Vous êtes sur la page 1sur 24

 

 
 
 

Table des matières


 
Sommaire ...................................................................................................................................................... 3 
1.  Développement d’opportunités d’affaires ........................................................................................... 4 
2.  Partenariats ........................................................................................................................................... 5 
3.  Sensibilisation et Promotion ................................................................................................................. 7 
4.  Interventions en CE ............................................................................................................................... 7 
i)  Principes d’éducation aux adultes .................................................................................................... 7 
ii)  Compétences professionnelles des intervenants ............................................................................. 9 
iii)  Types d’interventions ....................................................................................................................... 9 
5.  Passerelles vers l’employabilité .......................................................................................................... 13 
6.  Réflexions ............................................................................................................................................ 14 
Références .......................................................................................................................................... 17 
Annexe 1 ............................................................................................................................................. 18 
Annexe 2 ............................................................................................................................................. 21 
Annexe 3 ............................................................................................................................................. 23 
Annexe 4 ............................................................................................................................................. 24 
 

 
 

Somma
aire
 

Le secteur de La Cité des affaires de e La Cité collé
égiale a contriibué à l’élabooration d’une  Approche‐cadre  
en compé étences essen ntielles (CE) dans le cadre d d’un projet gééré par  l'Asso
ociation des C
Collèges 
Communaautaires du Canada(ACCC). La présente e étude de cass relate notree expérience  relative à la 
phase de validation de e l’Approche‐‐cadre  auprèès de nos appprenants francophones en milieu 
minoritairre. Dès le lancement du prrojet, la prése entation de SScott Murray, socio‐économ miste,  nous aa 
servi de catalyseur et nnous a amené é à nous quesstionner sur lle niveau de m maîtrise des C
CE de nos 
apprenan nts francopho ones en milieu u minoritairee et commentt une démarcche intégrée p pourrait facilliter 
le rehausssement de leur  niveau dee compétencees essentielless. 

Nous avons abordé le projet pilote en suivant less 7 éléments  du parcours de l’Approche cadre. Notrre 
contexte ssocio‐économ
mique est faitt d’une franco
ophonie évoluuant en milieu minoritairee et touche dees 
apprenants en cheminement d'apprentissage prrofessionnel.   

Nous faisoons partie du réseau des ccollèges particcipants aux innitiatives de l''ACCC en mattière de 
compéten nces essentielles. Dès les ddébuts de la mmise en œuvrre de l’Approcche‐cadre nous avons 
contribué ation des 7 élléments du prrocessus intéégré. Notre exxpérience en CE évolue deepuis 
é à l’identifica
10 ans et nous positionnne comme u un partenaire francophonee important d dans la démarrche 
d’implanttation des CE. Nous somme es preneurs ddes opportun ités pour bâtir notre implaantation des CE 
dans notrre collège et n
nous visons l'iimplantation d'une approcche de dévelo oppement dees compétencces 
essentielles dans notree institution. De là notre in
ntérêt à faire  valoir une ap
pproche‐cadree pour soutennir le 
développe ement de nottre capacité institutionnelle parce que  c’est plus qu''une question n d'argent maais 
une questtion d'engage ement dans laa réussite dess apprenants  francophonees. 

Nos parte permis la senssibilisation aux CE et la proomotion du projet pilote. C
enariats ont p Ce projet nou
us a 
e rejoindre pllus de 35 nouvelles person
permis de nnes : des gesstionnaires, fformateurs ett coordonnatteurs. 
Grâce à e
eux nous avon ns eu le privillège de préseenter notre prrojet à 169 pa articipants.  

Nous consstatons aussi  que nous avvons peu de sttatistiques quui nous indiqu
uent le niveau
u de compéteences 
essentielles des appren
nants franco‐‐ontariens et qu’en ce senss notre collabboration peut servir à 
documenter un aspectt de la réalitéé franco‐onta
arienne. 

Nos intervventions en C
CE ont nécesssité notre exp
pertise en éduucation des a
adultes, ensuiite permis le 
développement de nou uvelle compéétences profeessionnelles ppour finalemeent mettre enn scène des tyypes 
ntion qui valo
d’interven orisent l’emp
ployabilité. 

Nous avons piloté ce p projet avec la conviction quue notre expeertise en éduccation des addultes vers 
l'employaabilité est un ggage de créattion de parten nariats internnes qui nous o
ont permis dee conduire le 
projet.  C''est à travers les défis à reelever que no
ous avons connfirmé nos allliances et réu
ussi à sensibilliser 
et mobilisser de nouvea aux partenairres en CE.

  Rapport de recherche – La Cité colléggiale 

 
 

1. Dév
veloppement d’opp
portunitéss d’affaire
es
 
Nous iden ntifions 3 factteurs socio‐écconomiques q qui soutienneent notre pro
ojet‐pilote surr les compéteences 
essentielles. D'abord le e fait d'être frrancophone, ce qui, selon  les données 2006 de Dataa Angel (Scottt 
Murray), identifient ce ette populatio on à risque d'aavoir un mannque de comp pétences en liittératie. Un  
deuxième e facteur, soitt provenir de l’est de l'Onttario, selon cees mêmes données, est au ussi un facteu
ur de 
risque surrtout à cause de la grande population im mmigrante quui démontre des lacunes een littératie  
découlantt du processu us d'acquisitioon des compé étences linguiistiques dans lequel ils son
nt. Un troisièm
me 
facteur rééside dans le ffait d’être unne institution postsecondaaire dont, seloon les données de Scott 
Murray (2 2008), entre 1 15% et 32% des étudiants admis seraiennt en deçà dees niveaux 1 eet 2 de capacité de 
lecture.  

Ces trois ffacteurs sont mis en scène
e dans notre ccollège francoophone en milieu minoritaaire auprès dee la 
clientèle é
étudiante en fformation prrofessionnellee. Ce sont less cours de fran
nçais de ces fformations q
qui 
ont été hôôtes des interrventions en compétencess essentielless telles que prrésentées dan ns le parcourss de 
l'Approche‐cadre.   

 Notre collège est au ccœur de la formation proffessionnelle een français visant l’emploi. Notre offree de 
formationn de plus de 9
90 programmes rejoint prè ès de 5000 appprenants parr session dontt 26% sont dees 
immigrants. Associé à la communau uté de l’éducaation de l’Onttario nous valorisons une instruction qui 
développe des compétences bilingues parce que c’est ce quee demande lee marché du ttravail. Nos 
apprenants proviennent d’abord de e l’Ontario, en
nsuite du Quéébec et finaleement du restte du Canada 
français. 

Le taux dees diplômés p
pour les collèèges de l’Onta
ario était en 22010 de 64% et notre collèège se situe jjuste 
en dessouus  de cette m
moyenne. Le ttaux de placemment de nos  diplômés estt le premier en province so oit de 
plus de 93
3%.  Ce qui no
ous permet de croire que d d'être formé  en français eet posséder dees compétencces 
bilingues est une valeu
ur ajoutée pour l'emploi. 

Le secteur de la Cité des affaires esst en charge d
du dossier dees compétencces essentiellles depuis prèès de 
10 ans. Nootre secteur m
met l’accent ssur  le dévelo
oppement dee  l'employabilité en gérannt un service 
d'emploi eet des prograammes subventionnés de rréinsertion veers l'emploi p
par le rehausssement des 
compéten nces surtout aauprès de clie
entèle immigrante. Dans cce contexte, nnotre équipe est d'abord 
composée e d'intervenants qui accom mpagnent dess chercheurs  d'emploi. Leuur interventio
on est faite 
d'évaluatiion des besoins du client p
pour assurer uun jumelage dde formations et de démaarches qui 
permettroont une intéggration efficace en emploii tant au niveaau des compéétences techn niques que dees 
compéten nces essentielles. 

Nos principaux outils d de référencess et d'interven
ntion provien nent du test dévaluation TTOWES, des 
ressourcees de Skill Plan
n ainsi que de
es ressources en compétennces essentieelles de Resso ources humainnes 
et Développement dess compétence es Canada (RH HDCC). Nous ssommes adm ministrateurs d du test TOWEES en 
depuis 2005 et avons introd
français d duit plusieurss aspects des  compétencees essentielless dans nos 

  Étude de caas ‐ La Cité collégiale 

 
 

programm mes subventioonnés de formmation visantt la réinsertio n à l’emploi.  Notre dévelo oppement 


d’interven
ntion en compétences essentielles dem meure en consstruction et eest fort d’expeertises et 
d’interven
ntions qui démmontrent nottre savoir‐fairre pour mettrre en place d’’autres initiattives qui évolu
uent 
avec le co
ontexte socio‐‐économique. Nous croyon ns à l'intervenntion en com
mpétences esssentielles et n nous 
profitons des opportunnités de proje
ets financés p
pour augmentter notre capaacité et faire vivre notre 
interventiion. 

Notre colllège a des commpétences ett un historiqu
ue d’interventtions qui nou
us assurent dees conditions 
favorables à la réussitee d’une implaantation harm
monisée en coompétences eessentielles. N
Nous savons q que 
l’implantaation d’une appproche‐cadrre nous donnera une cartee de visite qui nous aidera à faire une 
planificatiion stratégiqu
ue pour bâtir notre capacitté institution nelle. 

2. Parttenariats
 

Notre conntribution à laa validation d
de l'Approche boration avec un regroupement 
e‐cadre est faaite en collab
de 9 collèges sous le le
eadership du Collège Dougglas. Nous faissons partie du u sous‐groupe francophon
ne 
composé de 3 collègess francophone es. Ensemble nous nous soommes enten ndus sur les o
outils 
d'interven
ntion (tests, d
documents de e formation, d
documents dee promotion)) qui formentt la base comm mune 
de  nos interventions een CE. 

Nous avons eu 2 renco ontres de travvail (août 2011 et septembbre 2011) pou ur échanger sur des élémeents 


de formattion et élaborrer des straté
égies pour lancer nos projeets. Chaque pprojet était reesponsable du

parcours  dans son insstitution maiss utilisait les mêmes outilss pour assureer une uniformité dans less 
données dde la rechercche. 

ucial d’obtenir des parten
Il était cru nariats à l’inteerne (directeuurs de secteuur, coordonnaateurs de 
programm mes, formateu urs) afin de présenter le projet  et ensuuite mobiliserr les formateu urs et apprenants 
à adhérerr au projet pilote. Nous avo ons identifié une équipe dde 4 personnees afin de préparer la livraison 
du projet et en être less porte‐parole es.  Nicole Olivier et Mariee‐Christine Giill sont les deux expertes een CE 
pour notrre collège et ttravaillent enssemble pour intégrer les CCE dans les intterventions vvers l'emploi. 
Toutes de eux  gestionnaaires d'un proojet pilote elle
es ont agi commme consultaantes envers l'autre dans 
l'avancem ment des proje ets pilotes. S'ajoute à cette équipe 2 foormatrices, Beetty Célestin eet Absatou Liman. 
Betty Céle estin est deve
enue notre fo ormatrice assignée au projeet  alors qu'A Absatou Liman n a continué sson 
rôle de dé éveloppemen nt des CE au sein de ses claasses d'emplooyabilité et elle a collaboréé à l'inclusion des 
interventiions au sein dde ses groupe es. 

Nous avons travaillé auussi avec l’équipe des consseillers en forrmation  de n
notre secteur qui utilisent les CE 
dans l’évaaluation des b
besoins en em mployabilité d
de leurs demaandeurs de seervices. Leur ccontribution et 
expertise ont permis d d’identifier dees candidats a
au projet et uun appui danns l’accompaggnement verss 
l’employaabilité. 

  Étude de caas ‐ La Cité collégiale 

 
 

Notre direecteur, Réjeaan Thibault, fut  sollicité afin de convaiincre d'autres directions d d'ouvrir leur 
programm me à la condu uite des intervventions en CCE. C'est grâcee à l'engagemment des gestionnaires et d des 
coordonn nateurs de pro ogramme que e nous rejoignnons les apprrenants et pouvons validerr les interventtions 
en CE. Nootre travail d’é
équipe a perm mis à notre sttratégie de paartenariat de s’adapter auxx défis présen ntés 
par certains aspects du u projet. Les é
échéanciers  d du collège et  du projet ontt compliqué ll’avancementt du 
projet, maais cela nous a permis de ttester notre  aadaptabilité.  C’est la capacité de gérer ensemble le 
changeme ent qui nous aa permis de m mener le projet. 

Nous tenoons à souligne pe de l’approche‐cadre dee l’ACCC  fut  u
er que l’équip un partenairee incontournaable 
en nous fo
ournissant unn accompagne ement qui noous aidait à s’aajuster aux demandes du projet. 

Les form
mateurs et les appren
nants  
ateurs et apprenants sont des partenaiires essentiells à la réalisa
Les forma ation du projeet.  La 
collaborattion du directteur de la formation linguiistique des prrogrammes crrédités, Marcc Bissonnette,, 
ermis de rejoindre les form
nous a pe mateurs et euxx nous ont ouuverts les porrtes de leurs cclasses.  

Afin d'obttenir la particcipation étudiante nous avons préconissé une approcche insérée d dans un courss 
parce que e nous avions l'opportunité é de parler inconditionnel lement de cee que sont les CE. Suite à 
l’invitation du directeu ur  de la formaation linguistique nous avoons  présentéé  le projet au
ux coordonnaateurs 
de formattion et aux em mployés perm manents afin d de solliciter leeur engagement à recevoiir notre 
interventiion dans leur salle de classse. Nous avon ns reçu un apppui de cette direction quii a fortementt 
incité le p
personnel ensseignant à collaborer.   

De cette rrencontre de secteur, 2 co oordonnateurrs nous ont in vités à livrer 2 autres préssentations aux 


professeuurs contractue els. Après délibérations, écchanges, nég ociations, 5 eenseignants n nous ont permmis 
de présennter le projet à  10 classess;  Techniquess policières, EEsthétique, M Mécanique, Teechniques de 
l’environn
nement,  Tech hniques de co ommunication.  Ce qui nouus a permis de présenter le projet  à 14 43 
apprenants. Cependan nt, les compliccations techn
niques, conceernant le test en ligne  Éva aluation 
canadienn ne de littérattie (ÉCl) et la durée pour rééaliser le testt  ont décourragé 3 formatteurs et  5 cla
asses 
se sont déésistées.  Ici cc’est le facteu
ur temps qui aa découragé l a participatio
on car les labo
oratoires de cces 
classes étaient d’une d durée maximaale d’une heu ure. 

Toutefois, nous savonss que nos préésentations suur les CE ont ffourni une infformation qu
ui a ouvert dees 
discussion
ns sur l'emplo
oyabilité par l'évaluation des compéteences. La  sensibilisation esst un aspect 
incontourrnable pour faaire avancer lla connaissan
nce des CE. 

Nos parteenariats furen nt déstabilisé
és mais d’autres se sont crréés  et nous avons décidéé de  présenteer le 
projet auxx participantss de Formatioons‐relais subvventionnées  destinées auxx immigrants dans des 
domainess d’emplois ciblés. Nous avvons réussi à cconvaincre 3  formateurs q n du 
qui ont intégrré la passation
test dans leur cours. Cee qui nous a ppermis de tesster 26 personnnes de plus pour amenerr notre nomb bre à 
169 persoonnes exposé ées au CE. 

  Étude de caas ‐ La Cité collégiale 

 
 

3. Senssibilisatio
on et Prom
motion
 

Il a été né
écessaire pour nous de gaggner la particiipation de noouveaux parteenaires afin de faire valoir le 
projet‐piloote. Même si notre secteu ur de La Cité d
des affaires uttilise et intèggre les CE dan
ns son interveention 
vers l’empployabilité, ellle reste quan
nd même marrginale et peuu intégrée dans la culture du collège. D Donc 
comme le e suggérait l'A
Approche‐cad dre, il nous esst nécessaire  d’élargir  et de renforcer r notre réseauu de 
partenairres internes ppour réussir notre interven ntion en CE. 

L’avancemment du proje et a été possiible grâce à ll’engagemen t de notre dirrecteur Réjea an Thibault, qqui a 


su convaincre le secteu ur de formation linguistiqu ue à s’engageer à ouvrir les classes de français pour 
présenterr le projet pilo
ote. Les 3 séances d’inform
mations donn ées aux form mateurs étaien nt des 
opportunités de faire cconnaître nottre savoir‐fairre et  notre enngagement dans l’implanttation d’un 
parcours ddes compétences essentie elles.    

Nous croyyons que la se ensibilisation est la meilleu
ure façon de  promouvoir l'implantation n des CE. Donnc, 
notre app proche pour cconduire le prrojet des com mpétences esssentielles étaiit axée vers lee personnel q
qui 
rejoint l'apprenant (conseillers, formmateurs)  car nous croyon s que c'est paar eux que no ous avons le pplus 
de chance e de porter la connaissance des compéttences essenttielles vers l'aapprenant. Un n formateur 
conscientt de la valeur des compéteences essentieelles a plus dde chance d'êttre capable d de faire des liiens 
avec l'app prentissage eet le projet d'eemploi.  

Nous avons produit un ne présentatiion basée surr le matériel een français du u Collège colllaborateur Liionel 


Groulx quui s'appelle " Échelon 3". NNous avons en nsuite utilisé  une adaptatiion de cette p
présentation pour 
nants. Aucune autre diffussion ne fut faiite.  Nous avoons rejoint 355 intervenants avec qui nous 
les appren
avons échhangé sur les CE et avons d projet pilote. Une de ces 
discuté de l’avvantage de paarticiper au p
formatricees, Katrine Chhamberland, a accepté de participer à lla rencontre d de Calgary et demeure une 
enseignannte qui fait paartie de notre
e réseau des CCE parce qu'eelle en comprend la portéee. 

4. Inte
erventions en CE
 

i) Principes d
P d’éducatio
on aux adu
ultes
Tel que l'aapproche‐cad
dre le proposaait nous avon
ns eu une appproche andraggogique.  

La formattion des adulltes est la spéécialité de nottre interventition à la Cité d
des affaires. L'ensemble dde 
nos intervventions tientt compte de la réalité de l'adulte et nouus développo ons et livrons des programmes 
qui servennt les besoinss de l'adulte een réinsertion
n professionn elle. Dans no os interventioons pour préssenter 
le projet, faire le test o
ou offrir la fo
ormation,  nous avons tenuu compte de la réalité de nos participa ants 
tout en nee perdant pass de vue les o objectifs apprrentissages dde rehaussem ment des CE.  

  Étude de caas ‐ La Cité collégiale 

 
 

L'identificcation de l'objjectif d’emplo
oi de chaque candidat étaiit notre premmier moyen dee faire le lien avec 
les CE.  C'est en reconn naissant que l’adulte est au cœur de l’aapprentissagee dans une ap pproche 
andragogique que nou us avons adap pté notre accoompagnemennt.  Les appreenants identiffiés ayant un 
niveau 2 o ont bénéficié
é d’interventioons individua
alisées afin dee  mobiliser o
ou soutenir leeur participattion.  

La majeurre partie des candidats id dentifiés et pa
articipants à lla formation étaient des iimmigrants. A Avec 
eux,  nouss avons eu à ccomprendre lleur style  d’aapprentissagee pour les amener à l'appreentissage auxx CE.  
Ils ont été
é formés  dans un système e éducatif qui favorise la mmémorisation..  Dans ce con ntexte,  les no
otions 
restent paarfois abstraittes après avooir été apprise
es longtemps . De même, lee vocabulairee, les tournurees de 
phrases et les façons d de s`exprimer peuvent  cré éer de  la conffusion et il esst utile d’userr de discernemment 
pour déte ecter toute incompréhension y étant re elative.  Par aiilleurs, pour d
des raisons cu ulturelles 
profondément enracin nées, il n`est p
pas rare de laisser subsisteer un doute p par gêne de po oser une question 
en public,, aussi faut‐il souvent s`asssurer de la co
ompréhensionn de tous et o ouvrir la discu
ussion en invittant 
chacun à dire son mot. Notre attenttion à ces réaalités de l'appprenant immiggrant a démo ontré notre acccueil 
à la diverssité et notre aapplication d’’une approche andragogiqque. 

Pour étayyer les sujets àà l`étude, l`ajout de suppo ort visuel, de ddocuments rééels et relatiffs au cours  ainsi 
que l`utilisation d`Internet a été jud dicieux.  Ces o
outils combin és à notre ap
pproche perso onnalisée  ont mis 
e de l’apprenaant adulte paarce que nouss avions un fo
l’accent sur la réussite ocus sur les b besoins de 
l'apprenaant. 

La formattrice a été le ppoint de conttact pour l’en nsemble de laa livraison dee la formation n. C’est elle qui 


s’occupaitt de la passattion des tests,, de l’horaire,, du suivi, de  l’interprétation, de la relaation avec les 
formateurs et de la banque de donn nées.  Notre fformatrice Beetty Célestin aa eu l’occasio on de dévelop pper 
ses compé étences en la matière et s’’est avérée trrès déterminéée dans le suiivi auprès dess apprenants.. Elle 
même pro ovenant de l'iimmigration ccréa un lien e entre l'apprenntissage et l'aapprenant.  Une fois que 
l’apprenant avait intéggré la formation, elle devaiit savoir les faaire revenir car chacun d’eeux avait de laa 
difficulté à s’organiser pour placer ccette formation dans leur  horaire. 

Nous échaangions sur l'avancement du projet au fur et à mesuure que les éttapes avançaiient. Nous avons 
eu 3 renco
ontres de travail pour orgaaniser la mise
e en œuvre ett ensuite nou us nous rencoontrions 1 foiss par 
mois ou p
plus au besoinn. La commun nication courrriel relatait dees avancements hebdomaadaires. Chacu un de 
nos échannges relataiennt du particip
pant et de sess défis à intéggrer régulièreement les claasses que nouus 
proposionns.  

C'est notrre sensibilité àà la condition
n de l'adulte e
en apprentisssage qui a guidé nos décisions et nos 
ajustemen nts pour perm mettre l'appre entissage dess CE auprès dees personness participantees.  Les CE son nt un 
sujet toutt à fait conduccteur d'une approche andragogique paarce que c'estt lié à l'adulte et sa capacitté de 
réussir à l'emploi. De pplus les CE nous amène à in ntervenir aveec l'identificattion des beso
oins de l'adultte 
pour atteindre ses obje ectifs professsionnels. Une approche anndragogique p permet à l'in
ndividu de 
s'approprrier son défi eet d'agir pourr le surmonteer et c'est exaactement ce q que fait une a
approche en C CE en 
amenant l'adulte à sittuer ses comp pétences facee à son projett d'emploi. 

  Étude de caas ‐ La Cité collégiale 

 
 

ii) Compétenc
C ces professionnelless des interrvenants
 

L'Approchhe‐Cadre indiique que la coompétence dees intervenannts a un impa act sur le parccours en CE. Dans 
notre projjet pilote nou
us avions à dé
évelopper l'exxpertise d'unee nouvelle peersonne. Les d deux expertess en 
CE de notre collège occupent  des p postes de gesttion ce qui nee permettait pas une préseence quotidieenne 
dans les in
nterventions du projet pilo
ote. Elles ont eu à faire de s efforts impoortants pour accompagneer la 
nouvelle fformatrice daans son intégrration et prattique des CE.   Ce qui nous a permis de ddiversifier nottre 
expertise..  

Nous avons choisi d'in nitier  une nouvelle formatrice  en CE dd'abord parcee que nous avvions les moyeens 
associés aau projet de le
e faire et que
e cette person
nne provenaitt d’une  comm munauté cultturelle autre qque 
canadienn ne. C'est impoortant pour nnous de rehauusser nos com mpétences tou ut en compreenant bien le 
processuss d'apprentisssage de l'adullte immigrantt qui composee plus de 80% % des personn nes que nous 
servons dans notre seccteur plus  particulièremen nt; alors que  la clientèle im
mmigrante dees programmees de 
formationn postsecondaaire représen nte 26%.  Avecc cette intervvenante formatrice, Betty Célestin, et uune 
autre inte
ervenante, Ab bsatou Liman,, nous avons ttravaillé à co nsolider notrre savoir‐fairee auprès de ceette 
clientèle aadulte. 

Tout au lo
ong de nos intterventions,  nous nous so ommes référéés aux sites dee RHDCC en C Compétencess 
essentielles  pour dém montrer l'impo ortance de no otre  gouverneement fédéraal à investir dans l'intégrattion 
Nous avons au
des CE.  N ussi bénéficié, dans le cadrre du  projet dde l`Approchee‐cadre,  de fformations 
intensivess à Vancouver sur des prérrequis indispeensables à la  a planificationn et  la livraisson 
d`intervenntions efficacces, les princiipes qui régissent la formuulation, la déécomposition,, la 
compréhe ension de que estions étantt un élément iimportant  duu processus d d`apprentissa age.  Ce soutiien à 
l'informattion et à la formation de nos expertisess sont des com mposantes qu ui confirmentt cette étape de 
l'Approche‐Cadre. 

Notre exppertise est aussi forgée parr  notre statut d'administr ateur de TOW WES et de spéécialiste en 


de cours en Compétences essentielles ((Skill Plan). Noous avons aussi participé àà plusieurs 
création d
conférencces provincialles et nationaales sur le suje née nous avons 
et. De plus, a u cours de la dernière ann
été identiifié comme foormateur fran ncophone de l'approche dde SCALES (Su upporting Can nadian 
Advancem ment of Literaacy & Essentiial Skills) développée par CConnect. Tou ute notre équuipe de conseiillers 
en formattion travaille
e à partir de ccette approch he pour accom mpagner leurrs clients verss l'emploi. 

iii) Types d’int


T tervention
ns
 

Dans l’utilisation de l'AApproche‐cad dre, le type d'intervention  choisi a une iinfluence sur les résultats 


recherché és. Pour nous, l'occasion d'avoir un projjet pilote nouus a permis dee passer du d développemeent 
d'outils à un parcours  d'interventio on des CE.  Lees activités dee nos interventions sont : les présentattions 
des CE et du projet‐pilo ote, la passattion du test,  les rencontrees de candida ts identifiés d
de niveau 2,  la 
formation n et le suivi. Le tableau 1 expose le nom mbre de particcipants pour cchacune de cces interventio ons.

  Étude de caas ‐ La Cité collégiale 

 
 


Tableau 1
 

Portra
ait globaal des paarticipan
nts exposés au
prrojet‐pilo
ote de LCCC
169
180
160 13
31
140
120 83
100
80 4
48
60 34 32
40 17 Portrait  global des parrticipants
20
0 exposéss au
projet‐ppilote de LCC

 
 

Dans le caadre de notre e projet‐ pilote, nous avons présenté lee projet à prèss de 35 profeessionnels de 
l'enseigne ement et à 16 69 apprenantts de cours de e français dess programmees suivants: Teechniques 
policièress, Esthétique, Mécanique, TTechniques d de l’environneement,  Techn niques de com
mmunication et 
Formation n relais (programmes desttinés aux imm migrants, de mmise à niveau pour intégrer des professions 
ciblées). LLes apprenan nts ciblés sontt  en premièree année et peeuvent nous ffournir des inndicateurs surr le 
profil des apprenants e entrant dans une formatio on collégiale.   Il y a eu 131 apprenants qqui ont débuté le 
3 ont complétté le test. De cce nombre 40
test et 83 0.9% obtiennnent des résulltats au nivea au 1, 38.5% 
obtiennen nt un niveau 2 et 20.5% on nt un niveau 3.  Le tableauu 2 présente la répartition
n des résultatss des 
83 person nnes ayant co omplété le tesst. 

Tableau 2

 

Répa
artition d
des 83 participants aux testt par
niveau en "Utilisattion de do
ocumentss"
40
34
35 32
30
25 Répartittion des 83 parrticipants
20 17 aux testt par
15 niveau een "Utilisation de
documeents"
10
5
0
Niveau 1 u 2
Niveau Niveau 3
 
  Étude de caas ‐ La Cité collégiale 

 
 

L'accès à un test TOWEES en ligne, s''est avéré imp
possible et noous avons eu à choisir entrre le ECL en liigne 
ou le TOWWES papier. À
À cause de con ntrainte de teemps nous avvons choisi le test le plus co
ourt, le ECL. LLes 
des 83 apprenants qui ontt complété le test démont rent que pluss du tiers des apprenants 
résultats d
(40.9%) en première année de form mation possèd dent des com pétences esssentielles de n niveau 3 pourr 
s’engagerr dans une forrmation collégiale.  

La formattion offerte a
aux participannts de niveau
u 2 était sur uune base voloontaire. La forrmation étaitt 
disponiblee à raison de 3 heures parr semaine penndant 12 sem maines. Seuleement 15 partticipants se sont 
montrés iintéressés par la formation et seuleme ent 8 participaants ont fait un deuxièmee test et le 
troisième
e test est prévvu en décemb bre 2012. 

Il a été co
onvenu entre les Collèges ffrancophoness qu`on utiliseerait les manu uels de forma ation 
compléme entaire au Te est TOWES, destinés à aide er à développper les compéétences au nivveau 3. Ces 
manuels ccontiennent  des exercicess variés dans les 3 domainees de base à l`étude : L`Uttilisation de 
Documents, la Lecture de Textes et le Calcul. Des documents  de consultattion supplémeentaires et 
complémentaires à la rréalisation de es exercices sont aussi  dess composantees de la Troussse de formattion. 
L`accessibbilité des lienss et référence
es compris daans ces cahierrs ainsi que lees stratégies q
qu`on y trouvve en 
font des rressources de e choix pour a aider à l`augm
mentation dees Niveaux dee compétencee, en l`occurreence 
pour passser du niveau u 2 au niveau 3. 

Concernant la démarch he de formation,  les 27 pe ersonnes idenntifiées comm me pouvant b bénéficier d'une 


formationn, furent invitées à particip
per à des classes hebdomaadaires de 3h. Seulement 1 15 répondentt 
favorablement à particciper à une fo ormation maiss seulement 88 se rendent jusqu'à la passsation d'un 
2ième tesst. L'ensemble e des particip
pants étaientt des immigraants adultes d d'expression ffrançaise. Cess 
derniers é
étaient dans ddes formation ns‐ relais et avvaient plus dee disponibilit é à participerr. Ils étaient aaussi 
en recherrche d'emploi. Ils ont démo ontré les caraactéristiques ssuivantes;  

*  Le besooin de prendre conscience de leurs prop pres capacitéés et limites;
*  Le besooin de parler dde leur vécu ppour chercher un support  moral;   
*  Le désirr de retourne
er sur le marché du travail pour assurerr leur survie ;
*  La néceessité de trouver des  occasions de mettre en applicaation les strattégies apprisees en cherchaant 
ns avec des situations anté
des lien érieures; 
*  La motiivation intrinssèque d'aller plus loin. 
 
Ces besoins  exprimés par nos apprenants  ont tracé notre inttervention d'accompagnement des 
participannts à la formaation.  Ce n’éttait pas facile pour eux d’a dhérer aux réésultats possiibles de cettee 
recherche e car ce n’était pas en lien direct avec le eur avancemeent vers l’emploi et en plu us ils devaientt 
prendre d de leur tempss pour y particciper. Il a fallu
u les y encourrager, les perrsuader et les accompagneer un 
à un pourr poursuivre lle projet. Nottre formatrice e a exclusivem
ment fait un travail de formmation et de ssuivi 
personnalisé. Elle orgaanisait ces inte erventions en n fonction de s horaires des participantss. 

Les donné
ées sur l'impaact de la form
mation démon ntrent que 755% des particcipants ont au
ugmenté leurr 
pointage en utilisation
n des documeents suite à u
une formationn.  

  Étude de caas ‐ La Cité collégiale 

 
 


Tableau 3

Différenc
D e entre le
e test 1 eet le test 22
pour les 8
p 8 apprenants en fformation n
350
300
250
200
Test 1
150
Test 2
100
50
0
1 2 3 4 5 6 7 8
 

Les appreenants en form mation, sauf 11, démontren nt que leurs aautres compéttences en leccture et calcul sont 


plus élevé n des documents. Aussi la fformation a d
ées que celle en utilisation démontré qu ue même en 
ciblant l'u
utilisation dess documents,, il y avait un impact sur lees autres com
mpétences. Vo oir la comparraison 
des résulttats de l’ECL d
dans les table
eaux 4 et 5. 

Tableau 4

Résulta
ats des ap
pprenantts en form
mation du u test 1 
des 3
3 compéttences meesurées ppar le tesst ECL
400
350
300
250 Lectture
200
Utiliisation des doccuments
150
Calccul
100
50
0
1 2 3 4 5 6 7 8
 

  Étude de caas ‐ La Cité collégiale 

 
 


Tableau 5

Résulta
ats des ap
pprenantss en form
mation du u test 2 
des 3
3 compéteences me
esurées p par le testt ECL
500

400

300 Lecturre

200 Utilisaation des documents
Calcull
100

0
1 2 3 4 5 6 7 8
 

Notre app proche axée ssur l'adulte en
n apprentissage a conduit  nos interventions.  Ce quii confirme pour 
nous un liien indissociable entre les étapes de l'in
ntervention een CE présenttés dans l'Appproche‐cadre.  
C'est ce fil de l'approch
he auprès de l'adulte qui aa permis de coonduire jusquu'au bout les interventionss de 
mesure que devait mettre en scène e nos projets‐pilotes. De pllus cette approche a permmis l'augmentaation 
des CE dans 75% des cas. Ces preuvves nous perm mettront de s ervir d'argumments à préseenter à nos 
directionss pour faire valoir une appproche conce ertée et porteeuse de réusssite pour l'adulte en transition 
de carrièrre. 

5. Passserelles v
vers l’emp
ployabilitté
 

Dès les seessions d'informations on ss`est assuré q que les partici
cipants fassennt  bien le lien
n entre  les  C
CE, le 
retour surr le marché ddu travail et lee maintien en n emploi. La nnotion de CE est  la base d de toute 
acquisitioon de compéttences techniq ques.  Nos en ntrevues de ddépart pour siituer le projett d’emploi du u 
participannt nous a permmis de  faire vvaloir les CE, les lacunes ett comment lees combler en n développant son 
propre projet d`augme entation de coompétences d dans le but dee répondre aux besoins du u marché du 
travail can
nadien en millieu minoritaiire.  

L’argument de  réussirr en emploi ou u dans un proojet d`études  en prenant cconscience dee son niveau d de CE 


augmente era le degré dd`employabilitté. Nous tenttions de conv aincre, les candidats identtifiés de niveaau 2, 
en valorissant l`acquisittion de stratégies pour l`éttude et des coours de mise à niveau pou
ur qu'ils 
obtiennen nt  les fondemments pour aller plus loin.

  Étude de caas ‐ La Cité collégiale 

 
 

Peu importe le cheminn emprunté, il a été accenttué par le bénnéfice qu`app
porte le rehau
ussement dess CE, 
comme l’aaugmentation n des  compé
étences techniques, la capaacité de faire de meilleurees stratégies vvers 
l’emploi o
ou encore une ompréhension des CE liéess à la  professsion. 
e meilleure co

Nous avons eu plus de participants en formation n qui provenaaient des formmations‐ relais. Ces particip pants 


étaient directement enncadrés par u
un suivi avec u un conseiller  en formation
n qui travaille  avec ce clien
nt 
obtention de son emploi. C
jusqu`à l'o Comme ces accompagnateeurs sont sen nsibilisés aux C
CE, il leur est facile 
d'encadreer leur appren
nant en gardaant l'objectif d
d'emploi  commme gain du rehaussemen nt des 
compéten nces. 

Pour nouss l'introductio on aux CE estt la première passerelle veers l'employaabilité. C'est p pourquoi il no


ous 
est imporrtant d'initier nos partenaires (personne el, candidats,, public) au lieen entre les C
CE et les 
professionns pour ensuiite adresser l'apprentissagge des professsions basé su ur une comprééhension des CE; 
l'employaabilité est le ré
ésultat des CE. Les passere elles de cettee employabilitté sont faites,, pour nous, dd'une 
identificattion des besooins qui est  faaite dès le départ et qui guuide le particiipant dans ses objectifs veers 
l'emploi. 

Dans le caadre du projet‐pilote notre
e passerelle vvers l'employaabilité était lee projet d'emploi du 
participan
nt. C'est le pro
ojet de chacu
un qui inspiraiit notre formaatrice à faire les liens pour soutenir 
l'apprentissage de son apprenant. 

6. Réfllexions
 

Nous pouvons valider qque le parcou
urs de l'Approoche‐cadre iddentifie des co
omposantes q qui jouent unn rôle 
dans le dé
éveloppemen nt d'interventions en CE. Paarticulièremeent nous réaliisons le besoiin d'avoir unee 
structure organisation
nnelle qui moobilise une éq
quipe de travaail et des inteerventions sooutenues. 

Pour La Cité des affairees,  les interve entions en CEE sont possiblles, projet par projet et en
n fonction dess 
fonds disp
ponibles. Il esst difficile de ssystématiser dans un tel ccontexte.  Cettte réalité de notre structuure 
organisationnelle nouss a demandé de grands effforts pour reccruter et mob biliser des inteervenants et des 
secteurs d
d'enseigneme ent. Toutefoiss, étant un pe etit collège, n ous pouvons compter sur nos 
collaborattions précéde entes pour ap pprocher d'au utres collaborrateurs  à s'initier à de nou
uvelles aventuures. 
L'ensemble de notre co ollège valorisse l'innovatio on et c'est souuvent au nom m de cette innnovation que nous 
pouvons mmobiliser dess joueurs.  C'e est ainsi qu'unne difficulté d
devient une o opportunité! 

Nous rete
enons que dan ns le cadre dee ce projet, bien peu de chhoses se sont   passées com mme nous le 
souhaitions surtout quuand on pense e à la clientèle visée et à l''approche de  formation. TToutefois, nou
us 
avons ren
nforci notre caapacité par l’aacquisition d’’une formatriice et la tenuee d'une intervvention qui n
nous a 
permis dee rejoindre 35
5 membres du u personnel eet 169 particip ipants.    

es présentés par Scott Murray confirmaant que les fr ancophones sont à risque quand on paarle 
Les chiffre
de compé étences essen
ntielles, se con
nfirment dans la mesure ooù nous regarrdons que le ttaux de 

  Étude de caas ‐ La Cité collégiale 

 
 

décrocheu urs est de 36%% pour les prrogrammes d de La Cité collé


légiale de 20110‐11 alors qu ue la moyenn ne 
canadienn ne citée par SScott Murray varie entre 15% et 32%. N Notre collège est très consscient de cettee 
réalité et depuis 2 ans nous avons e en place un coomité "DIPLO OME" qui travvaille à identtifier des 
stratégiess pour augme enter la réusssite scolaire. Nous désironns présenter àà ce comité lees résultats dee 
notre inteervention com
mme une stra atégie potenttielle pour connduire à la rééussite scolair
ire. 

Parmi les résultats obtenus de nos 8 83 apprenants qui ont terrminé le prem mier test on constate que 


40.9% d'e
entre eux sont au niveau 1 1 en CE, alors que 20.5% soont au niveau u 3. Les particcipants au nivveau 
2 représentent 38.5%. Nous pouvon ns présumer que ceux du  niveau 1 sontt sans doute parmi les 
décrocheu urs. Ensemblee les groupess 1 et 2 représsentent 79.4% % des appren nants qui n'on nt pas ce qu'iil faut 
pour réusssir leur appre
entissage au niveau collég gial. S'ajoute  à ce nombree ceux et cellees (48 sur 131
1) qui 
n'ont pas réussi à se re
endre à la fin du test ECL e
en ligne. 

Le test EC
CL n'a pas été adapté pour correspondre à nos atten tes. Il prenaiit plus d'une h
heure et 
l'approche d'alphabétisation associée aux compé étences essenntielles ne rendait pas l'im
mage de la meesure 
des comp pétences professionnelles ccomme le faitt TOWES. 

Concernant les compétences essentielles dans u un contexte frrancophone een milieu min noritaire, le prrojet‐ 


pilote ne nous a pas peermis de faire
e des observaations qui aur aient un impaact sur l'employabilité.  Il aaurait 
essant de proposer aux parrticipants de faire le test ddans la languee de leur choiix ou de faire les 
été intére
deux testss. Nous aurions pu ainsi avvoir des statisstiques pour ffins de discusssion. 

Si nous avvions  à refaire le projet co
omme nous le d avoir un test 
e pensions, noous souhaiterrions d'abord
TOWES en n ligne et la p
possibilité de porter une in
ntervention hharmonisée aavec le calenddrier de 
formation ns professionnelles et intéégrer dès le d
début des sesssions.  

Nous propposerions ausssi d'autres m
modèles de livvraison qui poourraient se faaire en paralllèle des 
programm mes postsecondaires comm me pour ceuxx et celles qui  ne peuvent êêtre admis à u on 
une formatio
profession
nnelle ou qui sont des déccrocheurs. Dèès qu'un partiicipant n'est ppas admis da ans un 
programm me, on devrait lui offrir un
ne référence ppour évaluer 
r et rehausserr son niveau d de  CE. 

Nous pensons aussi à cceux et celles qui sont chômeurs et aurraient besoin d'évaluer leu
urs compétennces 
pour entreprendre un changement de carrière o ou le rehausseement des co
ompétences p pour assure leeur 
rétention en emploi.  

Nous reteenons de notrre expérience e que le modè èle de l'Approoche‐cadre reeprésente bien les étapes  


d'une dém marche conce ertée. Nous pouvons confiirmer que sanns le développ pement d'op pportunités 
d'affairess, sans parten
nariat et sanss sensibilisatiion et promottion il ne peu
ut s'établir dees interventio
ons 
harmonissées en rehau ussement des compétencees essentielless.  Nous réalissons que sanss cette force de 
départ noous ne pouvon ns rejoindre u
une majorité d'apprenantss  qui  travaillent à l'augmeentation de leeur 
niveau dee CE. La preuvve pour nous est que de 16 69 apprenantts sensibiliséss aux CE, seullement 8 ont 
complété le cheminem ment les amen nant au 2ièm me test, soit m
moins de 4.7% %. 

  Étude de caas ‐ La Cité collégiale 

 
 

Nous désiirons souligne er l'appui de ll'ACCC dans laa conduite duu projet et less occasions de partenariatts, de 
formationns et d'échangges qui furentt constants et de qualité. PPour nous, paarticulièremeent l'appui de 
Claire Sou
ucy dans la rédaction de no otre étude dee cas, nous a ppermis de reggarder autrem ment notre projet 
et d'en faire un outil d'appui à notre e capacité et un éloge à noos efforts! MERCI! 

  Étude de caas ‐ La Cité collégiale 

 
 

Références
 

T. Scott M
Murray, 2011, Understanding essentials skills marketts in Canada; What a segm
mentation anaalysis 
reveals off interest for ccolleges. 
 

Indicateurs de rendem
ment de La Cité collégiale; 
http://ww
ww.lacitec.on.ca/indicateu
urs_rendemen nt.htm#.UIWaaCsX8KSo 
 

 Données Excel du projjet pilote de LLa Cité collégiale (2012) 
 

ACCC; doccuments de références pour la rédactio
on du rapportt de recherche 2011 

  Étude de caas ‐ La Cité collégiale 

 
 

Annexe 1 1
Présentattion aux intervvenants 

  « Annexe 1 »  Étude de ccas ‐ La Cité ccollégiale 

 
 

  « Annexe 1 »  Étude de ccas ‐ La Cité ccollégiale 

 
 

  « Annexe 1 »  Étude de ccas ‐ La Cité ccollégiale 

 
 

Annexe 2 2
Présentattion aux appre
enants (modè
èle agent de b
bureau) 

  « Annexe 2 »  Étude de ccas ‐ La Cité ccollégiale 

 
 

   

  « Annexe 2 »  Étude de ccas ‐ La Cité ccollégiale 

 
 

Annexe 33
Modèle de plan de cou
urs basé sur le
es "stratégiess d’apprentisssage" 

Cours 1; LLe secret, c`esst la lecture ! 
En lisant, j`essaie de dé évelopper l`habitude mentale consistannt à identifierr les  points  éénumérés ci‐
dessous,  et, je peux en n parler à que elqu`un : 
 Le but de e ma lecture (plaisir, reche erche d`inform mation, obligaation) 
Le découp page du  textee : (Titre, sous‐titres ou, numérotation  des  paragrap phes) 
 Les mots clés et les ve erbes d`action n 
(S`il  y a d
des notions dee base en rapp port avec ces points qui m``échappent, jje me renseig gne ailleurs) 
 
Lecture 
 ________ ___________ ____________ ___________ ___________________________________ _________                                             
   
Pratique :: Identifier le sujet de la le ecture et quelques points eessentiels d`u un  texte.  
Cahier d`e exercices du pparticipant  Lionel Groulx :: Lecture de ttextes, page 33  
Lien au Trravail: Faire la lecture de ccertains  docu uments  utilissés au travail : journal, conntrat, manuel 
d`utilisation etc., et vérifier la comp préhension de e ce qui a étéé lu. 
 
Calcul 
________ ____________ ___________ ____________ __________________________________________ 
 
Rappel: Je e lis en Identiifiant les opérations à faire e  pour trouvver un montan nt : 
Les opérations de base e : addition, soustraction, m multiplicationn division 
Les règless de priorité d dans les calculs : multiplicaation et divisioon prioritairees devant l`adddition et la 
soustractiion, la présen nce de parentthèses, les no ombres entierrs relatifs, la rrègle des sign
nes 
Pratique :: Cahier d`exe ercices du parrticipant, Calccul, page 3‐7,, cours 1 
Lien avec le travail: Je pense aux travaux de calccul relatifs à m mon emploi p par ex. un buddget de servicce 
comportaant 2 colonnes, débit et cré édit 
 
Utilisation n de documents 
________ ____________ ___________ ____________ __________________________________________ 
 
Pour trouver les  inform mations demandées, je liss  en identifiaant : 
les différe entes sectionss du tableau :: Le titre, les ccolonnes, les  rangées, leurrs disposition
ns 
les types d de tableau : liste, croisé, in
ntersection 
les symbo oles et unités de mesure 
Pratique: Cahier d`exe ercices du parrticipant, Utilisation des doocuments pagge 10 
Lien avec le travail : 
Je pense  à toutes les informations présentées so ous forme dee listes ou de tableaux :  
L`horaire de la semaine e ou du mois,,  la rotation d des employéss etc. 

  « Annexe 3 »  Étude de ccas ‐ La Cité ccollégiale 

 
 

Annexe 4 4
Liens verss les ressource
es en compéttences essenttielles de not re collège. 

1) J'enseiggne les compétences essentielles. Lien développé daans le cadre d du projet d'aggir avec la 
communaauté de l'ACCC C; 
http://jen
nseignelesce.ccitedesaffaire
es.com/ 
 
ption de programmes de fo
2) Descrip ormation pro ofessionnelle dde La Cité colllégiale indiqu
uant le profil de 
l'apprenant; Exemple d du programm me de moins d d'un an de com mmis de bureeau. 
http://wwww.lacitec.on.ca/programm mes/41035.htm#info‐sup
 
3) Série de 5 cours sur moodle; Prise de décisionn, Travail d'éqquipe, gestion
n du temps ett des prioritéss, 
Communiication efficacce, Introductiion au service
e à la clientèlee. 
https://tu
ux‐moodle.laccitec.on.ca/lo
ogin/index.php 
 (un mot dde passe est rrequis) 
 

  « Annexe 4 »  Étude de ccas ‐ La Cité ccollégiale 

Vous aimerez peut-être aussi