Vous êtes sur la page 1sur 11

Financement bancaire de l’entreprise M.

Med Rhalib

I. LE CADRE JURIDIQUE : LES DISPOSITIONS DU CODE DE COMMERCE

Article 499 : La convention de compte n'emporte pas à elle seule ouverture de crédit en
faveur du client.

Le découvert ne peut être réduit ou éteint qu’aux conditions de formes et de délais


prévus pour l’ouverture de crédit, lequel délai est de 60 jrs

L’ouverture de crédit : c’est un engagement de la banque de mettre des moyens de


paiement à disposition du bénéficiaire ou d’un tiers désignés par celui ci à concurrence
d’une somme d’argent. Un solde débiteur occasionnel n'emporte pas ouverture de crédit.
(Article 524)

Article 525 : L'ouverture de crédit est consentie pour une durée limitée renouvelable ou
non, ou illimitée.

L'ouverture de crédit à durée illimitée, L'ouverture de crédit à durée limitée


expresse ou tacite, ne peut être résiliée prend fin de plein droit au terme fixé
ou réduite que sur notification écrite et à sans que la banque ait l'obligation d'en
l'expiration d'un délai fixé lors de avertir le bénéficiaire.
l'ouverture de crédit, ce délai ne peut être
inférieur à 60 jours.

Qu'elle soit à durée limitée ou illimitée, l'établissement bancaire peut y mettre fin
sans délai en cas de cessation notoire de paiements du bénéficiaire ou de faute
lourde commise à l'égard dudit établissement ou dans l'utilisation du crédit.
Le non respect de ces dispositions par l'établissement bancaire peut engager sa
responsabilité pécuniaire.

Procédure en cas de cessation de paiement :

1. Prévention interne : déclenché soit par un CAC, soit par un actionnaire. Suite à
TOUT FAIT qui compromet la continuité d’exploitation de l’entreprise.

Un courrier est envoyé au président du conseil d’administration pour attirer son


attention. Ce dernier dispose d’un délai de 15 jours. Sinon on passe au conseil
d’administration (15 jrs également). Sinon on passe à l’AGO.

En cas d’échec de cette prévention interne

2. Prévention externe : Nomination d’un conciliateur (3 à 4 mois) pour envisager un


règlement à l’amiable (interdiction de toute action en justice)
Condition ! : être en difficulté mais ne pas être en cessation de paiement. Si c’est le cas
on passe au redressement judiciaire.

Procédure en cas de redressement judiciaire :

Le redressement judiciaire passe par la constitution d’un dossier contenant :

 Dernier état de synthèse du dernier exercice + Liste des débiteurs et des créanciers +
Liste des biens mobiliers et immobiliers + Tableau des charges

Hicham LAGHRIFI 1 Janvier – Février 2010


Financement bancaire de l’entreprise M. Med Rhalib

Le jugement est prononce sur la base d’un bilan établit par le syndic. Ce dernier nous
dira si la situation est irrémédiablement compromise. Si oui c’est la liquidation
judiciaire.
Ensuite c’est soit la continuité ou la cession (totale ou partielle)

* Le redressement judiciaire donne les effets suivants :


* L’interdiction de toute action en justice
* L’interdiction de payer une dette antérieure au jugement
* L’interdiction des inscriptions.
* L’arrêt du cours des intérêts.
* Priorités des créances postérieures au jugement.

Tout ceci avec un nomination des organes (syndic, juge commissaire, contrôleurs)
Fixation d’une date de cessation de paiement

La déclaration d’une créance :

Créanciers chirographaires Créanciers gagistes

Pas d’obligation d’être informé par le Informé par le syndic (si le syndic
syndic n’informe pas, la créance est admise) 
délai de 2 mois pour déclarer la créance. Si
oui, la créance est admise, sinon, on fait la
demande de levée de forclusion dans le
délai d’un an  justifier la non déclaration
dans le délai, si c’est convaincant, alors
créance admise, SINON : créance non
recouvrable.

Doc 1 polycopié :

Le nantissement n’a pas été publié, le syndic n’as pas à informer, mais il existe un vice,
c'est-à-dire que le syndic a quand même informer/notifier, heureusement pour la banque
la notification était irrégulière car il n’a pas informé les représentant l’égaux de la SA (le
président du CA), d’où l’autorisation du tribunal pour que la créance soit admise.

II. FINANCEMENT DE L’INVESTISSEMENT ET DE LA MISE A NIVEAU

1. Les mécanismes de mise à niveau

a. Mécanismes de soutien financier

Crédit d’investissement : il finance tout projet d’investissement (création, extension


de capacité de production etc.)

Il couvre toutes les dépenses liées au programme d’investissement y compris le


BFR et les intérêts intercalaires1. Il peut couvrir jusqu’à 80% du montant de
l’investissement. Généralement remboursé par annuité qui est constante ce qui rend le
coût du crédit plus cher.

Les garanties sont fixées en fonction du risque encouru par la banque. Elles sont
généralement des garanties personnelles, une hypothèque, des nantissements,

1
Les intérêts générés par la période du délai de franchis c'est-à-dire le moment entre le déblocage des fonds et
le début de remboursement des ses fonds.

Hicham LAGHRIFI 2 Janvier – Février 2010


Financement bancaire de l’entreprise M. Med Rhalib

Le leasing : c’est un instrument de financement qui permet à l'entreprise de choisir


et de prendre en location du matériel avec possibilité de l'acquérir au terme du contrat de
bail. On distingue entre le leasing mobilier de 2 à 5 ans (essentiellement le matériel
roulant, les navires, BTP etc.) et le leasing immobilier de 7 à 12 ans (essentiellement
les biens à usage professionnel, bureaux ou locaux d’exploitation etc.) Les deux peuvent
aller jusqu’à 100% du montant.

b. Les fonds de garantie :

CCG Caisse Centrale de Garantie : Vise à faciliter aux Ete l’accès au crédit
bancaire pour le financement de leur projet d’investissement. Ces entreprises doivent
obligatoirement produire des biens et services avec un projet d’investissement
potentiellement fiable.

La CCG garanti 50% du montant octroyé. Exemple : 100, on apporte 20, la banque 80,
et la CCG garanti 40. On doit trouver des garanties pour le reste.

Fonds de garantie français : Doté de 30 millions d’euros (pour les PME), l’entreprise
bénéficiaire doit être marocaine et doit avoir une stratégie de développement à MLT,
présenter un programme d'investissement dans un secteur concerné par la politique de
mise à niveau industrielle ou dans le tourisme.

FGIC : pour les industries culturelles : pour objet de faciliter l'accès au financement
bancaire aux PME/PMI oeuvrant dans le domaine des industries culturelles. Il faut que
l’entreprise n’ait pas un CA > 20 000 000 Dh

Dar Damane ‘’ATTAHFIZ et FORCE’’ : pour en bénéficier, il faut avoir au moins deux
années d'activité + un total bilan (avant investissement) inférieur à 50 000 Kdhs +
programme d'investissement supérieur à 1 000 Kdhs,

Dar Damane ATTAHFIZ (80%) garantie les crédits d'investissement à moyen et long
termes pour les projets de création, d'extension ou de modernisation.

Dar Damane FORCE (70%) est un cautionnement destiné à faciliter aux PME/PMI l'accès
au crédit bancaire à des conditions avantageuses

Fonds OXYGENE pour le cautionnement des crédits de fonctionnement : destiné à


garantir les crédits de fonctionnement consentis par les banques aux PME pour leurs
besoins d'exploitation. Il faut avoir au moins 6 mois d’activités et un CA < 15 000 KDH

Capital risque :

 Le fonds d'investissement Hospitality Fund SAS : investit dans l'immobilier


destiné à des projets touristiques au Maroc. Il donne son foncier en location avec
une option d’achat au bout de 5 ans

 Le fonds d'investissement Agram invest : investit en fonds propres ou quasi-


fonds propres dans des sociétés spécialisées dans l'agroalimentaire et l’agro-
industrie. (20 à 30% du capital pour une durée limitée)

Hicham LAGHRIFI 3 Janvier – Février 2010


Financement bancaire de l’entreprise M. Med Rhalib

c. Financements conjoints banques – CCG / Dar Ad Damane :

La ligne FODEP II : couvre jusqu’à 80% du projet et destinée à aider les entreprises
industrielles marocaines à installer des systèmes de dépollution sous forme de dons
(couvre jusqu’à 40% du projet) Il faut être une entreprise qui présente un projet de
dépollution intégré ou en aval.

Produit de rénovation des unités hôtelières : destiné au financement des


programmes de rénovation des unités hôtelières. Il faut figurer dans une liste préétablie
et avoir minium 7 ans d’activité. Couvre jusqu’à 70% du montant du projet : 30% FP et
le reste est entre banque et RENOVOTEL

Mécanisme de cofinancement pour la mise à niveau BQ – FOMAN CCG : destiné à


soutenir ces entreprises en matière de conseil et de financement des investissements

2. Financement extérieurs

La ligne française : destinée au financement de l'acquisition de biens neufs et/ou


services d'origine française. Enveloppe totale de 30 millions d’euros.

La ligne italienne : a pour objet le financement d'équipements productifs, le transfert de


technologie, la formation et l'assistance technique, les licences et les brevets industriels.
Enveloppe de 15 millions d’euros

La ligne espagnole : destinée au financement de l'acquisition de biens neufs et/ou


services d'origine espagnol. Enveloppe totale de 18 millions d’euros.

La ligne portugaise: destinée au financement de l'acquisition de biens neufs et/ou


services d'origine espagnol. Enveloppe totale de 10 millions d’euros.

III. PRISE DES GARANTIES

Garanties personnelles Garanties réelles

Civil  Cautionnement Hypothèque


Commercial (moyen de paiement)  Aval Nantissement : droit de suite et droit de
préférence

1. Le cautionnement : contrat par lequel une personne s’oblige envers le créancier à


satisfaire à l’obligation du débiteur, si celui-ci n’y satisfait pas lui-même.

Info : Sté en participation, SNC, SCS : la solidarité présumée entre associés

Ce mandat est révocable tant qu’il n’a pas reçu un commencement d’exécution de la
part de celui qui a été chargé d’ouvrir le crédit. Il ne peut être prouvé que par écrit. Et
nul ne peut se porter caution s’il n’a pas la capacité d’aliéner à titre gratuit. Toutefois on
peut se rendre caution non seulement du débiteur principal mais de celui qui la
cautionné. (En cascade)

Le cautionnement peut être à terme ou à partir d'une certaine date ; il peut être
contracté pour une partie de la dette seulement, et sous des conditions moins onéreuses.

Hicham LAGHRIFI 4 Janvier – Février 2010


Financement bancaire de l’entreprise M. Med Rhalib

La caution ne répond pas des obligations nouvelles contractées par le débiteur principal
après la constitution de l’engagement qu’elle garanti. Sauf si le contrat précise que la
caution prend en charge le futur.

Le cautionnement est essentiellement gratuit, sauf entre commerçants pour affaire de


commerce, s’il y a coutume en ce sens.

Les effets du cautionnement

Le créancier n’a action contre la caution que si le débiteur principal est en


demeure d’exécuter son obligation.

• Si la caution meurt avant l’échéance, le créancier a le droit d’agir aussitôt


contre sa succession, sans attendre l’échéance. Dans ce cas les héritiers qui ont
payé auront recours contre le débiteur à l’échéance de l’obligation principale.
• L’insolvabilité de la caution fait échoir la dette à l’égard de celle-ci même
avant l’échéance de la dette principale, le créancier est autorisé dans ce cas à
insinuer sa créance dans la masse.
• La mort du débiteur fait échoir la dette à l’égard de la succession de celui-ci,
mais le créancier ne pourra poursuivre la caution qu’à l’échéance du
terme convenu.

La caution a le droit d’exiger que le créancier discute au préalable le débiteur principal


dans ses biens meubles et immeubles en lui indiquant ceux qui sont susceptibles
d’exécution.

Réaliser les biens du DPL


Mise en Débiteur PL avant de vous retourner
demeure (Ses biens) vers la caution
(vainement
)
Bq qui 1
renonce au
droit de
discussion

1 Action Caution Droit de discussion


contre la
caution

A partir du moment où on a un droit de discussion, il y a un sursis contre la poursuite de


la caution. (Épuisez tout avant de se retourner contre la caution)
La caution ne peut demander la discussion du débiteur principal :

• lorsqu’elle a renoncé formellement à l’exception de discussion, et notamment


lorsqu’elle s’est engagée solidairement avec le débiteur principal. La solidarité fait
présumer la renonciation au droit de discussion.
• Les poursuites et l’exécution contre le débiteur principal sont devenues
notablement plus difficiles (changement de résidence, établissement industriel
etc.)
• Quand le débiteur principal est en état de déconfiture notoire ou d’insolvabilité
déclarée.

Hicham LAGHRIFI 5 Janvier – Février 2010


Financement bancaire de l’entreprise M. Med Rhalib

• Si les biens discutés sont litigieux, ou grevés d’hypothèques qui absorbent ma


majorité de leur valeur, ou sont insuffisants pour désintéresser le créancier, ou
alors lorsque le débiteur n’a sur les biens qu’un droit résoluble

La caution peut agir en justice contre le DPL afin d’être déchargée de son obligation.

• lorsque la caution est poursuivie en justice pour le paiement, et la même avant


toute poursuite dès que le débiteur est en demeure d’exécuter l’obligation
• lorsque le débiteur s’est obligé à lui rapporter la décharge (une main levée par
exemple) du créancier dans un délai déterminé. Si ce terme est échu, il doit payer
la dette ou donner à la caution un gage une ou sûreté suffisante
• Si les poursuites contre le débiteur sont devenues notablement plus difficiles
(changement de résidence, établissement industriel etc.)

Tout acte de la caution en dehors du paiement, qui éteint l’obligation, vaut paiement et
libère le débiteur donne ouverture au recours de la caution pour le PL de la dette et les
frais y relatifs.

La caution n’a pas de recours contre le débiteur

• lorsqu’elle a acquitté une dette qui la concerne personnellement quoi qu’elle fût
en apparence au nom d’un autre.
• Lorsque le cautionnement a été donné malgré la défense du débiteur
• Lorsqu’il résulte de la déclaration expresse de la caution ou des circonstances que
le cautionnement a été donné dans un esprit de libéralité.

L’extinction du cautionnement : Toutes les causes qui produisent la nullité ou


l'extinction de l'obligation principale éteignent le cautionnement.

• Le paiement fait par la caution libère à la fois la caution et le DPL


• L’interruption de la prescription à l’égard du DPL s’étend à la caution. La
prescription accomplie en faveur du débiteur principal profit à la caution.
• Le décès de la caution n’éteint pas le cautionnement, l’obligation passe à sa
succession

Polycopié 1er texte :

Cautionnement : civil
Aval : acte commercial
Lettre de garantie : sur première demande (ici, on renonce au droit de discussion)
Lettre d’intention :
Maison mère avec filiale (lettre de patronage, de confort, d’apaisement, de parrainage) :
la maison mère n’est pas caution, mais elle garantie le bon fonctionnement de la filiale de
telle sorte à ce que cette dernière soit capable elle-même d’honorer ses engagements /
dettes.

La lettre de garantie constitue une garantie bancaire et autonome permettant de par sa


nature au bénéficiaire d’avoir une liquidité à la première demande et un engagement de
non opposition au paiement pour quelque motif que ce soit. Elle crée pour le bénéficiaire
un droit direct définitif et indépendant de toute autre relation. En conséquence, elle est
différente du cautionnement compte à ses effets entre les parties.

Polycopié 2ème texte :

La confusion qui s’opère dans la personne du débiteur principal et de sa caution,


lorsqu’ils deviennent héritiers l’un de l’autre, éteint le cautionnement.

Hicham LAGHRIFI 6 Janvier – Février 2010


Financement bancaire de l’entreprise M. Med Rhalib

Polycopié 3ème texte :

Cautionnement (Kafala)
Simple Solidaire (Tadamouniya)
* Droit de discussion (tajrid)
* Droit de division (tajzi2a)

La caution ne peut demander la discussion du débiteur principal notamment lorsqu’elle a


renoncé formellement à l’exception.

RA

Oui Non
Difficulté Cessation de Redressement
paiement judiciaire

Plan de Anciens
continuation actionnaires
Situation Non Liquidation
Oui
irrémédiablement judiciaire
compromise
Plan de cession Nouveaux
actionnaires

La non rétroactivité de la loi s’applique aux actions antérieures à la mise en application


du nouveau code à l’inverse de celles soulevées après lesquelles sont assujetties à ce
nouveau code.

Les cautions ne peuvent se prévaloir du plan de continuation.

Polycopié 4ème texte :

La consignation du cautionnement dans un seul contrat n’est pas une condition de son
acceptation. L’existence d’une connexité entre deux cautions et la créance objet de
l’action entraîne la recevabilité de la requête. Le créancier est libre d’actionner la caution
de son choix puisque rien dans la loi ne le lui interdit.

2. L’hypothèque : C’est un droit réel immobilier sur les immeubles affecté à


l’acquittement d’une obligation. Elle est indivisible et subsiste en entier sur les
immeubles affectés.

Les hypothèques conventionnelles

Peut être consentie soit par un acte authentique (notaire) soit par acte sous signatures
privées. (Pas l’obligation de passer par un notaire).

Hicham LAGHRIFI 7 Janvier – Février 2010


Financement bancaire de l’entreprise M. Med Rhalib

Toute hypothèque régulièrement mentionnée aux titres fonciers conserve son rang et sa
validité sans formalité nouvelle jusqu’à la mention régulière au même titre de l’acte
libératoire.

L'hypothèque garantit le montant du prêt accordé, majoré pour les intérêts et les frais
de 15% du principal de la somme prêtée.

3. Le nantissement du fond de commerce : Sont seuls susceptibles d'être compris


dans le nantissement les éléments énumérés à l’article 80 du code de commerce à
l'exclusion des marchandises.

Article 80 du CDC sauf les marchandises, elles ne sont pas nanties.

Article 80 : Le fonds de commerce comprend obligatoirement la clientèle et


l'achalandage. Il comprend aussi, tous autres biens nécessaires à l'exploitation du fonds
tels que le nom commercial, I'enseigne, le droit au bail, le mobilier commercial, les
marchandises, le matériel et l'outillage, les brevets d'invention, les licences, les marques
de fabrique, de commerce et de service, la dessins et modèles industriels et,
généralement, tous droits de propriété industrielle, littéraire ou artistique qui y sont
attachés.

Par défaut, Le nantissement ne comprend que le nom commercial, l’enseigne, le droit de


bail, la clientèle et l’achalandage. (Délai de 15 jours pour inscrire au RC)

L’extrait contient la date de l’acte, nom prénom, domicile, indications des succursales et
di siège des succursales qui peuvent être comprises dans le nantissement.

L’enregistrement donne une date certaine au document, la légalisation c’est pour prouver
que le signataire est en effet la bonne personne

Le privilège du nantissement s’établit par le seul fait de l’inscription dans un délai de 15


jours à compter de la date de l’acte constitutif. Cette date d’inscription détermine le rang
des créanciers gagistes.

La réalisation du gage : si on veut déplacer le fond de commerce, il faut


impérativement informer le créancier dans un délai de 15 jours avant l’intention de
déplacer, si c’est pas le cas, la créance devient exigible.

Si le siège est transféré de Casablanca à Rabat, il faut inscrire sur le tribunal de


commerce de Rabat ensuite notifier le déplacement du siège.

Hicham LAGHRIFI 8 Janvier – Février 2010


Financement bancaire de l’entreprise M. Med Rhalib

Déplacement du siège

Oui Non
15 jours Information Créance exigible

Déplacement dans Déplacement dans le


une autre ressort même ressort
30 jours pour
informer du
déplacement
Reporter l’inscription Mentionner le
primitive nouveau siège

Si le FDC est nanti au profit de la banque, et l’un de ces éléments c’est le droit au bail, en
cas de résiliation le propriétaire doit informer le créancier.

Pour ordonner la vente d’un FDC 8 jours après la sommation (l’obligation, le mettre en
demeure) de payer
Les formalités de l’inscription :

• Exemplaire du titre constitutif du nantissement s’il est sous seing privé ou une
expédition s’il est notarié.
• Deux bordereaux signés l’un deux peut être porté sur l’exemplaire ou sur
l’expédition (exemplaire donné par le notaire).

Ces bordereaux contiennent

o Nom, prénom, domicile du débiteur et du créancier, du propriétaire du FDC


si c’est un tiers et leur profession s’il y a lieu.
o Date et la nature du titre
o Le montant de la créance exprimée dans le titre
o Désignation du FDC et ses succursales avec l’indication des éléments qui
les constituent.
o L’élection du domicile par le créancier gagiste dans le ressort du tribunal où
se fait l’inscription.

L’omission dans les bordereaux n’entraînera nullité que si aura résulter un préjudice au
détriment du tiers.

L’inscription conserve le privilège pendant 5 ans à compter du jour de sa date, son effet
cesse s’il n’a pas été renouvelé avant l’expiration de ce délai et il est procédé à sa
radiation d’office par le secrétaire greffier.

Hicham LAGHRIFI 9 Janvier – Février 2010


Financement bancaire de l’entreprise M. Med Rhalib

Exercice :

Le nantissement couvre la créance + une année d’intérêts + les intérêts de l’année en


cours

Ordre
1. Créances super privilégiés Salariés
2. Frais de justice
3. Créances privilégiées Etat, CNSS …
4. Créances postérieurs au jugement
5. Créanciers hypothécaires et gagistes
6. Créanciers chirographaires

Soit la répartition suivante

Hicham LAGHRIFI 10 Janvier – Février 2010


Financement bancaire de l’entreprise M. Med Rhalib

IV. LA LOI BANCAIRE

Chapitre premier : Champ d'application

Article premier : Sont considérés comme établissements de crédit les personnes


morales qui exercent leur activité au Maroc, quels que soient le lieu de leur siège social,
la nationalité des apporteurs de leur capital social ou de leur dotation ou celle de leurs
dirigeants et qui effectuent, à titre de profession habituelle, une ou plusieurs des activités
suivantes :
• la réception de fonds du public ;
• les opérations de crédit ;
• la mise à la disposition de la clientèle de tous moyens de paiement ou leur
gestion.

Article 8 : Les établissements de crédit peuvent prendre des participations dans des
entreprises existantes ou en création, sous réserve du respect des limites fixées, par
rapport à leurs fonds propres et au capital social ou aux droits de votes de la société
émettrice, par circulaire du gouverneur de Bank Al-Maghrib, après avis du Comité des
établissements de crédit visé à l'article 19 ci-dessous.

Ces participations ne peuvent excéder

• 60% des fonds propres de l’établissement de crédit (toutes participations confondues)


• 15% du capital de la banque pour chacune (< 30% du capital)
• 30% du capital social ou des droits de vote de l’entreprise émettrice.

Ne sont pas soumises à la 2ème et 3ème tirets :

Banques offshore, société de bourse, société contrôlées par l’établissement de crédit,


entreprise d’assurances etc.

Si on a une entreprise en difficulté qu’on a financé, et on a des créances en souffrances,


on peut détenir plus que les limites 2 et 3, mais c’est limité dans le temps, 4 ans
maximum.

Les banques doivent avoir un capital minimum de 200 000 000 Dh (20 milliards de
centimes)

Les opération de crédit mobilier et crédit bail : capital de 50 000 000 Dh


Les opérations de cautionnement : capital de 40 000 000 Dh
Les opérations d’affacturages : 30 000 000 Dh
Les opérations de crédit à la consommation : 20 000 000 Dh
Les opérations de mise à disposition à la clientèle de moyen de paiement ou de gestion
10 000 000 Dh.

Hicham LAGHRIFI 11 Janvier – Février 2010