Vous êtes sur la page 1sur 17

PARTIE – II Chapitre 3 Les évaporateurs frigorifiques

Chapitre - 3

LES EVAPORATEURS
FRIGORIFIQUES

Technologie Ver.1.2 / 2010 Page 43


PARTIE – II Chapitre 3 Les évaporateurs frigorifiques

1. GENERALITES
Les évaporateurs sont des échangeurs thermiques au même titre que les condenseurs; ils
assurent la production de « froid» sur l'installation frigorifique par passage du flux thermique
du milieu à réfrigérer vers le fluide frigorigène, ce qui a pour conséquence la vaporisation du
fluide frigorigène.

L’évaporateur est la source de production de froid dans un circuit frigorifique; c'est le but
principal et final de l'installation. Il est logique d'apporter, à son étude et à son installation,
tout soin possible afin qu'il remplisse parfaitement son rôle. Trop souvent, une erreur de calcul
de l'évaporateur peut provoquer un fonctionnement défectueux dont on attribue à tort la cause
au compresseur.

2. ROLE DE L'EVAPORATEUR
Nous avons vu que le condenseur pouvait être découpé en trois zones fonctionnelles:
— zone de désurchauffe des gaz,
— zone de condensation,
— zone de sous refroidissement du liquide.

Dans l'évaporateur, nous ne rencontrerons pas ces trois zones fonctionnelles puisque
l'évaporateur est alimenté en fluide détendu et a une température égale à la température
d'évaporation. Nous ne rencontrerons donc qu'une seule zone fonctionnelle correspondant à la
vaporisation du fluide frigorigène (avec une zone de surchauffe dans le cas des évaporateurs
alimentés en injection directe).
Le titre de vapeur à l'injection est fonction de la nature du fluide frigorigène, de la
température du fluide à l'amont du détendeur, et de sa température à l'aval du détendeur; le
titre de vapeur (de l'ordre de 10 %à 20 % à l'entrée de l'évaporateur) augmente constamment
tout le long de l'évaporateur pour atteindre 100 % à la sortie.
L'efficacité frigorifique du mélange liquide-vapeur étant liée au titre en vapeur à l'entrée
de l'évaporateur, il convient que la teneur en vapeur du mélange admis sur l'évaporateur soit
aussi faible que possible.
Dans le cas de l'alimentation de l'évaporateur par un détendeur, il est impossible d'avoir
du liquide pur à l'injection. Si donc nous voulons absolument alimenter l'évaporateur en
liquide pur, il nous faudra placer sur le circuit frigorifique un séparateur de liquide.
L'évaporateur sera alors alimenté par gravité, le séparateur étant placé en charge sur
l'évaporateur.

Technologie Ver.1.2 / 2010 Page 44


PARTIE – II Chapitre 3 Les évaporateurs frigorifiques

3. CLASSIFICATION ET PERFORMANCE DES EVAPORATEURS


3.1. Classification

Suivant le but qui leur est assigné (nature du milieu à réfrigérer, température à obtenir),
les évaporateurs seront du type:
— évaporateurs refroidisseurs de liquide ;
— évaporateurs refroidisseurs de gaz ;
— évaporateurs congélateurs ;
— évaporateurs spéciaux.

Suivant les différents cas, la conception des évaporateurs sera la suivante :

— A serpentin
A immersion — A grilles
— Intensifs
A double tube et contre-

Evaporateurs refroidisseurs courant
de liquide A ruissellement —
— Horizontaux
Multitubulaire à calandres
— Verticaux
— A enveloppe
Spéciaux
— A tambour
— Tubes lisses
Circulation naturelle
Evaporateurs refroidisseurs — Tubes ailettés
de gaz — Tubes lisses
Circulation forcée
— Tubes ailettés
Fabrique de glace —
Evaporateurs congélateurs Accumulateurs de froid —
Plaques eutectiques —
Tableau 14 : Classification des évaporateurs

3.2. Qualités principales de l’évaporateur


Un évaporateur pour être efficace, doit avoir les qualités suivantes :
— Grande surface de contact entre le liquide frigorigène et le milieu à refroidir
(saumure, air, liquide ou gaz quelconques) de manière à réduire autant que possible
l’écart de température entre l’évaporation et le milieu à refroidir ;
— Evacuation facile des vapeurs formées sans pertes de charge sensibles, ni
entraînement de liquide dans les canalisations d’aspiration ;
— Facilité de remplissage et de répartition du liquide, de façon à ce que la surface
d’évaporation soit bien baignée ;
— Possibilité de purge d’huile.

Technologie Ver.1.2 / 2010 Page 45


PARTIE – II Chapitre 3 Les évaporateurs frigorifiques

3.3. Performances

Comme tout échangeur thermique, l'évaporateur doit posséder un bon coefficient K de


transmission de la chaleur, ceci pour limiter la surface d'échange (donc la taille de
l'évaporateur) et la différence de température entre fluide frigorigène et milieu à refroidir.

Nous donnons dans le tableau ci-après les valeurs du coefficient global de transmission de
chaleur K pour différents types d'évaporateurs.

Nature des
Type K (W/m2.K)
évaporateurs
70 à 95 (1)
— à serpentin
230 à 290 (2)
A immersion
— à grilles 400 à 470 (2)
— intensifs 580 (2)
Double tube et courant 580 à 820
Refroidisseurs
A ruissellement 930 à 1400
de liquide
460 à 700
Multitubulaires à — Horizontaux
930 à 1200
calandres — Verticaux
820 à 1400
Plaques 35 (1)
— Eau ou saumure
eutectiques 95 (2)
— Tubes lisses 19 à 24
Circulation d’air
— Tubes ailettés 7à9
naturelle
Refroidisseurs 6à8
— Plaques eutectiques
de gaz
— Tubes lisses 35 à 47
Circulation d’air forcée
— Tubes ailettés 16 à 24

(1) liquide non agité


(2) liquide agité mécaniquement

Tableau 15 : Coefficient global de transmission de chaleur K pour différents types d'évaporateurs

Technologie Ver.1.2 / 2010 Page 46


PARTIE – II Chapitre 3 Les évaporateurs frigorifiques

4. DESCRIPTION DES EVAPORATEURS


4.1. Evaporateurs refroidisseurs de liquide

Ces évaporateurs peuvent se subdiviser en évaporateurs à immersion ou immergés (placés


au sein même du liquide à refroidir) et un certain nombre d'autres types pour lesquels le
liquide à refroidir traverse de part en part l'évaporateur lui-même, le fluide frigorigène se
trouvant séparé du liquide par une paroi métallique; ces évaporateurs sont dits à circulation
interne.

Selon le cas, le liquide à refroidir circule à l’extérieur des tubes ou, au contraire, dans les
tubes. Dans la première catégorie, on rencontre notamment les évaporateurs immergés et les
évaporateurs multitubulaires dits à détente sèche et certains évaporateurs multitubulaires
verticaux, alors que la seconde catégorie regroupe essentiellement les évaporateurs à double
tube et le reste des évaporateurs multitubulaires horizontaux ou verticaux.

Spécifications Schémas
Ce sont les plus anciens évaporateurs utilisés dans l'industrie
frigorifique. ils sont surtout utilisés lorsque le refroidissement
du liquide ne s'accompagne pas d'un gradient de température
important ou, autrement dit, que le débit de produit est très
important.

Ils sont entièrement immergés dans le liquide à refroidir et


affectent, suivant leur destination d'une part et suivant la nature
du fluide frigorigène d’autre part, des formes différentes
A IMMERSION

matérialisées par l'exécution de «serpentins» et de «grilles».

Types Serpentins : Ce type d'évaporateur est uniquement


utilisé pour les fluides miscibles avec l’huile et ou une vitesse
de circulation minimale du mélange liquide-vapeur de fluide
frigorigène est indispensable pour permettre un retour au
compresseur de l’huile entraînée par le fluide frigorigène (3).
Les puissances frigorifiques mises en jeu sont inférieures ou
égales à 20 kW et les fluides frigorigènes utilisés sont les
fluides frigorigènes chlorofluorés tels que le R22.
Types Grilles : Ils sont utilisés pour des machines
industrielles, et notamment pour l'ammoniac et le R 22. Ils sont
constitués par des collecteurs réalisées en tubes étirés sous
soudure, réunis entre eux par une série de tubes de plus faibles
diamètres. Ils sont alors alimentés par liquide détendu par
pompe ou par gravité à partir d'un séparateur de liquide placé à
la partie haute de l'installation.

Technologie Ver.1.2 / 2010 Page 47


PARTIE – II Chapitre 3 Les évaporateurs frigorifiques

Description des évaporateurs refroidisseurs de liquide (suite)

La technologie générale de ces évaporateurs est la même


que celle des condenseurs multitubulaires.

Dans cette catégorie, on distingue :

— Les évaporateurs multitubulaires horizontaux noyés 1 : entrée fluide frigorigène ; 2 : sortie fluide
frigorigène ; 3 : pot de décantation d’huile ;
(dans lesquels le liquide à refroidir circule dans les tubes 4 : entrée eau ou saumure à refroidir ; 5 : sortie eau ou
saumure refroidie
et le refroidissement se fait par ébullition en masse du
fluide frigorigène qui noie les tubes contenus dans la
calandre) et à détente sèche (dans lesquels le fluide
frigorigène liquide est admis dans les tubes au moyen d'un
détenteur thermostatique dont le bulbe contrôle l'état à la
sortie, la vapeur est non seulement exempte de gouttes
entraînées, mais encore il règne une certaine surchauffe
réglable par le détendeur). Dans le premier cas 1 : entrée fluide frigorigène ; 2 : sortie fluide
frigorigène ; 3 : entrée eau ou saumure ; 4 : sortie eau
(évaporateurs noyés), ils sont très utilisés pour le ou saumure

refroidissement de l'eau glacée en conjonction avec les Evaporateur multitubulaire horizontal


MULTITUBULAIRES

compresseurs centrifuges en utilisant les fluides halogénés


tels que : R11, R114, R12 et R22. Ils ont l'avantage de
libérer des volumes importants de vapeurs. Ils sont
toutefois sensibles aux risques dus au primage
(entraînement de liquide par les vapeurs dégagées), ce qui
peut entraîner des coups de liquide au compresseur. Dans
le second cas (évaporateurs à détente sèche), ils sont
moins sensibles aux risques dus à la congélation
accidentelle du liquide refroidi. ils peuvent être employés
pour tous les fluides frigorigènes mais ils le sont surtout
avec les fluides halogénés. Dans tous les cas, ces
évaporateurs sont de conceptions différentes suivant qu'ils
sont destinés à des machines à ammoniac ou à fluides
chlorofluorés. Cette différence est uniquement due aux
conditions de miscibilité de ces fluides avec les huiles de
lubrification.

— Les évaporateurs multitubulaires verticaux : ils ne sont 1 : faisceau tubulaire ; 2 : dôme séparateur ;
3 : collecteur de distribution ; 4 : déflecteur;
utilisés que dans des installations fonctionnant à 5 : plaques chicanes ; 7 : tubulure d’aspiration ;
8 : tubulure de saumure ; 9 : purge d’huile ;
l'ammoniac. Leur configuration verticale permet d'éviter 10 : alimentation en liquide frigorigène ;
11 : tubulures d’équilibre de pression
le danger de congélation dans les tubes.
Evaporateur multitubulaire vertical
Technologie Ver.1.2 / 2010 Page 48
PARTIE – II Chapitre 3 Les évaporateurs frigorifiques

Description des évaporateurs refroidisseurs de liquide (suite)

Ce genre d’évaporateur est utilisé pour le


refroidissement des liquides alimentaires tels que
le lait, la bière, les vins, etc.

Les conditions d’utilisation sont telles que


l’évaporateur, appelé souvent «boudelot», est
scindé en deux parties. Dans la première partie, le
liquide à refroidir l’est grâce à une circulation
d'eau de ville ou de puits, qui l’amène de la
température d'entrée voisine de 100°C (mouvement
sortant des brassins) ou de 75°C (lait sortant des
pasteurisateurs) jusqu'à une température proche de
la température de l'eau de refroidissement. Dans la
seconde partie, il est refroidi jusqu'à la température
Evaporateurs à ruissellement
A RUISSELLEMENT

de stockage, soit par circulation d’eau glacée


produite à l'aide d’évaporateurs accumulateurs de
froid, soit par détente directe du fluide frigorigène.

L'eau de circulation primaire circule dans un


faisceau de tubes particuliers, et le fluide
frigorigène dans un second faisceau placé en
dessous du premier. Les deux faisceaux sont en
contact intime avec deux plaques d'acier
inoxydable sur lesquels ruisselle le liquide à
refroidir qui est réparti sur toute la longueur de
l’évaporateur par un bac distributeur. Après
refroidissement, le liquide est repris dans un bac de
récupération par une pompe d'évacuation.

Ces appareils sont remplacés en laiterie et en 1 : entrée du fluide frigorigène ; 2 : sortie du fluide
frigorigène ; 3 : entrée de l’eau de refroidissement primaire ;
brasserie par des refroidissements à plaques mais 4 : sortie de l’eau de refroidissement primaire ; 5 : arrivée du
liquide à refroidir
ils sont toujours utilisés pour le refroidissement des
mélanges destinés à la fabrication de la crème
glacée, leur conception permettant un nettoyage
facile des éléments constitutifs.

…/…

Technologie Ver.1.2 / 2010 Page 49


PARTIE – II Chapitre 3 Les évaporateurs frigorifiques

Description des évaporateurs refroidisseurs de liquide (suite)

A enveloppe

Ces évaporateurs sont utilisés en cidrerie, et


dans de nombreuses industries alimentaires
jus de fruits, apéritifs, etc.) ils sont également
utilisés dans diverses industries telles que les
produits pharmaceutiques, la parfumerie, etc.
Le schéma ci-contre représente la coupe de Coupe d’un évaporateur à enveloppe
tels évaporateurs. Ils sont constitués par un
tube à double enveloppe isolée extérieurement
dans lequel circule le fluide frigorigène (NH3
ou fluides chlorofluorés) en détente directe.
SPECIAUX

A Tambour

Ils sont constitués par un tambour en acier


inoxydable dont la partie basse est immergée
dans le liquide que l'on désire figer ou
congeler. Le Tambour, animé d'un
mouvement de rotation très lent, entraîne à sa
surface une pellicule du liquide à figer. Le
fluide frigorigène est admis par un tube creux
percé d'un certain nombre de trous permettant
sa distribution à l'intérieur du tambour, un
autre tube percé également de trous assure le
Evaporateur à tambour
retour des vapeurs de fluide au compresseur.
1 : entrée du fluide frigorigène ; 2 : sortie du fluide
Les deux tubes pénètrent à l'intérieur du frigorigène ; 3 : racleur et vis d’Archimède ; 4 : arrivée de la
tambour grâce à des garnitures d'étanchéité. solution à figer

Tableau 16 : Description des évaporateurs refroidisseurs de liquide

4.2. Evaporateurs refroidisseurs de Gaz

Sauf applications particulières que l'on rencontre dans les industries chimiques,
sidérurgiques ou dans certaines applications de laboratoires, le gaz que l'on se propose de
refroidir est de l'air atmosphérique. C'est celui d'une chambre froide où sont conservées des
denrées alimentaires périssables, ou celui qui, après traitement, sera pulsé dans des locaux
climatisés.

Technologie Ver.1.2 / 2010 Page 50


PARTIE – II Chapitre 3 Les évaporateurs frigorifiques

Pour tous les évaporateurs refroidisseurs de gaz, il faut (afin d'obtenir le meilleur
rendement thermodynamique de la machine et compte tenu des conditions de marche) que
ceux-ci ne présentent que des pertes de charge réduites, évitant ainsi une baisse importante de
la température du fluide frigorigène se vaporisant dans l'évaporateur.

L'expérience montre que ce résultat peut être obtenu si le rapport de longueur développée
L du faisceau évaporateur au diamètre intérieur du tube constitutif di est inférieur aux valeurs
données ci-dessous, et qui dépendent des caractéristiques du fluide frigorigène, notamment de
sa viscosité cinématique :

— Pour le NH3 (R717) : L ≤ 3000 ;


di
— Pour le R22 et autres : L ≤ 1800 à 2000.
di
Les évaporateurs refroidisseurs de gaz peuvent être repartis en deux groupes, vis-à-vis de
la façon dont l'air est entraîné :
— convection naturelle,
— convection forcée.

Leur implantation peut être réalisée sous forme d'évaporateurs plafonnier, muraux ou de
frigorifères à buses (reposant sur le sol). Les évaporateurs refroidisseurs de gaz diffèrent des
évaporateurs refroidisseurs de liquide par :
— une valeur plus faible du coefficient global de transmission K,
— l’apparition du problème de givrage de la batterie, le gaz à refroidir étant dans la
plupart des cas de l'air atmosphérique.

Spécifications Schémas
Ces appareils sont relativement peu utilisés et leur application est
A CIRCULATION D’AIR NATUREL

particulièrement limitée à des applications du froid commercial dans


le domaine de la vente et de la conservation des denrées
alimentaires.

Ils sont, de façon générale, réalisés en tubes à ailettes ; rarement en


tubes lisses. La réfrigération de l'air est obtenue par radiation et par
convection naturelle de l'air sur le faisceau réfrigérant. Il est possible
d'améliorer cette circulation à l'aide des chicanes formant égouttoir.

Ils peuvent être installés au plafond des chambres (plafonniers) ou Evaporateur plafonnier à
circulation naturel d’air
contre les parois (muraux). Ils sont utilisés lorsque l'on veut réaliser
un très faible mouvement d'air et un degré hygrométrique élevé.

Technologie Ver.1.2 / 2010 Page 51


PARTIE – II Chapitre 3 Les évaporateurs frigorifiques

Description des évaporateurs refroidisseurs de gaz (suite)

Trois grands types d'évaporateurs peuvent être


rencontrés :

— plafonniers (fixés au plafond des chambres froides)

— muraux (fixés sur les parois des chambres froides)

— frigorifères à buse (reposant sur le sol des chambres


froides)

Les évaporateurs plafonniers sont constitués par un


faisceau ailetté enfermé dans une carrosserie métallique :
une tôle de fermeture placée à la partie supérieure et un
égouttoir à la partie inférieure canalisent l'air pulsé par un
A CIRCULATION D’AIR FORCEE

ou plusieurs ventilateurs. Ces ventilateurs peuvent être


placés soit sur la façade de l’évaporateur, soit sur des
écrans inclinés, soit en dessous de l'évaporateur. Ces 3
dispositifs permettent de réaliser des évaporateurs de
hauteurs différentes pour des surfaces identiques et
occupant ainsi un minimum de hauteur au plafond des
chambres froides.

Les évaporateurs muraux sont utilisés lorsque la


hauteur des chambres froides à température positive ne
permet pas l'utilisation des évaporateurs plafonniers. Ces
évaporateurs présentent également l'avantage d’être
moins épais.

Les frigorifères à buse sont utilisés pour l'équipement 1 – faisceau ailetté


2 – caisson
de chambres froides de grand volume, à température 3 – égouttoir
positive ou négative, et dont les dimensions sont 4 – pieds
5 – rampe à eau (pour le dégivrage
importantes. La buse, de hauteur variable, pré-adaptée à par aspersion)
6 – ventilateurs
la hauteur de la chambre froide, permet de souffler l'air 7 – orifice d’aspiration d’air
froid à grande vitesse au plafond, celui-ci agit à la façon 8 – buse de distribution d’air
9 – volet mobile (utilisé pendant le dégivrage)
d'un conduit fermé et assure le soufflage de l'air sur les
grandes longueurs.

Tableau 17 : Description des évaporateurs refroidisseurs de gaz

Technologie Ver.1.2 / 2010 Page 52


PARTIE – II Chapitre 3 Les évaporateurs frigorifiques

4.3. Evaporateurs Congélateurs


Spécifications Schémas
FABRIQUE DE GLACE

Ce sont de petits évaporateurs destinés à la fabrication des «cubes»


de glace et qui refroidissent également l'enceinte où ils sont placés
(armoires ménagères).

Evaporateur fabrique de glace

Dans certaines industries, telles que l'industrie laitière, les brasseries,


etc., les besoins frigorifiques atteignent des valeurs très élevées
quelques heures par jour et sont relativement faibles toutes les autres
ACCUMULATEUR DE FROID

heures de la journée.

L'utilisation d'une machine dont la puissance correspondrait aux


besoins horaires de pointe ne serait pas rentable ; aussi, utilise-t-on une
machine frigorifique dont la puissance est inférieure aux besoins
horaires de pointe, mais surpuissante en dehors de ces heures; le surplus
de production «hors pointe» étant mis en réserve sous forme de glace
accumulée dans des tubes constitutifs d'évaporateurs conçus
spécialement à cet effet.

Ces évaporateurs sont de conception similaire à celle des Evaporateur accumulateur de froid
évaporateurs refroidisseurs de liquides, soit de type serpentin, soit de
type grille suivant la puissance de la machine et le type de fluide
frigorigène utilisé.
PLAQUES EUTECTIQUES

Lorsque la température à laquelle l'on désire utiliser le froid accumulé


est différente de zéro degré, et lorsque les volumes à refroidir sont
relativement modestes (ce qui est le cas des containers, des véhicules de
distribution de produits frais ou surgelés, ou de vitrines de vente
ambulante), on utilise des plaques eutectiques. Plaque eutectique

Ces équipements sont généralement conçus pour maintenir la


température de produits déjà réfrigérés ou congelés.

Tube eutectique

Tableau 1 8 : Description des évaporateurs congélateurs

Technologie Ver.1.2 / 2010 Page 53


PARTIE – II Chapitre 3 Les évaporateurs frigorifiques

5. GIVRAGE ET DEGIVRAGE
L'air atmosphérique est un mélange de gaz et contient notamment de la vapeur d’eau. Les
denrées contiennent également de l'humidité. Cette vapeur, au contact des parois froides de
l'évaporateur, va devenir de la glace : c'est ce qu'on appelle du « givre».

La formation de givre diminue la quantité de froid produit à l'évaporateur et augmente le


temps de marche du compresseur. On est donc amené à enlever périodiquement cette glace.
Cette opération s'appelle « dégivrage ».

5.1. Givrage

5.1.1. Formation du givre


La vapeur d'eau contenue dans l'air atmosphérique va se déposer (suivant le principe de la
paroi froide) sur les surfaces réfrigérantes dont la température (inférieure à la température de
la chambre) est dans la plupart des cas inférieure à 0°C. L'eau va donc se déposer sous forme
de givre. Ce dépôt est pratiquement illimité dans le temps, car l'eau venant se déposer sous
forme de givre provient :
— de l'humidité de l'ambiance de la chambre froide,
— des entrées d'air extérieur humide (lors de l'ouverture de la chambre par exemple),
— de l'humidité contenue dans les denrées entreposées.

5.1.2. Conséquences du givrage


Le dépôt de givre sur la batterie de l'évaporateur aura pour conséquence une diminution
du coefficient de transmission K; il s'ensuivra donc :

— un abaissement de la température d'ébullition du fluide frigorigène, d'où diminution de


la production frigorifique et augmentation du temps de marche du compresseur,

— une augmentation du degré hygrométrique de l'air dans la chambre et donc une


modification défavorable des conditions de conservation des denrées entreposées.

Il conviendra donc de procéder périodiquement à un dégivrage de l'évaporateur.

5.2. Dégivrage

Nous distinguons les procédés externes dans lesquels la fusion du givre est obtenue à
partir des couches périphériques doit être totale, et les procédés internes dans lesquels la
fusion du givre obtenue à partir de la couche en contact avec les tubes de l'évaporateur, ne
nécessitant pas une fusion totale du givre (celui-ci se rompt faute de support sur les tubes).

Technologie Ver.1.2 / 2010 Page 54


PARTIE – II Chapitre 3 Les évaporateurs frigorifiques

5.2.1. Procédés externes


Dans les procédés externes, on rencontre le dégivrage :
— manuel (grattage, brossage) : ce procédé est cité pour mémoire, car il est pratiquement
abandonné car il nécessite une importante main-d'œuvre, la durée de l'opération étant trop
longue ;
— par arrêt de la machine et réchauffage naturel des évaporateurs : procédé long,
nécessitant l’arrêt de la machine et ne pouvant être utilisé que sur les chambres à
température positive ;
— par arrêt de la machine et circulation forcée d'air sur l'évaporateur : procédé identique
à celui décrit précédemment, mais le dégivrage est accéléré par circulation forcée d'air ;
— par aspersion ou pulvérisation d'eau : procédé pouvant être appliqué aux évaporateurs
placés dans un compartiment étanche, il faut toutefois effectuer la vidange de la rampe
d'aspersion avant le redémarrage de la machine car risque de gel sinon;
— par aspersion ou pulvérisation de saumure : même méthode que celle utilisant une
aspersion d'eau; il faut cependant surveiller la concentration de la saumure en sel car à
chaque cycle de dégivrage, il y a dilution de la saumure par l'eau provenant de la fusion du
givre; les solutions adoptées sont l'ajout périodique de sel (chlorure de calcium CaC12) et
la reconcentration de la saumure par ébullition;
— par air chaud extérieur : procédé applicable dans le cas de frigorifères extérieurs aux
chambres froides;
— par chauffage électrique de 1 'air circulant sur l'évaporateur, à 1 'arrêt de la machine :
lors du dégivrage, l'air circule en circuit fermé et est réchauffé par l'intermédiaire de
batteries électriques.

5.2.2. Procédés internes


Dans les procédés internes, on rencontre le dégivrage :
— par chauffage électrique de 1’évaporateur : la fusion du givre est obtenue par chauffage
direct des ailettes de l’évaporateur à l'aide de cannes chauffantes agrafées dans les ailettes ;
ce procédé est utilisé dans les chambres froides négatives, ne comportant pas de surface
d’échange importante; le dégivrage est rapide et le procédé peut être automatisé très
facilement (déclenchement par horloge);
[puissance électrique à installer : Présistances (watt) = Puissance installation (fg/h), soit par
exemple : Pinstallation =10 000 fg/h, Présistances = 10 kW].

Technologie Ver.1.2 / 2010 Page 55


PARTIE – II Chapitre 3 Les évaporateurs frigorifiques

— par circulation de saumure chaude (frigorifère à saumure) : procédé rapide et applicable


sur les frigorifères à saumure; la saumure froide circulant dans le frigorifère est remplacée
par de la saumure chaude obtenue par chauffage dans un réservoir auxiliaire;

— par injection de gaz chauds à l’évaporateur : procédé pouvant être mis en œuvre sur les
évaporateurs alimentés en détente directe.

Figure 16 : Procédé de dégivrage par injection de gaz chaud

L'installation comporte (en plus des éléments conventionnels) :


o une tuyauterie d'injection de «gaz chauds» (1) reliant le refoulement du
compresseur et l'entrée de l'évaporateur (à l'aval du détendeur),
o un clapet de retenue (2) empêchant l'alimentation intempestive de l'évaporateur en
liquide lors du dégivrage,
o un robinet magnétique (3) empêchant l'alimentation en gaz chauds de l'évaporateur
en période de fonctionnement normal,
o un robinet magnétique (4) empêchant l'alimentation en liquide de l'évaporateur par
l'intermédiaire du détendeur pendant le dégivrage,
o une bouteille (5) de revaporisation du liquide formé à l'évaporateur pendant la
période de dégivrage, destinée à éviter les «coups de liquide» sur le compresseur
pendant cette période.

— par inversion de cycle : ce procédé est le plus efficace de tous les procédés de dégivrage
par gaz chauds; il se caractérise par une inversion du fonctionnement de la machine lors
du dégivrage : l'évaporateur devient condenseur et le condenseur devient évaporateur; il
est particulièrement utilisé sur les pompes à chaleur; l'inversion de cycle est obtenue par
l'intermédiaire d'un distributeur à tiroirs commandé par un robinet magnétique pilote. La
grande efficacité du procédé réside dans le fait que la totalité de la puissance calorifique
de la machine est dissipée à l’évaporateur en dégivrage. Un tel procédé est représenté sur
la figure suivante.

Technologie Ver.1.2 / 2010 Page 56


PARTIE – II Chapitre 3 Les évaporateurs frigorifiques

3 3

2 2

Figure 17 : Procédé de dégivrage par inversion de cycle

o En fonctionnement normal, le clapet (7) évite la remontée du liquide depuis le


receveur, ce qui noierait le condenseur.
o Si le condenseur de la machine est un condenseur à eau, il convient de court-
circuiter la vanne thermostatique ou pressostatique située sur le circuit d'eau, lors
de la phase du dégivrage, puisque la chaleur nécessaire au dégivrage est apportée
par l'eau circulant sur le condenseur et qu'il convient donc de ne pas bloquer cette
circulation.
o Dans le cas d'installations à évaporateurs multiples, il est possible de répartir dans
le temps de dégivrage des évaporateurs, en utilisant un ou plusieurs évaporateurs
pour dégivrer les autres, le condenseur pouvant alors être mis hors circuit.
Fonctionnement :
On obtient l’inversion du cycle en disposant quatre vannes électromagnétiques sur les
tuyauteries d’aspiration et de refoulement, appelées « Robinets d’inversion » ou
« reversing valves » en anglais.

o En cycle de réfrigération, les clapets (7), (8) et (9) permettent le fonctionnement


normal en obligeant le liquide à traverser le détendeur (1) d’alimentation de
l’évaporateur (clapet 8) et en court-circuitant la tuyauterie de dégivrage de
l’égouttoir, afin d’éviter une perte de charge supplémentaire à l’aspiration (clapet 9).

o En cycle de dégivrage après renversement du cycle par le distributeur du robinet


d’inversion (3), le compresseur refoule directement dans l’évaporateur, mais le clapet
de retenue (9) étant fermé sur son siège, les gaz chauds ne peuvent pénétrer dans
l’évaporateur qu’après passage dans la tuyauterie de dégivrage de l’égouttoir. Le
liquide formé dans l’évaporateur s’écoule à travers le clapet (9) jusqu’au détendeur
(2) alimentant le condenseur en période de dégivrage.

Technologie Ver.1.2 / 2010 Page 57


PARTIE – II Chapitre 3 Les évaporateurs frigorifiques

5.3. Détection du givre

La détection du givre peut être réalisée par mesures, soit sur le circuit du fluide
frigorigène, soit sur l'air à réfrigérer :

— Pressostat différentiel : mesure la perte de charge de l'air à travers l'évaporateur;

— Pressostat (ou thermostat) d’évaporateur : contrôle la pression (ou la température)


d’évaporation; en effet, par formation de givre, il y a diminution de la pression (et
donc de la température) du fluide frigorigène à l’évaporateur.

Enfin, le dégivrage peut être enclenché par horloge (dégivrage périodique systématique).

6. GRANDEURS CARACTERISTIQUES DE L’EVAPORATEUR

Relation triangulaire
(
& fp .c p .(θ ef − θ sf ) = K .S. θ fp − θ ff = m
m )
& ff .(h sev − h eev )
(sous certaines
hypothèses) m& fp .c p .(θ ef − θ sf ) = Φ fp
Φ0 est généralement

(
Avec : K .S . θ fp − θ ff = Φ ech ) ⇒⇒ Φ 0 = Φ ech = Φ fp
&
m ff .(h sev − h eev ) = Φ 0
connu.

Φ0 S : surface d’évaporation (tuyauterie +


Surface d’échange S=
(surface d’évaporation) (
K . θ fp − θ ff ) ailettes éventuellement)

Le fluide frigoporteur peut être de l’eau ou


de l’air
Φ0 Si le fluide est de l’air, on peut utiliser le
Débit masse du fluide & fp =
m diagramme de l’air humide pour déterminer
frigoporteur c p .( θ ef − θ sf ) Φ0
& as =
le débit ( m )
h ea − h sa
(h : enthalpie massique de l’air)

L’échange de chaleur entre l’évaporateur


∆θ max − ∆θ min
∆TLM = et le frigoporteur se fait entre un fluide
 ∆θ  frigorigène qui se vaporise à température
ln max  constante et un fluide frigoporteur dont la
 ∆θ min  température diminue de θef à θsf. L’utilisation
Ecart moyen
θef de l’écart arithmétique (θ θfp – θff) peut
logarithmique

}
conduire à la détermination de surfaces
θsf d’échange insuffisantes. En toute rigueur, on
∆θmax
utilise l’écart moyen logarithmique ∆TLM
θ0 ∆θmin {
calculé ci-contre.
Avec : ∆θmax = θef – θ0 et ∆θmin = θsf – θ0

…/…

Technologie Ver.1.2 / 2010 Page 58


PARTIE – II Chapitre 3 Les évaporateurs frigorifiques

Φ0 : flux de froid contenu dans le fluide frigorigène (W)


Φfp : flux de froid cédé au fluide frigoporteur (W)
Φech : flux de froid cédé aux matériaux constituant l’échangeur (condenseur) (W)
S : surface d’échange de l’évaporateur (m2)
K : coefficient global d’échange (W.m-2.K-1)
m& : débit massique (kg/s)
h : enthalpie massique du fluide frigorigène (J/kg)
cp : chaleur massique du fluide frigoporteur (J.kg-1.K-1)
θ : température (°C)
∆TLM : écart moyen logarithmique
Indices : ff, fp, eev, sev, ef, sf : respectivement fluide frigorigène, fluide frigoporteur, entrée
évaporateur, sortie évaporateur (frigorigène), entrée fluide et sortie fluide (frigoporteur).

Autres méthodes de détermination de ∆TLM


L’écart moyen logarithmique peut être déterminé non seulement par calcul, mais aussi à
l’aide de la formule empirique de BASER, de la table numérique de HAUSBRAND ou encore
du monogramme de MEHNER, méthodes déjà exposées dans le chapitre condenseur.

Technologie Ver.1.2 / 2010 Page 59