Vous êtes sur la page 1sur 5

2.

2- le système didactique : triangle didactique :

L’émergence de la didactique comme une science qui étudie les processus de


transmission et d’acquisition des différents contenus scolaires et universitaires ,et
explique les phénomènes relatifs aux rapports entre son enseignement et son
apprentissage a montré la complexité de phénomène enseignement- apprentissage . Du
Savoir à enseigner , les apprenants ne pouvaient intégrer que ce que leurs structures
cognitives ou leurs représentations leur permettent de recevoir. Les enseignants, eux
aussi, se trouvent devant des élèves qui ont des représentations et des considérations
cognitives trop illusoires et inadéquates .les contenus des savoirs enseignés sont définis
en fonction des opportunités ou des circonstances. Il est temps de passer du triangle
pédagogique au triangle didactique pour mieux comprendre l’acte pédagogique.

La didactique va s’intéresser aux trois pôles de ce triangle et aux relations entre eux : 

1- la relation apprenant / Savoir :

les apprenants ne sont plus considérés comme des sujets neutres et similaires. La
didactique refuse de considérer ces apprenants comme des boites vides , mais comme des
participants à la construction de leurs apprentissages sur la base de savoir antérieurs
diffus et extra- scolaires.

2-la relation enseignant / savoir :

Le savoir à enseigner est défini par les programmes, et par voie des conséquence, dans
les manuels ,va être intégré par l’enseignant dans sa démarche d’enseignement-
apprentissage comme point de départ et de restituer par la suite. Il décontextualise ce
savoir pour le « contextualiser »en fonction du niveau de la classe ;de ses choix
méthodologiques, de ses objectifs spécifiques.

3-La relation enseignant / élève :


C’est le domaine de la relation pédagogique qui norme souterrainement les situations
d’apprentissage et renvoie à des attentes , des habitudes ou à des mécanismes scolaires.

différentes définitions de la didactique en fonction de chaque discipline -2.3

L’émergence des nouvelles notions comme celles de « système didactique » , «  triangle


didactique » «  processus/stratégies d’apprentissage » « diversités des disciplines » .. a
dévoilé la nécessité d’une nouvelle reconsidération de l’espace pédagogique , dont les
trois pôles qui le constituent seront le savoir, l’enseignant et l’apprenant ,ainsi que les
différentes relations possibles entre ces trois pôles qui caractérisent tout acte
d’enseignement -apprentissage.

Ainsi peut-on dite que c’est le bon moment pour passer à un nouvel modèle pédagogique
qui va prendre en considérations tous les facteurs internes qui déterminent tout acte
pédagogique. Chaque discipline a sa propre didactique en fonction de son contenu
particulier. Elle structure les situations d’enseignement- apprentissage selon son histoire
propre et les objectifs qu’elle voulait atteindre et les difficultés prévues lors de sa
pratique pédagogique et didactique. La didactique est définie, donc, en fonction de
chaque discipline. Quelles sont les différentes définitions de la didactique ?

a) la didactique de l’arabe :

L’enjeu de l’enseignement de l’arabe dans l’école tunisienne consiste à donner aux


élèves les moyens de la maîtrise de l’arabe, en sa qualité de langue nationale

Afin que cet objectif se réalisait, la didactique de l’arabe visera le développement ,chez
l’enseignant ,les compétences linguistiques , pédagogiques et didactiques qui le rendra
capable de construire des séquences d’apprentissage et l’élaboration du sens dans la
communication orale.

La didactique de l’arabe essaie à aider l’enseignant à identifier les difficultés, chez les
élèves , liées à l’apprentissage de la communication orale et lui fournira les outils
didactiques pour pouvoir les surmonter.

La didactique de l’arabe aide l’enseignant à un usage efficace de la didactique de la


lecture et de la production écrite dans la construction de la séquence d’apprentissage de
la leçon de la lecture et celle de la production écrite.

La didactique de l’arabe fournit à l’enseignant les différentes méthodes et démarches


adoptées dans les différentes modes de la lecture et de la production écrite et
l’appropriation des connaissances de base dans la grammaire et les lettres et civilisations
arabes .

B) la didactique du français :

Au cours des années soixante , des travaux en sociologie de l’éducation ont vu les
jours .Ces travaux ont prôné à une transmission, plus efficace, des connaissances .ils ont
insisté aussi sur l’importance de faire l’enseignement plus démocrate et de lutter contre
l’échec scolaire en adoptant les méthodes et les contenus aux nouvelles populations
d’élèves ,accueillis dans les collèges ;de plus en plus hétérogènes

Ces travaux ont été le germe de l’ émergence de la didactique du français, sans pourtant
se connaitre explicitement par ce nom.

En 1966 ( le Plan Rouchette), puis en 1970 (Plan de la rénovation de l’ enseignement du


français à l’école élémentaire), et enfin en 1972( le texte de l’orientation de la réforme
de l’enseignement du français dans les établissements du second degré) un mouvement
de rénovation de l’enseignement du français a eu lieu . Il a visé l’objectif suivant :
Favoriser la liberté de parole chez l’élève

Dans cette période, la réflexion sur l’enseignement a côtoyé l’entrainement aux


techniques de communication. Les universitaires sont sollicités pour refonder les
méthodes de lecture et repenser le statut de la grammaire

Au milieu des années quatre – vingt ,le français est redéfini comme discipline
instrumentale .Ainsi la didactique est- elle devenue la méthode la plus convenable aux
objectifs et aux enjeux de l’enseignement du français .

La didactique du français exige que l’instrumentalisation du français ou la maîtrise de


sa grammaire n’est pas un but en soi, mais un outil pour que les apprenants
maîtriseront , d’une manière parfaite la communication orale et écrite

C’est pour cette raison que parmi les objectifs de la didactique du français est de
fournir à l’enseignant les méthodes et les démarches qui lui permette à mieux effectuer
la transposition didactiques des savoirs linguistiques et faire progresser son habilité de
compréhension et d’interprétation des textes.

La didactique de français s’intéresse , d’abord ,à la communication orale.Il procure à


l’enseignant les outils didactiques ( par exemple, usage du numérique ,correction
phonétique ) pour qu’il puisse développer , chez ses élèves les techniques de cette
communication et de rendre ses élèves conscients des implications sociales de la
communication orale.

Elle fournit ,aussi, à l’enseignant les compétences linguistiques, pédagogiques et


didactiques pour mieux effectuer la didactique de la lecture- compréhension et d’être
capable de créer des stratégie d’apprentissages qui suscitent la motivation et la
participation des élèves

La didactique du français s’intéresse aussi à la didactique de la grammaire ,elle met


l’enseignant en courant de l’évolution des pratiques dans l’apprentissage de la
grammaire et l’aider à un bon usage de l’erreur dans l’appropriation de ces
connaissances grammaticales par les élèves .

En Tunisie, l’enseignement du français, , comme langue étranger vise à faire impliquer


les élèves dans des activités d’apprentissage oral et écrit .La didactique du français
fournit à l’enseignant les outils didactiques qui aideront à développer chez les élèves, en
prenant en considération leurs différenciations cognitives, affectives .les compétences
attendues :
-Être capable de se communiquer par un langage français claire dans des situations de
plus en plus complexes .

Enrichir sa culture en découvrant les valeurs culturelles universelles

C) la didactiques des mathématique 

L’enseignement des mathématiques vise à développer , chez l’élève , le raisonnement, et


cultiver, chez lui , aussi la possibilité de l’abstraction. Il suscite, aussi son imagination.
La voie royale pour la réalisation de ces apprentissages est «  la résolution des
problèmes ».

La didactique des mathématiques chercher donc à aider l’enseignant dans l’analyse des
problèmes mathématiques en fonction des connaissances préalables des élèves et de
prévoir d’avance leurs erreurs.

Elle montre à l’enseignant que la méthode la plus efficace pour rectifier les erreurs des
élèves est de se mettre à leurs places et de faire adapter ses méthodes de l’enseignement-
apprentissage ainsi que les différents contenu qu’il donne( les entiers naturels et leurs
désignations, additions et soustraction dans l’ensemble des entiers naturels,
multiplication et division dans l’ensemble des entiers naturels, éléments arithmétiques
dans l’ensemble des entiers naturels, les décimaux ,proportionnalité, fonctions
numériques, éléments des bases de la géométrie …)aux intelligences de ses élèves, pour
mieux résoudre les difficultés d’apprentissage .

Elle fournit à l’enseignant les outils didactiques qui lui permette d’identifier les
difficultés rencontrées par les élèves et d’essayer les remédier

d)la didactique des sciences physiques et chimiques :

L’enseignement des sciences expérimentales exige une exposition formelles


accompagnée d’observations ou de petites expériences( à l’occasion des séances de
travaux pratiques)

L’objectif de la didactique des sciences physiques et chimiques consiste à tirer


l’attention de l’enseignant sur le fait que l’enseignement- apprentissage de la physique et
la chimie provoquent des difficultés chez les élèves.

Elle lui procure les outils qui peuvent être des médiation pour l’enseignement-
apprentissage de ces contenus et des pistes pour surmonter les difficultés prévues. Ces
outils consistent à inventer les modalités qui permettent à développer, chez les élèves une
maîtrise de l’expérimentation et de la construction des modèles explicatifs. Ainsi l’élève
acquiert-il une véritable culture scientifique vivante et critique.

La didactique des sciences physiques et chimique exige de l’enseignant ,outre les


ateliers de formation basés sur la méthode d’investigation, l’utilisation de la méthode
de la classe inversé en partagent la classe en plusieurs groupes. Et chaque groupe
choisirait un concept physique ou chimique enseignable au primaire. Les membres de
ce groupes cherchent eux-mêmes les informations sur les difficultés concernant
l’enseignement – apprentissage de ce concept ainsi que les essais de remédiation.
: E)La didactique de l’histoire et de la géographie

. L’enseignement de l’histoire est déterminé par des enjeux idéologiques ou politiques

Pourtant, il vise aussi des objectifs didactiques. L’un de ces objectifs est la
construction , chez l’élèves, des compétences .Ces compétences consistent à avoir la
conscience de l’évolution épistémologique des faits historiques, d’en connaitre les causes
.et ,aussi , de la difficulté de la reconstruction de ces faits

La didactique de l’histoire fournit, aussi, à l’enseignant les outils didactiques qui lui
permette d’affronter ces difficultés .Elle procure à l’enseignant les stratégies
d’apprentissage ;elle lui fournit, aussi , les critères qui concernent le choix des
documents historiques qui pourront susciter ,chez les élèves, la motivation pour les
analyser et identifier les problématiques qu’ils posent . Ainsi l’enseignant pourrait-il
s’assurer d’une bonne compréhension, chez les élèves, de la relation entre ces
. documents historiques et les objectifs méthodologiques et cognitifs visés

La didactique de la géographie s’intéresse à l’étude du milieu ;milieu local d’abord


.puis sa comparaison avec d’autres milieux

La didactique de la géographie fournit à l’enseignant les moyens didactique pour mieux


confronter les difficultés des élèves qui concernent la distinction entre les différentes
conceptions de la géographie et le passage d’une conception à une autre