Vous êtes sur la page 1sur 2

MOOC Evaluation

Environnementale

Qu’est-ce que l’évaluation environnementale ? - Partie 1


David Catot, Chef du bureau de l’évaluation environnementale

En France, c’est la loi sur la protection de la nature du 10 juillet 1976 qui a créé l’obligation de
réaliser une étude d’impact pour tout projet ayant un impact sur l’environnement. Plus qu’une
obligation, l’évaluation environnementale est un processus et un outil d’aide à la décision.

Cette formation sera l’occasion de rentrer dans le détail des étapes de l’évaluation
environnementale.

Dans cette 1ère vidéo, nous allons définir ce que l’on entend par celle-ci, et de la distinguer d’autres
termes couramment usités. La vidéo suivante vous rappellera les principes qui sous-tendent
l’évaluation environnementale et les objectifs qu’elle vise.

Une définition des termes

Il est tout d’abord indispensable de bien distinguer les termes qui sont couramment utilisés en
matière d’évaluation environnementale, parfois sans clairement les distinguer les uns des autres.

En premier lieu, la notion d’évaluation environnementale elle-même doit être entendue comme un
processus, une démarche, et non une simple procédure. Au-delà des aspects purement procéduraux,
il s’agit ici de prendre en compte l’environnement dans toutes les phases de la vie du projet.

Il s’agira d’évaluer l’ensemble des incidences potentiellement préjudiciables sur l’environnement du


projet aussi bien au stade de sa conception que de celui de son autorisation et de sa réalisation.

L’évaluation environnementale peut porter sur un projet (une route, une usine, une opération
d’aménagement…). Elle peut également porter sur un document de planification, un plan ou un
programme. L’évaluation environnementale est alors qualifiée de « stratégique »et ne sera pas
abordée au cours de cette formation.

Il est fréquent d’entendre qu’un projet est soumis à étude d’impact plutôt qu’à évaluation
environnementale. L’étude d’impact est le terme historiquement consacré par la loi de 1976 en droit
français et bénéficie d’une certaine antériorité. Cependant, il est réducteur de limiter l’évaluation
environnementale à la seule étude d’impact. L’étude d’impact est en effet le rapport réalisé par le
maître d’ouvrage ou pour le compte de celui-ci, qui décrit l’environnement dans lequel s’insère le
projet, les effets de ce dernier sur cet environnement, les mesures prises par le porteur du projet
pour prévenir ces impacts. Laisser entendre qu’un projet est soumis à étude d’impact, c’est
conditionner sa réalisation sur un plan environnemental à une simple obligation procédurale de
réalisation de cette étude.
MOOC Evaluation
Environnementale

Or l’évaluation environnementale est bien un processus composé de quatre étapes principales :

• la première est bien évidemment la réalisation d’un rapport d’évaluation des


incidences sur l’environnement, appelé étude d’impact en droit français. Cette étude est
au cœur du processus d’évaluation environnementale, mais cette dernière ne saurait s’y
limiter ;

• une étape de consultation autour de cette étude : l’étude n’a de sens que si elle est
nourrie des échanges sur l’environnement et les impacts du projet sur celui-ci qui ont été
préalablement identifiés par l’étude d’impact. Un certain nombre de consultations sont
ainsi impératives : celui d’une autorité environnementale, au titre de ses compétences
spécifiques en matière d’environnement, qui fournit un éclairage critique du projet et de
l’étude d’impact. Mais aussi consultation des collectivités territoriales concernées par le
projet, au titre de leurs compétences territoriales et de leurs connaissances du territoire
et de la population dont elles ont la charge. Consultations transfrontalières, quand cela
est nécessaire. Enfin, la consultation du public, via des procédures de participation du
public est un aspect de première importance de l’évaluation environnementale.

C’est ce qui relie l’évaluation environnementale aux enjeux de transparence et de


démocratie dans le champ environnemental, sur des projets qui peuvent parfois susciter
des oppositions, voire être fortement contestés, au sein de la population. La finalité de
l’évaluation environnementale est en effet d’améliorer la conception du projet, mais
aussi d’informer la population et le décideur public des incidences du projet sur
l’environnement.

En France, la procédure de droit commun pour la participation du public sur des projets
entrant dans le champ de l’évaluation environnementale est ainsi la procédure d’enquête
publique ;

• Troisième étape : l’examen par l’autorité compétente pour autoriser le projet de tous
ces éléments avant de prendre sa décision ;
• enfin, une décision de ladite autorité qui doit prendre en compte l’ensemble des
précédents éléments et a des caractéristiques particulières en termes de motivation, de
prescriptions à respecter, de mesures pour éviter, réduire ou compenser, ou encore de
modalités de suivi… C’est donc une décision, qui se doit d’être dûment et spécifiquement
justifiée au regard des enjeux environnementaux, quand bien même cette décision
autoriserait un projet ayant un fort impact environnemental. La décision doit ainsi
justifier de la mise en balance des enjeux environnementaux avec d’autres enjeux,
économiques et sociaux et des mesures prises pour limiter les impacts
environnementaux les plus préjudiciables.

L’évaluation environnementale est donc un processus, et non pas une simple procédure, qui se doit
d’être continu, itératif et participatif : tous les aspects de l’évaluation sont liés et s’alimentent entre
eux.

Vous aimerez peut-être aussi