Vous êtes sur la page 1sur 98

Régine Boutégège : SusannaLongo

UN DILLCT
POUR LE COMMISSAIRE
Rédaction : D om itille Hatuel
Conception graphique : Nadia M aestri
M ise en page : E m ilia Coari
Illustrations : M ario Benvenuto

© 1994 Cideb Editrice, Genova

Nouvelle édition
© 2003 Cideb Editrice, Genova

Tous droits réservés. Toute représentation ou reproduction


intégrale ou partielle de la présente publication ne peut se
faire sans le consentem ent de l ’éditeur.

L ’éditeur reste à la disposition des ayants droit qui n ’ont


pu être jo in ts, malgré tous ses efforts, pour d ’éventuelles
om issions involontaires et/ou inexactitudes d’attribution
dans les références.

Vous trouverez sur les sites w w w .cideb.it et


w w w .blackcat-cideb.com (espace étudiants et enseignants)
les liens et adresses Internet utiles pour com pléter les
dossiers et les projets abordés dans le livre.

Pour toute suggestion ou information la rédaction peut être


contactée :
re d action @ cid eb .it
w w w .cideb.it

a s a m w }
TEXTBOOKS AND
T E A C H IN G M A T E R IA L S
The quality of the publisher’s
design, production and sales processes has
been certified to the standard of
UN I EN IS O 9001

ISB N 8 8 -5 3 0 -0 0 6 3 -5 livre
ISB N 8 8 -5 3 0 -0 0 6 4 -3 livre + CD

Imprimé en Italie par Litoprint, Genova


âOnMAIRE

Chapi t r e Q DC5 SIGNES MYSTÉRIEUX 5


ACTIVITÉS 9

ch ap itre Q TOUT CE FIAI FOUR RIEN!


ACTIVITÉS 20

C hapitre Q UN CRIME ÉTRAN6E


ACTIVITÉS 31

C hapitre ^ ---------------------- — 39
ACTIVITÉS 42

C hapitre Q LE MYSTÈRE S'ÉPAISSIT


ACTIVITÉS 53

C hapitre Q L i L lllik ;!: 59


ACTIVITÉS 63
Chapi t r e Q UN TRAHC LOUCHE 68
ACTIVITÉS 72

Chapi t r e ^ ------------------------------ 77
ACTIVITÉS 80

P r o j e t In t e r n e t 81

Chapi t r e ^ 86
ACTIVITÉS 92

Q Ce symbole indique les exercices d’écoute et le numéro de la


piste.

d elf Les exercices qui présentent cette mention préparent aux


compétences requises pour l ’examen.
o —

DES SIGNES MYSTÉRIEUX


Le Figaro, s ’il v ou s p la ît ...

D
o n j o u r , M o n s ie u r L o u is.
et d o n n ez-m o i au ssi L 'E x p r e s s e t L e P o in t.
- V o i l à , M o n s i e u r le c o m m i s s a i r e . A l o r s , v o u s
avez le te m p s de lire , h e in , m a in t e n a n t. C ’est b e a u ,
la re tr a ite 1\
- O u i, j ’en p ro fite . Je v ou s d ois c o m b ie n ? »
Le c o m m is s a ir e G ra sset n ’a pas e n v ie de b a v a rd e r 2 ce
m a tin , il fait b e a u c o u p trop froid.
«3 et 3, 6, et 2 € pour Le Figaro... Ça fait 8 € , M o n sieu r le
co m m issa ire . Ah, ça doit quand m êm e vous m anquer, le
b ureau, les c ollègu es, les m eurtres ! T o u t arrêter, com m e ça !»
Le c o m m is s a ir e fa r f o u il le 3 dans son p o r t e f e u i lle :
«Je su is d é s o lé ... je n ’ai q u ’u n b i l l e t de 2 0 0 eu ros.
- Ça ne fa it rie n ! Je v ais v ou s le c h a n g e r... Et p u is,
d ites, v ou s n ’a lle z pas me r e f i le r un fau x , j ’e s p è re !»
Le m a r c h a n d de jo u r n a u x :
« V o ilà , 50 , 1 0 0 , 1 5 0 , qui fo n t 2 0 0 . Ils so n t v ra is,

1. la retraite : m om ent où on cesse de travailler quand on a un certain âge.


2. b av ard er : parler, discuter.
3. farfouille : (fam.) il fo u ille, il cherche.

5
UN BILLET FOUR LE COMMISSAIRE

M o n s ie u r le c o m m is s a ir e , v ou s p o u v ez être t r a n q u il le !
A h ! A h !... B o n n e jo u r n é e !
- M e r c i, au re v o ir, M o n s ie u r L o u is .»
Le c o m m is s a ir e G ra s se t est p r e s s é de re n tr e r c h e z lu i, de
m e ttre ses p a n t o u f le s , de se la i s s e r to m b e r sur le div an , et
de lire. S u b it e m e n t , il s ’arrête n et : «Z u t, j ’a lla is o u b lie r !».
V ite , il tra v e rse la rue et en tre c h e z le f le u r is te .
« B o n jo u r , M o n s ie u r le c o m m is s a ir e ... Q u ’e s t- c e qui vous
a m è n e ic i ? Il n ’y a pas d ’a s s a s s i n s , ic i, h e in ... et p u is,
d ite s , v ou s avez f in i de le u r c o u r ir après !
- B o n jo u r ... H eu ... je v o u d r a is un b o u q u e t, u n e d o u z a in e
de ro s e s. V ou s les ferez liv r e r c h e z m o i, vers m id i ... C ’est
n o tre a n n iv e r s a i r e de m a ria g e ...
- A h , e lle en a de la c h a n c e , v otre fem m e ! R eg a rd ez ces
b e ll e s ro s e s rou ges. Ça va la re n d re a m o u re u s e c o m m e au
p r e m ie r jo u r !
- O u i, e lle s so n t m a g n ifiq u e s . A lo rs, vers m id i... Je v ous
d ois c o m b ie n ?
- 25 eu ro s, av ec la li v r a is o n 1.»
Le c o m m is s a ir e ou vre son p o r t e f e u i lle , sort un b i l l e t de
50 eu ro s, le ten d au f le u r i s t e , q u an d il re m a rq u e q u e lq u e
c h o s e d ’étra n g e, c o m m e des sig n es sur le b ill e t .
« A t te n d e z ... te n e z , j ’ai le c o m p t e ... V o ilà , 25 eu ros.
- Au re v o ir, M o n s ie u r le c o m m is s a ir e .»
U n e fo is dans la rue, le c o m m is s a ir e G ra s se t c o n s i d è r e
av ec a t te n t i o n le b ill e t . Ces s ig n e s, on d ira it des c h if f r e s .

1. la livraison : rem ise d ’un objet à d om icile.

6
UN BILLET ro u n L [ COMMISSAIRE

U n e p o u s s iè r e n o ir e re s te c o l l é e à ses d oigts. Il s ’e s s u ie à
so n m o u c h o ir et h a u s s e les é p a u le s en s o u r ia n t :
« D é c id é m e n t , je v o is du m y s tè re p a rto u t ! C ’est u n e
d é fo r m a tio n p r o f e s s i o n n e l l e !...»
Un p eu p lu s tard, il est t r a n q u il le m e n t a ss is dans son
f a u t e u il q u an d sa fem m e l ’i n t e r p e l l e :
«Dis d o n c, c h é r i, tu as c o n s o l é u n e jo l i e b lo n d e , ce
m a t in ?» S a r c a s t i q u e , e lle t ie n t à la m a in un m o u c h o ir .
« C o m m e n t ? Q u ’e s t- c e que tu r a c o n t e s ? Et q u ’e s t-c e que
tu fais av ec m o n m o u c h o ir ?
- T o n m o u c h o ir , je v a is le la v er. M a is j ’au ra i du m al à
e n le v e r c es ta c h e s de r im m e l... et je me d e m a n d e c o m m e n t
e l le s so n t a rriv é e s là !
- Du r im m e l, tu en es sûre ? C ’est b iz a rre !»
Le c o m m is s a ir e G ra s se t se lè v e d ’un b o n d , va p re n d re sa
v e ste dan s le p la c a r d 1, r e tir e du p o r t e f e u i lle le b i l l e t de 50
eu ros. Il regarde de p lu s près les c h if f r e s é c r its au rim m e l.
Il va vers le té lé p h o n e et form e le n u m é ro du c o m m is s a r ia t :
« A llô , V ig n o t ? Ici G rasset. É c o u te , je sa is que je su is à
la r e tr a ite , m a is j ’ai b e s o i n d ’un r e n s e ig n e m e n t . C h e r c h e un
peu s ’il y a un a b o n n é au n u m é r o ... a tte n d s ... j ’ai du m a l à
li r e ... 0 1 . 4 1 . 5 6 . 8 7 . 9 9 . N on, ne p ose pas de q u e s t io n s ! Je
t ’e x p l iq u e r a i p lu s tard. R a p p e ll e - m o i dès que tu sa is '
q u e lq u e c h o s e .»
Le c o m m is s a ir e G ra s se t r a c c r o c h e 2, le m y s t é r i e u x b i l l e t
de 50 eu ros à la m a in , d ev a n t sa fem m e i n t e r l o q u é e ...

1. le p lacard : arm oire fixe, en castrée dans un mur.


2. ra ccro ch e : repose le téléph one pour interrom pre la com m u nication.

8
A C T I V I T É S '

Compréhension orale
Écoutez et cochez les bonnes réponses.

3 ELF ^ Le numéro que l ’on entend est


a. O le 01 4 4 5 6 7 8 .
b. O le 0 5 4 4 5 6 7 8 .
c. □ le 0 1 4 5 5 5 78.

2. La personne qui répond au téléphone s’appelle


a. HJ Madame Grosset.
b. j Madame Jasset.
c * EU Madame Grasset.

3. La personne qui téléphone s’appelle


a. □ commandant Nimier.
b. J commandant Dimier.
c. 'J commandant Vivier.

4. Cette personne annonce à son interlocutrice


a. □ qu’on a volé sa voiture.
b. □ qu’on a retrouvé sa voiture.
c. □ qu’on a tamponné sa voiture.

La personne au bout du fil répond que


a. □ cela n ’est pas possible.
b. □ cela est impossible.
c. □ cela est tout à fait possible.

En fait, il s’agit de la voiture


a. □ d’une autre personne.
b. □ de la même personne.
c. □ de sa voisine.

9
Compréhension écrite

d elf| J Lisez ce prem ier chapitre, puis dites si les affirmations sont vraies
ou fausses.
V F
1. Le commissaire ne travaille plus, il est à la retraite. fa □
2. Il sort tous les dimanches matins faire une bonne □ □
promenade.
3. Il achète seulement Le Figaro. □ □
4. Il s’arrête chez le fleuriste pour acheter des fleurs à □ □
sa fiancée.
5. Il désire qu’on livre des roses rouges à son bureau. □ □
6. Sur un billet, il voit quelque chose d’écrit. □ □
7. Il s’essuie les doigts sur son pardessus. □ □
8. Sa femme est un peu jalouse. □ □

Q Complétez le résumé de ce chapitre.

Monsieur Grasset e s t .............................. mais il ne travaille plus, car il


................................Tous les matins, il a le temps de se promener,
d’aller ach eter................................Ce matin-là, il est très pressé car
................................Mais il n ’oublie pas de passer chez le fleuriste pour
................................Il va payer le fleuriste quand il se rend compte que
................................Plus tard, chez lui, il ne pense plus au mystérieux
billet. Mais quand sa femme lui demande s i .............................. il est
étonné, et il se demande qui a pu é c rire ............................... au rimmel
sur un billet de banque. Pour le savoir, il téléphone.............. ; ...............

10
a c t i v i t é s

Grammaire

C’est / Il est
C 'est une déformation professionnelle.
C ’est bizarre.
C’est / Il est + adjectif
Faites cet exercice, il est facile.
Je ne fum e pas, c ’est mauvais pour la santé !
• Dans la première phrase, le sujet du verbe est le pronom
personnel masculin «il», qui reprend le substantif «exercice».

• Dans la deuxième phrase, le sujet du verbe est le pronom


démonstratif neutre «ce», qui reprend le verbe «fumer».

Il est interdit de fumer.


• Il s’agit d’une phrase impersonnelle. La structure à respecter est
la suivante : il est + adjectif + de + verbe à l’infinitif

C’est / Il est + substantif


• Quand le verbe «être» est suivi d’un substantif précédé d’un
déterminatif, on emploie le présentatif «C’est» :
C ’est m a sœur ; C ’est un journaliste ; C ’est le livre.
• Quand le substantif est seul, sans déterminatif, on emploie le
pronom personnel sujet «il» ou «elle» :
E lle est journaliste ; Il est ingénieur.

11
A G T I V I T E S

Q j Corrigez si nécessaire.

1. Il est Monsieur Grasset. Il est commissaire.

2. Ce sont les billets du fleuriste. Ce sont neufs.

3. Il est son portefeuille. Il est rouge.

4. Ce sont des roses rouges. Elles sont pour Madame Grasset.

5. Ils sont des signes. Ils sont écrits avec du rimmel.

6. Elles sont des taches noires. Elles sont sur le billet.

7. C’est Le Figaro, il est un magazine qui sort toutes les semaines.

8. C’est un faux billet. C’est vert et les billets de vingt euros sont
bleus !

Q Complétez avec il est, c ’est, ce sont, ils sont, elle est, elles sont.

1..............beau, la retraite !
2 ..............un billet de deux cents euros.
3..............vrais, vos billets ?
4 ..............notre anniversaire de mariage.
5................magnifiques, ces roses !
6. M. Grasset, à la retraite !
7..............une déformation professionnelle.
8 ..............un peu jalouse, elle a trouvé du rimmel sur son mouchoir.

12
A C T I V I T É S

Q Transformez les phrases selon les stim uli.


E x e m p le : II est interdit d'entrer sans frapper.
N'entrez pas sans frapper, c'est interdit.
1. Il est imprudent de se mêler de choses qui ne vous regardent pas.

2. Il est important de préparer sa retraite.

3. Il est plus prudent de ne pas parler avec des inconnus.

4. Il est fondamental de se reposer après une journée de travail.

5. Il est important d’offrir des fleurs à sa femme.

6. Il est naturel de veiller sur sa santé.

7. Il est urgent de téléphoner à la police.

8. Il est important de prendre des vacances.

Enrichissez votre vocabulaire

Q Recherchez dans le texte les mots qui ont un rapport avec l’argent.
substantifs euros, portefeuille ...
verbes changer ...
adjectifs faux ...
expressions je vous dois combien ...

13
A C T I V I T E S

j Inventez de brefs dialogues en u tilisan t les m ots que vous avez


trouvés.

• Un client voudrait acheter un kilo de tomates ; les tomates coûtent


2,75 euros le kilo, il donne au vendeur un billet de dix euros.
• Au supermarché, Madame Bonnefoi est à la caisse. La caissière lui
demande 135 euros, malheureusement Madame Bonnefoi n ’a que
130 euros sur elle. La caissière appelle le responsable M. Burtin.
M. Burtin connaît Madame Bonnefoi et donne les cinq euros qui
manquent. Mme Bonnefoi est désolée et confuse.

Production écrite

] Quels personnages avez-vous rencontrés ? Pensez-vous qu’ils auront


tous de l ’im p ortan ce pour la suite de l ’histoire ? Établissez pour
chacun une «fiche signalétique».

sexe :

âge :

profession :

signes p articuliers :

Et m aintenant présentez-les.

Q j P arm i les élém ents su ivan ts, lesquels vous sem blent im p ortan ts
pour la suite de l’histoire ?

a. Q] M. Grasset est à la retraite.


b. Q Le fleuriste plaisante avec M. Grasset.
c. Q Sur le billet de 50 euros, il y a un numéro de téléphone
mystérieux.

14
A ^ A * * * x — ~

Détente
Horizontalem ent î
profession de M. Grasset

Verticalem ent
1. Il faut l ’être, si on veut découvrir la vérité et M. Grasset l ’est
puisqu’il fouille partout.
2. On le dit d’une personne qui utilise une méthode.
3. On le dit de quelqu’un qui comprend vite.
4. Si on plaît aux gens, on l ’est.
5. On le dit de quelqu’un qui est embarrassé.
6. C’est quelqu’un qui a de l ’énergie.

1 2 3 4 5 6

□□□□□□□□□□□
□ □ □ □ □ □
□ □ □ □ □ □
[U eu □ □ □ □
□ n □ □ □ □
D □ □ □ □ □
□ □ □ □ □ □
□ □ □ □ □
□ □ □ □
□ □ □
□ □

15
— &
TOUT CE MAL TOUR RIEN
Ais e n f i n , q u a n d e s t - c e que c e t i m b é c i l e va me

n
rappeler ? ? ! »

Le c o m m i s s a i r e n e t i e n t p a s e n p l a c e . Il f a u t
d ire q u ’ap rès p lu s de 30 ans d ’a c t iv it é , il a b ie n
du m a l à s ’h a b i t u e r à la r e t r a i t e . Il p e n s e q u e p e u t - ê t r e
q u e l q u ’u n e s t e n d a n g e r , i l se d e m a n d e p o u r q u o i u n e
fem m e - car c ’est sû re m e n t u n e fem m e ! - a é c r it ces
c h if f r e s , san s dou te un n u m é r o de t é lé p h o n e , sur un b i l l e t
de b a n q u e ! Le b i l l e t est n e u f, il n ’est pas f r o is s é 1, il est
p a ss é dans peu de m a in s ...
Il est p re sq u e m id i ! G ra s set n ’en p eu t p lu s ; il e n f ile
son p a r d e s s u s , ses c h a u s s u r e s . C ’est à p e in e s ’il ré p o n d à
sa fem m e qui lu i c rie que le d é je u n e r est p re s q u e p rê t, et
qui lu i d e m a n d e de ne pas re n t r e r trop tard.
Le c o m m is s a r ia t n ’est pas très lo in . G ra s se t y est
to u jo u r s a llé à p ied . Il y a un peu de v erg la s 2 sur les
t r o tto irs ; il d oit fa ire a t te n t io n , s ’il ne v eu t pas se c a s s e r
u ne ja m b e .

1. pas froissé : sans un pli.


2. le verglas : plaque de glace. 16
TOUT CE HAL TOUR RIEN

Q u a n d il arri ve, ses e x - c o l l è g u e s l ’a c c u e i l l e n t en r iant ,


avec les m ê m e s p l a i s a n t e r i e s 1 : « Al o rs , c o m m i s s a i r e , vous
avez déj à la n o st a lg i e ? V ou s v o ul e z r ep r e n d r e du s e r vi c e ?»
Il t rou ve V i gn o t dans son b u re a u , en t r ai n de c a s s e r la
c r oû te : un s a n d w i c h j a m b o n - b e u r r e et u ne c a n e t t e de

b i èr e 2.
« Pa t r on ! Q ue l b o n v en t ? Je v i e n s d ’a p p e l e r c h e z v ou s !
Vot re f e m m e m ’a dit que v ous ét ie z sorti. ..
- A rr êt e de m ’a p p e l e r « P at r on » ! Je ne su is pl us t on
pa t r on !
- Oui, e x c u s e z - m o i . . . M ai s v ous savez, p at r on ,
l ’h a b i t u d e . . . oh, p a r d o n !
- A lo r s, ce n u m é r o ? Q u ’e s t - c e que tu as d é c o u v e r t ?
- B e n , r ie n de s p é c i a l ! U n e f a m i l l e t out à fait
n o r m a l e . . . pas de d i s p a r i t i o n , pas de p l a i n t e . . . r i e n, quoi !
- C ’est q ua n d m ê m e bi za rr e. . .
- Quoi , pa t ro n ? V ou s m ’e x p l i q u e z ce qui se p a ss e ?...
- L a i s se .. . d i s - m o i , c et t e f a m i l l e , où el l e h a b i t e ?
- T e n e z , j ’ai t out n ot é là... Ma i s v ous a ll ez m ’e x p l i q u e r !
- A p rè s ! M a i n t e n a n t , j ’ai à faire.
- Ma i s e n f in , p at r on , v ous ne p ou v e z pas me l a i s s e r sans
r ie n me dire... Et pu is, v ous êtes à la re t ra i te ! Q u ’e s t - ce qui
vous ar ri ve ?
- L a i s s e - m o i t r a n q u i l l e ! S a l u t !»
D ’un si gne de la m a in , Gr as s et est d éjà sorti. Il
c o m m e n c e à en a voir ass ez, de s ’e n t e n d r e dire c e n t fois par

1. la p la isa n terie : quelque chose q u ’on dit pour faire rire.


2. une canette de b ière : une p etite b o u teille de bière.

17
UN BILLET TOUR LE C0f in i 55AIRE

j o u r q u ’il est à la r et r ai te ! Ce n ’est pas u ne r a i s o n po u r ne


r i e n faire ! Et pu is , si q u e l q u ’un était en danger ?
Il a p p e l l e un t axi, et se fait
c o n d u i r e à l ’a d re s se que
V i g no t lui a d on n é e . C ’est
un q u ar t ie r de la p r o c h e
b a n l i e u e . Il est m i d i et
d emi , déjà. .. Sa
f e m m e doi t être en
c o l è r e ! P ou r le ur
a n n i v e r s a i r e de
m ar ia g e, c ’est du
b e a u g â c h i s ! T a n t pis,
m a i n t e n a n t , il doit
a l l er j u s q u ’au b o ut !
Le t ax i le d é p o se d ev an t
un p e t i t p a v i l l o n b l a n c , e n t o u r é d ’un j a r d i n ; d e u x v él os
so n t a p p u y é s c o n t r e la gri lle. Le c o m m i s s a i r e s o nn e . Un
h o m m e d ’u ne q u a r a n t a i n e d ’a n n é e s e n tr o u v r e la por te :
« B o n j o u r , M o n s i e u r , vous dé si r ez ?
- C o m m i s s a i r e Gras set , de la p o l i c e c r i m i n e l l e . . . Je p e u x
v ous p os e r q u e l q u e s q u e s t i o n s ?»
L ’h o m m e a l ’air af fol é 1 : « Q uo i ? Q u ’e s t - c e qui se p a s s e ?
M o n fils a eu un a c c i d e n t ?
- Non, je v e u x j u s t e v ous d e m a n d e r q u e l q u e c h o s e . . . il
n ’est r i e n arri vé de grave. Ne v ous en f ait es pas.
- E n tr e z. . . V o u s m ’avez fait peur . . . V ou s savez, m o n fils

1. affolé : il a peur.

18
TOUT CE HAL TOUR RIEN

se d é p la c e en m o b y le t t e ... A lo rs , la p o l i c e .. . j ’ai tou t de


su ite im a g in é le p ir e ... Je v o u s en p rie , e n tre z , a s s e y e z -

v o u s ...»
Le c o m m is s a ir e le su it dans u n p e tit s a lo n ; u n e je u n e
fille est en tra in de lire u n m a g a z in e .
Q uan d le c o m m is s a ir e sort le b i l l e t de 50 eu ro s, a v ec les
c h iffr e s m y s t é r i e u x , e lle é c la t e de rire :
«N otre n u m é r o de t é lé p h o n e ? M a is c ’est m o i qui l ’ai
éc rit. - C o m m e n t toi ?» S o n père s ’est to u rn é vers e lle .
«O ui, je v o u la is la i s s e r m o n n u m é r o à M a r tin e , u n e
n o u v e lle c o p in e . On n ’a v ait pas de p a p ie r, n i de c r a y o n ...
A lo rs e lle a p ris u n b i l l e t dans so n p o r t e f e u i lle , et j ’ai é c r it
d essu s. Et p u is, c ’est pas du r im m e l ! C ’est du k h ô l, le
c ra y o n p ou r les y e u x !...»
Le c o m m is s a ir e est d éjà d eb o u t, p re s q u e h o n t e u x Il se
se n t p lu tô t r id i c u l e . À q u o i v o u l a it - il jo u e r ? au ju s t i c i e r
s o lit a ir e ? Il s a lu e , l a i s s a n t ses i n t e r l o c u t e u r s é t o n n é s ...
Le ta x i l ’a tte n d . Il se fa it r e c o n d u ir e c h e z lu i... 28 eu ros !
la n o te est s a lé e ... et c e tte f o i s - c i, pas q u e s t io n de la faire
p a ss e r p ou r u n e n o te de frais ! E n c o l è r e , il te n d au
c h a u ffe u r le fa m e u x b ill e t .
«Ga rde z la m o n n a i e !»
D é c i d é m e n t , il aurait m i e u x fait de ne pas sor ti r de c h e z
lui, ce m a t i n !
S o u d a i n , il s ’arrête net. De v an t la por te de son
i m m e u b l e , il y a des v o i t u re s de p o l i c e , u ne a m b u l a n c e , un
a t t r o u p e m e n t de c u r i e u x . . .

1. honteux : il a le sen tim en t d'avoir agi stupidem ent.

19
A C T I V I T É S

Compréhension orale

D Écoutez et complétez.
Le .................. Grasset prend un taxi et arriv e de Rivoli. Il
descend, i l pressé. I l .................. autour de lui, l ’air inquiet :
quelqu’un l ’a suivi. Il décide d’......................... sur le trottoir : ...........
verra bien de quoi il s’agit. U n ............. le dépasse, il porte un
................. beige et fume l a ................... il a aussi u n ...................... sur la
tête ; .........................le reconnaît, mais c ’est ça, il a compris :
................... qui le suivait, c ’était Maigret. Il .................... son courage à
deux mains et l ’interpelle :
- Oh vous ! Je vous ................ ! Vous êtes Maigret, n ’est-ce pas ? Cet
.................... . c e t t e ......................... c ’est vous ?
- Euh ! Oui, je me suis fait avoir comme un bleu !
- ............................... m ’avez-vous suivi ?
- Cette affaire d e ........................... , elle m’intéresse aussi.
- Ah bon ? Alors pourquoi ne pas .............................ensemble ?
- Bonne idée ! A u ......................alors ! ! !

Compréhension écrite

DEL f Q Parm i les affirm ations suivantes dites quelles sont les bonnes.

1. Le commissaire fait attention dans la rue


parce qu’il a peur de tomber.
b. □ parce qu’il a peur de quelqu’un.
c. □ parce qu’il a peur de se tromper.

2. Au bureau, Vignot
a. Q est en train de lire un journal.
b. Q est en train de suivre les actualités.
c. Q est en train de casser la croûte.

20
c T I v I T É S

3. Le c o m m is s a ir e a p e u r que
a. EU quelqu’un se trouve en danger.
b. □ quelqu’un se moque de lui.
c. ED quelqu’un l ’appelle chez lui.

4. Le commissaire est en retard


a. Q il est minuit et demi.
b. O il est midi et demi.
c. EE1 ü est une heure et demie.

5. Le commissaire arrive devant


a. □ un petit papillon blanc.
b. □ un petit pavillon blanc.
c. EU un petit patio blanc.

6. Un homme lui ouvre la porte, c ’est


a. Q le père du malfaiteur.
b. EE le père du voleur.
c. □ le père d’un jeune garçon.

7. Une jeune fille arrive, c ’est


a. EE elle qui est allée au commissariat.
b. □ elle qui a écrit sur le billet.
c. □ elle qui a téléphoné à la police.

8. Quand Grasset arrive chez lui


a EE il y a une ambulance devant la porte de son immeuble.
b. □ il y a un taxi devant la porte de son immeuble.
c. □ il y a un attroupement devant la porte de son immeuble.

21
A C T I V I T É S

Q Remettez en ordre les phrases suivantes résum ant le contenu de ce


chapitre.

a. EE La jeune fille dit qu’elle a écrit son numéro de téléphone


pour une copine.

b. EU Grasset est impatient et il décide d’aller au commissariat.


c. □ Grasset voit beaucoup de monde devant son immeuble.

d. □ Le taxi dépose Grasset devant un petit pavillon de banlieue.

e. O Au commissariat, tous ses ex-collègues accueillent Grasset en


plaisantant.

f. O Vignot donne à Grasset l ’adresse de l ’abonné du numéro


inscrit sur le billet.

g. O Grasset s’en veut d’avoir été si ingénu.

Gram maire

La forme interrogative directe


«Q uand est-ce q u e cet imbécile va me rappeler ?»
• Il existe trois façons de formuler une question :
1. L ’intonation (langue orale)
Tu m'entends ?
2. Est-ce que + sujet + verbe
Est-ce que tu m'entends ?
3. L ’inversion du sujet
M 'entends-tu ?
• Quand le sujet est un substantif, il faut le reprendre par un
pronom personnel sujet :
Jacques a- t-il téléphoné ?
(On remarque dans ce dernier exemple que l’on insère un «t»
euphonique, qui sert à éviter de prononcer deux voyelles consécutives)

22
I V É S

mm jjgüsez le chapitre, retrouvez toutes les interrogatives directes, et


classez-les (intonation, est-ce que..., inversion).

intonation est-ce que... inversion

l«©> B Écoutez les p hrases puis dites si ce sont des énonciations ou des
interrogations selon l’intonation.

Phrases énonciation interrogation

1.

2.

3.

4.

5.

6.

23
Q Trouvez les questions aux réponses suivantes.

Exemple : Qu'avez-vous fait hier soir de huit à neuf heures ?


Euh....hier soir de huit à neuf heures, eh bien, je regardais la télé.
1 . .......
À dix heures, je suis allé me coucher.

2 ...................................................................................................................................
Oui, ma femme était avec moi.

3..........................................................................................................................................
Je ne crois pas, elle est partie ce matin.
4..........................................................................................................................................
Chez sa mère à Lyon.

5..........................................................................................................................................
Je ne sais pas, elle ne me l ’a pas dit.

6...................................................................................................................................
Non, elle n ’a pas de téléphone portable.

7 ..........................................................................................................................................
Eh non, sa mère n ’a pas le téléphone.

Enrichissez votre vocabulaire

Q Retrouvez dans le texte tous les termes ayant un rapport avec le


monde du travail.

substantifs activité, retraite ...

verbes reprendre du service ...

24
^ jouer avec un c a m a r a d e .

Vous vous présentez dans une entreprise qui recherche un(e)


secrétaire bilingue. Le directeur du personnel vous reçoit. Il vous
pose des questions sur vos expériences de travail, les stages que vous
avez faits à l ’étranger, vos loisirs etc...N’oubliez pas non plus de dire
quelles études vous avez faites, (dates y comprises).

Q Que signifient ces expressions ? Choisissez la bonne réponse.

1. Il ne tient pas en place


a. Q il n ’a pas de place pour s’asseoir.
b. Q il n ’est pas à sa place.
c. Q il est très agité.
2. Il casse la croûte
a. \~\ il mange un repas froid.
b. Q il ne mange que la croûtedupain.
c. Q] il casse un vieux vase.

Production écrite

Vous envoyez un mél au com m issaire G rasset. Tous les soirs, un


m ystérieux individu s’arrête devant chez vous. Vous lui demandez
de passer vous voir.
nmmmm Ea
^ Enuoyer <$*!, Enuoyerplu*tard j Signafure options y i!~*j -
Compte: ( îj
0 R: t
9 Ce:
3 Cni:
Objet: r 1
Pièce*jointes: Aucune :
U V-dana * |B / U T ,|W _ •

----------- '..-------------- ■
---- ----—-,

25
A C T I V I T É S à

DELF Q j Transform ez ce mél en lettre officielle.


N’oubliez pas d ’indiquer votre ad resse et num éro de téléphone,
l’adresse du com m issariat, l’objet de votre lettre, terminez p ar une
formule de politesse.

Monsieur le commissaire Grasset,

Détente

Qj Huit d étectives et p o liciers célèb res, p ersonnages de rom an s, de


films ou de bandes dessinées se cach en t dans cette grille. Il y a
même un agent secret avec eux. Trouvez-les !
Toutes les lettres restantes vous donneront le nom d’un cam brioleur
qui s’est glissé parm i eux. Réussiront-ils tous ensemble à lui passer
les menottes ?

00000000
0 0 0 0 0 0 0 0

00000000
00000000
00001000
00000000
00000000
00000000
26
UN CRIÎ1E ÉTRANGE
N poli cier bar re l ' e n tr ée de l ' i m m e u b l e .

U
« Qui ê t e s -v o u s ? Où v o u l e z - v o u s a ll e r ?

- M a i s. .. c h e z m oi ! Q u ' e s t - c e qui se p a ss e ?
- Il y a eu un c r i m e . . . C o m m e n t v ous a p p e l e z -
vous ?
- Un c r i m e ? Ma i s je suis le c o m m i s s a i r e Gr asset .. .
J ' ha bi t e au d e u x i è m e . Je doi s r en t r e r c h e z m o i !»
Le p o l i c i e r est t r ou b l é 1.
« Ah ! Le c o m m i s s a i r e Gras set .. . E uh .. . S u i v e z - m o i , s'il
vous pl a î t . . . »
Gra sset ne c o m p r e n d r ien. Il suit le p o l i c i e r . S u r son
passage, les autres l o c a t a i r e s , qui d i s c u t a i e n t dans
l ' e s c a l i e r , d e v i e n n e n t s u b i t e m e n t s i l e n c i e u x . Il c o m m e n c e à
se s e nt i r i n q u i e t , un v i l a i n p r e s s e n t i m e n t lui fait m o n t e r
les e s c a l i e r s p l us vite. S u r le p a l i e r du d e u x i è m e étage, il y
a un v é r i t a b l e a t t r o u p e m e n t : des gens t e n d e n t la t ête, des
p o l i c i e r s t i e n n e n t les c u r i e u x à l 'écart . La por te de son
a p p a r t e m e n t est gra nde ou ve rt e, des h o m m e s v on t et
viennent.

1. troublé : em barrassé, ému. 27


UN B I L L E T POUR LE COfiniSôAIRE

« Ma i s q u' e s t - c e qui s' est p as s é ? M ai s où est ma f e m m e ?


D i t e s - m o i ce qui s ’est p a ss é !»
Le p o l i c i e r qui le p r é c é d a i t se re t ou r ne .
« A t t e n d e z un i n s ta n t, je vais a p p e l e r le c o m m i s s a i r e .
- Ma i s je v e u x r e nt r er c h e z m oi ! Q u ’es t- ce qui se p ass e ?
E x p l i q u e z - m o i !»
Il est sur le pas de la por te, il voi t ar ri ve r Vignot.
« V ig no t, q u ’e s t - ce que tu fais c h e z m oi ? Tu vas
m ’e x p l i q u e r . . . »
V ig n o t le p r e n d par le bras.
« M o n s i e u r Gras set .. . il est arr i vé q u e l q u e c h o s e de
t e r ri b le . . . Vot re f e m m e . . .
- Quoi , ma f e m m e ?
- E l l e a été a s s a s s i n é e . V e n e z !»
Gr as s et est c o m m e pa ra l ys é. Un e légère p r e s s i o n de
V i gn o t sur so n bras le r a m è n e à la r éa l i té.
« V e n e z , il faut me s ui vr e. »
Il su it Vi gn ot , c o m m e s ’il était dans u ne m a i s o n
i n c o n n u e , q u ’il n ’avait j a m a i s vue. Il p a r c o u r t un long
c o u l o i r , p ui s p é n è t r e dans la d e r n i è r e p i è c e à g a uc he . C ’est
son b ur ea u. Il res te m ue t , p é t r i f i é sur le pas de la porte.
Les h o m m e s de la b ri ga de c r i m i n e l l e s ’a f f ai re nt . Ils
tracent des si gnes sur le p l a n c h e r . Par terre, il y a des
t ac h e s .
Gr as s et fait q u e l q u e s pas au m i l i e u de la p i è c e . Il se
b a i s s e p ou r o b se rv e r c es t a c h e s . . . du sang ! V i g no t est
t o u j o u r s à c ôt é de lui. Il l ’arrête.
« E x c u s e z - m o i , m a is il ne faut r i e n t o u c h e r . V o u s savez

28
UN BILLET POUR LE COIWIÔSAIRE

ce que c ’est... E l l e a sa ns d oute été a s s o m m é e 1, par


derr i èr e. E l l e a u n e b l e s s u r e à la n u qu e . C ’est vot re v o i s i n
de p a l i e r qui l ’a t rou vé e. Il a vu la por te gra nd e ou ve rt e, il
a s e nt i u n e o de ur de b r ûl é , de la f um é e, alors il est ent ré et
il l ’a t r o u vé e dans le b u re au . . . Dans la c u i s i n e , il y avait un
rôti c a r b o n i s é dans le four. E l l e d ev ai t être en t r ai n de
c u i s i n e r , q u an d l ’a s s a s s i n est v enu. E l l e est s û r e m e n t mor t e
sur le c o u p . »
Le c o m m i s s a i r e est st upéf ai t.
« Ma i s qui ? Qui a fait ça ? P o u r q u o i ?»
Il a p r e s q u e h u r l é sa q u e s t i o n . U n s i l e n c e de mor t
e n v a h i t la p i è c e . T o u s les regards se sont t o u r n é s vers lui.

1. elle a été assom m ée : on lui a donné un coup sur la tête.

30
E

Compréhension orale
| Écoutez et dites si les affirmations sont vraies ou fausses.

DEL F V F
Un flash d’actualité interrompt le journal télévisé. □ □
Un flash d’actualité interrompt une série télévisée. □ □
Il y a eu un braquage dans une agence du Crédit
Lyonnais.
□ □
Il y a un reportage sur une agence du Crédit Lyonnais. □ □
Les malfaiteurs sont au nombre de vingt. □ □
Les malfaiteurs sont au nombre de cinq. □ □
Les otages sont menacés de mort si les malfaiteurs
n ’obtiennent pas ce qu’ils veulent.
□ □
Les otages sont menacés de mort si les malfaiteurs
obtiennent ce qu’ils veulent.
□ □

Le nom de l ’envoyé spécial est Philippe Gérôme. □ □


Le nom de l ’envoyé spécial est Philippe Giraud. □ □
Autour de la banque, il y a un commando du GIGN. □ □
Autour de la banque, il y a un commando du GIGL. □ □
Tout à coup, on entend une explosion. □ □
Tout à coup, on entend une implosion. □ □
Les malfaiteurs sont tous morts. □ □
Les malfaiteurs se rendent. □ □

31
A C T I V I T É S

Compréhension écrite

DEL f Q Lisez ce troisièm e chapitre puis répondez aux questions.

a. Où se déroule l ’action ?

b. Que s’est-il passé ?

c. Mettez une croix dans les cases qui correspondent aux


sentiments, aux convictions ou aux états d’âme des personnages

1. Le policier à l ’entrée de l ’appartement de Grasset est


] embarrassé.
] en colère.
| | troublé.
] stupéfait.
| | étonné.

2. Lorsque Grasset apprend ce qui est arrivé, il est


| | embarrassé.
□ en colère.
] troublé.
| | stupéfait.
| | étonné.

3. Vignot pense que


□ l ’assassin a surpris Mme Grasset par derrière.
| |Mme Grasset connaît l ’assassin.
| |Mme Grasset et l ’assassin se sont battus.
| |Mme Grasset attendait l ’assassin.

32
pr
a c t i v i t é s

g C om plétez le résu m é.

Grasset ne peut pas rentrer dans son immeuble, parce q u e ....................


Quand il dit son nom, le p o lic ie r.......................Dans les escaliers, et
sur le palier du deuxième étage, des g e n s Vignot est dans
l ’appartement, et il annonce à Grasset q u e .......................C’est un
voisin q u i ................... : il a v u ..................... et il as e n t i ........................ Le
cadavre é ta it...................... Madame Grasset a sans doute é t é .....................
Il y a beaucoup de personnes dans la pièce : quand Grasset demande
.................. . tout le m o n d e.....................

Grammaire

Le féminin des adjectifs


Elle est m orte sur le coup.
Une l é g è r e pression.
En règle générale, on forme le féminin en ajoutant un «e» au masculin :
grand / grande, fatigué / fatiguée
Mais il y a d'autres façons de former le féminin :
• certains adjectifs se terminant par un «e» muet au masculin
restent invariables :
facile / facile, rouge / rouge
• les adjectifs qui se terminent par une consonne au masculin se
transforment :
-er -ère léger / légère
-eux -euse heureux / heureuse
-el -elle naturel / naturelle
-et -ette m uet / muette
-et -ète inquiet / inquiète
-f -ve vif / vive
• attention, certains adjectifs ont deux formes différentes au
masculin :
beau - bel / belle
nouveau - nouvel / nouvelle
vieux - vieil / vieille
33
A C T I V I T É S

I l Retrouvez tous les adjectifs du chapitre et donnez le m asculin ou le


féminin (la forme manquante).

Silencieux / silencieuse
Inquiet / inquiète

Production écrite

Q Voilà une petite annonce qu’une grande entreprise a fait publier sur
L e F iga ro . Mais elle a oublié qu’elle devait s’adresser aussi bien à
un public m asculin que féminin : corrigez-la.

Laboratoire pharmaceutique M érieux


de la région Lyonnaise recherche
un pharmacien.
Il devra rem plir la fonction de ch ef de production.
Il devra être : dynamique, entreprenant, organisé,
chaleureux avec la clientèle, capable de gérer les
rapports avec le personnel.
Il devra posséder : une solide form ation dans le secteur.

34
a c t i v i t é s

Q Après avoir lu cette annonce, Josyane Dupré répond à l’entreprise


et envoie son CV. Elle n’a pas fait les accords des adjectifs et des
participes passés utilisés comme adjectif. Corrigez-les.

Curriculum Vitae
Ptat Civil
• Nom : Dupré
• Prénom : Josyane
• Domicile: 50 avenue P. Yves Farges 69006 Lyon
• Né le 10 avril 1978 à Châlon sur Saône (département de la
Saône et Loire).
• Marié sans enfants
F.tudes
• licencié ès pharmacie à Lyon
• Connaissances :
langue vivant (lu, écrit, parlé) anglais
langue vivant (lu, écrit) espagnol
• Stage de formation de trois mois aux Laboratoires Boiron
• Stage de formation de quatre mois aux Laboratoires Bayer
Disponibilité
•prêt à remplir ce poste immédiatement

Enrichissez votre vocabulaire

Q Relevez dans ce chapitre tous les mots ayant un rapport avec le crime.

substantifs crim e ...

verbes assassiner ...

P ou r les m ots su ivan ts, re c h e rch e z des term es a p p a rte n a n t à la


m êm e fam ille le x ica le .

A ssassin, assassinat, assassiner


• Crime, .........................................
• M eurtre,.....................................
• Enquête, .....................................

35
A C T I V I T E S

Compréhension écrite

DEL f Q Lisez le document suivant.

Les vacances de M aigret


Année : 1 9 9 5 . Origine : France. Réalisation : Pierre Joassin. D’après le
roman de Georges Simenon. Genre : policier. Durée : 95 min.
Distribution : Bruno Cremer (Jules M aigret)

RÉSUMÉ
Le couple M aigret passe quelques jours dans les Ardennes belges, dans la
famille de madame. Le lendemain de leur arrivée, Louise M aigret doit être
hospitalisée d’urgence pour une appendicite. Le soir même, après avoir
rendu visite à sa femme, le comm issaire trouve dans sa poche un billet le
suppliant de s’intéresser à la patiente du lit n° 15. Il s’agit de Liliane
Godreau, une jeune fille qui est dans le coma à la suite d’un accident de la
route. Liliane est, en fait, la belle-soeur du docteur Delaunay, le chirurgien
qui a opéré Louise. Les circonstances de l’accident semblent étranges. Le
lendemain, Liliane décède des suites de ses blessures. Intrigué par ces
faits, M aigret décide de re ste r en Belgique pour élucider cette étrange
affaire.

Puis répondez aux questions.

1. Ce texte
| présente un acteur.
] présente un auteur.
] présente un téléfilm.

2. Complétez la fiche de présentation de ce document.

nature du réalisateur date de parution nationalité inspiré de


document

36
A C T I V I T É S

3 . Chez qui les Maigret vont-ils passer les vacances ?


] Chez les parents de Jules Maigret.
] Chez les parents de Louise Maigret.
] Chez le parâtre de Jules Maigret.

4. Dites si les affirmations suivantes sont vraies (V) ou sont fausses


(F). Si le texte ne donne pas l ’information demandée mettez une
croix dans la case (?)
V F ?

a. Les Maigret passent leurs vacances dans les


Ardennes.
□□□
b. Mme Maigret a un accident et elle est
hospitalisée.
□□□
c. M. Maigret rend visite à son épouse. □□□
d. Il trouve une lettre d’amour dans sa poche. □□□
e. La patiente du lit n° 15 a une crise cardiaque. □□□
f. Cette patiente dont le prénom est Liliane n ’est
pas beaucoup aimée du docteur Delaunay.
□□□
g- Liliane meurt deux jours après. □□□
5. Qui est M. Delaunay ?
] Le beau-frère de Liliane.
] Le chirurgien qui aopéré Liliane.
] Le chirurgien qui aopéré Louise.

37
A C T I V I T É S

Compréhension du chapitre

Q À la fin du chapitre, tous les regards se tournent vers Grasset.


Pourquoi ? Que peut penser Vignot ?
En tan t que le cte u r, vous savez que G rasset ne peut pas être
l’assassin, vous connaissez son emploi du temps...
Faites deux listes pour récapituler ce qui est arrivé depuis le matin :
ce que vous savez, ce que Vignot sait... Que pouvez-vous déduire sur
le comportement de Vignot vis-à-vis de Grasset ?

ce que vous savez ce que Vignot sait


Grasset a trouvé un billet Grasset a demandé un
mystérieux. renseignement sans donner
d ’explication.

Détente

Derrière cette charade se cache le titre d’un grand film.

• Mon premier est la première lettre de l ’alphabet.


• Mon second est l ’extrémité de quelque chose ou tout simplement
un morceau.
• Mon troisième est une préposition.
• Il faut beaucoup de mon quatrième pour courir un marathon.
• Mon tout est un célèbre film de Jean-Luc Godard avec Jean-Paul
Belmondo et Jean Seberg, réalisé en 1960 où le héros, un marginal
vole une voiture et tue un policier.

38
O
SUSPECT N° 1

D
e n o u v e a u , V i g no t l ’a pri s par le bras.
« V e n e z , M o n s i e u r Gr as s et ; n o u s a von s q u e l q u e s
q u e s t i o n s à v ous pos er. Il faut l a i s s e r ces m e s s i e u r s
travailler...»
Il e m m è n e Gr as s et dans le sa lon . C ’est c o m m e si c ’était
lui, le m a î t r e de m a i s o n . Gr as s et est a b a s o u r d i 1. Et
p ou rt a nt , il en a vu des s c è n e s s e m b l a b l e s , des c r i m e s , des
c a da v re s. . . M ai s il a t o u j o u r s été de l ’autre c ôt é, du c ôt é
des p o l i c i e r s , des e n q u ê t e u r s . J a m a i s du c ôt é des
v i c t i m e s . . . ni des s u s p e c t s . Il ne c o m p r e n d pas p o u r q u o i on
le t rait e ai nsi .
« Vou s v o u l e z b o i r e q u e l q u e c h o s e , M o n s i e u r Gr as set ?
Ça va a l l er ?»
V i g no t le rega rde a vec i n q u i é t u d e . Gr as s et l ève les y eu x ,
et s e m b l e le v oi r po u r la p r e m i è r e fois.
« Ma i s, p o u r q u o i v ous ne m ’a p p e l e z p l us c o m m i s s a i r e ?
ou p a t r on ?»
V i g no t est e m b a r ra ss é .
« B e n , c ’es t - à -d i r e. . . a vec ce qui se pa ss e. M o i n o n pl us,

1. abasourdi : stupéfait, sidéré.

39
UN BILLET rOUFi L [ C0n n i 55AIFIC

je ne c o m p r e n d s pl us r i e n. . . Il faut que je v ous i nt erroge.


- Que v ous m ’i n t e rr o g i e z ?
- Oui, v ous c o m p r e n e z . C ’est un c r i me , un m eu r tr e . On
doi t c h e r c h e r le c o u p a b l e .
- Oui, b i e n sûr, m a is je ne sais r i e n ! Je v i e n s de r en t re r
c h e z m oi !
- Je suis d és o lé , je dois v ous in terr o ger. V o us a v iez de
l ’argent, des obj et s de v a l e u r c h e z vous ?
- De l ’argent ? n on , j ’en garde t o u j o u r s peu c h e z moi ,
s e u l e m e n t q u e l q u e s b i j o u x de ma f e mm e.
- On c o n t r ô l e r a s ’il m a n q u e q u e l q u e c h o s e . Et q u ’avez-
vous fait ce m a t i n ?
- Ce que j ’ai fait ce m a t i n ? m a i s je suis v e n u v ous v oir !
V o u s le s avez très b i e n !
- Je regrett e, v ous devez me r a c o n t e r vot re e m p l o i du
t e m p s de f a ç o n p l us p r é c i s e . . . »
Gr as set n ’en c r o i t pas ses o re i l l e s . Il a l ’i m p r e s s i o n de
v iv re un c a u c h e m a r 1. V o i l à q u ’on l ’i n t er ro ge, l ui !
« Ma i s e n f in , je suis p a ss é v ous v oi r !
- Oui, m a is après ? V ou s n ’êtes res té au b u r e a u q u ’un
q uart d ’h e u r e e n v i r o n 2, de m i d i à m i d i et quart, pas pl us. . .
Et vous n ’avez r i e n v o ul u me dire... Q u a n d j ’ai t é l é p h o n é
c h e z vous , ce m a t i n , u n peu av ant m i d i , c ’est vot re f e m m e
qui m ’a r ép o n d u . Et il est m a i n t e n a n t pl us de q u i n z e
h e u r e s . . . Nous a v on s b e s o i n de sa voi r ce que v ous avez fait
e x a c t e m e n t c et a pr è s - m i d i .

1. un cau ch em ar : un m auvais rêve.


2. environ : à peu près.

40
5USITCT N° 1

- M ai s je rêve ! Ce n ’est pas p o s s i b l e !»


Gr as s et est d eb ou t, il h url e.
« Ma is c h e r c h e z d o n c l ’a s s a s s i n , au l i eu de pe r dr e votre
t em ps !».
V i gn o t e s s a ie de le c a l m e r , m a is il se d é m è n e c o m m e un
fou. D ’autr es p e r s o n n e s so nt dans le sa l on . Il r e c o n n a î t
q u e l q u e s v isa ge s f a m i l i e r s , q u ’il a r e n c o n t r é s au c o u rs de
ses e n q uê t e s . T o u s ces regards so n t t o u r n é s vers lui,
c o m m e s ’ils l ’a c c u s a i e n t . A lo r s, il r e t r ou v e son c a l m e , et se
la i ss e t o m b e r dans le f a ut eu il .
V ig n ot est d e v e n u dur, froid.
« M o n s i e u r Gr as set , je vais être obl i gé de vous d e m a n d e r
de n ou s sui vr e, au c o m m i s s a r i a t ,
pour un i n t e r r o g a t o i r e . »
Gra sset se se nt pâl ir. Lui, on le
s o u p ç o n n e 1 ! M ai s c ’est r i d i c u l e !
Il regarde le visage dur de Vignot.
Il d e v i e n t s a r c a s t i q u e :
«Je s u p p o s e que v ous a ll e z me
me t tr e les m e n o t t e s 2...
- V o y o n s , v ous savez très b i e n
q u ’on ne le fait pas, a vec les
t é m o i n s . On ne t o u r n e pas un
f il m, M o n s i e u r Gras set , et vous
n ’êtes q u ’un t é m o i n po u r
l ’i n s t a n t . . . »

1. on le soupçonne : on pense q u ’il est coupable.


2. les m enottes : bracelets de m étal que la p o lice m et aux m ains des p rison n iers.

41
a c t i v i t é s

Compréhension orale

^ Q A vant d ’éco u ter les dialogues, lisez les questions. A près chaque
dialogue, vous avez 30 secondes pour répondre. Puis réécoutez les
dialogues une deuxième fois. Cochez les réponses qui vous semblent
exactes ou complétez les phrases.

Dialogue n. 1
1. Les personnages s’appellent
] Julien et Andrée.
| Julie et Andréa.
^ Julie et André.

2. Ils veulent aller


□ au cinéma.
□ au théâtre.
| | à l ’opéra.

3. La jeune fille voudrait


] aller au festival des Polonais.
^ aller au festival du polar.
J aller au festival du boulevard.

Dialogue n. 2
1. Il y a
| | deux personnages,
trois personnages.
] quatre personnages dans ce dialogue.

2. Le premier demande au deuxième d’aller chercher


Q un DVD.
□ un CD ROM.
Q un CD.

42
a c t i v i t é s

3. Ils sont d’accord pour revoir Le père Noël est une ordure.
| | Vrai
| | Faux

Dialogue n. 3
1. Les deux personnages sont en train de voir
| | un film d’aventures.
] un film policier.
] un film d’amour.

2. Selon le premier spectateur l ’assassin est


] la bonne.
| | le majordome,
n la fille.
3. Selon le deuxième spectateur, pourquoi l ’assassin est la fille ?

Dialogue n. 4
1. Les personnages sont
] la mère et son fils.
] la mère et sa fille.
] des parents et leur fils.

2. L’enfant veut regarder la télé parce qu’il est grand.


| | Vrai
| | Faux

3. Cette scène se déroule un dimanche soir.


| | Vrai
| | Faux
| | On ne sait pas

4. La femme menace l ’enfant d’appeler........................

43
V I T E

Compréhension écrite

DELF Q j Lisez ce chapitre puis répondez aux questions.

Qui fait quoi, cochez la case correspondante.

Vignot Grasset
Il l ’emmène dans le salon.
Il l ’appelle avec son nom.
Il ne sait rien.
Il demande ce qu’il a fait la veille.
Il est soupçonné de meurtre.
Il demande au témoin de le suivre au
commissariat.
Il demande si on lui mettra les menottes.

Grammaire

La forme interrogative indirecte


Il ne comprend pas p o u rq u o i on le traite ainsi.

• L’interrogation indirecte est introduite par un verbe :


demander, savoir, dire, comprendre...
• Dans la proposition interrogative, on n ’utilise jam ais “est-ce
que” et on ne fait pas l’inversion du sujet.
• Voici le schéma de transformation :

INTERROGATION DIRECTE INTERROGATION INDIRECTE


Voulez-vous du café ? Dite s-moi si vous voulez du café.
Où habites-tu ? Je voudrais savoir où tu habites.
Qui est-ce qui vient avec moi ? Dites-moi qui vient avec moi.
Qui est-ce que tu as vu ? Je dois savoir qui tu as vu.
Qu'est-ce que tu fais ? Tu dois me dire c e q u e tu fais.
Qu'est-ce qui te plaît ? Dis-moi ce qui te plaît.

44
A C T I V I T É S

Q R e le v e z les p h r a s e s in te r r o g a tiv e s in d ir e c te s du c h a p itr e et


trasform ez-les en interrogatives directes.

o elfB Observez le document et répondez aux questions.

Bruno Cremer et Jean Yanne dans Maigret et récluse.

1. Qui est l ’homme à la pipe ? Que fait-il ?

2. Selon vous, quelle est la profession de l’homme sur la droite ?

3. Imaginez ce qu’ils se disent.

4. Puis reportez ce dialogue à la forme indirecte : il demande si ...


il répond que ... N’oubliez pas de donner des noms à vos
personnages.

45
a c t i v i t é s

Enrichissez votre vocabulaire

D Complétez le texte avec les mots suivants.

bureaux tournage enquêter dialogues commissaire


téléspectateurs lent décors psychologiques
coup de feu assassinat policier

Avec Tincontournable Bruno Cremer dans le rôle d u .................... cet


épisode se déroule exclusivement dans les .........................d’une
entreprise, la caméra circulant d’une pièce à l ’autre. La seule
échappatoire sur l ’extérieur est une fenêtre ouverte. Ce détail qui
attire l ’attention d u ................. venu sur 1’........................ du
chef d’entreprise véreux *.
Les 21 jours de......................ont été effectués à Prague, dans une école
d’infirmières, avec des...................... en panneaux de bois. «L’image est
très soignée, avec de b e a u x ........................et un bel éclairage, juge
Michel Grisolia. Les ................................ adorent la série car elle est
intemporelle. L’histoire pourrait se passer dans les années 50, avec
l ’évocation de vieilles rues. Le rythme est toujours............. . sans
jamais a u c u n .......................Et l ’accent est mis sur les rapports
».

1. véreux : peu honête.

46
A C T I V I T É S

Détente

Q Mots croisés pour un détective...


1. L’heure du crime.
2. Un bon détective le contrôle toujours.
3. Il n ’est pas forcément coupable.
4. Ceux qui y sont, ont fait quelque chose de mal.
5. C’est une arme qui ne laisse pas de traces.
6. Le casier judiciaire des criminels ne l ’est pas.
7. Un bon détective est toujours sur ceux du coupable.
8. Quand on tire dedans, il y a beaucoup de victimes.
9. Ce jour de mars, Brutus a assassiné son père César...
10. Il y en a toujours, sur les lieux du crime.
11. Le temps l ’est, quand on est condamné à perpétuité.



□ •□ H D D 5
□ E H
«0 D D D D 0
10 @ a

30 D D D D 0 D i i D
□ ’EDHŒ D
□ < □ □ [ ] ] □ □ □
□ m□

47
A G T I V I T É S

Compréhension écrite et production orale

d e lfQ Lisez la présentation de ce p olar et répondez aux questions pour


exposer le texte à vos cam arades.

ON ACHÈVE BIEN LES CADAVRES de Fred Belin

Lorsque Bruno décide de q uitter Paris pour s’installer à la campagne, c’est


pour trouver la paix, l’air pur, le calme...
Le voilà bientôt propriétaire de la blanchisserie de Bouilland, gros village
bourguignon de 2 0 0 0 âmes.
Peu après son arrivée des disparitions et des m eurtres viennent tro u b le r la
quiétude de ce village auparavant si tranquille...
L’été arrive avec sa chaleur ecrasante et son lot de touristes.
Étranges nuits d’été : les disparitions continuent, des cim etières sont
visités. La police enquête.
Étrange ambiance : to u t le monde se connaît, to u t le monde se suspecte,
les vieilles rancœ urs font surface.
Étrange amitié : celle de Bruno et d’un infirme, avec lequel il tue le tem ps
en jouant aux échecs.
Mais de quels échecs s’agit-il ?

Fred Belin est né en 1 9 6 3 à Dijon. Il débute sa carrière artistique comme


musicien rock dans le groupe Snipers et enregistre plusieurs albums. Sorti
d’une école de cinéma, il vit dans la région de Marseille, travaille pour la
télévision et é crit des romans, des nouvelles et des scénarios.

Le héros
1. Qui est le héros de cette histoire ?

2. D’où vient-il ?

3. Où s’installe-t-il ?

4. Quelle est sa profession ?

5. Avec qui se lie-t-il d’amitié ?

48
A C T I V I T É S

Le cadre spatio-tem porel


6. Dans quelle région se situe l ’action ? (recherchez sur un atlas la
région indiquée et présentez-la géographiquement à vos
camarades)

7. De quel type de ville s’agit-il ?

8. À quel moment de l ’année se situe l ’action ?

L ’intrigue
9. Quel phénomène étrange vient perturber la tranquillité de cette
région ?

10. Quels rapports y a-t-il entre les habitants du lieu ?

L ’auteur
11. Dans quelle ville est né l ’auteur ? Dans quelle région se trouve
cette ville ?

12. Dans quel domaine il débute sa carrière artistique ?

13. Où vit-il actuellement ?

14. Comment évolue sa carrière professionnelle ?

49
— €>
LE HY5TÈRE Ô'ÉPAISÔIT

J
E n ’ e n p e u x p l u s ! Ça suffit ! Lais sez- moi t ranquil le !»
V o i l à des h e u r e s que Gra sset est in te rr o gé par ses
e x - c o l l è g u e s ; des h e u r e s q u ’il r a c o n t e sa m a t i n é e ,
q u ’il pa rl e du b i l l e t m y s t é r i e u x , de son en q uê t e.
Au début , ils ont eu b i e n du m al à le c roi r e. C o m m e n t
h o m m e a us si i n t e l l i g e n t que lui, a vec so n e x p é r i e n c e ,
pu être in t ri gu é par q u e l q u e s c h i f f r e s sur un b i l l e t de
b a n q u e ! ? P ui s on a r e t r ou v é le c h a u f f e u r de t ax i, le
p r o p r i é t a i r e du pet i t p a v i l l o n où Gr as s et s ’ét ait r en du . S o n
a l i bi t en ai t . Gr as set ét ait a u ssi r e t o u r n é c h e z lui, a vec les
e n q u ê t e u r s , pou r r ega rde r si q u e l q u e c h o s e m a n q u a i t dans
son a p p a r t e m e n t . En fait, t out ét ai t en ordre : le peu
d ’argent q u ’il avait c h e z lui était t o u j o u r s là, dans le
t r o i s i è m e t i ro i r 1 de la c o m m o d e . P e r s o n n e n ’avait t o u c h é
a ux b i j o u x de sa f em m e. Bref , le m y s t è r e d e m e u r a i t ent ier .
Ma i s l ’i n n o c e n c e de Gra sset , au m o i n s , d e v e n a i t é v i de n t e .
« B o n , é c o u t e z , v ous n ’avez p l us q u ’à si gn er vot re
d é p o s i t i o n 2. V o i l à. . . Si v ous v o u l e z , on peu t v ous
r a c c o m p a g n e r c h e z v o us . »

1. le tiroir : partie d ’un m euble q u’on tire pour ouvrir.


2. votre déposition : votre déclaration.

50
LE Î1Y5TÈRE 5 ’trA I5 5 IT

Gr as s et l ève ses y e u x f at igués ;


«Non, je pr éf èr e m a r c h e r . Ça me fera du b i en . Et pour
ma f e m m e ? P ou r l ’e n t e r r e m e n t ?»
V i gn o t h é s i t e un i n s t a n t et lui r é p o n d : «O n v ous
avert ira .. . P e u t- êt r e d e m a i n . . . V o u s savez ce que c ’est. .. »
Oui, il sai t ce que c ’est... Ma i s j a m a i s il n ’a ura i t i m a g i n é
que ça p o u v a i t être si p é n i b l e 1, q u ’il p o u v a i t être si f a c i l e
d ’être s o u p ç o n n é d ’un c r i m e h or r i b l e .
Ce n ’est q u ’en r e n t r a n t c h e z lui, en se r e t r o u v a n t seul,
que Gr as s et r é a l i s e ce qui est arrivé. J u s q u e - l à , il ét ait
e n to u ré , il n ’avait p e n s é q u ’à se dé fe nd r e. La n u i t est
t o m b é e , il a faim. La c u i s i n e est en d é so rd re , le four grand
ouvert , le rôti c a r b o n i s é est e n c o r e sur la t abl e. U ne
p r o f o n d e t r i s t e s s e l ’e n v ah i t . En o u v r an t le frigo, il t rouve
u ne b o u t e i l l e de c h a m p a g n e . Sa f e m m e l ’avait m i s e au
frais.. . E l l e a ussi , el l e s ’ét ait r a p p e l é que c ’ét ait le ur
a n n i v e r s a i r e : t r e n t e - d e u x ans de ma ri ag e, t r e n t e - d e u x ans
de b o n h e u r i n t e r r o m p u si b r u t a l e m e n t . Les l a r me s lui
m o n t e n t a u x y eu x . M ai s t out à c ou p , il rega rde a u to u r de
lui, il va dans t o u te s les p i è c e s de l ’a p p a r t e m e n t . M ai s oui,
c o m m e n t n ’y a-t-il pas p e n s é pl us tôt ? Les r os es ! Le
f le u r i s t e ne les a pas a p p o r t é e s !
Gr as s et se p r é c i p i t e sur le t é l é p h o n e pou r a p p e l e r
V ignot. M ai s l ’air c o n d e s c e n d a n t et s u p é r i e u r de ce d e r ni e r
lui r e v i e n t en m é m o i r e . Ce V ig no t , qui a t o u j o u r s t r a v ai l l é
sous ses or dr es, et se r e t ro u ve à sa p l a c e , s e u l e m e n t p a rc e

1. pénible : d ifficile à supporter.

51
UN B I L L E T FO UR LE C0I1MI55AIRE

q u ’il est p l us j e u n e ! Gra sset r e p o s e le c o m b i n é 1. Il agira


seul. Il lui m o n t r e r a , s ’il n ’est pas e n c o r e c a p a b l e de m e n e r
u ne e n q u ê t e et de t ro u ve r un a s s a s s i n !
Il doit faire un effort é n o r m e po u r ne pas se p r é c i p i t e r
dans la rue, de v an t la b o u t i q u e du f l e u ri s te . Il fait n ui t
n oi r e , t out est f ermé. Il a t t e nd r a d em a i n . D e m a i n m a t i n , il
c o m m e n c e r a l ’e n q u ê t e la pl us
i m p o r t a n t e de sa
vie, et il r é u ss i r a, il
en est c e r t a i n , à
d é c o u v r i r l ’a s s a s s i n
de sa f e mm e.

1. le com biné : la partie du téléph one qui perm et à la fois d ’écouter et de parler.

52
A C T I V I T É S

Compréhension écrite

d e lf □ Lisez le ch a p itre puis dites si les affirm atio n s qui su iven t sont
vraies ou fausses.
V F
1. Grasset est interrogé par ses ex collègues. □ □
2. Il n ’a pas d’alibi. □ □
3. Dans son appartement, on ne lui a rien volé. □ □
4. Grasset ne veut pas signer sa déposition. □ □
5. Il veut qu’on le raccompagne chez lui en voiture. □ □
6. Il est content quand il rentre chez lui. □ □
7. Il constate que les roses n ’ont pas été livrées. □ □
8. Il ne veut pas téléphoner au commissariat. □ □
9. Il va mener son enquête tout seul. □ □
Gramm aire

Les pronoms personnels compléments


Ils ont du mal à le croire.
Il le u r montrera.
Il travaille pour m oi.
• Pronoms personnels atones • Pronoms personnels toniques
DIRECTS INDIRECTS (après une prépositic
me me moi
te te toi
le la lui lui elle
nous nous nous
vous vous vous
les leur eux elles

53
A C T I V I T É S

Attention!

• Les pronoms personnels atones se placent toujours devant le


verbe dont ils sont compléments :
Il lui parle. Il le prend.
Il doit lui parler. Il veut le prendre.

• Mais : avec un verbe à la forme impérative affirmative, le


pronom personnel atone se met après le verbe :
Écoute-nous !

• Le pronom personnel de la première et deuxième personne (me -


te) se transforme alors en (moi - toi) :
Regarde-moi ! Parle-moi !

Q Retrouvez dans le texte tous les pronoms personnels et classez-les.

pronoms atones
compléments directs
pronoms atones
compléments indirects

pronoms toniques

54
A C T I V I T É S

E3 Inspirez-vous de la photo ci-contre et répondez en u tilisant des


pronoms.

Maigret : Avez-vous vu le suspect ?


Le juge : O u i.........................................................................................................
Maigret : Avez-vous parlé au suspect ?
Le juge : Non ........................................................................................................
Maigret : Avez-vous rencontré M. et Mme Lenoir ?
Le juge : O u i.........................................................................................................
Maigret : Avez-vous téléphoné aux Lenoir ?
Le juge : Non ........................................................................................................
Maigret : Avez-vous jugé l ’affaire Lerouge ?
Le juge : Non ........................................................................................................
Maigret : Qui a jugé cette affaire ?
Le Juge : C’est mon collègue Martin q u i......................................................
Maigret : Il a condamné Lerouge ?
Le juge : O u i,.........................................................................................................
Maigret : Avez-vous conseillé à Lerouge de plaider coupable ?
Le juge : N o n ,........................................................................................................
Maigre : Pourquoi ?
Le juge : Parce qu’il était innocent.

Enrichissez votre vocabulaire

Q R elisez bien le ch a p itre , et retro u v e z tous les term es a y a n t un


r a p p o r t a v e c les se n tim e n ts et le p o r tr a i t p sy ch o lo g iq u e des
personnages.

substantifs tristesse, b o nh eu r ...


adjectifs intelligent, intrigué ...
expressions faire du bien, avoir du mal ...

55
A C T I V I T É S

Complétez avec des mots appartenant au même champ lexical.

Intelligent, intelligence, intelligible, in tellig em m en t..................................

• T ris te ,...............................................................................................................

• Jo y e u x ,..............................................................................................................

• H orrible,..........................................................................................................

DEL f Q Lisez le document.

«Au début, Maigret était assez simple. Un gros homme placide qui,
lui aussi, croyait plus à l ’instinct qu’à l ’intelligence, qu’à toutes les
empreintes digitales et autres techniques policières. Il en usait
d’ailleurs comme il y était obligé, mais sans trop y croire.
Il est certain que j ’ai pris quelques-unes de ses manies et qu’il en a
pris des miennes. Tenez : on s’est demandé souvent pourquoi
Maigret n ’avait pas d’enfant, alors qu’il en avait tellement envie.
C’est sa grande nostalgie. Eh bien, c ’est parce que quand j ’ai
commencé les Maigret - j ’ai dû en écrire une trentaine avant d’avoir
moi-même un enfant -, ma première femme n ’en voulait pas. Elle
m ’avait fait jurer, avant de me marier, que je ne lui en ferai pas. Ce
dont j ’ai beaucoup souffert car j ’adore les enfants... comme Maigret.
Eh bien, j ’étais incapable de montrer Maigret rentrant chez lui et
retrouvant un ou deux gosses1. Qu’allait-il leur dire, comment allait-
il réagir à leurs cris, comment ferait-il la nuit pour leur donner le
biberon, si Mme Maigret était un peu malade ? Je ne le savais pas.
Par conséquent, j ’ai dû créer un couple qui ne pouvait pas avoir
d’enfant. C’est la raison. Puis j ’ai avancé en âge, beaucoup plus vite
que Maigret. Théoriquement, il aurait dû partir à la retraite à
cinquante-cinq ans. Dans sa dernière incarnation, il a cinquante-trois
ans et demi, et, quand je l ’ai créé il en avait déjà quarante ou
quarante-cinq. Par conséquent, il a vécu quinze ans pendant que j ’en
vivais presque quarante. Alors, fatalement, je lui ai donné sans le
vouloir de mes expériences et lui me donnait de son activité.»
Interview à Georges Simenon, M agazine Littéraire, 1975

1. gosse : (n.m) enfant.

56
A C T I V I T É S

Puis répondez aux questions.

1. Ce texte
I | présente un homme politique.
I | présente un personnage de fiction.
I | présente la création d’un personnage de fiction.

2. Complétez le tableau.
nom du caractéristiques caractéristiques profession
personnage physiques morales

3. Le personnage n ’a pas d’enfants


| | parce qu’il n ’en veut pas.
I | parce que son créateur n ’en avait pas quand il a été créé.
I | parce que la première femme de son créateur n ’en voulait pas.

4. Lisez les affirmations suivantes puis dites si elles sont vraies ou


fausses. Si le texte ne vous permet pas de le savoir mettez un
point d’interrogation (?).
V F ?
a. Maigret n ’est pas un homme compliqué. □□□
b. Il aime utiliser les techniques modernes. □□□
c. Il voulait avoir un garçon et une fille. □□□
d. La première femme de Simenon s’appelait
Louise.
□□□
e. Simenon, comme son personnage, désirait
avoir des enfants.
□□□
f. Maigret a beaucoup de manies qui
appartiennent à son créateur.
□□□
g. Simenon ne ressemble pas du tout à son
personnage.
' □□□
h. Maigret n ’aime pas du tout vieillir. □□□
57
A C T I V I T É S

Production écrite

d e lfQ Le com m issaire G rasset envoie un petit mot inform el à un de ses


a m is et le tie n t au c o u r a n t d es é v é n e m e n ts . Il r a c o n t e son

Détente

| Derrière ces deux charades se cachent deux acteurs français qui ont
souvent joué ensemble dans des films noirs.

1. Mon premier est la première lettre de l ’alphabet.


Mon deuxième est un tissu naturel qui se froisse.
Mon troisième est une préposition.
Mon quatrième n ’est pas court.
Mon tout est ....,.................. ............................ ..............................

2. Sans mon premier, le monde serait vide


Mon deuxième recouvre le corps.
Mon troisième est un article.
Mon quatrième, toutes les femmes voudraient l ’être.
Mon cinquième est à moi.
Personne ne peut voir son sixième.
Mon tout e s t .....................................................................................

58
© -------------------------------------

LE FLEURISTE
m a t i n , après u n e n ui t agitée, Gr as s et se

L
e lendemain

lève. Il se s e nt tout drôl e de se r e t r ou v e r seul. Sa


f e m m e était t o u j o u r s là, t o u j o u r s p r é s e n t e ,
pa t i e n t e . C o m b i e n de fois e l le l ’a a t te n d u , dev an t
la t a bl e m i s e ? C o m b i e n de fois e l le a p a ss é des n ui ts
b l a n c h e s , a n go i s s é e , p a r c e q u ’e l le sa v ai t q u ’il m e n a i t une
e n q u ê t e r i s q u é e ? C ’est lui qui a c h o i s i un m é t i e r d i f f i c i l e ,
d a n ge re u x, et c ’est el l e qui est mor t e. . .
T o u t e s ces p e n s é e s ont agité sa nui t , l ’e m p ê c h a n t de
t ro uv e r le s o m m e i l ; p e n d a n t des h e u r e s , il s ’est r e t o u r n é
dans so n lit ; p ui s il s ’est levé, il est a l l é de v an t la por te du
b u re au , et il n ’a pas eu le c ou rag e de la p o us s er .
A q ua t re h e u r e s du m a ti n , q ua n d il v e n a i t de s ’a ss o u p i r ,
le c a m i o n des é b o u e u r s 1 l ’a r é v e i l l é . Al ors il s ’est levé
pour faire du café.
À se pt h e u r e s et d em i e , il est déjà deh ors . Q u e l q u e s
c o m m e r ç a n t s ont d éjà ou ve rt l eur b o u t i q u e : la b o u l a n g è r e ,
le m a r c h a n d de j o u r n a u x . Le f l e u r i s t e a us si est déj à là, en
t r ai n de d é c h ar g er sa c a m i o n n e t t e , a ve c son c o m m i s . De

1. les éboueurs : les em ployés chargés du ram assage des ordures.

59
UN BILLET POUR LE COrWIÔÔAIRE

l ’autre c ôt é de la rue, Gra s set l ’ob serv e. Il r e v i e n t sans


d oute de Ru ng is 1. Ma l gr é le froi d p i q u a n t , il ne por te
q u ’un gilet. La c iga r e t te à la b o u c h e , il s ’a c t i v e 2 en
d o n n a n t des ordres. S a i t - i l q u e l q u e c h o s e ? Gras set , qui
é ta i t r es t é po s té der ri è re le k i o s q u e pou r l ’ob se rv er , se dit
que c ’est i m p o s s i b l e , q u ’il c o n n a î t ce c o m m e r ç a n t d epu is
t o uj o u r s . . . Il va r e n t re r c h e z lui. Il l a i s s e r a V i gn o t
s ’o c c u p e r de l ’en q uê t e.
« C o m m i s s a i r e !»
Il t o u r n e la tête. Le f le u r i s t e v i e n t vers lui en c ou r an t.
« C o m m i s s a i r e . . . Je suis v r a i m e n t d és o lé , po u r vot re
f e m m e . . . Q u a n d je p e n s e que c ’était votre a n n i v e r s a i r e de
m ar ia ge ! Je v ous j ure, je n ’en ai pas d or mi de la n u i t . . . »
Le c o m m i s s a i r e est e m b a r r a s s é ; il a h o r r e u r des
c o n d o l é a n c e s , il ne sait que dire...
« J ’ai eu u n c h o c , q u an d je suis v e n u po u r a p p o rt e r les
r os es, h ier , à d e u x h e u r e s , et que j ’ai su... Je vais v ous les
rembourser...»
Le c o m m i s s a i r e se s e c o u e .
«Ça ne fait r i e n. . . Je v ou s r e m e r c i e . E x c u s e z - m o i . . . »
Et il s ’é l oi gn e. C ’est sûr, c et h o m m e n ’est p ou r r i e n dans
c e t te h i s t o i r e . M ai s alors, qui ?
Chez lui, il tire le r i d e a u du s al on , et ob s er v e la rue. Il
v o it la b o u t i q u e du f le uri st e. . . S es mot s lui r e v i e n n e n t en
m é m o i r e : «je suis v e n u c h e z v ous ver s d e u x h e u r e s . . . » Et

1. Rungis : grand m arché n ation al, qui se trouve aux portes de Paris, et qui a
rem p lacé les H alles.
2. il s ’active : il s ’affaire, il s ’em presse.

60
UN BILLET roun LE C O m iS S A IM

p o u r t an t, Gr as set se r a p p e l l e lui a voi r d e m a n d é de li vr er


les f le urs vers m i d i ! Un p r e s s e n t i m e n t , u ne i n t u i t i o n le
r e t i e n n e n t là, d er ri èr e ce r id ea u. P o u r q u o i le f l e u r i s t e est-i l
v e n u si tard ? S a i t - i l q u e l q u e c h o s e ?
D e ho r s, les p r e m i è r e s c l i e n t e s a rri ve nt . E l l e s s ’ar rêt en t
d ev an t la v it r i n e , e l l es se p e n c h e n t 1 p ou r rega rde r les
p l a nt e s . C er t a i n e s en tr en t. Le c o m m e r ç a n t est a i m a b l e et
s o u r i a n t av ec tout le m o n d e . Les af faires a p p a r e m m e n t
m a r c h e n t b i en . De u x j e u n e s gens e n t r e n t ; ils en r e s s o r t e n t
p eu a près, u n b o u q u e t de f le urs à la m a in . T o u t est n o r m a l ,
d é s e s p é r é m e n t n or m al . . .
T o u t à c ou p , Gr as set a u n e r é v é l a t i o n . Ma i s n o n , ce n ’est
pas n o r m a l . Il se p a ss e q u e l q u e c h o s e dans c e t te b o u t i q u e !
Q u e l q u e c h o s e de b iz a r re, de grave. Il res te e n c o r e là, des
h e u r e s durant . Cette fois il en est sûr, le f l e u r i s t e c a c h e
quelque chose...

1. elles se penchent : elles s ’in clin en t en avant.

62
A C T I V I T É S

Compréhension écrite

o EL f H Lisez le chapitre puis présentez-le. Pour vous aider répondez aux


questions suivantes.

1. Que s’est-il passé avant cet épisode ? (résumez-le en une phrase)

2. Que fait Grasset ?

3. Qui voit-il ?

4. Que lui dit ce personnage ?

5. Quels mots semblent bizarres à Grasset ? Pourquoi ?

6. Que se passe-t-il à la fin du chapitre ?

Q Relisez le chapitre et complétez le résumé.

Pendant toute la nuit, G rasset..................... Il repense à sa femme, aux


nuits ........................ Il se lève très tôt, pour ........................ Dehors, les
com m erçan ts ont ou vert ........................ G rasset observe su rtou t
................... devant son magasin, ..................... Grasset décide de partir,
quand le fleuriste ...................... En rentrant cjiez lui, Grasset réalise
que le fle u r is te ........................... Il d écid e alo rs de l ’o b serv er.
Il reste ..................... pendant ........................ À la fin, il est sûr que

63
A C T I V I T E S

Gram m aire

Les gallicismes
Il venait d e s'assoupir.
Il va r e n t r e r chez lui.
Il est en train d e d é c h a rg e r sa cam ionnette.

• Passé récent : VENIR DE + INFINITIF


On utilise cette forme pour une action très proche, qui a eu lieu très
récemment :
Le docteur n'est pas là, il vient d e sortir.

• Futur proche : ALLER + INFINITIF


Même si cette forme s ’appelle fu tu r p ro ch e , on l ’emploie très
souvent en français, à la place du futur, pour indiquer une action
proche, mais aussi éloignée :
Le docteur n e p eu t pas vous recevoir, il va sortir.
L'été prochain, je vais f a i r e un séjour aux Etats-Unis.

• Présent continu : ÊTRE EN TRAIN DE + INFINITIF


Cette forme est utilisée pour une action présente, qui se prolonge :
Le docteur n e p eu t pas vous répo nd re, il est en train
d 'e x a m in e r un m alade.

• Dans ces trois formes, les verbes venir, aller, être peuvent être
conjugués à l ’imparfait pour les récits au passé :
Je venais de sortir quand tu es entré.
J'allais sortir quand tu m 'as appelé.
J'étais en train d e tra v a iller quand tu m 'as appelé.

64
a c t i v i t é s

Q Inventez des phrases en utilisant les trois formes de gallicism es et


les verbes p a r l e r , sortir, fin ir , se re n d r e , a rriv er, a ccu ser, ré v é le r.

Exemple : L'enfant est en train de p a rler à Maigret ....

°r

Enrichissez votre vocabulaire

Q Essayez de définir les noms de m étiers que l ’on retrouve dans ce


chapitre.

Le fleuriste vend des fleurs.


Le c om m i s ....................................................................................
L’éboueur.......................................................................................
La boulangère................................. .............................................
Le marchand de j ournaux........................................................

65
A C T I V I T É S

Q Lisez le texte et répondez aux questions.

M a igret et l'h o m m e du b a n c
Dans une impasse, Louis Thouret est retrouvé assassiné d'un
coup de couteau. Chargé de l'enquête, Maigret reconstitue les
dernières a nn ées de la vie de la victime, non sans aller de
surprise en surprise. Louis Thouret était magasinier ; sa femme,
don t les sœur s a v a i e n t épo us é des f o n c t i o n n a i r e s , le lui
reprochait assez. À tel point qu'il n'osa pas lui avouer qu'il avait
été licencié, préférant, chaque jour, lui faire croire qu'il partait
au travail. Louis Thouret passait une partie de ses journées sur
un banc du boulevard Saint-Martin, vivant grâce à des prêts
d ' a n c i e n s c o l l è g u e s c o m p r é h e n s i f s . C' es t là q u ' i l fit la
c on na is s an ce d'un c ambr i ol eur et qu' à deux, ils décidèrent
d'opérer dans les grands magasins du boulevard. Chaque mois, il
pouvait rapporter "l'argent du ménage". Maigret découvrira que
la fille Thouret et son amant étaient au courant de cette double
vie et qu'ils en profitaient pour le faire chanter et lui extorquer
de l'argent.

1. Quelle est la profession de Maigret ?

2. Quelle était la profession de la victime ?

3. Quelle est la profession des beaux-frères de la victime ?

4. Qu’est-il arrivé à la victime dans sa vie professionnelle ?

5. Qui aidait la victime ?

6. Quelle est la profession du nouvel employeur de Thouret ?

7. Que faisait la fille de la victime ?

66
a c t i v i t é s

Production écrite

dELF Q Grasset envoie un mél à un ami, il lui fait part de ses doutes. Dites-
le en trois lignes.
□ Sigillé
^Enuoyer Enuoyerplu*tard 1$ Signature 1jf Options » lH
Compte: ...... .................... y
S*À : 8
9 cc:
cci:
ODjet:j[ 1
^Piècesjointe»: aucune
■jj Ver-dans . |b / u t |g m m |1= :5= m H

Détente

Q Le bouquet m ystérieux : des fleurs se cach en t dans cette g rille...


Retrouvez-les. Les lettres inutilisées vous donneront le nom de trois
grands ennemis des fleurs...

ARUM IRIS MUGUET


TULIPE ASTER LILAS
ŒILLET YUCC
COUCOU LISERON
PENSÉE CROCUS
LOTUS ROSE
GLAÏEUL LYS SOUCI

67
UN TRAFIC LOUCnt1

D
e p u i s q u ’il s u r v e i l l e le m a ga si n , Gr as s et a vu au
m o i n s u ne t r e n t a i n e de c l i e n t s s ’a rrêt er et entrer.
P a r m i eux, u ne d i z a i n e est r es s o r t i e . . . le m ê m e
b o u q u e t à la m ai n. C ’é t a i e n t des j e u n e s , c e r t a i n s
p o r t a i e n t des j e a n s r a p i é c é s , il y avait des f il l es , m a is a
des h o m m e s en c o m p l e t v e st o n . . . M ai s ils a v a ie n t
tous la m ê m e m a n i è r e p l ut ô t ét range de por ter
le ur b o u q u e t : en gén éra l, q ua n d on a c h è t e
des f leurs, on les por te d é l i c a t e m e n t , a vec
p r é c a u t i o n . E ux , n on .. . Gr as s et s o u p ç o n n e
q u e l q u e c h o s e . . . Ma i s q u ’e s t- c e qui peut
b i e n se c a c h e r dans ces b o u q u e t s ?
Il irai t b i e n en a c h e t e r un. . . m a is c ’est
i m p o s s i b l e , le f l e ur i s t e aur a i t la p u c e à l ’o r e i l l e 2.
A l o rs , Gr as set p r e nd sa d é c i s i o n : ce soir, il va
r e p r e n d r e du s e r vi c e. Il va f il er 3 le f le u r i s t e !
À si x h e u r e s du soir, il est deh ors . Il a
sorti sa v o i t u re du garage. Il at tend.

1. louche : suspect, bizarre.


2. avoir la puce à l’oreille : se m éfier, se douter de quelque chose.
3. filer : suivre qu elq u ’un sans se faire voir.

68
UN T f W I C LOUCHE

Le f le u r i s t e b a i s s e le r i d e a u de fer de sa b o u t i q u e . Il se
m et au v o l a n t de sa c a m i o n n e t t e ; a u s s i t ô t Gr as set démarr e .
Il n ’est pas h a b i t u é a ux f i l a tu r e s en v o it u r e : q u an d il
t r a v a i l l a i t , il avait t o u j o u r s u n c o l l è g u e qui c o n d u i s a i t .
Cette f ois, il doit t out faire t out se ul : faire a t t e n t i o n de ne
pas se faire c o i n c e r a u x f e u x rouges , ne pas pe r dr e la
c a m i o n n e t t e de vue, m a i s ne pas la s er rer de trop près.. .
C ’est t out un art !...
Ils so nt m a i n t e n a n t sorti s de Pa ri s, ils ont pris le
p é r i p h é r i q u e . La c a m i o n n e t t e m et so n c l i g n o t a n t à d roi te ;
Gra sset en fait autant . Les v o i l à sur u ne p e t i te rou te, où
pe u de v o i t u r e s p as s e n t. Il faut t e n i r les d i s t a n c e s , s ’il ne
v eu t pas être r e p é r é 1.
La c a m i o n n e t t e r a l e nt i t . Gr as set s ’arrête et é t e i n t ses
p ha res . Il e n t e n d u n e p or t i è r e c l a qu e r . Le f le u r i s t e a dû
d e s c e n d r e . Gr as set sort de sa v o it u r e et a v a n c e à pi ed. Il
fait n u i t n oi r e, u n e n u i t g la c i a l e . Il a v a n c e p r u d e m m e n t ,
e s s a y a n t de p e r c e r l ’o b s c u r i t é . Il est m a i n t e n a n t à la
h a u t e u r de la c a m i o n n e t t e . Il a p e r ç o i t u ne f a ib l e l u m i è r e
sur sa g au c he . C ’est un v i e u x b â t i m e n t , u ne sorte
d ’e nt r epô t .
Il s ’arrête j u s t e so us la f en êt re. Il doit a b s o l u m e n t voir
ce qui se p a ss e à l ’i nt é r i e u r . L e n t e m e n t , il se r e l èv e. C ’est
b i e n ce q u ’il s o u p ç o n n a i t : sur u ne t abl e, un sac r e m p l i de
p o u d r e b l a n c h e , u ne p e t i t e b a l a n c e . A u t o u r de la t abl e,
t rois h o m m e s , le f l e u r i s t e et d e u x i n c o n n u s , so nt en t ra in

1. repéré : découvert, rem arqué.

69
UN B I LL E T roun LE C O m i ô S A I R E

de p ré p a r e r des dos es de drogue. Ils p è s e n t un peu de


p o u d r e b l a n c h e , en m e t t e n t u ne dose i n f i m e dans de pet i ts
sa c h e t s . Ils t r a v a i l l e n t en s i l e n c e .
Gr as s et est ab a so u rd i. Le
f l e u ri s te , so n v o i s i n , q u ’il
c r o y a i t si b i e n c o n n a î t r e , q u ’il
s al ue t ous les m a t i n s , est un
t ra f i q u a n t de drogue ! Il c o m m e n c e à
c o m p r e n d r e . Il se sert de sa b o u t i q u e pou r é c o u l e r la
pou dr e. M ai s c o m m e n t s ’y p r e n d - i l ?
Que faire ? T o u t seul, Gra sset ne p e u t r i e n tente r. Il
d é c i d e d o nc de r e n t re r à Pa ri s, d ’a vert ir V ignot. Ma i s t out à
c ou p , il p o u s s e un cri de
d o u l e u r et il t o m be par
terre, sans c o n n a i s s a n c e .

70
A C T I V I T É S

Compréhension orale

Q Écoutez le document puis complétez le texte avec les mots suivants


(attention, certains mots peuvent être utilisés deux fois).

énigme terme noir polar roman policier


roman France policier film

Le terme «..........» est né e n .................dans les années 1970 de


«............. » et d’un suffixe argotique pour désigner u n policier
puis, plus généralement, un film ou u n .................. policier. Il peut
être employé com m e....................générique englobant les termes plus
spécifiques «.................... » (apparue n ........... en 1890), «roman à
..................... .», «rom an..................» ou «hard boiled», «roman à
suspense», « n é o - », etc..., qui correspondent à différentes
formes du genre.

Compréhension écrite

DEL f Q Lisez le chapitre, puis répondez aux questions ou cochez les bonnes
réponses.

1. Les clients qui sortent de chez le fleuriste ont tous


] le même accent.
| | le même bouquet.
| | le même chapeau.
| | le même vélo.

2. Comment sont-ils habillés ?

72
A C T I V I T ' É S

3. Grasset ne peut pas aller chez le fleuriste


I I parce qu’il pourrait s’enfuir.
I | parce qu’il pourrait partir.
I | parce qu’il pourrait se méfier.

4. Que fait alors Grasset ?

Dehors il fait
| | chaud Q nuit | froid

Que voit alors Grasset ?

Que comprend Grasset ?

Gram maire

La forme négative
Il n e m ange pas.
Sujet + ne +verbe + pas

• Quand le verbe est à un temps composé :


Sujet + ne + auxiliaire + pas + participe passé
Il n'a p a s m angé. - Il n'était p a s venu.

• L’infinitif négatif :
ne pas + verbe
Pour n e p a s grossir, tu n e dois p a s m anger.

• À la place de pas, on peut trouver d’autres adverbes ou


pronoms de négation :
plus, rien, jam ais
Il n e lit jam ais. - Je n e veux rien . - Je n e t'aime p lu s.

73
A C T I V I T É S

Q Recherchez tous les verbes à la forme négative dans le chapitre, et


soulignez les.

] L isez le d ocu m en t su iv a n t p u is rép o n d ez n ég a tiv em en t aux


questions.

Utiliser Internet avec les élèves


Séquence : Découvrir un genre particulier : le roman policier.
Séance n° 1 : Découvrir différents types de romans policiers.
Déroulement :
1. Le professeur donne les noms des sites à aller visiter aux
élèves.
2. Les élèves se rendent sur ces sites pour y trouver des
informations.
3. Ils répondent à des questions précises et réalisent une synthèse
finale.
4. Travail imprimé et évalué par le professeur.
R em arques : p o u r que cette séan ce n ° 1 soit réalisable, il faut
une salle avec des ordinateurs connectés en réseau à Internet
et que les élèves puissent a ccéd er à ces outils.

1. Est-ce une interview ?


- N o n ,..................................................................................................................
2. Les élèves doivent-ils découvrir des romans d’amour ?
- N o n ,.................................................................................................................
3. Est-ce que les professeurs demandent aux élèves de chercher les
noms des sites en utilisant un moteur de recherche ?
- N o n ,.................................................................................................................
4. Les élèves, vont-ils visiter les sites pour télécharger des images ?
- N on, ............................................................. ..................... ...................
5. Est-ce que les professeurs posent des questions générales aux
élèves ?
- N on, ............. .........................................................................................

74
A C T I V I T É S

6. Le travail est-il évalué par le proviseur ?


- N o n ,.................................................................................................................
7. Les élèves peuvent-ils travailler à cette séquence à l ’intérieur de
leur salle de classe ?
- N o n ,.................................................................................................................

Enrichissez votre vocabulaire

O Recherchez dans le texte les termes appartenant au champ lexical


de la voiture et de la circulation.

substantifs voiture, garage ...

verbes co nduire ...

adjectifs rouges ...

Production orale et écrite

D E L f Q Regardez la photo et dites ce qui s ’est passé. Inventez le nom des


personnes qui se trouvent au volant (le conducteur de la M ercedes,
et celui de l’autobus). Décrivez la dynamique de l’accident, selon
vous, qu’auraient dû faire les conducteurs pour l’éviter ?

75
a c t i v i t é s

DEL f Q Vous écrivez une lettre à un(e) ami(e) et vous lui racontez l’accident
de mobylette dont vous avez été victim e. Heureusem ent, il y a eu
plus de p eu r que de m al. Vous avez seulem ent quelques petites
égratignures.

Détente

| Ces m o ts c r o i s é s c a c h e n t ... le nom de n o m b re u x m o y e n s de


transport.

1. A 14 ans, tous les jeunes en 11. Pronom réfléchi.


veulent un. 12. Normes Françaises.
2. Le Concorde est le plus 13. Moyen de transport pour
prestigieux. aller d’une ville à une autre.
3. Avant, il n ’y avait pas 14. C’est le contraire de
d’autre moyen pour lentement.
traverser l ’océan. 15. Pour unir.
4. Il sert à passer d’une rive à
l ’autre d’un fleuve, quand il
n ’y a pas de pont.
5. Beaucoup de moyens de . □ 7 □ 6

transport en ont. □ □□i


6. Pour aller sur la lune. 1 nnnnn n nnnn
7. Quand il n ’y a pas
de vent, ce bateau □□□□ □ 10C
n ’avance pas. □ D* □
8. Pour voler comme les
oiseaux, il en faut.
□ □ . □ □
9. Adjectif possessif.
10. Coutumes.

76
e
PRI5 AU riÈGC
p
rasset n ’ a v a i t p a s v u q u ’u n q u a t r i è m e h o m m e
I é t a i t de g a r d e , d e h o r s . Q u a n d i l r e p r e n d s e s
I I e s p r i t s , il r e s s e n t u n e d o u l e u r t e r r i b l e à la t êt e.
D é c i d é m e n t , c e s b a n d i t s n ’y v o n t p a s de m a i n
m or t e ! Il ouvr e les y e u x, il v o u d r a i t se f rot ter la n u q u e , là
où il a si m al .. . C ’est i m p o s s i b l e : il est par terre, p i e d s et
po i ng s li és. Les t rois b a n d i t s le rega rde nt . C ’est le f l e ur i s t e
qui pa r l e le p r e mi e r.
« Al o rs c o m m i s s a i r e , je c r o y a i s que v ou s ét ie z à la
ret r ai t e. . .
- C ’est v ous ! P o u r q u o i a v e z- v ou s tué m a f e m m e ?
- V ot r e f e m m e , c ’était un a c c i d e n t , c o m m i s s a i r e . . . Ma i s
v ous , p o u r q u o i m ’a v e z- v ou s su iv i ? Je suis d é s o l é , je v ous
t r o u va i s b i e n s y m p a t h i q u e . . .
- Q u ’e s t - c e que v ous a ll e z faire ? V ou s êtes fou ! On
v ous p r e n d r a : m e s c o l l è g u e s v on t me c h e r c h e r ! Ils vous
trouveront.»
Le f l e u r i s t e a arrêté de p ré p a r e r les doses. Il s ’a p p r o c h e
de Grasset , qui se débat, qui e s s a ie d é s e s p é r é m e n t de se
l i b é r e r de ses l i en s.
« On v ous c h e r c h e r a , c o m m i s s a i r e , et on v ous t rouve ra.

77
UN B I LL E T ro u n LE COMMISSAIRE

M ai s trop tard. V ou s n ’a ll ez pas s u p p o r t e r vot re c ha gr in .


U n s u i c i d e , c o m m i s s a i r e . Il ne v ous res te r i e n d ’autre à
faire que v ous s u i c i d e r . V ou s a ll e z v ous p en d r e ,
commissaire...»
Les h o m m e s ont t e r m i n é leur t r avail. Ils lui d é t a c h e n t
les pi e ds . « A ll e z , d e b ou t ! Et ne f ait es pas le m a l i n !»
U n b a n d i t p o i n t e un r e v o l v e r c o n t r e lui. D e ux h o m m e s
m o n t e n t dans la c a m i o n n e t t e . Le f l e ur i s t e i n d i q u e à Gr as set
sa voi tu re.
« M o n t e z , c o m m i s s a i r e . M ai s c et t e f o i s - c i c ’est
m o i qui c o n d u i s . On va t r ou ve r u n e b e l l e forêt, un
b e l arbre, pas i ci , p e r s o n n e ne doi t s av oi r que v ous êtes
v e n u i c i c et t e n u i t !»
La c a m i o n n e t t e est pa rt i e la p re m i è r e . De rri èr e , dans la
v o it u re , Gr as s et t r e m b l e de peur. Ces h o m m e s so nt
d é t e r m i n é s , sa d er n i è r e h e u r e est
v e n ue . Il a d é c o u v e r t trop
de c h o s e s : un
t raf ic de
drogue, u ne
organisation
impeccable.
M a i s sa f e m m e
Pourquoi ?
Ils p a r c o u r e n t p l u s i e u r s k i l o m è t r e s . Ils so nt m a i n t e n a n t
à l ’e n t ré e d ’un c h e m i n de c a m p a g n e . La c a m i o n n e t t e s ’est
arrêt ée. La v o i t u re c o n t i n u e , e n c o r e q u e l q u e s c e n t a i n e s de
m èt res.

78
PRI5 AU PIÈGE

Le f le u r i s t e s ’arrête.
«Là, c ’est pa r fa it ! Et il c o m m e n c e à n e i ge r !
D é c i d é m e n t , on a de la c h a n c e ! On ne devra m ê m e pas
e ff a ce r les t r ac es de pas !»
Le d e u x i è m e h o m m e p o u s s e Gr as set hors de la voi tu re.
Il a u n e c or d e , il fait un n œ u d c o u l a n t .
« A l l e z c o m m i s s a i r e . Je suis d és ol é. V ou s a u ri ez m i e u x
fait de p ro f it e r de vot re r et ra i te, de li re des l i vr e s, d ’a ll e r à
la p ê c h e . . . »
Le c o m m i s s a i r e s ’a v a nc e . Il est r é s ig n é, il sait q u ’il ne
s ’en t ir er a pas. C ’est vrai, il a ura it m i e u x fait de p r o f it e r de
sa r et rai te. Il a c h e r c h é tous c es e n n u i s . S ’il n ’avait pas été
i n t ri gu é par ce b i ll e t . S ’il n ’avait pas v o u l u j o u e r les
S h e r l o c k H o l m e s . . . Sa f e m m e se ra i t e n c o r e v i v a n te . . . Et
lui. .. lui a u ss i .. . Ils a u r a i e n t pu v oyager, partir.
« Ma i s ma f e m m e ! P o u r q u o i l ’a v e z - vo us t uée ? D i t e s- le
m oi , au m o i n s !
- M a i n t e n a n t ça n ’a p l us d ’i m p o r t a n c e , c o m m i s s a i r e .
E l l e n ’a pas souf fert . E l l e ne s ’est r e n d u c o m p t e de r i e n. »
Ils so nt au p i e d d ’un arbre. Le f le u r i s t e a un si ège p l i an t,
q u ’il a pri s dans le c of fre de la v o i t u re : un si ège que
Gr as set e m m e n a i t a vec lui, au cas où il a ura it eu e n v ie
d ’a ll e r à la p ê c h e , au p r i n t e m p s . Il l ’a mi s sous l ’arbre. Il a
n o u é la c or de a u to u r d ’u ne gros se b r a n c h e .
« A d i e u , c o m m i s s a i r e , je suis d é s o lé !...»

79
A C T I V I T É S

Compréhension orale

Q Écoutez l’enregistrement puis répondez aux questions.

D ELF
1. Dans quelle ville a-t-on retrouvé cet homme ?
] à Bercy
| | à Pavie
] à Paris
2. Cet homme
] ne se rappelle plus rien.
] est amnésique.
] ne se souvient de rien.
3. Cet homme
| ne voit plus rien.
] n ’entend plus rien.
□ ne parle plus.
4. Sur sa tête il a
□ un chapeau.
□ une perruque.
□ une perruche.

] Dites si les affirmations suivantes sont vraies (V), fausses (F) ou si


l ’on ne peut pas y répondre d’après les informations données (?).

□□□
V F ?

a. L’homme semble ne plus rien comprendre.


b. Cet homme n ’a plus de famille. □□□
□□□
c. Il a une blessure à la tête.
d. Il a reçu "un coup de massue sur la tête. □□□
□□□
e. Sa blessure a été sûrement soignée par un médecin.
f. Sa blessure a été bien soignée. □□□
□□n
g* Au commissariat, on ne sait pas quoi faire.
h. Maigret a alors l ’idée de faire publier une petite
annonce sur le journal.
□□□
T. (
80
A C T I V I T É S

Compréhension écrite

d e l f ( J Lisez le chapitre puis écrivez le nom de la personne qui fait l’action :


le fleuriste, Grasset, une autre personne.

Actions Noms

1. Il s’arrête de préparer les doses.

2. Il détache les pieds du prisonnier.

3. Il pointe le pistolet contre le prisonnier.

4. Il conduit la camionnette.

5. Il tremble de peur*

6. Il arrête la voiture.

7. Il pousse le prisonnier hors de la voiture.

8. Il demande pourquoi on a tué sa femme.

9. Il met une grosse corde sur la branche d’un arbre.

f PROJET INTERNET ►►
Faire un exposé sur le commissaire M aigret
A vec l'a id e de votre professeur, lancez une recherche sur
Internet sur le commissaire M aigret. Présentez ce personnage
en vous a id a n t des questions suivantes :
Quel est son nom ? son prénom ?
Où e t qu a n d est-il né ?
Quelles sont ses caractéristiques physiques ?
A-t-il des signes particuliers ? lesquels ?
Quels sont ses goûts ?
Quelle est sa devise ?

81
A C T I V I T E S

Gram m aire

Les pronoms relatifs simples : qui, que, dont, où


Il voudrait se frotter la n u q u e, où il a si mal.
C'est moi qui conduis.

• Qui est le pronom relatif sujet :


La fem m e qui travaille.

• Que est pronom relatif complément d’objet direct ; on l ’apostrophe


devant une voyelle :
Le livre q u e j'ai écrit.
Le livre qu'il a écrit.

• Dont est pronom relatif complément de nom, de verbe ou d’adjectif :


La fille dont je suis am oureux.

• Où est complément de lieu et de temps :


La ville où j'aim erais vivre.
Le jou r où je suis né.

Q j Relisez le chapitre et relevez les pronoms relatifs ; classez-les.

Q Complétez avec q u i, q u e , dont, où.

1. L’hom m e................prend le volant est l ’un des malfaiteurs


................Grasset a interpellés.

2. Les en q u êtes..................Grasset est le plus fier, sont celles


................il a faites en compagnie d’un collaborateur..................
aujourd’hui est à la retraite.

3. Il demande au fle u riste..................il a vu par la fenêtre s ’il n ’a pas


remarqué un trafic assez louche.

82
A C T I V I T É S

4. Il ne veut pas parler à son collègue V ign o t..................lui pose des


questions stupides e t ................il n ’a d’ailleurs jamais apprécié.

5. Le jo u r ..................il a pris sa retraite, sa fem m e................


l ’attendait depuis deux heures déjà lui a annoncé qu’elle voulait
faire le voyage..................ils ont toujours rêvé.
6. Grasset n ’espérait pas trouver une solution aussi rapidement car
son in stin c t..................le trompe rarement l ’avait averti du danger
..................il courait m a is ..................il n ’était guère conscient.

7. Les fle u rs................ Grasset n ’avait pas trouvées chez lui, ont été
le point de départ d’une en q u ête..................s’est révélée très
compliquée, et le numéro de télép h o n e................il avait trouvé
sur le billet n ’avait rien à voir avec tout cela.

8. Sans Grasset, la vie au bureau n ’était plus c e ll e ................ils


avaient connue. Le com m issaire................n ’a jamais été très
tendre, était aimé de tous ses h om m es................il avait une
profonde estime.

Enrichissez votre vocabulaire

Q Retrouvez dans le chapitre tous les mots ayant un rapport avec la


violence.

substantifs dou leur ...

adjectifs terrible ...

verbes trem ble de p e u r ...

83
a c t i v i t é s

Production orale et écrite

DELF ( J Lisez l’extrait de cet article paru sur C orse m atin.

La sécurité routière en phase répressive


La nouvelle politique intransi­ d es je u n e s de m o in s de 2 5 a n s.
geante engagée par l’État vise à D onc, le traum atism e subi par des
provoquer une rupture dans les c e n ta in e s de fa m ille s , d ev an t c e
comportements des automobilistes d ra m e h u m a in in a tte n d u , est
pour que cesse l’hécatombe. terrible.
En dix ans, il y a eu 213 accidents D epu is 1 9 9 2 , le nom bre de d écès
mortels causant la mort de 232
n’a pas diminué, m êm e si l ’on veut
personnes en Corse-du-Sud. Ces
bien considérer qu’il y a davantage
chiffres, déjà importants, ne
de véhicules sur les routes.
donnent peut-être pas l ’ exacte
L es cam pagnes de prévention à la
réalité d’une image, qui risque
d’être plus sombre encore. En effet, télév isio n se succèdent depuis des

les décès survenus plus de six jours a n n é e s , d es p lu s s o f t a u x p lu s

après l’accident n’entrent pas dans in s o u t e n a b le s , sans r é s u lta ts


ces calculs. Un quart des tués sont significatifs.

Préparez sa présentation ; pour vous aider utilisez ce questionnaire.

1. De quel genre de document s’agit-il ? (publicité, lettre, etc...)


2. Pourquoi a-t-il été écrit ? À qui s’adresse-t-il ?
3. Quel message veut-il délivrer ? Quel problème soulève-t-il ?
Quelles informations sont données ? Comment ce document se
termine-t-il ?
4. Quelle est votre réaction en le lisant ? Que faudrait-il faire selon
vous ?

84

cv
Q É criv e z un m él à une a ss o c ia tio n qui m ilite co n tre la v io len ce
r o u tiè r e . V ous v o u le z vo u s y i n s c r ir e : d on n ez n om , a d re s s e
électronique et adresse de votre domicile.

85
©

TOUT EST CLAIR


p
rasset se d é b a t , d a n s u n u l t i m e s u r s a u t le
I f l e u r i s t e et s o n c o m p l i c e le s o u l è v e n t de f o r c e .
I I T o u t à c o u p , la f orê t s ’i l l u m i n e , c o m m e en p l e i n
j our.
« P o l i c e , que p e r s o n n e ne b ouge !»
L ’ordre a été si s ub i t que les d e ux m a l f a i t e u r s n ’ont pas
le t e m p s d ’e s q u i s s e r 2 un se ul geste. D e u x p o l i c i e r s les ont
déj à m aî t r i s é s .
Gr as s et p o u s s e un cri :
« V i gn o t ! Q u ’e s t- c e que v ous f ait es i c i ? !
- B o n n e q u e s t i o n , c o m m i s s a i r e ! Et v ous ? V o u s êtes
c o n t e n t de me voir, c et t e f o i s - c i ?»
V i g n o t serre la m a i n t r e m b l a n t e de Gr asset , qui ne le
l â c h e pl us. . .
« Ma i s e x p l i q u e z - m o i . . . C o m m e n t a v e z- v ou s su ?
- Je vous s u r v e i l l a i s , c o m m i s s a i r e . . . je sa va is b i e n que
v ous f er i ez q u e l q u e c h o s e , que vous c h e r c h e r i e z
l ’a s s a s s i n . . . M o i aussi , j ’ai de l ’i n t u i t i o n , q ua n d je v e ux . ..

1. un su rsau t : en général un m ouvem ent brusque et involontaire.


2. esq u isser : com m encer, am orcer.

86
UN B I L L E T rOUR L[ connissAint

A l l e z , t out le m o n d e au pos te , c et te f o i s -c i, on va
s ’e x p l i q u e r !...»

Au pe t it m a ti n , en r e n t r a n t c h e z lui, Gra sset r e p e n s e à


t o ut es les r é v é l a t i o n s de la nui t. Il s ouri t, à l ’i dé e q u ’il a
a t t e n du d ’être à la ret r ai t e pou r d é c o u v r i r u n i m m e n s e
t ra fic de drogue qui se d é r o u l a i t d e pu i s des m o i s sous son
nez, so us sa f e n êt r e !...
A i n s i , le f l e ur i s t e avait t out a voué , tout e x p l i q u é . Oui, il
avait or ga n is é un t ra fi c i m p e c c a b l e , so us le c o u v e r t de son
m a ga si n. C o m m e t ous les f le u r i s t e s , il d o n n e a v ec c h a q u e
b o u q u e t u n pet i t s a c h e t c o n t e n a n t de la p o u d re b l a n c h e ,
u ne sorte d ’engr ai s 1 à v e rs e r dans l ’eau, pou r faire t e n i r les
f le urs p l us l o n g t e m p s . Lui, dans c es s a c h e t s , il é c o u l a i t de
la drogue. .. P ou r se faire r e c o n n a î t r e , ses c l i e n t s
«particuliers» n ’a v a ie n t q u ’à dire un m ot de p a ss e 2, u ne
ph r a se c o n v e n t i o n n e l l e . Ils p a y a i e n t , et ils r e s s o r t a i e n t
avec un b o u q u e t b an al . . . m a i s s ur t out a v ec le s a c h e t
empoisonné.
« Ma i s ma f e m m e ? P o u r q u o i ?» Gr as set avait h u r l é sa
q u e s t i o n , c et t e q u e s t i o n à l a q u e l l e il c h e r c h a i t u n e r é p o n s e
d e pu i s d e u x j ours. Et c et t e fois, le f l e ur i s t e avait tout
r ac o n t é . . .
Il ét ait v e n u l i vr er le b o u q u e t de r os es, vers m i d i c o m m e
c o n v e n u . E l l e a d m i r a i t les f le urs, l eur p ar fu m ; el l e
b a v ar da i t, el l e avait c o m m e n c é à e n l e v e r la c e l l o p h a n e qui

1. un en grais : un produit qui fe rtilise le sol.


2. un mot de p asse : un m ot convenu pour q u ’on les laisse passer.

88
T OU T EST CLAIR

les e n t ou r ai t . . . E l l e avait pri s le s a c h e t . . . Et le f l e ur i s t e


s ’ét ait a p e r ç u q u ’il l ui avait d o n n é n o n pas un s a c h e t
d ’engrai s, m a i s u n s a c h e t c o n t e n a n t la drogue ! ! ! E l l e, el l e
b av a r d a i t :
« Ma i s d i t e s - m o i , q u ’e s t - c e q u ’il y a dans ces s a c h e t s ?
- Je ne sais pas, u n e sorte d ’engr a i s. . .
- Ma i s c ’est u n e p o u d r e m i r a c l e ! La d e r n i è r e fois, mes
r os es ont t e n u p l us d ’u ne s e m a i n e ! M o i qui a dor e avoir
des f le urs à la m a i s o n . . . S i je s avais ce que c ’est, je p ou r ra i s
en a c h e t e r . . .
- J e ne sais pas e x a c t e m e n t . . . on dit que c ’est u n e sorte
d ’a s p i r i n e . . . »
M a d a m e Gr as s et s ’était m i s e à rir e :
«De l ’a s p i r i n e po u r les f le ur s ! Ce
L’est pas p o s s i b l e ! T e n e z , je
p o u rr a i s le faire a n a l y s e r , pour
savoi r. . . Je suis sûre que si je
d e m a n d a i s à m o n ma ri, ses
c o l l è g u e s du labo le f e r a i e n t . . . »
Le f l e u r i s t e avait pâl i. Le
t é l é p h o n e avait s o n n é dans le b ureau .
E ll e ét ait a l l ée r é p o n d r e . C ’ét ait V i gn o t qui a p p e l a i t
Gr as set , pou r le m y s t é r i e u x b i ll e t . Le f l e u r i s t e l ’avait
su iv ie . Et dès q u ’el le avait pos é le c o m b i n é , il l ’avait
frappée avec un gros c en dr i er , une seule fois, sur la n uque. . .
Pui s il avait r ep r is ses ro s es , la c e l l o p h a n e , le s a c h e t de
po u dr e. Il était r e v e n u vers d e u x h e u r e s , et il avait fait
s e m b l a n t de v o u l o i r l i vr er les roses.

89
UN B I L L E T FOUR LE COflîllSôAIRE

A p rè s av oi r é c o u t é ces a v eu x, le c o m m i s s a i r e , ému , avait


serré très fort la m a i n de V ignot.
« M e r c i , V ig no t , et b o n n e c h a n c e . . . Je v ous l a i s s e ma
p l a c e . . . sans regret. .. je ne p o u r r ai s pl us j a m a i s faire ce
métier.»
Il ét ait t rist e : sa f e m m e ét ait mo rt e po u r r ie n, pou r
q u e l q u e s mot s a n o d i n s . Il v o u l a i t part ir, être seul, e n fi n,
a vec so n c ha gr in .
« A t t e n d e z , M o n s i e u r Gr as set ! Ne pa rt ez pas ! Je dois
vous dire q ue l que chose. . . Votre f emme. . . E ll e vous at tend !»
Gr as s et dév is age 1 V i gn o t a ve c s t u p eu r :
« Q u o i ? Q u ’e s t- c e que v ous r a c o n t e z ? V ou s êtes fou ?
— Non, c o m m i s s a i r e ! E ll e n ’est pas mo rt e ! E l l e était
dans le c om a . On a m e n t i , po u r l ’e n q u ê t e , et pu is p ar c e
q u ’on avait p e u r que l ’a s s a s s i n ne r e v i e n n e . E l l e est sorti e
du c o m a c e t te n ui t. E l l e va s ’en sorti r 2, c o m m i s s a i r e ! E l l e
v ous a t te n d ! V en e z , je vous a c c o m p a g n e à l ’h ô p i t a l . . . »

<V'.
1. il dévisage : il regarde avec insistan ce.
2. s ’en so rtir : être sauvé.

90
A C T I V I ’ T É S

Compréhension orale

Q Voilà les différents témoignages des personnages de cette histoire.


Écoutez-les.
a. Ecoutez une première fois et dites dans quel ordre les
témoignages des personnages sont apparus.
| | Le fleuriste
| | Madame Grasset
| Monsieur Grasset
D Vignot

b. Ecoutez une deuxième fois et retrouvez les sentiments des


différents personnages.

il/elle est soulagé(e) enthousiaste orgueilleux (euse)


méfiant(e) bouleversé(e) pessimiste content(e)

Le fleuriste : ....................................................................................................
Madame Grasset : ..........................................................................................

Monsieur Grasset : ........................................................................................

Vignot : .............................................................................................................

c. Quelle leçon ont-ils tirée de cette histoire et quelles réflexions


ont-ils ?

il/elle éprouve du regret il/elle constate qu’il/elle a été à la


hauteur de la situation il/elle n ’a qu’une envie celle de partir
il /elle fera attention à l ’avenir il/elle sait qu’il/elle a mal agi
il/elle n ’aime pas le lieu où il/elle se trouve il/elle sait que
pourtant il/elle ne peut pas généraliser.

Le fleuriste : *..................................................... ...................

Madame Grasset : ..........................................................................................


Monsieur Grasset : ........................................................................................
Vignot : .............................................................................................................

92
A C T I V I T É S

Compréhension écrite

D E L f Q Relisez ce dernier chapitre et dites si les affirm ations suivantes sont


vraies ou fausses.
V F
1. La police arrive au moment où le fleuriste et son
complice sont sur le point de tirer sur Grasset.
□ □
2. Vignot surveillait Grasset. □ □
3. Le fleuriste n ’a pas voulu parler. □ □
4. La poudre blanche que le fleuriste mettait dans tous
les bouquets était de l ’aspirine.
□ □
5. Mme Grasset voulait donner la poudre à analyse^. □ □
6. Le fleuriste a tenté d’étrangler Madame Grasset. □ □
Grammaire

L’accord du participe passé


Elle était allée répondre. Le fleuriste l'avait suivie.
Le fleuriste avait pâli.
Les règles d’accord du participe passé sont complexes. Nous ne vous
donnons pour commencer que les règles essentielles :
• Avec l ’auxiliaire être, le participe passé s’accorde avec le sujet :
Marie est tombée. Mes parents sont sortis.
• Avec l ’auxiliaire avoir, le participe passé s’accorde avec le
complément d’objet direct, seulement si ce dernier se trouve
avant le verbe :
J'ai rencontré mes amis. Je les ai rencontrés.
• Avec les verbes réfléchis, le participe passé s’accorde avec le sujet :
Elle s'est lavée.
Mais l ’accord ne se fait plus si le verbe est suivi d’un complément
d’objet direct :
Elle s'est lavé les mains.

93
A C T I V I T É S

Q j R elisez le ch a p itre et relev ez les p a rtic ip e s p assés ; exp liq u ez


pourquoi ils sont accordés ou non.

] Faites l’accord du participe passé si nécessaire.

La pilule de l’oubli
HISTOIRE
Tandis que Nadine et Vincent recherchent les parents d’un autiste,
Bernard enquête sur un mystérieux cambriolage.
? i iiii itflèiti
RÉSUMÉ
Une femme avertit la P.J qu’elle a entendu... du bruit et des cris chez ses
voisins. Envoyé.... sur les lieux avec un se rru rie r, Nadine et Vincent y
découvrent un jeune garçon a tta ch é ....sur un siège. T errorisé... par les
deux policiers, le garçon ne parle pas. Les papiers que Nadine a tro u vé .....
dans l’appartem ent sont en fait un dossier médical sur un certain Stéphane
W ilm art, 25 ans, souffrant d’autisme.
Sandrine Flamand vient p o rte r plainte au com m issariat pour cambriolage.
Elle pense qu’un jeune homme, qu’elle a re n co n tré .... la veille au soif' dans
un bar, l’a drogué puis emm ené.... dans son appartem ent. C’est à son
réveil qu’elle a constaté.... la disparition de certains objets que sa grand-
mère lui a laissé à sa m ort.
D’après TéléStar

O Faites l’accord du participe passé si nécessaire.

1. Les indices que le commissaire adécouvert..........n ’ont pas


servi à grand chose.
2. Les indices, découvert.................... par le commissaire, seront de
grande utilité pour l ’enquête.
3. Ces indices, le commissaire les adécouvert..........en menant
son enquête.
4. Le commissaire a découvert.................... ces indices en menant son
enquête.
5. Quels indices, le commissaire a-t-il découvert.................... en
menant son enquête ?
6. Pourquoi le commissaire n ’a-t-il pas u tilis é .................. les indices
qu’il a découvert................... durant son enquête ?

94
a c t i v i t é s

7. La coupable s’est liv ré.................. à la police, hier matin, elle a


immédiatement été arrêté................. puistransféré.................. à la Santé.
8. Les dossiers que l ’avocat a p rép aré.................... sont très
compliqués car les clients sont im p liq u é.................... dans des
affaires louches.

Enrichissez votre vocabulaire

Q j Relisez le chapitre et retrouvez les mots concernant la drogue.

substantifs drogue...
adjectifs mortelle...
verbes écouler...

Q Complétez l’article à l’aide des mots suivants.

santé drogue tabac éducation


toxicomanie cigarettier fumer

Les taxes sur l e .................. peuvent encore augmenter.


À l ’occasion de sa visite à la Mission interministérielle de lutte
contre l a .......................... .etl a .................................(Mildt), mardi 8
janvier, Jean-François Mattei, ministre de l a ................... s’est déclaré
«scandalisé de voir que la loi Évin n ’est pas respectée dans 1’
..............nationale......................... doit être interdit dans les lycées et les
collèges car ce sont des lieux publics». M. Mattei a rappelé qu’à
l ’époque, il avait «soutenu Claude Évin dans son combat».
Évoquant la hausse des taxes sur le ..................... allant jusqu’à 18 %
d’augmentation, M. Mattei a indiqué avoir refusé de suivre certains
parlementaires qui souhaitaient monter jusqu’à 20 %. Mais,
apprenant que le p rin cip a l.......................avait alors choisi de baisser
ses profits pour maintenir ses prix, le ministre a souligné que de
futures augmentations restaient donc possibles,
d’après Le Monde

95
A C T I V I T É S

DELF Après avoir lu l’article présentez-le en vous inspirant des questions


suivantes.
1. De quel genre de document s’agit-il ? (publicité, lettre, etc...)
2. Pourquoi a-t-il été écrit ? À qui s’adresse-t-il ?
3. Quel message veut-il délivrer ? Quel problème soulève-t-il ?
Quelles informations sont données ? Comment ce document se
termine-t-il ?
4. Quelle est votre réaction en le lisant ? Que faudrait-il faire selon vous ?

Tableau de correspondance
Cadre européen - DELF
U n n u m é r o de té l é p h o n e s u r un b ille t de 5 0 € , un
b o u q u e t de r o s e s , un d r ô le de f l e u r i s t e v i e n n e n t
bouleverser la vie d’un commissaire à la retraite un peu
curieux... Entrez avec lui dans l’aventure...
Cette énigme policière stimulera votre désir de lire en
français tout en approfondissant la connaissance de cette
langue. Vous retrouverez tout au long des chapitres, des
r u b r i q u e s et to u te un e s é r i e d ’ a c t i v i t é s qui v o u s
p e r m e ttr o n t de te s te r v o tre c o m p r é h e n s i o n o r a le et
é c r i t e , de r é v i s e r v os c o n n a i s s a n c e s en g r a m m a i r e
française, d’enrichir votre vocabulaire et d é v a lu e r vos
aptitudes à l’écrit.
Un CD audio contenant le texte intégral vous permettra
de su iv re ... co m m e su r v o tre s ta tio n p r é f é ré e ce tte
affaire palpitante.

^ grand débutant ^ intermédiaire


^ débutant
NIVEAU A2 DU C A D R E EUROPEEN COMMUN DE REFERENCE

ISBN 13: 978-346848404-!


ISBN 10: 346848404-6

9 783468 '484049 "


Cet ouvrage privé du coupon ci-contre L a n g e n s c h e id t KG
devient un exemplaire hors-commerce.