ete rembourser forme la dette publique.
La dette publique est divisée en:
1. La dette interne - prêts obtenus par le gouvernement auprès la banque nationale et la
population,
2. La dette externe - prêts obtenus par le gouvernement et les entreprises auprès les institutions
financières internationales.
43. Le système fiscal de la République de Moldova.
1. L’impôt la sources principales de la formation des revenu du budget,
2. un paiement obligatoire perçu par l'État, faites par les personnes physiques et juridiques,
3. les fonctions des impôts:
 économique - stimuler l'activité entrepreneuriale,
 fiscale - formation des revenues budgétaires,
 sociale - répartition et la redistribution des revenus pour assurer l’équité sociale dans
la société,
 de réglage - l'ajustement fiscal en fonction de la phase de développement
économique.

Les formes des impôts


Les impôts directs - sont directement collectées sur le revenu des particuliers et des agents
économiques:
 l’impôt sur le revenu des personnes physiques et juridiques,
 l’impôt foncière,
 l’impôt sur le revenues obtenu comme résultat de transaction des titres
 l’impôt sur l'utilisation des ressources naturelles.
Les impôts indirects - est prélevée sur les biens et services commercialisée, c’est un addition au prix de
commercialisation et ne dépend pas des revenus d'acheteur, notamment c’est:
 le TVA,
 les accises - certaines catégories de produits (bière, vin, cigarettes),
 la taxe export import .
La totalités des impôts et payements constitue le système fiscale.
Les principes du système fiscal:
 la possibilité réelle de paiement des impôts,
 progressivité des impôts lorsque le revenu augmente,
 l'unité d'impôt pour tous les agents économiques,
 le caractère obligatoire d'impôt,
 simplicité d'impôt,
 mobilité d’impôt.
Charge fiscale - le rapport entre les mesures fiscales et le PIB
44.La théorie générale de l'équilibre économique et ses formes de manifestation
Formes d'équilibre économique:
1. l'équilibre économique des unités primaire (micro) - reflète la corrélation entre la demande et
l'offre d'un produit.

2. l'équilibre mezo économique - reflète la corrélation relative entre différentes branches et


secteurs de l'économie nationale (l'équilibre entre la production agricole et le secteur
industrielle de traitement de la production agricole).
3. l'équilibre macroéconomique - reflète la corrélation relative entre les ressources limitées et les
besoins sociaux et économiques croissants.
4. l'équilibre matières - reflète la corrélation entre la structure, la quantité et la qualité des biens
produits et la quantité et la qualité des nécessités de la consommation final.
5. l'équilibre de valeur se manifeste en:

 l'équilibre monétaire - reflète la corrélation entre l'expression monétaire des biens et


services destinée a la commercialisation et la masse monétaire en circulation,
 l'équilibre financier - reflète la corrélation entre les ressources financières disponibles
et les besoins de paiement des opérateurs.
Assurance d’un équilibre économique global
1. l'offre globale de biens et services doit être égale à la demande globale de biens et services.
2. l'offre globale du monnaie doit être égale à la demande globale du monnaie.
3. l'offre globale du travail doit être égale à la demande globale de travail.
45. Le chômage et ses formes de manifestation
Le chômage – c’est un déséquilibre économique qui reflète la disparité entre l'offre et la demande
de travail sur le marché du travail.
Chômeurs - personne qui remplit les conditions suivantes:
 plus de16 ans jusqu’à l’age de pension,
 apte de travailler physique et/ou intellectuelle,
 cherchant d'emploi,
 a déposé une demande d’enregistrement près de l'Agence pour l'emploi.
Structure du chômage
1. personnes qui ont perdu leur emplois comme résultat de la décision d'entreprise,
2. personnes qui ont volontairement quitté leur travail,
3. personnes qui ont récent entrées sur le marché du travail comme chômeurs,
4. personnes qui ont cessé leurs activités antérieures.
Formes de chômage
1. Chômage frictionnel - sont des personnes recherchant un emploi après le changement de vie ou
de la situation familiale.
2. Chômage cyclique - est générée par la phase de crise et sous la pression du cycle économique
décennal.
3. Chômage structurel est causée par des changements structurels au niveau micro et macro.
4. Chômage technologique - est généré par l'application des nouvelles technologies.
5. Chômage volontaire - les personnes qui cherchent un emploi prestigieux
Taille de chômage
 taille absolue - les personnes apte de travailler mais qui ne sont pas employer
 taille relative - se reflète dans le taux de chômage (S‘).
S‘ = S / PA * 100%, ou
S – nombre de chômeurs,
PA- population apte a travailler
Si les taux de chômage dépassent le niveau de chômage naturel, l'économie subit des pertes, tant
économiques que sociaux.
46.L’inflation : l'essence, les causes, les formes, les conséquences. Mesures anti-inflationniste
L'inflation - est un déséquilibre entre la quantité de monnaie en circulation et le volume des biens et
des services destinés à la commercialisation.
L'inflation reflète:
 L’augmentation générale des prix,
 Le baisement du pouvoir d’achat,
 L’augmentation du coût de production.
La déflation - reflète le processus de diminution ou de cessation des hausses de prix.
La stagflation - reflète la croissance simultané d’inflation et du chômage de production.
Les cause d’inflation
1. La croissance plus vite de la masse monétaire par rapport au volume de biens et services, ce qui
entraîne le hausses des prix - l'inflation par devise.
2. La croissance plus vite de la demande globale que d'offre globale - l'inflation par la demande.
3. La croissance des coûts de production qui conduisant à la croissance des prix des produits finis -
l'inflation par l’offre.
4. L'importation de l'inflation est liée à l'importation de biens et de services à des prix élevés.
Les formes d’inflation
1. l'inflation latente, les prix augmentent de 3-4% annuelle, l'inflation n'est pas dangereux.
l'inflation modérée, les prix augmentent de 5-10% par an
2. l'inflation rapide, les prix augmentent de 10-20% par an
3. l'inflation galopante, les prix augmentent de 21-50% par an
4. hyperinflation les prix augmentent de 50% en 6 mois.
5. inflation équilibré, les prix augmentent avec le même taux que les revenues de la population
6. inflation déséquilibré, les prix augmentent tant que les revenues restent inchangés, constant.
7. l'inflation anticipée, les processus inflationniste.
8. l'inflation sous contrôle, l’état applique des mesures pour réduire l'inflation,
9. l'inflation incontrôlée, l’état n’applique pas lorsque des mesures économique, financiers pour
stopper les processus l'inflation.
Le taux d’inflation
L'outil principal de mesure de l'inflation est l'indice des prix:
IPC = P1/P0 * 100%;
 L’indice des prix de consommation comprend:
 50%, le prix de la production alimentaire,
 28%, les produits non alimentaires,
 22%, les services.
Le taux d’inflation:
Ri = IPC1-IPC0/IPC0 * 100%
Les conséquences économiques:
 Inflation conduit à une aggravation des disparités économiques entre les branches d’économie
national.
 Inflation conduit à la dépréciation des investissements et a l’arrête des construction capitales.
 Inflation conduit à un déréglage du système monétaire et a la stimulation d'échange de troc.
 Inflation conduit à un déréglage du système fiscal et dépréciation des revenus budgétaires.
Les conséquences sociales:
 Inflation diminue le niveau de consommation de la population.
 Inflation conduit à la dépréciation des économies de la population.
 Inflation conduit à un approfondissement des inégalités entre les couches sociales de la
population.
 Inflation abaisse le niveau d'emploi de main-d'œuvre.
Les politiques stratégiques
1. La politique visant à réduire la demande globale:
a. réduire les acquisitions publiques
b. réduire le déficit budgétaire
c. réduire la dette publique internes et externes
2. Stimuler l'offre globale:
a. encourager les produits locaux
b. la réduction des taxes et autres frais obligatoires
c. attirer les investissements étrangers directs
d. l'octroi de subventions, d'aide aux éleveurs locaux
3. Réduire l'offre de monnaie en circulation:
a. financer l'émission de monnaie pour couvrir les dépenses
b. d'accroître le nivaux des réserves obligatoires des banques commerciales
c. l'interdiction de l'obtention de prêts étrangers destinés à couvrir le déficit
Les politiques tactiques:
 l'indexation des revenus de la population conséquence de la hausse de l'inflation
 la privatisation des entreprises publiques non rentables
 stimuler l'importation de marchandises, qui ne sont pas fabriqués dans le pays pour couvrir le
déficit de marchandises
accroître le taux d'intérêt sur les dépôts bancaires de la population.
47.L'interaction du développement économique et sociale. Le niveau et la qualité de vie
La qualité de vie - est l'ensemble des conditions naturelles et économiques, politiques,
culturels, éthiques, d’assurance d’intégration économique, sociale, spirutuele de l’existence
umaine.
Les composants:
 la qualite d’ environnement,
 la situation démographique dans le pays,
 la qualité des emplois,
 les revenues de la population,
 l'environnement socio-politique dans le pays,
 l'existence des programme de soutien et de protection de la société.
La qualite de vie est influencer par
1. la qualité des ressources naturelles
2. le développement économique et du progres technico-economique
3. la taille et la structure du revenu national à la richesse nationale
4. le niveau du développement du base technique et matériel du sphere sociales.
Le niveau de vie de la population
Le niveau de vie de la population - reflète la satisfaction des besoins vitaux de la population.
Conformément à la norme de l'ONU le niveau de vie est déterminée par les indicateurs
suivants:
 la durée moyenne de vie
 la situation démographique
 la taille et la structure des revenu de la population
 l'accès à la formation, l'éducation et la culture
 la santé de la population
 l'environnement socio-politique dans le pays
 la qualité des conditions de travail
 l'existence de temps libre
Le niveau de vie de la population
9. l'existence de programmes sociaux pour aider la population
10. le durée du temps de deplacement vers le travail
11. le congé annuel payé
12. le niveau, la structure et la dynamique de la consommation / coût de la consommation
13. le niveau de revenu
14. le taux et l'évolution des prix
15. le niveau de pauvreté
16. la pollution des eaux, sol, air
17. le niveau de bruit
48. Le contenu et la structure de l'économie mondiale contemporaine.
L'économie mondiale – la totalite des économies nationales qui se trouvent dans un
interdepandance suite a la division générale du travail.
La structure de l'économie mondiale:
1. Les economie nationale (plus de 200 pays)
2. Les organisations internationales économiques (BM, le FMI, FMN)
3. Les syndicats Intergraţioniste (UE, CEI, NATO)
4. Les sociétés transnationales
5. Les flux économiques internationaux 
Le classement des pays (dans l'économie mondiale)
1. pays sous-développés.
2. les pays en développement.
3. les pays industriellement développés.
Caractéristiques de l'économie mondiale
1. Les unités de base de l'économie mondiale - sont les économies nationales qui sont dans une
interdépendance.
2. L'économie mondiale qui comprend trois sous-systèmes:
a. le marché mondial.
b. le circuit économique mondial
c. la division mondiale du travail
3. L'économie mondiale rassemble des pays à différents niveaux de développement économique.
4. L'économie mondiale se compose de trois principales puissances économiques:
a. les États-Unis
b. l'UE
c. l'Asie du Sud-Est + Japon. 
Globalization
La globalisation est un processus d'approfondissement de l'interdépendance des économies
nationales à l'échelle planétaire.
La globalisation a les tendances suivantes:
1. La mondialisation de commerce.
2. La mondialisation de l'industrie.
3. La mondialisation de l'espace financier.
4. La mondialisation des services.
5. l'expansion des sociétés transnationales.
uniformité économique au niveau planétaire (publicité, culture, sports) 
Conséquences de la mondialisation
Les conséquences positives
 La croissance des investissements dans les pays développés ainsi que dans les pays en
développement
 Accélération du développement du progrès scientifique et technique au niveau mondial. 
 Création des nouveaux emplois et la croissance du niveau de vie. 
 Développement et modernisation des pays en développement et des pays sous-développés
Les conséquences négatives
 La globalisation conduit à une détérioration de la souveraineté dans les pays riches et pauvres
 la globalisation conduit à l'instabilité financière des économies nationales et régionales.
 La mondialisation conduit à une détérioration de la souveraineté des pays en développement.
 La mondialisation creuse l'écart de niveau des salaires en différents pays. 

49.Le commerce international et ses caractéristiques.


L'ouverture de l'économie dépend de:
1. le rapport entre le volume d'importation et d'exportation à la taille du PIB
2. la parts des exportations dans le PIB
3. le volume des exportations par habitant
4. Les investissements étrangers
Taux économique ouverte = Export/ PIB * 100%
Le commerce extérieur – les relations d’un pays des avec d'autres pays dans l'exportation et
l'importation des marchandises étrangères.
Le commerce international - sont tous les biens et services qui circulent entre les pays. 
La structure du commerce extérieur
1. le commerce externe des bines et services,
2. l'exportation et l'importation de capitaux,
3. la migrations internationales de main-d'œuvre,
4. les flux financiers du crédit intérieur,
5. les change dans le domaine du progrès technoscientifique,
6. le transport et le tourisme international.
Tendances
1. Augmentation par un taux plus élevé de commerce international que la croissance du PIB,
2. L'augmentation du volume des exportations de biens et de services dans le PIB,
3. La diversification des marchés internationaux et l'émergence des marchés spécialisés,
4. L'augmentation de poids des pays industriellement développés dans le commerce intérieur,
5. L'augmentation de poids des nouveaux pays industriels dans l'industrie,
6. Application des mesures non tarifaires,
7. Le développement de transports et des télécommunications internationales, qui gère des
échanges substantielles internationaux de biens et de services. 
Facteurs influant le commerce international
1. Une spécialisation international basée sur la division mondiale du travail.
2. la coopération et l'intégration économique internationale
3. l'expansion de sociétés internationales.
4. Institutionnalisation du commerce international. 
Formes du marché international:
Les bources de marchandises et de titres,
 les marchés régionaux.
 foires et expositions internationales
 les marchés aux enchères.
Les politique étrangère:
La politique de libre-échange - libre échange de biens et services entre les pays.
la politique protectionniste - prévoit des taxes élevés à l'exportation et l'importation de
marchandises, il favorise l'exportation de biens et limite l'importation de produits qui sont fabriqués
dans le pays
50. La balance des paiements externes et de ses composantes.
BP est un instrument économique, statistique, qui reflète les recettes et les paiements faite en étranger.
Inclut deux groupes d'indicateurs (en conformité avec le Fonds monétaire international):
1. Le compte courant (balance courante) qui comprend:
a. une balance commerciale
b. la balance des services, des revenus et des transferts
2. Compte de capital
a. les actifs et passifs de pays.
b. l'investissement net en capital
c. les prêts de l'étranger - les réserves
51. La coopération et l'intégration économique internationale. Le système monétaire international
et ses éléments.
CEI - une forme de coopération entre les pays, prévoit la conjonction des efforts matérielles,
financières et humaines pour obtenir des effets mutuellement positifs. 
La coopération économique internationale se manifeste sous les formes suivantes:
1. La coopération dans la production
2. La coopération scientifique et technique
3. Coopération dans le commerce et le marketing
4. Coopération financière bancaires.
5. Coopération dans le domaine du tourisme, des transports, des télécommunications et de
la sécurité internationale. 
L'intégration économique internationale. 
Comprend les étapes suivantes:
1. Création d’une zone du commerce préférentiels.
2. Création d'une zone de libre-échange.
3. Création de marché commun.
4. Création de l‘union économique. 
Les avantages de l'intégration économique internationale:
1) assure une meilleure productivité du travail et un niveau de vie élevé de la population.
2) la concurrence est plus intense et les consommateurs bénéficient de prix plus bas et une plus
grande variété de marchandises.
3) Permet la production de services qui contribue à réduire les coûts de production et d'étendre
les produits dans l'Union des s pays intégrée.
4) Contribue à l'optimisation des investissements en capital.
5) Permet: une utilisation plus rationnelle du travail qui circule libre de d'un pays en autre.
52. Voies d'intégration de la Moldavie dans l'Union européenne et dans le circuit économique
mondial. 
 L'une des principales formes de l'intégration économique internationale est l’ UE.
 L'UE se réunit actuellement 27 pays. 
 Population de l'UE - 484 millions d'habitants. 
 UE produit plus de 40% de la production industrielle mondiale. 
Les principales institutions européennes sont les suivants:
1. La Commission européenne.
2. Le Parlement européen.
3. Le Conseil européen.
La Court de justice européenne. 
Critères d'adhésion a l'UE
1.  l’etat - candidat à l'adhésion doit être un État européen.
2. critère politique, qui stipule:
 une stabilité des institutions garantissant la démocratie et l’état du droit.
 le respect des droits de l'homme.
 la protection des minorités.
 réforme de l'administration publique.
3. L'existence d'une économie de marché national: 
 L'existence d'un consensus sur les grandes orientations de politique économique.
 Assurer la stabilité macroéconomique et la réduction du déficit de la balance des
paiements externes.
 La réforme structurelle de l'économie.
 La privatisation et la restructuration des entreprises publiques.
 Le revue d’équilibre entre l'offre et la demande sur les marchés des facteurs de
production.
 la réglementation des droits de propriété dans la protection de la propriété privée. 
 développement adéquate du secteur financier.
 la capacité du pays de faire face à la pression concurrentielle et aux forces du marché de
l'UE (harmonisation avec la législation de l'UE, l'octroi d'aides 'État afin de créer un
environnement concurrentiel de type européen).
 Mettre en place un environnement entrepreneuriale réel et ouvert. 
Les conditions du traité de Maastricht pour les pays qui ont tendance à adhérer à l'UE
1. La stabilité des prix
2. Les finances publiques - le déficit budgétaire ne doit pas excéder 3% du PIB
3. La dette publique du pays ne doit pas être excéder 60% du PIB
4. Les taux de change ne doit pas dépasser la moyenne européenne plus que 2,25%
5. Le taux d'intérêt ne devrait pas dépasser plus que 2% la moyenne européenne. 
Procédure d'adhésion a l'UE
1. L’état adhérent doit déposer une demande.
2. Le Conseil UE examine la demande et donne un avis positif ou négatif.
3. Le candidat doit répondre aux exigences strictes d'adhésion. 
4. L'acte d'adhésion doit être ratifiée par le candidat et chaque membre de l'UE 
5. L’acte d'adhésion de l'Etat candidat à l'UE après la confirmation devient un traité international. 
Les accords d'adhésion a l'UE de RM
1.  Accord de partenariat et de coopération, qui prévoit l'approfondissement de l'intégration
politique et économique avec les structures de l'UE. 
2. Plan d'action UE - Moldavie qui prévoit:
 l'ajustement des lois et des règlements de la République de Moldova au droit européen.
 l'accroissement du commerce avec les pays de l'UE
 l'attraction des investissements directs de capitaux directe en provenance des pays de
l'UE. 

Vous aimerez peut-être aussi