Vous êtes sur la page 1sur 4

Mohamed MAOUZI Droit de l’entreprise : Introduction

DROIT DE L’ENTREPRISE
INTRODUCTION À L'ÉTUDE DU DROIT

Le DROIT : c’est tout d’abord :


 Un ensemble de « REGLES » (‫)قواعد‬ ;
et ensuite, ce sont des « DROITS » (‫ )حقوق‬et des « OBLIGATIONS » (‫)واجبات‬.
1- Le Droit : définitions
 Le Droit est l'ensemble des règles juridiques qui organisent la vie des personnes en société ;
 Droit objectif : ensemble de toutes les règles juridiques (abrogées ou toujours en vigueur) ;
 Droit positif (dans l’Espace et dans le Temps) : ensemble des règles juridiques 
en vigueur (en application) dans un pays donné (ou groupes de pays) à un moment donné.
 Droits subjectifs :
a- Prérogatives (pouvoirs, avantages, privilèges, …) dont une personne peut se prévaloir
(« J’ai le droit de … » ;
b- Ensemble des droits qu’une personne peut posséder :
− Droits patrimoniaux : ont une valeur pécuniaire (droit de propriété, droit de créance, …) ;
− Droits extrapatrimoniaux : ont une valeur (subjective) et n’ont pas de prix :
droits de la personnalité, droits familiaux, droits professionnels, droits civiques, …
2- Objet de la règle de Droit (Droit objectif) :
 La règle de Droit est une disposition ayant une valeur normative: Elle IMPOSE, INTERDIT
ou AUTORISE tel ou tel acte, telle ou telle conduite, tel ou tel comportement.
3- Caractéristiques de la règle de Droit :
Observation : la loi est supposée connue de tous selon le principe que « Nul n’est censé ignorer
la loi » et de ce fait, personne ne peut se soustraire à l’application de la Loi.
La règle de Droit est :
• GENERALE : la règle de droit est impersonnelle. Elle s'adresse à TOUS (tous les citoyens)
ou à une catégorie de personnes seulement (par exemple : les commerçants, les incapables,
les opticiens, les étrangers, les associations, les sociétés, etc.).
• OBLIGATOIRE : elle s'impose à tous.
Toutefois, distinction est faite entre :
− Règles IMPERATIVES : dites d'ordre public. On ne peut y déroger. Les parties et les
juges ne peuvent les écarter (Droit public, Droit pénal, Droit commercial, etc.) ;
− Règles SUPPLETIVES : dites interprétatives. Très fréquentes en Droit des Affaires.

 Choix des individus et Libre volonté des parties :


Les parties peuvent écarter ce genre de règles en manifestant leur volonté.
En cas d’oubli ou de silence de leur part, il est fait application (par défaut)
des dispositions légales (à titre préventif, le législateur fait le travail
des parties, en cas d’oubli, lesquelles étaient, en principe, libres dans leurs choix).
 PERMANENTE : une loi promulguée reste en vigueur tant qu’elle n’est pas abrogée.
− Application de la loi dans le temps : effet immédiat, non-rétroactivité des lois, … ;
− Abrogation des lois : abrogation expresse ou tacite (la désuétude n'abroge pas).
 SANCTIONNEE (par l'autorité publique) : la loi est contraignante [Principe : «Nul ne peut
se faire justice à soi-même» ou bien «Nul ne peut se faire justice soi-même»].
C’est au juge que revient la charge d’assurer le respect, par tous, de la règle de droit :
− Sanctions pénales : contrainte par corps, amendes, etc.  ;
Mohamed MAOUZI Droit de l’entreprise : Introduction
− Sanctions civiles : nullité des actes, dommages-intérêts, exécution forcée, astreinte, etc.

4- Sources des règles de Droit (Droit objectif) :


PRINCIPE DELA SÉPARATION DES POUVOIRS :
« …
Le régime constitutionnel du Royaume est fondé sur la séparation, l’équilibre
et la collaboration des pouvoirs, … … » Article 1er de la Constitution de 2011.
(‫)فصل السلط وتوازنها وتعاونها‬
1- Pouvoir LÉGISLATIF ;
2- Pouvoir EXÉCUTIF ;
3- Pouvoir JUDICIAIRE.

I- SOURCES DIRECTES :
A- SOURCES DIRECTES ECRITES :
 La CONSTITUTION : ensemble des règles fondamentales et suprêmes qui déterminent
l'organisation politique de l'Etat et le fonctionnement de ses institutions. Le projet de
constitution est soumis à référendum ;
 Les TRAITES (traités) INTERNATIONAUX : accords conclus par écrit, à l’échelle
internationale, entre états, organisations internationales, etc., et intégrés au Droit interne
(conformément à la loi) et ce après ratification par Dahirs ;
 Les LOIS : expression suprême de la volonté de la nation (référendum ou vote du parlement
sur son initiative « propositions de lois» ou de celle du Gouvernement « projets de lois»).
Règles d'ordre général s'imposant à tous. Sont promulguées par Dahirs ;

 Les REGLEMENTS (et TEXTES REGLEMENTAIRES) : Actes administratifs


unilatéraux (Décrets, Arrêtés, …) émanant du pouvoir exécutif et permettant l'application et
l’exécution
des lois ou édictés, à tire autonome, dans les domaines non réservés à la loi ;
B- SOURCES DIRECTES NON ECRITES :
• Les USAGES et COUTUMES : règles non écrites devenues obligatoires à la suite de
pratiques prolongées. Règles admises et adoptées par tous.

II- SOURCES INDIRECTES :


• La JURISPRUDENCE : ensemble des décisions de justice rendues par les tribunaux sur une
même question. Les arrêts ou jugements, ayant fait autorité, servent comme modèles.
• La DOCTRINE : ensemble des travaux, d’études, de recherches et de publications de
juristes (Professeurs, Magistrats, Avocats, Notaires, …) qui expriment leurs opinions sur des
questions de Droit.
5- Classification des règles juridiques :
• Droit INTERNE et Droit INTERNATIONAL ;
• Droit PUBLIC et Droit PRIVE.
A- Branches du Droit public interne :
 Droit constitutionnel, Droit administratif, Droit économique, Droit pénal, Droit judiciaire,
Droit fiscal, Droit des finances publiques, Droit de la sécurité sociale, etc.
1- Droit constitutionnel :
• Ensemble des règles relatives à l'organisation et au fonctionnement de l'Etat :
séparation et répartition des pouvoirs entre le Législatif, l'Exécutif et le Judiciaire.
2- Droit administratif :
• Ensemble des règles relatives au fonctionnement des administrations publiques et à
l'organisation de leurs rapports avec les tiers.
2
Mohamed MAOUZI Droit de l’entreprise : Introduction
3- Droit économique (public) :
• Interpénétration du Droit et de l'économie politique ;
• définition de la réglementation applicable aux activités économiques (protection du
consommateur, administration des prix, concurrence, commercialisation des produits, …).
4- Droit pénal :
• Définit les sanctions, pécuniaires ou corporelles, en cas d'infraction aux règles de Droit.
5- Droit judiciaire :
• Ensemble des dispositions (législatives et réglementaires) relatives au fonctionnement
des tribunaux et à leur saisine.
5-Bis- Procédure civile :
• Ensemble des règles relatives au déroulement du procès devant les juridictions civiles et
commerciales : saisine des tribunaux, instruction des procès, jugements, voies de recours,
5 ter- Procédure pénale :
• Organise la recherche des infractions et leurs auteurs ;
• Définit le déroulement des procès devant les juridictions répressives.
6- Droit fiscal : Détermine les règles pour percevoir l'impôt, les taxes et les redevances.
7- Droit des finances publiques : ensemble des règles relatives à l'établissement des recettes et des
dépenses publiques (Budget de l'Etat) :
• Autorisation donnée au gouvernement, par le parlement, pour percevoir l'impôt.
8- Droit de la sécurité sociale : ensemble des règles applicables aux rapports entre les particuliers et
les organismes de sécurité sociale :
• Définit les règles de fonctionnement du système public obligatoire de couverture de certains
risques sociaux (maladie, maternité, invalidité, vieillesse, décès, etc.) ;
• Définit le montant des cotisations sociales et le mode de leur perception.
N.B. : Droit social = Droit du travail + Droit de la sécurité sociale.
9- Droit foncier :
 Ensemble des dispositions juridiques relatives aux biens immeubles : immatriculation,
propriété foncière (accession, préemption, usufruit, …), privilèges et hypothèques sur
immeubles, saisie et vente forcée des biens immeubles, expropriation publique, etc.
B- Branches du droit interne privé :
• Droit civil (au Maroc : Droit de la famille, Droit des Obligations et des Contrats), Droit
cambiaire, Droit commercial, Droit des sociétés, Droit du travail, etc.
1- Droit civil :
• Ensemble des règles applicables aux rapports entre particuliers (famille, contrats, successions, …) ;
• C’est le Droit commun applicable en cas d'absence de règles juridiques « spéciales ».
REMARQUE :
Le Droit civil, expression utilisée à des fins purement « pédagogiques »,
étant donné qu’un « Code civil », à l’image d’autres pays étrangers, n’existe pas au Maroc.
En effet, au Maroc, l’équivalent d’un « Code civil », se trouve dans le Droit des contrats et
obligations (D.O.C. : f‫ )قانون االلتزامات والعقود‬et dans le Code de la famille (‫)مدونة األسرة‬.
Néanmoins le Code de commerce (1996) a utilisé « ladite expression » dans son article 2.
2- Droit cambiaire : Droit des moyens de paiement et de crédit (chèque, lettre de change, billet à
ordre, virement, warrant et cartes bancaires).
3- Droit commercial : Ensemble des règles spéciales applicables aux commerçants dans l’exercice
habituel ou professionnel d'actes de commerce.
4- Droit des sociétés : Ensemble des règles juridiques relatives à la constitution, au fonctionnement,
à la dissolution et à la liquidation des sociétés commerciales et autres groupements.

3
Mohamed MAOUZI Droit de l’entreprise : Introduction
5- Droit du travail : Ensemble des règles applicables, à l’occasion des contrats de travail, aux
rapports entre employeurs et salariés.

6- Le SYSTEME JUDICIAIRE MAROCAIN :

a- L'ORGANISATION JUDICIAIRE :
 TRIBUNAUX DE DROIT COMMUN :
− Tribunal de 1ère instance :
 Chambres : Civile, Commerciale, Sociale et Pénale ;
 Section des Affaires de la famille ;
 Section de la Justice de proximité (Affaires civiles > KDH 5 et pénales) ;
 JUGE RESIDENT.
- Cour d'appel :
- Cour de cassation.

 TRIBUNAUX SPECIALISES :
− Tribunaux administratifs ;
− Juridictions de commerce.

b- CORPS JUDICIAIRES ET AUXILIAIRES DE JUSTICE :


- Corps judiciaires : Magistrats du siège (Juges assis) et Magistrats du Ministère public (Juges
debout) ;
- Auxiliaires de justice : Greffiers, Huissiers de justice, Adouls, Avocats, Notaires, Experts
judiciaires, Traducteurs et interprètes.

QU'EST CE QUE LE DROIT DES AFFAIRES ?


1. Définition classique : c’était le Droit commercial ou Droit des commerçants et des activités
commerciales ;
2. Définition récente :
• Appelé récemment « DROIT DE L'ENTREPRISE » : ensemble (ou Groupement)
des disciplines juridiques relatives à l'exercice des activités commerciales.

==========================================================

DROIT DE L’ENTREPRISE
PLAN DU COURS

1. Eléments de Droit civil ;


2. Eléments de Droit commercial (Droit du commerce et des commerçants, Droit cambiaire, …) ;

3. Eléments de Droit des sociétés ;


4. Eléments de Droit social (Droit du travail et Droit de la Sécurité sociale) ;

5. Eléments de Droit fiscal.


4