Vous êtes sur la page 1sur 15

E .N .S .T E .N .S .

T
Ύ
˰ϴ
˰ΟϮϟϮ˰ϨϜΘ
ϠϟΎ
˰ϴ
Ϡ˰όϟ΍Δ˰˰ϴ
˰Ϩ˰σϮϟ΍Δ˰γέΪ˰˰Ϥϟ΍
Ύ
˰ϴ
˰ΟϮϟϮ˰ϨϜΘ
ϠϟΎ
˰ϴ
Ϡ˰όϟ΍Δ˰˰ϴ
˰Ϩ˰σϮϟ΍Δ˰γέΪ˰˰Ϥϟ΍
Ecole nationale supérieure de technologie
Ecole nationale supérieure de technologie

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Ecole Nationale Supérieure de Technologie

Département de Génie Logistique et Transport

Le module concerné : Transport durable

Réalisé par : FERHAT Charifa

GORINE Fatima Zohra

MELLAOUI Romaissa

MEHANNECHE Kaouthar

Encadré par : Mme TALAMALI

Année d’étude : 2019/2020


Table des matières
Liste de figures.....................................................................................................II
Introduction...........................................................................................................1
1. Le grand problème d’embouteillage en Algérie.............................................1
1.1. Le cas d’Alger...........................................................................................1
2. La proposition du bus à cheval (TEB bus)......................................................2
2.1. Historique..................................................................................................2
2.2. Présentation de TEB.................................................................................3
2.3. La fiche technique.....................................................................................4
3. Le fonctionnement du TEB.............................................................................5
3.1. Le principe de fonctionnement.................................................................5
3.2. Station.......................................................................................................6
4. Les avantages et les points critiques...............................................................8
4.1. Les avantages............................................................................................8
4.2. les critiques...............................................................................................9
5. Le TEB et la durabilité...................................................................................10
Conclusion...........................................................................................................11
La bibliographie..................................................................................................III

|Page
Liste de figures

Figure 1: l’embouteillage au niveau des autoroutes à Alger.................................2


Figure 2 :le TEB bus.............................................................................................3
Figure 3 :les dimensions du TEB bus....................................................................4
Figure 4: La circulation des voitures en dessous du TEB.....................................4
Figure 5 : l’infrastructure du TEB bus..................................................................5
Figure 6: la circulation du TEB dans les routes....................................................6
Figure 7: station de premier type de chargement.................................................7
Figure 8: station de deuxième type de chargement...............................................7
Figure 9: une vue intérieure du TEB..................................................................11

|Page
Introduction

Les volumes de trafic et la population ne cessant de croître au cours des décennies à


venir, la demande en infrastructures de transport sera accrue, mais de nombreux pays ne
disposent pas de suffisamment de fonds ou d’espace pour construire plus de routes et de rails.
Les systèmes de transport autour desquels le monde moderne a été construit sont sur le point
de se transformer considérablement. La technologie des bus anti bouchon fait son apparition
en chine pour aider à optimiser l'utilisation des routes, permettant ainsi d'économiser des
milliards de dollars dans l'expansion future de l'infrastructure. Avec cette nouvelle
technologie, nous obtiendrons des avantages de développement environnemental et
économique.

1. Le grand problème d’embouteillage en Algérie

Pour parcourir des distances même les plus courtes, cela nous mobiliserait sur les routes
et tout serait paralysé. Mais en réalité, même en automobile, cette situation risque de survenir
si on continue à injecter un volume important de véhicules sans pour autant revoir le
développement des infrastructures routières et ce n'est pas les trémies qui vont régler le
problème. Pourtant, elles sont d'une grande utilité sur les axes routiers de la capitale, mais à
force de plus de véhicules, elles seront inondées par ces derniers

1.1. Le cas d’Alger

À Alger il est infernal de circuler ; encombrements, point de lieu de stationnement, flux


considérable de voitures malgré les autoroutes, les trémies changeurs, élargissement des voies
etc., il est très difficile de circuler.

Le phénomène de l'encombrement et des points noirs au niveau du réseau routier à Alger


a pour origine l'importante expansion du parc automobile qui compte près de 1,7 million de
véhicules, le flux de plus en plus grand de véhicules transitant quotidiennement par Alger
vers d’autres sens, la dégradation des routes et l'absence de parkings en mesure d’accueillir le
nombre important de véhicules, ce qui incite, a-t-il expliqué, les automobilistes à marquer des
arrêts anarchiques sur les routes et près des trottoirs.

1|Page
Il est à noter que les nombreux travaux et ateliers d'entretien des routes entrepris même
pendant les heures de pointe, outre les nombreux accès et sorties secondaires bifurquant vers
les voies principales.

Permet les causes les plus importantes, Le faible engouement des citoyens pour l'utilisation
des moyens de transport public à l’instar du métro, du tramway et des trains, en sus du refus
des familles d’emprunter un seul véhicule vers une même destination, sont autant de facteurs
intensifiant le phénomène des embouteillages au niveau de la capitale.

En cherchant des solutions, un débat sur l'importation des véhicules de moins de trois
années devrait relancer d'autres idées pour arriver à canaliser tout ce mouvement sinon dans
peu de temps comment allons-nous faire ? Revenir aux moyens de nos ancêtres ou marcher à
pied, mais le temps c'est de l'argent…. Et donc la solution reste introuvable.

  Figure 1: l’embouteillage au niveau des autoroutes à Alger

2. La proposition du bus à cheval (TEB bus)

2.1. Historique 

Le bus à cheval est un projet chinois d’autobus conçu pour enjamber la circulation afin
de fluidifier le trafic et c’est une excellente invention pour éliminer les embouteillages dans
les mégapoles également connues sous le nom de Transit Elevated Bus (TEB). Le bus
chevauchant ou Transit Elevated Bus (TEB) est un nouveau concept de bus proposé où un bus
guidé chevauche le trafic routier.

L'idée de TEB a été proposée en 1969 par deux architectes américains, Craig Hodgetts et
Lester Walker, en tant que concept de transport public appelé "Bos-Wash Landliner". [1] Plus
2|Page
tard, une autre version a été conçue par Hashi Future Parking Equipment Company et le
concept, connu à l'époque sous le nom de 3D Express Bus, a été dévoilé lors de la 13e
exposition internationale de haute technologie de Pékin en mai 2010. Dans le district de
Mentougou à Pékin pour la fin.

En 2010, un total de 185 km de voies a d'abord été mis en chantier à titre d'essai, mais
l'essaie a été annulé en raison de doutes sur ce projet. Le principal doute était son prototype.
Un modèle à l'échelle de travail a été présenté à l'Exposition internationale de haute
technologie de Beijing 2016. [2]

En août 2016, le quotidien populaire chinois Peoples Daily Online a qualifié le bus
chevauchant testé d'arnaque complète, affirmant que le gouvernement de Qinhuangdao
n'était pas au courant du test. [2] Il a été signalé après le dévoilement en août, les
investisseurs se sont retirés et le TEB "a été laissé dans une grange rouillée - au milieu d'une
route principale" le 9 décembre 2016. [3] Le bus a été sélectionné par le magazine Time
comme l'une des "50 meilleures inventions de l'année 2010". [4] A la suite du test, le Brésil,
la France, l’Inde et l’Indonésie ont fait part de leur intérêt pour le projet.

Figure 2 :le TEB bus.

2.2. Présentation de TEB 

Le straddling bus est un concept de bus-tunnel électrique sur rails sous lequel les
voitures peuvent circuler. Cet engin étonnant est présenté comme une alternative au métro. Il
serait moins onéreux à déployer et permettrait d’éviter les embouteillages monstres qui
paralysent les grandes villes en Chine.

On peut le décrire comme un bus dont la largeur est de 7,8 mètres occuperait l’équivalent de
deux voies de circulation. L’engin est perché à 2,2 mètres et il roule sur les rails intégrés de
part et d’autre de la chaussée. Un enjambeur géant en quelque sorte.

3|Page
Figure 3 :les dimensions du TEB bus
La largeur et la hauteur sont suffisantes pour que des voitures circulent sur deux voies
parallèles puissent passer sous le bus, comme si elles traversaient un tunnel. Ce bus
électrique à accordéon aura une vitesse maximale de 60 km/h. Le coût de la construction est
inférieur au cinquième de celui du métro et la période de construction peut être complétée en
un an. Il est constitué de deux couches. La couche supérieure sert à transporter des passagers
et la couche inférieure fait office de tunnel. Les véhicules de moins de deux mètres peuvent
passer en dessous, que bus soit en mouvement ou à l'arrêt.

Figure 4: La circulation des voitures en dessous du TEB

2.3. La fiche technique

Dénomination : BUS anti-bouchon, le bus chevauchant ou enjambant (Transit


Elevated Bus (TEB en anglais)

Longueur : 22 mètres

Largeur : 7.8 mètres

4|Page
Hauteur : 4.8 mètres

Capacité : il peut transporter jusqu’à 1200 passagers

Circulation : sur deux fils de rails

Vitesse commerciale : 65 km/h

Fonctionnement (alimentation) : énergie électrique

Fond d’investissement : 26 millions $ (200 investisseurs chinois)

Figure 5 : l’infrastructure du TEB bus

3. Le fonctionnement du TEB 

3.1. Le principe de fonctionnement

Le bus à cheval dispose des noms alternatifs tels que bus enjambeur, airbus terrestre ou
bus tunnel dans les médias internationaux. [5]

Le système d'alimentation des véhicules maximum utilise du carburant qui est très
nocif pour l'environnement. Le bus à cheval est entièrement alimenté par le système
municipal d'électricité et d'énergie solaire. [6]

En termes d'électricité, le réglage est appelé électrification en courant continu relais. Le


bus lui-même est conducteur électrique ; deux rails construits sur le dessus pour
permettre au poste de charge de courir avec le bus, le prochain poste de charge sera sur
les rails avant le départ du précédent. Ce type de système s'adresse en charge de relais.
L'ensemble ici est un super condensateur, un appareil qui peut charger, décharger et
stocker l'électricité rapidement. La puissance qu'il stocke pendant l'arrêt peut soutenir

5|Page
le bus jusqu'à l'arrêt suivant, où une autre charge est effectuée, n'atteignant aucun gaz
toxique tout au long du processus. [6]

Figure 6: la circulation du TEB dans les routes

3.2. Station

Pour les stations il existe deux types pour charger et décharger les passagers, le premier
type de station peut être construit sur le bus à cheval. Nous pouvons charger et décharger à
travers la glissière et nous pouvons utiliser l'ascenseur d'escalator [7]. Ainsi, les passagers
peuvent monter et franchir les portes du plafond. Nous pouvons utiliser un autre type de
station qui sera dans l'un des côtés du bus. Ce type de station sera à la même hauteur du bus à
cheval.

Figure 7: station de premier type de chargement.

6|Page
Figure 8: station de deuxième type de chargement.
Pour le 2ème type, le dessous de la station sera vacant et peut être utilisé comme sentier
pour piétons ou piste cyclable. Là, nous pouvons utiliser des portes de capteur à la fois dans le
bus et dans les gares. Lorsque le bus arrivera dans la station, les portes des capteurs
s'ouvriront automatiquement. La station comprendra deux sections:

Dans la première section, les passagers viendront chercher leurs billets. Après avoir
récupéré le billet, le passager doit se rendre dans la deuxième section. La deuxième section est
réservée aux passagers qui ont le billet pour monter dans le bus à cheval. Il y aura des places
d'attente pour eux.

Lorsque le bus atteindra la porte de la gare et que la porte du bus à cheval s'ouvrira
simultanément. Après les passagers qui arrivent à destination, ils sortiront du bus à cheval et
se dirigeront vers la première section. Ensuite, dont le passager attendant le bus à cheval, ils
entreront dans le bus. La station contiendra également un système solaire et des postes
électriques. Les stations doivent être construites tous les 2 km. Après avoir atteint une station
et pris en charge, il pourra se rendre à la prochaine station qui sera située à 2 km. Différente
entre ces deux stations, l'une coûte beaucoup plus cher qu'une autre.

4. Les avantages et les points critiques

4.1. Les avantages

Le bus à cheval dispose des avantages très importants à citer :

 L'élimination des embouteillages dans les grandes villes où c’est l'un des plus gros
problèmes surtout à la ville d’Alger, car elle présente une grande circulation comme
elle est la capital de l’Algérie, et dans cette ville se trouvent les grandes
administrations. En plus, elle a une très grande population d’agglomération d’environ
6727 806 (2010) ;
 L’économie d’espace : c’est un avantage important que nous ne pouvons pas le
négliger, car Il s'agit d'un type de bus où les véhicules passeront en dessous ;
 La ville d’Alger devient plus dense de jour en jour, donc ce bus qui transporte de 1200
à 1400 personnes à la fois, peut résoudre plusieurs problèmes de congestion et de

7|Page
transport. Le bus conventionnel peut transporter 80 à 90 personnes, cela signifie qu'un
bus chevauchant pourrait remplacer 40 bus conventionnels ;
 Le stationnement est un gros problème. Si nous pensons au bus local, il a besoin
de beaucoup d'espace et également d'une place de parking ou d'un terminal. Mais
dans un bus à cheval, il peut s'arrêter aux deux extrémités sans utiliser d'espace
supplémentaire. Il se tiendra sur sa propre racine ; si n'importe quel véhicule veut
traverser la route alors il peut passer sous le bus à cheval. Ainsi, il n'y a aucun
besoin d'espace supplémentaire pour le stationnement ;
 Les bus locaux atteignent une vitesse maximale de près de 40 km / h, si la route est les
conducteurs peuvent conduire son véhicule à un système de vitesse d'écoulement libre.
En bus à cheval, sa vitesse peut atteindre 60 km / h ;
 Il peut réduire jusqu'à 25-30% les embouteillages sur les routes principales ;
 Le bus à cheval a les mêmes fonctions que le métro, tandis que son coût de
construction est inférieur à un cinquième du métro ;
 Les bus consomme plus de carburant et détériore l'air, ce qui a un impact sur notre
environnement. Mais le bus à cheval est entièrement alimenté par le système
municipal d'électricité et d'énergie solaire ;
 Le bus à cheval est une alternative moins chère, plus verte et plus rapide pour alléger
un peu l'esprit ;
 Les bus chevauchants peuvent utiliser le pont et les passages supérieurs sans nuire à la
circulation des autres véhicules ;
 Il ne pose pas une pollution sonore car il fonctionne avec l’énergie solaire, c'est
totalement respectueux de l'environnement ;
 Il peut économiser jusqu'à 860 tonnes de carburant par an, réduisant ainsi 2 640 tonnes
d'émissions de carbone ;
 Il utilise un système de sortie de secours. Après avoir détecté l'obstruction, le bus
s'arrêtera automatiquement en utilisant une pause d'urgence avec son système de
freinage.

4.2. les critiques

Ce bus à cheval anti-bouchon a quelques points que nous allons citer qui peuvent poser un
souci :

8|Page
 Ce bus nécessite d’une haute technologie, et nous devons avoir toujours des
spécialistes qui peuvent maitriser son type de fonctionnement pour la maintenance, les
problèmes de l’énergie, et les pannes…etc.
 Sa construction nécessite une étude qui peut coûter cher pour pouvoir le construire
dans le bon endroit et les bonnes conditions
 La technologie était jugée trop immature et de nouveaux essais doivent être soumis à
l'élaboration d'un concept pour prouver que le système fonctionne réellement ;
 le concept s'est demandé si le bus en vol stationnaire pouvait interagir en toute sécurité
avec d'autres véhicules, en particulier lorsque les conducteurs manœuvrent pour
changer de voie ; [8]
 Afin d'introduire le bus à cheval dans un pays ou dans les grandes villes, il est
nécessaire de reconstruire la route et la remodeler et donner la voie au bus à cheval.
Nous devons également construire des voies supplémentaires pour les véhicules hauts
des deux côtés (plus de 2,2 m) comme les bus, les camions, les camionnettes, etc. car
ils ne peuvent pas passer sous le bus à cheval
 Le bus à cheval aura également besoin d'un large éventail de routes, ce qui est un vrai
problème pour de nombreux pays et villes ;
 Si nous introduisons un bus chevauchant, il faudra également une station à tous les 2
km, ce qui est un processus très coûteux.
 Le bus à cheval ne peut pas prendre de virage serré. Cela peut donc être un gros
problème pour de nombreuses routes et surtout à Alger. Donc, nous avons besoin
d'une voie droite ou presque droite pour le bus à cheval.

Donc nous devons en premier lieu essayer d’étudier et régler tous ces problèmes, pour avoir
un bon service de ce bus à la ville d’Alger.

5. Le TEB et la durabilité

-Le TEB doit permettre de rendre le trafic plus fluide et plus écologique. Car avec une
capacité de 1 200 passagers, il peut transporter l’équivalent de 40 bus traditionnels. Cela se
traduira par une baisse conséquente des émissions polluantes tout en luttant contre le
Réchauffement climatique;

-Des ondes ultrasonores émises depuis l’extrémité du bus qui doit garder ces hautes voitures
ou camions loin de pénétrer dans le tunnel. Ces ondes ultrasonores jouent un rôle important

9|Page
sur la route, sinon un accident peut se produire. Cette onde ultrasonique donne un massage
aux hautes voitures et camions pour les éloigner du tunnel du bus à cheval. Il est important de
s’assurer d’une route sans accident et d’une circulation sûre ;

-Occupation de l’espace routier : dans les bus locaux, les bus du système BRT et le double
étage les bus occupent de nombreux espaces routiers. Comme un bus local occupait près de 4
pieds d’espace routier. Plus de bus locaux plus d’espace occupé. Or, sa hauteur de 2,1 mètres
ne laissait pas beaucoup de place au hasard, puisque seules les voitures avaient l’espace de
circuler en dessous ;

-Cout et temps de construction : le coût de construction d’un autobus à cheval est raisonnable,
ce qui représente 4,5 millions de dollars. Dans le bus chevauchant, le temps de construction
est en quelque sorte d’un an maximum.

En résumant, le TEB présente également l'avantage d'être moins cher à produire qu'un
réseau de transports sous-terrain. Le véhicule dispose d'un autre avantage de taille, il est
électrique et permettrait ainsi d'économiser 800 tonnes de carburants par an. Soit l'équivalent
de 2480 tonnes de CO2. C’est pour cela que certain le nommer < The Economist >.

Figure 9: une vue intérieure du TEB

Conclusion

Le bus anti bouchon intègre les avantages des technologies de transport en bus rapide
(BRT) et de transport en métro qui peuvent être utilisées pour les routes très encombrées dans
les villes. Il peut être une réponse aux graves problèmes de congestion et de pollution. Les
problèmes de blocage pourraient devenir une histoire si cette technologie est intégrée aux
systèmes de transport urbains. En ce qui concerne notre ville comme Alger qui est surpeuplée

10 | P a g e
d'embouteillages et de pollution, le bus anti bouchon est l'une des meilleures solutions pour la
ville d’Alger.

11 | P a g e
La bibliographie

[1]https://www.citylab.com/life/2016/05/can-chinas-futuristic-straddling-bus-
finallybecome-a-reality/483953/

[2]https://www.theguardian.com/world/2016/may/26/china-straddling-floating-bus-
beattraffic-jams?CMP=share_btn_link

[3]https://wheels.blogs.nytimes.com/2010/08/05/riding-high-a-chinese-concept-for-
bustransit/.

[4]http://content.time.com/time/specials/packages/article/0,28804,
029497_2030622_2029706,00.html

[5]http://www.latimes.com/world/asia/la-fg-china-straddling-bus-2016

[6]http://siteresources.worldbank.org/INTTRANSPORT/Resources/3362911122908670104/1
504838-1157987224249/4SYST

[7]https://www.thoughtco.com/passenger-capacity-of-transit-2798765

[8]https://www.alphabet.com/en-ww/article/chinas-straddling-bus

www.usinenouvelle.com

III | P a g e

Vous aimerez peut-être aussi