Vous êtes sur la page 1sur 81

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

UNIVERSITE DE CARTHAGE

‫المعهد العالي لتكنولوجيات البيئة و العمران و البنيان‬

Institut Supérieur des technologies de l’environnement de l’urbanisme et


de bâtiment

MEMOIRE DE PROJET DE FIN D’ETUDES


Présenté en vue de l’obtention du diplôme de technicien supérieure en
génie civil

Etude et suivi de fondation profonde


« Résidance Agathe »
(R+3 avec sous-sol)

Réalisé au sein de

Réalisé par : Takali Amine


Ayari Anis
Encadré par : Mr Ben Othmen Atef

Année Universitaire
2017 – 2018
Dédicaces

Dédicaces
Je remercie avant tout ALLAH, le tout puissant qui m’a donné les capacités physiques
et intellectuelles nécessaires à la réalisation de ce projet.
A mon cher papa et ma chère maman
Pour tous les sacrifices que vous avez consentis, pour toutes les prières que vous
m’aviez
faites pour tout l’amour, l’affection, le soutien et l’encouragement que vous m’aviez
toujours apportés tout au long de mes études pour faire de moi ce que je suis
aujourd’hui.
Je vous dédie ce travail en signe de mon éternel attachement et de mon amour.
A mes frères
A mes sœurs
Vous étiez toujours la source de ma motivation. Tous mes remerciements ne
suffissent
pas pour toute l’aide, le soutien et la sympathie.
A toute la famille TAKALI et AYARI
A tous mes amis du quartier, mes binômes à Tunis
A tous ceux qui ont su m’apporter aide et soutien aux moments propices
A tous mes Amis, pour les agréables moments passés ensemble, pour le soutien moral
et
pour la noblesse de vos actes.

Page | i
Remerciements

Remerciements
Le résultat de notre travail est grâce aux gens qui nous entourent, à leur amour
intarissable et à leur soutien.

Nous remercions toute personne ayant contribué, de loin ou de près, le long de notre
cursus académique et spécialement durant notre classe terminale.

Merci infiniment à nos familles, notre pilier du succès, qui nous a tenue tant à cœur.

Un grand merci à Mr Sofiene et Mme Semia Bou Setta , pour l’encadrement et le suivi
dans les essais de cissaillement .

Nous remercie Mr Atef Ben Othmen, notre encadrant, qui nous a guidé avec toute sa
patience et sa sagesse à croire en soie pour réaliser ce projet.

Nous adressons enfin, notre plus vive reconnaissance à tous mes enseignants de
l’Institut Supérieur des technologies de l’environnement d’urbanisme et de batiment
(ISTEUB) pour la formation .

Page | ii
Table des matières

Table des matières


Dédicaces ......................................................................................................................... i
Remerciements ................................................................................................................ ii
Table des matières ......................................................................................................... iii
Liste des figures ............................................................................................................. vi
Liste des tableaux ........................................................................................................ viii
Introduction générale ......................................................................................................1
Présentation du projet .................................................................................................... 2
Introduction ................................................................................................................ 2
1. Documents et pièces écrites fournis ..................................................................... 2
1.1 Le marché....................................................................................................... 2
1.2 Les plans d’exécution : ................................................................................... 3
2. Situation géographique et intervenants du projet ............................................... 3
3. Présentation de l’entreprise S.F.T.P ..................................................................... 4
Suivi des procédures de construction............................................................................. 8
Introduction ................................................................................................................ 8
1. Exécution des fondations profondes .................................................................... 8
1.1 Implantation des coordonnées ...................................................................... 8
2. Vibro-fonçage de la gaine ................................................................................... 10
3. Forage et extraction des terres ........................................................................... 10
3.1 L’extraction à sec par une tarière simple .................................................... 10
4. Introduction de la cage d’armature .................................................................12
5. Coulage de béton .................................................................................................14
6. Extraction de la gaine....................................................................................... 15
7. Recepage ..............................................................................................................16
Etude géotechnique ....................................................................................................... 17
Introduction ............................................................................................................... 17
1. Consistance de la compagne : ............................................................................. 17
2. Normes utilisées : ............................................................................................... 18
3. Identification du sol (Résultats des investigations)........................................... 18
4. Le choix de fondation .......................................................................................19
Dimensionnement de pieu isolé ................................................................................... 20

Page | iii
Table des matières

1. Capacité pourtante du pieu ................................................................................ 20


1.1 Charge limite du pieu étudié Qpu................................................................ 23
1.2 Charge limite de frottement latéral QSu....................................................... 27
1.3 Charge limite Ql ............................................................................................31
1.4 Charges de fluage Qc et Qtc............................................................................31
1.5 Charges admissibles sous les différentes sollicitations: ............................. 32
1.6 Sollicitation de calcul Sd:............................................................................. 33
2. Vérification de la solidité des pieux ................................................................... 34
2.1 Résistance conventionnelle du béton .......................................................... 34
2.2 Contrainte du béton ..................................................................................... 36
2.3 Calcul de ferraillage du pieu ........................................................................ 37
Dimensionnement par la méthode statique d’un pieu..................................................41
Introduction ...............................................................................................................41
1. Inconvénients de la méthode pressiométrique pour les sols tunisiens ..............41
2. Analyse statique (C, φ) ....................................................................................... 42
cout et métré ................................................................................................................. 50
Introduction .............................................................................................................. 50
1. Quantité du Béton .............................................................................................. 50
2. Acier ..................................................................................................................... 51
2.1 Armatures longitudinales ............................................................................. 51
2.2 Armatures transversales .............................................................................. 52
3. Forage des pieux ................................................................................................ 53
4. Recépage des pieux : ...................................................................................... 53
5. Tube d’auscultation : .......................................................................................... 54
6. Essai de contrôle des pieux : ........................................................................... 54
7. Cout total des pieux ............................................................................................ 54
Elaboration de modèle numérique du sol et de la structure ........................................ 55
1. Présentation du logiciel ...................................................................................... 55
1.1 Le plan général du programme PLAXIS ................................................................ 56
2. Description du modèle réalisé : .................................................................................. 57
2.1 La géométrie du modèle : ................................................................................... 57
2.2 Caractéristiques des matériaux ................................................................... 58
2.3 Génération du Maillage ................................................................................61

Page | iv
Table des matières

2.4 Conditions initiales .......................................................................................61


3. Les résultats de calcul ......................................................................................... 62
3.1 Déplacements horizontaux .......................................................................... 62
3.2 Déplacements verticaux............................................................................... 63
3.3 Déplacement totale ...................................................................................... 64
4. Conclusion ....................................................................................................... 65
Conclusion générale...................................................................................................... 66
Références ..................................................................................................................... 67
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ........................................................................ 67
Annexe 1 ........................................................................................................................ 68
Annexe 2 ....................................................................................................................... 69
Annexe 3 ....................................................................................................................... 70
Annexe 4 ........................................................................................................................ 71
Epigraphe .........................................................................................................................1

Page | v
Table des matières

Liste des figures

Figure 1:Concept global du projet. ................................................................................. 2


Figure 2:plan de situation du géographique .................................................................. 3
Figure 3:Panneau du chantier. ....................................................................................... 4
Figure 4:Coordonnées (X,Y) des pieux. ......................................................................... 8
Figure 5 :Plan d'implantation des pieux. ....................................................................... 9
Figure 6:Station de topographe. ..................................................................................... 9
Figure 7:Vérification des coordonnées et de la verticalité de la gaine. .......................... 9
Figure 8:Vibro-fançage de la gaine. ............................................................................. 10
Figure 9:Forage par tariére simple. .............................................................................. 10
Figure 10:Forage par le bucket. ..................................................................................... 11
Figure 11:Bentonite sec. ................................................................................................. 11
Figure 12:La bentonite (neuve ou recuclée) est mise en place par pompe. ..................12
Figure 13:Stock des cages d'armatures..........................................................................13
Figure 14:Mise en place de la cage d'armature. ............................................................13
Figure 15:Assemblage des cages d'armature .................................................................14
Figure 16:Calage de la cage d'armature pour éviter son enfoncement .........................14
Figure 17:Coulage du béton. .......................................................................................... 15
Figure 18:Extraction du tube plongeur. ........................................................................ 15
Figure 19:Extraction de la gaine. ................................................................................... 15
Figure 20:Recepage. ......................................................................................................16
Figure 21:Pieu traversant un sol très médiocre ancré dans un sol résistant. .............. 20
Figure 22:: Organigramme de vérification de la portance du pieu à partir de l'essai
pressiométrique. ........................................................................................................... 22
Figure 23:Préssion limite équivalente au préssiométre . ............................................. 24
Figure 24 :Courbes de frottement latéral qs = f (pl*). ................................................. 28
Figure 25 Section en cm2 de 1 à 20 armatures de diamétre en mm. ........................... 39
Figure 39:: Boite de cisaillement direct utilisée. .......................................................... 42
Figure 40:Eprouvettes de béton préparées. ................................................................. 43
Figure 41:Prélèvement d’échantillons de sol. ............................................................... 43
Figure 42:Introduction des éprouvettes dans la boite de cisaillement. ...................... 44
Figure 43: Contrainte de continement. ........................................................................ 49
Figure 26: Les dimensions des pieux. .......................................................................... 50
Figure 28 :Organigramme du code PLAXIS. ............................................................... 56
Figure 29:La géométrie des couches de sol. ................................................................. 57
Figure 30: modélisation de la structure par plaxis. ..................................................... 58
Figure 31:Caracteristiques géotechnique des couches de sol . .................................... 59
Figure 32:Caracteristiques géotechnique des couches de sol . .................................... 60
Figure 33::Les caractéristiques du pieu . ..................................................................... 60
Figure 34: le maillage du modèle. .................................................................................61

Page | vi
Liste des tableaux

Figure 35: condition hydraulique initiale. ....................................................................61


Figure 36:Déplacements horizontaux. ......................................................................... 62
Figure 37:Déplacements verticaux. .............................................................................. 63
Figure 38:Déplacement totale. ..................................................................................... 64

Page | vii
Liste des tableaux

Liste des tableaux

Tableau 1:Les projets réalisés par la SFTP dans le domaine de Bâtiments ................... 6
Tableau 2: Les projets réalisés par la SFTP dans le domaine de VRD. ......................... 6
Tableau 3:Les projets réalisés par la SFTP dans le domaine de l’infrastructure routiére.
......................................................................................................................................... 7
Tableau 4:Les coefficients ρ(p) et ρ(s). ........................................................................ 23
Tableau 5:Valeur de facteur de portance kp selon fascicule 62 titre V. ....................... 25
Tableau 6 :Définition des catégories conventionnelles de sols. .................................. 26
Tableau 7:Valeur de Kp selon le type de pieu. ............................................................. 26
Tableau 8:Choix des courbes pour le calcul du frottement latéral qs......................... 29
Tableau 9:Paramètres déterminés à partir du profil de SP2 ...................................... 30
Tableau 10;Charges de fluage Qc et Qtc. ...................................................................... 32
Tableau 11:Charges admissibles en traction Qmin et en compression Qmax. ............ 32
Tableau 12 :Valeurs de f clim et k1 . ............................................................................. 35
Tableau 13: Valeurs de K2 ............................................................................................ 36
Tableau 14:Armatures d'un pieu. ................................................................................. 37
Tableau 15: Aciers minium en fonction de diamètre du pieu. .................................... 38
Tableau 16 :Armatures transversales et écartement en fonctions des armatures
longitudinales. .............................................................................................................. 40
Tableau 17:Déformation ϵ (1bar). ................................................................................. 45
Tableau 18:Déformation ϵ(2bars). ............................................................................... 45
Tableau 19:Déformation ϵ (3bars). ............................................................................... 46
Tableau 20:Déformation ϵ (4bars). .............................................................................. 46
Tableau 21: Valeurs de résistances ultimes au cisaillement d’interface sol -béton. .... 47
Tableau 22 :Cout et métré du béton du pieu 2. ............................................................. 51
Tableau 23:Cout et métré des armatures longitudinales. ............................................ 52
Tableau 24:Cout et métré des armatures transversales . ............................................. 52
Tableau 25:Cout et métré des fouilles. ......................................................................... 53
Tableau 26: Cout et métré de recépage ........................................................................ 53
Tableau 27:Cout et métré des tubes d'auscultations. ................................................... 54
Tableau 28:Cout et métré des essais de controle. ........................................................ 54
Tableau 29:Cout total des pieux. .................................................................................. 54

Page | viii
Introduction générale

Introduction générale

Les métiers du génie civil étaient nombreux et variés , mais parmi tous ces métiers , Il
ya peu qui permettent de suivre un projet de son développement jusqu’à sa réception
, et donc Il ya des éléments assez importantes comme l’ouvrage qui quelque soit sa
forme et sa destination, prend toujours appui sur un sol d’assise, l’élément qui joue le
rôle d’interface entre l’ouvrage et le sol s’appelle FONDATION, sa fonction est de
transmettre au sol les charges qui résultent des actions appliquées sur la structure
qu’elle supporte et donc important qu’elles soient calculées.

Le présent projet de fin d’étude a pour objet, l’étude et le suivi des fondations
profondes de construction d’un immeuble R+3 au Megrine Cheker.

Ce stage vient dans le cadre de l’obtention de la licence appliqué en génie civil au sein
de « l’Institut Supérieur des Technologies d’Environnement et d’Urbanisme des
Bâtiment », il s’est passé au sein de la société « SFTP » durant 14 Semaines.

Le présent rapport comporte 5 chapitres :


Dans le 1ér chapitre du rapport on commence par présenter l’organisme d’accueil et
ses différents projets réalisé ainsi que les projets en cours.
Le 2éme chapitre : Suivi les procédures de construction.
Le 3éme chapitre : Etude géotechnique.
Le 4éme chapitre : Dimentionnement du pieu isolé.
Le 5éme chapitre : Dimensionnement par la méthode statique d’un pieu.
Le 6éme chapitre : Cout et métré.
Le 7éme chapitre sera consacré au élaborationde modèle numérique du sol et de la
structure.

Le rapport finira par une conclusion générale.

Page | 1
Présentation du projet

Présentation du projet

Introduction
Le projet , sujet de cette étude, consiste ont un ensemble immobilier à usage d’habitation et de
commerce qui sera composé d’un RDC et de 3 étages sur un sous-sol général. Le projet est
localisé à Megrine Chaker (cf. Figure 1) sur un lot délimité sur deux cotés par des voiries. Le
troisième coté est délimité par des immeubles de R+3 fondés sur des semelles filantes ou
croisées. Le quatrième coté est délimité par un terrain.

Figure 1:Concept global du projet.

1. Documents et pièces écrites fournis


1.1 Le marché
1.1.1 Les cahiers de charges
Ces cahiers comportent les clauses administratives, techniques et financières (CCAP,
CCTP et Bordereau des prix).
En plus, ils présentent toutes les taches qui seront réalisées par l’entreprise, les pièces
contractuelles, le cadre réglementaire des travaux, les normes respectées et les
assurances

Page | 2
Présentation du projet

 Le CCAP: Le cahier des clauses administratives particulières :


Dans lequel on spécifie l’objet du marché, les légalisations auxquelles on s’est
référé pour l’élaboration de n’importe quel projet, le cautionnement définitif, la
retenue de garantie, les délais d’exécution des travaux, les pénalités de retard et
sanctions financières, planning détaillé, notification du marché, pièces
contractuelles constituant le marché, nantissement du marché, ordre de service,
réunion de chantier, paiement de l’entreprise, réception provisoire et définitive…

 Le CCTP: Le cahier des clauses techniques particulières :


C’est un cahier dans lequel on règle les conditions d’exécution des travaux et les
descriptions des ouvrages figurant dans le bordereau des prix.

 Le bordereau des prix et devis estimatifs :


Il spécifie les différents articles présents dans le marché ainsi que leurs quantités
prévues et leurs prix unitaire.

1.2 Les plans d’exécution :


Les plans d’exécutions présentent le support de travail de l’entrepreneur. Une copie
de ces plans a été placée en annexes(1).

2. Situation géographique et intervenants du


projet
Le projet est situé à Megrine Cheker à proximité du café Ayed.

Figure 2:plan de situation du géographique

Page | 3
Présentation du projet

Pour bien comprendre un projet de construction, il est essentiel de connaitre les


intervenants sur le chantier ou les acteurs du projet.
Les différents intervenants dans ce projet de bâtiments civil tels qu’ils sont définis
dans le réglementation en rigueur et les pièces écrites des marchés publics sont les
suivants :
 Le maitre d’ouvrage (MO) : société Nationale Immobilière de Tunisie (SNIT).
 Le maitre d’œuvre (MOE) : SFTP
 Groupement d’architecture : WASSIM HEDI GORBEL
 Bureau de contrôle : TIC-GC
 Campagne géotechnique : Hydrosol
 Efficacité énergétique et environnement : BETS ; ALI HARMOUNI
 Fondation profonde : SOROUBAT

Figure 3:Panneau du chantier.

3. Présentation de l’entreprise S.F.T.P


La Société FARTOUNA de Travaux Public SFTP, créée en 1995, est installée à
Fartouna-El Mida du gouvernorat du Nabeul.
Elle exerce dans le domaine des travaux publics et bâtiments.
Elle a eu un agrément de catégorie 5 au domaine de Bâtiment et de routes et catégorie
4 au domaine et VRD.

Page | 4
Présentation du projet

L’effectif de cette entreprise est constitué dans le tableau ci-dessous :

Type Nombre

Personnels administratifs 10

Personnels du parc 5

Techniciens 8

Ingénieurs 5

Gardiens 8

Ouvriers 50

Conducteurs des engins 70

Tableau 1 : Répartition des personnels S.F.T.P

Les principaux projets réalisés par la SFTP sont résumés dans les tableaux
suivants selon le domaine d’application :

Maitre Ordre de
Projet Délais Montant TTC
d’ouvrage service
Construction de 64 logements
600
Résidence ANGHAM à EL SNIT 27/12/1996 1 796 568,400
jours
Mourouj III
Construction de 84 logements 660
Résidence HEDI NOUIRA à SNIT 04/12/1997 3 156 847,800
jours
Borj Louziz Ariana
Construction de 49 logements 510
Résidence LES JARDINS aux SNIT 20/07/2004 2 592 644,540
jours
Cité Les JARDINS
Construction d’un ensemble 660
immobilière Résidence ADEN GTII 22/03/2006 3 351 221,607
jours
à Ennasr II
Aménagement et extension
Ministère de 365
des entrepôts de ministère de 01/11/2010 5 362 400,732
l’éducation jours
l’éducation à Mégrine

Page | 5
Présentation du projet

Construction de la STE 540


polyclinique du CAP BON à POLYCLINIQU 14/05/2013 2 876 014,000
jours
Menzel Témime E
Réaménagement et extension
des dépôts de ministère du Ministère de 365
18/05/2015 6 020 224,977
l’éducation à Mégrine 2éme l’éducation jours
tranche

Tableau 1:Les projets réalisés par la SFTP dans le domaine de Bâtiments

Maitre Ordre de
Projet Délais Montant TTC
d’ouvrage service

Travaux de VRD lotissement EL SOCTUDE 450 09/12/20


2 830 218,200
Mrazga tranche N° 1 V jours 06

Travaux de VRD lotissement EL SOCTUDE 450 17/02/20


3 659 433,720
Mrazga tranche N°2 V jours 10

Travaux de VRD éclairage public et


réseau téléphonique et construction 270 21/02/20
SNIT 1 419 850,087
d’une station de pompage au jours 12
lotissement SAFA à Soliman

Travaux de VRD éclairage public et


270 11/03/20
réseau téléphonique au lotissement SNIT 2 110 364,709
jours 13
WAFA à Fouchana

Tableau 2: Les projets réalisés par la SFTP dans le domaine de VRD.

Page | 6
Présentation du projet

Maitre Ordre de Longueur


Projet Délais Montant TTC
d’ouvrage service en Km
Programme complémentaire Equipement 150 03/09/20
du budget 2012 pistes 5 Km 740 343,800
de Nabeul jours 12
Fartouna – SidiBou Ali EL
AménagementAyour
et revêtement
de la route d’accès au Equipement 120 15/01/201
3,5 Km 741 453,000
complexe universitaire de de Nabeul jours 3
Kélibia
Consolidation des pistes Gouvernorat 300 03/06/20
9,2 Km 1 547 089,000
rurales PRD 2013 LOT N°1 de Nabeul jours 13

Revêtement des pistes Gouvernorat 240 10/06/20


8,5 Km 1 409 008,500
rurales PRD 2013 LOT N°1 de Nabeul jours 13

Aménagement et revêtement 270


Gouvernorat 12/06/20
des pistes rurales PRD 2012 JOUR 23 Km 2 934 376,800
de Nabeul 13
lot N° 3 S

Aménagement et revêtement
Equipement 240 19/01/201
des pistes rurales PRD 2013 9,7 Km 1 306 212,800
de Nabeul jours 5
lot N° 5

Aménagement et revêtement
Equipement 240 09/02/20
des pistes rurales PRD 2013 6 Km 1 414 442,400
de Nabeul jours 15
lot N°4

Tableau 3:Les projets réalisés par la SFTP dans le domaine de l’infrastructure routiére.

Page | 7
Suivi des procédures de construction

Suivi des procédures de construction

Introduction
Dans ce chapitre, on se propose d’évaluer les procédés de construction appliqués sur
chantier durant l’exécution des fondations profondes.

1. Exécution des fondations profondes


Les pieux exécutés sur chantier sont de type forés à la boue.

1.1 Implantation des coordonnées


Implantation des coordonnées (X,Y) rapportés au nivellement général tunisien
indiqués dans le plan d’implantation des pieux (voir annexe 1).

Figure 4:Coordonnées (X,Y) des pieux.

Page | 8
Suivi des procédures de construction

Figure 5 :Plan d'implantation des pieux.

A l’aide de station totale le topographe précise la position du pieu.

Figure 6:Station de topographe.

Figure 7:Vérification des coordonnées et de la verticalité de la gaine.

Page | 9
Suivi des procédures de construction

2. Vibro-fonçage de la gaine
La gaine est mise en place avec un vibro-fonceur guidé par une grue.
La vibration entraine l’enfoncement de la gaine dans le sol.

Figure 8:Vibro-fançage de la gaine.

3. Forage et extraction des terres


Pour le forage, deux étapes à suivre :

3.1 L’extraction à sec par une tarière simple

Figure 9:Forage par tariére simple.

L’extraction à boue par un bucket à partir du moment qu’on commence à excaver


sans la présence de la gaine.

Page | 10
Suivi des procédures de construction

Figure 10:Forage par le bucket.

3.1.1 Mise en place de bentonite


La bentonite est mise en place par une pompe peut être neuve ou recyclée
La boue de forage permet :
 De refroidir les outils de perforation
 De remonter les sédiments
 De maintenir les parois.
La boue de forage se compose d'eau, de bentonite, et éventuellement d'argile, de
ciment et d'additifs. Dans des cas spéciaux, la bentonite peut être remplacée par des
biopolymères1. La boue doit être adaptée au maintien de la stabilité des parois du
forage pendant son exécution et jusqu'à la fin du bétonnage et permettre un
bétonnage correct.

Figure 11:Bentonite sec.

1Les biopolymères sont des polymères issus de la biomasse, c'est-à-dire produits par des êtres vivants
(végétaux, algaux, animaux, fongiques, etc.)

Page | 11
Suivi des procédures de construction

Une boue neuve avant toute utilisation doit avoir les caractéristiques suivantes :
 Densité comprise entre 1.01 et 1.05
 Viscosité Marsh supérieure à 35 secondes
 Teneur en sable nulle
 Filtrat inférieur à 30 cm3
 Cake inférieur à 3 mm
La boue récupérée en cours d'excavation peut être réutilisée après traitements
appropriés. Ces traitements doivent donner à la boue les caractéristiques suivantes :
 Densité inférieure à 1,20 (sauf boue alourdie)
 Viscosité Marsh comprise entre 35 et 90 secondes
 Filtrat inférieur à 40 cm3
 Cake inférieur à 5 mm.
 L'entrepreneur doit disposer sur le chantier d'un laboratoire où les paramètres de
la boue peuvent être mesurés à tout instant, ainsi qu'un matériel de prélèvement
de la boue dans l'excavation.

Figure 12:La bentonite (neuve ou recuclée) est mise en place par pompe.

4.Introduction de la cage d’armature


Les cages d'armature des pieux sont constituées par des barres longitudinales en acier
disposées suivant les génératrices d'un cylindre autour desquelles sont enroulées et
fixées rigidement des cerces ou hélices. L'enrobage des armatures par le béton doit
être de 7 cm au moins. Apres le forage, la cage d’armatures est introduite dans le trou
par une grue à chenille

Page | 12
Suivi des procédures de construction

Figure 13:Stock des cages d'armatures

Figure 14:Mise en place de la cage d'armature.

Lorsque la cage d'armature d'un pieu ou barrette est constituée de plusieurs tronçons,
l'assemblage de ces tronçons doit être effectué, avant ou pendant leur descente dans
le forage, en tenant compte de leur recouvrement nécessaire.

Page | 13
Suivi des procédures de construction

Figure 15:Assemblage des cages d'armature

La cage d’armatures est accrochée dans la gaine pour qu’elle ne s’enfonce pas dans le
sol.

Figure 16:Calage de la cage d'armature pour éviter son enfoncement

Le diamètre extérieur de la cage d'armature doit être supérieur à 1,25 fois le diamètre
extérieur de la colonone de bétonnage.

5. Coulage de béton
Pour le bétonnage, il se fait suite à la descente des armatures et le nettoyage du fond
du trou par chargement de la boue.
Pour assurer un bon coulage du béton on utilise un tube plongeur pour éviter la
ségrégation, la remonté du tube se fait lentement avec une garde de 3 m.

Page | 14
Suivi des procédures de construction

Figure 17:Coulage du béton.

La composition du béton est étudiée en tenant compte des conditions particulières de


sa mise en œuvre.
Le dosage minimal est 350 kg de ciment par m3.

Figure 18:Extraction du tube plongeur.

6.Extraction de la gaine
Enfin la gaine est récupérée par le vibro-fonceur par vibration pour obtenir des
caractéristiques mécaniques constantes sur le long du pieu.

Figure 19:Extraction de la gaine.

Page | 15
Suivi des procédures de construction

7. Recepage
Une fois le pieu est fini, il est important d’éliminer une certaine hauteur de béton de
sa tête (environ 40 cm) cette étape s’appelle recépage.
Le but de recepage est d’enlever le premier béton coulé qui est toujours pollué .

Figure 20:Recepage.

Il existe quatre principes techniques de recépage des pieux :


 Le recépage par éclatement du béton
 Le recépage par explosion
 Le recépage par pression hydraulique
 Le recépage par agents expansifs.

Page | 16
Etude géotechnique

Etude géotechnique

Introduction
La géotechnique est l’étude des sols en relation directe avec la construction des
ouvrages.
L’objet de cette étude est de déterminer la nature et les caractéristiques
géotechniques des sols d’assise en vue de définir les fondations du projet.
Les résultats de cette étude permettront :
 La synthèse des données géotechniques ;
 La conception et le dimensionnement du mode de fondation adapté au contexte
du projet.
Dans le cadre du projet de construction de la résidence « Agathe » à Megrine, une
compagne de reconnaissance et d’études géotechniques a été réalisée par «
HYDROSOL FONDATION ».

1. Consistance de la compagne :
Le site avait fait l’objet de deux campagnes de reconnaissance géotechnique ayant
abouti à une divergence des avis quant au système de fondation approprié.
L’intervention «HYDROSOL FONDATION» avait donc débuté par la proposition
d’un programme de reconnaissance complémentaire permettant de trancher sur le
choix définitif du mode de fondation. Ainsi, les différentes campagnes ayant été
réalisées dans le cadre du projet sont les suivantes :
Première reconnaissance : campagne primaire menée par «AFRICSOIL» en
Septembre 2015 et qui a consisté en :
 Deux (2) sondages carottés de 20 m de profondeur avec prélèvement des
échantillons intactes pour des essais au laboratoire
 Deux (2) sondages pressiométriques de 20 m de profondeur avec essais tous les
mètres
 Cinq (5) essais de pénétration dynamique réalisés jusqu’au refus.

Page | 17
Etude géotechnique

Deuxième reconnaissance : campagne complémentaire menée par « GEOCONSEIL»


en Décembre 2015 et qui a consisté en :
 Un (1) sondage carotté de 40 m de profondeur avec prélèvement des échantillons
intactes pour des essais au laboratoire
 Un (1) sondage pressiométrique de 40 m de profondeur avec essais tous les mètre
Troisième reconnaissance : campagne de confirmation menée par «HYDROSOL
FONDATIONS» en OCTOBRE 2016 et avait pour objet la confirmation des résultats
des deux premières campagnes. Elle a consisté en :
 Un (1) sondage carotté de 35 m de profondeur avec prélèvement des échantillons
intactes pour des essais au laboratoire
 Deux (2) sondages pressiométriques de 35 m de profondeur avec essais tous les
mètres
 Deux (2) sondages au piézocône réalisés jusqu’au refus.

2. Normes utilisées :
 Les essais pressiométriques sont exécutés et dépouillés selon la norme NF P
94-110-1.
 Les sondages au piézocone sont réalisés selon la norme NF P 94-119.
 Les prélèvements d’échantillons intacts sont réalisés selon la norme XP P 94-
202.
 Les analyses granulométriques sont réalisées selon la norme NF P 94-056 et
NF P 94-057.
 Les essais de recherche des limites d’Atterberg sont réalisés selon la norme NF
P 94-051.
 La teneur en eau est déterminée selon la norme NF P 94-050.
 Les essais de recherche de la densité des grains solides sont réalisés
conformément à la norme NF P 94-054.
 Les essais triaxiaux sont réalisés selon la norme NF 94-074.
 Les essais oedométriques sont réalisés selon la norme XP P 94-090-1.

3. Identification du sol (Résultats des


investigations)
La campagne effectuée a reconnu un sol constitué à 7 niveaux, d’abord une couche de
remblai d’épaisseur un mètre (Niveau 0), suivie d’une couche d’argile limoneuse à
vaseuse sur 5 mètre d’épaisseur a couleur brunâtre à grisâtre, avec présence de débris
de coquilles (Niveau I). Puis nous avons rencontré une couche constituée d’argile
limoneuse brunâtre tachetée de gris avec présence de nodules de sable oxydé et
présence de débris de coquilles sur environ 10 m d’épaisseur (Niveau II). Cette
couche est suivie d’une couche d’argile sableuse jaunâtre à grisâtre de 6 m
Page | 18
Etude géotechnique

d’épaisseur avec passage de sable argileux (Niveau III). Ensuite nous avons rencontré
une couche d’argile limoneuse vaseuse grisâtre de 5m d’épaisseur (Niveau IV). Elle et
suivie d’une couche d’argile limoneuse plastique verdâtre à grisâtre avec présence de
concrétions cimentées, d’épaisseur moyenne égale à 5m (Niveau V). La dernière
couche rencontrée est une couche Grès jaunâtre compact.
Conclusion
L’étude géotechnique nous a permis de collecter des informations sur la nature de sol
et la nature des couches de terrain pour mieux connaitre le terrain rencontré et bien
choisir et calculer les fondations.
Remarque
 D’après les rapports des trois compagnes géotechniques, le niveau d’eau mesuré
dans les différents sondages réalisés, est situé entre -0,5 m/TN et -1,5 m/TN.
Par ailleurs, aucun piézomètre, ni essai de perméabilité n’ont été réalisés sur le
site.
 Dans la suite les différentes valeurs utilisées dans le calcul sont extraites du
rapport géotechnique.

4.Le choix de fondation


La campagne de reconnaissance supplémentaire est réalisée pour trancher vis-à-vis
de la divergence des résultats entre la première et la deuxième campagne réalisées au
paravent. Les résultats obtenus ont permis de confirmer la présence d’un sol très
compressible jusqu’à une trentaine de mètres de profondeur. Cette conclusion
permet d’écarter toute solution de fondation superficielle susceptible de provoquer
des tassements différentiels et absolus non maitrisables.
Ainsi, il sera envisagé deux variantes de système de fondation :
 Fondation profonde sur pieux de type foré boue de 800 et 1000mm diamètre et
ancrés à -35m/TN.
 Fondation superficielle sur radier général de 40 cm d’épaisseur reposant sur un
sol renforcé par inclusions rigides en deep-mixing de 1000 mm de diamètre
descendus jusqu’à 17 m de profondeur disposés selon un maillage de 4 x 4 m².
Les deux variantes permettent d’assurer des tassements limités. La solution de
fondation profonde reste la plus fiable techniquement avec un ancrage dans le
substratum compact et une meilleure maitrise des tassements sous appuis.

Page | 19
Dimensionnement de pieu isolé

Dimensionnement de pieu isolé

1. Capacité pourtante du pieu


Le pieu traverse différentes couches de sol de qualité plus ou moins bonne pour
s’ancrer dans un substratum aux caractéristiques mécaniques favorables.

Q.s.

Q.p.

Figure 21:Pieu traversant un sol très médiocre ancré dans un sol résistant.

Page | 20
Dimensionnement de pieu isolé

La capacité portante des pieux à été évalué suivant la méthode du fascicule 62, titre V
(les calculs sont entrepris selon les règles de cette méthode) .on considère des pieux
forés à la boue, il s’agit donc d’un procédé sans refoulement de sol.

On a 105 pieux :
 60 sont fondés à l’altitude 32m.
 45 sont fondés à l’altitude 29m

La capacité portante des pieux a été alors calculée sur la base des essais
préssiométriques, le sondage SP1.
L’essai pressiométrique est un essai In Situ fréquemment réalisé en cas des
fondations profondes puisqu’il permet de déterminer la pression limite des
différentes couches traversées en vue de pouvoir calculer la capacité portante de la
couche d’ancrage du pieu.
Dans le projet étudié, 4 essais pressiométrique ont été réalisés au niveau du site de
l'ouvrage à raison de 20 m à 50 m de profondeur.
Les courbes préssiométriques obtenue par le sondage SP1 nous on servi de base pour
dimensionner le pieu étudié (Voir annexes 2).
L’organigramme présenté par la Figure 27 présente le plan d’actions à entreprendre
lors du dimensionnement d’un pieu en se basant sur les données préssiométriques.

Page | 21
Dimensionnement de pieu isolé

Résistance au frottement Résistance de pointe

Couche  Nature du
 Nature du d’ancrag terrain
Couch terrain e du pieu  Pression limite
 Pression limite Pl*
ei
Pl*

Méthode Mise en
de mise œuvre avec Classe de sol ( A ,B,C )
en œuvre Classe de sol ( A ,B,C ) ou sans
refoulement
du pieu

Facteur de portance
Choix des courbe Q1 à
𝐾𝑝
Q7

Frottement unitaire 𝑞𝑠
Pression limite nette équivalente
𝐷+3𝑎

1
𝑃𝐿𝑒 = 𝑃𝑙 ∗ 𝑧 . 𝑑𝑧
3𝑎 + 𝑏 𝑑−𝑏

𝑄𝑠𝑖
= 𝜋∅ 𝑓𝑜𝑟𝑎𝑔𝑒 𝑞𝑠𝑖 . 𝑒𝑖

𝑞 u= 𝐾𝑝 ∗ 𝑃𝐿𝑒 ∗
Couche i+1

𝜋 ∅𝑓𝑜𝑟𝑎𝑔𝑒 2
𝑄𝑠𝑢 = 𝜋∅ 𝑞𝑠𝑖 . ℎ𝑖 = 𝑄𝑠𝑖 𝑄𝑝𝑢 = 𝐴. 𝑞𝑢 = qu
𝑓𝑜𝑟𝑎𝑔𝑒 4

Figure 22:: Organigramme de vérification de la portance du pieu à partir de l'essai pressiométrique.

Page | 22
Dimensionnement de pieu isolé

1.1 Charge limite du pieu étudié Qpu


La capacité portante apportée par le terme de pointe peut être très importante si les
conditions d’encastrement dans le bon sol sont respectées. Des abaques calculés
permettent de déterminer cette valeur en fonction des caractéristiques du sol
La résistance de pointe est donnée par :

𝑸𝒑𝒖 = 𝑨 ∗ 𝝆𝒑 ∗ 𝒒𝒑
Avec :
 A : section de pointe du pieu
 𝜌𝑝 = 1 : Coefficient réducteur de section de l’effort de pointe, égale à 1 pour un
pieu a section pleine ou pour les pieux tubulaires fermés
 𝑞𝑝 : Contrainte limite de pointe
La contrainte limite sous la pointe 𝑞𝑝 est calculée en appliquant une formule semi
empirique, donnée par le fascicule 62 et qui est relie directement la pression limite
mesurée 𝑝𝑙𝑒 ∗ à la pression de limite sous la pointe 𝑞𝑝
Les valeurs de 𝜌𝑝 𝑒𝑡 𝜌𝑠 sont données dans le tableau ci-contre :

Argiles Sable
Type de pieu
𝜌𝑝 𝜌𝑠 𝜌𝑝 𝜌𝑠

Section pleine
1.00 1.00 1.00 1.00
Tubulaire fermé

Tubulaire ouvert pal


0.50 1.00 0.50 1.00
pieux

Pieu H 0.50 1.00 0.75 1.00


Palplanches 0.50 1.00 0.30 0.50

Tableau 4:Les coefficients ρ(p) et ρ(s).

 𝑃𝐿𝑒 ∗ : pression limite nette équivalente qui tient compte de la distribution des
pressions limites mesurées à des niveaux proches de la pointe du pieu qui
s’exprime par la formule (nouvelle règle de fascicule 62)

Page | 23
Dimensionnement de pieu isolé

𝑫+𝟑𝒂

𝟏
𝑷𝑳𝒆 = 𝑷𝒍∗ 𝒛 . 𝒅𝒛
𝟑𝒂 + 𝒃 𝒅−𝒃
Avec :
 𝑃𝑙 ∗ : pression limite nette équivalente
𝐵
 𝑎 = 𝑚𝑎𝑥 [ 2 ; 0.5𝑚]
 𝑏 = 𝑚𝑖𝑛[𝑎 ; ℎ]
 h : ancrage dans la couche où se situé la pointe du pieu (1m)
 𝑃𝑙 ∗ 𝑧 : pression limite nette à la profondeur Z
 B : diamètre du pieu
 D : longueur du pieu (profondeur de la fondation)
 Le calcul de pression nette équivalente est donné par la figure suivant :

Figure 23:Préssion limite équivalente au préssiométre .

𝐵
 a= max ( 2 , 0.5m), B: diamètre du pieu en m
 a= max (1/2, 0.5) a=0.5 m
 b= min( a , h) b=0.5 m
3a+b= (3*0.5) + 0.5 = 2 m
𝐷 − 𝑏 = 35 − 0.5 = 𝟑𝟒. 𝟓 𝒎
𝐷 + 3𝑎 = 35 + 3 ∗ 0.5 = 𝟑𝟔. 𝟓 𝒎

Page | 24
Dimensionnement de pieu isolé

D’après le profil pressiométrique


 𝑃𝑙 ∗ 𝑧 = 34.5 = 15.8 𝑏𝑎𝑟𝑠
 𝑃𝑙 ∗ 𝑧 = 36.5𝑚 = 16.9 𝑏𝑎𝑟𝑠
1 𝐷+3𝑎
 𝑃𝐿𝑒 ∗ = 3𝑎+𝑏 ∫𝑑−𝑏 𝑃𝑙 ∗ 𝑧 . 𝑑𝑧
1
 𝑃𝐿𝑒 ∗ = [ 15.8 ∗ 0.5 + 16.9 ∗ 1.5 ]
2

 𝑃𝐿𝑒 =16.625 bars =1662.5 KN
La contrainte limite 𝑞𝑝 est liée à la pression limite équivalente pressiométrique
𝑃𝐿𝑒 ∗ par la formule :

qp = Kp x ple*
𝑲𝒑 =1.2 :facteur de portance
K égal à 1.2 pour un élément mis en œuvre sans refoulement de sol dans des argiles
de classe B (pl entre (1.2 à 2.0) MPa ).

la valeur de𝑲𝒑 , facteur de portance, est fixée par le tableau ci-dessous en fonction de
la nature du sol (Tableau 5) et du mode de mise en œuvre(type de pieu) , quelque soit
la géométrie de la section droite de l’élément de fondation .

Eléments mis en œuvre sans Eléments mis en œuvre avec


Nature des terrains
refoulement du sol refoulement du sol

A 1.1 1.4
ARGILES –
B 1.2 1.5
LIMONS
C 1.3 1.6
A 1.0 4.2
SABLE –
B 1.1 3.7
GRAVES
C 1.2 3.2
A 1.1 1.6
CRAISES B 1.4 2.2
C 1.8 2.6
MARNES, MARNO-
1.8 2.6
CALCAIRES
ROCHES
1.1 à 1.8 1.8 à 3.2
ALTEREES
Tableau 5:Valeur de facteur de portance kp selon fascicule 62 titre V.

Page | 25
Dimensionnement de pieu isolé

Pressiométre
Classe de sol
Pl (MPA)
A Argiles et limons mous <0.7
Argiles et limons
B 1.2 à 2.0
Argiles, Limons fermes
Argiles très fermes à
C >2.5
dures
A Lâches <0.5
Sables, Graves B Moyennement compacts 1.0 à 2.0
C Compacts >2.5
A Molles <0.7
Craies B Altérées 1.0 à 2.5
C Compactes >3.0

Marnes, Marno- A Tendres 1.5 à 4.0


calcaires B Compacts >4.5
A Altérées 2.5 à 4.0
Roches
B Fragmentées >4.5

Tableau 6 :Définition des catégories conventionnelles de sols.

Ce facteur dépend du sol, et de l’exécution de fondation :


Pieux ne refoulant pas le sol à la mise en
Pieux refoulant le sol à la mise en place
place
-pieux foré simple
-pieu battu préfabriqué -pieux foré à la boue
-pieu en métal battu -pieux forés tubés
-pieu battu pilonné, etc.… -micro pieux
-puits

Tableau 7:Valeur de Kp selon le type de pieu.

Page | 26
Dimensionnement de pieu isolé

𝐾𝑝 : Il s’agit d’un pieu foré à la boue

 Sans refoulement de sol


A une profondeur de 34 m on a une couche d’argile verdâtre
Donc : D’après le tableau :
 Argiles et limons fermes
 Classe b
 𝐾𝑝 =1,2
Donc :

𝑸𝒑𝒖 = 𝑨 ∗ 𝝆𝒑 ∗ 𝒒𝒑

𝜋∗𝐷 2
 𝐴= 𝑠𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑢 𝑝𝑖𝑒𝑢
4
𝜋∗ 1 2
 A= 4
 𝐴 = 0.785 m²
 𝜌𝑝 = 1
 𝑞𝑝 =Ple* x Kp AN : 𝑞𝑝 = 16.625 * 1.2= 19.95 bars
 Qpu = 1 ∗ 0.785 ∗ 19.95 = 15.6607 bars = 1566.075 KN

1.2 Charge limite de frottement latéral QSu


La charge limite mobilisable par frottement latéral sur toute la hauteur h concerné du fut du
pieu est calculée par l’expression suivante :

𝑸𝒔𝒖 = 𝝆𝒔 ∗ 𝑷 ∗ ∑ 𝒒𝒔𝒊 ∗ 𝒆𝒊

Avec :
𝛒𝒔 =1, (pieu de section pleine), Coefficient réducteur de section de l’effort de
frottement latéral
𝑷 : Périmètre de la section du pieu
𝒒𝒔𝒊 : Frottement latéral unitaire limite dans couche i

𝒆𝒊 : Épaisseur de la couche i
 ρ𝑠 = 𝟏
 𝑃 = 2𝜋𝑟 = 2 ∗ 𝜋 ∗ 0.5 = 𝟑. 𝟏𝟒 𝐦
 𝑄𝑠𝑢 = 3.14 ∗ 1 ∗ 𝑞𝑠𝑖 ∗ 𝑒𝑖

Page | 27
Dimensionnement de pieu isolé

 𝑞𝑠𝑖 : frottement latéral unitaire limite à la cote Z déterminé en fonction de la valeur de la


pression limite, de la nature des terrains rencontrés, du type et des conditions d’exécution
du pieu
Selon le fascicule 62 titre V, les valeurs de 𝑞𝑠𝑖 = f (𝑃𝑙 ∗ ) sont données par la figure
suivante :

Figure 24 :Courbes de frottement latéral qs = f (pl*).

Le choix de la courbe (Q1 à Q7)en fonction de la nature de sol ,des types de pieux est donnée
par le tableau suivant :

Page | 28
Dimensionnement de pieu isolé

Tableau 8:Choix des courbes pour le calcul du frottement latéral qs.

(1) Réaalésage e rainurage en fin de forage .


(2) Pieux de grande londueur (supérieure à 30 m).
(3) Forage à sec, tube non louvoyé.
(4) Dans le cas des craies, le frottement latéral peut étre faible pour certains types de
pieux. Il convient d’éffectuer une étude spécifique dans chaque cas.
(5) Sans tubage ni virole foncés perdus (parois rugueuses).
(6) Injection sélective et répétitive à faible débit.
(7) Injection sélective et répétitive à faible débite et traitement préalable des massifs
fissurés ou facturés avec obturation des cavités.

𝑞𝑠 : Frottement latéral unitaire limite est calculé à partir des courbes de frottement
unitaire limite le long du fut du pieu en prenant en compte de type de fondation, la
nature de la couche en contact avec le pieu selon la classification conventionnelles des
sols (tableau 9)
Les résultats sont présentés dans les tableaux ci –dessous (voir annexe2):

Page | 29
Dimensionnement de pieu isolé

Tableau 9:Paramètres déterminés à partir du profil de SP2

Profondeur Nature de Choix des


Pl* (MPa) Classe Qs(MPa)
(m) sol abaques
2 0.191 Argile A Q1 0.00
3 0.202 Argile A Q1 0.00
4 0.15 Argile A Q1 0.00
5 0.184 Argile A Q1 0.00
6 0.272 Argile A Q1 0.007
7 0.539 Sable A Q1 0.023
8 0.41 Argile A Q1 0.02
9 0.413 Argile A Q1 0.02
10 0.581 Argile A Q1 0.025
11 0.755 Argile A Q1 0.03
12 0.548 Argile A Q1 0.023
13 0.395 Argile A Q1 0.02
14 0.521 Argile A Q1 0.023
15 0.778 Argile A Q1 0.03
16 0.881 Argile A Q1 0.032
17 0.898 Argile A Q1 0.033
18 0.882 Argile A Q1 0.032
19 0.924 Argile A Q1 0.034
20 0.886 Argile A Q1 0.032
21 3.79 Sable C Q2 0.08
22 0.79 Argile A Q1 0.03
23 0.758 Argile A Q1 0.03
24 0.85 Argile A Q1 0.032
25 0.825 Argile A Q1 0.031
26 0.948 Argile A Q1 0.035
27 0.995 Argile B Q1 0.037
28 0.98 Argile B Q1 0.037

Page | 30
Dimensionnement de pieu isolé

29 0.985 Argile B Q1 0.037


30 1.03 Argile B Q1 0.037
31 0.854 Argile B Q1 0.032
32 1.1 Argile B Q1 0.038
33 1.49 Sable B Q1 0.04
34 1.47 Argile B Q1 0.04
35 1.69 Argile B Q1 0.04

∑ 𝑞𝑠 ∗ 𝑒𝑖 = [ 0.00 ∗ 1 + 0.00 ∗ 1 + 0.00 ∗ 1 + 0.00 ∗ 1 + 0.007 ∗ 1


+ 0.023 ∗ 1 + 0.02 ∗ 1 + 0.02 ∗ 1 + 0.025 ∗ 1 + 0.03 ∗ 1
+ 0.023 ∗ 1 + 0.02 ∗ 1 + 0.023 ∗ 1 + 0.03 ∗ 1 + 0.032 ∗ 1
+ 0.033 ∗ 1 + 0.032 ∗ 1 + 0.034 ∗ 1 + 0.032 ∗ 1 + 0.08 ∗ 1
+ 0.03 ∗ 1 + 0.03 ∗ 1 + 0.032 ∗ 1 + 0.031 ∗ 1 + 0.035 ∗ 1
+ 0.037 ∗ 1 + 0.037 ∗ 1 + 0.037 ∗ 1 + 0.37 ∗ 1 + 0.32 ∗ 1
+ 0.038 ∗ 1 + 0.04 ∗ 1 + 0.04 ∗ 1 + 0.04 ∗ 1 ]

𝒒𝒔 ∗ 𝒆𝒊 = 0.96 MPa
D’où

𝑸𝒔𝒖 = 𝝆𝒔 ∗ 𝑷 ∗ ∑ 𝒒𝒔𝒊 ∗ 𝒆𝒊
𝑄𝑠𝑢 =1*3.14*0.96 = 30.159 bars
𝑸𝒔𝒖 = 𝟑𝟎𝟏𝟓. 𝟗𝟐𝟖 𝐊𝐍

1.3 Charge limite Ql


 La charge limite total pour une pieu travaillant en compression est données par :

Ql=Qsu+Qpu
Ql = 𝟑𝟎𝟏𝟓. 𝟗𝟐𝟖 +𝟏𝟓𝟔𝟔. 𝟎𝟕𝟓 = 4582.003 kN
 La charge limite total pour une pieu travaillant en traction est données par :
Qtu=Qsu= 𝟑𝟎𝟏𝟓. 𝟗𝟐𝟖 kN

1.4 Charges de fluage Qc et Qtc


Les charges de fluage en compression Qc et en traction Qtc sont évaluées

Page | 31
Dimensionnement de pieu isolé

Pour les éléments mis en place sans refoulement du sol

charge de fluage en compression Charge de fluage en traction

Qc=0.5Qpu+0.7Qsu Qtc=0.7Qsu
Pieux forés =0.7∗ 3015.928
= (0.5*1566.075 ) + (0.7∗ 3015.928)
à la boue
=2894.187 KN = 2111.149 KN

Tableau 10;Charges de fluage Qc et Qtc.

1.5 Charges admissibles sous les différentes


sollicitations:
Les charges admissibles sous les différentes sollicitations (les états limites de
mobilisation de sol) sont données par le tableau (7) d’après le fascicule 62 titre V :

Etats
Combinaison Traction 𝑄𝑚𝑖𝑛 Compression 𝑄𝑚𝑎𝑥
limites

Fondamentales -Qt/1.40 Ql/1.40

E.L.U. Accidentelles -Qt/1.30 Ql/1.20

Rares
-Qtc/1.40 Qc/1.10

E.L.S.
Quasi-permanentes 0(1) Qc/1.40

(1) D’après le fascicule 62, les pieux ne sont pas conçus pour travailler en traction
de façon permanente. Cependant, ce type de fonctionnement est admis pour les
micros pieux

Tableau 11:Charges admissibles en traction Qmin et en compression Qmax.

Page | 32
Dimensionnement de pieu isolé

Etats limites ultimes


- Combinaisons fondamentales
𝑄 𝟒𝟓𝟖𝟐.𝟎𝟎𝟑
𝑄𝑚𝑎𝑥 = 1.4𝑙 = = 𝟑𝟐𝟕𝟐. 𝟖𝟓𝟗 𝐊𝐍
1.4
−𝑄𝑡𝑢 𝑄𝑙
𝑄𝑚𝑖𝑛 = ≤ 𝑄 ≤ 1.4 = 𝑄𝑚𝑎𝑥
1.4
𝑄𝑡𝑢 3015.928
𝑄𝑚𝑖𝑛 =− =− = −𝟐𝟏𝟓𝟒. 𝟐𝟑 𝐊𝐍 Q =π r² * 15=11.78 tonne/m²=117.8 KN
1.4 1.4

Remarque: Dans le cas d'un radier la charge transmise est de 15 tonne/m²


Combinaisons Accidentelles
𝑸𝒍 𝟒𝟓𝟖𝟐. 𝟎𝟎𝟑
𝑸𝒎𝒂𝒙 = = = 𝟑𝟖𝟏𝟖. 𝟑𝟑𝟔 𝐊𝐍
𝟏. 𝟐 𝟏. 𝟐

−𝑄𝑠𝑢 −3015.928
𝑄𝑚𝑖𝑛 = = = −𝟐𝟑𝟏𝟗. 𝟗𝟒𝟓 𝐊𝐍
1.3 1.3

Etats limites services :


- Combinaisons rares :
−𝑄𝑡𝑐 −0.7 ∗ 𝑄𝑠𝑢 −0.7 ∗ 3015.928
𝑄𝑚𝑖𝑛 = = = = −𝟏𝟓𝟎𝟕. 𝟗𝟔𝟒 𝐊𝐍
1.4 1.4 1.4
𝑄𝑐 0.5𝑄𝑝𝑢 + 0.7𝑄𝑠𝑢
𝑄𝑚𝑎𝑥 = = = 𝟐𝟔𝟑𝟏. 𝟎𝟕𝟗 𝐊𝐍
1.1 1.1
- Combinaisons quai-permanents :
𝑄𝑚𝑖𝑛 = 0
𝑄𝑐 0.5𝑄𝑝 + 0.7𝑄𝑠
𝑄𝑚𝑎𝑥 = = = 𝟐𝟎𝟔𝟕. 𝟐𝟕𝟔 𝐊𝐍
1.4 1.4

1.6 Sollicitation de calcul Sd:


Pour justifier les pieux vis-à-vis des descentes des charges il faut que :
Sd≤ 𝑺𝒓
Avec Sd = sollicitations agissante déterminé par les combinaisons ELU ou ELS vues
si dessus.
Sr : Sollicitation résistances.
La contrainte transmise par le radier est de 15 tonne/m²

Page | 33
Dimensionnement de pieu isolé

Q pieu = π * r² * 15 = 11.78tonne
Avec r = 0.5m
ELU :
Combinaison fondamental : 1.5 (G+Q)= 514.35 KN < 3272.859 𝐾𝑁 vérifier
G=290.8KN ; Q=52.1KN
ELS :
Combinaison rares : G+Q=342.9 KN < 2631.079 KN vérifier

2. Vérification de la solidité des pieux


2.1 Résistance conventionnelle du béton
Les calculs justificatifs des fondations sont menés à partir de la résistance
conventionnelle du béton notée 𝑓𝑐 .
La résistance conventionnelle à la compression du béton d’un pieu foré à la boue est
déterminée suivant le DTU 13.2 art 1.2.3 et fasiscule 62 titre V ona :

𝒎𝒊𝒏 𝒇𝒄𝒋, 𝒇𝒄𝟐𝟖, 𝒇𝒄𝒍𝒊𝒎


𝒇𝒄 =
𝑲𝟏. 𝑲𝟐
Avec :h
𝑓𝑐𝑙𝑖𝑚 :est la valeur limite dépendant de la technique de fondation utilisée,définie par
le tableau ci-après :
𝑓𝑐𝑗 = 𝑓𝑐𝑙𝑖𝑚
𝑓𝑐28 = 𝑟é𝑠𝑖𝑠𝑡𝑎𝑛𝑐𝑒 𝑐𝑎𝑟𝑎𝑐𝑡é𝑟𝑖𝑠𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒 𝑑𝑢 𝑏é𝑡𝑜𝑛 à 28 𝑗𝑜𝑢𝑟𝑠
D’après l’étude marché 𝑓𝑐28 = 30 𝑀𝑃𝑎
K1 :coefficient tenant compte du mode de mise en place dans le sol ainsi que des
variations possibles des sections selon le procédé d’éxécution adopté .
Dans le cas de pieu foré à la boue ,on a k1=1.20

Page | 34
Dimensionnement de pieu isolé

Groupe A f clim K1
Pieux mis en place dans un forage fc28 1.00
Pieux tubulaires précontraints 30 MPa 1.15
Pieux préfabriqués battus en béton
30 MPa 1.15
armé
Pieux avec béton vibré fc28 1.00
Pieux avec béton non vibré fc28 1.20
Groupe B f clim K1
Pieux battus pilonnés 25 MPa 1.20
Pieux battus moulés 25 MPa 1.20
Pieux et barrettes forés simples 25 MPa 1.20
Bétonnés à sec 25 MPa 1.20
Pieux forés tubés Bétonnés sous
25 MPa 1.20
l'eau
Type1 25 MPa 1.50
Pieux forés à la
Type2 25 MPa 1.20
tarière creuse
Type3 25 MPa 1.05
Pieux et barrettes bétonnés sous boue 25 MPa 1.20

Tableau 12 :Valeurs de f clim et k1 .

K2 :coefficient tenant compte des diffucultés de bétonnage liées à la géomtrie de la


fondation
Pour les pieux forés tubés ,on est dans le cas d’élément du groupe B on définit k 2
par :
𝒅𝒎𝒊𝒏−𝒑𝒊𝒆𝒖 1
Si 𝑳 < 20 k2=1.50
𝒎𝒊𝒏−𝒑𝒊𝒆𝒖

Si 𝒅𝒎𝒊𝒏−𝒑𝒊𝒆𝒖 < 0.60 k2=0.85

Si les 2 conditions ne sont pas vérifiées k2 =0.9

Pour des raisons de mise en œuvre ,le diamétre minium à été fixé à 0.80 m ,la
longueur minimale des pieux est de 32 m de longueur .

Page | 35
Dimensionnement de pieu isolé

Généralement le coefficient k2 prend les valeurs suivantes :

 éléments du groupeA 1.00


 éléments du groupe B
 dont le rapport de la plus petite dimension nominale
d (m)à la longueur est inférieure à 1/20 1.50
 dont la plus petite dimension nominale d (m) est inférieure à
0,60m
 réunissant les deux conditions précédentes 1,30 – (d/2)
1,35 – (d/2)

 autres cas 1,00

Tableau 13: Valeurs de K2

𝒅𝒎𝒊𝒏−𝒑𝒊𝒆𝒖 0.80 1
Donc 𝑳 < = 0.025 <20 premiére condition vérifiée .
𝒎𝒊𝒏−𝒑𝒊𝒆𝒖 32

L’autre condition n’est pas respectée on prend donc k2=1.50 (0.80m n'est pas < à
0.60m).
𝑓𝑐𝑙𝑖𝑚 :est la valeur limite dépendant de la technique de fondation.
k1=1.20 ; k2=1.50 ; 𝑓𝑐𝑗 = 𝟑𝟎 𝑴𝑷𝒂 ; 𝑓𝑐𝑙𝑖𝑚 = 𝟐𝟓 𝐌𝐏𝐚
d’où 𝑓𝑐 = 𝟏𝟑. 𝟖𝟗 𝐌𝐏𝐚

2.2 Contrainte du béton


les contraintes admissibles en compression du béton aux ELU et ELS sont alors
définies de la maniére suivante :
qELS=0.3* 𝑓𝑐 =0.3*13.89 = 4.167 MPa ok
0.80∗𝑓𝑐
𝑞𝐸𝐿𝑈.𝑓𝑜𝑛𝑑 = = 𝟕. 𝟒𝟎𝟖 𝐌𝐏𝐚 (0.8 et non 0.85 car sections circulaires )
1.5
0.80∗𝑓𝑐
𝑞𝐸𝐿𝑈.𝑟𝑎𝑟𝑒 = = 𝟗. 𝟔𝟔𝟐 𝐌𝐏𝐚 ok
1.15

Page | 36
Dimensionnement de pieu isolé

2.3 Calcul de ferraillage du pieu


2.3.1 Disposition constructives

D’après l’article C.5.4.2 du fascicule 62


« Les pieux exécutés en place ne peuvent pas être armés si :
 Ils sont utilisés pour les bâtiments
 Ils sont verticaux
 Ils restent entièrement comprimés sous toutes les combinaisons d’actions :
Dans le cas contraires les pieux sont armés sur toutes leurs longueurs.
Les dispositions constructives et armatures minimales sont décrites pour chaque type
de pieu dans la DTU 13.2

Tableau 14:Armatures d'un pieu.

D’après l’article C.5.4 du fasicule 62 titre V ,pour les pieux exécutés en place ,les perscription
sont les suivant :

Armatures longitudinales:
Le calcul du ferraillage des armatures longitudinales est fait suivant l’article
(C.5.4.23) du fascicule 62 du SETRA.
-Le diamètre minimal des barres est de 12 mm. Il n’est pas souhaitable d’avoir un

diamètre de plus de 25 mm pour des problèmes de soudabilité et de flexibilité de la cage.

Page | 37
Dimensionnement de pieu isolé

- Elles sont réparties uniformément sur la périphérie du pieu. L’espacement entre nu des
barres ne doit pas être inférieur à 10 cm.

 Elles sont au nombre minimum de 6 cm.


 L’enrobage minimum des armatures est de 4 cm pour les pieux exécutés avec
tube, 7 cm dans les autres cas.
 La section d’armatures est égal à la fraction de la section du béton (C.5.4.3.):
1
0.005 lorsque le diamètre B de l’élément est inférieur à 1 m 0 005 ⋅√𝐵 dans les cas
contraires, avec un minimum de 0.0035 m
L’espacement des barres longitudinales ne peut pas être inférieur à 10 cm entre eux.
Dans notre cas (pieux circulaires), les armatures doivent avoir le même diamètre et
un écartement uniforme.
La section minimale d’armatures longitudinales Amin est alors égale a :

Amin = max {0.005√1/∅ ; 0.0035}


Pour un pieu de ∅ 1000𝑚𝑚 : Amin = max {0.005 ; 0.0035}
=0.005 m2
Amin = 50.00 cm2 ; soit un ferraillage de 16HA20
A réel = 50.27 cm2.

Diamètre du
0.50 0.6 0.7 0.8 0.9 1.00 1.10 1.20 1.30
pieu(m)

Aire de béton
1964 2868 3849 5027 6362 7854 9504 11310 13274
(cm2)
Aire minimale
70.71 64.54 59.76 55.90 52.70 50 47.6 45.6 43.85
d’acier (cm2)

Tableau 15: Aciers minium en fonction de diamètre du pieu.

Page | 38
Dimensionnement de pieu isolé

Figure 25 Section en cm2 de 1 à 20 armatures de diamétre en mm.

Armatures transversales:
Ces armatures jouent quatre rôles :
 Elles maintiennent les armatures longitudinales en s’opposant au flambement de
celles-ci.
 Elles permettent de résister à l’effort tranchant.
 Elles s’opposent à l’ouverture des fissures longitudinales qui pourraient apparaître
dans le béton.
 Du point de vue de l’exécution, elles jouent un rôle de rigidification de la cage lors
des manutentions.
Les aciers utilisés peuvent être des ronds lisses, sauf si les efforts tranchants sont
importants
auquel cas des aciers haute adhérence sont préférables.
Il est recommandé, d’après le fascicule62, article C.5.4.24. d’adopter les diamètres
suivants :

Page | 39
Dimensionnement de pieu isolé

Armatures
longitudinales 12 14 16 20 25 32
Ø(mm)
Armatures
transversales 6-8 6-8 8-10 12-14 12-14-16 16
Øt(mm)
Ecartement
18 21 24 30 35 35
maxi(cm)
Tableau 16 :Armatures transversales et écartement en fonctions des armatures
longitudinales.

L’écartement des armatures transversales est au plus égal à 15 fois le plus petit
diamètre des barres longitudinales avec un maximum de 30cm (C.5.4.24.).

Page | 40
Dimensionnement par la méthode statique d’un pieu

Dimensionnement par la méthode statique


d’un pieu

Introduction
Un pieu mobilise le frottement essentiellement sous forme de frottement latéral tout
au long de son fut.
Par conséquent, le frottement latéral représente la fraction prépondérante de la
capacité portante du pieu.
L’estimation de ce frottement latéral par les lois de comportement préétablies basées
sur les résultats d’essais pressiométriques instaurées par le Fascicule 62 titre V et
l’Eurocode 7 met en cause la validité de ces lois pour les sols tunisiens qui différent
des sols français.
Dans ce chapitre, on reprendra le dimensionnement du pieu étudié dans le chapitre 3
par la méthode pressiométrique afin de comparer les résultats obtenus avec ceux
déterminés numériquement via l’utilisation du code en éléments finis Plaxis et par la
méthode statique (C, φ) basée sur l’interprétation de l’essai élémentaire de
cisaillement direct sol- structure.

1. Inconvénients de la méthode pressiométrique


pour les sols tunisiens
Les premiers travaux relatifs pour l’estimation du frottement latéral des pieux sont
faits par L. Ménard en 1963.
L’un des avantages majeurs de l’essai pressiométrique est qu’il traduit au mieux le
comportement réel du sol.
Ainsi, cet essai permet de déterminer les relations entre les sollicitations auxquelles
est soumis le sol et les déformations qu’elle engendrent c'est-à-dire la loi de

Page | 41
Dimensionnement par la méthode statique d’un pieu

comportement du sol qui est un élément important dans la prédiction des


caractéristiques mécaniques du sol.
Il permet aussi l’estimation des tassements prévisibles du sol.
Dans les réglementations françaises (Fascicule 62 titre V et DTU 13.2), on définit des
catégories conventionnelles de sols en fonction de la pression limite PLM
mesurée par le pressiomètre.
Le frottement latéral mobilisé sur toute la longueur du pieu Qs, tel qu’il a été définit
au chapitre 3, est fonction donc du périmètre du pieu et du frottement axial unitaire
limite qs :
𝑳
𝑸𝒔 = 𝑷 𝒒𝒔 𝒛 𝒅𝒛
𝟎,𝟑+𝑹

Le fait de se baser sur des abaques préétablis pour les sols français pour la
détermination du frottement unitaire qs nous semble être non réaliste pour les sols
tunisiens un peu spécifiques (vase de Tunis par exemple) et une estimation plus
pertinente du frottement d’interface sol –structure s’avère intéressante pour ces sols.

2. Analyse statique (C, φ)


On compte beaucoup dans cette analyse sur la caractérisation du frottement
d’interface sol- structure sur la pertinence de l’essai de cisaillement direct dans la
simulation physique élémentaire du frottement latéral le long du pieu dans le sol.
La connaissance des différents paramètres de cisaillement de l’interface sol –
structure permet la détermination de l’effort total mobilisé par frottement latéral au
long du pieu et donc de la capacité portante du pieu.
Nous avons utilisé une boite de cisaillement direct disponible à l’ISTEUB (Université
de Carthage) décrite par la Figure suivante :

Figure 26:: Boite de cisaillement direct utilisée. Page | 42


Dimensionnement par la méthode statique d’un pieu

La caractérisation du frottement d’interface sol- structure a été faite à travers la


préparation d’éprouvette de sol et de béton ayant un diamètre de 6 cm correspondant
au diamètre intérieur de la chambre réservée à l’échantillon dans la boite.
La hauteur des éprouvettes à été choisie de façon que le plan de cisaillement imposée
par l’appareil coïncide avec le plan de séparation des éprouvettes de sol et de béton.
Les essais ont été réalisés sous différentes contrainte normale 𝜎𝑁 allant de 1 bar à 4
bar.
Les éprouvettes de béton ont été conçues en respectant la formulation du béton
appliquée sur chantier et avec les mêmes granulats utilisés.
Dés leur préparation, elles ont été introduites dans un bac rempli d’eau permettant la
cure du béton jusqu’à leur durcissement après 28 jours.

Figure 27:Eprouvettes de béton préparées.

Concernant les éprouvettes de sol, nous ne disposions malheureusement pas d’outils


de carottage permettent le prélèvement d’échantillons intacts des différentes couches
de sol existant tout au long du pieu.
On s’est limité au prélèvement d’échantillons intacts de la couche superficielle
seulement en utilisant des éprouvettes métalliques comme le montre la figure
suivante :

Figure 28:Prélèvement d’échantillons de sol.

Page | 43
Dimensionnement par la méthode statique d’un pieu

En s’aidant de l’anneau de la boite de cisaillement, des éprouvettes de sol ont été


extraites des échantillons apportés du chantier en veillant à ce que leur épaisseur soit
égale à la moitié de la hauteur de l’anneau et l’autre moitié soit réservée aux
éprouvettes de béton.

Figure 29:Introduction des éprouvettes dans la boite


de cisaillement.

La résistance au cisaillement est mesurée grâce à un dynamomètre alors que le


déplacement horizontal de la demi-boite inférieure est déduit à travers la
connaissance de la vitesse de cisaillement (0.4mm/mn) et la mesure du temps,

Les résultats détaillés des essais sont présentés en annexes3 .


Pour chaque contrainte normale appliquée, l’essai a été répété au moins trois fois sur
trois éprouvettes de sol différentes en guise d’obtenir une bonne reproductibilité et
une répétitivité satisfaisante des résultats.
Les courbes de déplacements obtenues sont présentées par les figures suivantes :

Page | 44
Dimensionnement par la méthode statique d’un pieu

Contrainte de cisaillement τ (Pa) 20000


1bar
18000

16000

14000

12000
essai 1
10000 essai 2
8000 essai 3
6000 essai4

4000

2000

0
1

5
0,6
0,8

1,4
1,8
2,2
2,6

3,4
3,8
4,2
4,6

5,4
5,8
0,05
0,15
0,25
0,35
0,45

Déformation ϵ (en mm)


Tableau 17:Déformation ϵ (1bar).

2bars
25000
Contrainte de cisaillement τ (kPa)

20000

15000 essai 1
essai 2

10000 essai 3
essai 4

5000

0
3,8

4,6
1

5
0,6
0,8

1,4
1,8
2,2
2,6

3,4

4,2

5,4
5,8
0,05
0,15
0,25
0,35
0,45

Déformation ϵ (en mm)


Tableau 18:Déformation ϵ(2bars).

Page | 45
Dimensionnement par la méthode statique d’un pieu

30000 3bars
Contrainte de cisaillement τ (kPa)

25000

20000

essai 1
15000 essai 2
essai 3
10000 essai 4

5000

0
1

5
0,6
0,8

1,4
1,8
2,2
2,6

3,4
3,8
4,2
4,6

5,4
5,8
0,05
0,15
0,25
0,35
0,45

Déformation ϵ (en mm)


Tableau 19:Déformation ϵ (3bars).

50000 4bars
Contrainte de cisaillement τ (kPa)

45000

40000

35000

30000 essai 1
25000 essai 2

20000 essai 3
essai 4
15000

10000

5000

0
1

5
0,6
0,8

1,4
1,8
2,2
2,6

3,4
3,8
4,2
4,6

5,4
5,8
0,05
0,15
0,25
0,35
0,45

Déformation ϵ (en mm)


Tableau 20:Déformation ϵ (4bars).

Page | 46
Dimensionnement par la méthode statique d’un pieu

Les valeurs des résistances ultimes au cisaillement à l’interface sol- béton sont
résumées dans le tableau suivant qui présente aussi les valeurs moyennes obtenues
pour chaque contrainte de confinement appliquée :
Contrainte de cisaillement τ (kPa)
essai 1 essai 2 essai 3 essai 4 moyenne
1 bar 6799,36306 8418,25902 11332,2718 17484,0764 11008,4926
2 bars 8742,03822 11332,2718 15541,4013 19426,7516 13760,6157
3 bars 10360,9342 21045,6476 20721,8684 26226,1146 19588,6412
4 bars 19426,7516 22016,9851 22340,7643 45652,8662 27359,3418

Tableau 21: Valeurs de résistances ultimes au cisaillement d’interface sol -béton.

Pour le pieu In Situ, la contrainte normale qu’on appliqué au cours des essais de
cisaillement 𝜎𝑁 est représentée par la poussée latérale des terres appliquée sur
l’interface sol- structure et qui augmente en fonction de la profondeur du sol
puisqu’elle est donnée par :

𝝅 𝝋
𝝈𝒑 = 𝑲 𝝈′𝒗 = 𝒌 𝜸′ 𝒛 = 𝒕𝒂𝒏² ( − ) 𝜸′ 𝒛
𝟒 𝟐

Où :
K : coefficient de poussées des terres
𝜑 : angle de frottement interne du sol
𝛾 ′ : poids volumique déjaugé du sol

La contrainte de cisaillement en tout point de l’interface sol – structure peut être


exprimée par l’équation suivante conformément au critère de Mohr – Coulomb :

𝝉 = 𝒕𝒂𝒏 𝜹 𝝈𝒑 + 𝑪𝒂 = 𝒕𝒂𝒏 𝜹 𝑲 𝝈′𝒗 + 𝑪𝒂 = 𝒕𝒂𝒏 𝜹 𝒌 𝜸′ 𝒛 + 𝑪𝒂


Où :
𝛿 : angle de frottement d’interface sol – structure
Ca : cohésion de l’interface (kPa)

Cet angle est déterminé par le traçage de courbe intrinsèque du modèle de Mohr –
Coulomb décrivant le cisaillement d’interface définie par la Figure ci-dessous.

Page | 47
Dimensionnement par la méthode statique d’un pieu

La valeur déduite de l’angle de frottement 𝛿 est de 1,6 ° qui nous parait logique vu que
la fourchette des coefficients de frottement adopté par le centre d’études techniques
maritimes et fluviales français varie de 0,4 à 1,5° entre les structures en béton et un
sol de fondation dans le domaine maritime.
La cohésion de l’interface Ca est définie par l’ordonné à l’origine de la courbe et est
égale à 17 kPa.
L’effort de frottement latéral total mobilisé tout au long du fut du pieu est défini par :

𝑸𝒔 = ∑ 𝝉 𝑨𝒔 = ∑ 𝑨𝒔 𝒕𝒂𝒏 𝜹 𝒌 𝜸′ 𝒛 + 𝑪𝒂

Avec :
As : surface externe du pieu (d’un cylindre de rayon R)

Sachant que l’angle de frottement interne du sol est de 18°, le coefficient de poussé K
est estimé à 0,527.
Le poids volumique déjaugé du sol étant de 10 kN/m3.
Le calcul de Qs est fait pour chaque couche de 1m d’épaisseur en faisant
l’approximation qu’il s’agit du même sol sur toute la profondeur du pieu vu qu’on ne
disposait que des caractéristiques mécaniques de la couche de surface.
Pour chaque couche :

𝐴𝑠 = 𝜋 𝐷 𝐿 = 3,14 ∗ 1 ∗ 1 = 3,14 𝑚²

Donc :

𝑸𝒔 = ∑ 𝝉 𝑨𝒔 = ∑ 𝑨𝒔 𝒕𝒂𝒏 𝜹 𝒌 𝜸′ 𝒛 + 𝑪𝒂

= ∑ 𝟑, 𝟏𝟒 𝟎, 𝟏𝟒𝟕 𝒁 + 𝟏𝟕

𝑸𝒔 = 𝟐𝟏𝟎𝟎 𝒌𝑵 = 𝟐, 𝟏 𝑴𝑵

Page | 48
Dimensionnement par la méthode statique d’un pieu

Rappelons que la valeur obtenue par la méthode pressiométrique est de 3,015 MN.
Pourtant que les essais de cisaillement et leur interprétation graphique peuvent etre
entaché par l’incertitude expérimentale touchant à l’exactitude de la valeur du
frottement latéral calculée, cette valeur reste plus crédible à notre avis que celle
obtenue par la méthode pressiométrique vu que cette dernière se base sur des
abaques préétablis pour des sols étrangers et qui ne tiennent pas compte de la
particularité des sols tunisiens.
De plus, pour des raisons de sécurité, il parait etre plus judicieux de considérer la
valeur obtenue par la méthode statique puisque la méthode pressiométrique amène à
une surestimation du frottement latéral.

420
400
380
360
340
320
Contrainte de cisaillement (kPa)

300
280
260
240
220
200
180
160
140
120
100
80
60
40
20
0
0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 4 4,5
Contrainte de confinement (kPa)

Figure 30: Contrainte de continement.

Page | 49
cout et métré

cout et métré
Cout et métré du pieu Pieu 2 (p21) D=1m ; l=35m

Introduction
Ce chapitre est consacré au calcul de métré du projet en se basant sur les plans
d´exécution afin de pouvoir déterminer les quantités de matériaux de construction
qui seront nécessaires pour la réalisation de travaux.

1. Quantité du Béton
La quantité du béton est calculée comme suit :
𝜋 ∗ 𝐷2 𝜋 ∗ 12
𝐴 𝑝2 = = = 0.785𝑚2
4 4
Avec :
S : surface
D : diamètre du pieu
𝑄𝑏é𝑡𝑜𝑛 𝑝𝑖𝑒𝑢 2 = 𝐴 ∗ ℎ = 0.785 ∗ 32 = 27.489𝑚3
Avec : h : hauteur du pieu
Pour le diamètre 1m et de hauteur 32m on a 4
pieux donc la quantité totale du béton égale :
𝑄𝑡 = 𝑄𝑏é𝑡𝑜𝑛 𝑝𝑖𝑒𝑢 2 ∗ 𝑛𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑑𝑒𝑠 𝑝𝑖𝑒𝑢𝑥 =
27.489 ∗ 4 = 109.956𝑚3 Figure 31: Les dimensions
des pieux.

Page | 50
cout et métré

béton
A: surface = Q béton (un
Diamètre Longueur Nombre de Quantité du
(π*D²/4) seul pieu)
(mm) (m) pieux béton (m3)
(m²) (m3)
Pieu1 800 0,503 32 16,096 56 901,376
Pieu 2 1000 0,785 32 25,12 4 100,48
Pieu 3 800 0,503 29 14,587 37 539,719
Pieu 4 1000 0,785 29 22,765 8 182,12
Quantité totale 1723,695
Cout (dt) 455055,48

Tableau 22 :Cout et métré du béton du pieu 2.

2. Acier
2.1 Armatures longitudinales
14HA20
On se basant sur le tableau des poids d’acier en kg/ml
n*poids d'acier*LT=14*2.47*(12m*2.917)=1210.3 Kg
avec
n :nombres des barres
Poids d’acier HA20 = 2.47 kg
LT=12*2.917=35m : longueur totale des barres.
Longueur d’une barre d’acier 12 m
Ne pas oublier de noter que le recouvrement doit être calculé :
L (recouvrement) = 50*Ø (acier)= 50*0.02m = 1m
N*poids d’acier*LT (recouvrement)
AN :
14*2.47*(3*1)=103.74 Kg
Totale ferraillage HA20=1210.3+103.74 =1314.04 Kg

Page | 51
cout et métré

Acier HA20
Recouvrement(m)
Diamètre poids Longueur Nombre de Nombres des Total
= 50* Ø (acier) *2
(mm) (Kg/ml) (m) pieux barres ferraillage
(m)
Pieu1 800 2,47 32 3 56 13 62935,6
Pieu 2 1000 2,47 32 3 4 14 4841,2
Pieu 3 800 2,47 29 2 37 13 36830,17
Pieu 4 1000 2,47 29 2 8 14 8575,84
Quantité totale 113182,81
Cout (dt) 298802,618

Tableau 23:Cout et métré des armatures longitudinales.

2.2 Armatures transversales


HA16, e=20cm donc on a 5 cerces/m
L*N (cerces)*poids d'acier*P
Avec : L : Longueur total
Poids D’aciers HA16 = 1.58 kg/ml
P : périmètre du pieu = 2π*R (m)
Ferraillage HA16= 32*5*1.58* (2π*0.45 ) =714.413 kg

Acier HA12

Diamètre poids Longueur Nombre de Nombre de Total


Périmètre (m)
(mm) (Kg/ml) (m) cerce pieux ferraillage

Pieu1 800 1,58 32 160 56 2,2 31144,96


Pieu 2 1000 1,58 32 160 4 2,83 2861,696
Pieu 3 800 1,58 29 145 37 2,2 18648,74
Pieu 4 1000 1,58 29 145 8 2,83 5186,824
Quantité 57842,22
Cout (dt) 152703,461

Tableau 24:Cout et métré des armatures transversales .

Page | 52
cout et métré

3. Forage des pieux


Cout de forage= cout (d=1m)*longueur= 92.400 *32 = 2956.8 dt
Forage des pieux

Diamètre Longueur Nombre de


Cout (dt)
(mm) (m) pieux

Pieu1 800 32 56 137984


Pieu 2 1000 32 4 11827,2
Pieu 3 800 29 37 82621
Pieu 4 1000 29 8 21436,8
Cout totale
253869
(dt)

Tableau 25:Cout et métré des fouilles.

4.Recépage des pieux :


Recepage

Diamètre Longueur Nombre de


Cout (dt)
(mm) (m) pieux

Pieu1 800 32 56 20328


Pieu 2 1000 32 4 2332
Pieu 3 800 29 37 13431
Pieu 4 1000 29 8 4664
Cout totale
40755
(dt)
Tableau 26: Cout et métré de recépage

Page | 53
cout et métré

5. Tube d’auscultation :
Longueur du tube = nombre des tubes dans un pieu*nombre des pieux *longueur du tube
LT=3*14*33.33=1400m
Cout du tube = Lt*cout =1400*19.8=27720 dt

Tube d’auscultation
Nombre des pieux Longueur (m) Cout (dt)
Tube φ 50/60mm 14 1400 27720
Tube F 102/114mm 1 65 1859
Cout totale (dt) 29579
Tableau 27:Cout et métré des tubes d'auscultations.

6.Essai de contrôle des pieux :


Essai de contrôle des pieux
Nombre
Cout (dt)
des essais
Essai d’auscultation
15 363
sonique
Essai d’impédance
5 330
mécanique
Cout totale
7095
(dt)

Tableau 28:Cout et métré des essais de controle.

7. Cout total des pieux


Taches Cout (dt)
Forage 253869
Béton 455055,48
Armature 451506,079
Recépage 40755
Tube d’auscultation 29579
Essai de contrôle 7095
Cout total 1237859,56
Tableau 29:Cout total des pieux.

Page | 54
Elaboration de modèle numérique du sol et de la structure

Elaboration de modèle numérique du sol et


de la structure

1. Présentation du logiciel
Le logiciel PLAXIS est le logiciel d’éléments finis de référence en géotechnique dont le
développement commença en 1987 à l’initiative du ministère des Travaux publics et
d’hydrologie des Pays-Bas. Plaxis 2D est un outil puissant et convivial pour la
modélisation et l’analyse aux éléments finis des problèmes géotechniques en 2D
(déformation, stabilité, en mécanique des sols et mécanique des roches). Ses
applications sont nombreuses et couvrent les projets d’excavation, remblais et
barrages, fondations, tunnels, etc…
En quelques années, PLAXIS a été étendu à plein d’autres domaines de la géotechnique.
En 1998, la première version de Plaxis pour Window est développée. Durant la même
période, une version 3D du logiciel a été développée. Après quelques années de
développement le logiciel 3D PLAXIS Tunnel program est sorti en 2001.
Son principal objectif était de fournir un outil permettant des analyses pratiques pour
l’ingénieur géotechnique qui n’est pas nécessairement un numéricien. Il en résulte que
Plaxis est utilisé par de nombreux ingénieurs géotechniques de nos jours, dans le monde
entier.
LES POINTS FORTS DE PLAXIS 2D
 Convivialité de l’interface , pour la saisie des données, la définition des phases de
projets et l’analyse des résultats
 génération automatique des maillages
 des jeux prédéfinis de lois de comportement de sol (linéaire élastique, Mohr-
Coulomb, Hardening Soil, Soft Soil, …) et la possibilité de définir ses propres lois
de comportement
 couplage avec les calculs d’écoulement et de consolidation.
 prise en compte des éléments de structure et de l’interaction sol-structure.
 calcul de coefficients de sécurité (procédure c/phi réduction).

Page | 55
Elaboration de modèle numérique du sol et de la structure

1.1 Le plan général du programme PLAXIS


Le plan général du programme PLAXIS est présenté dans l’organigramme de la Figure
une brève description de ce programme est présentée.
L’interface du programme PLAXIS utilise principalement quatre subroutines ou
Sous- programmes (PLAXIS-Input, PLAXIS-Calculations, PLAXIS-Output and PLAXIS-
Curves).
PLAXIS-Input: le sous programme Input appelé aussi le pré -processing
programme contient les toutes facilités nécessaires à la création et modification
des modèles géométriques, à l’engendrement des maillages des éléments finis et à
la définition des conditions initiales.
PLAXIS-Calculations: le processing programme ou le sou programme de calculs
contient les facilités utiles à la définition des phases et au commencement de la
procédure de calcul des éléments finis.
PLAXIS-Output : ou le programme post-processing contient les facilités pour la
visualisation des résultats de la phase de calculs, comme les déplacements au niveau
des nœuds, les contraintes les forces au des éléments structuraux, etc.
PLAXIS-Curves : le sou programme curve sert à la construction des courbes de
chargement – déplacement, des chemins de contraintes, en plus de divers autres
diagrammes.

Figure 32 :Organigramme du code PLAXIS.

Page | 56
Elaboration de modèle numérique du sol et de la structure

2. Description du modèle réalisé :


La création d’un modèle numérique dite de référence en éléments finis nécessite la
réalisation des principales phases à savoir :
 La création de la géométrie du modèle ( le sol et la structure)
 La mise en place des conditions aux limites du modèle
 La saisie des propriétés physico-mécanique des couches de sol et de la
structure
 Le maillage du modèle géométrique
 La prise en compte des conditions hydrogéologiques
 L’activation de différente phase de calcul

2.1 La géométrie du modèle :


Le modèle géométrique représente la zone avec la structure « bâtiment R+3 » ; les
dimensions des couches et de la structure sont les suivantes ;
2.1.1 Le sol

il sera modélisé par un modèle géométrique de 40 m de longueur par 40 m de


profondeur (voir annexe 4 ).
Couche de remblai………………………………………….……………1 m
Couche d’argile limoneuse à vaseuse ………………………….... 5 m
Couche d’argile limoneuse brunâtre………………….........10.00m
Couche d’argile sableuse jaunâtre….…………………………………...6 m
Couche d’argile limoneuse vaseuse grisâtre ……………………5m
Couche d’argile limoneuse plastique……………………..……….5m
Couche Grés jaunâtre compact……………………………..……….8m
Les caractéristiques géotechniques des différentes couches de sol et du pieu ont été
introduites à travers « soils and materials caracteristics ».

Figure 33:La géométrie des couches de sol.

Page | 57
Elaboration de modèle numérique du sol et de la structure

2.1.2 Pieu
il sera modélisé par un modèle géométrique de :
Hauteur totale…………………………….…..32.0 m
Charge total sur pieu…………….............15 tonnes
Le pieu est représenté par « Plate » et placé au milieu des couches de sols.

Figure 34: modélisation de la structure par plaxis.

2.2 Caractéristiques des matériaux


La détermination des paramètres des lois de comportement des modèles numériques
est une étape importante de la modélisation. Les paramètres demandés par le code
pour la loi de comportement Mohr-Coulomb sont groupés dans le tableau ci-dessous:

Page | 58
Elaboration de modèle numérique du sol et de la structure

1 2 4
3
Mohr-Coulomb Argile Argile Argile
Argile sableuse
limoneuse à limoneuse limoneuse
jaunâtre
vaseuse brunâtre vaseuse
Type UnDrained UnDrained UnDrained UnDrained
unsat [kN/m³] 12,00 14,40 13,60 13,60
sat [kN/m³] 17,40 18,20 17,50 17,50
kx [m/day] 0,864 0,864 0,864 0,864
ky [m/day] 0,864 0,864 0,864 0,864
einit [-] 0,500 0,500 0,500 0,950
ck [-] 1E15 1E15 1E15 1E15
Eref [kN/m²] 20000,000 20000,000 2000,000 20000,000
 [-] 0,150 0,150 0,150 0,150
Gref [kN/m²] 8695,652 8695,652 869,565 8695,652
Eoed [kN/m²] 21118,012 21118,012 2111,801 21118,012
cref [kN/m²] 15,00 26,00 26,00 26,00
 [°] 23,00 20,00 20,00 20,00
 [°] 0,00 20,00 0,00 0,00
[kN/m²
Einc 1,28 0,80 0,00 0,00
/m]
yref [m] 0,000 0,000 0,000 0,000
[kN/m²
cincrement 0,00 0,00 0,95 0,00
/m]
Tstr. [kN/m²] 0,00 0,00 0,00 0,00
Rinter. [-] 1,00 1,00 1,00 1,00
Interface
Neutral Neutral Neutral Neutral
permeability

Figure 35:Caracteristiques géotechnique des couches de sol .

Page | 59
Elaboration de modèle numérique du sol et de la structure

5
Mohr-Coulomb 6
Argile limoneuse
Grès jaunâtre compact
plastique
Type UnDrained UnDrained
unsat [kN/m³] 13,60 12,00
sat [kN/m³] 17,50 15,00
kx [m/day] 0,864 864,000
ky [m/day] 0,864 864,000
einit [-] 0,950 0,500
ck [-] 1E15 1E15
Eref [kN/m²] 2000,000 40000,000
 [-] 0,150 0,200
Gref [kN/m²] 869,565 16666,667
Eoed [kN/m²] 2111,801 44444,444
cref [kN/m²] 26,00 1,00
 [°] 20,00 32,00
 [°] 0,00 0,00
Einc [kN/m²/m] 0,00 0,00
yref [m] 0,000 0,000
cincrement [kN/m²/m] 0,00 0,00
Tstr. [kN/m²] 0,00 0,00
Rinter. [-] 1,00 1,00
Interface
Neutral Neutral
permeability
Figure 36:Caracteristiques géotechnique des couches de sol .

no. Identification EA EI w  Mp Np
[kNm²/ [kN/m/ [kNm/m
[kN/m] [-] [kN/m]
m] m] ]
1 pieu 1E10 1E10 25,00 0,00 1E15 1E15
Figure 37::Les caractéristiques du pieu .

Page | 60
Elaboration de modèle numérique du sol et de la structure

2.3 Génération du Maillage


Le modèle fait par des éléments à 15 nœuds.

Figure 38: le maillage du modèle.

2.4 Conditions initiales


Les conditions initiales nécessitent la génération des pressions interstitielles initiales
ainsi que des contraintes initiales.
2.4.1 Conditions hydrauliques :
Le niveau de la nappe phréatique initiale est à -1 m de la surface.

Figure 39: condition hydraulique initiale.

Page | 61
Elaboration de modèle numérique du sol et de la structure

3. Les résultats de calcul


3.1 Déplacements horizontaux
La figure suivante présente les déplacements horizontaux

Figure 40:Déplacements horizontaux.

Page | 62
Elaboration de modèle numérique du sol et de la structure

3.2 Déplacements verticaux


La figure suivante présente les déplacements verticaux

Figure 41:Déplacements verticaux.


Page | 63
Elaboration de modèle numérique du sol et de la structure

3.3 Déplacement totale


La figure suivante présente les déplacements totale

Figure 42:Déplacement totale.


Page | 64
Elaboration de modèle numérique du sol et de la structure

4.Conclusion
Dans cette partie nous avons essayé de créé un modèle numérique en élément finis
pour étudier la relation entre la contrainte et la déformation d’un projet réel qui
représente le pieu comme une structure et le sol sous forme des couches avec
différentes profondeurs à cause de la variation des couches en profondeur qui donne
une variation de la capacité portant de ces formations.
Le déplacement calculé est estimé à 8.9 10-7 cm qui est une valeur faible montrant que
le pieu restera stable sous l’effet de la charge appliquée. Ces déformations trouvées
par le calcul numérique sont acceptables dans le domaine de la construction des
bâtiments et qui reste dans la fourchette des déformations admissibles (5 cm).

Page | 65
Conclusion générale

Conclusion générale

Dans ce projet, nous avons réalisé le dimensionnement des fondations profondes


faisant partie de projet de construction d’un immeuble R+3 résidance Agathe .

On premier lieu, nous avons fait, la connaissance du terrain puis l’identification du


sol selon la compagne géotechnique effectuée.

En deuxième lieu, nous avons dimensionnés manuellement les fondations profondes.

Dimensionnement par la méthode statique d’un pieu après faire des essais de
cisaillement direct sol-béton.

Calcul de métré nous a permis de déterminer le prix totale des pieux.

Enfin, élaboration de modèle numérique du sol et de la structure (pieu).

Le projet a été une expérience enrichissante, pour pouvoir confronter les problèmes
pratiques, pour exploiter les connaissances théorique acquises lors des études suivies
à l’ISTEUB et pour maitriser certain logiciel tels que PLAXIS.

Page | 66
Références

Références

[1] :https://fr.scribd.com/document/147861648/analyse-capacite-portante-du-sol
[consulté le 15/03/2018]
[2] : http://www.mediafire.com/file/eos24emxjccec68/Plaxis+8.5.zip [consulté le
30/03/2018]
[3] :http://deptinfo.unice.fr/twiki/pub/Linfo/ABGP/coursABGP-miage-1112-4p1.pdf
[consulté le 05/04/2017]
[4] :file:///C:/Users/HP/Downloads/Documents/fondations-profondes-
dimensionnement-et-conception-dun-programme-de-calcul%20(1).pdf [consulté le
06/04/2018]
[5] :file:///E:/Copie%20Rapport%20PFE%20--%2021-05-
2018/stage%20PFE/THESE_IMEN_SAID.pdf [consulté le 26/04/2018]
[6] :http://www.cours-genie-civil.com/wp-content/uploads/cours_fondations-
profondes1_procedes-generaux-de-construction.pdf [consulté le 01/05/2018]
[7] : file:///C:/Users/HP/Downloads/Documents/3D-1-Tutorial.pdf [consulté le
05/05/2018]
[8] :file:///C:/Users/HP/Downloads/CT-G12.63-71.pdf [consulté le 05/04/2018]

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Fascicule N° 62 titre 5 du CCTG : Conception et calcul des fondations des ouvrages de


génie civil.
Fascicule N° 68 du CCTG : Exécution des travaux de fondation des ouvrages de génie
civil, Document annexé à l’arrêté de 30 mai 2012, 157 pages.
DTU 13.2 : Fondations profondes pour le bâtiment.

Page | 67
Annexe 1

Annexe 1

Page | 68
Annexe 2

Annexe 2

Page | 69
Annexe 3

Annexe 3

Page | 70
Annexe 4

Annexe 4

Page | 71
Epigraphe

Epigraphe
« Tu peux tout accomplir dans la vie si tu as le courage de le rêver, l'intelligence
d'en faire un projet réaliste, et la volonté de voir ce projet mené à bien. »

Vauvenargues