Vous êtes sur la page 1sur 3

Le Mirliton / dir.

Aristide
Bruant

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France


. Le Mirliton / dir. Aristide Bruant. 1894-04-06.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des
reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public
provenant des collections de la BnF. Leur réutilisation s'inscrit dans le
cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :
- La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et
gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du
maintien de la mention de source.
- La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait
l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la
revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de
fourniture de service.

CLIQUER ICI POUR ACCÉDER AUX TARIFS ET À LA LICENCE

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de


l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes
publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation


particulier. Il s'agit :

- des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur


appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés,
sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du
titulaire des droits.
- des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques
ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la
mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque municipale de ... (ou
autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces
bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le


producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code
de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont


régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre
pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de
son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions


d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière
de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions,
il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet
1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter


utilisation.commerciale@bnf.fr.
Le civil d'une ile déserte A L ALCAZAR D'É'rl'-
Habité' de sauvag's seul'ment, Bien que les travaux de J.a toiture mobile soien ftu scandale, l'autre soir: Mme Laure de Chef-
]

poussés très activement, il se pourrait que la réouver- freville, peu satisfaite de se voir préférer
C'est un gaillard vif, très alerte, la iolie De-
ture de ce concert n'ait pas lieu le if' mai, coninn.-; Driège par un denos plus élégants mondains, luialann»
Ayant des femra's à l'avenant : a la tête tournée
une de bocks et une pile de soucoupes
Mais la galant'rie est trop belle
on l'espérait tout d'abord.
M. ûticarre vient d'engager, pour deux mois, Ri-
chard et sa troupe, de chiens savants.
la casse.
eman s ^ contente de s'essuyer et de payer
Pour cette âm' qui n'est pas fait' pour:
Il sait c'que c'est qu'la bagatelle, Autre scandale.
AUX F'OJLIES-BERGÈUE La scène s'est passée au restaurant Maire, où la
Mais il n'sait pas c'que c'est quTamour! :
La soirée de gal:a, organisée pour la 500" représenta- tume veut que la troupe de tziganes salue, du refrain cou-
trou de la Loïc Fun-er, a été l'occasion d'ovations en- qui fit leur succès, l'entrée de nos artistes en vogue.
Pa r contr', lorsqu'on est militaire thousiastes, et la créatrice de la danse serpentine, lt Donc, Duclerc fait son apparition, et de suite" l'or-
qui, en six mois, M. Marchand a versé I3O.DOO francs, chestre d attaquer le fameux T/za-lfIa-Ra-Boum-Di-Hé
Et qu'on connaît un' bonn' d'enfant, a reçu de ses admirateurs de magnifiques cadeaux èt q ui a défi ni ti vemen t c:assé cette artiste parmi noséto:les
De manches c'est une autre paire, de nombreuses gerbes de fleurs. parisiennes.
Cette artiste ne reparaîtra pas à Paris avant Peu après, la belle Otero paraît et l'on joue
On peut se dire un homm' galant. un an une
et, bien entendu, c'est au Music-Hall de la rue Richer marche espagnole. Valti, de la Scala, qui se trouvait
Et même, à la vertu fidèle, qu'elle fera sa rentrée... non moins triomphale que là et qui, paraît-il, importa cette marche
soirée d'adieux. sa
lève en France,
S~ son cœur au vôtr' reste sourd, se et va trouver le chef des tziganes, lui demandant
Depuis quelques soirs, une des Barrisson, en proie de répéter ce motif en son honneur. Celui-ci
On ignor' p't'êtr' la bagatelle, à des crises nerveuses très violentes, n'a comprend
Mais on sait bien c'que c'est qllTamou rl aux côtés de ses sœurs. Tous nos vœux pour son
pu
prompt rétablissement et pour les succès qui atten-
figurer mal, se levé, s'incline il nouveau devant Otero
que de donner la seconde audition demandée. avant
valti se contente de faire la moue, mais Duclerc
FIRMIN LEGER. dent cet original numéro au théâtre-du Parc de Rot-
terdam, où elles viennent d'être engagées.
f entend pas ainsi, et avec cet entrain, ce hic dont
elle a le secret, elle emboîta les tziganes et rla sculp-
ne

Succès énorme de Merwell, qui présente une troupe turale pensionnaire de M. Marchand.
La musique se trouve aux bureaux du Journal de chiens merveilleu>ement dressée et qui, appelé par Grâce aux assistants, cela s'est borné à
rue d'Enghien, ' une prise de
7. un superbe engagement à Rotterdam également, ne becs et il n'y a eu de pochés que les œufs du potage.
pourra donner qu'un nombre restreint de représenta-
tions. -A -
Nouvelles et Potins La( grimaçante Pâquerette n'a pas obtenu tout le
succès qu'elle attendait, elle et son âne. Peu nous im-
L Agence A. Chapus. de Florence, demande des
at-
tractions. Adresser les offres à M. Chapus, au Tria-
porte d'ailleurs! L'intéressant est de rappeler que cette non de Florence, Italie.
artiste n'a rien inventé, et qu'avant elle, Brunin, dont
elle n'est qu'une pâle copie, chanta, voici dix ans bien-
APPEL AUX CHANSONNIERS tôt, à l'Alcazar d'Eté, dans une saynète intitulée Le
Depuis que le Mirliton a faitappel auxchanson- Couronnement de la Rosière, à califourchon sur
niers, il n'est pas de jours où nous ne recevions une baudet récalcitrant, si récalcitrant même que la un
nète n'eut que peu de représentations. say-
dizaine de chansons. NANTES, Elysée Graslin Débuts de Mlle Pau-

Ainsi que nous l'avons promis, toutes sont lues atten- lette et de M. Suiram, comique. Adieux de M. Dejean
tivement. A L'OLYMPIA et de Mlle Girard.
11 en est, dans le nombre, de médiocres; d'autres Concert des Sports.
Débuts émouvants de Dan Sullivan, athlète sans ri- — Prochainement, débuts de
que dame Censure refuserait de viser et dont, par suite val: de Mlle Decharnay, danseuse serpentine, en rem- deux charmantes et jeunes divettes.
nous ne pouvons nous occuper; d'autres encore qui placement de Mlle de Lhérisse; ceux des trois Fernan- — Folies-Bergère. — Le concert a repris
ROUEN.
ne nous semblent pas présenter un intérêt suffisant dez, barristes hors ligne, de la charmante Wraïm droit de possession. I roupe d'un ensemble excellent
pour être insérées ou recommandées aux artistes enfin de la capiteuse Duclerc. et
avec M. Delpierre, M. et Mme Derouville-Nancey
d'autres enfin qui s'imposent et que nous publierons Départ des troupes Rosco, Ottlessy, Beloni et Ma- Mmes Nadine, Léa Bertin, Deferville, Nelly Hicks
en temps voulu. rietta. Rachelly et M. Hervé. La soirée se termine par la
De ces dernières, est La Bagatelle et VAmour qu'on
a trouvée ci-dessus, avec une illustration de notre magie noire de l'illusionniste Dicka. A partir du i5
dessinateur Steinlen. avril, les Marcellin. pantomimistes.
Par la, nos lecteurs pourront se convaincre que Au CASINO LE PARIS: SAINT-ETIENNE, —Eden-Côncert.
nous Lundi dernier, débuts de Bellac and Aouda, equîli- — Continuation de
ne leur faisons pas de vaines promesses, et ils n'hési- briste américain. la revue, augmentée de scènes nouvelles.
teront pas, même si leurs premiers envois n'ont pas Grand-Théâtre. — L'ouverture de la saison d'opéra
reçu l'accueil qu'ils espéraient, à nous adresser de a eu lieu avec La Juive. Nous avons eu ensuite Faust,
nouvelles œuvres qui auront un sort plus heureux. Au NOUVEAU-CIRQUE La Favorite, Le Barbier de Séville, Le Prophète.
Rentrée sensationnelle des sœurs Powell, dans leurs Alcazar d'Eté. — On annonce la prochaine réou-
LA CRISE exercices équestres. Le capitaine Trogow, en dehors de verture.
Le Mirliton avait raison. Elle existe, la crise; et son kangourou danseur, présente encore un singe
c'est bien à la pénurie de chansonniers, à l'ineptie de clown et un âne.
certains programmes qu'il la faut attribuer. Tous nos Lundi dernier, débuts d'une meute de chiers dressés
confrères pour qui le café-concert et la chanson ne présentés par le professeur Grosvenor. Départ de Ri-
chard et de ses oies savantes.
sont pas quantité négligeable, le constatent... et se dé- ANVERS. Théâtre Royal. — Grand succès pour la
cident à s'en occuper sérieusement. —

représentation donnée par la Société française de bien-
Cette semaine, c'est le Courrier Français qui s'en Au PÔLE-NORD : faisance. Au programme : Rigoletto) avec le concours
mêle et qui, sous la signature du Rideau 'de Fer, tout La fermeture de cet établissement a été reculée jus- de M. J. Noté et Mme Lucy Herthet, de l'Opéra
en décernant maints éloges à la bonne troupe de dé- qu'au i5 avril. de Paris.
but qu'a recrutée la Direction des Ambassadeurs
n'en signale pas moins l'inanité de la plupart des chan- Théâtre des Variétés. — Charlotte Corday, donnée
sons qu'interprète la majeure partie des artistes. Au PETIT-CASI.NO : au bénéfice de M. Arnaud.
Notre satisfaction est grande et légitime de voir qu'en C'est chose faite. M. Vigneaux est locataire de Théâtre dela Scala. — Reprise de la Mascotte et de
cet
établissement qui continuera à appartenir à M. Rey. Cousin-Cousine. Lill a e'ti donnée au bénéfice de Mlle
cette lutte pour la bonne cause nous trouvons si puis-
sant auxiliaire. L ouverture de l'Académie de billard aura lieu dans Aciana.
Et ce n'est pas tout! Les grands journaux quotidiens les premiers jours de juillet. Théâtre du Cirque.
— Succès pour Madame Vénus,
vont entrer, eux aussi, dans la lice. Plusieurs d'entre superbe féerie à la mise en scène luxueuse.
eux déjà, avec qui nos collaborateurs sont en relations - H?- Cercle v. Le Gardénia ». A la dernière soirée que
d'amitié, nous ont promis de seconder nos efforts, de A L'EDEN-CONCERT —
Engagement de M. Léonard (des Nouveautés). Dé- ce -cer c le .a org an i s é e, Dl/rand, et Durand a été interprété
nous prêter l'appui de leur imposante publicité. Par buts de Mlle Dora ; rentrée de Patry. Succès pour Les supérieurement.
avance, nous tenons à leur adresser un sincère merci.
A la fin, peut-être arriverons-nous aussi à chasser les Conscrits bretons. BRUXELLES.
— Alcazar. — Dans Une Nuit d'antan, terrible,
marchands du temple! Paul Martinetti est toujours le génial clown
Nous le retrouverons, sans douté, tragédien hors ligne
A BA-TA-CLAN dans La Mort, pantomime nouvelle en 3 actes dont
La Nuit de Carnaval, la pantomime qui obtint tant Bruxelles aura la primeur vers le i5 avril. Ce mimo-
A L'ELDORADO ET A LA SCALA de succès au Cercle Funambulesque, sera reprise à drame est tiré du roman de Camille Lemonnier, par
Changement de front dans les décisions directo- ce concert le 12 avril. Prochainement, Tahis, de Bat- Paul Martinetti, que nous verrons aux prises avec le
riales. La fermeture, qui primitivement avait été fixée taille et Garnier. Succès de Plessis dans ses nouvelles formidable rôle de Bast, le terrien cupide et assassin,
pour la première quinzaine d'avril, a été remise à une créations. si magistralement campé par le maître écrivain bra-
date ultérieure, du moins en ce qui concerne l'Eldo- bançon. Très applaudi le joyeux Laurvald dans son
rado, la Scala devant donner dimanche prochain sa nouveau répertoire.
dernière représentation. Au CONCERT-EUROPÉEN :
La troupe de l'Eldorado s'est augmentée, cette se- On donne comme chose conclue la vente de ce Con- Scala. — Auditions — fort peu artistiques d'une
troupe tzigane russe, composée de dix personnes, —
maine, de la gommeuse Valti et de la créatrice des cert à M. Ghoudsonne, qui, en dernier lieu, appar- filles.
dont
tenait aux Menus-Plaisirs, en qualité de chef d'or-- quatre jolies Revu avec plaisir Evalo et Roisso,
« Chansons illustrées », Irma Perrot; le programme d'excellents clowns fantaisistes qui viennent pour la
s'est corsé d'une intéressante pantomime Le Rêve du chestre.
Conscrit. M. de Basta aurait cédé son établissement troisième fois à Bruxelles.
au prix,
de 140.000 francs. La raison sociale sera Ghoudsonne
Selon toutes probabilités, la semaine ne s'écoulera Trianon. -- Au programme : Mlles Lida
FLORENCE.

pas sans que Mme Allemand ait pris une décision au et Cie, Korah, Vialetta, Gidonia Vcrhelm; les Alexandra,
sujet de son successeur. ~A>—
acrobates; le cirque miniature, présenté par M.
et
Bien qu'il ait été un moment question de pourpar- Mme Hendrex; les duettistes excentriques Alfred et
lers avec Paulus, on donne comme certaine mainte- A LA PÉPINIÈRE : Miss Hyde ; les Namedos, parodie de la poupée ani-
nant la combinaison Marchand, que le Mirliton a été Les Premières armes de Parny, opérette en i acte mée; les barristes Barrette Artcll;
de MM. Péricaud et Delormel, musique de M. Barbier, et les équilibristes
le premier à annoncer. Rien n'est cependant encore Killiany et Miss Annette; 'ies cinq sœurs Franklin,
terminé à l'heure où nous mettons sous presse. Si tou- viennent de remplacer, sur l'affiche, L'Election Pou- gymnastes.
tefois, comme le bruit en courait hier, notre confrère parel. L'interprétation en est satisfaisante. Adieux du
M. Desteuque était d'ores et déjà choisi comme secré- jeune Lucien, et débuts de M. Ma.zy. Continuation des GÊNES.
— Jardin d'Italie. — L'agence Chapus, de
taire général, nous lui adressons nos compliments de représentations des Naxa-Brissac, chanteurs duettistes Florence, vient de faire débuter Mlles d'Artois, Erna
bienvenue Les plus sincères. à transformations. Dore et Anita Dini ;• les clowns musicaux Bibb et
Bobb; les acrobates -Gioç,-tmoni ; .I&s vélocipédistes
—*r- Leopoldj; Miss Gicksa, ëquilibriste sur boule.
Aux AMBASSADEURS : Au CONCLIIT-PARISIEN: : NEw-YoRK. Le 22 mars, a eu lieu la fête de cha-
On donne également comme certaine la cession de
La troupe va, chaque soir, se corsant d'un numéro
cet établissement à M. Dorfeuil. Nous enregistrons la aunte donnée par la Société française de bienfaisance
nouveau. Mercredi, c'est Brunin qui a fait sa rentrée profit de l hôpital français de cette ville. Au
dans la danse serpentine. Jeudi, c'est Mme Richard nouvelle avec plaisir. Le nouveau directeur a un passé gramme Mme Armandary; Unthan, pro-
qui nous est un .sûr garant pour l'avenir. : de l'Olympia;
qui a débuté avec un plein succès. Delprade, usioniste dénommé le. Chevalier du Mys-
Quant à M. Albert Petit, il retournera à son piano, tere; Mmesl'-illBade
Bourgès ne chantera pas avant le i5 de ce mois. 11 et Reyne-Roy, qui ont joué la pan-
prépare un numéro à sensation où il s'accompagnera
sur sa guitare dans un duo avec la poétique Miette.
et nous donnera longtemps encore des chansons à
succès.
Tout est donc pour le mieux!
.. tomime Les deux Pierrots ; MM. Wildenstein, Lesueur
et Mme deliermen, très applaudis dans La Tasse
de thé.

Vous aimerez peut-être aussi