Vous êtes sur la page 1sur 64

D I R E C T I O N D E S A F F A I R E S J U R I D I Q U E S

CJFI
COURRIER JURIDIQUE DES FINANCES ET DE L’INDUSTRIE
SEPTEMBRE 2009 - 10 euros

DIFFAMATION, INJURE, OUTRAGE...


Comment se défendre ?

- NUMÉRO SPÉCIAL -
Sommaire
Éditorial ............................................................................................Page 3

Première partie : les actions devant le juge pénal ......................Page 4

Première sous-partie : les actions en cas de diffamation


et d’injure devant le juge pénal .....................................................Page 4
1. La diffamation ............................................................................................... Page 4
1.1. Un élément matériel ....................................................................................................... Page 4
1.1.1. La diffamation ne doit porter que sur des faits précis et déterminés ................ Page 4
1.1.2. L’allégation doit porter atteinte à l’honneur ou à la considération .................. Page 4
1.1.3. La diffamation doit viser une personne physique ou morale ............................. Page 5
1.2. Un élément intentionnel ................................................................................................. Page 10
1.3. La publicité permet de distinguer le délit de diffamation publique de la
contravention de diffamation non publique ................................................................ Page 11
1.4. Les sanctions applicables .............................................................................................. Page 12
1.4.1. En matière délictuelle ............................................................................................ Page 12
1.4.2. En matière contraventionnelle .............................................................................. Page 13
1.5. Les réparations sur intérêts civils .................................................................................. Page 13
2. L’injure ........................................................................................................... Page 13
2.1. Un élément matériel ....................................................................................................... Page 13
2.2. Un élément intentionnel ................................................................................................. Page 15
2.3. Les sanctions applicables .............................................................................................. Page 16
2.3.1. En matière délictuelle ............................................................................................ Page 16
2.3.2. En matière contraventionnelle .............................................................................. Page 16
3. Les personnes habilitées à agir .................................................................. Page 16
3.1. Le principe : le ministère public est seul compétent pour poursuivre les
infractions en matière de presse… j ........................................................................... Page 16
3.2. … Mais il existe des exceptions au principe ............................................................ Page 17
4. La procédure à suivre .................................................................................. Page 17
4.1. Les modalités de saisine des juridictions ..................................................................... Page 17
4.1.1. La plainte auprès du procureur de la République .............................................. Page 17
4.1.2. Les actions de la partie civile ................................................................................ Page 20
4.1.3. Le cas spécifique du désistement du plaignant .................................................. Page 22
4.2. Détermination de l’auteur principal et des complices ................................................ Page 22
4.2.1. En cas de diffamation par voie écrite (presse périodique, livres) ..................... Page 22
4.2.1.1. L’auteur principal ........................................................................................... Page 22
4.2.1.2. Les complices .................................................................................................. Page 23
4.2.2. En cas de diffamation ou injure par communication audiovisuelle
(télévision et radiophonie) .................................................................................... Page 24

Ce numéro est imprimé sur du papier recyclé


4.2.3. En cas de diffamation ou injure par Internet ....................................................... Page 25
4.2.3.1. La distinction entre les fournisseurs d’accès et les hébergeurs
d’une part et les éditeurs d’autre part .......................................................... Page 25
4.2.3.2. Le principe d’irresponsabilité pénale des fournisseurs d’accès
et des hébergeurs ........................................................................................... Page 27
4.2.3.3. La responsabilité pénale de droit commun des destinataires des
services d’hébergement : les éditeurs .......................................................... Page 28
5. Les moyens de défense à une action en diffamation ou injure ............... Page 28
5.1. Les immunités ................................................................................................................. Page 29
5.1.1. L’immunité parlementaire ..................................................................................... Page 29
5.1.2. L’immunité judiciaire ............................................................................................. Page 30
5.1.2.1. Le compte-rendu consiste dans la reproduction intégrale ou
partielle de ce qui s’est passé au cours de l’audience ............................... Page 30
5.1.2.2. Les discours prononcés ou les écrits produits devant les tribunaux ......... Page 30
5.1.2.3. L’immunité judiciaire a des effets plus limités que ceux attachés
à l’immunité parlementaire ........................................................................... Page 31
5.2. La démonstration de la bonne foi ................................................................................. Page 32
5.3. L’exception de vérité ...................................................................................................... Page 33
6. La prescription de l’action .......................................................................... Page 35
6.1. La durée du délai de prescription ................................................................................. Page 35
6.2. Le point de départ du délai de prescription ................................................................ Page 36

Seconde sous-partie : L’outrage prévu par l’article 433-5


du code pénal ..................................................................................Page 37
1. Les éléments constitutifs de l’infraction .................................................... Page 37
1.1. Les moyens par lesquels s’exprime l’outrage sont multiples .................................... Page 37
1.2. L’outrage doit atteindre une personne chargée d’une mission de service
public ou dépositaire de l’autorité publique ............................................................... Page 38
1.3. L’outrage doit être en lien avec les fonctions exercées par la personne
outragée .......................................................................................................................... Page 38
1.4. L’outrage doit être de nature à porter atteinte à la dignité et au respect dû
à la fonction dont la personne outragée est investie .................................................. Page 38
1.5. L’élément intentionnel du délit ..................................................................................... Page 38
2. Les éléments de distinction entre le délit d’outrage et les délits de
presse ........................................................................................................... Page 39
3. Les conditions de mise en œuvre de l’infraction par la victime............... Page 39

ANNEXE 1 : Détermination des personnes dépositaires


de l’autorité publique ......................................................................Page 41

ANNEXE 2 : Détermination des personnes chargées


d’une mission de service public ...................................................Page 44

ANNEXE 3 : Tableau récapitulatif des infractions .......................Page 46


Seconde partie : Le droit de réponse et le droit de
rectification ......................................................................................Page 48
1. Le droit de réponse ..................................................................................... Page 48
1.1. En matière de presse écrite ........................................................................................... Page 48
1.2. En matière audiovisuelle ............................................................................................... Page 49
1.3. En matière de communication en ligne ....................................................................... Page 51
1.4. Exercice de l’action en refus d’insertion ...................................................................... Page 53
1.4.1. En matière de presse écrite et de communication par voie électronique ........ Page 53
1.4.2. En matière de communication audiovisuelle ...................................................... Page 53
2. Le droit de rectification ............................................................................... Page 54

Troisième partie : les actions en référé en cas de


diffamation et d’injure devant le juge civil ...................................Page 55
1. Les actions en référé de droit commun applicables en matière de
presse écrite ................................................................................................ Page 55
1.1. Le référé en cas d’urgence : une solution de droit commun ..................................... Page 55
1.2. Le référé en cas de dommage imminent ou de trouble manifestement
illicite : le domaine privilégié des infractions de presse ........................................... Page 56
1.2.1. Les conditions du référé ......................................................................................... Page 56
1.2.2. Les pouvoirs du juge des référés .......................................................................... Page 56
1.3. Les actions en référé sont soumises à des règles spécifiques ................................... Page 57
1.4. Les chances de succès de ces actions ......................................................................... Page 57
2. L’action en référé prévue par la loi pour la confiance dans
l’économie numérique, spécifique aux publications sur Internet ........... Page 58
Éditorial

Catherine BERGEAL
Directrice de la publication

« […] En portant ces accusations, je n’ignore pas que je me mets sous le coup des
articles 30 et 31 de la loi sur la presse du 29 juillet 1881, qui punit les délits de
diffamation. Et c’est volontairement que je m’expose ».

Le lecteur aura reconnu la célèbre apostrophe de l’article « J’accuse », publié par


Émile Zola dans le journal « L’Aurore », le 13 janvier 1898.

La loi en vigueur est toujours, en grande partie, la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de
la presse, même si l’émergence de nouveaux moyens de communication, audiovisuelle
et par voie électronique, a justifié la mise en œuvre de lois spécifiques.

L’équilibre, délicat, recherché par le législateur entre le respect de la liberté d’expression


et celui dû à l’honneur et à la réputation de la personne, a nourri une jurisprudence
abondante et subtile.

Il nous a semblé opportun de rappeler les principes qui gouvernent ce domaine du


droit, et de faire un point sur les dernières avancées de la législation et de la jurisprudence
en la matière.

Ce numéro spécial du CJFI s’adresse, notamment, aux agents publics, victimes d’actes
de diffamation, d’injure ou d’outrage, et aussi ceux d’entre eux qui ont été accusés, à
tort, d’avoir proféré de tels propos.

Zola savait qu’il s’exposait aux foudres de la loi, puisqu’il ne disposait pas, alors, des
preuves qui lui auraient permis de justifier de la véracité de ses accusations.

Le régime de cette exception de vérité est étudié dans ce numéro spécial du CJFI. Il a
été rédigé par Françoise Rémery, magistrat, chef du bureau du droit pénal, en
collaboration avec Martine Durret (Direction des affaires juridiques).

Nous espérons que ce guide pratique vous sera utile. N’hésitez pas à nous consulter, si
vous n’y trouvez pas ce que vous cherchez !

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 3
Première partie : Les actions devant le juge pénal
Première sous-partie : les actions
en cas de diffamation et d’injure devant le juge pénal
L’article 29 de la loi du 29 juillet 1881 sur la L‘infraction suppose la réunion d’un élément
liberté de la presse dispose que : « toute matériel et d’un élément intentionnel.
allégation ou imputation d’un fait qui porte
atteinte à l’honneur ou à la considération
de la personne ou du corps auquel le fait 1.1. Un élément matériel
est imputé est une diffamation […] Toute
expression outrageante, termes de mépris L’élément matériel consiste dans
ou invective qui ne renferme l’imputation l’allégation ou l’imputation d’un fait
d’aucun fait est une injure. » déterminé, de nature à porter atteinte à
l’honneur ou à la considération d’une
Cette loi repose sur un difficile équilibre entre personne.
deux principes : la liberté d’expression,
d’une part et le respect dû à l’honneur, la
probité et la réputation de la personne, 1.1.1. La diffamation ne doit porter que
d’autre part. sur des faits précis et déterminés

C’est pourquoi la loi prévoit des dispositions L’imputation doit porter sur un fait particulier,
dérogatoires au droit commun, notamment c’est-à-dire « sur une allégation dont
en matière de procédure et de prescription, l’exactitude ou la fausseté peuvent être
qui soumettent l’action d’une victime d’une établies dans le cadre d’un débat
infraction relevant du droit de la presse à des contradictoire1 ».
règles de forme et de fond particulièrement
contraignantes. Cette précision permet de distinguer la
diffamation de l’injure.
La diffusion de propos diffamatoires ou
injurieux peut être faite par voie de presse La diffamation peut être faite sous une forme
ou par mise en ligne sur internet. La plupart déguisée ou dubitative ou par voie
des règles sont communes aux deux d’insinuation2.
hypothèses, à l’exception des textes
spécifiques qui régissent la communication
audiovisuelle et la communication au public 1.1.2. L’allégation doit porter atteinte à
par voie électronique. l’honneur ou à la considération

Pour être considérées comme diffamatoires,


les imputations doivent toucher la personne
1. La diffamation
dans son honneur ou sa probité.
Aux termes de l’article 29 alinéa 1er de la
Plutôt qu’une conception subjective de la
loi du 29 juillet 1881 « Toute allégation ou
notion d’honneur, qui exigerait une étude
imputation d’un fait qui porte atteinte à
« au cas par cas » suivant la perception de
l’honneur ou à la considération de la
cette notion propre à chaque victime, la
personne ou du corps auquel le fait est
Cour de cassation privilégie une conception
imputé est une diffamation. La publication
objective, par référence à une notion
directe ou par voie de reproduction de cette
générale, au contenu communément
allégation ou de cette imputation est
admis.
punissable, même si elle est faite sous
forme dubitative ou si elle vise une
personne ou un corps non expressément
nommés, mais dont l’identification est
rendue possible par les termes des
1
discours, cris, menaces écrits ou imprimés, M. Véron, « Droit pénal spécial », Sirey, 11ème
édition, n° 236.
placards ou affiches incriminés. »
2
Cass. Civ. 2ème, 14 mars 2002, Responsabilité civile
et assurance 2002, n° 207.

4 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
La critique est toujours admissible3. Elle ne • accusations portées, contre un écrivain,
doit pas être confondue avec la diffamation de n’être pas l’auteur de son livre9,
punissable.
• accusations portées, contre une
Lorsque l’attaque est dirigée contre l’action personne, d’avoir été condamnée
ou l’œuvre, elle n’est pas, en principe, pénalement10,
répréhensible. Chacun est libre de critiquer
une gestion commerciale malheureuse4. • accusations portées, contre une
personne, d’être favorable à la torture11.
De même, la seule critique de produits ne
peut constituer une atteinte à l’honneur ou à Les propos ne doivent pas être pris
la probité, à condition qu’elle ne mette pas isolément, mais interprétés les uns par
en cause le propriétaire ou le producteur5 : rapport aux autres et replacés dans leur
« Dès lors qu’elles ne concernent pas la contexte. Leur caractère diffamatoire doit
personne physique ou morale, les appré- s’apprécier au regard de l’ensemble de
ciations, même excessives, touchant les l’article12. La Cour de cassation a jugé que
produits ou les prestations d’une entreprise les termes « protecteur des intérêts fiscaux
industrielle ou commerciale n’entrent pas du lobby pétrolier » ne portaient pas atteinte
dans les prévisions de l’article 29 de la loi à l’honneur et à la considération d’un
du 29 juillet 1881 ». parlementaire, dès lors que « dans le
contexte de l’article, l’expression avait pour
À ce titre, il est, certes, admis que des objet de rappeler les choix politiques de ce
atteintes portées aux qualités profession- député13 ».
nelles puissent constituer une diffamation.
Cependant, quand les tribunaux retiennent, Les mêmes faits, quand ils sont indivisibles,
dans un tel cas, le caractère diffamatoire ne peuvent pas être poursuivis sur une
du propos, la bonne foi de l’auteur est double qualification de diffamation et
souvent admise. d’injure 14 (à ce titre, voir infra :
chapitre 4.1.2.).
En revanche, l’attaque dirigée contre la
personne peut être diffamatoire. Il y a ainsi
diffamation à affirmer qu’une société 1.1.3. La diffamation doit viser une
n’obtient ses contrats que grâce à l’aide de personne physique ou morale15
parlementaires6.
L’infraction n’est établie que si elle est
Ont ainsi été considérées comme dirigée contre une personne déterminée, un
diffamatoires, les allégations suivantes : corps constitué ou une collectivité, avec une
précision suffisante pour que cette personne
• accusations portées, contre un avocat, ou ce corps soit identifié.
de profiter de la maladie d’un confrère
pour le ruiner7,
9
Cass. Crim., 10 octobre 1973, Bull. crim. n° 351.
• accusations portées, contre une 10
Cass. Crim., 22 avril 1958, Bull. crim. n° 333.
personne, de manquer à ses devoirs de 11
Cass. Ch. Mixte, 24 novembre 2000, Gaz. Pal.
famille8, 2000. 2713.
12
Cass. Crim., 29 janvier 2008, pourvoi n° 06-88097,
Revue droit pénal mai 2008, comm. M. Véron, p. 34.
Dans cette espèce, le texte imputait, sous la forme
d’insinuations, des manquements délibérés aux
devoirs de sa charge, par un magistrat, que la mise
3
Cass. Civ. 1 ère , 29 novembre 2005, Droit de entre guillemets de certains passages, ne faisait
l’immatériel décembre 2005, n° 11. pas disparaître.
4
Cass. Crim., 10 juin 1960, Bull. crim. n° 313. 13
Cass. Crim., 1er décembre 1998, Bull. crim. n° 324 ;
5 voir aussi Cass. Crim., 21 février 1984, Bull. crim.
Cass. Crim., 8 février 1994, Bull. n° 58.
n° 65, et Cass. Crim., 18 octobre 1994, pourvoi
6
Cass. Crim., 18 janvier 1962, Bull. crim. n° 51. n° 92-84.994.
7 14
Cass. Crim., 28 janvier 1986, Bull. crim. n° 36. Cass. Crim., 26 avril 2000, JCP, 2000, IV, 2461.
8 15
Cass. Crim., 23 décembre 1968, Gaz. Pal. Cass. Crim., 16 septembre 2003, JCP, éd. G.,
1969.1.146. IV, 2895.

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 5
Il n’est, toutefois, pas nécessaire que la • si le groupe n’est pas doté de la
personne visée soit nommée ou expres- personnalité morale, toute action faite au
sément désignée, si son identification est nom du groupement est, en principe,
rendue possible par les termes du discours exclue et aucune poursuite du chef de
ou de l’écrit ou par des circonstances diffamation ne sera possible.
extrinsèques qui éclairent et confirment cette
désignation de manière évidente16. Toutefois, dans ce dernier cas, la solution
doit être nuancée et dépend, en partie, de
Il faut distinguer la diffamation commise la composition du groupe en cause.
envers les particuliers, prévue à l’article 32
alinéa 1er de la loi du 29 juillet 1881, de celle
commise à l’encontre des personnes * Si le groupe est composé d’un nombre
publiques ou des corps constitués prévue important de personnes, dont aucune ne
aux articles 30 et 31 de cette loi. En effet, peut se considérer atteinte à titre personnel,
les règles de poursuite et les sanctions sont aucune poursuite du chef de diffamation ne
différentes suivant la qualité de la personne sera possible.
diffamée.
Il en est ainsi pour des faits atteignant une
profession, considérée dans son ensemble,
1.1.3.1. La diffamation à l’encontre ne mettant en cause aucune personne
des particuliers physique ou morale déterminée 18. La
jurisprudence considère qu’une profession
Le terme « particuliers », au sens de n’est pas une personne au sens de
l’article 32 alinéa 1er de la loi du 29 juillet l’article 29 de la loi de 1881, même si elle
1881, s’applique à toute personne, physique est représentée par des organismes dotés
ou morale, qui ne relève pas des catégories de la personnalité morale.
mentionnées aux articles 30 et 31, soit
parce qu’elle n’a pas l’une des qualités
énoncées à cet article, soit parce que les * En revanche, si certains membres du
imputations diffamatoires n’ont aucun lien groupe ont été précisément désignés ou
avec sa fonction ou sa qualité. sont personnellement identifiables, ces
personnes pourront exercer des poursuites
Dès lors que la personne est identifiée ou à titre individuel.
identifiable, qu’il s’agisse d’une personne
physique ou d’une personne morale, telle Dans cette hypothèse, ces personnes ne
une société ou une association, elle pourra pourront pas agir au nom du groupement
se constituer partie civile et demander mais uniquement en leur nom, à condition
réparation de son préjudice en raison des de démontrer qu’elles ont subi un préjudice
propos diffamatoires qui l’auront atteinte. qui leur est propre, à la suite de l’atteinte
personnelle qu’elles ont subie.
L’identification présente plus de difficultés,
lorsque les imputations diffamatoires visent
un groupe. Il faut alors distinguer suivant * Lorsque le groupe, non doté de la
que le groupe est, ou non, doté de la personnalité juridique, est composé d’un
personnalité morale : nombre très restreint de personnes, chacun
de ses membres pourra exercer des
• si le groupe est doté de la personnalité poursuites en diffamation.
morale, la personne morale sera
considérée comme diffamée et pourra
exercer l’action en réparation reconnue 18
Cass. Crim., 16 septembre 2003, Bull. crim. n° 161,
à la partie civile17 ; Revue droit pénal 2004, comm. 2 obs, Véron,
concernant des professionnels de l’élevage ; Cass.
Crim., 5 mai 1964, Bull. crim. n° 146, s’agissant de
la profession de mannequin dont l’article litigieux
avait dénoncé « la misère morale » ; Cass. Crim.,
19 janvier 1982, Bull. crim. n° 19 pour la profession
16 de médecins ; TGI Paris, 13 décembre 1978,
Cass. Crim., 3 février 2000, D. 2000, IR, p. 76.
D. 1979, J., p. 378 pour les « femmes avocates »,
17
Cass. Crim., 12 octobre 1976, Bull. crim. n° 287 et Cass. Crim., 22 novembre 1934, DP, 1936, 1, p. 27
relatif à la diffamation d’une société anonyme. pour des attaques visant le « clergé catholique ».

6 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
Ces poursuites ne pourront pas avoir lieu Cette précision distingue ce délit spécial
au nom du groupe, mais au nom de chacun des délits de droit commun prévus par les
de ses membres et pour son compte, à la articles 434-1621 et 434-2522 du code pénal,
condition, là encore, que la personne dont les cibles sont les décisions rendues
démontre qu’elle a subi un préjudice qui lui par les juridictions.
est propre. Mais, dans le cas d’un groupe
restreint, cette démonstration sera facilitée Le premier de ces textes sanctionne la
puisque les imputations diffamatoires publication, avant l’intervention de la
adressées collectivement à une entité décision juridictionnelle définitive, de
composée d’un petit nombre de membres, commentaires tendant à exercer des
atteignent nécessairement chacun pressions, en vue d’influencer les
d’entre eux19. déclarations des témoins ou les décisions
des juridictions d’instruction ou de jugement.
Le second, réprime le fait de chercher à
1.1.3.2. Les diffamations commises jeter le discrédit, publiquement par des
envers les tribunaux, les actes, paroles, écrits ou images de toute
armées, les cours, les corps nature sur un acte ou une décision
constitués, les administrations juridictionnelle, dans des conditions de
et les administrations publiques nature à porter atteinte à l’autorité de la
désignés à l’article 30 de la loi justice ou à son indépendance.
du 29 juillet 1881
Dans ces deux cas, lorsque l’infraction est
La loi du 29 juillet 1881 a spécialement commise par voie de presse écrite ou
incriminé les diffamations envers les audiovisuelle, les dispositions qui régissent
institutions de l’État. ces matières, donc la loi sur la presse et la
loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la
Lorsque les institutions de l’État sont confiance dans l’économie numérique, dite
atteintes dans leur honneur, c’est l’État lui-
même qui est bafoué. C’est pourquoi les
diffamations et injures adressées aux corps,
21
Article 434-16 du code pénal : « La publication,
aux armées, aux tribunaux et aux
avant l’intervention de la décision juridictionnelle
administrations publiques, considérés dans définitive, de commentaires tendant à exercer des
leur ensemble, sont punissables. pressions en vue d’influencer les déclarations des
témoins ou la décision des juridictions d’instruction
ou de jugement est punie de six mois
* La notion de « tribunaux » concerne d’emprisonnement et de 7.500 euros d’amende.
Lorsque l’infraction est commise par le voie de la
l’ensemble des tribunaux civils, administratifs
presse écrite ou audiovisuelle, les dispositions
ou militaires. En revanche, l’interprétation particulières des lois qui régissent ces matières
stricte de la loi pénale ne permet pas de faire sont applicables en ce qui concerne la
entrer dans le champ d’application du texte, détermination des personnes responsables. »
les autorités administratives indépendantes 22
Article 434-25 du code pénal : « Le fait de
disposant d’un pouvoir de sanction20. chercher à jeter le discrédit, publiquement par
actes, paroles, écrits ou images de toute nature,
Dans le cas de diffamation envers les sur un acte ou une décision juridictionnelle, dans
des conditions de nature à porter atteinte à l’autorité
tribunaux, les imputations doivent atteindre
de la justice ou à son indépendance est puni de
la juridiction elle-même. six mois d’emprisonnement et de 7.500 euros
d’amende.
Les dispositions de l’alinéa précédent ne
s’appliquent pas aux commentaires techniques ni
aux actes, paroles, écrits ou images de toute
19 nature tendant à la réformation, la cassation ou la
CA Paris, 11ème ch., section B, 8 octobre 1998, pour
révision d’une décision.
un groupe de neuf policiers composant l’effectif
Lorsque l’infraction est commise par la voie de la
total d’un groupe au sein de la Brigade de répression
presse écrite ou audiovisuelle, les dispositions
du proxénétisme, spécialement désigné dans
particulières des lois qui régissent ces matières
l’article de presse litigieux ; Cass. Crim., 6 décembre
sont applicables en ce qui concerne la détermi-
1994, Revue droit pénal 1995, comm. n° 93 pour
nation des personnes responsables.
des propos diffamatoires visant une équipe de dix
L’action publique se prescrit par trois mois révolus,
médecins au sein d’un hôpital.
à compter du jour où l’infraction définie au présent
20
En ce sens : Jurisclasseur Lois pénales annexes, article a été commise, si dans cet intervalle il n’a
fasc. 110. été fait aucun acte d’instruction ou de poursuite. »

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 7
loi LCEN, déterminent les personnes Il n’existe, à notre connaissance, qu’une
responsables. En outre, la prescription du seule décision de la Chambre criminelle de
délit prévu par l’article 434-25 est de trois la Cour de cassation sur ce sujet. Elle
mois (et non de trois ans comme en droit concerne le Gouvernement de la Polynésie
commun) à compter du jour de commission française, que la Haute juridiction a qualifié
de l’infraction. de « corps constitué » au sens de
l’article 30 de la loi de 188126.

* La notion d’« armées » vise les armées Bien qu’aucune décision n’ait paru concerner
de terre, de l’air et de mer, ainsi que « les le Gouvernement de la République française,
mouvements reconnus de la Résistance23 ». cette jurisprudence pourrait être transposée.

Pour que l’article 30 soit applicable, le Dès lors, l’imputation des manœuvres
propos diffamatoire doit viser l’armée dans mensongères pourrait être considérée
son ensemble ou l’une de ses unités et non comme une atteinte à la probité et à
un militaire en particulier. Dans ce dernier l’honneur du Gouvernement, au sens des
cas, c’est l’article 31 de la loi de 1881 qui articles 29 et 30 de la loi de 1881.
sanctionne les diffamations envers les
fonctionnaires, les dépositaires ou agents Dans ce cas, la poursuite ne pourrait avoir
de l’autorité publique, ou chargé d’une lieu, en application des articles 47 et 48
mission de service public qui s’appliquerait. alinéa 1er de la loi du 29 juillet 1881, qu’à la
requête du ministère public, sur plainte
préalable du Premier ministre, agissant au
* La notion de « corps constitués » nom du Gouvernement dont il dirige l’action.
recoupe, au sens de la jurisprudence24, les
seuls corps ayant une existence légale
permanente et auxquels les lois ont dévolu * La notion « d’administrations publiques »
une parcelle de l’autorité ou de vise les organismes exerçant une parcelle
l’administration publiques. de la puissance publique. Il faut, mais il suffit,
qu’un service public administratif soit en
Sont ainsi des corps constitués, au sens cause. Pour ces raisons, la qualité
de l’article 30 de la loi du 29 juillet 1881, le d’administration publique a été refusée aux
Conseil d’État, les assemblées parlemen- établissements publics industriels et
taires, les conseils régionaux, les conseils commerciaux27.
généraux, les conseils municipaux, un
syndicat intercommunal, les universités
ainsi que les chambres de commerce. 1.1.3.3. Les diffamations envers les
membres des ministères ou
S’agissant des ordres professionnels, une des Chambres parlementaires,
partie de la doctrine admet que les conseils les fonctionnaires, les déposi-
de l’ordre des architectes, des avocats ou taires ou agents de l’autorité
des médecins sont des corps constitués25. publique, les citoyens chargés
Toutefois, aucune jurisprudence n’est d’un service ou d’un mandat
encore intervenue sur ce sujet. public, les jurés ou témoins en
raison de leur déposition,
Le Gouvernement peut-il être considéré désignés à l’article 31 de la loi
comme un corps constitué ou une adminis- du 29 juillet 1881
tration publique au sens du texte de
répression ? En effet, une réponse négative * Les personnes visées par l’article 31
à cette question, condition préalable de
l’infraction, empêcherait toute poursuite. Dans ces hypothèses, la diffamation atteint
un « serviteur de l’État », à raison de ses
23
fonctions. Elle ne frappe pas une entité dans
Loi n° 51-18 du 5 janvier 1951 article 28.
son ensemble, mais une personne qui doit
24
Cass. Crim., 26 avril 1952, Bull. crim. n° 106. être identifiée, ou du moins, identifiable.
25
M. Bouzat, sous CA Paris, 20 mai 1953, JCP, 1953,
éd. G., II, 7886 ; M. Patin, D. 1950, p. 558. Pour ces 26
Cass. Crim., 19 février 2002, Revue droit pénal
auteurs, une telle conclusion découle du fait que
2002, comm. n° 94.
ces ordres professionnels sont créés par la loi et
27
ont des prérogatives de puissance publique. Cass. Crim., 25 juin 1953, Bull. crim. n° 224.

8 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
** La notion de « membres des ministères ** La notion de « citoyens chargés d’un
ou de l’une ou l’autre Chambre » recouvre les service public » a un sens un peu différent
ministres, les secrétaires d’État, c’est-à-dire en droit de la presse, en droit administratif
tous ceux qui font partie du Gouvernement et en droit pénal. En effet, si ces personnes
de la République française, les députés et sont traditionnellement définies comme
les sénateurs. « les personnes, privées ou publiques qui,
sans être dépositaires d’une parcelle de
En revanche, l’interprétation stricte de la loi l’autorité publique, accomplissent, à titre
pénale s’oppose à considérer comme tels temporaire ou permanent, volontairement ou
les membres de cabinets ministériels, tels sur réquisition des autorités, un service
les directeurs, les chefs de cabinet et les public quelconque30 », la jurisprudence en
conseillers techniques, ainsi que le personnel a une définition plus restrictive en matière
attaché aux assemblées parlementaires. Ils de droit de la presse en considérant que la
sont protégés soit comme fonctionnaires, soit qualité de dépositaire ou agent de l’autorité
comme dépositaires ou agents de l’autorité publique ou de citoyen chargé d’un service
publique, ou chargés d’un service ou d’un ou d’un mandat public, au sens de
mandat public. l’article 31 de la loi du 29 juillet 1881 n’est
reconnue qu’à celui qui accomplit une
** La notion de « fonctionnaires publics » mission d’intérêt général en exerçant des
désigne, au sens strict du terme, les agents prérogatives de puissance publique31.
qui sont attachés à un service public pour
y tenir un emploi permanent, prévu dans Ont ainsi été qualifiés de citoyens chargés
l’organisation du service et dont l’activité d’un service public :
principale est de tenir cet emploi.
• un directeur de piscine municipale32,
Ont ainsi été considérés comme tels : des
agents et officiers de police d’un • un directeur de caisse régionale de
commissariat local, le directeur d’un centre sécurité sociale33.
hospitalier, les magistrats, les agents des
contributions, etc. En revanche, cette qualité a été déniée :

• au président du conseil supérieur de


** La notion de « dépositaires ou agents
l’Ordre des experts comptables34,
de l’autorité publique » désigne les agents
investis, à un titre quelconque, d’une portion
• au président d’une association culturelle
de l’autorité publique, comme les militaires,
recevant des fonds publics35,
lorsqu’ils exécutent un ordre ou exercent
un commandement. • au président d’une fédération de chasse,
Cependant la distinction avec les
fonctionnaires apparaît artificielle28 et inutile, • aux administrateurs judiciaires36.
puisque ces deux catégories de personnes
bénéficient de la même protection. 30
Circulaire d’application du code pénal du
14 mai 1993.
** La notion de « citoyens chargés d’un 31
Cass. Crim., 14 janvier 2003, Bull. crim. n° 7,
mandat public » envisage les citoyens s’agissant d’un conseiller pour les relations avec le
nommés ou élus à une fonction déterminée Parlement nommé par le Premier ministre auquel la
qualité de dépositaire de l’autorité publique ou de
(par exemple, un maire, un président d’une citoyen chargé d’un mandat ou d’une mission de
chambre de commerce et d’industrie29). service public n’a pas été reconnue faute de
disposer de prérogatives de puissance publique,
28
À titre d’exemple, la circulaire de la direction des en l’absence de délégation de compétence ou de
affaires criminelles et des grâces de 1996 qui définit signature.
les personnes dépositaires de l’autorité publique 32
Cass. Crim., 9 janvier 1996, Bull. crim. n° 8.
comme « des personnes qui exercent une fonction
33
d’autorité, que cette autorité soit de nature Cass. Crim., 14 octobre 1997, Bull. crim. n° 333.
administrative, juridictionnelle ou militaire. Sont 34
Cass. Crim., 25 mai 2004, Bull. crim. n° 136.
notamment concernés les représentants de l’État
35
et des collectivités locales, les fonctionnaires de Cass. Crim., 21 septembre 1999, Bull. crim. n° 190.
l’État et les agents des collectivités locales ». 36
Cass. Ch. Mixte, 4 novembre 2002, n° 6 (trois
29
Cass. Crim., 28 novembre 1989, Bull. Crim. n° 448. arrêts).

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 9
** La notion de « jurés ou témoins » À titre d’exemple38, le fait de reprocher à un
concerne les personnes qui déposent, sous commissaire de police de fournir des
la foi du serment, devant le juge d’instruction renseignements sur des réfugiés à un
ou les juridictions de jugement. Seules Gouvernement étranger contre la remise
entrent dans le champ d’application de d’argent, entre dans le champ d’application
l’article 31 les jurés ou témoins visés « à du texte. En effet, la personne est visée en
raison de leur déposition ». sa qualité de fonctionnaire et les faits
rapportés sont bien relatifs à ses fonctions.
* Les conditions de mise en œuvre de En revanche, le fait de reprocher à un
l’article 31 procureur de la République de s’introduire
dans un théâtre, en galante compagnie et
Pour l’ensemble des personnes
sans avoir payé sa place, ne peut être
mentionnées à l’article 31 de la loi du
poursuivi sur le fondement de l’article 31.
29 juillet 1881, la Cour de cassation a exigé
En effet, si la personne en cause est bien
que soit rapportée la preuve de l’existence
visée à raison de sa qualité, les faits qui lui
du lien entre l’imputation diffamatoire et les
sont imputés relèvent exclusivement de sa
fonctions exercées par celui qui se prétend
vie privée. Même si ces imputations ont pour
atteint en ces qualités.
objet de discréditer l’homme public, elles
Les propos litigieux doivent ainsi « contenir ne contiennent pas la critique d’actes de la
la critique d’un acte de la fonction ou d’un fonction39.
abus de la fonction » et établir que « la
Lorsque les imputations diffamatoires visent
qualité ou la fonction de la personne visée
la personne à raison, à la fois de ses
a été, soit le moyen d’accomplir l’acte
fonctions et de sa vie privée, il faut distinguer
imputé, soit son support nécessaire37 ». Il
suivant que les imputations sont indivisibles
importe peu que les fonctions aient cessé
ou non :
au moment de la diffamation.

Pour l’application de l’article 31 de la loi • si les imputations sont indivisibles, la


de 1881, la jurisprudence exige ainsi la qualification prévue à l’article 31 de la
réunion de deux conditions : loi du 29 juillet 1881 est seule
applicable40.
• la personne doit avoir été diffamée, à
raison de sa qualité ou de ses fonctions, • si les imputations sont divisibles entre
elles, la victime peut choisir d’agir sur le
• les imputations diffamatoires atteignant fondement de l’article 31 ou sur celui de
cette personne doivent concerner ses l’article 32, suivant que les imputations
fonctions ou sa qualité. atteignent la personne à raison de ses
fonctions ou bien l’atteignent comme
Cette appréciation doit être objective, simple particulier.
puisque les diffamations doivent s’apprécier,
non d’après le mobile les ayant inspirées
ou le but recherché par leur auteur, mais 1.2. Un élément intentionnel
selon la nature du fait sur lequel elles
portent. L’auteur des faits doit avoir eu l’intention de
porter atteinte à l’honneur et à la considé-
Faute d’un tel lien, la diffamation ne peut ration de la personne ou du corps diffamé.
être poursuivie que sur le fondement de L’existence de cet élément intentionnel
l’article 32 alinéa 1er de la loi qui sanctionne
la commission de cette infraction envers les 38
CA Pau 5 février 1997. Gaz.Pal. 1997, 2 somm.
particuliers. p. 502. Cité par E. Dreyer, Jurisclasseur Pénal,
Annexes Presse, fasc. 110.
37
Cass. Crim., 15 janvier 2008, pourvoi n° 06-89.189, 39
En ce sens : Cass. Crim., 17 mars 1960, Bull.
JCP, éd. G., n° 16 (16 avril 2008), comm. Emmanuel
crim. n° 551 et Cass. Crim., 17 mars 1981, Bull. crim.
Dreyer. (cassation d’un arrêt de condamnation d’un
n° 97. Voir Jurisclasseur Pénal, Annexes Presse,
directeur de publication sur le fondement des
fasc. 110, Emmanuel Dreyer.
articles 31 et 33 alinéa 1 er de la loi du 29 juillet 1881
40
au motif que les propos diffamatoires et injurieux Cass. Crim., 6 mai 2003, pourvoi n° 02-86743,
ne contenaient pas la critique d’un acte de la fonction Communication-commerce Électronique 2004,
de la parlementaire visée). comm. 34, A. Lepage.

10 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
implique celle de la mauvaise foi, qui est La distribution résulte de la diffusion person-
présumée dans le cadre de la mise en œuvre nelle à un certain nombre de destinataires
de la loi du 29 juillet 1881 : suivant une auxquels on a porté ou envoyé l’écrit, peu
jurisprudence constante, les imputations important que l’opération soit réalisé à titre
diffamatoires sont réputées, de droit, faites onéreux ou gratuit.
avec l’intention de nuire41.
Les diffamations contenues dans une lettre
Cette présomption n’est toutefois pas et concernant une personne autre que le
irréfragable. Les prévenus, qui ne bénéficient destinataire ne sont susceptibles de
pas d’une immunité prévue par l’article 41 recevoir une qualification pénale que s’il est
de la loi du 29 juillet 1881 (voir infra : établi que cette lettre a été adressée au
chapitre 5.1.), peuvent rapporter la preuve tiers dans des conditions exclusives de tout
de leur bonne foi42, dans les conditions qui caractère confidentiel : tel n’est pas le cas
sont étudiées plus loin (voir infra : lorsqu’il n’est pas démontré qu’une lettre
chapitre 5.2.). adressée à un tiers devait être divulguée,
lorsque cette divulgation ne résulte que de
La reprise d’une imputation diffamatoire l’initiative du seul destinataire de la lettre.
constitue, en elle-même, une diffamation qui
implique l’intention de nuire. Cette L’absence de publicité n’implique cependant
présomption ne peut disparaître qu’en pas l’absence d’infraction, puisque les faits
présence de faits justificatifs, de nature à peuvent constituer, si les autres éléments
faire admettre la bonne foi43. sont réunis, une contravention de
diffamation non publique (article R. 621-1 du
code pénal) contravention de la première
1.3. La publicité permet de distinguer classe punie d’une amende de 38 euros.
le délit de diffamation publique, de
la contravention de diffamation
non publique 1.3.2. La condition de publicité dépend
de la composition du groupe des
1.3.1. Le caractère public des propos destinataires des écrits injurieux
rend délictuel le comportement ou diffamatoires, lorsque le
message a été envoyé par son
Le délit suppose qu’une publicité soit donnée auteur à d’autres personnes
aux écrits ou propos en cause par l’un des
moyens énoncés à l’article 23 de la loi du La publicité fait défaut si les écrits sont
29 juillet 1881, à savoir la distribution, la exclusivement destinés à un groupe de
mise en vente ou l’exposition d’écrits, de personnes liées par une communauté
dessins d’emblèmes ou d’images ou le fait d’intérêts44, mais il y a diffamation publique
de proférer des discours, cris ou menaces lorsque ces écrits viennent à la
dans les lieux ou réunions publics. connaissance de personnes étrangères à
cette communauté.
Cet article, très large, mentionne plus
généralement « tout autre support de l’écrit, La jurisprudence dominante rejette le
de la parole ou de l’image » et « tout moyen caractère public de la diffusion, lorsque les
de communication au public par voie personnes sont juridiquement rattachées à
électronique », ce qui le rend applicable aux une entité ou ont entre elles des intérêts
services de communication au public, matériels convergents (syndicat, parti
suivant l’article 6-V de la loi n° 2004-575 du politique, entreprise, société, adhérents
21 juin 2004 pour la confiance dans d’une association45, corps professionnel,
l’économie numérique, dite loi LCEN. membres de la police nationale46…).

41
Cass. Crim., 20 février 1990, Revue droit pénal
1990, comm. 250.
44
42
Cass. Crim., 30 mai 2007, pourvoi n° 06-86.326,
Cass. Civ. 2ème, 29 juin 1988, Bull. civ. II, n° 160.
AJ pénal Septembre 2007, comm. Guillaume Royer.
43
Cass. Crim., 4 décembre 2007, pourvoi n° 06-87444 : 45
Cass. Crim., 15 juillet 1981, Bull. crim. n° 232 ;
confirmation de l’arrêt ayant condamné un directeur
Cass. Crim., 21 février 1995, Bull. crim. n° 76.
de publication et le journaliste rédacteur d’un article
46
reproduisant des propos diffamatoires tenus par un Cass. Civ. 2ème, 8 novembre 1993, Bull. civ. II,
tiers. n° 318.

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 11
Dans ces hypothèses, les personnes Ces règles sont transposables à la mise
concernées sont liées par une communauté en ligne sur internet. Si le site ou le
d’intérêts et les propos tenus ou les écrits message électronique est consultable par
diffusés ne sortent pas du cadre étroit de la des personnes étrangères au groupe de
communauté à laquelle appartiennent ceux personnes liées par une communauté
auxquels ils sont destinés et, le cas d’intérêts, l’élément de publicité sera
échéant, ceux qui en sont les auteurs. caractérisé53.

Mais, encore faut-il que les liens qui tissent


cette communauté soient réels, par 1.4. Les sanctions applicables
référence à des intérêts véritablement
partagés, situant chacun de ses membres 1.4.1. En matière délictuelle
dans une situation de proximité par rapport
aux autres, comme adhérant à la même L’article 30 de la loi du 29 juillet 1881 punit
sensibilité ou aux mêmes motivations47. Tel de 45.000 euros le délit de diffamation
n’est pas le cas d’élus de sensibilités publique commis envers les cours, les
différentes chargés de l’administration des tribunaux, les armées de terre, de mer ou
affaires d’une municipalité48. de l’air, les corps constituées et les
administrations publiques.
L’élément de publicité serait également
caractérisé si l’écrit était, en outre, distribué Est punie de la même peine, suivant
à un ou plusieurs tiers étrangers au l’article 31 de la loi, la diffamation publique
groupement49. commise à raison de leurs fonctions ou de
Ainsi, l’élément de publicité n’est pas leur qualité, envers un ou plusieurs membres
constitué dans le cas d’une circulaire du ministère, un ou plusieurs membres de
diffamatoire distribuée aux membres d’un l’une ou l’autre Chambre, un fonctionnaire
groupement syndical, si nombreux soient- public, un dépositaire ou agent de l’autorité
ils50, ni lorsqu’une circulaire est adressée publique, un ministre de l’un des cultes
sous pli fermé aux actionnaires d’une salariés par l’État, un citoyen chargé d’un
société convoquée en assemblée générale, service public ou d’un mandat public,
dès lors que son objet se rapporte à cette temporaire ou permanent, un juré ou un
réunion51. Le personnel d’une entreprise ne témoin à raison de sa déposition.
constitue pas non plus un public au sens
L’article 32 réprime d’une peine de
de l’article 23 de la loi de 188152.
12.000 euros la diffamation publique
47
Cass. Crim., 27 mai 1999, Bull. crim. n° 112 :
commise envers les particuliers. Le délit de
membres d’un parti politique ; Cass. Crim., 7 mars diffamation publique commis envers une
2000, Jurisdata n° 002027 : copropriétaires d’un personne ou un groupe de personnes à
immeuble d’habitation. raison de leur origine ou de leur
48
Cass. Crim., 3 juin 1997, Bull. crim. n° 218 ; Cass. appartenance à une ethnie, une nation, une
Crim., 29 mars 1994, Bull. crim. n° 119. race ou une religion déterminée, ou encore
49
Cass. Crim., 15 juillet 1981, Bull. crim. n° 232 ; à raison de leur sexe, de leur orientation
Cass. Crim., 5 octobre 1993, Bull. crim. n° 276 ; sexuelle ou de leur handicap, est prévu et
Cass. Crim., 24 janvier 1995, Bull. crim. n° 33 : réprimé, par ce même article, d’un an
diffusion dans une agglomération par le premier d’emprisonnement et / ou d’une peine de
adjoint d’un écrit dans lequel est dénoncé le maire
45.000 euros d’amende. Dans ces derniers
d’une commune ; Cass. Civ. 2ème, 24 février 2002,
S. c/ P., Jurisdata n° 2002-012671 : lettre d’une cas uniquement, l’affichage ou la diffusion
employée d’une société dénonçant le responsable de la décision pourra être ordonnée à titre
de la cafétéria où elle travaillait adressée au PDG, à de peine complémentaire.
diverses instances syndicales et à l’inspection du
travail.
50
Cass. Crim., 24 janvier 1967, Bull. crim. n° 36 ;
Cass. Crim., 17 mars 1980, Bull. crim. n° 91.
51
Cass. Crim., 1er décembre 1971, Bull. crim. n° 334.
52 53
Cass. Crim., 26 novembre 1979, D. 1980, IR, 442 ; Cass. Crim., 26 février 2008, pourvoi n° 07-84.846,
Cass. Crim., 3 juillet 1980, JCP, 1980, IV, 353 ; CA pour une application dans le cas d’imputation
Paris, 11ème ch., section B, 20 décembre 1990, JCP diffamatoire contenue dans des courriers
1990, IV, 179 ; Cass. Civ. 2ème, 24 octobre 2002, électroniques, en absence de communauté d’intérêts
Jurisdata 2002-015980. entre les destinataires.

12 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
1.4.2. En matière contraventionnelle Contrairement à la diffamation, l’injure ne
renferme l’imputation d’aucun fait.
La diffamation non publique prévue et
réprimée par l’article R. 621-1 du code pénal L’injure constitue un délit ou une contra-
constitue une contravention de première vention, selon qu’elle est publique ou non.
classe, punie d’une amende de 38 euros.
Pour être constitué, le délit d’injure suppose
une publicité par l’un des moyens définis à
1.5. Les réparations sur intérêts civils l’article 23 de la loi du 29 juillet 1881, à savoir
la distribution, la mise en vente ou
Les victimes de diffamation ou d’injure l’exposition d’écrits, de dessins d’emblèmes
peuvent demander aux juridictions ou d’images ou le fait de proférer des
répressives, statuant sur intérêts civils, la discours, cris ou menaces dans les lieux ou
réparation intégrale de leur préjudice suivant réunions publics.
tout mode de réparation54, à savoir :
Cet article, très large, mentionne plus
• l’allocation d’une somme d’argent à titre généralement « tout autre support de l’écrit,
de dommages-intérêts, de la parole ou de l’image » et « tout moyen
de communication au public par voire
• l’insertion d’une réponse55 ou d’une électronique », ce qui le rend applicable aux
rectification, services de communication au public suivant
l’article 6-V de la loi n° 2004-575 du 21 juin
• la suppression partielle ou totale de 2004 pour la confiance dans l’économie
l’écrit, numérique.

• la publication et l’affichage. Le coût L’ensemble des éléments développés à


maximal est fixé par la décision56 ; propos du délit de diffamation au
l’affichage doit, dans ce cas, être chapitre 1.3. (supra) est transposable au
déterminé dans sa durée et ses délit d’injure. À défaut de publicité, l’injure
modalités. Lorsque cette mesure est est une contravention de première classe
prononcée dès la première instance, prévue par l’article R. 621-2 du code pénal.
l’exécution provisoire ne peut être
légalement ordonnée57. Le délit d’injure suppose un élément
matériel et un élément moral.

2. L’injure
2.1. Un élément matériel
Aux termes de l’article 29 alinéa 2 de la loi
du 29 juillet 1881 « Toute expression 2.1.1. Toute expression outrageante, de
outrageante, termes de mépris ou invective mépris ou d’invective visant une personne
qui ne renferme l’imputation d’aucun fait est ou un groupe déterminé et qui porte atteinte
une injure ». à son honneur et à sa dignité est une injure.

L’injure se distingue de la diffamation si


l’invective ou l’expression injurieuse ne se
54
Cass. Crim., 17 juin 1922, Bull. crim. n° 213 ; Cass. rattache à aucun comportement précis. Par
Crim., 14 mai 1949, Bull. crim. n° 155, Encyclopédie
exemple, les lettres « SS », précédant le
Dalloz. Presse, p. 64, n° 855.
nom d’une personne, seront qualifiées
55
Cass. Crim., 17 juin 1892, DP 1893.1.130. d’injure, lorsqu’elles ne seront
56
TGI Lyon, 26 avril 2005 (affaire ADECA : accompagnées de l’imputation d’aucun fait
diffamation publique, par voie de tract et sur internet, précis.
de l’administration fiscale par un syndicat).
Jugement confirmé par arrêt du 3 août 2005 de la
L’injure peut ainsi consister en des termes
septième chambre des appels correctionnels de la
cour d’appel de Lyon. grossiers (« grues ») ou blessants
Lorsque la publication est ordonnée dans l’organe (« ordure, escroc, incapable menteur,
de presse dont le directeur est condamné, le montant manipulateur58 »).
de l’insertion n’aura pas à être précisé (Cass. Crim.,
10 décembre 1991, Bull. crim. n° 468).
57 58
Cass. Crim., 16 octobre 1968, Bull. crim. n° 255. Cass. Crim., 30 mars 2005, pourvoi n° 04-85709.

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 13
Pour apprécier le caractère offensant du En revanche, lorsque les propos
propos et l’atteinte à la dignité de la n’atteignent qu’une profession déterminée
personne, les tribunaux tiennent compte du dans son ensemble et n’en reportent le
contexte et du ton employé par l’auteur59. blâme sur aucune personne déterminée, le
Ainsi, la jurisprudence admet le « droit à délit d’injure n’est pas constitué63.
l’humour » et prend en compte la polémique
politique, à condition toutefois, dans chacun
de ces cas, que les propos n’excèdent pas, 2.1.3. L’injure, réprimée par l’article 33
par leur violence et leur outrance, les limites alinéa 1er de la loi du 29 juillet 1881, envers
autorisées de la critique satirique 60, ni les tribunaux, les armées, les cours, les
celles, admissibles, de la polémique corps constitués, les administrations et les
politique61. administrations publiques désignés à
l’article 30 de la loi du 29 juillet 1881 ainsi
qu’envers les membres des ministères ou
2.1.2. L’injure à l’encontre des particuliers. des Chambres parlementaires, les
fonctionnaires, les dépositaires ou agents
Le terme « particuliers », au sens de de l’autorité publique, les citoyens chargés
l’article 33 alinéa 2 de la loi du 29 juillet d’un service ou d’un mandat public, les jurés
1881, s’applique à toute personne, physique ou témoins en raison de leur déposition,
ou morale, qui ne relève pas des catégories désignés à l’article 31 de la loi du 29 juillet
mentionnées aux articles 30 et 31, soit 1881, suit le même régime que celui déjà
parce qu’elle n’a pas l’une des qualités étudié en matière de diffamation (voir supra :
énoncées à cet article, soit parce que les chapitres 1.1.3.2. et 1.1.3.3.).
injures n’ont aucun lien avec sa fonction ou
sa qualité. Dès lors que la personne est • Lorsque les institutions de l’État sont
identifiée ou identifiable, qu’il s’agisse d’une outragées, c’est l’État lui-même qui est
personne physique ou d’une personne bafoué. C’est pourquoi les injures
morale, telle une société ou une adressées aux corps, aux armées, aux
association, elle pourra se constituer partie tribunaux et aux administrations
civile et demander réparation de son publiques, considérés dans leur
préjudice en raison des propos injurieux qui ensemble, sont punissables.
l’auront atteinte.
• Quand l’injure atteint un « serviteur de
L’identification présente plus de difficultés l’État » à raison de ses fonctions, la
lorsque les imputations visent un groupe. À personne doit être identifiée, ou du moins
ce titre, les règles dégagées en matière de identifiable.
diffamation (voir supra : chapitre 1.1.3.1.)
sont transposables à l’injure.
2.1.4. Dans le cas où l’injure atteint des
L’injure doit viser une personne déterminée personnes désignées à l’article 31 de la loi
ou déterminable ou un groupe de personnes. du 29 juillet 1881, les règles gouvernant la
Lorsque, dans ce groupe, les personnes sont matière sont identiques à celles déjà
déterminées, chacune d’elles peut attenter évoquées pour la diffamation.
individuellement une action en réparation du
préjudice causé62. La Cour de cassation a rappelé la nécessité
de rapporter la preuve de l’existence du lien
existant entre l’expression injurieuse et les
fonctions exercées par celui qui se prétend
atteint en ces qualités64.
59
Cass. Crim., 4 décembre 1973, Bull. crim. n° 448.
60
Cass. Crim., 13 février 2001, pourvoi n° 0055.853.
61
Cass. Crim., 19 juin 2001, pourvoi n° 0086.167.
Voir aussi Cass. Crim., 30 mars 2005 précité
(pourvoi n° 04-85709) pour des termes employés
63
dans un contexte de polémique électorale qui n’a Cass. Crim., 5 mai 1964, Bull. crim. n° 146, pourvoi
pas fait disparaître leur caractère injurieux. n° 61-92126, concernant la profession de
62
mannequin.
Cass. Crim., 12 septembre 2000, pourvoi
64
n° 99-82.281. Cass. Crim., 19 février 2002, JCP 2002, IV, 1652.

14 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
Pour l’application de l’article 33 alinéa 1er 2.2.1. Dès lors que l’injure ne renferme
de la loi de 1881, la jurisprudence exige l’imputation d’aucun fait, la loi du 29 juillet
ainsi la réunion de deux conditions : 1881 ne prévoit pas la possibilité, pour
l’auteur des faits, d’invoquer l’exception de
• la personne doit avoir été injuriée à vérité, contrairement à ce qui existe en
raison de sa qualité ou de ses fonctions, matière de diffamation (voir infra :
chapitre 5.3.).
• les injures atteignant cette personne
doivent concerner ses fonctions ou sa Si les circonstances de l’espèce ne lui
qualité. permettent pas de bénéficier de l’immunité
prévue à l’article 41 de la loi du 29 juillet
Cette appréciation doit être objective, 1881 (voir infra : chapitre 5.1.), l’auteur des
puisque les injures doivent s’apprécier, non faits pourra toujours tenter de faire la preuve
d’après le mobile les ayant inspirées ou le de sa bonne foi, ce qui n’ira pas sans
but recherché par leur auteur, mais selon difficulté en la matière (voir infra :
la nature du fait sur lequel elles portent. chapitre 5.2.).

Les propos litigieux doivent ainsi « contenir


la critique d’un acte de la fonction ou d’un 2.2.2. L’article 33 alinéa 2 de la loi précitée,
abus de la fonction » et établir que « la prévoit une excuse absolutoire, lorsque
qualité ou la fonction de la personne visée l’injure a été précédée de provocation.
a été, soit le moyen d’accomplir l’acte
imputé, soit son support nécessaire65 ». Dans ce cas, aucune condamnation ne
pourra être prononcée contre l’auteur de
Faute d’un tel lien, l’injure ne peut être l’injure.
poursuivie que sur le fondement de l’article 33
alinéa 2 de la loi précitée, qui sanctionne la Cette excuse ne vaut que pour les injures
commission d’une telle infraction envers les commises envers les particuliers ou les
particuliers. personnes publiques en dehors de leurs
fonctions. Elle ne peut donc bénéficier à
Toutefois, il est souvent délicat de celui qui est poursuivi pour injure envers un
déterminer si les propos injurieux visaient fonctionnaire67.
la personne privée ou la personne à raison
d’actes de sa fonction. Il sera nécessaire La jurisprudence a élargi le domaine de
de replacer les termes litigieux dans leur l’exclusion en refusant le bénéfice de
contexte. l’excuse à l’auteur d’une injure à caractère
racial68.

2.2. Un élément intentionnel • La provocation doit être personnelle : elle


doit résulter d’un fait antérieur et propre
Les expressions outrageantes sont à la personne injuriée. La provocation
réputées, de droit, prononcées avec une peut avoir atteint la personne qui s’est
intention coupable et seule l’excuse de rendue coupable d’injure ou une
provocation est de nature à leur ôter leur personne ayant un lien très proche avec
caractère punissable66, que l’injure constitue elle (épouse, enfant, parent).
un délit ou une contravention.
• La provocation doit être injuste : elle doit
constituer une faute et non
l’accomplissement normal d’un droit.
65
Cass. Crim., 15 janvier 2008, pourvoi n° 06-89.189 • La provocation doit être en lien de
JCP, éd. G., n° 16 (16 avril 2008) comm. Emmanuel causalité directe avec l’injure : le
Dreyer. (cassation d’un arrêt de condamnation d’un
contenu de l’injure doit aussi être en lien
directeur de publication sur le fondement des
articles 31 et 33 de la loi du 29 juillet 1881 au motif direct avec celui de la provocation69.
que les propos diffamatoires et injurieux ne
contenaient pas la critique d’un acte de la fonction 67
Cass. Crim., 15 mars 2005, pourvoi n° 04-84831.
de cette parlementaire).
68
66
Cass. Crim., 13 avril 1999, Bull. crim. n° 77.
Cass. Crim., 10 mai 2006, D. 2006, p. 2220, note
69
Dreyer. Même arrêt (Cass. Crim., 10 mai 2006).

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 15
• C’est au prévenu d’établir la preuve de 2.3.2. En matière contraventionnelle
l’existence de cette provocation.
L’injure non publique, qui n’a pas été
L’injure n’est excusable par une provocation, précédée d’une provocation, constitue une
que lorsque l’auteur de cette injure peut être contravention de première classe, prévue
raisonnablement considéré comme se par l’article R. 621-2 du code pénal et punie
trouvant encore sous le coup de l’émotion d’une amende de 38 euros.
que la provocation a pu lui causer70.
L’injure non publique, même précédée d’une
provocation, envers une personne ou un
2.3. Les sanctions applicables groupe de personnes à raison de leur origine
ou de leur appartenance à une ethnie, une
Comme en matière de diffamation, la nation, une race ou une religion déterminée
répression de l’injure dépend de la qualité ou encore à raison de leur sexe, de leur
de la personne injuriée et de la publicité ou orientation sexuelle ou leur handicap, est
non donnée aux faits. punie des peines de contravention de
quatrième classe, soit 750 euros
d’amende, par l’article R. 624-4 du code
2.3.1. En matière délictuelle pénal.

L’article 33 alinéa 1er de la loi du 29 juillet L’injure est, comme la diffamation, soumise
1881 punit d’une amende de 12.000 euros par la loi du 29 juillet 1881 à des règles de
le délit d’injure publique commis envers les procédure très contraignantes.
personnes désignées par les articles 30 (les
cours, les tribunaux, les armées de terre,
de mer ou de l’air, les corps constituées et 3. Les personnes habilités à agir
les administrations publiques) et 31 (injure
publique commise à raison de leurs 3.1. Le principe : le ministère public est
fonctions envers les membres du ministère, seul compétent pour poursuivre les
un ou plusieurs membres de l’une ou l’autre infractions en matière de presse…
Chambre, un fonctionnaire public, un
dépositaire ou agent de l’autorité publique, L’article 47 de la loi du 29 juillet 1881
un ministre de l’un des cultes salariés par dispose que « la poursuite des délits et
l’État, un citoyen chargé d’un service public contraventions de simple police commis par
ou d’un mandat public, temporaire ou la voie de la presse ou par tout autre moyen
permanent, un juré ou un témoin à raison de publication aura lieu d’office et à la
de sa déposition). requête du ministère public ».

L’article 33 alinéa 2 punit de la même peine Même si, dans la plupart des cas prévus à
de 12.000 euros d’amende, l’injure publique, l’article 48 de la loi de 1881, une plainte
non précédée de provocation, commise préalable de la victime est nécessaire pour
envers les particuliers. Le délit d’injure permettre au procureur de la République
publique commis envers une personne ou d’engager les poursuites, seul ce dernier a
un groupe de personnes à raison de leur qualité pour poursuivre les auteurs de
origine ou de leur appartenance à une diffamation ou d’injure devant la juridiction
ethnie, une nation, une race ou une religion répressive en application des dispositions
déterminée ou encore à raison de leur sexe, combinées des articles 47 et 48 alinéas 1er
de leur orientation sexuelle ou leur handicap et dernier de la loi du 29 juillet 1881.
est quant à lui prévu et réprimé par l’alinéa 3
de ce même article de six mois
d’emprisonnement et / ou d’une peine de 3.1.1. Ainsi, aux termes de l’article 48 1°
22.500 euros d’amende. Dans ces derniers de la loi du 29 juillet 1881, dans le cas
cas, le tribunal peut aussi ordonner d’injure ou de diffamation envers les corps
l’affichage ou la diffusion de la décision à et administrations mentionnés à l’article 30
titre de peine complémentaire. de la loi, à savoir, les cours, les tribunaux,
les armées, les corps constitués et les
administrations publiques, la poursuite ne
pourra être exercée que sur une délibération
70
Cass. Crim., 13 janvier 1966, Bull. crim. n° 14.

16 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
spéciale prise, en assemblée générale, par Bercy, a qualité pour représenter l’État dans
le corps ou si ce corps n’a pas d’assemblée la procédure judiciaire, à l’exclusion du
générale, sur la plainte du chef de corps ou ministre qui a déposé plainte74.
du ministre71, dont relève ce corps.
En application du principe posé par
Dans ces hypothèses, aucun membre l’article 47, la mise en mouvement de
particulier appartenant à ces corps ou l’action publique par la victime, par voie de
administration n’est personnellement visé plainte avec constitution de partie civile ou
par les diffamations ou injures. C’est le par voie de citation directe devant le tribunal,
corps ou l’administration qui est atteint dans sera affectée d’une nullité d’ordre public.
son ensemble. Une fois la plainte préalable Cependant, la victime a toujours la
déposée, seul le ministère public pourra possibilité de joindre son action civile à
engager les poursuites. l’action publique engagée par l’autorité de
poursuite75.

3.1.2. Aux termes de l’article 48 1° bis de


la loi de 1881, en cas d’injure ou de 3.2. … Mais il existe des exceptions au
diffamation envers un membre du principe
Gouvernement, la poursuite aura lieu sur
sa demande adressée au ministre de la 3.2.1. Ce principe, qui prive la victime du
justice. droit de provoquer la mise en mouvement
de l’action publique, connaît des exceptions
Les membres du Gouvernement diffamés ou définies aux 2° à 8° de l’article 48 de la loi
injuriés, qu’ils soient membres du Parlement de 1881. Dans ces cas, la poursuite pourra
ou non72, n’ont pas, en cette qualité, le droit être exercée, soit par le ministère public,
de citer directement la personne qui les a sur plainte préalable de la personne diffamée
diffamés ou injuriés devant la juridiction ou injuriée, soit, aux termes du dernier
répressive. L’action publique ne peut être alinéa de l’article 48, « à la requête de la
mise en mouvement que par le ministère partie lésée », c’est-à-dire par un dépôt de
public. plainte avec constitution de partie civile
devant le juge d’instruction ou par une
citation directe devant la juridiction de
3.1.3. Dans ces hypothèses, si les jugement.
poursuites ne peuvent être engagées par le
parquet que sur plainte du chef de corps ou Ces exceptions sont les suivantes :
du ministre concerné, ce dernier ne peut,
en revanche, mettre en mouvement l’action • En cas d’injure ou de diffamation envers
publique en portant plainte avec constitution un ou plusieurs membres de l’une ou
de partie civile. La Cour de cassation a l’autre Chambre, la poursuite pourra être
déclaré irrecevable une telle plainte déposée exercée, soit à la requête de la partie
par le chef d’un corps constitué du chef lésée, soit par le parquet sur la plainte
d’injure ou de diffamation73. de la ou des personnes intéressées
(article 48 2°).
Dans l’hypothèse de diffamation ou d’injure
envers les administrations publiques, une • En cas d’injure ou de diffamation envers
fois que les poursuites ont été engagées les fonctionnaires publics, les
par le procureur de la République de ces dépositaires ou agents de l’autorité
chefs, seul l’agent judiciaire du Trésor, c’est- publique autres que les ministres, et
à-dire la direction des affaires juridiques de envers les citoyens chargés d’un service
ou d’un mandat public, la poursuite a

71
Seul un ministre du Gouvernement est visé par ce 74
Cass. Crim., 2 septembre 2003, Droit pénal 2003,
texte qui n’est donc pas applicable au président du
comm. n° 143 concernant une information judiciaire
Gouvernement de la Polynésie (Cass. Crim.,
du chef de diffamation envers la police nationale
19 février 2002, Droit pénal, septembre 2002, p. 13).
dans laquelle la plainte avec constitution du ministre
72
Cass. Crim., 12 juin 1956, Bull. crim. n° 462. de l’intérieur a été jugée irrecevable.
73 75
Cass. Crim., 12 novembre 2003, Bull. crim. n° 212. Cass. Crim., 3 mars 1980, Bull. crim. n° 74.

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 17
lieu soit sur leur plainte, soit d’office, sur • Article 48 5°) en cas d’offense envers les
la plainte du ministre dont ils relèvent chefs d’État ou d’outrage envers les
(article 48 3°). Ainsi, dans les cas de agents diplomatiques étrangers, la
diffamations ou d’injures visant poursuite aura lieu, soit à leur requête,
personnellement des fonctionnaires à soit par le parquet sur leur demande
raison d’actes entrant dans leurs adressée au ministre des affaires
fonctions, la poursuite aura lieu : étrangères et, par celui-ci, au ministre
de la justice.
- soit à l’initiative du fonctionnaire lui-
même, par voie de plainte avec • Article 48 6°) en cas de diffamation et
constitution de partie civile ou de d’injure envers les particuliers, la
citation directe devant le tribunal, poursuite sera exercée, soit à la requête
du particulier, soit par le parquet sur la
- soit par le parquet, sur la plainte du plainte du particulier.
fonctionnaire ou sur la plainte du
ministre dont il relève. Cependant, le • La poursuite peut être exercée d’office
ministre n’est astreint à aucune par le ministère public, c’est-à-dire
obligation en la matière. De même, même en l’absence de plainte préalable
il ne peut exiger de son agent qu’il de la partie lésée, lorsque les
dépose lui-même, au préalable, une diffamations et injures ont été commises
plainte76. envers une personne ou un groupes de
personnes à raison de leur origine ou de
Comme toute loi pénale, la loi de 1881 leur appartenance ou de leur non-
est d’application stricte et l’interprétation appartenance à une ethnie, une nation,
jurisprudentielle des exigences posées une race ou une religion déterminée, de
par son article 48 3° ne reconnaît, dans leur sexe, de leur orientation sexuelle
ce cas, d’intérêt à agir, ni à un syndicat ou de leur handicap.
de fonctionnaires, ni à l’autorité locale
dont le fonctionnaire dépend.
3.2.2. En matière de diffamation ou d’injure,
Si les propos diffamatoires ont été l’acte initial des poursuites fixant
proférés contre l’agent, seul ce dernier irrévocablement la nature, l’étendue et l’objet
peut se constituer partie civile et non le de celles-ci, aucune autre personne n’est
ministre, quand bien même c’est ce admise à intervenir comme partie civile dans
dernier qui aurait déposé plainte. une procédure déjà engagée sur la plainte
ou la requête d’une autre77.
La directrice des affaires juridiques,
agent judiciaire du Trésor, en sa qualité
de représentant de l’État devant les 3.2.3. Enfin, l’action en réparation exercée,
juridictions judiciaires, conformément à directement, par la partie lésée, devant les
l’article 38 de la loi n° 55-366 du 3 avril tribunaux civils est interdite dans les cas
1955, ne pourrait se constituer partie de diffamation envers les fonctionnaires, les
civile, faute de préjudice de l’État, administrations publiques ou les corps
distinct de celui de l’agent et en lien constitués (articles 30 et 31 de la loi du
direct avec l’infraction. 29 juillet 1881). En effet, dans ces
hypothèses, l’article 46 de la loi du 29 juillet
• Article 48 4°) en cas de diffamation 1881 dispose que, l’action civile ne peut être
envers un juré ou un témoin à raison de engagée séparément de l’action publique,
sa déposition, la poursuite pourra être sauf en cas de décès de l’auteur du fait
exercée, soit à la requête du juré ou du incriminé ou d’amnistie.
témoin, soit par le parquet sur la plainte
du juré ou du témoin. En revanche, en Dans ces cas, les parties lésées ne peuvent
cas d’injure envers un juré ou un témoin, poursuivre la réparation de leur préjudice
hypothèse non visée par l’article 48 4°), que devant les tribunaux répressifs, par voie
la poursuite pourra être exercée d’office d’action civile accessoire à l’action publique,
et à la requête du seul ministère public. comme indiqué précédemment (voir infra :
chapitre 3.2.1.).
76 77
CE, 25 juillet 2001, D. 2001, p. 2640. Cass. Crim., 22 mai 1990, Bull. crim. n° 211.

18 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
Toutefois, si l’action en réparation, exercée 4.1.1. La plainte auprès du procureur
à titre principal devant les tribunaux civils, de la République
est irrecevable78, le juge civil, statuant en
référé, peut prendre toutes mesures pour 4.1.1.1. La loi n’impose aucun forma-
faire cesser le trouble manifestement lisme à cette plainte préalable,
illicite 79 , dans les conditions qui sont toutefois elle doit manifester
étudiées infra (troisième partie). précisément l’intention de
provoquer l’action publique
L’interdiction d’exercer l’action civile
À ce titre, sa rédaction doit observer
séparément de l’action publique, édictée par
quelques règles :
l’article 46 de la loi, qui est une dérogation
au droit commun, est limitée aux seules • Elle doit être écrite puisqu’elle est
infractions énumérées par ce texte, à savoir adressée au ministère public.
la diffamation commise envers les corps et
personnes protégées par les articles 30 • Elle doit constater la qualité et les
et 31 de la loi. Elle ne s’applique pas aux pouvoirs du plaignant en application des
faits d’injures, quelle que soit la qualité de dispositions de l’article 48 de la loi du
la victime, et aux diffamations envers les 29 juillet 1881. Ainsi, lorsque la poursuite
particuliers80. Dans ces hypothèses, la ne peut être exercée que sur une
partie lésée pourra, à son choix, poursuivre délibération spéciale prise, en
la réparation de son préjudice, soit devant assemblée générale, par le corps
les tribunaux répressifs accessoirement à diffamé, cette délibération doit être jointe
l’action publique, soit devant les tribunaux à la plainte.
civils par voie d’action principale.
• Elle doit manifester la volonté de voir les
faits poursuivis pénalement.
4. La procédure à suivre • Elle doit rappeler les faits et rapporter
précisément les propos dénoncés81.
4.1. Les modalités de saisine des Cette précision conditionne, en effet, la
juridictions régularité de la poursuite par le ministère
public. En effet, celui-ci ne peut retenir
En matière de délit de presse, la personne d’autres propos que ceux indiqués dans
qui s’estime diffamée peut, dans les la plainte. S’il le faisait, sa poursuite
conditions et suivant les distinctions prévues serait frappée de nullité d’ordre public.
par l’article 48 de la loi du 29 juillet 1881, Cependant, si la plainte doit rapporter
intenter son action devant tout tribunal dans clairement les propos litigieux, elle n’a
le ressort duquel la publication, la vente ou pas à qualifier exactement les faits, ni
la distribution a été faite. Toutefois, si la viser le texte applicable. Ce sera au
personne diffamée a le choix entre les ministère public de le faire dans son acte
différentes juridictions possibles, elle ne de poursuite (citation ou réquisitoire
peut intenter qu’une seule action à raison introductif).
des mêmes faits.

4.1.1.2. Le procureur de la République


a l’opportunité des poursuites

* Il peut requérir une information judiciaire


en saisissant un juge d’instruction par la
voie du réquisitoire introductif. Selon
78
Cass. Civ. 2 ème , 9 décembre 1970, JCP l’article 50 de la loi du 29 juillet 188182,
1971.II.16787.
79
Cass. Civ. 2ème, 27 janvier 1993, Bull. civ. II, n° 32. 81
Cass. Crim., 24 février 1987, Bull. crim. n° 95.
80 82
Pour une illustration du principe : Cass. Ch. Mixte, Article 50 de la loi du 29 juillet 1881 « Si le ministère
4 novembre 2002 (trois arrêts), Revue droit pénal public requiert une information, il sera tenu, dans
février 2003, comm. n° 18, p. 12, dans lesquels la son réquisitoire, d’articuler et de qualifier les
Cour de cassation précise que les administrateurs provocations, outrages, diffamations et injures à
judiciaires et les mandataires judiciaires ne raison desquels la poursuite est intentée, avec
disposent d’aucune prérogative de puissance indication des textes dont l’application est
publique et sont ainsi recevables à engager l’action demandée, à peine de nullité du réquisitoire de
civile indépendamment de l’action publique. ladite poursuite ».

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 19
lorsque le parquet requiert l’ouverture d’une dispositions des articles 29 et 53 de la loi
information, le réquisitoire introductif doit, du 29 juillet 1881, relatives à l’absence de
à peine de nullité, énoncer précisément les précision du fait incriminé mais a ajouté,
faits dénoncés, les circonstances de temps, dans le même arrêt, qu’il appartenait à la
de lieu et de publicité qui donnent aux faits Cour de cassation, qui en matière de
leur caractère délictueux et indiquer les presse, exerce son contrôle sur les pièces
textes dont l’application est demandée. de la procédure, de relever d’office le moyen
L’exigence de précision des faits peut être de pur droit pris de la nullité du moyen
remplie, non seulement dans le corps de introductif d’instance.
l’acte introductif d’instance mais aussi,
selon la Chambre criminelle, au moyen des La Chambre criminelle de la Cour de
pièces litigieuses produites en annexe, cassation interprète très strictement ces
lesquelles pourront être suffisantes pour dispositions en refusant les visas
permettre à la personne poursuivie de incomplets, les visas cumulatifs d’articles
connaître les faits qui lui sont reprochés83. concernant des infractions distinctes pour
un fait unique, ainsi que les qualifications
alternatives87 et en imposant la précision
* Il peut engager les poursuites par voie de l’alinéa concerné lorsqu’un article
de citation directe par laquelle il renvoie comporte plusieurs infractions en ses
l’auteur des faits devant le tribunal. La différents alinéas.
citation directe met en mouvement l’action
publique mais est particulièrement
contraignante dans le cadre de la loi du * Il peut aussi décider de classer l’affaire,
29 juillet 1881. En effet, l’article 53 de la loi si les faits sont prescrits ou si l’infraction
de 188184 exige, à peine de nullité, que la ne lui paraît pas constituée par exemple.
citation directe précise et qualifie, d’une Dans l’hypothèse où le Parquet déciderait
part, le fait incriminé et indique, d’autre part, de classer sans suite, les victimes
le texte de la loi dont l’application est désignées aux alinéas 2e à 8e de l’article 48
demandée. de la loi de 1881 (voir supra :
chapitre 3.2.) – c’est-à-dire à l’exclusion
À propos d’une citation se bornant à faire des cours, des tribunaux, des armées, des
état de la diffusion d’un tract, sans en corps constitués et des administrations
préciser le texte, ni spécifier les passages publiques – peuvent toujours mettre en
incriminés, la Cour de cassation a même mouvement l’action publique (mais
paru exiger que l’écrit incriminé soit joint seulement dans les délais impartis par
en annexe de la citation, à peine de nullité85. l’article 65 de la loi de 1881), selon l’une
ou l’autre des procédures décrites ci-
La Chambre criminelle de la Cour de dessous.
cassation a précisé86 que les juges du fond
n’avaient pas le pouvoir de relever d’office Si le Parquet décide la poursuite, les
l’exception de nullité prise du non-respect, victimes peuvent toujours réclamer
dans la citation délivrée au prévenu, des réparation de leur préjudice à l’audience.

83
Cass. Crim., 11 septembre 2007, C. Bigot, « Un an 4.1.2. Les actions de la partie civile
de droit processuel de la presse », Commerce-
commerce électronique 2008, chron. 3, sp. n° 3.
4.1.2.1. La plainte avec constitution de
84
Article 53 de la loi du 29 juillet 1881 : « La citation partie civile auprès du juge
précisera et qualifiera le fait incriminé, elle d’instruction
indiquera le texte de loi applicable à la poursuite.
Si la citation est à la requête du plaignant, elle
contiendra élection de domicile dans la ville où En matière de presse, une telle plainte
siège la juridiction saisie et sera notifiée tant au déclenche immédiatement l’action publique,
prévenu qu’au ministère public. Toutes ces si elle est effectuée dans le délai de trois
formalités seront observées à peine de nullité de mois à compter de la date de la publication
la poursuite. »
litigieuse. Elle n’a donc pas à être précédée
85
Cass. Crim., 9 janvier 2007, pourvoi n° 06-83.042,
Revue Droit pénal 2007, n° 51 (deuxième espèce),
comm. M. Véron. 87
Cass. Crim., 30 mars 2005, pourvoi n° 04-84976,
86
Cass. Crim., 6 janvier 2009, pourvoi n° 08-80.826. Revue Droit pénal juin 2005, M. Véron, comm. 86.

20 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
du dépôt d’une plainte simple, contrairement la publicité, le délit de diffamation est
aux autres délits. Il s’agit là d’une exception susceptible de constituer la contravention
aux règles définies à l’article 85 du code de de diffamation non publique90.
procédure pénale dans sa rédaction issue
de la loi n° 2007-291 du 5 mars 2007 qui En revanche, le magistrat instructeur sera
subordonne la recevabilité d’une plainte avec fondé à rendre une ordonnance de non-lieu
constitution de partie civile au dépôt si l’information démontre qu’aucune
préalable d’une plainte simple. infraction n’est constituée91.

Le dépôt de plainte avec constitution de


partie civile doit répondre aux conditions 4.1.2.2. La citation directe auprès du
prévues par l’article 50 de la loi du 29 juillet tribunal par la partie civile
1881, comme précisé au chapitre 4.1.1.2.
Cette citation doit répondre aux mêmes
Ne satisfait donc pas aux exigences de ce exigences que celles requises pour la
texte, la plainte avec constitution de partie citation faite par le ministère public. En
civile qui comporte, pour un fait unique, le outre, l’article 53 exige encore, à peine de
visa cumulatif des articles 31 et 32 de la loi nullité, que le plaignant ayant fait une
précitée qui concernent les peines citation directe élise domicile dans la ville
applicables à la diffamation publique visant où siège la juridiction saisie. Cette élection
des personnes protégées en raison de leurs de domicile ne peut être effectuée que chez
fonctions et la diffamation publique envers une personne physique ou morale habilitée
un particulier. à recevoir les actes pour le compte de la
partie. Il n’est donc pas possible d’élire
L’ordonnance du juge d’instruction refusant domicile auprès du greffe du tribunal,
d’informer sur une telle plainte a été dépourvu de personnalité morale92 ni auprès
confirmée puisque ce visa cumulatif laissait d’une boîte postale.
incertaine la base de la poursuite et n’avait
pu engager l’action publique88. La partie civile doit, en outre, signifier au
ministère public une copie de la citation
Toutefois, une plainte incomplète ou qu’elle a fait délivrer au prévenu.
irrégulière peut être validée par le réquisitoire
introductif pris par le procureur de la La victime d’une diffamation qui n’a cité
République, à la suite du dépôt de la plainte devant la juridiction pénale que l’un des
avec constitution de partie civile, lorsqu’il participants à l’infraction a épuisé son droit
est conforme aux exigences de l’article 50 d’agir devant la juridiction civile, en raison
de la loi du 29 juillet 1881 et qu’il est de la même publication, contre les autres
intervenu dans le délai de prescription, que participants à cette infraction93.
la plainte entachée de nullité d’ordre public
n’a pas interrompu89. Aux termes de l’article 54 de la loi du
29 juillet 1881, le délai entre la citation et
En matière de délits de la presse, le la comparution doit être d’au moins vingt
réquisitoire introductif et la plainte avec jours, « outre un jour par cinq myriamètres
laquelle il se combine fixant irrévocablement de distance ». Lorsque le prévenu ne se
la nature et l’étendue des poursuites quant présente pas ou n’est pas représenté, la
aux faits et à leur qualification, le juge citation délivrée en violation du délai spécial
d’instruction ne peut modifier, d’après les
résultats de l’information, la qualification
originairement donnée aux faits poursuivis,
90
sauf les cas où l’infraction peut être Cass. Crim., 22 mai 1984, Bull. crim. n° 188, relatif
à une ordonnance de non lieu rendue dans une
requalifiée en infraction de droit commun
affaire où le message litigieux contenant des
ou lorsque, faute d’éléments caractérisant imputations diffamatoires visant une personne autre
que les destinataires de celui-ci, avait été envoyé
dans des conditions revêtant un caractère
confidentiel, ce qui est excluait toute infraction.
91
88
Cass. Crim., 30 mai 2007, pourvoi n° 06-86326.
Cass. Crim., 17 juin 2008, pourvoi n° 07-88283.
92
89
Cass. Crim., 14 mars 2006, pourvoi n° 05-87303.
Cass. Crim., 30 septembre 2003, D. 2003, IR,
93
p. 2804. Cass. Ch. Mixte, 3 juin 1998, D. 1998, p. 575.

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 21
prévu par l’article 54 est nulle. Lorsqu’il se • à leur défaut, c’est l’auteur des propos
présente ou est valablement représenté, la qui sera considéré comme auteur
citation n’encourt pas la nullité. principal du délit,

• à défaut de ce dernier, c’est l’imprimeur


4.1.3. Le cas spécifique du désistement qui est l’auteur de l’infraction et à son
du plaignant défaut, les vendeurs, distributeurs ou
afficheurs.
Aux termes de l’article 49 de la loi du
29 juillet 1881, « dans tous les cas de En effet, la présomption de responsabilité
poursuites correctionnelles ou de simple établie par ce texte se fonde, non sur la
police, le désistement du plaignant ou de rédaction de l’écrit, mais sur l’acte de
la partie poursuivante arrêtera la poursuite publication.
commencée ».
La responsabilité « en cascade » prévue
La Chambre criminelle de la Cour de par l’article 42 de la loi de 1881 ne
cassation a fait application de cette règle s’applique que lorsque le journal est
en cassant un arrêt de cour d’appel qui, imprimé et publié en France. Elle ne joue
après avoir donné acte aux parties civiles donc pas lorsque :
de leur désistement, avait statué sur l’action
publique94 et en rappelant, dans une autre • L’infraction est commise dans une revue
espèce, que le désistement du plaignant à publiée à l’étranger et distribuée en
l’égard de l’un des prévenus, lorsqu’il lui en France à des tiers96. La responsabilité
a été donné acte par jugement, mettait fin du distributeur, n’intervient plus « par
aux poursuites du chef de diffamation et défaut ». Il est l’auteur principal du délit.
éteignait l’action publique à l’égard de tous
les auteurs, coauteurs ou complices des • L’infraction est commise dans une revue
faits poursuivis95. étrangère diffusée en France. La
personne qui a introduit cette publication
en France peut être poursuivie mais à la
4.2. Détermination de l’auteur principal condition que soit rapportée la preuve
et des complices qu’elle avait conscience d’introduire sur
le territoire national un écrit contenant
Aux termes de l’article 43-1 de la loi du des propos diffamatoires ou injurieux.
27 juillet 1881, le responsable pénal ne peut
être qu’une personne physique, puisque la • L’infraction est commise dans un journal
loi du 9 mars 2004 a expressément exclu étranger publié à l’étranger. L’auteur de
le principe de la responsabilité pénale des l’article peut être poursuivi comme auteur
personnes morales, dans le domaine des principal.
infractions de presse et celles commises
par l’un des moyens de communication
4.2.1.1. L’auteur principal
audiovisuelle.
* Le directeur de publication
4.2.1. En cas de diffamation par voie
Lorsque le délit est commis dans un journal
écrite (presse périodique, livres)
de la presse périodique soumis à la loi
n° 86-897 du 1er août 1986, le directeur de
L’article 42 de la loi de 1881 prévoit un
publication est la personne physique,
régime de responsabilité en cascade, c’est-
propriétaire ou locataire gérant d’une
à-dire un ordre de poursuite pour les auteurs
entreprise éditrice ou qui détient la majorité
de la diffamation. Seront ainsi considérés
du capital ou des droits de vote, suivant
comme auteurs principaux de l’infraction :
l’article 6 alinéa 2 de la loi du 29 juillet 1881.
• le directeur de la publication ou l’éditeur,
Dans les autres cas, le directeur de
publication est le représentant légal de
l’entreprise éditrice.
94
Cass. Crim., 26 mai 1981, pourvoi n° 80-94415.
95 96
Cass. Crim., 29 janvier 2008, Bull. crim. n° 24. Cass. Crim., 25 octobre 2005, pourvoi n° 04-82400.

22 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
Le nom du directeur de publication figure L’éditeur peut être un particulier, quand il a
obligatoirement sur chaque numéro du pris l’initiative de faire publier l’écrit. Le
journal. paiement des frais d’impression, les
déclarations administratives permettent
Le directeur de la publication est d’établir cette qualité.
responsable de plein droit de tout ce qui
est publié dans le journal qu’il dirige. C’est Il arrive aussi que l’auteur de l’écrit litigieux
la diffusion du périodique qui donne au délit soit son propre éditeur. Dans ce cas, il
son caractère public. Même s’il a délégué devient auteur principal de l’infraction.
tout ou partie de ses fonctions, il reste le
seul auteur de l’infraction. Le délégataire
pourrait, éventuellement être poursuivi * L’auteur
comme complice.
Quand le directeur de publication ou l’éditeur
Si le directeur était inconnu ou absent, de l’ouvrage sont inconnus, l’auteur de
l’auteur de l’article incriminé serait considéré l’article devient, par le jeu de la responsabilité
comme l’auteur principal. « en cascade », l’auteur principal de
l’infraction de presse.
Le directeur ne peut échapper à sa
responsabilité au motif qu’il n’aurait fait que
reproduire une publication litigieuse97. De la * L’imprimeur
même façon, la révélation du nom de l’auteur
des écrits n’a pas d’effet exonératoire Quand l’auteur est inconnu, l’imprimeur
puisque la responsabilité de celui-ci n’est devient l’auteur principal. Par imprimeur, il
que subsidiaire. faut entendre celui qui a mis ses presses à
la disposition de journaux ne disposant pas
L’article 6 alinéa 2 prévoit que si le directeur d’administration régulière99.
de publication jouit de l’immunité
parlementaire, l’entreprise éditrice doit
nommer un codirecteur de publication, dans 4.2.1.2. Les complices
le délai d’un mois à compter de la date à
partir de laquelle le directeur de publication
bénéficie de l’immunité. * L’article 43 de la loi du 29 juillet 1881100
prévoit expressément la responsabilité de
La responsabilité du codirecteur est l’auteur de l’article comme complice,
substituée à celle du directeur, pendant lorsque le directeur de publication est
toute la durée du mandat parlementaire de poursuivi à titre principal. Dans ce cas
ce dernier. Durant cette période, le co- particulier, la mise en cause de l’auteur de
directeur est seul responsable pénalement l’article comme complice n’est soumise à
des infractions dont aurait à répondre, du aucune condition particulière.
seul fait de cette qualité, le directeur de
99
publication s’il n’était pas parlementaire98. Cass. Crim., 17 juillet 1969, Bull. crim. n° 230.
100
Article 43 : « Lorsque les directeurs ou
codirecteurs de la publication seront en cause,
* L’éditeur les auteurs seront poursuivis comme complices.
Pourront l’être au même titre et dans tous les cas,
Quand l’infraction est commise dans un écrit les personnes auxquelles les articles 121-6
et 121-7 du code pénal pourraient s’appliquer.
ou un ouvrage qui n’est pas un journal
Ledit article ne pourra s’appliquer aux imprimeurs
périodique doté d’un directeur de pour faits d’impression, sauf dans le cas et dans
publication, l’éditeur de l’écrit en est les conditions prévues par l’article 6 de la loi du
responsable à titre principal. 7 juin 1848 sur les attroupements, ou à défaut de
codirecteur de la publication, dans le cas prévu
97 au deuxième alinéa de l’article 6. Toutefois, les
Dans un arrêt du 25 novembre 1965, Bull. Crim
imprimeurs pourront être poursuivis comme
n° 254, la Cour de cassation a, ainsi, rappelé que
complices si l’irresponsabilité pénale du directeur
« la circonstance qu’un précédent article, auquel
ou du codirecteur de la publication était prononcée
se réfère l’article incriminé ait fait l’objet de
par les tribunaux. En ce cas, les poursuites sont
poursuites suivies de condamnation pour
engagées dans les trois mois du délit ou, au plus
diffamation n’enlève rien au caractère diffamatoire
tard, dans les trois mois de la constatation
du second ».
judiciaire de l’irresponsabilité du directeur ou du
98
Cass. Crim., 25 novembre 1965, Bull. crim. n° 254. codirecteur de la publication. »

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 23
Les autres participants à l’infraction ne * Les vendeurs, distributeurs et afficheurs
peuvent être poursuivis en qualité de peuvent être poursuivis comme complices
complices que dans les termes du droit mais uniquement dans les termes du droit
commun, c’est-à-dire si sont relevés des commun prévus par l’article 121-7 du code
faits matériels, positifs et conscients de pénal. Ce sera le cas, par exemple du
responsabilité au sens de l’article 121-7 du vendeur ou distributeur qui continuerait à
code pénal101. vendre l’écrit litigieux après avoir été avisé
de son caractère diffamatoire.
Ainsi, l’auteur de propos repris par un
journaliste peut en répondre en qualité de
complice, mais uniquement s’il est rapporté 4.2.2. En cas de diffamation ou injure
la preuve de sa participation matérielle et par communication audiovisuelle
intentionnelle aux faits principaux102. (télévision et radiophonie)

En revanche, ne peut être considéré La Chambre criminelle de la Cour de


comme complice, au sens des articles cassation a jugé, dans un arrêt du 6 mai
121-6 et 121-7 du code pénal, le tiers qui 2003, que seul l’article 93-3 de la loi du
ignorait que ses propos allaient être publiés 29 juillet 1982104 peut recevoir application,
dans un périodique par un journaliste. contrairement aux solutions adoptées par
certains juges du fond qui appliquaient les
articles 42 et 43 de la loi de 1881. L’arrêt du
* L’imprimeur est soumis à un régime 6 mai 2003 justifie cette analyse, en indiquant
particulier par l’article 43 de la loi de 1881. que les infractions ont été commises par
En effet, en dehors des cas de provocation « un moyen de communication audiovisuelle
à l’attroupement prévus par l’article 431-6 au sens de l’article 2 de la loi n° 86-1067 du
du code pénal ou d’irresponsabilité du 30 septembre 1986 ».
directeur de publication, l’imprimeur ne peut
être poursuivi comme complice pour fait Sera poursuivi comme auteur principal, le
d’impression (réception de copie, directeur de publication, à défaut, l’auteur
composition, correction des épreuves, et à son défaut, le producteur.
tirage).
Aux termes de l’article 93-2 alinéa 6 de la
Il importe peu qu’il se soit rendu compte du loi du 29 juillet 1982, lorsque le service de
caractère délictueux du texte qu’il était communication audiovisuelle est fourni par
chargé d’imprimer. Son irresponsabilité une personne morale, le directeur de la
pénale est la conséquence de la liberté de publication est le président du directoire,
l’imprimerie103. ou du conseil d’administration, le gérant ou
le représentant légal suivant la forme de la
En revanche, si l’imprimeur accomplissait personne morale.
un acte positif de complicité en allant au-
delà de sa stricte mission d’impression, en
suggérant le texte ou en le diffusant par
exemple, il pourrait être poursuivi comme
complice dans les termes du droit commun. 104
L’article 93-3 de la loi du 29 juillet 1982 dispose :
« Au cas où l’une des infractions prévues par le
chapitre IV de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté
de la presse est commise par un moyen de
101
Article 121-7 du code pénal : « Est complice d’un communication au public par voie électronique, le
crime ou d’un délit la personne qui sciemment, directeur de la publication ou, dans le cas prévu
par aide ou assistance, en a facilité la préparation au deuxième alinéa de l’article 93-2 de la présente
ou la commission. Est également complice la loi, le codirecteur de la publication sera poursuivi
personne qui par don, promesse, menace, ordre, comme auteur principal, lorsque le message
abus d’autorité ou de pouvoir aura provoqué à une incriminé a fait l’objet d’une fixation préalable à
infraction ou donné des instructions pour la sa communication au public. À défaut, l’auteur, et
commettre. » à défaut de l’auteur, le producteur sera poursuivi
102 comme auteur principal. Lorsque le directeur ou
Cass. Crim., 6 mars 2007, Droit pénal juillet-août
le codirecteur de la publication sera mis en cause,
2007, comm. Michel Véron n° 96, et Cass. Crim.,
l’auteur sera poursuivi comme complice. Pourra
26 mars 2008, pourvoi n° 07-1993.
également être poursuivi comme complice toute
103
Éditions du Jurisclasseur Pénal, Annexes, personne à laquelle l’article 121-7 du code pénal
fasc. 60, p. 26, Emmanuel Dreyer. sera applicable. »

24 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
Toutefois, le directeur de publication n’est 4.2.3.1. La distinction entre les
réputé auteur principal que lorsque le message fournisseurs d’accès et les
litigieux a fait l’objet d’un enregistrement hébergeurs, d’une part, et les
préalable à sa communication au public. éditeurs d’autre part

La Chambre criminelle de la Cour de En droit français, le régime de responsabilité


cassation considère, ainsi, que celui qui des prestataires intermédiaires d’Internet,
profère des propos injurieux ou diffamatoires c’est-à-dire les fournisseurs d’accès105 et les
au cours d’une émission en direct doit être hébergeurs106, déroge au droit commun. Il
considéré comme l’auteur principal de est défini par la loi pour la confiance dans
l’infraction. Le directeur de la chaîne et l’économie numérique (loi n° 2004-575 du
l’animateur de l’émission ne peuvent être 21 juin 2004) transposant la directive sur le
considérés comme complices que si la commerce électronique107.
preuve d’un acte de complicité peut être
rapportée (instigation, par exemple). La notion de prestataire technique a été
définie dans cette directive qui a identifié
En revanche, le directeur ou le co-directeur trois types de prestataires, correspondant
de la publication d’une station de radio ou à trois grands rôles dans le commerce
d’une chaîne télévisée est responsable de électronique :
plein droit, en tant qu’auteur principal, si
l’émission est diffusée en différé, dans la • les prestataires qui sont en charge du
mesure où il lui était ainsi matériellement transport de l’information : il s’agit des
possible de ne pas rendre publics les propos fournisseurs de l’infrastructure
incriminés. Comme en matière de presse technique, aussi appelés fournisseurs
écrite, où il existe un délai entre la réalisation d’accès à Internet ou FAI (ainsi France
de l’interview et sa diffusion, celui qui Télécom) ;
prononce les propos devient alors complice,
puisqu’il ne maîtrise pas la publicité qui leur
est donnée.

105
4.2.3. En cas de diffamation ou injure Article 6-I.1 LCEN : « Les personnes dont l’activité
par Internet est d’offrir un accès à des services de
communication au public en ligne informent leurs
abonnés de l’existence de moyens techniques
La loi pour la confiance dans l’économie permettant de restreindre l’accès à certains
numérique (loi n° 2004-575 du 21 juin 2004, services ou de les sélectionner et leur proposent
article 6-V), dite loi LCEN, rend les au moins un de ces moyens ».
articles 23 et suivants de la loi du 29 juillet 106
Article 6-I.2 LCEN : « Les personnes physiques
1881 applicables aux services de ou morales qui assurent, même à titre gratuit, pour
communication au public. Toutefois le mise à disposition du public par des services de
régime de responsabilité pénale diffère selon communication au public en ligne, le stockage de
signaux, d’écrits, d’images, de sons ou de
les catégories d’acteurs, prestataires messages de toute nature fournis par des
intermédiaires (fournisseurs d’accès et destinataires de ces services ne peuvent pas voir
hébergeurs) ou éditeurs. leur responsabilité civile engagée du fait des
activités ou des informations stockées à la
Il convient de souligner que, quelle que soit demande d’un destinataire de ces services si elles
n’avaient pas effectivement connaissance de leur
la catégorie d’acteurs en cause, ils ne
caractère illicite ou de faits et circonstances faisant
peuvent être condamnés pénalement au apparaître ce caractère ou si, dès le moment où
retrait des passages diffamatoires ou elles en ont eu cette connaissance, elles ont agi
injurieux figurant dans un article diffusé sur promptement pour retirer ces données ou en rendre
Internet. Ce pouvoir relève du juge des l’accès impossible.
L’alinéa précédent ne s’applique pas lorsque le
référés en vertu de l’article 6.8 de la LCEN
destinataire du service agit sous l’autorité ou le
qui sera étudié infra (voir : troisième partie, contrôle de la personne visée audit alinéa. »
chapitre 2). 107
Directive 2000/31/CE relative à certains aspects
juridiques des services de la société de l’information,
et notamment du commerce électronique, dans le
marché intérieur (« Directive sur le commerce
électronique »), du 8 juin 2000 (JOCE 178/1/2000
du 17 juillet 2000).

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 25
• les prestataires de stockage temporaire informations qu’ils contiennent, sont
(« caching », tel Google qui conserve le fournis par le client ; l’hébergeur
contenu de certains sites sur ses n’intervient pas dans leur élaboration et
propres serveurs) ; il n’en contrôle pas le contenu.

• les prestataires d’hébergement (tels À cette définition de l’hébergeur s’oppose


ovh.net, celeonet.fr, 1et1.fr). celle d’éditeur : l’éditeur est celui qui n’est
pas hébergeur ; c’est le destinataire
La question qui se pose est celle de savoir (comprendre l’utilisateur 108) du service
comment définir un fournisseur d’héber- d’hébergement. En d’autres termes,
gement et, corrélativement, comment définir l’éditeur est le client de l’hébergeur. Dans
un éditeur. un contrat d’hébergement, l’hébergeur
fournit la prestation d’hébergement, tandis
La qualification d’hébergeur (« fournisseur que l’éditeur paye le prix.
de services d’hébergement ») ou d’éditeur
(« destinataire des services d’héber- La jurisprudence a été appelé à circonscrire
gement ») détermine le régime de la notion d’éditeur. Ainsi, le tribunal de
responsabilité. La loi ne définit pas, commerce de Paris a condamné la société
cependant, les contours de la qualité « eBay » à une amende de près de
d’hébergeur. 40 millions d’euros, en décidant que la
société réalisait une activité de courtage,
Si la qualification d’hébergeur résulte de et non d’hébergement, et qu’elle engageait
l’article 6 de la LCEN, la qualification ainsi sa responsabilité, en permettant la
d’éditeur correspond à une catégorie vente de produits contrefaits109.
résiduelle : est éditeur, celui qui participe à
la diffusion d’une information sur le réseau, Le tribunal de grande instance de Troyes110
sans être un hébergeur. a condamné la société « eBay » in solidum
avec la personne ayant mis en vente, sur
Aux termes de l’article 6-I-2 de la LCEN, son site, un sac contrefaisant la marque
sont hébergeurs : « les personnes Hermès, à la somme de 20.000 euros à titre
physiques ou morales qui assurent, même de dommages et intérêts, pour contrefaçon
à titre gratuit, pour mise à disposition du par reproduction et imitation de la marque
public par des services de communication Hermès, aux motifs que la société « eBay »
au public en ligne, le stockage de signaux, devait être considérée comme un éditeur
d’écrits, d’images, de sons ou de messages de services de communication en ligne à
de toute nature fournis par des destinataires objet de courtage « en tant qu’il met à
de ces services […] ». disposition des vendeurs des outils de mise
en valeur du bien vendu, organise des
• L’activité d’hébergement est une activité
cadres de présentation des objets sur son
de stockage et non de traitement ou
site en contrepartie d’une rémunération, et
d’exploitation des données. Autrement
crée les règles de fonctionnement et
dit, l’hébergeur se borne à offrir un
l’architecture de son service d’enchères ».
support pour la conservation des
données ; il ne les manipule pas lui- Toutefois, par une décision du 13 mai 2009,
même et il ne les diffuse pas pour son la troisième chambre, troisième section, du
compte. tribunal de grande instance de Paris, a jugé
que l’activité de stockage et de mise en
• Un hébergeur stocke les données
ligne d’annonces exercée par eBay devait
fournies par le destinataire de
être qualifiée d’activité d’hébergement.
l’hébergement. Cette disposition vise
clairement les prestataires techniques
qui mettent à disposition un espace de
108
stockage en ligne, pour que leurs clients E. Derieux, Communication au public en ligne,
hébergent les fichiers de leurs sites. Jurisclasseur Communication du 28 septembre
2006, fasc. 1300.
L’hypothèse est claire : le client construit
109
son site depuis son ordinateur, puis met T. com. Paris, 30 juin 2008 : trois espèces, LVMH
c/ eBay et Dior c/ eBay. Ces décisions ont fait l’objet
les fichiers en ligne sur les serveurs de
d’appels, toujours en cours d’examen à la date
l’hébergeur qui se charge de les diffuser d’impression de ce numéro spécial.
sur le réseau. Les fichiers, et les
110
TGI Troyes, 4 juin 2008, D. 2008, n° 32, p. 2261.

26 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
Une société « bloobox Net », qui a pour dès le moment où ils en ont eu connaissance,
objet social la conception Web et ils ont agi promptement, pour retirer ces
multimédia, qui édite sur internet un site informations ou en rendre l’accès impossible.
(Fuzz.fr) et qui diffuse sur ce site des
informations sur des personnalités du L’article 6-I-7 de la LCEN précise, d’ailleurs,
spectacle, a été considérée, par la cour que les prestataires intermédiaires ne sont
d’appel de Paris111, comme un hébergeur. pas soumis à une obligation générale de
En effet, la cour a jugé que le fait, pour cette surveillance des informations qu’ils
société, de structurer et de classifier les transmettent ou qu’ils stockent, ni à une
informations mises à la disposition du obligation générale de recherche des faits
public, selon un classement choisi par elle ou des circonstances révélant des activités
permettant de faciliter l’usage de son illicites.
service, entrait dans la mission du
prestataire de stockage et ne lui donnait Le Conseil Constitutionnel a précisé que le
pas la qualité d’éditeur, contrairement à ce caractère illicite de l’information devait être
qu’avait décidé le juge des référés du tribunal manifeste, ou que le retrait de cette
de grande instance de Paris112, dès lors information devait avoir été ordonné par un
qu’elle n’était pas l’auteur des titres et des juge, pour que la responsabilité des
liens hypertextes, qu’elle ne déterminait pas intermédiaires puisse être engagée113 :
les contenus du site, source de l’information « considérant que les 2 et 3 du I de l’article 6
et qu’enfin elle n’avait aucun moyen de de la loi déférée ont pour seule portée
vérifier le contenu des sites vers lesquels d’écarter la responsabilité civile et pénale
pointent les liens mis en ligne par les seuls des hébergeurs dans les deux hypothèses
internautes. qu’ils envisagent ; que ces dispositions ne
sauraient avoir pour effet d’engager la
responsabilité d’un hébergeur qui n’a pas
4.2.3.2. Le principe d’irresponsabilité retiré une information dénoncée comme
pénale des fournisseurs d’accès illicite par un tiers si celle-ci ne présente
et des hébergeurs pas manifestement un tel caractère ou si
son retrait n’a pas été ordonné par un
Aux termes de l’article 12.1 de la directive juge […] ».
précitée, les fournisseurs d’accès sont
irresponsables pénalement et civilement, à Il existe, en outre, une procédure de
condition : notification, définie à l’article 6-I-5, qui doit
être suivie strictement, sans quoi la
• qu’ils ne soient pas à l’origine de la responsabilité du prestataire ne saurait être
transmission, engagée114, par toute personne demandant
à un intermédiaire technique le retrait d’une
• qu’ils ne sélectionnent pas le destinataire information en ligne. Lorsque l’intermédiaire
de la transmission, technique reçoit une telle notification, il doit
agir « promptement » pour apprécier la licéité
• et qu’ils ne sélectionnent, ni ne
du contenu litigieux et, éventuellement, le
modifient, les informations faisant l’objet
retirer. Il a été jugé qu’un hébergeur n’avait
de la transmission.
pas agi promptement, faute d’avoir donné
Aux termes des articles 6-I-2 et 6-I-3 de la suite à la notification le jour même de sa
LCEN, les hébergeurs ne peuvent voir leur réception115.
responsabilité civile ou pénale engagée à
Bien entendu, les intermédiaires techniques
raison des informations stockées à la
demeurent responsables, lorsqu’ils diffusent
demande d’un destinataire de ces services,
les informations incriminées pour leur
s’ils n’avaient pas effectivement connaissance
compte. C’est le cas pour leur propre
de l’activité ou de l’information illicites ou si,
site Web.

111
CA Paris, 21 novembre 2008, Bloobox Net c/ 113
DCC n° 2004-496, 10 juin 2004.
Olivier M. Legalis.net www.Legalis.net//
114
jurisprudence. TGI Paris, 13 octobre 2008 Bachar K. et autres
112
c/ Christophe B. et autres. www.legalis.net.
TGI Paris, Ordonnance 26 mars 2008, Olivier M.
115
c/ Bloobox Net. Legalis.net www.Legalis.net// TGI Toulouse (référé), 13 mars 2008, Krim. K.
jurisprudence. c/ Amen.

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 27
En raison de l’intérêt général attaché à la • en ce qui concerne les éditeurs
répression de l’apologie des crimes contre professionnels, le nom du directeur ou
l’humanité, de l’incitation à la haine raciale du co-directeur de la publication et le cas
ainsi que de la pornographie enfantine, échéant, celui du responsable de la
l’article 6-I-7 de la LCEN impose aux rédaction, au sens de l’article 93-2 de
prestataires intermédiaires, de concourir à la loi n° 82-652 du 29 juillet 1982 ;
la lutte contre la diffusion des infractions
• en ce qui concerne les éditeurs non
mentionnées aux cinquième et huitième
professionnels, ils peuvent ne tenir à la
alinéas de l’article 24 de la loi du 29 juillet
disposition du public que le nom, la
1881 sur la liberté de la presse et à
dénomination ou la raison sociale et
l’article 227-23 du code pénal.
l’adresse du prestataire, c’est-à-dire
À ce titre, elles doivent mettre en place un l’hébergeur.
dispositif facilement accessible et visible,
La violation de ces prescriptions est punie
permettant à toute personne de porter à leur
d’un an d’emprisonnement et de 75
connaissance ce type de données. Elles
000 euros d’amende en application de
ont également l’obligation, d’une part,
l’article VI II de la LCEN.
d’informer promptement les autorités
publiques compétentes de toutes activités Les personnes morales peuvent être
illicites mentionnées à l’alinéa précédent qui déclarées pénalement responsables de ces
leur seraient signalées et qu’exerceraient infractions, dans les conditions prévues à
les destinataires de leurs services, et, l’article 121-2 du code pénal.
d’autre part, de rendre publics les moyens
Les éditeurs, destinataires des services
qu’elles consacrent à la lutte contre ces
d’hébergement, sont les responsables des
activités illicites.
délits de presse.
Tout manquement à ces obligations est puni
d’une peine d’un an d’emprisonnement et 5. Les moyens de défense à une
de 75.000 euros d’amende. Les personnes action en diffamation ou injure
morales peuvent être déclarées pénalement
responsables de ces infractions, dans les En cas de poursuite du chef de diffamation
conditions prévues à l’article 121-2 du code ou d’injure, la personne mise en cause
pénal. dispose de plusieurs moyens de défense.

Enfin, les prestataires intermédiaires doivent


détenir et conserver les données de nature [Suite du bas de colonne précédent]
a) S’il s’agit de personnes physiques, leurs nom,
à permettre l’identification de quiconque a
prénoms, domicile et numéro de téléphone et, si
contribué à la création du contenu ou de elles sont assujetties aux formalités d’inscription
l’un des contenus des services dont elles au registre du commerce et des sociétés ou au
sont prestataires, c’est-à-dire les éditeurs. répertoire des métiers, le numéro de leur
inscription ;
L’autorité judiciaire peut requérir b) S’il s’agit de personnes morales, leur
communication de ces données auprès des dénomination ou leur raison sociale et leur siège
prestataires. social, leur numéro de téléphone et, s’il s’agit
d’entreprises assujetties aux formalités
d’inscription au registre du commerce et des
4.2.3.3. La responsabilité pénale de sociétés ou au répertoire des métiers, le numéro
droit commun des destinataires de leur inscription, leur capital social, l’adresse
des services d’hébergement : de leur siège social ;
les éditeurs c) Le nom du directeur ou du codirecteur de la
publication et, le cas échéant, celui du responsable
Les éditeurs professionnels (visés à de la rédaction au sens de l’article 93-2 de la loi
l’article 6-III-1) et les éditeurs non n° 82-652 du 29 juillet 1982 précitée ;
professionnels116 (visés à l’article 6-III-2) sont d) Le nom, la dénomination ou la raison sociale et
l’adresse et le numéro de téléphone du prestataire
tenus de mettre à la disposition du public
mentionné au 2 du I.
les données d’identification : 2. Les personnes éditant à titre non professionnel
un service de communication au public en ligne
peuvent ne tenir à la disposition du public, pour
116
Article 6 III-1 et 2 : « 1. Les personnes dont préserver leur anonymat, que le nom, la
l’activité est d’éditer un service de communication dénomination ou la raison sociale et l’adresse du
au public en ligne mettent à disposition du public, prestataire mentionné au 2 du I, sous réserve de
dans un standard ouvert : lui avoir communiqué les éléments d’identification
[Suite en bas de colonne suivant] personnelle prévus au 1. »

28 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
Elle peut, évidemment, contester le Le tribunal, chargé de statuer sur les
caractère diffamatoire ou injurieux des mérites de ces différents moyens de
propos. défense, devra les examiner séparément,
chacun d’eux étant soumis à des exigences
Ainsi, selon une jurisprudence ancienne, ne de forme et de fond distinctes.
commet aucune diffamation l’auteur des
propos en cause qui n’a fait que se
soumettre à une obligation légale ou 5.1. Les immunités
échanger des appréciations confidentielles,
sous l’empire d’une préoccupation légitime L’article 41 de la loi du 29 juillet 1881 prévoit
et de bonne foi117 118. deux causes d’immunité : l’immunité
parlementaire et l’immunité judiciaire119.
Elle peut aussi exciper d’une des
immunités, prévues à l’article 41 de la loi
du 29 juillet 1881. 5.1.1. L’immunité parlementaire

Elle peut encore apporter la preuve de sa Cette immunité couvre « les discours tenus
bonne foi et renverser la présomption dans le sein de l’Assemblée Nationale ou
d’intention de nuire, que la jurisprudence du Sénat ainsi que les rapports ou toute
fait peser sur elle. autre pièce imprimée par ordre de l’une de
ces deux assemblées ». Elle couvre aussi
Elle peut, enfin, apporter la preuve de la « le compte-rendu des séances publiques
vérité du contenu des propos ou écrits des assemblées fait de bonne foi dans les
litigieux. Toutefois, l’exception de vérité n’est journaux ».
pas prévue en matière d’injure.
L’immunité bénéficie aux parlementaires
Ces trois derniers moyens de défense des deux Assemblées et aux élus
(immunités, preuve de la bonne foi et européens. Elle s’étend aussi aux ministres
exception de vérité) sont propres à la prenant la parole au Parlement, ainsi qu’aux
législation sur la presse. témoins entendus par des commissions
d’enquête parlementaire.
Le prévenu a le choix entre ces moyens et
en cas d’échec de l’un de ceux-ci, la Toutefois, elle ne concerne que les rapports
jurisprudence admet qu’il puisse se fonder et le compte-rendu des séances publiques
sur un autre : ainsi, le prévenu qui invoque ainsi que les débats tenus dans l’enceinte,
le bénéfice d’une immunité ou qui entend même des Assemblées. La jurisprudence
prouver la vérité des imputations, n’est pas n’admet aucune extension à ce principe.
privé, en cas d’échec, du droit d’exciper de
sa bonne foi. 119
Article 41 : « Ne donneront ouverture à aucune
action les discours tenus dans le sein de
117 l’Assemblée nationale ou du Sénat ainsi que les
Cass. Crim., 7 février 1887 ; Cass., Crim.
rapports ou toute autre pièce imprimée par ordre
17 février 1981, Bull. crim. n° 63 ; Cass. Crim.,
de l’une de ces deux assemblées.
14 novembre 1989, Bull. crim. n° 418 ; Cass. Crim.,
Ne donnera lieu à aucune action le compte rendu
17 octobre 1995, Bull. crim. n° 311 ; Cass. Crim.,
des séances publiques des assemblées visées à
12 octobre 2004, JCP, éd. G., 2004, n° 3259 (tel
l’alinéa ci-dessus fait de bonne foi dans les
l’employeur qui a l’obligation d’indiquer les motifs du
journaux.
licenciement).
Ne donnera lieu à aucune action en diffamation,
118
Dans une affaire où un inspecteur du travail avait injure ou outrage, ni le compte-rendu fidèle fait de
été mis en cause du chef de diffamation en raison bonne foi des débats judiciaire, ni les discours
du contenu d’une annexe à un procès-verbal, la prononcés ou les écrits produits devant les
Cour de cassation a jugé que cette catégorie de tribunaux.
fonctionnaires tient des articles L. 611-1 et suivants Pourront néanmoins les juges, saisis de la cause
du code du travail, devenus L. 8112-1 et suivants et statuant sur le fond, prononcer la suppression
« le droit, sous le seul contrôle de l’autorité des discours injurieux, outrageants ou
hiérarchique, d’écrire tout ce que, selon leur diffamatoires et condamner qui il appartiendra à
conscience, ils estiment nécessaire à des dommages et intérêts.
l’accomplissement de leur mission ». Cet article Pourront toutefois les faits diffamatoires étrangers
définit en effet les missions des inspecteurs du à la cause donner ouverture, soit à l’action publique,
travail et précise notamment qu’ils constatent les soit à l’action civile des parties, lorsque ces
différentes infractions relevant de leurs actions leur auront été réservées par les tribunaux
compétences. et, dans tous les cas, à l’action civile des tiers. »

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 29
Ainsi, le bénéfice de l’immunité a été refusé 5.1.2.2. Les discours prononcés ou les
à un parlementaire, rapporteur d’une écrits produits devant les
commission d’enquête, pour des propos tribunaux
tenus à un journaliste qui ne constituaient
pas un compte-rendu fidèle du rapport de L’immunité s’étend à l’ensemble des
la commission d’enquête120. juridictions, d’instruction comme de
jugement, devant lesquelles s’exercent les
En application de l’article 41 alinéa 1er de droits de la défense : tribunaux civils,
la loi du 29 juillet 1881, l’immunité correctionnels, administratifs, cours
parlementaire est totale : elle interdit, en d’assises, conseils de prud’hommes,
effet, « toute action » et donc, toute tribunaux de commerce.
poursuite devant le juge pénal comme
devant le juge civil. En revanche, les discours ou écrits produits
devant des organismes qui n’ont pas la
nature de juridiction ne bénéficient pas de
5.1.2. L’immunité judiciaire l’immunité. Par exemple, l’immunité n’est
pas applicable en matière de poursuites
Elle couvre « le compte-rendu fidèle fait de disciplinaires poursuivis et instruits par un
bonne foi des débats judiciaires », ainsi que conseil de l’Ordre123.
« les discours prononcés ou les écrits
produits devant les tribunaux ».
* L’immunité judiciaire porte sur les délits
de diffamation, d’injure et d’outrage à
5.1.2.1. Le compte-rendu est la l’exclusion des autres délits de presse, tels
reproduction intégrale ou l’apologie des crimes et délits. La Cour de
partielle de ce qui s’est passé cassation admet aussi que l’immunité
au cours de l’audience puisse s’étendre aux outrages fondés sur
des textes du code pénal, à l’exclusion des
Selon la Cour de cassation, un tel compte- outrages à magistrat proférés à l’audience,
rendu consiste « à mettre en regard les délit prévu par l’article 434-24 alinéa 2 du
prétentions contraires des parties et à code pénal. En effet, les propos outrageants
permettre, par une narration générale ou adressés, pendant l’audience, aux
partielle, d’apprécier l’ensemble des débats magistrats de l’ordre judiciaire ou
judiciaires en s’abstenant de toute administratif ne sauraient entrer dans les
dénaturation des faits et de toute imputation limites reconnus aux droits de la défense124.
malveillante, spécialement à l’égard des Lorsqu’un outrage à magistrat, prévu par
membres de la juridiction121 ». l’article 434-24 du code pénal, a été commis
à l’audience d’une juridiction de l’ordre
Toutefois, l’article 38 de la loi de 1881 interdit judiciaire, le président d’audience en dresse
la publication des actes d’accusation et de procès-verbal qu’il transmet au procureur de
tous actes de procédure criminelle ou la République en application de l’article 677
correctionnelle avant qu’ils aient été lus à denier alinéa du code de procédure pénale.
l’audience.

Une reproduction tronquée des débats, * L’immunité couvre les discours et écrits
dénaturant les faits et dans laquelle l’auteur produits dans le prétoire. L’immunité couvre,
manque à son devoir d’objectivité, ne peut non seulement les actes de procédure mais
bénéficier de l’immunité122. plus généralement, tous les écrits soumis
à l’appréciation d’un juge125 ainsi que les
Le commentaire d’une décision de justice plaidoiries et les propos tenus entre
n’est pas assimilé à un compte-rendu et l’ouverture des débats et la fin du procès.
ne bénéficie donc pas de l’immunité.
120 123
Cass. Crim., 30 septembre 2003, Bull. crim. n° 173. Cass. Civ 1ère , 16 décembre 2003, Bull civ. I, n° 256.
121 124
Cass. Crim., 6 février 2007, Revue droit pénal Cass. Crim., 13 février 1975, Bull. crim. n° 54,
2007, comm. 67, obs. M. Véron. R.S.C. 1976, p. 101, note Vitu ; Cass. Crim.,
122
24 novembre 1998, Revue droit pénal 1999, comm.
Cass. Crim., 10 mai 1994, Bull. crim. n° 181 relatif
n° 65, M. Véron.
à un article dans lequel l’auteur accusait le président
125
d’une cour d’assises de se comporter en procureur. Cass. Crim., 1er décembre 1987, Bull. crim. n° 440.

30 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
L’immunité ne protège que les discours ou Les réquisitions des magistrats du parquet
écrits qui sont nécessaires à la recherche ne peuvent, ainsi, donner lieu à aucune
de la vérité et à la protection des droits de action en diffamation ou injure. Les actes
la défense à l’exclusion de ceux qui sont juridictionnels des magistrats du siège, qui
étrangers à la cause. Elle constitue une fin tiennent de la loi le pouvoir de relater et
de non-recevoir de la poursuite en d’apprécier, sans autre limitation que celle
diffamation. dictée par leur conscience, le comportement
des justiciables déférés devant eux, ne
La Cour de cassation donne une grande peuvent, non plus, donner lieu à aucune
portée à l’immunité, quand elle concerne action en diffamation ou injure130.
les discours ou écrits produits devant les
tribunaux. Ainsi, elle en a accordé le
bénéfice à un avocat qui avait mis en cause, 5.1.2.3. L’immunité judiciaire a des
dans ses conclusions, le magistrat qui avait effets plus limités que ceux
radié du rôle l’affaire de sa cliente, aux motifs attachés à l’immunité parle-
que « les propos incriminés qui figuraient mentaire
dans les conclusions écrites soumises à
la juridiction, n’étaient pas étrangers à la L’immunité judiciaire se limite à la
cause126 ». Comme le souligne un auteur127, responsabilité pénale naissant de certaines
la Haute juridiction justifie sa décision par infractions énumérées à l’article 41 et ne
une simple référence au « contenant », des s’étend pas à la réparation du dommage
propos outrageants. qui a pu en résulter131.

L’immunité ne protège pas les écrits, faisant En effet, malgré l’immunité et par
l’objet, en dehors des juridictions, d’une application de l’article 41 alinéa 4, les juges
publicité étrangère aux débats. Il en est saisis de la cause pourront prononcer la
ainsi de la reproduction d’une plainte avec suppression des propos injurieux,
constitution de partie civile sur internet : si outrageants ou diffamatoires et condamner
cet acte entre bien, par sa nature dans le leurs auteurs à des dommages-intérêts, à
champ d’application du texte puisqu’il s’agit la demande du ministère public, par voie
d’un écrit produit devant les tribunaux, sa de réquisition, ou des parties, par voie de
reproduction sur un site internet ne conclusions incidentes ou d’un tiers, par
constitue pas la production devant une voie d’intervention132. Ces demandes doivent
juridiction, requise par le texte128. être formulées avant le jugement au fond.
La possibilité d’une condamnation à des
dommages-intérêts est indépendante de la
* L’immunité bénéficie aux plaideurs, à suppression mais peut se cumuler
leurs défenseurs, aux témoins et aux avec elle.
experts qui déposent devant les juridictions
mais aussi à tous ceux qui participent à la Lorsque les propos ont un caractère
procédure tels des témoins entendus par étranger à la cause et que la personne qui
un officier de police judiciaire agissant sur en est victime est partie au procès,
commission rogatoire129. (personnes poursuivies, partie civiles,

Les dispositions de l’article 41 sont 130


Cass. Crim., 23 juin 1980, Bull. crim n° 201.
inapplicables aux magistrats en raison de 131
En ce sens, manuel de droit pénal spécial,
leur statut. En effet, quand ils participent à deuxième édition, Cujas 2001, J. Pradel et M. Danti-
l’acte juridictionnel, ils bénéficient d’un fait Juan, p. 343, n° 473.
justificatif plus absolu que l’immunité, qui 132
Cass. Crim., 18 juillet 1978, Bull n° 236. Dans
résulte de l’ordre de la loi et du cette affaire, la Cour de cassation a jugé que, si les
commandement de l’autorité légitime. propos prononcés devant un tribunal par la
prévenue, qui avait traité de « menteur » un témoin
en train de déposer, ne pouvaient donner lieu à
126
Cass. Crim., 11 octobre 2005, pourvoi n° 05- aucune action en diffamation, injure ou outrage,
80545. conformément à l’article 41 de la loi du 29 juillet 1881,
ils justifiaient, par application de l’alinéa 4 de cet
127
M. Véron, Droit pénal 2006, comm. 5. article, que les juges saisis de la cause statuent
128 sur les dommages et intérêts dus au témoin du fait
Cass. Crim., 26 mars 2008, pourvoi n° 07-86406.
de l’attaque portée contre lui et qui excédait les
129
Cass. Crim., 4 janvier 1997, Bull. crim. n° 223. limites d’une légitime défense.

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 31
conseils) les poursuites en diffamation ne La jurisprudence examine la bonne foi au
seront possibles que si la juridiction, devant regard des quatre conditions suivantes :
laquelle la diffamation a été commise, a
réservé la possibilité d’exercer une telle • la poursuite d’un but légitime,
action, conformément à l’article 41 alinéa 5.
• la prudence ou la mesure dans
Pour obtenir cette réserve, les parties l’expression,
diffamées devront présenter des conclusions
incidentes. La juridiction devra alors • l’absence d’animosité personnelle,
expressément constater que les propos sont
étrangers à la cause. C’est à cette condition • le respect du devoir d’enquête
que l’action en diffamation pourra être préalable133.
engagée. En effet, faute de cette appréciation
par la juridiction, une fin de non recevoir sera Il appartient au prévenu de faire la preuve
opposée à l’action en diffamation. de sa bonne foi. L’absence de sérieux et le
défaut de prudence dans l’expression sont
Si la réserve a été demandée par le Parquet, exclusifs de la bonne foi134.
la victime pourra se constituer partie civile
en cas de poursuites ultérieures même si La bonne foi a ainsi été relevée dans la lettre
elle avait omis de réserver personnellement adressée par un policier au président d’un
son action. La décision accordant la réserve tribunal, dans l’exercice de ses fonctions,
a autorité de chose jugée, quant à afin de renseigner la juridiction sur la
l’appréciation du caractère étranger des moralité d’une prévenue135 ou les documents
propos ou écrits à la cause, mais n’a pas nombreux fournis par un journaliste
d’autorité sur le caractère diffamatoire ou établissant que l’enquête a été sérieuse,
injurieux des faits. minutieuse et objective et qu’il a agi dans
l’intention légitime d’informer ses lecteurs136.
L’exigence de la réserve de l’action civile
est écartée, lorsque la victime des écrits
Cependant, la Cour de cassation admet que
ou propos litigieux est un tiers au procès,
le fait justificatif de la bonne foi n’est pas
terme qui recouvre toutes les autres
nécessairement subordonné à la prudence
personnes que les parties et leurs conseils,
dans l’expression de la pensée, dans le
même si elles ont été présentes aux
domaine de la polémique politique, portant
débats, tels les experts et les témoins.
sur « les opinions et doctrines relatives au
rôle et au fonctionnement des institutions
5.2. La démonstration de la fondamentales de l’État137 ».
bonne foi
Les juges du fond ont, aussi, délaissé la
5.2.1. Ce mécanisme est d’origine condition de prudence, lorsque les
jurisprudentielle. La bonne foi peut être allégations reposaient sur une enquête
invoquée devant le juge d’instruction par sérieuse et avaient pour objet une question
l’auteur d’une diffamation, comme par celui d’intérêt général138.
d’une injure.

Cependant, en matière d’injure, les critères


de la bonne foi, exposés ci-après, qui ont
133
été développés en matière de diffamation, Cass. Civ. 2ème, 14 mars 2002, D. 2002, p. 1884.
sont particulièrement délicats à transposer. 134
Cass. Crim., 11 septembre 2007, Revue droit pénal
Ainsi, le critère de l’enquête sérieuse et 2007, comm. 151.
préalable sera difficile à évoquer pour justifier 135
Cass. Crim., 28 octobre 1948, Bull. crim. n° 248.
l’expression outrageante, de mépris ou 136
Cass. Civ. 2ème, 15 janvier 1997, Bull. civ. II, n° 6 ;
d’invective qui a été proférée. Les relaxes Cass. Civ. 2ème, 29 novembre 2005, pourvoi n° 04-
prononcées en matière d’injure s’expliquent, 17.957.
dans la majorité des cas, par le contexte 137
Cass. Crim., 23 mars 1978, Bull. crim. n° 115 et
polémique du dossier, notamment en Cass. Crim., 4 décembre 2007, pourvoi n° 05-87384,
période électorale ou par un contexte social, Revue droit pénal, mars 2008, comm. 29.
lorsque les termes grossiers employés par 138
CA Paris, 14 décembre 1993 et 10 mai 1994,
l’auteur ne correspondent pas à une volonté D. 1995, somm. p. 272 : SIDA, blanchiment d’argent
d’insulter. provenant de trafic de drogue.

32 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
La Cour de cassation a jugé que les juges sciemment en place un montage financier
ne peuvent déduire la bonne foi des seules contraire à la loi américaine. Les propos
qualités ou activités professionnelles d’une étaient diffamatoires et la cour d’appel avait
personne139. écarté l’excuse de bonne foi. La Haute
juridiction a cassé l’arrêt, en retenant « qu’en
L’intention d’éclairer les électeurs sur le se déterminant ainsi, alors que l’article
comportement d’un candidat est, dans le incriminé, traitant d’un sujet d’intérêt général
contexte d’un débat politique, un fait relatif au rachat frauduleux par un
justificatif de bonne foi, si les imputations organisme bancaire d’une compagnie
concernent son activité publique et si d’assurance de droit étranger qui avait
l’information n’a pas été dénaturée140. entraîné la mise à la charge de l’État
français, et donc du contribuable, des
Si la bonne foi est admise, l’infraction de sommes considérables, ne dépassait pas
diffamation, qu’il s’agisse du délit ou de la les limites de la liberté d’expression au sens
contravention, n’est pas constituée. La Cour de l’article 10 de la convention européenne
de cassation a jugé que les juges du fond des droits de l’homme, la cour d’appel a
ne pouvaient subordonner le sérieux de méconnu les textes et principes susvisés ».
l’enquête – qui établit la bonne foi de
l’intéressé – à la preuve de la vérité des
imputations diffamatoires141. 5.3. L’exception de vérité

Les arguments relatifs à la bonne foi doivent Seule la juridiction de jugement est
être développés dans les conclusions qui compétente pour connaître de cette
seront déposées par l’avocat des agents exception, et non la juridiction d’instruction.
mis en cause, les juges ne pouvant se Cependant, la juridiction de jugement ne
prononcer d’office sur celle-ci pour relaxer peut, d’office, rechercher cette preuve.
les prévenus142.
En matière de diffamation, la personne peut
Pour établir sa bonne foi, la personne apporter la preuve de la véracité des propos
poursuivie en diffamation ou injure peut incriminés, afin de se soustraire à toute
produire des pièces couvertes par le secret condamnation (article 35 de la loi du
de l’instruction143. 29 juillet 1881). Dès lors, dans le cadre
d’une procédure en diffamation, un débat
contradictoire a lieu sur l’exactitude des
5.2.2. La Cour de cassation s’affranchit écrits en question.
parfois de l’application des critères de la
bonne foi en présence d’un article « d’intérêt Cette procédure s’applique même en cas
général ». Dans ces hypothèses, elle fait de diffamation non publique145, mais n’est
prévaloir la liberté d’expression consacrée pas prévue en matière d’injure.
par l’article 10 de la Convention européenne
des droits de l’homme, qui regroupe la liberté Le sommaire d’un arrêt du 27 juin 1967146
d’opinion et la liberté d’information, sur la distingue le domaine de l’exception de vérité
protection de la réputation d’autrui. Elle a de celui de la bonne foi, en ces termes :
fait application de ce principe dans un arrêt « La preuve de la vérité du fait diffamatoire
du 11 mars 2008144, relatif à un article de et la bonne foi constituent deux questions
presse, imputant au directeur d’une filiale distinctes. En ce qui concerne la vérité de
d’un organisme bancaire d’avoir mis l’imputation diffamatoire, cette vérité n’est
un fait justificatif que lorsque la preuve en
est légalement rapportée devant le tribunal
139
Cass. Crim., 29 novembre 1994, Bull. crim. n° 382. par le prévenu lui-même lorsque celui-ci a
140
Cass. Ch. Mixte, 24 novembre 2000, JCP, éd. G., été admis à faire cette preuve, selon la
p. 2324.
141
Cass. Crim., 17 juin 2008, pourvoi n° 07-80767,
Revue droit pénal comm. 124, M. Véron. 145
Cass. Civ. 2ème, 13 décembre 2001, PA 2002, n° 32,
142 p. 15.
Cass. Crim., 27 mai 1999, Jurisdata n° 003274.
146
143 Cass. Crim., 27 juin 1967, Bull. crim. n° 193 cité
Cass. Crim., 11 février 2003, D. 2003, IR, p. 808.
dans la fiche « Droit de la presse, diffamation et
144
Cass. Crim., 11 mars 2008, pourvoi n° 06-84- injure » figurant dans le bulletin d’information de la
712, D. 2008, p. 2256, note J. Lapousterle. Cour de cassation n° 649 du 1er novembre 2006.

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 33
procédure prévue par l’article 55 de la loi modalités de l’exception de vérité qui peut
sur la presse. En ce qui concerne la bonne permettre la relaxe du prévenu.
foi, c’est encore au prévenu qu’il appartient
de détruire, mais cette fois, selon les
modes de preuve du droit commun, la 5.3.1. L’article 35 exclut l’exception de
présomption légale de mauvaise foi qui pèse vérité dans trois hypothèses :
sur lui ».
• les faits concernent la vie privée,
Pour être admise, la preuve de la vérité, doit
être parfaite, complète et corrélative aux • les faits remontent à plus de dix ans,
imputations diffamatoires dans toute leur
portée147. • les faits sont prescrits, amnistiés,
148 149
Les articles 35 et 55 de la loi du 29 juillet réhabilités ou révisés.
1881 prévoient les domaines et les
Les deux premières restrictions ne
147
s’appliquent pas lorsque les faits en cause
Cass. Crim., 14 juin 2000, D. 2000, IR, p. 251.
correspondent aux infractions prévues par
148
Article 35 : « La vérité du fait diffamatoire, mais les articles 222-23 à 222-32 (viol et
seulement quand il est relatif aux fonctions, pourra
être établie par les voies ordinaires, dans les cas
agression sexuelle) et 227-22 à 227-27 du
d’imputations contre les corps constitués, les code pénal (corruption de mineurs,
armées de terre, de mer ou de l’air, les propositions sexuelles faites à un mineur
administrations publiques et contre toutes les par voie de communication électronique,
personnes énumérées dans l’article 31. La vérité fabrication et transport de message à
des imputations diffamatoires et injurieuses pourra
être également établie contre les directeurs ou
caractère violent ou pornographique,
administrateurs de toute entreprise industrielle, atteinte sexuelle sur un mineur).
commerciale ou financière, faisant publiquement
appel à l’épargne ou au crédit. La vérité des faits L’article 35 dernier alinéa prévoit que
diffamatoires peut toujours être prouvée sauf : lorsque le fait imputé n’est pas relatif aux
lorsque l’imputation concerne la vie privée de la
fonctions ou ne concerne pas les personnes
personne ; lorsque l’imputation se réfère à des
faits qui remontent à plus de dix années ; lorsque qualifiées, énumérées à l’article 31 de la loi
l’imputation se réfère à un fait constituant une de 1881, et qu’il fait l’objet de poursuites
infraction amnistiée ou prescrite, ou qui a donné engagées à la requête du ministère public
lieu à une condamnation effacée par la ou d’une plainte du prévenu, le juge de la
réhabilitation ou la révision. Les deux alinéas a et
diffamation doit surseoir à statuer jusqu’au
b qui précèdent ne s’appliquent pas lorsque les
faits sont prévus et réprimés par les articles 222- terme de l’instruction.
23 à 222-32 et 227-22 à 227-27 du code pénal et
ont été commis contre un mineur. Dans les cas En dehors de ces cas, la juridiction de
prévus aux deux paragraphes précédents jugement apprécie librement s’il y a lieu,
(paragraphes 1 et 2) la preuve contraire est
ou non, de surseoir à statuer.
réservée. Si la preuve du fait diffamatoire est
rapportée, le prévenu est renvoyé des fins de la
plainte. Dans toute autre circonstance et envers
toute autre personne non qualifiée, lorsque le fait 5.3.2. La preuve de la vérité peut être
imputé est l’objet de poursuites commencées à la rapportée par tout moyen (écrits,
requête du ministère public, ou d’une plainte de la témoignages, etc.) suivant les strictes
part du prévenu, il sera, durant l’instruction qui
conditions de procédure de l’article 55 de
devra avoir lieu, sursis à la poursuite et au jugement
du délit de diffamation. » la loi du 29 juillet 1881.
149
Article 55 : « Quand le prévenu voudra être admis
à prouver la vérité des faits diffamatoires, Cet article dispose ainsi que le prévenu qui
conformément aux dispositions de l’article 35 de veut prouver la vérité des imputations qu’il
la présente loi, il devra, dans le délai de dix jours a avancées doit, dans le délai de dix jours
après la signification de la citation, faire signifier après la signification de la citation, faire
au ministère public ou au plaignant au domicile
par lui élu, suivant qu’il est assigné à la requête
signifier au ministère public ou au plaignant,
de l’un ou de l’autre : 1° Les faits articulés et au domicile par lui élu :
qualifiées dans la citation, desquels il entend
prouver la vérité ; 2° La copie des pièces ; 3° Les • les faits articulés et qualifiés dans la
noms, professions et demeures des témoins par citation desquels il entend prouver la
lesquels il entend faire la preuve. Cette signification
vérité,
contiendra élection de domicile près le tribunal
correctionnel, le tout à peine d’être déchu du droit
de faire la preuve. » • la copie des pièces,

34 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
• les noms, professions et demeures des Ce délai est porté à un an dans les cas
témoins par lesquels il entend faire la spécifiés à l’article 65-3 de la loi susvisée
preuve. (provocation à la discrimination, à la haine
ou à la violence à l’égard d’une personne
Ainsi, pour produire l’effet absolutoire, la ou d’un groupe de personnes à raison de
preuve doit être parfaite, complète et leur origine ou de leur appartenance ou de
répondre de façon circonstanciée au leur non appartenance à une ethnie, une
caractère diffamatoire des imputations nation, une race ou une religion
relevées. déterminée ; discrimination en raison de
l’orientation sexuelle, du sexe ou d’un
Dans les cinq jours suivants, et au moins handicap ; révisionnisme). Ce délai d’un an
trois jours francs avant l’audience, le ne concerne que les infractions
plaignant ou le ministère public, suivant le limitativement énumérées par l’article 65-3
cas, signifie au prévenu les copies des parmi lesquelles ne figurent pas les
pièces et les noms, professions et contraventions de diffamation et d’injures
demeures des témoins par lesquels il raciales ou discriminatoires non publiques.
entend faire la preuve du contraire (article 56 En conséquence, l’article 65-3 est sans
de la loi de 1881). incidence sur le délai de prescription de trois
mois de ces contraventions152.
Le tribunal régulièrement saisi doit alors
statuer au fond dans le délai d’un mois à Ce délai trimestriel se calcule de date à
compter de la date de la première audience date, peu important le nombre de jours que
(article 57 de la loi de 1881). Les juges comportent les mois. Le jour de commission
apprécieront souverainement la sincérité et du délit, fixé par le jour du premier acte de
la valeur des documents qui leur sont publication, ne compte pas pour la
soumis. computation du délai de prescription : ce
délai part donc du lendemain de la
publication et s’achève le dernier jour à
6. La prescription de l’action minuit153. Le délai peut expirer même un jour
non ouvrable sans possibilité de reporter au
6.1. La durée du délai de prescription premier jour ouvrable154.

En matière de diffamation, l’article 65 de la Par exemple, pour un écrit diffamatoire


loi du 29 juillet 1881150 prévoit un délai de publié le 14 janvier 2009, date de
trois mois pour l’exercice de l’action commission du délit, le délai de prescription
publique comme de l’action civile. commencera à courir le 15 janvier 2009, et
L’article 65 s’applique à tous les délits la prescription sera acquise le 14 avril à
prévus par cette loi 151 et même aux minuit.
contraventions.
La prescription ne pouvant être interrompue
150
par un acte nul, une citation irrégulière, telle
Article 65 de la loi du 29 juillet 1881 : « L’action
publique et l’action civile résultant des crimes, celle qui ne viserait pas le bon texte
délits et contraventions prévus par la présente loi d’incrimination, laisse courir le délai de
se prescriront après trois mois révolus, à compter prescription155.
du jour où ils auront été commis ou du jour du
dernier acte d’instruction ou de poursuite s’il en a
été fait.
Toutefois, avant l’engagement des poursuites,
seules les réquisitions aux fins d’enquête seront
152
interruptives de prescription. Ces réquisitions Cass. Crim., 7 juin 2006, pourvoi n° 05-83.812.
devront, à peine de nullité, articuler et qualifier les 153
Cass. Crim., 8 juin 1999, pourvoi n° 98-84.432.
provocations, outrages, diffamations et injures à
154
raison desquels l’enquête est ordonnée. Cass. Civ. 2ème, 5 février 2004, Bull. II. n° 43 et
Les prescriptions commencées à l’époque de la G.P. 2005, n° 350 à 351, p. 33.
publication de la présente loi, et pour lesquelles il 155
Pour une application de cette règle, voir l’arrêt
faudrait encore, suivant les lois existantes, plus
précité de la Cour de cassation du 15 janvier 2008
de trois mois à compter de la même époque, seront,
(note 10) où l’irrégularité de la citation visant des
par ce laps de trois mois, définitivement
diffamations et injures à l’encontre d’une parlemen-
accomplies. »
taire alors qu’il s’agissait de propos diffamatoires
151
Cass. Crim., 30 octobre 2001, Droit pénal 2002, et injurieux envers un particulier n’a pu interrompre
n° 28. la prescription.

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 35
L’article 65 de la loi du 29 juillet 1881 prévoit • Dans le cas d’hebdomadaire où il est
que le délai initial de prescription d’une mentionné, non pas une période mais
infraction de presse peut être interrompu par une date, c’est cette dernière qui permet
la réalisation d’un acte d’instruction et de le calcul du délai de prescription, même
poursuite mais aussi, avant l’engagement si elle est fictive, sauf erreur matérielle
des poursuites, par les réquisitions et « soit ou fraude160.
transmis » aux fins d’enquête adressées aux
officiers de police judiciaire, à la condition • Dans le cas d’une diffusion d’un
qu’elles articulent et qualifient les infractions message sur un site du réseau internet,
au droit de la presse en cause. En revanche, le point de départ du délai de prescription
contrairement à l’article 53 de la loi sur la de l’action est calculé à compter de la
presse, l’article 65 n’exige pas, pour qu’une date du premier acte de publication,
telle vertu interruptive soit accordée à ces laquelle s’entend de la date à laquelle le
réquisitions aux fins d’enquête, que soit message a été mis, pour la première fois,
indiqué le texte de loi applicable à la à la disposition des utilisateurs du
poursuite156. réseau161.

Cette première mise en ligne se caractérise


6.2. Le point de départ du délai de par la création d’une nouvelle page internet
prescription contenant des propos diffamatoires.
Pour une diffamation par voie de presse, la Toutefois, la Cour de cassation a précisé
jurisprudence prend en considération le que la simple mise à jour d’un site internet
premier acte de publication qui dépend de ne constituait pas un nouvel acte de
la nature de l’écrit. On rappellera que le jour publication faisant courir un nouveau délai
déterminant, dans chaque cas, le premier de prescription162.
acte de publication, qui fixe la date de
commission du délit, n’est pas pris en En revanche, même si la Cour de cassation
compte pour la computation du délai de n’a pas encore tranché cette question,
prescription. l’ajout de propos diffamatoires, dans un
texte qui a déjà fait l’objet d’une mise en
• Concernant une parution datée et mise ligne, devrait pouvoir caractériser un nouvel
en vente à jour fixe, le point de départ, acte de publication rouvrant le délai de
permettant le calcul de la prescription prescription de trois mois, si les
du délit, est fixé à ce jour ou à cette date. modifications sont opérées sur le texte lui-
même163.
• La parution de toute nouvelle édition d’un
livre marque le point de départ d’un
Enfin, la Cour de cassation a précisé que
nouveau délai de prescription parce
« la simple adjonction d’une seconde
qu’un nouveau tirage caractérise un
adresse pour accéder à un site existant ne
nouvel acte de mise à disposition du
saurait caractériser un nouvel acte de
public157. En revanche, l’envoi postal d’un
publication de texte figurant déjà à
ouvrage préalablement distribué en
l’identique sur ce site164 ».
librairie ne fait pas courir un nouveau
délai de prescription158.
• En matière de périodique (mensuel,
trimestriel…), le point de départ du délai
de prescription du délit doit être calculé 160
CA Paris, 22 janvier 2004, et Cass. Crim., 27 avril
à compter du premier jour de la période, 2004, Communication Commerce électronique
sauf preuve de la date réelle de la mise septembre 2004, p. 67.
de l’écrit à la disposition du public159. 161
Cass. Crim., 30 janvier 2001, Bull. crim. n° 28 ;
Cass. Crim., 16 octobre 2001, Bull. crim. n° 211 ;
156
Cass. Crim., 20 juin 2006, Bull. crim. n° 187. Cass. Crim., 27 novembre 2001, Bull. crim. n° 246.
157 162
Cass. Crim., 8 janvier 1991, Bull. crim. n° 13. Cass. Crim., 19 septembre 2006, pourvoi n° 05-
158
87230.
Cass. Crim., 12 décembre 2006, pourvoi
163
n° 05-87230, Communication Commerce électronique TGI Tulle, 9 septembre 2008 Droit pénal 2008,
2007, comm. 44, obs. A. Lepage. étude 10 « Un an de droit pénal des nouvelles
159
technologies », spec. n° 42.
Cass. Crim., 19 mai 1998, Bull. crim. n° 173 ; Cass.
164
Crim., 5 septembre 2006, pourvoi n° 05-83541. Cass. Crim., 6 janvier 2009 n° 05-83491.

36 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
Seconde sous-partie : L’outrage prévu
par l’article 433-5 du code pénal
L’outrage est régi par les dispositions de 1.1. Les moyens par lesquels s’exprime
l’article 433-5 du code pénal et ne relève l’outrage sont multiples
pas des dispositions de la loi du 29 juillet
1881. Il peut s’agir de paroles, gestes ou
menaces, écrits ou images de toute nature
non rendus publics, ou envoi d’objets
1. Les éléments constitutifs de quelconques adressés à une personne
l’infraction chargée d’une mission de service public ou
dépositaire de l’autorité publique.
Le délit d’outrage à personne chargée d’une
mission de service public ou dépositaire de Parmi ceux-ci, seuls les écrits ou images
l’autorité publique est prévu et réprimé par de toute nature doivent être non publics165.
l’article 433-5 du code pénal qui dispose : Si l’outrage par écrit ou image, est rendu
« Constituent un outrage puni de public, notamment par diffusion hors d’un
7.500 euros d’amende, les paroles, gestes groupe lié par une communauté d’intérêts,
ou menaces, les écrits ou images de toute il faut alors poursuivre pour diffamation ou
nature non rendus publics ou l’envoi injure publiques sur le fondement de la loi
d’objets quelconques adressés à une du 29 juillet 1881.
personne chargée d’une mission de service
public, dans l’exercice ou à l’occasion de En revanche, les outrages se manifestant
l’exercice de ses fonctions, et de nature à autrement que par l’écrit ou l’image peuvent,
porter atteinte à sa dignité ou au respect indifféremment, être publics ou non publics.
dû à la fonction dont elle est investie.
Cette distinction n’est pas reprise par
Lorsqu’il est adressé à une personne l’ensemble de la doctrine. En effet, certains
dépositaire de l’autorité publique, l’outrage auteurs166 considèrent que le moyen utilisé
est puni de six mois d’emprisonnement et doit être, obligatoirement, non public pour
de 7.500 euros d’amende. entrer dans le champ d’application de
l’article 433-5.
Lorsqu’il est adressé à une personne
chargée d’une mission de service public et D’autres167 estiment, au contraire, que la
que les faits ont été commis à l’intérieur condition d’absence de publicité ne vaut que
d’un établissement scolaire ou éducatif, ou pour les outrages commis par écrit ou
à l’occasion des entrées et des sorties des image. Ils s’appuient sur la construction de
élèves, aux abords d’un tel établissement, la phrase définissant l’incrimination qui crée
l’outrage est puni de six mois d’empri- une césure entre deux groupes de mots :
sonnement et de 7.500 euros d’amende. d’une part « les paroles, gestes ou
menaces » et, d’autre part, « les écrits ou
Lorsqu’il est commis en réunion, l’outrage images de toute nature non rendus
prévu au premier alinéa est puni de six mois publics ».
d’emprisonnement et de 7.500 euros
d’amende, et l’outrage prévu au deuxième Cette différence trouve son explication dans
alinéa est puni d’un an d’emprisonnement la construction historique du texte
et de 15.000 euros d’amende. » d’incrimination de l’outrage. La formule
« écrits ou images de toute nature non
L’outrage peut être défini comme toute
expression offensante, injurieuse ou 165
Cass. Crim., 7 décembre 2004, pourvoi n° 04-
diffamatoire, adressée à un représentant de 81162.
l’autorité publique, dans l’exercice ou à 166
Voir par exemple Y. Mayaut, RSC, avril-juin 2005,
l’occasion de l’exercice de ses fonctions, p. 302, ou M. Véron, Droit pénal, avril 2005, p. 15.
de nature à diminuer la considération dont 167
Voir par exemple A. Lepage, Communication
il jouit, et à travers lui, à porter atteinte à la électronique n° 6, juin 2005, comm. 105, A. Vitu,
fonction dont il est investi. Jurisclasseur Pénal Code, article 433-5, fasc. 10,
2004 n° 52 et J. Larguier, A.M. Larguier, Droit Pénal
Spécial, Dalloz 7ème éd., p. 193.

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 37
rendus publics » figurait déjà, de façon fonctions. Il importe peu que l’acte de la
isolée, aux articles 222 et 224 de l’ancien fonction accompli par la victime outragée
code pénal. Elle a été reprise dans un article soit illégal.
unique du nouveau code pénal. Les autres
moyens de l’outrage ont été ajoutés à cette • Est dans l’exercice de ses fonctions, la
occasion. Il ne fait, ainsi, pas de doute que personne qui, au moment de l’infraction,
le caractère non public ne s’attache qu’aux est en service ou exécute sa mission,
écrits et images. peu importe que ces fonctions soient
exercées de façon permanente ou
intermittente.
1.2. L’outrage doit atteindre une
personne chargée d’une mission • Est outragée, à l’occasion de l’exercice
de service public ou dépositaire de de ses fonctions, la personne qui ne se
l’autorité publique trouvait pas ou plus en service, si le
coupable a agi en raison des actes
1.2.1. La doctrine s’accorde à considérer professionnels que la victime a
comme dépositaire de l’autorité publique, accomplis ou, plus largement, à cause
la personne qui est investie, par délégation de sa qualité de représentant de la
de la puissance publique, d’un pouvoir de puissance publique.
décision et de contrainte sur les individus
et sur les choses, pouvoir qu’elle exerce La jurisprudence admet également qu’il y a
de façon permanente ou à titre temporaire. outrage, lorsqu’un ancien fonctionnaire est
visé en raison des fonctions qu’il a remplies
Cette définition englobe les représentants précédemment168.
de l’État et des collectivités territoriales, les
fonctionnaires, les représentants de la force
publique, les officiers ministériels, les 1.4. L’outrage doit être de nature à
militaires et les personnes qui, bien que porter atteinte à la dignité et au
n’étant pas fonctionnaires, sont titulaires de respect dû à la fonction dont la
fonctions d’autorité et les personnes personne outragée est investie
investies d’un mandat électif (voir :
ANNEXE 1). Lorsque l’outrage vise directement les
fonctions exercées, la personne se trouve
indirectement atteinte. En outrageant les
1.2.2. Est chargée d’une mission de service fonctions, le coupable s’attaque à la
public, la personne qui, sans avoir reçu un personne qui les incarne. Si, pour critiquer
pouvoir de décision ou de commandement l’acte d’une fonction, le prévenu emploie des
conféré par la puissance publique, exerce termes injurieux, diffamatoires ou blessants
cependant une fonction ou accomplit des à l’égard de l’auteur de cet acte, l’outrage
actes qui ont pour but de satisfaire à un est constitué.
intérêt général.
Toutefois, toute critique de la fonction ne
Dans le cadre de son contrôle sur la notion constitue pas un outrage. Si ces critiques
de personne « chargée d’une mission de ne contiennent ni mépris, ni injure à l’égard
service public », la Haute juridiction exige des fonctions ou de l’administration mis en
que soient caractérisés les actes accomplis cause, la Cour de cassation estime que
par la personne « se rattachant directement l’infraction n’est pas constituée.
à l’une des missions de service public
spécifiquement impartie » à la structure
dont elle fait partie (voir : ANNEXE 2). 1.5. L’élément intentionnel du délit

Cet élément suppose la connaissance,


1.3. L’outrage doit être en lien avec les chez l’auteur des faits, de la qualité de la
fonctions exercées par la personne personne à laquelle il s’adresse.
outragée

L’outrage n’est punissable que s’il vise une


personne dans l’exercice de ses fonctions
ou à l’occasion de l’exercice de ses 168
Cass. Crim., 23 mars 1860, Bull. crim. n° 60.

38 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
Il implique également la conscience, chez • cette qualification doit être également
l’auteur du message, de porter atteinte à la privilégiée, quand l’outrage envers une
dignité ou au respect dû à la fonction. En personne chargée d’une mission de
cas d’outrage indirect, il faut établir que le service public ou dépositaire de l’autorité
prévenu savait que ses propos seraient publique, se manifeste sous forme de
rapportés à la personne visée. gestes ou d’envoi d’objets quelconques,
qui sont des modes d’expression non
Cette preuve est facilitée, lorsque les mentionnés à l’article 23 de la loi du
paroles employées sont ordurières ou d’une 29 juillet 1881 ;
particulière violence ou encore volontai-
rement blessantes. • en revanche, quand l’outrage s’est
manifesté sous forme d’écrits ou
Pour apprécier cette atteinte, le juge prend d’images exposés au regard du public,
en compte le niveau intellectuel, l’éducation ce sont les dispositions de la loi sur la
ou la situation sociale du prévenu. presse qui doivent s’appliquer, puisque
l’article 433-5 a expressément écarté ce
Enfin, la provocation, qui peut être mode de perpétration de son champ
reprochée à la personne outragée, n’excuse d’application (voir infra : chapitre 1.1.).
pas l’outrage169.
En conclusion, le cas de conflit entre les
dispositions de la loi sur la presse et
1.6. Le délit prévu à l’article 433-5 du code l’article 433-5 du code pénal, se résume à
pénal est soumis à la prescription de droit la situation suivante : celle d’un outrage
commun de trois ans170 qui court à compter commis par paroles proférées en public,
de l’acte caractérisant l’outrage. envers une personne chargée d’une mission
de service public ou dépositaire de l’autorité
publique, à l’occasion de ses fonctions.
2. Les éléments de distinction
entre le délit d’outrage et les Il existe peu de jurisprudence mais la Cour
délits de presse de cassation tend, dans ce cas, à privilégier
les dispositions de droit commun de
Cette distinction est très importante au l’article 433-5 plutôt que celle de la loi
regard des règles procédurales qui de 1881. Elle a ainsi retenu le délit d’outrage,
s’appliquent (prescription de l’action, lorsque l’expression outrageante,
exigence ou non d’une plainte préalable, prononcée publiquement à l’occasion de
règles spécifiques de mise en mouvement l’exercice des fonctions, n’impliquait pas la
de l’action publique…). En effet, le délit critique d’un acte de la fonction171.
d’outrage obéit aux règles de droit commun,
contrairement aux infractions de presse qui
suivent un régime dérogatoire. 3. Les conditions de mise en
œuvre des poursuites par la
Certains cas ne posent pas de difficultés, victime
certaines qualifications étant exclusives
l’une de l’autre. 3.1. La plainte simple peut être faite contre
une personne dont l’identité n’est pas
Ces différences tiennent aux modes connue et n’exige pas de son auteur qu’il
d’expression de l’outrage : qualifie pénalement les faits qui en sont
l’objet.
• la qualification d’outrage prévue à
l’article 433-5 du code pénal doit être Elle doit émaner de la personne, victime
retenue quand l’acte offensant n’est pas des faits.
public ;

171
Cass. Crim., 18 janvier 1956, Bull. crim. n° 73,
pour une expression outrageante adressée
169 publiquement à un adjoint au maire à l’issue d’une
Cass. Crim., 14 décembre 1962, Bull. crim. n° 373.
séance du conseil municipal mais se rapportant à
170
Cass. Crim., 5 septembre 2006, pourvoi n° 06-80117. des faits sans rapport avec son mandat électif.

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 39
Elle peut être envoyée, par courrier, au
procureur de la République près le tribunal
de grande instance dans le ressort duquel
les faits ont été commis (lieu de la diffusion
du message).

La plainte peut aussi être déposée auprès


du commissariat ou de la gendarmerie la
plus proche de son domicile ou de son lieu
de travail, en application de l’article 15-3 du
code de procédure pénale.

Dans les deux cas, le procureur appréciera


la suite à donner à cette plainte,
conformément à l’article 40 du code de
procédure pénale.

3.2. Si la victime souhaite déposer plainte


avec constitution de partie civile auprès d’un
juge d’instruction, elle devra suivre les règles
prévues par l’article 85 du code de
procédure pénale, dans sa rédaction issue
de la loi n° 2007-291 du 5 mars 2007. La
recevabilité d’une plainte avec constitution
de partie civile est subordonnée au dépôt
préalable d’une plainte simple. Cette règle
est applicable à l’ensemble des délits, à
l’exception des délits de presse ou en
matière électorale.

L’article 85 distingue deux hypothèses :

• si le procureur de la République classe


la plainte sans suite, le dépôt d’une
plainte avec constitution de partie civile
sera possible dès la date de cette
décision de classement, qui doit être
portée à la connaissance du plaignant
par le procureur ;

• le dépôt de la plainte avec constitution


de partie civile sera aussi possible
lorsqu’un délai de trois mois se sera
écoulé depuis le dépôt de la plainte
devant le procureur contre récépissé, ou
par lettre recommandée avec demande
d’avis de réception ou encore depuis
l’envoi au procureur de la copie de la
plainte déposée devant un service de
police judiciaire.

40 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
ANNEXE 1
Détermination des personnes dépositaires de l’autorité publique

1. Les représentants de l’État et des collectivités territoriales


• le président de la République,
• les ministres, secrétaires d’État et sous-secrétaires d’État172,
• le président du Conseil constitutionnel,
• les préfets et sous-préfets,
• les représentants de la France auprès d’organismes internationaux (ONU) et auprès
de pays étrangers : ambassadeurs, consuls, chargés de mission.

2. Les personnes tenant leur pouvoir d’un mandat électif


Parmi les élus, certains sont aussi dépositaires de l’autorité publique tels :
• les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat,
• les présidents des conseils régionaux et généraux173,
• les présidents des communautés urbaines,
• les maires174 et adjoints175,
• les présidents et membres d’établissements publics administratifs tel les chambres
de commerce et d’industrie, chambres d’agriculture, chambre des métiers176 (mais,
selon une jurisprudence de la Chambre criminelle de la Cour de cassation, les chambres
de commerce et d’industrie, établissements publics administratifs, sont dépositaires
de prérogatives de puissance publique et exercent une mission de service public177),
• les fonctionnaires ou assimilés
• les magistrats de l’ordre administratif et judiciaire,
• les fonctionnaires de l’ordre administratif, soit « tous les membres de l’administration,
à quelque place qu’ils se trouvent situés dans la hiérarchie, dés lors qu’ils exercent,
sous l’impulsion et la surveillance de leurs supérieurs des attributions de puissance
publique dans l’ordre administratif »,
• les fonctionnaires de la police nationale178,
• les militaires de la gendarmerie (officiers, sous-officiers, gendarmes),
• les officiers de l’armée,
• les sous-officiers s’ils ont effectivement des hommes sous leurs ordres179 (les autres
militaires sont seulement des personnes chargées d’une mission de service public),
• les agents de police municipaux180,

172
Cass. Crim., 24 février 1893, Bull. crim. n° 49.
173
Cass. Crim., 3 novembre 1933 : Bull. crim. n° 200 ; Cass. Crim., 16 janvier 2002, n° 01-81054.
174
Cass. Crim., 29 septembre 1999, Bull. crim. n° 202 ; Cass. Crim., 5 février 2002, pourvoi n° 00-88297 ;
Cass. Crim., 14 janvier 2003, pourvoi n° 02-84574.
175
Cass. Crim., 19 mai 1999, Bull. crim. n° 100 ; Cass. Crim., 15 novembre 2000, pourvoi n° 00-80178.
176
Cass. Crim., 8 mars 1966, Bull. crim. n° 83 : cet arrêt précise que le président d’une Chambre des métiers
est « agent d’une administration placée sous le contrôle de la puissance publique ».
177
Cass. Crim., 5 novembre 1998, Bull. Crim. n° 289.
178
Cass. Crim., 22 février 1855, Bull. crim. n° 54 et Cass. Crim., 31 janvier 1902, Bull crim. n° 43 ; Cass.
Crim., 3 septembre 2003, pourvoi n° 02-86564.
179
Cass. Crim., 2 juillet 1958, Bull. crim n° 521.
180
Cass. Crim., 23 février 1981, Jurisdata n° 001154.

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 41
• les sapeurs-pompiers quand ils sont requis pour un service d’ordre ou pour fournir une
escorte181,
• les gardes champêtres agissant dans leurs fonctions de police judiciaire182,
• les gardes-chasse nationaux dépendant de l’Office National de la Chasse qui assurent
la recherche et la constatation des infractions à la police de la chasse,
• les ingénieurs du Génie rural et des Eaux et Forêts et les techniciens et agents
assermentés de l’Office National des Forêts qui disposent de prérogatives leur
permettant, sous l’autorité des magistrats de l’ordre judiciaire ou administratif, de
constater les infractions portant atteinte aux propriétés forestières et rurales (article 22
du code de procédure pénale) mais aussi d’exercer le droit de suite, arrêter et conduire
devant un OPJ les individus pris en flagrant délit et requérir la force publique (articles 23,
24 et 25 du code de procédure pénale),
• les trésoriers-payeurs généraux, receveurs des finances, inspecteurs et contrôleurs
des contributions directes183,
• les agents des contributions indirectes184,
• les préposés des douanes185,
• les percepteurs et receveurs municipaux186,
• les receveurs des domaines et conservateurs des hypothèques,
• les surveillants de l’administration pénitentiaire187,
• les secrétaires de mairie188 (quand ils reçoivent des fonds destinés à payer les droits
fiscaux dus pour l’adjudication des biens communaux, ils sont alors assimilés à des
percepteurs) sinon ils ne sont pas dépositaires de l’autorité publique189,
• le directeur de l’architecture d’une commune190,
• les géomètres du cadastre, salariés sur les deniers publics, nommés et révocables
par l’autorité publique191,
• les officiers ministériels192,
• les huissiers qui agissent en exécution d’une décision de justice193 ou à la requête des
particuliers194,

181
Cass. Crim., 3 décembre 1942, Bull. crim. n° 120.
182
Cass. Crim., 15 mars 1883, S. 1883, 1, p. 425.
183
Cass. Crim., 29 janvier 1957, Bull. Crim. n° 98.
184
Cass. Crim., 12 avril 1923, Bull. Crim. n° 149.
185
Cass. Crim., 21 avril 1821, Bull. crim. n° 65 ; Cass. Crim., 7 mars 1984, Bull. crim. n° 96.
186
Cass. Crim., 23 mars 1827, Bull. crim. n° 23.
187
Cass. Crim., 26 juin 1852, Bull. Crim. n° 210.
188
Cass. Crim., 28 mai 1842, Bull. crim. n° 13.
189
CA Nancy, 21 mars 1890, DP 1892, 2, p. 207.
190
Cass. Crim., 12 juin 2003, n° 02-81122.
191
Cass. Crim., 6 juin 1846.
192
Ils ont reçu du législateur un monopole pour accomplir, comme intermédiaires ou mandataires, des actes
officiels dans l’intérêt des particuliers et ont reçu le droit de transmettre leur charge à des successeurs
qu’ils présentent à l’agrément du Gouvernement. Bien que nommément visés au titre des personnes
dépositaires de l’autorité publique par le rapport présenté au nom de la Commission des lois sur le Livre IV
du code pénal par monsieur le sénateur Masson (JO Sénat, troisième session extraordinaire 1991-1992,
rapport n° 274), ils ne sont considérés comme tels que lorsqu’ils exercent les fonctions dont le
Gouvernement les a investis ; en dehors de ce cadre, ils ne sont plus que de simples particuliers.
193
Cass. Crim., 9 janvier 1958, Bull. crim. n° 46.
194
Cass. Crim., 21 mai 1997, Bull. crim. n° 1.

42 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
• les greffiers, titulaires de charge des tribunaux de commerce,
• les avoués près les cours d’appel195 (sauf quand ils agissent en qualité de simples
mandataires : ainsi quand ils représentent un créancier dans un ordre amiable),
• les avocats à la Cour de cassation et au Conseil d’État,
• les commissaires-priseurs, les agents de change et les courtiers maritimes,
• le président d’une chambre régionale des notaires196,
• les fonctionnaires des PTT197, de l’administration de l’équipement, des Ponts et
Chaussées, du ministère du travail, de l’agriculture, de l’Office national du tourisme,
• les fonctionnaires et agents des préfectures, sous-préfectures et mairies : secrétaire
général de mairie198, chef de bureau de mairie199, employés de bureau200, agent
contractuel d’une collectivité territoriale201,
• les fonctionnaires de l’Éducation nationale202 (recteurs, présidents d’université) doyens,
inspecteurs d’académie (la question se pose pour les professeurs qui pourraient plutôt
être regardés comme chargés d’une mission de service public),
• les agents assermentés de la SNCF habilités à relever les infractions à la police des
chemins de fer et les agents assermentés de la RATP,
• les présidents et assesseurs des bureaux de vote,
• les directeurs et employés d’hôpitaux départementaux203.

195
Cass. Crim., 15 décembre 1959, Bull. crim. n° 551.
196
Cass. Crim., 21 septembre 2005, pourvoi n° 04-85.056.
197
Cass. Crim., 28 janvier 1909, Bull. crim. n° 55. Mais voir : CA Paris, 25 juin 2002, Jurisdata n° 2002-190031,
qui qualifie de personnes chargées d’une mission de service public les préposés à la distribution du courrier.
198
Cass. Crim., 18 octobre 2000, pourvoi n° 99-88047.
199
Cass. Crim., 17 juillet 1828, Bull. crim. n° 209.
200
Cass. Crim., 30 septembre 1836, Bull. crim. n° 327. Voir sur ce sujet les exclusions de cette catégorie
indiquées dans le sujet outrage traité dans le Jurisclasseur.
201
Cass. Crim., 24 octobre 2001, pourvoi n° 00-88165. Cet arrêt précise que l’agent est également dépositaire
de l’autorité publique.
202
Cass. Crim., 18 avril 2000, Bull. crim. n° 152.
203
Cass. Crim., 6 février 1968, Bull. crim. n° 37 ; Cass. Crim., 21 novembre 1977, Bull. crim. n° 356.

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 43
ANNEXE 2
Détermination des personnes chargées d’une mission de service
public

1. Les personnes investies de mandats électifs publics

Ces élus ne peuvent être rangés parmi les dépositaires de l’autorité publique car ils ne
disposent pas de pouvoirs personnels de décision ou de contrainte sur les personnes ou
sur les choses mais ils remplissent des fonctions ou accomplissent des actes ayant
pour finalité de satisfaire à des intérêts généraux :
• les députés et sénateurs204,
• les membres des conseils régionaux ou municipaux,
• les membres des assemblées régionales ou de district,
• les membres du Conseil économique et social.

2. Les autres personnes chargées d’une mission de service public


• les secrétaires de mairie,
• les gardes particuliers des fédérations départementales de chasseurs même
commissionnés par le ministère de l’agriculture puisque cette commission étend
seulement leur compétence à l’ensemble de la police de la chasse mais ne modifie
pas leur statut initial qui reste soumis aux règles du droit privé205,
• les gardes-chasse particuliers assermentés (disposant du pouvoir de dresser procès-
verbal des délits et contravention)206,
• le président d’un syndicat mixte gérant le parc naturel régional de Corse207,
• les greffiers et secrétaires-greffiers des diverses juridictions judiciaires (devenus
fonctionnaires depuis la loi du 30 novembre 1965),
• les séquestres, les gardiens de scellés, les interprètes208,
• les clercs des officiers ministériels tels les clercs d’huissier,
• les notaires209,
• les inspecteurs principaux de la RATP210,
• les membres de diverses commissions ou organismes en particulier ceux chargés de
donner des avis à l’autorité publique ou de statuer sur des demandes, des dossiers ou
des projets qui nécessitent des agréments ou des habilitations officielles tels : les
membres des commissions départementales et de la commission nationale
d’équipement,

204
Cass. Crim., 20 octobre 1820, Bull. crim. n° 138.
205
Cass. Crim., 15 octobre 1969, Bull. crim. n° 253.
206
Cass. Crim., 14 mars 2006, pourvoi n° 05-84.362, Revue droit pénal juillet-août 2006, p. 11.
207
Cass. Crim., 30 mai 2001, pourvoi n° 00-84102.
208
Cass. Crim., 11 mai 1876, Bull. crim. n° 117.
209
Cass. Crim., 30 juillet 1927, Bull. crim. n° 199, S. 1928, 1, p. 373 ; Cass. Crim., 5 février 2002, pourvoi
n° 00-88297. Un arrêt précise que le notaire et son clerc sont aussi dépositaires de l’autorité publique :
Cass. Crim., 9 juillet 2003, pourvoi n° 03-821-34.
210
Cass. Crim., 2 avril 1998, n° 97-83119, D. 1998, IR, p. 150 pour un inspecteur intervenant dans l’octroi de
travaux à des entreprises.

44 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
• l’architecte, investi d’une mission de maîtrise d’œuvre, intervenant pour le compte
d’une collectivité publique211,
• une personne privée chargée de la tutelle de majeurs212,
• le président et les membres d’un conseil d’administration d’un établissement public213,
• un ingénieur du CEA mis à disposition de l’ANVAR214,
• un journaliste pigiste à France 3215,
• le secrétaire général d’une chambre des métiers216,
• le président d’une chambre régionale des notaires217,
• le président d’un établissement public et les membres du conseil d’administration218,
• le président d’un conseil départemental de la Croix-Rouge219.
En revanche, l’administrateur judiciaire et le mandataire judiciaire ne disposent d’aucune
prérogative de puissance publique et ne sont pas chargés d’une mission de service public220.

211
Cass. Crim., 14 juin 2000, pourvoi n° 99-84054.
212
Cet arrêt ne mentionne pas expressément la qualité de « personne chargée d’une mission de service
public ».
213
Cass. Crim., 21 février 2001, pourvoi n° 00-81167 ; Cass. Crim., 21 novembre 2001, Bull. crim. n° 243 ;
Cass. Crim., 9 mars 2005, Lamy droit pénal des affaires 2005, n° 39.
214
Cass. Crim., 27 février 2002, pourvoi n° 01-86024.
215
Cass. Crim., 19 mars 2003, pourvoi n° 02-80374.
216
Cass. Crim., 10 septembre 2003, Lamy droit pénal des affaires, novembre 2003, n° 22, p. 10.
217
Cass. Crim., 21 septembre 2005, pourvoi n° 04-85.056.
218
Cass. Crim., 21 novembre 2001, Bull. crim. n° 243 ; Cass. Crim., 9 mars 2005, Lamy droit pénal des
affaires 2005, n° 39.
219
Cass. Crim., 3 avril 2007, pourvoi n° 06-83.801, AJ pénal 2007, p. 383.
220
Cass. Crim., 30 mai 2001, pourvoi n° 00-88057, et Cass. Ch. Mixte, 4 novembre 2002 (trois arrêts), Revue
droit pénal, février 2003, comm. n° 18 ; contra Cass Crim., 26 septembre 2001, pourvoi n° 01-84565.

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 45
INFRACTIONS ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS TEXTE RÉPRESSION PRESCRIPTION DE
DE RÉFÉRENCE L’ACTION PUBLIQUE

7.500 euros d’amende quand la victime est


Outrage à personne - caractère non public de l’outrage chargée d’une mission de service public :
dépositaire de (alinéa 1 de l’article 433-5)
l’autorité publique - la victime est une personne Article 433-5 trois ans (article 8 du code
ou chargée d’une dépositaire de l’autorité publique ou du code pénal 7.500 euros d’amende et six mois de procédure pénale)
mission de service chargée d’une mission de service d’emprisonnement quand la victime est
public public dépositaire de l’autorité publique :
(alinéa 2 de l’article 433-5 du code pénal)

Contravention de première classe en principe


(38 euros d’amende, conformément à
l’article 131-13 1°du code pénal)
NON PUBLIQUE

trois mois (par application


- propos ou écrits non publics
Article R. 621-2 Contravention de quatrième classe jurisprudentielle de l’article 65
Injures non publiques
du code pénal (750 euros d’amende, conformément à de la loi de 1881 : Req.,
- la victime est un particulier
l’article 131-13 4°du code pénal) 20 mai 1935)
en cas d’injures à caractère raciste
ou discriminatoire
(article R. 624-3 du code pénal)

Contravention de première classe en principe


(38 euros d’amende, conformément à
l’article 131-13 1°du code pénal)
trois mois (par application
- propos ou écrits non publics
Article R. 621-1 Contravention de quatrième classe jurisprudentielle de l’article 65
Diffamation non publique
du code pénal (750 euros d’amende, conformément à de la loi de 1881 : Req.,
- la victime est un particulier
l’article 131-13 4°du code pénal) 20 mai 1935)
en cas d’injures à caractère raciste
ou discriminatoire
(articles R. 624-3 et R. 624-4 du code pénal)
INFRACTIONS ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS TEXTE RÉPRESSION PRESCRIPTION DE
DE RÉFÉRENCE L’ACTION PUBLIQUE

12.000 euros d’amende quand la victime est


une personne citée aux articles 30 (Cours,
tribunaux, armées de terre, de mer et de l’air,
corps constitués, administrations publiques…)
et 31 (membres de ministère, membres de
l’une ou de l’autre Chambre, un fonctionnaire
public, un dépositaire ou un agent de l’autorité
publique, un citoyen chargé d’un service public
trois mois
ou d’un mandat légal, temporaire ou permanent,
Article 29 alinéa 1er (article 65
Injures publiques un juré, un témoin, à raison de sa déposition)
de la loi de 1881 de la loi de 1881)
de la loi de 1881 (article 33 alinéa 1er)

12.000 euros d’amende quand la victime est


un particulier (article 33 alinéa 2 de loi de 1881)
PUBLIQUE

six mois d’emprisonnement et 22.500 euros


d’amendes quand ce sont des injures à raison :
sexe, orientation sexuelle, handicap
(article 32 alinéa 4)

six mois d’emprisonnement et 22.500 euros


d’amendes quand ce sont des injures à raison : un an
origine, ethnie, nation, race et religion (article 65-3 de la loi de 1881)
(article 33 alinéa 3)

12.000 euros d’amende quand la victime est


un particulier (article 32 alinéa 1er) trois mois
(article 65
45.000 euros d’amende quand la victime est de la loi de 1881)
une autorité et un corps cités aux articles 30
Article 29 alinéa 2 de et 31 de la loi de 1881
Diffamation publique
la loi de 1881
45.000 euros d’amendes et un an
d’emprisonnement : pour une diffamation à
un an
raison : origine, ethnie, nation, race et religion
(article 65-3 de la loi de 1881)
(article 32 alinéa 2), sexe, orientation sexuelle,
handicap (article 33 alinéa 3)
Seconde partie : Le droit de réponse
et le droit de rectification
Les articles 12 et 13 de la loi du 29 juillet La jurisprudence reconnaît le droit de
1881 régissent le régime du droit de réponse réponse comme un droit « général et
et de rectification en matière de presse absolu », dès lors qu’une personne est mise
écrite. Ces droits sont strictement en cause dans un article223.
réglementés car ils constituent, comme le
souligne un auteur221, des atteintes au droit Le caractère absolu ressort « non pas de la
de propriété des journalistes, dont le journal nécessité d’une riposte à une attaque, mais
est ainsi « réquisitionné ». de la possibilité pour une personne nommée
ou désignée, de faire connaître ses
La possibilité, pour les personnes mises en explications ou ses protestations sur les
cause, de faire ainsi connaître leurs circonstances et dans les conditions mêmes
protestations ou leurs explications, de qui ont provoqué sa désignation224 ».
supprimer ou rectifier les propos litigieux,
peut être une voie alternative aux poursuites, Cependant, en l’absence d’incrimination
qui a l’avantage de la rapidité et d’une relative personnelle, le droit de réponse ne saurait
souplesse. C’est parfois la seule réponse être utilisé pour combattre une opinion, fût-
possible lorsque les propos méritent, certes, elle erronée, sur une question juridique225.
une explication, mais ne constituent pas des
fautes pénales ou civiles. Il est d’usage de ne pas utiliser le droit de
réponse à l’occasion d’articles de
Les nouveaux moyens de communication polémique politique. Toutefois, cette règle
audiovisuelle, puis en ligne, ont imposé une d’usage n’a pas de force obligatoire sur le
adaptation de la législation. plan juridique 226 . On peut cependant
constater une nouvelle tendance à refuser
le droit de réponse en la matière. Certes,
1. Le droit de réponse c’est une limitation importante au caractère
général et absolu du droit de réponse. Mais
1.1. En matière de presse écrite

1.1.1. Le droit de réponse est régi par


[Suite du bas de colonne précédent]
l’article 13 de la loi du 29 juillet 1881222. ordonnant l’insertion, mais en ce qui concerne
l’insertion seulement, sera exécutoire sur minute,
nonobstant opposition ou appel. S’il y a appel, il y
221
sera statué dans les dix jours de la déclaration,
Albert Chavanne, Jurisclasseur Pénal, Annexes
faite au greffe. Si l’insertion ainsi ordonnée n’est
Presse, fasc. 30.
pas faite dans le délai qui est fixé par le présent
222
Article 13 de la loi du 29 juillet 1881 : « Le directeur alinéa et qui prendra cours à compter du prononcé
de la publication sera tenu d’insérer dans les trois du jugement, le directeur de la publication sera
jours de leur réception, les réponses de toute passible de trois mois d’emprisonnement et de
personne nommée ou désignée dans le journal ou 3.750 euros d’amende. L’action en insertion forcée
écrit périodique quotidien sous peine de se prescrira après trois mois révolus, à compter
3.750 euros d’amende sans préjudice des autres du jour où la publication aura eu lieu. Sans
peines et dommages-intérêts auxquels l’article préjudice de l’application de l’alinéa précédent,
pourrait donner lieu. En ce qui concerne les toute personne nommée ou désignée dans un
journaux ou écrits périodiques non quotidiens, le journal ou écrit périodique à l’occasion de
directeur de la publication, sous les mêmes l’exercice de poursuites pénales peut également
sanctions, sera tenu d’insérer la réponse dans le exercer l’action en insertion forcée, dans le délai
numéro qui suivra le surlendemain de la réception. de trois mois à compter du jour où la décision de
[…] La réponse sera toujours gratuite. […] Sera non-lieu dont elle fait l’objet est intervenue ou celle
assimilé au refus d’insertion, et puni des mêmes de relaxe ou d’acquittement la mettant
peines, sans préjudice de l’action en dommages- expressément ou non hors de cause est devenue
intérêts, le fait de publier, dans la région desservie définitive. »
par les éditions ou l’édition ci-dessus, une édition 223
Cass. Civ. 2ème , 27 janvier 1993, Bull. civ. II, n° 37.
spéciale d’où serait retranchée la réponse que le
224
numéro correspondant du journal était tenu de Cass. Crim., 28 avril 1932, Bull. crim n° 117.
reproduire. Le tribunal prononcera, dans les dix 225
CA. Lyon, 13 novembre 1950, D. 1951, p. 191.
jours de la citation, sur la plainte en refus
d’insertion. Il pourra décider que le jugement 226
T. pol. Melun, 9 mars 1971, Gaz. Pal. 1972, 1,
[Suite en bas de colonne suivant] somm. p. 36.

48 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
il s’agit ici d’éviter des discussions à insérer, l’adresse, les salutations, les
doctrinales à propos de diverses réquisitions d’usage et la signature. Le
controverses où la personnalité n’est pas calcul effectif du nombre de lignes entre
en cause, et d’éviter de transformer les l’article et la réplique, relève de
organes de presse en tribunes libres. « l’appréciation souveraine des juges du
fond231 ». À cet égard, il est recommandé
de « formater » la réponse dans des
1.1.2. L’exercice du droit de réponse est conditions comparables à la mise en
encadré par l’article 13 de la loi du 29 juillet cause.
1881, notamment pour ce qui concerne le
délai d’usage, les termes et la longueur de
la réponse. 1.1.6. Le directeur de publication est tenu
d’insérer, dans les trois jours de leur
Le droit de réponse est strictement réception, les réponses de toutes les
personnel. Seule la personne effectivement personnes nommées ou désignées sur le
nommée ou désignée par l’article peut service en ligne litigieux sous peine de
exercer le droit de réponse. La personne poursuites pour refus d’insertion (voir infra :
mise en cause peut être une personne chapitre 1.4.).
physique ou morale227.

S’agissant d’un groupe de personnes, les 1.2. En matière audiovisuelle


organes désignés ne pourront exercer le
droit de réponse que si le groupe jouit de la L’article 8 de la loi n° 72-553 du 3 juillet
personnalité morale228. 1972 a institué un droit de réponse à la
radio et à la télévision, mais c’est la loi
n° 82-652 du 29 juillet 1982 modifiée par
1.1.3. La loi impose que la demande soit les lois n° 86-1067 du 30 septembre 1986,
adressée au directeur de publication. La n° 90-615 du 13 juillet 1990, n° 2000-516
jurisprudence considère comme irrecevable du 15 juin 2000, puis par la loi LCEN
toute demande d’insertion d’une réponse qui n° 2004-575 du 21 juin 2004, ainsi que le
n’aurait pas été adressée à ce dernier229. décret n° 87-246 du 6 avril 1987, qui en a
fixé le régime.
1.1.4. Le délai d’exercice du droit de
réponse, c’est-à-dire de l’action en insertion L’article 2 de la loi du 30 septembre 1986
forcée, est soumis à la prescription de trois modifiée par la loi n° 2009-258 du 5 mars
mois, à compter du jour de la publication 2009, a défini la communication audiovisuelle
litigieuse (article 13 de la loi du 29 juillet comme « toute communication au public de
1881), déterminé à compter du moment où service de radio ou de télévision, quelles que
l’écrit est porté à la connaissance du soient les modalités de mise à disposition
public230. du public, toute communication au public
par voie électronique de service autre que
L’envoi doit être effectué par un moyen qui de radio et de télévision et ne relevant pas
permette d’établir de façon certaine la date de la communication au public en ligne telle
de réception de la réponse à insérer. Il est que définie à l’article 1er de la loi n° 2004-
donc conseillé de le faire par lettre 575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans
recommandée avec demande d’avis de l’économie numérique, ainsi que toute
réception. communication au public de services de
médias audiovisuels à la demande ».
1.1.5. La publication doit être limitée à la
longueur de l’article mis en cause ; 1.2.1. Le droit de réponse en matière
l’insertion doit comprendre, en outre, le texte audiovisuelle est enserré dans des
conditions plus strictes que celles définies
à l’article 13 de la loi du 29 juillet 1881.
227
Cass. Crim., 6 novembre 1956, JCP 1957, II, 9723 ;
CA Paris, 18 juin 1997, Revue droit pénal 1997, En effet, aux termes de l’article 6 de la loi
n° 140. du 29 juillet 1982 modifiée, seules les
228
Cass. Crim., 7 avril 1994, Bull. crim. n° 144. imputations susceptibles de porter atteinte
229
Cass. Civ., 29 avril 1998, D. 1998, p. 140.
230 231
Cass. Crim., 22 décembre 1976, Bull. crim. n° 378. Cass. Crim., 27 mai 1999, Bull. crim. n° 113.

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 49
à l’honneur ou à la réputation de la personne consommation, ne donnent pas lieu à
physique ou morale, diffusées dans le cadre l’application d’un droit de réponse.
d’une activité audiovisuelle, peuvent donner
lieu à l’exercice du droit de réponse.
1.2.3. La forme du message, diffusé dans
Sont bien sûr visées les diffamations et le cadre d’une activité audiovisuelle, importe
injures. Cependant, les imputations ne peu : message publicitaire, téléfilm et même
devant être que « susceptibles » d’attenter phonogrammes et vidéogrammes, peuvent
à l’honneur ou à la probité, la cause du droit entraîner l’exercice d’un droit de réponse.
de réponse ne doit pas être confondue avec
le délit de diffamation 232. Relève, par L’article 6 du décret du 6 avril 1987
exemple, de la notion, l’accusation d’avoir s’applique aux émissions reçues en France,
hébergé un terroriste. En revanche, un même si le siège social de l’entreprise
communiqué de la direction d’une entreprise fournissant le service, ou son émetteur, est
présentant une grève comme « suicidaire » situé à l’étranger.
ne permet pas l’usage du droit de réponse.

Peu importe, également, le caractère exact 1.2.4. Aux termes de l’article 2 de ce décret,
ou inexact de l’imputation, l’exception de la demande de réponse doit être adressée
vérité n’existe pas dans ce domaine. au directeur de la publication du service de
communication audiovisuelle.

1.2.2. La personne mise en cause peut être La requête du demandeur doit préciser :
une personne physique ou morale.
• les références de la diffusion du
Comme en matière de presse écrite, le droit message,
de réponse est strictement personnel.
Seule la personne qui est l’objet de la mise • les circonstances dans lesquelles il a
en cause peut exercer le droit de réponse. été mis à la disposition du public,

Il suffit que la personne puisse être • les passages contestés : une demande
reconnue aisément. Une identification de réponse, qui ne mentionnerait aucun
directe ou une dénomination précise ne sont passage contesté, ne répondrait pas aux
pas nécessaires. exigences de l’article 3 du décret du
6 avril 1987,
Le droit de réponse est ouvert à toute
personne physique mise en cause dans le • les imputations sur lesquelles il souhaite
cadre d’une activité privée ou publique. répondre,

S’agissant d’une personne morale, leurs • la teneur de la réponse qu’il se propose


représentants pourront exercer le droit de d’y faire.
réponse. Encore faut-il que la personne
désignée jouisse de la personnalité morale. Le texte de la réponse, qui doit être
conforme aux lois, à l’ordre public et aux
La critique de produits ou de services n’ouvre bonnes mœurs et ne porter atteinte, ni à
un droit de réponse que dans la mesure où l’honneur des journalistes ni à l’intérêt des
une telle critique vise la personne physique tiers, ne peut être supérieur à trente lignes
ou morale qui en est à l’origine. Il en est dactylographiées et la durée totale du
ainsi quand un produit est assimilé à une message ne doit pas dépasser deux
escroquerie. minutes.

Comme en matière de presse écrite, les Cette requête doit être signée et envoyée
insertions réalisées dans le cadre d’une par lettre recommandée avec demande
communication audiovisuelle pour une d’avis de réception.
publicité comparative, définie aux
articles L. 121-8 et L. 121-9 du code de la
1.2.5. Le délai d’exercice du droit de
232
réponse, initialement fixé à huit jours dans
En ce sens, Patrick Auvret, Jurisclasseur
Communication 2007, fasc. 3115. la loi du 29 juillet 1982, a été allongé à trois

50 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
mois, comme en matière de presse écrite, conditions techniques équivalentes à celles
par la loi du 15 juin 2000 (article 94). Il court dans lesquelles le message contesté a été
à compter de la diffusion du message diffusé et de manière à ce que lui soit
contenant l’imputation. Le délai initial de huit assurée la même audience. Le texte de la
jours (porté à quinze jours quand le réponse doit être celui établi par le
demandeur réside à l’étranger ou en Outre- demandeur ou celui qui a été arrêté avec
mer) figure toujours dans le décret du 6 avril son accord.
1987, en son article 2, qui n’a pas été
modifié et qui est donc implicitement abrogé Suivant l’article 5 du décret du 6 avril 1987,
sur ce point233. l’insertion de la réponse doit avoir lieu dans
un délai maximum de trente jours à compter
Le délai de conservation des de la date de diffusion du message litigieux.
enregistrements reste fixé à quinze jours Comme indiqué supra (voir : chapitre 1.2.5.),
après la date de leur diffusion, par l’article 7 ce délai est inadapté au regard des
du décret de 1987. Ce délai n’est plus en dispositions modifiées de la loi du 29 juillet
harmonie avec le nouveau délai de trois mois 1982 qui ont porté à trois mois le délai
imparti pour exercer un droit de réponse. Il d’exercice du droit de réponse.
en est de même de l’article 8 du décret,
qui fixe à huit jours le délai de conservation
des messages, à compter de la date à 1.3. En matière de communication en
laquelle ils ont cessé d’être mis à la ligne
disposition du public. Ce hiatus est d’autant
plus regrettable que l’article 9 du décret En matière de communication au public en
sanctionne la méconnaissance de ces ligne, le droit de réponse est prévu à
obligations, par le directeur ou le directeur l’article 6-IV de la LCEN234 qui renvoie, pour
de la publication, d’une amende prévue pour les conditions d’insertion de la réponse, à
les contraventions de la cinquième classe. l’article 13 de la loi du 29 juillet 1881 relative
à la presse écrite et à un décret en Conseil
Enfin, lorsque, à l’occasion de poursuites d’État intervenu le 24 octobre 2007.
pénales, des imputations susceptibles de
porter atteinte à l’honneur ou à la réputation Si « toute personne nommée ou désignée
d’une personne physique ou morale, ont été dans un service de communication en ligne
diffusées dans le cadre d’une activité de dispose d’un droit de réponse » l’article 1er
communication audiovisuelle, la loi du du décret du 24 octobre 2007 y apporte
29 juillet 1982 modifiée prévoit la réouverture cependant une restriction. Il y est mentionné
du délai d’exercice du droit de réponse à en effet, qu’une telle démarche « Ne peut-
compter du jour où la décision de non-lieu, être engagée lorsque les utilisateurs sont
dont elle a fait l’objet, de relaxe ou
d’acquittement, est intervenue. 234
Article 6. IV « Toute personne nommée ou
désignée dans un service de communication au
public en ligne dispose d’un droit de réponse, sans
1.2.6. Dans les huit jours de la demande préjudice des demandes de correction ou de
d’exercice du droit de réponse, ramené à suppression du message qu’elle peut adresser au
service La demande d’exercice du droit de réponse
24 heures en période électorale, le directeur
est adressée au directeur de la publication ou,
de publication fait connaître au requérant, lorsque la personne éditant à titre non
par lettre recommandée avec demande professionnel a conservé l’anonymat, à la personne
d’avis de réception, les suites qu’il entend mentionnée au 2 du I qui la transmet sans délai au
réserver à la demande. directeur de la publication. Elle est présentée au
plus tard dans un délai de trois mois à compter de
la mise à disposition du public du message
Si la demande est acceptée, la décision justifiant cette demande. Le directeur de la
doit en être notifiée au requérant et doit publication est tenu d’insérer dans les trois jours
préciser les modalités selon lesquelles la de leur réception les réponses de toute personne
réponse sera retransmise (forme, contenu nommée ou désignée dans le service de
de la réponse, date et heure de passage communication au public en ligne sous peine
d’une amende de 3.750 euros, sans préjudice des
de la réponse à l’antenne). En effet, la autres peines et dommages-intérêts auxquels
réponse doit être diffusée dans des l’article pourrait donner lieu. Les conditions
d’insertion de la réponse sont celles prévues par
l’article 13 de la loi du 29 juillet 1881 précitée. La
233
Ce décret doit être prochainement actualisé. réponse sera toujours gratuite. »

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 51
en mesure, du fait de la nature du service • La demande est présentée au plus tard
de communication en ligne, de formuler dans un délai de trois mois à compter
directement les observations qu’appelle de de la mise à disposition du public du
leur part un message qui les met en message justifiant cette demande
cause ». (article 6-IV de la loi LCEN) par lettre
recommandée avec demande d’avis de
Le recours au droit de réponse apparaît réception ou « par tout autre moyen
alors inutile. garantissant l’identité du demandeur et
apportant la preuve de la réception de la
Par ailleurs, du fait de la spécificité de la demande » (article 1er du décret).
communication en ligne, les personnes
mises en cause sur Internet, disposent en • « La demande doit indiquer les
outre d’une alternative qui s’apparente au références du message […] ses
droit de rectification. conditions d’accès sur le service de
communication au public en ligne et s’il
L’article 5 de ce même décret offre en effet est mentionné, le nom de son auteur.
au demandeur du droit de réponse la Elle contient la mention des passages
possibilité de faire supprimer ou rectifier, en contestés et la teneur de la réponse
lieu et place du droit de réponse, tout ou sollicitée » (article 2 du décret).
partie du message litigieux. Concernant la mention relative aux
conditions d’accès, celle-ci est peu
Dans cette hypothèse, le directeur n’est pas explicite et n’a pas encore fait l’objet de
tenu d’insérer la réponse, s’il procède à la commentaires. Par prudence, nous
suppression ou à la rectification sollicitée conseillons d’indiquer, dans la demande,
dans un délai de trois jours à compter de la le nom exact du site Internet et ses
réception de la demande, délai fixé au IV conditions d’accès, qui pourraient être
de l’article 6 de la LCEN. l’équivalent du numéro d’abonné d’une
publication écrite, par exemple, le code
Les conditions de l’exercice du droit de d’accès.
réponse sont les suivantes :
• « La réponse sollicitée prend la forme
• La demande d’exercice du droit de d’un écrit quelle que soit la nature »
réponse est adressée, conformément à (écrits, sons ou images) « du message
l’article 6-IV de la loi LCEN, au directeur auquel elle se rapporte » (article 3 du
de publication (c’est-à-dire le créateur décret).
du site) où, lorsque la personne éditant
à titre non professionnel (dans le cadre • La longueur du message à publier en vertu
d’un « blog » par exemple) « a conservé du droit de réponse « est limitée à la
l’anonymat », au fournisseur longueur du message qui l’a provoqué ou,
d’hébergement235 « qui la transmet sans lorsque celui-ci ne se présente pas sous
délai au directeur de la publication236 ». une forme alphanumérique, à celle de sa
transcription sous forme d’un texte ». Celle-
ci apparaît donc sensiblement identique à
celle de l’article litigieux comme l’exigent
l’article 13 de la loi de 1881.

235
Les fournisseurs d’hébergement sont tenus de S’agissant d’Internet toute modification du
conserver « les données de nature à permettre message, qui ne serait pas une simple
l’identification de quiconque a contribué à la mise à jour, devra être considérée comme
création du contenu ou de l’un des contenus des une nouvelle mise à disposition du public,
services dont elles sont prestataires » (article 6-II,
le délai sera donc rouvert, à chaque fois,
al. 1er ).
pour l’exercice du droit de réponse (voir
236
En effet, si la LCEN reprend la notion de directeur supra : première sous-partie,
de la publication, elle apporte cependant une
chapitre 1.3.).
distinction particulière à la communication en ligne
en séparant le régime juridique des éditeurs
professionnels, qui ont l’obligation de s’identifier
(article 6-III-1 de la loi), des internautes non
professionnels qui peuvent garder l’anonymat
(article 6-III-2 de la loi).

52 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
1.4. Exercice de l’action en refus Dès lors, le juge des référés peut ordonner,
d’insertion sous astreinte, la publication d’une réponse,
en raison du trouble manifestement illicite
1.4.1. En matière de presse écrite et de que constitue l’opposition absolue du
communication par voie électro- directeur de la publication et de l’éditeur
nique d’une revue à l’exercice de ce droit
incontestable243.
Le refus d’insertion de la réponse dans les
délais impartis, soit trois jours à compter de
Pour Internet, le directeur de la publication
la réception de celle-ci237, constitue une
d’un éditeur professionnel, et le fournisseur
infraction punie d’une amende correctionnelle
d’hébergement, dans l’hypothèse où
de 3.750 euros.
l’internaute non professionnel voudrait
L’exercice des poursuites pour refus ou garder l’anonymat, sont susceptibles d’être
défaut de publication de la réponse doit poursuivis.
intervenir à l’encontre du directeur de
publication, dans le délai de trois mois à
compter du jour de la publication du numéro 1.4.2. En matière de communication
du journal suivant le surlendemain de la audiovisuelle
réception de la demande d’insertion et non
de la date à laquelle le refus d’insertion a Contrairement aux règles posées en
été opposé238. matière de presse écrite et de
communication en ligne, le refus d’insertion
La citation pour refus d’insertion de réponse n’est pas sanctionné pénalement en
doit comporter, à peine de nullité, le texte matière de communication audiovisuelle.
de la réponse refusée239. En effet, comme il
a été précisé (voir supra : chapitre 1.1.4.), En cas de refus ou de silence gardé sur la
la réponse est soumise à des conditions demande d’exercice du droit de réponse par
de forme très précises prévues par les son destinataire, dans les huit jours suivant
articles 13240 et 53241 de la loi de 1881 et le la réception, l’article 6 de la loi du 29 juillet
directeur de publication est en droit de 1982 sur la communication audiovisuelle
refuser de publier une réponse qui ne prévoit que le demandeur « peut saisir le
respecterait pas ces conditions. Il peut président du tribunal de grande instance
également refuser une telle publication pour statuant en matière de référés ».
des raisons de fond, lorsque le contenu de
la réponse est contraire à l’ordre public ou L’action, exercée à ce titre, n’est régie que
n’a aucun rapport avec le contenu de l’article par les dispositions de la loi du 29 juillet
incriminé. La Cour de cassation, qui exerce 1982, à l’exclusion de celles de la loi du
son contrôle sur la teneur de la réponse et 29 juillet 1881244. La prescription de l’action
sur celle de l’écrit qui l’a provoquée, doit obéit aux principes du droit commun245. Le
être en mesure d’examiner les écrits en délai de prescription de l’action est donc
cause. de cinq ans, conformément à l’article 2224
du code civil.
Les poursuites correctionnelles peuvent être
évitées par le recours au juge des référés La personne civilement responsable de la
qui s’est reconnu compétent pour apprécier diffusion semble être le directeur de la
le caractère manifestement illicite du refus publication246 bien que l’article 6 alinéa 9 de
d’insertion au sens de l’article 809 du code la loi du 29 juillet 1982 impose la désignation
de procédure civile242. « d’un responsable chargé d’assurer
l’exécution des obligations se rattachant à

237
Conformément à l’article 13 de la loi du 29 juillet
1881.
238
Cass. Crim., 4 décembre 2007, n° 06-87345. 243
CA Paris, 29 février 1988, DP 1988, IR, p. 96.
239
Cass. Crim., 28 novembre 2006, pourvoi
244
n° 05-84.865, Revue droit pénal 2007, n° 51, comm. Cass. Civ 1 ère, 29 novembre 2005.
M. Véron. 245
TGI Paris 1ère Ch. 1ère Sect., 8 novembre 1989
240
Voir note de bas de page supra 217. Gaz. Pal. 1992, I, somm. p. 237.
241
Voir note de bas de page supra 32. 246
En ce sens, Patrick Auvret. Jurisclasseur
242
TGI Grenoble, 29 juin 1983, JCP 85, IV, p. 94. Communication, fasc. 3115, n° 80.

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 53
l’exercice du droit de réponse » dans des Toutefois, les propos litigieux peuvent faire
conditions qui devaient être précisées par l’objet d’un droit de rectification prévu par
décret. Or, le décret n° 87-246 du 6 avril 1987 l’article 12 de la loi du 29 juillet 1881 qui
est muet à ce sujet. dispose que :

Il est important de noter que seule la « Le directeur de la publication sera tenu


procédure de saisine du président du d’insérer gratuitement, en tête du prochain
tribunal de grande instance doit se numéro du journal ou écrit périodique, toutes
conformer aux règles du référé. En effet, le les rectifications qui lui seront adressées
président prononce un jugement au fond. par un dépositaire de l’autorité publique, au
En conséquence, les conditions imposées sujet des actes de sa fonction qui auront
en matière de référé par l’article 809 du code été inexactement rapportés par ledit journal
de procédure civile, qui seront exposées ou écrit périodique.
infra (partie IV), qui exigent la constatation
d’un trouble manifestement illicite, ne Toutefois, ces rectifications ne dépasseront
s’appliquent pas en la matière. pas le double de l’article auquel elles
répondront.
Cette action est indépendante d’une action
en diffamation. En effet, il appartient seulement En cas de contravention, le directeur de la
au président du tribunal d’apprécier publication sera puni de 3.750 euros
l’existence apparente d’imputations d’amende. »
susceptibles de porter atteinte à l’honneur et
à la réputation de la personne en cause. Il n’a Du fait de la spécificité de la communication
donc pas à constater l’existence d’éléments en ligne, les personnes mises en cause sur
constitutifs du délit de diffamation. Il n’a pas Internet, disposent d’une alternative qui
ainsi à surseoir à statuer dans l’attente du s’apparente au droit de rectification, comme
jugement au fond lorsqu’une action en il a été dit au chapitre 4.2.
diffamation, que les personnes mises en
cause conservent toujours la faculté de • L’article 12 a entendu protéger l’activité
poursuivre, a été parallèlement intentée. de l’État dans ses fonctions d’autorité.
La jurisprudence statue au cas par
Lorsque le président du tribunal estime cas247. Toutefois, selon la doctrine, le
injustifié le refus d’insertion de la réponse, droit de rectification ne peut être exercé
il la prescrit, au besoin sous astreinte, que par un fonctionnaire dépositaire de
conformément à l’article 6 alinéa 7 de la loi l’autorité publique en vertu d’une
du 29 juillet 1982. Il peut aussi déclarer son délégation directe ou indirecte, à la
ordonnance exécutoire sur minute, condition que ce soit l’un des actes de
nonobstant appel. sa fonction qui soit mis en cause.

Toutefois, il n’a pas le pouvoir de modifier la • La mise en œuvre de ce droit suppose


réponse sollicitée. Il ne peut qu’en ordonner qu’aient été inexactement rapportés des
l’insertion ou la refuser. actes de la fonction entrant dans le
champ de compétence du fonctionnaire,
dépositaire de l’autorité publique.
2. Le droit de rectification L’inexactitude prise en considération
devra notamment s’entendre de la
Lorsque les propos rapportés dans la presse contrevérité flagrante, l’approximation, la
n’apparaissent pas particulièrement présentation tendancieuse et déformante
polémistes et rappellent déjà les ayant trait au contenu de l’acte.
explications de la personne en cause, le
recours au droit de réponse n’est pas
possible.
247
Pour l’application de ce texte, une jurisprudence
déjà ancienne a étendu la notion de dépositaire de
l’autorité publique aux maires, aux commissaires
de police, aux magistrats, mais a refusé cette
extension du droit de rectification aux avoués, aux
secrétaires de mairie, aux commissaires priseurs
et aux notaires.

54 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
Troisième partie : les actions en référé
en cas de diffamation et d’injure devant le juge civil
En droit commun, conformément aux 1881, dispose que l’action civile ne peut être
articles 3 et 4 du code de procédure pénale, engagée séparément de l’action publique,
la partie lésée par une infraction de sauf en cas de décès de l’auteur du fait
diffamation ou d’injure peut, à son choix, incriminé ou d’amnistie. Cette prohibition,
poursuivre la réparation du préjudice qu’elle d’ordre public, impose aux tribunaux civils,
a subie, soit devant les tribunaux répressifs saisis d’une action de cette nature,
par voie d’action civile accessoire à l’action l’obligation de se déclarer d’office
publique, dans les conditions qui ont été incompétents253. Cependant, même dans
précédemment étudiées, soit par voie ce cas, le juge civil, statuant en référé, peut
d’action principale devant les tribunaux prendre toutes mesures pour faire cesser
civils. Dans ce dernier cas, l’action ne peut le trouble manifestement illicite254.
être fondée sur l’article 1382 du code civil,
mais uniquement sur les dispositions de la Dans cette partie, ne seront étudiées que
loi du 29 juillet 1881, comme le rappelle les procédures en référé applicables, soit en
régulièrement la Cour de cassation en matière de presse écrite, soit en matière de
décidant que les : « abus de la liberté publication sur Internet. Les mesures qui
d’expression prévus et réprimés par la loi peuvent être ordonnées dans ce cadre
du 29 juillet 1881 ne peuvent être réparés permettent, seules, de faire cesser
sur le fondement de l’article 1382 du code immédiatement le trouble causé par la
civil248 ». diffusion de propos injurieux ou diffamatoires.

Cette action est soumise aux règles


dérogatoires prévues par la loi du 29 juillet 1. Les actions en référé de droit
1881, qui ont été examinées dans la commun applicables en
première sous-partie, et ce, même matière de presse écrite
lorsqu’elle est exercée séparément de
l’action publique249. Ainsi, la citation doit La procédure en référé est fondée sur
respecter les conditions prévues à l’urgence. Le référé de l’article 809 alinéa 1er
l’article 53 de la loi250. L’offre de vérité est du code de procédure civile, fondé sur
admise251 (article 55). La prescription est de l’existence ou l’imminence d’un trouble a
trois mois à compter de l’acte de également pour base l’urgence : s’il y a
publication252 (article 65). trouble, il est forcément urgent de le faire
cesser. La victime des propos diffamatoires
La voie d’action principale devant les ou outrageants pourra solliciter du juge des
tribunaux civils est, cependant, interdite référés l’interdiction de publication ou le
dans les cas de diffamation envers les retrait de la vente des écrits litigieux.
fonctionnaires, les administrations
publiques ou les corps constitués
(articles 30 et 31 de la loi du 29 juillet 1881) 1.1. Le référé en cas d’urgence : une
comme il a déjà été indiqué (voir supra : solution de droit commun
première sous-partie, chapitre 3.2.3.).
En effet, l’article 46 de la loi du 29 juillet Il est prévu par l’article 808 du code de
procédure civile qui dispose : « Dans tous
les cas d’urgence, le président du tribunal
248
Cass. Civ. 2ème , 24 avril 2003, JCP 2003, IV, 2031 ; de grande instance peut ordonner en référé
Cass. Civ. 2ème, 9 octobre 2003, D. 2003, IR, p. 2549 ; toutes les mesures qui ne se heurtent à
Cass. Civ. 2ème, 11 décembre 2003, JCP, éd. G., 2004, aucune contestation sérieuse ou que justifie
IV, 1271. l’existence d’un différend ».
249
Cass. Civ. 2ème, 5 février 1992, Bull. civ. II, n° 164.
250
Cass. Civ. 2ème, 19 février 1997, Bull. civ. II, n° 44.
251
Cass. Civ. 2ème, 22 juin 1994, D. 1995, Somm.
253
p. 264. Cass. Civ. 2 ème , 9 décembre 1970, JCP
252
1971.II.16787.
Cass. Civ. 2ème, 24 juin 1998, D. 1999, Somm.
254
p. 164. Cass. Civ. 2ème , 27 janvier 1993, Bull. civ. II, n° 32.

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 55
Ce type de référé exige que l’urgence, 1.2.1. Les conditions du référé
résultant de la nature de l’affaire, soit
démontrée. Cette condition est soumise à Il faut un dommage imminent ou un trouble
l’appréciation souveraine du juge. manifestement illicite.

La publication à venir d’un ouvrage à Le dommage imminent s’entend du


caractère diffamatoire est un exemple « dommage qui n’est pas encore réalisé
d’urgence. mais qui se produira sûrement si la situation
présente doit se perpétuer ». L’existence
Toutefois, le juge des référés, saisi en d’un tel dommage suppose l’urgence de le
application de l’article 808, ne peut trancher prévenir ou de le faire cesser. Un dommage
une question de fond pour ordonner la purement éventuel n’est pas suffisant pour
mesure, ni se substituer au juge du fond justifier l’intervention du juge des référés.
pour interpréter et analyser la portée de
dispositions légales incertaines, ou prendre Le trouble manifestement illicite désigne
partie sur l’existence des droits « toute perturbation résultant d’un fait
revendiqués. En cela, l’existence d’une matériel ou juridique qui, directement ou
contestation sérieuse interdit le recours à indirectement, constitue une violation
ce type de référé. évidente de la règle de droit ».

La notion d’urgence n’est pas exigée : elle


Cependant, l’existence d’une telle
est présumée. En effet, lorsqu’il y a lieu de
contestation ne prive pas le juge de prendre,
faire échec à un trouble manifestement
dans une situation d’urgence, toute mesure
illicite, l’application de l’article 809 alinéa 1er
permettant la conservation des droits des
n’est pas subordonnée à la preuve de
parties qu’un différend oppose.
l’urgence de la mesure sollicitée, puisqu’il
est forcément urgent de faire cesser un
trouble manifestement illicite.
1.2. Le référé en cas de dommage
imminent ou de trouble manifeste- L’existence d’une contestation sérieuse
ment illicite : le domaine privilégié n’empêche pas le juge de prendre des
des infractions de presse mesures propres à mettre un terme à un
trouble manifestement illicite.
Ce référé est régi par les dispositions de
l’article 809 du code de procédure civile : « Le
président peut toujours, même en présence 1.2.2. Les pouvoirs du juge des référés
d’une contestation sérieuse, prescrire en
référé les mesures conservatoires ou de Le juge bénéficie d’une grande latitude dans
remise en état qui s’imposent, soit pour le choix des mesures propres à éviter un
prévenir un dommage imminent, soit pour dommage ou à faire cesser un trouble. Il
faire cesser un trouble manifestement illicite. peut prononcer une mesure différente de
celle demandée. Toutefois la mesure
Dans les cas où l’existence de l’obligation prononcée doit conserver la nature d’une
n’est pas sérieusement contestable, il peut mesure provisoire, tendant uniquement à la
accorder une provision au créancier ou préservation des droits d’une partie. En
ordonner l’exécution de l’obligation même pratique, une mesure provisoire devient
s’il s’agit d’une obligation de faire. » définitive, en l’absence d’action au fond, si
le juge des référés ne l’a pas limitée dans
Ces dispositions permettent au juge le temps.
d’intervenir soit à titre préventif, pour
maintenir une situation acquise et éviter la Les mesures suivantes peuvent être
réalisation d’un dommage imminent, soit, prononcées :
après réalisation d’un trouble pour y
mettre fin. • publication d’un rectificatif ou d’une mise
au point,
Il s’agit d’un référé dit conservatoire ou de
• insertion, dans un périodique, de la
remise en état.
décision de justice ou d’un extrait de
celle-ci,

56 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
• saisie de la publication, ait disposé du délai de dix jours, prévu par
l’article 55 de la loi du 29 juillet 1881, pour
• interdiction de la publication, de la rapporter la preuve260 de leur vérité.
distribution ou de la mise en vente de
l’écrit litigieux, Le défaut du respect de ces dispositions
entraîne inévitablement la censure des
• suppression dans un ouvrage, d’un ordonnances ainsi rendues.
passage ou d’un article avec ou sans
astreinte255.
1.3.2. La prescription de trois mois n’est,
cependant, pas applicable à l’action qui
1.3. Les actions en référé sont soumises saisit le juge des référés, en application de
à des règles spécifiques l’article 809 du code de procédure civile. En
effet, cette action, qui permet au juge de
1.3.1. Le référé en matière de diffamation, prendre les mesures qui s’imposent pour
introduit sur le fondement de l’article 809 faire cesser un trouble manifestement illicite
du code de procédure civile, est soumis aux ne constitue pas une « action civile » au
règles de procédure prévues par la loi du sens de la loi de 1881, laquelle a pour objet
29 juillet 1881256. Il s’agit notamment de : de « permettre à une victime d’une infraction
pénale d’obtenir la réparation du préjudice
• l’obligation, pour le demandeur, de par elle subi261 ».
délivrer une « citation » en référé
conforme à l’article 53257 de cette loi,
1.4. Les chances de succès de ces
• l’interdiction, pour le juge, d’examiner actions
l’action en diffamation avant l’expiration
du délai de dix jours, ouvert par Le juge n’a pas, dans le domaine de la
l’article 55258 de la loi, pour offrir la preuve diffamation, à apprécier, au fond, les propos,
de la vérité des faits diffamatoires259. ni à les qualifier.

Cette jurisprudence a été confirmée à L’urgence dans laquelle il statue, suppose


plusieurs reprises par la Cour de cassation. seulement que l’objet de la demande
Aucune mesure ne peut être fondée, en apparaisse avec une « apparente
référé, sur le caractère diffamatoire des pertinence262 », pour apprécier si le trouble
allégations en cause sans que le défenseur causé revêt ou non un caractère
manifestement illicite.
255
Pour un exemple : « État Français contre Toutefois, les juges saisis, en référé, d’une
Association ADECA », CA Paris, 14 ème ch.,
demande d’interdiction de publication, se
section B, 21 janvier 2005, Jurisdata n° 2005-
264455. montrent réticents à prendre toute mesure
256
restrictive de la liberté d’expression et
Cass. Civ 2ème, 5 février 1992, Bull. civ. II, n° 44.
procèdent à un contrôle de proportionnalité
257
Au terme duquel, une assignation doit préciser et entre la valeur atteinte par la publication
qualifier le fait invoqué et indiquer la loi applicable à litigieuse et l’entrave que leur propre mesure
la demande (Cass. Civ. 2ème, 7 mai 2002, Bull. civ. II,
pourrait causer à la liberté d’expression263.
n° 91).
Ainsi, dans leurs ordonnances, la référence
258
Article 55 : « Sauf pendant la période électorale,
la partie assignée en diffamation qui veut être
admise à prouver la vérité des faits diffamatoires
260
dispose d’un délai de dix jours après la Cass. Civ. 2 ème, 14 novembre 2002, Bull. civ. II,
signification de l’assignation pour lui permettre n° 253, et Cass. Civ. 2ème, 24 avril 2003, Bull. civ. II,
de faire cette preuve ; que ce délai est d’ordre n° 113.
public ». 261
CA Paris, 14ème ch., section B, 21 janvier 2005,
259
« Il s’agit, effectivement, non d’une simple Jurisdata n° 2005-264455.
modalité procédurale, mais d’une disposition 262
CA Paris, 6 avril 2000, Petites Affiches, 9 avril
d’ordre public, qui constitue une garantie
2003, n° 71, p. 9.
essentielle à la disposition de celui qui est attrait
263
pour diffamation devant une juridiction qu’elle soit CA Paris, 1ère ch., 26 février 1992, JCP éd. G 1993,
pénale ou civile » (M. Dubois de Prisque, II, 22022, note J.Ch. Galloux in « Juge des référés
conclusions de l’avocat général, Gaz. Pal. 1992, I, et activités de la communication », fasc. 3710,
doctr. p. 216 à 219). Jurisclasseur Communication.

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 57
à la liberté d’expression, qui est pourtant accueillir la demande. S’il accepte le
un principe à valeur constitutionnelle, est fondement de diffamation ou de d’injure
progressivement remplacée par la référence mais qu’il ne se prononce pas, par la suite,
au droit européen, encore plus protecteur. sur l’existence de l’illicite, les mesures qu’il
ordonnera seront dépourvues de légitimité.
L’urgence, qui circonscrit l’intervention du C’est pourquoi le juge des référés doit se
juge des référés, confère à son rôle des contenter de relever l’existence d’un fait
traits particuliers : illicite, qui porte préjudice à la victime,
indépendamment de toute qualification
• Le juge des référés n’a pas pour rôle de pénale. C’est le juge civil ou pénal statuant
dire le droit. Son rôle est d’ordonner les au fond qui, par la suite, qualifiera la
mesures nécessaires pour sauvegarder diffamation ou l’injure.
les intérêts des parties, dans l’urgence
et de manière provisoire.
2. L’action en référé prévue par la
• L’urgence de la procédure de référé doit
loi pour la confiance dans
donc écarter toute évaluation de la
situation au fond. Le juge n’a pas le l’économie numérique, spéci-
temps d’entrer dans les détails fique aux publications sur
techniques. Par conséquent « la Internet
qualification est nécessairement
superficielle : elle doit s’opérer au regard 2.1. L’article 6.I.8 de la loi n° 2004-575 du
des critères posés par le code de 22 juin 2004 pour la confiance dans
procédure civile et non, de manière l’économie numérique (LCEN) permet à
approfondie, au regard d’un texte spécial l’autorité judiciaire de prescrire, en référé
méconnu264 ». ou sur requête, aux prestataires techniques
(hébergeurs de site ou, à défaut,
• Le juge des référés ne devrait pas fournisseurs d’accès266) « toutes mesures
s’appuyer sur un texte précis pour propres à prévenir un dommage ou à faire
qualifier ce qui est illégal, mais sur une cesser un dommage occasionné par le
appréciation générale, au regard du droit contenu d’un service de communication au
commun, pour déterminer l’existence public en ligne ».
d’un trouble illicite : « […] qualifier des
propos, rechercher le texte qui leur est Il s’agit d’un référé spécifique à Internet,
éventuellement applicable, apprécier conçu pour la mise en œuvre rapide de
ensuite la gravité de l’atteinte […] Ces mesures à caractère provisoire, sans qu’une
différentes opérations entrent dans saisine du juge du fond soit exigée.
l’office du juge du fond et ne relèvent
pas d’une appréciation provisoire Le référé LCEN est dirigé uniquement contre
effectuée dans l’urgence. L’appréciation l’hébergeur ou le fournisseur d’accès à
de l’illicéité du trouble ne doit pas Internet (FAI) :
conduire à un pré-jugement au fond265. »
Contre l’auteur, c’est le référé de droit
La nécessité d’une qualification superficielle commun qu’il faut utiliser.
fait ressentir toute son importance dans le
Le juge des référés, sans avoir à constater
cadre des abus de la liberté d’expression
l’urgence qui est présumée, se contente de
sanctionnés par la loi du 29 juillet 1881.
vérifier les conditions d’application du texte,
Ainsi, lorsque le demandeur invoque la
à savoir :
diffamation ou l’injure, le juge des référés
ne doit pas retenir ce fondement car, s’il le • le caractère illicite du contenu du service
faisait, il devrait logiquement admettre qu’il en cause (le juge de se contenter ici
existe une diffamation ou une injure pour d’une activité illicite « apparente »),

• et le dommage avéré ou imminent pour


264
E. Dreyer, Référé en matière de presse,
ordonner le retrait de l’information.
Jurisclasseur Communication du 5 juin 2007,
fasc. 3710, n° 107.
265 266
E. Dreyer, Référé en matière de presse, note Sur ces notions, se reporter infra : première
précitée n° 185. partie, chapitre 4.2.3.

58 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
Le juge des référés devra faire cesser le En revanche, cette action n’a pratiquement
préjudice, en ordonnant à la partie aucune efficacité matérielle : les mesures
susceptible de faire cesser le préjudice ou techniques, que les fournisseurs d’accès à
d’en prévenir la survenance, de prendre Internet, sont susceptibles de prendre pour
toutes mesures techniques nécessaires, bloquer le contenu litigieux, peuvent être
sans tenir compte de sa qualité d’hébergeur contournées très facilement.
ou d’éditeur. En effet, si, comme étudié
précédemment (voir infra : première sous- Pour accroître tout de même cette
partie, chapitre 4.2.3.), les intermédiaires efficacité, il est nécessaire d’assigner
techniques n’engagent pas leur simultanément (dans la même instance)
responsabilité, ils sont, cependant, tenus tous les FAI français270.
de faire cesser ou de prévenir le trouble lié
au caractère illicite d’un message, lorsqu’ils
le peuvent. 2.2.2. En revanche l’action contre
l’hébergeur est soumise à la mise en
demeure préalable de ce dernier, afin
2.2. Deux actions alternatives peuvent être d’obtenir le retrait ou de faire cesser la
intentées, l’une contre l’hébergeur, l’autre diffusion des propos injurieux.
contre les fournisseurs d’accès.
En effet, ce n’est que dans le cas où,
2.2.1. L’action contre les fournisseurs informé du caractère illicite des propos ou
d’accès, qui a pour but le blocage de de faits et circonstances faisant apparaître
l’information litigieuse, peut être intentée ce caractère, il n’aurait pas agi
sans mise en demeure préalable267. promptement271 pour retirer les informations
litigieuses, que le juge des référés pourra
Dans cette hypothèse, l’action en référé être saisi.
pourrait être exercée « sans mise en cause
préalable des prestataires d’hébergement », Ces mises en demeure devront respecter
en application de la jurisprudence de la Cour les conditions de forme qu’exige
de cassation qui a précisé que la LCEN l’article 6.I.5 de la LCEN, soit :
faisait peser, sur les seuls intermédiaires
techniques (personnes visées au 1 de • « la date de la notification,
l’article 6), une éventuelle responsabilité civile
du fait de propos illicites diffusés sur un site • si le notifiant est une personne physique :
Internet et que la prescription de mesures ses nom, prénoms, profession, domicile,
techniques de blocage aux fournisseurs nationalité, date et lieu de naissance ; si
d’accès « n’est pas subordonnée à la mise le requérant est une personne morale :
en cause préalable des prestataires sa forme, sa dénomination, son siège
d’hébergement268 ». social et l’organe qui la représente
légalement,
Cette action alternative contre le fournisseur
d’accès, est la seule dotée d’une efficacité • les nom et domicile du destinataire ou,
juridique lorsque l’hébergeur est domicilié s’il s’agit d’une personne morale, sa
à l’étranger dans un pays protecteur de la dénomination et son siège social,
liberté d’expression (par exemple les États-
Unis), qui refusera systématiquement • la description des faits litigieux et leur
l’exequatur d’un jugement français localisation précise,
condamnant un opérateur pour la diffusion
d’un message sur le réseau269. • les motifs pour lesquels le contenu doit
être retiré, comprenant la mention des
dispositions légales et des justifications
de faits,
267
Cass. Civ. 1ère, 19 juin 2008, pourvoi n° 07-12.244,
Aaargh : UEJF c/ Free et al. 270
Chaque FAI ne pouvant mettre en œuvre les
268
Affaire Aaargh précitée. mesures techniques de blocage du site litigieux que
269
pour son propre réseau, ne pas assigner un FAI
Affaire Yahoo, TGI Paris (référé), 22 mai 2000 ;
revient à ne pas bloquer l’accès pour ses abonnés.
TGI Paris (référé), 20 novembre 2000 ; TGI Paris
271
(référé), 30 octobre 2001 ; Yahoo c/ Licra, 169 F. TGI Toulouse (référé), 13 mars 2008, Krim K.
Supp. 2d 1181 (DC Cal. 2001). c/ Amen.

Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009 59
• la copie de la correspondance adressée Pour apporter la preuve du caractère illicite
à l’auteur ou à l’éditeur des informations du message incriminé, il est préférable de
ou activités litigieuses demandant leur procéder, avant toute mise en demeure et
interruption, leur retrait ou leur action judiciaire, à des captures d’écran du
modification, ou la justification de ce que site en cause dans les conditions fixées
l’auteur ou l’éditeur n’a pu être contacté ». par la jurisprudence272.

Aux termes de cette jurisprudence :


2.2.3. L’action fondée sur le référé LCEN
n’est pas soumise à la courte prescription • le cheminement adopté pour accéder
de trois mois. aux pages litigieuses doit être celui
utilisé par n’importe quel internaute,
Les mêmes règles, en la matière, que celles
applicables au référé de droit commun sur • les pages visualisées doivent être
le fondement de l’article 809 du code de impérativement matérialisées par des
procédure civile (voir infra : chapitre 1.3.2.), captures d’écran ou impression,
peuvent être transposées au référé prévu à
• les caches de l’ordinateur utilisé pour
l’article 6-I-8 de la LCEN.
l’établissement du constat doivent être
En effet, pour une demande établie sur ce vidés,
fondement, qui permet au juge de prescrire
• l’adresse IP de l’ordinateur utilisé pour
à « toute personne mentionnée au 2
l’établissement du constat doit être
[hébergeur] ou, à défaut, à toute personne
indiquée.
mentionnée au 1 [fournisseur d’accès],
toutes mesures propres à prévenir un
dommage ou à faire cesser un dommage
occasionné par le contenu d’un service de
communication au public en ligne », la
courte prescription de trois mois ne
s’applique pas puisque l’action n’a pas pour
objet la réparation du préjudice mais le
retrait du passage litigieux.

272
TGI Paris, 4 mars 2003, Frédéric M. Ziff Davis,
ZDN et autres ; CA Paris, 17 novembre 2006, Net
Ultra AOL France.

60 Le Courrier Juridique des Finances et de l'Industrie - spécial diffamation, injure, outrage... comment se défendre - juin 2009
VADE-MECUM DES AIDES D’ÉTAT

Tout sur les aides d’Etat !

La direction des affaires juridiques de Bercy


publie, à la Documentation française, un
« Vade-mecum des aides d’État ».

Élaboré par des praticiens du droit


communautaire, cet ouvrage fait le point, sous un
angle pratique, sur une matière essentielle mais
peu connue du grand public : le droit des aides
d’État.

Il traite principalement des domaines relevant des


ministères chargés de l’économie et du budget.

Ministère de l’économie, des finances et de l’industrie


Réf. : 9782110075499 - 18 euros Il est à jour des évolutions de ce droit en 2009

www.ladocumentationfrancaise.fr

La Documentation française
Service Commandes
124, rue Henri Barbusse
93308 Aubervilliers cedex
Téléphone : 33(0)1 40 15 68 88
Télécopie : 33(0)1 40 15 68 00
LLEECCOURRIER
OURRIERJJURIDIQUE
URIDIQUE
DESF
DES FINANCES
INANCESET DELL’I
ETDE ’INDUSTRIE
NDUSTRIE
Publication trimestrielle de la direction des affaires juridiques du ministère de l’Économie, de l’Industrie et de
l’Emploi et du ministère du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l’État,
le Courrier Juridique des Finances et de l’Industrie apporte un éclairage sur des thèmes juridiques d’actualité, au
travers d’articles de synthèse et d’analyse des jurisprudences constitutionnelle, judiciaire, administrative et
européenne.
Fruit d’une expertise pluridisciplinaire, portant sur tous les domaines du droit (droit privé et public, droit
européen et international, droit des sociétés, droit économique et financier, droit des participations de l’État et
droit des marchés publics), cet outil a vocation à permettre, avec ses quatre numéros annuels, de mieux saisir les
enjeux juridiques de la société actuelle.
Le Courrier Juridique des Finances et de l’Industrie est également disponible sous forme numérisée accessible en ligne
(au format PDF ou mode texte) par téléchargement payant, sur le serveur internet de la Documentation
française, en vente au numéro ou par abonnement. Plus d’information sur www.ladocumentationfrancaise.fr

Comité éditorial
Maquette : D.A.J. - bureau Directeur de la publication
Ressources Informatiques, Catherine Bergeal, directrice des affaires juridiques
Documentaires et
Communication interne - Membres externes
RIDC Frédéric Ancel, avocat au Conseil d’État et à la Cour de cassation, Claudie Boiteau, professeur d’université,
Huber t Gasztowtt, conseiller juridique du directeur général du Trésor et de la Politique économique,
Impression : direction de la Marie-José Palasz, chef de mission au contrôle général économique et financier
documentation française
29-31, quai Voltaire Membres de la DAJ Rédacteur en chef
75344 Paris cedex 07 Jean-Guirec Le Noan, chef de service Annick Biolley-Coornaert
Michèle Hourt-Schneider, sous-directrice Rédaction
Imprimé en France
Nicole Planchon, sous-directrice Frédéric Amérigo
Dépôt légal : à parution
François Schoeffler, sous-directeur
ISSN 1621-0263
Michel Lejeune, sous-directeur
Prix au numéro : 10 €
Abonnement (4 numéros) :
France 29,50 €
Europe 31 €
DOM-TOM 30 € Direction des affaires juridiques :
Autres pays 32 € bâtiment Condorcet - Télédoc 353 - 6, rue Louise Weiss - 75703 Paris Cedex 13
Supplément avion 8,80 € adresse courriel : cjfi@finances.gouv.fr

En vente en librairie et sur www.ladocumentationfrancaise.fr (par paiement sécurisé)


Pour mieux vous administration droit, justice éducation, formation santé, protection sociale
connaître, culture institutions, vie politique emploi, travail Europe, international
merci de nous signaler communication, nouvelles technologies défense société autres
vos centres d’intérêt économie, finances environnement, territoires
Prix unitaire
Abonnement Nombre Total
Nom
TTC
pour quatre numéros Prénom
bulletin Profession
d’abonnement France métropolitaine (TTC) 29,50 € Adresse
à retourner à Dom-Tom (HT, avion économique) 30,00 €
Europe (TTC) 31,00 € Code postal
La documentation
française Autres pays (HT, avion économique) 32,00 € Localité
Mél
Supplément avion rapide 8,80 €
À l’attention Ci-joint mon réglement
du service commande Par mandat administratif (réservé aux administrations)
Version numérisée Par chèque bancaire ou postal : à l’ordre de l’Agent
124, rue Henri-Barbusse comptable du B.A.P.O.I.A. - La Documentation française
93308 Aubervilliers Le numéro 8,00 €
Par carte bancaire. Date d’expiration
Cedex France Abonnement à quatre numéros 22,00 € N°
Téléphone : 33 (0) 1 40 15 70 00 N° de contrôle (notez les 3 derniers chiffres
Télécopie : 33 (0) 1 40 15 68 00 montant du numéro inscrit au dos de votre carte, près de votre signature)
total à payer Date Signature
www.ladocumentationfrancaise.fr

Informatique et libertés - Conformément à la loi du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant et les rectifier en écrivant au Service Promotion et Action commerciale
de La Documentation française. Ces informations sont nécessaires au traitement de votre commande et peuvent être transmises à des tiers, sauf si vous cochez ici