Vous êtes sur la page 1sur 6

PHONETIQUE ET PHONOLOGIE DU FRANCAIS

Définitions

1. Opposition fondamentale : Base articulatoire vs prosodie

Base articulatoire d’une langue : c’est l’ensemble des sons utilisés lors de l’utilisation d’une
langue.

Exemple : les voyelles, les consonnes et semi-consonnes du français.

Prosodie : c’est l’ensemble des procédures de modalisation sonore accompagnant l’émission


d’une séquence vocale et jouant sur la succession de plusieurs éléments.

Exemple : l’intonation et l’accentuation du français.

2. Eléments d’acoustique :

Tout phénomène sonore suppose un ébranlement initial localisé dans un milieu élastique (air)
où le son pourra se propager.
Un son est observé par nos sens quand se propage dans l’air un ébranlement périodique
possédant une certaine fréquence (Seuils d’audibilité des fréquences : 15 – 20 000 Hertz pour
l’oreille humaine).

3. Eléments d’anatomie :

L’air est indispensable à la production et à la propagation des sons. Les poumons jouent un
rôle de soufflerie qui propulse une colonne d’air ascendante dans la trachée artère. La colonne
d’air pulsée traverse le larynx qui est l’organe essentiel du dispositif.

A. Les résonateurs de la zone supra-glottique : On notera que certains résonateurs ont une
géométrie variable

DUGAND Patrick - CEFISEM Nancy - Metz 1999 1


DUGAND Patrick - CEFISEM Nancy - Metz 1999 2
B. Topographie de la bouche : (Voir schéma)

DUGAND Patrick - CEFISEM Nancy - Metz 1999 3


Phonétique

1. Les voyelles :

Elles correspondent à l’émission de tons dont le fondamental est fourni par des vibrations
glottales et qui sont renforcés par les différents résonateurs de la zone supra-glottique.

Elles sont susceptibles de varier en énergie et correspondent à une disposition articulatoire


ouverte.
Trois positions extrêmes (en écartant le résonateur nasal : la luette est levée) serviront à
définir les voyelles principales.
En schématisant, elles occupent les sommets d’un triangle qu’on appelle le « triangle
vocalique ».

[i] [u]

[a]

[ i ] : voyelle orale fermée antérieure rétractée.

[ a ] : voyelle orale ouverte

[ u ] : voyelle orale fermée postérieure arrondie.

Indications :

Voyelle orale : la luette est relevée (pas de résonance nasale).

Voyelle orale fermée : la langue est en position haute / voyelle orale ouverte : la langue est en
position basse.

Voyelle orale fermée antérieure : la langue est en position haute et s’est avancée dans la
bouche ( articulation apico-ante-palatale).
/
Voyelle orale fermée postérieure : la langue est en position haute et s’est reculée dans la
bouche ( articulation dorso-post-palatale).

L’indication antérieure / postérieure n’a pas de sens pour la voyelle ouverte étant donné que
la langue est au plancher et est alors centrée par rapport à la profondeur.

DUGAND Patrick - CEFISEM Nancy - Metz 1999 4


Voyelle orale antérieure rétractée : les lèvres sont plaquées sur les dents / voyelle orale
antérieure arrondie : les lèvres sont projetées en avant et forment un arrondi.
Le triangle vocalique constitue un moyen de repérage facile pour placer les voyelles. On
distinguera des niveaux d’ouverture (de 2 à plus de 5) et des niveaux de profondeur ( de 2 à
7 : 4 en Français).

2. Les consonnes :

Les consonnes correspondent à l’émission de bruits qui ont leur origine dans des obstructions
du chenal respiratoire.

Indications :

Consonne occlusive : Son produit par l’air qui rencontre un obstacle total (« paquet d’air
libéré ») / consonne constrictive : son produit par l’air qui rencontre un obstacle partiel :

sourde ou non voisée : pas de vibration glottale / sonore ou voisée : vibration glottale.

bilabiale, apico-dental, etc.… : positionnement des organes (on cite en premier l’organe
articulant « du plancher » puis en second le lieu de l’articulation).

Le consonantisme du français compte en fait 17 consonnes dont 9 occlusives ( [ p] [ t ]


[ k ] [ b ] [ d ] [ g ] [ m ] [ n ] [ η ] ), les consonnes restantes sont toutes des constrictives.

DUGAND Patrick - CEFISEM Nancy - Metz 1999 5


3. Les semi-consonnes :

Les semi-consonnes correspondent à des articulations qui ne peuvent pas être considérées
comme relevant du vocalisme ou du consonantisme.
Les sons correspondant ne permettent pas de donner de la voix et nécessitent l’appui sur une
voyelle pour être bien identifiés (comme les consonnes), mais la langue laisse le chenal
expiratoire largement ouvert (comme les voyelles).

On les appelle parfois semi-voyelles ou glides.


Le français compte 3 semi-consonnes :

[ j ] de lion : semi-consonne constrictive dorso-ante-palatale voisée arrondie.

[ w ] de Louis : semi-consonne constrictive dorso-vélaire voisée arrondie.

[ Ч ] de huit : semi-consonne constrictive dorso-post-palatale voisée arrondie

DUGAND Patrick - CEFISEM Nancy - Metz 1999 6