Vous êtes sur la page 1sur 7

DOSSOU Aristide-Hervé

ENSI CTT-GE Semestre 2

Exercice 1

I est l’intensité du courant dans AB de sens A vers B

Calcul de U1 et U2 en fonction de R1, R2, UAB

UAB=U1+U2
U1=R1I
U2=R2I
donc UAB= (R1+R2)I
=> I=UAB / (R1+R2)
I respectivement dans U1 et U2 donne
U1=R1UAB/ (R1+R2)

U2=R2/ (R1+R2)

2)
i est l’intensité du courant dans la branche de l’émetteur dans le même sens que la
flèche de la tension E
i2 est l’intensité du courant dans la branche comportant RC
i1 est l’intensité du courant dans la branche comportant R1
i1 et i2 sont dans sont dans le même sens, celui opposé au sens de la flèche
indiquant la tension U
Calculons U/E en fonction de x=R1/ (R1+R2), Rc et R=R1+R2

i=i1+i2 (1)
De la loi des mailles appliqué La maille ABCDEFGHA on a:
E-U-R2i=0 => (E-U)/R2=i (2)
U=Rci2 => i2=U/Rc (3)
U=R1i1 => i1=U/R1 (4)

En remplaçant ( 2 ),(3) ,(4)dans (1), on obtient l’égalité suivante

(E-U)/R2 = U/Rc+ U/R1

Division l'égalité par E et mettons U en facteur


On tire U/E= 1/(R2(1/R2+1/Rc +1/R1))
Après réduction on obtient
U/E =RcR1/ (RcR+R2R1)
Comme x=R1/R
on a ...= xRc/(Rc +R2R1/R)
donc ...=xRc/(Rc +xR2)
or R2=R-R1= (1-R1/R)R
donc xR2=x (1-x)R
d'où
U/E= xRc/ (Rc +x (1-x)R)

Exercice 2

i est l’intensité du courant dans la branche de l’émetteur dans le même sens que la
flèche de la tension UAM
i1 est l’intensité du courant dans la branche AB, sens : de A vers B
i2 est l’intensité du courant dans la branche AM, sens : de A vers M
i3 est l’intensité du courant dans la branche BM, sens : de B vers M (de même que
i4)
1) Exprimons UBM en fonction de UAM
UBM =2Ri4
UAM=2Ri2
Aussi
UBM =UBA + UAM
Donc 2Ri4=-Ri1+2Ri2
2i4=-i1+2i2 ( 1)
Or i1=i3+i4
Aussi i3=i4
donc i1=2i4
En remplaçant i1=2i4 dans la relation (1) on obtient i2=2i4
D'où UAM=2UBM
2) Exprimons UBM et UAM en fonction de E
UAM=2Ri2 => i2=UAM/2R
UAB=UAM-UBM=UAM-UAM/2= UAM /2 =Ri1 => i1=UAM/2R
Si nous appliquons la loi des mailles à la maille PAMNP, on obtient
i=(E-UAM)/R
Comme i=i1 +i2
Alors on peut écrire
UAM/2R+ UAM/2R=(E-UAM)/R

Après réduction on obtient


UAM=E/2
Comme UBM=UAM/2
Alors UBM =E/4

Exercice 3
i est l’intensité du courant dans la branche du génerateur de tension E de sens M
vers A
i1 est l’intensité du courant dans la branche AM, sens A vers M
i2 est l’intensité du courant dans la branche comportant R2 de même sens que i1

1) Relation entre UAM et UBM


Soit la maille ABMA
UAB +UBM+UMA=0
or UAB=0
donc on a
UAM=UBM.
2) Oui on peut appliquer le diviseur de tension car l'intensité du courant dans le
diviseur est nulle
Exprimons UAM et UBM en fonction des éléments du circuit
UAM=Ri1
UBM=Ri2
* Maille MAPNM
-Ri1-R1i1+E=0 => E=(R+R1) i1 => i1=E/(R1+R)
En remplaçant i1 dans UAM, on obtient
UAM=RE/ (R1+R)
Par analogie
UBM=XE/ (R2+X)
UAM=UBM alors on a
RE/ (R1+R)= XE/(R2+X)
Après développement, réduction et factorisation on tire X=R2R/R1

Exercice 4
r=1
Schéma équivalent
Req1 Req1

A C-D E F-G H I-J B

Req1 Req1
Req2 Req2

Axe de symétrie: AB
On considère que les ponts C, D ; F, G ; I,J sont les même

Req=2Req1+ 2Req1 (1)


Or 1/Req1=1/r + 1/r =2/r
 Req1=r/2 (2)
1/Req2=1/ (Req1+Req1) +1/r+1/r
 Req2=3/r (3)
En remplaçant (1) et (3) dans (1) on obtient

Req=2(r/2)+2(r/3)
donc Req=5r/3

Exercice 5
Calcul de la résistance équivalente
Remarquons que AB est un axe de symétrie

Schéma 0

Schéma 1 Schéma2 Schéma3

Les schémas ci-dessus ont été obtenus en considérant l’axe de symétrie et en court-
circuitant les points symétriques relativement à l’axe de symétrie AB à savoir C et
F , D et E, G et H , J et K, C’ et E’ , C’’ et E’’ ).

Observant une association parallèle de deux résistances r on déduit R A=G=H = RA=G=H =


RA=G=H = RA=G=H = RA=G=H = RA=G=H =r /2 et RA=G=H = RA=G=H = RA=G=H = RA=G=H = RA=G=H = RA=G=H
=r /2 puis en réduisant les associations série de deux résistances r/2 on obtient
RA=G=H = RA=G=H = RA=G=H =r d’où le schéma 1

Cherchons encore à simplifier le réseau ; il convient alors de réintroduire C=F


milieu électrique de C’=E’-C’’=E’’ et de remarquer que l’axe C=F-D=E est un axe
d’antisymétrie de répartition des courants et par conséquent court-circuiter C=F et
D=E d’où le schéma 2

Dans le schéma 2 ,entre C’=E’ et D=E=C=F on a deux résistances r /2 montées en


parallèle d’où la résistance équivalente R C’=E’-D=E=C=F = r / 4 de même et pour la même
raison R D=E = F-C’’=E’’ =r/4 ; entre G=H et D=E=C=F passant par C’=E’ la résistance
équivalente précédemment évaluée
R C’=E’-D=E=C=F est montée en série avec une résistance r/2 d’où R C’=E’-D=E=C=F =r/2
+r /4=3r/4
Laquelle étant montée en parallèle sur R G=H-D’-D=E=C=F =r conduit à la résistance
équivalente, R G=H-D=E=C=F , total = (3r/4 ) /(3r/4+r) = 3r/7 de même et pour la
même raison R D=E=F =C-C’’=E’’-J=K =r/2 +r/4=3r/4 et R D=E=F-J=K ,total=3r /7
d’où le schéma 3

Dans ce dernier schéma ci-dessus à droite ; toutes les résistances étant montées en
série, on en déduit la résistance équivalente au treilllis métallique entre A et
B selon RAB =r/2+ 2*3r /7+r /2 soit RAB =13r /7