Vous êtes sur la page 1sur 4

139e ANNÉE.

Nouvelle série — édition de juillet 2020


édition spéciale

Fondateur
Rodolphe SALIS
Rédacteurs
Directeurs de publication
S. Lenhard/J. Arfeuillère Victor Maisonneuve,
(Aspirante rétraitée - Félix Le Saulnier,
Retraité mérité) Suzanne Guitton,
Maëlle Desbordes,
Lorick Le Saulnier,
En collaboration avec Emilie Dreux, Lilou
Le Grand Atelier, Musée d’art et Royer, Laura Gorget
d’industrie de Châtellerault
et toute la rédaction
& Julie Biesuz
de K’eskon attend

Avec la complicité des


gentilshommes
Romain Nouat,
Rodolphe Trouilleux
et Monsieur Binu

Je suis allé au musée


pas cru mes yeux, j’ai croisé une classe !!! Une classe
entière de gamins d’une dizaine d’années qui étaient, Une fois rentré chez moi, je me lançai dans la re-
évidemment, intenables… Sérieusement, pourquoi avec cherche d’un musée beaucoup moins strict. Durant
e es gens disent de moi que je suis misan-
toutes ces interdictions absurdes, les conservateurs mes recherches je tombai sur certains musées autant
thrope. Malgré le désintérêt et le mépris que j’apporte
n’ont pas pensé à les interdire eux ? Et puis, je ne sais honteux que révoltants. J’avoue que j’hésite même à
à leurs propos, j’avoue que je tenais à me défendre et
pas qui a eu l’idée d’amener des gosses au musée, en citer certains mais face au nombre de messages
quoi de mieux que ce journal pour exprimer le fond de
mais il va falloir que je lui trouve aussi une place dans haineux à mon égard, je suis contraint de devenir
ma pensée ?
mon classement. grossier. Durant mes recherches, j’ai donc découvert
Je nie tout ce que vous pourrez entendre à mon sujet
Encore plus ridicule que le faux connaisseur, il y a le musée du phallus, du préservatif, de la prostitution
: mes soit-disant crises de nerfs dans les parcs, mes
le «contemplateur.» À l’ouverture, il était là, devant ou celui des WC. Bien sûr, j’éliminai ces musées de
commentaires désagréables dans les théâtres et mes
une œuvre. Jusqu’à la fermeture, il n’a pas bougé. Si ma liste de visites. Je poursuivis mes recherches, non
colères dans les cinémas. Il est vrai que je me suis
si, je vous promets ! Le gardien me l’a confirmé. J’ai satisfait et dégoûté de mes premières trouvailles. Je
déjà emporté, mais toujours pour de bonnes raisons.
voulu comme toujours et comme certains l’omettent, découvris ensuite quelques musées sinistres comme
Les gens qui vous diront le contraire ne cherchent
chercher le positif et trouver une raison à ce compor- celui de la mort ou encore celui de la torture. Là
qu’à me nuire et leurs attaques n’ont guère d’intérêt.
tement ridicule… sans succès. La seule raison valable encore, je rayai ces destinations. Je fus encore plus
Où que j’aille, je suis contraint d’élever le ton seule-
aurait été qu’il soit un artiste mais ce n’était pas le désespéré quand je vis les musés de la vodka, de
ment pour faire régner l’ordre et la discipline. Je me
cas et ça ne l’aurait pas rendu plus sérieux à mes l’opium et celui du cannabis. J’en vis d’autres qui me
demande parfois si les gens ne le font pas exprès. Ne
yeux. Car les artistes ne sont pas mieux : ils occupent firent bailler juste à l’énoncé de leurs noms, comme le
croyez rien à mon sujet, à part ce qui est écrit sur ce
toute la place pour dessiner de piètres reproductions musée du collier à chien, celui des cheveux, des égouts
papier. Cela dit, je peux commencer.
d’œuvres qu’ils n’ont même pas imaginées. et surtout celui du papier peint. J’ôtai donc ces musés
Pour illustrer mon propos, et vous prouver ma bonne
aussi, de ma liste.
foi, hier j’étais au musée :
Après une heure à visiter le musée, il me sembla
normal de pouvoir boire un petit verre d’eau pour me Vous voyez, ce n’est pas moi qui suis fou, c’est le
Dès mon entrée dans une nouvelle pièce du musée,
rafraîchir. Alors, mon étonnement fut total quand un monde ! Vous n’allez pas me dire que vous ne trou-
j’identifie les visiteurs. Ainsi, ils sont classés (dans ma
gardien me montra un panneau « Interdiction de se vez pas toutes ces histoires ridicules ? Eh bien, ces
tête), par ordre décroissant d’exaspération. Celui qui
rafraîchir devant les œuvres ». De plus, il me donna histoires sont la réalité. Heureusement, j’ai su dans
est en tête de ce classement, c’est «l’intéressé». Ce spé-
un deuxième avertissement quand il me montra le cet édito m’exprimer calmement même s’il m’a fallu
cimen, ne peut pas s’empêcher de poser une question
panneau « Pour la sécurité de tous, marcher est stric- passer outre quelques sujets. La première fois que je
sur chacune des œuvres, il vous ralentira n’importe
tement interdit ». Cela expliquait la posture du gardien suis allé dans un musée d’art contemporain, je n’ose
quelle visite guidée.
qui m’avait accosté en rampant à terre. Je le suivis vous raconter le carnage… Et puis j’ai bien fait de ne
Pas très loin derrière, il y a le «guide». Lui, il ne cesse-
donc, avec mon incompréhension, en rampant au sol pas parler de l’art conceptuel ou encore des perfor-
ra de vous rabaisser avec sa “Culture”. Cet individu est
dans la pièce suivante. Je le questionnai sur la raison mances, on y serait encore dans trois pages...
assoiffé de pouvoir et veut régner en maître unique
de la mise en place de cette règle. Pour m’énerver Stéphane Joris Uism
sur le musée. Ensuite, il y a, ex-æquo, les «connais-
d’avantage, j’attendis longuement sa réponse jusqu’au (Maëlle Desbordes, Félix Le saulnier, Lorick Le saulnier
seurs» et «ceux qui se font passer pour». Ces deux-là
moment où je vis le panneau « Pour d’évidentes et Victor Maisonneuve).
vont de pair, ils occupent la troisième place depuis
raisons de sécurité, prière de ne pas dialoguer ». Les
longtemps, et je ne peux les départager. Lorsqu’un
faux connaisseur s’esclaffe : “C’est un Caravage  !”,
raisons étaient tellement évidentes que je n’arrivais
pas à les comprendre ! En conséquence, je sortis de
DISPARUE
un second répliquera “Pas du tout, c’est un  Rodin !”. Le 1er mars 2020
la salle et me rendis dans une salle «d’art très contem-
Cette éternelle bataille pour le podium me désespère. Elle se nomme Le Jardin du presbytère de Nuenen
porain». En traversant celle-ci, je ne manquai pas
Lorsque l’un invente un nouveau stratagème, l’autre le au printemps, âgée de 136 ans, de type peinture à
d’esquisser quelques sourires moqueurs. Mais, pour la
rattrape en faisant pire. Tiens, par exemple,  la der- l’huile, mesurant 25 sur 57 cm, de corpulence maigre,
énième fois, un gardien s’approcha et me donna mon
nière fois, c’est un vrai connaisseur qui a pris la tête fond gris ciel, contenant des arbres, une église et une
troisième avertissement en me montrant le panneau
de cette compétition en tentant de corriger un guide, femme. Aurait été enlevée au musée Singer Lare (Pays-
«Œuvre fragile, interdit de sourire ». Alors, après avoir
mais le faux connaisseur a réagi, avec une rapidité Bas), à l’étage des expositions. Elle portait un cadre en
fragilisé une dizaine d’œuvres et m’être pris un
incroyable, en effectuant sa propre visite guidée avec bois et un petit cartel blanc
dernier avertissement, le gardien fut contraint de me
un groupe de touristes allemands. Inventifs mais pa- Si vous localisez la toile ou découvrez une informa-
faire sortir du musée. Finalement, la seule règle qui
thétiques ! tion à son sujet, n’intervenez pas vous-même, contac-
n’est pas en vigueur, mais, qui pour moi, serait la plus
tez-nous au plus vite.
importante est : « Pour le confort des visiteurs, il est
Encore plus incroyable, en fin de matinée, je n’en ai Vandalisme Musée
strictement interdit d’interdire ».
Les très très brèves :
16 mars : Le maître d’école, d’Egbert
Van Heemskerck, envoie du travail aux
CM2

17 mars : À midi, Les raboteurs, La


laitière, les glaneuses et tant d’autres,
désertent leurs toiles et regagnent leurs
foyers.

19 mars : Le Prêteur et sa femme


passent en télétravail.

21 mars : La pénurie de masques fait


rage : Magritte l’avait compris avant
tout le monde et proposait déjà de
nombreuses idées pour y remédier.
Communique : 26 mars : Les tableaux La Cène, Le
le président du FLOA, Albert opprimant les œuvres d’art, non pas par des Déjeuner des canotiers et La liberté
Monjeau nous a contacté violences physiques mais plutôt en conditionnant guidant le peuple ont dû être agran-
pour passer un message à sa population à l’aspect bénéfique d’admirer des dis pour respecter les distances de
nos chers lecteurs du Chat prisonniers, en créant des musées à foison et en sécurité.
Noir. incrustant l’art de la séquestration dans notre
« Avant-propos : Dans cet article culture. Le pire est que la France fait partie des 03 avril : L’œuvre Le Baiser a reçu
je serais sûrement amené à citer des noms ou bourreaux les plus importants à l’échelle mon- une amende pour incitation au
des lieux, si vous les fréquentez, j’ose espérer diale, reconnue dans le monde entier comme non-respect des « gestes-barrière ». Il
que vous ignorez la vérité sur les affreuses ma- pays de « culture » et de « liberté ». Mais, aucun paraît qu’ils refusaient de porter un
nigances qui s’y déroulent. Je vais certainement de ces deux adjectifs n’est vrai, encore une fois masque et de garder leurs distances.
révéler des choses horribles et je comprendrais je le dis, sous ses aspects bienveillants, le mot
que cela vous choque, je vous demande pour « culture » signifie plutôt « emprisonnement » et 15 avril : Le Voyageur contemplant une
toute réclamation de vous retourner contre la je doute que les mots « emprisonnement et liber- mer de nuages tente, désespérément,
rédaction du Chat Noir et non contre moi. » té » aillent de pair. depuis début mars de rentrer à Ham-
En France, en 2020, nous enfermons des êtres Quand vous rentrerez chez vous, ou vous choi- bourg. Malheureusement les frontières
dans des pièces exiguës, exposés toute la jour- sirez de fuir cette société ou vous continuerez restent à ce jour encore fermées...
née au regard des autres et la nuit enfermés à y vivre mais sachez qu’elle n’est pas juste. Et
dans des lieux sombres et déserts. Trimbalées quand vous retournerez dans d’horribles mu- 27 avril : Les personnages du
contre leur gré, de cage en cage, pendues au sées, vous découvrirez la détresse des pen- Déjeuner sur l'herbe sont activement
mur, les œuvres sont condamnées à rester im- sionnaires, vous remarquerez l’amertume des recherchés. Ils pique-niquaient au bord
mobiles. Sachez que les musées sont de réelles visages figés dans la pierre et la solitude de ceux de l’eau sans attestation. À l’arrivée
salles de torture légales, répandues et culturelles. qui sont peints, vous découvrirez la froideur des des agents, ils auraient pris la fuite
Mais qu’est-ce que la culture quand il s’agit paysages qui vous semblaient avant si gais. C’est en criant « ACAB ».
d’exposer ainsi des pauvres êtres sans défense à alors que vous réaliserez qu’observer la tris-
des regards indiscrets ? Qu’est-ce que la culture tesse, le malheur, la terreur, la solitude n’a rien 04 mai : Un couple de baleines aurait
quand il s’agit de soumettre toute une popula- de plaisant, ni de bénéfique. Les personnels des été aperçu dans La Grande Vague
tion seulement pour le plaisir de quelques privi- musées se font de l’argent sur le malheur des de Kanagawa. L’espèce en question
légiés ? Qu’est-ce que la culture quand il s’agit autres et le gouvernement les subventionne dans n’avait pas été vue sur les côtes du
de violer votre vie privée et de vous condamner cette immonde tâche. Vous pouvez ignorer cette Pacifique depuis 70 ans.
à une éternelle frustration, à une immense menace mais si un jour les œuvres se rebellent,
solitude et à un ennui constant ? On se révolte comme certaines l’ont déjà fait, il sera trop tard 11 mai : L’entreprise Campbell's
contre l’utilisation de nos informations privées pour changer de camp. Vous avez le pouvoir Soup Cans d’Andy Warhol a pu rega-
par Facebook, Google ou encore Amazon et d’agir avec le FLOA, alors il n’y a plus le temps gner sa place au musée. Elle avait dû
pourtant on inflige les mêmes sentences à des de réfléchir ! » la quitter précipitamment pour par-
pauvres tableaux sans défense. On se bat contre ticiper à l’effort collectif et produire
la torture et on reproduit ce même schéma sur Entretien réalisé et retranscrit par Victor
massivement des boîtes de conserve.
des camarades qui doivent rester de marbre. Maisonneuve
Sachez qu’en vous rendant au musée, vous 25 mai : Le Désespéré ainsi que le
cautionnez un cruel système d’exploitation où Jeu portrait du docteur Gachet sont tom-
les historiens et surtout les conservateurs sont Saurez-vous retrouver bés en sévère dépression, suite à la
les tortionnaires. C’est pour cela que vous devez les chats solitude du confinement.
agir et nous aider, nous, le Front de Libération noirs de
des Œuvres d’Art !!! Car vous ne pouvez plus Monsieur 02 juin : La Terrasse du café le soir et
fermer les yeux devant la cruauté de notre Menier, le Le Bal du moulin de la Galette viennent
société. Quand un artiste dessine une œuvre, couvreur de rouvrir leurs portes après plus de
est-elle condamnée à subir l’intrusion constante qui appose 2 mois de confinement. Un succès
et presque systématique dans sa vie privée ? les petits phénoménal !!!
Et quand bien même le souhait d’exposer sa chats en
création est désiré par l’auteur, l’œuvre concer- zinc sur les V.Maisonneuve
née donne-t-elle son avis ? Depuis quand avons- toits de Châ-
nous pris les libertés d’imposer notre mode tellerault ?
de pensée par la force ? Car oui, j’ose le dire :
l’humanité a imposé son mode de pensée en
Un photographe dans
le monde de l art.
Daniel Clauzier, à Poi- fait une originalité de ses photos confrontant
tiers et à Châtellerault, est les œuvres et les visiteurs des musées. « Je fais
connu pour ses photos, souvent des photographies dans les musées, vu
ses compétences d'histo- que cela fait aussi partie du monde de mon autre
rien d'art, sa manière de emploi de guide. C'est un univers qui m'est fa-
« conduire au musée ». milier et que j'aime bien », explique-t-il . Parfois, il "...et de l'impératrice Joséphine",
Photographe de Musée ? capte une ressemblance entre le visteur et le sujet Daniel Clauzier photo et tirage numériques, 2012
Pourquoi pas ! Il est connu et on pourrait croire que c'est prévu mais ce
pour avoir cherché à en capturer les se- n'est bien sûr qu’un pur hasard. Pour cette série,
crets, notamment dans les rapports entre les Les Guides au Louvre, il est resté très longtemps
œuvres et le public... Et les guides ! Rencontre dans les salles du musée, attendant qu’un groupe
d'un artiste qui sait jouer avec les œuvres et passe. «Quand ils étaient devant un grand tableau
qui connaît bien les musées. où il y avait une interaction comique entre les
figures peintes et les objets (parfois un peu ridi-
Il travaille notamment à l’école d’Arts plastiques cules) que les guides utilisent pour ne pas perdre
de Châtellerault. Son passeport vers l'art ? Il n’a les groupes, je mitraillais, » raconte-t-il. « L'avan-
pas fait les Beaux Arts parce qu’il a choisi une tage, au Louvre, c'est que tellement de gens font
formation en histoire, ce qui se ressent dans ses des photos que personne ne remarque rien
photos. Il s’est spécialisé en photographie contem- d'anormal. Après je recadre aussi beaucoup. » 
poraine. Il pratique plus sérieusement la photo Il ne fait plus tellement de photos comme ça,
depuis 2000, mais il réalisait déjà quelques séries sachant qu’il a plusieurs « styles » différents dans
de photos quand il avait une dizaine d’années. ses clichés. Ce genre d’image lui vient de l’intérêt
Daniel Clauzier a toujours voulu avoir un travail qu’il porte au cadrage : « Ce qui compte, c'est ce
en lien avec l’art, mais il a toujours hésité entre qui est visible par rapport à ce qui est coupé du
l’histoire des œuvres réalisés par d’autres et en cadre, et l’interaction des éléments réels avec le
faire lui-même. Finalement, il a décidé de ne pas monde des images. » Et on peut reconnaître que
choisir et d’exercer un double métier. Dans son rien ne vaut le musée pour confronter l’œuvre et
métier de photographe, énormément d’artistes le réel.
l’ont inspiré, mais il a été beaucoup marqué par
le photographe italien Luigi Ghirri. Emilie Dreux, Lilou Royer
Daniel Clauzier, en tant que photographe, s'est
"...guidant le peuple",
Daniel Clauzier photo et tirage numériques, 2012
Musée, des règles avant tout !
« Il manque les faux défauts »
Parce qu'il ne faut pas faire
À la fin de l’interminable partie historique, j’ar-
n'importe quoi avec l'art ! rive enfin face à un ascenseur où un robot groom
m’ouvre la porte et me fait monter. J’arrive à l’étage
Dans certains musées, les règles imposées aux
des créations où je me mets à chercher le faux
visiteurs sont nombreuses. Sont-elles respec-
tées ? Sont-elles utiles ? Pas sûr. On a même Rembrandt, mais en vain. Je commence donc le
l'impression parfois qu'elles sont absurdes. parcours. Au bout d’un couloir je découvre une salle
Imaginons-en de nouvelles pour aller au bout de circulaire avec une trentaine de musiciens. Dès mon
cette manie des règlements qui ne s'arrangera entrée le chef, d’un geste mécanique, fait jouer le
pas avec la période de déconfinement. . Peut-être petit orchestre. À la fin du morceaux j’applaudis à
que finalement le visiteur trouverait ça amusant. contre cœur, les gestes brusques des violonistes et
Ou peut-être pas. Découvrons ce que pourrait
les doigts mécaniques des flûtistes ne m’ont pas
être la visite d'un touriste, suivie de près par le
dupé du tout. Malgré leurs apparences humaines,
gardien du musée.
mon oreille a reconnu les robots musiciens. Une voix
Le visiteur : (entre dans la salle et sourit face à une
dans un haut-parleur m’annonce : “Vous venez d’en-
œuvre) « Quelle jolie œuvre dis donc ! »
tendre la 10ème symphonie de Beethoven”.  Pourtant
Gardien : (reprend le visiteur) « Monsieur, s'il vous le maestro allemand n’y est pour rien, c’est une I.A
plaît, il est interdit de sourire face aux œuvres. »
qui a fini la fameuse œuvre inachevée.  Soudain
Visiteur : (reste sans voix) « Com...,comment ? J'ai
Un musée de l’Intelligence au détour d’un couloir je découvre le tableau tant
pas compris excusez moi. » Artificielle : Le « faux » enfin convoité, je m’avance vers lui et je l’admire dans toute
Gardien : « Écoutez, vous n'avez pas le droit, pour le sa splendeur. J’observe la finesse du trait, la réalité
bien de nos œuvres, de sourire. » « plus vrai » ? des ombres, la qualité du visage et la perfection des
Visiteur : « Je ne comprends pas les raisons mais couleurs. J’apprécie les choix méticuleux des re-
l y a quelque temps, alors que j’étais tran-
bon je ne sourirai plus dans ce cas. » flets, des vêtements du personnage, du fond. Après
quillement installé dans mon fauteuil à lire
Le visiteur  prend une photo. quelques minutes d’observation, je ressens une sorte
un magazine d’art, je découvris un magni-
d’ennui. Le fait de voir une œuvre parfaite ne m’a pas
Gardien : « Monsieur, s'il vous plaît, il est interdit de fique Rembrandt qui m’était encore inconnu.
prendre une photo sous cet angle. Les photos doivent vraiment satisfait, je m’attendais à un grand boule-
Curieux, je me lançais dans la lecture de cet ar-
toutes être prises de face. » versement et je suis resté sur ma faim. D’habitude
ticle. Quelle fut ma stupeur quand je découvris
Le visiteur hausse les épaules et souffle. Il continue la quand je vois une toile humaine, je ne peux m’empê-
que le tableau en question, n’avait pas été peint
visite. Mais encore une fois, le gardien le reprend. cher de signaler les imperfections, mais en voyant le
par le célèbre peintre baroque, mais par une
tableau, j’ai été pris d’un ennui total et d’une extrême
Gardien : « Bon monsieur écoutez, vous commencez intelligence artificielle ! En cherchant plus d’in-
à enfreindre trop de règles, vous mettez les œuvres lassitude. La suite de la visite ne me séduit guère
formations sur cette étrange toile, je fus surpris
en danger. Je vais devoir vous faire sortir si vous plus. Une voix robotique des hauts parleurs propose
d’apprendre qu’un musée de l’I.A. (intelligence ar-
continuez... » pour chaque exposition de défier l’I.A. simplement
tificielle) venait d’ouvrir ses portes à Vienne en
Visiteur : « Dites moi ce que j'ai fait, parce que vrai- pour nous montrer sa supériorité. Entre les basket-
Autriche. N’ayant plus foi en l’humanité, je pris
ment je ne comprends pas où est le mal. » teurs, les joueurs d’échecs ou de Go imbattables et les
immédiatement le premier vol pour découvrir,
Gardien : « Malheureusement pour vous, vous n'avez sculpteurs, les peintres, les musiciens ou les écrivains
avec espoir, les créations de nos congénères.
pas pris le bon sens de visite. » sans sentiments, je ne sais lesquels sont les plus
Compte rendu d’une visite surprenante.
désagréables. J’étais venu ici dans l’espoir que les in-
Visiteur : « Désolé de vous contre-dire mais les
Quand je rentre dans le musée, un robot humanoïde, telligences artificielles me redonnent goût à l’art, que
flèches sont par ici ! » (il montre avec son doigt la di-
rection qu'indiquent les flèches.) « J'ai donc bien pris donc désagréable (les créateurs poussent le vice les humains offensent depuis quelques générations,
le sens de la visite. » jusqu’au bout), me donne un plan de visite. Le mu- mais finalement les I.A. ne sont que des créations de
sée est sur deux étages : une partie historique sur l’Homme. Elles sont à leur image !
Gardien : « Le sens de la visite est inversé , il faut
justement faire tout le contraire. » la création des I.A., et une autre sur les créations et
Stéphane Joris Uism
capacités actuelles de celles-ci.
Visiteur : ( il commence à s’énerver après le gardien
(Félix Le Saulnier et Victor Maisonneuve)
) « Mais qu'est-ce que vous me racontez là, c'est com- Une fois mon ticket acheté, je peux commencer ma

Des gardiens « au poil » !


plètement idiot enfin ! » visite. Le parcours est balisé et il est impossible de
Gardien : « Non a ça toujours été comme ça, il faut louper quoi que ce soit ou de partir à contre sens. Je
lire les panneaux monsieur ! » suis bien évidemment venu ici pour voir les créations
Visiteur : « Mais de quels panneaux vous parlez ? » des I.A. mais je vais d’abord devoir subir la visite de
toute la partie Historique… Les premières salles résu- igurez-vous que au musée de
Le gardien montre les panneaux au visiteur.
ment l’histoire de la technologie depuis la découverte Saint-Pétersbourg, les gardiens, ce
Visiteur : (lis attentivement toutes les règles) : « ne
de l’électricité à aujourd’hui. Et il en fallut du temps sont des chats. En effet, depuis plu-
pas draguer les œuvres, ne pas déshabiller les sta-
tues, ne pas pique-niquer sous les tableaux, ne pas à ces pseudos génies pour inventer tout ça ! Parmi sieurs années, on a chargé les plus
respecter le sens de la visite, mettre le flash pour toutes leurs inventions ridicules, la plus perverse et « mignons des animaux » de surveiller et de le proté-
prendre des photos, s'asseoir sur les barrières de capitaliste est de loin l’obsolescence programmée. ger des personnes indésirables. Pourquoi Le Grand
sécurité, prendre les tableaux pour une table, s'appro- Des inventeurs, des financiers et des industriels ont Atelier de Châtellerault ne s’inspirerait-il pas de ce
cher le plus possible des œuvres, prière de ne pas eu l’idée de réduire volontairement la durée de vie
parler,... » bel exemple ? On est quand même dans la ville de
d’un objet pour pouvoir assurer sa consommation ré-
Rodolphe Salis, le père du Chat Noir. Et dans une ville
Gardien : « Vous voyez, vous n'avez absolument rien gulière ! Par exemple, en 1974, un simple paysan a fait
respecté monsieur. Je vous prie de vous diriger vers où certains ont déjà eu une idée un peu similaire : à
fortune en proposant un brevet de cocotte-minute
la sortie pour le bien du musée. » Châtellerault, en effet, grâce à un couvreur zingueur
jetable… Il y a aussi les inventions absolument inu-
Visiteur : ( ne comprend pas et reste choqué) : « Mais qui a de la culture, nous avons un peu la même
tiles qui demandent une technologie incroyable : des
c'est n'importe quoi vos règles, elles sont complète- chercheurs du laboratoire de l’université de Tokyo ont chose, des chats métalliques sur le toit des maisons
ment absurdes ! Ne vous inquiétez pas pour moi, je qu’il couvre, en hommage au « Chat Noir » et pour
réalisé grâce à des caméras haute vitesse, un logiciel
comptais partir de toute façon. » veiller au bon sommeil des habitants. Ils sont peut-être
de reconnaissance d’intention et une main robot plus
Gardien : « C'est le règlement du musée. Au revoir rapide que l’humain…un robot imbattable au Pierre- moins efficaces mais il n’ont pas besoin d’êtres nour-
monsieur, bonne fin de journée. » ris. Puisqu’à Saint-Pétersbourg, nourrir les 70 chats
Feuille-Ciseau ! Tant d’efforts et de génie gâchés ne
Visiteur : « Ouais, ouais c'est ça comme si j'allais me surprennent même plus. La suite de la partie gardiens de musée, ça coûte quand même un certain
vous croire. Au revoir. J'espère que j'ai encore le
historique explique les étapes de l’invention des I.A... prix et ça prend un certain temps.
droit de parler. Non parce que je ne sais plus mainte-
Malheureusement, étant dérangé par tous les éloges Le Saulnier Lorick
nant !. »
Laura Gorget faits aux créateurs, je me suis bouché les oreilles !