Vous êtes sur la page 1sur 5

20 MESURES

POUR SOUTENIR
ET ACCOMPAGNER
LE REDÉMARRAGE

ASSOCIATION DES
ADMINISTRATEURS
TERRITORIAUX DE FRANCE
LE MOT
DU PRÉSIDENT
RELANCER L’ÉCONOMIE ET LE PAYS
LIBÉRER LES COLLECTIVITÉS
LOCALES POUR QU’ELLES SOIENT
UN MOTEUR DE CROISSANCE
SORTIR DES SENTIERS BATTUS

Face à une crise sans précèdent, propositions ont été retenues impôts. En France, les collec-
les Françaises et les Français ont dans le droit positif depuis 5 ans, tivités ont l’obligation de voter
pu apprécier la réactivité et la formule plusieurs mesures pour le même taux d’imposition
disponibilité dont ont fait preuve favoriser la reprise de l’activité pour tous les contribuables et
les collectivités locales, les élus économique, l’investissement n’ont que peu de marges de
locaux et sous leur autorité les au service de la transition manœuvre pour décider de
agents territoriaux. écologique, l’emploi comme l’assiette d’imposition. Or, les
instrument de lutte contre les collectivités locales connaissent
Ils ont maintenu les services fractures sociales, numériques, parfaitement leur tissu écono-
publics essentiels, accueilli les territoriales. mique, dialoguent régulièrement
enfants de soignants dans les avec les chefs d’entreprises, les
écoles, soutenu les hôpitaux et Notre conviction, c’est que rien commerçants les artisans et sont
leurs personnels mais aussi les ne pourra se faire sans les collec- les mieux à même d’adapter les
entreprises et l’emploi, participé tivités locales, qui représentent aides au profil de chacun. Aussi,
à l’accompagnement des per- 240 Md¤ de dépenses publiques, nous proposons de :
sonnes vulnérables (nos ainés, 50 Md¤ de dépenses d’inves- • Séparer le vote du taux de
les enfants en danger, nos conci- tissement, 50 Md¤ d’impôts foncier bâti entre les ménages
toyens les plus démunis, etc.). et taxes économiques et qui et les entreprises. Il s’agit
Ils organisent actuellement la agissent au cœur des politiques aujourd’hui d’un taux unique,
réouverture des écoles. sociales et de développement. cette distinction donnerait
aux collectivités la possibilité
Indispensables pendant la crise, Il est donc essentiel, comme de baisser la fiscalité pour les
les collectivités seront incon- nous le demandons de longue entreprises comme appui à
tournables pour la relance de date, de leur donner plus de la relance.
l’économie du pays. Si on veut liberté pour qu’elles puissent • Autoriser les collectivités, par
bien leur permettre de jouer un être à l’initiative et agir au mieux une modification de la loi,
rôle actif. des besoins de chaque territoire. à exonérer pour une année
au moins les commerçants
L’AATF, réseau profession- Cette liberté doit pouvoir mieux et artisans (notamment les
nel et laboratoire d’idées des s’exprimer pour aider les entre- 200 000 propriétaires de
hauts fonctionnaires territo- prises, artisans, commerçants bar et de restaurants) des
riaux, dont une cinquantaine de par le levier des taxes et des redevances d’occupation du

20 MESURES POUR SOUTENIR ET ACCOMPAGNER LE REDÉMARRAGE 2


domaine public. Cette pos- plus grande aux collectivi- ces bâtiments pour les rendre
sibilité pourrait être étendue tés d’actionner le levier de la à la fois plus sobres en éner-
aux redevances de place pour dépense publique au service gie et plus confortables, c’est
les marchés, pour les conces- de l’activité : créer, au cœur de nos territoires,
sions de plage, pour la taxe •  Le relèvement temporaire des emplois nombreux et non
de séjour réglée par les pro- des seuils de procédure for- délocalisables. Le fléchage des
fessionnels de l’hôtellerie, etc. malisé des marchés publics crédits des nouveaux CPER
• Autoriser les collectivités à 80 000 ¤ non pas pour et programmes de Fonds
locales à modifier la base fragiliser les dispositifs de Européens pourraient encou-
d’imposition des entreprises, transparence dans la com- rager ces mises en chantier.
notamment en raison de mande publique mais pour
leur localisation, pour créer accélérer la rapidité des déci- Cependant, au-delà des
de quasi zones franches sions en phase de relance. concours financiers, l’État doit
favorisant la relocalisation • La suppression des contrats faire évoluer en profondeur le
d’activité et la lutte contre Cahors qui fixent un encadre- statut des collectivités locales
les inégalités. ment strict de l’évolution des pour réduire leur exposition aux
dépenses de fonctionnement chocs, les rendre moins sen-
Liberté aussi pourrait être des collectivités locales. En sibles aux futurs crises et leur
donnée pour permettre aux col- filigrane ils traduisent une permettre d’agir immédiatement
lectivités, si elles le souhaitent, forme « d’indignité » de la de façon contracyclique.
d’aider les entreprises par une dépense de fonctionnement • De longue date nous pro-
entrée sous conditions à leur et une vision austéritaire alors posons ainsi de doter les
capital, ce qui n’est aujourd’hui que le « monde d’après » aura collectivités locales d’une
possible que pour les régions. sans doute besoin de financer fiscalité de résistance, c’est
Cette mesure forte favoriserait davantage de protection par à dire d’une fiscalité dont
la résilience de certaines entre- le fonctionnement courant des les bases sont stables et ne
prises stratégiques pour leur budgets publics. Les masques s’écroulent pas avec la crise.
territoire (en termes d’emplois sont ainsi achetés sur des Tel n’est pas le cas aujourd’hui
directs ou induits) et le déve- budgets de fonctionnement ! puisque les départements et
loppement d’autres entreprises les régions sont essentielle-
(R&D, investissement matériel / Pour agir plus librement, les col- ment financés par des impôts
immatériel, etc.) sans que le lectivités locales doivent aussi pro cycliques comme la CVAE,
soutien n’ait le caractère de sub- être mieux armées. Trop affai- les DMTO. Ainsi, à rebours
ventions sans contrepartie. Cette blies, elles ne pourront prendre de sa politique actuelle, le
forme d’aide pourrait être com- leur place au cœur de l’effort de gouvernement pourrait faire
plétée par un nouveau dispositif relance. Assumant son rôle assu- bénéficier du produit de la
permettant aux collectivités de rantiel, l’État vient d’annoncer un taxe foncière et de la CFE,
soutenir l’accès à des prêts à plan de soutien aux collectivités impôts stables, plusieurs
taux zéro pour les entreprises, locales de 4,5 Md¤ dont 1 Md¤ niveaux de collectivités et
qui, enfin, pourraient bénéficier, en dotation supplémentaire s’appuyer sur le développe-
au plan national, d’une refonte pour l’investissement. Ce soutien ment des IFER qui sont des
de la législation sur les procé- pourrait aider les collectivités impositions qui portent sur
dures collectives. Cette mesure locales à lancer un grand plan les réseaux.
vise en effet à favoriser le rebond de rénovation énergétique de • L es collectivités locales
des acteurs iconiques. leur patrimoine immobilier, qui pourraient être désormais
compte plus de 11 000 crèches, regardées comme de véri-
Enfin, des freins institutionnels 27 000 écoles primaires, 7 000 tables entités économiques et
et normatifs pourraient être collèges, 4 200 lycées, près de bénéficier d’un assujettisse-
levés pour donner une faculté 18 000 gymnases… Rénover ment à la TVA plutôt que le

20 MESURES POUR SOUTENIR ET ACCOMPAGNER LE REDÉMARRAGE 3


système actuel en demi-teinte entreprises du fait des circons- des bailleurs sociaux alors
du FCTVA. Cette révolution tances et de les faire participer qu’elle n’est que partiellement
copernicienne à l’échelle des à l’effort collectif. Sur la base financée aujourd’hui.
finances publiques permettrait d’une analyse par l’INSEE, il • Enfin, le lancement d’un grand
de consolider de 500 M¤ à serait possible d’identifier les plan numérique solidaire
1 Md¤ d’euros les budgets des secteurs gagnants pendant la aboutissant notamment à
collectivités locales. crise du COVID (numérique, la distribution d’ordinateurs
grande distribution etc…) et à bas coût, au développe-
Enfin, la relance doit aussi d’organiser une solidarité ment des usages et à la
tenir compte des fractures qui de ceux-ci vers les secteurs structuration d’une filière de
traversent le pays, celles qui perdant. Pourrait ainsi être recyclage, pourra contribuer
existaient et que la crise a accen- mis en place un prélèvement à la résorption de la fracture
tué, celles qui sont apparues. exceptionnel sur les secteurs scolaire, aggravée pendant
À ce titre : dont l’activité a été marquée le confinement, tout autant
• Il parait nécessaire d’organi- par une progression « anor- que participer à l’économie
ser une solidarité entre les male » par rapport à l’activité de la connaissance
entreprises dont l’activité a, à la même période en 2019.
pendant la crise, progressé Les fonds récupérés permet- Notre démarche vise à mobiliser
par rapport à leur tendance traient de financer un plan l’ensemble des leviers de l’ac-
normale et celles qui ont été de soutien aux petits com- tion publique : investissement,
durement frappées. Pour merçants et à la restauration, fiscalité, aide aux entreprises et
mémoire, le 1er juillet 1916, a voire le secteur automobile à l’emploi et enfin lutte contre
été instituée en France une très dense en emplois. les fractures sociales, numé-
contribution sur les bénéfices • Dans le même ordre d’idées, un riques ou environnementales
extraordinaires. Il s’agissait élargissement de la TACSOM qui parcourent notre pays.
d’un impôt direct qui taxait les aux drives des grands distri-
bénéfices anormaux réalisés buteurs rétablirait une forme C’est le sens des propositions
entre le 1er août 1914 et le 30 d’équité vis à vis des petits que nous faisons pour relancer
juin 1920, 18 mois après la fin commerçants. notre économie et qui, comme
des hostilités. À l’époque, les • Afin que les habitants des souvent, ont choisi le chemin de
entreprises devaient verser à quartiers de la politique de l’audace du non conformisme.
l’État la différence entre les la ville soient accompagnés
bénéfices réalisés en temps de autant qu’ils en ont besoin,
paix et ceux réalisés pendant l’État pourrait s’engager à Fabien TASTET
la guerre. Cette contribution compenser intégralement Président de l’AATF
visait à lutter contre l’enrichis- aux collectivités locales
sement excessif de certaines l’exonération de taxe foncière

20 MESURES POUR SOUTENIR ET ACCOMPAGNER LE REDÉMARRAGE 4


NOS 20 MESURES
LES 20 MESURES PROPOSÉES LEVER LES BLOCAGES SOUTENIR L’ACTIVITÉ DES ENTREPRISES
S’ARTICULENT AUTOUR DE À L’INVESTISSEMENT PUBLIC LOCAL ET LE MAINTIEN OU LE RETOUR À L’EMPLOI
4 PRINCIPES D’ACTION :
– LEVER LES BLOCAGES À 1   NGAGER UN PLAN DE RÉNOVATION
E 13 FACILITER SOUS FORME D’EXPÉRIMENTA­
L’INVESTISSEMENT PUBLIC ÉNERGÉTIQUE DU PATRIMOINE LOCAL. TION L’ENTRÉE AU CAPITAL DE SOCIÉTÉS
LOCAL ; COMMERCIALES POUR LES EPCI.
– FAVORISER UNE FISCALITÉ 2  ADAPTER LE CALENDRIER D’ATTRIBUTION
INCITATIVE ET SOLIDAIRE ; DE CERTAINES DOTATIONS (DSIL, DETR, 14 FAVORISER L’ACCÈS DES ENTREPRISES
– S OUTENIR L’ACTIVITÉ ETC.) AUX CONSÉQUENCES DE LA CRISE À DES PRÊTS À TAUX ZÉRO.
DES ENTREPRISES ET LE SANITAIRE.
MAINTIEN OU LE RETOUR 15 CRÉER UN CONTRAT DE TRANSITION À
À L’EMPLOI ; 3  RÉHAUSSER LE SEUIL DE PROCÉDURE L’EMPLOI POUR LES JEUNES.
– AGIR POUR RÉDUIRE LES DE MARCHÉS PUBLICS SANS PUBLICITÉ
FRACTURES SOCIALES, NI MISE EN CONCURRENCE. 16 REMBOURSER LES SALAIRES PAYÉS AUX
ENVIRONNEMENTALES ET VACATAIRES DURANT LE CONFINEMENT
NUMÉRIQUES. 4  ABROGER LE DISPOSITIF DES CONTRATS DÉCIDÉ DANS LE CADRE DE L’ÉTAT D’UR­
« DE CAHORS » OU REVOIR SES MODALITÉS. GENCE SANITAIRE.
LE GROUPE
FINANCES ET FAVORISER UNE FISCALITÉ 17 RÉFORMER LA LOI DU 25 JANVIER 1985
GESTION LOCALE INCITATIVE ET SOLIDAIRE SUR LES PROCÉDURES COLLECTIVES POUR
FAVORISER LE REBOND DS ENTREPRISES.
LES CONTRIBUTEURS :  5  CRÉER UNE CONTRIBUTION EXCEP­
PHILIPPE LAPORTE, TIONNELLE ET PROVISOIRE SUR LES AGIR POUR RÉDUIRE
XAVIER GARRIGUES, SECTEURS GAGNANTS DURANT LA CRISE LES FRACTURES SOCIALES,
OLIVIER WOLF, POUR FAVORISER UNE SOLIDARITÉ ENVIRONNEMENTALES
FANNY NGUYEN-COMMO, ÉCONOMIQUE. ET NUMÉRIQUES
JACQUES PRENTOUT,
CHRISTOPHE RISPAL, 6  SUPPRIMER LE FCTVA ET CONSIDÉRER 18 AFFECTER DAVANTAGE DE FISCALITÉ
CHRISTOPHE MAURIN, LES COLLECTIVITÉS LOCALES COMME DE ENVIRONNEMENTALE AUX RÉGIONS ET
KARINE GARCIN-ESCOBAR, VÉRITABLES ENTITÉS ÉCONOMIQUES. AUX EPCI.
GIACOMO SIIRIAINEN,
AMAURY BRANDALISE, 7  RÉVISER LA RÉPARTITION DES PANIERS 19 COMPENSER INTÉGRALEMENT AUX COL­
PAUL-MARIE ATGER. FISCAUX PAR STRATE DE COLLECTIVITÉ LECTIVITÉS L’EXONÉRATION DE TAXE
POUR GARANTIR UN MEILLEUR ÉQUILIBRE FONCIÈRE SUR LES PROPRIÉTÉS BÂTIES
DOCUMENT ÉLABORÉ IMPÔTS DE FLUX / IMPÔTS DE STOCK, ET DANS LES QUARTIERS POLITIQUE DE LA
EN MAI 2020 CRÉER UNE « FISCALITÉ DE RÉSISTANCE ». VILLE.

8  CRÉER OU ÉTENDRE DE NOUVELLES EXO­ 20 LANCER UN PLAN NUMÉRIQUE SOLIDAIRE :


NÉRATIONS FISCALES CIBLÉES POUR AIDER DISTRIBUTION D’ORDINATEUR À BAS
LES SECTEURS LES PLUS FRAGILISÉES. COÛT, DÉVELOPPEMENT DES USAGES
ET STRUCTURATION D’UNE FILIÈRE DE
9  COMPTABILISER LES « DRIVES » DANS LA RECYCLAGE.
SURFACE DE VENTE AU DÉTAIL SOUMISE
À LA TASCOM.

10  EXONÉRER TOTALEMENT OU PARTIELLE­


MENT LES COMMUNES TOURISTIQUES DU
FONDS DE PÉRÉQUATION.

11  DIFFÉRENCIER LE VOTE DE LA TAXE


FONCIÈRE SUR LES PROPRIÉTÉS BÂTIES
POUR LES PARTICULIERS DE CELLE POUR
LES ENTREPRISES.

12  ASSOUPLIR LES POSSIBILITÉS DE MINORA­


TIONS DU COEFFICIENT DE LOCALISATION
APPLIQUÉ AU CALCUL DES VALEURS
LOCATIVES DES LOCAUX PROFESSION­
NELS POUR CRÉER DES QUASI ZONES
FRANCHES.

20 MESURES POUR SOUTENIR ET ACCOMPAGNER LE REDÉMARRAGE 5