Vous êtes sur la page 1sur 3

Economie industrielle

Ces deux approches sont complémentaires. On va donc avoir une approche inductive et positive
plutôt qu’une approche normative.

Ainsi on va essayer des respecter le passage de la théorie à l’empirie.


Cours du 20/09/11
On va développer des outils, des concepts pour appréhender l’économie industrielle.
Chapitre introductif : Les développements de l’économie industrielle.
Concrètement l’économie industrielle, se rapproche de phénomènes concrets.

Introduction : I. L’école Anglo-américaine


L’économie industrielle a pour objet l’étude des firmes et des structures de marché (CPP, monopole, 1. Les pères fondateurs.
oligopole). L’intérêt dans cette matière est le lien entre les stratégies des firmes et l’évolution des
structures de marché. L’évolution des industries connait différentes causes les stratégies des firmes,
les politiques publiques, le progrès technique. a) A . Marshall (1842-1924) :

Ce cours est orienté vers la stratégie des firmes. Le progrès technique permet de glisse de l’économie Il s’est intéressé aux transformations du système productif engendré par la révolution industrielle. Il
industrielle vers la dynamique industrielle. était aussi un défenseur de la méthode empirique, il prônait une approche par les faits. Il a été un
des premiers à étudier l’organisation industrielle. (Industrial Organization IO)
La définition d’industrie renvoie à des activités de production manufacturières, elle renvoie aussi aux
activités de transformation de matière première ou de bien intermédiaires en produits et services. A son époque ce terme désigne cette nouvelle forme d’entreprise qui apparait avec la révolution
industrielle, c'est à dire des grandes entreprises industrielles qui produisent à grande échelle et sont
Une industrie correspond généralement à l’ensemble des firmes qui produisent des biens ou des
donc des nouvelles formes d’organisation.
services proches, étroitement substituables qui donc se trouve en concurrence sur le même marché.
Marshall insiste aussi sur la nécessité d’une analyse dynamique c'est à dire qui tiennent compte du
L’élasticité croisée prix de ces biens est relativement élevé car ces biens sont substituables.
temps historique. Il va faire la distinction fondamentale entre le CT et le LT, en particulier il va
L’économie industrielle s’est développé en levant les hypothèses de la microéconomie standard tout introduire une notion importante, la notion de courbe d’expérience. La courbe d’expérience est un
d’abord l’économie industrielle est l’étude de la concurrence imparfaite. Qui dit concurrence des éléments qui permet d’expliquer les rendements d’échelle et les économies d’échelles.
imparfaite dit défaillance du marché. En micro une « market failure » dès qu’on s’éloigne de
Les rendements d’échelles renvoient aux quantités produites, alors que les économies d’échelles
l’équilibre concurrentiel de LT est un défaut de marché.
renvoient au coût. Ils peuvent être croissant décroissant ou constant.
En levant les hypothèses de la CPP, l’économie industrielle s’est construite au départ. (Atomicité,
La courbe d’expérience renvoie au fait qu’au fur et à mesure de l’expérience les entreprises arrivent
homogénéité, transparence, libre entrée et sortie, libre mobilité des capitaux)
à produire plus efficacement ce qui entraine un coût moyen décroissant. Ce sont les économies
En ce qui concerne l’atomicité des marchés, l’économie industrielle s’intéresse à la concurrence d’échelles. Elles font des économies internes, car parce qu’elle produit plus, elle baisse ses coûts et
imparfaite voire la concentration industrielle, c’est le fait que les industries se sont concentrées sur amortie ses coûts fixes. Elles font des économies externes car il existe des débouchés de clients plus
quelques firmes, l’extrême étant le monopole. stables, ainsi que l’amélioration des prix des fournisseurs et de la qualité des consommations
intermédiaires.
En ce qui concerne la fluidité du marché c'est à dire libre entrée et sortie du marché, l’économie
industrielle rejette cette hypothèse en s’intéressant aux barrières à l’entrée.

En ce qui concerne l’homogénéité du produit, il n’existe pas de produits homogènes en économie


industrielle étant donné que les firmes s’intéressent à la différenciation des produits.

En ce qui concerne la transparence, en économie industrielle, on parle d’information imparfaite.

Ce qui caractérise l’économie industrielle c’est un dualisme méthodologique, un dualisme parce que
tout d’abord l’économie industrielle part toujours de l’empirie, pour en déduire des liens de causalité
et des lois. La seconde préoccupation est de nature théorique c'est à dire qu’on essaye de construire
des modèles théoriques susceptible de faire avancer la réflexion.
montrent en 1932 que la moitié du capital américain appartient à moins de 200 firmes dont la taille
augment encore. A la fin des 50’s c’est moins de 100 firmes qui détiennent la moitié de la production
Eco d’échelle
industrielle des EU.
interne
Ils vont constater aussi que les dirigeants d’entreprises possèdent en moyenne moins de 3% du
intern
capital. Ces dirigeants ne sont pas les véritables propriétaires de l’entreprise. C’est là que nait la
Eco d’échelle structure moderne de l’entreprise, les vrais propriétaires sont les actionnaires.
externe
Ce phénomène de séparation est un phénomène de post-industrialisation. Pour des économistes
CM
théoriciens cela aurait pu remettre en cause les modèles microéconomiques.

e Le phénomène de concentration s’est cassé après la seconde guerre mondiale, il va y avoir après les
On voit s’accroitre de façon significative et durable la taille des firmes. Face à cet accroissement de la années 50’s une stabilisation de la concentration économique.
taille des firmes on se demande si ce phénomène ne va pas conduire à des monopoles dans toutes
La raison de ce ralentissement est dû à la mise en place de loi anti-trust. Mais aussi à la période des
les industries. Si c’est le cas est-ce-que c’est une bonne chose ?
30 glorieuses qui a créé de nouvelles activités donc l’opportunité de créer de nouvelles entreprises
Marshall va étudier le monopole en choisissant un exemple qui est la distribution de gaz. Il se donc limiter ce phénomène de concentration.
demande si l’Etat doit intervenir ou pas et si oui comment ?
c) La concurrence imparfaite : Chamberlain et Robinson
Cette question demeure encore aujourd’hui une des questions centrales de l’économie industrielle.
Robinson s’est intéressé à la concentration économique et en particulier à la concurrence
Ce débat va encore s’intensifier aux USA puisque de 1840 à 1900 la taille des firmes va augmenter et monopolistique des facteurs de production. Elle critique dans la théorie Keynésienne le fait que les
à la fin du 19ème apparaissent les géants de l’industrie. Cette crainte des géants de l’industrie fait peur facteurs de production sont rémunérés par leur productivité marginale.
et en 1890 la première loi anti trust apparait, elle s’appelle le « sherman act ». C’est le début de la
politique de la concurrence et des lois anti trust. Cette loi prohibe le monopole et les tentatives de En concurrence imparfaite les entreprises ont tendance à rémunérer leur facteur de production à
monopolisation, elle interdit aussi toute forme de collusion et prévoit des pénalités en cas de non- une valeur inférieure à leur produit marginal net. Elle va s’intéresser notamment au travail. Ce qui
respect de la loi. implique qu’en concurrence imparfaite les entreprises ont tendance à payer des salaires inférieurs au
produit marginal du travail ce qui constitue une exploitation monopolistique du facteur travail et
Il faut qu’il y est un certain degré de concurrence sur le marché pour qu’ils fonctionne bien. permet au firme de réaliser des surprofits.

Marshall va aussi être le premier à travailler sur la dimension territoriale de l’OI, il va introduire ce Dans son analyse Robinson travaille aussi sur les rendements croissants et elle fait partie des
concept de district industriel. économistes remettant en cause la forme en U des fonctions de coût moyen et marginal avec
l’argument selon lequel cette forme en U n’aboutirait pas à une concentration économique.
Cela signifie que la localisation des industries est importante en effet il souligne l’importance des
relations entre les industries et les firmes. Il va en fait suggérer que localiser des firmes à proximité L’analyse de Chamberlain porte sur la concurrence imparfaite mais selon lui l’imperfection de la
des unes des autres permet des économies externes locales et donc permet une plus grande concurrence est lié à l’action volontaire des firmes qui cherche à se délimiter un domaine de marché.
efficacité de l’OI.
Les firmes différencient leurs produits pour s’accaparer un segment de marché. Il va montrer qu’il
Ces économies externes viennent des économies de coûts de transactions (de transports de existe différentes formes de différenciations et que chacune des formes apporte un élément de
coordination), des externalités positives de recherche (innovation se diffuse) Marshall parle d’une monopole à la firme.
atmosphère industrielle propice à l’efficacité. Ex : le nord de l’Italie avec le Textile.
Ce que permet cette différenciation permet aux firmes de pratiquer un prix plus élevé ce qui génère
On ne parle plus de district industriel mais de technopole comme « la silicon valley ». un surprofit lié à la différenciation. Ce surprofit est accepté par les consommateurs car c’est le » prix
à payer pour pouvoir avoir le choix d’une variété de produit.
La question moderne de la localisation géographique est la question relative à la délocalisation.
d) L’analyse Schumpetérienne de la concurrence.
b) La concentration industrielle : les travaux de Berk et Means (1932)
Schumpeter va renouveler la théorie de la croissance économique, 2 ouvrages « une théorie de
Dans un ouvrage ils présentent des statistiques sur la concentration industrielle aux USA. On dit que
l’évolution économique » et « capitalisme socialisme et démocratie ».
l’industrie est concentrée quand la production se répartit entre peu de firmes de grande taille. Ils
Schumpeter a mis au cœur de l’évolution économique l’entrepreneur innovateur ou entrepreneur
schumpetérien, c’est l’acteur fondamental de l’économique, c’est un agent héroïque. Cet
entrepreneur est innovateur, il crée de l’activité économique grâce à son innovation. L’innovation
devient un facteur clé de croissance économique.

Schumpeter distingue 5 types d’innovations :

o Production de nouveaux biens


o L’utilisation de nouvelles méthodes de production
o L’émergence de nouveaux débouchés
o L’utilisation de nouvelles matières premières
o Des nouvelles formes d’organisation du travail ;

Ces innovations ont plusieurs effets en effet il montre que ces innovations produisent des
externalités positives, en innovant un entrepreneur créait de la compétence.

Schumpeter a prouvé que les innovations sont associées à des monopoles temporaires. Le principal
instrument de création de ce monopole est le brevet.

Il dit qu’ensuite il y aura l’imitation et la diffusion de la technologie. Il va dire encore que ces
innovations arrivent par grappes. L’économie évolue grâce à ses grappes d’innovations. Il va dire que
ses grappes sont le moteur de l’évolution économique mais créait un phénomène de destruction
créatrice.

2. L’émergence de l’industrial organization (IO) et du triptyque S-C-P

a) Les principes de Mason (1957)

C’est en 1941 que l’association économique américaine reconnait l’industrial organization comme
une discipline à part entière de la science économique.

Mason a joué un rôle important dans cette reconnaissance puisque cet un des fondateurs de l’IO.

Mason définit 4 principes :

o Sur le plan théorique, l’IO doit s’affranchir de la microéconomie qui utilise des concepts trop
abstrait et dont le modèle de CPP est trop statique.
o Il faut combiner étroitement théorie et empirisme en privilégiant une approche inductive
plutôt qu’une approche normative.
o Il faut remettre en cause le concept de marché définit par un produit homogène au profit de
la notion plus réaliste d’industrie au sens Marshallien c'est à dire constitué d’un nombre
variable de firmes produisant des produits hétérogènes plus ou moins substituables et où les
caractéristiques de l’offre l’emporte sur la demande.
o Selon Mason il faut adopter l’hypothèse selon laquelle les comportements des firmes et leurs
performances sont largement déterminé par les structures de marché. C’est le triptyque SCP.
On peut qualifier ça d’approche structuraliste de l’économie américaine.
Structure  Comportement  performance

Vous aimerez peut-être aussi