Vous êtes sur la page 1sur 38

Rapport d’évaluation multi sectorielle des besoins des populations déplacées et populations hôtes dans

les régions de l’Ouest et du Littoral affectées par la crise en cours dans les régions du Nord-Ouest et du
Sud-Ouest Cameroun

Période : Du 30 Septembre au 30 Octobre 2019

Page 1 sur 38
EQUIPE DE REDACTION
NOMS ET PRENOMS TITRE ORGANISATION

Achille Valère KOUANDJE Coordonnateur National des Croix-Rouge Camerounaise


(Conducteur de l’étude) Programmes et Projets
Courriel : kouach_10@yahoo.fr
Tel : 691951120 /675317753
Skype : live:kouach_10

Francis Innocent SALAKO Planification Monitoring Fédération International des


Evaluation and Reporting Sociétés de la Croix-Rouge et du
Coordinator Croissant Rouge

Jean Calvin TJOMBE Assistant Coordonnateur National Croix-Rouge Camerounaise


des Programmes et des Projets

Page 2 sur 38
Table des matières
EQUIPE DE REDACTION ..................................................................................................................................................... 2
Lexique des sigles .............................................................................................................................................................. 4
I- Résumé...................................................................................................................................................................... 5
II- Contexte et justification ............................................................................................................................................ 5
III- Objectifs de l’évaluation ....................................................................................................................................... 6
A- Objectif Global ...................................................................................................................................................... 6
B- Objectifs spécifiques ............................................................................................................................................. 6
IV- Méthodologie........................................................................................................................................................ 6
A- Approche ............................................................................................................................................................... 6
B- Cadre spatial et temporel ..................................................................................................................................... 6
C- Population de l’étude............................................................................................................................................ 7
D- Méthode et outils de collecte des données.......................................................................................................... 7
E- L’organisation de la collecte des données ............................................................................................................ 7
F- Dépouillement, traitement et analyse des données ............................................................................................ 8
H- Limite de l’étude ................................................................................................................................................... 8
V- Résultats de l’évaluation ........................................................................................................................................... 8
A- Population Déplacée Interne présente dans la zone étudiée ............................................................................... 8
B- Intervenants et acteurs humanitaires présents dans la zone couverte par l’évaluation ................................... 10
C- Sécurité alimentaire/économique/Moyens de subsistance ............................................................................... 11
D- Santé ................................................................................................................................................................... 13
E- Eau/ Assainissement et Promotion de l’hygiène ................................................................................................ 14
F- Abris/articles non-alimentaires........................................................................................................................... 17
G- Éducation ............................................................................................................................................................ 19
A- Protection............................................................................................................................................................ 20
B- Communication, Connaissance et perception de la Croix-Rouge ....................................................................... 21
C- Programme de transfert de cash ........................................................................................................................ 23
VI- Recommandations .............................................................................................................................................. 25
A- Abris et articles non-alimentaires ....................................................................................................................... 25
B- Eau, Assainissement et Promotion de l’hygiène ................................................................................................. 25
C- Sécurité alimentaire/économique/Moyens de subsistance ............................................................................... 25
D- Santé ................................................................................................................................................................... 26
E- Education ............................................................................................................................................................ 26
F- Protection............................................................................................................................................................ 27
Bibliographie ................................................................................................................................................................... 28
Annexes ........................................................................................................................................................................... 28

Page 3 sur 38
Lexique des sigles
AGR : Activité génératrice de revenus

ANA : Articles non alimentaires

CNI : Carte Nationale d’Identité

CICR : Comité International de la Croix-Rouge

COGE : Comité de gestion

COSA : Comité de santé

CR : Croix-Rouge

CRC : Croix-Rouge Camerounaise

CRF : Croix-Rouge Française

CRL : Croix-Rouge Luxembourgeoise

CTP : Cash Transfer Program

ECD : Equipes cadres de district sanitaire

EHA : Eau, Hygiène et Assainissement

Fcfa : Franc de la Coopération Financière en Afrique Centrale

FICR : Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge

FOSA : Formations sanitaires

IDP : Internally Displaced Person

MINADER : Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural

MINAS : Ministère des Affaires Sociales

MINAT : Ministère de l’Administration Territoriale

MINEPAT : Ministère de l’Economie de la Planification et de l’Aménagement du Territoire

MINEPIA : Ministère de l’élevage de la Pêche et de l’Industrie Animale

MINPROFF : Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille

MINSANTE : Ministère de la Santé Publique

MIRA : Multi-sector Initial Rapid Assessment

NFI : Non Food Item

NOSO : Nord-Ouest et Sud-Ouest

OCHA: Office for the Coordination of Humanitarian Affairs

ONG : Organisation Non Gouvernementale

PDI : Personne déplacée interne

VBG : Violence basée sur le genre

WASH : Water Sanitation and Hygiene

Page 4 sur 38
I- Résumé
La présente évaluation vise à avoir une connaissance approfondie des besoins réels des Personnes
Déplacées Internes issues des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest installées dans les régions de l’Ouest
et du Littoral, afin d’apporter auxdits besoins une réponse humanitaire adéquate. Elle a été réalisée au
cours de la période allant du 30 septembre au 30 octobre 2019. Contrairement à celle réalisée en
novembre 2018, qui a couvert six (6) départements, l’étude actuelle a été effectuée dans huit (8)
départements des régions de l’Ouest et du Littoral. La collecte des données primaires et secondaires a été
faite à travers la revue de la littérature relative à la crise susmentionnée, les entretiens avec nos principaux
informateurs et l’observation directe. Ces données ont par la suite été analysées afin de les traduire en
informations compilées dans le présent rapport.

Lesdits informations permettent de faire les principaux constats suivants : les PDI des régions du Nord-
Ouest et du Sud-Ouest sont plus nombreux que lors de la précédente évaluation menée dans les régions de
l’Ouest et du littoral et ont des besoins qui s’expriment en termes de : abris/articles non alimentaires,
Sécurité alimentaire/économique et Moyens de subsistance, éducation, santé, Eau, Assainissement et
Promotion de l’hygiène, protection et communication. Celles-ci révèlent la présence sur le terrain de
quelques acteurs humanitaires possédant pour la plupart de très faibles capacités d’intervention.

II- Contexte et justification


Les revendications corporatistes ayant débuté en octobre 2016 dans les régions du Nord-Ouest et du
Sud-Ouest ont dégénéré en une crise sociopolitique. Ces revendications ont entraîné la fermeture
temporaire de nombreux établissements scolaires et des universités, des kidnappings, des assassinats, la
destruction des marchés et la vandalisation des symboles de la République que sont : drapeau, palais de
justice, etc.
La confrontation entre les forces de maintien de l’ordre et les sécessionnistes ambazoniens a instauré un
climat de terreur et d’insécurité. Cette situation a contraint de nombreuses personnes résidant dans les
régions susmentionnées à quitter leur localité d’origine pour s’installer dans des zones plus sûres à
l’intérieur des frontières de ces deux régions, dans les régions voisines notamment l’Ouest et le Littoral,
dans d’autres régions du Cameroun et même au Nigéria.
D’après le Bulletins Humanitaire N°10 d’OCHA d’avril – mai 2019, les populations déplacées étaient
estimées à 444 000 personnes au NOSO (Nord-Ouest et Sud-Ouest) et à plus de 35 000 personnes
réfugiées au Nigeria. Selon le Plan Gouvernemental d’Assistance Humanitaire d’Urgence dans les Régions
du Nord-Ouest et du Sud-Ouest 2018-2019 publié à la même date, le nombre de Personnes Déplacées
Internes (PDI) était estimé à 74994 âmes, soit 66262 dans la Région du Sud- Ouest et 8732 dans la Région
du Nord-Ouest. La même étude faisait état de la présence de nombreux Déplacées Internes (PDI) dans les
régions de l’Ouest et du Littoral soit respectivement 32 000 et 54 0001 personnes déplacées internes.
Cette arrivée massive des Populations Déplacées Internes a contribué à un accroissement démographique
dans les localités d’accueil qui risquerait si rien n’est fait, de favoriser la promiscuité et réduirait
considérablement l’accès des populations aux ressources de base telles que l’eau potable, les vivres, les
non-vivres, les abris, les soins de santé et la scolarisation, etc. Les informations disponibles ne
permettaient cependant pas d’en mesurer l’ampleur.
Toutefois, la nécessité d’agir rapidement afin de soulager les souffrances des Populations Déplacées
Internes, victimes des conséquences néfastes de la crise dans les régions du NOSO ayant trouvé refuge
dans les régions du Littoral et de l’Ouest, indiquait qu’une évaluation plus approfondie de la situation
humanitaire soit menée au sein desdites régions. Comme indiqué plus haut, cette évaluation a été réalisée

1
OCHA, Bulletin Humanitaire n° 10, Cameroun, avril-mai 2019, p 1
Page 5 sur 38
en novembre 2018. L’une des recommandations fortes fut le lancement par la Croix-Rouge d’un appel pour
le mouvement des populations relatif à la crise susmentionnée. Celui-ci a connu un faible engouement de
la part des bailleurs de fonds ; Ce qui a poussé la Croix-Rouge à changer de stratégie. Ce changement de
stratégie voudrait que cette institution utilise les ressources modestes déjà obtenues afin de répondre à
des besoins se situant au sommet de l’échelle de priorisation. Toutefois, la dernière évaluation ayant été
réalisée à la date indiquée plus haut soit sensiblement un an, ne pouvait plus renseigner suffisamment sur
les besoins actuels des PDI. Car après une année, il va sans dire que lesdits besoins ont fatalement évolué.
Fort de ce qui précède, et dans le souci d’adapter les services fournis aux besoins réels des personnes
déplacées, une évaluation rapide desdits besoins objet du présent rapport a été menée dans les régions de
l’Ouest de Littoral.

III- Objectifs de l’évaluation


A- Objectif Global

Contribuer à l’apport d’une assistance adéquate aux Populations Déplacées Internes et hôtes des régions
de l’Ouest et du Littoral.

B- Objectifs spécifiques
De manière spécifique, il s’agissait de :
> Faire une restitution des résultats des précédentes évaluations menées par le Mouvement Croix-
Rouge dans les régions de l’Ouest et du Littoral ;
> Recueillir les avis et les recommandations sur l’évolution de la situation en vue de faciliter la mise
en œuvre des opérations ;
> Actualiser l’évaluation des besoins des PDI en lien avec la Sécurité alimentaire/économique et
Moyens de subsistance, la santé, l’Eau, l’Assainissement et la Promotion de l’hygiène, les Abris et
articles non-alimentaires, l’éducation, la protection et la communication ;
> Actualiser les informations sur les intervenants et autres acteurs humanitaires (ONG et associations
locales) présents sur le terrain ;
> Formuler des recommandations sur des actions à entreprendre afin de répondre aux besoins
identifiés.

IV- Méthodologie
A- Approche
L’approche méthodologique ayant été utilisée dans le cadre de cette étude a été l’approche dite
participative. Elle a consisté à impliquer l’ensemble des parties prenantes et des porteurs d’enjeux dans les
principales phases de réalisation de cette évaluation, à l’instar de la prise de contact avec les informateurs,
de la collecte des données, du traitement, mais également de la phase de restitution de l’étude. Cette
mesure vise une appropriation des résultats de ladite étude par les acteurs suscités.
B- Cadre spatial et temporel
Comme relevé plus haut, l’étude a duré 30 jours. Contrairement à la première évaluation qui couvrait six
(6) départements, celle-ci a vu nos équipes sillonner huit (8) départements dans les régions de l’Ouest et
du Littoral.
En ce qui concerne la région de l’Ouest, l’étude a couvert les départements du Noun, de la Menoua, des
Bamboutos, du Haut Nkam et de la Mifi. Dans la région du Littoral, nous avons obtenu des données
relatives aux départements du Moungo, du Nkam et du Wouri. Le choix de ces sites a été fait grâce aux

Page 6 sur 38
informations tirées des évaluations antérieurement menées par les agences du système des Nations Unies
et le mouvement Croix Rouge et Croissant Rouge. Ces évaluations révélaient la présence d’un nombre
important de PDI dans ces différentes zones.

Régions concernées
par l’évaluation

Départements
couverts par l’équipe
de collecte de données

C- Population de l’étude
Les données ont été collectées auprès des PDI et des populations hôtes selon leur sexe et leur âge, des
autorités administratives locales (Gouverneur, Préfets et Sous-préfets), des autorités traditionnelles (chefs
de villages, chefs de quartiers) et religieuses (Imams, Pasteurs et Prêtres), des sectoriels locaux, des
présidents des comités départementaux et locaux de la CRC, des Représentants des Communes (Maires),
des responsables d’associations locales, des leaders communautaires, des représentants des PDI et des
responsables de formations sanitaires (FOSA). Soit un total de 568 informateurs.

D- Méthode et outils de collecte des données


L’étude a vu la mobilisation de plusieurs méthodes et outils de collecte de données. En ce qui concerne
les méthodes, nous avons eu recours à la revue documentaire, à la réalisation des entretiens individuels et
de groupe et à l’observation directe. Les outils quant à eux étaient composés ainsi qu’il suit : fiches de
lectures, questionnaires, fiches d’observation, etc.

E- L’organisation de la collecte des données


La collecte des données a globalement été faite en trois phases. La première phase a consisté à identifier
de commun accord avec les populations vulnérables, les leaders religieux et communautaires et des
populations hôtes les représentants de ceux-ci dans chaque localité. Ces représentants ont par la suite été
conviés à un atelier d’échange et de discussion de trois jours au cours duquel des données sur les besoins
des populations vulnérables et leur évolution par rapport à la précédente évaluation ont été collectées. La
Page 7 sur 38
deuxième étape a consisté à rencontrer les autorités administratives et les sectoriels locaux. La troisième
étape quant à elle, a vu la poursuite de la collecte de données par les volontaires de la Croix-Rouge
Camerounaise dans les différents départements susmentionnés, mais aussi à travers la participation des
représentants du Mouvement Croix-Rouge à la Mission d’Evaluation Rapide (MIRA) conduite par OCHA
dans les régions de l’Ouest et du Littoral. Cette dernière activité a facilité les entretiens avec les autres
informateurs susmentionnés.

Tableau 1 : Équipe de collecte de données

CONSTITUTION DES EQUIPES DE COLLECTE DE DONNEES


Equipe 1 Région Départements couverts Chef d’Equipe
Ouest Bamboutos, Haut-Nkam, KOUANDJE Achille Valère
Menoua, Mifi et Noun

Equipe 2 Région Départements couverts Chef d’Equipe


Littoral Moungo, Nkam, Wouri SALAKO Francis Innocent

F- Dépouillement, traitement et analyse des données


Les données collectées ont dans un premier temps été rassemblées, dépouillées et codifiées. Par la suite,
nous avons procédé à leur saisie puis croisé les variables pour obtenir les premières tendances. Les
données primaires ont été saisies par le biais d’un masque de saisi conçu à base du logiciel CS Pro Elles ont
par la suite été traitées à la fois empiriquement à l’aide du tri à plat, tri croisé et du tableur Excel.
G- Grille d’analyse : Analyse comparative
Il s’est agi de faire ressortir les évolutions, les régressions et les constances qu’ont connu le nombre et les
besoins des PDI durant la période allant de la première évaluation des besoins de novembre 2018 à celle
de septembre et d’octobre 2019.
H- Limite de l’étude
L’équipe de collecte de données a fait face à la réticence de certains informateurs issus des PDI, à
l’indisponibilité de quelques personnes ressources et parfois à des barrières linguistiques, car les localités
couvertes par l’évaluation sont pour la plupart habitées par des personnes d’expression française, ce qui l’a
poussée à recourir aux services de quelques traducteurs. Or, le recours aux intermédiaires peut jeter un
biais sur l’authenticité de l’information obtenue. Outre l’élément susmentionné, nous avons recouru à la
construction d’un échantillon qui peut elle aussi avoir des biais et limiter par conséquent l’extrapolation
des résultats obtenus sur l’ensemble de la population étudiée.

V- Résultats de l’évaluation

A- Population Déplacée Interne présente dans la zone étudiée


Les données collectées dans les deux régions font état de la présence de plus de 142 413 PDI dans les
zones ciblées par l’évaluation contre 49 327 PDI selon le précédent rapport d’évaluation réalisé par le
Mouvement Croix-Rouge en novembre 2018 ; soit une augmentation de 93 086 personnes (65,36%) par
rapport à novembre 2018. Selon nos informateurs, cette augmentation est due à trois principaux facteurs :

Page 8 sur 38
la persistance de l’insécurité, le phénomène de « lock down2 » et le besoin des familles d’assurer le retour à
l’école de leurs enfants.
Il faut noter que ladite augmentation a connu un pic au cours de la période allant d’août à septembre
2019. Toutefois, ces chiffres ne sont pas exhaustifs car l’enregistrement de toutes les PDI reste compliqué,
dans la mesure où plusieurs personnes refusent de se faire enregistrer notamment dans la région de
l’Ouest en arguant que les précédents enregistrements n’ont pas donné lieu à une quelconque aide
humanitaire. Contrairement à ce qu’avait révélé la précédente étude qui faisait état de ce que les PDI
refusaient de se faire identifier comme tel de peur des représailles. Les deux tableaux ci-dessous
présentent les écarts entre les chiffres de la Croix-Rouge recueillis en novembre 2018 et ceux de la
présente évaluation.

Tableau 2 : Nombre de PDI d’après les sources de la Croix-Rouge en novembre 2018

Régions Départements Hommes Femmes Enfants Total

Menoua 1262 1590 4040 6892

Mifi 204 266 796 1266


Ouest
Bamboutos 1365 1447 3924 6736

Noun 3715 4509 10567 18791

Moungo 1096 1665 2582 5343


Littoral
Wouri 2097 2592 5657 10346

Total 14718 17610 16999 49327

Tableau 3 : Nombre de PDI d’après les sources de la Croix-Rouge en octobre 2019

Enfants Filles Total de


Hommes Femmes majoré population Total
Régions Départements majoré de Majoré de Garçons majoré
de 25% réellement
25% 25% Majoré de 25%
identifiée
de 25%

Menoua 6517 7060 8294 8985 23142 30856

Haut-Nkam 1008 1091 1282 1389 3578 4770

Mifi 1848 2002 2352 2548 6562 8750


Ouest
3931 10125
Bamboutos 2851 3089 3629
13500

Noun 8832 9569 11241 12178 31365 41820

Littoral Moungo 3432 3718 4368 4732 12188 16250

2
Il s’agit d’un confinement des populations caractérisé par une restriction des mouvements, fermetures des commerces et des
services publics initié par les groupes armés séparatistes.
Page 9 sur 38
Nkam 1320 1430 1680 1820 4687 6250

Wouri 4270 4625 5435 5887 15162 20217

Total 30078 32584 38280 41471 106809 142413

B- Intervenants et acteurs humanitaires présents dans la zone couverte par l’évaluation


Au cours de l’évaluation des besoins réalisée en novembre 2018, l’équipe de collecte de données avait
constaté qu’un certain nombre d’acteurs avaient posé des actions allant dans le sens de la réponse aux
besoins des PDI. Il s’agissait des pouvoirs publics (MINAT) à travers la Direction de la Protection Civile, des
ONG, des agences du système des Nations Unies et un opérateur de téléphonie mobile. Les actions posées
étaient des opérations de distribution des vivres et des non vivres, des remises de dons et des évaluations
multisectorielles rapides. En ce qui concerne les opérations de distribution, nous pouvons mentionner les
distributions de vivres et de non vivres réalisées par la Croix-Rouge Camerounaise à Batcham au mois de
septembre 2018. L’ONG dénommée Association des enfants solidaires aurait effectué quelques dons en
faveur PDI dans diverses localités du département du Moungo. Une équipe conjointe
FAO/OMS/UNICEF/MINSANTE/MINAT a sillonné le département susmentionné dans le cadre d’une mission
d’évaluation de la situation des PDI. Une Mission d’évaluation rapide multi-sectorielle regroupant diverses
agences des Nations Unies et conduite par OCHA, a parcouru les régions du littoral et de l’Ouest. La
compagnie de téléphonie mobile Orange Cameroun quant à elle, a procédé à une évaluation des besoins
en vue de l’organisation des opérations de distribution de vivres qui répondrait à sa politique d’Entreprise
citoyenne. Il s’agissait d’opérations de distribution des vivres et des non vivres, des remises de dons et des
évaluations multisectorielles rapides.
La période séparant les deux évaluations a été marquée par la présence sur le terrain d’un plus grand
nombre d’acteurs humanitaires même si on peut constater que l’aide humanitaire apportée par ceux-ci
aux PDI reste infime et sporadique. Ce constat trouve son explication dans les faibles capacités de la
grande majorité des acteurs humanitaires déjà présents sur le terrain. Ladite aide a notamment été
réalisée par : La Croix-Rouge Camerounaise en partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM)
à travers la distribution de vivres à plus de 400 familles, soit 27600 personnes dans les départements du
Wouri et du Moungo. Dans la région de l’Ouest, avec l’appui de quelques partenaires du Mouvement
International de la Croix-Rouge (Croix-Rouge Luxembourgeoise, FICR, Croix-Rouge française, CICR), celle-ci
a également procédée à la distribution des vivres et des intrants agricoles et un appui au logement et à
d’autres besoins à travers la modalité cash transfer dans les départements de la Menoua et du Noun.
En octobre 2019, une mission d’évaluation rapide multi-sectorielle regroupant diverses agences des
Nations Unies et des ONG Internationales au rang desquelles le Mouvement Croix-Rouge conduite par
OCHA, a été réalisée dans les régions du littoral et de l’Ouest. Il faut souligner qu’en dehors des acteurs
susmentionnés, il a été rapporté à l’équipe d’évaluation la présence d’autres acteurs qui auraient apporté
une assistance humanitaire aux PDI dans la zone couverte par cette étude. Il s’agit notamment des acteurs
humanitaires comme INTERSOS, AMCODE et Aya Abine Foundation dans la Menoua, Hope Foundation
dans le Haut Nkam, CARITAS et l’Eglise Presbyterienne dans le Wouri et la Nkam. Le MINAT quant lui a
procédé par l’entremise de ses autorités administratives locales à la distribution des vivres et articles
ménagers dans les Départements des Bamboutos, du Haut-Nkam, de la Menoua et de la Mifi pour ce qui
est de la région de l’Ouest. Dans la région du Littoral, l’institution susmentionnée a assisté 113 familles PDI
dans le département du Moungo tout en étant présent dans ceux du Wouri et du Nkam. Outre les
organisations humanitaires et le MINAT, quelques particuliers ont apporté une aide aux PDI à l’instar du

Page 10 sur 38
Sultan des Bamouns dans le département du Noun, des élites locales du Haut-Nkam, du vice-censeur du
Lycée bilingue de Bafang, de l’évêque du diocèse de Bafang dans le département du Haut-Nkam, des
groupes de personnes venant des Etats Unis dans le Wouri et le Nkam et du maire de Nkongsamba 1er, qui
aurait apporté une assistance alimentaire et payé des frais de scolarité à des PDI installés dans les limites
de la commune dont il a la charge.
C- Sécurité alimentaire/économique/Moyens de subsistance
La crise qui sévit dans le NOSO ne cesse d’avoir un impact négatif sur les moyens de subsistance des PDI
de la zone couverte la présente évaluation. En effet, l’insécurité qui a fait son lit dans ces deux régions et
dans les villages limitrophes situés dans les régions de l’Ouest et du Littoral du fait des attaques
récurrentes perpétrées par les groupes armés sécessionnistes a occasionné l’abandon des fermes par les
populations qui y habitaient. Il faut relever que la population des régions et des localités susmentionnées
tire l’essentiel de ses revenus de l’agriculture. Fort de cela, il apparait évident qu’une privation d’accès à
leurs principaux moyens de subsistance leurs a amplement précarisés alors qu’au même moment leurs
besoins ne cessent d’augmenter significativement. Quand bien même ces populations installées dans les
régions du l’Ouest et du Littoral depuis le début de la crise seraient à même de produire, l’accès aux zones
de production notamment à la terre et voire aux intrants agricoles est limité. Du coup, privées du capital
terre et des intrants agricoles, les PDI ont vu impuissamment leurs revenus diminuer. Ce constat est
perceptible à travers les deux graphiques ci-dessous.

Graphique 1 : Impact de la crise sur les revenus 2018 Graphique 2 : Impact de la crise sur les revenus 2019

La diminution de leurs revenus a eu entre autres pour conséquences de réduire significativement leur
ration alimentaire en qualité et en quantité. C’est notamment le cas des PDI situés dans les
arrondissements de Njombe et Pendja dans le département du Moungo. Pour se nourrir, celles-ci se
trouvent dans l’obligation de collecter des déchets de nourritures issues des plantations avoisinantes.
Certaines d’entre elles, notamment à l’Ouest dans la localité de Galim, récoltent nuitamment des denrées
des champs et les plantations des populations hôtes. A la question de savoir sur quoi dépensez-vous le
plus ? La grande majorité de ceux-ci ont répondu l’alimentation. Cette réponse est valable pour les deux
évaluations menées respectivement en novembre 2018 et octobre 2019 comme l’illustre le graphique de
répartition des dépenses prioritaires des deux périodes ci-dessous.

Page 11 sur 38
Graphique 3 : Dépenses prioritaires 2018 Graphique 4 : Dépenses prioritaires 2019

Les informations collectées sur le terrain font état de ce que, bien que dépourvu de leurs principaux
moyens de subsistance, certaines PDI se sont converties dans des activités de moto taxis, de coiffures, de
petits commerces, de gardiennage, de travaux domestiques, de travaux champêtres (Sarclage, labourage,
semage), collecte du bois de chauffage, prostitution, etc afin d’assouvir à leurs besoins quotidiens. C’est
notamment le cas des PDI situées dans les Bamboutos, le Noun, la Menoua et le Moungo. D’autres en
revanche font face à la pauvreté inhérente à l’inactivité. L’autre facteur explicatif non moins négligeable de
l’accès à une alimentation décente est l’augmentation des prix des denrées alimentaires sur les différents
marchés. A titre d’illustration, le seau de 15 l de macabo est passé de 2500 Fcfa à 4500 Fcfa, celui de
pommes de terre de 3000 Fcfa à 4500 Fcfa. Le régime de plantain qui se situait entre 1500 Fcfa et 2000
Fcfa a un prix oscillant aujourd’hui entre 2500 Fcfa et 3000 Fcfa. Le seau de haricot est passé d’une
fourchette de 5000 Fcfa à 6000 Fcfa à un prix oscillant situé autour de 9000 et 10000 Fcfa. Le kilo de viande
de bœuf est passé de 2000 à 2500 Fcfa. Cette augmentation des prix des denrées sur le marché trouve son
explication dans deux principaux facteurs : l’augmentation de la demande due à l’accroissement des
populations dans ces zones (l’arrivée des PDI) et la présence de grand acheteurs approvisionnant les
grandes métropoles telles que Yaoundé et Douala ; et la baisse de la production d’un certain type de
denrées en provenance des zones en conflit (viande de bœuf et haricot).
L’inaccessibilité à une alimentation en quantité et en qualité suffisante expose les personnes
victimes à des situations de dénutrition ou de malnutrition notamment pour les enfants et les personnes
du troisième âge. Chez ce groupe de personnes, la dénutrition fait rapidement sentir ses effets et peut
devenir irréversible. La précarité en termes de moyens d’existence qui caractérise les PDI installé dans les
régions de l’Ouest et du Littoral est exacerbée par la faible pour certains voire l’absence d’assistance
humanitaire. La situation des PDI installées dans ces régions a jusqu’ici connu très peu de sollicitude de la
part des organisations humanitaires. A la question de savoir avez-vous reçu de l’aide ? On observe au
regard des deux graphiques ci-dessous que la majorité des informateurs ont répondu par la négative soit
78,35% en 2018 et 82,5% en 2019 soit un écart positif de 4.15 points. Cet écart vient confirmer
l’accroissement de personnes à besoins d’aide humanitaire malgré les efforts déjà consentis par les
quelques organisations humanitaires déjà présentes dans la zone étudiée et les populations hôtes. A
contrario, 21, 65% en 2018 et 17,5% en 2019 ont reconnu avoir reçu de l’aide provenant pour l’essentiel
des appuis apportés par le Mouvement Croix-Rouge notamment à travers la distribution des vivres et des
non-vivres3, le clergé, les pouvoirs publics via la Direction de la Protection Civile et leur famille d’accueil.
Les graphiques ci-dessous en donne illustration.

3Distribution des vivres (sel, sucre, huile, etc) et des non-vivres (couvertures, seaux, savons, etc) par la Croix-Rouge Camerounaise à Batcham en septembre
2018 ; Distribution des vivres dans les départements du Wouri et du Moungo avec l’appui du Programme Alimentaire Mondial (PAM) en novembre 2018 ; appui
au logement et autres via la modalité cash transfer dans le département du Noun en 2019 et appui aux activités de sécurité alimentaire dans le département du
Noun en 2019.
Page 12 sur 38
Graphique 5 : Réception de l’aide 2018 Graphique 6 : Réception de l’aide 2019

Les forts pourcentages de personnes non aidées observés durant les évaluations de 2018 et 2019 soit
respectivement 78,35% et 82,5% s’expliquent davantage par la faible présence des organisations
humanitaires dans la zone couverte par l’équipe de collecte de données, les faibles moyens dont disposent
les acteurs déjà présents sur le terrain. Mais aussi, par l’afflux important de personnes durant le « lock
down ».

D- Santé
Les résultats de 2018 placent la santé comme un des trois principaux besoins prioritaires. Ceux de 2019
en font le cinquième. Il reste cependant vrai aussi bien à l’Ouest qu’au Littoral, que de nombreux PDI
accèdent difficilement aux soins de santé de qualité comme illustré par les graphiques ci-dessous.

Graphique 7 : Besoins prioritaires 2018 Graphique 8 : Besoins prioritaires 2019

Leur faible accès aux soins de santé a pour cause principale l’insuffisance des ressources financières. Car
ceux-ci sont pour la majeur partie ne dispose pas d’activités génératrices de revenus. Les longues distances
parcourues par les demandeurs des services de santé et/ou l’absence des moyens de transports n’en
constituent pas moins un frein à l’accès aux soins de santé. C’est du moins le constat que l’on peut faire en
observant les résultats des études menées en 2018 et en 2019. A y regarder de près, on s’aperçoit que la
variable longue distance est passé de 17% à 20% soit une augmentation de 3 points. Cette augmentation
peut s’expliquer par l’afflux des déplacés internes entre les deux périodes., comme illustré dans les
tableaux ci-dessous.

Page 13 sur 38
Graphique 9 : Sources de préoccupations 2018 Graphique 10 : Sources de préoccupations 2019

L’afflux massif des PDI a contribué à mettre davantage la pression sur l’ensemble des formations
sanitaires situées dans la zone étudiée. Il faut rappeler que ces formations sanitaires comme celles
existantes sur l’ensemble du territoire camerounais sont marquées par des problèmes structurels à l’instar
de : l’insuffisance en qualité et en quantité des ressources humaines, la rupture régulière en médicaments
essentiels et la faiblesse du plateau technique. Alors même que dans les localités couvertes par l’étude, de
nombreux cas de maladies ont été mentionnées par nos différents informateurs à l’instar du : paludisme,
maladies diarrhéiques, infections respiratoires, typhoïde, etc.

N’ayant pas d’accès aux formations sanitaires pour les raisons susmentionnées, celles-ci n’ont d’autres
choix que de recourir en grande partie à l’automédication. Ceci est l’avis de la majorité de nos
informateurs. Interrogés sur leur mode d’accès à la santé (51%) de nos informateurs disent avoir recours à
l’automédication, 35% seulement se rendent dans les formations sanitaires et 14% ont recours à des
guérisseurs traditionnels, comme le montre le graphique ci-dessous.

Graphique 11 : Mode d’accès à la santé 2019

E- Eau/ Assainissement et Promotion de l’hygiène


De manière générale, les besoins en eau, hygiène et assainissement (EHA) sont différemment exprimés
selon que l’on se trouve dans la région de l’Ouest ou dans celle du Littoral. Au Littoral et particulièrement
dans le département du Wouri, la majeure partie des ménages se ravitaille dans des puits non protégés.
Dans le département du Moungo, plus précisément dans la localité de Njombe où les puits et forages sont
plus ou moins rares, les populations s’approvisionnent pour l’essentiel dans des rivières, ruisseaux et
sources non aménagées. Contrairement à la région du Littoral, celle de l’Ouest ne connait pas d’énormes
Page 14 sur 38
difficultés en matière d’approvisionnement en eau potable excepté les problèmes liés à la quantité et à la
qualité de l’eau rencontrés dans toutes les régions du Cameroun. La localité de Kouoptamo dans le Noun
présente cependant des caractéristiques particulières. Celle-ci est marquée par une quasi-absence de
points d’eau potable. Cette absence constitue à n’en point douter une menace pour la santé des
populations locales.
Interrogés sur l’approvisionnement en eau potable, 36,7% de l’ensemble de nos répondants disent avoir
accès à l’eau de robinet notamment dans les villes. Mais il nous a été donné de constater que là où le
système d’adduction d’eau mis en place par l’Etat existe, les populations font face à des coupures qui
peuvent durer de plusieurs jours à plusieurs semaines. Pour le reste, les populations s’approvisionnent
dans des puits non couverts (34%) ou des sources d’eau de surface (27,5%). Ceux qui peuvent
s’approvisionnent chez des particuliers disposant de forages (25,8%) moyennant une contribution
financière. Quelques forages avec pompes à motricité humaine existent, mais restent très insuffisants
(seulement pour 18% des répondants) pour les populations hôtes et les PDI. D’autres personnes achètent
de l’eau sans forcément savoir quelle en est la provenance (22% des répondants) comme illustré dans le
graphique ci-dessus.
Graphique 12 : Sources d’eau potable (2019)

Il faut préciser que l’ensemble des zones étudiées, ce sont les femmes dans une moindre mesure et les
enfants majoritairement qui sont responsables de la collecte de l’eau pour le ménage et consacrent une
bonne partie de la journée à cette activité à cause d’une part de la distance entre les points d’eau et les
domiciles et d’autre part à cause du temps indéterminé d’attente au point d’approvisionnement. Or, ce
temps consacré à de longues files d’attente pourrait être utiliser pour contribuer à l’atteinte des objectifs
familiaux.
Dans les différents départements parcourus à l’instar du Moungo et du Wouri, lorsque les ménages
parviennent à puiser de l’eau potable, il se pose un problème de conservation car ceux-ci n’ont pas assez
de revenus pour pouvoir acquérir suffisamment de récipients tels que les seaux, les jerrycans, etc. Dès lors,
on s’aperçoit que le problème de quantité d’eau dans les domiciles des PDI est exacerbé par l’absence de
contenants pouvant faciliter la conservation. Cette absence de quantité d’eau suffisante et la qualité de
l’eau susmentionnée dans les localités couvertes par l’étude serait au dire de nos informateurs à l’origine
de maladies hydriques telles que la typhoïde, la diarrhée etc. qui séviraient dans certaines localités à
l’instar du Wouri.
Interrogées sur leurs trois principales préoccupations liées à l’eau, 33,8% des personnes ont pointé la
rareté de l’eau comme étant une préoccupation principale liée à l’accès à l’eau mais c’est davantage la
Page 15 sur 38
mauvaise qualité de l’eau (49%), le manque d’argent (48%) et la distance pour aller chercher de l’eau
(59,7%) qui préoccupent les populations interrogées comme illustré dans les deux graphiques ci-dessous.
Graphique 13 : Préoccupation d’accès à l’eau potable 2018 Graphique 14 : Préoccupation d’accès à l’eau potable 2019

En observant minutieusement les deux graphiques ci-dessous, on s’aperçoit effectivement que le manque
d’argent, la mauvaise qualité de l’eau et la distance relative au ravitaillement en eau demeurent durant les
évaluations de 2018 et 2019 les principales préoccupations.
Les préoccupations en matière d’hygiène et d’assainissement sont quant à eux exprimés en termes de
faiblesses des systèmes de gestion des déchets, d’absence de toilettes et de latrines séparées ou
communes. Après lectures du graphique ci-dessous nous avons constaté que 48% des répondants disent
ne pas disposer de système gestion de déchets, 80% manquent de latrines séparées pour hommes et
femmes, et 61,9% n’ont pas accès à des douches séparées. Par ailleurs, 40,6% des répondants affirment ne
pas du tout avoir accès à une douche, contre 30,4% qui n’ont pas de latrines. Il faut relever que quand bien
même certains ménages disposent de latrines, celles-ci ne sont pas toujours bien entretenues. Ce défaut
d’entretien pourrait donc être la cause de cas de schistosomiase observés depuis plusieurs mois chez des
femmes et des filles vivant dans les départements du Moungo et du Wouri.
Graphique 15 : Préoccupations concernant l’assainissement (2019)

Comme mentionné plus haut et au regard du graphique ci-dessus, on peut observer que la construction
des latrines dans les différentes localités parcourues par l’étude ne prend pas en compte l’approche genre
et diversité. Car, il n’y a pas toujours de séparation entre latrines pour hommes et femmes, et dans
certains cas, on n’a pas tenu compte de l’accès des personnes vivant avec un handicap aux latrines
existantes. Outre la non prise en compte du l’approche genre et diversité on peut également observer que
bon nombre des maisons d’habitation dans le Moungo, le Nkam, les Bamboutos voire le Noun ne disposent
pas de douches. Les habitants desdites maisons prennent leur bain aux arrières des maisons. Ce qui accroit
le risque d’agression et de viol notamment pour les femmes et les jeunes filles.

Page 16 sur 38
F- Abris/articles non-alimentaires
Les PDI présentes dans les localités couvertes par l’étude sont pour la plupart logées au sein des
communautés hôtes. Celles-ci sont pour ainsi dire domiciliées soit chez des parents, amis ou
connaissances, soit en location. Le reste vit dans des maisons abandonnées. C’est notamment le cas dans
les localités de Bepanda, New-Bell, Douala II et IV, tous situés dans le département du Wouri. En zone
rurale, les déplacés internent vivent dans des camps situés à proximité des champs notamment dans le
département du Noun et plus précisément dans les localités de Kouoptamo et Koutaba. L’arrivée en grand
nombre des PDI dans les localités objets de l’étude a eu pour conséquence au dire de nos principaux
informateurs l’augmentation des prix de logements.

Dans le Noun et dans la Menoua par exemple, les loyers seraient passés de 5000 Fcfa à 8000 ou à 10 000
Fcfa le mois pour une chambre. A Dschang, à Foumban et à Mbouda, les appartements dont le prix se
situait entre 15000 et 25000 Fcfa selon le standing coûteraient aujourd’hui entre 30000 Fcfa et 50000 Fcfa.
Les studios quant à eux dans les mêmes localités seraient passées de 8000 à 15000 voire 25000 Fcfa. Ces
prix connaîtraient une hausse plus grande dans la Mifi. Dans le Moungo, les prix sont moins élevés que
dans les autres départements. Le prix d’un studio oscille entre 8000 à 12000 Fcfa. Outre le caractère élevé
du prix des loyers les bailleurs exigent désormais le paiement d’une avance de 6 à 12 mois. Du coup, les
familles dont les moyens d’existence se sont vus détruits par le conflit par le conflit pour certains et
d’autres ayant fait l’objet d’abandon sont dans l’incapacité de payer ces montants, notamment sur
plusieurs mois. Celles-ci sont de ce fait contraintes de partager un studio ou une chambre à plusieurs. On
trouve généralement dans une pièce de 12 à 14 m² une famille de 7 à 9 personnes. Les équipes de collecte
de données ont d’ailleurs rencontré à plusieurs endroits des familles vivant dans des conditions de grande
promiscuité. C’est notamment le cas des villes de Dschang, Santchou et Galim, où nos enquêteurs ont
rencontré par endroit 15 à 20 personnes vivant dans un espace de 16m². La moyenne de m² par personne
est largement inférieure aux normes sphère de 3,5m²/personne.

Il faut à cet effet souligner que la promiscuité sus évoqué pourrait entrainer d’une part une dégradation
importante des conditions d’hygiène et des risques sanitaires, car la plupart des familles déplacées sont
arrivées sans matériel de couchage et moustiquaires, et d’autre part, accroître les risques d’atteinte à
l’intimité et à la dignité des femmes et des filles. Les déplacés internes vivant en milieu urbain notamment
à Dschang et à Bafoussam sont plus préoccupés par les problèmes relatifs à la sécurité que ceux vivant en
zone rural. Car dans la plupart des cas, ces derniers n’auraient pas suffisamment de moyens financiers pour
installer leur famille dans des quartiers résidentiels, se retrouvant de ce fait, contraints de louer des
logements à bas prix dans des quartiers insalubres et insécures.

L’étude a révélé en ce qui concerne le besoin de se loger, que les personnes déplacées internes vivant
en location sont les plus vulnérables. C’est un avis partagé par 44% des personnes interrogées parmi
lesquelles nous avons 26% qui pensent qu’il s’agit plutôt de personnes vivant dans des logements non-
achevés ou endommagés, contre 19% qui soutiennent l’idée selon laquelle celles-ci se trouvent dans des
familles hôtes. Notons que 11% des personnes interrogées, affirment que la population locale qui héberge
les déplacés est le groupe le plus vulnérable soulignant le besoin de prendre en compte les communautés
hôtes dans la réponse aux besoins, comme illustré dans le graphique ci-dessous.

Page 17 sur 38
Graphique 16 : Groupes les plus vulnérables en termes de logement 2018 Graphique 17 : Groupes les plus vulnérables en termes de logement 2019

En observant les deux tableaux ci-dessus, une constance se dégage. Les populations déplacées vivant en
location restent selon les évaluations réalisées en 2018 et 2019 les plus vulnérables. A y voir de près, l’on
s’aperçoit que le pourcentage des informateurs s’étant prononcées pour la prépondérance de la
vulnérabilité chez les personnes vivant en location a connu une augmentation de 4 points entre les deux
périodes suscitées.
Outre les abris, l’étude a révélé le besoin d’articles non-alimentaires pour les populations déplacées
internes. Car, la plupart des familles déplacées pressées de quitter les zones insécures ont abandonné la
majeure partie de leurs biens notamment les articles non alimentaires. Interrogées sur les besoins en
articles non alimentaires les plus urgents, nos informateurs apportent des réponses conformes aux
graphiques ci-dessous :
Graphique 18 : besoins en NFI les plus urgents (2018) Graphique 19 : besoins en NFI les plus urgents (2019)

En observant de près les deux graphiques ci-dessus, un changement dans l’ordre des priorités issues des
deux évaluations 2018 et 2019 est perceptible. En 2018, les 5 NFI prioritaires étaient les suivant : Matelas,
couvertures, moustiquaires, savon et vêtements. En 2019 les priorités exprimées sont les suivantes :
Couvertures, ustensiles de cuisines, matelas, kits hygiéniques pour femmes et savon. A y voir de près l’on
s’aperçoit qu’en matière de NFI, les besoins exprimés au cours des deux années en couverture et en
matelas sont restés constants.

Page 18 sur 38
G- Éducation
Les informations recueillies sur le terrain par l’équipe de collecte de données révèlent 57% des filles et
54,7% des garçons PDI en âge de scolarisation vont à l’école comme l’illustre le graphique ci-dessous.
Graphique 20 : Fréquentation scolaire (2018) Graphique 21 : Fréquentation scolaire (2019)

Ces résultats sont révélateurs de ce qu’il n’existerait pas de discrimination constatée à l’endroit des filles
pour ce qui est de l’accès à l’éducation. Ils permettent également de constater qu’un nombre important de
filles et de garçons ne vont pas à l’école, soit respectivement 43% de filles et 45,3% de garçons. Cette
situation serait en effet due au manque de moyens financiers, au nombre limité des écoles du sous-
système anglophone, à l’utilisation des enfants dans les travaux domestiques rémunérés pour faire face
aux dépenses familiales, etc. A y regarder les deux graphiques de près, deux constats majeurs peuvent être
faits. La proportion des filles allant à l’école par rapport celle des garçons est restée près qu’identique. On
constate en 2019 une augmentation de la proportion des garçons et des filles scolarisées par rapport à
2018 soit 2,3% pour les garçons et 2,5% pour les filles. Cela peut être imputé aux mesures prises par les
pouvoirs publics visant à faciliter l’accès des PDI aux établissements scolaires situés dans les zones
d’accueil.
C’est l’occasion de souligner ici que « la situation qui prévaut actuellement dans les zones étudiées, du
moins pour ce qui est de l’éducation, n’était guère reluisante avant l’arrivée des PDI dans ces localités, car
certains établissements scolaires étaient déjà confrontés au manque de personnel enseignant, de matériel
pédagogique et du surpeuplement des salles de classe. »4 Outre les problèmes suscités, l’arrivée des PDI en
grand nombre dans ces zones (Galim, Batcham, Santchou, Nkongsamba, Mbanga, etc) due à leur proximité
avec les régions anglophones n’a fait qu’exacerber le problème d’absence d’établissements bilingues ou du
sous-système anglophones dans les localités étudiées. « Lorsqu’il en existe, ceux-ci sont pour la plupart des
établissements privés qui nécessitent le déboursement de moyens financiers conséquents pour les parents
qui ont fait le choix d’envoyer leurs enfants dans ce type d’établissement. »5

D’après les informations recueillies sur le terrain, la plupart des enfants PDI en âge de scolarisation ont
des parents dépourvus de moyens financiers (82,2%). En dehors des moyens financiers, les autres besoins
majoritairement exprimés sont : le manque de fourniture scolaire (64,4%) et de nourriture à l’école (24,4%)
comme illustré dans le graphique ci-dessous.

4
Mouvement Croix-Rouge, « Rapport d’évaluation multi sectorielle des besoins des populations déplacées et populations hôtes
dans les régions de l’Ouest et du Littoral affectées par la crise en cours dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest
Cameroun », novembre 2018, p 20
5
Ibid.
Page 19 sur 38
Graphique 22 : Leviers pour accéder à l’école (2018) Graphique 23 : Leviers pour accéder à l’école (2019)

L’observation des deux graphiques ci-dessus permet de se rendre compte que les moyens financiers, les
fournitures scolaires et la nourriture à l’école demeurent les besoins majeurs en matière de scolarisation
en 2019. A y voir de près, on s’aperçoit à l’analyse de informations collectées auprès de nos informateurs
que ces besoins ont respectivement connu entre 2018 et 2019 une augmentation de 3,5%, 6,6% et 2,6%.
« Si les besoins susmentionnés exprimés par les PDI ne sont pas comblés, les enfants notamment ceux qui
ne vont pas à l’école peuvent être exposés aux violences domestiques, aux violences basées sur le genre
(VBG) et à l’exploitation économique. En dehors des conséquences suscitées, la jeune fille peut
particulièrement être exposée au mariage et aux grossesses précoces »6.
A- Protection
La lecture du graphique 25 ci-dessous révèle qu’au sein des Populations Déplacées Internes,
l’enregistrement d’incident est faible en 2019. Interrogés sur la survenance d’incidents, 78% de nos
informateurs pensent que celles-ci sont inexistant, 8% de ceux-ci affirment que les incidents sont fréquents
contre 4% d’entre eux pour qui, les incidents se vivent à fréquence régulière.
Graphique 24 : Fréquence d’incidents (2018) Graphique 25 : Fréquence d’incidents (2019)

En comparant les résultats relatifs à la variable fréquence d’incident au cours des années 2018 et 2019,
on s’aperçoit qu’il y a une baisse de 12 points du critère fréquent en 2019. Car on est passé de 20% en
20118 à 8% en 2019. Cette baisse pourrait trouver son explication dans le renforcement des mesures de
sécurité. Le critère très fréquent quant ‘a lui est restée constant, soit 4%. C’est le lieu de souligner ici que
les incidents (incursion des groupes armées et mise à feu des maisons) enregistrés notamment à Galim,
Fongo Tongo, Fondonera et Koutopet seraient aux dires de nos informateurs, l’œuvre des Groupes Armés
non Etatiques. Les localités susmentionnées ont un point commun. Ce qu’elles partagent des frontières
étroites avec les zones en crises notamment les Départements de Lebialem, de Ngoketunja, etc.
Comme mentionné plus haut, les incidents ont entrainé de grands mouvements de populations dans
l’ensemble des régions du Cameroun. Ces PDI ont pour certaines laissées derrière elles leurs documents
officiels, d’autres en revanche, les ont vu détruits. A ce sujet, nos informateurs rapportent qu’un nombre
non négligeable de PDI ne détient pas de documents d’identification en raison de leur perte ou de leur

6
Ibid.
Page 20 sur 38
destruction. Ce problème est observé dans l’ensemble des localités couverte par l’étude. Ledit problème a
entraîné la restriction des mouvements des PDI. Dans la mesure où celles-ci craignent de faire l’objet
d’arrestation. Certaines arrestations pour défaut de CNI ont d’ailleurs été signalés à Foumban. A la
question de savoir si les déplacements des PDI sont restreints pour cause d’insécurité, d’absence de CNI ou
d’opérations militaires ? 89,8 des personnes interrogées pensent que la cause de restriction des
déplacements est le manque de CNI, 18,0 % affirment que l’insécurité en est la cause tandis que 2.0%
d’entre elles pensent que les restrictions des déplacements se justifient par les opérations militaires
comme l’atteste la figure ci-dessous.
Graphique 26 : Causes de restriction de déplacement (2019)

Outre la restriction de leurs déplacements, l’absence de détention de CNI par les PDI a hypothéquée leur
accès à un certain nombre de services qui requièrent la possession d’une CNI notamment éducatifs et
autres actes de la vie civile. Et exacerber la situation d’insécurité et de précarité à laquelle elles étaient
déjà confrontés. Faisant face à une précarité graduelle, les femmes et les jeunes filles de ce groupe de
population voient leur vulnérabilité elle aussi s’accroître. Celles-ci adoptent des stratégies de survie via la
prostitution afin de faire face aux conditions de vie difficiles. A ce propos, nos informateurs rapportent des
cas d’activités de prostitution menées par des adolescentes et des femmes déplacées internes dans les
départements des Bamboutos, de la Menoua, du Moungo, du Nkam, du Noun et du Wouri. Dans certains
départements notamment les Bamboutos et le Noun, des cas de litiges opposant les fermiers et les PDI
pour non-paiement du salaire ont été rapportés. Il en va de même pour la présence d’enfants non
accompagnés dont aucun cas n’avait été signalé lors de l’évaluation menée en novembre 2018. Il faut
souligner ici que le rapport de cette évaluation relevait qu’un risque de séparation de familles planait sur
les PDI. Lors de nos entretiens, il nous a été rapporté que ce groupe de personnes est rencontré
notamment à Galim dans le Département des Bamboutos.

B- Communication, Connaissance et perception de la Croix-Rouge


Originaires des régions du Sud-ouest et du Nord-Ouest pour la plupart, les personnes déplacées internes
(PDI) installées dans les régions de l’Ouest et du Littoral sont d’expression anglaise. Dans ces deux régions
et aux abords, le pidgin est la langue véhiculaire utilisée afin de faciliter d’une part les interactions entre les
communautés de ces régions et d’autre part entre celles-ci et celles d’autres régions du Cameroun en
général.
S’il est vrai que le pidgin favorise la communication entre les communautés hôtes et déplacées dans les
régions de l’Ouest et du Littoral, la barrière de la langue reste une réelle préoccupation. Le fait pour la
majorité des populations déplacées internes de ne pas pouvoir s’exprimer en français renforce leur
vulnérabilité dans les différentes situations auxquelles elles doivent faire face dans ce nouvel
environnement. Car selon nos informateurs, ne pas s’exprimer en Français est parfois une source de
frustration ou de tensions entre les PDI et les communautés hôtes. Outre les deux éléments suscités, elle
limite aux PDI l’accès à l’information indispensable pour l’insertion de celles-ci dans ce nouvel
environnement. Interrogés sur les besoins en information durant l’évaluation de 2019, les données
collectées sur le terrain révèlent que l’intérêt des PDI est porté sur l’actualité autour des moyens
Page 21 sur 38
d’existence 23%, de l’assistance humanitaire 20% et de la crise 16%. En 2018 par contre, les besoins en
information étaient plutôt orientés vers la crise 39%, la situation sécuritaire 22% et l’assistance
humanitaire 20% comme illustré dans les graphiques ci-dessous :

Graphique 27 : Besoins en information (2018) Graphique 28 : Besoins en information (2019)

Les populations déplacées ont pour la plupart abandonné leurs villages, laissant derrière elles des champs,
du bétail, des petits commerces, et surtout leurs proches dont elles sont sans nouvelles. La recherche de
l’information sur le contexte sécuritaire en 2018 traduisait d’après les témoignages reçus, une volonté de
ces communautés de retourner chez elles si la situation venait à s’améliorer. La priorité en termes
d’information ayant migré vers les besoins en moyens d’existence en 2019 n’inhibe en rien cette volonté
manifestée par celles-ci au cours de la précédente évaluation mais est davantage l’expression d’une
volonté de répondre aux besoins les plus pressants manifestée par les PDI à travers des activités
génératrices de revenus. Il faut noter que la recherche de l’information sur les moyens d’existence est
quasi quotidienne et se fait par le canal de la radio 25% des répondants, des chefs religieux 19%, de la
télévision et des autorités locales respectivement 18% comme illustré dans le graphique ci-dessous :

Graphique 29 : Sources d’information de confiance (2019)

La radio propose des contenus en pidgin permettant ainsi de faciliter l’accès à l’information à une grande
majorité de PDI. Car l’usage du pidgin par ce média dans certains programmes radiodiffusés lui a permis de
gagner la confiance desdites communautés, dont la plupart des membres sont originaires des zones rurales
caractérisées par l’usage du pidgin par les populations majoritairement analphabètes.

La présence de nombreuses radios communautaires dans les régions d’accueil représente certes des
opportunités de communication, mais à spectre réduit du fait de la barrière de la langue. Car ces radios
proposent majoritairement des contenus dans les langues locales et pour certaines en français. Il faut
Page 22 sur 38
toutefois souligner que dans les départements du Noun, Bamboutos, Menoua, Moungo et Nkam
précisément dans les localités frontalières où les communautés déplacées partagent les mêmes valeurs
culturelles que leurs hôtes, la barrière de la langue est levée. En effet, des similitudes linguistiques existent
entre les différentes langues locales parlées de part et d’autre des frontières régionales. Celles-ci
favorisent la communication au sein de ces communautés y compris par le biais des radios
communautaires.
« Outre les radios, la présence d’autres organisations en
l’occurrence les associations communautaires et religieuses sont des
plateformes de communication, de solidarité et de soutien pour ces
personnes vulnérables. Elles permettent à travers leurs leaders de
toucher ces populations déplacées. La communication par les
médias sociaux est sollicitée au sein des publics jeunes. Même si les
personnes déplacées pour la plupart possèdent un téléphone mobile
et utilisent les réseaux de téléphonie mobile. Par contre une
minorité a recours aux autorités locales, forces de maintien de
l’ordre ainsi que leurs proches pour satisfaire leurs besoins en
information »7.

La perception de la Croix-Rouge par les communautés déplacées a également été une préoccupation
pour cette étude. A ce sujet, les données collectées auprès de nos informateurs ont révélé les expériences
individuelles de chacune des personnes interviewées avec le Mouvement Croix-Rouge et Croissant Rouge.
Contrairement à la première évaluation qui montrait que la grande majorité des personnes rencontrées
percevaient la Croix-Rouge comme une organisation humanitaire qui fait des couvertures médicales lors de
rencontres sportives et d’autres évènements. L’évaluation de 2019 quant à elle, a permis de constater que
les personnes interrogées avaient une meilleure connaissance du Mouvement Croix-Rouge et de ses
domaines d’intervention. Celles-ci se félicitaient d’ailleurs des actions que le Mouvement a eu à mener
entre les deux évaluations notamment dans le Wouri et le Noun. En dépit quelques réticences manifestées
par certains PDI qui se plaignaient d’avoir été abandonné depuis un an par la Croix rouge, le Mouvement
est bien accueilli et acceptée par les communautés des déplacées. C’est du moins l’avis de l’écrasante
majorité des personnes interrogées.
C- Programme de transfert de cash
Comme révélait déjà l’évaluation de novembre 2018, les familles déplacées internes privées de leurs
sources de revenus font face à de nombreuses difficultés financières. Bon nombre d’entre elles présentent
le manque d’argent comme principale cause de la baisse en qualité et quantité de leur alimentation,
comme facteur limitant leur accès aux soins de santé à cause du prix élevé et comme un frein à l’accès au
logement décent. « Si dans cette situation un programme de transfert monétaire ne peut être envisagé
qu’à court et moyen terme, il doit être couplé à un projet à moyen et long terme ciblant le développement
de moyens de subsistance »8. Quoique l’idée de développer un programme de cash Transfer s’est avérée
pertinente en 2018 et ayant débouché sur la mise en œuvre par la Croix-Rouge d’un projet utilisant cette
modalité dans le secteur abris dans le Noun, elle a cependant été une fois de plus exposée au crible du
doute lors de l’évaluation objet de ce rapport. A la question de savoir quelle forme d’assistance
humanitaire vous semblerait plus utile ? En 2019 49% des personnes interrogées se sont prononcées en
faveur d’une assistance sous forme de NFI et nourriture contre 46% en 2018. 33% de ces mêmes
personnes se sont prononcées en faveur du Cash transfer en 2019 contre 43% en 2018. Seulement 18% de

7
Mouvement Croix-Rouge Op.cit. p25
8
Mouvement Croix-Rouge, Op.cit. p 26
Page 23 sur 38
celles-ci ont pensé que les deux en même temps seraient utiles en 2019 contre 11% en 2018 comme le
montre les graphiques ci-dessous :
Graphique 30 : Préférences CTP ou Food/ NFI (2018) Graphique 31 : Préférences CTP ou Food/ NFI (2019)

En scrutant de près les graphiques ci-dessus, nous constatons qu’entre 2018 et 2019 il y a une
augmentation de la préférence des PDI à l’égard de la distribution des vivres et non vivres de 3%. Dans le
même sillage, la distribution de cash a décru de 10% et le choix des deux modalités a augmenté de 7%. Ces
différents écarts pourraient s’expliquer selon nos informateurs par le fait que lorsqu’on remettait de
l’argent, certains chefs de famille s’en accaparaient et le gaspillaient dans la consommation de boissons
alcoolisées ou autres choses. Cet argent servait donc à tout, sauf à nourrir les populations que l’on voudrait
aider. Comme préalablement mentionné, les prix sur les marchés9 ont nettement augmenté. Cette
augmentation des prix crée des problèmes d’approvisionnement en produits de première nécessité chez
tous les ménages fragiles, déplacés ou non.
Les informations collectées par nos enquêteurs dans l’ensemble de la zone étudiée font état de la présence
à distance raisonnable de fournisseurs de services financiers (banques, opérateurs téléphoniques, etc.). A
la question de savoir à qui remettre le cash dans un ménage ? Si en 2018 la moitié des personnes
interrogées ont répondu homme arguant que celui-ci est dans la plupart des cas le chef de la famille, en
2019 en revanche, 53% des informateurs ont répondu femme à cause de la mauvaise utilisation par ceux-ci
qui a été relevée plus haut tel qu’illustré dans les graphiques ci-dessous :
Graphique 32: Destinataire du cash transfer 2018 Graphique 33 : Destinataire du cash transfer 2019

Au cas où un support monétaire venait être apporté aux familles déplacées et hôtes, une grande
attention devra être portée sur l’évolution des prix des produits de première nécessité, du loyer, des
conditions imposées par les bailleurs, etc. car un support apporté via le cash-transfer pourrait être
pertinent pour l’ensemble des secteurs ciblés par l’évaluation. Toutefois, nous pensons qu’une analyse
détaillée du soutien des populations cibles identifiées dans les localités couvertes par l’étude à travers le
cash transfert nécessite le recours à l’analyse d’un expert.

9
Il s’agit des prix sur tous les marchés notamment les denrées alimentaires, les articles non alimentaires, logement, etc
Page 24 sur 38
VI- Recommandations
Grâce aux données collectées et analysées, l’évaluation actuelle a permis de se rendre une fois de plus
compte de la situation préoccupante des PDI installés dans les régions de l’Ouest et du Littoral. En dépit
des soutiens sporadiques apporté à celles-ci, par quelques organisations majoritairement à faible capacité,
la demande de services humanitaires est largement supérieure à l’offre. De ce fait, Il apparait urgent d’agit
afin d’apporter des réponses aux besoins des populations vulnérables identifiées plus haut. Pour ce faire,
les recommandations suivantes sont formulées :
A- Abris et articles non-alimentaires
• Apporter une assistance en NFI (matelas, moustiquaires, couvertures, kit hygiène) dans de brefs
délais en effectuant un ciblage par vulnérabilité ;
• Soutenir à court terme les ménages les plus vulnérables dans le paiement des loyers par le biais
d’une modalité de transferts monétaires en effectuant un suivi régulier des prix du marché pour
éviter une inflation trop importante et en veillant à la signature de contrat de bail en bonne et due
forme ;
• Appuyer en parallèle les démarches de solidarité des familles hôtes accueillant à titre gracieux de
nombreux déplacés en leur apportant un appui en cash ;
• Réaliser une étude plus approfondie sur les modalités d’un programme cash notamment pour le
logement ;
• Faire un plaidoyer auprès des bailleurs en faveur du maintien du coût des loyers ;
B- Eau, Assainissement et Promotion de l’hygiène
• Faire un plaidoyer auprès des autorités administratives et des sociétés chargées de
l’approvisionnement en eau afin que le problème de coupures soit résolu ;
• Améliorer les puits d’eau non couverts ;
• Améliorer les sources d’eau de surface ;
• Créer davantage de sources d’eau potable et forages avec pompes à motricité humaine pour les
populations hôtes et les PDI, ce qui leur évitera de parcourir de longues distances pour trouver de
l’eau ;
• Organiser des formations en Eau, Hygiène et Assainissement en faveur des volontaires de la CRC et
des membres des communautés ;
• Créer davantage de latrines pour les populations hôtes et les PDI, en tenant compte des spécificités
liées au genre et à la diversité
• Effectuer des évaluations approfondies des besoins en WASH dans les zones couvertes par l’étude ;
• Distribuer les kits WASH.
C- Sécurité alimentaire/économique/Moyens de subsistance
• Organiser des distributions de vivres (riz, poisson, huile, sucre, café/Thé, etc.), distribution de petits
matériels de cuisine (marmite, poêles, gobelets, assiettes, etc.), et assistance financière (Cash
transfert) pour subvenir aux petits besoins vitaux des PDI ;
• Réaliser des enquêtes ménage auprès des PDI qui déboucheront sur l’identification des AGR
circonstancielles ;
• Réaliser une étude plus approfondie sur les modalités d’un programme cash notamment pour
accroitre le pouvoir d’achat des PDI et ainsi renforcer le tissu économique local ;

Page 25 sur 38
• Procéder au recrutement d’un expert Cash pour une analyse détaillée des solutions afin d’établir un
plan à court et moyen terme pertinent et cohérent avec une démarche visant le développement
des moyens de subsistance ;
• Fournir une aide alimentaire aux PDI les plus vulnérables pendant 2 à 3 mois afin d’atténuer la
détérioration de leurs conditions en matière de sécurité alimentaire ;
• Organiser des formations sur l’éducation nutritionnelle et les éléments nutritionnels devant être
inclue dans le portefeuille alimentaire des élèves PDI ;
• Assister les ménages vulnérables ayant l’opportunité d’avoir un espace cultivable à travers la
distribution des intrants agricoles ou d’élevages (engrais, semences, petits ruminants, etc)
• Effectuer des streaming sur la malnutrition dans les localités couvertes par l’étude.
D- Santé
• Appui à l’approvisionnement en médicaments et intrants médicaux nutritionnels des formations
sanitaires dans les aires de santé accueillant les PDI ;
• Appui à l’accès aux soins de santé aux populations plus vulnérables telles que les personnes âgées,
les enfants de moins de 5 ans, les femmes enceintes ;
• Déployer des cliniques mobiles pour permettre aux populations déplacées d’avoir accès aux soins
de santé ;
• Activités de prévention du paludisme : Distribution des moustiquaires, TPI (traitement préventif
intermittent du paludisme), CPS (chimio prévention du paludisme saisonnier) ;
• Mise en place des activités de santé communautaire : sensibilisation sur des thématiques bien
définies telles que l’importance de fréquenter les formations sanitaires, et la promotion de
l’hygiène ;
• Prévoir des évaluations et enquêtes sur des thématiques telles que l’analyse de la couverture et de
la prévalence nutritionnelle, évaluations des piliers de L’OMS dans les formations sanitaires des
aires de santé qui accueillent les PDI.
• Mener des évaluations afin d’identifier les besoins exacts des PDI en matière de santé ;
• Mettre en place une unité d’assistance psychosociale en vue d’apporter une aide aux PDI,
particulièrement les enfants traumatisés ;
• Améliorer la disponibilité des médicaments essentiels de base et des intrants nutritionnels ;
• Mettre en place ou renforcer la coordination entre le secteur WASH et celui de la santé afin de
fournir un meilleur accès aux services d’eau hygiène et assainissement ;
• Renforcer la surveillance au niveau communautaire ;
• Recruter du personnel aux sein des districts de santé accueillant un grand nombre de PDI.
E- Education
• Accompagner les PDI par des transferts monétaires pour financer la scolarité ;
• Fournir du mobilier scolaire et du matériel d'apprentissage et d'enseignement ;
• Distribuer des repas en milieu scolaire ;
• Faire un plaidoyer auprès des autorités en faveur du recrutement des enseignants de section
anglophone ou bilingues ;
• Développer des activités récréatives et de protection des garçons et des filles dans des lieux
sécurisés ;

Page 26 sur 38
• Faire un plaidoyer auprès des autorités en faveur du re-établissement ou de l’établissement des
actes de naissances, des cartes d’identité des élèves, etc. aux PDI ;
• Vérifier l’effectivité des admissions gratuites des enfants PDI dans les établissements publics ;
• Mener une évaluation rapide des besoins en matière d’éducation afin d’identifier les besoins réels
et les mécanismes de résilience développés par les PDI ;
• Distribuer du matériel scolaire aux écoliers issues des communautés PDI et des populations hôtes ;
• Former des enseignants des établissements primaires et secondaires en assistance Psychosocial
pour un meilleur encadrement des élèves ;
• Explorer des programmes accélérés et des écoles maternelles communautaires pour des enfants
n’allant pas à l’école.
• Plaidoyer auprès des autorités en vue du recrutement/déploiement temporaire des enseignants
anglophones ou de la section bilingue dans les régions du Littoral et de l’Ouest ;
• Renforcer la construction d’infrastructures éducatives, particulièrement en faveur du sous-système
anglophone.
F- Protection
• Appuyer l’établissement des CNI aux PDI ;
• Sensibiliser les populations hôtes et les PDI sur les bienfaits du vivre ensemble et sur le droit à
l’intégrité physique de chaque individu ;
• Diffuser le Droit International Humanitaire les forces de maintien de l’ordre ;
• Apporter un appui psychosocial aux populations PDI les plus vulnérables ;
• Faire un plaidoyer auprès des autorités administratives et traditionnelles afin que des mesures
soient prises dans le but de renforcer la sécurité des PDI.
• Mener des évaluations afin d’identifier les besoins exacts des PDI matière de protection
notamment ceux des femmes et des enfants ;
• Soutenir le re-établissement des document officiels perdus par le biais des audiences (audiences
foraines) organisées au sein des tribunaux mobiles et appliquer les dispositions de l’Ordonnance
N°81/002 du 26 juin 1981 organisant l’état civil au Cameroun ;
• Sensibiliser les communautés sur les premiers signes de détresse psychosociale chez les enfants et
former certains membres desdites communautés aux premiers secours psychologiques afin que
ceux-ci puissent le cas échéant apporter une réponse ;
• Sensibiliser et informer les communautés sur le danger que représente les MST /VIH ;
• Sensibiliser les élèves/étudiants sur les effets néfastes de la stigmatisation de leurs camarades
originaires des régions du NOSO.
• Apporter un soutien psychosocial par le biais d’un système de référencement aux enfants identifiés
dans les écoles mais aussi en dehors ;
• Sensibiliser les adultes afin de protéger les enfants de l’exploitation sexuelle et des risques
sanitaires auxquels les filles peuvent être exposées du fait de grossesses précoces ;
• Entreprendre des recherches en vue de retrouver les familles des enfants non accompagnés et
procéder au rétablissement des liens familiaux.

Page 27 sur 38
Bibliographie
Rapports
Mouvement Croix-Rouge, « Rapport d’évaluation multi sectorielle des besoins des populations déplacées
et populations hôtes dans les régions de l’Ouest et du Littoral affectées par la crise en cours dans les
régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest Cameroun », novembre 2018
Nations Unies, Cameroun : « Aperçu des besoins humanitaires 2019 », janvier 2019
OCHA, Bulletin Humanitaire n°10, Cameroun, avril-mai 2019
OCHA, Bulletin Humanitaire n°11, Cameroun, juin-août 2019
MINATD, Plan Gouvernemental d’Assistance Humanitaire d’Urgence dans les Régions du Nord-Ouest et du
Sud-Ouest 2018-2019, juin 2018

Webographie
http://cm.one.un.org/content/unct/cameroon/fr/home/presscenter/communiques-de-presse/la-
communaute-humanitaire-deplore-l-impact-de-la-crise-socio-pol.html
https://data.humdata.org/dataset/cameroon-nw-sw-crisis-idp-population-estimates

Annexes
Liste des graphiques :
Graphique 1 et Graphique 2 : Impact de la crise sur les revenus 2018 et 2019 ................................ 11

Graphique 3 et Graphique 4 : Dépenses prioritaires 2018 et 2019 ........................................................... 12

Graphique 5 et Graphique 6 : Réception de l’aide 2018 et 2019 ................................................................................... 13

Graphique 7 et Graphique 8 : Besoins prioritaires 2018 et 2019 ................................................................................... 13

Graphique 9 et Graphique 10 : Sources de préoccupations 2018 et 2019..................................................................... 14

Graphique 11 : Mode d’accès à la santé 2019 ................................................................................................................ 14

Graphique 12 : Sources d’eau potable (2019) ................................................................................................................ 15

Graphique 13 et Graphique 14 : Préoccupation d’accès à l’eau potable 2018 et 2019


........................................................................................................................................................................................ 16

Graphique 15 : Préoccupations concernant l’assainissement (2019)............................................................................. 16

Graphique 16 et Graphique 17 : Groupes les plus vulnérables en termes de logement 2018 et 2019 ......................... 18

Graphique 18 et Graphique 19 : besoins en NFI les plus urgents (2018 et 2019) ......................................................... 18

Graphique 20 et Graphique 21 : Fréquentation scolaire (2018 et 2019) ....................................................................... 19

Graphique 22 et Graphique 23 : Leviers pour accéder à l’école (2018 et 2019) ............................................................ 20

Graphique 24 et Graphique 25 : Fréquence d’incidents (2018 et 2019) ....................................................................... 20

Graphique 26 : Causes de restriction de déplacement (2019) ....................................................................................... 21

Graphique 27 et Graphique 28 : Besoins en information (2018 et 2019) ...................................................................... 22

Graphique 29 : Sources d’information de confiance (2019) ........................................................................................... 22

Graphique 30 et Graphique 31 : Préférences CTP ou Food/ NFI (2018 et 2019)............................................................ 24

Graphique 32 et Graphique 33 : Destinataire du cash transfer 2018 et 2019 ............................................................... 24


Page 28 sur 38
Liste des tableaux :
Tableau 1 : Équipe de collecte de données ...................................................................................................................... 8

Tableau 2 : Nombre de PDI d’après les sources de la Croix-Rouge en novembre 2018 ................................................... 9

Tableau 3 : Nombre de PDI d’après les sources de la Croix-Rouge en octobre 2019 ....................................................... 9

Equipe de collecte de données

N° Noms de prénoms Qualité (IDPs, Leader


communautaire ou Volontaires CR)

1 KOUOTOU OUMAROU Leader communautaire - Noun

2 AMSHATU NSOBANE IDP Noun

3 MINCHE Rabiatou Volontaire – Comité Noun

4 BETANGAMBU Felix Volunteer Menoua

5 KEDJU PRISCILLA MABU IDPS Dschang – Menoua

6 TCHOUAKAM Frumence Président Comité ARR. Menoua

7 NGONDA épse MBETKE Huguette Présidente Comité du Nkam

8 CHAPPI Raphaël NJUMASHUA IDP – Haut-Nkam

9 Mme TAYANOU née DJEUYAP Agnès Présidente Comité du Haut-Nkam

10 NGODZO NDZANA Eric M. Leader communautaire - Wouri

11 MONOBOGNA Marguerite Flaure épse EKOUME Volontaire - Wouri

12 Celine MANYI TABE DIFFANG IDP - Wouri

13 MATCHINDA ILANDE SOLANGE IDP Bamboutos

14 KEANFE ROMAIN Leader - Bamboutos

15 KEMGANG Apollinaire IDP et Volontaire - Bamboutos

16 MOUSSA ISSA MALAM SALO DM- Moungo

17 ELAH TITUS MESUMBE IDP - Moungo

18 AFANINI WILFRIED IDP - Moungo

19 Mme SAKOCK Anne Présidente - Mifi

20 MODI SALLY Augustina IDP Mifi

Page 29 sur 38
21 KANGANG Linus Samba IDP Mifi

22 NEMBOT Guy Merlin SD – Comité de la Mifi

23 NGUEGUO Laurent Leader communautaire Mifi

24 EWANE Fabrice Adrien Point focal CEA

25 DJEUTCHOU NANA Edmond G. Assistant CR Jeunesse- CRC

26 EFA EFA Parfait Chef Service Développement des


Branches - CRC

ht27 BODIONG Renauld Directeur de la Coopération- CRC

28 KOUANDJE Achille Valère Coordonnateur National des


Programmes et des Projets – CRC
Team Leader région de l’Ouest

31 Francis Innocent SALAKO Coordinateur PMER - FICR


Team leader région du Littoral
32 Josuane TENE Coordinatrice Reg. DCPRR - FICR

33 Jeff WOODS Ops Manager - FICR

Sources des données primaires

STRUCTURE FONCTION
Croix-Rouge Camerounaise Présidents des comités Responsables de branche de la
départementaux (Bamboutos, CRC au niveau départemental
Menoua, Mifi, Moungo, Noun,
Wouri)
Présidents des comités Responsables de branche de la
d’arrondissement CRC au niveau local
MINADER Délégué Régionaux (Littoral, Chefs services techniques
Ouest) déconcentrés de l’Etat
Délégué Départementaux Chefs services techniques
(Bamboutos, Menoua, Mifi, déconcentrés de l’Etat
Moungo, Noun, Wouri)
MINEPIA Délégué Régionaux (Littoral, Chefs services techniques
Ouest) déconcentrés de l’Etat
Délégué Départementaux Chefs services techniques
(Bamboutos, Menoua, Mifi, déconcentrés de l’Etat
Moungo, Noun, Wouri)
MINEPAT Délégué Régionaux (Littoral, Chefs services techniques
Ouest) déconcentrés de l’Etat
Délégué Départementaux Chefs services techniques
(Bamboutos, Menoua, Mifi, déconcentrés de l’Etat
Moungo, Noun, Wouri)

Page 30 sur 38
MINSANTE Délégué Régionaux (Littoral, Chefs services techniques
Ouest) déconcentrés de l’Etat
Délégué Départementaux Chefs services techniques
(Bamboutos, Menoua, Mifi, déconcentrés de l’Etat
Moungo, Noun, Wouri)
Equipes-cadres de district Responsables de districts
sanitaire (ECD) sanitaires
Hôpitaux régionaux Responsables de districts
sanitaires
Hôpitaux de districts Responsables de districts
sanitaires
MINPROFF Délégué Régionaux (Littoral, Chefs services techniques
Ouest) déconcentrés de l’Etat
Délégué Départementaux Chefs services techniques
(Bamboutos, Menoua, Mifi, déconcentrés de l’Etat
Moungo, Noun, Wouri)
MINAS Délégué Régionaux (Littoral, Chefs services techniques
Ouest) déconcentrés de l’Etat
Délégué Départementaux Chefs services techniques
(Bamboutos, Menoua, Mifi, déconcentrés de l’Etat
Moungo, Noun, Wouri)
MINAT Gouverneurs (Régions du Littoral Autorités administratives
et de l’Ouest)
Préfets (Départements des Autorités administratives
Bamboutos, Menoua, Mifi,
Moungo, Noun, Wouri)
Sous-préfets Autorités Administratives
Maires Autorités locales
Imams, Pasteurs, Prêtres Autorités religieuses
Chefs de villages, chefs de Autorités traditionnelles
quartiers
Responsables d’associations Leaders d’opinion
locales
Leaders communautaires
Représentants des déplacés
Responsables COGE ou COSA Responsables de structure de
dialogue
Victimes de VBG, HIV, Handicapés Personnes à besoin spécifique

Questionnaire Evaluation Multisectorielle des besoins des populations déplacées et


populations hôtes dans les régions de l’Ouest et du Littoral affectées par la crise en
cours dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest

Page 31 sur 38
Nom du Team Leader M☐ F☐
Organisation Fonction
Numéro de Téléphone Email

Enquêteur 1 Organisation M☐ F☐
Enquêteur 2 Organisation M☐ F☐

Modalité de l’entretien □ Informateur Clé □ Focus Group □ Autre (Précisez : ________________)


Genre □ Masculin □ Féminin □ Groupe mixte
Statut des participants □ Réfugiés □ PDI □ Retournées □ Communauté hôte
□ Autres (Précisez) :
Catégorie des Participants □ Autorité administrative □ Autorités traditionnels/ communautaires □ Civiles
(plusieurs choix sont possibles) □ Enfants / Jeunes □ Commerçants □ Professionnels (précisez) :
□ Autres (Précisez : ________________)

Clarification :
• Si l’informateur clé ne répond pas ou ne connait pas la réponse à la question, l’indiquer en rayant la réponse, de manière à
ce qu’il n’y ait pas de confusion et de confirmer que la question a été posée.
• Pour les réponses à choix multiples, posez d’abord la question seulement, laisser votre interlocuteur répondre librement et
cochez les cases adéquates. Si la réponse ne permet pas de cocher les cases, énoncez les options.

Date de collecte : ___ / ___ / _____ Heure : ___________

0. TYPE DE CRISE
□ Mouvement de population forcé/ Conflit
□ Catastrophe naturelle

1. LOCALISATION ET ACCESSIBILITE
1.1. Région Ouest Littoral
1.2. Département

1.3. Arrondissement

1.4. Village/Site
1.5. Quartier
1.6. Latitude*
1.7. Longitude*
1.8. Milieu □ Urbain □ Rural
1.9. Type de lieu

Page 32 sur 38
□ Soutien psychosocial
2. DEMOGRAPHIE □ Alimentation
2.1 Estimation de la population affectée par la crise : □ Eau, Hygiène et assainissement
entre _________ et __________ personnes □ Abris
entre _________ et __________ ménages □ Articles non alimentaires Essentiels (NFI)
□ Protection / sécurité /dignité
2.2 Estimation nombre personnes affectées par statut □ Sources de revenus/subsistance
____ réfugiés □ Éducation, formation initiale et
____ déplacés internes continue/alphabétisation
____ retournés □ Accès à l’information
____ Population hôte □ Rétablissement des liens familiaux (RLF)
□ Autre, précisez : _______
3.2 Quels sont les 3 besoins prioritaires respectivement
2.3 Répartition par tranche d’âge et sexe (nombre) pour les femmes ?
# hommes adultes (15 – 60 ans) : _______ □ Santé
# vieillards (hommes/femmes) (> 60 ans) : _______ □ Soutien psychosocial
# femmes de 15 – 49 ans : _________ □ Alimentation
# enfants/adolescents (6 – 15 ans) : _______ □ Eau, Hygiène et assainissement
# enfants de moins de 5 ans : ________ □ Abris
# enfants de moins de 6 mois : ______ □ Articles non alimentaires Essentiels (NFI)
# femmes enceintes/allaitantes : _______ □ Protection / sécurité /dignité
□ Sources de revenus/subsistance
2.4 D’où viennent les populations déplacées ? □ Éducation, formation initiale et
___________________ continue/alphabétisation
□ Accès à l’information
2.5 Ou résident ces personnes déplacées ? □ Rétablissement des liens familiaux (RLF)
□ Bâtiment Public □ Espace public □ Autre, précisez : _______
□ Famille d’accueil □ Aux champs (agri forestière) 3.3 Quels sont les 3 besoins prioritaires respectivement
□ Sites de déplacés/réfugiés □ Autre : ______________ pour enfants ?
□ Santé
2.6 Quelle est la relation entre la communauté hôte et les □ Soutien psychosocial
nouveaux arrivés ? □ Alimentation
□ Pas de nouveaux arrivés □ Eau, Hygiène et assainissement
□ La communauté est prête à les accueillir aussi longtemps □ Abris
que nécessaire □ Articles non alimentaires Essentiels (NFI)
□ La communauté est prête à les accueillir pour une □ Protection / sécurité /dignité
période limitée □ Sources de revenus/subsistance
□ Des tensions existent déjà □ Éducation, formation initiale et
□ Autre : ________________________ continue/alphabétisation
2.7 Quels sont les 3 groupes les plus vulnérables : □ Accès à l’information
□ Déplacés vivant dans les familles hôtes (sans payer de □ Rétablissement des liens familiaux (RLF)
loyer) □ Autre, précisez : _______
□ Déplacés vivant dans des logements à louer 3.4 Quels sont les 3 besoins prioritaires respectivement
e
□ Déplacés vivant dans des logements non-finis, pour les personnes du 3 âge ?
endommagés □ Santé
□ Déplacés vivant dans les abris collectifs □ Soutien psychosocial
□ Déplacés vivant dans des camps/site improvisés □ Alimentation
□ Population hôte qui héberge les déplacés □ Eau, Hygiène et assainissement
□ Population hôte qui n'a pas été déplacée □ Abris
□ Retournés □ Articles non alimentaires Essentiels (NFI)
□ Aucun groupe n'est vulnérable □ Protection / sécurité /dignité
□ Autre, précisez : _______ □ Sources de revenus/subsistance
3. GENERAL □ Éducation, formation initiale et
3.1 Quels sont les 3 besoins prioritaires respectivement continue/alphabétisation
pour les hommes ? □ Accès à l’information
□ Santé □ Rétablissement des liens familiaux (RLF)
□ Autre, précisez : _______

Page 33 sur 38
3.5 Avez-vous déjà reçu une assistance ?
□ Oui □ Non Personnes du 3e âge □Réduction significative
□Réduction mineure
3.6 Si Oui, □Pas de changement
Qui vous a fourni cette assistance ?
□ Communauté hôte Femme □ Réduction significative
□ Autorités locales enceintes/allaitantes □Réduction mineure
□ Militaires □Pas de changement
□ Organisations humanitaires
(Précisez lesquelles) Enfants □Réduction significative
_______________________________________________
□Réduction mineure
□ Autres (Précisez)
□Pas de changement
3.7 Si oui, quel type d’assistance avez-vous déjà reçu ? 4.4 Les stocks pourront couvrir la consommation
alimentaire jusqu’à quand ? |__|__| Semaines
□Nourriture □Accès aux soins de santé
□Eau □Articles ménagers essentiels
4.5 Principal aliment consommé
□Latrines □Argent / Bon d’achat
□riz □maïs □Mil □Sorgho □pommes de terres
□Ecole □Abris
□macabo □manioc □ Igname □banane □taro
□Viande □Poisson
3.8 Si oui,
Etes-vous satisfaits de l’assistance reçu ? □Légumes □Fruits
□ Oui (Précisez pourquoi) □Autres (préciser) ___________________________
______________________________________________
□ Non (Précisez pourquoi) 4.6 Comment faites-vous face au manque de nourriture ?
______________________________________________ □ Réduction de repas (Adultes)
□ Réduction de repas (Enfants)
□ Achat d’une qualité de nourriture inférieure,
□ Emprunter les aliments ou compter sur les amis
4. SECURITE ALIMENTAIRE/SECURITE
□ Autres : Précisez_________________
ECONOMIQUE
4.1 Quelles sont les principales préoccupations liées à la
4.7 Quelles sont traditionnellement les principales
nourriture ?
sources de revenus des personnes dans votre
□ Pas assez de nourriture
communauté ?
□ Mauvaise qualité de la nourriture
□ Pas d'installations de cuisine
Homme Femme
□ Pas d'ustensiles, pas de combustible pour cuisiner
□ Agriculture □ Agriculture
□ Pertes d’intrants
□ Pas d’accès aux marchés locaux □Elevage □ Elevage
□ Pas de moyen d’acheter la nourriture □ Petit commerce □ Petit commerce
□ Augmentation de prix de nourriture □ Pêche □ Pêche
□ Pas d’accès à la terre, perte de terres agricoles, □ Artisanat □ Artisanat
perte de bétail, □ Famille/diaspora □ Famille/diaspora
□ Autres, précisez : ________________ □ Autres : Précisez □ Autres : Précisez
___________________ ____________________
4.8 Sur quoi dépensez-vous le plus ?
□ Alimentation □ Loyer □ Santé □ Education
4.2 Quelles sont les principales sources d'aliments dans □ Autres (Précisez) _________________________
votre communauté 4.9 La source de revenu a-t-elle été affectée par la crise ?
□ Marché local □ Oui, significativement affecté
□ Production de subsistance, □ Oui, faiblement affecté
□ Assistance humanitaire □ Non
□ Autres, précisez : _______________
4.3 Y a-t-il des changements importants dans la quantité 5. SANTE
de nourriture consommée au sein de votre communauté 5.1 Comment accédez-vous aux soins ?
Adultes □Réduction significative Guérisseur traditionnel
□Réduction mineure Formation sanitaire
□Pas de changement Automédication

Page 34 sur 38
Pas d’accès aux soins dans votre communauté ou dans les structures
Autres : précisez________________ sanitaires ?
5.2 Quelles sont les difficultés majeures rencontrées par □ Chaque semaine
les FOSA ? □ Chaque mois
□ Manque de personnel qualifié □ Occasionnellement
□ Insuffisance de formation □ Pas du tout
□ Problèmes d’eau et d’électricité
□ Indisponibilité de certains services (maternité, salle 5.9 Quel est le degré de fonctionnalité des structures de
d’accouchement, pharmacie, etc. dialogue (Comité Santé – COSA ; Comité de gestion –
□ Plateau technique insuffisant COGE)
□Autres (précisez) ___________________________ □Inexistant
□Fonctionne régulièrement
5.3 Avez-vous des préoccupations liées à l’accès aux soins □Fonctionne de manière occasionnelle
de santé ? 5.10 Comment se fait la prise en charge de la
□ Oui □ Non (Si non, passez à la section suivante) malnutrition chez les enfants de moins de 5 ans et les
femmes enceintes/allaitantes ?
5.4 Si oui, quelles sont les principales préoccupations □Dans les FOSA
liées à l’accès aux soins de santé ? □CNTI (Centre de nutrition thérapeutique Interne)
□ Pas de moyen de transport □CNAS (Centre de nutrition ambulatoire pour le
□ Longue distance traitement des enfants souffrant de malnutrition aigüe
□ Manque de sécurité sévère)
□ Pas de service de santé disponible □CNAM (Centre de nutrition ambulatoire pour le
□ Pas de médicaments disponibles traitement des enfants souffrant de malnutrition aigüe
□ Ruptures fréquentes de médicaments modérée)
□ Pas de personnel de santé □Pas de structure de prise en charge
□ Trop cher □Autres (Précisez) _______________________________
□ Pas d’informations sur les services disponibles
□ Mauvais accueil 5.11 Quels sont les structures/acteurs intervenant dans le
□ Croyances soutien psychosocial ?
□ Enclavement □Inexistant
□ Autres : Précisez________________ □Travailleurs sociaux
□Agents de santé
5.5 Quelles sont les principales maladies/ pathologies
□Psychologues
qu’on rencontre le plus dans votre communauté ?
□Autres (Précisez) ___________________________
□ Paludisme
□ Cholera
□ Diarrhée aigue
5.12 Quels sont les cas susceptibles d’être pris en charge
□ Malnutrition
en matière d’accompagnement psychosocial ?
□ Infections respiratoires
□ Autres (Précisez) _____________________________ □VBG (violences basées sur le genre)
□VIH
5.6 Où accouchent la plupart des femmes enceintes dans □Cas psychiatriques
votre communauté ? □Autres (Précisez)
□ Accoucheuse traditionnelle, _____________________________________
□ Structure de santé,
□ Autres : précisez____________ 6. WASH
6.1 Qui est responsable dans votre
5.7 Quel est le niveau d’implication des relais communauté pour chercher l’eau du ménage ?
communautaires ou volontaires de la Croix-Rouge dans la □ Femmes □ Hommes □ Enfants □ Tous
mobilisation communautaire ?
□Très actifs 6.2 Quelles sont les 3 principales
□Peu actifs préoccupations liées à l’eau ?
□Inactifs □ Distance aux points d’eau
□ Insécurité
5.8 Quelle est la fréquence d’organisation des séances □ Manque d’argent pour accéder aux sources
d’information et de sensibilisation en matière de santé d’eau

Page 35 sur 38
□ Qualité inférieure de l’eau fournie hôte
□ Manque de disponibilité de l’eau □aller ailleurs
□ Forte congestion des points d’eau □retourner dans leur communauté d’origine
□ Stockage et conservation □Autres (Précisez)
□ Autres : Précisez ____________ _______________________________

6.3 Quelles sont les 3 principales 7.4 En dehors de dormir, à quoi servent en
préoccupations liées à l’assainissement ? général les habitations ?
□ Manque de latrines □Stockage d’aliments
□ Manque de latrines séparées (femmes/ □Magasins (outils, bois de chauffage, etc.)
hommes) □Espace cuisine
□ Manque de douches
□Autres (Précisez)
□ Manque de douches séparées femmes/
________________________________
hommes,
□ Manque de gestion des ordures
7.5 Quelles sont les besoins les plus urgents en
□ Autres : Précisez _____________
NFI ?
□ Savon □ Récipient de stockage
6.4 Quelles sont vos principales sources pour
□ Vêtements d’eau
l’eau potable ?
□ Ustensiles de cuisine
□ Forage équipé de Pompe Motricité
□ Moustiquaires
Humaine (PMH)
□ Kit hygiénique pour
□ Puits équipé de Pompe à Motricité
femmes en âge de
Humaine (PMH)
procréer
□ Puits à ciel ouvert/ non aménagé
□ Nattes □ Matelas
□ Eau de surface (rivière, ruisseau)
□ Couvertures □ Autres : Précisez
□ Vendeur d’eau
_______
□ Eau amenée par Camion-Citerne
□ Eau du robinet
8. EDUCATION
□ Autre : précisez___________
8.1 Quelle est la proportion des enfants qui vont à
l’école ; garçons et filles parmi les PDI ?
Garçons Filles
7. ABRIS/NFI □ Majorité □ Majorité
7.1 Quelles sont les principales préoccupations □ Moitié □ Moitié
concernant les abris/logement ? □ Peu □ Peu
□Pas d’abris
8.2 Les écoles sont-elles fonctionnelles ?
□Pas d’argent pour le loyer
□ Oui □ Non □ Partiellement
□Les abris sont surpeuplés
□Autres : précisez___________
Si non, pourquoi ne sont-elles pas fonctionnelles ?
7.2 Quels sont les groupes les plus vulnérables en □ Endommagé □ Partiellement endommagé
termes d’hébergement ? (Par type □ Occupé □ Pas d’enseignants □ Pas
d’hébergement. 1= Le plus vulnérables, 2 = d’écoles
deuxième, 3 = troisième) □ Autres : Précisez __________________
___Déplacés vivant dans les familles hôtes (sans 8.3 Quel est le besoin majeur pour que les
loyer) enfants PDI puissent accéder à l’école ?
___Déplacés vivant dans des logements à louer □ Disponibilité d’un lieu dédié et sûr □ Sécurité
___Déplacés vivant dans des logements non-finis, □ Matériel scolaire □ Nourriture à l’école
endommagés □ Argent
___Population locale qui héberge les déplacés □ Disponibilité d’enseignants
___Autre, précisez : _______ □ Autres : Précisez __________________

7.3 Quelles sont les perspectives des personnes


actuellement déplacées dans votre 9. PROTECTION
communauté ? 9.1 Quelle est la fréquence des cas d’incidents
□S’installer définitivement dans la communauté sécuritaires

Page 36 sur 38
□ Très fréquent □ Fréquent □ Pas d’incident □ Forces de défense et de sécurité
□ Ne sais pas □ Organisation communautaire/locale
□ Aucun
□ Autres : précisez ______________
9.2 Quelles sont les principaux problèmes
auxquels les membres de votre communauté font 9.8 A qui réfère- t-on les cas de violences faites
face en matière de sécurité et protection ? aux femmes et filles ?
□ Forces de défense et de sécurité □ leaders
□ Attaques physiques communautaires
□ Attaques sexuelles/esclavage sexuel □ Justice □ ONG □ hôpital □ Aucun
□ Recrutement forcé □ Autres : précisez ___________
□ Arrestation/ détention
□ Enlèvements Pourquoi ?
□ Violence armée _________________________________
□ Violence psychologiques
□ Mariage précoce/forcé
□ Viol 10. DISTRIBUTION DE CASH
□ Crimes 10.1 Ou sont situés les marchés que votre
□ Documentation (l’enregistrement des communauté fréquente ?
naissances, l’état civil, les cartes nationales □Dans le village/quartier
d’identité, etc.) □Dans le village/quartier voisin
□ Tensions entre population hôte et déplacée □Dans le village/quartier éloigné
□ Autres : Précisez__________________ □Pas du tout
9.3 Les déplacements des membres de votre
communauté sont-ils restreints pour l'une des 10.2 Quels sont les produits dont vous avez
raisons suivantes ? besoin et que vous ne trouvez pas sur les marchés
□ Opérations militaires que vous fréquentez ?
□ Insécurité □ Manque de carte d’identité
□ Autres : Précisez_______________ □ Savon □ Récipient de stockage
□ Vêtements d’eau
9.4 Y-a-t-il dans ce village/ville des enfants qui ont □ Ustensiles de cuisine
été séparés de la personne habituellement □ Moustiquaires
responsable d’eux depuis le début de la crise ? □ Kit hygiénique pour
□ Oui □ Non □ Ne sais pas femmes en âge de
procréer
Si oui, combien environ ? _______________ □ Nattes □ Matelas
□ Couvertures □ Autres : Précisez
9.5 Selon vous, quelles sont les principales causes □ Vivres (Précisez) _______
de cette séparation depuis le début de la crise ? □ Vivres (Précisez)
□ Vivres (Précisez)
□ Disparition des personnes responsables de
□ Vivres (Précisez)
leur bien-être immédiatement APRES le
déplacement
10.3 Quelle forme d’assistance humanitaire vous
semblerait plus utile ?
□ Perte de l’enfant ou de la personne □ Distribution de vivres et non vivres
responsable de son bien-être DURANT le □ Distribution de cash
déplacement/ la relocalisation.
Pourquoi ?
□ Les personnes responsables du bien-être ______________________________________
des enfants les envoient délibérément
dans la famille élargie/chez des amis. 10.4 Dans un ménage, à qui doit-on remettre
9.6 Est-ce que la majorité de ces enfants sont des l’argent si on fait la distribution de cash ?
filles ou des garçons ? □ Homme
□ Filles □ Garçons □ Moitié □ Ne sais pas □ Femme

9.7 Qui assure la protection de la communauté ? Pourquoi ?


_____________________________________

Page 37 sur 38
□ MTN □ Orange □ Nextel □ CAMTEL □
10.6 Quels sont les services de transfert d’argent Autres : Précisez_____________
qui existent dans votre localité ? (Questions pour 11.6 Existe-t-il des radios communautaires
les autorités uniquement) captées dans votre localité ?
□ Orange Money
□ MTN Mobile money Si oui, lesquelles ?
□ Express Union ________________________________
□ Express Exchange
□ Western Union
□ Money Gram
□ Autres (Précisez)
10.7 Lequel de ces services préférez-vous ?
(Questions pour les autorités uniquement) 12. CONNAISSANCE ET PERCEPTION DE LA
□ Orange Money CROIX-ROUGE
□ MTN Mobile money 12.1 Que savez-vous de la Croix-Rouge ?
□ Express Union □ Je ne sais pas
□ Express Exchange □ ONG
□ Western Union □ Santé
□ Money Gram □ Association humanitaire
□ Autres (Précisez) □ Lié au Gouvernement
□ Bienfaiteur
Pourquoi ? □ Autres (Précisez)
___________________________________
12.2 A quoi sert l’emblème de la Croix-Rouge ?
□ Protéger
11. COMMUNICATION □ Identifier
11.1 Quelle est la source d’informations en □ Faire joli
laquelle vous avez le plus confiance ? □ Je ne sais pas
□ Télévision □ Chefs communautaires □ Autres (Précisez)
□ Internet □ Autorités locales _________________________
□ Radio □ Chefs religieux
□ Militaires □ Autres : 12.3 Que représentent les termes Neutralité,
Précisez____________ Impartialité et Indépendance pour vous ?
11.2 De quelles informations avez-vous le plus
besoin ?
□ Informations sur l’assistance humanitaire
□ Informations sur la situation sécuritaire
□ Informations sur le prix du marché
(d’aliments)
□ Informations sur la crise
□ Informations sur la santé
□ Autres (Précisez)
_________________________

11.3 Si vous choisissez « informations sur


l’assistance humanitaire », est- ce que vous êtes
satisfait des informations reçues relatives aux
projets humanitaires – surtout sur l’assistance à
laquelle vous avez droit, le mode opératoire du
transfert de l’assistance ?
□ Oui □ Non

11.4 Votre localité est-elle couverte par un réseau


de télécommunication mobile ?
□ Oui □ Non

11.5 Si oui, quel réseau ?

Page 38 sur 38