Vous êtes sur la page 1sur 76

GUIDE DES NORMES COMPTABLES POUR

LES ENTREPRISES À CAPITAL FERMÉ

CHAPITRE 45
INSTRUMENTS FINANCIERS
DÉNI DE RESPONSABILITÉ
La présente publication a été préparée par les Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada). Il n’a été approuvé par
aucun conseil ou comité de CPA Canada ni par aucune instance provinciale.
CPA Canada et les auteurs déclinent toute responsabilité pouvant découler directement ou indirectement de l’utilisation ou de l’appli-
cation de cette publication ou de tout appui sur celle-ci.
Pour obtenir des renseignements concernant l’obtention de l’autorisation de reproduire, de stocker ou de transmettre cette publication,
veuillez écrire à guidetoASPE@cpacanada.ca
Instruments financiers

TABLE DES MATIÈRES


Paragraphe
Introduction
Objet et champ d’application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
Aperçu du chapitre 3856 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2-7
Qu’est-ce qu’un instrument financier? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
Contrepartie conditionnelle dans un regroupement d’entreprises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6-7
Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
Comptabilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9-12
Exemple – Comptabilisation à la date de transaction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
Exemple – Comptabilisation à la date de règlement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11-12
Classement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13-33
Passif ou capitaux propres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16-26
Actions privilégiées émises à titre de mesure de planification fiscale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27-30
Exemples – Passif ou capitaux propres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
Instruments financiers composés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32-33
Évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34-91
Évaluation initiale – Opérations conclues dans des conditions normales de concurrence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
Commissions et coûts de transaction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
Exemple – Placement dans des instruments de capitaux propres évalués au coût . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
Emprunts à vue. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37-38
Exemples – Comptabilisation d’un emprunt à vue et d’un crédit renouvelable
– commissions sur prêts et coûts. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
Emprunts à des taux autres que les taux pratiqués sur le marché . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
Exemple – Emprunt lié à un achat d’actif portant intérêt à un taux qui diffère
de ceux pratiqués sur le marché . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
Passifs financiers indexés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
Passifs financiers convertibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43-46
Exemple – L’évaluation initiale d’un passif convertible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
Opérations entre apparentés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
Exemple – Prêt ne portant pas intérêt consenti à un gestionnaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
Évaluation ultérieure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51-59
Coût/coût après amortissement ou juste valeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
Coût/coût après amortissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52-54
Exemple – Placement dans des instruments de capitaux propres évalués au coût . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
Exemple – Placement dans des certificats de placement garanti (CPG) évalués
au coût après amortissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
Amortissement de la prime ou de l’escompte à l’achat initial, des commissions et des coûts de transaction . . . 55-59
Exemple – Placement dans des bons du Trésor du Gouvernement du Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
Exemple – Prêt portant intérêt à un taux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
Exemple – Prêt sans intérêt consenti à un gestionnaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
Dépréciation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60-83
Arbre de décision – Processus d’évaluation de la dépréciation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
Exemple – Test de dépréciation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
Exemple – Indications de dépréciation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
Évaluation de la moins-value . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71-74
Exemple – Valeur actualisée des flux de trésorerie futurs d’un prêt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
Exemple – Estimation des flux de trésorerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
Dépréciation de groupes d’actifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
Reprises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81-82
Exemple – Reprise d’une moins-value . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
Juste valeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84-89
Exemple – Sources de juste valeur par instrument . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
Exemple – Calcul de la variation de la juste valeur d’un contrat à terme de gré à gré . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
1 © Comptables Professionnels Agréés du Canada
Instruments financiers

Exemple – Calcul de la variation de la juste valeur d’un swap de taux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88


Passifs financiers indexés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89-91
Exemple – Passif financier indexé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
Présentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92-102
Compensation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92-95
Droit juridiquement exécutoire d’opérer compensation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96-97
Intention de procéder à un règlement net . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
Intérêts, dividendes, pertes et gains . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99-102
Décomptabilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103-140
Actifs financiers – Opérations de titrisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104-112
Illustration – Opération typique de titrisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
Évaluation des droits détenus après une cession de créances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113-114
Exemple – Enregistrement des cessions avec un produit en argent,
des instruments dérivés et d’autres passifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
Exemple – Enregistrement de cessions de droits partiels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
Actifs et passifs de gestion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115-121
Exemple – Enregistrement d’un passif de gestion dans le cadre d’une cession de créances . . . . . . . . . . . . 118
Exemple – Vente de créances avec conservation de la gestion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
Exemple – Enregistrement de cessions de droits partiels avec un produit en argent,
des instruments dérivés, d’autres passifs et la gestion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
Juste valeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
Exemple – Enregistrement de cessions lorsqu’il n’est pas possible en pratique d’estimer une juste valeur 122
Créances de location dans des contrats de location-vente ou de location-financement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
Exemple – Enregistrement de cessions de créances de location avec valeurs résiduelles . . . . . . . . . . . . . . 123
Passifs financiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124-140
Extinction de passifs financiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124-133
Exemples – Placeur agissant à titre de mandataire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
Modifications apportées aux ententes relatives aux lignes de crédit et au crédit renouvelable . . . . . . . . . . . . . . 134-135
Exemple – Détermination de l’excédent de la capacité d’emprunt de la nouvelle entente sur la capacité
d’emprunt de l’entente précédente, et répercussions comptables connexes des frais et des coûts . . . . . . 135
Extinction de passifs financiers au moyen d’instruments de capitaux propres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136-138
Passifs convertibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139-140
Exemple – Comptabilisation de l’extinction d’un instrument financier composé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
Comptabilité de couverture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141-179
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141-149
Élément couvert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150-152
Élément de couverture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
Comptabilisation de la couverture d’opérations futures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154-159
Couverture de marchandises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160-161
Exemple – Couverture de l’achat futur d’une marchandise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
Couverture de change . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162-166
Exemple – Couverture en monnaie étrangère d’un achat futur de marchandises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
Exemples – Couverture d’une opération future libellée en monnaie étrangère. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
Comptabilisation d’une couverture admissible d’un actif ou d’un passif portant intérêt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
Couverture du risque de taux d’intérêt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168-169
Exemple – Swap de taux d’intérêt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169
Swap de devises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170-171
Exemple – Swap de devises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
Couverture de l’investissement net dans un établissement étranger autonome . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
Application de la comptabilité de couverture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170-177
Exemple – Effet de la comptabilité de couverture sur l’achat d’une machine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174
Exemples – Effet de la comptabilité de couverture sur la couverture de l’opération future en monnaie . . . 175
Exemples supplémentaires – Couverture d’une opération future libellée en monnaie étrangère . . . . . . . . . 176
Exemple – Couverture du risque de taux d’intérêt à l’aide d’un swap de taux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
2
Instruments financiers

Cessation de l’application de la comptabilité de couverture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178-179


Informations à fournir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180-207
Actifs financiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182-183
Créances et effets à recevoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184-185
Cessions de créances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186-187
Dépréciation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188-190
Passifs financiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191-196
Dérivés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197-198
Comptabilité de couverture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199-201
Éléments du résultat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202
Risques et incertitudes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203-207
Annexe

3 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

INTRODUCTION
La présente publication a été préparée en réponse aux demandes d’indications reçues relativement à l’application du chapitre 3856,
«Instruments financiers», de la Partie II du Manuel de CPA Canada – Comptabilité, Normes comptables pour les entreprises à capital
fermé.
CPA Canada tient à exprimer sa reconnaissance à Jo-Ann Lempert, CPA, CA, auteure principale de la publication, et Jane Bowen,
CPA, CA, ainsi qu’à Kate Ward, CPA, CA, réviseure technique.
Les indications et les exemples fournis ne font pas autorité. Toutes les décisions relatives à l’application d’une norme comptable
nécessitent une compréhension approfondie des faits et des circonstances de chaque opération et l’exercice du jugement professionnel.
Les indications figurant dans cette publication sont à Octobre 2015. Il faudra recourir au jugement si les pratiques évoluent ou si le
chapitre 3856 est mis à jour.

Gordon Beal, CPA, CA, M.Éd.


Vice-président, Recherche, orientation et soutien

4
Instruments financiers

OBJET ET CHAMP D’APPLICATION


1. Le chapitre 3856, INSTRUMENTS FINANCIERS, est une norme exhaustive qui s’applique à tous les instruments financiers et énonce
de nombreuses exigences et indications, comme le montre le paragraphe ci-dessous :
Paragraphe 3856.01 Le présent chapitre définit des normes ayant trait :
a) à la comptabilisation et à l’évaluation des actifs financiers, des passifs financiers et de certains contrats d’achat ou de
vente d’actifs non financiers;
b) au classement des instruments financiers, par leur émetteur, dans les passifs et dans les capitaux propres;
c) au classement des intérêts, des dividendes, des pertes et des gains correspondants;
d) aux circonstances dans lesquelles il y a compensation entre des actifs financiers et des passifs financiers;
e) aux conditions et aux modalités d’application de la comptabilité de couverture;
f) aux informations à fournir sur les actifs financiers et les passifs financiers.

APERÇU DU CHAPITRE 3856


2. Les principes directeurs sous-jacents au chapitre 3856 sont les suivants :
a) les instruments financiers représentent des droits ou obligations qui répondent aux définitions des actifs ou des passifs et
doivent être présentés dans les états financiers;
b) la juste valeur représente la mesure la plus pertinente dans le cas des instruments financiers et la seule mesure pertinente
dans le cas des instruments financiers dérivés;
c) seuls les éléments qui sont des actifs ou des passifs doivent être présentés à titre d’actifs ou de passifs dans les états
financiers;
d) les règles spéciales de comptabilisation des éléments désignés comme étant couverts ne valent que pour les éléments qui
répondent aux conditions d’application de la comptabilité de couverture.
3. Aux fins de l’application de ces principes, le chapitre 3856 fournit des indications sur le traitement comptable des instruments
financiers et répond aux questions suivantes :
a) Qu’est-ce qu’un instrument financier?
i) Le chapitre 3856 énumère plusieurs exemples courants d’instruments financiers. Il décrit également des instruments
qui ressemblent à des instruments financiers, ou qui pourraient en être, mais qui sont exclus de son champ d’applica-
tion (paragraphe 5 du présent chapitre).
b) À quel moment un instrument financier doit-il être comptabilisé dans les états financiers?
i) Le chapitre 3856 exige qu’une entité comptabilise un instrument financier lorsqu’elle devient partie à un contrat qui
fait intervenir des instruments financiers, c.-à-d. immédiatement (paragraphe 10 du présent chapitre).
c) Comment doit-on évaluer un instrument financier lors de sa comptabilisation initiale et ultérieurement?
i) Le chapitre 3856 exige qu’un instrument financier soit initialement évalué à sa juste valeur, ajustée pour tenir compte
de tous les coûts de transaction et commissions connexes lorsqu’il sera évalué ultérieurement au coût ou au coût après
amortissement (paragraphe 34 du présent chapitre).
ii) Aux fins de l’évaluation ultérieure, le chapitre 3856 exige que les instruments financiers soient classés dans l’une ou
l’autre des catégories suivantes :
• à la juste valeur;
• au coût ou au coût après amortissement.
(paragraphe 51 du présent chapitre)
Le classement repose principalement sur les caractéristiques de l’instrument, mais l’entité peut choisir de classer un
instrument dans la catégorie des instruments financiers évalués à la juste valeur lors de sa comptabilisation initiale.
iii) Tous les actifs financiers classés dans la catégorie des instruments financiers évalués au coût ou au coût après amortis-
sement doivent être soumis à un test de dépréciation à la fin de chaque période (paragraphe 60 du présent chapitre).
d) Comment un instrument financier doit-il être présenté?
i) Le chapitre 3856 fournit des indications sur le classement d’un instrument financier, ou des éléments d’un instrument
financier, dans le passif ou les capitaux propres selon la substance du contrat (paragraphe 14 du présent chapitre).

5 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

ii) L’élément de capitaux propres d’un passif financier convertible en titres de capitaux propres doit être comptabilisé
séparément. Cependant, le chapitre 3856 permet un choix de méthode comptable de sorte qu’il est possible d’évaluer
à zéro cet élément de capitaux propres. Si cette option d’évaluation n’est pas choisie, l’élément de capitaux propres
peut être évalué selon une méthode rationnelle, notamment la méthode du montant résiduel et la méthode de la juste
valeur relative (paragraphe 32 du présent chapitre).
iii) Le chapitre 3856 exige que des actions privilégiées émises à titre de mesure de planification fiscale dans le cadre des
dispositions spécifiées de la Loi de l’impôt sur le revenu (Canada) soient présentées à la valeur nominale, sinon à la
valeur attribuée ou déclarée, dans un poste distinct sous la rubrique des capitaux propres du bilan; il faut indiquer
qu’elles sont rachetables au gré du porteur (paragraphe 27 du présent chapitre).
iv) Un actif financier et un passif financier peuvent être compensés seulement si les deux critères suivants sont réunis :
— l’entité a un droit juridiquement exécutoire d’opérer compensation entre les deux éléments;
— l’entité a l’intention soit de procéder à un règlement net, soit de réaliser l’actif et de régler le passif simultanément
(paragraphe 92 du présent chapitre).
e) À quel moment un instrument financier est-il décomptabilisé?
i) Dans le cas de créances cédées, seulement lorsque le contrôle en a été abandonné (paragraphe 104 du présent chapitre).
ii) Dans le cas d’un passif financier, lorsqu’il est éteint (paragraphe 124 du présent chapitre).
f) Quand et comment la comptabilité de couverture peut-elle être appliquée?
i) La comptabilité de couverture est facultative.
ii) La couverture n’est permise que dans des cas particuliers.
iii) La comptabilité de couverture n’est permise que si l’entité a l’assurance raisonnable que les conditions essentielles de
l’élément de couverture et de l’élément couvert sont les mêmes.
iv) Les informations particulières au sujet de la relation de couverture doivent être documentées.
v) Lorsque les conditions d’application de la comptabilité de couverture sont remplies, la comptabilisation de l’élément
de couverture est modifiée.
vi) L’entité ne saurait cesser à sa guise d’appliquer la comptabilité de couverture, mais elle doit le faire si les conditions
essentielles de l’élément de couverture cessent de correspondre à celles de l’élément couvert (paragraphe 141 du pré-
sent chapitre).
g) Quelles informations doivent être fournies au sujet des instruments financiers?
i) En règle générale, l’entité doit fournir des informations permettant aux utilisateurs d’évaluer l’importance des ins-
truments financiers au regard de sa situation financière et de sa performance financière (paragraphe 180 du présent
chapitre).

6
Instruments financiers

4. Le diagramme qui suit illustre l’application du chapitre 3856 aux opérations faisant intervenir des instruments financiers :
Application générale du chapitre 3856, INSTRUMENTS FINANCIERS
L’entité est-elle devenue partie aux dispositions Pas Aller au paragraphe 6 du présent chapitre
contractuelles d’un instrument financier? certain

Oui
L’instrument financier est-il exclu du champ Oui D’autres normes peuvent s’appliquer
d’application du chapitre 3856, selon ce qui est
énoncé au paragraphe 3856.03?

Non
L’opération a-t-elle été conclue avec un apparenté? Oui La relation existe-t-elle seulement du Non L’opération est évaluée en conformité
fait qu’une partie est membre de la avec le chapitre 3840, OPÉRATIONS
direction (paragraphe 3856.09)? ENTRE APPARENTÉS

Non Oui

L’instrument sera-t-il évalué à la juste valeur ou au coût après amortissement après sa comptabilisation initiale?

Juste valeur Coût ou coût après amortissement


• Placements dans des titres de capitaux propres cotés • Placements dans des titres de capitaux propres non cotés
• Dérivés autres que ceux qui sont liés à une autre entreprise à capital • Dérivés qui ne sont pas évalués à la juste valeur
fermé et ceux qui sont des éléments constitutifs d’une relation de cou- • Tous les autres actifs financiers et passifs financiers qui ne sont pas
verture admissible évalués à la juste valeur
• Autres instruments financiers, si l’évaluation à la juste valeur est choisie
lors de la comptabilisation initiale (ce choix est irrévocable)

Évaluation initiale
Évaluer initialement à la juste valeur Évaluer initialement à la juste valeur, majorée ou minorée des coûts de
Passer en charges les coûts de transaction dans la période au cours de transaction et des commissions, le cas échéant
laquelle ils sont engagés

Évaluation ultérieure

Juste valeur

Actifs financiers et passifs financiers autres que les Instruments de couverture Passifs financiers indexés
instruments de couverture ou les passifs indexés

Amortir toute prime, tout escompte, toute Les dérivés qui sont des éléments de À chaque date de clôture, évaluer
commission et tous coûts de transaction, le cas couverture sont comptabilisés à la l’instrument au plus élevé des montants
échéant, en résultat net sur la durée de vie prévue de première des dates suivantes : suivants :
l’instrument • la date à laquelle un paiement est • le coût après amortissement de la
reçu ou effectué; dette;
• la date à laquelle l’instrument cou- • le montant qui serait à payer si
vert est comptabilisé (c.-à-d. que la formule d’indexation avait été
l’encaissement ou le paiement au appliquée à la date de clôture
titre de l’instrument de couverture L’ajustement au titre des variations
est comptabilisé à titre de montant de valeur attribuables à la clause
à recevoir ou à payer). d’indexation, le cas échéant, est
comptabilisé immédiatement en résultat
et présenté comme une composante
distincte de la charge d’intérêts.

Évaluer, pour tous les actifs financiers, s’il existe des Comptabiliser l’actif au plus élevé des
indications de dépréciation à chaque date de clôture Y a-t-il eu un changement important montants suivants :
dans le calendrier ou le montant prévu • VA des flux de trésorerie attendus
des flux de trésorerie futurs? de l’actif;
Si l’actif a subi une dépréciation dans une période • prix de vente à la date de clôture;
antérieure, évaluer si les conditions à l’origine de la • produit net prévu de la réalisation
dépréciation se sont résorbées des biens affectés en garantie.

7 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

Qu’est-ce qu’un instrument financier?


5. Les définitions d’un actif financier et d’un passif financier sont présentées au paragraphe 3856.05 et elles sont résumées dans le
tableau ci-après, dans lequel on trouve en outre quelques exemples d’actifs financiers, de passifs financiers et d’éléments exclus
du champ d’application du chapitre 3856 :
Exemples d’éléments qui sont
exclus du champ d’application
Définitions Exemples d’instruments financiers du chapitre 3856
Actif financier : tout actif qui est • trésorerie • coût qu’engage une entité pour
• soit de la trésorerie; • dépôts à vue ou à terme acquérir d’une autre partie un droit
• soit un droit contractuel de recevoir de racheter ses propres instruments
• billets de trésorerie de capitaux propres; ce coût est porté
d’une autre partie de la trésorerie ou un
autre actif financier; • acceptations bancaires en diminution de ses capitaux propres
(alinéa 3856.05 h))
• soit un droit contractuel d’échanger des • obligations et bons du Trésor
instruments financiers avec une autre • comptes débiteurs, effets à recevoir et • frais payés d’avance
partie à des conditions potentiellement prêts • stocks
favorables pour l’entité; • obligations et instruments d’em- • immobilisations corporelles
• soit un instrument de capitaux propres prunt semblables détenus à titre de • droits sur les actifs loués
d’une autre entité placements (alinéa 3856.03 b))
(voir l’alinéa 3856.05 h)). • actions ordinaires ou privilégiées et • immobilisations incorporelles comme
instruments de capitaux propres sem- les brevets et les marques de commerce
blables détenus à titre de placements
• impôts sur les bénéfices**
• certains bons de souscription, options,
contrats à terme normalisés, contrats à • participations dans des filiales, par-
terme de gré à gré et swaps s’ils sont ticipations des entités sous influence
assortis de conditions potentiellement notable ou intérêts dans des partena-
favorables (ces éléments répondent riats (alinéa 3856.03 a))*
aussi à la définition d’un dérivé – voir • contrats émis par l’acquéreur (non par
ci-après) (paragraphe 3856.02 et sous- le vendeur) relativement à une contre-
alinéa 3856.05 h)iii)) partie conditionnelle dans un regrou-
Passif financier : tout passif correspondant • comptes créditeurs, effets à payer et pement d’entreprises jusqu’à ce qu’on
à une obligation contractuelle : emprunts (alinéa 3856.02 d)) soit fixé quant à la réalisation ou non
• soit de remettre à une autre partie de la de la condition (alinéa 3856.03 k))
• obligations et instruments d’emprunt
trésorerie ou un autre actif financier; semblables émis (alinéa 3856.02 e))
• soit d’échanger des instruments finan- • obligations perpétuelles
ciers avec une autre partie à des condi-
tions potentiellement défavorables pour • dans certains cas, les actions privilé-
l’entité. giées, les parts de coopératives et les
parts de sociétés de personnes et des ins-
truments de capitaux propres semblables
émis sont en substance des passifs finan-
ciers (paragraphe 3856.20 et
alinéa 3856.05 j))
• certains bons de souscription, options,
contrats à terme normalisés, contrats à
terme de gré à gré et swaps s’ils sont
assortis de conditions défavorables (ces
éléments répondent aussi à la définition
d’un dérivé – voir ci-après)
(alinéa 3856.02 g) et sous-alinéa
3856.05 j)ii))
* Voir, selon le cas, le chapitre 3051, 3056 ou 1591.
En septembre 2014, le nouveau chapitre 1591, FILIALES, a été publié en remplacement du chapitre 1590. En outre, la NOC-15, Consolidation des
entités à détenteurs de droits variables (variable interest entities), a été retirée, le nouveau chapitre 3056, INTÉRÊTS DANS DES PARTENARIATS,
a remplacé le chapitre 3055 et des modifications corrélatives ont été apportées au chapitre 3051, PLACEMENTS. Ces modifications s’appliquent aux
états financiers annuels des exercices ouverts à compter du 1er janvier 2016. L’application anticipée est permise pourvu que toutes les modifications
soient appliquées en même temps. Ces modifications ne devraient pas changer la conclusion quant au classement des instruments financiers correspon-
dants.
** Les définitions d’un actif financier et d’un passif financier présentées dans le chapitre 3856 désignent les éléments créés par contrat, de sorte que les
dettes et les créances résultant d’exigences de la loi, comme les impôts sur les bénéfices et les taxes d’accise, sont exclues du champ d’application du
chapitre 3856.
8
Instruments financiers

Contrepartie conditionnelle dans un regroupement d’entreprises

6. Comme on l’indique dans le tableau qui précède, les contrats émis par un acquéreur relativement à une contrepartie condition-
nelle dans un regroupement d’entreprises ne sont pas visés par le chapitre 3856 tant que l’on n’est pas fixé quant à la réalisation
ou non de la condition. Cependant, lorsque la condition s’est réalisée, les montants contractuels doivent être réévalués confor-
mément au chapitre 3856. L’exception particulière relative à la contrepartie conditionnelle vise l’acquéreur, comme on l’indique
dans le paragraphe ci-dessous :
Alinéa 3856.03 k) les contrats émis par l’acquéreur (mais non par le vendeur) relativement à une contrepartie condition-
nelle dans un regroupement d’entreprises jusqu’à ce qu’on soit fixé quant à la réalisation ou non de la condition (voir les
paragraphes .41 et .42 du chapitre 1582, REGROUPEMENTS D’ENTREPRISES). Cette exclusion vaut seulement pour l’acqué-
reur (l’entité qui comptabilise le regroupement) et non pas pour le vendeur.
7. Le chapitre 1582, REGROUPEMENTS D’ENTREPRISES, fournit les indications supplémentaires suivantes sur l’évaluation de la
contrepartie conditionnelle :
Paragraphe 1582.60 Certains changements de la juste valeur de la contrepartie conditionnelle que l’acquéreur compta-
bilise après la date d’acquisition peuvent résulter d’informations complémentaires que l’acquéreur a obtenues après cette
date à propos des faits et des circonstances qui existaient à la date d’acquisition. Ces changements sont des ajustements de
période d’évaluation aux termes des paragraphes 1582.47 à .51. Toutefois, les changements résultant d’événements posté-
rieurs à la date d’acquisition, tels que la réalisation d’un objectif de résultat, le fait d’atteindre un cours de l’action donné
ou d’atteindre un jalon dans un projet de recherche et développement, ne sont pas des ajustements de période d’évaluation.
L’acquéreur doit comptabiliser les changements de juste valeur de contreparties conditionnelles qui ne sont pas des ajuste-
ments de période d’évaluation comme suit :
a) La contrepartie conditionnelle classée en capitaux propres ne doit pas être réévaluée et son règlement ultérieur doit
être comptabilisé en capitaux propres.
b) La contrepartie conditionnelle classée comme un actif ou un passif doit être réévaluée à la juste valeur lorsqu’on est
fixé quant à la réalisation ou non de la condition, et le gain ou la perte, le cas échéant, doit être comptabilisé en résul-
tat net. L’actif ou le passif qui en résulte, s’il s’agit d’un instrument financier, doit ultérieurement être comptabilisé
conformément au chapitre 3856, INSTRUMENTS FINANCIERS, et le gain ou la perte, le cas échéant, doit être comptabi-
lisé en résultat net.

DÉFINITIONS
8. Le chapitre 3856 présente de nombreuses définitions, au paragraphe 3856.05 et dans les annexes A et B de la norme, et ces
définitions ont été reproduites dans l’annexe du présent chapitre pour faciliter la consultation.

COMPTABILISATION
9. Les instruments financiers sont initialement comptabilisés dans les états financiers lorsque l’entité devient partie aux dispo-
sitions contractuelles de ceux-ci. Habituellement, cela survient lorsque l’entité s’engage à acheter ou à vendre un instrument
financier (ce que l’on appelle la «date de transaction»). La comptabilisation à cette date reflète exactement l’effet économique
des opérations et est la seule méthode qui procure une information transparente dans le cas des dérivés.

9 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

10. Exemple – Comptabilisation à la date de transaction


Le 30 décembre 20X1, Achat inc. achète 100 actions d’une société à leur juste valeur pour un montant total de 100 $.
L’opération est réglée le 2 janvier 20X2 et, à cette date, Achat inc. reçoit les actions et paie le prix d’achat. Le 31
décembre 20X1, la juste valeur totale des actions passe à 115 $ et, à la date de règlement, soit le 2 janvier 20X2, elle
atteint 125 $.
Écritures de journal
Évaluation ultérieure au coût après amortissement Évaluation ultérieure à la juste valeur (placement dans des
(placement dans des actions d’une société à capital fermé) actions d’une société à capital ouvert)
30 décembre 20X1
Dt Placement dans des actions 100 $ Dt Placement dans des actions 100 $
Ct Créditeurs 100 $ Ct Créditeurs 100 $
31 décembre 20X1
Aucune écriture Dt Placement dans des actions 15 $
Ct Hausse latente de la juste
valeur* 15 $
2 janvier 20X2
Dt Créditeurs 100 $ Dt Placement dans des actions 10 $
Ct Trésorerie 100 $ Dt Créditeurs 100
Ct Hausse latente de la juste
valeur* 10 $
Ct Trésorerie 100
* Cette expression n’est pas un intitulé requis; elle n’est utilisée que pour décrire la variation de la juste valeur qui est comptabilisée en résultat net.

11. Exemple – Comptabilisation à la date de règlement


Les faits sont les mêmes : Le 30 décembre 20X1, Achat inc. achète 100 actions d’une société à leur juste valeur pour un
montant total de 100 $. L’opération est réglée le 2 janvier 20X2 et, à cette date, Achat inc. reçoit les actions et paie le prix
d’achat. Le 31 décembre 20X1, la juste valeur totale des actions passe à 115 $ et, à la date de règlement, soit
le 2 janvier 20X2, elle atteint 125 $.
Écritures de journal
Évaluation ultérieure au coût après amortissement Évaluation ultérieure à la juste valeur (placement dans des
(placement dans des actions d’une société à capital fermé) actions d’une société à capital ouvert)
30 décembre 20X1
Aucune écriture Aucune écriture
31 décembre 20X1
Aucune écriture Aucune écriture
2 janvier 20X2
Dt Placement dans des actions 100 $ Dt Placement dans des actions 100 $
Ct Trésorerie 100 $
Aucune écriture Dt Placement dans des actions 25 $
Ct Hausse latente de la juste 25 $
valeur*
*Cette expression n’est pas un intitulé requis; elle n’est utilisée que pour décrire la variation de la juste valeur qui est comptabilisée en résultat net.

12. Dans cet exemple, lorsque le placement est ultérieurement évalué à la juste valeur, le gain latent est entièrement comptabilisé
en janvier 20X2 lorsque la comptabilité à la date de règlement est appliquée. Si l’opération est réglée dans le même exercice, les
deux méthodes ne donneraient pas un résultat net différent. Cependant, si la fin de l’exercice se situe entre la date de l’opération et
la date de règlement, le montant au bilan et le résultat net seraient différents. Le montant au bilan serait également différent même
lorsque le placement est ultérieurement évalué au coût, car le placement et le passif sont tous deux comptabilisés pour 100 $.
Comme l’ordre crée essentiellement le passif financier, la date de l’opération reflète mieux les effets économiques de l’opération.

10
Instruments financiers

CLASSEMENT
13. Le chapitre 3856 ne requiert que quelques décisions en matière de classement. En général, les dérivés (autres que ceux qui sont
des éléments constitutifs d’une relation de couverture admissible et ceux qui sont liés à des instruments de capitaux propres –
instruments dont la juste valeur ne peut être déterminée facilement – et qui doivent être réglés par la remise de tels instruments)
et les placements dans des instruments de capitaux propres cotés sur un marché actif ne posent pas de problème de classement,
car ils doivent être évalués à la juste valeur après leur comptabilisation initiale (paragraphe 3856.12).
14. Une décision en matière de classement qu’il est possible de prendre concerne le fait qu’au moment de la comptabilisation initiale,
l’actif financier ou le passif financier peut être désigné comme étant évalué à la juste valeur. En outre, il est possible d’évaluer à
la juste valeur un instrument de capitaux propres qui cesse d’être coté sur un marché actif. L’évaluation à la juste valeur peut se
révéler utile lorsque l’actif ou le passif est couvert au moyen d’un dérivé, mais que la comptabilité de couverture n’est pas ou ne
peut pas être appliquée. Dans ces cas, le choix de recourir à l’évaluation à la juste valeur est irrévocable (paragraphe 3856.13). Il
convient aussi de noter que le choix d’utiliser la juste valeur s’effectue pour chaque actif financier ou passif financier au moment
de la comptabilisation initiale, et non pas pour une catégorie ou un groupe d’éléments semblables. Il faut tenir des comptes sup-
plémentaires pour suivre les instruments financiers qui sont désignés comme devant être évalués à la juste valeur.
15. Le choix irrévocable d’évaluer les instruments financiers à la juste valeur peut convenir dans les situations suivantes, s’il est
facile de connaître ou de déterminer la juste valeur :
a) Lorsque des placements admissibles à l’évaluation au coût après amortissement sont gérés en fonction de la juste valeur. Par
exemple, lorsque les excédents de trésorerie sont investis dans un portefeuille composé de titres portant intérêt et de titres
de capitaux propres, il est souvent plus facile d’en évaluer le rendement lorsque tous les titres sont évalués selon la même
méthode.
b) La comptabilisation de tous les placements à la juste valeur peut simplifier la tenue de comptes. Le maintien de tableaux
d’amortissement pour les titres portant intérêt est plus exigeant sur le plan opérationnel que l’inscription des justes valeurs
et des opérations en trésorerie.
c) Lorsqu’il n’est pas certain qu’un instrument financier est négocié sur un marché actif (voir la définition d’un marché actif
au paragraphe 3856.A9). Par exemple, les parts de certains fonds communs de placement ne sont pas rachetables tous les
jours et, de ce fait, elles ne peuvent être considérées comme étant activement négociées. Cela dit, il est habituellement plus
facile et utile d’évaluer de tels placements à la juste valeur.
d) Lorsque la juste valeur est plus pertinente pour les utilisateurs.
e) Pour simplifier la comptabilisation des coûts de transaction. Les coûts de transaction doivent être amortis sur la durée de vie
de tout instrument financier évalué au coût après amortissement.

Passif ou capitaux propres


16. Les indications relatives au classement d’un instrument de financement émis en tant que passif financier ou instrument de capi-
taux propres figurent sous l’intertitre «Présentation» du chapitre 3856, soit aux paragraphes 3856.20 à .23.
17. Dans certains cas, il peut être difficile de déterminer si un instrument financier doit être classé dans le passif ou les capitaux
propres. Par exemple, certains instruments financiers ont l’apparence juridique d’instruments de capitaux propres bien qu’ils
soient en réalité des passifs, car ils exigent que l’émetteur effectue un paiement d’un montant déterminé ou déterminable en
faveur du porteur. D’autres instruments combinent à la fois des caractéristiques associées aux instruments de capitaux propres
et des caractéristiques associées aux passifs financiers; une telle combinaison fait en sorte qu’il est difficile de déterminer s’ils
sont des instruments de capitaux propres ou de passif dans leur intégralité.
18. Pour déterminer si un instrument financier doit être classé dans le passif ou les capitaux propres, il faut prendre en considération
la définition des termes «instrument de capitaux propres» et «passif financier» :
Alinéa 3856.05 e) Instrument de capitaux propres : tout contrat constatant un droit résiduel sur les actifs d’une entité
après déduction de tous ses passifs.
Alinéa 3856.05 j) Passif financier : tout passif correspondant à une obligation contractuelle :
i) soit de remettre à une autre partie de la trésorerie ou un autre actif financier;
ii) soit d’échanger des instruments financiers avec une autre partie à des conditions potentiellement défavorables pour
l’entité.
19. C’est la substance des conditions contractuelles de l’instrument financier, et non sa forme ou son apparence juridique, qui en
détermine le classement dans le bilan de l’émetteur. Cette détermination est effectuée lors de la comptabilisation initiale de

11 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

l’instrument, sans prendre en compte les caractéristiques non substantielles ou négligeables, et le classement qui en résulte n’est
pas changé à moins que les conditions de l’instrument ne soient modifiées ou qu’il ne soit sorti du bilan.
20. Pour déterminer si l’instrument financier ou ses composantes répondent à la définition d’un passif financier, il faut tenir compte
du fait que l’existence d’une restriction de la capacité de l’émetteur de remplir une obligation, par exemple l’inaccessibilité
d’une monnaie étrangère ou la nécessité d’obtenir une autorisation de paiement auprès d’une autorité de réglementation, n’an-
nule pas l’obligation de l’émetteur ou le droit du porteur qui sont rattachés à l’instrument.
21. Lorsqu’un émetteur a une obligation contractuelle dont le montant est déterminé, ou dont le montant fluctue en totalité ou en
partie en fonction de l’évolution d’une variable autre que le cours de ses instruments de capitaux propres, et qu’il doit ou peut
régler l’obligation contractuelle en livrant un nombre suffisant de ses propres instruments de capitaux propres pour s’acquitter
de son obligation, l’obligation en question est un passif financier, car la contrepartie est assurée d’obtenir une valeur déterminée
et n’est pas exposée au risque résiduel de l’émetteur. Les obligations contractuelles peuvent être établies explicitement ou indi-
rectement en raison des conditions attachées à un instrument.
22. Lorsqu’un émetteur n’a pas une obligation contractuelle de remettre de la trésorerie ou un autre actif financier ou d’échanger un
autre instrument financier dans des conditions potentiellement défavorables, l’instrument est un instrument de capitaux propres.
Lorsque l’émetteur n’a pas l’obligation contractuelle de verser une part proportionnelle des dividendes ou d’autres distributions
de sommes prélevées sur les capitaux propres, l’instrument est un instrument de capitaux propres. Des précisions sont fournies
sur les éléments comme les parts de sociétés de personnes dans le paragraphe suivant :
Paragraphe 3856.A27 Certains instruments financiers, comme les parts de sociétés de personnes et certaines catégories
de parts de coopératives, prévoient le paiement au porteur d’une part proportionnelle des capitaux propres résiduels de
l’émetteur. Ces instruments financiers peuvent être assortis d’une condition de rachat obligatoire dans des circonstances
déterminées dont la réalisation est certaine, par exemple le décès du porteur, mais ne font aucune obligation à l’émetteur
de livrer ou d’échanger des actifs financiers, pour une valeur déterminée, avant la date du rachat. Lors de leur émission, et
sous réserve du paragraphe 3856.A28, ces instruments financiers sont des instruments de capitaux propres de l’émetteur.
Plus tard, lorsque le porteur a le droit de retirer ses fonds et qu’il décide de se prévaloir de ce droit, l’émetteur peut se voir
contraint de faire un paiement dont le montant et la date sont déterminés ou déterminables. Cette obligation répond à la
définition d’un passif financier et elle est présentée à ce titre.
23. Si l’estimation quant à la probabilité de réalisation d’un événement futur est modifiée, le classement d’un instrument financier
dans le passif ou les capitaux propres n’est pas modifié pour autant. Si l’événement futur se réalise et que l’instrument financier
continue d’exister, ce dernier est décomptabilisé, et un nouveau passif financier ou un nouvel instrument de capitaux propres
est comptabilisé selon les conditions qui subsistent. De même, le classement n’est pas influencé par l’expérience historique ou
les intentions, mais il repose sur la substance réelle des accords contractuels. En outre, on ne tient pas compte de facteurs qui
ne concernent pas les conditions contractuelles pour déterminer si un instrument est correctement classé dans le passif ou les
capitaux propres.
24. Il faut noter la possibilité que des contraintes économiques qui occasionnent un règlement en trésorerie n’entraînent pas le clas-
sement de l’instrument financier à titre de passif financier, s’il n’y a pas d’obligation contractuelle :
Paragraphe 3856.A26A S’il n’y a pas d’obligation contractuelle de racheter un instrument financier, les contraintes éco-
nomiques n’entraînent pas le classement de l’instrument à titre de passif financier.
On a ajouté le paragraphe 3856.A26A pour clarifier ce point; ce paragraphe s’applique aux états financiers des exercices ouverts
à compter du 1er janvier 2014.
25. Les contraintes économiques s’entendent de situations qui obligeront une entité à adopter une ligne de conduite déterminée dans
l’avenir parce que celle-ci sera beaucoup plus avantageuse sur le plan économique que toutes les autres possibilités qui s’offri-
ront à elle. Ainsi, dans le marché des souscriptions privées, les investisseurs cherchent souvent à incorporer un mécanisme de
liquidité aux conditions de leurs placements qui leur confère un droit leur permettant d’obtenir la vente de l’entreprise émettrice
si une situation ou un événement déclencheur (tel qu’un premier appel public à l’épargne) n’a pas eu lieu passé un délai d’une
durée déterminée.

12
Instruments financiers

26. Ce droit est une forme de «droit de vente forcée», qui vise à donner aux investisseurs le pouvoir de recouvrer leur investisse-
ment. L’entreprise émettrice aurait alors le choix de se conformer aux mécanismes du droit de vente forcée ou, dans un délai
d’une durée convenue, de lever une «option de rachat» des actions. Cette option de rachat serait le droit, et non l’obligation,
de l’entreprise d’éviter l’application du droit de vente forcée en achetant les actions des investisseurs. Les investisseurs ont le
contrôle de l’opération puisque l’entreprise ne peut exercer son option de rachat sans que ceux-ci aient exercé leur droit de vente
forcée. Dans cette situation, il pourrait être avantageux de racheter les actions des investisseurs afin d’éviter ce qui équivaudrait
à une prise de possession de l’entreprise, ou des actions ordinaires, par les investisseurs. L’entreprise émettrice a le droit, mais
non pas l’obligation, de racheter les actions afin d’éviter l’application du droit de vente forcée par l’investisseur.

Actions privilégiées émises à titre de mesure de planification fiscale


27. La seule exception aux indications ci-dessus vise les actions privilégiées émises à titre de mesure de planification fiscale dans
le cadre des dispositions prévues aux articles 51, 85, 85.1, 86, 87 ou 88 de la Loi de l’impôt sur le revenu (Canada) et qui sont
rachetables au gré du porteur. Ces actions doivent être présentées à la valeur nominale, à la valeur attribuée ou à la valeur décla-
rée dans un poste distinct sous la rubrique des capitaux propres du bilan, et il doit être indiqué de façon appropriée qu’elles sont
rachetables au gré du porteur. Cette exigence est énoncée dans le paragraphe ci-dessous :
Paragraphe 3856.23 Une entité qui émet des actions privilégiées à titre de mesure de planification fiscale dans le cadre
des dispositions prévues aux articles 51, 85, 85.1, 86, 87 ou 88 de la «Loi de l’impôt sur le revenu» (Canada) doit présen-
ter ces actions à la valeur nominale, sinon à la valeur attribuée ou déclarée, dans un poste distinct sous la rubrique des
capitaux propres du bilan, et indiquer de façon appropriée qu’elles sont rachetables au gré du porteur. Lorsque le porteur
réclame le rachat de ses actions, l’émetteur doit les reclasser comme passifs, en les évaluant à leur valeur de rachat. Tout
ajustement doit être comptabilisé dans les bénéfices non répartis.
28. L’exemple qui suit illustre la présentation :
Capitaux propres
Actions ordinaires 100
Actions privilégiées
1 000 actions de catégorie B (rachetables au gré du porteur à 1 000 000 $) 10
29. Les obligations d’information relatives à ces actions privilégiées sont énoncées ainsi au chapitre 3856 :
Alinéa 3856.47 c) Dans le cas d’une action privilégiée émise à titre de mesure de planification fiscale mentionnée au
paragraphe 3856.23, l’entité doit fournir les informations suivantes :
i) dans le corps même du bilan, le prix de rachat total de l’ensemble des catégories d’actions de ce type en circulation;
ii) le prix de rachat total pour chaque catégorie d’actions de ce type;
iii) le montant total des rachats prévus qui doivent être faits au cours de chacun des cinq prochains exercices.
30. Lorsque le porteur réclame le rachat, les actions sont reclassées comme passifs et sont évaluées à leur valeur de rachat. Tout
ajustement est comptabilisé dans les bénéfices non répartis. Le maintien de cette exemption en ce qui a trait au classement fait
l’objet d’un exposé-sondage et est actuellement examiné par le CNC. Les lecteurs devraient s’intéresser aux projets en cours
pour être informés des modifications éventuelles apportées aux indications du chapitre 3856.

13 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

Exemples – Passif ou capitaux propres


31. Les instruments financiers qui suivent sont des exemples d’éléments qui seraient considérés comme un passif financier ou
comme des instruments de capitaux propres :
Passif financier Instrument de capitaux propres
Une entité reçoit 10 000 $ et promet de remettre, 3 ans plus Une entité reçoit 10 000 $ et promet de remettre, 3 ans plus
tard, la somme de 10 000 $ ou des actions ayant une valeur tard, 10 000 actions. On peut décrire cette opération comme
de 10 000 $. une «souscription d’actions», ou employer une description
semblable, dans la section des capitaux propres.
Une entité reçoit 10 000 $ et promet de remettre, 3 ans Une entité reçoit 10 000 $ et promet de remettre un nombre
plus tard, des actions dont la valeur est égale à la valeur de déterminé d’actions à une date déterminée. On peut décrire
l’avance initiale ajustée pour tenir compte de la fluctuation cette opération comme une «souscription d’actions», ou
du prix de l’or sur le marché. employer une description semblable, dans la section des
capitaux propres.
Actions privilégiées* émises pour un montant de 10 000 $, Actions privilégiées* émises pour un montant de 10 000 $,
rachetables à une date déterminée (selon les conditions de sans date de remboursement déterminée, rachetables au gré
l’accord contractuel) à un prix déterminé et assorties de de l’émetteur, non assorties de dividendes à payer.
dividendes obligatoires versés à des dates prévues.
Les actions privilégiées et les dividendes obligatoires
répondent tous deux à la définition d’un passif financier.
Actions privilégiées* émises pour un montant de 10 000 $,
rachetables à une date déterminée à un prix déterminé, non
assorties de dividendes obligatoires.
Actions privilégiées rachetables au gré du porteur ou Actions privilégiées rachetables au gré du porteur ou
obligatoirement rachetables par l’émetteur qui ne satisfont obligatoirement rachetables par l’émetteur, dans les cas
pas à l’exemption pour être classées en tant qu’instruments suivants :
de capitaux propres en vertu du paragraphe 3856.23 pour • les actions privilégiées sont les titres de capitaux
les actions privilégiées émises dans le cadre de certaines propres subordonnés de dernier rang émis par l’entité et
mesures de planification fiscale. confèrent le droit à une part proportionnelle des capitaux
propres résiduels;
• la clause de rachat s’étend à 100 % des actions ordi-
naires (ou des instruments qui sont en substance des
actions ordinaires), et le mode de détermination du prix
de rachat est le même pour toutes les actions;
• toutes les actions rachetables comportent des carac-
téristiques essentiellement semblables à celles des
actions ordinaires de l’entreprise; par exemple, elles ne
confèrent aucun avantage substantiel en cas de liquida-
tion ou de distribution de dividendes;
• l’événement donnant lieu au rachat est le même pour
toutes les actions visées par la clause de rachat (par
exemple, rachat à la démission, au départ, à la retraite ou
au décès de l’actionnaire).
* Ces actions ne sont pas visées par l’exception ci-dessus, c’est-à-dire qu’elles ne sont pas émises à titre de mesure de planification fiscale dans le cadre
des dispositions prévues aux articles 51, 85, 85.1, 86, 87 ou 88 de la Loi de l’impôt sur le revenu (Canada).

Instruments financiers composés


32. Lorsqu’un instrument financier contient à la fois des éléments de passif et des éléments de capitaux propres, chaque élément doit
être classé en fonction de sa substance, compte tenu de la définition d’un passif financier et d’un instrument de capitaux propres.
La présentation séparée des composantes passif et capitaux propres d’un même instrument, selon la nature de chacune, traduit
plus fidèlement la situation financière de l’entité. Par exemple, lorsqu’un passif financier est assorti de bons de souscription ou
d’options détachables, le fait que des éléments de passif et des éléments de capitaux propres soient créés par plus d’un instru-
ment distinct, plutôt que par un seul instrument, par exemple, une dette convertible, est davantage une question de forme que de
substance.

14
Instruments financiers

33. Le classement distinct fondé sur la substance des conditions contractuelles de l’accord dont il est question ci-dessus s’applique
même si l’instrument financier contient des composantes qui ne sont ni un passif financier ni un instrument de capitaux propres
de l’émetteur. Par exemple, un instrument qui confère au porteur le droit de recevoir en règlement un actif non financier comme
une quantité d’or (c.-à-d. une marchandise) et une option d’échange de ce droit contre des actions de l’émetteur contient des
éléments de passif et des éléments de capitaux propres. L’émetteur comptabilise et présente l’instrument de capitaux propres
(l’option d’échange) séparément des composantes passif de l’instrument composé, que les passifs soient financiers ou non
financiers.

ÉVALUATION
Évaluation initiale – Opérations conclues dans des conditions normales de concurrence
34. Les instruments financiers émis ou acquis dans le cadre d’opérations conclues dans des conditions normales de concurrence
sont initialement évalués à la juste valeur. Étant donné que la juste valeur est le prix qu’un intervenant du marché sans lien de
dépendance paierait ou recevrait dans le cadre d’une opération courante réalisée dans les conditions de marché en vigueur au
moment de la comptabilisation initiale, la juste valeur initiale de l’instrument financier est normalement le prix de transaction,
c’est-à-dire la juste valeur de la contrepartie donnée ou reçue.
Commissions et coûts de transaction

35. Le traitement des commissions et des coûts de transaction directement attribuables à la création, à l’acquisition, à l’émission ou
à la prise en charge d’instruments financiers varie selon la façon dont l’instrument est évalué ultérieurement. Si l’instrument est
évalué ultérieurement à la juste valeur, les coûts de transaction et les commissions sont comptabilisés en résultat dans la période
au cours de laquelle ils sont engagés, car ils ne font pas partie de la juste valeur de l’instrument financier et ne répondent pas à
la définition d’un actif, condition nécessaire à la comptabilisation séparée (paragraphe 3856.12). Si l’instrument est évalué ulté-
rieurement au coût ou au coût après amortissement, les commissions et les coûts de transaction sont inclus dans la valeur initiale
de l’instrument. Les coûts de transaction inclus dans la valeur initiale d’un instrument portant intérêt sont amortis sur la durée de
vie de cet instrument (paragraphes 3856.07 et .A4). Les commissions d’attente et les coûts de transaction associés à une ligne de
crédit ou à un crédit renouvelable sont comptabilisés en tant qu’actif, par exemple dans les charges payées d’avance, et amortis
sur la durée de l’engagement, car ils sont, pour l’essentiel, semblables à une prime d’assurance. Les commissions représentent
les coûts engagés pour avoir la capacité de prélever des sommes sur la ligne de crédit ou le crédit renouvelable pendant la durée
de l’entente (paragraphe 3856.A57).
36. Exemple – Placement dans des instruments de capitaux propres évalués au coût
Le 14 février 20X1, Investisseur inc. a acquis 10 000 actions ordinaires de Capital fermé inc. pour une contrepartie de 10
000 $, ce qui lui a conféré 10 % des droits de vote de la société émettrice. Investisseur inc. et Capital fermé inc. ne sont pas
des apparentés, et le prix versé pour l’acquisition des actions ordinaires correspond à la juste valeur des actions à la date
d’acquisition. Investisseur inc. a également engagé des honoraires juridiques de 500 $ afin d’immatriculer les actions à son
nom.
Date Écriture
14 février 20X1 Dt Placement dans Capital fermé 10 500 $
Ct Trésorerie 10 500 $
Emprunts à vue

37. La juste valeur d’un passif financier comportant une composante à vue est au moins égale à la somme payable à vue, actualisée
à partir de la première date à laquelle le paiement peut être exigé. La date d’échéance d’un élément ne comportant aucune condi-
tion contractuelle de remboursement ne peut être ultérieure à la première date à laquelle le paiement peut être exigé. En pratique,
la juste valeur initiale de ces passifs financiers correspond souvent au prix auquel le prêt a été consenti au client par le prêteur,
c.-à-d. le montant exigible à vue. Cependant, il faut prendre en compte l’incidence de l’actualisation si elle est importante, ce
qui est plus probable lorsque la période avant la date à laquelle le paiement peut être exigé est longue, ou lorsque le contexte
commercial se caractérise par des taux d’intérêt élevés. Une autre source de complexité est abordée au paragraphe 3856.A12,
à savoir : «lorsque le remboursement d’un instrument d’emprunt est subordonné au droit d’une autre partie, la première date à
laquelle le paiement peut être exigé est le lendemain de la date d’échéance de l’instrument de rang supérieur».
38. Le taux d’intérêt utilisé pour actualiser un instrument financier payable à vue doit être le taux que l’entité pourrait obtenir pour
un instrument semblable dont l’échéance correspond à la première date à laquelle le paiement de l’instrument peut être exigé, ou
se rapproche le plus possible de cette date. Le taux comprend la prime de risque qui serait exigée par un tiers pour un instrument
financier dont la qualité de crédit et les conditions sont comparables (paragraphe 3856.A13).

15 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

39. Exemples – Comptabilisation d’un emprunt à vue et d’un crédit renouvelable – commissions sur prêts et coûts
Exemple 2 – Emprunt à vue sans Exemple 3 – Ligne de crédit
Exemple 1 – Emprunt à terme conditions de remboursement renouvelable
Banque de prêteurs consent à Emprunteuse inc. contracte un emprunt Emprunteuse inc. obtient de Banque
Emprunteuse inc. un emprunt à vue de 100 000 $ auprès de Banque de de prêteurs une ligne de crédit
de 100 000 $ d’une durée de 5 ans, prêteurs. Banque de prêteurs peut exiger renouvelable d’un montant maximal
portant intérêt au taux annuel de 6 %, le remboursement de l’emprunt en tout de 100 000 $. Banque de prêteurs peut
payable mensuellement, le principal temps. L’emprunt porte intérêt au taux exiger le remboursement des sommes
étant intégralement remboursable à annuel de 6 %. À l’octroi de l’emprunt, prélevées en tout temps. Les sommes
l’échéance. Banque de prêteurs peut la banque facture à Emprunteuse inc. prélevées sur la ligne de crédit portent
exiger le remboursement de l’emprunt une commission d’octroi de 1 250 $. intérêt au taux annuel de 6 %. À l’octroi
en tout temps si des conditions de la ligne de crédit, la banque facture
spécifiées ne sont pas remplies. À à Emprunteuse inc. une commission
l’octroi de l’emprunt, Banque de d’attente de 1 250 $. Aucune somme
prêteurs facture à Emprunteuse inc. des n’a été prélevée sur la ligne de crédit au
coûts de transaction de 1 250 $ pour cours de la première année.
l’octroi du prêt et l’enregistrement des
garanties.
Dt Trésorerie 98 750 $ Dt Trésorerie 98 750 $ Dt Frais payés 1 250 $
(100 000 $ – d’avance
1 250 $)
Ct Emprunt 98 750 $ Dt Commission 1 250 Ct Trésorerie 1 250 $
sur prêt*
Ct Emprunt 100 000 $
Écriture à la fin de l’exercice 1
Dt Charge 250 $ Dt Charge 1 250 $
d’intérêts* d’intérêts*
Ct Emprunt 250 $ Ct Charges 1 250 $
payées
d’avance
Dans le présent exemple, la méthode de * Ce compte peut aussi porter un * Ce compte peut aussi porter l’intitulé
l’amortissement linéaire est appliquée, intitulé semblable, et doit être présenté «Amortissement d’une commission
mais la méthode du taux d’intérêt en tant que composante distincte de la payée d’avance» ou un intitulé
effectif peut aussi bien être appliquée. charge d’intérêts. semblable, et peut être présenté en tant
* Ce compte doit être présenté en tant que composante distincte de la charge
que composante distincte de la charge d’intérêts.
d’intérêts dans l’état des résultats.
Intérêts sur emprunt bancaire
Intérêts sur emprunt bancaire
(6 % * 100 000 $) 6 000 $ Intérêts sur emprunt bancaire 6 000 $ Intérêts sur emprunt bancaire 0$
Amortissement de la
commission sur prêt 250 Commission sur prêt 1 250 Commission sur prêt 1 250
Total de la charge d’intérêts 6 250 $ Total de la charge d’intérêts 7 250 $ Total de la charge d’intérêts 1 250 $
Emprunts à des taux autres que les taux pratiqués sur le marché

40. Le fait qu’un emprunt porte un taux d’intérêt significativement inférieur aux taux pratiqués sur le marché indique que l’opération
a une plus vaste portée qu’une opération de prêt / d’emprunt pure. La différence entre la valeur actualisée des rentrées futures,
calculée au taux associé à l’emprunt, et la valeur actualisée au juste taux pratiqué sur le marché peut représenter une partie du
prix de l’actif qui est financé au moyen de l’emprunt, une subvention publique accordée en vue d’inciter l’emprunteur à effectuer
certaines opérations commerciales ou encore une rémunération versée à un employé.

16
Instruments financiers

41. Exemple – Emprunt lié à un achat d’actif portant intérêt à un taux qui diffère de ceux pratiqués sur le marché
Le 14 février 20X1, Vendeuse inc. finance l’achat, par Client inc., d’une machine de 1 000 $ en lui permettant de régler
l’achat dans 3 ans. L’intérêt est payable annuellement au taux de 3 %. Le taux d’intérêt pratiqué sur le marché pour un prêt
semblable à une entité dont la note de crédit est égale à celle de Client est de 5 %.
L’emprunt est initialement évalué à sa juste valeur de 946 $ (valeur actualisée nette de l’intérêt de 30 $ pendant 3 ans et du
remboursement du principal de 1 000 $, tous deux calculés au taux de 5 %). L’opération est comptabilisée ainsi :
Date Comptes de Vendeuse Comptes de Client
14 février 20X1 Dt Prêt 946 $ Dt Machine 946 $
Ct Produits 946 $ Ct Emprunt 946 $
Passifs financiers indexés

42. Les entreprises à capital fermé émettent souvent des titres d’emprunt dont les paiements doivent être déterminés par référence
à des facteurs tels que la valeur des capitaux propres de l’entreprise ou une mesure de la performance comme le bénéfice
avant intérêts, impôts et amortissement. Ces instruments sont évalués initialement à la juste valeur (habituellement le produit
de l’émission), sauf s’ils sont émis lors d’opérations entre apparentés. Le paragraphe 3856.08 précise que l’évaluation ini-
tiale des instruments financiers relatifs à des apparentés doit s’effectuer conformément au chapitre 3840, OPÉRATIONS ENTRE
APPARENTÉS.

Passifs financiers convertibles

43. Les entreprises à capital fermé peuvent émettre des titres d’emprunt qui contiennent une option permettant au porteur d’acquérir
des instruments de capitaux propres de l’émetteur dans des circonstances spécifiées (instruments composés). La nature de ces
options est semblable à celle des options ou des bons de souscription émis de concert avec un passif, mais qui sont détachables
par la suite. Le chapitre 3856 permet un choix de méthode comptable selon lequel l’élément de capitaux propres peut être évalué
à zéro ou selon les évaluations en juste valeur, comme on l’explique ci-dessous. Il est tout particulièrement important de com-
muniquer les conditions de l’instrument lorsqu’il est évalué à zéro afin de permettre aux lecteurs des états financiers d’être au
fait des conditions de l’option de conversion.
44. Les méthodes acceptables pour évaluer initialement l’élément de passif et l’élément de capitaux propres d’un tel instrument
comprennent les suivantes :
a) l’élément de capitaux propres est évalué à zéro, et la totalité du produit de l’émission est attribuée à l’élément de passif;
b) la méthode du montant résiduel : la valeur de l’élément le plus facile à évaluer est évaluée en premier, et le montant résiduel
est attribué à l’élément restant;
c) la méthode de la juste valeur relative : le produit total de l’émission de l’instrument est attribué aux éléments en proportion
de leurs justes valeurs relatives.
La somme des valeurs comptables attribuées à tous les éléments d’un instrument lors de la comptabilisation initiale est toujours
égale à la valeur comptable de l’instrument pris dans son ensemble. Le fait de comptabiliser et de présenter séparément les
composantes de l’instrument ne peut donner lieu à un gain ou à une perte.
45. Selon la méthode du montant résiduel, la valeur de l’élément le plus facile à évaluer est évaluée en premier, et le montant rési-
duel (obtenu après avoir déduit du montant total du produit de l’émission le montant déterminé séparément pour l’élément le
plus facile à évaluer) est attribué à l’élément le moins facile à évaluer.
46. Lorsque l’émetteur peut obtenir une estimation fiable de la juste valeur de l’élément de passif et de l’élément de capitaux
propres, il peut répartir le produit de l’émission de façon proportionnelle entre les deux éléments. Cette méthode est rarement
utilisée du fait qu’il est difficile d’évaluer la juste valeur de certains éléments émis par les entreprises à capital fermé. Dans
l’exemple ci-dessous, on fournit la juste valeur de la clause de conversion, mais il arrive souvent que ce montant ne soit pas
connu.

17 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

47. Exemple – L’exemple qui suit illustre l’évaluation initiale d’un passif convertible :
Capital inc. (Capital) doit mobiliser 10 000 $ pour financer ses activités et éprouve de la difficulté à trouver le financement
nécessaire. Elle émet des obligations d’un montant global de 10 000 $, remboursables dans 5 ans et portant intérêt au taux
annuel de 6 %. Les obligations sont convertibles au gré du porteur en un nombre déterminé d’actions ordinaires de la
société. La clause de conversion, évaluée à l’aide du modèle de Black et Scholes, a une juste valeur de 250 $ à l’émission
des obligations.
Option 1 – La clause de conversion est évaluée à zéro
Dt Trésorerie 10 000 $
Ct Passif 10 000 $
Ct Clause de conversion (capitaux propres) 0
Option 2 – La clause de conversion est évaluée à la juste valeur – méthode du montant résiduel
Dt Trésorerie 10 000 $
Ct Passif (10 000 $ – JV de la clause de conversion, soit 250 $) 9 750 $
Ct Clause de conversion (capitaux propres) 250
Le passif et la clause de conversion sont évalués en proportion de leurs justes valeurs – méthode de la juste valeur
relative
(on suppose que la juste valeur des obligations est de 10 500 $)
Dt Trésorerie 10 000 $
Ct Passif (10 000 $ * 10 500 $ / 10 750 $) 9 767 $
Ct Clause de conversion (capitaux propres) (10 000 $ * 250 $ / 10 750 $) 233
Du point de vue de Capital, l’obligation comporte deux éléments : un passif financier (l’engagement contractuel de remettre
de la trésorerie ou d’autres actifs financiers) et un instrument de capitaux propres (l’option de conversion en vertu de laquelle
le porteur a le droit, pendant une durée déterminée et lorsque certaines conditions sont remplies, de convertir l’obligation en
actions ordinaires de Capital). Capital présente l’élément de passif et l’élément de capitaux propres séparément dans son bilan
lorsqu’elle attribue une valeur à l’élément de capitaux propres (le paragraphe 194 du présent chapitre montre des exemples
d’informations à fournir sur les passifs convertibles).
48. Comme on l’indique à l’alinéa .09 g) du chapitre 1506, MODIFICATIONS COMPTABLES, il est possible de changer de méthode
comptable sans devoir satisfaire à la condition selon laquelle les états financiers doivent fournir des informations fiables et
davantage pertinentes, comme l’exige normalement le paragraphe 1506.06. Cependant, si la méthode est modifiée, l’application
doit généralement être rétrospective et donner lieu à un retraitement. Les changements de méthodes comptables sont abordés au
chapitre 7 du présent guide.
Opérations entre apparentés

49. Les opérations entre apparentés sont évaluées en conformité avec le chapitre 3840, OPÉRATIONS ENTRE APPARENTÉS, à l’excep-
tion de celles qui font intervenir des parties qui n’ont pas d’autre relation avec l’entité qu’en leur qualité de membres de la
direction. L’expression «membre de la direction» est définie de la façon suivante à l’alinéa 3840.04 d) :
Alinéa 3840.04 d) les membres de la direction, c’est-à-dire toute personne qui a le pouvoir et la responsabilité de planifier,
de diriger, et de contrôler les activités de l’entreprise publiante; (Dans le cas d’une société, cela comprend les adminis-
trateurs, les dirigeants et toute autre personne assumant une fonction au sein de la direction générale. Lorsqu’un comité
indépendant du conseil d’administration est créé conformément à des exigences réglementaires afin de représenter les
actionnaires sans contrôle de l’entreprise, les administrateurs qui siègent à ce comité sont réputés ne pas être des apparentés
aux fins de l’opération envisagée.)

18
Instruments financiers

50. Exemple – Prêt ne portant pas intérêt consenti à un gestionnaire


Le 1er janvier 20X1, M. Gestionnaire obtient de son employeur, Prime inc., un prêt à l’habitation de 25 000 $ ne portant
pas intérêt et échéant dans 5 ans. Le prêt est exigible dans son intégralité le 1er janvier 20X6. Étant donné que l’unique lien
existant entre M. Gestionnaire et la société découle de sa fonction de gestionnaire (c.-à-d. qu’il ne détient aucune action de
Prime inc.), Prime devra évaluer l’opération au 1er janvier 20X1 à sa juste valeur, en conformité avec le paragraphe 3856.07.
On suppose que le taux d’intérêt actuellement pratiqué sur le marché est de 5 % pour un prêt semblable de 5 ans consenti à
une personne ayant une note de crédit semblable. Le maintien de l’emploi n’est pas une condition du prêt. Compte tenu de
ces faits et hypothèses, Prime inc. passera l’écriture suivante lors de la comptabilisation initiale du prêt :
Dt Prêt (VA de 25 000 $, n = 5, i = 5 %) 19 588 $
Dt Charge de rémunération (25 000 $ – 19 588) 5 412
Ct Trésorerie 25 000 $

Évaluation ultérieure
Coût/coût après amortissement ou juste valeur

51. La plupart des méthodes d’évaluation prévues dans le chapitre 3856 peuvent être appliquées à chaque instrument pris individuel-
lement, c’est-à-dire que la plupart d’entre elles ne découlent pas de choix de méthodes comptables. Le tableau qui suit résume
les exigences relatives à l’évaluation ultérieure :
Coût/coût après amortissement
Évaluation au coût / coût après amortissement
(lorsque l’instrument n’est pas désigné comme évalué à la juste valeur)
• Placements dans des instruments de capitaux propres qui ne sont pas cotés sur un marché actif
• Dérivés désignés comme éléments constitutifs d’une relation de couverture admissible
• Dérivés qui sont liés à des instruments de capitaux propres d’une autre entité — instruments dont la juste valeur ne peut
être déterminée facilement — et qui doivent être réglés par la remise de tels instruments
• Tous les autres actifs financiers qui ne sont pas évalués à la juste valeur
• Passifs financiers
Juste valeur
Évaluation obligatoire à la juste valeur Évaluation facultative à la juste valeur
• Placements dans des instruments de capitaux propres • Tout actif financier ou passif financier désigné comme
cotés sur un marché actif étant évalué à la juste valeur lors de sa comptabilisation
• Dérivés qui ne sont pas désignés comme éléments initiale
constitutifs d’une relation de couverture admissible • Instruments de capitaux propres qui cessent d’être cotés
• Dérivés qui sont liés à des instruments de capitaux sur un marché actif
propres d’une autre entité — instruments dont la juste
valeur peut être déterminée facilement — et qui doivent
être réglés par la remise de tels instruments
Passifs financiers indexés
À chaque date de clôture, les passifs financiers indexés sont évalués au plus élevé des montants suivants :
• leur coût après amortissement;
• le montant qui serait à payer si la formule d’indexation avait été appliquée à cette date.
Les ajustements au titre des variations de valeur attribuables à la clause d’indexation sont comptabilisés immédiatement en
résultat net et présentés comme une composante distincte de la charge d’intérêts.
Coût/coût après amortissement

52. Le coût après amortissement est défini de la façon suivante à l’alinéa 3856.05 a) :
Alinéa 3856.05 a) Coût après amortissement : montant auquel a été évalué un actif financier ou un passif financier lors
de sa comptabilisation initiale, diminué des remboursements en principal, majoré ou diminué de l’amortissement cumulé
de tout écart entre le montant initial et le montant à l’échéance, et diminué de toute réduction (opérée directement ou par
l’intermédiaire d’un compte de provision) pour dépréciation (voir les paragraphes 3856.A3 à .A6).
Le terme «coût» n’est pas expressément défini dans le chapitre 3856. En termes simples, le coût est le montant payé pour acqué-
rir l’instrument financier. Cette définition concorde avec la définition du coût historique présentée au paragraphe 1000.48.
19 © Comptables Professionnels Agréés du Canada
Instruments financiers

53. Exemple – Cet exemple est la suite de l’exemple sur le placement dans des instruments de capitaux propres évalués au coût,
présenté au paragraphe 36 ci-dessus.
Le 14 février 20X1, Investisseur inc. a acquis 10 000 actions ordinaires de Capital fermé inc. pour une contrepartie
de 10 000 $, ce qui lui a conféré 10 % des droits de vote de la société émettrice. Investisseur inc. et Capital fermé inc. ne
sont pas des apparentés, et le prix versé pour l’acquisition des actions ordinaires correspond à la juste valeur des actions à la
date d’acquisition. Investisseur inc. a également engagé des honoraires juridiques de 500 $ afin d’immatriculer les actions à
son nom.
À la date de clôture de l’exercice d’Investisseur inc., soit le 31 décembre 20X1, la juste valeur de son placement a augmenté
et se chiffre à 12 500 $. Investisseur inc. ne comptabiliserait pas l’augmentation de la juste valeur de ce placement.
Date Écriture
31 décembre 20X1 Aucune écriture, car, puisque Investisseur inc. a classé le placement comme étant
évalué au coût, aucun ajustement ne doit être passé pour refléter la variation de la
juste valeur.
54. Exemple – Cet exemple illustre le traitement comptable d’un placement portant intérêt, soit un placement dans des certificats
de placement garanti (CPG) évalués au coût après amortissement :
Le 14 février 20X1, Investisseur inc. décide d’investir 10 000 $ dans un CPG à 30 mois de la Banque Canadiana, non
encaissable par anticipation. Le rendement garanti du CPG est de 2,40 %. Investisseur inc. ne paie aucune commission
ni aucun coût de transaction pour effectuer ce placement. Le 31 décembre 20X1, les taux d’intérêt dont sont assortis des
CPG semblables ont glissé à 2,05 %, ce qui accroît la juste valeur du placement à cette date. Au cours de l’exercice 20X1,
Investisseur inc. passerait les écritures suivantes relativement à son placement, si l’on suppose qu’il a utilisé le coût après
amortissement comme base pour l’évaluation ultérieure :
Date Écriture
14 février 20X1 Dt Placement dans un CPG 10 000 $
Ct Trésorerie 10 000 $
31 décembre 20X1 Dt Intérêts à recevoir
(10 ½ mois / 12 mois × 2,4 % × 10 000 $) 210 $
Ct Produit d’intérêts 210 $
La hausse de la juste valeur du placement n’est pas prise en compte, car le placement est évalué au coût après amortissement.
Amortissement de la prime ou de l’escompte à l’achat initial, des commissions et des coûts de transaction

55. Toute méthode systématique peut être utilisée pour amortir en résultat net les primes, escomptes, commissions ou coûts. En
théorie, la méthode du taux d’intérêt effectif est privilégiée, mais le chapitre 3856 permet le recours à d’autres méthodes,
comme la méthode de l’amortissement linéaire. Dans de nombreux cas, la différence entre le résultat obtenu par l’application
de la méthode du taux d’intérêt effectif et celui obtenu par l’application de la méthode de l’amortissement linéaire ne sera pas
significative.
56. Exemple – Placement dans des bons du Trésor du gouvernement du Canada
Le 1er janvier 20X1, Investisseur inc. décide d’investir dans un bon du Trésor du gouvernement du Canada de 10 000 $
échéant dans 1 an et procurant un rendement de 1,45 % :
Valeur nominale du bon du Trésor 10 000 $
Placement initial (VA de 10 000 $, n = 1, i = 1,45 %) 9 857 $
Produit d’intérêts comptabilisé pendant l’exercice 143 $
Aux fins de l’information intermédiaire, les intérêts peuvent être comptabilisés à l’aide de toute méthode systématique et
rationnelle, y compris la méthode de l’amortissement linéaire ((10 000 $ – 9 857 $) / 12 donne environ 12 $ par mois).
57. Exemple – Cet exemple est celui d’un prêt portant intérêt à un taux qui diffère de ceux pratiqués sur le marché et il a été présenté
au paragraphe 41. Le montant net du prêt, soit 946 $, augmentera pour atteindre 1 000 $ à la fin de sa durée de 3 ans. L’augmen-
tation peut être déterminée au moyen de n’importe quelle méthode systématique, y compris la méthode du taux d’intérêt effectif
(avec un taux de 5 %) ou la méthode de l’amortissement linéaire. Du point de vue de Vendeuse, elle devrait être présentée en
résultat net à titre de produit d’intérêts, dans un poste distinct de l’état des résultats, ou dans les notes complémentaires. (Pour
Client, il s’agira d’une charge d’intérêts.) Le tableau qui suit montre le calcul des écritures de journal au moyen de la méthode
du taux d’intérêt effectif.

20
Instruments financiers

Méthode du taux d’intérêt effectif


A B C D
Produit
d’intérêts
(solde de la Inté Solde du prêt net
colonne D * rêts reçus Montant net à recevoir
5 % * nombre (1 000 $ * 3 % = (colonne A – (colonne D +
de mois) 30 $) colonne B) colonne C)
14 février 20X1 Au moment de l’achat (1 000 $ – 54 $) 946
31 décembre 20X1 Intérêts courus à la fin de l’exercice
10 ½ mois (946 $ * ,05 * 10,5 / 12 = 41 $) 41 41 987
14 février 20X2 Réception de l’intérêt 6 30 -24 964
31 décembre 20X2 10 ½ mois cumulatifs 42 42 1 006
14 février 20X3 Réception de l’intérêt 6 30 -24 982
31 décembre 20X3 10 ½ mois cumulatifs 43 43 1 025
14 février 20X4 Réception de l’intérêt 5 30 -25 1 000
144 90 54

Date Méthode du taux d’intérêt effectif


31 décembre 20X1 Dt Prêt 41 $
Ct Produit d’intérêts 41 $
Pour comptabiliser l’intérêt au 31 décembre 20X1 (946 $ * 5 % * 10,5 mois / 12 = 41 $)
14 février 20X2 Dt Trésorerie 30 $
Ct Prêt 24 $
Ct Produit d’intérêts (987 $ * 5 % * 1,5 mois) 6
Pour comptabiliser la réception de l’intérêt et l’intérêt couru au 14 février 20X2, et la reprise
de l’intérêt couru au 31 décembre 20X1
31 décembre 20X2 Dt Prêt 42 $
Ct Produit d’intérêts 42 $
Pour comptabiliser l’intérêt au 31 décembre 20X2 au moyen de la méthode du taux d’intérêt
effectif (964 $ * 5 % * 10,5 mois / 12 = 42 $)
14 février 20X3 Dt Trésorerie 30 $
Ct Prêt 24 $
Ct Produit d’intérêts 6
Pour comptabiliser l’intérêt reçu au 14 février 20X3 et la reprise de l’intérêt couru au 31
décembre 20X2
31 décembre 20X3 Dt Prêt 43 $
Ct Produit d’intérêts 43 $
Pour comptabiliser l’intérêt au 31 décembre 20X3 au moyen de la méthode du taux d’intérêt
effectif (982 $ * 5 % * 10,5 mois / 12 = 43 $)
14 février 20X4 Dt Trésorerie 30 $
Ct Prêt 25 $
Ct Produit d’intérêts 5
Pour comptabiliser l’intérêt reçu au 14 février 20X4 et la reprise de l’intérêt couru au 31
décembre 20X3
Dt Trésorerie 1 000 $
Ct Prêt 1 000 $
Pour comptabiliser la somme encaissée en règlement du prêt

21 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

58. Les écritures de journal suivantes devraient être passées si l’on appliquait la méthode de l’amortissement linéaire :
Date Méthode de l'amortissement linéaire
31 décembre 20X1 Dt Prêt 26 $
Ct Produit d’intérêts 26 $
Pour comptabiliser l’intérêt au 31 décembre 20X1 (30 $ * 10,5 mois / 12 = 26 $)
Dt Prêt 16 $
Ct Produit d’intérêts 16 $
Pour comptabiliser progressivement (amortir) le montant de 54 $ selon la méthode de
l’amortissement linéaire (54 $ / 3 = 18 $ * 10,5 mois / 12 = 16 $)
14 février 20X2 Dt Prêt 4$
Ct Produit d’intérêts 4$
Pour comptabiliser l’intérêt au 14 février 20X2
(1 000 $ * 3 % * 1,5 mois / 12 = 3,75 — disons 4 $)
Dt Trésorerie 30 $
Ct Prêt 30 $
Pour comptabiliser la réception du produit d’intérêts
Dt Prêt 2$
Ct Produit d’intérêts 2$
Pour comptabiliser progressivement (amortir) le montant de 54 $ selon la méthode de
l’amortissement linéaire (54 $ / 3 = 18 $ * 1,5 mois / 12 = 2 $)
31 décembre 20X2 Dt Prêt 26 $
Ct Produit d’intérêts 26 $
Pour comptabiliser l’intérêt au 31 décembre 20X2 (30 $ * 10,5 mois / 12 = 26 $)
Dt Prêt 16 $
Ct Produit d’intérêts 16 $
Pour comptabiliser progressivement (amortir) le montant de 54 $ selon la méthode de
l’amortissement linéaire (54 $ / 3 = 18 $ * 10,5 mois / 12 = 16 $)
14 février 20X3 Dt Prêt 4$
Ct Produit d’intérêts 4$
Pour comptabiliser l’intérêt au 14 février 20X3 (1 000 $ * 3 % * 1,5 mois / 12 = 3,75)
Dt Trésorerie 30 $
Ct Prêt 30 $
Pour comptabiliser la réception du produit d’intérêts
Dt Prêt 2$
Ct Produit d’intérêts 2$
Pour comptabiliser progressivement (amortir) le montant de 54 $ selon la méthode de
l’amortissement linéaire (54 $ / 3 =18 $ * 1,5 mois / 12 = 2 $)
31 décembre 20X3 Dt Prêt 26 $
Ct Produit d’intérêts 26 $
Pour comptabiliser l’intérêt au 31 décembre 20X3 (30 $ * 10,5 mois / 12 = 26 $)
Dt Prêt 16 $
Ct Produit d’intérêts 16 $
Pour comptabiliser progressivement (amortir) le montant de 54 $ selon la méthode de
l’amortissement linéaire (54 $ / 3 = 18 $ * 10,5 mois / 12 = 16 $)

22
Instruments financiers

14 février 20X4 Dt Prêt 4$


Ct Produit d’intérêts 4$
Pour comptabiliser l’intérêt au 14 février 20X4
(1 000 $ * 3 % * 1,5 mois / 12 = 3,75 — disons 4 $)
Dt Trésorerie 30 $
Ct Prêt 30 $
Pour comptabiliser la réception du produit d’intérêts
Dt Prêt 2$
Ct Produit d’intérêts 2$
Pour comptabiliser progressivement (amortir) le montant de 54 $ selon la méthode de
l’amortissement linéaire (54 $ / 3 = 18 $ * 1,5 mois / 12 = 2 $)
Dt Trésorerie
Ct Prêt 1 000 $
Pour comptabiliser la somme encaissée en règlement du prêt 1 000 $

59. Exemple – Cet exemple d’un prêt sans intérêt consenti à un gestionnaire a été présenté au paragraphe 50 ci-dessus. Le solde
actualisé du prêt consenti était de 19 588 $ et, 5 ans plus tard, il sera de 25 000 $. L’augmentation peut être déterminée au moyen
de n’importe quelle méthode systématique, y compris la méthode du taux d’intérêt effectif (avec un taux de 5 %) ou la méthode
de l’amortissement linéaire. Le tableau qui suit montre le calcul des écritures de journal au moyen de la méthode du taux d’inté-
rêt effectif.
Méthode du taux d’intérêt effectif A B
Solde du prêt à
Produit d’intérêts recevoir
(solde de la (colonne B +
colonne B * 5 %) colonne A)
1er janvier 20X1 À la date d’octroi du prêt 19 588
31 décembre 20X1 Calcul de l’augmentation de la VA
(19 588 $ * 0,05 = 979 $) 979 20 567
31 décembre 20X2 Calcul de l’augmentation de la VA
(20 567 $ * 0,05 = 1 028 $) 1 028 21 596
31 décembre 20X3 Calcul de l’augmentation de la VA
(21 596 $ * 0,05 = 1 080 $) 1 080 22 676
31 décembre 20X4 Calcul de l’augmentation de la VA
(22 676 $ * 0,05 = 1 134 $) 1 134 23 809
31 décembre 20X5 Calcul de l’augmentation de la VA
(23 809 $ * 0,05 = 1 190 $) 1 190 25 000
1er janvier 20X6 ____
5 412

23 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

La méthode de l’amortissement linéaire consisterait simplement à comptabiliser un montant annuel de 1 082 $ au titre de l’inté-
rêt (5 412 $ / 5 = 1 082 $)
Les écritures qui seront passées pendant la durée du prêt sont les suivantes. L’application de la méthode de l’amortissement
linéaire et de la méthode du taux d’intérêt effectif est illustrée :
Méthode de l’amortissement linéaire Méthode du taux d’intérêt effectif
1er janvier 20X1
Dt Prêt 19 588 $
Dt Charge de rémunération 5 411
Ct Trésorerie 25 000 $
31 décembre 20X1
Dt Prêt 1 082 $ Dt Prêt 979 $
Ct Produit d’intérêts 1 082 $ Ct Produit d’intérêts 979 $
31 décembre 20X2
Dt Prêt 1 082 $ Dt Prêt 1 028 $
Ct Produit d’intérêts 1 082 $ Ct Produit d’intérêts 1 028 $
31 décembre 20X3
Dt Prêt 1 082 $ Dt Prêt 1 080 $
Ct Produit d’intérêts 1 082 $ Ct Produit d’intérêts 1 080 $
31 décembre 20X4
Dt Prêt 1 082 $ Dt Prêt 1 134 $
Ct Produit d’intérêts 1 082 $ Ct Produit d’intérêts 1 134 $
31 décembre 20X5
Dt Prêt 1 084 $ Dt Prêt 1 190 $
Ct Produit d’intérêts (arrondi de 2 $) 1 084 $ Ct Produit d’intérêts 1 190 $
1er janvier 20X6
Dt Trésorerie 25 000 $ Dt Trésorerie 25 000 $
Ct Prêt 25 000 $ Ct Prêt 25 000 $

Dépréciation
60. La valeur comptable d’un actif financier évalué au coût ou au coût après amortissement doit être réduite s’il survient une baisse
de valeur résultant d’un motif propre à l’émetteur de l’instrument. Dans le cas d’un actif financier qui est un titre de capitaux
propres, les baisses de valeur sont généralement le fait d’actions des entités à capital fermé puisque les actions négociées sur
un marché actif sont évaluées à la juste valeur, de sorte que le concept de la dépréciation n’est pas pertinent. La juste valeur des
instruments de capitaux propres qui ne sont pas négociés sur un marché actif peut être difficile à déterminer, et on aura vraisem-
blablement besoin d’un modèle d’évaluation. La baisse de la valeur d’instruments financiers portant intérêt qui résulte d’une
hausse des taux d’intérêt pratiqués sur le marché ne génère pas en elle-même une moins-value. Cependant, lorsque des change-
ments défavorables importants touchent le montant ou le calendrier des flux de trésorerie, une diminution du taux d’intérêt peut
avoir une incidence sur le calcul de la baisse de valeur, car la valeur actualisée des flux de trésorerie est déterminée au moyen
des taux d’intérêt pratiqués sur le marché.
61. Le chapitre 3856 précise le modèle de dépréciation à appliquer pour tous les actifs financiers évalués au coût ou au coût après
amortissement. Selon ce modèle, la moins-value doit être déterminée en fonction de la différence entre la valeur comptable
actuelle de l’actif et les flux de trésorerie que l’entreprise pourrait s’attendre à recevoir de la détention ou de la vente de l’actif
ou de l’exercice du droit à une garantie quelconque, selon ce qui est le plus favorable.
62. La diminution de la valeur comptable d’un élément déprécié peut être comptabilisée directement ou par l’utilisation d’un compte
de provision, le montant compensé étant comptabilisé directement en résultat net à titre de perte de valeur. Les moins-values
comptabilisées dans des périodes antérieures doivent faire l’objet d’une reprise s’il y a une amélioration des conditions ayant
donné lieu initialement à la moins-value.

24
Instruments financiers

63. Arbre de décision – Processus d’évaluation de la dépréciation

Étape 1 : Identifier les actifs à soumettre à un test de dépréciation


• Placements dans des instruments de capitaux propres d’entités à capital fermé évalués au coût
• Placements dans des instruments portant intérêt évalués au coût après amortissement et qui sont importants pris
individuellement (p. ex., obligations, prêts, etc.)
• Actifs financiers évalués au coût après amortissement qui présentent des caractéristiques semblables
(p. ex., comptes débiteurs)

Étape 2 : Existe-t-il des indications que l’actif ou le groupe d’actifs semblables a subi Non Aucune mesure
une dépréciation? à prendre
Oui
Étape 3 : Y a-t-il eu, au cours de la période, un changement défavorable important dans Non Aucune mesure
le calendrier ou le montant prévu des flux de trésorerie futurs de l’actif ou des actifs? à prendre

Oui
Étape 4 : La valeur comptable est-elle supérieure au plus élevé des montants suivants : Aucune mesure
• valeur actualisée des flux de trésorerie attendus de l’actif ou des actifs; Non à prendre
• produit net prévu de la vente de l’actif ou des actifs à la date de clôture;
• valeur nette prévue des biens affectés en garantie?
Oui
Mesure à prendre : Ramener la valeur comptable au plus élevé des trois montants.
Dans les périodes ultérieures
Étape 5 : La situation relevée à l’étape 2 s’est-elle améliorée? Non Aucune mesure
à prendre
Oui
Étape 6 : La valeur comptable est-elle inférieure au plus élevé des montants suivants : Aucune mesure
• valeur actualisée des flux de trésorerie attendus de l’actif ou des actifs; Non à prendre
• produit net prévu de la vente de l’actif ou des actifs à la date de clôture;
• valeur nette prévue des biens affectés en garantie?
Oui
Mesure à prendre : Porter la valeur comptable au moins élevé des montants suivants :
• le montant calculé à l’étape 6;
• la valeur comptable de l’actif qui aurait été comptabilisée si la moins-value n’avait
jamais été comptabilisée.

25 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

64. Exemple – Test de dépréciation


Investisseur inc. détient un portefeuille de titres d’emprunt et de titres de capitaux propres d’un montant de 25 000 $. Ce
portefeuille se compose de placements de 15 000 $ dans des titres de capitaux propres de trois entreprises à capital fermé et
de placements de 10 000 $ dans des titres d’emprunt. Dans le cadre de son test de dépréciation, Investisseur inc. a déterminé
ce qui suit :
Instruments de capitaux propres devant faire l’objet d’un test de dépréciation individuel :
• Placement de 5 000 $ dans des actions privilégiées de Société A
• Placement de 3 000 $ dans des actions ordinaires de Société B
• Placement de 7 000 $ dans des actions spéciales de Société C
Titres d’emprunt devant faire l’objet d’un test de dépréciation individuel en raison de leur importance :
• Placement de 6 000 $ dans des obligations de Société D
Titres d’emprunt devant faire l’objet ensemble d’un test de dépréciation parce qu’ils présentent des caractéristiques
sectorielles communes :
• Placements d’un montant global de 3 000 $ dans des obligations de diverses sociétés du secteur des services publics
Les placements restants de 1 000 $, pris individuellement, sont négligeables et ils feraient l’objet d’un test de dépréciation
individuel ou avec des éléments comportant des caractéristiques communes identifiables, par exemple un risque de crédit
semblable.
65. Un actif financier est déprécié si le porteur s’attend à ce qu’il y ait un changement défavorable important dans le calendrier
ou le montant des flux de trésorerie futurs. Dans le cas d’un placement dans un instrument de capitaux propres, la diminution
potentielle des flux de trésorerie futurs la plus importante résulte de l’incapacité de vendre les actions à un prix permettant de
récupérer l’investissement initial. Une incertitude quant à la capacité future d’une entité de générer des flux de trésorerie se
traduit habituellement par une baisse de la juste valeur de cette entité. Les faits suivants sont des indications qu’un placement
pourrait être déprécié :
a) la possibilité croissante de faillite ou de restructuration financière de l’émetteur;
b) un changement défavorable important dans l’environnement technologique, de marché, économique ou juridique de l’émet-
teur. Il faut apprécier l’incidence des changements possibles au sein du secteur dans lequel l’émetteur exerce ses activités.
Ces changements peuvent comprendre les suivants :
i) la technologie que l’entité utilise pour produire ses biens,
ii) le contexte concurrentiel dans lequel elle exerce ses activités, notamment les changements dans le mode de distribu-
tion des produits qui ont pour effet d’accroître le nombre de fournisseurs ayant un accès raisonnable aux clients de
l’entité,
iii) la conjoncture économique nationale ou locale,
iv) les aspects délicats sur le plan environnemental ou les lois portant sur l’environnement,
v) les lois fiscales.
66. La nature des comptes débiteurs est semblable à celle d’actifs portant intérêt, tels que les prêts, les acceptations bancaires, les
certificats de placement garanti, les effets à terme et les obligations. Bien que le même processus de comptabilisation et d’éva-
luation des moins-values utilisé pour les autres actifs financiers s’applique aux comptes débiteurs, le modèle ne devrait pas
entraîner de changements dans les pratiques actuelles. Il faut aussi noter que la question de l’actualisation des créances à court
terme est abordée dans les indications qui suivent :
Paragraphe 3856.18 Les estimations concernant les montants et le calendrier des flux de trésorerie futurs attendus des
actifs financiers dépréciés reposent sur l’exercice, par la direction, du meilleur jugement possible, fondé sur des hypothèses
raisonnables et justifiables, et tiennent compte des divers scénarios possibles. Les créances à court terme sans taux d’intérêt
stipulé peuvent être évaluées au montant attendu révisé, si l’effet de l’actualisation est négligeable.
67. Les faits suivants sont des indications qu’un actif portant intérêt est déprécié :
a) le client ou l’émetteur semble éprouver des difficultés financières importantes. Cela peut prendre l’une des formes suivantes :
i) retards ou défaillances de paiement relatifs à l’instrument détenu par le créancier ou l’investisseur ou relatifs à des
titres détenus par d’autres créanciers ou investisseurs,
ii) rupture d’un contrat non financier,
iii) octroi de conditions de faveur au client;

26
Instruments financiers

b) la possibilité croissante de faillite ou de restructuration financière du client ou de l’émetteur;


c) la disparition d’un marché pour les instruments financiers émis par l’obligataire;
d) la diminution de la liquidité du type d’instrument en raison d’une perte de popularité de ce type d’investissement;
e) un changement défavorable important dans l’environnement technologique, de marché, économique ou juridique du client
ou de l’émetteur (voir le paragraphe 51 ci-dessus).
68. Les situations ou événements suivants ne constituent pas nécessairement des indications de dépréciation :
a) la disparition d’un marché actif du fait que les instruments financiers d’une entité ne sont plus négociés sur un marché
organisé;
b) une baisse de la notation de l’émetteur. Cependant, il faut évaluer les baisses de notation pour déterminer si le montant ou
le calendrier des flux de trésorerie de l’instrument financier détenu sont susceptibles de connaître des changements défavo-
rables importants;
c) une baisse de la juste valeur d’un actif financier en deçà de son coût ou de son coût après amortissement causée par des
changements dans le taux d’intérêt sans risque ou d’autres facteurs exogènes.
69. Le chapitre 3856 ne définit pas le terme «important»; il faut donc faire preuve de jugement pour déterminer ce qui est important.
Dans le test de dépréciation, il faut tenir compte des flux de trésorerie que l’entité prévoit toucher pendant la période au cours de
laquelle elle s’attend à détenir l’instrument financier, y compris tout produit tiré de la cession, le cas échéant. Parmi les exemples
de situations pouvant être considérées comme un changement défavorable important, mentionnons le fait que le délai de recou-
vrement prévu d’un compte débiteur passe de 60 jours à 180 jours, ou la réception d’un avis indiquant qu’un compte débiteur en
souffrance sera réglé à hauteur de 80 %.
70. Exemple – Indications de dépréciation
Le 14 février 20X1, Prêteur inc. a prêté 100 000 $ à l’un de ses clients, Grand Producteur inc. (Grand Producteur).
Le 31 décembre 20X1, il est évident que les tendances propres à ce client ne sont plus les mêmes, et l’un des concurrents
de Grand Producteur a lancé un nouveau produit qui connaît un véritable essor, ce qui fait en sorte que le produit de Grand
Producteur est dépassé et n’est plus aussi populaire qu’auparavant. De plus, Grand Producteur a demandé à Prêteur inc. de
renégocier et de prolonger le délai de remboursement, car les événements récents lui occasionnent des problèmes de flux de
trésorerie.
Prêteur inc. doit considérer que la demande de prolongation du délai de remboursement et l’affaiblissement de la situation
économique de Grand Producteur sont des indications d’un changement défavorable important dans le calendrier ou le
montant prévu des flux de trésorerie de son prêt.
Évaluation de la moins-value

71. Lorsqu’une entité s’attend à ce que survienne un changement défavorable important dans les flux de trésorerie futurs d’un
actif, elle doit calculer la moins-value en conformité avec le paragraphe 3856.17. La comptabilisation de la moins-value, le cas
échéant, doit permettre de ramener la valeur comptable au plus élevé des trois montants suivants :
a) la valeur actualisée des flux de trésorerie attendus de l’actif, calculée au moyen d’un taux d’intérêt actuel du marché, appro-
prié à cet actif;
b) le prix que l’entité pourrait obtenir de la vente de l’actif à la date de clôture;
c) la valeur de réalisation attendue de tout bien affecté en garantie du remboursement de l’actif, nette de l’ensemble des coûts
nécessaires à l’exercice de la garantie.
72. Dans le chapitre 3856, il est présumé que le détenteur de l’actif prendra toutes les mesures nécessaires pour maximiser les flux
de trésorerie des actifs financiers dépréciés. Il n’y est cependant pas présumé qu’une ligne de conduite particulière sera adoptée,
ce qui signifie qu’il est possible que l’entité publiante gère l’actif d’une manière différente de celle qui est sous-entendue par
l’évaluation. Par exemple, les biens affectés en garantie d’un actif peuvent valoir plus que la valeur actualisée des flux de tré-
sorerie futurs de l’actif ou que le montant qui pourrait être obtenu de sa vente. Ce sera toutefois la valeur des biens affectés en
garantie qui sera utilisée, et ce, même si l’entité publiante n’a pas l’intention d’effectuer une saisie sur le bien ni de réaliser les
biens affectés en garantie. Même si, sur le plan conceptuel, le montant net pouvant être réalisé lors de la vente hypothétique de
l’actif devrait être égal au plus élevé de la valeur nette de réalisation des biens affectés en garantie et de la valeur actualisée nette
des flux de trésorerie futurs, il n’est pas présumé dans le chapitre 3856 que les marchés pour ces actifs sont liquides ou parfaits.
73. Le taux d’intérêt à utiliser pour actualiser les flux de trésorerie futurs est établi en ayant recours au jugement. Ce taux doit refléter
le type d’actif qui est évalué. Par exemple, un prêt devrait être réévalué au moyen du taux qui serait exigé pour un prêt ayant
une durée, des conditions et une qualité comparables à la date de clôture. Les flux de trésorerie provenant d’autres actifs portant
27 © Comptables Professionnels Agréés du Canada
Instruments financiers

intérêt devraient être actualisés à l’aide des rendements courants pour l’actif, si ceux-ci sont observables, ou des rendements
courants pour un actif comparable.
74. Si l’entité publiante a octroyé à l’emprunteur des conditions de faveur correspondant à une réduction du taux d’intérêt en deçà
des taux actuellement pratiqués sur le marché, le montant de la moins-value comptabilisé comprendra un élément représentant
les intérêts auxquels elle renonce. Cette situation est illustrée dans l’exemple qui suit.
75. Exemple – Valeur actualisée des flux de trésorerie futurs d’un prêt
Le 1er juin 20X0, Riche inc. a consenti à Triste inc. un prêt de 120 000 $ d’une durée de 3 ans. Dans un premier temps,
Triste n’est tenue de payer que les intérêts au taux de 10 %, et le principal est exigible dans son intégralité le 30 juin 20X3.
Peu de temps après l’octroi du prêt, Triste a perdu le plus important de ses clients, celui-ci ayant déclaré faillite. Triste a
effectué tous les paiements d’intérêts exigés en 20X0. En janvier 20X1, Triste a demandé que le taux d’intérêt soit ramené
à 5 % et que la date du versement final soit repoussée au 30 juin 20X4. Le prêt n’est pas garanti. Selon les taux d’intérêt
pratiqués sur le marché, Riche calcule la moins-value de la façon suivante :
Taux d’intérêt pratiqués sur le marché 5% 10 % 12 %
Valeur actualisée des flux de trésorerie
renégociés (intérêts et principal) 121 394 $ 108 703 $ 104 330 $
Valeur comptable du prêt 120 000 120 000 120 000
Moins-value comptabilisée 0 $ 11 297 $ 15 670 $
(pas de moins-value)
Étant donné que le taux La perte de valeur La perte de valeur
renégocié correspond représente la différence représente la différence
au taux pratiqué sur le entre la valeur actualisée entre la valeur actualisée
marché, aucune moins- du prêt établie au moyen du prêt établie au moyen
value n’est comptabilisée. du nouveau taux d’intérêt du nouveau taux d’intérêt
et la valeur actualisée du et la valeur actualisée du
prêt établie au moyen prêt établie au moyen
du taux pratiqué sur du taux pratiqué sur le
le marché. Si la durée marché.
du prêt n’avait pas été
prolongée, la moins-value
aurait été de 9 917 $.
Après avoir comptabilisé la réduction de valeur, Riche inc. reçoit des paiements d’intérêts en trésorerie à un taux de 5 % et
comptabilise le produit d’intérêts total au taux pertinent pratiqué sur le marché (ce qui représente les paiements d’intérêts
périodiques en trésorerie plus l’augmentation). Toutes choses étant égales par ailleurs, si Triste inc. parvient à reconstituer sa
clientèle, une partie ou la totalité de la moins-value doit être reprise (voir le paragraphe 76 ci-dessous).
76. Les moins-values réalisées sur des instruments de capitaux propres non cotés ou des actifs dérivés liés à de tels instruments, et
devant être réglés par la livraison de ceux-ci, sont plus difficiles à évaluer que celles qui sont réalisées sur des instruments portant
intérêt. Il faut estimer la juste valeur des actions et les flux de trésorerie auxquels on peut raisonnablement s’attendre sur la durée
prévue de détention. Les flux de trésorerie peuvent être actualisés au moyen du taux de rendement exigé pour un placement
comportant les mêmes conditions et le même niveau de risque ou, peut-être, d’une estimation du coût moyen pondéré du capital
de l’entité.
77. Il n’est pas toujours nécessaire de calculer les trois valeurs énoncées au paragraphe 3856.17. La meilleure estimation du prix de
vente d’un actif peut être équivalente à la valeur actualisée de ses flux de trésorerie, et il se peut que l’actif ne soit pas garanti.
78. Les estimations concernant le montant et le calendrier des flux de trésorerie futurs attendus des actifs financiers dépréciés
doivent reposer sur l’exercice, par la direction, du meilleur jugement possible, fondé sur des hypothèses raisonnables et justi-
fiables, et tenir compte des divers scénarios possibles. Bien que la capacité de procéder à une estimation fiable des montants et
du moment de réalisation des flux de trésorerie futurs prévus afférents à un groupe d’actifs soit limitée en raison de l’information
disponible et de l’incapacité d’apprécier les répercussions sur les soldes de comptes individuels, il est présumé que l’on peut
formuler des hypothèses raisonnables.

28
Instruments financiers

79. Exemple – Estimation des flux de trésorerie (suite du paragraphe 70)


Au 31 décembre 20X1, la valeur comptable du prêt consenti par Prêteur inc. à Grand Producteur inc. est de 100 000 $.
Après moult discussions avec la direction de Grand Producteur, Prêteur convient de repousser la date d’échéance du prêt
du 14 février 20X4 au 14 février 20X6.
Il est posé comme hypothèse que le taux d’intérêt dont le prêt est assorti est de 3,25 %, les intérêts étant payés
mensuellement, et que le taux actuellement pratiqué sur le marché pour une entité semblable à Grand Producteur est
de 4,5 %.
Flux de trésorerie bruts
pondérés en fonction de
Probabilité Issue la probabilité Valeur actualisée
5% Aucun paiement 0 $ 0 $
5% Tranche de 30 000 $ du principal et intérêts jusqu’en 1 852 1 572
février 20X4
10 % Tranche de 50 000 $ du principal et intérêts jusqu’en 6 029 5 097
février 20X5
20 % Tranche de 70 000 $ du principal et totalité des 16 708 14 079
intérêts
60 % Principal de 100 000 $ et totalité des intérêts 68 125 57 220
92 714 $ 77 968 $
Le montant que Grand Producteur s’attend à réaliser de tout bien affecté en garantie, déduction faite de l’ensemble des coûts
nécessaires à l’exercice de la garantie, s’élève à 70 000 $.
Le 31 décembre 20X1, Prêteur comptabilise en résultat net une moins-value de 22 032 $ en passant l’écriture suivante :
Dt Perte sur prêt 22 032 $
Ct Prêt (ou provision pour perte sur prêt) 22 032 $
Au 31 décembre 20X2, la valeur actualisée des flux de trésorerie attendus du prêt est estimée à 78 700 $, alors que le montant
prévu de la réalisation des biens affectés en garantie, déduction faite de l’ensemble des coûts nécessaires à l’exercice de la
garantie, se chiffre à 70 000 $. Toutefois, Prêteur inc. ne comptabilise pas cette hausse, car rien n’indique que les conditions
qui l’ont menée à soumettre le prêt à un test de dépréciation se sont améliorées (voir le paragraphe 81 ci-dessous).
Dépréciation de groupes d’actifs

80. Lorsque l’expérience indique que des pertes seront subies sur certains actifs faisant partie d’un groupe, mais qu’on ne peut pas
encore déterminer précisément quel actif fera l’objet d’un manquement, on calcule une provision pour moins-value, c.-à-d. une
provision pour créances douteuses. Lorsque deviennent disponibles des informations précisant quels actifs faisant partie du
groupe sont dépréciés, ces actifs sont retirés du groupe et soumis à un test de dépréciation individuel.
Reprises

81. À chaque date de clôture, tous les actifs antérieurement identifiés comme étant dépréciés font l’objet d’un examen visant à
déterminer si la totalité ou une partie de la moins-value comptabilisée devrait faire l’objet d’une reprise. Lorsque l’augmenta-
tion de la valeur de l’actif peut être rattachée à une amélioration de la ou des conditions qui ont donné lieu à la moins-value, un
gain est comptabilisé. La valeur comptable de l’actif ne peut être augmentée au-delà du montant qui aurait été comptabilisé à la
date de clôture si la moins-value n’avait pas été antérieurement comptabilisée. (Se reporter aux étapes 5 et 6 du paragraphe 63
ci-dessus.) Le montant de la reprise est comptabilisé en résultat net dans la période où la reprise a lieu.
82. Voici des exemples de situations pouvant indiquer qu’une reprise de moins-value est possible :
a) le client ou l’émetteur qui avait auparavant éprouvé des difficultés financières importantes semble se porter mieux. Cela
peut être démontré par un accroissement de la rapidité des paiements, l’absence de manquement ou la réparation d’un man-
quement ou encore, un engagement à reprendre les paiements d’intérêts et de principal;
b) la renégociation d’un contrat en vue d’y intégrer des conditions commerciales qui conviennent à une partie n’éprouvant pas
de problèmes de liquidité, de solvabilité ou de rentabilité, ou le rétablissement des versements de dividendes;
c) la sortie d’une mise sous séquestre ou de la protection de la loi sur les faillites;
d) une amélioration dans l’environnement technologique, de marché, économique ou juridique du client ou de l’émetteur.
Une remontée de la juste valeur d’un placement dans un instrument de capitaux propres au-delà de son coût peut être une

29 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

indication d’amélioration, mais l’entité publiante doit évaluer si l’amélioration est propre à l’émetteur et si elle durera
jusqu’à la fin de la période de détention prévue. Voici d’autres indicateurs possibles :
i) l’accroissement de la popularité du produit de l’émetteur ou du client,
ii) des changements structurels dans le secteur d’activité du client ou de l’émetteur, par exemple l’arrivée d’une nouvelle
technologie ou une variation du nombre de concurrents,
iii) des changements dans les variables externes telles que les lois environnementales ou fiscales.
83. Exemple – Reprise d’une moins-value (suite du paragraphe 70 ci-dessus)
Au 31 décembre 20X2, il est manifeste que le nouveau produit lancé par un concurrent de Grand Producteur présente
des défaillances et obtient une très mauvaise presse. De ce fait, le marché s’intéresse de nouveau aux produits de Grand
Producteur, étant donné la stabilité de leur réputation au chapitre de la qualité et de la fiabilité. La direction de Grand
Producteur a récemment informé Prêteur qu’elle avait l’intention de rembourser la totalité du prêt au cours des 5 prochaines
années. Prêteur, faisant preuve d’un optimisme modéré, modifie comme suit son estimation des flux de trésorerie prévus :
Issue pondérée
en fonction de la
Probabilité Issue probabilité Valeur actualisée
0% Aucun paiement supplémentaire 0 $ 0 $
5% Tranche de 40 000 $ du principal et totalité des intérêts 2 515 2 207
5% Tranche de 60 000 $ du principal et totalité des intérêts 3 515 3 077
10 % Tranche de 80 000 $ du principal et totalité des intérêts 9 029 7 894
80 % Principal de 100 000 $ et totalité des intérêts 88 233 77 074
103 292 $ 90 253 $
La valeur des biens affectés en garantie est passée à 75 000 $.
Prêteur accroît la valeur comptable du prêt à Grand Producteur, la portant de 77 968 $ à 90 253 $, et passe l’écriture
suivante :
Dt Prêt (ou provision pour perte sur prêt) 12 285 $
Ct Perte sur prêt 12 285 $

Juste valeur
84. La juste valeur est définie de la façon suivante à l’alinéa 3856.05 f) :
Alinéa 3856.05 f) Juste valeur : montant de la contrepartie dont conviendraient des parties compétentes agissant en toute
liberté dans des conditions de pleine concurrence (le paragraphe 3856.A7 fournit des précisions d’application sur le sujet).
85. Dans la pratique, il peut être difficile d’appliquer cette définition. Ainsi, il faut garder certains éléments à l’esprit lorsque l’on
tente de déterminer la juste valeur d’un instrument particulier :
a) l’évaluation de la juste valeur repose sur la présomption que l’hypothèse de la continuité de l’exploitation s’applique. Cela
signifie que la juste valeur n’est pas le montant qu’une entité paierait dans le cadre d’une transaction forcée, d’une liquida-
tion involontaire ou d’une vente en catastrophe;
b) la juste valeur reflète la qualité de crédit de l’instrument financier, y compris les biens affectés en garantie et les autres
rehaussements de crédit;
c) les cours des marchés actifs sont la meilleure justification de la juste valeur, à la condition qu’ils reflètent des transactions
réelles intervenant régulièrement sur le marché dans des conditions de concurrence normale, ce qui est le cas lorsqu’il est
possible d’y avoir facilement et régulièrement accès auprès d’une Bourse, d’un contrepartiste, d’un courtier, d’un groupe
sectoriel, d’un service d’évaluation des cours ou d’un organisme de réglementation;
d) lorsque les cours ou taux actuels ne sont pas disponibles, le prix de la transaction la plus récente peut donner une indication
de la juste valeur actuelle, après avoir évalué s’il n’y a pas eu de changement significatif dans la conjoncture économique
depuis la date de cette transaction;
e) en l’absence d’une transaction récente mettant en cause l’instrument évalué, la juste valeur peut reposer sur un cours récent
d’un instrument substitut semblable;
f) dans certains cas, il peut être prudent d’envisager de retenir les services d’un spécialiste ou d’un évaluateur pour déterminer
la juste valeur.

30
Instruments financiers

86. Exemple – Sources de juste valeur par instrument


Instrument Juste valeur ou substitut
Instrument de capitaux propres coté sur un marché actif Dernier cours de clôture
Dérivés autres que les options Moyenne des cours ou des taux acheteur et vendeur,
conforme aux cours que fourniraient les banques
Cours fourni par un courtier en dérivés
Options Cours acheteur dans le cas des options acquises et cours
vendeur dans le cas des options émises (la moyenne des
cours acheteur et vendeur peut être utilisée)
Cours fourni par un courtier en dérivés
Valeur déterminée au moyen d’un logiciel
Prêts ne portant pas intérêt ou portant un taux d’intérêt faible Valeur actualisée de l’ensemble des rentrées de trésorerie
futures, obtenue en ayant recours aux taux d’intérêt
couramment pratiqués sur le marché pour un instrument
semblable (quant à l’unité monétaire, à la durée, au type de
taux d’intérêt ou à d’autres facteurs pertinents) ayant une
notation semblable
87. Exemple – Calcul de la variation de la juste valeur d’un contrat à terme de gré à gré
Le 15 janvier 20X1, ABC inc. (ABC) achète un contrat à terme de gré à gré (un dérivé) visant l’achat de 100 000 $ US
le 1er août 20X1 au taux de 1,045. ABC obtiendra ainsi 100 000 $ US en contrepartie d’un paiement de 104 500 $ CA
le 1er août 20X1. Le 15 janvier 20X1, le taux au comptant est de 1,05.
Le 31 mars 20X1, date de clôture de l’exercice d’ABC, les taux à terme pour le dollar américain, tels que publiés dans le
journal local ou dans un site Web digne de confiance, sont les suivants :
1 mois 2 mois 3 mois 4 mois 5 mois 6 mois
Taux à terme 1,049 1,048 1,046 1,047 1,046 1,045
La variation de la juste valeur du contrat de change à terme au 31 mars 20X1 se calcule à l’aide de la formule suivante :
f(t) = (F(t) – K)e – rf (T – t) où :
f(t) = valeur du contrat à terme au temps t
F(t) = taux de change à terme au temps t
K = prix par contrat à l’origine
rf = taux d’intérêt canadien sans risque
T – t = durée du contrat, exprimée en années
e – rf(T – t) = effet de la valeur temps
Lorsque l’effet de la valeur temps n’est pas significatif, la variation de la valeur intrinsèque du contrat peut être utilisée
comme substitut de la variation de sa juste valeur. L’effet de la valeur temps est peu élevé lorsque les taux d’intérêt sont
faibles, que le contrat est de courte durée ou que la variation de la valeur intrinsèque du contrat à terme de gré à gré n’est pas
significative. La variation de la valeur intrinsèque se calcule au moyen de la formule suivante :
Montant visé par le contrat de change à terme × (taux contractuel – taux contractuel en vigueur à la date de clôture)
Selon les données de l’exemple ci-dessus, la variation de la juste valeur du contrat de change à terme serait estimée comme
suit :
100 000 $ × (1,047 [taux à terme dans 4 mois] – 1,045 [taux contractuel]) = 200 $.
La société passerait l’écriture suivante pour comptabiliser la variation de la juste valeur du contrat à terme de gré à gré :
Dt Actif dérivé 200 $
Ct Gain latent sur dérivé (résultat net) 200 $
Par ailleurs, l’institution financière qui est la contrepartie au contrat à terme de gré à gré aurait pu fournir une juste valeur
estimative de celui-ci.

31 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

88. Exemple – Calcul de la variation de la juste valeur d’un swap de taux


Le 1er janvier 20X1, Couverture inc. emprunte pour une période de 5 ans la somme de 5 000 000 $ à un taux équivalant
au taux préférentiel majoré de 1,5 %. Le 1er juin 20X1, Couverture décide de conclure un swap de taux pour réduire au
minimum son exposition aux fluctuations du taux préférentiel. Selon les modalités du swap, Banque de prêteurs verse à
Couverture des intérêts calculés au taux préférentiel majoré de 1,5 %, alors que Couverture verse à Banque de prêteurs des
intérêts au taux fixe de 3,5 % pendant la durée résiduelle de l’emprunt.
Si Couverture ne veut pas appliquer la comptabilité de couverture, elle doit évaluer le swap à la juste valeur à chaque date de
clôture. Couverture peut estimer la juste valeur du swap en utilisant un logiciel et des prix disponibles sur le marché ou en
demandant à Banque de prêteurs de lui en fournir une juste valeur approximative.
Pour vérifier si la valeur estimative fournie par la banque est raisonnable, Couverture peut utiliser la technique suivante :
Notionnel 5 000 000 $
Durée résiduelle du swap (en mois) 54 mois
Taux préférentiel :
Courant 1,30 %
Moyenne prévue – borne supérieure de l’intervalle 3,80 %
Moyenne prévue – borne inférieure de l’intervalle 3,30 %
Taux d’intérêt de la dette
Variable 2,80 %
Taux d’intérêt du swap
Fixe 3,50 %
Taux d’actualisation – taux sans risque déterminé en fonction de la durée
résiduelle du swap 2,00 %
Flux de trésorerie actualisés – bornes supérieure/inférieure de l’intervalle d’estimation
Borne supérieure
Taux fixe 5 000 000 $ × 3,50 % = (175 000) $
Variable 5 000 000 $ × 3,80 % = 190 000 $
Différence par année 15 000 $
Différence par mois 1 250 $
Valeur actualisée des flux de trésorerie futurs (VA de 1 250 $ pour 54 mois,
calculée au moyen d’un taux de 2 %) (VA avec n = 54, i = ,0017, D = 1 250
= 64 442 $; disons 64 500 $) 64 500 $
Borne inférieure
Taux fixe 5 000 000 $ × 3,50 % = (175 000) $
Variable 5 000 000 $ × 0,30 % = 165 000 $
Différence par année (10 000) $
Différence par mois (833) $
Valeur actualisée des flux de trésorerie futurs (VA de 1 250 $ pour 54 mois,
calculée au moyen d’un taux de 2 %) (VA avec n = 54, i = ,0017, D = (833)
= 42 944 $; disons 43 000 $) (43 000) $
Évaluation externe
Évaluation à la juste valeur effectuée par la banque 52 000 $
Conclusion : Puisque la valeur fournie par la banque se situe dans l’intervalle d’estimation, elle est raisonnable. Remarque :
si la valeur du swap est significative par rapport aux états financiers pris dans leur ensemble, une technique plus précise
devrait être appliquée pour évaluer le degré de fiabilité de l’estimation fournie par la banque, par exemple une technique
faisant intervenir l’utilisation de divers points sur la courbe de taux pendant la durée résiduelle du swap.

Passifs financiers indexés


89. Le chapitre 3856 exige que l’entité informe les lecteurs de ses états financiers de toute condition d’un passif qui pourrait donner
lieu à des flux de trésorerie futurs inhabituels. Lorsqu’un passif est indexé sur une mesure de la performance de l’entité, il doit
être évalué à l’aide d’une estimation de la valeur intrinsèque de la clause d’indexation à la date de clôture. Les paiements fondés
sur le résultat net ou le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA) réel ou moyen, sur la hausse du résultat net
32
Instruments financiers

ou du BAIIA au-delà d’un seuil spécifié et sur la hausse du cours ou de la valeur de l’action au-delà d’un seuil spécifié sont
des exemples de clauses d’indexation. Tout montant comptabilisé à la date de clôture à titre de supplément à payer est présenté
comme une composante distincte de la charge d’intérêts. Si, à une date de clôture ultérieure, le supplément n’est plus à payer, la
valeur comptable du passif est modifiée, et l’ajustement est comptabilisé en déduction de la charge d’intérêts.
90. Lorsqu’on applique une formule qui permet de déterminer le montant définitif à payer en fonction de la performance pour un
certain nombre de périodes, dont certaines ne sont pas encore écoulées, on ne tient compte que des périodes qui sont closes à la
date de clôture.
91. Exemple – Passif financier indexé
Le 1er juillet 20X1, Capital fermé inc. émet un effet de 100 000 $ à 5 ans portant intérêt à 8 %, majoré d’un montant
correspondant à 10 % du bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA) moyen des exercices compris dans la
période de 5 ans se terminant le 30 juin 20X6. L’effet est évalué de la façon suivante :
Date Écritures nécessaires Soldes déclarés
er
1 juillet 20X1 Dt Trésorerie 100 000 $ Effet à payer 100 000 $
Ct Effet à payer 100 000 $
30 juin 20X2 Dt Charge d’intérêts 13 300 $ BAIIA 53 000 $
(8 000 + 5 300)
Ct Trésorerie 8 000 $ Effet à payer 105 300 $
(8 % * 100 000 $)
Ct Effet à payer 5 300
(10 % × 53 000 $)
30 juin 20X3 Dt Charge d’intérêts 2 700 $ BAIIA (perte) (65 000) $
(8 000 – 5 300)
Dt Effet à payer* 5 300 Effet à payer 100 000 $
Ct Trésorerie $8,000
(8 % * 100 000 $)
30 juin 20X4 Dt Charge d’intérêts 9 200 $ BAIIA 48 000 $
(8 000 + 1 200 *)
Ct Trésorerie 8 000 $ Effet à payer 101 200 $
(8 % * 100 000 $)
Ct Effet à payer 1 200 *
30 juin 20X5 Dt Charge d’intérêts 9 800 $ BAIIA 84 000 $
(8 000 + 1 800 *)
Ct Trésorerie 8 000 $ Effet à payer 103 000 $
(8 % * 100 000 $)
Ct Effet à payer 1 800
(10 % × (53 000 – 65 000 + 48 000 + 84 000)/4) – 1 200
30 juin 20X6 Dt Charge d’intérêts 9 500 $ BAIIA 105 000 $
(8 000 + 1 500 *)
Ct Trésorerie 8 000 $ Effet à payer 104 500 $
(8 % * 100 000 $)
Ct Effet à payer 1 500
BAIIA moyen = (53 000 – 65 000 + 48 000 + 84 000 + 105 000) / 5) = 45 000 $ et 10 % donne 4 500 $, ce qui correspond à l’augmentation du solde
de l’effet à payer.
* (10 % × (53 000 – 65 000)/2)) = -600 puisque le montant négatif annule la totalité du montant de 20X2

PRÉSENTATION
Compensation
92. La compensation s’entend de la présentation dans le bilan, en tant qu’actif ou passif, du solde net d’un actif financier comptabi-
lisé et d’un passif financier comptabilisé. Aucun de ces instruments n’est cependant décomptabilisé. (Voir le paragraphe 45-103
ci-après pour une analyse des questions liées à la décomptabilisation.)

33 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

93. La compensation se distingue de la décomptabilisation par les aspects suivants :


a) aucun gain ou aucune perte n’est comptabilisé;
b) contrairement à une cession d’actifs qui est comptabilisée comme une vente du fait que l’entité abandonne le contrôle sur
ces actifs (une opération donnant lieu à une décomptabilisation), les actifs financiers et les passifs financiers qui sont com-
pensés demeurent contrôlés par leur propriétaire;
c) contrairement à l’extinction d’une dette, qui survient lorsque le débiteur est juridiquement dégagé de son obligation (une
opération donnant lieu à une décomptabilisation), le débiteur reste obligé de rembourser une dette qui est compensée par un
ou plusieurs actifs.
94. La détermination du fait qu’un actif financier et un passif financier doivent ou non être compensés est une question importante,
car la présentation pour un montant brut ou net peut avoir une incidence significative sur les ratios suivants (entre autres), qui
sont parfois utilisés pour évaluer la liquidité et la rentabilité :
a) le ratio de liquidité générale, le ratio de liquidité relative;
b) le rendement de l’actif;
c) le ratio emprunts / capitaux propres ou d’autres mesures de l’endettement.
La détermination du fait qu’un actif financier et un passif financier doivent ou non être compensés a aussi une incidence sur les
calculs qu’une banque peut faire pour fixer une limite à une ligne de crédit. Par exemple, certaines ententes limitent le solde
à 75 % du solde des créances.
95. Sur le plan des risques, la conclusion de contrats comportant un droit juridiquement exécutoire d’opérer compensation entre
deux éléments peut contribuer à la gestion de l’exposition de l’entité au risque de crédit et au risque de règlement. Les deux
conditions qui doivent être réunies pour pouvoir compenser un actif financier et un passif financier sont les suivantes :
a) l’entité a un droit juridiquement exécutoire d’opérer compensation entre les deux éléments;
b) l’entité a l’intention soit de procéder à un règlement net, soit de réaliser l’actif et de régler le passif simultanément.
Droit juridiquement exécutoire d’opérer compensation

96. Un droit juridiquement exécutoire d’opérer compensation dépend des faits et des circonstances relatifs à l’opération ainsi que
des lois et règlements qui la régissent. Dans certains cas, les lois ou les règlements, ou encore l’application de la common law,
peuvent entrer en contradiction avec les droits que confère par ailleurs le contrat.
97. Un droit d’opérer compensation qui n’est juridiquement exécutoire qu’en cas de manquement de l’une des parties au contrat ne
répond pas à la condition selon laquelle le droit d’opérer compensation est actuellement exécutoire.
Intention de procéder à un règlement net

98. La condition relative à l’intention doit être remplie pour que l’entité puisse présenter fidèlement ses sources et affectations de
trésorerie prévues. L’intention de procéder à un règlement net doit être documentée ou étayée par l’expérience de l’entité en
matière de compensation dans des situations semblables. En l’absence d’un mécanisme et d’une date explicites de règlement,
une entité ne peut prétendre qu’elle a l’intention de procéder au règlement net de deux opérations ou plus.

Intérêts, dividendes, pertes et gains


99. La présentation des intérêts, dividendes, pertes et gains liés à un instrument financier dans le résultat net ou dans les capitaux
propres est dictée par le classement de l’instrument en question dans le bilan. Les distributions aux porteurs d’un passif financier
sont comptabilisées en résultat net à titre de charges (p. ex., charge d’intérêts). Les distributions afférentes à des instruments de
capitaux propres (p. ex., les dividendes) sont comptabilisées directement en capitaux propres. De même, les gains et les pertes
associés au rachat ou au refinancement d’instruments classés comme passifs sont présentés dans l’état des résultats, alors que
le rachat ou le refinancement d’instruments classés comme capitaux propres sont présentés comme des variations des capitaux
propres.
100. Les revenus tirés de placements évalués à la juste valeur, et de placements évalués au coût, doivent être présentés séparément,
dans le corps même de l’état des résultats comme l’exigent les indications suivantes du chapitre 1520, ÉTAT DES RÉSULTATS :
Paragraphe 1520.03 Les éléments suivants doivent être présentés séparément, dans le corps même de l’état des résultats :
...
b) les revenus de placement, distinction devant être faite entre les revenus tirés :
i) ...
34
Instruments financiers

ii) d’autre part, de tous les autres placements, les éléments suivants devant être indiqués séparément :
— les revenus tirés de placements évalués selon la méthode de la comptabilisation à la valeur d’acquisition
(voir les chapitres 3051, PLACEMENTS, et 3856, INSTRUMENTS FINANCIERS),
— les revenus de placement évalués selon la méthode de la comptabilisation à la valeur de consolidation (voir
le chapitre 3051, PLACEMENTS),
— les revenus tirés de placements évalués à la juste valeur (voir le chapitre 3856, INSTRUMENTS FINANCIERS);
101. Ces indications énoncées dans le chapitre 1520 concordent avec les indications suivantes du chapitre 3856 :
Paragraphe 3856.19A Les revenus tirés de placements évalués à la juste valeur, et de placements évalués au coût, doivent
être présentés séparément, dans le corps même de l’état des résultats.
On a ajouté le paragraphe 3856.19A pour préciser que c’est dans l’état des résultats, et non pas dans les notes complémentaires,
qu’il faut présenter séparément les revenus tirés de placements évalués à la juste valeur et les revenus tirés de placements évalués
au coût. Cette modification s’applique aux exercices ouverts à compter du 1er janvier 2013.
102. L’amortissement des commissions et coûts de transaction, des primes ou des escomptes doit être identifié séparément de la
charge d’intérêts relative à la dette à long terme. Les montants qui peuvent être présentés comme un élément distinct du pro-
duit d’intérêts ou de la charge d’intérêts ou mentionnés dans les notes complémentaires comprennent les éléments indiqués
ci-dessous :
Paragraphe 3856.52 L’entité doit mentionner les éléments suivants de produits, de charges, de gains ou de pertes dans le
corps des états ou dans les notes complémentaires :
a) les gains nets ou pertes nettes comptabilisés qui sont attribuables à des instruments financiers;
b) le produit d’intérêt total;
c) la charge d’intérêt totale sur les passifs financiers à court terme;
d) la charge d’intérêt sur les passifs financiers à long terme, en précisant l’amortissement des primes, des escomptes et
des commissions;
e) le montant de toute perte de valeur ou de toute reprise d’une perte de valeur antérieurement comptabilisée.

DÉCOMPTABILISATION
103. La décomptabilisation s’entend de la suppression, au bilan d’une entité, d’un actif financier ou d’un passif financier comptabi-
lisé antérieurement. Le chapitre 3856 fournit des indications sur la titrisation des créances et la décomptabilisation des passifs
financiers. Les indications sur les cessions d’actifs sont axées sur les opérations au terme desquelles le cédant conserve un droit
sur les actifs cédés.

Actifs financiers – Opérations de titrisation


104. Les créances telles que les crédits hypothécaires, les crédits automobiles, les créances commerciales, les créances sur cartes de
crédit et d’autres comptes d’achat à crédit renouvelable sont des actifs qui sont communément cédés dans les opérations de titri-
sation. Les opérations de titrisation de crédits hypothécaires peuvent comprendre des lots de crédits hypothécaires sur des mai-
sons unifamiliales ou d’autres types de crédits hypothécaires (par exemple sur des immeubles plurifamiliaux ou des immeubles
commerciaux). Les opérations de titrisation de créances garanties par des hypothèques mobilières sur des véhicules automobiles
ou du matériel (y compris les créances de location dans des contrats de location-financement ou de location-vente) sont égale-
ment monnaie courante. La titrisation peut porter sur des actifs tant financiers que non financiers. Des opérations de titrisation
visant des avances sur polices d’assurance vie, des redevances de brevet et des droits d’auteur, et même des permis de taxi, ont
été effectuées par le passé, mais les titrisations d’actifs non financiers sont exclues du champ d’application du chapitre 3856.
105. Les indications générales relatives à la cession de créances précisent que la décomptabilisation des créances doit s’effectuer uni-
quement lorsque le contrôle des créances est abandonné. Les indications renvoient à l’Annexe B du chapitre 3856, qui contient
des indications précises :
Paragraphe 3856.25 Une entité doit décomptabiliser des créances cédées à une autre entité seulement lorsqu’elle en
abandonne le contrôle (voir l’Annexe B).
106. L’initiateur des crédits dans une opération typique de titrisation (le cédant) cède un portefeuille de créances à une structure
d’accueil, ordinairement une fiducie ou un fonds commun en copropriété. Dans certaines opérations de titrisation sans ou
avec transformation, la cession des créances à la structure d’accueil intervient au début de l’opération et n’est suivie d’aucune
autre cession; toutes les sommes recouvrées sont versées aux détenteurs de droits de bénéficiaire dans la structure d’accueil.
35 © Comptables Professionnels Agréés du Canada
Instruments financiers

Dans certaines opérations de titrisation à rechargement, des créances sont cédées au début de l’opération, puis périodiquement
(chaque jour ou chaque mois) par la suite pendant une période définie (ordinairement trois à huit ans), appelée la période de
rechargement. Au cours de la période de rechargement, la structure d’accueil utilise la plus grande partie des sommes recouvrées
pour acquérir d’autres créances du cédant à des conditions fixées d’avance.
107. Dans ces structures, les droits de bénéficiaire dans la structure d’accueil sont vendus à des investisseurs et le produit sert à régler
au cédant les actifs cédés. Ces droits de bénéficiaire peuvent se composer soit d’une seule catégorie de droits présentant les
caractéristiques de titres de capitaux propres, soit de plusieurs catégories de droits dont certaines présentent les caractéristiques
de titres de créance et d’autres, les caractéristiques de titres de capitaux propres. Les sommes recouvrées sur le portefeuille sont
distribuées aux investisseurs et aux autres intéressés conformément aux documents juridiques qui ont constitué la structure
d’accueil.
108. Les opérations de titrisation sans transformation, avec transformation et à rechargement qui satisfont aux conditions définies au
paragraphe 3856.B5 sont à comptabiliser comme une vente :
Paragraphe 3856.B5 Une cession de créances (ou de la totalité ou d’une partie d’une créance) par laquelle le cédant aban-
donne le contrôle sur les créances cédées est comptabilisée comme une vente dès lors que la contrepartie ne se limite pas à
des droits de bénéficiaire sur ces actifs. Le cédant a abandonné le contrôle sur les actifs cédés si, et seulement si, toutes les
conditions suivantes sont réunies :
a) Les actifs cédés ont été isolés par rapport au cédant — c’est-à-dire présumément placés hors d’atteinte du cédant et de
ses créanciers, même en cas de faillite ou de mise sous séquestre (voir les paragraphes 3856.B6 et .B7).
b) Chaque cessionnaire (ou, si le cessionnaire est une structure d’accueil admissible (voir le paragraphe 3856.B14),
chaque détenteur de droits de bénéficiaire dans cette entité) a le droit de nantir ou d’échanger les actifs (ou les droits
de bénéficiaire) qu’il a reçus et aucune condition ne l’empêche de se prévaloir de ce droit ni ne procure au cédant un
avantage non négligeable (voir les paragraphes 3856.B8 à .B13).
c) Le cédant ne conserve pas le contrôle effectif sur les actifs cédés par la voie :
i) soit d’une convention qui lui donne à la fois la faculté et l’obligation de les racheter ou de les reprendre avant
l’échéance (voir les paragraphes 3856.B26 à .B28 et 3856.B34 à .B37);
ii) soit du pouvoir unilatéral de faire retourner par le détenteur des actifs spécifiques, sauf par le moyen d’une option
d’achat pour liquidation anticipée (voir les paragraphes 3856.B29 à .B33).
109. Tous les actifs financiers obtenus ou conservés et tous les passifs pris en charge par l’initiateur d’une opération de titrisation
admise comme vente sont comptabilisés et évalués de la manière prévue au paragraphe 3856.B39 :
Paragraphe 3856.B39 Après l’exécution de la cession de créances qui satisfait aux conditions définies pour qu’elle soit consi-
dérée comme une vente (voir le paragraphe 3856.B5), le cédant (le vendeur) :
a) décomptabilise tous les actifs vendus;
b) comptabilise tous les actifs obtenus et tous les passifs pris en charge en contrepartie à titre de produit de la vente,
notamment les sommes d’argent, les options de vente ou d’achat détenues ou vendues (par exemple, les obligations de
garantie), les engagements à terme (par exemple, les engagements de livrer des créances supplémentaires pendant les
périodes de rechargement de certaines opérations de titrisation), les swaps (par exemple, les dispositions qui conver-
tissent des taux d’intérêt fixes en taux variables) et les passifs de gestion, le cas échéant (voir les paragraphes 3856.B41
et 3856.B54 à .B56);
c) évalue initialement à leur juste valeur les actifs obtenus et les passifs pris en charge dans la vente (voir les para-
graphes 3856.B44 à .B46) ou, s’il n’est pas possible en pratique d’estimer la juste valeur d’un actif ou d’un passif,
applique des mesures de remplacement (voir le paragraphe 3856.B47);
d) porte dans les résultats le gain ou la perte réalisé sur la vente.
Le cessionnaire comptabilise tous les actifs obtenus et les passifs qu’il a pris en charge et les évalue initialement à leur juste
valeur (de façon globale, en principe, le prix payé).
110. Le montant évalué comprend le contrat à terme de gré à gré implicite de vente de nouvelles créances pendant la période de
rechargement, qui peut prendre de la valeur ou devenir onéreux pour le cédant selon les changements des taux d’intérêt et de la
conjoncture.

36
Instruments financiers

111. Illustration – Le diagramme suivant présente une opération typique de titrisation :

Cédant des
créances

Fiducie ou
structure
d’accueil

Détenteurs des droits de


ďĠŶĠĮĐŝĂŝƌĞ;ŝŶǀĞƐƟƐƐĞƵƌƐͿ

112. Les créances sont décomptabilisées seulement lorsque le contrôle en a été abandonné. Les conditions devant être réunies pour
qu’il y ait transfert du contrôle sont énoncées aux paragraphes 3856.B5 à .B37. Les paragraphes 3856.B38 à .B40 présentent
les étapes à suivre pour décomptabiliser les actifs cédés ainsi que pour comptabiliser les actifs obtenus ou conservés par suite
de la cession et les passifs pris en charge. Les dispositions relatives à l’évaluation des éléments pris en charge et conservés sont
énoncées aux paragraphes 3856.B41 à .B47.
Évaluation des droits détenus après une cession de créances

113. Exemple – Enregistrement des cessions avec un produit en argent, des instruments dérivés et d’autres passifs
La Société A vend des crédits ayant une juste valeur de 1 100 $ et une valeur comptable de 1 000 $. La Société A ne
conserve aucune responsabilité de gestion, mais obtient une option lui donnant la faculté d’acheter du cessionnaire des
crédits similaires (qui peuvent se trouver aisément sur le marché) et contracte une obligation de garantie limitée la forçant à
racheter les crédits impayés. La Société A convient de fournir au cessionnaire un rendement à un taux variable alors que les
conditions contractuelles des crédits prévoient un taux fixe (cette disposition constitue en fait un swap de taux d’intérêt).
Justes valeurs
Produit en argent 1 050 $
Swap de taux d'intérêt 40
Option d’achat 70
Obligation de garantie 60

Produit net
Encaissement 1 050 $
Plus : Option d’achat 70
Swap de taux d’intérêt 40
Moins : Obligation de garantie (60)
Produit net 1 100 $

Gain sur la vente


Produit net 1 100 $
Valeur comptable des crédits vendus 1 000 $
Gain sur la vente 100 $

37 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

Écriture de journal
Dt Encaisse 1 050 $
Dt Swap de taux d’intérêt 40
Dt Option d’achat 70
Ct Crédits 1 000 $
Ct Obligation de garantie 60
Ct Gain sur la vente 100
Pour enregistrer la cession
114. Exemple – Enregistrement de cessions de droits partiels
La Société B vend une quote-part de 90 % dans des crédits dont la juste valeur est de 1 100 $ et la valeur comptable,
de 1 000 $. Il n’y a pas d’actif ou de passif de gestion, parce que la Société B estime que les avantages résultant de la gestion
constituent une rémunération simplement adéquate en contrepartie de ses fonctions de gestion (remarque : les actifs et
passifs de gestion sont traités plus en détail à la suite du présent exemple).
Justes valeurs
Produit en argent de la vente de la quote-part de 90 % 990 $
Quote-part de 10 % conservée [(990 $ ÷ 9/10) × 1/10] 110

Valeur
% de la juste comptable
Valeur comptable basée sur la juste valeur relative Juste valeur valeur totale répartie
Quote-part de 9/10 vendue 990 $ 90 900 $
Quote-part de 1/10 conservée 110 10 100
Total 1 100 $ 100 1 000 $

Gain sur la vente


Produit net 990 $
Valeur comptable des crédits vendus 900
Gain sur la vente 90 $

Écriture de journal
Dt Encaisse 990 $
Ct Crédits 900 $
Ct Gain sur la vente 90
Pour comptabiliser la cession
Actifs et passifs de gestion

115. Il arrive parfois que le cédant accepte d’assumer des fonctions de gestion à l’égard des actifs cédés. Les services de gestion
comprennent les services suivants :
a) le recouvrement auprès des débiteurs du principal, des intérêts et des montants à déposer en main tierce;
b) le paiement des impôts et taxes et des assurances à même les dépôts en main tierce;
c) le suivi des impayés;
d) l’exécution des garanties au besoin;
e) le placement temporaire des fonds dans l’intervalle avant la distribution.
116. Lorsqu’une obligation de gérer des créances est assumée, un actif de gestion ou un passif de gestion est comptabilisé, à moins
que :
• les actifs ne soient titrisés;
• la totalité des titres en résultant ne soient conservés;
• les titres ne soient classés comme étant évalués au coût après amortissement.
38
Instruments financiers

117. Lorsque le cédant ne s’attend pas à ce que les avantages futurs résultant de la gestion lui assurent une rémunération adéquate
pour la prestation des services de gestion, on obtient un passif de gestion plutôt qu’un actif de gestion. Par exemple, dans l’opé-
ration illustrée au paragraphe 113 ci-dessus, si le cédant avait convenu de gérer les crédits sans rémunération explicite et qu’il
estimait à 50 $ la juste valeur de cette obligation de gestion, le produit net serait réduit à 1 050 $, le gain sur la vente serait réduit
à 50 $ et le cédant présenterait un passif de gestion de 50 $. Ces faits modifiés sont illustrés au paragraphe 118 ci-après. La
gestion ne devient un actif ou un passif distinct que lorsqu’elle est séparée contractuellement de l’actif sous-jacent par la vente
ou la titrisation des actifs avec conservation de la gestion, ou par l’acquisition ou la prise en charge distincte de la responsabilité
de gestion.
118. Exemple – Enregistrement d’un passif de gestion dans le cadre d’une cession de créances (suite du paragraphe 113 ci-dessus)
La Société C vend des crédits ayant une juste valeur de 1 100 $ et une valeur comptable de 1 000 $. Elle accepte de gérer les
crédits sans rémunération explicite et estime à 50 $ la juste valeur de cette obligation de gestion. La Société C obtient une
option lui donnant la faculté d’acheter du cessionnaire des crédits similaires (qui peuvent se trouver aisément sur le marché)
et contracte une obligation de garantie limitée la forçant à racheter les crédits impayés. La Société C convient de fournir au
cessionnaire un rendement à un taux variable alors que les conditions contractuelles des crédits prévoient un taux fixe (cette
disposition constitue en fait un swap de taux d’intérêt).
Justes valeurs
Produit en argent 1 050 $
Swap de taux d’intérêt 40
Option d’achat 70
Obligation de garantie 60
Passif de gestion 50

Produit net
Encaissement 1 050 $
Plus : Option d’achat 70
Swap de taux d’intérêt 40
Moins : Obligation de garantie (60)
Passif de gestion (50)
Produit net 1 050 $

Gain sur la vente


Produit net 1 050 $
Valeur comptable des crédits vendus 1 000
Gain sur la vente 50 $

Écriture de journal
Dt Encaisse 1 050 $
Dt Swap de taux d’intérêt 40
Dt Option d’achat 70
Ct Crédits 1 000 $
Ct Obligation de garantie 60
Ct Passif de gestion 50
Ct Gain sur la vente 50
Pour enregistrer la cession

39 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

119. Exemple – Vente de créances avec conservation de la gestion


La Société D consent des crédits de 1 000 $, qui rapportent des intérêts de 10 % pour leur durée estimative de 9 ans. Elle
vend le principal de 1 000 $ et le droit de recevoir des intérêts de 8 % à une autre entité pour la somme de 1 000 $. La
Société D continuera à gérer les crédits et le contrat stipule qu’elle recevra, en rémunération pour la gestion, la moitié des
intérêts qui n’ont pas été vendus. L’autre moitié des intérêts non vendus est considérée comme une créance résultant d’un
coupon d’intérêts. À la date de la cession, la juste valeur des crédits, compte tenu de la gestion, est de 1 100 $. La juste
valeur de l’actif de gestion est de 40 $.
Justes valeur
Produit en argent 1 000 $
Actif de gestion 40
Créance-coupon d’intérêts 60

Valeur
% de la juste comptable
Valeur comptable basée sur la juste valeur relative Juste valeur valeur totale répartie
Crédits vendus 1 000 $ 91,0 910 $
Actif de gestion 40 3,6 36
Créance-coupon d’intérêts 60 5,4 54
Total 1 100 $ 100,0 1 000 $

Gain sur la vente


Produit net 1 000 $
Valeur comptable des crédits vendus 910
Gain sur la vente 90 $

Écritures de journal
Dt Encaisse 1 000 $
Ct Crédits 910 $
Ct Gain sur la vente 90
Pour enregistrer la cession

Dt Actif de gestion 36 $
Dt Créance-coupon d’intérêts 54
Ct Crédits 90 $
Pour enregistrer l’actif de gestion et la créance-coupon d’intérêts
120. L’exemple du paragraphe 45-118 illustre comment le cédant comptabiliserait une opération simple de titrisation dans laquelle
il conserve la gestion. La Société C pourrait plutôt céder les créances à une société par actions ou à une fiducie qui constitue
une structure d’accueil admissible. La structure d’accueil admissible titrise alors les crédits en plaçant des droits de bénéficiaire
auprès du public. Elle verse le produit en argent au cédant, qui comptabilise l’opération comme une vente et décomptabilise les
créances, en supposant que les conditions prévues au paragraphe 3856.B5 sont respectées. Les opérations de titrisation com-
binent souvent les éléments présentés dans tous les exemples précédents, comme il est illustré ci-dessous.

40
Instruments financiers

121. Exemple – Enregistrement de cessions de droits partiels avec un produit en argent, des instruments dérivés, d’autres passifs et
la gestion
La Société E consent des crédits remboursables par anticipation de 1 000 $, qui rapportent des intérêts de 10 % pour leur
durée prévue de 9 ans. Elle vend une quote-part de neuf dixièmes du principal plus des intérêts de 8 % à une autre entité.
Elle continue à assurer la gestion des crédits et le contrat stipule qu’elle recevra, en rémunération pour la gestion, les intérêts
de 2 % qui n’ont pas été vendus. Elle conserve une option lui donnant la faculté d’acheter du cessionnaire des crédits
similaires aux crédits vendus (qui peuvent se trouver aisément sur le marché) et elle assume une obligation de garantie
limitée lui imposant de racheter les crédits impayés.
Justes valeur
Produit en argent 900 $
Option d’achat 70
Obligation de garantie 60
Actif de gestion 90
Quote-part de 1/10 conservée 100

Produit net
Encaissement 900 $
Plus : Option d’achat 70
Moins : Obligation de garantie (60 )
Produit net 910 $

Valeur
% de la juste comptable
Valeur comptable basée sur la juste valeur relative Juste valeur valeur totale répartie
Quote-part vendue 910 $ 83 830 $
Actif de gestion 90 8 80
Quote-part de 1/10 conservée 100 9 90
Total 1 100 $ 100 1 000 $

Gain sur la vente


Produit net 910 $
Valeur comptable des crédits vendus 830
Gain sur la vente 80 $

Écritures de journal
Dt Encaisse 900 $
Dt Option d’achat 70
Ct Crédits 830 $
Ct Obligation de garantie 60
Ct Gain sur la vente 80
Pour enregistrer la cession

Dt Actif de gestion 80 $
Ct Crédits 80 $
Pour enregistrer l’actif de gestion
Au moment de la cession, la Société E inscrit la quote-part de 1/10 qu’elle a conservée dans les crédits à leur valeur
comptable répartie de 90 $.

41 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

Juste valeur

122. Exemple – Enregistrement de cessions lorsqu’il n’est pas possible en pratique d’estimer une juste valeur
La Société F vend à une autre entité des crédits ayant une valeur comptable de 1 000 $ pour une somme d’argent plus une
option lui donnant la faculté d’acheter des crédits similaires aux crédits vendus (qui se trouvent aisément sur le marché) et
contracte une obligation de garantie limitée la forçant à racheter les crédits impayés. La Société F s’engage à gérer les actifs
cédés pour l’autre entité. Dans la situation I, la Société F juge qu’il n’est pas possible en pratique d’estimer la juste valeur du
contrat de gestion, bien qu’elle ne doute pas que les produits de la gestion constitueront une rémunération plus qu’adéquate
pour la prestation du service de gestion. Dans la situation II, la Société F juge qu’il n’est pas possible en pratique d’estimer
la juste valeur de l’obligation de garantie.
Juste valeur Situation I Situation II
Produit en argent 1 050 $ 1 050 $
Actif de gestion — a) 40
Option d’achat 70 70
Obligation de garantie 60 — a)
Juste valeur des crédits cédés 1 100 1 100

Produit net Situation I Situation II


Encaissement 1 050 $ 1 050 $
Plus : Option d’achat 70 70
Moins : Obligation de garantie (60 ) — a)
Produit net 1 060 $ 1 120 $

Valeur comptable basée sur la juste valeur relative (Situation I)


% de la juste Valeur comptable
Juste valeur valeur totale répartie
Crédits vendus 1 060 $ 100 1 000 $
Actif de gestion — — —
Total 1 060 $ 100 1 000 $

Valeur comptable basée sur la juste valeur relative (Situation II)


% de la juste Valeur comptable
Juste valeur valeur totale répartie
Crédits vendus 1 120 $ 97 970 $
Actif de gestion 40 3 30
Total 1 160 $ 100 1 000 $

Écritures de journal Situation I Situation II


Dt Encaisse 1 050 $ 1 050 $
Dt Actif de gestion — b) 30
Dt Option d’achat 70 70
Ct Crédits 1 000 $ 1 000 $
Ct Obligation de garantie 60 150 c)
Ct Gain sur la vente 60 —
Pour enregistrer la cession
a) Il n’est pas possible en pratique d’estimer la juste valeur.
b) L’actif est inscrit à zéro s’il n’est pas possible en pratique d’estimer sa juste valeur.
c) Le montant inscrit comme passif dans cet exemple est égal à la somme des actifs connus moins la juste valeur des passifs connus, c’est-à-dire le montant
qui ne crée pas de gain ou de perte.

42
Instruments financiers

Créances de location dans des contrats de location-vente ou de location-financement

123. Exemple – Enregistrement de cessions de créances de location avec valeurs résiduelles


Au début de la deuxième année d’un contrat de location-vente de 10 ans, la Société G vend pour 505 $ une quote-part de
neuf dixièmes dans les loyers minimaux et conserve une quote-part de un dixième dans ces loyers ainsi qu’un droit intégral
sur la valeur résiduelle non garantie de l’équipement loué. La Société G ne reçoit pas de rémunération explicite pour la
gestion et elle estime que les autres avantages résultant de la gestion constituent une rémunération simplement adéquate
en contrepartie de ses fonctions de gestion; elle n’enregistre donc initialement aucun actif ou passif de gestion. La valeur
comptable et le calcul du gain correspondant sont présentés ci-dessous :
Valeur comptable
Loyers minimaux 540 $
Produit comptabilisé d’avance relié aux loyers minimaux 370
Placement brut dans les loyers minimaux 910
Valeur résiduelle non garantie 30
Produit comptabilisé d’avance relié à la valeur résiduelle 60
Placement brut dans la valeur résiduelle 90
Placement brut total dans les créances de location 1 000 $

Gain sur la vente


Encaissement 505 $
9/10 de la valeur comptable du placement brut dans les loyers minimaux 819
9/10 de la valeur comptable du produit comptabilisé d’avance relié aux loyers minimaux (333)
Valeur comptable nette des loyers minimaux vendus 486
Gain sur la vente 19 $

Écriture de journal
Dt Encaisse 505 $
Dt Produit comptabilisé d’avance 333
Ct Créance de location 819 $
Ct Gain sur la vente 19
Pour enregistrer la vente de 9/10 des loyers minimaux au début de l’an 2

Passifs financiers
Extinction de passifs financiers

124. Un passif financier (ou une partie d’un passif financier) qui est éteint doit être décomptabilisé (ce que l’on appelle souvent un
«règlement»). Un passif est éteint lorsque l’obligation est exécutée ou annulée, ou lorsqu’elle prend fin. Le chapitre 3856 fournit
des indications pour faire la distinction entre l’extinction d’un passif financier et sa modification. La renégociation d’un passif
financier donne lieu à une extinction lorsque les nouvelles conditions de l’instrument «diffèrent substantiellement» des condi-
tions initiales. Le paragraphe 3856.A52 mentionne les deux cas où les conditions d’un passif renégocié sont considérées comme
différant substantiellement du passif initial :
a) la valeur actualisée des flux de trésorerie selon les nouvelles conditions est différente d’au moins 10 % de la valeur actuali-
sée des flux de trésorerie qui restaient attendus du passif financier initial;
b) il y a un changement de créancier et la dette initiale est légalement acquittée.
125. Les flux de trésorerie peuvent être touchés par suite de changements apportés au montant du principal, au taux d’intérêt ou à
l’échéance. Ils peuvent également être touchés par les commissions échangées entre le débiteur et le créancier pour modifier des
éléments tels que les suivants :
a) l’existence ou l’absence d’un droit de recours;
b) le rang de l’obligation;
c) la garantie;
d) les clauses restrictives ou les clauses de renonciation;

43 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

e) le garant;
f) les clauses de remboursement anticipé.
Si les conditions d’un instrument d’emprunt sont modifiées de l’une ou l’autre des façons indiquées ci-dessus et que l’effet de
ces modifications sur les flux de trésorerie actualisés est d’au moins 10 %, les modifications sont substantielles et doivent être
comptabilisées comme un règlement de la dette initiale.
126. Les situations suivantes ne donnent pas lieu à un règlement et n’entraînent pas la comptabilisation d’un gain ou d’une perte :
a) l’annonce, par un débiteur, de son intention de rembourser par anticipation l’instrument d’emprunt à la première date de
remboursement anticipé;
b) une entente, conclue avec un créancier, aux termes de laquelle l’instrument d’emprunt émis par le débiteur et détenu par une
autre partie sera remboursé.
127. Pour déterminer si une opération répond aux conditions énoncées à l’alinéa 3856.A52 a), les facteurs suivants doivent être pris
en compte :
a) Les flux de trésorerie à actualiser comprennent les suivants :
— tous les flux de trésorerie visés par les conditions du nouvel instrument d’emprunt; plus
— toute somme, y compris les commissions, payée par le débiteur au créancier et affectée à l’instrument d’emprunt;
moins
— toute somme, y compris les commissions, reçue du créancier par le débiteur dans le cadre de la modification ou de
l’échange.
b) Si l’instrument d’emprunt initial ou le nouvel instrument d’emprunt est assorti d’un taux d’intérêt variable, le taux variable
en vigueur à la date de la modification ou de l’échange est utilisé pour calculer les flux de trésorerie de l’instrument à taux
variable.
c) Si le nouvel instrument d’emprunt ou l’instrument d’emprunt initial est remboursable ou encaissable par anticipation, des
analyses distinctes de flux de trésorerie doivent être effectuées en posant comme hypothèse que l’option de remboursement
anticipé ou d’encaissement anticipé est exercée ou pas. Les hypothèses relatives aux flux de trésorerie qui donneront la
variation la plus faible serviront à déterminer si le seuil de 10 % est atteint.
d) Si l’instrument d’emprunt est assorti de modalités visant des paiements conditionnels ou de modalités inhabituelles de taux
d’intérêt, il faudra recourir à l’exercice du jugement pour déterminer les flux de trésorerie qui sont appropriés.
e) Le taux d’actualisation à utiliser pour calculer la valeur actualisée des flux de trésorerie est le taux d’intérêt effectif, à des
fins comptables, de l’instrument d’emprunt initial.
f) Si, dans l’année précédant l’opération considérée, l’emprunt a été modifié ou échangé et que cette opération n’a pas donné
lieu à un règlement, ce sont les conditions de l’emprunt initial qui étaient en vigueur il y a un an qui doivent être prises en
considération pour déterminer si la modification ou l’échange considéré constitue un règlement ou non.
128. Si les valeurs actualisées des flux de trésorerie de l’instrument d’emprunt initial et du nouvel instrument d’emprunt diffèrent
d’au moins 10 % :
a) le nouvel instrument d’emprunt est comptabilisé initialement à sa juste valeur ajustée en fonction du montant des commis-
sions et des coûts de transaction engagés pour renégocier l’emprunt, le cas échéant;
b) la différence entre la juste valeur du nouveau passif et la valeur comptable du passif initial, y compris toutes les commis-
sions et tous les coûts de transaction initialement inclus dans la valeur comptable, est comptabilisée comme un gain ou une
perte à l’extinction du passif initial.
129. La juste valeur est également utilisée pour déterminer le taux d’intérêt effectif du nouvel instrument si la méthode du taux
d’intérêt effectif est appliquée. Si tel n’est pas le cas, la différence entre le montant du principal du nouvel emprunt et sa valeur
comptable doit être amortie de façon systématique sur la durée du nouvel emprunt.
130. Si les valeurs actualisées des flux de trésorerie de l’instrument d’emprunt initial et du nouvel instrument d’emprunt diffèrent de
moins de 10 %, les commissions ou les coûts associés à la renégociation sont ajoutés à la valeur comptable de l’instrument et,
combinés avec les commissions ou les coûts antérieurement comptabilisés dans la valeur comptable de l’instrument, sont amor-
tis sur la durée restante de l’instrument. Si les commissions et les coûts antérieurement comptabilisés dans la valeur comptable
de l’instrument sont amortis selon la méthode du taux d’intérêt effectif, un nouveau taux d’intérêt effectif doit être calculé sur la
base de la valeur comptable et des flux de trésorerie modifiés.

44
Instruments financiers

131. Le fait que le créancier principal accorde une sous-participation à d’autres prêteurs ne modifie pas le traitement de l’instrument
par le débiteur, sauf si les flux de trésorerie sont également modifiés du fait que l’emprunteur ne s’est pas acquitté de son obli-
gation envers la banque principale. Toutefois, si l’emprunt a été syndiqué et que le débiteur a une obligation envers chaque
membre du syndicat, il est possible que la renégociation donne lieu, dans les faits, à plus d’un passif si plusieurs membres du
syndicat acceptent des nouvelles conditions différentes.
132. Lorsqu’un intermédiaire participe à l’obtention ou à la renégociation d’un emprunt par un emprunteur, il peut être nécessaire
d’évaluer si l’intermédiaire agit à titre de contrepartiste ou de mandataire pour déterminer si l’emprunt initial a été acquitté
(paragraphe 3856.A51). Les exemples qui suivent ne sont que des indications, et l’entité pourrait devoir évaluer si l’opération
fait en sorte qu’elle devienne une entité ayant une obligation d’information du public :
a) Lorsque le rôle de l’intermédiaire se limite à placer ou à réacquérir les titres d’emprunt pour le débiteur sans exposer ses
propres fonds à un risque, l’intermédiaire agit à titre de mandataire. Lorsque l’intermédiaire place ou réacquiert les titres
d’emprunt pour le débiteur en engageant ses propres fonds et en courant le risque de perdre ces fonds, il agit à titre de
contrepartiste.
b) Lorsque l’intermédiaire place des effets émis par le débiteur et que le placement est effectué aux termes d’une convention
de placement pour compte, il agit à titre de mandataire. Aux termes d’une convention de placement pour compte, le placeur
accepte de n’acheter que les titres qu’il est en mesure de vendre à d’autres parties; si le placeur ne peut commercialiser les
titres d’emprunt, l’émetteur doit rembourser ces derniers. L’intermédiaire peut agir à titre de contrepartiste si le placement
est effectué aux termes d’une convention de prise ferme, qui exige que l’intermédiaire détienne tout titre d’emprunt qu’il
n’a pas été en mesure de vendre à d’autres parties.
c) Lorsque le débiteur donne des instructions à l’intermédiaire et que ce dernier ne peut, de façon indépendante, amorcer un
échange ou une modification de l’instrument d’emprunt, l’intermédiaire agit à titre de mandataire. L’intermédiaire peut
agir à titre de contrepartiste s’il acquiert des titres d’emprunt d’un autre porteur de titres sur le marché ou échange des titres
d’emprunt avec un tel porteur et qu’il peut subir une perte par suite de la transaction.
d) Lorsque la seule rémunération que touche l’intermédiaire dans le cadre de son entente avec le débiteur est une commission
d’un montant déterminé, l’intermédiaire agit à titre de mandataire. Par contre, si l’intermédiaire peut dégager un gain de la
valeur des titres émis par le débiteur, il agit à titre de contrepartiste.
133. Exemples – Placeur agissant à titre de mandataire
Lorsqu’un placeur tiers agit à titre de mandataire pour le compte du débiteur, ses activités sont traitées comme si elles étaient
les activités du débiteur. Lorsque le placeur acquiert de porteurs des instruments d’emprunt contre espèces, l’opération est
un règlement même si le placeur transfère subséquemment un instrument d’emprunt assorti des mêmes conditions ou de
conditions différentes aux mêmes investisseurs ou à des investisseurs différents.
Si le placeur acquiert des instruments d’emprunt de porteurs contre espèces et émet, au même moment, de nouveaux
instruments d’emprunt contre espèces, il y a règlement seulement si les deux instruments d’emprunt sont assortis de
conditions considérablement différentes, tel que défini ci-dessus.
Dans les opérations faisant intervenir un placeur tiers agissant à titre de contrepartiste, le placeur est considéré être un
porteur comme les autres porteurs d’instruments d’emprunt. Par conséquent, si le placeur agissant à titre de contrepartiste
acquiert des instruments d’emprunt d’autres parties, l’acquisition par le placeur n’a aucune incidence sur le traitement
comptable appliqué par le débiteur, et les exigences dont il a été question précédemment s’appliqueraient aux échanges ou
aux modifications entre le débiteur et le placeur.
Modifications apportées aux ententes relatives aux lignes de crédit et au crédit renouvelable

134. Le paragraphe 3856.A56 fournit des indications pour déterminer si des modifications apportées à une ligne de crédit renouve-
lable constituent un remplacement d’une facilité par une autre ou une modification de l’instrument initial. Étant donné que les
flux de trésorerie futurs ne sont pas connus, l’ampleur de la modification est évaluée en comparant la capacité de la facilité avant
et après la modification. La capacité s’estime en multipliant le crédit maximum disponible par la durée maximale.

45 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

135. Exemple – Détermination de l’excédent de la capacité d’emprunt de la nouvelle entente sur la capacité d’emprunt de
l’entente précédente, et répercussions comptables connexes des frais et des coûts
Conditions du crédit renouvelable initial :
• Durée de 5 ans (3 ans à courir)
• Montant de l’engagement : 1 000 000 $.
Au moment de la modification, la capacité d’emprunt dans le cadre de l’entente initiale est de 3 000 000 $, soit le produit
obtenu en multipliant la durée à courir (3 ans) par le montant de l’engagement (1 000 000 $).
Les modifications suivantes sont apportées aux conditions initiales (le créancier est le même) :
Situation A : Le montant de l’engagement est porté à 1 500 000 $ et la durée de la nouvelle entente demeure de 3 ans (la
capacité d’emprunt est de 4 500 000 $).
Situation B : Le montant de l’engagement est ramené à 200 000 $ et la durée de la nouvelle entente est de 5,5 ans (la
capacité d’emprunt est de 1 100 000 $).
Situation C : Le crédit renouvelable initial est remplacé par un prêt à terme de 750 000 $ d’une durée de 3 ans, dont le
principal échoit à la fin des 3 ans (la capacité d’emprunt est de 2 250 000 $).
Situation D : Le crédit renouvelable initial est remplacé par un prêt à terme de 1 000 000 $ d’une durée de 3 ans, dont le
principal échoit à la fin des 3 ans (la capacité d’emprunt est de 3 000 000 $).
Dans tous les exemples, au moment de la modification de l’entente initiale, un montant de 15 000 $ au titre des coûts non
amortis relatifs à l’entente initiale demeure au bilan du débiteur. Le débiteur paie des frais de 10 000 $ au créancier et il
engage des coûts de 20 000 $ auprès de tiers.
Capacité Capacité
d’emprunt d’emprunt Traitement comptable des frais
– entente – nouvelle Traitement comptable payés au créancier et
Situation précédente entente des coûts non amortis des coûts engagés auprès de tiers
A 3 millions $ 4,5 millions $ le montant de 15 000 $ est amorti sur le montant de 30 000 $ est amorti sur 3 ans
3 ans
B 3 millions $ 1,1 million $ selon un ratio capacité d’emprunt le montant de 30 000 $ est amorti sur 5,5
nouvelle entente/entente précédente, ans
63% des coûts non amortis (9 500 $)
sont radiés; les coûts résiduels
(5 500 $) sont amortis sur 5,5 ans
C 3 millions $ 2,25 millions $ selon un ratio capacité d’emprunt le montant de 30 000 $ est amorti sur 3 ans
nouvelle entente/entente précédente,
25% des coûts non amortis (3 750 $)
sont radiés; les coûts résiduels
(11 250 $) sont amortis sur 3 ans
D 3 millions $ 3 millions $ le montant de 15 000 $ est amorti sur le montant de 30 000 $ est amorti sur 3 ans
3 ans
Extinction de passifs financiers au moyen d’instruments de capitaux propres

136. Lorsqu’un débiteur règle la totalité ou une partie d’un passif en émettant des actions en faveur du créancier dans une opéra-
tion de «conversion d’une dette en instruments de capitaux propres», les instruments de capitaux propres émis constituent la
«contrepartie payée». Les instruments de capitaux propres sont évalués à leur juste valeur ou à la juste valeur du passif à la date
de l’extinction, selon la valeur qui peut être évaluée de la façon la plus fiable. La différence entre la valeur comptable du passif
financier (ou de la partie d’un passif financier) éteint ou transféré à un tiers et la contrepartie payée, y compris, s’il y a lieu, les
actifs autres que de la trésorerie cédés ou les passifs pris en charge, est comptabilisée en résultat net.
137. La juste valeur des instruments de capitaux propres émis est la valeur qui reflète le mieux le montant de la contrepartie totale
payée dans le cadre de l’opération, et elle peut comprendre la prime que le créancier exige pour renégocier les conditions du
passif financier. Toutefois, lorsqu’il n’est pas possible en pratique de déterminer la juste valeur des actions émises, la juste valeur
du passif doit être utilisée. Étant donné que les conversions de dettes en instruments de capitaux propres sont souvent réalisées
lorsqu’il y a manquement aux conditions du passif financier (ce qui le rend payable à vue), et comme l’entité n’émettrait pas
d’actions si elle était en mesure de rembourser sa dette, les indications du paragraphe 3856.A12 ne sont pas appliquées pour
mesurer la juste valeur de la totalité ou d’une partie du passif financier éteint.

46
Instruments financiers

138. Lorsque l’émission des actions par l’entité représente la contrepartie payée pour l’extinction d’une partie d’un passif financier et la
modification des conditions de la partie non éteinte, la contrepartie payée doit être répartie entre la portion du passif qui est éteinte
et la portion qui ne l’est pas. L’entité doit tenir compte de cette répartition pour déterminer le gain ou la perte à comptabiliser sur
la partie du passif qui est éteinte et pour évaluer si les conditions de la partie restante du passif ont été substantiellement modifiées.
Passifs convertibles

139. Lors de l’extinction d’un instrument d’emprunt convertible :


La clause de conversion a été initialement L’un des éléments, ou les deux, ont été
évaluée à zéro évalués à la juste valeur
Attribution de la La contrepartie payée est attribuée de la façon La contrepartie payée est attribuée de la façon
contrepartie suivante : suivante :
• au passif, jusqu’à concurrence de sa • à chaque composante selon la même
valeur comptable, y compris les intérêts méthode que celle ayant servi à ventiler
courus initialement le produit de l’émission
• tout solde est attribué à l’élément de capi- (alinéa 3856.A36 b)).
taux propres (alinéa 3856.A36 a))
La conversion est effectuée Lorsque l’option de conversion est exercée selon les conditions initiales de l’instrument, la
selon les conditions somme de la valeur comptable de l’élément de capitaux propres (la clause de conversion), si
initiales (aucun montant elle n’est pas nulle, et de la valeur comptable de l’élément de passif (y compris, le cas échéant,
versé en trésorerie) les intérêts courus impayés) est virée au capital-actions. Aucun gain ni aucune perte ne sont
comptabilisés. (paragraphe 3856.A34)
La conversion est réglée en Lorsque l’option de conversion est exercée et que l’émetteur règle son obligation en trésorerie,
trésorerie l’entité comptabilise en résultat net un gain ou une perte sur l’extinction de l’élément de passif.
Elle traite le règlement de l’élément de capitaux propres (c.-à-d. la clause de conversion)
comme une opération portant sur les capitaux propres : un gain est porté au crédit du surplus
d’apport; une perte est portée au débit du surplus d’apport jusqu’à concurrence des gains
antérieurs, le solde allant réduire les bénéfices non répartis. (paragraphe 3856.A35)
La conversion n’est Lorsque l’émetteur offre un ratio de conversion plus avantageux que celui stipulé initialement
pas effectuée selon les dans le contrat d’emprunt ou qu’il offre aux porteurs un nombre supplémentaire d’actions en
conditions initiales (ratio vue de les inciter à convertir l’instrument d’emprunt avant une date déterminée, les actions
de conversion avantageux) résultant de la conversion sont évaluées comme suit : les actions dont le nombre correspond
aux conditions initialement prévues sont évaluées au prix contractuel initial (c’est-à-dire en
fonction du ratio de conversion initial), et toute action supplémentaire émise est évaluée à la
juste valeur. Le gain ou la perte lié à l’élément de passif est comptabilisé en résultat, et l’écart
entre la valeur comptable de l’option de conversion et le montant du règlement considéré est
traité comme une opération portant sur les capitaux propres. (paragraphe 3856.A37)
L’option de conversion Le règlement est comptabilisé à la valeur de remboursement de l’instrument, qui est également
expire la valeur nominale de celui-ci. L’élément de passif est décomptabilisé, et la valeur comptable
de l’élément de capitaux propres, si elle n’est pas nulle, est virée au surplus d’apport.
(paragraphe 3856.A38)

47 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

140. Exemple – Comptabilisation de l’extinction d’un instrument financier composé


Capital inc. (Capital) avait besoin de mobiliser 10 000 $ pour financer ses activités et a éprouvé de la difficulté à trouver le
financement nécessaire. Par conséquent, elle a émis des obligations d’un montant global de 10 000 $, remboursables dans 5
ans et portant intérêt au taux annuel de 6 %. Les obligations étaient convertibles en un montant fixe d’actions ordinaires de
Capital en cas de manquement aux conditions des obligations. La clause de conversion, évaluée à l’aide du modèle de Black
et Scholes, s’élevait à 250 $ à l’émission des obligations.
Capital aurait pu initialement comptabiliser l’émission des obligations selon l’une des deux méthodes suivantes :
La clause de conversion est évaluée à zéro La clause de conversion est évaluée à la juste valeur
Dt Trésorerie 10 000 $ Dt Trésorerie 10 000 $
Ct Passif 10 000 $ Ct Passif 9 750 $
Ct Clause de conversion 250
Le tableau qui suit illustre le traitement comptable à appliquer dans diverses situations d’extinction des obligations (dans ces
exemples, il est présumé que tous les intérêts ont été payés lorsque exigibles) :
La clause de conversion a été évaluée à la juste
Situation La clause de conversion a été évaluée à zéro valeur
La conversion est Dt Passif 10 000 $ Dt Passif 9 900 $ *
réalisée pendant la Ct Capital-actions 10 000 $ Dt Clause de conversion 250
troisième année selon Ct Capital-actions 10 150 $
les conditions initiales
(aucun montant versé
en trésorerie)
La conversion est Dt Passif 10 000 $ Dt Passif 9 900 $ *
réalisée pendant la Ct Trésorerie 9 500 $ Dt Clause de conversion 250
troisième année et Ct Gain 500 Ct Trésorerie 9 500 $
réglée en trésorerie
Ct Gain 634
Ct Surplus d’apport 16

L’extinction n’est Pour inciter les porteurs à convertir leurs obligations pendant la troisième année, Capital leur offre
pas réalisée selon les 2 000 actions en sus du ratio de conversion initial déterminé. Les 2 000 actions supplémentaires ont
conditions initiales chacune une juste valeur de 2 $ à l’émission.
(ratio de conversion Dt Passif 10 000 $ Dt Passif 9 900 $ *
avantageux) Dt Perte 4 000 Dt Clause de conversion 250
Ct Capital-actions 14 000 $ Dt Perte 3 750
Dt Bénéfices non répartis
(250 $ / 10 000 * 4 000 $ = 100 $) 100
Ct Capital-actions 14 000 $

Le règlement survient Dt Passif 10 000 $ Dt Passif 10 000 $


à l’expiration ou à Ct Trésorerie 10 000 $ Ct Trésorerie 10 000 $
l’échéance de l’option Dt Clause de conversion 250 $
de conversion et
Ct CSurplus d’apport 250 $
consiste en une remise
de trésorerie

Le règlement survient Dt Passif 10 000 $ Dt Passif 10 000 $


à l’expiration ou à Ct Capital-actions 10 000 $ Ct Capital-actions 10 000 $
l’échéance de l’option Dt Clause de conversion 250 $
de conversion et
Ct Capital-actions 250 $
consiste en une
remise d’actions
* L’élément de passif aurait fait l’objet d’un amortissement sur une période de 5 ans pour ramener sa valeur comptable à sa valeur à l’échéance. Dans le
présent exemple, la méthode de l’amortissement linéaire a été utilisée, mais la méthode du taux d’intérêt effectif aurait tout aussi bien pu être appliquée.

48
Instruments financiers

COMPTABILITÉ DE COUVERTURE
Introduction
141. La couverture est une activité dont l’objet est de modifier l’exposition d’une entité à un ou à plusieurs risques. Une opération
de couverture consiste à compenser, au moyen d’un contrat, une ou plusieurs des caractéristiques d’un autre contrat ou groupe
de contrats. De nombreuses couvertures surviennent naturellement lorsque les clauses d’un contrat établissant des droits pour
l’entité sont compensées par les clauses d’un contrat établissant des obligations. Par exemple, le risque de change découlant de la
vente de biens ou de services libellés en dollars américains pourrait être compensé par des achats libellés en dollars américains.
Si la compensation n’intervient pas naturellement au sein du modèle économique de l’entité, celle-ci peut se tourner vers les
contrats dérivés pour générer un effet de compensation. Par exemple, un swap de taux d’intérêt peut être utilisé pour convertir,
dans les faits, une dette à taux variable en dette à taux fixe, ce qui facilite la prédiction et la gestion des flux de trésorerie.
142. Il faut noter que la couverture ne réduit pas l’exposition globale d’une entité à tous les risques; elle modifie plutôt cette expo-
sition au risque en permettant d’échanger l’exposition à un risque donné contre l’exposition à un autre risque. Par exemple,
prenons un simple swap de taux d’intérêt qui convertit le taux variable d’un emprunt bancaire en un taux fixe. Il permet ainsi à
l’entité de diminuer son exposition à la fluctuation des paiements d’intérêts périodiques (risque de flux de trésorerie) en échange
de la prise d’un risque de prix supplémentaire associé à la juste valeur du swap. L’entité est toujours exposée au risque lié à la
volatilité des taux d’intérêt, mais ce risque a été modifié. Avec l’emprunt au taux variable, l’entité subit une perte économique si
les taux d’intérêt (et donc les paiements d’intérêts périodiques) augmentent. Après avoir conclu le swap de taux d’intérêt, l’entité
connaît une perte économique si les taux d’intérêt diminuent parce qu’elle s’est engagée à verser des intérêts à un taux fixe plus
élevé pour le reste de la durée du swap.
143. Voici deux des principaux avantages de la couverture : a) la possibilité pour une entité de réduire ou d’éliminer l’exposition aux
risques qu’elle considère moins souhaitables, en échange d’une exposition supplémentaire à un ou à plusieurs autres risques
qu’elle juge plus acceptables, et b) la possibilité d’atténuer ou d’éliminer l’incertitude (en bloquant les taux d’intérêt ou le prix
dans la monnaie du pays de l’achat futur de marchandises en monnaie étrangère). Une entité peut se livrer à une activité de
couverture peu importe qu’elle choisisse d’appliquer ou non la comptabilité de couverture.
144. La comptabilité de couverture s’entend d’un processus aux termes duquel le moment normal de la comptabilisation des produits,
charges, gains ou pertes liés à un contrat est changé pour correspondre au moment de la comptabilisation des produits liés à un
autre contrat et, de ce fait, permettre que les éléments en question se compensent. Le montant total de produits comptabilisé
sur la durée des contrats désignés comme éléments constitutifs d’une relation de couverture demeure toutefois le même. La
comptabilité de couverture atténue la volatilité des résultats, volatilité qui peut susciter de la confusion chez le lecteur des états
financiers lorsque l’entité a pris des mesures en vue de déterminer d’avance le résultat économique souhaité. La comptabilité
de couverture est facultative, et le chapitre 3856 fournit des indications détaillées sur les circonstances et les conditions dans
lesquelles elle peut être appliquée.
145. La comptabilité de couverture est facultative, mais seulement si la relation de couverture répond aux conditions d’application,
et certaines conditions doivent être réunies pour que la relation réponde aux conditions d’application de la comptabilité de cou-
verture, comme l’indique le paragraphe ci-dessous :
Paragraphe 3856.31 Une relation de couverture ne répond aux conditions d’application de la comptabilité de couverture
que si toutes les conditions suivantes sont réunies :
a) Lors de la mise en place de la relation de couverture, l’entité :
i) désigne la relation de couverture comme objet de comptabilité de couverture;
ii) constitue une documentation formelle concernant la relation de couverture, dans laquelle elle précise l’élément
couvert et l’élément de couverture correspondant, la nature du risque ou des risques particuliers couverts, ainsi
que la durée prévue de la relation de couverture.
b) Tant lors de la mise en place de la relation de couverture que pendant toute sa durée, l’entité a l’assurance raison-
nable que les conditions essentielles de l’élément de couverture et de l’élément couvert sont les mêmes, selon les
descriptions des paragraphes 3856.A62 à .A65 ou 1651.38 à .41.
c) Si l’élément couvert consiste en une opération future, il est probable que l’opération future se réalisera au moment et
pour le montant prévus.
146. La comptabilité de couverture modifie le traitement comptable normal d’un ou de plusieurs éléments constitutifs de la relation de
couverture, de sorte que la première condition concerne le fait que la relation de couverture doit être désignée et faire l’objet d’une
documentation lors de sa mise en place. Comme on l’indique ci-dessus au sous-alinéa 3856.31 a)ii), la documentation doit préciser :
a) l’élément couvert;
49 © Comptables Professionnels Agréés du Canada
Instruments financiers

b) l’élément de couverture correspondant;


c) la nature du risque ou des risques particuliers couverts;
d) la durée prévue de la relation de couverture.
147. Pour satisfaire à la condition énoncée à l’alinéa 3856.31 b), l’entité doit avoir l’assurance raisonnable que les conditions essen-
tielles de l’élément de couverture et de l’élément couvert sont les mêmes, à la fois à la mise en place de la relation et pendant
toute sa durée. Le chapitre 3856 énonce les conditions qui doivent être remplies pour atteindre le degré de compensation requis;
ces conditions sont décrites plus en détail dans les paragraphes qui suivent.
148. La dernière condition concerne les opérations futures. Lorsqu’une entité désigne une opération future comme élément couvert,
la réalisation de celle-ci au moment et pour le montant prévus doit être probable. Dans ce contexte, «probable» doit être inter-
prété dans son acception habituelle, à savoir plus probable qu’improbable. Toutefois, l’entité se doit d’avoir des attentes réalistes
et ne doit pas désigner des opérations qui sont tout juste probables.
149. Il importe de comprendre qu’une relation de couverture ne peut être désignée a posteriori. Une opération peut être désignée
comme élément couvert après sa comptabilisation initiale, mais un dérivé ne peut être désigné comme élément de couverture
que lors de la mise en place de l’instrument de couverture; le traitement du dérivé de couverture selon la comptabilité d’exercice
ne peut pas être appliqué rétroactivement.

Élément couvert
150. L’élément couvert est le contrat, le contrat futur ou le groupe de contrats qui est à l’origine de l’exposition au risque. Par
exemple, une société est exposée au risque de change si elle accepte d’acheter une machine auprès d’un fournisseur étranger
qui exige que le paiement soit effectué dans la monnaie de son pays. Le coût de l’actif serait l’élément couvert s’il était désigné
comme élément constitutif d’une relation de couverture admissible. Pour modifier l’exposition au risque que le taux de change
en vigueur au moment du règlement soit moins favorable que le taux en vigueur au moment où est prise la décision d’effectuer
l’achat, la direction peut conclure un contrat de change à terme visant l’achat du montant en monnaie étrangère nécessaire pour
régler l’achat et, de ce fait, elle fixe le prix de la machine.
151. Selon le chapitre 3856, seuls les contrats suivants peuvent être désignés comme éléments couverts :
a) les flux de trésorerie futurs en monnaie étrangère, en ce qui a trait au risque de fluctuation défavorable du taux de change;
b) l’achat futur ou la vente future d’une marchandise, en ce qui a trait au risque que le prix de la marchandise fluctue de façon
défavorable;
c) les encaissements ou paiements d’intérêts afférents à un actif ou à un passif portant intérêt, en vue soit de protéger la juste
valeur de l’actif ou du passif, soit de fixer le taux d’intérêt;
d) le risque de taux d’intérêt et le risque de change liés à un actif ou à un passif portant intérêt et libellé en monnaie étrangère,
lorsqu’ils sont couverts au moyen d’un swap de devises;
e) le risque de change associé à l’investissement net dans un établissement étranger autonome.
152. Il est possible de couvrir plus d’un contrat au moyen d’un seul contrat dérivé pourvu que chaque opération réponde aux condi-
tions d’application de la comptabilité de couverture et que le montant total des contrats faisant l’objet de la désignation corres-
ponde au montant du contrat de couverture.

Élément de couverture
153. L’élément de couverture doit aussi être précisé dans la documentation. Lorsque la comptabilité de couverture est appliquée en
conformité avec le chapitre 3856, c’est toujours le traitement comptable de l’élément de couverture qui est modifié. Selon le
chapitre 3856, seuls les instruments suivants peuvent être des éléments de couverture :
a) contrats à terme de gré à gré sur marchandises ou contrats de change à terme;
b) swaps de taux d’intérêt de base;
c) swap de devises de base;
d) actif financier libellé en monnaie étrangère, mais seulement lorsqu’il est désigné comme couverture de l’investissement net
dans un établissement étranger autonome.

50
Instruments financiers

Comptabilisation de la couverture d’opérations futures


154. Le chapitre 3856 fournit des indications supplémentaires sur le traitement comptable des couvertures d’opérations futures :
Paragraphe 3856.33 L’entité traite comme suit la couverture admissible d’une opération future :
a) L’élément couvert (l’opération) est initialement comptabilisé au montant de la contrepartie à payer ou à recevoir.
Le gain ou la perte sur l’élément de couverture (le contrat à terme de gré à gré ou le pourcentage du contrat cor-
respondant à l’élément couvert) est comptabilisé en tant qu’ajustement de la valeur comptable de l’élément couvert
lorsque l’opération future donne lieu à la comptabilisation d’un actif ou d’un passif. Lorsque l’élément couvert est
comptabilisé directement en résultat net, le gain ou la perte sur l’élément de couverture est comptabilisé dans la même
catégorie de produits ou de charges.
b) Si l’élément de couverture vient à échéance avant la comptabilisation de l’élément couvert, le gain ou la perte sur
l’élément de couverture (le contrat à terme de gré à gré ou le pourcentage du contrat correspondant à l’élément cou-
vert) est comptabilisé dans un poste distinct, dans les capitaux propres, jusqu’à la comptabilisation de l’opération
constituant l’élément couvert. Lorsque cette opération est comptabilisée, le gain ou la perte sur l’élément de couver-
ture est sorti de ce poste distinct et porté en ajustement de la valeur comptable de l’élément couvert ou en résultat net
conformément à l’alinéa a) (voir le paragraphe 3856.A62A).
c) Si l’élément de couverture vient à échéance après la comptabilisation de l’élément couvert, l’élément de couverture
(le contrat à terme de gré à gré ou le pourcentage du contrat correspondant à l’élément couvert) est comptabilisé à la
même date que l’élément couvert, au prix au comptant ou au taux en vigueur à cette date (c’est-à-dire à un montant
correspondant à la différence entre le taux du contrat et le cours au comptant à la date d’évaluation, multipliée par
le montant notionnel ou la quantité que vise le contrat). Le gain ou la perte est inclus dans la valeur comptable de
l’élément couvert ou dans le résultat net conformément à l’alinéa a), et le montant compensatoire est comptabilisé en
tant qu’actif ou passif lié à un dérivé, selon le cas. Si une période se termine avant l’échéance de l’élément de cou-
verture, cet élément est réévalué au prix au comptant ou au taux en vigueur à la date de clôture de la période, et tout
gain ou perte résultant de cette réévaluation est comptabilisé en résultat net. Lorsque l’élément de couverture vient à
échéance, l’actif ou le passif lié à un dérivé est décomptabilisé, l’élément de couverture est comptabilisé au montant
du règlement et tout gain ou perte additionnel sur l’élément de couverture est comptabilisé en résultat net.
155. Le libellé de l’alinéa 3856.33 c) a été modifié par suite des améliorations annuelles de 2014 pour préciser le traitement comp-
table d’un élément de couverture lorsque l’exercice prend fin entre la date à laquelle l’opération couverte a lieu et la date à
laquelle l’élément de couverture vient à échéance. Cette modification s’applique aux états financiers annuels des exercices
ouverts à compter du 1er janvier 2015, mais l’application anticipée est permise.
156. Lorsqu’un dérivé est admissible comme élément de couverture d’une opération future, il n’est pas comptabilisé au bilan avant
la première des deux dates suivantes : la date à laquelle il vient à échéance ou la date à laquelle l’opération future se réalise. Le
tableau qui suit résume les indications du paragraphe 3856.33 présenté ci-dessus :

Couverture d’une opération future


Élément de couverture
Élément couvert c.-à-d. un contrat à terme de gré à gré
Si l'élément de couverture, c.-à-d. le contrat à terme de gré à gré, vient à échéance AU MOMENT OÙ l'élément
couvert est comptabilisé
Lorsque l’opération future a lieu, L’élément de couverture, c.-à-d. le contrat à terme de gré à gré, n’est pas
l’élément couvert est initialement comptabilisé tant qu’il ne vient pas à échéance.
comptabilisé au montant de la Lorsque l’élément de couverture, c.-à-d. le contrat à terme de gré à gré, vient
contrepartie à payer ou à recevoir. à échéance, le gain ou la perte est comptabilisé en tant qu’ajustement de la
valeur comptable de l’élément couvert lorsque l’opération future donne lieu à la
comptabilisation d’un actif ou d’un passif.
Lorsque l’élément couvert est comptabilisé directement en résultat net, le gain ou
la perte sur l’élément de couverture est comptabilisé dans la même catégorie de
produits ou de charges dans l’état des résultats.

51 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

Si l’élément de couverture, c.-à-d. le contrat à terme de gré à gré, vient à échéance AVANT la comptabilisation de
l’élément couvert
Le gain ou la perte sur l’élément de couverture, c.-à-d. le contrat à terme de gré à
gré, est comptabilisé dans un poste distinct, dans les capitaux propres, jusqu’à la
comptabilisation de l’élément couvert.
Lorsque l’élément couvert est comptabilisé, le gain ou la perte sur l’élément de
couverture, c.-à-d. le contrat à terme de gré à gré, est sorti de ce poste distinct et
porté en ajustement de la valeur comptable de l’élément couvert ou en résultat net,
selon ce qui convient.
Dans le cas précis d’un achat futur libellé en monnaie étrangère couvert par un
contrat de change à terme (élément de couverture) faisant l’objet d’un règlement
brut au moyen de l’échange des deux monnaies, toute monnaie étrangère acquise
lors du règlement du contrat de change à terme est initialement comptabilisée
au cours au comptant en vigueur à la date de règlement. Bien que cette monnaie
étrangère ne remplisse pas les conditions requises pour être une couverture, le
chapitre 3586 prévoit un certain allègement. Si la somme en monnaie étrangère
est conservée de la date de règlement du contrat à terme jusqu’à la date de
comptabilisation de l’opération d’achat, le gain ou la perte résultant de la
conversion de cette somme est alors présenté dans un poste distinct, dans les
capitaux propres, jusqu’à ce que l’achat soit comptabilisé. Lorsque l’achat est
comptabilisé, le gain ou la perte relatif à la somme en monnaie étrangère détenue
est sorti de ce poste distinct et porté en ajustement de la valeur comptable de l’actif
acquis dans l’opération d’achat ou en résultat net, selon ce qui convient.
Ces indications s’appliquent aux opérations d’achat futures seulement et ne peuvent
s’appliquer aux couvertures d’opérations de vente futures (paragraphe 3856.A62A).
Si l’élément de couverture, c.-à-d. le contrat à terme de gré à gré, vient à échéance APRÈS la comptabilisation de
l’élément couvert
L’élément de couverture, c.-à-d. le contrat à terme de gré à gré, est comptabilisé à la
même date que l’élément couvert, au prix au comptant ou au taux en vigueur à cette
date (c.-à-d. à un montant correspondant à la différence entre le taux du contrat et le
cours au comptant à la date d’évaluation, multipliée par le montant notionnel ou la
quantité que vise le contrat).
Par exemple, si l’on suppose que le cours au comptant est de 1,01, le contrat de
change à terme qui oblige une entité à acheter 100 $ US dans 30 jours au cours
de 1,04 est donc évalué à 3 $ ([1,04 – 1,01] x 100) et comptabilisé dans le bilan
comme un passif dérivé.
Le gain ou la perte correspondant est inclus dans la valeur comptable de l’élément
couvert ou dans le résultat net. Lorsque l’élément de couverture vient à échéance,
l’actif ou le passif est décomptabilisé, et tout gain ou perte additionnel sur le contrat
de change à terme est comptabilisé en résultat net. La différence entre le gain ou
la perte inscrit lors de la comptabilisation de l’élément couvert et le montant du
gain ou de la perte réalisé à l’échéance de l’élément de couverture compensera le
gain ou la perte à l’égard du montant à recevoir ou à payer qui résulte de l’élément
couvert.
157. La condition suivant laquelle un contrat de change à terme de gré à gré peut être désigné comme couverture d’une opération
future libellée en monnaie étrangère est précisée ainsi :
Paragraphe 3856.A62 Une entité ne peut désigner un contrat de change à terme de gré à gré comme couverture d’une
opération ou d’un groupe d’opérations futures libellées en monnaie étrangère que si les conditions suivantes sont remplies :
a) le contrat à terme de gré à gré porte sur l’achat ou la vente de la même quantité de la même monnaie que l’opération
future ou le groupe d’opérations futures couvertes désignées;
b) le contrat à terme de gré à gré vient à échéance dans les 30 jours précédant ou suivant le règlement de toute opération
future désignée;
c) il est probable que le règlement de chaque opération future libellée en monnaie étrangère aura lieu au moment et pour
le montant attendus;
52
Instruments financiers

d) la juste valeur du contrat à terme de gré à gré est nulle au commencement de la relation de couverture.
158. On a ajouté le paragraphe 3856.A62A pour clarifier le traitement des relations de couverture mettant en cause des contrats de
change à terme qui viennent à échéance avant que l’élément couvert soit comptabilisé :
Paragraphe 3856.A62A Les contrats de change à terme peuvent faire l’objet d’un règlement net par le transfert du gain
ou de la perte, ou d’un règlement brut par l’échange des deux monnaies. Lorsqu’un contrat de change à terme est désigné
comme couverture d’une opération d’achat future, et que le contrat fait l’objet d’un règlement brut avant que l’achat soit
comptabilisé, la monnaie étrangère acquise lors du règlement du contrat est initialement comptabilisée au cours au comptant
en vigueur à la date du règlement. Si la somme en monnaie étrangère est conservée de la date de règlement du contrat jusqu’à
la date de comptabilisation de l’opération d’achat, le gain ou la perte résultant de la conversion de cette somme est présenté
dans un poste distinct, dans les capitaux propres, jusqu’à ce que l’achat soit comptabilisé. Lorsque l’achat est comptabilisé,
le gain ou la perte relatif à la somme en monnaie étrangère détenue est sorti de ce poste distinct et porté en ajustement de la
valeur comptable de l’actif acquis dans l’opération d’achat ou en résultat net conformément à l’alinéa 3856.33 a).
Cette modification s’applique aux états financiers annuels des exercices ouverts à compter du 1er janvier 2014.
159. Le chapitre 3856 fournit des indications sur les conditions relatives à la couverture de marchandises et des risques de change
dans le cadre d’un achat ou d’une vente futur d’une marchandise qui survient simultanément, dans les paragraphes suivants :
Paragraphe 3856.A63 Une entité ne peut désigner un contrat à terme de gré à gré comme couverture de l’achat ou de la
vente futur d’une marchandise ou d’un groupe d’achats ou de ventes futurs que si :
a) le contrat à terme de gré à gré sur marchandises porte sur l’achat ou la vente de la même quantité, qualité ou pureté de
la même marchandise que les achats ou ventes futurs couverts désignés;
b) il est probable que chaque achat ou vente futur couvert aura lieu dans les 30 jours précédant ou suivant l’échéance du
contrat à terme de gré à gré sur marchandises;
c) il est probable que chaque achat ou vente futur d’une marchandise aura lieu au moment et pour le montant attendus;
d) la juste valeur du contrat à terme de gré à gré est nulle au commencement de la relation de couverture.
Paragraphe 3856.A63A Dans bien des cas, les opérations sur marchandises sont réalisées dans une monnaie autre que
celle utilisée par l’entité pour évaluer les opérations aux fins de l’information financière. L’entité peut décider de conclure
un contrat de change à terme afin d’atténuer le risque de change découlant des relations de couverture d’opérations sur
marchandises suivantes :
a) l’achat ou la vente futur d’une marchandise, libellé dans la monnaie utilisée par l’entité pour évaluer les opérations
aux fins de l’information financière et couvert par un contrat à terme de gré à gré sur marchandises libellé en monnaie
étrangère;
b) l’achat ou la vente futur d’une marchandise, libellé en monnaie étrangère et couvert par un contrat à terme de gré à gré
sur marchandises libellé dans la même monnaie étrangère;
c) l’achat ou la vente futur d’une marchandise, libellé en monnaie étrangère et couvert par un contrat à terme de gré à
gré sur marchandises libellé dans la monnaie utilisée par l’entité pour évaluer les opérations aux fins de l’information
financière.
Paragraphe 3856.A63B Lorsque l’élément couvert (l’achat ou la vente futur d’une marchandise) est libellé en monnaie
étrangère (cas mentionnés aux alinéas 3856.A63A b) et c)), un contrat à terme de gré à gré sur marchandises qui remplit
les conditions énoncées au paragraphe 3856.A63 peut être désigné comme élément de couverture du risque lié au prix de la
marchandise que comporte l’élément couvert. Un contrat de change à terme peut également être désigné comme élément de
couverture du risque de change que comporte l’achat ou la vente futur, dans le cadre d’une relation de couverture distincte,
si les conditions énoncées au paragraphe 3856.A62 sont remplies.
Paragraphe 3856.A63C Lorsque l’élément couvert (l’achat ou la vente futur d’une marchandise) n’est pas libellé en mon-
naie étrangère et que le risque lié au prix de la marchandise est couvert par un contrat à terme de gré à gré sur marchandises
libellé en monnaie étrangère (voir l’alinéa 3856.A63A a)), un contrat à terme de gré à gré sur marchandises qui remplit les
conditions énoncées au paragraphe 3856.A63 peut être désigné comme élément de couverture de l’opération future s’il est
combiné à un contrat de change à terme présentant les caractéristiques suivantes :
a) le contrat de change à terme porte sur la conversion de la même quantité de la même monnaie que le contrat à terme
de gré à gré sur marchandises, en monnaie de l’achat ou de la vente futur;
b) le contrat de change à terme vient à échéance le même jour que le contrat à terme de gré à gré sur marchandises.

53 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

Couverture de marchandises
160. Comme on l’a mentionné, les conditions de l’instrument de couverture doivent correspondre à celles de l’élément couvert. Cette
concordance assure que les gains ou les pertes sur l’instrument de couverture seront compensés par l’effet du risque couvert sur
l’élément couvert. Lorsqu’une entité couvre le risque lié au prix des marchandises :
a) les quantités doivent être les mêmes;
b) la qualité ou la pureté doivent être semblables;
c) il est probable que chaque achat ou vente futur couvert aura lieu dans les 30 jours précédant ou suivant la date d’échéance
du contrat à terme de gré à gré servant de couverture de marchandises;
d) il est probable que chaque achat ou vente futur d’une marchandise aura lieu au moment et pour le montant attendus;
e) la juste valeur du contrat à terme de gré à gré doit être nulle au commencement de la relation de couverture. Cela signifie
que le contrat à terme de gré à gré doit être désigné au moment où il est conclu.
161. Exemple – Couverture de l’achat futur d’une marchandise
Joailliers Jules (JJ) est un florissant designer et fabricant de bijoux situé à Montréal. Ses produits sont vendus dans des bou-
tiques et dans les principaux grands magasins partout au pays. JJ a reçu de clients des commandes fermes pour des bijoux
nécessitant environ 1 000 onces d’or pur qui seront fabriqués en juin et en juillet 20X1, et elle a déterminé les prix des bijoux
alors que le prix à terme de l’or pour juin 20X1 s’établissait à 1 400 $ US l’once, selon le contrat de juin négocié au CBOT. JJ
achète les alliages d’or d’un affineur qui lui facture le cours au comptant à la date d’expédition. Bien que le niveau de pureté
de ces alliages diffère, les prix des alliages varient directement en fonction du cours au comptant de l’or pur, et JJ a calculé le
nombre d’onces à acheter pour obtenir les 1 000 onces d’or pur nécessaires selon la pureté de ces alliages.
Pour atteindre la marge brute qu’elle a ciblée pour ses ventes futures, JJ achète d’une banque un contrat de change à terme
réglé en trésorerie hors cote portant sur 1 000 onces d’or et venant à échéance le 28 juin 20X1 à 1 400 $ US l’once. JJ
prévoit que tous les achats de juin et de juillet auront lieu dans les 30 jours précédant ou suivant la date du 28 juin. Étant
donné que le dollar canadien s’est négocié presque à parité avec le dollar américain et devrait demeurer à ce niveau jusqu’à
ce que les commandes soient remplies et expédiées, JJ a initialement décidé de ne prendre aucune mesure pour s’assurer
qu’elle n’est pas touchée par la fluctuation du taux de change entre le dollar canadien et le dollar américain.
Si JJ n’appliquait pas la comptabilité de couverture, elle devrait comptabiliser immédiatement en résultat net les fluctuations
du cours du contrat à terme. JJ désigne les achats futurs de juin et de juillet équivalant à 1 000 onces d’or comme éléments
couverts et le contrat de change à terme de juin 20X1 comme élément de couverture.

Couverture de change
162. Il est permis à une entité qui couvre le risque marchandises de couvrir également le risque de change auquel elle est exposée
lorsque soit l’achat futur ou la vente future, soit le contrat de couverture n’est pas libellé dans la monnaie dans laquelle elle
évalue ses opérations aux fins de l’information financière (paragraphes 3856.A63A à A63C ci-dessus).
163. Exemple – Couverture en monnaie étrangère d’un achat futur de marchandises (suite de l’exemple présenté au paragraphe 161
ci-dessus)
En avril 20X1, Joailliers Jules (JJ) est très inquiète du fait que la quasi-parité entre le dollar canadien et le dollar américain
ne tiendra pas jusqu’à l’échéance du contrat de change à terme. Par conséquent, JJ achète un contrat de change à terme visant
l’achat de 1 400 000 $ US échéant le 28 juin 20X1, et le désigne comme couverture du risque de change lié à ses achats d’or
libellés en dollars américains.
164. Lorsqu’une entité couvre le risque de change, les conditions suivantes s’appliquent :
a) le montant et la monnaie du contrat à terme de gré à gré doivent correspondre à ceux de l’opération future ou du groupe
d’opérations futures;
b) le contrat à terme de gré à gré doit arriver à échéance dans les 30 jours précédant ou suivant la date de règlement de l’opé-
ration future ou des opérations futures;
c) il doit être probable que chaque opération future sera réglée au moment et pour le montant attendus;
d) la juste valeur du contrat à terme de gré à gré doit être nulle au moment où il est désigné.
165. Il faut noter que la durée de la relation de couverture doit également être précisée dans la documentation. Dans l’exemple pré-
senté au paragraphe 161 ci-dessus, l’entité couvre ses achats futurs d’or et désigne ces achats comme éléments couverts. Bien
que la meilleure protection sur le plan économique réside dans un contrat de change à terme qui vient à échéance au moment où
la somme à payer sera réglée, le chapitre 3856 permet que les contrats de change à terme qui viennent à échéance avant ou après
54
Instruments financiers

la date de règlement prévue de chaque opération future soient désignés comme l’élément de couverture. Cette question est abor-
dée plus en détail ci-dessous. Le délai maximal entre le règlement de l’élément couvert et l’échéance du contrat de couverture
est de 30 jours.
166. Exemples – Couverture d’une opération future libellée en monnaie étrangère
A Oreillers de l’Ouest (OO) effectue un achat de stocks de 100 000 $ US pour livraison le 7 février. Elle a l’intention de
régler cet achat 30 jours plus tard, soit le 7 mars. Elle désigne un contrat de change à terme échéant le 7 mars visant
l’achat de 100 000 $ US pour la somme de 105 000 $ CA comme couverture de l’achat. Cette relation répond aux
conditions d’application de la comptabilité de couverture étant donné que les montants désignés, les monnaies et les
dates correspondent parfaitement.
B Étagères de l’Est (EE) effectue un achat de stocks de 100 000 $ US pour livraison le 7 février. Elle a l’intention de
régler cet achat 30 jours plus tard, soit le 7 mars. Elle désigne un contrat échéant le 31 mars visant l’achat de 100 000 $
US pour la somme de 105 000 $ CA comme couverture de l’achat. Cette relation répond aux conditions d’application
de la comptabilité de couverture étant donné que le contrat arrive à échéance dans les 30 jours suivant la date de règle-
ment de la dette d’exploitation résultant de l’achat.
C Comptoirs du Centre (CC) effectue un achat de stocks de 100 000 $ US pour livraison le 7 février. Elle a l’intention de
régler cet achat 60 jours plus tard, soit le 7 avril. Elle couvre l’achat au moyen d’un contrat de change à terme échéant
le 15 avril. Cette relation répond aux conditions d’application de la comptabilité de couverture, car le contrat sera réglé
dans les 30 jours suivant le règlement du passif futur relatif à l’achat de stocks.

Comptabilisation d’une couverture admissible d’un actif ou d’un passif portant intérêt
167. Le chapitre 3856 précise les conditions d’admissibilité de la couverture d’un actif ou d’un passif portant intérêt par un swap de
taux d’intérêt :
Paragraphe 3856.34 L’entité traite comme suit la couverture admissible d’un actif ou d’un passif portant intérêt :
a) l’intérêt à comptabiliser sur l’élément couvert est calculé à partir du taux d’intérêt stipulé de l’élément, auquel est
ajouté ou dont est retranché l’amortissement de la prime ou de l’escompte, des commissions et des coûts de transac-
tion, le cas échéant (voir les paragraphes 3856.A3 à .A6);
b) les soldes nets à recevoir ou à payer sur l’élément de couverture (le swap de taux d’intérêt ou le pourcentage du swap
de taux d’intérêt désigné comme élément de couverture) sont comptabilisés en tant qu’ajustement des intérêts sur
l’élément couvert, dans la période où ils ont couru;
c) le cas échéant, les sommes à recevoir ou à payer en monnaie étrangère sur un swap de devises servant d’élément de
couverture sont converties au taux de change courant, et les gains ou les pertes sont inclus dans le résultat net de la
période.

Couverture du risque de taux d’intérêt


168. Les swaps de taux peuvent être utilisés pour convertir, dans les faits, un actif ou un passif à taux variable en actif ou passif à
taux fixe ou encore un actif ou un passif à taux fixe en actif ou passif à taux variable. La comptabilité de couverture peut être
appliquée lorsque les conditions suivantes sont réunies :
a) le notionnel du swap correspond au principal de l’actif ou du passif portant intérêt qui est désigné comme l’élément couvert;
b) la juste valeur du swap est nulle au commencement de la relation de couverture;
c) la formule pour calculer les règlements nets découlant du swap de taux est la même pour chaque règlement net. Cela signi-
fie que le taux fixe reste le même jusqu’à l’échéance et que le taux variable est fondé sur le même taux de référence et fait
l’objet du même ajustement constant ou ne comporte aucun ajustement;
d) il est probable que l’actif ou le passif portant intérêt ne sera pas réglé par anticipation;
e) le taux de référence pour la branche variable du swap concorde avec le taux d’intérêt désigné comme comportant le risque
de taux couvert dans la relation de couverture en cause;
f) le swap vient à échéance dans un délai de deux semaines de la date d’expiration de l’actif ou du passif financier désigné;
g) le taux variable du swap n’est limité par aucun plancher ni plafond;
h) dans le cas d’une couverture portant sur un actif ou passif à taux fixe, l’intervalle entre les refixations du taux d’intérêt
variable du swap est assez court (généralement trois à six mois ou moins) pour justifier l’hypothèse que le paiement ou
l’encaissement des intérêts variables se fait au taux du marché;

55 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

i) dans le cas d’une couverture portant sur un actif ou passif à taux variable, l’écart entre les dates de refixation du taux du
swap et les dates de refixation du taux de l’actif ou du passif à taux variable ne dépasse pas deux semaines.
169. Exemple – Swap de taux d’intérêt
Semiconducteurs du Sud (SS) contracte un emprunt de 1 000 000 $ remboursable dans trois ans. Cet emprunt porte intérêt à
un taux variable correspondant au taux préférentiel majoré de 5 %. Les intérêts sont payables trimestriellement. SS ne peut
rembourser l’emprunt par anticipation. Simultanément, SS conclut un swap de taux de trois ans ayant un notionnel
de 1 000 000 $ aux termes duquel elle paie des intérêts au taux fixe de 4 % et reçoit des intérêts au taux préférentiel moyen.
La combinaison du swap de taux et de l’emprunt fait en sorte que SS paiera des intérêts au taux fixe de 9 %.
Tant l’emprunt que le swap prévoient que des paiements seront effectués ou reçus trimestriellement. Le taux variable du
swap de taux fait l’objet d’une refixation trimestrielle. SS désigne le swap de taux comme couverture de l’exposition au
risque de fluctuation des taux d’intérêt associé à l’emprunt à taux variable.

Swap de devises
170. Toutes les exigences relatives à la désignation d’un swap de taux à titre d’instrument de couverture s’appliquent également dans
le cas de la désignation d’un swap de devises comme couverture du risque de taux d’intérêt et du risque de change associés à un
actif ou à un passif portant intérêt, mais modifiées de la façon suivante :
a) lorsque les règlements du swap de devises ne sont pas calculés sur une base nette, la formule de calcul des montants bruts
est la même pour chaque règlement. Cela signifie que le taux fixe reste le même jusqu’à l’échéance et que le taux variable
est fondé sur le même taux de référence et fait l’objet du même ajustement constant ou ne comporte aucun ajustement;
b) la monnaie dans laquelle une branche du swap est libellée est la même que celle dans laquelle l’actif ou le passif couvert
sous-jacent est libellé et la monnaie dans laquelle est libellée l’autre branche du swap est la même que celle dans laquelle
l’entité évalue l’actif ou le passif couvert dans ses états financiers;
c) lorsque plusieurs swaps sont utilisés, l’effet combiné de tous les swaps satisfait à la condition énoncée en b) ci-dessus pour
un swap unique.
171. Exemple – Swap de devises
Niveleuses du Nord (NN) évalue ses actifs et ses passifs en dollars canadiens et présente ses états financiers dans cette
monnaie. Elle a accepté de financer l’achat de l’un de ses produits par un client américain et lui octroie ainsi un prêt
de 1 000 000 $ US de cinq ans portant intérêt au LIBOR majoré de 3 %. Simultanément, elle conclut un swap de devises qui
lui garantit le montant en dollars canadiens du remboursement du prêt et lui procure un taux de rendement fixe. NN désigne
le swap comme couverture de l’exposition aux risques de change et de taux d’intérêt associés au prêt.

Couverture de l’investissement net dans un établissement étranger autonome


172. Le chapitre 1651, CONVERSION DES DEVISES, permet à une entité de désigner la totalité ou un pourcentage déterminé d’un dérivé
ou d’un passif financier non dérivé comme couverture des fluctuations des monnaies créées par la conversion d’un investisse-
ment net dans un établissement étranger autonome, sous réserve des conditions suivantes :
a) l’entité a constitué une documentation indiquant que la comptabilité de couverture s’appliquera à l’élément couvert et à
l’élément de couverture spécifiés;
b) la monnaie dans laquelle l’élément de couverture est libellé est la même que celle dans laquelle l’établissement étranger
mesure ses résultats financiers;
c) on s’attend à ce que les gains ou les pertes de change sur l’élément de couverture compensent les gains ou les pertes de
change sur l’élément couvert pendant toute la durée de la relation de couverture.
Il faut se rappeler que les contrats dérivés désignés comme éléments constitutifs d’une relation de couverture admissible sont
exemptés de l’application de l’exigence générale selon laquelle les dérivés doivent être ultérieurement évalués à la juste valeur
après la comptabilisation initiale (voir les paragraphes 142 et 143 ci-dessus). Bien que l’on s’attende à ce que les gains et pertes
en monnaie étrangère relatifs à ces contrats dérivés compensent les gains et pertes correspondants relatifs à l’investissement
net dans un établissement étranger autonome, du point de vue de la comptabilité de couverture, les gains ou pertes relatifs aux
dérivés ne peuvent être reflétés dans les états financiers avant que le dérivé ne vienne à échéance. Il importe donc de prendre
soigneusement en considération à l’avance la nature et l’échéance de l’élément de couverture pour être certain d’obtenir le
résultat comptable souhaité. Lorsque les gains et pertes de change relatifs à des éléments de couverture ont été comptabilisés,
le chapitre 1651 précise explicitement qu’ils doivent être portés en déduction du gain ou de la perte de change sur l’investisse-
ment net sous un poste distinct des capitaux propres.

56
Instruments financiers

Application de la comptabilité de couverture


173. L’application de la comptabilité de couverture en conformité avec le chapitre 3856 se traduit par la comptabilisation selon la
méthode de la comptabilité de caisse ou de la comptabilité d’exercice des dérivés utilisés pour couvrir des actifs financiers, des
passifs financiers ou des opérations futures (comme des achats et des ventes prévus) plutôt que selon la méthode de comptabi-
lisation à la juste valeur, qui doit normalement être appliquée. Pour répondre aux conditions d’application de la comptabilité de
couverture, le dérivé doit avoir des caractéristiques principales qui sont suffisamment similaires à celles de l’élément couvert,
de sorte que le gain ou la perte sur le dérivé compensera la perte ou le gain sur l’élément couvert. Dans la plupart des cas, les
instruments utilisés dans le cadre de stratégies de report ne sont pas désignés pour l’application de la comptabilité de couverture,
car les gains ou les pertes sur les contrats antérieurs ne peuvent pas être réinvestis dans les contrats ultérieurs sans modifier le
ratio de couverture de façon telle que le montant du contrat à terme de gré à gré corresponde à celui de l’élément couvert désigné.
Cela ne veut pas dire pour autant que les stratégies de couverture faisant appel au report ne réduisent pas les risques. Toutefois,
le chapitre 3856 ne vise pas à accorder des allégements comptables pour les stratégies de couverture plus évoluées.
174. Exemple – L’exemple qui suit illustre l’effet de la comptabilité de couverture sur l’achat d’une machine :
Le 2 janvier 20X1, alors que le taux de change entre le dollar canadien et le dollar américain est de 1,10 $, Design Denis
(DD) achète une machine pour un montant de 100 000 $ US pour livraison le 2 mars 20X1. Afin de réduire au minimum
son exposition au risque de change, la direction de l’entreprise conclut, le même jour, un contrat de change à terme visant
l’achat de 100 000 $ US le 2 mars pour la somme de 112 000 $ CA. DD serait tenue de passer les écritures suivantes pour
comptabiliser ces opérations.
Sans application de la comptabilité de couverture Application de la comptabilité de couverture
2 janvier
Aucune écriture requise. La juste valeur du contrat de Aucune écriture
change à terme est nulle au moment où il est conclu.
Taux de change au 31 janvier = 1,05
Dt Perte sur contrat de change à 7 000 $ Aucune écriture
terme (É/R)
Ct Contrat de change à terme 7 000 $
(bilan)
Pour comptabiliser la variation de la juste valeur du contrat de change à terme
Taux de change au 28 février = 1,11
Dt Contrat de change à terme (bilan) 7 000 $ Aucune écriture
Ct Perte sur contrat de change 7 000 $
à terme (É/R)
Pour contrepasser l'écriture de janvier
Dt Perte sur contrat de change à 1 000 $ Aucune écriture
terme (É/R)
Ct Contrat de change à terme 1 000 $
(bilan)
Pour comptabiliser la juste valeur du contrat de change à terme au 28 février
(100 000 $ * (1,11 – 1,12) tient lieu de juste valeur)
Taux de change au 2 mars = 1,13
Dt Contrat de change à terme (bilan) 1 000 $ Aucune écriture
Ct Perte sur contrat de change 1 000 $
à terme (É/R)
Pour contrepasser l’écriture de février
Dt Contrat de change à terme 1 000 $ Aucune écriture
(bilan)
Ct Gain sur contrat de change 1 000 $
à terme (É/R)
Pour comptabiliser la juste valeur du contrat de change à terme au 2 mars
(100 000 $ * (1,13 – 1,12) tient lieu de juste valeur)

57 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

Dt Machine 113 000 $ Dt Encaisse 113 000 $


Ct Dette d’exploitation 113 000 $ Ct Dette d’exploitation 113 000 $
Pour comptabiliser l’achat de la machine Pour comptabiliser l’achat de la machine
Dt Trésorerie (équivalent en $ CA 113 000 $ Dt Trésorerie 113 000 $
du montant de 100 000 $ US
reçu)
Ct Trésorerie ($ CA payés) 112 000 $ Ct Trésorerie 113 000 $
Ct Contrat de change à terme 1 000 Ct Machine 1 000
(bilan)
Pour comptabiliser le règlement du contrat de change à Pour comptabiliser le règlement du contrat de change à
terme terme
Dette d’exploitation 113 000 $ Dt Dette d’exploitation 113 000 $
Ct Trésorerie 113 000 $ Ct Trésorerie 113 000 $
Pour comptabiliser le règlement de la dette d’exploitation Pour comptabiliser le règlement de la dette d’exploitation
Effet net
Bilan
Machine 113 000 $ Machine 112 000 $
État des résultats
Gain de change (gain sur contrat de 1 000 $ Aucune incidence
change à terme)
Il faut noter que, si DD n’applique pas la comptabilité de couverture, elle présentera une perte de 7 000 $ en janvier qui
sera contrepassée par la suite. Cette situation ne serait pas source de problèmes si DD n’est pas tenue de produire des états
financiers au 31 janvier, mais elle pourrait par ailleurs donner une image trompeuse.

175. Exemples – Les exemples qui suivent illustrent l’effet de la comptabilité de couverture sur la couverture de l’opération future
en monnaie étrangère (suite du paragraphe 166 ci-dessus) :
A. Oreillers de l’Ouest (OO) effectue un achat de stocks de 100 000 $ US pour livraison le 7 février. La société a l’inten-
tion de régler cet achat 30 jours plus tard, soit le 7 mars. Elle désigne un contrat de change à terme échéant le 7 mars
visant l’achat de 100 000 $ US pour la somme de 105 000 $ CA comme couverture de l’achat. Cette relation répond
aux conditions d’application de la comptabilité de couverture étant donné que les montants désignés, les monnaies et les
dates correspondent parfaitement.
Oreillers de l’Ouest (OO) reçoit les stocks le 7 février, date à laquelle le cours de change au comptant est de 1 $ US
= 0,98 $ CA. La valeur réputée du contrat de change à terme est de 7 000 $ à ce moment. Elle règle la dette d’exploita-
tion correspondante le 7 mars, alors que le cours de change au comptant est de 1 $ US = 1,01 $ CA. OO passe les écri-
tures de journal suivantes :
7 février
Dt Stocks 98 000 $
Ct Dette d’exploitation (100 000 $ * ,98) 98 000 $
Dt Stocks 7 000 $
Ct Contrat de change à terme (à la JV) 7 000 $
Pour comptabiliser la réception des stocks
7 mars
Dt Dette d’exploitation 98 000 $
Dt Perte de change (101 000 $ – 98 000 $) 3 000
Ct Trésorerie (100 000 $ * 1,01) 101 000 $
Dt Contrat de change à terme 7 000 $
Dt Montant de trésorerie en $ US reçu en $ CA (100 000 $ * 1,01) 101 000
Ct Gain de change 3 000 $
Ct Montant de trésorerie payé en $ CA (selon le contrat de change à terme) 105 000
Pour comptabiliser le règlement de la dette d’exploitation et du contrat de change à terme

58
Instruments financiers

Résumé : Les stocks sont comptabilisés pour un montant de 105 000 $, et l’entité ne comptabilise aucun gain ni aucune
perte de change.
B. Étagères de l’Est (EE) effectue un achat de stocks de 100 000 $ US pour livraison le 7 février. La société a
l’intention de régler cet achat 30 jours plus tard, soit le 7 mars. Elle désigne un contrat échéant le 31 mars visant l’achat
de 100 000 $ US pour la somme de 105 000 $ CA comme couverture de l’achat. Cette relation répond aux conditions
d’application de la comptabilité de couverture étant donné que le contrat arrive à échéance dans les 30 jours SUIVANT
la date de règlement de la dette d’exploitation résultant de l’achat.
Étagères de l'Est (EE) reçoit les stocks le 7 février, date à laquelle le cours de change au comptant est de 1 $ US
= 0,98 $ CA. Elle règle la dette d'exploitation correspondante le 7 mars, alors que le cours de change au comptant
est de 1 $ US = 1,01 $ CA. Le contrat de change à terme de gré à gré échoit le 31 mars, alors que le cours de change au
comptant est de 1 $ US = 1,03 $ CA. EE passe les écritures de journal suivantes :
7 février
Dt Stocks 98 000 $
Ct Dette d’exploitation (100 000 $ * ,98) 98 000 $
Dt Stocks 7 000 $
Ct Contrat de change à terme (à la JV) 7 000 $
Pour comptabiliser la réception des stocks
7 mars
Dt Dette d’exploitation 98 000 $
Dt Perte de change 3 000
Ct Trésorerie (100 000 $ * 1,01) 101 000 $
Pour comptabiliser le règlement de la dette d’exploitation
31 mars
Dt Montant de trésorerie en $ US reçu en $ CA (100 000 $ * 1,03) 103 000 $
Dt Contrat de change à terme 7 000
Ct Montant de trésorerie payé en $ CA (selon le contrat de change à terme) 105 000 $
Ct Gain de change 5 000
Pour comptabiliser le règlement du contrat de change à terme
Résumé : Les stocks sont comptabilisés pour un montant de 105 000 $. Un gain net de change de 2 000 $ est comptabilisé,
et ce gain représente la partie inefficace résultant des fluctuations du change entre la date de règlement de la dette
d’exploitation et la date de règlement du contrat de change à terme de gré à gré.
176. Exemples supplémentaires – Couverture d’une opération future libellée en monnaie étrangère
C. Matériel de montagne (MM) effectue un achat de stocks de 100 000 $ US pour livraison le 3 mai. La société a
l’intention de régler cet achat 30 jours plus tard, soit le 3 juin. Elle désigne un contrat échéant le 3 juin visant l’achat
de 100 000 $ US pour la somme de 103 000 $ CA comme couverture de l’achat. Elle reçoit les biens le 3 mai, date à
laquelle le cours de change au comptant est de 1 $ US = 1,05 $ CA. Le 3 juin, le cours de change au comptant est
de 1 $ US = 1,04 $ CA. MM passe les écritures de journal suivantes :
3 mai
Dt Stocks 105 000 $
Ct Dette d'exploitation (100 000 $ * 1,05) 105 000 $
Dt Contrat de change à terme (à la JV) 2 000 $
Ct Stocks 2 000 $
Pour comptabiliser la réception des stocks
3 juin
Dt Dette d’exploitation 105 000 $
Ct Trésorerie (100 000 $ * 1,04) 104 000 $
Ct Gain de change 1 000
Pour comptabiliser le règlement de la dette d’exploitation

59 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

Dt Montant de trésorerie en $ US reçu en $ CA (100 000 $ * 1,04) 104 000 $


Dt Perte de change 1 000
Ct Montant de trésorerie payé en $ CA (selon le contrat de change à terme) 103 000 $
Ct Contrat de change à terme 2 000
Pour comptabiliser le règlement du contrat de change à terme
Résumé : Les stocks sont comptabilisés pour un montant de 103 000 $ et l’entité ne comptabilise aucun gain ni aucune perte
de change.
D. Plantes des prairies (PP) effectue un achat de stocks de 100 000 $ US pour livraison le 3 mai. La société a
l’intention de régler cet achat 30 jours plus tard, soit le 3 juin. Elle désigne un contrat échéant le 30 juin visant l’achat
de 100 000 $ US pour la somme de 103 000 $ CA comme couverture de l’achat. Elle reçoit les biens le 3 mai, date à
laquelle le cours de change au comptant est de 1 $ US = 1,05 $ CA. Le 3 juin, le cours de change au comptant est
de 1 $ US = 1,04 $ CA et, le 30 juin, date d’échéance du contrat de change à terme, le taux de change est de 1 $ US
= 1,06 $ CA. PP passe les écritures de journal suivantes :
3 mai
Dt Stocks 105 000 $
Ct Dette d’exploitation (100 000 $ * 1,05) 105 000 $
Dt Contrat de change à terme (à la JV) 2 000 $
Ct Stocks 2 000 $
Pour comptabiliser la réception des stocks
3 juin
Dt Dette d’exploitation 105 000 $
Ct Trésorerie (100 000 $ * 1,04) 104 000 $
Ct Gain de change 1 000
Pour comptabiliser le règlement de la dette d’exploitation
30 juin
Dt Montant de trésorerie en $ US reçu en $ CA (100 000 $ * 1,06) 106 000 $
Ct Montant de trésorerie payé en $ CA (selon le contrat de change à terme) 103 000 $
Ct Contrat de change à terme 2 000
Ct Gain de change 1 000
Pour comptabiliser le règlement du contrat de change à terme
Résumé : Les stocks sont comptabilisés pour un montant de 103 000 $ et un gain net de change de 2 000 $ est comptabilisé.
Ce gain représente la partie inefficace résultant des fluctuations du change entre la date de règlement de la dette
d’exploitation et la date de règlement du contrat de change à terme.

60
Instruments financiers

177. Exemple – Couverture du risque de taux d’intérêt à l’aide d’un swap de taux (suite du paragraphe 169 ci-dessus)
Semiconducteurs du Sud (SS) contracte un emprunt de 1 000 000 $ remboursable dans trois ans. Cet emprunt porte intérêt à
un taux variable correspondant au taux préférentiel majoré de 5 %. Les intérêts sont payables trimestriellement. SS ne peut
rembourser l’emprunt par anticipation. Simultanément, SS conclut un swap de taux de trois ans ayant un notionnel
de 1 000 000 $ aux termes duquel elle paie des intérêts au taux fixe de 4 % et reçoit des intérêts au taux préférentiel moyen.
La combinaison du swap de taux et de l’emprunt fait en sorte que SS paiera des intérêts au taux fixe de 9 %.
Tant l’emprunt que le swap prévoient que des paiements seront effectués ou reçus trimestriellement. Le taux variable
du swap de taux fait l’objet d’une refixation trimestrielle. SS désigne le swap de taux comme couverture de l’exposition
au risque de fluctuation des taux d’intérêt associé à l’emprunt à taux variable. Le taux préférentiel moyen pour chaque
trimestre est indiqué dans la première colonne. À des fins de simplification, l’intérêt est calculé comme si tous les trimestres
comptaient le même nombre de jours (c.-à-d. montant annuel divisé par 4).
Année 1
Dt Trésorerie 1 000 000 $
Ct Emprunt 1 000 000 $
Pour comptabiliser l'emprunt
3% Dt Charge d’intérêts (paiement sur l’emprunt) 20 000 $
Ct Trésorerie 20 000 $
Dt Charge d'intérêts (paiement sur le swap) 2 500 $
Ct Trésorerie 2 500 $
3,5 % Dt Charge d’intérêts (paiement sur l’emprunt) 21 250 $
Ct Trésorerie 21 250 $
Dt Charge d’intérêts (paiement sur le swap) 1 250 $
Ct Trésorerie 1 250 $
4% Dt Charge d’intérêts (paiement sur l’emprunt) 22 500 $
Ct Trésorerie 22 500 $
Aucun paiement requis sur le swap, car le taux variable est égal au taux fixe
4,5 % Dt Charge d’intérêts (paiement sur l’emprunt) 23 750 $
Ct Trésorerie 23 750 $
Dt Trésorerie 1 250 $
Ct Charge d’intérêts (paiement sur le swap reçu) 1 250 $
Année 2
5% Dt Charge d'intérêts (paiement sur l'emprunt) 25 000 $
Ct Trésorerie 25 000 $
Dt Trésorerie 2 500 $
Ct Charge d’intérêts (paiement sur le swap reçu) 2 500 $
5,5 % Dt Charge d’intérêts (paiement sur l’emprunt) 26 250 $
Ct Trésorerie 26 250 $
Dt Trésorerie 3 750 $
Ct Charge d’intérêts (paiement sur le swap reçu) 3 750 $
6% Dt Charge d’intérêts (paiement sur l’emprunt) 27 500 $
Ct Trésorerie 27 500 $
Dt Trésorerie 5 000 $
Ct Charge d'intérêts (paiement sur le swap reçu) 5 000 $
5% Dt Charge d’intérêts (paiement sur l’emprunt) 25 000 $
Ct Trésorerie 25 000 $
Dt Trésorerie 2 500 $
Ct Charge d’intérêts (paiement sur le swap reçu) 2 500 $

61 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

Année 3
4% Dt Charge d’intérêts (paiement sur l’emprunt) 22 500 $
Ct Trésorerie 22 500 $
Aucun paiement requis sur le swap, car le taux variable est égal au taux fixe
3% Dt Charge d’intérêts (paiement sur l’emprunt) 20 000 $
Ct Trésorerie 20 000 $
Dt Charge d’intérêts (paiement sur le swap) 2 500 $
Ct Trésorerie 2 500 $
2,5 % Dt Charge d’intérêts (paiement sur l’emprunt) 18 750 $
Ct Trésorerie 18 750 $
Dt Charge d’intérêts (paiement sur le swap) 3 750 $
Ct Trésorerie 3 750 $
3% Dt Charge d’intérêts (paiement sur l’emprunt) 20 000 $
Ct Trésorerie 20 000 $
Dt Charge d’intérêts (paiement sur le swap) 2 500 $
Ct Trésorerie 2 500 $
Dt Emprunt 1 000 000 $
Ct Trésorerie 1 000 000 $
Pour comptabiliser le remboursement de l’emprunt
Résumé : SS effectue des paiements totaux de 272 500 $ au prêteur, mais reçoit un montant net de 2 500 $ de la contrepartie
au swap pendant la durée du swap. Les paiements aux termes du swap fixent donc le taux d’intérêt effectif du prêt à 9 %.

Cessation de l’application de la comptabilité de couverture


178. Le chapitre 3856 ne permet pas à une entité de cesser d’appliquer la comptabilité de couverture par choix, mais elle doit cesser
d’appliquer la comptabilité de couverture lorsque l’une des situations suivantes se produit :
a) l’un des éléments, c.-à-d. l’élément couvert ou l’élément de couverture, cesse d’exister;
b) les conditions essentielles de l’élément de couverture cessent de correspondre à celles de l’élément couvert. Lorsque cela se
produit, on considère que l’élément de couverture ne contribue pas avec suffisamment d’efficacité à réduire ou à éliminer
l’exposition au risque désigné associé à l’élément couvert. Ces conditions sont notamment les suivantes :
— il devient probable qu’un actif ou un passif portant intérêt, couvert par un swap de taux d’intérêt ou de devises, sera
réglé par anticipation,
— l’élément couvert consiste en une opération future et il cesse d’être probable que l’achat ou la vente futur d’une mar-
chandise ou que le règlement de l’opération future libellée en monnaie étrangère se réalise pour le montant désigné
dans les 30 jours précédant ou suivant la date d’échéance du contrat à terme de gré à gré servant de couverture (para-
graphe 3856.35).
179. Il faut noter que le chapitre 3856 précise que le nombre maximum de jours entre l’opération couverte et la date d’échéance du
contrat de couverture (contrat à terme de gré à gré) ne doit pas excéder 30 jours. Cette indication est pertinente aux fins de déci-
der au départ si la couverture est efficace, et comme on l’a vu précédemment, elle est importante également pour l’évaluation de
la question de savoir s’il faut cesser d’appliquer la comptabilité de couverture.

INFORMATIONS À FOURNIR
180. La présente section de ce chapitre comprend des exemples de notes qui pourraient répondre aux obligations d’information du
chapitre 3856. Il importe de souligner que ces exemples ne sont donnés qu’à titre illustratif; le contenu des notes complémen-
taires doit toujours refléter les faits et circonstances pertinents, et permettre de répondre à l’exigence globale relative à l’image
fidèle énoncée de la façon suivante au chapitre 1400, NORMES GÉNÉRALES DE PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS. Le para-
graphe 1400.04 précise notamment ceci :
Paragraphe 1400.04 Pour atteindre l’objectif d’une image fidèle selon les principes comptables généralement reconnus, il
faut :
a) appliquer le chapitre 1100, PRINCIPES COMPTABLES GÉNÉRALEMENT RECONNUS;

62
Instruments financiers

b) fournir des informations suffisantes à propos des opérations ou des événements qui ont un effet sur la situation finan-
cière, les résultats d’exploitation et les flux de trésorerie de l’entité pour les périodes présentées, et dont la dimension,
la nature et l’incidence sont telles que leur mention est nécessaire à la compréhension de cet effet;
c) fournir l’information de façon claire et compréhensible.
181. Les obligations d’information visent à garantir que les utilisateurs disposent de suffisamment d’informations pour comprendre
les états financiers et pour poser des questions pertinentes au sujet des postes des états financiers ou des opérations lorsqu’ils ont
besoin de renseignements plus détaillés. Bien que le chapitre 3856 n’impose qu’un niveau minimal d’informations à fournir,
lesquelles sont illustrées dans les exemples qui suivent, il importe de se demander s’il y a lieu de fournir des informations
supplémentaires pour que les utilisateurs disposent de suffisamment d’informations pour prendre des décisions éclairées. Par
conséquent, aux termes de l’obligation d’information générale du chapitre 3856, les informations doivent être suffisantes pour
permettre l’évaluation de l’importance des instruments financiers :
Paragraphe 3856.37 L’entité doit fournir des informations permettant aux utilisateurs de ses états financiers d’évaluer
l’importance des instruments financiers au regard de sa situation et de sa performance financières.
Actifs financiers
182. Outre l’obligation d’information générale, le chapitre 3856 énonce des obligations d’information spécifiques. La valeur comp-
table des catégories suivantes d’actifs financiers doit être indiquée.
Paragraphe 3856.38 L’entité doit indiquer la valeur comptable de chacune des catégories d’instruments financiers sui-
vantes, soit au bilan soit dans les notes complémentaires :
a) les actifs financiers évalués au coût après amortissement;
b) les actifs financiers évalués à la juste valeur;
c) les placements dans des instruments de capitaux propres évalués au coût, diminué pour tenir compte de la déprécia-
tion le cas échéant.
183. Les exemples qui suivent illustrent les informations à fournir sur les actifs financiers dans les notes complémentaires et dans le
corps même du bilan :
Note X – Actifs financiers
Le tableau qui suit présente le classement et la valeur comptable des actifs financiers de la société, autres que la trésorerie et
les créances :
31 décembre 20X1 31 décembre 20X0
Au coût après amortissement 17 500 $ 12 500 $
Au coût 8 000 8 000
À la juste valeur 4 100 3 600
29 600 $ 24 100 $
– OU –
Note Y – Placements
Le tableau suivant présente la composition de la valeur comptable des placements :
31 décembre 20X1 31 décembre 20X0
Au coût après amortissement :
Banque Rocheuse du Canada, certificats de placement garanti, 2 ans,
2 %, échéant le 30 juin 20X2 10 000 $ 5 000 $
TéléCanada, obligation à 3 ans, 2,25 %, échéant le 15 août 20X3 7 500 7 500
17 500 $ 12 500 $
Au coût :
Participation de 10 % dans les actions ordinaires de Capital fermé
inc. 8,000 $ 8 000 $
À la juste valeur :
Portefeuille de titres négociables 4 100 3 600
29 600 $ 24 100 $

63 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

Créances et effets à recevoir

184. Voici les obligations d’information précises relatives aux créances et aux effets à recevoir :
Paragraphe 3856.39 Les créances et effets à recevoir doivent être ventilés de façon à montrer séparément les comptes
clients, les créances sur des parties apparentées et les autres créances de nature inhabituelle dont le montant est important.
Le montant et, si possible, l’échéance des créances qui ont plus d’un an à courir doivent être indiqués séparément.
185. L’exemple qui suit illustre les informations à fournir sur les créances et effets à recevoir dans les notes complémentaires et dans
le corps même du bilan :
Note Z – Créances et effets à recevoir
31 décembre 20X1 31 décembre 20X0
Créances, clients 50 000 $ 45 000 $
Créances, clients, apparentés 25 000 26 000
Créances, aide gouvernementale 5 000 4 500
Effets à recevoir, employés, portant intérêt au taux annuel de 4 %,
remboursables le 31 janvier 20X5 8 000 8 500
Effets à recevoir, administrateurs, ne portant pas intérêt, remboursables
à vue 5 000 5 000
Provision pour créances irrécouvrables (2 500) (2 200)
90 500 $ 86 800 $

Cessions de créances
186. Les obligations d’information relatives aux activités de titrisation sont présentées dans les paragraphes suivants :
Paragraphe 3856.40 L’entité qui a cédé des actifs financiers au cours de la période et qui comptabilise la cession comme
une vente (voir l’Annexe B) doit :
a) indiquer le gain ou la perte généré par l’ensemble des ventes de la période;
b) préciser les méthodes comptables suivies pour :
i) l’évaluation initiale de tout droit conservé (y compris la méthode utilisée pour en déterminer la juste valeur),
ii) l’évaluation ultérieure des droits conservés;
c) fournir une description de tout lien pouvant subsister entre le cédant et les actifs cédés, notamment la gestion, une
garantie ou des restrictions sur les droits conservés.
Paragraphe 3856.41 L’entité qui a cédé des actifs financiers de telle manière qu’ils ne répondent pas aux conditions de
décomptabilisation (voir l’Annexe B) doit préciser :
a) la nature et la valeur comptable des actifs;
b) la nature des risques et des avantages attachés à la propriété de ces placements auxquels l’entité reste exposée;
c) la valeur comptable des passifs pris en charge lors de la cession.

64
Instruments financiers

187. L’exemple qui suit illustre les informations à fournir sur les principales méthodes comptables et les informations correspon-
dantes à fournir par voie de note sur la cession des créances :
Note 1 – Résumé des principales méthodes comptables
Titrisation
Afin d’accroître ses liquidités, la société titrise ses prêts automobile, ses prêts sur cartes de crédit et ses prêts hypothécaires
résidentiels en les vendant à une entité indépendante qui émet des titres en faveur des investisseurs. Elle comptabilise ces
opérations comme une vente lorsqu’elle transfère le contrôle des actifs en échange d’une contrepartie autre que des droits
de bénéficiaire sur les actifs cédés. La société peut conserver des droits de gestion ou d’autres droits sur les actifs titrisés.
Le montant des gains ou des pertes à la vente des actifs est fonction de leur valeur comptable antérieure et des montants
attribués à la fraction vendue et aux droits conservés, s’il en est, lesquels reposent sur les justes valeurs estimatives relatives
à la date de la cession. Les prix cotés sur le marché, s’ils sont disponibles, sont utilisés pour estimer les justes valeurs.
Toutefois, des prix cotés ne sont généralement pas disponibles pour les droits conservés, et la société estime donc leur juste
valeur à l’aide de la valeur actualisée des flux de trésorerie futurs prévus, estimés au moyen des meilleures estimations de
la direction quant aux pertes sur créances, aux remboursements anticipés, aux taux d’actualisation et aux autres facteurs
pertinents compte tenu de la nature des droits conservés. Les actifs de gestion sont amortis en fonction du montant et de la
période du produit net estimatif de la gestion.
Note D – Cession de créances
Au cours de l’exercice, la société a vendu des prêts automobile, des prêts hypothécaires résidentiels et des prêts sur cartes de
crédit dans le cadre d’opérations de titrisation. Dans toutes ces opérations, la société a conservé des fonctions de gestion et des
droits subordonnés. La société touche des honoraires de gestion annuels d’environ 0,5 % (pour les prêts hypothécaires), 2,0 %
(pour les prêts sur cartes de crédit) et 1,5 % (pour les prêts automobile) du solde, et a le droit de recevoir les flux de trésorerie
futurs restant après la distribution du rendement contractuel aux investisseurs de la fiducie de titrisation. Les investisseurs et
les fiducies de titrisation ne peuvent faire valoir de droit à l’encontre des autres actifs de la société en cas de non-paiement par
les débiteurs aux échéances. Les droits conservés par la société sont subordonnés aux droits des investisseurs. Leur valeur est
soumise aux risques de crédit, de remboursement par anticipation et de taux d’intérêt sur les créances cédées.
En 20X1, la société a comptabilisé un gain avant impôts de 2,23 M$ (1,69 M$ en 20X0) relativement à la titrisation de
prêts automobile, de 3,02 M$ (2,14 M$) relativement à la titrisation de prêts sur cartes de crédit et de 2,56 M$ (1,5 M$)
relativement à la titrisation de prêts hypothécaires résidentiels.

Dépréciation
188. Le chapitre 3856 exige également que des informations soient fournies au sujet de la valeur comptable des actifs dépréciés, mais
exclut explicitement les créances clients à court terme :
Paragraphe 3856.42 Dans le cas d’actifs financiers autres que des créances clients à court terme, l’entité doit indiquer la
valeur comptable des actifs financiers dépréciés, par type d’actif, ainsi que le montant de toute provision pour dépréciation
y afférente. Dans le cas de créances clients à court terme (voir le chapitre 1510, ACTIF ET PASSIF À COURT TERME), l’entité
doit indiquer le montant de toute provision pour dépréciation.
189. On a modifié le paragraphe 3856.42 par suite des améliorations annuelles de 2014 pour préciser que des informations doivent
être fournies sur la valeur comptable des actifs financiers dépréciés, à savoir pour les actifs financiers autres que les créances
clients à court terme. Cette modification s’applique aux états financiers annuels des exercices ouverts à compter du 1er janvier
2015; l’application anticipée est permise.
190. L’exemple qui suit illustre les informations à fournir par voie de note sur les créances :
Les créances sont présentées déduction faite d’une provision pour créances irrécouvrables de 3 500 $ (2 200 $ en 20X0).

Passifs financiers
191. Les obligations d’information relatives aux passifs financiers sont présentées dans les paragraphes suivants :
Paragraphe 3856.43 Dans le cas d’obligations ou de titres semblables, d’emprunts hypothécaires ou d’autres formes de
dette à long terme, l’entité doit indiquer :
a) le titre ou une description du passif;
b) le taux d’intérêt;
c) la date d’échéance;
d) l’encours de crédit, ventilé entre le principal et les intérêts courus;

65 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

e) la monnaie dans laquelle la dette est remboursable lorsqu’il ne s’agit pas de la monnaie que l’entité utilise dans ses
états financiers;
f) les modalités de remboursement, y compris l’existence de clauses de rachat, de conversion ou relatives à un fonds
d’amortissement.
Paragraphe 3856.44 L’entité doit indiquer la valeur comptable de tous les passifs financiers qui sont garantis. L’entité
doit également préciser :
a) la valeur comptable des actifs qu’elle a donnés en garantie des passifs;
b) les conditions de cette mise en garantie.
Paragraphe 3856.45 L’entité doit fournir une estimation du montant global des versements à effectuer au cours de cha-
cun des cinq prochains exercices pour honorer les clauses relatives au remboursement, à un fonds d’amortissement ou au
rachat de la dette à long terme.
Paragraphe 3856.46 En ce qui concerne les passifs financiers comptabilisés à la date de clôture, l’entité doit indiquer :
a) si, au cours de la période, l’un ou l’autre de ces passifs financiers se trouvait en souffrance ou faisait l’objet d’un
manquement à quelque condition ou clause restrictive, de sorte que le prêteur aurait pu exiger un remboursement
anticipé;
b) si le manquement a été réparé ou si les conditions du passif ont été renégociées avant l’achèvement des états financiers.
192. L’exemple qui suit illustre les informations correspondantes à fournir par voie de note sur la dette à long terme :
Note M – Dette à long terme
20X1 20X0
Emprunt hypothécaire, principal remboursable par versements mensuels de 600 $, plus
les intérêts à 4,25 %, composés semestriellement, échéant le 31 mai 20X7, garanti par
un terrain et un bâtiment ayant une valeur comptable totalisant 150 000 $ 75 000 $ 82 200 $
Emprunt à un actionnaire, ne portant pas intérêt et non exigible avant le 1er janvier 20X3 25 000 26 000
100 000 $ 108 200 $
Tranche à court terme 7 200 7 200
92 800 $ 101 000 $

Les conditions de l’entente d’emprunt hypothécaire imposent à la société de maintenir un ratio de fonds de roulement et un
ratio emprunts / capitaux propres spécifiés. Elles soumettent également à des restrictions les dépenses en immobilisations
et les distributions aux actionnaires. À la date de clôture, la société ne respectait pas les conditions de l’entente d’emprunt
hypothécaire. Le manquement à la clause restrictive accorde au prêteur le droit d’exiger le remboursement intégral de
l’emprunt. Toutefois, après la date de clôture mais avant la date d’achèvement des états financiers, la société a renégocié les
conditions de l’emprunt hypothécaire afin de s’assurer qu’elle en respectait les clauses restrictives. Par conséquent, la société
continue de classer l’emprunt hypothécaire dans le passif à long terme plutôt que dans le passif à court terme.
Les paiements de principal exigibles au cours des cinq prochains exercices s’établissent comme suit :
20X2 7 200 $
20X3 7 200 $
20X4 7 200 $
20X5 7 200 $
20X6 7 200 $
193. Le chapitre 3856 exige que les informations suivantes soient fournies à l’égard d’un instrument convertible, d’un passif financier
indexé et des actions privilégiées rachetables à prime présentées dans les capitaux propres :
Paragraphe 3856.47 L’entité qui émet l’un quelconque des passifs financiers ou instruments de capitaux propres men-
tionnés ci-dessous doit fournir de la façon suivante des informations permettant aux utilisateurs des états financiers de
comprendre les caractéristiques de l’instrument :
a) Dans le cas d’un passif financier qui contient à la fois un élément de passif et un élément de capitaux propres (voir
le paragraphe 3856.21), l’entité doit fournir, au sujet de l’élément de capitaux propres, des informations comprenant,
lorsque cela est pertinent :
i) la date ou les dates d’exercice de l’option de conversion;
66
Instruments financiers

ii) la date d’échéance ou d’expiration de l’option;


iii) le ratio de conversion ou le prix d’exercice;
iv) les conditions préalables à l’exercice de l’option;
v) toute autre condition susceptible d’avoir une incidence sur l’exercice de l’option, telle qu’une clause restrictive
dont le non-respect entraînerait une modification du calendrier d’exercice ou du prix de l’option.
b) Dans le cas d’un instrument financier qui est indexé sur les capitaux propres ou un autre facteur déterminé, comme
cela est décrit au paragraphe 3856.14, l’entité doit fournir des informations qui permettent aux utilisateurs des états
financiers de comprendre la nature, les modalités et les effets de la clause d’indexation, les conditions déterminant le
paiement et, le cas échéant, le calendrier prévisionnel des paiements.
c) Dans le cas d’une action privilégiée émise à titre de mesure de planification fiscale mentionnée au para-
graphe 3856.23, l’entité doit fournir les informations suivantes :
i) dans le corps même du bilan, le prix de rachat total de l’ensemble des catégories d’actions de ce type en
circulation;
ii) le prix de rachat total pour chaque catégorie d’actions de ce type;
iii) le montant total des rachats prévus qui doivent être faits au cours de chacun des cinq prochains exercices.
194. Les exemples qui suivent illustrent les informations correspondantes à fournir par voie de note sur une débenture convertible :
Note N – Débenture convertible
Au cours de l’exercice, la société a émis des débentures convertibles de 100 000 $. Ces débentures portent intérêt au taux
annuel de 5 %, payable annuellement, et viennent à échéance le 31 décembre 20X6. Les porteurs des débentures ont l’option
de convertir le principal de celles-ci en actions ordinaires au prix de 1 000 $ par action en tout temps après le 31 mars 20X3.
L’obligation de la société envers les porteurs de débentures convertibles au titre des paiements futurs d’intérêts et de
principal a été comptabilisée comme un passif pour un montant correspondant au produit d’émission de 100 000 $. Aucune
valeur n’a été attribuée à l’option de conversion incorporée dans les débentures convertibles à la date de l’émission.
-OU-
Au cours de l’exercice, la société a émis des débentures convertibles de 100 000 $. Ces débentures portent intérêt au taux
annuel de 5 %, payable annuellement, et viennent à échéance le 31 décembre 20X6. Les porteurs des débentures ont l’option
de convertir le principal de celles-ci en actions ordinaires au prix de 1 000 $ par action en tout temps après le 31 mars 20X3.
L’obligation de la société envers les porteurs de débentures convertibles au titre des paiements futurs d’intérêts et de
principal a été comptabilisée comme un passif pour un montant correspondant à sa juste valeur de 90 000 $. L’option de
conversion incorporée dans les débentures convertibles a été comptabilisée dans les capitaux propres pour un montant de 10
000 $, qui correspond à la différence entre la contrepartie reçue et la juste valeur du passif à la date de l’émission.
195. L’exemple qui suit illustre les informations correspondantes à fournir par voie de note sur un emprunt indexé sur les capitaux
propres :
Note D – Emprunt
L’emprunt porte intérêt au taux préférentiel de la Banque Canadiana majoré de 1,5 %, et l’intérêt est payable mensuellement.
Le principal est remboursable en versements annuels de 1 200 $ effectués à la fin de chaque exercice pour lequel le total des
capitaux propres de la société dépasse 2 000 000 $. Le reste du principal est exigible le 31 décembre 20X6.
196. Comme on l’a mentionné au paragraphe 45-27 du présent chapitre, une exception est prévue pour le classement de certaines
actions privilégiées. L’exemple qui suit illustre la présentation correspondante dans le bilan et par voie de note des actions pri-
vilégiées rachetables au gré du porteur qui sont classées à titre de capitaux propres :
Extrait du bilan de la société
Capitaux propres 20X1 20X0
Actions ordinaires 100 $ 100 $
1 000 actions privilégiées, catégorie A, rachetables au gré du porteur pour un montant
global de 1 000 000 $ 100 100
Bénéfices non répartis 100 000 80 000
100 200 $ 80 200 $

67 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

Note S – Capital-actions
Capital-actions émis 20X1 20X0
100 actions ordinaires 100 $ 100 $
1 000 actions privilégiées, catégorie A, rachetables (à 1 000 $ l’action) au gré du porteur,
assorties d’un droit à des dividendes non cumulatifs selon ce qui est déterminé par les
administrateurs 100 100
200 $ 200 $

Dérivés
197. Les obligations d’information relatives aux dérivés sont présentées dans les paragraphes suivants :
Paragraphe 3856.48 L’entité doit indiquer :
a) le notionnel et la valeur comptable de tous les actifs dérivés évalués à la juste valeur;
b) le notionnel et la valeur comptable de tous les passifs dérivés évalués à la juste valeur;
c) la méthode utilisée pour déterminer la juste valeur de tous les dérivés évalués à la juste valeur;
d) le notionnel et la valeur accumulée pour tous les swaps de taux d’intérêt et swaps de devises faisant partie des rela-
tions de couverture désignées.
Paragraphe 3856.49 Lorsque l’entité utilise le cours fourni par un courtier en produits dérivés pour évaluer la juste valeur
d’un actif ou passif dérivé, elle le signale, en précisant la nature et les conditions de l’instrument.
Paragraphe 3856.50 L’entité doit fournir, au sujet des dérivés qui sont liés à des instruments de capitaux propres d’une
autre entité et doivent être réglés par la remise de tels instruments dont la juste valeur ne peut être déterminée facilement
(voir le sous-alinéa 3856.12 b)ii)), suffisamment d’informations pour permettre au lecteur d’apprécier les conséquences
potentielles du contrat. Elle doit notamment indiquer à ce titre :
a) le nom de l’émetteur de l’instrument de capitaux propres;
b) une description de l’instrument de capitaux propres;
c) les modalités selon lesquelles le règlement se fera.
198. L’exemple qui suit illustre les informations à fournir sur divers instruments financiers dérivés :
Note K – Dérivés
Au 31 décembre 20X1, la société était partie à des contrats de change à terme visant la vente de 100 000 $ US à la fin de
chaque mois jusqu’au 30 juin 20X2. Ces contrats sont évalués à la juste valeur au moyen de taux et de prix cotés. La valeur
comptable globale de ces contrats est un actif de 9 350 $ (passif de 3 700 $ au 31 décembre 20X0).
La société est partie à un swap de taux d’un notionnel de 500 000 $ échéant le 30 septembre 20X5. Aux termes de ce
swap, la société paie chaque trimestre des intérêts au taux fixe de 7 % et reçoit des intérêts au taux des acceptations bancaires
à 90 jours. Au 31 décembre 20X1, le swap donnait lieu à une obligation ayant une valeur comptable de 17 230 $ envers la
contrepartie au swap (actif de 2 220 $ au 31 décembre 20X0).
Un swap de taux d’un notionnel de 150 000 $ échéant le 30 juin 20X2 a été désigné comme couverture de l’emprunt à terme
de la société échéant à la même date. Aux termes de ce swap, la société paie chaque mois des intérêts au taux fixe de 5 % et
reçoit des intérêts au taux préférentiel de la banque majoré de 3 %. La valeur accumulée au 31 décembre était nulle.

Comptabilité de couverture
199. Voici les obligations d’information relatives à la comptabilité de couverture :
Paragraphe 3856.51 L’entité qui désigne des dérivés comme étant des éléments de couverture doit fournir de la façon
suivante des informations permettant aux utilisateurs des états financiers de comprendre l’effet de la comptabilité de
couverture :
a) En ce qui concerne la couverture d’une opération future visée au paragraphe 3856.33, pendant la durée de la relation
de couverture, l’entité indique les modalités de l’opération future, notamment la nature et l’échéancier de l’élément
couvert, les modalités du contrat à terme de gré à gré, le fait que la comptabilité de couverture est utilisée et l’effet
net de la relation.
b) En ce qui concerne la couverture d’un actif ou d’un passif portant intérêt visée au paragraphe 3856.34, l’entité
indique la nature et les modalités de l’élément couvert, la nature et les modalités du swap de taux d’intérêt ou du swap

68
Instruments financiers

de devises qui constitue l’élément de couverture, le fait que la comptabilité de couverture est utilisée et l’effet net de
la relation.
200. L’exemple qui suit illustre les informations à fournir lorsqu’une entité a recours aux contrats à terme normalisés pour couvrir
l’achat futur de marchandises.
Note H – Comptabilité de couverture
La société a désigné des contrats à terme normalisés sur blé comme couvertures du risque de prix associé à ses achats prévus
de blé, comme suit :
Élément couvert Élément de couverture
Les 50 000 premiers boisseaux que la société prévoit acheter 100 contrats pour livraison en mars 20X2
en février et en mars 20X2
Les 50 000 premiers boisseaux que la société prévoit acheter 100 contrats pour livraison en mai 20X2
en avril et en mai 20X2
Les 25 000 premiers boisseaux que la société prévoit acheter 50 contrats pour livraison en juillet 20X2
en juin et en juillet 20X2
Ces opérations de couverture ont été réalisées en vue de garantir le prix des achats de blé désignés. La marge déposée auprès
du courtier est comptabilisée dans les autres actifs.
201. L’exemple qui suit illustre les informations à fournir lorsqu’une entité utilise un swap de taux pour couvrir un risque de taux
d’intérêt :
Un swap de taux a été désigné comme couverture du risque de taux d’intérêt associé à la dette à 5 ans portant intérêt à taux
variable de la société. Aux termes de ce swap, dont l’échéance concorde avec celle de la dette, la société paie des intérêts au
taux de 6 % et reçoit des intérêts à taux variable dont le montant correspond exactement aux paiements d’intérêts qu’elle doit
effectuer sur sa dette. Le swap a comme incidence nette de convertir l’exposition de la société au risque associé à une dette
à taux variable en une exposition au risque associé à une dette à taux fixe, de sorte que la société peut établir des prévisions
plus fiables au titre de ses sorties de trésorerie. Étant donné que tous les paiements sont exigibles à la fin de chaque mois,
aucun montant n’est accumulé à la date de clôture.

Éléments du résultat
202. Les éléments du résultat relatifs aux instruments financiers peuvent être mentionnés dans le corps même de l’état ou par voie de
note, comme l’indiquent les paragraphes qui suivent :
Paragraphe 3856.52 L’entité doit mentionner les éléments suivants de produits, de charges, de gains ou de pertes dans le
corps des états ou dans les notes complémentaires :
a) les gains nets ou pertes nettes comptabilisés qui sont attribuables à des instruments financiers;
b) le produit d’intérêt total;
c) la charge d’intérêt totale sur les passifs financiers à court terme;
d) la charge d’intérêt sur les passifs financiers à long terme, en précisant l’amortissement des primes, des escomptes et
des commissions;
e) le montant de toute perte de valeur ou de toute reprise d’une perte de valeur antérieurement comptabilisée.
Paragraphe 3856.19A Les revenus tirés de placements évalués à la juste valeur, et de placements évalués au coût, doivent
être présentés séparément, dans le corps même de l’état des résultats.
Risques et incertitudes
203. Le chapitre 3856 exige que des informations soient fournies pour chaque risque important découlant d’instruments financiers.
Il importe de relever tous les risques, mais les informations fournies devraient se limiter aux risques importants, y compris les
concentrations de risque, comme l’indiquent les paragraphes qui suivent :
Paragraphe 3856.53 Pour chaque risque important (voir le paragraphe 3856.A66) découlant d’instruments financiers, et
en traitant les dérivés séparément, l’entité doit indiquer :
a) les expositions au risque et leurs causes;
b) toute modification des expositions au risque par rapport à la période précédente.
Paragraphe 3856.54 Pour chaque type de risque découlant d’instruments financiers, l’entité doit indiquer les concen-
trations de risque. Les concentrations de risque résultent d’instruments financiers qui présentent des caractéristiques
69 © Comptables Professionnels Agréés du Canada
Instruments financiers

semblables et subissent de façon semblable les changements dans la conjoncture économique ou d’autres conditions (voir
le paragraphe 3856.A67).
204. Les risques financiers sont décrits ainsi au chapitre 3856 :
Type de risque Décrit au paragraphe 3856.A66
Risque de crédit Le risque de crédit est le risque qu’une partie à un instrument financier manque à l’une de
ses obligations et amène de ce fait l’autre partie à subir une perte financière.
Risque de change Le risque de change est le risque que la juste valeur ou les flux de trésorerie futurs d’un
instrument financier fluctuent en raison des variations des cours des devises.
Risque de taux d’intérêt Le risque de taux d’intérêt est le risque que la juste valeur ou les flux de trésorerie futurs
d’un instrument financier fluctuent en raison des variations des taux d’intérêt du marché.
Risque de liquidité Le risque de liquidité est le risque qu’une entité éprouve des difficultés à honorer des
engagements liés à des passifs financiers.
Risque de marché Le risque de marché est le risque que la juste valeur ou les flux de trésorerie futurs d’un
instrument financier fluctuent en raison de variations des prix du marché. Le risque de
marché inclut trois types de risque : le risque de change, le risque de taux d’intérêt et le risque
de prix autre.
Risque de prix autre Le risque de prix autre est le risque que la juste valeur ou les flux de trésorerie futurs
d’un instrument financier fluctuent en raison des variations des prix du marché (autres que
celles découlant du risque de taux d’intérêt ou du risque de change), que ces variations
soient causées par des facteurs propres à l’instrument en cause ou à son émetteur, ou par des
facteurs affectant tous les instruments financiers similaires négociés sur le marché.
205. Le modèle qui suit montre un exemple de tableau que l’on peut utiliser pour identifier les instruments financiers et les risques
correspondants :

Risques
Risque de marché
Risque
Risque de Risque de Risque de de taux Risque de
Instruments financiers crédit liquidité change d’intérêt prix autre
Trésorerie et équivalents de trésorerie X X

Créances X X

Placements – titres canadiens X X

Placements – titres américains X X X

Fournisseurs et charges à payer X X

206. Comme l’indique le paragraphe 3856.53, les risques importants relatifs aux instruments financiers doivent être indiqués.
L’exemple qui suit illustre des informations sur les principales méthodes comptables et sur les instruments financiers dans un
état financier simple :
Principales méthodes comptables (extrait)
Instruments financiers
La société évalue ultérieurement tous ses actifs financiers et ses passifs financiers au coût après amortissement. Les actifs
financiers évalués au coût après amortissement comprennent la trésorerie et les créances. Les passifs financiers évalués au
coût après amortissement comprennent les fournisseurs et les charges à payer.
Note X – Instruments financiers
a) Risque de crédit
La société consent du crédit à ses clients dans le cours normal de ses activités. Pour ces créances, la société évalue, de
façon continue, les pertes probables et constitue des provisions pour pertes en se fondant sur leur valeur de réalisation
estimative. De l’avis de la direction, le risque de non-recouvrement des créances n’est pas important.

70
Instruments financiers

b) Risque de change
Le risque de change est le risque que des variations de cours entre le dollar canadien et le dollar américain influent sur
les activités et les résultats financiers de la société. Les totaux libellés en dollars américains figurent dans le tableau
ci-dessous.
20X2 20X1
$ US $ US
Trésorerie 229 600 $ 278 000 $
Créances 3 672 000 3 806 700 $
Fournisseurs 802 500 922 000
c) Risque de taux d’intérêt
L’emprunt à terme remboursable sur demande de la société porte intérêt à des taux qui fluctuent en fonction du taux
préférentiel de la banque.
d) Risque de liquidité
Le risque de liquidité est le risque que la société ne soit pas en mesure d’honorer ses engagements liés à des passifs
financiers. Les flux de trésorerie liés à l’exploitation procurent une part importante des besoins de trésorerie de la
société. Les autres besoins de trésorerie sont comblés par les soldes de trésorerie existants et une facilité de crédit de la
banque.
Ces risques n'ont pas subi de changements significatifs au cours de l'année.
207. Comme l’indique le paragraphe 3856.53, les risques importants relatifs aux dérivés doivent être indiqués séparément et l’exemple
qui suit illustre les informations fournies sur le risque lié aux variations du prix du pétrole et les dérivés utilisés pour gérer ce
risque :
Note R – Risques et incertitudes
La société est exposée aux effets des fluctuations des prix du pétrole sur ses achats de stocks. Elle a recours à des contrats
dérivés du marché hors cote et à des contrats dérivés négociés en Bourse pour atténuer une partie de ce risque, mais elle est
incapable de couvrir parfaitement celui-ci. L’exposition aux prix du pétrole n’a pas changé depuis la date de clôture
de l’exercice précédent, mais la société a subi des pertes de 8 160 $ en 20X1 en raison des fluctuations des prix (gains
de 3 500 $ en 20X0).

71 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

ANNEXE
Définitions (paragraphes 3856.05, A1-A7, A9, A12 et A66)
Actif financier : tout actif qui est :
i) soit de la trésorerie;
ii) soit un droit contractuel de recevoir d’une autre partie de la trésorerie ou un autre actif financier;
iii) soit un droit contractuel d’échanger des instruments financiers avec une autre partie à des conditions potentiellement favorables
pour l’entité;
iv) soit un instrument de capitaux propres d’une autre entité.
Le coût qu’engage une entité pour acquérir d’une autre partie un droit de racheter ses propres instruments de capitaux propres vient en
déduction de ses capitaux propres et ne constitue pas un actif financier.
Commission : somme qui dédommage le prêteur du risque qu’il court à fournir des fonds à l’emprunteur. Les commissions, qui
prennent parfois le nom de «commission sur prêt», de «frais de financement» ou de «frais» tout court, comprennent notamment :
i) les commissions de montage, de demande de crédit ou de syndication associées à un prêt ou à un financement obligataire;
ii) les commissions d’engagement, d’attente ou de garantie;
iii) les commissions de refinancement, de restructuration ou de renégociation.
Les commissions peuvent être remboursables ou non. Elles ne comprennent pas les coûts de transaction.
Comptabilité de couverture : méthode de comptabilisation des gains, pertes, produits et charges rattachés aux éléments constitutifs
d’une relation de couverture, selon laquelle ces gains, pertes, produits et charges sont comptabilisés en résultat net au cours de la même
période alors qu’ils seraient autrement comptabilisés au cours de périodes différentes.
Contrat d’assurance : contrat en vertu duquel une partie (l’assureur) assume un risque assurable significatif pour une autre partie (le
titulaire de la police) en convenant d’indemniser le titulaire de la police dans le cas où un événement futur incertain déterminé (l’évé-
nement assuré) aurait une incidence défavorable pour le titulaire de la police. Les contrats d’assurance incluent tout contrat fondé sur
des variables climatiques, géologiques, ou d’autres variables physiques.
Coût après amortissement : montant auquel a été évalué un actif financier ou un passif financier lors de sa comptabilisation initiale,
diminué des remboursements en principal, majoré ou diminué de l’amortissement cumulé de tout écart entre le montant initial et le
montant à l’échéance, et diminué de toute réduction (opérée directement ou par l’intermédiaire d’un compte de provision) pour dépré-
ciation (voir les paragraphes 3856.A3 à .A6).
Lorsqu’un instrument financier est émis ou acquis à prime ou à escompte par rapport à sa valeur nominale, la différence représente
un ajustement d’intérêts payé d’avance. Un tel montant constitue un élément de la valeur comptable initiale de l’instrument financier.
Lorsque l’instrument financier est évalué au coût après amortissement, tout escompte ou prime est amorti sur la durée de vie prévue de
l’instrument et comptabilisé en résultat net à titre de produit ou de charge d’intérêts.
De même, lorsque le prêteur fait payer à l’emprunteur une commission tenant lieu d’intérêts, soit lors de la comptabilisation de l’ins-
trument financier, soit périodiquement tout au long de sa durée de vie, les paiements représentent des ajustements d’intérêts. Toute
commission de ce type est comptabilisée en tant qu’ajustement de la valeur comptable de l’instrument financier et amortie sur la durée
de vie de l’instrument financier ou sur la période sur laquelle porte la commission, si cette période est plus courte.
Il est possible de présenter l’amortissement des intérêts payés d’avance visé par les paragraphes 3856.A3 et .A4 comme un élément
distinct du produit ou de la charge d’intérêts.
Une fois qu’un actif financier ou un groupe d’actifs financiers semblables portant intérêt a fait l’objet d’une réduction de valeur à la
suite d’une dépréciation, les produits d’intérêts ultérieurs sont comptabilisés sur la base du taux d’intérêt utilisé pour actualiser les flux
de trésorerie futurs aux fins de l’évaluation de la dépréciation.
Coûts de transaction : coûts différentiels directement attribuables à l’acquisition, à l’émission ou à la sortie d’un actif financier ou
d’un passif financier. Un coût différentiel est un coût qui n’aurait pas été engagé si l’entité n’avait pas acquis, émis ou sorti l’instrument
financier. Les coûts de transaction comprennent des dépenses telles que les honoraires juridiques, le remboursement des frais de gestion
du prêteur et les frais d’expertise associés à un prêt. Ils ne comprennent pas les commissions ni les primes ou escomptes d’émission.
Les coûts de transaction ne constituent pas une caractéristique d’un actif ou d’un passif; ils sont plutôt propres à une transaction et
diffèrent selon la façon dont l’entité conclut une transaction sur l’actif ou le passif.

72
Instruments financiers

Décomptabilisation : suppression, au bilan d’une entité, d’un actif financier ou d’un passif financier comptabilisé antérieurement.
Dérivé : contrat qui réunit les trois caractéristiques suivantes :
i) sa valeur fluctue en fonction de l’évolution d’un taux d’intérêt, du prix d’un instrument financier, du prix d’une marchandise,
d’un cours de change, d’un indice de prix ou de cours, d’une notation ou d’un indice de crédit, ou d’une autre variable spécifiée
(qu’on appelle parfois le «sous-jacent») à condition que, dans le cas d’une variable non financière, la variable ne soit pas spéci-
fique à une des parties au contrat;
ii) il ne requiert aucun placement net initial sinon un placement net initial inférieur à celui qui serait nécessaire pour d’autres types
de contrats dont on pourrait attendre des réactions semblables aux évolutions des facteurs de marché;
iii) il sera réglé à une date future.
Les instruments financiers comprennent des instruments primaires, tels que les créances, les dettes et les instruments de capitaux
propres, et des instruments dérivés, tels que les contrats à terme normalisés et de gré à gré, les swaps et les options. Les instruments
financiers dérivés répondent à la définition d’un instrument financier et c’est pour cette raison qu’ils sont compris dans le champ
d’application du présent chapitre.
La définition d’un dérivé donnée dans le présent chapitre englobe les contrats qui font l’objet d’un règlement brut par livraison de
l’élément sous-jacent (par exemple, un contrat à terme de gré à gré portant sur l’acquisition d’un instrument d’emprunt à taux fixe).
Cependant, les contrats d’achat ou de vente d’éléments non financiers ne répondent pas à la définition d’un instrument financier, car le
droit contractuel qu’a une partie de recevoir un actif non financier ou un service, de même que l’obligation correspondante de l’autre
partie, ne créent aucun droit ni aucune obligation actuels de recevoir, de remettre ou d’échanger un actif financier.
Élément couvert : actif comptabilisé, passif comptabilisé, opération future ou investissement net dans un établissement étranger
autonome comportant une exposition identifiée à un risque pour une entité qui a pris des mesures en vue de modifier cette exposition.
Élément de couverture :
i) dérivé qui compense un risque identifié auquel un élément couvert expose une entité; ou
ii) actif financier non dérivé ou passif financier non dérivé compensant un risque de change auquel l’investissement net dans un éta-
blissement étranger autonome expose une entité.
Instrument de capitaux propres : tout contrat constatant un droit résiduel sur les actifs d’une entité après déduction de tous ses
passifs.
Instrument financier : contrat qui crée un actif financier pour une entité et un passif financier ou un instrument de capitaux propres
pour une autre entité.
Juste valeur : montant de la contrepartie dont conviendraient des parties compétentes agissant en toute liberté dans des conditions de
pleine concurrence (le paragraphe 3856.A7 fournit des précisions d’application sur le sujet).
La juste valeur s’entend du prix convenu entre un acheteur et un vendeur agissant en toute liberté dans des conditions normales de
concurrence. La définition de la juste valeur repose sur la présomption que l’entité poursuivra son activité. La juste valeur n’est donc
pas le montant qu’une entité recevrait ou paierait dans le cadre d’une transaction forcée, d’une liquidation involontaire ou d’une vente
en catastrophe. Elle reflète la qualité de crédit de l’instrument financier, y compris les biens affectés en garantie et les autres rehausse-
ments de crédit. La meilleure indication de la juste valeur d’un instrument financier est son cours publié sur un marché actif.
Un instrument financier est considéré comme étant coté sur un marché actif lorsqu’il est possible d’avoir facilement et régulièrement
accès à des cours auprès d’une Bourse, d’un contrepartiste, d’un courtier, d’un groupe sectoriel, d’un service d’évaluation des cours
ou d’un organisme de réglementation, et que ces cours reflètent des transactions réelles intervenant régulièrement sur le marché dans
des conditions normales de concurrence.
La juste valeur d’un passif financier comportant une composante à vue (par exemple, un dépôt à vue) est au moins égale à la somme
payable à vue, actualisée à partir de la première date à laquelle le paiement peut être exigé. Un instrument d’emprunt dont les condi-
tions de remboursement ne sont pas spécifiées est réputé être payable à vue. Lorsque le remboursement d’un instrument d’emprunt est
subordonné au droit d’une autre partie, la première date à laquelle le paiement peut être exigé est le lendemain de la date d’échéance
de l’instrument de rang supérieur.
Opération future : toute opération qui devrait normalement se réaliser dans l’avenir et qui n’a pas encore donné lieu à la comptabili-
sation d’un actif ou d’un passif.
Passif financier : tout passif correspondant à une obligation contractuelle :

73 © Comptables Professionnels Agréés du Canada


Instruments financiers

i) soit de remettre à une autre partie de la trésorerie ou un autre actif financier;


ii) soit d’échanger des instruments financiers avec une autre partie à des conditions potentiellement défavorables pour l’entité.
Relation de couverture : relation établie par la direction d’une entité entre un élément couvert et un élément de couverture, qui répond
à toutes les conditions énoncées dans le présent chapitre.
Risque financier : les opérations sur instruments financiers peuvent avoir pour conséquence de faire assumer par une entité ou de
transférer à un tiers un ou plusieurs des risques financiers décrits ci-dessous. Les informations à fournir aideront les utilisateurs des états
financiers à évaluer l’étendue des risques associés aux instruments financiers.
a) Le risque de crédit est le risque qu’une partie à un instrument financier manque à l’une de ses obligations et amène de ce fait
l’autre partie à subir une perte financière.
b) Le risque de change est le risque que la juste valeur ou les flux de trésorerie futurs d’un instrument financier fluctuent en raison
des variations des cours des devises.
c) Le risque de taux d’intérêt est le risque que la juste valeur ou les flux de trésorerie futurs d’un instrument financier fluctuent en
raison des variations des taux d’intérêt du marché.
d) Le risque de liquidité est le risque qu’une entité éprouve des difficultés à honorer des engagements liés à des passifs financiers.
e) Le risque de marché est le risque que la juste valeur ou les flux de trésorerie futurs d’un instrument financier fluctuent en raison
de variations des prix du marché. Le risque de marché inclut trois types de risque : le risque de change, le risque de taux d’intérêt
et le risque de prix autre.
f) Le risque de prix autre est le risque que la juste valeur ou les flux de trésorerie futurs d’un instrument financier fluctuent en
raison des variations des prix du marché (autres que celles découlant du risque de taux d’intérêt ou du risque de change), que ces
variations soient causées par des facteurs propres à l’instrument en cause ou à son émetteur, ou par des facteurs affectant tous les
instruments financiers similaires négociés sur le marché.

74