Vous êtes sur la page 1sur 43

ANATOMIE NASO-SINUSIENNE

CHU BAB EL OUED


Généralité
Le système naso-sinusien réalise une
unité anatomique formé par :
 Pyramide nasale
 Fosses nasales
 Les sinus
Pyramide nasale
Pyramide nasale

la portion de l’appareil nasal qui fait saillie au niveau de


la partie médiane du massif facial
Pyramide nasale
• Os :
- 02 os nasaux
-02 processus frontaux du
maxillaireie sup

cartilages :
02 cartilages latéraux
02 cartilages alaires
Des cartilages accessoires
Fosses nasales
Fosses nasales
• Deux cavités

• Séparées par la cloison


nasale.

• Communications
▫ cavum (en arr)par les choanes
▫ en avant avec le milieu extérieur
par les narines
▫ latéralement avec les sinus.
PAROIS
Chaque fosse nasale est une
cavité antéro‐postérieure
limitée par :

‐ Une paroi interne: la cloison


nasale.

‐ Une paroi externe: (paroi


latérale des fosses nasales).

‐ Un plancher .

‐ Un plafond.
CLIOSON NASALE
• Soutient le nez en avant.
• Sépare les deux cavitées
nasales.
• Constitué par un squelette
ostéo-cartilagineux:
▫ Lame perpendiculaire
de l’ethmoïde.
▫ Le vomer.
▫ Le cartilage septal.
Zone fronto nasale

Zone ethmoïdale

Zone sphénoïdale
- 2/3 antérieur : processus
palatin du maxillaire (présente
l’orifice supérieur du canal
incisif )
- 1/3 postérieur : lame
horizontale des palatins
Paroi latérale

C’est la plus importante,


constitue par :

a. squelette osseux ou
cadre osseux
b. Les cornets :
c. Les méats
• 3 cornets (inferieur, moyen
et supérieur)
• Minces lames osseuses.
• Recouvertes de muqueuse.
• Rôle:
Effet aerodynamique,
humidifie et réchauffe l’air.
CORNET INFERIEUR
• est un os pair de la face de 3,5 a 4cm de long.
• C'est une lamelle osseuse courbe et allongée
d'avant en arrière,
• appendue à la paroi latérale de la cavité nasale.
• s'articule avec le maxillaire, l'os lacrymal, l'os
ethmoïde et l'os palatin.
• La face médiale est convexe et regarde le septum
nasal.
• La face latérale limite en dedans le méat nasal
inférieur. Le bord inférieur est libre.
Anatomie du cornet inferieur
Les méats
entre chaque cornet et paroi
latérale, existe un méat.

Méat sup ; lieu de drainage des


cellules éthmoïdales postérieures

Méat moy ; lieu de convergence de


tous les sinus antérieure de la face
(sinus frontal ; maxillaire et
éthmoïdale antérieure)

Méat inf : canal lacrymo-nasal.


MUQUEUSE DES CAVITES NASALES
REGION VESTIBULAIRE: épithélium de type
epidermoide (pavimenteux pluristratifié non kératinisé)

REGION OLFACTIVE :
- Rôle neurosensoriel
- Partie supérieure des fosses nasales
- Epithélium pseudo stratifié : trois types de
cellule:basales, de soutien et olfactives
 Rôle :
- respiration : air filtré, réchauffé et humidifié.
- olfaction
• REGION RESPIRATOIRE : épithélium
respiratoire (pseudo stratifié cilié) + chorion
conjonctif
• De couleur rouge vif

• Epithelium cylindrique stratifié cilié


• Chorion: la densite du tissu congectif varie selon
les régions des cornets
Vascularisation
• très riche +++
• Artère carotide externe par :
▫ artère sphéno-palatine,
▫ artère faciale, branche de la
carotide externe
• Artère carotide interne:
-artères ethmoïdales ant et post

• zone de confluence de la
cloison:
la tache vasculaire
le lieu privilégié de saignement
dans les fosses nasales.
VASCULARISATION

Elements particuliers de la muqueuse


respiratoire:
TISSU CAVERNEUX situé surtout :
• face medial du cornet inferieur
• Bord inf du cornet moyen
• queue du cornet sup
Ce sont des zones ERECTILES
Innervation
• Innervation de la sensibilité générale (V):

• Innervation sensorielle:
▫ Nerf olfactif (I).
LES SINUS PARANASAUX
SINUS = CAVITÉ
cavités annexes des
fosses nasales
– 2 sinus maxillaires
– 2 labyrinthes
ethmoïdaux
– 2 sinus frontaux
– 2 sinus sphénoïdaux.

22
PHYSIOLOGIE

• 20 000 litres d’air traversent chaque jour le nez.


Le nez et les sinus ont trois fonctions principales.
• Conditionnement: En le filtrant, humidifiant et
réchauffant l’air inspiré .
• Immunitaire: de nombreuses aéroportées
(pollution, poussières, pollens, virus, bactéries,
champignons..) doivent être éliminées.
• Odorat.
1) Régulation des débits aériens:
La morphologie interne des fosses nasales imprime forme,
direction, volume et vélocité à l’air inspiré. Les variations
de remplissage des plexus vasculaires, siège de constantes
variations vaso-motrices conditionnent le volume et la
vélocité. Le régime d’écoulement d’air à l’intérieur des
fosses nasales est donc turbulent et instable
3) Humidification:
- Le mucus est composé à 95% d’eau.
- Deux mécanismes essentiels : la convexion et la diffusion
permettent les transferts d’eau du mucus vers l’air inspiré.

4) Réchauffement:
Du sang à 37°C traverse en permanence les plexus
vasculaires et vont réchauffer les fosses nasales à la façon
d’un chauffage central.
B.FONCTION IMMUNITAIRE NASALE :
Le nez a les capacités de contenir les agressions
aéroportées, empêchant leur propagation à l’oreille
moyenne et aux bronches, et leur diffusion dans
l’organisme. Trois lignes de défense s‘articulent pour
assurer cette fonction.
1) La défense épithéliale:
– La barrière épithéliale
– Le système muco-ciliaire : un film de 10μ
d’épaisseur, le mucus, recouvre la surface de
l’épithélium. Ce mucus est un gel visco-élastique
contenant de nombreux éléments immuno-
compétents. Les cils des cellules ciliées battent de
façon constante et synchrone emmenant ce mucus
vers le pharynx afin de l’éliminer.
2) Le système immunitaire annexé à la muqueuse nasale:
Les IgA sécrétoires constituent la classe dominante des
immunoglobulines présentent dans la les sécrétions
nasales. Elles possèdent des propriétés multiples comme
l’inhibition de l’adhérence bactérienne à la muqueuse, la
neutralisation des virus et toxines et la limitation de
l’absorption des antigènes.
3) L’inflammation non spécifique:
C’est une réaction physiologique et continue de défense et
d’adaptation de l’organisme à son environnement, par le
biais de l’inflammation
Système mucociliaire
C. FONCTION OLFACTIVE :

L’olfaction est un sens chimique, le plus ancien et le plus


primitif dans l’évolution des espèces. Dès cinq sens, c’est
aussi le plus paradoxal: dominant dans le monde animal,
même chez les mammifères supérieurs, il semble chez
l’homme être un sens marginal, par rapport à ceux de la
vision et de l’audition.
30

Sinus frontal
• A la naissance: os frontal.
• Développées dans
l’épaisseur de l’os frontal.
• Séparés l’un de l’autre par
une cloison.
• Se draine dans le méat
moyen.
31

Sinus ethmoïdal
• Contient plusieurs cellules ethmoïdales.
• Se draines au niveau de méats moyen et
supérieur.
• Pneumatisé a la naissance .
32

Sinus sphénoidale
• Cavités pneumatique
asymetrique.
• Développées ds le corps
du sphénoïde.
• S’ouvre dans les parois
postéro-supérieure de la
cavité nasale.
33

Sinus maxillaire
• Termine son developpement
Avec les dents definitives.
• De forme pyramidale.
• Drainage:méat moyen
Drainage
• Se fait dans la cavité nasale par un
orifice appelé ostium sinusien qui
se trouve dans le méat .
▫ Le méat moyen
 sinus frontal,
 les cellules ethmoïdales antérieures
 le sinus maxillaire.
▫ Le méat supérieur cellules
ethmoïdales postérieures
▫ La gouttière sphéno-
ethmoïdale pour le sphénoïde
SEMIOLOGIE
Inspection:
état de la peau
harmonie de la face
déformation ou voussure
Palpation:
recherche de douleurs
masse sous cutanés
Eventuelle craquement osseux
EXPLORATION

RHINOSCOPIE:
antérieure: à l’aide d’un spéculum nasal , sa réalisation doit être
effectuée avec un excellent éclairage mais actuellement elle est
supplanté par l’endoscopie qui est réalisé a l ’aide d’endoscope rigide
ou souple.( L’analyse doit comporter trois phases : l’examen du méat
nasal inférieur, méat moyen, enfin du méat supérieur; la rhinoscopie
permet de bien analyser le vestibule et la valve nasale ainsi que la
partie antérieure du septum nasal et des cornets nasaux inférieur et
moyen).
rhinoscopie postérieure au miroir a été supplantée par l’examen
réalisé avec des fibres optiques.
3)Examen radiologique

*Radiologie standard:
- nez montant plaque (Blondeau) explore le
sinus maxillaire
- nez front plaque: sinus frontal et ethmoïde
- radio crane profil: sphénoïde
* tomodensitométrie (TDM)
* Imagerie par résonnance magnétique (IRM)
PATHOLOGIE
*RHINITE:
C’est l'irritation et l'inflammation (aiguë ou chronique)
des muqueuses de la cavité nasale.
Les symptômes en sont :
nez qui coule (rhinorrhée);congestion nasale pouvant conduire à
une obstruction nasale , irritation des muqueuses du nez, avec ou sans
rougeurs, prurit et lésions (croûtes, ulcérations..) et éventuellement
accompagnée d'une irritation des yeux, de la gorge et/ou des oreilles
- Etiologies:
-Rhinite allergique
-Rhinite non-allergique: infectieuse (bactérienne spécifique et non
spécifique, virale), médicamenteuse, hormonale (grossesse)
-Rhinite atrophique (ozène)
*SINUSITE:
La sinusite aigue est l’inflammation aigue catarrhale ou suppurée de la
muqueuse des sinus de la face ,due a une infection virale ou le plus
souvent bactérienne mais aussi fongique ou due a des réactions
allergiques.
Elle est dite aigue lorsque elle dure moins de 4 semaines et chronique
quand elle dure plus.
Diagnostique:
Un diagnostic de sinusite aiguë purulente avec infection d'origine
bactérienne peut être posé lorsqu'au moins deux des trois signes ci-
dessous sont présents :
constance ou augmentation des douleurs des sinus sous
les orbites malgré la prise d'un traitement symptomatique pendant au
moins 48 heures ;une douleur unilatérale ou pulsatile qui augmente
éventuellement : en fin de journée, la nuit et lorsque la tête est
penchée en avant ;une augmentation des écoulements nasaux
(rhinorrhée) surtout si ceux-ci sont unilatéraux.
, D'autres signes secondaires peuvent conforter le diagnostic, une
fièvre persistante au delà de 3 jours et/ou des éternuements, une
obstruction nasale, une toux, une gêne au niveau du pharynx s'ils
restent plus de 10 jours. Des sécrétions nasales jaunâtres ou verdâtres
indiquent souvent une infection d'origine bactérienne Et présence de
pus au niveau des méats moyens. Une diminution ou une perte
d'odorat ainsi qu'une mauvaise haleine sont également des symptômes
renforçant le diagnostic
*Etiologie:
*Sinusite aigue d’origine bactérienne :elle n est pratiquement jamais
une maladie primaire, c’est le plus souvent une complication d’une
infection virale ou une inflammation allergique (Pneumocoque,
Staphylocoque et H influensae.moraxella catarrhales)
*Sinusite aigue d’origine fongique :qu’elles soient communautaire ou
nosocomiale ;les champignons en causes sont
:Aspergillus,Cryptoccus,Pseudallescheria,Sporothrix
*S. d’origine dentaire : maxillaire
*sinusite post traumatique
*CORPS ETRANGERS:
- Intranasal se présente surtout chez l’enfant comme une obstruction
nasale unilatérale avec sécrétion fétides qui ne cède pas sous
traitement. Se corps étranger peut être organique ou non.
Le diagnostique se fait a la rhinoscopie
- Les corps étrangers intra sinusiens sont rares, peuvent êtres
iatrogènes ( matériel de soins dentaires, post op, balistique),
organique (rares), fungique (balle fungique)
Cliniquement: sinusite chronique ne cédant pas sous traitement ou
douleurs isolé. Le diagnostique est radiologique
*TRAUMATISME
NASAL: Les fractures du nez ou de la pyramide nasale sont les plus
fréquentes des fractures médio-faciales. Elles sont heureusement les plus
bénignes, habituellement consécutives à un choc direct sur le nez à
l'occasion de la pratique d'un sport, d'une rixe d'un accident du travail ou
de la circulation.
Diagnostique: cliniquement par un œdème avec déformation de la
pyramide nasale
Un cliche radiologique des os propre du nez confirme la fracture
Le TRT consiste a une réduction sous anesthésie.
SINUSIEN:
Les traumatismes maxillo-faciaux sont de plus en plus fréquents, et
touchent surtout des hommes jeunes victimes d'une agression, d'un
accident de la voie publique ou d'une activité sportive.
· Il faut distinguer les formes simples et isolées et les formes
complexes multi lésionnelles (disjonction craniofaciale, fracture du
complexe naso-ethmoïdal, fracture de l'étage antérieur de la base du
crâne). Le diagnostique est radiologique
TUMEURS:
NASAL: peuvent touches toute les parois du nez et êtres de toutes
les natures histologiques bénignes ou malignes.
Clinique: obstruction nasale uni ou bilatérale,
rhinorrhée qui peut être accompagne de saignements qui
doit faire pensée a une pathologie maligne

Le diagnostique est anatomopathologique et radiologique