Vous êtes sur la page 1sur 185

.

SOMMAIRE
Chapitre 1 : LA COMPTABILITÉ.........................................................................................Page 2 à 7

Chapitre 2 : LA NOTION DE BILAN....................................................................................Page 8 à 11

Chapitre 3 : LES COMPTES PATRIMONIAUX.................................................................Page 12 à 16

Chapitre 4 : LE COMPTE ET L’ENREGISTREMENT A PARTIE DOUBLE

DES OPERATIONS............................................................................................Page 17 à 19

Chapitre 5 : LE VIREMENT COMPTABLE ET LA RECIPROCITE DES COMPTES Page 20 à 22

Chapitre 6 : LE CONTRÔLE DE LA COMPTABILITE PAR LA PARTIE DOUBLE. .Page 23 à 26

Chapitre 7 : LE SYSCOA........................................................................................................ Page 27 à 33

Chapitre 8 : LES COMPTES DE GESTION.........................................................................Page 34 à 40

Chapitre 9 : LES MÉTHODES ET CONTRÔLES COMPTABLES..................................Page 41 à 65

Chapitre 10 : L'ENREGISTREMENT DES OPÉRATIONS.............................................. Page 66 à 75

Chapitre 11  : LES FACTURES D'AVOIR............................................................................Page 76 à 82

Chapitre 12 : L'ENREGISTREMENT DES AUTRES FACTURES.................................. Page 83 à 92

Chapitre 13 : LES EMBALLAGES .......................................................................................Page 93 à 95

Chapitre 14 : LA CONSIGNATION ET LA DÉCONSIGNATION .................................. Page 96 à 109

Chapitre 15 : LA TVA .............................................................................................................Page 114 à 127

Chapitre 16 : LES OPÉRATIONS DE TRÉSORERIE .......................................................Page 122 à 127

Chapitre 17 : LES EFFETS DE COMMERCE.....................................................................Page 128 à 133

Chapitre 18 : LES DIFFICULTÉS LIEES AU RÈGLEMENT DES EFFETS..................Page 134 à 143

Chapitre 19 : LES FRAIS DU PERSONNEL........................................................................Page 144 à 150

Chapitre 20 : LES RETENUES SUR LE SALAIRE............................................................ Page 151 à 154

Chapitre 21 : LA PAIE ............................................................................................................Page 155 à 163

Chapitre 22 : LA DÉCLARATION DES IMPÔTS...............................................................Page 164 à 167

Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes -1-


CHAPITRE 1  : LA COMPTABILITÉ
La vie économique est essentiellement constituée par deux actes fondamentaux qui
sont : Produire et Consommer.
L'activité de production s'exerce principalement dans une unité de production
appelée ENTREPRISE. Cette activité de production est réalisée par la combinaison des facteurs de
production. Ces facteurs de production sont le capital et le travail mis en œuvre par les agents
économiques (prêteurs, personnel…)
L'entreprise industrielle fabrique à partir de matières premières ou de produits semi-
ouvrés des biens qu'elle met sur le marché de la consommation.
L'entreprise commerciale ne fait qu'acheter pour revendre en l'état (sans
transformation )
Dans les deux cas l’activité de production est intimement liée ou même incorporée à
l'activité de vente.
Pour survivre, l'entreprise doit non seulement vendre, mais réaliser des bénéfices.
D'où la nécessité de pouvoir déterminer périodiquement le résultat de l'entreprise. Ce
résultat ne pourra être suivi qu'à travers un instrument relativement précis : la comptabilité.
En outre, la loi prévoit l'établissement périodique de tableaux de synthèse permettant
de connaître la situation de l'entreprise. Ces tableaux de synthèse appelés états financiers sont le Bilan, le
Compte de Résultat, le Tableau Financier des Emplois et Ressources (TAFIRE)…
Nous définirons dans ce chapitre la comptabilité puis nous étudierons les opérations
de l’entreprise.

Selon le nouveau plan comptable français de 1982, la comptabilité peut être définie
comme un système d'organisation de l'information financière permettant de :
- saisir, classer, enregistrer les données de base chiffrées.
- fournir après traitement approprié un ensemble d'informations conformes aux besoins des divers
utilisateurs intéressés.
Pour garantir la qualité et la compréhension de l'information, toute compatibilité
implique :
- le respect des principes
- une organisation répondant aux exigences de collecte, de tenue, de contrôle, de présentation, de
communication et de vérification
- la mise en œuvre de méthodes et procédures
- l'utilisation d'une terminologie commune.
Pour atteindre ses objectifs, la comptabilité a été scindée en un certain nombre de
branches qui sont la Comptabilité Analytique de Gestion d’Exploitation, la Comptabilité de Gestion, les
Comptabilités Spéciales, la Technique Comptable Générale.
La comptabilité analytique de gestion d'exploitation qui a pour objectif la
détermination des coûts et coût de revient.
La comptabilité de gestion : gestion financière, gestion prévisionnelle ou budgétaire.
Les comptabilités spéciales des différentes formes de sociétés concernent les
banques, les assurances...
La Technique Comptable Générale est l'objet du présent cours.
Elle est ainsi dénommée parce qu'elle présente les mêmes caractéristiques dans
toutes les entreprises, quel que soit leur genre d'activité.
La comptabilité générale se propose un double objectif :
- la mesure du résultat
- l’évaluation du patrimoine et l'évaluation de la situation financière.
Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes -2-


Elle est la mémoire sans laquelle le bon fonctionnement de l'entreprise pourrait être
remis en cause. Pour cela la comptabilité s'appuie sur un certain nombre de règles codifiées sous forme
de référentiel applicable dans un espace géographique durant un temps déterminé.
La comptabilité générale dans l'UEMOA est régie par les règles du SYSCOA.

Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes -3-


CHAPITRE 2  : LA NOTION DE BILAN

Le bilan est un tableau récapitulatif de la situation financière d'une entreprise à un


moment donné
BILAN DE L ENTREPRISE ALLA AU 31/12/N
ACTIF PASSIF
BIENS DETTES

La partie de droite consacrée aux ressources porte le nom de Passif. Le passif du bilan indique l'origine
des sommes qui ont permis l'acquisition des emplois. Le passif se compose :
. du capital de l'entreprise (apports de l’exploitant ou des associés) ;
. des dettes envers les tiers (banque, fournisseurs, prêteurs) ;
. des profits éventuellement (flux internes crées par l'entreprise) .
La partie de gauche consacrée aux biens porte le nom de Actif. L’actif du bilan indique comment ont
été utilisés les dettes et par conséquent tout ce que possède l'entreprise et tout ce qui lui est dû. L’actif se
compose des biens (emploi).
. Les emplois regroupent les biens qui restent longtemps dans leur état d'acquisition dans l'entreprise
(Terrains, Constructions, Matériels, Mobiliers…) et les biens qui font rapidement l'objet de
transformation. Il s'agit des marchandises en magasin qui sont transformées par les ventes en créances sur
les clients, puis, lorsque les clients paient en espèces ou en avoirs en banque. Tout ce qui reste dans
l'entreprise sous une forme donnée constitue des emplois.

I. LES CARACTÉRISTIQUES DU BILAN


Les caractéristiques du bilan reposent sur l'égalité entre l'actif et le passif et le
classement des postes du bilan.

1. L'égalité de l'actif et du passif


L'égalité constitue la caractéristique fondamentale du bilan. Mais cette égalité n'a pu
être obtenue que par compensation de l'écart existant entre les emplois et les ressources externes. Cet
écart est appelé Résultat. Il peut être bénéficiaire ou déficitaire.

a. Détermination du résultat (cas ou le résultat est bénéficiaire)

ENTREPRISE KONAN
ACTIF PASSIF
Emplois Ressources externes
(biens) (capital et dettes)

Profit (ressource interne) +

b. Détermination du résultat (cas ou le résultat est déficitaire)


Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes -4-


ENTREPRISE KOUASSI
ACTIF PASSIF
Emplois Ressources externes
(biens) (capital et dettes)
Perte (-)
RÉSULTAT = BIENS - (CAPITAL + DETTES)
RÉSULTAT = EMPLOIS PROVISOIRES - RESSOURCES EXTERNES

N.B : la différence entre ce que possède l'entreprise et ce qu'elle doit constitue son patrimoine net ou
situation nette. La situation nette est constituée des capitaux propres.

2. Classement des postes du bilan


A l'actif du bilan, les postes sont classés par ordre de liquidité croissant. Par
liquidité, il faut entendre la facilité avec laquelle on pourra vendre ce bien pour se procurer de l'argent
liquide.
Au passif, les comptes du bilan sont classés par ordre d'exigibilité croissant. C'est
-à- dire dans l'ordre croissant de remboursement.
On inscrit d'abord les postes susceptibles d'être remboursés en dernier et ainsi de
proche en proche, on termine par ceux qui sont à payer dans les plus proches délais.

II. ÉVOLUTION DU BILAN


1.Généralités
Le bilan, tableau représentant la situation de l'entreprise à un moment donné évolue
avec elle. Chaque opération nouvelle va entraîner un changement de situation et va apporter un certain
nombre de variations à l'intérieur des postes du bilan.

2. Application
L'entreprise FACI vous communique les informations relatives :
- à son bilan au 1/1/N ;
- aux opérations effectuées au cours du mois de janvier N.
Les informations relatives au bilan sont :
Fournisseurs 430.000
Immeuble 10.000.000
Caisse 170.000

Dettes envers l'État 100.000


Terrains 2.200.000
Banque 700.000
Clients 360.000
Capital 15.000.000
Mobilier 800.000
Marchandises 1.300.000
Les opérations réalisées en janvier N sont les suivantes :
2/1/N : Vente à crédit de marchandises 1.000.000 F. Ces marchandises ont coûté 1.200.000 F
12/1/N : Règlement des clients 1.300.000 F par chèque bancaire
Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes -5-


15/1/N : Retrait de 2.000.000F en espèces à la banque
24/1/N : Achat de 10.000.000 F de marchandises à crédit
25/1/N : Vente de 4.000.000 F de marchandises à crédit. Ces marchandises ont coûté 2.200.000F
26/1/N : Règlement de 2.000.000 F des clients en espèces
27/1/N : Dépôt de 1.450.000 F en banque
31/1/N : Achat d'un micro ordinateur à crédit 1.500.000 F
T.A.F : 1) Etablir le bilan au 1er janvier N
2) Présenter la situation de tous les comptes au 31/1/N.
3) Etablir le bilan au 31 janvier N
Solution
1)Bilan de l'entreprise FACI au 1er janvier N
ACTIF PASSIF
Eléments Montants Eléments Montants
22. Terrains 2.200.000 101. Capital 15.000.000
23. Bâtiments 10.000.000 401. Fournisseurs 430.000
244. Mobilier 800.000 44. Etat 100.000
31. Marchandises 1.300.000
411. Clients 360.000
521. Banque 700.000
571. Caisse 170.000
TOTAL 15.530.000 TOTAL 15530000

3) Présentation de la situation de tous les comptes de l'entreprise FACI au 31/1/N après l'enregistrement
des opérations
- A l’actif
Terrains = 2.200.000
Bâtiments = 10.000.000
Mobilier = 800.000
Micro ordinateur = 0 +1.500.000 = 1 500 000
Marchandises = 1.300.000 –1.200.000 +10.000.000 – 2.200.000 = 7.900.000
Clients = 360.000 + 1.000.000 –1.300.000 + 4.000.000 – 2.000.000 = 2.060.000
Banque = 700.000+ 1.300.000 – 2.000.000 + 1.450.000 = 1.450.000
Caisse = 170.000 + 2.000.000 + 2.000.000 – 1.450.000 = 2.720.000
- Au passif
Capital = 15.000.000
Fournisseurs = 430.000 +10.000.000 = 10.430.000
Etat = 100.000
Fournisseur d'investissement = 0 + 1.500.000 = 1.500.000
Résultat = -200.000 + 1.800 000 = + 1.600.000 
Le résultat est un bénéfice car il est positif.

Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes -6-


4) Bilan de l'entreprise FACI au 31/01/N
ACTIF PASSIF
Eléments Montants Eléments Montants
22. Terrains 2.200.000 101. Capital 15.000.000
23. Bâtiments 10.000.000 13. Bénéfice + 1.600.000
244. Mobilier 800.000 401. Dettes fournisseurs 10.430.000
2442. Matériel informatique 1.500.000 44. Dettes Etat 100.000
31. Marchandises 7.900.000 481. Dettes fournisseurs d’invest. 1.500.000
411. Clients 2.060.000
521. Banque 1.450.000
571. Caisse 2.720.000

TOTAL 28.630.000 TOTAL 28.630.000


COMMENTAIRES
- Les montants de certains comptes ont varié. Les comptes « Marchandises », « Banque » par exemple
- Deux nouveaux comptes sont apparus : les comptes « Matériel informatique » et « Fournisseurs
d'investissement »
- L'activité de janvier a généré un bénéfice.
BÉNÉFICE = Total actif - Total passif sans le résultat
Total actif = 28.630.000

Total passif =  ?
Capital = 15.000.000
Dettes fournisseurs = 10.430.000
Dettes État = 100.000
Dettes fournisseurs d'investissements = 1.500.000
Total Passif sans le résultat = 27.030.000
Résultat = + 1.600.000

Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes -7-


CHAPITRE 3  : LES COMPTES PATRIMONIAUX

Les comptes patrimoniaux regroupent les comptes de l’actif et ceux du passif de l’entreprise.
Dans la pratique, de nombreux comptes sont nécessaires pour l'enregistrement :
- des emplois provisoires ;
- des ressources externes, en particulier des dettes.
Le nombre de ces comptes dépend du degré d'analyse souhaité par le chef
d'entreprise.

I. LES PRINCIPAUX COMPTES DE L' ACTIF


L'actif représente l'ensemble des biens de l'entreprise. Les comptes d'actif
augmentent au débit pour les acquisitions et diminuent au crédit pour les sorties.
Exemple : Fonctionnement du compte « Clients »

D Clients C
Augmentations Diminutions
(Contraction de créances) (Règlement des créances)

31/12/N-1 : le solde du compte « Clients » est de 1.000.000 F


15/01/N : vente à crédit de marchandises 200.000F
20/01/N : règlement du client 300.000 F en espèces
31/01/N : règlement du client 150.000 F par chèque bancaire.
T.A.F : présenter le compte « Clients »

D 411.Clients C
31/12/N-1 : 1.000.000 20/01/N : 300.000
15/01/N : 200.000 31/01/N : 150.000
31/01/N : 450.000
S.D : 750.000
1.200.000 1.200.000

S.I au 01/02/N: 750.000

A l'actif, nous avons les comptes d'actif immobilisé, les comptes d’actif circulant, les
comptes de trésorerie-actif et l'écart de conversion actif.

1. L’actif immobilisé
C'est la masse du bilan regroupant les éléments destinés à servir de façon durable à
l'activité de l’entreprise. Ces biens restent longtemps dans leur état d’acquisition. Leur durée d'utilisation
est, à priori, supérieure à un an.

Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes -8-


L'actif immobilisé se compose des immobilisations incorporelles, corporelles et
financières.

a. Les immobilisations
Elles représentent les biens et valeurs destinées à rester durablement dans
l'entreprise. Ce sont les immobilisations corporelles, les immobilisations incorporelles et les
immobilisations financières.

 Les immobilisations corporelles


Ce sont les biens matériels relevant de la catégorie des immobilisations. Ils
regroupent ceux acquis en pleine propriété, en nue-propriété, en usufruit et en crédit-bail.
Les immobilisations corporelles se subdivisent en :
. Terrains
. Bâtiments, installations techniques et agencements
. Matériels etc..

 Les immobilisations incorporelles


Ce sont les immobilisations immatérielles et tous les autres éléments susceptibles de
générer des avantages futurs.
Elles ont la nature de biens acquis ou crées par l'entreprise, non pour être vendus ou
transformés, mais pour être utilisés de manière durable, directement ou indirectement, pour la réalisation
des opérations professionnelles ou non.
Les immobilisations incorporelles se subdivisent en :
. Frais de recherche et de développement
. Brevets, licences, concessions et droits similaires
. Logiciels
. Marques
. Fonds de commerce
. Droit au bail
. Investissements de création
. Autres droits et valeurs incorporelles
. Immobilisations incorporelles en cours

 Les immobilisations financières


Elles constituent une catégorie d'immobilisations constituées par les titres de
participation, les autres titres immobilisés et les créances liées à des participations. Les immobilisations
financières se subdivisent en :
 Titres de participation
 Autres immobilisations financières regroupant les :
. Prêts et créances non commerciales ;
. Prêts au personnel ;
. Créances sur l'État ;
. Titres immobilisés. ;
. Dépôts et cautionnements versés ;
. Créances rattachées à des participants et avances à des G.I.E ;
. Immobilisations financières diverses.
Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes -9-


N.B: Lors des entrées dans le patrimoine de l'entreprise, la valeur de l'immobilisation se détermine ainsi :
a) Bien acquis à titre onéreux : le bien acquis à titre onéreux est comptabilisé à son coût d'acquisition.
Ce coût est déterminé par l'addition des éléments suivants :
- le prix d'achat après déduction des taxes récupérables,
- les frais accessoires après déduction des taxes récupérables. Ces frais accessoires sont constitués des
frais de transport, de droits de douane, des frais d'installation et de montage etc.
b) Biens produits par l'entreprise : les biens produits par l'entreprise sont comptabilisés à leur coût de
production. Ce coût de production est déterminé par l'addition des éléments suivants :
- le coût d'acquisition des matières et fournitures consommées ;
- les charges directes de production ;
- les charges indirectes de production dans ta mesure où elles peuvent être raisonnablement rattachées
à la production du bien.
c) Biens acquis à titre gratuit : ces biens sont comptabilisés à leur valeur vénale
d) Biens reçus à titre d'apport en nature : Ils sont comptabilisés à leurs valeurs figurant dans l'acte
d'apport.
Les immobilisations cédées, disparues ou détruites cessent de figurer au bilan. Les
immobilisations mises hors service ou au rebut, sont à amortir intégralement.

2. L’actif circulant
C'est la masse du bilan regroupant des éléments d'actif qui, en raison de leur
destination ou de leur nature, ont vocation à se transformer au cours du cycle d'exploitation. Il s’agit de
stocks et de créances.
Certains éléments de l'actif circulant qui ne relèvent pas de l'exploitation normale et
récurrente de l'entreprise sont classés « Hors Activité Ordinaires »

a. Les stocks
Ils se composent par l'ensemble des biens ou des services qui interviennent dans le
cycle d'exploitation de l'entreprise pour être :
- soit vendus en l’état ou au terme d'un processus de production à venir ou en cours,
- soit consommés en général au premier usage.
On distingue les stocks proprement dits des en-cours.
Les stocks proprement dits comprennent les approvisionnements et les produits.
Les approvisionnements sont constitués des matières premières et fournitures,
matières consommables et fournitures.
Les produits sont constitués des produits intermédiaires, produits finis, produits
résiduels
Les marchandises sont constituées des objets, matières et fournitures destinés à être
revendus en l’état sans transformation notable ni intégrations à d’autres biens et services. Ce sont des
éléments qui font l’objet même de l’activité de l’entreprise.

b. Les créances
Ce sont des droits personnels permettant à une personne d'exiger d'une autre, une
certaine prestation ou une abstention.
Dans la majorité des cas, il s'agit des droits pécuniaires résultant de la cession par
l'entreprise d'un bien ou d'un service.

Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 10 -


3. La trésorerie -actif
Elle se compose des emplois en trésorerie disponibles en caisse, à la banque ou aux
centres de chèques postaux. Certains titres, aisément et immédiatement négociables y sont intégrés dans
un poste « Titres de placement »

II. LES PRINCIPAUX COMPTES DU PASSIF


Le passif représente l'ensemble des ressources de l'entreprise qui ont permis
l'acquisition des biens figurant à l'actif.
Les comptes du passif augmentent au crédit pour les contractions de dettes et
diminuent au débit pour les remboursements.
Exemple : Fonctionnement du compte « Emprunts ».

D 16.Emprunts C
Diminutions Augmentations
(Remboursements d’emprunts) (Contractions d’emprunts)

1/01/N  : Emprunt de 5.000.000F


1/06/N : Règlement de 1.000.000F
T.A.F : présenter le compte « Emprunts »

D 16.Emprunts C
1/06/N : 1.000.000 1/01/N : 5.000.000 
S.C : 4.000.000
5.000.000 5.000.000

Au passif nous rencontrons les comptes de ressources stables, les comptes de passif
circulant, les comptes de trésorerie-passif, le compte d'écart de conversion passif.
1. Les ressources stables
Elles sont constituées par les capitaux propres et les dettes financières.

a. Les capitaux propres


Ils regroupent le capital social, les réserves et le résultat.

 Le capital social
II représente l'ensemble des apports des associés.
Dans les sociétés de personnes, les apports des associés sont représentés par des
parts sociales et dans les sociétés de capitaux, les apports des associés (actionnaires) sont représentés par
des actions.

 Les réserves
Elles sont constituées par une part des bénéfices non distribués, affectés durablement
à l'entreprise soit en application de dispositions légales ou statutaires, soit jusqu’ à décision contraire des
organes compétents.

 Le résultat

Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 11 -


C'est la différence entre l’actif et le passif.

b. Les dettes financières


Elles comprennent les emprunts et dettes financières (dettes long terme envers les
prêteurs), dettes de crédit-bail, provisions financières pour risques et charges.

2. Le passif circulant
Il représente principalement les dettes du « circuit » fournisseurs, personnel, sécurité
sociale, État...

3. La trésorerie-passif
Elle comprend les :
- Crédits de trésorerie (avances, concours bancaires )
- Découverts
- Crédits d'escompte

Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 12 -


CHAPITRE 4 : LE COMPTE ET L’ENREGISTREMENT A
PARTIE DOUBLE DES OPERATIONS

I. GENERALITES
L'établissement du bilan après chaque opération ou une série d'opérations est
relativement fastidieux compte tenu du fait qu'en réalité la situation comporte de nombreux postes et que
le nombre d'opérations journalières pour une entreprise est considérable. Il n'est donc pas question de
faire un bilan après chaque opération. Le bilan ne sera établi que périodiquement.
Le bilan peut être mensuel, bimensuel, trimestriel, semestriel ou annuel.
Le bilan annuel, établi à la fin de chaque année comptable, est celui qui permet la
détermination du résultat de l’exercice.
Néanmoins, afin de pouvoir enregistrer le détail des opérations au fur et à mesure,
des documents appelés comptes ont été crées. Il s'agit d'un véritable éclatement du bilan.
L'inscription d'une somme dans un compte est appelée imputation.
Débiter un compte c'est porter une somme à son débit.
Créditer un compte c'est porter une somme à son crédit.

1. Présentation du compte
Le compte est un tableau à double entrée qui par analogie avec le bilan enregistre
dans sa partie gauche appelée débit, les mouvements emplois, et dans sa partie droite appelée crédit les
mouvements ressources.

a. Notion de solde de compte


Un compte est susceptible de recevoir plusieurs flux en emploi et en ressource.
Lorsque l'on veut reconnaître la situation d'un compte, on totalise les sommes du
débit d’une part et celles du crédit d’autre part la différence entre le total du débit et le total du crédit
s'appelle solde du compte.
Ce solde peut être débiteur lorsque le total des sommes inscrites au débit est
supérieur au total des sommes inscrites au crédit.
Ce solde peut être créditeur dans le cas inverse.
Ce solde est nul si les deux totaux sont égaux. On dit alors que le compte est soldé.

b. Application
Inscrire dans le compte «Caisse » les opérations suivantes :
01/03/N : L’entreprise TOLCI est créée par des apports de l'exploitant : 2.000.000F en espèces ;
13/03/N : Achat au comptant de marchandises contre espèces 80.000 F ;
24/03/N : Recette en espèces de la journée 20.000 F ;
28/03/N : Versé en banque en espèces 500.000 F ;
31/03/N : Recette de la journée en espèces 15.000 F ;
Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 13 -


T.A.F : présenter le compte caisse.

Compte à colonnes séparées

Débit 571.Caisse Crédit


Dates Libellés Sommes Dates Libellés Sommes
1/03/N  Apport initial en espèces 2.000.000 13/03/N Achat de marchandises en 80.000
espèces
Vente de la journée en  28/03/N
24/03/N  espèces 20.000   Versement en espèces en 500.000
banque 580 000
Vente de la journée en Total 1.455.000
31/03/N  espèces 15.000 Solde débiteur
31/03/N  TOTAL Débit 2.035.000 31/03/N  TOTAL Crédit 2.035.000
1/04/N Solde initial 1.455.000

Le solde débiteur constitue l'existant en caisse. Ce compte est appelé compte à


colonnes séparées.

II.AUTRES PRESENTATIONS DE COMPTE


Il existe d'autres présentations du compte ; à savoir le compte à colonnes mariées
avec soldes et le compte schématique en T.
Reprendre l'exercice précédent et présenter le compte « Caisse » à colonnes mariées
avec soldes, le compte schématique en T.

1. Comptes à colonnes mariées


Il se présente comme suit :
571.Caisse
Dates Libellés Sommes Soldes
Débit Crédit débiteur créditeur
1/03/N Solde initial 2.000.000 2.000.000
13/03/N Achat de marchandises 80.000 1.920.000
24/03/N Vente de la journée 20.000 1.940.000
25/03/N Versement en banque 500.000 1.440.000
31/03/N Vente de la journée 15.000 1.455.000

Total 2.035.000 580.000


Solde Débiteur 1.455.000

N.B : nous constatons que le solde du compte caisse est toujours débiteur après chaque opération. Ce qui
veut dire que la caisse présente toujours un solde débiteur.

2. Compte en « T »
Il se présente comme suit :

Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 14 -


D 571.Caisse C
1/03/N : 2.000.000 13/03/N : 80.000
24/03/N : 20.000 25/03/N : 500.000
31/03/N : 15.000 
580. 000

S.D : 1455000

2.035.000 2.035.000

SI 1/04/N : 1 455 000


III. LE JEU DES COMPTES ET LA PARTIE DOUBLE
Un flux représentant un emploi est inscrit au débit du compte considéré, on dit que le
compte est débité.
Un flux représentant une ressource est inscrit au crédit du compte considéré. On dit
que le compte est crédité.
Exemple : L’entreprise XACI achète par chèques bancaires tirés sur la BICICI.
- du matériel de bureau : 170.000
- des marchandises  : 300.000
T.A.F : présenter les différents comptes intéressés et faire ressortir la partie double de ces opérations
D 244.Matériel de bureau C D 31.Marchandises C D 521.Banque C
170.000 300.000 470.000

Nous constatons que le total du débit (170.000 + 300.000) = au total du crédit 470.000
Pour une opération, on a donc Débit = Crédit. Et puisque le total des Emplois = total des Ressources, le
total des Débits = total des Crédits.
Ce principe qui implique le débit d'un ou plusieurs comptes et le crédit d'un ou
plusieurs comptes pour une somme égale, s'appelle le principe de la partie double.

N.B :
- Le solde d'un compte donné est porté du côté le plus faible pour balance.
- Les comptes qui figurent au bilan sont appelés comptes de bilan ou comptes de situation
- Un compte ne figure au bilan que pour son solde. Si celui-ci est débiteur, le compte est placé à l'actif du
bilan ; s'il est créditeur, le compte est placé au passif.
- Les comptes d'actif du bilan enregistrent en emplois pour les acquisitions ; les sorties s'enregistrent en
ressource (crédit)
- Les comptes du passif du bilan enregistrent à leur ressource (crédit) les contractions de dettes. Les
remboursements de dettes s'enregistrent au débit.
- Les comptes de l’actif du bilan présentent toujours un solde débiteur.
- Les comptes du passif du bilan présentent toujours un solde créditeur.

Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 15 -


CHAPITRE 5 : LE VIREMENT COMPTABLE ET LA
RÉCIPROCITÉ DES COMPTES

I. LE VIREMENT COMPTABLE
1. Définition
Le virement comptable, c'est le transfert d'une somme soit du débit d'un compte au
débit d'un autre compte, soit du crédit d'un compte au crédit d'un autre compte.
Le transfert de montant du débit du compte va entraîner l'imputation du même
montant au crédit de ce compte afin de le solder.
Le transfert de montant du crédit du compte va entraîner l'imputation du même
montant au débit de ce compte afin de le solder.

2.Transfert d'une somme ou d'un solde


On est parfois amené, en comptabilité à :
- remplacer plusieurs comptes par un seul compte de synthèse. Il s'agit de regroupement.
- substituer à un compte plusieurs autres comptes permettant son analyse. Il s'agit de ventilation.

Exemple1 : Regroupement par transfert de soldes


Soit les créances sur les clients :
- ABOU : 1.000.000
- BENOÎT : 300.000
- COFFI : 700.000
T.A.F : Regrouper dans un seul compte client les créances sur les clients ABOU, BENOÎT, COFFI
D Client ABOU C D Client BENOîT C D Client COFFI C
1.000.000 1000.000 300.000 300.000 700.000 700 .000

Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 16 -


D 411.Clients C
1.000.000 S.D : 2000.000
300.000
700.000

Les virements par transferts de soldes dans un compte unique apparaissent ainsi
comme un moyen d'effectuer en comptabilité une somme algébrique de soldes.
Exemple 2: Ventilation
Désireux de connaître avec plus de précision sa situation en matériels de transport,
KOFFI décide de remplacer le compte unique « Matériels de transport » par les comptes « Matériels
automobiles » et « Matériel lagunaires »
Le compte unique « Matériel de transport » est le suivant :

245. MATERIEL DE TRANSPORT


Eléments Montants Eléments Montants
(a) Achat camion 2.500.000 (d) Mise au rebut voiture Renault
(b) Achat bateau 2.000.000 accidentée 1.200.000
(c) Achat voiture Renault 1.200.000
(e) Achat voiture Toyota 1.400.000 S.D avant virement 5.900.000

TOTAL 7.100.000 TOTAL 7.100.000


Solde Débiteur 5.900.000

Afin d'obtenir dans les nouveaux comptes les débits et les crédits de l'ancien compte
qui les concernent, virons chacun de ceux-ci du compte ancien dans les nouveaux comptes.
245. MATERIEL DE TRANSPORT
Eléments Montants Eléments Montants
(a) Achat camion 2.500.000 (d) Mise au rebut 1.200.000
(b) Achat bateau 2.000.000 (a) Virement 2.500.000
(c) Achat voiture Renault 1.200.000 (b) Virement 2.000.000
(e) Achat voiture Toyota 1.400.000 (c) Virement 1.200.000
(d) Virement 1.200.000 (e) Virement 1.400.000
TOTAL 8.300.000 TOTAL 8.300.000

Après virement, le solde est nul. De nouveaux comptes apparaissent. Il s’agit de


sous-comptes du compte « Matériel de transport »
2451. MATERIEL AUTOMOBILE
Eléments Montants Eléments Montants
(a) Achat camion 2.500.000 (d) Mise au rebut 1.200.000
(c) Achat voiture Renault 1.200.000
(e) Achat voiture Toyota 1.400.000 Solde Débiteur 3.900.000
TOTAL 5.100.000 TOTAL 5.100.000

Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 17 -


D 2453.MATERIEL FLUVIAL C
(b) Achat de bateau : 2.000.000 S.D : 2.000.000

2.000.000 2.000.000

Le total des soldes débiteurs des nouveaux comptes est par ailleurs, égal au solde
débiteur du compte « Matériel de transport » avant virement.
Remarque : Le virement est utilisé soit pour corriger les erreurs d'imputation, soit pour regrouper dans
un seul compte des sommes déjà inscrites dans plusieurs autres comptes et inversement.

II.LA RÉCIPROCITÉ DES COMPTES


Lors de l’étude des flux économiques, nous avons vu qu'une opération d'achat de
marchandises faisait naître entre l'entreprise et son fournisseur deux flux égaux de sens contraires :
- d’une part, la marchandise qui constitue un emploi pour l'entreprise lors d'un achat, représente une
ressource pour le fournisseur ;
- d'autre part, les espèces sorties de caisse qui sont une ressource pour l'entreprise, représentent un
emploi pour le fournisseur.
Exemple : Achat de marchandises contre espèces 100.000F
T.A.F : Analyser cette opération chez l'entreprise et chez son fournisseur.

FOURNISSEUR Entreprise
Flux externe réel (marchandises): 100.000 F
R E

R
Flux monétaire (espèces) : 100.000F

FOURNISSEUR ENTREPRISE

D Marchandises C D Caisse C D Marchandises C D Caisse C


100.000 100.000 100.000 100.000

Ce principe de la réciprocité connaît des applications dans tous les cas où un


rapprochement de comptes réciproques permet de détecter les erreurs (opérations de créances-dettes;
fonctionnement du compte « Banque ») ; ce dernier est rapproché avec le relevé bancaire.

Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 18 -


CHAPITRE 6 : LE CONTRÔLE DE LA COMPTABILITE
PAR LA PARTIE DOUBLE

I. PRINCIPE
Dans la comptabilité dite en partie double, toute opération est enregistrée dans deux
ou plusieurs comptes. Un ou plusieurs comptes sont débités d'une part et un ou plusieurs comptes sont
crédités d'autre part. L’enregistrement doit engendrer systématiquement l'égalité entre le total des
sommes inscrites au débit et te total des sommes inscrites au crédit.

Total des sommes au débit =Total des sommes au crédit

Exemple1 : Achat de marchandises à crédit 1.000.000F


T.A.F : 1) Imputer les sommes dans les comptes concernés
2) Vérifier l'égalité entre les sommes inscrites au crédit et celles au débit

SOLUTION

1) Analyse de l’opération en terme d'emploi - ressource


E : Marchandises = 1.000.000
R : Dettes fournisseurs = 1.000.000
2) Imputons les sommes dans les comptes concernés

D 31.Marchandises C D 401.Fournisseurs C
1.000.000 1.000.000

E : Marchandises = 1.000.000


Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 19 -


R : Fournisseurs = 1.000.000

3) Vérifions l'égalité entre les sommes inscrites au crédit et celles au débit


Nous remarquons que le total débit = total crédit. La partie double de l'opération est
vérifiée.
Exemple 2 : Vente de marchandises 11.000.000F ; 1.000.000F payable au comptant, 6.000.000F par
chèque bancaire et le reste payable dans trois mois .
T.A.F: 1) Analyser cette opération en terme d'emploi - ressource
2) Imputer les sommes dans les comptes concernés
3) Vérifier l'égalité entre les sommes inscrites au crédit et celles au débit

SOLUTION
1) Analyse de l’opération en terme d'emploi - ressource
Caisse = 1.000.000
E Banque = 6.000.000
Créances = 4.000.000
R : Marchandises = 11.000.000
2) Imputons les sommes dans les comptes concernés
D Marchandises C D Caisse C D Banque C D Créances C
11.000.000 1.000.000 6.000.000 4.000.000

3) Vérifions l'égalité entre les sommes inscrites au crédit et celles au débit


Caisse = 1.000.000
D Banque = 6.000.000 Total Débit = 11.000.000
Créances = 4.000.000
Total Crédit = 11.000.000
Nous constatons qu’à l'issue de cette opération total débit = total crédit. La partie
double de l'opération est vérifiée.
II. BILAN ET PARTIE DOUBLE
L'égalité de la comptabilité en partie double : total des débits des comptes est égal à
total des crédits des comptes, entraîne dans le bilan l'égalité :
TOTAL ACT1F = TOTAL PASSIF

L'actif est formé de tous les comptes à solde débiteur. Donc total actif est égal à
total des soldes débiteurs des comptes.
Le passif est formé de tous les comptes à solde créditeur. Donc total
passif = total des soldes créditeurs des comptes.
L'égalité de la partie double a comme corollaire l'égalité des totaux des soldes
débiteurs des comptes et des soldes créditeurs des comptes, donc l’égalité entre ACTIF et PASSIF.

III. APPLICATION
Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 20 -


Messieurs YAPO et FOFANA décident de créer une entreprise le 01/03/N. Ils apportent :
- un camion de livraison 15.000.000 F
- des chaises, des tables et armoires 5.000.000 F
- des marchandises 8.000.000 F.
Ils effectuent ensuite les opérations suivantes :
02/03/N Emprunt 10.000.000F à la BICICI
03/03/N Retrait d'espèces à la banque 6.000.000F
04/03/N Achat de 25.000.000F de marchandises ; 3.000.000F payés en espèces, 2.000.000F par
chèque bancaire, et le reste à crédit
08/03/N Paiement de timbres fiscaux en espèces 2.000F
10 /03/N Réception de la facture de téléphone 150.000F
11/03/N Vente de marchandises 30.000.000 ; le tiers payé au comptant en espèces ; le tiers par chèque et
le reste à crédit
12/03/N Réception de la facture d'électricité 75.000F
14/03/N Réception de la facture d'eau 25.000F
15/03/N Règlement de la facture d’électricité en espèces
17/03/N Règlement de la facture d’eau en espèces
25/03/N Emission des bulletins de salaires de montant 600.000F
26/03/N Règlement de la facture de téléphone par chèque.

30/03/N Paiement des salaires 600.000F en espèces


31/03/N Le stock final de marchandises au 31/03/N est de 6000.000 F.
T.A.F : 1) Faire le bilan de constitution
2) Enregistrer ces opérations dans les comptes concernés
3) Vérifier la partie double des opérations
4) Faire le bilan final

SOLUTION
Matériel de bureau = 5.000.000
D Matériel de transport = 15.000.000
Marchandises = 8.000.000
C : Capital = 28.000.000
La partie double est vérifiée car total emplois = total ressources.
a) Bilan de constitution au 01/02/N de YAPO et Cie
ACTIF PASSIF
Eléments Montants Eléments Montants
244. Matériel de bureau 5.000.000 101. Capital 28.000.000
245. Matériel de transport 15.000.000
31. Marchandises 8.000.000
TOTAL 28.000.000 TOTAL 28.000.000

La partie double est encore une fois vérifiée car total actif = total passif

b) Enregistrer ces opérations dans les comptes concernés


Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 21 -


D 411.Clients C D 244..Matériel de bureau C
(1) 10.000.000 SD 10.000.000 SI 5.000.000 SD 5.000.000
10.000.000 10.000.000 5.000.000 5.000.000

D 245.Matériel de trspt C D 16.Emprunts C D 101.Capital C


SI 15.000.000 SD 15.000.000 SC 10.000.000 (2) 10.000.000 SC 28.000.000 SI 28.000.000
15.000.000 15.000.000 10.000.000 10.000.000 28.000.000 28.000.000

D 66.Charges de personnel C D 6051.Fourn. N. St. Eau C D 6052.Fourn. N. St. Electricité C


(8) 600.000 SD 600.000 (14) 25.000 SD 25.000 (12) 75.000 SD 75.000
600.000 600.000 25.000 25.000 75.000 75.000

D 628.Frais de télécoms. C D 64.Impôts et taxes C D401 Fournisseurs C


(10) 150.000 SD 150.000 (8) 2.000 SD 2.000 (15) 75 000 (4) 20 000 000
150.000 150.000 2.000 2.000 (17) 25 000 (10) 150 000
(26) 150 000 (12) 75 000
D422 Personnel, rem due C 250 000 (14) 25 000
(25/3) 600 000 (31/3) 600 000 SC 20 000 000
SC = 0 20 250 000 20 250 000
600 000 600 000

D 521..Banque C D 31.Marchandises C D 571.Caisse C

(2) 10.000.000 (3) 6.000.000 SI 8.000.000 (5) 8.000.000 (3) 6.000.000 (4) 3.000.000 (11)
10.000.000 (4) 2.000.000 (4) 6.000.000 SD 6.000.000 (11)10.000.000 (8) 2.000
(26) 150.000 (15) 75.000
8.150.000 14.000.000 14.000.000 (17) 25.000
SD 11.850.000 (31) 600.000
20.000.000 20.000.000 3.702.000
SD 12.298.000
16.000.000 16.000.000

D 6031 Var. de stocks de march C


(31) 8 000 000
(31) 6 000 000
SD 2 000 000

8 000 000 8 000 000

Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 22 -


c) Vérification de la partie double
SOLDE DEBITEUR SOLDE CREDITEUR
Mobilier de bureau = 5.000.000 Capital = 28.000.000
Matériel de transport = 15.000.000 Emprunt = 10.000.000
Marchandises = 6.000.000 Fournisseurs = 20.000.000
Clients = 10.000.000 Vente march. = 30.000.000
Banque = 11.850.000
Caisse = 12.298.000
Achat de marchandises = 25.000.000
Variation de stock de marchandises = 2.000.000
Fournitures non stockables : eau = 25.000
Fournitures non stockables : électricité = 75.000
Frais de télécommunication = 150.000
Impôt et taxes = 2.000
Charges de personnel = 600.000
Total DEBIT = 88.000.000 Total CREDIT = 88.000.000

La partie double des opérations est vérifiée car


TOTAL DEBIT =TOTAL CREDIT
d) Bilan de la société en fin de période
ACTIF PASSIF
Eléments Montants Eléments Montants
244. Matériel de bureau 5.000.000 101. Capital 28.000.000
245. Matériel de transport 15.000.000 13. Résultat + 2.148.000
16. Emprunts 10.000.000
Actif Immobilisé 20.000.000 Ressources Stables 40.148.000
31. Marchandises 6.000.000 401. Fournisseurs 20.000.000
411. Clients 10.000.000
Actif Circulant 16.000.000 Passif Circulant 20.000.000
521. Banque 11.850.000
571. Caisse 12.298.000
Trésorerie-Actif 24.148.000 Trésorerie-Passif
TOTAL 60.148.000 TOTAL 60.148.000
ACTIF = 60.148.000 et PASSIF sans le résultat = 58.000.000

Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 23 -


Ici le principe de la partie double n'est pas respecté. Le montant de l'actif est
différent du montant du passif. Ce déséquilibre n'est que de façade car, l'activité a généré un résultat dont
il faut tenir compte pour assurer l'égalité.

Résultat = Actif - Passif sans le résultat = 60.148.000 – 58.000.000 = + 2.148. 000

CHAPITRE 7 : LE SYSTEME COMPTABLE OUEST-


AFRICAIN : LE SYSCOA

Le SYSCOA est le référentiel comptable en cours dans les pays de l’Union


Economique et Monétaire Ouest-Africain (UEMOA). Les pays de l'UEMOA sont le Bénin, le Burkina
Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée Bissau, le Mali, le Niger, Le Sénégal, le Togo. Il a été construit sur la
base du modèle comptable retenu dans le projet d'acte uniforme de l’OHADA élaboré en 1995 .
Le SYSCOA appliqué depuis le 01/01/98 a pour objectifs :
- d'harmoniser les pratiques comptables dans l'UEMOA. Chaque pays de l’UEMOA disposait d'une
comptabilité propre.
- d'adapter le modèle comptable des entreprises aux normes internationales. Cette disposition facilite
désormais les audits internationaux.
- de mettre à la disposition des opérateurs économiques du secteur informel, des instruments comptables
leur permettant de tenir aussi une comptabilité.

I. CARACTERISTIQUES GENERALES
Le SYSCOA très influencé par les normes internationales, introduit des
innovations conceptuelles et techniques en :
- présentant un cadre conceptuel ;
- faisant une certaine place à l’exposé de principes comptables et de méthodes d'évaluation ;
- affirmant la finalité d'image fidèle de l'information publiée ;
- modulant les états financiers en trois « systèmes »
Le SYSCOA requiert par ailleurs :
- la normalisation «codification » (plan de comptes)
- la séparation comptabilité générale, comptabilité analytique de gestion.

1. Les principes comptables et les méthodes d'évaluation


Pour permettre l'harmonisation des pratiques comptables, le SYSCOA propose des
principes comptables fondamentaux que sont :
Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 24 -


- le principe d'indépendance des exercices ;
- le principe de continuité de l'exploitation ;
- le principe du coût historique ;
- le principe de prudence ;
- le principe de permanence des méthodes ;
- le principe de transparence (bonne information ou clarté) ;
- le principe d'importance significative ;
- le principe de correspondance bilan d’ouverture et bilan de clôture ;
- le principe de la prééminence de la réalité sur l'apparence.

2. Les états financiers annuels


Ils sont au nombre de quatre. Ce sont le Bilan, le Compte de Résultat, le TAFIRE et
l'Etat annexé. Ce dernier est destiné à compléter et expliciter l'information donnée par les trois premiers
états . Il contribue de façon déterminante à l'obtention d'une image fidèle.
Il existe trois modèles (systèmes) de présentation des états financiers destinés à
faciliter l'application du SYSCOA.
Ce système correspond à un modèle type d'états financiers de synthèse et à
l'ensemble de comptes permettant de les obtenir.
Ces modèles sont le système normal, le système allégé et le système minimal de
trésorerie.
a. Le système normal
Il est prévu pour toute entreprise quelle que soit sa dimension. C'est en quelque sorte,
la solution de « droit commun ».
b. Le système allégé
Il est réservé aux petites et moyennes entreprises ne dépassant pas une taille fixée
par la loi (sur la base du chiffre d'affaires et de l'effectif salarié).
c. Le système minimal de trésorerie
Il s'adresse aux très petites entreprises ne dépassant pas un certain chiffre d'affaires.
La normalisation ne se limite pas aux états financiers ; elle va loin en proposant un
plan de comptes.

3. Le plan de comptes
La normalisation va en amont des états financiers annuels. Elle s'étend au système de
comptes à utiliser sur le plan de comptes à suivre, défini et codifié pour toutes les entreprises.
La normalisation est obligatoire pour l'obtention des états financiers. El1e est une
caractéristique de l'approche « continentale » de la comptabilité (Allemagne, France, Afrique
francophone...)
Pour une meilleure utilisation de ce plan de comptes et pour faciliter le contrôle de la
comptabilité, le SYSCOA exige une tenue de la comptabilité.

II. LA TENUE DE LA COMPTABILITÉ (les conditions de fond)


Le règlement relatif au droit comptable fait obligation à toutes les entreprises
soumises aux dispositions du droit commercial, les entreprises publiques, les coopérations, les
associations de :
Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 25 -


- procéder à l'enregistrement chronologique des opérations (articles 15 ; 17 alinéa 4) .
- contrôler au moins une fois par an par inventaire, l'existence et la valeur des éléments actifs et
passifs (article 17, alinéa 6) ;
- établir des états financiers annuels (articles 8 et 11).
Pour réaliser des états financiers sincères, le SYSCOA exige des livres comptables.

1. Les livres comptables obligatoires


Avant l'établissement des états financiers le SYSCOA impose un certain nombre de
documents qui sont le Livre-journal, le Grand livre, la Balance générale des comptes et le Livre
d'inventaires.
Ces documents sont appelés livres-comptables et sont obligatoires.

a. Le Livre-journal
Il enregistre les opérations au jour le jour et opération par opération.
Toutefois, les opérations de même nature, réalisées en un même lieu au cours d'une
même journée peuvent être récapitulées sur une pièce justificative unique et enregistrées comme si elles
n'en faisaient qu'une.
Tout enregistrement comptable doit indiquer la nature et les références de la pièce
justificative à défaut de laquelle, l’écriture est sans aucune valeur (puisqu’il serait possible de « passer
n’importe quel mouvement dans les comptes »)
La durée des pièces justificatives est de dix (10) ans.

b. Le Grand-livre
C’est l'ensemble des comptes ouverts par l'entreprise.

c. Le Livre d'inventaire
On y reporte les comptes de bilan et les comptes de résultat. Le résumé de l'opération
d'inventaire y est également reporté.

d. La Balance générale des comptes


C'est un état récapitulatif faisant apparaître à la clôture de l'exercice pour chaque
compte : le solde débiteur ou créditeur à l'ouverture de l'exercice, le cumul depuis l'ouverture de
l'exercice, les mouvements débiteurs et créditeurs, le solde débiteur ou créditeur à la date considérée.
Ces livres comptables doivent être tenus de la même façon dans toutes les
entreprises.

e. La tenue des livres comptables


La forme matérielle peut être diverse, du registre cousu au registre à feuillet mobiles
et aux documents informatiques tirés sur papier.
Le livre journal et le livre inventaire sont cotés, paraphés et numérotés de façon
continue par l'autorité compétente (greffe du tribunal...) selon l'article 6 .
Ils doivent être tenus sans blanc ni altération d'aucune sorte. Les corrections sont
effectuées uniquement en négatif des éléments erronés (article 20)
Ces documents doivent être conservés pendant dix ans au moins sous leur forme
originelle (article 24).
Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 26 -


Le non respect de ces dispositions entraîne de graves conséquences civiles (absence
de force probante des comptes) et pénale (délits divers).
Le SYSCOA a aussi prévu des dispositions pour les traitements comptables
informatiques.

2. Les comptabilités informatisées


Le SYSCOA précise les conditions de fiabilité qui s'attachent aux traitements
comptables informatiques qui concernent la grande majorité des comptabilités (article 67)
Le SYSCOA a mis en place un plan comptable pour renforcer la normalisation.

III. NOTION DE PLAN COMPTABLE


Pour une organisation méthodique des travaux comptables, une classification
rationnelle des comptes est indispensable. Cette classification se fera dans le cadre de ce qui est convenu
d'appeler le Plan comptable.

1. Définition
Le plan comptable d'une entreprise ; c'est la liste des comptes qu'elle utilise classés
dans un ordre déterminé par le SYSCOA.

2. Objet du plan comptable


- le plan comptable propose une codification des comptes à utiliser.
- le plan comptable définit le contenu et les règles de fonctionnement de chaque compte
- le plan comptable définit les modalités générales d'évaluation des éléments d'actif.
Dans le souci d'harmoniser les pratiques comptables au sein de l'UEMOA, le
SYSCOA s'est doté d'un contenu.

3. Le contenu du SYSCOA
Le SYSCOA comprend un cadre comptable et un ensemble de tableaux.

a. Le cadre comptable
Il visualise la classification opérée par le SYSCOA et indique le principe de
codification.
Ce système de numérisation comprend des classes et des comptes principaux.
Les comptes principaux sont divisés en comptes divisionnaires et enfin des sous-
comptes à quatre chiffres ou plus, subdivisions des comptes divisionnaires, si les besoins de l'analyse
comptable l'exigent.

b. Les classes des comptes


Les comptes du SYSCOA sont classés par centre d'intérêt.
Les comptes de bilan comprennent les comptes de la classe 1 à 5 :
- classe 1 : comptes de ressources durables
Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 27 -


- classe 2 : comptes d'actif immobilisé
- classe 3 : comptes de stocks
- classe 4 : comptes de tiers
- classe 5 : comptes de trésorerie
Les comptes de gestion comprennent les comptes des classes 6 à 8 :
- classe 6 : enregistre les comptes de charges des activités ordinaires
- classe 7 : enregistre les comptes de produits des activités ordinaires
- classe 8 : enregistre les comptes de charges et de produits hors activités ordinaires.
Par ailleurs, la classe 9 regroupe les comptes spéciaux qui sont :
- les comptes des engagements hors bilan (90 et 91). Ils concernent les avals accordés à un
tiers et les avals reçus... .
- les comptes de comptabilité analytique de gestion d'exploitation (92 à 99)

c. Les soldes des comptes


Nous pouvons rencontrer des comptes à soldes débiteurs, des comptes à soldes
créditeurs et des comptes pouvant présenter soit des soldes créditeurs ou débiteurs.

 Les comptes du bilan


- classe 1 : solde créditeur
- classe 2 : solde débiteur
- classe 3 : solde débiteur
- classe 4 : solde créditeur ou débiteur
- classe 5 : solde débiteur ou créditeur

 Les comptes de gestion


- classe 6 : solde débiteur
- classe 7 : solde créditeur
- classe 8 : solde créditeur pour les produits et débiteur pour les charges.
Les comptes de produits et de charges hors activités ordinaires se distinguent par leur
deuxième chiffre.
Lorsque le deuxième chiffre est pair, le compte est un produit, dans le contraire, c'est
une charge.

4. Les comptes
Les comptes sont codifiés.
Chaque classe est divisée en comptes à deux chiffres numérotés de 0 à 9. Nous
appellerons ces comptes, comptes d'ordre 2.
Ces comptes d'ordre 2 sont divisés en comptes d'ordre 3, numérotés de 0 à 9, à
l'intérieur de chaque compte d'ordre 2.
Ces comptes sont eux-mêmes divisés en sous-comptes qui peuvent être eux aussi,
subdivisés si les besoins de l'analyse comptable l'exigent.
Exemple : Immobilisations
Classe 2 : Immobilisations
Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 28 -


Comptes d'ordre 2 de classe 2 : immobilisations
20.Charges immobilisées
23.Bâtiments, installations techniques et agencements
24.Matériels
27.Autres immobilisations
Comptes d'ordre 3
241.Matériel et outillage industriel et commercial
242.Matériel et outillage agricole
243.Matériels d'emballages récupérables et identifiables
244.Matériel et mobilier
245.Matériel de transport
Comptes d'ordre 4
Du compte d'ordre 3 « 245.Matériel de transport », nous pouvons obtenir des
comptes d'ordre 4 :
2451. Matériel automobile
2452. Matériel ferroviaire
2453. Matériel fluvial, lagunaire
2454. Matériel naval
2455. Matériel aérien…
En fait le SYSCOA a limité les comptes à 4 chiffres, laissant aux entreprises le soin
de décider des subdivisions plus analytiques.
Le SYSCOA prévoit par exemple un compte «2451.Matériel automobile ». Il laisse
l'aptitude à chaque entreprise de subdiviser les comptes à 4 chiffres en fonction se ses propres besoins,
par exemple :
2451 1.Matériel automobile léger
2451 2.Matériel automobile lourd
Le SYSCOA a aménagé un certain nombre de parallélismes et de constances qui
facilitent l'utilisation et la mémorisation des numéros de comptes.

a. Les parallélismes
Les parallélismes s'établissent entre des comptes de charges et produits d'une part et
entre comptes d'actif et passif d'autre part.
Tableau de parallélisme entre charges et produits
Charges Produits
601.Achats de marchandises 701.Ventes de marchandises
602.Achats de matières premières 702.Ventes de produits finis
65.Autres charges 75.Autres produits
67.Frais financiers 77.Revenus financiers
697.Dotations aux provisions financières 797.Reprises de provisions
Le parallélisme s'établit au niveau des derniers chiffres
Tableau de parallélisme entre comptes d'actif et du passif
Actif Passif
275.Dépôts et cautionnements versés 165.Dépôts et cautionnements reçus
412.Clients effets à recevoir 402.Fournisseurs effets à payer
411.Clients 401.Fournisseurs
Le parallélisme s'établit au niveau des 3èmes chiffres
Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 29 -


b. Les constances
Nous distinguons quatre cas de constances :
- le chiffre 9
Le chiffre 9 en troisième ou quatrième position correspond à un solde inversé par rapport à la nature
normale des comptes de la catégorie.
Exemple: les comptes 401 ; 402 et 408 sont créditeurs ; alors que le compte 409 est débiteur.
- les comptes d'amortissement
Les comptes d’amortissements font intervenir le chiffre 8 en deuxième position. L'amortissement
s'applique aux immobilisations.

2. Comptes d’immobilisation 28. Amortissements des immobilisations


21. Immobilisations incorporelles 281. Amortissement des immobilisations incorporelles
22. Terrains 282. Amortissement des terrains
23. Bâtiments 283. Amortissement des bâtiments
24. Matériels 284. Amortissement des matériels

Le compte « 28.Amortissements des immobilisations » présente toujours un solde


créditeur.
- les comptes de provisions
Les comptes de provisions font intervenir le chiffre 9 en deuxième position.
. Provisions financières pour risque et charges (compte 19)
. Provisions pour dépréciation de l'actif immobilisé (compte 29)
. Dépréciations provisionnées (39 ; 49 ; 59)
. Risques provisionnés (499 ; 599)
Le solde des comptes de provisions est toujours créditeur.
- les comptes de variations de stocks 
Le chiffre 3 rappelle la classe des stocks.
. Variations des stocks de biens achetés (603)
. Variations des stocks de biens et services produits (73)
Le compte « Variation de stocks » peut être créditeur ou débiteur.

Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 30 -


CHAPITRE 8  : LES COMPTES DE GESTION

La comptabilité de situation conduisant au bilan fournit uniquement des informations


sur la situation de l'entreprise et demeure muette sur son exploitation.
La comptabilité de gestion comble cette lacune de la comptabilité de situation. Elle
explique le fonctionnement de l’entreprise, son exploitation par des composantes chiffrées du résultat de
l'exercice.
Le bilan donne un résultat qui est global. Il ne renseigne donc pas sur la gestion de
l'entreprise. Les origines du résultat global doivent être indiquées afin de permettre aux tiers de disposer
d'informations sur les composantes du résultat.
Un compte de résultat est donc indispensable pour une meilleure gestion de
l’entreprise.
Les comptes de résultat, comptes de gestion comprennent d'une part les comptes de
gestion d'activités ordinaires et les comptes de gestion hors activités ordinaires d'autre part.
Les comptes de gestion enregistrent au cours d'une période donnée les charges c'est-
à-dire les emplois définitifs et les produits c'est-à-dire les ressources internes générées par le
fonctionnement de l'entreprise. C'est de leur confrontation que naît le résultat.

I. DISTINCTION ENTRE ÉLÉMENTS ORDINAIRES ET


ÉLEMENTS EXTRAORDINAIRES
Les éléments réguliers de formation du résultat sont constitués des charges
d'exploitation et les produits d'exploitation . Ces éléments sont cycliques, récurrents.
Les éléments hors activités ordinaires sont par contre des éléments anormaux,
irréguliers qui surviennent rarement. Ils modifient le résultat à la baisse ou à la hausse. Ces charges et
produits ne sont pas courants. Ils sont non récurrents.

II. LES RÈGLES DE FONCTIONNEMENT DES COMPTES DE


GESTION

Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 31 -


Les comptes de gestion regroupent les comptes de charges et de produits d'activités
ordinaires et hors activités ordinaires :
- les comptes de charges enregistrent les achats et les frais supportés par l’entreprise. Ils augmentent
au débit pour les emplois définitifs et diminuent au crédit pour les annulations des emplois définitifs.
- les comptes de produits enregistrent les ventes et les produits accessoires ou divers dont bénéficie
l’entreprise. Ils augmentent au crédit pour les ressources internes et diminuent au débit pour les
annulations des ressources internes

1. Les comptes de charges


Les charges constituent un appauvrissement de l'entreprise, car elles occasionnent
des sorties de fonds ou constatent la perte ou la dépréciation d'un bien.
Les comptes de charges comportent des charges d'activité ordinaire et des charges
hors activité ordinaire.

a. Les charges d'activités ordinaires


Ce sont les charges répétitives. Elles regroupent les comptes de la classe 6. La classe 6
est destinée à enregistrer les charges liées à l'activité ordinaire de l'entreprise . Ces charges entrent dans la
composition des coûts des produits de l'entreprise.
Les charges doivent être comptabilisées dans l'exercice au cours duquel elles ont pris
naissance. Elles donnent éventuellement lieu à abonnement ou à régularisation à la clôture de l'exercice.
Selon leur nature, nous avons les comptes suivants :

 Le compte « 60.Achats »
Le compte achat utilisé dans la pratique de l'inventaire intermittent augmente au
débit des achats de matières premières, de marchandises, de fournitures, d'emballages qu'ils soient au
comptant ou à crédit. Il diminue au crédit des retours aux fournisseurs de marchandises ainsi que les
rabais, remises et ristournes hors factures obtenues des fournisseurs.
En dehors des achats, les autres consommations sont enregistrées dans les comptes
principaux suivants :

 Le compte « 61. Transports »


Ce compte enregistre les transports de tout ordre à savoir transport de plis, de
personnel, d'affranchissements, de marchandises, de matières de plusieurs natures.

 Les comptes «62.Services extérieurs A » et « 63.Services extérieurs B »


Ces comptes enregistrent le montant des factures, des paiements et rémunérations
versés aux prestataires extérieurs à l'entreprise et les éventuels rabais , remises, et ristournes obtenus hors
factures sur les services extérieurs consommés.
 Le compte « 62.Services extérieurs A »
Ce compte enregistre les :
. Frais de sous-traitance
. Frais de location
. Frais de crédit-bail
. Frais d'entretien et réparation et maintenance
. Frais d'assurances
Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 32 -


. Frais d'études, recherche et de documentation
. Frais de publicité, publication, relations publiques
. Frais de télécommunications
 Le compte « 63.Services extérieurs B »
Ce compte enregistre les :
. Frais bancaires
. Frais de formation du personnel
. Rémunérations d'intermédiaires et de conseils
. Redevances pour brevets, licences, concessions et droits similaires
. Rémunérations du personnel extérieur à l'entreprise
. Frais de mission, réception, recrutement, déménagement.

 Le compte « 64.Impôts et taxes »


Il enregistre les divers impôts et taxes à la charge de l'entreprise à l'exclusion des
impôts sur les résultats. Ce compte enregistre les :
. impôts et taxes directs ( impôts fonciers, taxes sur appointements et salaires)
. impôts et taxes indirects
. droits d'enregistrement ( droits de timbres, de mutations, taxes sur véhicules de la
société )
. pénalités et amendes fiscales.
 Le compte « 65.Autres charges »
Il enregistre le montant des charges de caractère souvent accessoire qui entrent dans
les consommations de l'exercice en provenance du tiers pour le calcul de la valeur ajoutée de gestion dans
le cadre des choix opérés par le SYSCOA.
Ce compte enregistre entre autres les :
. Pertes sur les créances
. Valeurs comptables de cession courantes d'immobilisations
. Charges diverses telles que les jetons de présence, les dons
. Charges provisionnées d'exploitation
 Le compte « 66.Charges de personnel »
Il enregistre essentiellement les salaires et les charges sociales. Les frais de transport
du personnel, les logements de personnel sont exclus de ce compte.
Ce compte enregistre entre autres les :
. appointements, salaires et commissions
. primes et gratifications
. congés payés
. indemnités
. charges sociales

 Le compte « 67.Frais financiers et Charges assimilées »


Ce compte enregistre l'ensemble des charges financières dues à différents tiers
intervenant dans le financement de l’entreprise (à l’exclusion de la rémunération des capitaux propres et
des services bancaires).
Y sont comptabilisés les :
. intérêts débiteurs
. escomptes accordés aux clients, les frais d'escompte d'effets de commerce
. pertes de change

Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 33 -


. charges provisionnées financières
 Le compte « 68.Dotations aux amortissements »
Ce compte enregistre au titre de l'exercice les dotations aux amortissements
d'exploitation et à caractère financier, dans leur conception économique et comptable.
Ce compte constate la dépréciation des immobilisations au cours d'un exercice . Ces
charges ne font donc pas l'objet de décaissement. Elles constituent un autofinancement appelé
autofinancement de maintien.
Ce compte enregistre les :
. dotations aux amortissements d'exploitation
. dotations aux amortissements à caractère financier

 Le compte « 69.Dotations aux provisions »


Ce compte enregistre, au titre de l'exercice, les dotations aux provisions
d'exploitation et à caractère financier en couverture de dépréciations, risques, charges ou pertes à prévoir.
Les dotations aux provisions sont des charges créées par l'entreprise en vue de faire
des grosses réparations, de réparer des torts causés à tiers, de la baisse des cours des titres autres que ceux
de placement.

La deuxième catégorie de charges est constituée par les charges hors activités
ordinaires.

b. Les charges hors activités ordinaires


Ce sont les charges non récurrentes. Elles regroupent les comptes de la classe 8 ayant
le deuxième chiffre impair.
Les principaux comptes sont :

 Le compte « 81.Valeurs comptables des cessions d'immobilisation »


Ce compte sert à déterminer la valeur comptable nette des éléments de l'actif
immobilisé cédés. Cette valeur, est la différence entre la valeur d'entrée brute des immobilisations cédées
et le cumul des amortissements linéaires pratiqués depuis l'entrée du bien dans le patrimoine de
l'entreprise jusqu'à la date de sa cession.

 Le compte « 83.Charges hors activités ordinaires »


Seules les charges liées à la restructuration de l'entreprise ou à des événements
extraordinaires (tels les phénomènes naturels : tempêtes, raz-de-marée, tremblements de terres, invasion
de criquets... ) doivent être considérés comme relevant des activités autres qu’ordinaires.

 Le compte « 85.Dotations hors activités ordinaires »


Ce compte enregistre les dotations aux amortissements et aux provisions qui ne
concernent pas l'activité ordinaire.
La notion « hors activités ordinaires» doit être appréhendée de façon restrictive :
restructurations d'entreprises par exemple, autres événements (tels que les catastrophes naturelles) par
essence non prévisibles, et dépourvus de caractère récurrent.
Le compte 85 est aussi utilisé pour enregistrer les opérations liées à l'application des
dispositions fiscales (provisions réglementées...)

 Le compte « 87.Participation des travailleurs »


Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 34 -


Ce compte enregistre les montants prélevés sur les bénéfices réalisés et affectés par
l'entreprise à un fonds légal ou contractuel à l'avantage des travailleurs. C'est un élément de répartition du
résultat.

 Le compte « 89.Impôts sur le résultat »


C’est la part de bénéfice affectée obligatoirement à l'Etat au titre de l'impôt sur le
résultat.

2. Les comptes de produits


Les produits constituent des enrichissements pour l'entreprise, car elles occasionnent
généralement des entrées de fonds. Les reprises de charges sont assimilées à des produits.
Les comptes de produits comportent des produits d'activités ordinaires et des
produits hors activités ordinaires.

a. Les produits d'activités ordinaires


La classe 7 est destinée à enregistrer les produits liés à l'activité ordinaire de
l'entreprise. Ils résultent en principe de la vente de biens et services, de la production de
biens ou services non encore vendus ou livrés à soi-même.
Doivent être rattachés à l'exercice, tous les produits le concernant effectivement et
ceux-là seulement. A la clôture de l'exercice, ces produits donnent éventuellement lieu à régularisation.
Selon leur nature, nous avons les produits suivants :

 Le compte « 70.Ventes »
Ce compte enregistre les ressources de l'entreprise provenant de la vente des
marchandises, des travaux effectués et des services rendus à des tiers. Ces produits résultent de factures
adressées aux clients. Les sous-comptes suivants sont utilisés :
 701.Ventes de marchandises (entreprises commerciales )
 702.Ventes de produits finis (entreprises industrielles )
 705.Travaux facturés (entreprises de construction)
 706.Services vendus ( prestataires de services )
 707.Produits accessoires

 Le compte « 71.Subventions d'exploitation »


Elles sont accordées à l'entreprise par l'Etat ou les Collectivités publiques dans le but
de maintenir le prix de vente du bien ou service inférieur au prix de revient ou de faire face à des charges
d'exploitation.

 Le compte « 72.Productions immobilisées »


Il y a production immobilisée lorsque l'entreprise qui vend des biens d'équipement
en conserve pour ses propres besoins; ce compte enregistre le coût de production.

 Le compte « 73.Variation de stocks de biens et services produits »


Il enregistre les variations de stocks de biens et services produits.

Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 35 -


L’enregistrement comptable va constater soit l’enregistrement de l’écart entre les deux niveaux de stocks
ou l’annulation du stock initial pour constater le stock final.
Exemple : Le stock initial de produits finis est de 3.000.000F alors que le stock final de produits est de
4.000.000F
T.A.F : passer l’écriture qui s’impose
SOLUTION
Enregistrement de l’écart
Le stock augmente de 1.000.000
Enregistrons cet écart.

31/12/N

D : 36.Stock de produits finis 1.000.000

C : 73.Variation du stock de produits finis 1.000.000


(pour constatation de l’augmentation du stock final)

Enregistrement de l’annulation du stock initial puis de la constatation du stock final.

Le stock initial va disparaître du bilan pour faire place au stock final


31/12/N
D: 73.Variation du stock final 3.000.000

C : 36.Stocks de produits finis 3.000.000


( pour solde du stock initial)

D : 36.Stock de produits finis 4.000.000

C : 73.Variation du stock de produits finis 4.000.000


(constatation du stock final)

 Le compte « 75.Autres produits »


Ce sont tous les produits divers qui ne proviennent pas directement de l'activité
productrice ou commerciale de l'entreprise, ni de son activité financière ou de ses relations avec l'État
(subventions), mais qui relèvent néanmoins de ses activités ordinaires.
Ce compte enregistre entre autres les :
Produits des cessions courantes d'immobilisations
Indemnités d'assurances reçues
Reprises de charges provisionnées d'exploitation

 Le compte « 77.Revenus financiers et produits assimilés »


Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 36 -


Ce sont les ressources que tire l'entreprise de ses activités financières :
 Intérêts des prêts
 Revenus des titres
 Escomptes obtenus
 Gains de change
 Gains sur cession des titres de placement

 Le compte « 78.Transferts de charges »


Ce compte enregistre les montants provenant de charges immobilisées. Il sert aussi
exceptionnellement à des transferts de charge à charge (exemple : avantages en nature)

 Le compte « 79.Reprises de provisions »


Ce compte enregistre les annulations et les rajustements à la baisse des provisions
financières pour risques et charges ainsi que des provisions pour dépréciation des éléments de l'actif
immobilisé.

b. Les comptes de produits hors activités ordinaires


Ce sont les produits non récurrents. Ils regroupent les comptes de la classe 8 ayant le
deuxième chiffre pair.
Les principaux comptes sont :

 Le compte « 82.Produits de cessions des immobilisations »


Ce compte enregistre les produits nets de la cession d'immobilisations.
Produits des cessions des immobilisations incorporelles
Produits des cessions des immobilisations corporelles
Produits des cessions des immobilisations financières

 Le compte « 84.Produits hors activités ordinaires »


Ce sont les produits qui ne sont pas liés à l'activité ordinaire de l'entreprise et sont
donc dépourvus de caractère récurrent. Ils comprennent des produits constatés, des reprises de charges
provisionnées et des transferts de charges
Ce compte enregistre les :
Produits HAO constatés
Dons et libéralités obtenus
Abandons de créances obtenues
Transferts de charges HAO
Reprises de charges provisionnées HAO

 Le compte « 86.Reprises hors activités ordinaires »


Il enregistre les annulations et réajustements en baisse des provisions,
amortissements et subventions qui ne sont pas liés à l'activité ordinaire de l'entreprise.
Il s'agit des comptes :
« 861.Reprises de provisions réglementées »
« 862.Reprises d'amortissements HAO »
« 863.Reprises de provisions pour dépréciations HAO »
« 864.Reprises de provisions pour risques et charges HAO »
Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 37 -


« 865.Reprises de subvention d'investissement »
« 868.Autres reprises HAO »

 Le compte « 88.Subventions d'équilibre »
Il enregistre le montant des subventions allouées par l’Etat ou l'un de ses
démembrements à l'entreprise pour lui permettre de compenser, en totalité ou partiellement, des pertes
survenues dans des circonstances exceptionnelles.

CHAPITRE 9: LES METHODES ET CONTRÔLES


COMPTABLES

Pour un meilleur contrôle des opérations effectuées, l'entreprise doit enregistrer


d'abord ses opérations dans un journal. Après le journal, le grand-livre s'impose. Grâce à ce grand-livre
l’entreprise pourra dresser la balance des comptes. A partir de cette balance, l'entreprise établira le
compte de résultat puis le bilan.

I. LE JOURNAL
L'inscription directe dans les comptes des opérations réalisées par l'entreprise rend
difficile le contrôle, c'est pourquoi avant cette inscription, une analyse préalable doit être opérée sur un
support distinct des comptes eux mêmes.

1. Définition
Le journal est un registre obligatoire dans lequel sont enregistrées
chronologiquement les opérations de l'entreprise, les prescriptions légales.
Dans le journal les opérations commerciales doivent être enregistrées au fur et à
mesure qu'elles interviennent sans plan, ni rature, ni surcharge.
Le journal doit être visé, coté, paraphé par le maire ou le juge du tribunal
de commerce. Ce visa figure en première page. Le journal doit être conservé dans l'entreprise pendant 10
ans au moins.

2. Présentation du journal
Exemple : Enregistrer les opérations réalisées par l'entreprise FINACI au cours du mois de janvier N

Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 38 -


- 15/01/N : Dépôt de 10.000.000F à la banque (pièce de caisse N°1)
- 21/01/N : Achat de 4.000.000F de marchandises, 1.000.000F sont payés au comptant,
2.500.000F par chèque et le reste à crédit, (facture N°20, pièce de caisse N°2 et chèque
N°T123456789)
- 28/01/N : Vente de marchandises 10.000.000F ; 3.000.000F au comptant, 5.000.000F par
chèque bancaire, le reste à crédit (pièce de caisse N°6, chèque bancaire N°1, facture N°151)
- 30/01/N : Achat d'un camion de livraison à crédit 25.000.000F (facture N°T46)
- 31/01/N : Le stock final de marchandises est de 11.000.000F alors que le stock initial est de
8 000 000 F
T.A.F : enregistrer ces opérations dans le journal de cette entreprise.

SOLUTION

15/01/N
521 Banque 10.000.000
571 Caisse 10.000.000
(Dépôt en banque : PC N°1)
21/01/N
601 Achat de marchandises 4.000.000
401 Fournisseurs 500.000
521 Banque 2.500.000
571 Caisse 1.000.000

(Sa facture N°20)


28/01/N
411 Clients 2.000.000
521 Banque 5.000.000
571 Caisse 3.000.000
701 Ventes de marchandises 10.000.000

(Notre facture N°151)


30/01/N
245 Matériel de transport 25.000.000
481 Fournisseurs d’investissement 25.000.000

(Sa facture N°T46)


31/01/N
31 Stocks de marchandises 3.000.000
6031 Variation de St. de marchandises 3.000.000
Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 39 -


(Constatation de l'augmentation du stock)

Libellé de l’opération
Date de l’opération
Numéros des comptes crédités
Numéros de comptes débités

Sommes débitées
Sommes créditées
Les opérations du 15/01/N, du 21/01/N, du 28/01/N, du 30/01/N et du 31/01/N
constituent chacune un article.
A chaque article correspond un libellé . Le libellé fournit une explication, mais
surtout donne les références du document de base (factures...)
Il résulte de la règle de la partie double que le Total des sommes de la
colonne débit = Total des sommes de la colonne crédit.

Ainsi, l'analyse opérée dans le journal joue-t-elle un double rôle :


- celui d'un contrôle des imputations
- celui d'un contrôle : Total débit = Total crédit.

II. LE GRAND LIVRE


1. Définition
Les sommes enregistrées dans le journal doivent être ensuite reportées dans les
comptes correspondants. L'ensemble des comptes constituent le grand livre.
Le grand livre peut revêtir soit la forme d'un registre relié ou à feuillets mobiles
permettant l'adjonction de comptes nouveaux sans détruire le classement rationnel du plan comptable,
soit la forme d'un fichier à classement vertical ressemblant à des fichiers mobiles.
Contrairement au journal, le grand livre n'est pas obligatoire. Néanmoins, il est
toujours tenu en raison du fait qu'il permet de dégager immédiatement des renseignements dont on a
constamment besoin et que le journal ne peut donner.
Par exemple : le volume des ventes, la situation d'un fournisseur, la situation du
compte « Caisse »... à un moment donné.

2. Application
A partir du bilan de l'entreprise FINACI donné en annexe et du journal des
opérations réalisées par FINACI au cours du mois de janvier N (voir pages précédentes)
T.A.F : faire le Grand livre

ANNEXE : BILAN DE L’ENTREPRISE FINACI AU 31/12/N-1


ACTIF PASSIF
Eléments Montants Eléments Montants

Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 40 -


Terrains 20.000.000 Capital 75.000.000
Bâtiments 60.000.000 Emprunt 38.000.000
Matériel de bureau 10.000.000
Immobilisations 90.000.000 Ressources stables 113.000.000
Stocks 8.000.000 Fournisseurs 2.600.000
Clients 2.000.000 État 400.000
Actif circulant 10.000.000 Passif circulant 3.000.000
Banque 20.000.000 Crédit de trésorerie 25.000.000
Caisse 21.000.000
Trésorerie-actif 41.000.000 Trésorerie-passif 25.000.000
TOTAL ACTIF 141.000.000 TOTAL PASSIF 141.000.000
Le grand livre de l’entreprise FINACI se présente comme suit au 31/01/N :
D 22.Terrains C D 23.Batiments C D 244..Matériel de bureau C
SI 20.000.000 SD : 20.000.000 SI 60.000.000 SD 60.000.000 SI 10.000.000 SD 10.000.000
20.000.000 20.000.000 60.000.000 60.000.000 10.000.000 10.000.000

D 245.Matériel de trspt C D 161.Emprunts C D 101.Capital C


SI 25.000.000 SD 25.000.000 SC 38.000.000 SI 38.000.000 SC 75.000.000 SI 75.000.000
25.000.000 25.000.000 38.000.000 38.000.000 75.000.000 75.000.000

SI 25.000.000 SI 38.000.000 SI 75.000.000

D 44.Etat C D 561.Crédit de trésorerie C D 481.Fournisseurs d’investi. C


SC 400.000 SI 400.000 SC 25.000.000 SI 25.000.000 SC 25.000.000 (30) 25.000.000
400.000 400.000 25.000.000 25.000.000 25.000.000 25.000.000

SI : 400.000 SI 25.000.000 SI 25.000.000

D 601.Achats de marchandises C D 701.Ventes de marchandises C D 6031.Variat Stock de March C


(21) 4.000.000 SD 4.000.000 SC 10.000.000 (28) 10.000.000 SC 3.000.000 (31) 3.000.000
4.000.000 4.000.000 10.000.000 10.000.000 3.000.000 3.000.000

SI : 4.000.000 SI 10.000.000 SI 3.000.000

D 411.Clients C D 401.Fournisseurs C D 31. Stock de Marchandises C


SI 2.000.000 SD 4.000.000 SC 3.100.000 SI 2.600.000 SI 8.000.000 SD 11.000.000
(28) 2.000.000 (21)500.00 (31) 3.000.000
3.100.000 3.100.000
4.000.000 4.000.000 SI 11.000.000
SI : 4.000.000 SI 3.100.000

D 571.Caisse C D 521.Banque C
SI 21.000.000 (15) 10.000.000 SI 20.000.000 (21) 2.500.000
(28) 3.000.000 (21) 1.000.000 (15)10.000.000 SD 32.500.000
11.000.000 (28) 500.000
SD 13.000.000 35.000.000 35.000.000
24.000.000 24.000.000 SI 32.500.000
SI 13.000.000

Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 41 -


Après avoir dressé le grand-livre, il y a lieu d'établir la balance. La balance vient
renforcer le contrôle par la partie double des opérations.

III. LA BALANCE
C'est un tableau dans lequel sont reportés tous les comptes du grand-livre, classés
rationnellement avec pour chacun d'eux le total du débit, le total du crédit et le solde qui en découle.
La balance permet de s'assurer que le total des débits soit égal au total des crédits, et
par conséquent le total des soldes débiteurs soit égal au total des soldes créditeurs.
La balance réalise donc un autre contrôle de la partie double des opérations.
Elle est établie de façon périodique. Elle doit donc être datée. La période retenue
peut être la semaine, le mois, le trimestre, et surtout l’année.
Il existe 3 types de balance qui sont :
- la balance à 4 colonnes
- la balance à 6 colonnes
- la balance à 8 colonnes

1. La balance à 4 colonnes
Les deux premières colonnes sont réservées aux imputations au débit et au crédit des
comptes; les deux dernières colonnes quant à elles sont réservées aux soldes débiteurs et créditeurs.
Au nom du principe de la partie double, le total des montants débit doit être égal au
total des montants crédit. De même, le total des soldes débiteurs doit être égal au total des soldes
créditeurs.
T.A.F : A partir du grand livre de l'entreprise FINACI, dressons la balance à 4 colonnes.
LA BALANCE À 4 COLONNES DE L’ENTREPRISE FINACI AU 31/01/N
COMPTES MONTANTS SOLDES
Débit Crédit Débiteur Créditeur
101. Capital social 75.000.000 75.000.000
16. Emprunts 38.000.000 38.000.000
22. Terrains 20.000.000 20.000.000
23. Bâtiments 60.000.000 60.000.000
244. Matériel de bureau 10.000.000 10.000.000
245. Matériel de transport 25.000.000 25.000.000
31. Stocks de marchandises 11.000.000 11.000.000
40l.Fournisseurs 3.100.000 3.100.000
411. Clients 4.000.000 4.000.000
44. Etat 400.000 400.000
481. Fournisseurs d'investissement 25.000.000 25.000.000
521. Banque 35.000.000 2.500.000 32.500.000
561. Crédit de trésorerie 25.000.000 25.000.000
571. Caisse 24.000.000 11.000.000 13.000.000
601. Achats de marchandises 4.000.000 4.000.000
6031.Variation stocks de March 3.000.000 3.000.000
701. Ventes de marchandises 10.000.000 10.000.000
TOTAL 193.000.000 193.000.000 179.500.000 179.500.000

Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 42 -


Somme D = Somme C Solde D = Solde C

2. La balance à 6 colonnes
Elle fait la distinction entre les soldes initiaux et les mouvements effectués au cours
de la période. C'est l'éclatement des montants figurant au débit et au crédit des comptes.
Cette ventilation est très importante, car elle permet par exemple de savoir les
investissements et désinvestissements réalisés au cours de la période, les ventes et
réductions sur les ventes accordées au cours de la période.
T.A.F : présenter la balance à 6 colonnes de l'entreprise FINACI

LA BALANCE À 6 COLONNES DE L’ENTREPRISE FINACI AU 31/01/N


COMPTES MONTANTS à l'ouverture MOUVEMENTS SOLDES
Débit Crédit Débit Crédit Débiteurs Créditeurs
101. Capital social 75.000.000 75.000.000
16. Emprunts 38.000.000 38.000.000
22. Terrains 20.000.000 20.000.000
23. Bâtiments 60.000.000 60.000.000
244. Matériel de 10.000.000 10.000.000
bureau
245. Matériel de 25.000.000 25.000.000
transport
31. Stocks de 8.000.000 3.000.000 11.000.000
marchandises
40l.Fournisseurs 2.600.000 500.000 3.100.000
411. Clients 2.000.000 2.000.000 4.000.000
44. Etat 400.000 400.000
48. Fournisseurs 25.000.000 25.000.000
d'investissement
521. Banque 20.000.000 15.000.000 2.500.000 32.500.000
561. Crédit de 25.000.000 25.000.000
trésorerie
571. Caisse 21.000.000 3.000.000 11.000.000 13.000.000
601. Achats de 4.000.000 4.000.000
marchandises
6031.Variation 3.000.000 3.000.000
stocks de March
701. Ventes de 10.000.000 10.000.000
marchandises
TOTAL 141.000.000 141.000.000 52.000.000 52.000.000 179.500.000 179.500.000

Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 43 -


Somme D = Somme C Solde D = Solde C

Somme mouvements débit = Somme mouvements crédit

3. La balance à 8 colonnes
Deux colonnes supplémentaires vont s'ajouter à la balance à 6 colonnes donnant
ainsi la balance à 8 colonnes.
Ces deux colonnes vont intervenir juste après les mouvements de la période. Ces
deux colonnes supplémentaires donnent les informations sur les soldes des mouvements de la période.
T.A.F : présenter la balance à 8 colonnes de l'entreprise FINACI

LA BALANCE À 8 COLONNES DE L’ENTREPRISE FINACI AU 31/01/N

Dey Atsè Frédéric

Comptabilité Générale 1: les Opérations Courantes - 44 -


COMPTES MONTANTS à l'ouverture MOUVEMENTS VARIATIONS DE SOLDES
MOUVEMENTS
Débit Crédit Débit Crédit Débit Crédit Débiteurs Créditeurs
101. Capital 75.000.000 75.000.000
social
16. Emprunts 38.000.000 38.000.000
22. Terrains 20.000.000 20.000.000
23. Bâtiments 60.000.000 60.000.000
244. Matériel de 10.000.000 10.000.000
bureau
245. Matériel de 25.000.000 25.000.000 25.000.000
transport
31. Stocks de 8.000.000 3.000.000 3.000.000 11.000.000
marchandises
40l. Fournisseurs 2.600.000 500.000 500.000 3.100.000
411. Clients 2.000.000 2.000.000 2.000.000 4.000.000
44. Etat 400.000 400.000
48. Fournisseurs 25.000.000 25.000.000 25.000.000
d'investissement
521. Banque 20.000.000 15.000.000 2.500.000 12.500.000 32.500.000
561. Crédit de 25.000.000 25.000.000
trésorerie
571. Caisse 21.000.000 3.000.000 11.000.000 8.000.000 13.000.000
601. Achats de 4.000.000 4.000.000 4.000.000
marchandises
6031.Variation 3.000.000 3.000.000 3.000.000
stocks de March
701. Ventes de 10.000.000 10.000.000 10.000.000
marchandises
TOTAL 141.000.000 141.000.000 52.000.000 52.000.000 46.500.000 46.500.000 179.500.000 179.500.000

Somme variations débit = Somme variations crédit

45
A partir de la balance, des états financiers tels que le bilan et le compte de résultat
seront dressés. Ceux-ci doivent confirmer le principe de la partie double. Le résultat du bilan doit être
identique à celui du compte de résultat.
La balance regroupe donc les comptes de bilan et le compte de résultat.

IV.LE BILAN
Le bilan donne la situation patrimoniale de l’entreprise à un moment donné. On
dit que le bilan est la photographie instantanée de l'activité de l'entreprise.
Il regroupe les comptes de la classe 1 à la classe 5 qui sont des comptes
patrimoniaux.
T.A.F : faire le bilan de l'entreprise FINACI au 31/01/N
BILAN DE L'ENTREPRISE FINACI AU 31/01/N
ACTIF PASSIF
Eléments Montants Eléments Montants
22. Terrains 20.000.000 101. Capital 75.000.000
23. Bâtiments 60.000.000 13. Résultat : Bénéfice 9.000.000
2441. Matériel de bureau 10.000.000 16. Emprunts 38.000.000
245. Matériel de transport 25.000.000
Immobilisations 115.000.000 Ressources stables 122.000.000
31. Stocks de marchandises 11.000.000 401. Fournisseurs 3.100.000
411. Clients 4.000.000 44. État 400.000
481. Fournisseurs d’investisse. 25.000.000
Actif circulant 15.000.0000 Passif circulant 28.500.000
521. Banque 32.500.000 561. Crédit de trésorerie 25.000.000
571. Caisse 13.000.000
Trésorerie-actif 45.500.000 Trésorerie-passif 25.000.000
TOTAL ACTIF 175.500.000 TOTAL PASSIF 175.500.000
L'actif est supérieur au passif ; d’où nous avons un résultat bénéficiaire. Ce
résultat est une ressource interne.
L'actif correspond au débit et le passif au crédit ; on croirait que le principe de la
partie double n'est pas vérifié. Ce principe est toujours vérifié et cela sera justifié par le compte de
résultat.
Un autre contrôle au nom de la partie double va être effectué grâce à un autre
document. Il s'agit du compte de résultat. Ce compte doit donner le même résultat que le bilan.

V. LE COMPTE DE RÉSULTAT
Selon le SYSCOA, le compte de résultat est un état financier de synthèse
récapitulant les charges et les produits intervenus dans la formation du résultat net de l'exercice et
mettant en évidence les soldes significatifs de gestion.
Nous ne nous contenterons que des charges et produits, les soldes significatifs
seront étudiés ultérieurement.
T.A.F : présenter le compte de résultat de l'entreprise FINACI
COMPTE DE RÉSULTAT DE L'ENTREPRISE FINACI AU 31/01/N
DEBIT CREDIT
46
Eléments Montants Eléments Montants
601.Achats de marchandises 4.000.000 701.Ventes de marchandises 10.000.000
6031.Variation stocks de march. - 3.000.000
Total des charges 1.000.000
131.Bénéfice 9.000.000
TOTAL 10.000.000 TOTAL 10.000.000
Le résultat est positif de 9.000.000F. Le crédit est supérieur au débit.
En conclusion, le principe de la partie double est vérifié car : au niveau du bilan,
le total des soldes débiteurs représentant l'actif est supérieur au total des soldes créditeurs figurant à
l'actif de 9.000.000F.
Dans le compte de résultat, c'est la situation contraire qui se produit. Le total des
soldes créditeurs représentant les produits est supérieur au total des soldes débiteurs représentant les
charges. Le principe de la partie double est vérifié.

VI. EXERCICE D’APPLICATION


Le 26/05/N, l’entreprise DUPCF est créée. Les associés apportent des espèces 5 000 000 F, des
marchandises 5 000 000 F, un camion 15 000 000 F, des meubles 5 000 000 F, 14 000 000 F déposés
en banque. Les associés effectuent ensuite les opérations suivantes :

- Le 04/06/N Achat de 25 000 000 F de marchandises, 3 000 000 F payés en espèces, 4 000 000


F par chèque bancaire, le reste à crédit.
- Le 05/06/N Emprunt de 10 000 000 F à la BICICI à rembourser dans 8 ans.
- Le 06/06/N Retrait d’espèces à la banque 6 000 000 F.
- Le 08/06/N Payement de timbres postaux 2 000 F.
- Le 10/06/N Réception de l a facture téléphonique 200 000 F.
- Le 11/06/N Vente de marchandises 45 000 000 F, le tiers payé au comptant en espèces, le tiers
par chèque et le reste à crédit.
- Le 12/06/N Réception de la facture d’électricité 100 000 F.
- Le 14/06/N Réception de la facture eau 30 000 F.
- Le 15/06/N Réception de la facture du réparateur de notre camion 120 000 F.
- Le 16/06/N Règlement de la facture d’électricité en espèces.
- Le 17/06/N Règlement de la facture eau en espèces.
- Le 19/06/N Nous payons notre loyer par chèque bancaire 1 000 000 F.
- Le 26/06/N Règlement de la facture de téléphone par chèque.
- Le 27/06/N Réception de la facture de la SOTRA relative au transport du personnel 2 000 000
F.
- Le 28/06/N Réception de la facture de PEUGEOT 23 000 000 F.
- Le 30/06/N L’inventaire indique qu’il existe en magasin 6 000 000 F de marchandises.

TAF :
1) Passer les écritures de création de la société DUPCF ;
2) Faire le bilan de constitution au 26/05/N ;
3) Enregistrer les opérations du mois de juin au journal ;
4) Présenter le grand livre ;
5) Faire la balance à 6 colonnes ;
6) Faire le compte de résultat au 30/06/N ;
7) Faire le bilan de l’entreprise DUPCF au 30/06/N.

47
CAS TOUVABIEN
L’entreprise TOUVABIEN vous communique le bilan au 31/12/N-1 et les
opérations réalisées en janvier N.

1. Le Bilan au 31/12/N-1 de l’entreprise TOUVABIEN


ACTIF PASSIF
Eléments Montants Eléments Montants
23. Bâtiments 25.000.000 101. Capital 100.000.000
241. Matériel & Outillage 24.000.000 16. Emprunts 8.000.000
245. Matériel de transport 18.420.000 401. Fournisseurs 12.000.000
31. Stocks de marchandises 865.000 44. Etat, impôt sur les bénéfices 710.000
32. Stocks de matières 1ères 525.000
36. Stocks de produits finis 900.000
521. Banque 27.000.000
571. Caisse 24.000.000
TOTAL 120.710.000 TOTAL 120.710.000

2. Les opérations
1) Les bulletins de salaires indiquent un salaire de 10.000.000F à payer
2) Achats de marchandises à 2.563.000F (facture N°16) ; 500.000F en espèces (pièce de caisse N°1),
le reste à crédit.
3) Règlement des salaires : 75% par chèques bancaires, le reste en espèces.
4) Prêt au client FOFANA remboursable dans 2 ans : 10.000.000F (chèque N°102)
5) Emission d’un emprunt obligataire remboursable sur 10 ans : 50.000.000 (banque)
6) Acompte de 25.000F versés au travailleur YAO (pièce de caisse N°2)
7) Obtention d’un découvert bancaire pour régler les salaires : 10.000.000F remboursable dans 60
jours.
8) Règlement du solde du montant de la facture N°16 par chèque bancaire N°5.
9) La fiche de déclaration des impôts sur salaires du mois indique 1.257.000F à payer (impôts
patronaux).
10) La fiche d'appel de cotisation CNPS du mois mentionne 600.000 F de charges patronales sociales
11) Règlement des charges patronales fiscales par chèque bancaire n°6
12) La facture n°4 de la SOTRA relative au transport du personnel indique 400.000 F
13) Règlement des charges patronales sociales par chèque bancaire n°7
14) Règlement de la facture de la SOTRA par chèque bancaire n°8
15) Remboursement du découvert de 5.000.000 F par avis bancaire N°16
16) Avis de débit de la banque relatif à l'intérêt de l'emprunt 100.000F (avis n°43)
17) Reçu la quittance du loyer que nous occupons. Montant 500.000F (facture n°15)
18) Réglé le loyer en espèces (pièce de caisse N°11)
19) Achat de fournitures de bureau à crédit 200.000F (facture n°15)
20) Règlement de la prime d'assurances au comptant 1.200.000F (facture n°21, PC n°35)
21) Reçu la facture de téléphone 150.000 F (facture n°621)
22) Règlement de la facture de téléphone en espèces (PC n°33)
23) Reçu avis de débit n°20 pour frais sur achat de titres 25.000 F
24) Reçu facture n°36 du garagiste TOTO : 76.000F
25) Règlement en espèces de la facture du garagiste ( PC n°5)
26) Dépôt de 200.000 F en banque (PC n°44)
27) Avis de crédit n°44 pour intérêt bancaire 300.000 F

48
28) Escompte de règlement obtenu 173.000 F
29) Vente de marchandises 100.000.000 F, 20.000.000 F réglés au comptant, 50.000.000F par
chèque, le reste à crédit.
30) Le client retourne 5.000.000 F de marchandises non conformes
31) Reçu un virement bancaire de 2.000.000 F du client Henri
32) Retrait de 400.000 F de la banque
33) Achat de timbres postaux 5.000 F
34) Achat d'un terrain à crédit 20.000.000 F
35) Acquisition d'une grande quantité d'actions qui seront conservées pendant longtemps :
5.000.000F (chèque bancaire n°9)
36) Reçu la facture d'électricité 150.000F et la facture d'eau 75.000 F
37) Règlement en espèces de la facture d'eau (PC n°31) et par chèque bancaire n°1117 la facture
d'électricité.
38) Achat à crédit d'un micro-ordinateur : 3.000.000 F (facture n°15)
39) Vente contre espèces de produits fabriqués 27.500.000 F
40) Achat de matières premières à crédit 2.500.000 F (facture n°401)
41) Retourné à son fournisseur de matières premières 500.000 F de matières non conformes (facture
d’avoir n°22)
42) Reçu subvention d'équilibre par chèque bancaire 20.000.000 F (chèque n°A26)
43) Achat d'un placard de rangement 1.000.000 F par chèque bancaire (facture n°11 ; chèque n°37)
44) Règlement de la facture relative au placard par chèque n°37
45) Reçu facture pour frais de publicité 95.000F (facture n°17)
46) Commande de marchandises 6.000.000F ; un chèque de 1.000.000F a été remis au fournisseur
pour avance (chèque n°151)
47) Reçu livraison de la commande de l’opération 46 (facture n°315)
48) Règlement de la facture n°315 par chèque bancaire n°417
49) Avance sur commande d’une B.M.W : 10.000.000F ; montant de la B.M.W : 36.000.000F
(chèque n°418)
50) Reçu la facture n°100 relative à la commande de la B.M.W 
51) Règlement de la facture (n°100) par chèque bancaire n°724
52) Paiement des 2/5 de l’impôt sur les bénéfices par chèque n°252
53) Le stock final de marchandises est de 1.200.000F
54) Le stock final de matières premières est de 400.000F
55) Le stock final de produits finis est de 600.000F
T.A.F:
a) Enregistrer ces opérations au journal
b) Présenter le grand livre
c) Faire la balance générale à 6 colonnes
d) Faire le bilan au 31/01/N
e) Faire le compte de résultat au 31/01/N

f) Enregistrer les opérations n°45, 46, 47, 48, 49 chez les fournisseurs.

SOLUTION

a) Enregistrer ces opérations au journal

1
49
661 Rémunérations versées au personnel national 10.000.000

422 Personnel, rémunérations dues 10.000.000

(Selon bulletins de salaires)


2
601 Achats de marchandises 2.563.000
401 Fournisseurs 2.563.000
(Sa facture N°16)

401 Fournisseurs 500.000
571 Caisse 500.000

(Pièce de caisse N°1)


3
422 Personnel, rémunérations dues 10.000.000
521 Banque 7.500.000
571 Caisse 2.500.000
(Chèques N°… et Pièces de caisse N°…)

4
2782 Créances diverses 10.000.000
521 Banque 10.000.000
(Notre chèque N°102)
5
50
521 Banque 50.000.000
161 Emprunts obligataires 50.000.000
(Emission d’emprunts obligataires)
6
4212 Personnel, acompte 25.000
571 Caisse 25.000
(Pièce de caisse N°2)
7
521 Banque 10.000.000
561 Crédits de trésorerie 10.000.000
(Avis de crédit bancaire N°…)
8
401 Fournisseurs 2.063.000
521 Banque 2.063.000
(Notre chèque N°5)
9
6413 Taxes sur appointements et salaires 1.257.000
4428 Autres impôts et taxes 1.257.000
(Selon fiche de Déclaration des impôts sur salaires)
10
664 Charges sociales 600.000
431 C.N.P.S 600.000
(Selon fiche d’appel de cotisations)
11
4428 Autres impôts et taxes 1.257.000
521 Banque 1.257.000
(Notre chèque N°6 pour paiement des
impôts patronaux)
12
614 Transports du personnel 400.000
401 Fournisseurs 400.000
(SOTRA, sa facture N°4)

13
431 C.N.P.S 600.000
521 Banque 600.000
(Notre chèque N°6)
14
401 Fournisseurs 400.000
51
521 Banque 400.000
(Notre chèque N°8 à l’ordre de SOTRA)
15
561 Crédits de trésorerie 5.000.000
521 Banque 5.000.000
(Avis de débit N°19)
16
671 Intérêts des emprunts 100.000
521 Banque 100.000
(Avis de débit N°43)
17
6222 Locations de bâtiments 500.000
401 Fournisseurs 500.000
(Sa facture N°15)
18
401 Fournisseurs 500.000
571 Caisse 500.000

(Pièce de caisse N°11)


19
6047 Achats de fournitures de bureau 200.000
401 Fournisseurs 200.000

(Sa facture N°15)


20
625 Primes d’assurances 1.200.000
401 Fournisseurs 1.200.000

(Sa facture N°21)



401 Fournisseurs 1.200.000
571 Caisse 1.200.000

(Pièce de caisse N°35)

21
6281 Frais de téléphone 150.000

401 Fournisseurs 150.000

(CI-TELCOM, sa facture N°621)


22
52
401 Fournisseurs 150.000
571 Caisse 150.000

(Pièce de caisse N°33)


23
6311 Frais sur achats de titres 25.000
521 Banque 25.000
(Avis de débit N°20)
24
624 Entretiens, réparations et maintenances 76.000

401 Fournisseurs 76.000

(Garagiste TOTO, sa facture N°36)


25
401 Fournisseurs 76.000
571 Caisse 76.000

(Pièce de caisse N°35)


26
521 Banque 200.000
571 Caisse 200.000

(Pièce de caisse N°44)


27
521 Banque 300.000
771 Intérêts des prêts 300.000
(Avis de crédit bancaire N°44)
28
401 Fournisseurs 173.000
773 Escomptes obtenus 173.000
(Obtention d’un escompte)
29
411 Clients 100.000.000
701 Ventes de marchandises 100.000.000
(Notre facture N°…)


521 Banque 50.000.000
571 Caisse 20.000.000
411 Clients 70.000.000

53
(Règlement par chèque N°… et par caisse)
30
701 Ventes de marchandises 5.000.000
411 Clients 5.000.000

(Notre facture d’avoir N°… pour retour


de marchandises du client)
31
521 Banque 2.000.000
411 Clients 2.000.000

(Son virement bancaire N°… )


32
571 Caisse 4.000.000
521 Banque 4.000.000
(Pièce de caisse N°…)
33
616 Transports de plis 5.000
571 Caisse 5.000

(Pièce de caisse N°…)


34
22 Terrains 20.000.000

481 Fournisseurs d’investissements 20.000.000

(Sa facture N°15)


35
26 Titres de participation 5.000.000
521 Banque 5.000.000
(Chèque bancaire N°…)
36
6051 Fournitures non stockables : Eau 75.000
6052 Fournitures non stockables : Electricité 150.000

401 Fournisseurs 225.000

(Reçu factures d’eau et d’électricité)

37
401 Fournisseurs 75.000
571 Caisse 75.000

(Pièce de caisse N°31, règlement de la facture d’eau)


54

401 Fournisseurs 150.000
521 Banque 150.000

(Pièce de caisse N°31)


38
2442 Matériel informatique 3.000.000

481 Fournisseurs d’investissements 3.000.000

(Sa facture N°15)


39
411 Clients 27.500.000
702 Ventes de produits finis 27.500.000
(Notre facture N°…)

571 Caisse 27.500.000
411 Clients 27.500.000

(Règlement par chèque N°… et par caisse)


40
602 Achats de matières 1ères et fournitures 2.500.000
401 Fournisseurs 2.500.000
(Sa facture N°401)
41
401 Fournisseurs 500.000
602 Achats de matières 1ères et fournitures 500.000

(Sa facture d’avoir N°22)


42
521 Banque 20.000.000
88 Subventions d’équilibre 20.000.000
(Chèque N°26 reçu pour subvention)
43
2444 Matériel de bureau 1.000.000

481 Fournisseurs d’investissements 1.000.000


(Sa facture N°11)

481 Fournisseurs d’investissements 1.000.000


521 Banque 1.000.000

55
(Notre chèque N°37)

44
6271 Annonces, insertions 95.000
401 Fournisseurs 95.000
(Sa facture N°17)
45
4091 Fournisseurs, avances et acomptes versés 1.000.000

521 Banque 1.000.000


(Notre chèque N°151)
46
601 Achats de marchandises 6.000.000

401 Fournisseurs 5.000.000


4091 Fournisseurs, avances et acomptes versés 1.000.000
(Sa facture N°315)
47
401 Fournisseurs 5.000.000
521 Banque 5.000.000

(Notre chèque N°417)


48
252 Avances et acomptes versés sur immobilisa-
tions corporelles 10.000.000

521 Banque 10.000.000

(Notre chèque N°418)


49
245 Matériel de transport 36.000.000
252 Avances et acomptes versés sur IC 10.000.000
481 Fournisseurs d’investissements 26.000.000

(Sa facture N°100)


50
481 Fournisseurs d’investissements 26.000.000
521 Banque 26.000.000
(Notre chèque N°724)

51
441 Etat, impôts sur le bénéfice 284.000
521 Banque 284.000
(Notre chèque N°724)
56
52
6031 Variations de stocks de marchandises 865.000

31 Stocks de marchandises 865.000


(Annulation du stock initial)

31 Stocks de marchandises 1.200.000
6031 Variations de stocks de marchandises 1.200.000

(Constatation du stock final)


53
6032 Variations de stocks de matières premières 125.000

32 Stocks de matières premières 125.000


(Diminution du stock de matières premières)
54
736 Variations de stocks de produits finis 900.000
36 Stocks de produits finis 900.000
(Annulation du stock initial)

36 Stocks de produits finis 600.000
736 Variations de stocks de produits finis 600.000

(Constatation du stock final)

b) Présentation du Grand-livre
- Grand-livre partiel des comptes de Bilan
D 101.Capital C D 16.Emprunts C D 2782.Créances diverses C
SC 100.000.000 SI 100.000.000 SC 58.000.000 SI 8.000.000 4) 10.000.000 SD 10.000.000
100.000.000 100.000.000 5) 50.000.000 10.000.000 10.000.000
58.000.000 58.000.000

D 22.Terrains C D 245..Matériel de transport C D 2442.Matériel info. C


34) 20.0000.000 SD 20.000.000 SI 18.420.000 38) 3.000.000 SD 3.000.000
49) 36.000.000 SD 54.420.000
20.000.000 20.000.000 54.420.000 54.420.000 3.000.000 3.000.000

D 26.Titres de participation C D 2444.Mobilier de bureau C D 23.Bâtiments C


35) 5.000.000 SD 5.000.000 43) 1.000.000 SD 1.000.000 SI 25.000.000 SD 25.000.000
5.000.000 5.000.000 1.000.000 1.000.000 25.000.000 25.000.000

57
D 241.Matériel et outillage C D 422.Persnel, rémun dues C D 4212.Personnel, acomptes C
SI 24.000.000 SD 24.000.000 3) 10.000.000 1) 10.000.000 6) 25.000 SD 25.000
24.000.000 24.000.000 25.000 25.000

D 252.Avances sur immob. C D 4428.Autres impôts et taxes C D 431.CNPS C


48) 10.000.000 49) 10.000.000 11) 1.257.000 9) 1.257.000 13) 600.000 10) 600.000

D 31.Stocks de marchandises C D 32.Stocks de matières 1ères C D 36.Stocks de produits finis C


SI 865.000 52) 865.000 SI 525.000 52) 125.000 SI 900.000 53) 900.000
51) 1.200.000 SD 1.2000.000 SD 400.000 53) 600.000 SD 600.000
2.065.000 2.065.000 525.000 525.000 1.500.000 1.500.000

D 481.Fournisseurs d’invest C D 401.Fournisseurs C D 441.Etat, impôts/bénéfice C


43) 1.000.000 34) 20.000.000 2) 500.000 SI 12.000.000 51) 284.000 SI 710.000
50) 26.000.000 38) 3.000.000 8) 2.063.000 2) 2.563.000 SC 426.000
27.000.000 43) 1.000.000 14) 400.000 12) 400.000 710.000 710.000
SC 23.000.000 49) 26.000.000 18) 500.000 17) 500.000
50.000.000 50.000.000 20)1.200.000 19) 200.000 D 561.Crédits de trésorerie C
22) 150.000 20) 1.200.000 15) 5.000.000 7) 10.000.000
25) 76.000 21) 150.000 SC 5.000.000
D 411.Clients C 28) 173.000 24) 76.000 10.000.000 10.000.000
29) 100.000.000 29) 70.000.000 37) 75.000 36) 225.000
39) 27.500.000 30) 5.000.000 37) 150.000 40) 2.500.000 D 4091.Frs, av. et acomptes C
31) 2.000.000 41) 500.000 44) 95.000 45) 1.000.000 46) 1.000.000
39) 27.500.000 47) 5.000.000 46) 5.000.000
104.500.000 10.787.000
D 521.Banque C
SD 23.000.000 SC 14.122.000
SI 27.000.000 3) 7.500.000
127.500.000 127.500.000 24.909.000 24.909.000
5) 50.000.000 4) 10.000.000
7) 10.000.000 8) 2.063.000
D 571.Caisse C 26) 200.000 11) 1.257.000
SI 24.000.000 2) 500.000 27) 300.000 13) 600.000
29) 20.000.000 3) 2.500.000 29) 50.000.000 14) 400.000
32) 400.000 6) 25.000 31) 2.000.000 15) 5.000.000
39) 27.500.000 18) 500.000 42) 20.000.000 16) 100.000
20) 1.200.000 23) 25.000
22) 150.000 32) 400.000
25) 76.000 35) 5.000.000
26) 200.000 37) 150.000
33) 5.000 43) 1.000.000
37) 75.000 45) 1.000.000
5.231.000 47) 5.000.000
SD 66.669.000 48) 10.000.000
71.900.000 71.900.000 50) 26.000.000
51) 284.000
75.779.000
SD 83.721.000
- Grand-livre partiel des comptes du Compte de Résultat159.500.000 159.500.000
D 664.Charges Sociales C D 614.Transport du personnel C D 6222.Locations de bâtiments C
10) 600.000 SD 600.000 12) 400.000 SD 400.000 17) 500.000 SD 500.000
600.000 600.000 400.000 400.000 500.000 500.000

D 661.Rémunérations versées C D 671.Intérêts/emprunts C D 6413.Taxe/appointements C


58
1) 10.000.000 SD 10.000.000 16) 100.000 SD 100.000 9) 1.257.000 SD 1.257.000
10.000.000 10.000.000 100.000 100.000 1.257.000 1.257.000

D 6047.Achats fournit bureau C D 625.Primes d’assurances C D 6082.Frais téléphone C


19) 200.000 SD 200.000 20) 1.200.000 SD 1.200.000 21) 150.000 SD 150.000
200.000 200.000 1.200.000 1.200.000 150.000 150.000

D 624.Entretiens et réparations C D 6311.Frais/achats de titres C D 616.Transports de plis C


24) 76.000 SD 76.000 23) 25.000 SD 25.000 33) 5.000 SD 5.000
76.000 76.000 25.000 25.000 5.000 5.000

D 601.Achats de marchandises C D 602.Achats de matières 1ères C D 6031.Variations Stocks mdses C


2) 1.563.000 40) 2.500.000 41) 500.000 52) 865.000 52) 1.200.000
3) 6.000.000 SD 8.563.000 SD 2.000.000 SC 335.000
8.563.000 8.563.000 2.500.000 2.500.000 1.200.000 1.200.000

D 6052.F N S : Eau C D 6051.F N S: Electricité C D 6271.Annonces, insertions C


36) 75.000 SD 75.000 36) 150.000 SD 150.000 44) 95.000 SD 95.000
75.000 75.000 150.000 150.000 95.000 95.000

D 6032.Variat stocks mat 1ères C D 771.Intérêts des prêts C D 773.Escomptes obtenus C


53) 125.000 SD 125.000 SC 300.000 27) 300.000 SC 175.000 28) 175.000
125.000 125.000 300.000 300.000 175.000 175.000

D 702.Ventes de produits finis C D 88.Subventions d’équilibre C


SC 27.500.000 39) 27.500.000 SC 20.000.000 42) 20.000.000
27.500.000 27.500.000 20.000.000 20.000.000

D 701.Ventes de marchandises C D 736.Variat stocks prdts finis C


30) 5.000.000 29) 100.000.000 54) 900.000 54) 600.000
SC 95.000.000 SD 300.000
100.000.000 100.000.000 900.000 900.000

c) Bilan de l’entreprise TOUVABIEN au 31/01/N


ACTIF PASSIF
Eléments Montants Eléments Montants
22.Terrains 20.000.000 101.Capital 100.000.000
23.Bâtiments 25.000.000 131.Résultat net : Bénéfice +
117.487.000
241.Matériels et outillage 24.000.000 16.Emprunts 58.000.000
2442.Matériel informatique 3.000.000 Ressources Stables 275.487.000
2444.Mobilier de bureau 1.000.000 401.Fournisseurs 14.122.000
245.Matériel de transport 54.420.000 441.Etat, impôts sur bénéfice 426.000
26.Titres de participation 5.000.000 481.Fournisseurs d’investiss. 23.000.000
59
2782.Créances diverses à plus d’un 10.000.000 Passif Circulant 37.548.000
an
Actif Immobilisé 142.420.000 561.Crédit de trésorerie 5.000.000
31.Stocks de marchandises 1.200.000 Trésorerie-Passif 5.000.000
32.Stocks de matières premières 400.000
36.Stocks de produits finis 600.000
411.Clients 23.000.000
4212.Personnel, acomptes 25.000
Actif Circulant 25.225.000
521.Banque 83.721.000
571.Caisse 66.669.000
Trésorerie-Actif 150.390.000
TOTAL 318.035.000 TOTAL 318.035.000

d) Compte de Résultat de l’entreprise TOUVABIEN

DEBIT CREDIT
Eléments Montants Eléments Montants
601. Achats de marchandises 8.563.000 701. Ventes de marchandises 95.000.000
6031. Variations stocks de mdses - 335.000 702. Ventes de produits finis 27.500.000
602. Achats de matières premières 2.000.000 736. Variations de stocks prodts - 300.000
finis
6032. Variations stocks de mat 1ères + 125.000 771. Intérêts des prêts 300.000
6047. Achats stockés de fourni. de 200.000 773.Escomptes obtenus 173.000
Bureau

60
6051.Fournitures non stock. : Eau 75.000 88. Subventions d’équilibre 20.000.000
6052. Fournitures non stock. : 150.000
Elect.
614.Transport du personnel 400.000
616.Transport de plis 5.000
6222.Locations de bâtiments 500.000
624.Entretien et réparations 76.000
625.Primes d’assurances 1.200.000
6271.Annonces, insertions 95.000
6281.Frais de téléphone 150.000
6311.Frais sur achats de titres 25.000
6413.Taxes sur appointements et 1.257.000
sal.
661.Rémunérations versées au 10.000.000
pers n.
664.Charges sociales 600.000
671.Intérêts des emprunts 100.000
Total des charges 25.186.000
Résultat bénéficiaire +117.487.00
0
142.673.000 142.673000

e) Balance à 6 colonnes de l’entreprise TOUVABIEN au 31/01/N

Eléments Soldes à l’ouverture Mouvements Soldes à la clôture


Débiteurs Créditeurs Débits Crédits Débiteurs Créditeurs
101.Capital 100.000.000 100.000.000
16.Emprunts 8.000.000 50.000.000 58.000.000
22.Terrains 20.000.000 20.000.000
23.Bâtiments 25.000.000 25.000.000
241.Matériels 24.000.000 24.000.000
et outillage
2442.Matériel 3.000.000 3.000.000
informatique
2444.Mobilier 1.000.000 1.000.000
de bureau
245.Matériel 18.420.000 36.000.000 54.420.000
de transport
252.Avances 10.000.000 10.000.000
sur immob.
26.Titres de 5.000.000 5.000.000
participation
61
2782.Créances 10.000.000 10.000.000
diverses à plus
d’ un an
31.Stocks de 865.000 1.200.000 865.000 1.200.000
marchandises
32.Stocks de 525.000 125.000 400.000
matières
premières
36.Stocks de 900.000 600.000 900.000 600.000
produits finis
401.Fourniss. 12.000.000 10.787.000 12.909.000 14.122.000
4091.Fourniss. 10.000.000 10.000.000
avances et
acomptes
411.Clients 127.500.000 104.500.000 23.000.000
4212.Personn., 25.000 25.000
acomptes
422.Personnel, 10.000.000 10.000.000
rémunérations
dues
431.CNPS 600.000 600.000
441.Etat, 710.000 284.000 426.000
impôts sur
bénéfice
4428.Autres 1.257.000 1.257.000
impôts et taxes
481.Fourniss. 27.000.000 50.000.000 23.000.000
d’investiss
521.Banque 27.000.000 132.500.000 75.779.000 83.721.000
561.Crédits de 5.000.000 10.000.000 5.000.000
trésorerie
571.Caisse 243.000.000 47.900.000 5.231.000 66.669.000
601.Achats de 8.563.000 8.563.000
marchandises
602.Achats de 2.500.000 500.000 2.000.000
matières 1ères
6031.Variat 865.000 1.200.000 335.000
stocks mdses
6032.Variat 125.000 125.000
stock mat 1ères
6047.Achats 200.000 200.000
stockés de
fourni. de bur
6051.F.N.S : 75.000 75.000
Eau
6052. F.N.S : 150.000 150.000
Electricité.
614.Transport 400.000 400.000
du personnel
616.Transport 5.000 5.000
de plis
6222.Location 500.000 500.000
de bâtiments
624.Entretiens 76.000 76.000

62
et réparations
625.Primes 1.200.000 1.200.000
d’assurances
6271.Annonce 95.000 95.000
insertions
6281.Frais de 150.000 150.000
téléphone
6311.Frais sur 25.000 25.000
achats de titre
6413.Taxes 1.257.000 1.257.000
sur app. et sal.
661.Rémunév 10.000.000 10.000.000
ersée au per
664.Charges 600.000 600.000
sociales
671.Intérêts 100.000 100.000
des emprunts
701.Ventes de 5.000.000 100.000.000 95.000.000
marchandises
702.Ventes de 27.500.000 27.500.000
produits finis
736.Variations 900.000 600.000 300.000
stocks prdts f
771.Intérêts 300.000
des prêts
773.Escompte 173.000
obtenus
88.Subvention 20.000.000
d’équilibre

TOTAUX 120.710.000 120.710.000 483.439.000 483.439.000 343.856.000 343.856.000

CHAPITRE 10 : L’ENREGISTREMENT DES


OPERATIONS D’ACHAT ET DE VENTE

L’opération d’achat-vente met en relation le vendeur et l’acheteur. L’achat est le


fait de l’acheteur (client) alors que, la vente est le fait du vendeur (fournisseur).

I. LA FACTURE DOCUMENT D’ACHAT-VENTE


1.Les documents commerciaux intervenant dans une opération d’achat
vente
Il s’agit du bon de commande, du bon de livraison et de la facture.
Le bon de commande est un document par lequel le client donne l’ordre au
fournisseur de lui livrer des biens déterminés pour une quantité également déterminée pour un prix
généralement fixé.
Le bon de commande est établi en deux exemplaires : l’original va chez le
fournisseur qui le classe dans le fichier commandes reçues et donne l’ordre de fabrication à l’atelier.
Le double est conservé dans le fichier commandes passées du client.
63
Le bon de livraison (BL) est un document qui est remis avec la marchandise par
le vendeur à l’acheteur. Il est établi en trois exemplaires dont deux vont chez le client. L’un est signé
et retourné au vendeur et tient lieu de bon de réception. Le deuxième est classé chez le client dans le
fichier commandes reçues et permet de vérifier si la commande reçue est conforme à la commande
passée.
Quant au fournisseur, il conserve un exemplaire dans son fichier commande
livrée afin de contrôler si la commande reçue est conforme à la commande livrée.
C’est au vu du bon de livraison signé par le client que le fournisseur dresse la
facture.
La facture est établie par le vendeur, indique le détail des marchandises vendues
et le décompte du montant net à payer par l’acheteur. La facture constitue le document de base de
l’enregistrement comptable tant pour l’acheteur que pour le vendeur.

2.La circulation des documents commerciaux relatifs à un achat de


marchandises
Deux grands services sont concernés : les services internes et les services
externes.

a) Les services internes


Les services internes sont le magasin, le service achat, le secrétariat.

- Le service magasin
Le service magasin formule une commande d’achat en deux exemplaires ; il en
conserve un, et adresse l’autre au service achat afin de commander les articles épuisés, ou
presqu’épuisés.
Le magasin reçoit les marchandises, établit le bon d’entrée en trois exemplaires,
conserve un et met à jour les fiches de stocks.
- Le service achat
Le service achat reçoit les demandes d’achat, consulte les fichiers et tableaux
comparatifs, passe commande en deux exemplaires. Il garde un exemplaire et transmet l’autre au
secrétariat. Il reçoit les bons d’entrée et les factures, complète et met à jour les plannings.

- Le secrétariat
Le secrétariat livre le courrier (bon de commande). Il reçoit également le
courrier, l’enregistre dans le cahier et le ventile (factures).

b) Les services externes (fournisseurs)


Le fournisseur reçoit la commande, prépare les bons de livraison et de réception,
ainsi que la facture en trois exemplaires.
La facture se présente généralement comme suit :

64
CHEMISERIE : YAO
1
ABIDJAN

DOIT : M. KOUAME
2
BP 36 BOUAKE 3

FACTURE : n° 562
ABIDJAN, le 20/11/N 4

REF ARTICLES Qtités P.U MONTANTS


C-20 Chemises 100 3.000 300.000
T-15 Tricots coton 200 4.500 900.000

5
Valeur payable le 30/11/N 1.200.000

7
6
1. désignation du fournisseur
2. désignation du client
3. numéro de la facture
4. date d’établissement de la facture
5. désignation des articles
6. montant de la facture
7. date de règlement

Nous verrons successivement les factures simples, c’est à dire ne comportant ni


réductions, ni majorations, les factures comportant des réductions, et enfin les factures comportant
des majorations.

II. ENREGITREMENT DES FACTURES SIMPLES, SANS


REDUCTION NI MAJORATION
1. Facture d’achat vente à crédit
Exemple : le 20 novembre N, FOUA BI expédie à DIALLO diverses marchandises.
Montant de la facture 200.000F payables dans trois mois.
Analyse de l’opération

Chez l’acheteur DIALLO Chez le vendeur FOUA Bi


Cette facture représente une facture Cette facture représente une facture de
d’achat pour DIALLO l’acheteur vente pour FOUA Bi le vendeur
20/11/N 20/11/N

D 601 Achat de marchandises 200.000 D 411Client Diallo 200.000


65
C 401 Frs FOUA Bi 200.000 C 701 Vte de marchandises 200.000
(Sa facture n°…) (Notre facture…)*

2. Facture d’achat vente au comptant


Exemple : SERI vend à ATCHO 500.000F de marchandises le 20/11/N le montant est réglé
immédiatement en espèces.
Chez ATCHO (acheteur) Chez SERI (vendeur)
20/11/N 20/11/N
D 601 Achat de marchandises 500.000 D 571Caisse 500.000
C 571 Caisse 500.000 C 701 Vte de marchandises 500.000
(Sa facture n°…) (Notre facture…)

III. FACTURE COMPORTANT DES REDUCTIONS


Nous allons rencontrer deux types de réductions sur facture. Il s’agit des
réductions à caractère commercial et de la réduction à caractère financier.

1. Les réductions à caractère commercial


Ce sont les rabais, les remises et les ristournes.
Les rabais sont des réductions pratiquées exceptionnellement sur le prix de vente
préalablement convenu pour tenir compte, par exemple d’un défaut de qualité ou conformité des
objets vendus, d’un retard dans la livraison.
Les remises sont des réductions pratiquées habituellement sur le prix courant de
vente, en considération par exemple de l’importance de la vente ou de la qualité du client et
généralement calculées par application d’un pourcentage au prix courant de vente.
Exemple : remise de 15% pour commande supérieure à 1.000.000F
Les ristournes sont des réductions de prix calculées sur l’ensemble des opérations
faites avec un même tiers, client ou fournisseur, pendant une période déterminée (trimestre, semestre,
année etc).
Exemple : ristourne de 2% sur le chiffre d’affaires de l’année traité avec le même client. Si ce chiffre
d’affaires dépasse 2.500.000F

2. Les réductions à caractère financier


Il s’agit de l’escompte de règlement. L’escompte est une réduction accordée aux
clients qui paient leur achat avant l’échéance. Il est toujours calculé sur le net commercial. Il est
uniquement lié aux conditions de paiement.

3. Comptabilisation des factures comportant des réductions


- Exemple de facture comportant des réductions

66
Etablissement COULIBALY
BP 149 KORHOGO
Compte bancaire : SGBCI
Compte n°31 358/7
SARL au capital de 10.000.000F CFA
RC Korhogo 6101
DOIT : M. AYE ABIDJAN LE 1/03/N
BP 386 ABIDJAN Echéance le 31/03/N
REF DESIGNATION Quantités Prix de Vente Montants
A Z Sac de riz 100 10.000 1.000.000
Rabais 50.000
1er Net commercial 950.000
1ère remise 10% 95.000
2ème Net commercial 855.000
2ème remise 18% 171.000

NET COMMERIAL 684.000


Escompte de règlement 1% 6.840

NET A PAYER 677.160

TAF :
1) Enregistrer cette facture chez le vendeur et chez le client.
2) Enregistrer le règlement par chèque de cette facture chez le fournisseur et chez le client.

- Comptabilisation
Les rabais, les remises et les ristournes (RRR) portés sur la facture de Doit ne
s’enregistrent pas. Le NET COMMERCIAL est comptabilisé dans les comptes « 601.Achats » ou
« 701.Ventes ».

Chez le client
1/3/N
D 601 Achat Marchandises 684 000
C 401 Fournisseur 677.160
C 773 Escompte obtenue 6.840
(Sa facture n° 521)
31/03/N
D401 Fournisseur 677 160
C 521 Banque 677 160
(Chèque N°)

L’escompte s’enregistre. Il constitue un produit (« 773 ») pour le client, alors


qu’il représente une charge (« 673 ») pour le fournisseur.
67
IV. ENREGISTREMENT DES FACTURES COMPORTANT
DES MAJORATIONS
Les factures de vente font souvent mention de sommes qui s’ajoutent au prix des
marchandises. Il s’agit :
- de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA)
- des frais de port mis à la charge du client
- du montant des consignations d’emballages récupérables
Le dernier point sera étudié ultérieurement.

1.Facture comportant la TVA


NB : La TVA s’applique toujours sur le net financier

Exemple : La facture de la société NILI à son client SEA comporte les informations suivantes 

Marchandises HT 4 000 000


Remise 5% 200.000

NET COMMERCIAL 3.800.000


Escompte 2% 76.000

NET FINANCIER 3.724.000


TVA 18% 670.320

NET A PAYER 4.394.320

TAF : Enregistrer cette facture chez le client et chez le fournisseur le 01/10/N.

Chez LE FOURNISSEUR NILI Chez LE CLIENT SEA


01/10/N 01/10/N
D 411 Client 4.394.320 D 601 Ach de march 3.800.000
D 673 Escptes accord 76.000 D 4452.TVA/ achat 670.320

C 701 Vente march3.800.000 C 401 Fournisseurs4.394.320


C 4431 TVA ventes 670.320 C 773 Escptes obt 76.000
(Notre facture n°...) (Sa facture n°...)

Exercice : Le 31/10/N Le client règle la facture par chèque bancaire n°12.

68
TAF : Enregistrer cette opération chez le client et chez le fournisseur le 31/10/N.

2.Facture comportant le port


Le port est une opération de majoration susceptible de figurer sur la facture. Il est
assuré, soit par le vendeur, soit par un spécialiste de transport.

POUR L’ACHETEUR
POUR LE VENDEUR

Le port s’enregistre
Le portdans le compte
est enregistré dans le compte « 70 » plus précisément dans le compte « 7071 ports  et
« 611.Transports sur achats »

a. Transport assuré par le fournisseur


Le transport est assuré par le fournisseur, lorsque celui-ci utilise son propre
camion pour livrer les marchandises à son client.
Le transport assuré par le fournisseur (port facturé) est considéré comme une
activité accessoire à la marchandise. Cela entraîne que le transport suit la même incidence de TVA
que l’activité principale qui est la vente de marchandises.
Exemple 1 : la société BLOHORN adresse la facture N°1 à son client HAMED. Les éléments de la
facture sont les suivants :
Savon BF : 500.000 ; escompte 2% ; remise 1% ; port 20.000F HT ; TVA 18%
TAF : 1) Présenter la facture
2) Enregistrer au journal cette facture chez le fournisseur BLOHORN et chez le client
HAMED
3) Régler la facture par des espèces
SOLUTION
1) Présentation de la facture

Savon HT500.000
Remise 1% 5.000

NET COMMERCIAL495.000
Escompte 2% 9.900

NET FINANCIER485.100
Transport facturé 20.000

Total505.100
TVA18% 90.918

NET A PAYER596.018

69
2) Enregistrement comptable
CHEZ LE FOURNISSEUR CHEZ LE CLIENT

D 411 Clients 596.018 D 601 Achat de march 495.000


D 673 Escptes accord 9.900 D 4452TVA/ achat de marc 87.318
D 611 Transp/achats 20.000
C 701 vte de march 495.000 D 4453TVA/Trsprt 3.600
C 7071 Port et frais facturés 20.000 C 401 Fourniss 596.018
C 4431TVA/ vente 90.918 C 773 Escpte obt. 9.900

(Notre facture n°1) (Sa facture n°1)

Exemple 2 : La société BLOHORN vend à BROU du savon et de l’huile. Elle lui adresse la facture
n°2 suivante le 02/11/N

Savon HT 1.200.000
Huile HT 1.500.000

Montant HT 2.700.000
Remise 1% 27.000

NET COMMRCIAL 2.673.000


Escompte 3% 80.190

NET FINANCIER 2.592.810


Port facturé 100.000

Total 2.692.810
TVA 18% 484.706

NET A PAYER 3.177.516

TAF : Enregistrer la facture n°2 chez le fournisseur et chez le client.

CHEZ LE FOURNISSEUR CHEZ LE CLIENT


02/11/N 02/11/N
D 411 Client 3.177.516 D 601 Achat de march 2.673.00
D 673 Escpte accord 80.190 D 4452 TVA/achat march 466.706
D 611 Transport/ ach 100.000
D 4453 TVA/transport 18.000
C 701 Vte march 2.673.000
C 7071 Port facturé 100.000 C 401 Frs 3.177.516

70
C 4431 TVA/vente 484.706 C 773 Escomptes obtenus 80.190
(Notre facture n°2…) (Sa facture n°2)

Exemple 3 : Le client règle en espèces la facture.


TAF : Enregistrer cette opération le 30/11/N.

CHEZ LE FOURNISSEUR CHEZ LE CLIENT


30/11/N 30/11/N
D Caisse 3.177.516 D 401 Fournisseurs 3.177.516

C 411 Client 3.177.516 C Caisse 3.177.516

(Son règlement…) (Notre règlement…

b.Transport assuré par une autre personne que le fournisseur


L’entreprise peut solliciter une société spécialisée dans le transport pour livrer les
marchandises à son client. L’entreprise paie le port et le facture ensuite à son client.
Il s’agit là d’un port avancé.
Les activités de transport sont exonérées de TVA.
Exemple 3
Pour livrer ses marchandises à ses clients de BOUAKE, l’entreprise A a recours à
la SITARAIL.
La société A doit livrer des marchandises à son client B situé à BOUAKE. A le
fournisseur ne dispose pas de camion de livraison. Il s’adresse donc à SITARAIL. Celle-ci facture le
port à A à 300.000F HT.
TAF : Enregistrer cette facture n°100 chez les deux
CHEZ LE FOURNISSEUR A CHEZ SITARAIL société spécialisée
dans le transport
Le fournisseur A est le client de SITARAIL

D 613 Trsp pour le cpte de tiers 300.000 D 411 Client A 300.000


C 401 Fournisseur SITARAIL 300.000 C 706 Services vendus 300.000

(Sa facture n° 100…) (Notre facture n°100…)

Exemple 4
A adresse ensuite la facture n° 4 à son client B le 04/10/N. Les éléments de la facture sont les
suivants :
- Marchandises 10.000.000 HT
- Port 300.000 HT
- 1er remise 2%
- 2ème remise 5%
- Escompte 3%
- TVA 18%
71
TAF :
1) Présenter la facture n°4
2) Enregistrer cette facture chez les deux parties
3) Le 31/10/N, le client règle la facture par chèque bancaire. Enregistrer cette opération.

SOLUTION
1) Présentation de la facture
Marchandises brut HT 10.000.00
1er Remise 2% 200.000
1er NET COMMERCIAL 9.800.000
2e Remise 5% 490.000
NET COMMERCIAL 9.310.000
Escompte 3% 279.300
NET FINANCIER 9.030.700
TVA 18% 1.625.526
TTC 10.656.226
Transport payé (débours) 300.000
NET A PAYER 10.956.226

Pour ne pas exposer le port payé (débours) à la TVA, il y a lieu de le faire


intervenir juste après la TVA.
Chez le fournisseur CHEZ LE CLIENT

D 411 client 10.656.226 D 601 Achat de March9.310.000


D 673 Escpte accord 279.300 D 4452 TVA/achat 1.625.526
C 701 Vente March 9.310.000 D 611 Trsp/Achats 300.000
C 4431 TVA / vente 1.625.526 C 401 Fourniss 10.656.226
C7071 Port facturé 300.000 C 773 Escpte obt. 279.300
(Notre facture n°4….) ( Sa facture n°4….)

Le client règle la facture 5 jours plus tard par chèque.


TAF : Enregistrer le règlement.

CHEZ LE FOURNISSEUR A CHEZ LE CLIENT

D 521 Banque 11.136.840 D 401 Fournisseurs 11.136.840


C 411 Client 11.136.840 C 521 Banque 11.136.840

(Son chèque n°…) (Notre chèque n°….…)

V. CAS DE NON RECIPROCITE DES COMPTES « 60.ACHATS »


ET « 70.VENTES »
Il n y a pas toujours symétrie entre les comptes utilisés par le fournisseur et le
client, lors de l’enregistrement d’une facture. Le compte Achat de marchandises tenu par le client et
le compte Vente de marchandises tenu par le fournisseur ne jouent pas toujours réciproquement.
72
L’achat peut être un investissement (une immobilisation) pour l’acquéreur
(client)

Exemple : l’entreprise SPLENDIDEMEUBLE spécialisée dans la fabrication et la vente de


meubles achète un ordinateur à 1.000.000F pour exécuter ses tâches comptables. Cet ordinateur a été
acheté chez BULL CI, commerçant en matériels informatiques et bureautiques.
TAF : Enregistrer cette opération chez SPLENDIDEMEUBLE et chez BULL CI ; TVA 18%.

Chez SPLENDIDEMEUBLE Chez BULL CI (le vendeur)


(acheteur)

Le bien acquis doit rester durablement


dans l’entreprise. Il n’est pas destiné à
être revendu ou transformé. Ce bien
n’est donc pas une marchandise, ni une
matière première. Il constitue donc une
immobilisation

D 2441 Mat inform 1.000.000


D 4452 TVA / immo 180 000
C 481 Fournis d’invest 1.180.000
(Sa facture n°)
D 411 Client 1.180.000
D 2442 Mat info 1.000.000 DC 701Client
411 Vte de mdses 1.000.000
1.180.000
D 4451 TVA/immo 180.000 C 701 Vte de mses 1.000.000
C 481 Fournis d’invest 1.180.000 C 4431 TVA/immo 180.000
(Sa facture n°) (Notre facture n°)

TAF : Enregistrer le règlement par chèque.


CHEZ SPLENDIDEMEUBLE (l’acheteur) CHEZ BULL CI (le vendeur)

D 481 Fournis d’invest. 1.180.000 D 521 Banque 1.180.000


C 521 Banque 11.136.840 C 411 Client 1.180.000

(Notre chèque n°…) (Son chèque n°….…)

73
CHAPITRE 11  : LES FACTURES D’AVOIR

Les factures d’avoir concernent les réductions accordées après facturation et les
retours de marchandises.

I. LES REDUCTIONS HORS FACTURES


Ce sont les réductions accordées après facturations. Elles concernent les
réductions commerciales et les réductions financières.

1. Les réductions commerciales : Rabais, Remises, Ristournes


Les remises hors factures sont assez rares.
Les rabais hors factures sont assez fréquents, car ils sont souvent accordés à la
suite d’une réclamation d’un client.
Les ristournes hors factures sont courantes, du fait de leur nature même.
Sur une facture normale c’est-à-dire de Doit, les réductions commerciales ne sont
pas comptabilisées. Mais elles le sont si elles interviennent après la facture de Doit.
Ces réductions commerciales hors factures vont entraîner la diminution du
compte « 601.Achat de marchandises » pour l’acheteur et du compte « 701.Vente de marchandises »
pour le vendeur.
Par conséquent, les créances et les dettes vont également baisser.
N.B : Les réductions commerciales hors factures ne sont pas assujetties à la TVA.
Sur le plan comptable, il faut distinguer la réduction portant sur une facture antérieure (facture de
Doit) déterminée, de la réduction ne portant pas sur une facture antérieure déterminée.

a) La réduction commerciale hors facture se rattachant à une facture


antérieure déterminée
Exemple 1 :
Le 30/11/N, l’entreprise KAKADIE et Fils envoie à son client FOFANA, la
facture d’avoir n° 3. Montant 120.000F HT.
Cet avoir correspond à un rabais accordé sur la facture n°V607 établie le
23/11/N.
74
T.A.F : Enregistrer cette facture d’avoir
CHEZ LE FOURNISSEUR CHEZ LE CLIENT
30/11/N 30/11/ N
D : 701Vte de March 120.000 D : 401 Fournisseurs 120.000

C : 411Clients 120.000 C : 601 Achat de marchandises 120.000


(Notre facture d’avoir n°3) (Sa facture d’avoir n°3)

b) La réduction ne porte pas sur une facture antérieure précise


Toutefois, lorsque les rabais, remises, ristournes sont difficilement rattachables à
telle ou à telle catégorie d’achats, le SYSCOA, a prévu l’utilisation des comptes « Rabais, Remises,
Ristournes » (6019 ; 6029 ; 6049 ; 6059 ; 6089) au crédit en lieu et place des comptes 601 ; 602 ;
604 ; 605 ; 608.
Chez le fournisseur, la réciprocité des comptes (6019 ; 6029 ; 6049 ; 6059 ; 6089)
n’est pas prévue. Il faut toujours utiliser au débit le compte 701, car le vendeur peut toujours rattacher
les Rabais, Remises, Ristournes  Accordés aux ventes correspondantes.
Exemple 2 : la réduction commerciale hors facture n’est pas rattachée à une facture antérieure
déterminée. Il s’agit souvent de ristournes.
Reprendre l’exemple et supposons que la facture d’avoir ne se rapporte pas à une facture précise.

CHEZ LE FOURNISSEUR CHEZ LE CLIENT


30/11/N 30/11/ N
D : 701Vte de March 120.000 D : 401 Fournisseurs 120.000

C : 411Clients 120.000 C : 6019 Rabais, R, R 120.000


(Notre facture d’avoir n°6) (Sa facture d’avoir n°6)

2. La réduction financière : l’escompte de règlement


Accordés pour règlements anticipés, les escomptes de règlement sont
comptabilisés, comme pour les factures de DOIT.
Par contre, ici la TVA intervient car, elle porte sur le Net A Payer qui inclut la
TVA.
Exemple3 : KOKOU adresse à son client LAKPÉ le 01/03/N, une facture de 3.000.000F payable dans
3 mois.
LAKPÉ fait ensuite savoir à son fournisseur KOKOU qu’il entend régler cette facture
dans une semaine à condition de bénéficier d’un escompte de 3%.
Le fournisseur KOKOU, satisfait de cette proposition adresse à son client LAKPÉ
une note lui signifiant qu’il bénéficiera d’un escompte au cas où il paierait sa dette avant le 08/03/N.
Le client envoie un chèque à KOKOU pour solder son compte le 05/03/N.

75
T.A.F : Enregistrer ce règlement chez le client et chez le fournisseur en supposant que la TVA est de
18%.
SOLUTION
Le montant de la facture est le net à payer. Il inclut donc le montant de la TVA.
Escompte TTC = 3% x 3.000.000 = 90.000
Montant du chèque = 3.000.000 – 90.000 = 2.910.000
Escompte HT = 90.000/1,18 = 76.271
TVA sur escompte = 18% x 76.271 = 13.729

CHEZ LE FOURNISSEUR CHEZ LE CLIENT


30/11/N 30/11/ N
521 Banque 2.910.000 D : 401 Fournisseurs 3.000.000
D 673 Escompte accordé 76.271 521 Banque 2.910.000
4431 TVA/ventes 13.729 C  773 Escompte obtenu 76.271

C : 411Clients 3.000.000 4452 TVA/achats 13.729


(Son chèque pour règlement) (Notre chèque n°)

Exemple 4 :
- le 10/02/N, l’entreprise BEDIC envoie la facture V41 à son client TOLCI. Les éléments de la
facture sont les suivants : port avancé 200.000F HT ; Brut HT 10.000.000F ; Escompte 4% si
règlement dans 8 jours ; 1ère remise 2% ; TVA 18% ; 2ème remise 5%.
- le 15/02/N, le client procède au règlement par chèque.
T.A.F : 1) Présenter la facture
2) Enregistrer cette facture chez le client et chez le fournisseur
3) Enregistrer le règlement
SOLUTION
1) Présentation de la facture
BEDIC
Facture établie le 10/02/N ; Echéance : 60 jrs fin de mois
DOIT : TOLCI
Marchandises HT 10.000.000
1ère remise 2% 200.000
er
1 net commercial 9.800.000
2eme remise 5% 490.000
Net commercial 9.310.000
TVA 18% 1.675.800
TTC 10.985.800
Port avancé 200.000
NAP 11.185.800
Escompte 4% si règlement dans 8 jrs
2) Comptabilisation de la facture

76
L’escompte conditionné ne s’enregistre pas.
Chez le fournisseur Chez le client
10/02/N 10/02/N
D : 411 Clients 11.185.800 D : 601 Achats Mdses 9.310.000
C : 701 Vente de Mdses 9.310.000 D : 4452 TVA/Achat 1.675.800
C : 4431 TVA/vente 1.675.800 D : 611 Transport /Achat 200.000
C : 7071 Ports facturés 200.000 C : 401 Fournisseurs 11.185.800
(Notre facture n° V41) (Sa facture n V41)

Le client dispose de 8 jours pour bénéficier de l’escompte. Il paye avant le délai


fixé au 18/02/N. Il bénéficie donc de l’escompte de 4%. L’escompte hors facture (conditionné) est
assujetti à la TVA.
Pour obtenir l’escompte HT, il faut multiplier le taux d’escompte par le Net
commercial. Ensuite, le montant de la TVA sera obtenu en appliquant le taux de la TVA à
l’escompte HT.
Escompte HT = Taux d’escompte x Net commercial
TVA = Taux de TVA x Escompte HT

Escompte HT = 4% x 9.310.000 = 372.400


TVA = 18% x 372.400 = 67.032

Escompte TTC = 439.432


Montant du chèque = Net à payer – Escompte TTC
= 11.185.800– 439.432
Montant du chèque = 10.746.368
CHEZ LE FOURNISSEUR CHEZ LE CLIENT
15/02/N 15/02/N
D : 521 Banque 10.746.368 D : 401 Fournisseurs 11.185.800
D : 673 Escomptes accordés 372.400 C : 521 Banque 10.746.368
D : 4431 TVA/Ventes 67.032 C : 773 Escomptes obtenus 372.400
C : 411 Client 11.185.800 C : 4452 TVA/Achats 67.032
(Son chèque n° pour solde) (Notre chèque n° pour solde)

II. RETOUR DE MARCHANDISES AUX FOURNISSEURS


Cette situation a lieu lorsque les marchandises sont défectueuses ou non
conformes à la commande. Cela entraîne une annulation partielle de l’opération précédente ACHAT-
VENTE.Il y aura donc :
- une créance du client sur le fournisseur ;
- une diminution de la créance initiale du fournisseur sur le client.
N.B : Les retours de marchandises sont comptabilisés directement en diminution des achats (compte
60) et les ventes (compte 70).
Ainsi, les retours de marchandises sont-ils constatés par l’écriture inverse de la facture de doit.
Nous envisagerons les retours de marchandises dans les cas où :
- la facture de doit ne comporte ni éléments de réduction et de majorations,
- la facture de doit comporte des éléments de réduction et de majorations,

77
- le client paie pour le retour des marchandises au fournisseur, le transport qui est à la charge de
ce dernier.

1. La facture de doit ne comporte ni


éléments de réduction ni de majoration
Exemple 1 : YAPO reçoit de son fournisseur ATSÉ des marchandises non conformes à la commande.
Il réexpédie à son fournisseur ces marchandises facturées à 260.000F HT. Le
fournisseur lui envoie la facture d’avoir n°15.
T.A.F : Enregistrer cette opération
Chez YAPO le client Chez ATSÉ le fournisseur

D : 401 Fournisseur 260.000 D : 701 Vente de march 260.000


C: 601 Achat March 260.000 C: 411 Client 260.000
(Sa facture d’avoir) (Notre facture d’avoir pour retour March)

2. La facture de DOIT comporte des éléments


de réduction et de majoration

Exemple 2 :
- le 01/03/N, KOFFI adresse la facture de DOIT n°22 à son client ZADI.
Marchandises brut HT 10.000.000
1ère remise : 2% 200.000
1er net commercial 9.800.000
2eme remise : 5% 490.000
Net commercial 9.310.000
Escompte 3% 279.300
Net financier 9.030.700
TVA 18% 1.625.526
NAP 10.656.226
-le 05/03/N, ZADI retourne 2.000.000F HT de marchandises
-le 07/03/N, KOFFI adresse la facture d’avoir n° AV 11 à son client pour constater le retour de
marchandises.
T.A.F : 1°) Enregistrer la facture de doit chez le fournisseur et chez le client
2°) Présenter la facture d’avoir puis l’enregistrer chez les deux parties
3°) Le 31/03/N le client ZADI remet le chèque BICICI n°633 à son fournisseur pour solde de
tout compte. Enregistrer cette opération chez le fournisseur et chez le client.

78
SOLUTION
1°) Enregistrement de la facture de doit
Chez le fournisseur Chez le client
01/03/N 01/03/N
D : 411 Clients 10.656.226 D : 601 Achat March 9.310.000
D : 673 Escptes accord 279.300 D : 4452 TVA/ach 1.625.526
C : 701 Vente March 9.310.000 C : 401Fournisseur 10.656.226
C : 4431 TVA/vente 1.625.526 C : 773 Escomptes obtenues 279.300
(Notre facture de doit n°22) (Sa facture de doit n°22)

Le 05 pas d’écriture

2°) La facture d’avoir


Elle doit faire intervenir les mêmes éléments figurant sur la facture de doit
Marchandises brut HT 2.000.000
1ère remise : 2% 40.000
1er net commercial 1.960.000
2ème remise : 5% 98.000
Net commercial 1.862.000
Escompte : 3% 55.860
Net financier 1.806.140
TVA 18% 325.105,2
NET A VOTRE CRÉDIT 2.131.245,2

L’écriture inverse de la facture de doit sera passée


Chez le fournisseur Chez le client
07/03/N 07/03/N
D : 701 Vte de march 1.862.000 D : 401 Fournisseurs 2.131.245,2
D : 4431 TVA/vente 325.105,2 D : 773 Escompte obtenu 55.860
C : 411 clients 2.131.105,2 C 601 Achat march 1.862.000
C : 673 Escompte accordés 55.860 C 4452 TVA/ach 325.105,2
(N/facture d’avoir n°AV 11) (Sa facture d’avoir n°AV11)

3. Retour de marchandises avec port à la charge du fournisseur


Pour retourner les marchandises à son fournisseur, le client peut avoir recours à
une société de transport. Cette société va facturer son service au client. Ce transport à la charge du
fournisseur sera compris dans le NET A VOTRE CRÉDIT.
Exemple 3
Soit la facture de DOIT suivante adressée par KOFFI à son client ZADI le 01/03/N
79
Marchandises brut HT 10.000.000
1ère remise : 2% 200.000
1er net commercial 9.800.000
2ème remise : 5% 490.000
Net commercial 9.310.000
Escompte : 3% 279.300
Net financier 9.030.700
TVA 18% 1.625.526
NET A PAYER 10.656.226
-le 05/03/N, ZADI paie au transporteur « BONTRANSPORT » 100.000F HT par chèque pour
retourner les marchandises non conformes à son fournisseur KOFFI. Les marchandises non
conformes s’élèvent à 2.000.000F HT.
-le 07/03/N, le fournisseur KOFFI adresse la facture d’avoir n°A100 à son client ZADI
T.A.F : 1) Passer l’écriture qui s’imposent le 05/03/N, dans la comptabilité du fournisseur et celle du
client.
2) Dresser la facture d’avoir et l’enregistrer dans les deux comptabilités.

SOLUTION
1)
Chez le client ZADI Chez le fournisseur KOFFI
05/03/N 05/03/N
D: 613 Transport pour compte de tiers 100.000

C : 401 Fournisseur BONTRANSPORT 100.000 (Pas d’écritures)

(Sa facture n° ...)


d° d°
D : 401 Fournisseurs BONTRANSPORT 100.000

C : 521 Banque 100.000 (Pas d’écritures)

(Notre chèque n°)

2) La facture d’avoir
Marchandises brut HT 2.000.000
1ere remise 2% 40.000
1er net commercial 1.960.000
2eme remise 5% 98.000
Net commercial 1.862.000
Escompte 3% 55.860
Net financier 1.806.140
TVA 18% 325.105

80
TTC 2.131.245
Port payé 100.000
Net à votre crédit 2.231.245

Chez le client ZADI Chez le fournisseur KOFFI


07/03/N 07/03/N
D : 401 Fournisseur 2.231.245 D : 701 Vente m/ses 1.682.000
D : 773 Escomptes Obtenus 55.860 D : 4431TVA/vte 325.105
D : 612 Transp/ventes 100.000
C : 601 Achat de m/ses 1.862.000 C : 411 Clients 2.231.245
C : 4452 TVA/achat 325.105 C : 673 Escompte accordés 55.860
C : 7071 Port fact. 100.000
(Sa facture d’avoir n°...) (Notre facture d’avoir n°...)

NB : Le compte « 612 Transport sur vente » est utilisé dans la comptabilité du vendeur ; lorsque les
frais de transport des marchandises retournés sont à la charge du vendeur.

81
CHAPITRE 12 : L’ENREGISTREMENT DES AUTRES
FACTURES

Nous avons étudié les factures de Doit et d’Avoir relatives aux marchandises,
aux matières premières et aux produits finis. Nous allons maintenant étudier les factures relatives aux
acquisitions d’immobilisations, aux réparations et entretiens liées aux immobilisations, aux
importations.

I. LES FACTURES LIEES AUX OPERATIONS D’INVESTIS-


SEMENTS
Le SYSCOA définit les immobilisations comme les biens ou valeurs destinées à
rester durablement dans l’entreprise. Ils ne se consomment pas par le premier usage. A priori, leur
durée de vie est supérieure à une année.
Certains biens de faible valeur ou dont la consommation est très rapide, peuvent
être considérés comme entièrement consommés dans l’exercice de leur mise en service et, par
conséquent ne peuvent être classés dans les immobilisations.
Le SYSCOA ne fixe aucun seuil de valeur ; il appartient à chaque entreprise
d’apprécier, en vertu du principe de l’importance significative, le seuil de la valeur unitaire des biens
lorsqu’il n’existe pas de mesures fiscales dans ce sens.
Les immobilisations s’enregistrent à leur coût d’achat.
Coût d’achat = Prix d’achat HT + Frais accessoires d’achat et de mise en état d’utilisation +
TVA non déductible.
NB: la TVA n’est pas déductible dans les deux cas qui suivants :
- les véhicules de tourisme.
- les mobiliers de bureau, les meubles de l’infirmerie ne sont pas concernés par cette mesure.
Exemple : l’entreprise BONNESANTE reçoit de BULL, la facture suivante relative à un achat de
micro-ordinateurs

BULL
Facture 103
Etablie le 10 / 02 / N
Doit : BONNESANTE
5 Micro – ordinateurs 5.200.000
Imprimantes 1.000.000
6.200.000
Transport 200.000
Frais de manutention 100.000
Montage 500.000
H.T 7.000.000
1 260 000
82
TVA 18%
NAP 8.260.000
T.A.F : Enregistrer cette facture chez l’acheteur et chez le vendeur

Solution

Chez l’acheteur Chez le Fournisseur


10 / 02 / N 10 / 02 /N
D:2444.Matériel informat 7.000.000 D : 411 Client 8.260.000
D: 4451.TVA / immob 1.260.000
C : 702 Production vendue 6.200.000
C : 7071 Port facturé 200 000
C: 481.Fourniss d’investiss 8.260.000
C : 706 Service vendu 600 000
(Sa facture n° 103) C : 4431 TVA sur ventes 1.260.000
(Notre facture n° 103)

Exemple 2
Le 16/02, l’entreprise TOCI envoie la facture F5 ci-dessous à son client.
TOCI
Facture N° F5
Etablie le 16/ 02/N
Doit : YAO CI
Marchandises HT 10.000.000
500.000
Net commercial 9.500.000
TVA 18% 1.710.000
TTC 11.210.000
Transport 1.600.000
NAP 12.810.000
T.A.F : Enregistrer cette facture chez le fournisseur et chez le client en supposant qu’elle concerne :
1°)- une acquisition de machines de production
2°)- un achat d’une voiture de marque BMW

SOLUTION
1°) Acquisition d’une machine de production

Chez le fournisseur Chez le client


16/02/N 16/02/N
D 411 Client 12.810.000 D 2411 Mat industriel 11.100.000
D 4451 TVA/immobilisation 1.710.000
C 701 Vente de marchand 9.500.000
C 4431 TVA sur ventes 1.710.000 C 481 Fourniss d’investissem 12.810.000
C 7071 Ports facturés 1.600.000
(Facture N°F5) (Facture N°F5)
83
2°) Acquisition d’une BMW
Chez le fournisseur Chez le Client
D 411 Client 12.810.000 D 245 Mat trspt 12.810.000
C 701 Vente de marchand 9.500.000 C 481 Fournis d’investissem 12.810.000
C 4431 TVA sur ventes 1.710.000
C 7071 Ports 1.600.000 (Facture N° F16)
(Facture N° F 16)

II. LES FACTURES LIEES AUX SERVICES


Si la TVA sur une immobilisation n’est pas déductible, alors la TVA sur les frais
de réparations, d’entretien et les pièces de rechange ne sera pas non plus déductible.
Exemple 3 : L’entreprise YAO CI a reçu la facture suivante relative à une réparation
Garage
Facture N°18
Etablie le 20/02/N
Doit YAO CI
Réparation 210.000
Remise 10.500
Net Commercial 199.500
TVA 35.910
NET A PAYER 235.410

T.A.F : Enregistrer cette facture chez le fournisseur et chez le client, en supposant qu’elle concerne :
1°) La réparation de micro- ordinateur
2°) la réparation de la Toyota du chef comptable.
Solution
1°) Réparation des micro-ordinateurs

20/02/N 20/02/N
D : 411 Clients 235.410 D : 624 Entretiens et réparation 199.500
D : 4454 TVA/services 35.910
C : 705 Travaux facturés 199.500
C : 4431 TVA/vente 35.910 C : 401 Fournisseur 235.410
(Facture N°18) (Facture N°18)

84
2°) Réparation de la Toyota
Chez le fournisseur Chez le client

20/02/N 20/02/N
D : 411 Client 235.410 D : 624 Entretiens et réparations 235.410

C : 705 Travaux facturés 199.500


C : 401 Fournisseur 235.410
C : 4431 TVA/Vente 35.910
(Facture N°18) (Facture N°18)

III. LES FACTURES COMPORTANT DES AVANCES ET


ACOMPTES
Avant de livrer les biens commandés par le client, l’entreprise peut exiger à celui-
ci une avance comme garantie.
Exemple :
- Le 20/02/N l’entreprise YAO CI passe commande à son fournisseur TOCI
- Le 22/02/N le fournisseur TOCI exige une avance de 3.500.000F.
- Le 25/02/N le client lui envoie un chèque de montant 3.500.000F
- Le 26/02/N Le fournisseur TOCI envoie la facture F33 à son client suite à la commande du
23/02/N.
Les éléments de la facture sont les suivants :
HT : 15.000.000, Remise 3%, TVA 18%, Port assuré par nous-même 1.000.000F HT (le fournisseur
utilise son camion)
-Le 28/02/N, le client règle le solde de sa dette par virement bancaire

T.A.F : 1) Présenter la facture


2) Enregistrer toutes les opérations nécessaires chez le fournisseur et chez le client en
supposant que les biens sont des marchandises, ensuite que les biens sont des  ordinateurs.
3) Enregistrer toutes les opérations nécessaires chez le fournisseur et chez le client en
supposant que les biens sont des immobilisations (ici, il s’agit de micro-ordinateurs)
SOLUTION

1) Présentation de la facture

85
TOCI
Facture N° 41
Etablie le 260/02/N
Doit : YAO CI
HT 15.000.000
Remise 3% 450.000
Net commercial 14.550.000
Transport 1.000.000
HT 15.550.000
TVA 18% 2.799.000
TTC 18.349.000
Avance du 25/02/N - 3.500.000
NAP 14.849.000

2°) Enregistrement
Chez le fournisseur Chez le Client
20/02/N
20/02/N
Pas d’écriture Pas d’écriture
22/02/N
22/02/N
Pas d’écriture Pas d’écriture

Cas où les biens sont des marchandises

Chez le fournisseur Chez le client

25/02/N 25/02/N
D : 521 Banque 3.500.000 D 4091 Fournisseurs av. et acptes 3.500.000

C : 4191 Clients av.et acpt 3.500.000 C 521 Banque 3.500.000

(Son chèque pour avance sur commande) (Notre chèque N°…pour avance)

26/02/N 26/02/N
D : 411 Clients 14.849.000 D : 601 Achats de march 14.550.000
D : 4191 Clients av. et acptes 3.500.000 D : 611 Transp / achat 1 000 000
D : 4452 TVA/achat 2.619.000
D : 4453 TVA/transp 180.000

C : 701 Ventes de march 14.550.000 C : 401 Fournisseurs 14.849.000


C : 7071 Port 1.000.000 C : 4091 Fourniss av. et acptes 3 500.000
C : 4431 TVA /ventes 2.799.000

(Notre facture N°F33) (Sa facture F33)

28/02/N 28/02/N
D : 521 Banque 14.849.000 D : 401 Fournisseurs 14.849.000
86
C : 411 Clients 14.849.000 C : 521 Banque 14.849.000
(Son chèque N°…) (Notre chèque N°…)

- Cas où les biens sont des immobilisations

Lorsque l’entreprise acquiert des immobilisations, l’avance versée s’enregistre comme suit :

Chez le fournisseur Chez le client


25/02/N 25/02/N
D : 521 Banque 3.500.000 D : 251 Avance et ac. / cde 3.500.000
C : 4191 Avance et acompte 3.500.000 C : 521 Banque 3.500.000

(Son chèque pour avance sur commande) (Chèque pour avance/immobilisations)

L’entreprise a acheté des micro-ordinateurs.

26/02/N 26/02/N
D : 411 Clients 14.849.000 D : 2442 Mat. info 15.550.000
D : 4191 Clients, A. et A. 3.500.000 D : 4451 TVA/immo 2.799.000

C : 701 Vente de march. 14.550.000 C : 481 Fourn. invest 14.849.000
C : 7071 Ports facturés 1.000.000 C : 251 Avances et ac/com 3.500.000
C : 4431 TVA / ventes 2.799.000
(Facture n°F33)
(Notre facture n°F33)

IV. AVOIRS PORTES SUR FACTURES ORDINAIRES


ULTERIEURES
Il peut arriver que le fournisseur plutôt que d’adresser à son client une facture
d’avoir, mentionne l’Avoir sur une facture ordinaire ultérieure (facture de Doit ultérieure). Dans ce
cas, les réductions ou les retours mentionnés sur cette facture de Doit doivent être comptabilisés
comme s’ils étaient portés sur une facture distincte d’Avoir (principe de la transparence).
Exemple : Le 16/03/N, la société TOCI envoie la facture N° 175 à son client YAO CI
HT :1.500.000F, remise 20%, escompte 5%, TVA 18%.
Sur cette facture de doit, l’entreprise TOCI mentionne un rabais de 75.000F se
rapportant à la facture n° 173.
T.A.F : Etablir la facture n° 175, puis l’enregistrer chez le client et chez le fournisseur

87
SOLUTION

TOCI
Facture N° 175
Etablie le 16/03/N
Doit YAO CI

HT 1.500.000
Remise 20 300.000
NET CCIAL 1.200.000
Escompte 5% 60.000
NET FINANCIER 1.140.000
TVA 18% 205.200

TTC 1.345.200

A DEDUIRE :
Avoir sur facture N°173 75.000

NET A PAYER 1.270.200

Chez le fournisseur Chez le Client


16/02/N
16/02/N
D 411 Clients 1.270.200 D 601 Achat de March 1.200.000
D 673Escomptes acc 60.000 D 4452 TVA/achat 205.200
C 701 Vente de March 1200.000 C 401 Fournisseur 1.270.200
C 4431 TVA sur vente 205.200 C 773 Escomptes obtenus 60.000
(facture N° 175) (factureN°175)
d° d°
D 701 Vente de March 75.000 D 401 Fournisseurs 75.000
C411Clients 75.000 C 601 Achat March 75.000
(Avoir porté sur facture N°175) (Avoir porté sur facture N°175)

V. LES PRODUTIONS D’IMMOBILISATIONS LIVREES A


SOI-MEME
L’entrée de l’investissement résulte ici non d’un achat mais d’une production
interne.
Dans ce cas, le coût de production est la valeur d’entrée de l’immobilisation
comprenant :
- Le coût d’achat des matières consommées ;
- Les charges directes de production telles que les salaires des ouvriers ayant participé à cette
production, les amortissements des machines utilisées…
- Une fraction raisonnablement rattachable à la production du bien de charges indirectes telles une
fraction du salaire du directeur de production.
88
EXEMPLE 1 : Le 01/03/N, l’entreprise BULL, fabricant de micro-ordinateurs conserve des micro
ordinateurs pour ses propres besoins (usage interne) .Montant 10 000 000F HT. TVA 18%
Les micro-ordinateurs sont mis en service le 15/03/N
TAF : Enregistrer cette facture conservation
15/03/N
D : 2442 Matériel informatique 10.000.000
D : 4451 TVA sur immobilisations 1.800.000
C : 722 Production d’immobilisations corporelles 10.000.000
C : 4434 TVA sur production livrée à soi-même 1.800.000
(Conservation de micro-ordinateur)

Exemple 2 : L’entreprise PEUGEOT réserve des voitures Peugeot 405 pour son personnel.
Montant : 80.000.000F HT. Ces voitures constituent des avantages en nature pour les travailleurs.
Elles sont mises en service le 01/04/N.
T.A.F : passer les écritures qui s’imposent.
01/04/N
D : 245 Matériel de transport 94.400.000

C : 722 Production d’immobilisations corporelles 80.000.000


C : 4434 TVA sur production livrée à soi-même 14.400.000
(Conservation de voitures)

VI. LES VENTES MARITIMES


Les ventes à l’embarquement revêtent deux aspects :
- le prix FOB (Free On Board) aussi appelé Franco à bord est pratiqué lorsque le
vendeur s’engage à livrer la marchandise à bord du navire de l’acheteur étranger. L’expéditeur a
charge de transporter la marchandise de l’usine jusqu’au port. L’expéditeur est dégagé de tout risque
éventuel au moment où la marchandise est embarquée.

PRIX FOB = Prix de la marchandise au port d’exportation + Droit de sortie (Droit de


douane)
- le prix CAF (Coûts, Assurances et Frêts) ou CIF (Cost., Insurance and Freight).
Dans ce cas, c’est l’exportateur qui fournit le navire et règle les frais et l’assurance maritime.
PRIX CAF = Prix FOB + Assurances + Frets

Les frais CAF s’enregistrent dans le compte « 601.Achats de marchandises »


A l’intérieur du pays, l’entreprise supportera d’autres frais que sont le transport,
les commissions et l’assurance.
Le transport s’enregistre au compte « 611.Transport sur achats »
Les commissions s’enregistrent au compte « 601.Achats de marchandises »
L’assurance s’enregistre au compte « 6256.Assurances transport sur achats »

EXERCICE
L’entreprise ABECI a effectué les opérations suivantes :
89
Le 05/07 : Facture n° 208 pour achat à crédit d’une machine chez Barnabé. Prix
brut : 1.300.000F HT ; remise : 5% ; transport : 200.000F HT ; TVA 18%. Le fournisseur utilise son
propre camion.
Le 09/07 : reçu facture n° 101 du fournisseur KONAN. Marchandises, brut HT : 1.020.000F ;
remise : 10% ; TVA 18% ; escompte : 2% si règlement au comptant.
Le 17/07 : - payé 1.000.000F HT à un transporteur pour le déplacement des
salariés de l’entreprise. (Chèque n° 93)
- facture n° 202 adressée au client KOUASSI ; Prix brut des marchandises :
2.440.000F ; remise : 5% ; transport : 180.000F HT payé ce jour par chèque n° 13 à un transporteur,
à la charge du client ; TVA : taux normal ; escompte : 5%
Le 20/07 : - reçu facture d’avoir n° 42 pour l’escompte de la facture n° 101 du
fournisseur KONAN. Payé le solde par chèque n° 113.
- Facture n° 303 du fournisseur KABO  ;Marchandises prix brut HT: 1.520.000F
HT : transport : 80.000F HT ; TVA 18%. Le fournisseur utilise son propre camion TVA taux normal.
Le 23/07 : Vente au comptant de la journée 319.800.000F contre chèque et
14.500.000F contre espèces TVA 18%.
Le 25/07 : - Achat d’une BMW pour la direction générale 28.000.000F H.T.
TVA taux normal (facture n°3)
- Reçu des marchandises du fournisseur ABOU et payé facture de transport au
camionneur : 300.000F HT (chèque n° 213)
Le 27/07 Reçu du fournisseur ABOU la facture n°205 pour des marchandises
livrées la veille brut HT : 2.510.000F, 1ère remise : 2% ; 2ème remise : 5%, TVA 18%, escompte : 3% 
05/07/N Le 28/07 retourné des marchandises à ABOU sur la livraison du 27/07 
brut HT 1.500.000F payé pour ce retour 100.000F HT de port a la charge de ABOU 27/07/N
(pièce de caisse
HT
n 04) 1.300.000
R 5% 65.000 HT 2.510.000
Le 29/07 reçu facture n°16 du réparateur du matériel de production montant
NC 1. 235.000 1ére R 2% 50.200
850000F HT, TVA 18% .
Port 200.000 1er NC 2.459.800
Le 30/07 reçu facture d’avoir n°501 de ABOU concernant le retour de
marchandises du1.435.000
28/07. 2e R 5% 122.990
T TVA
A F : 258.300 ces opérations.
1) Enregistrer NC 2.336.810
NAP 1.693.300
2) Faire la déclaration de la TVA du mois de juillet Escpte 3% 70.104
3) Régler la TVA de Juillet au 15 Août Net fin 2.266.706
09/07/N TVA 408.007
NAP 2.674.713
HT 1. 020.000 20/07/N
R 10% 102.000 Escpte = 2% x 918.000
NC 918.000 = 18.360 30/07/N
TVA 165.240 TVA = 18% x 18.360 HT 1.500.000
NAP 1.083.240 TVA = 3.305 ere
1 R2% 30.000
Escpte TTC = 21.665 er
1 NC 1.470.000
Montant du chèque = e
2 Rem5% 73.500
17/07/N 1.083.240 – 21.665 = e
2 NC 1.396.500
BRUT 2. 440.000 1.061.575 Escpte 3% 41.895
R 5% 122.000 Net fin 1.354.605
NC 2.318.000 TVA 18% 243.829
ESCPTE 115.900 20/07/N TTC 1.598.434
NET FIN 2.202.100 Port 100.000
HT 1.520.000
TVA 396.378 NAP 1.698.434
TRSP 80.000
TTC 2.598.478
1. 600.000
PORT 180.000
TVA 288.000 90
NAP 2.778.478
TTC 1.888.000
05/07/N
D: 241 Mat et out 1.435.000 d°
D: 4451 TVA/imm 258.300 D : 571 Caisse 14.500.000
C: 481 Frs d’invts 1.693.300 C : 701 vte m/ses 12.288.136
(Sa facture n° 208) C : 4431TVA/vte 2.211.864
09/07 (Vente contre espèces)
D 601 Ach m/ses 91.800 25/07/N
D 4451 TVA/achat 165.240 D 245 Mat trsp 33.040.000
C 401 Frs 1.083.240 C 481 frs d’invts 33.040.000
(Sa facture n°101) (Sa facture n ° 03)
17/ 07/N 26/07/N
D 614 Trsp de personnel 1.000.000 D 611 Transport/achat 300.000
C 521 Banque 1.000.000 C 521 Banque 300.000
(Notre chèque n°…) (Facture du transporteur)

D 613 Trsp pour le cpte de tiers 180.000 27/07/N
C 521Banque 180.000 D 601 Ach m/ses 2.336.810
(Notre chèque n°...) D 4452 TVA/ach 408.007
d° C 401Frs 2.674.713
D 411 Client 2.778.478 C 773 Escpte obt 70.104
D 673 Escpte acc 115.900 (Sa facture n°205)
C 701 vte de m/ses 2.318.000 28/07/N
C 4431 TVA/vte 396.378 D 613 Trsp imputable aux tiers 100.000
C 7071 Port 180.000 C571 Caisse 100.000
(Notre facture n° 202) (Sa facture n°…)
20/07/N
D 401Fournisseurs 1.083.240 29/07/N
C 521 Bque 1.061.575 D 624 Réparations 850.000
C 773 Escpte obt 18.360 D 4454 TVA/sce 153.000
C 4452 TVA /Ach 3.305 C401 Frs 1.003.000
(Notre chèque n° …) (Sa facture n°16)
d° 30/07/N
D 601 Ach m/ses 1.520.000 D 401 Frs 1.698.434
D 4452 TVA/ach 273.600 D 773 Escpte obt 41.895
D 611 Transp/achat 80.000 C 601 Ach m/ses 1.396.500
D 4453 Tva/transp/achat 14.400 C 4452 TVA/ach 243.829
C 401Fournisseurs 1.888.000 C 7071 Port 100.000
(Sa facture n°303) (Sa facture d’avoir n° 501) 91
23/03/N
C 701 Vte m/ses 271.016.949
C 4431 TVA/vte 48.783.051
(vente contre chèque)

92
CHAPITRE 13 : LES EMBALLAGES

I. DÉFINITION
Les emballages sont des objets destinés à contenir les matières, les produits et les
marchandises. Ils peuvent être utilisés exclusivement pour des besoins internes d’une entreprise ou
être livrés aux clients en même temps que son contenu.
Par extension, on désigne par emballage tout objet employé dans le
conditionnement. Exemple : cartons, sacs, fûts, citernes…

II. IDENTIFICATION DES DIFFÉRENTS TYPES D’EMBAL-


LAGES
Il faut distinguer deux types d’emballages : les matériels d’emballages et les
emballages commerciaux.

1. Les matériels d’emballages


Ils servent à loger les marchandises et les produits stockés dans l’entreprise et ne
sont pas livrés aux clients. Ils sont destinés à contenir ou à conditionner des produits, matières, et
marchandises manutentionnés dans l’entreprise. Ils constituent une immobilisation.
Exemple : citerne, cuve pour contenu des liquides.

2. Les emballages commerciaux


Ce sont des objets qui sont destinés à contenir les produits ou les marchandises qui
sont livrés à la clientèle en même temps que leur contenu, soit à titre définitif, soit à titre provisoire.
Par extension, les emballages commerciaux sont des objets employés dans les conditionnement de ce
qui est livré.
Il y a lieu de faire la distinction entre les emballages perdus et les emballages
récupérables.

a) Les emballages perdus


Ce sont des emballages qui sont vendus à la clientèle avec leur contenu. Ces
emballages ne sont pas repris par le vendeur. Le prix de la marchandise comprend la valeur de
l’emballage.
Exemples : pots de yaourt, bouchons, ficelles, plastiques, bouteilles en matières plastiques, boites
métalliques…

b) Les emballages récupérables


Ils sont prêtés ou consignés aux clients. Ils sont donc susceptibles d’être
provisoirement conservés par les tiers.
Exemple : casiers de boissons, bouteilles de Fanta, bouteilles de gaz …
93
Ils constituent normalement des immobilisations et sont enregitrés dans le compte
« 243.Matériels d’emballages récupérables et identifiables ». Toutefois, la plupart des emballages
récupérables ont un caractère de biens fongibles, non identifiables unité par unité, et leurs
mouvements sont liés à ceux des marchandises et produits vendus ; c’est pourquoi ils sont dans ce cas
assimilés à des stocks et classés dans le compte « 335.Stocks d’emballages ».
Il existe deux sortes d’emballages récupérables: les emballages récupérables
identifiables et les emballages récupérables non identifiables
- les emballages récupérables identifiables
Ils portent un numéro de série ou ils peuvent être identifiés grâce à leur date
d’acquisition ou de fabrication.
Exemple : fûts d’huile, bouteilles de gaz, palettes avec numéro, citernes…
Ces emballages peuvent être prêtés ou consignés.
- les emballages récupérables non identifiables
Ils sont vendus avec les produits et peuvent être consignés ou prêtés aux clients.
Ces emballages ne portent pas de numéro de série ; ils peuvent selon le cas être enregistrés soit en
immobilisation soit en stock.

3. La comptabilisation des mouvements d’emballages


a)Acquisition de matériels d’emballages
Constituant une immobilisation, le matériel d’emballages est comptabilisé au débit
du compte « 243.Matériel d’emballages récupérables et identifiables ». Cette comptabilisation se fait
au coût d’achat lors de l’entrée dans le patrimoine de l’entreprise .
Exemple : Acquisition d’une citerne pour le stockage de pétrole 2.000.000F HT ;
transport 250.000F HT (port avancé).

D : 243 Matériel d’emballage récupérable et identifiable 2.250.000


D : 4451 TVA sur immobilisations 360.000
C : 481 Fournisseur d’investissement 2.610.000
(Sa facture N°….)

La sortie des matériels d’emballages récupérables et identifiables sera étudiée


ultérieurement.
b) Les achats et les ventes d’emballages commerciaux
Les achats d’emballages commerciaux sont comptabilisés au débit du compte
« 608.Achat d’emballages commerciaux ».
Les ventes d’emballages commerciaux sont inscrites au crédit du compte
« 7071.Port, emballages perdus et autres frais facturés ».

c) Les ventes d’emballages perdus


94
Les emballages perdus sont vendus avec les marchandises qu’ils contiennent et leur prix est inclus
dans le prix de ces marchandises. Il n’y a donc pas lieu d’enregistrer ces ventes
dans un compte.

d) Les stocks d’emballages commerciaux


En fin d’exercice, un inventaire physique des emballages est effectué. Le stock final sera constaté et
le stock initial sera crédité pour solde.
Dans chacun des cas la contrepartie sera le compte « 6033.Variation des stocks d’autres
approvisionnements »
31/12/N
D : 333 Stock d’emballages

C : 6033 Variation des stocks d’autres approvisionnements

( constatation du Stock final )

D : 6033 Variation des stocks d’autres approvisionnements


C : 333 Stock d’emballages
( Annulation Stock initial )

95
CHAPITRE 14 : LA COMPTABILISATION DE LA
CONSIGNATION ET LA DECONSIGNATION
DES EMBALLAGES RECUPERABLES

Consigner, c’est facturer provisoirement des articles se trouvant chez le client.


Au moment de la restitution de ces articles (emballages), la première facture est remplacée par une
nouvelle qui est une facture d’avoir. Cette facture d’avoir concerne la déconsignation.

I. LES ECRITURES DE CONSIGNATION


La consignation d’emballages commerciaux s’enregistre toute taxe comprise, il
n’y a donc pas lieu de faire ressortir le montant de la TVA.
Exemple : soit la facture suivante.

BRACODI BP Xxl Abidjan, le 15 janvier N


B C n°141 TEL: 10 00 00 00
B L n°T 16 DOIT: AL HAYAT
BP 01 BP 13 Abidjan 01
TEL: 30-18-18-18-11
FACTURE N°43
Q PU Montant
33 cl Coca cola 2.500 200 500.000
33 cl Fanta 3.500 200 700.000
33 cl Sprite 4.000 200 800.000

MONTANT HT 2.000.000
TVA 18% 360.000

MONTANT TTC 2.360.000


EMBALLAGES 10.000 60 600.000

NET A PAYER 2.960.000


NB : Les emballages doivent être restitués avant le 30 janvier N.

TAF : Enregistrer cette facture chez le fournisseur et chez le client

CHEZ LE FOURNISSEUR BRACODI CHEZ LE CLIENT SCORE

_________________15/1/N_______________________________15/1/N______________
D 411 Client 2.960.000 D 601 Achat de march 2.000.000
D 4452 TVA/ achat march 360.000
96
C 702 Vte produits finis 2.000.000 D 4094 Frs créances/emb à rendre 600.000
C 4431 TVA/ventes 360.000
C 4194 Client dettes/emb cons 600.000 C 401 Fournisseurs 2.960.000

(Notre facture n 43) (Sa facture n 43)


______________ _____________________________ _______________

II. LES ECRITURES DE DECONSIGNATION


Le prix de reprise ou de déconsignation peut être égal ou inférieur au prix de
consignation.

- Cas où le prix de reprise est égal au prix de consignation


CHEZ LE FOURNISSEUR CHEZ LE CLIENT

La dette conditionnelle du fournisseur va La créance conditionnelle du client va


s’éteindre s’éteindre
________________22/1/N_______________________________22/1/N_______________
D 4194 Clients dettes/emb cons 600.000 D 401 Fournisseurs 600.000
C 411 Clients 600.000 C 4094 Frs créances/emb à rendre 600.000
(Notre facture n°.....) (Sa facture n°.......)
____________ ______________________________ ________________

- Cas où le prix de reprise est inférieur au prix de consignation


En réalité le fournisseur BRACODI reprend les 10.000 emballages à 50F l’un soit
500.000F. Donc le prix de déconsignation est inférieur au prix de consignation.
CHEZ LE FOURNISSEUR CHEZ LE CLIENT

La dette conditionnelle du fournisseur va La créance conditionnelle du client va


s’éteindre. Il va s’en suivre un gain pour le s’éteindre mais, il va s’ensuivre une perte pour
fournisseur appelé Boni. Ce Boni est TTC. le client. Cette perte s’enregistre également
Il y a lieu de ressortir la TVA sur le gain. HT. Cette perte est appelée Mali. Il y a lieu de
ressortir la TVA sur la perte

CHEZ LE FOURNISSEUR CHEZ LE CLIENT


__________ _________________________________ _______________
D 4194 Client dettes/emb cons 600.000 D 401 Fournisseurs 500.000
C 411 Client 500.000 D 6224 Mali sur emb 84.746
C 7074 Bonis/reprise 84.746 D 4454 TVA/achat 15.254
97
C 4431 TVA/vente 15.254 C 4094 Frs créances/emb à rendre 600.000
(Notre facture d’avoir n°...) (Sa facture d’avoir n°...)
_____________ __________________________________ _______________

Résultat TTC = 600.000 - 500.000 = 100.000


Résultat HT = 100.000 / 1,18 = 84.746
TVA/ résultat = 84.746 × 18% = 15.254

III. LES ECRITURES DANS LE CAS DE LA NON


RESTITUTION DES EMBALLAGES CONSIGNES PAR LE
CLIENT
Les emballages ne sont pas restitués soit pour motif de conservation, soit pour
motif de destruction

- Cas où les emballages sont conservés


Supposons maintenant que le client ALHAYAT conserve les emballages
consignés pour ses propres besoins. Il ne les restitue donc pas le 30/01/N
SOLUTION
CHEZ LE FOURNISSEUR BRACODI
Pour le fournisseur il s’agit d’une vente. Il y a lieu de faire ressortir la TVA sur
ventes.
_____________________________________01/02/N______________________________
D 4194 Clients dettes/emballages consignés 600.000
C 7074 Bonis et cession d’emballages 508.475
C 4431 TVA sur ventes 91.525
(Notre facture de doit pour non restitution)
____________________________________ _____________________________
CHEZ LE CLIENT SCORE
Pour le client, il s’agit d’un achat, il y a lieu de faire également ressortir la TVA.
___________________________________01/02/N________________________________
D 6082 Achat d’emballages 508.475
D 4452 TVA sur achats 91.525
C 4094 Frs créances pour emballages à rendre 600.000
( sa facture de Doit pour conservation d’emballages)
__________________________________ ________________________________

- Cas où les emballages sont détruits


Pour le fournisseur la destruction par le client constitue toujours une vente.
Pour le client, cette destruction constitue une perte.

CHEZ LE FOURNISSEUR CHEZ LE CLIENT


___________ ________________________________ _______________
98
D 4194 Client EC 600.000 D 6224 Mali sur emballages 508.475
C 7074 Bonis/emball cons 508.475 D 4454 TVA sur serv 91.525
C 4431 TVA sur vente 91.525 C 4094 Frs EàR 600.000
( facture n°... pour ( facture n °... pour notre destruction
non restitution d’emballages) d’emballages)
___________ ________________________________ ______________

NB :
1/ Lorsque la consignation se dénoue, c’est à dire que le client restitue, conserve
ou détruit les emballages, les comptes « 4094 » et « 4194 » fonctionnent comme suit :
- chez le fournisseur le compte « 4194 » est débité du prix de consignation
- chez le client, le compte « 4094 » est crédité du prix de consignation
2/ Le prix de reprise est noté :
- chez le fournisseur dans le compte client
- chez le client, dans le compte fournisseur
3/ La vente est notée :
- chez le fournisseur dans le compte « 7074.Bonis sur reprises et cessions d’emballages ».
- chez le client dans le compte « 6082. Achats d’emballages récupérables »
4/ La destruction est notée :
- chez le fournisseur dans le compte « 7074 »
- chez le client dans le compte « 6224 »

La SOLIBRA adresse la facture suivante à son client LEADER PRICE

SOLIBRA Abidjan, le 10 janvier N


Votre B C n°18 DOIT : LEADERPRICE
Notre B L n°003
FACTURE N°43
T V A HT 25%
REF DESIGNATION QUANTITE PRIX UNITAIRE PRIX TOTAL
25 CL Scheweppes tonic 480 75 36.000
25 CL Scheweppes orange 504 75 37.000

99
36 CL Mirinda 600 75 45.000
MONTANT HT 118.000
TVA 18% 21.240
MONTANT TTC 139.240
EMBALRECUPERABLES
CASIERS TTC 66 1.000 66.000

EMBAL RECUPERABLES
BOUTEILLES TTC 1.584 100 158.400
NET A PAYER 363.640
NB : Les bouteilles sont reprises à 100 F TTC, les casiers à 950 F TTC. Les emballages
doivent être restitués avant le 18 janvier N
TAF : 1°/ Enregistrer la facture chez le client et chez le client fournisseur
2°/ Passer les écritures de déconsignation chez le client et chez le fournisseur, sachant que le
client ne restitue pas 4 casiers comprenant chacun 24 bouteilles.
SOLUTION
1°/ Enregistrement de la Facture
CHEZ LE FOURNISSEUR CHEZ LE CLIENT
________________10/1/N__________________________10/01/N _______________
D 411 Client 363.640 D 601 Achat de march 118.000
C 701 Vte de pdts finis 118.000 D 4452 TVA/achats 21.240
C 4431 TVA sur ventes 21.240 D 4094 Frs Eà R 224.400
C 4194 Clients EC 224.400 C 401 Fournisseurs 363.640
(Notre facture n°...71) (Sa facture n°...71)
_____________ ________________________________ ________________

2°/ Les écritures de consignation


a. Les Casiers
4 conservés (vente)
66 casiers consignés
62 casiers restitués à 950 F TTC

- CONSERVATION DES 4 CASIERS


CHEZ LE FOURNISSEUR CHEZ LE CLIENT
_____________ _____________________________ ____________
D 4194 Client dettes/emb Cons 4.000 D 6082 Achat d’emb récup 3.390
C 7074 Bonis/repr et cession d’emb. 3.390 D 4452 TVA sur achats 610
C 4431 TVA sur ventes 610 C 4094 Frs créances/emb à rendre 4.000
(Facture de Doit n°...) (Sa facture de Doit n°...)
_____________ _____________________________ _____________

- RESTITUTION DE 62 CASIERS

100
Les comptes « 4194 » et « 4094 » enregistrent le prix de consignation  : 1.000 x 62 = 62.000
Le compte client et le compte fournisseur enregistrent le prix de reprise  : 950 x 62 = 58.900
3.100
Résultat HT = 3.100/1,18 = 2.627 ; TVA = 2.627 x 18 % = 473

CHEZ LE FOURNISSEUR CHEZ LE CLIENT


___________ _____________ _______________ ______________
D 4194 Clients, dettes/emb cons 62.000 D 401 Fournisseur 58.900
C 411 Clients 58.900 D 6224 Mali/emballages 2.627
C 7074 Bonis/repr et cession emb 2.627 D 4454 TVA sur achat 473
C 4431 TVA sur ventes 473 C 4094 Frs créances/emb à rend 62.000
(Facture d’Avoir n°...) (Sa facture d’Avoir n°...)
___________ _______________________________ ______________
b. Les bouteilles
4 casiers x 24 = 96 bouteilles conservées (vte /Ach)
1.584 bouteilles consignées
62 casiers x 24 = 1.488 bouteilles restituées à 100 F
prix de consignation
- CONSERVATION DES 96 BOUTEILLES

CHEZ LE FOURNISSEUR CHEZ LE CLIENT


_____________ _____________________________ ____________
D 4194 clients, dettes/emb cons 148.800 D 6082 Achat d’emb récup 126.102
C 7074 Bonis/repr d’emb 126.102 D 4452 TVA sur achats 22.698
C 4431 TVA sur ventes 22.698 C 4094 Frs, créances pour emb à rend 148.800
(Notre facture de Doit n°... pour (Sa facture de Doit n°...pour conservation
conservation d’emballages) d’emballages)
____________ _____________________________ _____________

- RESTITUTION DES 1488 BOUTEILLES


CHEZ LE FOURNISSEUR CHEZ LE CLIENT
_____________ _____________________________ ____________
D 4194.Clients, dettes/emb consignés 148.800 D 401 Fournisseur 148.800
C 411 Clients 148.800 C 4094 Frs créanc/emb à rend 148.800
(Sa facture d’Avoir n°...) (Sa facture d’Avoir n°...)
_____________ _____________________________ _____________
Pour un meilleur suivi de ses emballages récupérables, le magasinier tient une
fiche de stock

IV. REMPLISSAGE DE LA FICHE DE STOCK EN QUANTITE


La fiche de stock d’emballages récupérables permet de contrôler les mouvements
de ceux-ci.
Exemple 1 :

101
Les informations relatives aux flux d’emballages récupérables des casiers de
Fanta de la société SOLIBRA sont les suivantes.

Le 31/12/N, le stock en magasin est de 300, le stock en consignation est de 120


Le 05/01/N, le bon d’entrée mentionne 200
Le 06/01/N, le client SALIFOU restitue 60
Le 08/01/N, nous consignons à KOFFI 150
Le 18/01/N, vente à BEUGRE 80
Le 20/01/N, mise au rebut 15
Le 30/01/N, nous consignons à IRIE 30
TAF : Cette entreprise vous demande de remplir la fiche de stock des casiers de Fanta au mois de
janvier N
CASIERS DE FANTA (25 CL)
MOUVEMENT DU
STOCK DATES LIBELLES MAGASIN STOCK EN STOCK
GLOBAL CONSIGNATION GLOBAL
achats ventes pertes Entrée sortie stocks
31-12 Situation 300 120 420
initiale
200 05-01 Bon d’entrée 200 500 120 620
06-01 Restitution 60 560 60 620
de salifou
08-01 Consignation 150 410 210 620
à KOFFI
80 18-01 Vente à 410 130 540
BEUGRÉ
15 20-01 Mise au 15 395 130 525
rébut
30-01 Consignation 30 365 160 525
à IRIÉ

- Le stock global = stock en magasin + stock en consignation


- Les ventes constituent la non restitution d’emballages consignées
Exemple 2 :
Durant le mois d’octobre, les divers mouvements d’emballages récupérables TYPE A3 d’une
entreprise ont été les suivants (en quantité)
2 octobre, consignation client SIDIBE 10
6 octobre, achat d’emballages 200
18 octobre, consignation client APPO 27
22 octobre, retour cliente MOUHA 18
25 octobre, perte d’emballages 15
28 octobre, vente d’emballages 20
Le 1er octobre, le stock comportait 118 emballages dont 26 en magasin
TAF : On vous demande de présenter la fiche de stock
SOLUTION :
EMBALLAGES RECUPERABLES TYPE A3
MVT DU STOCK DATE LIBELLES MAGASIN STOCK EN STOCK
GLOBAL CONSIGNAT GLOB
102
achat vtes perte entrée sorties stock
01-10 Situation 26 92 118
initiale
02-10 Consignation 10 16 102 118
200 06-10 Achat 200 216 102 318
18-10 Consignation 27 189 129 318
22-10 Retour 18 207 111 318
15 25-10 Perte 192 111 303
20 28-10 Ventes 192 91 283

EXERCICE
L’entreprise KOFCI a effectué les opérations suivantes :
- le 29/9 vendu à crédit des marchandises. Les éléments de la facture n°272 sont les suivants
300 emballages A consignés à 500 F TTC l’un, port 200.000F HT ; escompte 2 %, TVA 18 %, 400
emballages B consignés à 800 FTTC l’un; remise 5%; 450 emballages C consignés à 600 F TTC
l’un ; marchandises 2.000.000 F HT. Nous utilisons notre propre camion pour la livraison des
marchandises.
- le 10/10 , reçu les emballages de type A repris à 500 F TTC l’un. Nous émettons la facture
d’avoir n°AV 15.
- le 12/10, reçu les emballages de type B repris à 700 F TTC l’un. Nous émettons la facture
d’avoir n° AV B45
- le 15/10, le client nous fait savoir qu’il n’est pas en mesure de nous restituer les emballages
de type C
-le 17/10. Adressons au client la facture de doit n°20 relative à la non restitution des
emballages de type C.
TAF :
1°/ Présenter la facture n°272
2°/ Enregistrer toutes ces opérations chez le fournisseur KOFCI et chez le client.

1°/ PRESENTATION DE LA FACTURE N°272


SOLUTION
Marchandises 2.000.000
Remise 5% 100.000
Net commercial 1.900.000
Escompte 2% 38.000
Net Financier 1.862.000
Port 200.000
2.062.000
TVA 18 % 371.160
TTC 2.433.160
Emballages A : 500 Fx 300 = 150.000
Emballages B : 800F x 400 = 320.000
Emballages C : 600 F x 450 = 270.000
Net à payer 3.173.160
2°/ Enregistrement
103
CHEZ LE FOURNISSEUR CHEZ LE CLIENT
___________ 29/09/ ____________ ___________ 29/09/ ___________
D 411 Clients 3.173.160 601 Achat de march. 1 900 000
D 673 Escompte accordés 38 000 611 Transport achats 200 000
C 701 vte de march. 1 900 000 4452 TVA/Achats 335.160
C 7071 Ports..... 200 000 4453 TVA/transport 36.000
C 4431 TVA/ventes 371.160 4094 Frs,Emb à R 740 000
C 4194 Clients E.C 740 000 401 Fournisseurs 3.173.160
773 Escomptes obtenus 38 000
(Notre facture n°272) (Sa facture n°272)
__________ 10/10______________ _________10/10_____________
D 4194 Clients E.C 150 000 D 401 Fournisseurs 150 000
C 411 Clients 150 000 C 4094 Frs, E à R 150 000
(Avoir n°A V 15) (Sa facture d’Avoir n° A V 15)
_________12/10________________ __________12/10____________
D 4194 Clients E. C 320 000 D 401 Fournisseurs 280 000
C 411 Clients 280 000 D 6224 Malis/emball 33 898
C 7074 Bonis/reprises 33 898 D 4452 TVA/achat 6 102
C 4431 TVA/ ventes 6 102 401 Fournisseur 320 000
(Avoir n°AVB 45) (Avoir n°AVB 45)

_________ 17/10________________ ____________17/10 ___________


D 4194 Clients EC 270 000 D 6082 Achat emball récup 228 813
C 7074 Bonis/ cessions 228 813 D 4452 TVA/Achat 41 187
C 4431 TVA/vente 41 187 401 Fournisseur 270 000
(notre facture de Doit n°20) (sa facture de Doit n°20)
________ _____________________________________ _________________

EXERCICE DE SYNTHESE SUR LES FACTURES


Présenter sous forme de journal, l’analyse des opérations suivantes :
- 10/11 : Facture V402 au client YAO : Marchandises : 585 000 F; remise 5%; TVA taux
normal; Transport 15 000 F payé ce jour à un transporteur par caisse.
- 12/11 :Facture A 105 du fournisseur AKA : prix brut des marchandises : 400 000F Net
commercial : 360 000 F ; TVA : taux normal; Transport 8 000 F/HT assuré par AKA.
- 13/11 : Facture d’avoir AV N°12 au client YAO : Rabais 10% sur la facture V 402
- 15/11 : Facture d’avoir AV n°101 du fournisseur AKA concernent la ristourne de 2% sur
nos achats du trimestre de 5.000.000 F TTC TVA : taux normal.
- 16/11 : Le client Yao paie par chèque la moitié du solde de la facture V 402 et bénéficie
d’un escompte de 2%
- 17/11 : Facture d’avoir de notre fournisseur AKA n°AV 41 pour notre retour de
marchandises sur la facture A 105 : prix brut des marchandises : 20 000 F. Transport payé ce jour
pour le retour par nous-mêmes par caisse à la charge de AKA : 2 000 F.
- 18/11: Reçu de notre locataire pour la location d’un entrepôt : 200 000F par chèque

104
-19/11 : Facture d’avoir n°AV13 au client YAO pour une ristourne de 50 000 F HT relative à
ses achats du trimestre. TVA : taux normal.
- 20/11: Payé 20 000 F par chèque pour un abonnement à une revue professionnelle.
- 25/11: Facture n°205 à BOUA : 2 000 000 , remise 5%, escompte 3%, TVA taux normal ; 1
700 emballages consignés à 800 F TTC l’un.10 / 11
- 30/11 : BOUA nous retourne 1 500 emballages. Prix de déconsignation : 500 F TTC l’un.
Nous
613 lui envoyons une facture
Transport relativedu
pour le compte à sa conservation du reliquat.
tiers 15 000

40110/11 Fournisseurs 15 000


March (Constatation des frais de transport) 585 000
Remise 5% 10 / 11 29 250
401
Net commercial Fournisseur 555 750 15 000
TVA 100 035
TTC 571 Caisse 655 785 15 000
Port (Règlement des frais de transport) 15 000
10 / 11
Net à payer 670 785
411 Client 670 785

701 Vente de m/ses 535 750


12/11
4431 TVA/vente 100 035
Brut HT 400 000
7071 Autres frais facturés 15 000
Remise 10% 40 000
(Facture de vente N°402)
Net Commercial 12 / 11 360 000
Transport
601 Achat de m/ses 8 000 360 000
611 Transport sur achat 368 000 8 000
TVA
445218% TVA/achat 66 240 64 800
4453
TTC TVA/port 434 240 1 440
401 Fournisseurs 434 240
(Facture d’achat n°105)
13/11
Rabais = 10% x 555 750 = 55 575 13 / 11
701 Ventes de marchandises 55 575
411
15/11 Clients 55575
(Notre729
Achat HT = 5.000.000/1,18 = 4 237 facture d’avoir n°112)
Ristourne HT = 2% x 4 237 729 = 84 755
15 / 11
401 16/11 Fournisseurs 84 755
Moitié du solde = ½ x 670 785 = 83.333
Escompte6019 RRR
HT 2% x 555 750 = obtenues 11 115 84 755
TVA/ escompte = 20% x 11115 = (Sa facture d’avoir n°101) 2 223
16 /11
Escompte
521 TTC Banque 13 301.046
338
Montant
673 du chèque = 340950
Escomptes – 13 338 =
obtenus 327 612
5.558
4431 TVA/ventes 1.001
17/11
Marchandises
401 Fournisseurs 20 000 301.605
Remise 10% (Chèque n°...) 2 000
Net commercial 17 / 11 18 000
TVA
613 18% Transport pour le compte du tiers 3 240
2000
TTC 21 240
Transport401 Fournisseurs 2 000 2000
Net à votre crédit (Sa facture n°...) 23 240
17 / 11
401 25/11Fournisseurs 2000
571 Caisse 2000
105
(Notre PC n°....)
Marchandises 2 000 000
Remise 5% 100 000
Net commercial 1 900 000
Escompte 3% 57 000
Net financier 1 843 000
TVA 18% 331 740
TTC 2 174 740
Emball consignés 1 360 000
Net à payer 3 534 740

30/11
Montant de la consignation  1.500 × 800 : 1.200.000
Montant de la déconsignation 1.500 × 500 : 750.000
Différence (Boni) TTC : 450.000
Différence (Boni) HT 450.000 / 1,18 : 381.356
TVA / Boni 450.000 – 381.356 : 68.644

17 / 11

401 Fournisseur 23 240


601 Achat de m/ses 18 000
4432 TVA récupérable / achat 3 240
7071 Autres frais facturés 2 000
(Sa facture d’avoir n°AV 41)
18 /11
571 Caisse 200 000 106
7073 Location 200 000 (PC n°....)
19 / 11
411 Clients 50 000
(Notre facture d’avoir AV 13) 20 / 11
2758 Autres dépôts et cautionnements 20 000
401 Fournisseur 20 000
(Sa facture pour abonnement)

20 / 11
401Fournisseur 20 000
521 Banque 20 000
(Notre chèque n°....)
25 / 11
411 Client 3 534 740
673 Escomptes accordés 57 000
701 Vente de m/ses 1 900 000
4431 TVA facture /vente 331 740
4194 Clients, emballages consignés 1 360 000
(Notre facture n°205)
30 / 11
Clients, dettes pour emballages consignés 1 200 000
411 Clients 750 000
7074 Bonis / reprise d’emballages 381 356
4432 TVA facture / vente 68 644
(Notre facture d’avoir n°....)


4194 Clie3nts, emballages consignés 160 000
7074 Bonis m/ses 135 593
4432 TVA facture / vente 24 407
(Notre facture de vente n°....)

107
4194

108
FICHE DE STOCK D’EMBALLAGES EN QUANTITE
MOUVEMENT Stock en Stock
DU STOCK DATES LIBELLES MAGASIN consignation global
GLOBAL
achats ventes pertes entrées sorties stocks

109
CHAPITRE 15 : LA TAXE SUR LA VALEUR

AJOUTÉE

L’une des ressources essentielles de financement des dépenses publiques est


l’impôt. La TVA fait partie de cet impôt.

I. GÉNÉRALITÉS
La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) est un impôt indirect puisqu’elle ne
s’applique pas sur le revenu des personnes physiques et morales mais sur leurs dépenses.
Lorsqu’on achète des chaussures, de la boisson, etc., on verse dans le prix du
bien ou service, un impôt, il s’agit d’un impôt indirect qui passe souvent inaperçu du consommateur
qui cependant en subit le poids.
Cet impôt de consommation frappe les affaires faites en Côte d’Ivoire par les
personnes qui, habituellement ou occasionnellement achètent pour revendre ou accomplissent des
actes relevant d’une activité autre que salariée et agricole.
La TVA frappe donc :
- les Achats
- les Ventes
- les Importations
- les Travaux immobiliers
- les Prestations de service
- les Choses ou services
Cet impôt a donc un caractère très général et s’applique à l’ensemble des
activités économiques. Toutefois, il existe un certain nombre d’opérations non imposables.

1.Opérations non imposables.


Elles sont de deux ordres qui sont les exemptions et les exonérations.

- Les exemptions
Les exemptions sont des opérations se situant en dehors du champ d’application.
il en existe trois :
- les Activités agricoles
- les Activités salariales
- les Exportations

- Les exonérations
Les exonérations sont les opérations se situant en principe dans le champ
d’application de la TVA, mais pour des raisons économiques et sociales en sont exclues. Il s’agit :
- des produits pharmaceutiques
- de certains produits alimentaires
- de certaines activités ( journaux , livres, pèches, fournitures de produits alimentaires d’origine
locale)
-des opérations d’assurance (soumises à des droits d’enregistrement spécifiques).
- les professions médicales et para- médicales
110
- les locations d’immeubles nus ( habitations ou usinage professionnel )
- les intérêts des prêts

2. Les modalités de la TVA


Nous verrons les taux, l’assiette et les caractères de la TVA.

a. Les taux
Le montant de la TVA est calculé sur la base d’un pourcentage imposé par le
service des impôts en fonction de la nature des marchandises. Ce pourcentage fixé par le service des
impôts est dit taux légal. Il existe un deuxième taux appelé taux d’incidence.
Le taux légal est celui qui appliqué au montant toute taxe comprise donne le
montant de la TVA.
Le taux d’incidence ou d’usage ou taux réel est celui qui appliqué au montant
hors taxe, donne le même montant de TVA.

taux légal t
Taux d’usage : t’ = = (pour un PV = 100 F)
PV HT 100 – t

TABLEAU DE CORRESPONDANCE
Montant HT Montant TTC
Taux de TVA 18% 15,26%
Montant de TVA X = X
Le taux d’incidence s’applique sur les montants hors taxe, alors que le taux légal
s’applique sur les montants TTC

b.L’assiette de la TVA
La TVA ne frappe que la valeur ajoutée, c’est la production disponible moins les
consommations intermédiaires.
 Principe
L’entreprise assujettie facture aux clients la TVA sur les ventes, mais ne reverse
à l’Etat que la différence entre cette TVA sur ses ventes et la TVA payée sur ses achats de biens et
services.,

TVA à payer = TVA sur ventes - (TVA sur


achats+TVA/transport+TVA/immob+TVA/sce et autres charges)

Exemple: Considérons les étapes suivantes dans le processus de fabrication et de distribution d’un
produit soumis à la TVA au taux normal de 18%.
Les prix de vente successifs hors taxes à chaque étape de production sont les
suivants :

- Entreprise de production de matières 200 F


- Entreprise de première transformation 800F
- Entreprise de finition livrant le produit 1200F
111
- Grossistes 1.500 F
- Détaillants 1.800F
- Consommateur final 2500 F
Les valeurs ajoutées successives s’élèvent à :
Valeur Σ Valeur
Prix de vente TVA
ajoutée ajoutée
Entreprises de productions de
matières premières 200 200 200 36
Entreprises de première
800 600 800 108
transformation
Entreprises de finition livrant
le produit aux grossistes 1.500 700 1.500 126
Détaillants 1.800 300 1.800 54
Consommateur final 2.500 700 2.500 126
Total 2.500 450

On constate que le prix de vente HT est formé par les sommes des valeurs ajoutées
produites soit 2.500F HT.
Le prix de vente hors taxe au consommateur est de 2500 F.
Le taux de la TVA étant de 18%, le prix de vente toute taxe comprise est :
Prix de vente HT 2.500
TVA 18% 450

Prix de vente TTC 2.950


La TVA est donc de 450F supportée par le consommateur final.
 Modalités pratiques
En réalité l’entreprise ne calcule pas la TVA sur la valeur ajoutée, elle détermine
la TVA sur les ventes et retranche la TVA payée sur les achats, les services, les immobilisations. La
différence constitue la TVA due.
La taxe due au titre du mois est à payer au plus tard le 15 du mois suivant.
Si la TVA récupérable est supérieure à la TVA facturée, il y a crédit de TVA. Ce
crédit de TVA sera reporté sur les déclarations suivantes.

c. Caractères de la TVA
La TVA est à la charge du client (acheteur final), les entreprises ne jouent que le
rôle de collecteur d’impôts. La TVA n’a pas d’influence sur le résultat.
La TVA facturée aux clients est une dette envers l’Etat.
La TVA récupérable sur les achats (TVA facturée par les fournisseurs) est une
créance sur l’Etat.
L’entreprise doit verser à l’Etat la différence entre la TVA facturée par elle et la
TVA facturée par les fournisseurs.

II. COMPTABILISATION
112
Nous comptabiliserons les opérations d’achat, ensuite les opérations de vente et
enfin la déclaration de la TVA.

1.Les opérations d’achat


On considère que la TVA versée sur achat est une avance payée à l’Etat. Elle est
donc enregistrée au débit du compte  « 44. Etat » et plus précisément dans les subdivisions
appropriées du compte « 445. Etat, TVA récupérable ». Ce sont :
- « 4451.TVA récupérable sur immobilisations »
- « 4452.TVA récupérable sur achats »
- « 4453.TVA récupérable sur transports »
- « 4454.TVA récupérable sur services extérieurs et autres charges »
Exemple 1 : L’entreprise HP fabrique des ordinateurs. Elle reçoit les factures suivantes :
Le 02/12/N, facture V708 relative à l’achat d’un matériel et outillage. Montant HT 50.000.000 F, taux
TVA 18%.
Le 14/12/N, facture du fournisseur Brown A37 relative à un achat de matières premières 750.000F
HT, TVA 18%.
Le 16/12/N, facture n°18 relative à l’entretien des machines de production 336.000 F TTC.
TAF : enregistrer ces opérations dans le journal de l’entreprise HP.
SOLUTION

02/12/N
D 241 Matériels et outillage 50.000.000
D 4451 TVA récupérable sur immob. 9.000.000

C481 Fournisseurs d’investissement 59.000.000


(Sa facture n° v 708)
14/12/N
D 602 Achat de matières premières 750.000
D 4452 TVA récupérable sur achat 135.000

C 401 Fournisseurs 885.000


(Sa facture n° a 37)
16/12/N
D 624 Entretiens, réparation et maintenance 284.746
D 4454 TVA récupérable sur services extérieurs et autres charges 51.254
C 401 Fournisseurs 336.000
(Sa facture n°)

2.Les opérations de vente


La TVA facturée sur les clients est enregistrée au crédit du compte « 44.Etat » et
plus précisément dans les subdivisions appropriées du compte « 443.Etat TVA facturée ». Ce sont :
- « 4431.TVA facturée sur ventes »
- « 4432.TVA facturée sur prestations de services »
- « 4433.TVA facturée sur travaux »
- « 4434.TVA facturée sur production livrée soi-même ».
Exemple 2 : L’entreprise HP a par ailleurs adressé les factures suivantes à ses clients :
113
- Le 18/12/N, facture V227 relative à une vente d’ordinateurs; Montant HT 120.000.000F
- Le 24/12/N, facture V228 relative à des travaux facturés. Montant TTC 600. 000 F
- Le 31/12/N, l’entreprise HP conserve pour ses besoins propres 10 ordinateurs de montant HT
10.000.000 F.
TAF : Enregistrer ces opérations dans les livres de KOUAME et FILS.
SOLUTION

18/12/N
D 411.Clients 141.600.000
C701 vente de produits finis 120.000.000
C 4431 TVA sur vente de 21.600.000
(Notre facture n° 227)
24/12/N
D 411.Clients 600.000
C 705 Travaux factures 508.475
C 4431TVA facturée sur vente 91.525
(Notre facture n° 228)
31/12/N
D 2442 Matériel info 10.000.000
D 4451 TVA sur immobilisation 1.800.000
C 722 Production d’immobilisations corporelles 10.000.000
C 4434 Facture sur PLSM 1.800.000
(Conservation de micro-ordinateurs)

3.La déclaration de la TVA


Le service des impôts fait obligation aux entreprises de faire une déclaration
mensuelle de la TVA.
La TVA à payer du mois, différence entre la TVA collectée (facturée aux clients)
et la TVA récupérable (déductible, facturée par les fournisseurs) doit être payée obligatoirement dans
la première quinzaine du mois suivant.
Lorsque cette différence est négative, c’est à dire TVA collectée inférieure à
TVA déductible (récupérable), l’entreprise ne versera rien à l’Etat au titre de ce mois, elle fera valoir
cette différence négative sur la déclaration du mois suivant. Il s’agit là d’un crédit d’impôt appelé
crédit de TVA.
En fin de mois il y a lieu de solder :
- d’une part les comptes de TVA facturée :
« 4431.TVA facturée sur ventes »
« 4432.TVA facturée sur prestations de services »
« 4433.TVA facturée sur travaux »
« 4434.TVA facturée sur production livrée à soi-même ».
- les comptes de TVA récupérable d’autre part
« 4451.TVA récupérable sur immobilisations »
« 4452.TVA récupérable sur achats »
« 4453.TVA récupérable sur transports »
« 4454.TVA récupérable sur services extérieurs et autres charges »

114
Le virement pour solde des comptes « 443.TVA facturée » et « 445.TVA
récupérable » dans le compte « 444 Etat, TVA due » permet :
- de mettre en évidence en fin de mois la dette de TVA envers l’Etat. Une créance peut être constatée.
Elle s’enregistre dans le compte « 4449.Etat, crédit de TVA à reporter »
- de ne pas cumuler les flux de TVA d’un mois avec ceux du mois suivant.

4. Schéma d’écriture de déclaration de TVA

a. Cas de dette de TVA (TVA due)


Fin de mois
D 4431 TVA facturée sur ventes
D 4432 TVA facturée sur prestation de services
D 4433 TVA facturée sur travaux
D 4434 TVA facturée sur production livrée pour soi-même
C 4451 TVA récupérable sur immobilisations
C 4452 TVA récupérable sur achats
C 4453 TVA récupérable sur transports
C 4454 TVA récupérable sur services extérieurs et autres charges
C 4441 ETAT, TVA DUE
(Déclaration de TVA du mois)
b. Cas de crédit de TVA
Fin de mois
D 4431 TVA facturée sur ventes
D 4432 TVA facturée sur prestations de services
D 4433 TVA sur travaux
D 4434 TVA facturée sur production livrée soi-même
D 4449 ETAT, CREDIT DE TVA A REPORTER
C 4451 TVA récupérable sur immobilisations
C 4452 TVA récupérable sur achats
C 4453 TVA récupérable sur transports
C 4454 TVA récupérable sur services extérieurs et autres charges
(Déclaration de la TVA du mois)

APPLICATION
Faire la déclaration de TVA du mois de décembre de l’entreprise HP
(Voir exemples 1& 2).

TVA à payer = TVA collectée - TVA déductible

TVA collectée = TVA sur ventes + TVA facturée sur PLSM


= (21.600.000 + 91.525) + 1.800.000
= 23.491.525

115
TVA déductible = TVA sur immobilisations + TVA sur achats + TVA sur transport + TVA sur
service et autres charges.
= 9.000.000 + 1.800.000 + 135.000 + 0 + 51.254
= 10.986.254

TVA due = 23.491.525 – 10.986.254 = 12.505.271

SOLUTION

Fin de mois
D 4431 TVA facturée sur ventes 21.691.525
D 4434 TVA facturée sur PLSM 1.800.000
C 4451 TVA récupérable sur immobilisations 10.800.000
C 4452 récupérable sur achats 135.000
C 4454 TVA récup sur serv. ext. et autres charges 51.254
C 4441 ETAT, TVA DUE 12.505.271
(Déclaration de TVA du mois de décembre)

c. Le règlement
Le 15/01/N+1, l’entreprise HP envoie le chèque n°1234563 à la DGI pour le
règlement de la TVA de décembre N.
TAF : Enregistrer cette opération
SOLUTION

15/01/N
D 4441 ETAT, TVA DUE 12.505.271
C 521 Banque 12.505.271
(NOTRE chèque n° 1234563 pour le règlement de la TVA de décembre N )

III. LA TAXE SUR LES PRESTATIONS DE SERVICES


Il existe une autre taxe sur le chiffre d’affaires appelée taxe sur prestations de
services (TPS).
Cette taxe s’applique uniquement aux opérations réalisées par les établissements
financiers et bancaires. Deux taux sont retenus à savoir la TPS sur agios bancaires et la TPS sur
commissions.

Montant HT Montant TTC


Agios 10% 9,09%
Commissions 25% 20%
NB : la TPS sur commissions n’est pas récupérable.

116
IV. APPLICATION
Voici les opérations effectuées par la SIDCI 03 BP 1031 Abidjan 03.
- Le 02/06, reçu facture n° 3 du fournisseur YAPI, marchandises brut HT 4.000.000 F
Transport 200.000 F HT. TVA taux 18%. Transport assuré par le fournisseur (il utilise son propre
camion).
- Le 10/06, facture N°2 adressée au client TOURE 2.000.000 F HT, TVA 18%
- Le 30/06, achat d’un matériel de production HT 50.000.000F TVA 18%, facture n° 11

- Le 06/07, facture 208 pour achat à crédit d’une machine chez BERNABE, prix brut :
1.300.000 F HT. Remise 5%, transport 200.000 F HT assuré par BERNABE ; TVA 18%
- Le 09/07, reçu facture 101 du fournisseur KONAN : Marchandises brut HT 4.020.000F, remise
10%. TVA 18%. escompte 2% si règlement avant le 25/07
- Le 17/07, payé au comptant 4.000.000 F HT à un transporteur pour le déplacement des salariés de
l’entreprise. Facture n°16 ; cheque n°93.
- Le 18/07 facture 202 adressée au client KOUASSI : prix brut des marchandises 2.440.000F HT,
remise 5% ; Transport 180.000 F HT payé ce jour par cheque n°13 à un transporteur, à la charge du
client TVA 18% ; escompte 5%
- Le 20/07, réglé facture n°101 (voir 09/07)
- Le 21/07, facture 303 du fournisseur KABO : prix brut des marchandises 1.520.000 F HT ;
transport : 80.000 F HT, le fournisseur utilise son propre camion TVA 18%.
- Le 23/07, vente au comptant de la journée 319.800.000F contre chèques, et 14.500.000F contre
espèces. TVA 18%.
- Le 25/07, achat d’une BMW pour la direction générale : 28.000.000F HT. TVA 18% facture n° 03.
- Le 26/07, reçu des marchandises du fournisseur ABOU et payé facture de transport au camionneur :
300.000 F HT (chèque n° 213 )
- Le 27/07, reçu du fournisseur ABOU la facture 205, pour des marchandises livrées la veille ; Brut
HT 2.510.000F ; 1ère remise 2%, 2ème remise 5%, TVA 18% ; Escompte 3%.
- Le 28/07, retourné des marchandises à ABOU sur la livraison du 27/07. brut HT 1.500.000F (facture
d’avoir n°417). Payé pour ce retour 100.000F HT de port à la charge de ABOU (pièce de caisse n°04)
-Le 29/07 reçu facture n°16 de BONENTRETIEN pour la réparation du matériel de production.
Montant 850.000 FHT ; TVA 18%.
- Le 30/07 reçu facture d’avoir n° 501 de ABOU concernant le retour de marchandises du 28/07
- Le 31/07 facture n°7 adressée au client SANOU résidant au Nigeria. montant 4.000.000F HT

TAF :
1) Enregistrer les opérations du mois de juin N
2) Présenter les comptes de TVA arrêtés à fin juin N
3) Calculer la TVA due ou le crédit de TVA du mois de juin N
4) Passer les écritures de déclaration de la TVA du mois de juin N
5) Liquider la TVA de juin N
6) Enregistrer les opérations du mois de juillet N
7) Présenter les comptes de TVA arrêtés à fin juillet N
8) Calculer la TVA due ou le crédit de TVA du mois de juillet N
9) Remplir la fiche de déclaration de la TVA du mois de juillet N
10)Comptabiliser la déclaration de la TVA de juillet N
11)Liquider la TVA du mois de juillet N le 15 août

SOLUTION
117
6) Enregistrement des factures de juillet
1) Enregistrement des opérations
05 /07 : facture n° 208 de 4453 TVA sur05/07 transport 4431 TVA sur ventes
juin
ht N 1.300.000 02/6: 36.000
241 Mat et outil SD 1.435.000 360.000 10/6 :360.000
36.000 SC
remise 5% 65.000 4451 TVA /immob 258.300
3) TVA due
2/06 :1.235.000
Net ccial FACTURE n°3
TVA due481 = TVA Frs collectée
d’immob – TVA 1.693.300
déductible
Transport 200.000 (Sa facture
TVA collectée = TVA / vente
n°208)
Marchandises 1.435.000 4.000.000 TVA déductible 09/07 = TVA/immob. + TVA /transport
Transport
TVA 18% 258.300 200.000 601 Achats March 3.618.000
+ TVA/achats + TVA/services
TTC 1.693.300 4452 TVA / achat
TVA/vente = 360.000 651.240
4.200.000 401 Fournisseurs
TVA /immobilisations 4.269.240
= 9.000.000
TVA 18 % 756.000 TVA (Sa facture n° 102)
/achats = 720.000
TVA /transport 17/07 = 36.000
TTC 09/07 : facture 4.956.000
n°101 TVA/services
614 Transport de personnel = 4.000.000 0
HT 4.020.000
02/06 401 Fournisseurs
TVA déductible 4.000.000
= 9.756.000
601Remise
Achats 10%
de March.402.000
4.000.000 TVA due = (Sa facture n°16)
360.000 – 9.756.000
NetTVA
4452 commercial
/ achat 3.618.000
720.000 401 Fournisseurs - 9.396.0004.000.000
TVA due =
611TVA 18% / achat 651.240
Transports 200.000 La TVA 521due est négative. Il s’agit4.000.000
banque donc d’un crédit de TVA
4453
NetTVA / transport4.269.240
à payer 36.000 (Notre chèque n° 93)
401Fournisseurs 4.956.000 4) écritures de déclaration de TVA
(Sa facture n°3) 30/06
18/07
18 /07: facture n° 202 613 Trsp imputable à tiers 360.000
4431 TVA/ ventes 180.000
HT 2.440.000
10/06 4449 Etat crédit de TVA 9.396.000
4014451fournisseurs 180.000
411reClients
mise 5% 2.360.000122.000 TVA /immob. 9.000.000
Net 701
commercial
Ventes March. 2.318.000
2.000.000 4452(Facture n°) 720.000
TVA / achat
4431 TVA 4453 TVAd/ transp 36.000
escompte 5% / vente115.900360.000
(Notre facture n°2) 401 Fournisseur 180.000
Net financier 2.202.100 (Déclaration TVA de juin )
TVA 396.378 521 Banque 180.000
TTC 2.598.478
30/06 (Notre chèque n°13)
241 Mat.payé
Port de production 180.000
50.000.000 Ce crédit de TVA sera déduit de la TVA d° à payer du mois de
4451 TVA / immobil 9.000.000 juillet.
411 Si Clients
la TVA à payer de juillet 2.778.478
ne couvre pas le crédit de
Net à payer 2.778.478
481 F/rs d’immobil 59.000.000 TVA de juin, la différence sera déduite de la TVA du mois
(Sa facture n° 11)
673 Escpte accordé 115.900
d’août et ainsi de suite.
20/07 701 ventes March 2.318.000
L’entreprise paie avant 4431 TVA / vente 396.378
2) le
les25/07/N,
comptes deelle
TVA bénéfice
arrêtés le 30 juin N 7071 ports facturés 180.000
D 4451 TVA sur
donc de l’escompte. immobilisations C
(Facture n° 202)
30/06 : 9.000.000 SD : 9.000.000
escompte HT= 5% x NC 20/07
= 5% x 3.618.000 401 Fournisseurs 4.269.240
= 180.900 521 Banque 4.055.778
DTVA 18% 4452 = TVA 32.562
achats C 773 escomptes obtenus 180.900
02/5 : 720.000 SD 720.000
4452 TVA / achats 32.562
Escompte TTC = 213.462
(Notre chèque)
Chèque = 4.269.240 – 213.462
= 4.055.778 21/07
601 achats March 1.520.000
4452 TVA / achat 273.600
611 Transport / achat 80.000
4453 TVA/ achat 14.400
401 Fournisseur 1.888.000
(Sa facture n°) 118
- 27/07 : facture 205
7) Les comptes de TVA arrêtés au 31/12/N TVA /vte 51.391.293
ht 2% 2.510.000 TVA collectée 51.391.293
D1ère remise
4431 5%
TVA sur ventes50.200C
18/7 : 396.378 TVA /immob. 247.000
1er nc 2.459.800
SC 51.391.293 23/7 : 50.994.915 TVA /achat 1.056.456
2e remise 5% 122.990
51.391.293 TVA / transport 14.400
2e nc 2.336.810 TVA / autres serv. 153.000
escompte 3% 70.104 TVA déductible 1.471.856
nf 2.266.706
TVA
D 408.007 C
4451 TVA / immob. TVA due = 51.391.293 – 1.471.856
NAP
5/07 : 247.000 2.674.713 = 49.920.437
SD 247.000
30/07 : avoir n° 501 9) Les écritures de déclaration de la TVA de
juillet N.
M/ses HT 1.500.000 Il existait à la fin juin 9.396.000 F de TVA à
1ere remise 2% 30.000 reporter.
D 4452TVA sur achats C
1.470.000
09/07:
2e remise651.240
5% 20/07 : 32.562
30.000 D’où TVA due = 49.920.437– 9.396.000
21/07:
Net 273.600
commercial 30/07 :243.829
1.396.500 = 40.524.437
17/07 :
Escompte 408.007
3% 276.391
41.895
NF SD 1.056.456
1.354.605 31/07/ N
TVA 243.829 4431 TVA /Ventes 51.391.293
1.332.847 1.332.847
1.598.434 4451 TVA / Immob. 247.000
Port payé 100.000 4452 TVA / Achat 1.056.456
NAVC 1.698.434 4453 TVA / Transp 14.400
4454 TVA Autres serv. 153.000
4449 Etat, crédit TVA 9.396.000
D 4453 TVA sur transports
23/07 C 4441 Etat, TVA à payer 40.524.437
21/07 : 14.400 319.800.000 (Déclaration TVA de juillet)
521 Banque SD 14.400
571 Caisse 14.500.000
701Vtes m/ses 283.305.085
10) Liquidation de la TVA due de juillet N
4431 TVA/vte 50.994.915
(Ventes au comptant) 4411 Etat, TVA à payer 40.524.437
D 4453 TVA sur services C 521 Banque 40.524.437
25/07
29/07 : 153.000 (Chèque n°)
245 Matériel de transport SD 153.000
33.040.000
481 Fourn. d’invest 33.040.000
(Facture n°3)
26/07
611Transport / achat 300.000
401 Fournisseurs 300.000
8) TVA due (Sa facture n°)
TVA due = TVA collectée – TVA déductible

119
CHAPITRE 16 : LES OPERATIONS DE TRESORERIE

Les opérations commerciales traitées par l’entreprise avec d’autres agents


économiques se traduisent finalement par des règlements financiers sous forme d’espèces, de
chèques, de virements, de lettres de change.

I. LE COMPTE « CAISSE »
C’est un compte de trésorerie.

1.Fonctionnement du compte « Caisse »


Le solde du compte « Caisse » est toujours débiteur. Il enregistre les flux
d’entrées et de sorties d’espèces. Il fonctionne comme suit :
« 571.Caisse »
DEBIT CREDIT
Les entrées en caisse Les sorties de caisse
- Ventes contre espèces - Achats contre espèces
- Règlements des clients en espèces - Règlements aux fournisseurs en espèces
- Retraits de la banque et des CCP -Versements d’espèces à la banque et au CCP
- Autres recettes en espèces -Paiements au comptant de charges (eau,
électricité etc.)

2.Application
Le 01/02/N, la situation de caisse est de 675.000F
Le 03/02/N, achat au comptant de 500.000F de marchandises
Le 04/02/N, vente au comptant de 1.500.000F de marchandises
Le 05/02/N, paiement des salaires du mois de janvier en espèces 1.300.000F
Le 15/02/N, avance au fournisseur KOFFI en espèces 200.000F
Le 21/02/N, règlement au fournisseur en espèces 100.000F
Le 22/02/N, le client FOFANA règle une partie de sa dette en espèces 400.000F
Le 25/02/N, dépôt de 300.000F en banque
Le 27/02/N, retrait de 3.000.000F en banque
Le 28/02/N, paiement du loyer en espèces 150.000F
T.A.F : Présenter le compte « Caisse »

SOLUTION
120
« 571.Caisse »
Dates Opérations Sommes Soldes
Débit Crédit Débiteurs Créditeurs
01/02/N Situation initiale 675.000 675.000
03/02/N Achat au comptant 500.000 175.000
04/02/N Vente au comptant 1.500.000 1675.000
05/02/N Paiement des salaires 1.300.000 375.000
15/02/N Avance au fournisseur 200.000 175.000
21/02/N Règlement au fournisseur 100.000 75.000
22/02/N Règlement du client FOFANA 400.000 475.000
25/02/N Dépôt en banque 300.000 175.000
27/02/N Retrait de la banque 3.000.000 3.175.000
28/02/N Paiement loyer 150.000 3.025.000
28/02/N TOTAL 5.575.000 2.550.000
28/02/N SOLDE DEBITEUR 3.025.000

II. LE COMPTE « 521.BANQUE »


C’est un compte de trésorerie. Ce compte à solde généralement débiteur peut
présenter un solde créditeur.
La loi oblige tout commerçant à être titulaire d’un compte bancaire au moins.
Les opérations réalisées par la banque pour le compte du déposant peuvent
entraîner des frais qui sont :
- des frais bancaires pour le service proprement rendu par les banques. Ce sont les frais sur titres
(achats, ventes et garde des titres), les frais sur effets, les autres frais bancaires.
- les intérêts sur prêts bancaires.
Par ailleurs, la banque peut rémunérer des fonds déposés chez elle en versant des
intérêts au déposant. Ces intérêts s’ajoutent à l’avoir en compte ; ce sont des revenus financiers.

1. Fonctionnement du compte « Banque »


Les « appauvrissements » du compte « Banque » sont notifiés au déposant par un
avis de débit, alors que les « enrichissements » du compte « Banque » lui sont signifiés par un avis
de crédit.
Le principe de fonctionnement du compte« Banque » est le suivant :
DEBIT CREDIT
Entrée de fonds « enrichissements » Sortie de fonds « appauvrissements »
-Versement en espèces -Retraits directs d’espèces
-Remise à la banque pour encaissement de -Chèques émis par nous en faveur de tiers
chèque en notre faveur -Virement émis par nous en faveur de tiers
-Virement en notre faveur -Paiement par la banque d’effets de commerce
-Remise d’effets de commerce en notre faveur dûs par nous
-Encaissement d’intérêts de revenus financiers -Commissions, frais et intérêts à notre charge
divers par la banque pour notre compte -Achat de titres
-Revente de titres placement

Le solde débiteur signifie un avoir en banque


Le solde créditeur est un dû à la banque

121
2.Application
Le 01/03/N, les fonds disponibles en banque s’élèvent à 30.000.000F
Le 05/03/N, avis de crédit N° 17 pour obtention d’un emprunt 5.000.000F
Le 08/03/N, virement bancaire N° 16 du client YAO 1.500.000F
Le 10/03/N, chèque n° 18 à l’ordre de BEDA 250.000F
Le 12/03/N, avis de crédit pour frais d’escompte d’effets 18.000F
Le 16/03/N, frais sur achat de titres 15.000F
Le 21/03/N, avis de débit pour paiement d’effets domiciliés 500.000F
Le 22/03/N, virement bancaire à l’ordre de ATSE 400.000F
Le 26/03/N, frais de garde de titres 15.000F
Le 27/03/N, retrait de 2.000.000F
Le 29/03/N, avis de débit pour règlement de la facture CIE 75.000F
Le30/03/N, achat de marchandises par chèque bancaire 600.000F
Le 31/03/N, ventes contre chèques 5.000.000F
T.A.F : Présenter le compte « Banque »

DEBIT CREDIT
Dates Opérations Montants Dates Opérations Montants
01/0 Avoir en banque 30.000.000 10/0 Chèque à l’ordre de BÉDA 250.000
3 Avis de crédit 5.000.000 3 Avis de débit /frais d’escompte 18.000
05/0 Virement du client 1.500.000 12/0 Frais/achat de titres 15.000
3 Ventes contre 5.000.000 3 Effet domiciliés 500.000
08/0 chèque 16/0 Virement bancaire pour ATSÉ 400.000
3 3 Frais de garde des titres 15.000
31/0 21/0 Retrait d’espèces 2.000.000
3 3 Avis de débit règlement facture CIE 75.000
22/0 Achat de marchandises 600.000
3 3.873.000
26/0 SOLDE DEBITEUR 37.627.000
3
27/0
3
29/0
3
30/0
3

31/0
3
Total 41.500.000 Total 41.500.000

III. LE COMPTE « 531.CHEQUES POSTAUX »


Le fonctionnement de ce compte est similaire à celui du compte « 521.Banques »
avec les différences suivantes :
- le compte ne peut être qu’exceptionnellement débiteur aux chèques postaux, dans les
limites contractuelles fixées au titulaire du compte.
- les chèques postaux (CP) assurent l’encaissement des chèques, virements et effets de
commerce, mais non l’escompte des effets de commerce.
122
- les commissions prélevées sont enregistrées au compte «631.Frais bancaires»
- un relevé est adressé au titulaire après chaque opération.

IV. LES COMPTES « 513 » ET « 514 » LIES AUX CHEQUES


- Le compte « 513.Chèques à encaisser »
Lorsque les chèques reçus en paiement sont nombreux, ils sont comptabilisés
dans un compte spécial d’attente : le compte « 513.Chèques à encaisser».
Ce compte est débiteur. Il fonctionne de la façon suivante.
DEBIT CREDIT
Réception des chèques Sortie des chèques pour encaissement

- Le compte « 514.Chèques à l’encaissement »


Lorsque l’entreprise sort le chèque pour encaissement, le compte « 514.Chèques
à l’encaissement » est utilisé.
Ce compte est débiteur. Son fonctionnement est le suivant :
DEBIT CREDIT
Remise des chèques à l’encaissement Avis de crédit de la banque

- Application
L’entreprise TOCI a réalisé les opérations suivantes :
Le 02/02/N, reçu chèque n° 1 du client TOURE 5.000.000F
Le 08/02/N, reçu chèque n° 2 du client BOUBA 1.000.000F
Le 12/02/N, reçu chèque n° 3 de KONAN 3.000.000F
Le 15/02/N, reçu chèque N° 4 de YEO 1.500.000F
Le 16/02/N, remise des chèques n°1 ; n°2 ; n°3 ; n°4 à l’encaissement.
Le 19/02/N, avis de crédit bancaire. Net 10.490.000F
T.A.F : Passer toutes les écritures qui s’imposent
NB : L’entreprise utilise les comptes de transition

- SOLUTION
02/02/N
D : 513 Chèques à encaisser 5.000.000
C : 411 Client TOURE 5.000.000
(Son chèque N°1)
08/02/N
D : 513 Chèques à encaisser 1.000.000
C : 411 Client BOUBA 1.000.000
(Son chèque N° 2)
12/02/N
D : 513 Chèques à encaisser 3.000.000
123
C: 411 Client KONAN 3.000.000

(Son chèque N° 3)

15/02/N
D : 513 Chèques à encaisser 1.500.000
C : 411 Client YEO 1.500.000
(son chèque N° 4)
16/02/N
D : 514 Chèques à l’encaissement 10.500.000
C 513 Chèques à encaisser 10.500.000

(remise des chèques N° 1 ; 2 ; 3 ; 4 à l’encaissement )


19/02/N
D : 521 Banque 10.490.000
D : 631 Frais bancaires 10.000
C : 514 chèque à l’encaissement 10.500.000

(avis de crédit pour encaissement)


Le compte « 50 » fait partie de la trésorerie. Etudions son intérêt et sa comptabilité.

V. LE COMPTE « 50.TITRES DE PLACEMENT »


Les excédents temporaires de liquidité de l’entreprise (liés aux variations
saisonnières ou aléatoires de son activité) sont souvent utilisés à l’acquisition de titres de placement
qui sont des titres acquis en vue de réaliser un gain à brève échéance (actions, obligations, ou bons du
trésor ou autres titres). Ces titres sont le plus souvent rapidement cédés (quelques semaines, quelques
mois …), la cession entraînant selon les cas une plus value ou une moins value par rapport au prix
d’acquisition. La plus ou moins value s’enregistre respectivement dans les comptes « 777.Gains sur
cessions des titres de placement » et « 677.Pertes sur cessions des titres de placements ».
L’acquisition des titres de placement s’enregistre au prix d’achat au débit du
compte « 50.Titres de placement », les frais d’achat s’enregistrent au compte « 6311.Frais sur titres ».
La sortie des titres s’enregistre au crédit du compte « 50.Titres de placement » au
coût historique c’est-à-dire au prix d’achat.
Exemple : La société CARECI effectue les opérations suivantes :
-Le 03/03/N, achat de 200 actions de la société ABICI au prix unitaire de 15.000F; les frais d’achat
s’élèvent globalement à 50.000F
-Le 30/03/N, vente de 150 actions ABICI au prix global de 2.505.000F
-Le 16/04/N, vente de 50 actions ABICI restantes au prix unitaire de 14.700F
T.A.F : Enregistrer ces opérations dans le journal de l’entreprise CARECI
03/03/N
D : 50 Titres de placements 3.000.000
D : 6311 Frais sur achat de titres 50.000
124
C : 521 Banque 3.050.000
(Achat de 200 titres ABICI)
30/3/N
D : 486 Créances sur cessions de titres de placement 2.505.000
C : 50 Titres de placement 2.250.000
C : 777 Gains sur cession de titres 55.000
(Cession de 150 titres ABICI)

D : 521 Banque 2.505.000

C : 486 Créances sur cession des titres de placement 2.505.000

(Avis de crédit n°…)

16/04/N
D : 486 Créances sur cessions de titres de placement 735.000
D : 677 Pertes sur cessions de titres de placement 15.000
C : 50 Titre de placement 750.000

(Cessions de titre de placement)



D : 521 Banque 735.000

C : 486 Créances sur cessions de titre de placement 735.000

(Avis de crédit pour cession de 50 titres de placement CARECI)

125
CHAPITRE 17  : LES EFFETS DE COMMERCE

I. DÉFINITION
Les effets de commerce sont des titres constatant l’obligation pour une personne
physique ou morale de payer à une autre, une somme indiquée à une date fixée.
L’effet de commerce peut être utilisé comme instrument de paiement ou comme
instrument de crédit. Les effets de commerce les plus utilisés sont : la lettre de change et le billet à
ordre.

1.La lettre de change


La lettre de change encore appelée traite est un écrit par lequel un créancier
(Fournisseur) appelé tireur donne l’ordre à son débiteur (client) appelé tiré, de payer à une date fixée
une somme déterminée, à une personne indiquée appelée bénéficiaire ou preneur.

2.Le billet à ordre


Le billet à ordre est un écrit par lequel une personne appelée souscripteur (client)
s’engage à payer à une autre appelée bénéficiaire une somme fixée, à une date déterminée.

II. EMISSION DES EFFETS DE COMMERCE


Les effets de commerce sont considérés pour le créancier comme des effets à
recevoir et pour le débiteur comme des effets à payer.
Les mouvements d’effets à recevoir sont enregistrés chez le créancier dans le
compte « 412.Clients, effets à recevoir » ou « 4852.Créances sur cessions d’immobilisations » ; effets
à recevoir pour les Créances à plus d’un an.
Les mouvements d’effets à payer sont enregistrés chez le débiteur dans le compte
« 402.Fournisseurs effets à payer » ou « 482.Fournisseur d’investissement, effets à payer »
Exemple :
- Le 02 / 02 / N , YORO vend des marchandises à crédit à son client ALI pour une valeur de
1.000.000 FHT payable le 31/ 03/N : facture n° 1
- le 03/ 02/ N, YORO vend des marchandises à crédit à son client BEUGRE pour une valeur de
500.000 FHT payable le 30/ 04/N : facture n° 2
- Le 14 / 02 / N , YORO vend des marchandises à crédit à son client COA pour une valeur de
2.000.000 FHT payable le 31/ 05/N : facture n° 3
- Le 17 / 02 / N, YORO vend des marchandises à crédit à son client DORE pour une valeur de
3.000.000 FHT payable le 30/ 06/N : facture n° 4
NB : la TVA est au taux normal de 18%.

TAF : enregistrer ces opérations chez le fournisseur YORO et chez ses clients.

126
chez le fournisseur YORO chez le client ALI

02/02/N 02/02/N
D 411 Client Ali 1.180.000 D 6011 Achat de mdses 1.000.000
C 701 Vente de mdses 1.000.000 D4452 TVA/ achat 180.000
C 4431 TVA/ vente 180.0000 C401 fournisseur 1.800.000
(Notre facture n° 1) (Sa facture N°1)

Chez le fournisseur YORO chez le client BEUGRE

03/02/N 03/02/N
D411 Client BEUGRE 590.000 D601 Achat de mdses 500.000
C701Vtes/mdses 500.000 D4452 TVA/Achat 90.000
C4431 TVA/Vte mdses 90.000 C401 Fournisseur YORO 590.000
(Notre facture n°2) (Sa facture n°…)
14/02/N 14/02/N
D411 Client COA 2.360.000 D 601 Achat de mses 2.000.000
C701 vte mses 2.000.000 D 4452 TVA/Achat 360.000
C4431 TVA/Vte 360.000 C401 fournisseur YORO 2.360.000
(Notre facture n°3) (Sa facture n°3)

17/02/N 17/02/N
D411 Client DORE 3.540.000 D601 Achat de mdses 3.000.000
C701 Vte de mdses 3.000.000 D4452 TVA/achat 540.000
C4431 TVA/Vte 540.000 C401 fournisseur YORO 3.540.000
(Notre facture n°4) (Sa facture n°4)

Après enregistrement des factures, des règlements sont effectués. Les règlements
par effets sont appelés émission d’effets de commerce.

Exemple

Les effets de commerce suivants sont émis pour le règlement des créances
- Le 17/03/N YORO tire la lettre de change n°1 sur ALI échéant le 31/03/N
- Le 18/03/N YORO tire la lettre de change n°2 sur BEUGRE échéant le 30/04/N
- Le 19/03/N YORO tire la lettre de change n°3 sur COA échéant le 31/05/N
- Le 20/03/N DORE souscrit le billet à ordre n°4 à l’ordre de YORO échéant le 30/06/N
TAF : passer les écritures qui s’imposent chez YORO et ses clients.

127
SOLUTION
Chez le fournisseur YORO Chez le client ALI
17/30/N 17/30/N
D412 Client EAR 1.180.000 D401 Fournisseur YORO 1.180.000
C411 Client ALI 1.180.000 C402 Fournisseur EAP 1.180.000
(Notre lettre de change n°1) (Sa lettre de change n°1)

Chez le fournisseur YORO Chez le client BEUGRE


18/03/N 18/03/N
D412 Clients, EAR 590.000 D401 Fournisseur YORO 590.000
C411 Client BEUGRE 590.000 C402 Fournisseur EAP 590.000
(Notre lettre de change n°2) (Sa lettre de change n°2)

Chez le fournisseur YORO Chez le client COA


19/03/N 19/03/N
D412 Clients, EAR 2.360.000 D401 Fournisseur, YORO 2.360.000
C411 Client, COA 2.360.000 C402 Fournisseur, EAP 2.360.000
(Notre lettre de change n°3) (Sa lettre de change n°3)

L’émission du billet à ordre s’enregistre comme celle de la lettre de change


Chez le fournisseur YORO Chez le client DORE
20/03/N 20/03/N
D412 Client, EAR 3 540 000 D401 fournisseur, YORO 3.600.000
C411 Client DORE 3 540 000 C402 fournisseur, EAP 3.600.000
(Son billet à ordre n°4) (Notre billet à ordre n°4)

III. LES SORTIES D’EFFETS DE COMMERCE POUR


REGLEMENT
Les sorties d’effets de commerce se font soit par encaissement direct chez le
client, soit par encaissement par l’intermédiaire d’une banque ou d’un centre de chèques postaux, soit
par remise à l’escompte, soit par endossements.
La sortie de l’effet du portefeuille est constatée chez le fournisseur au crédit du
compte « 412.Clients, effets à recevoir ». Sa contrepartie peut être soit la caisse, soit l’effet à
l’encaissement, soit Client effets escomptés non échus, soit fournisseur.
5…Caisse ou banque
ou 512 Effets à l’encaissement
D ou 415 Clients, effets escomptés non échus
ou 401 Fournisseur
C 412 Client, EAR
(Sortie d’effets)
128
1.Sortie des effets pour encaissement direct à l’échéance
Les effets peuvent sortir à l’échéance pour être encaissés directement par
l’entreprise.
Exemple 1 : L’entreprise YORO encaisse en espèces chez son client ALI, l’effet n°16
Echéant le 31/03/N.
TAF : Enregistrer cette opération chez le fournisseur YORO et chez son client ALI.
SOLUTION

Chez le fournisseur YORO Chez le client ALI


31/03/N 31/03/N
D571 Caisse 1.180.000 D402 fournisseurs EAP 1.180.000
C412 Client EAR 1.180.000 C571 Caisse 1.180.000
(Sortie pour encaissement chez le client) (Pièce de caisse)

2.Sortie des effets pour encaissement par l’intermédiaire d’une


banque
Si la traite est remise en banque ou dans un centre de chèques postaux pour
encaissement, l’enregistrement comptable se fera en deux temps : la constatation de la sortie de
l’effet, puis la réception du bordereau d’encaissement de l’effet.
- La sortie de l’effet du portefeuille
L’effet n’étant pas encaissé immédiatement par la banque, le compte banque ne
pourra être débité, il sera créé un compte de transition : le compte « 512.Effets à l’encaissement »
- La réception du bordereau de la banque ou de celui des CCP avisant du
paiement de l’effet
Cette opération entraîne généralement le prélèvement d’une commission par la
banque ou par les CCP. Cette commission s’inscrit dans le compte « 6312.Frais sur effets »
Exemple
- Le 02/04/N, le fournisseur YORO remet à la BICICI l’effet n°17 sur BEUGRÉ échéant
le 30/04/N. Montant de l’effet 600.000F.
- Le 02/05/N, le fournisseur YORO reçoit l’avis de crédit de la banque pour encaissement de l’effet.
Montant net 595.000F
TAF : enregistrer les opérations de remise à l’encaissement et d’avis d’encaissement
Solution
1) Mise à l’encaissement.
L’effet sort pour être encaissé par l’intermédiaire de la banque.

Chez le fournisseur YORO Chez le client YAO


02/04/N 02/04/N
D 512 Effets à l’encaissement 600.000
C 412 Clients, E à R 600.000 pas d’écriture
(Sortie d’effets pour encaissement par Le client attend toujours l’échéance pour
l’intermédiaire d’une banque) payer
2°) l’Avis d’encaissement de la banque
Chez le fournisseur YORO Chez le client YAO
129
Le compte « 512.Effets à l’encaissement » La réception de l’avis de domiciliation sera
soldé à l’issue de l’encaissement constatée par le règlement de l’effet.
02/05/N 02/05/N
D 521 Banque 595.000 D 402 Fournisseur EAP 600.000
D 6312 Frais / effets 5.000
C 521.Banque 600.000
C 512 Effets à l’encaissemt 600. 000 (Pour avis de domiciliation : notre règlement)
(Avis de crédit bancaire)

3.Sorties d’effets pour remise à l’escompte


Remettre un effet à l’escompte, c’est le vendre (négocier) à la banque avant la
date d’échéance afin de se procurer des disponibilités.
La banque retiendra un certain montant appelé frais d’escompte. Ce montant
s’inscrit dans le compte « 675.Escompte des effets de commerce ».
Exemple
Le 07 /05, YORO remet à l’escompte (négocie) l’effet n° 3 échéant le 31/05 /N
Le 09 /05 ; il reçoit le bordereau d’escompte indiquant un montant net de 2.340.000F
Le 02 / 06 ; l’entreprise YORO reçoit l’avis de bonne fin de sa banque 
TAF : Enregistrer ces opérations
SOLUTION
1) L’effet sort pour escompte

Chez le fournisseur YORO Chez le client COA


07/05/N 07/05/N
D 415 clients EENE 2.360.000 le client n’est pas concerné. Il attend
C 412 clients, EAR 2.360.000 toujours l’échéance pour payer .Il n’y a
(Sortie d’effets n°3) donc pas d’écritures à passer

2) L’avis de crédit de la banque

Chez le fournisseur YORO Chez le client COA


Quelques temps après, le fournisseur reçoit Le client n’est pas concerné
l’avis de crédit de la banque. Cette somme est une
avance faite par le banquier Cette avance se note
au crédit du compte « 565 Escomptes de
crédits ordinaires »
09/06/N 09/06/N
D 521Banque 2.340.000 Il attend toujours l’échéance pour payer. Il
D 675 Escomptes d’effet 18.182 n’y a donc pas d’écriture à passer.
D 4454 TVA/autres frais 1.818
C 565 Escompte de crédit 2.360.000
(Son Avis de crédit)

NB : Le compte « 565 Escomptes de crédits ordinaires » enregistre toujours le nominal.

3) L’avis de bonne fin.

130
Chez le fournisseur YORO Chez le client COA
Le fournisseur reçoit l’avis de bonne fin A l’échéance, le client règle l’effet.
(il a réglé sa dette). Alors, le compte 415
sera soldé de même que le compte 565

02/06/N 02/06/N
D 565 Escompte de crédits 2.360.000 D 402 Fournisseurs, EAP 2.360.000
C 415 Clients, EENE 2.360.000 C 521 Banque 2.360.000
(Avis de bonne fin) (Avis de débit bancaire)

4.Sortie d’effets pour endossement à l’ordre d’un tiers


La lettre de change peut être transmise par endossement. L’endossement est une
formule écrite au dos de l’effet par laquelle le bénéficiaire de l’effet, le transmet à son créancier.
Exemple : Le 13 Juin YORO endosse à l’ordre de son fournisseur WAYOU à qui il doit
5.000.000F le billet à ordre n° 4 souscrit par DORE client de YORO. Montant de l’effet 3.540.000F
TAF : Enregistrer cette opération chez YORO, chez WAYOU et chez DORE

Chez l’endosseur YORO Chez WAYOU l’endossataire


YORO est l’ancien bénéficiaire Il est le fournisseur de YORO, nouveau bénéficiaire

L’effet sortira du portefeuille de l’ancien bénéficiaire au profit du nouveau. Pour le dernier il aura
entrée d’effet dans le portefeuille.

13/06/N 13/06/N
D 401 Fournisseur WAYOU 3.540.000 D 412 Clients EAR 3.540.000
C 412 Client EAR 3.540.000 C 411 Client YORO 3.540.000
(Sortie de l’effet au profit de WAYOU) (Réception d’effet)

Chez DORE client de YORO


L’endossement ne concerne pas le client de l’endosseur. Nous savons que le client attend toujours
l’échéance pour payer. Il paiera donc le dernier bénéficiaire à l’échéance.
Effet sortie pour endossement
Présentation des schémas d’écritures
D 601 Achats de m/ses
Chez le fournisseur D 4452 TVA/ achats
C 401 Fournisseurs
(Sa facture n°…)
Effet sortie pour encaissement Effet sortie pour escompte
D 411Clients
D 411 Client D 411 Client C 701 Ventes de m/ses
C 701 Vente de m/ses C 701 Vente de m/ses C 4431 TVA/ventes
C 4431 TVA/vente C 4431 TVA/ventes (N/facture n°…)
(Facture n°…) (Facture n°…)
D 412 Clients, EAR
D 412 Client, EAR D 412 Client, EAR C 411 Clients
C 411 Client C 411 Client (Effet de commerce n°…)
(Effet de commerce n°…) (Effet de commerce n°…)
D 401Fournisseurs
D 512 Effet à l’encaissement D 415 EENE C 412 Client, EAR 131
C 412 Client, EAR C 412 Client, EAR (Sortie pour endossement)
(Sortie pour encaissement) (Sortie pour escompte)
Chez l’endossataire
D 521 Banque D 521 Banque
D 6312 Frais /effet D 675 Escompte des effets D 411 Client
C 512 Effet à l’enc. C 565 ECO C 701 Vente de m/ses
Avis de crédit pour encaissement) (Avis de crédit pour escompte) C 4431 TVA/ventes
(N/facture n°…)
D 565 ECO
C 415 Client, EENE D 412Client, EAR
(Pour solde des comptes 565 et 415) C 411 Client
(Pour règlement)

Chez le client
A l’achat
D 601 Achat de m/ses
D 4452 TVA / achat
C 401 Fournisseur
(Facture n°….)
D 401 Fournisseur
C 402 Fournisseur, EAP
(A la création de l’effet)
A l’échéance
D 402 Fournisseur, EAP
C 521 Banque
(Avis de débit ou de domiciliation)
APPLICATION
Exercice 1
- Le 01/02/N, émission de la facture N°20 de montant HT 20 000 000 au client A échéant le
31/03/N
- Le 05/02/N, émission de la lettre de change N°1 tirée sur le client A.
- Le 07/02/N, la lettre de change N°1 est envoyée à l’encaissement.
- Le 01/04/N, nous recevons l’avis de crédit pour l’encaissement de l’effet N°1. Net 23 450 000.
- Le taux de la TVA est de 18%.
TAF : Passer les écritures qui s’imposent chez le fournisseur et chez le client.

Exercice 2
- Le 03/04/N, facture N°21 au client B échéant le 31/07/N. HT 50 000 000
- Le 06/04/N, création de la lettre de change N°2 tirée sur B.
- Le 15/04/N, la lettre de change N°2 est envoyée à l’escompte.
- Le 17/04/N, nous recevons le bordereau d’escompte indiquant un avis de crédit de 58 900 000.

132
- Le 02/08/N, nous l’avis de bonne fin de la banque concernant le règlement de l’effet échéant le
31/07/N.
- L’entreprise est assujettie à la TVA au taux de 18%.
TAF : Passer les écritures qui s’imposent chez le fournisseur et chez le client.

Exercice 3
- Le 01/09/N, Touré achète des marchandises à Toubon. HT 160 000 000.
- Le 05/09/N, facture N°22 de Touré à son client C. Echéance 30/11/N. HT 100 000 000. TVA
18%.
- Le 07/09/N, Touré reçoit le billet à ordre N°44 du client C.
- Le 10/09/N, Touré endosse l’effet N°44 à Toubon.
- Le 12/09/N, Toubon escompte l’effet N°44.
- Le 14/09/N, la banque adresse à Toubon un avis de crédit mentionnant un net d’escompte de 117
800 000.
- Le 03/12/N, la banque informe Toubon du payement de l’effet N°44 par C.
- Le 15/12/N, Touré règle le solde de la facture de Toubon.

La TVA est de 18% .


TAF : Passer les écritures qui s’imposent chez Touré, chez Toubon et chez C.

CHAPITRE 18 : LES DIFFICULTES LIEES AUX


REGLEMENTS DES EEFETS

Un certain nombre d’incidents peuvent survenir dans le règlement des effets de


commerce. Ils sont généralement dus au tiré qui a des problèmes de trésorerie, et qui demande soit la
prorogation de l’échéance, soit une avance de fonds ou qui ne paye pas à l’échéance.

I. LA PROROGATION
Le titré prévient parfois qu’il lui sera impossible d’honorer sa signature à
l’échéance convenue ; il peut alors demander au tireur de remplacer ce premier effet par un second à
l’échéance plus éloignée.
Si l’effet est encore en portefeuille chez le tireur, celui-ci peut accéder à la
demande.
Le nouvel effet diffère du premier par :
133
- son échéance retardée d’un ou plusieurs mois,
- son nominal égal au nominal du premier, augmenté des majorations pour intérêts de retard et frais
de renouvellement, mis bien entendu, à la charge du tiré défaillant à l’échéance
Exemple : Le 17 janvier N, BODO prévient son fournisseur ATTOU qu’il ne pourra pas payer à
l’échéance du 31/01/N, l’effet N°5 de nominal 1.000.000 F que ATTOU avait tiré sur lui. BODO le
client sollicite un report à la fin février N. Le fournisseur donne son accord le 19/01/N. Il adresse le
21/01/N, la nouvelle lettre de change N°8 à fin février à ATTOU pour acceptation compte tenu
d’intérêts de retard au taux de 15% l’an, et de la récupération de frais 5000 F
TAF: Enregistrer ces opérations chez le fournisseur et chez le client.

SOUTION
Le travail va consister chez le fournisseur :
- à annuler l’ancien effet ;
- à imputer les intérêts et les frais au client ;
- à créer le nouvel effet.
Le client quant à lui, n’est pas concerné par l’annulation de l’ancien effet et la
création du nouvel effet.

1.Annulation de l’effet initial


L’annulation de l’effet fera réapparaître la créance chez le fournisseur et la dette
chez le client.
Chez le fournisseur chez le client
21/01/N 21/01/N
D 411 Client BODO 1.000.000 D 402 Fournisseur EAP 1.000.000
C412Clients, EAR 1.000.000 C401 Fournisseur ATTOU 1.000.000
(Annulation de l’effet N°5) (Annulation de l’effet N°5)

2.Imputation des intérêts de retard et frais divers au client


Le tireur impute les intérêts de retard et les frais divers à son client. Le temps à
retenir pour le calcul de l’intérêt est la durée s’écoulant entre l’échéance du premier effet et celle du
nouvel effet.
Nominal de l’ancien effet x taux x durée
Intérêts de retard =
36.000
La durée peut être en mois, dans ce cas le dénominateur sera de 1.200 au lieu de
36.000.
1.000.000 x 15 x 1
Intérêts de retard = = 12 500
1.200

Chez le fournisseur
21/01/N
D 411 Client BODO 17.500
C 7078 Autres produits accessoires 5.000
134
C 77 Produits financiers 12.500

(Imputation des intérêts et frais)

Chez le client
21/01/N
Pas d’écriture car le client ne sera informé du montant des frais qu’à la réception du nouvel
effet pour acceptation.

3.Création du nouvel effet


Le nominal du nouvel effet sera égal au nominal du premier effet plus les frais à la
charge du client.

Chez le fournisseur Chez le client


21/01/N 21/01/N
D 412 Client EAR 1.017.500 D 401 Fournisseur Attou 1.000.000
C 411 Client Bodo 1.017.500 D 6744 Intérêts/dettes 12.500
D 6288 Autres frais de télécoms 5000
C 402 Frs EAP 1.017.500
(Création nouvel effet) (Création nouvel effet)

ATTENTION: La dette en compte est de 1.000.000 F. La dette sera donc soldée pour 1.000.000F et
non 1.017.500 F

II. L’AVANCE DE FONDS


Lorsque l’effet n’est plus dans le portefeuille du tireur, celui-ci peut faire une
avance de fonds à son client.
En fait le tireur hésite le plus souvent à réclamer l’effet à la banque car:
- d’une part, la restitution par le banquier n’est pas toujours possible (effet réescompté auprès d’une
autre banque)
- d’autre part le retrait d’un effet jette le discrédit non seulement sur le tiré, mais également sur le
tireur remettant.
Aussi, le tireur est-il parfois amené à faire au tiré l’avance de fonds
nécessaire au paiement de l’effet; il crée ensuite une lettre de change dont le nominal est égal au
montant ainsi consenti augmenté des intérêts de retard et des frais divers

135
Exemple : FOLOU a négocié la lettre de change N° 7 échéant le 30/04/N, nominal 1.800.000F tiré sur
ABI. Il fait à ce dernier par virement bancaire du 23/04/N, l’avance de fonds N°10 à la fin de mai N à
ABI pour acceptation. Les frais récupérés s’élèvent à 8.000F. Les intérêts de retard sont au taux de
15%
TAF:
1) Enregistrer l’avance de fonds
2) Enregistrer les frais à la charge du client
3) Enregistrer le règlement du premier effet (effet domicilié)
4) Enregistrer le règlement du deuxième effet (effet domicilié)
NB: les intérêts de retard courent depuis l’échéance du premier effet, jusqu’à l’échéance du deuxième
Chez le fournisseur (tireur) Folou Chez le client (tireur) Abi

Envoie des fonds Réception des fonds

23/04/N 23/04/N
D 411 Client Abi 1.800.000 D 521 Banque 1.800.000
C521 Banque 1.800.000 C 401 Fournisseurs 1.800.000
(Avance de fonds au crédit) (Fonds reçus du fournisseur Folou)

constatation des frais et intérêts constatation des frais et intérêts


1.800.000 x 15 x 1
Intérêts de retard = = 22 500
1.200
d° d°
D 411 Client Bodo 30.500 Le client ne sera informé que lorsqu’il
C 7078 Autres prdts access 8.000 recevra la nouvelle lettre de change
C 77 Produits financiers 22.500 pour acceptation.
(Détermination des frais à imputer)

Emission de la nouvelle lettre de change Emission de la nouvelle lettre de change


23/04/N 23/04/N
D 412 Client EAR 1.830.500 D 401 Fournisseur Attou 1.800.000
C 411Client 1.830.500 D 6744 Intérêts/dettes 22.500
D 6288 Autres frais de télécoms 8.000
402 Fournisseurs EAP 1.830.500

(Création de la nouvelle lettre de change n°10) (Sa lettre de change N°10)

Paiement du 1er effet (effet n° 7) le30/04/N

Chez le fournisseur (tireur) Folou Chez le client (tiré) Abi


136
Le 1er effet (effet N°7) a été antérieurement Abi ayant reçu l’avance de fonds pourra
négocié, donc encaissé régler le premier effet (effet n° 7)
30/04/N 30/04/N
Pas d’écriture D 402 Fournisseurs EAP 1.800.000
C 521 Banque 1800000
er
(Règlement du 1 effet)

Folou attend le 30/04/N pour encaisser le Abi reste donc débiteur du dernier effet
dernier effet (effet N°7) (effet N°7) qu’il réglera à l’échéance du
31/05/N

A l’échéance du deuxième effet


L’échéance du deuxième effet est arrivée, l’effet sera payé par le client le 31/05/N.

Chez le fournisseur Chez le client


______________31/05/N________________________________31/05/N_____________
D 521 Banque 1.830.500 D 402 Fournisseur, EAP 1.830.500
C 412 Client EAR 1.830.500 C 521 Banque 1.830.500
(Avis de crédit) (Avis de débit)
_______________ _____________________________ ________________

III. LES EFFETS IMPAYES


A l’échéance, le client (le tiré) peut ne pas honorer sa dette. La créance du
fournisseur va réapparaître majoré des frais.
Les traitements comptables différent selon que l’effet est :
- présenté à l’encaissement par le tireur lui-même ;
- présenté à l’encaissement par l’intermédiaire d’une banque ;
- négocié ;
- endossé à l’ordre d’un tiers.

1.L’effet présenté à l’encaissement par le tireur lui même


Chez le fournisseur, la créance va réapparaître majorée des frais mis à la charge
du tiré. Quant au tiré (le client) il ne passera aucune écriture, car il n’effectue aucune opération.
Exemple: ASSO présente le 31/10/N au tiré KASSI, la lettre de change N°9 de 4.000.000 F arrivée à
échéance.
KASSI refuse de payer, ASSO fait dresser protêt faute de paiement. Le coût du protêt est
de 15.000 F
TAF : 1/ Enregistrer les frais du protêt
2/ Enregistrer le constat du non-paiement de l’effet
Chez le fournisseur Chez le client
________________31/10/N_____________________________31/10/N______________
D 6312 Frais/effets 15.000
C 571 Caisse 15.000 Pas d’écriture
137
(PC : Frais de protêt)
________________31/10/N_____________________________ 31/10/_______________
D 416 Client litigieux 4.015.000
C 412 Client EAR 4.000.000 Pas d’écriture
C 7078 Autres produits 15.000
(Créance devenue litigieuse)
____________________________________________________________________

2.L’effet présenté à l’encaissement par l’intermédiaire d’une banque


revient impayé
Chez le tireur, la créance va réapparaître majorée des frais. L’effet à
l’encaissement sera sans valeur.
Chez le tiré, aucune écriture n’est à passer.

Exemple: Wayo a remis l’effet n°12 de montant 3.000.000 F sur Ayi à l’encaissement à la BICICI.
Le client Ayi n’honore pas l’échéance du 30 septembre N.
Le 10 octobre N la BICICI envoie un avis de débit de 20.000F pour frais d’impayé

TAF: Enregistrer le non paiement de l’effet


Chez le fournisseur Chez le client
___________________10/10/N_____________________________10/10/N___________
D 6312 Frais/effets 20.000 Pas d’écriture car il refuse de
C 521 Banque 20.000 s’exécuter

(Avis de crédit pour effet impayé)


___________________31/10/N_____________________________31/10/N___________
D 416 Client litigieux 3.020.000
C 512 Effet remis à l’encaissement 3.000.000 Pas d’écriture
C 7078 Autres produits accessoires 20.000
(Effet à l’encaissement impayé)

Exercice d’application
- Le 01/01/N, facture N°1 au client ABC. Montant HT 10 000 000. Echéance le 31/01/N.
- Le 02/01/N, émission de la lettre de change N°10 tirée sur ABC échéant le 31/01/N.
- Le 05/01/N, la lettre de change N°10 est envoyée à l’encaissement à la banque.
- Le 02/02/N, la lettre de change N°10 revient impayée. Frais d’impayé 15 000F
138
TAF : Passer toutes les écritures qui s’imposent chez le fournisseur et chez le client.

3.L’effet escompté revient impayé


Chez le tireur, la créance va réapparaître majoré des frais. La banque ayant déjà
mis à la disposition du tireur les fonds, va les récupérer. Le compte banque sera donc crédité.
Chez le client, aucune écriture n’est à passer puisqu’il ne s’exécute pas.

Reprendre l’exercice ci-dessus en supposant que la lettre de change est envoyée à l’escompte le
05/01/N.
- Le 07/01/N, avis de crédit pour escompte 11 700 000.
- Le 02/02/N, la lettre de change revient impayée.

TAF: Passer toutes les écritures qui s’imposent chez le fournisseur et chez le client.

4.L’effet endossé revient impayé


L’effet impayé aura les conséquences suivantes :
- Chez le bénéficiaire (endossataire), l’effet devient sans valeur. Il faut l’annuler. Quant à la
créance, elle va réapparaître majorée des frais.
- Chez l’endosseur (premier bénéficiaire) sa créance vis à vis du tiré va réapparaître et sa dette
vis-à-vis du bénéficiaire va également réapparaître. Mais la créance et la dette seront majorées des
frais.
- Chez le tiré qui ne s’exécute pas, aucune écriture n’est à passer.
Exemple: L’entreprise Alou endosse le 11/10/N la lettre de change tirée sur Bah à l’ordre de Coffi.
Montant 500.000 F ; l’échéance est le 31/10/N. L’effet revient impayé le 10/11/N. Les frais mis à la
charge du client s’élèvent à 10.000F.
TAF : Passer les écritures qui s’imposent chez l’endosseur Allou, l’endossataire Coffi et chez le tiré
qui est le client Bah.

SOLUTION
er
Chez le 1 Bénéficiaire Allou (l’endosseur) Chez le dernier bénéficiaire Coffi
(l’endossataire)
________________10/11/N_______________________________10/11/N____________
D 416 Client litigieux Bah 510.000 D 6312 Frais sur effet 10.000
C 401 Fournisseurs Coffi 510.000 C 521 Banque 10.000
(Effet endossé revenu impayé) (Frais sur effet)
________________ _________________________________________________________d_______________________
Chez le tiré D 416 Client litigieux Allou 510 000
________________10/11/N________________ C 412 Client, EAR 500 000
C 7078 A. produits acc. 10.000
Pas d’écriture (Effet reçu, revenu imp.)

EXERCICE 1 (Effet à l’encaissement revenu impayé)

Le 02/03/N+1, l’entreprise Kouamé vend à son client Hervé des marchandises.


Montant 5 700 000 FTTC. TVA 18%
Le 05/03/N+1, l’entreprise Kouamé tire la lettre de change n°105 à l’ordre de
HERVE, nominal 5 700 000. Echéance 31/05/N+1.
Le 20/03/N+1, l’effet n°105 est envoyé à l’encaissement

139
Le 02/06/N+1, la banque nous informe que l’effet remis à l’encaissement est
revenu impayé. Frais 15.000F
TAF: passer les écritures au journal chez kouamé et chez Hervé

EXERCICE 2 (Prorogation d’échéance puis effet revenu impayé)

Le 5/12/N, l’entreprise Brou vend au client Kouamé pour 600 000 F HT de


marchandises. TVA 18%
Le 07/12/N, l’entreprise Brou tire la lettre de change numéro n°104 au
03/01/N+1 sur l’entreprise Kouamé pour solde.
Le 0712/N, Brou reçoit l’avis d’acceptation de son client Kouamé.
Le 21/12/N, l’entreprise Kouamé informe Brou qu’il ne pourra honorer sa traite à
l’échéance.
Le 22/12/N, l’entreprise Brou tire la nouvelle lettre de change N°106 au
03/03/N+1 acceptée par le tiré Kouamé en remplacement du premier. Cette nouvelle lettre de change
comporte le principal, les intérêts de retard à 12%, le montant du timbre fiscal à 200F, et les frais de
correspondance à 100 F.
Le 30/12/N, Brou négocie la lettre de change à la BIAO
Le 02/01/N+1, il reçoit un avis de crédit de 700 000 F pour effet négocié.
Le 04/03/N+1, le client Kouamé ne peut honorer sa dette à l’échéance du 03/03.
La banque retient 5 000 F sur le compte du tireur Brou
TAF: passer les écritures au journal classique chez Brou et chez Kouamé

EXERCICE 3 (Effet endossé revenu impayé)

- Le 25/06/N+1, l’entreprise Coulibaly vend des marchandises à crédit au client Kouamé. Montant
7 000 000 FHT. TVA 18%
- Le 01/07/N+1, l’entreprise Kouamé reçoit le billet à ordre N°5 souscrit par Waho. Nominal
8 260 000. Echéance le 31/07/N+1,
- Le 23/07/N+1, le billet à ordre n°5 est endossé à l’ordre de Coulibaly.
- Le 24/07/N+1, Coulibaly négocie le billet à ordre n°5 à la BICICI
- Le 27/07/N+1, Coulibaly reçoit le bordereau d’escompte mentionnant un net d’escompte de
8 200 000.
- Le 02/08/N+1, le billet endossé à l’ordre de Coulibaly revient impayé. Frais 20 000F.
TAF : Passer les écritures qui s’imposent chez Kouamé, l’endosseur, chez Waho client de Kouamé,
chez Coulibaly le bénéficiaire.

SOLUTION EXERCICE 1
Chez Kouamé le Fournisseur Chez Hervé le client

_________________2/03/N_______________________________2/03/N_____________
D 411 Client 5 700 000 D 601 Achat march 4 750 000
C 701 Ventes de m/ses 4 750 000 D 4452 TVA/Achat 950 000
C 4431 TVA/ ventes 950 000 C 401 Fournisseurs 5 700 000
(Notre facture n°...) (Sa facture n°...)
140
________________5/03/N_________________________________5/03/N____________
D 412 Clients, E à R 5 700 000 D 401 Fournisseurs 5 700 000
C 411 Clients 5 700 000 C 402 Frs E A P 5 700 000
(Notre lettre de change n°105) (Sa lettre de change n°105)
________________20/03/N_______________________________20/03/N____________
D 512 Effets remis à l’encaiss. 5 700 000 Pas d’écriture, le client attend
C 412 Clients, E A R 5 700 000 toujours l’échéance pour payer
(Effet n°105 remis à l’encaissement)
_________________2 /06/N_______________________________2/06/N_____________
D 6312 Frais /effets 15 000
C 521 Bque 15 000 Pas d’écriture
(Avis de débit bancaire)
________________ _____________________________ ______________
D 416 Clients litigieux 5 715 000
C 512 Effets remis à l’encaiss.  5 700 000 Pas d’écriture
C 7078 Autres produits accesseoires 15 000
(Effet n°105 à l’encaissement revenu impayé)
_____________ _________________________________ ______________ 

SOLUTION EXERCICE 2
Chez le fournisseur Brou Chez le client Kouamé
________________03/12/N_____________________________03/12/N______________
D 411 Client Kouamé 708 000 D 601 Achat m/ses 600 000
C 701 Vente m/ses 600 000 D 4452 TVA/ achat 108 000
C 4431 TVA/Ventes 108 000 C 401 Fournisseurs 708 000
(Notre facture n°...) (Sa facture n°...)
_________________05/12/N_____________________________05/12/N_____________
Pas d’écriture Pas d’écriture
_________________07/12/N______________________________07/12/N____________
D 412 Clients EAR 708 000 D 401 Fournisseurs 708 000
C 411 Clients 708 000 C 402 Fournisseurs EAP 708 000
(Notre lettre de change n°104) (Sa lettre de change n°104)
________________21/12/N______________________________21/12/N_____________

Pas d’écriture pas d’écriture

_________________ ___________________________ _____________

Le nominal du nouvel effet est égal au nominal de l’ancien effet (effet


n°104) + tous les frais à la charge du client
Les frais à la charge du client s’élèvent à :
708.000 x 12 x 2
141
-Intérêts = = 14.160 F
1.200
-Timbre fiscal = 200 F
-Frais de correspondance = 100 F
14 160 F
Nominal de l’effet remplaçant = 708 000 +14 160 = 722 460

_________________22/12/N___________________________22/12/N_______________
D 412 Clients, EAR 722 460 D 401 Fournisseurs 708 000
C 411 Clients 708 000 D 6288 Autres frais de télécoms 100
C 781 Ttransf.de charges 14 460 D 646 Droit d’enregistrement 200
D 6744 Intérêt / dettes com. 14 160
C 402 Fournisseurs EAP 722 460
(Création nouvelle L.C n° 106) (Création nouvelle L.C n° 106)
________________30/12/N____________________________30/12/N_______________
D 415 Clients EENE 722 460
C 412 Clients, EAR 722 460 Pas d’écriture
(Effet n°106 envoyé à l’escompte)
________________ ____________________________ _________________

___________02/01/N+1_______________________________02/01/N+1_____________
D 521 Banque 700 000
D 675 Escomptes des effets de cce 20 418 (Pas d’écriture)
D 4454 TVA/Frais 2 042
C 565 Escompte de C.O 722 460
(BIAO son avis de crédit n° )
______________04/03/N+1______________________________04/03/N+1___________
D 6312 Frais/effets 5 000 Pas d’écriture
C 521 Banque 5 000
(Avis de débit pour frais sur effet impayé
________________d°___________________________________ d°_____________
D 411 Clients litigieux 727 460
C 521 Banque 722 460 Pas d’écriture
C 7078 Autres produits accessoires 5 000
(Effet escompte revenu impayé
__________________d°___________________________________d°________________
D 565 Escompte C.O 727 460 Pas d’écriture
C 415 Clients EENE 727 460
(Pour Solde)
_________________ ______________________________ _______________
Exercice

142
L’entreprise PROYAOURTS vous communique les informations suivantes :
-6/1/N Pour des problèmes de trésorerie, nous ne sommes pas en mesure d’honorer notre échéance
concernant l’effet 444 tiré par Gbalet. Nominal 362 000F
- 8/1/ N, nous acceptons la nouvelle lettre de change de Gbalet. Nominal 370 000
- 9/1/N, Tiré traite n°1 au 28/2 sur Kipré. Montant 84 000F
- 11/1/N, reçu de Djangoné de Gohitafla endossés à notre ordre, les effets : n°2 au 15/2 sur N’dé
50 200F et n°3 au 15/2 sur Yapo de Boudépé 31 200F
- 12/1/N, nous avons endossé la lettre de change n°14 tirée sur Ahoua au 10/1 à l’ordre de Kanga.
Cette lettre de change nous revient impayée, frais impayé : 2 600F. nominal de la lettre de change
n°4 : 114 200
- 13/1/N, Tiré traité n°4 au 15/2 sur Kouachi de Brignan 36 000F
- 14/1/N, la BIAO nous retourne impayée la traite n°121, échéance fin décembre que nous avons
négociée à ses guichets. Il s’agit de la traite tirée sur Zékagnon, nominal 543 000, frais 4700.
- 15 /01/N, après entretien téléphonique avec Zekagnon, il s’engage à nous payer le 15/7.
Je tire sur lui une traite n°123 à cette échéance, compte tenu du principal, des frais récupérés et
d’un intérêt de retard au taux de 10% l’an. Nous lui imputons également 1 300F de frais que nous
avons engagés. Cette traite est acceptée ce jour même.
- 16/1/N, remis à l’escompte l’effet n°1 (9/1) et l’effet n°3 (11/1)
- 18/1/N, tiré sur Adépo d’Agou, à l’ordre de Kouassé la lettre de change n°22 au 15/3 de 81 700F
- 20/1/N, reçu de la banque le bordereau relatif à notre remise du 16/1. Net du bordereau 112 000F
- 25/1/N, Sibiri de Ouangolofitini, endosse à notre ordre une traite de 71 800F au 28/2 sur Passonté
- 30/1/ Accepté traite au 28/2 tirée sur nous par Tanoh : 78 000F
- 2/2/ Reçu de Django de Bouaké un billet à notre ordre au 28/2. Nominal : 32 700F
- 13/2/ Remise à l’encaissement à la banque de l’effet sur N’dé reçu le 11/1
- 18/2/ Reçu de la banque l’avis d’encaissement de notre remise du 13/2. Net du bordereau 50 000F
- 19/2/ Emission de billet à l’ordre du Guédé 150 000F
- 22/2/ Tiré sur Yelawa une traite de 72 300F au 31/3
- 25/2/ Reçu de Koffi, endossé à notre ordre, un billet de 52 300F au 31/3 souscrit par Wanda.
- 26/2/ encaissé directement en espèces la traite sur Passonté (25/1/)
- 27/2/ présenté à l’encaissement le billet reçu le 2/2 de Django
- 29/2/ l’effet nous revient impayé de la banque. Frais 2 700F (effet du 27/2)
- 1/3/ nous ne pouvons pas payer ce jour la lettre de change n°173 de Ayé. Montant 750 000. Nous
acceptons sa nouvelle traite n°201 échéant le 18/4. Nominal 768 400F.
TAF : Enregistrer au journal de l’entreprise Proyaourts ces opérations.

143
CHAPITRE 19  : LES FRAIS DE PERSONNEL

Les frais de personnel constituent souvent la charge la plus importante d’une


entreprise. Cette charge se subdivise en deux grandes catégories de charges :
- la rémunération du personnel ;
- les charges annexes (charges sur salaires).

I. QU’EST-CE QUE LE PERSONNEL DE L’ENTREPRISE ?


Le personnel de l’entreprise, c’est l’ensemble des personnes qui, se plaçant sous
l’autorité du chef d’entreprise, apportent leur travail en échange d’une rémunération convenue
appelée salaire ; le personnel est donc formé des « salariés » qui sont les ouvriers (personnel des
ateliers) ; les employés (personnel des bureaux), les cadres et le personnel de direction.
NB : ne sont par salariés de l’entreprise :
-l’exploitant individuel, dont la rémunération est constituée par le bénéfice net de l’entreprise
-les collaborateurs extérieurs à l ‘entreprise tels l’expert comptable ou l’ingénieur-conseil qui sont
rémunérés non par des salaires, mais par des honoraires comptabilisés au débit du compte
« 632.Rémunérations d’intermédiaires et de conseils »

II. LE SALAIRE
1.Définition
Le salaire est la rémunération d’une personne liée à l’entreprise par un contrat de
travail.
La rémunération du travail apporté par le personnel de l’entreprise s’appelle
selon les cas salaires, appointements ou commissions.

a)Les salaires

144
Il s’agit des rémunérations des ouvriers payés le plus souvent chaque quinzaine et
exceptionnellement chaque semaine ou chaque journée ; le salaire peut également être payé à la pièce.

b) Les appointements
Il s’agit des rémunérations des employés et des cadres payés mensuellement.

c) Les Commissions
Il s’agit des rémunérations des représentants de commerce employés par
l’entreprise.
Ces trois éléments que sont les salaires, les appointements, les commissions
constituent le salaire de base.

2.Le salaire brut


Le salaire brut se compose de la partie principale du salaire (salaire de base) et
des accessoires de salaire

a)Le salaire de base


Le salaire de base peut être un salaire mensuel ou salaire horaire.

b) Le salaire mensuel
Il est calculé sur la base d’un travail de 173 Heures 1/3 par mois. Ce volume
horaire s’obtient en faisant :
40 heures x 52 semaines

12 mois
La durée légale de travail hebdomadaire est de 40 heures
L’année compte 52 semaines
NB : le nombre d’heures journalier de travail est de 8 h

c) Le salaire horaire
Le salaire horaire est égal au taux horaire que multiplie le nombre d’heures
effectuées.
L’horaire normal est calculé sur une base de 40 h par semaine.
Le salaire horaire ou salaire mensuel constitue le salaire de base et s’enregistre
dans le compte « 6611 » ou « 6621 » Appointements, salaires et commissions

3.Les Accessoires de salaires


Les accessoires de salaires sont les Heures supplémentaires, les Primes, les
Gratifications.
Toute heure effectuée au-delà de 40 h par semaine est qualifiée d’heure
supplémentaire. Elle est rémunérée à un taux supérieur au taux de base. Ce taux est variable.

145
TRANCHES D’HEURES MAJORATION DU TAUX HORAIRE
e e
41 à la 46 heure 15%
47e à la 55e heure 50%
Heures de nuit des jours ouvrables 75%
Heures de jours des dimanches et jours fériés 75%
Heures de nuit des dimanches et jours fériés 100%
Les jours fériés légaux sont les suivants : 1er janvier, lundi de Pâques, jeudi de
l’Ascension, lundi de Pentecôte, fête de Ramadan, fête de Tabaski, 7 août fête Nationale, 15 août fête
de l’Assomption, 1er mai fête du travail, 1er novembre fête de Toussaint, 25 décembre fête de Noël.
Les heures supplémentaires s’enregistrent aussi dans le compte « 6611 » ou
« 6621 » Appointements, salaires et commissions

EXERCICE D’APPLICATION
Pendant le mois de janvier M. Kouadio Jules a effectué les heures suivantes :
ère
1 semaine : 51 h dont 8 h pendant un jour férié et 2 h de nuit pour ce même jour férié.
2e semaine   : 40 h
3e semaine  : 52 h
4e semaine  : 49 h dont 2h de nuit le dimanche
5e semaine  : 28 h pendant 3 jours
Sachant que M. Kouadio est rémunéré à un taux horaire de 1500F, déterminer
son salaire de base et ce qu’il gagne au titre des heures supplémentaires.
Correction

Tableau de détermination du salaire de base et des heures supplémentaires

KOUADIO Heures Heures Majoration


totales Normales 15% 50% 75% 100%
Semaine 1 51 40 1 8 2
Semaine 2 40 40
Semaine 3 52 40 6 6
Semaine 4 49 40 6 1 2
Semaine 5 28 24 4
T. h. effectuées 220 184 17 7 8 4
Taux horaire 1500 x 1,15 = 1.500 x 1,5 = 1500 x 1,75 = 1500 x 2 =
1500 F
1.725F 2.250F 2.625F 3.000F
Montants 354.075 276.000 29.325 15.750 21.000 12.000
HEURES SUPPLEMENTAIRES = 78.075
NB : - seuls les ouvriers et les employés peuvent bénéficier d’heures supplémentaires.
- les heures supplémentaires doivent être affectées d’abord aux heures de nuit des jours fériés et
dimanches, ensuite aux heures de jour des jours fériés et dimanches. Le reste sera affecté au taux de
15% puis 50%.
- les heures d’absence se déduisent des heures supplémentaires, dans l’ordre décroissant des
taux de majoration. Cette disposition a pour motif de décourager les absences.

a)Les primes

146
Ce sont des compléments de rémunérations consentis pour des raisons diverses. Il
existe plusieurs sortes de primes qui sont :

- Les primes d’assiduité


Elles sont instituées par certaines sociétés qui veulent récompenser les
travailleurs qui respectent les horaires établis, et qui sont souvent à leur poste de travail

- Les primes de rendement


Elles sont versées au personnel généralement ouvrier ayant une forte productivité

- Les primes d’outillage


Elles récompensent le personnel qui prend soin des outils mis à sa disposition.

- Les primes de responsabilité


Elles sont versées au personnel d’encadrement.

- Les primes de non-accident


Elles sont versées au personnel ouvrier n’ayant pas fait d’accident.

- Les primes de salissures


Elles sont attribuées au personnel qui exerce un travail de nettoyage ou jugé
insalubre.

- Les primes de tenue


Elles sont versées au travailleur qui porte régulièrement sa tenue de travail et son
badge.

- Les primes de panier

- Les primes d’ancienneté


Elles sont calculées en pourcentage sur le salaire minimum de la catégorie de
classement du travailleur.
Le pourcentage est le suivant :
- 2% du salaire de base après 2 ans d’ancienneté
- 1% du salaire de base par année de service supplémentaire jusqu'à la 25ème année.
EXEMPLE
Le salaire minimum de la catégorie professionnelle de M. Kouadio est de
200.000F. Il totalise 16 ans 4 mois de service.
NB : si le salaire minimum de la catégorie professionnelle n’est pas donnée, prendre le salaire de
base.
TAF : combien percevra M. Kouadio au titre de la prime d’ancienneté ?

147
SOLUTION
Les deux premières années rapportent par mois 200.000 x 2% (prime d’ancienneté)
Puisque chaque année supplémentaire (à partir de 2 ans) rapporte 1% du salaire
minimum de la catégorie, on aura par mois :
200.000 x (16 – 2) x 1% = 200.000 x 14 x 1% = 28.000 F
La prime d’ancienneté sera donc égale à 4000 + 28.000 = 32.000f
Il y a aussi la possibilité d’appliquer au salaire de base ou au salaire minimum de
la catégorie professionnelle un taux direct qui est égal au nombre entier d’année de travail lorsque
l’ancienneté dépasse 2 ans.
Prime d’ancienneté = 16% x 200.000 = 32.000 F
Les primes s’enregistrent dans le compte « 6612 » ou « 6622 » Primes et Gratifications

b) La Gratification
La gratification peut être appelée prime de fin d’année puisqu’elle est perçue en
fin d’année
Exemple : M. Kouadio bénéficie d’une gratification qui est égale au ¾ du salaire minimum de sa
catégorie : 200.000 x ¾ = 150.000 F
Gratification = 150.000F

La gratification s’enregistre dans le compte « 6612 » ou « 6622 » Primes et


gratifications.

c) Les commissions
Les commissions sont versées aux représentants qui perçoivent un pourcentage
du total des ventes. Elles s’enregistrent dans le compte « 6611 » ou « 6621 » Appointements, salaires,
et commissions.
EXERCICE D’APPLICATION : Détermination du salaire brut de M. Kouadio
Le salaire de base est 276.000F, les heures supplémentaires s’élèvent à 78.075F,
la prime d’ancienneté de 32.000F, la gratification est de 150.000F. En outre les autres primes sont
évaluées à 30.000 F
TAF : Calculer le salaire brut de M. Kouadio
SOLUTION
Salaire de base = 276.000 F
Heures supplémentaires = 78.075 F
Primes = 62.000 F (primes d’ancienneté + autres primes)
Gratifications = 150.000 F

Salaire brut en numéraire = 276.000 + 78.075 + 62.000 + 150.000 = 566.075

d) Le salaire en nature
Le salaire en nature est aussi appelé avantages en nature. En plus du paiement en
espèces, certains salariés bénéficient d’avantages en nature (logements, nourriture…)
148
La loi précise que le logement doit être fourni lorsque le travailleur n’a pas sa
résidence habituelle près du lieu de travail et ne peut se procurer un logement par ses propres moyens.
La nourriture est obligatoirement fournie aux ouvriers travaillant dans des
chantiers ou exploitations éloignées de tout centre d’approvisionnement.
NB : les avantages en nature sont des éléments du salaire brut, donc de la base taxable. La fiche
permettant l’évaluation des avantages en nature est la suivante :

TABLEAU 1 : LOGEMENTS ET ACCESSOIRES


Nombre de pièces principales Logement Mobilier Electricité (a) Eau (b)
1 60.000 10.000 10.000 10.000
2 80.000 20.000 20.000 15.000
3 160.000 40.000 30.000 20.000
4 300.000 60.000 40.000 30.000
5 480.000 80.000 50.000 40.000
6 600.000 100.000 60.000 50.000
7 et plus 800.000 150.000 70.000 60.000

(a) Electricité : Montant à majorer de 20.000 F par appareil individuel de climatisation ou par pièce
climatisée pour les installations centrales.
(b) Eau : Montant à majorer de 20.000 F pour les logements dotés d’une piscine
TABLEAU 2 : DOMESTICITÉ
Eléments Montant
Gardiens – jardinier 50.000
Gens de maison 60.000
Cuisinier 90.000

NB : les Avantages qui ne sont pas mentionnés sur le barème susvisé doivent être intégrés dans
l’assiette des impôts sur salaires à leur montant réel. Exemple : le téléphone
EXERCICE D’APPLICATION SUR LES AVANTAGES EN NATURE
M. Kouadio, marié père de deux enfants vivant avec lui, bénéficie d’avantages en
nature. Il loge dans un appartement de 4 pièces comportant du mobilier, l’une des pièces n’est pas
climatisée. Il bénéficie de l’eau. Pour la domesticité, il dispose d’un gardien. il bénéficie du téléphone
dont la facture s’élève à 40.000 F
TAF 
1) Evaluer les avantages en nature dont bénéficie M. Kouadio
2) Déterminer le salaire brut de monsieur Kouadio

Il dispose de 4 pièces dont 3 climatisées.


Tableau d’évaluation des avantages en nature
Libellés Montants
Logements 300.000
Mobilier 60.000
149
Electricité 40.000
Eau 30.000
Climatisation 20.000f x 3 60.000
Logements et accessoires 490.000
Gardiens 50.000
Domesticité 50.000
Téléphone 40.000
Frais réels 40.000
AVANTAGES EN NATURE 580.000

2) le salaire brut taxable de Kouadio Jules


Salaire brut taxable = salaire de base + heures supplémentaires + primes + gratification + avantages
en nature
Salaire de base = 276.000
Heure supplémentaire = 78.075
Primes = 62.000
Gratifications = 150.000
Salaire brut en numéraire = 566.075
Avantages en nature = 580.000
Salaire brut taxable = 1. 146. 075
NB : - Lorsque les frais réels sont inférieurs à ceux fixés par le barème, il est conseillé d’appliquer le
régime des frais réels. Les deux régimes ne peuvent pas être appliqués à la fois.
- Les véhicules mis à la disposition du travailleur ne constituent pas des avantages en nature.

III. LES INDEMNITÉS


Les indemnités constituent un élément du salaire, mais elles ne font pas en
principe partie du salaire brut (de la base taxable ou de l’assiette de l’impôt)
Les indemnités sont destinées à compenser ou à rembourser des frais réels
occasionnés par le travail.
La partie de l’indemnité non taxable = 10% x salaire brut provisoire en numéraire
Le salaire brut provisoire en numéraire = salaire brut en numéraire + l’indemnité
concernée.
Le salaire brut provisoire ne prend pas en compte l’avantage en nature.
Exemple : M. Kouadio perçoit une indemnité de représentation de 115.000F
TAF :
1) quel est le montant de l’indemnité de représentation non taxable ?
2) quel est le montant de l’indemnité de représentation à incorporer dans le salaire brut ?
3) quel est le salaire brut ?

150
SOLUTION
Salaire brut en numéraire 566.075
Indemnité de représentation 115.000
Salaire brut provisoire en numéraire 681.075
Indemnité de représentation non imposable = 10% x salaire brut provisoire en numéraire
= 10 % x 681. 075 = 68.107,5 soit 68.108F
Indemnité de représentation imposable = 115. 000 – 68. 108 = 46.892F
En définitive le salaire brut de Mr. Kouadio est de :
Salaire brut en numéraire 566. 075
Indemnité de représentation taxable 46. 892
Avantages en nature 580. 000
Salaire brut taxable 1. 192. 967

NB : le plafond non imposable de toutes les indemnités est égal à 10% du salaire brut provisoire en numéraire
comprenant l’indemnité concernée. Quant à l’indemnité de transport son plafond non imposable est de
25 000F.

IV. LES PARTIES PRENANTES AU SALAIRE


Des personnes ont droit de regard sur le salaire du travailleur. Ces personnes
sont :
- l’entreprise qui doit payer le salaire ;
- les organismes sociaux qui perçoivent une partie du salaire des travailleurs au titre des
cotisations pour le bien-être social (retraite …) des travailleurs ;
- l’Etat qui perçoit une partie du salaire du travailleur pour financer les dépenses publiques ;
- le travailleur qui ne percevra donc pas la totalité du fruit de son travail.

Nous verrons dans le chapitre suivant les retenues opérées sur le salaire du
travailleur.

151
CHAPITRE 20  : LES RETENUES SUR LES SALAIRES

Il existe deux types de retenues sur les salaires, à savoir les retenues obligatoires
(retenues à la source allant aux impôts et à la CNPS) et les retenues facultatives éventuellement.

I. LES RETENUES OBLIGATOIRES


Elles sont constituées par les retenues obligatoires fiscales et les retenues
obligatoires sociales.

RETENUES OBLIGATOIRES

SOCIALE (due à la CNPS) Fiscales (dues aux impôts)


CR IS – CN – IGR
CR = Cotisation à la retraite
IS = Impôt sur les salaires
CN = Contribution nationale
IGR = Impôt général sur le revenu

1.La retenue obligatoire sociale


Cette retenue à la source est reversée par l’entreprise à la CNPS. Le taux
applicable est de 6,3% du salaire brut plafonné à 1.647.315F. Cette somme de 1.647.315F représente
45 fois le SMIG.
Le SMIG c’est le salaire minimum interprofessionnel garanti il est de 36.607F en
Côte d’Ivoire.
La partie du salaire retenue devant aller à la CNPS s’enregistre dans le compte
« 431.Sécurité sociale ». Elle représente une dette de la société vis à vis de la CNPS. Cette dette est
aussi appelée dette sociale.
Application
Quel est le montant qui sera retenu à Kouadio Jules au titre de la caisse de retraite ?
SOLUTION
Le salaire brut est de 1.192.967F
CR = (14 % x 45 % ) x salaire brut plafonné = 6, 3% x 1.192.967
CR = 75 157 F

152
2.Les retenues obligatoires fiscales
Les retenues à verser au Trésor constituent des impôts. Les différents impôts
sont l’Impôt sur les traitements et salaires (IS) ; la Contribution Nationale (CN) et l’Impôt général sur
le revenu (IGR).
a) L’impôt sur les traitements et salaires
Le taux est 1,5% du salaire brut après abattement de 20%. Cela donne un taux
d’usage de 1,5% x 80% = 1,2%
IS = 1,2% x salaire brut

Application
Quel est le montant à retenir à Mr KOUADIO Jules au titre de l’IS ?
Solution
IS = 1,2% du salaire brut
salaire brut de Kouadio = 1.192.967 => IS = 1,2% x 1.192.967 = 14.316
ou bien IS = (1,5% x 80% ) x 1.192.967 = 14.316

b) La contribution nationale (CN)


Le taux est progressif suivant les tranches de salaire brut. Le salaire brut taxable
est égal à 80% du salaire brut
TRANCHES DE SALAIRES TAUX
[0 – 50.000 [ 0%
[50.000 – 130.000[ 1,5%
[130.000 – 200.000[ 5%
[200.000 – plus [ 10%
Application
Quel est l’impôt à retenir à Mr Kouadio au titre de la CN ?
Solution
Le salaire brut de Kouadio Jules est de 1.192.967F.
Salaire soumis à l’impôt ou assiette de l’impôt = 1.192.967 x 80% = 954.374
Tranches mensuelles Calcul du montant CN
de salaires imposable
Montants imposables Taux Impôts
[0 – 50.000 [ 50.000 – 0 50.000 0% 0
[50.000 – 130.000[ 130.000 – 50.000 80.000 1,5% 1.200
[130.000 – 200.000[ 200.000 – 130.000 70.000 5% 3.500
[200.000 – 954.374[ 954.374 – 200.000 754.374 10% 75.437
TOTAL 954 374 80.137

La CN est égale à 80.137 F.

c) L’impôt général sur le revenu ( IGR )


153
Il est calculé suivant un barème par tranches de salaire, en tenant compte de la
situation de famille du salarié (nombre de parts IGR). Le barème est le suivant :

TABLEAU D’IGR MENSUEL


R
Q= Formule
N
INFÉRIEUR À 25.000 NEANT
25.000 à 45.583 R x 10/110 – 2.273 x N
45.584 à 81.583 R x 15/115 – 4.076 x N
81.584 à 126.583 R x 20/120 – 7.031 x N
126.584 à 220.333 R x 25/125 – 11.250 x N
220.334 à 389.083 R x 35/135 – 24.306 x N
389.084 à 842.166 R x 40/140 – 44.181 x N
Supérieur à 842.166 R x 60/160 – 98.633 x N
Q = QUOTIENT
R = Revenu
N = Nombre de parts IGR
R = [salaire cédulaire – (IS + CN)] x 85%
R = [80% x salaire brut – (IS + CN)] x 85%
Le nombre de parts est fonction de la situation familiale du salarié.
SITUATION FAMILIALE NOMBRE DE PARTS
Célibataire ou divorcé Sans enfants 1 part
Célibataire ou divorcé Avec enfants 1,5 part
Marié ou veuf Sans enfants 2 parts
N.B
- un enfant à charge octroie 0,5 part en plus
- le nombre de parts ne peut en aucun cas excéder 5
Exemple : Quelle est la somme à retenir à Mr Kouadio Jules au titre de l’IGR sachant qu’il est marié,
qu’il est père de deux enfants et que son salaire brut sans abattement est de 1.192.967 F
Solution
R= [80% x salaire brut – (IS + CN)] x 85%
R= [80 % x 1.192.967 – (14.316 + 80.137)] x 85%
R= (954.374 – 94.453) x 85%
R= 730.933
Détermination de N
Mr Kouadio Jules est marié => 2 parts
Il a deux enfants : 0,5 part x 2 => 1 part
Au total, il a droit à 3 parts. N = 3 parts

154
R
Q=
N

Q = 730.533 / 3 = 243.644
Q = 243.644 => Q [220.334 – 389.083] ; d’où la formule de détermination de l’IGR :
Formule = R x 35/135 – 24.306 x N
IGR = (730.533 x 35/135) – (24306 x 3)
IGR = 189.901 – 72.918
IGR = 116.583

d) Le dû au trésor
La somme due au trésor est constituée par l’IS, la CN et l’IGR.
 IS = 14.316
 CN = 80.137
 IGR = 116.583
211.036
Les retenues obligatoires fiscales sont inscrites au crédit du compte « 447.Etat,
impôts retenus à la source ».

II. LES RETENUES FACULTATIVES


Elles sont constituées par les acomptes, avances, saisies–arrêts (oppositions)

1. Les acomptes
Les acomptes sont constitués des sommes avancées au travailleur et qui seront
récupérées sur le salaire à la fin du mois. Ils sont enregistrés dans le compte « 4212.Personnel,
acomptes ». Ce compte est débité lors de la remise de la somme d’argent au travailleur. A la fin du
mois, il est crédié pour solde.
Exemple : Mr Kouadio a perçu au cours du mois de mai un acompte de 40.000 F
TAF : Enregistrer cette opération.
Mai
D  4212 Personnel, acompte 40 000
C 571 Caisse 40 000
(PC n°)

2. Les avances
Les avances sont des sommes importantes « prêtées » au travailleur et qui seront
récupérées sur plusieurs mois de salaires. Elles s’enregistrent dans le compte « 4211.Personnel,
avances ».
Ce compte est débité lors de la remise de la somme d’argent au travailleur. A la
fin du mois, le compte est crédité pour le montant retenu.

Exemple : Kouadio a perçu une avance de 250.000F le 31/03/N remboursable de façon constante sur
10 mois.
TAF : Passer l’écriture qui s’impose au 31/03/N et celle du 30/04/N.

155
31/03/N
D 4211 Personnel, avance 250 000
C 521 Banque 250 000
(Notre chèque n° pour avance sur salaire accordée)
30/04/N
D 422 Personnel, rémunération due 25 000
C 4211 Personnel, avance 25 000
(Prélèvement sur l’avance octroyée)

3. Les oppositions
Les oppositions constituent des saisies–arrêts. La saisie–arrêt est décidée par le
juge. Elle est enregistrée au crédit du compte « 423.Oppositions ».
Exemple : Une opposition de15.000 F sur le salaire sera retenue.

156
CHAPITRE 21 : LA PAYE

Apres avoir déterminé le salaire brut et effectué les retenues, le salaire net à payer
sera déterminé puis payé au travailleur. Toutes ces informations seront consignées sur un document
appelé bulletin de salaire. L’entreprise pourra enfin grâce aux bulletins de salaire dresser un état
récapitulatif des salaires.

I. LE SALAIRE NET A PAYER


Sa détermination passe par le calcul du salaire net.

1.Le salaire net


Le salaire net, c’est la différence entre le salaire brut sans les avantages en
nature et les retenues obligatoires.

2.Le salaire net à payer


C’est le salaire que va percevoir le travailleur.
Salaire Net à Payer = Salaire Net - Retenues Facultatives + Indemnités non imposables
(destinées à compenser les frais supportés par les salariés à l’occasion de l’exercice de leur fonction)

3.Schéma de calcul du salaire net à payer


157
SALAIRE
BRUT

RETENUES SALARIALES
OBLIGATOIRES

SOCIALES FISCALES
CR IS – CN – IGR

AVA
NTAGES EN NATURE

SALAIRE NET

RETENUES FACULTATIVES
Avances – Acomptes – Oppositions – Saisies-Arrêts

INDEMNITÉS AYANT LE CARACTÉRE DE REMBOURSEMENT


+ Indemnités non imposables

Salaire Net à Payer


Un document appelé bulletin de salaire sera remis au salarié pour justifier la paye.

II. BULLETIN DE PAYE


1. Généralités
Le paiement des salaires a lieu pendant les heures de travail lorsque celles-ci
concordent avec les heures d’ouverture normale de la caisse.
L’employeur est tenu au moment de la paye de remettre au travailleur un bulletin
de salaire sur lequel est indiqué le salaire ainsi que toutes les sommes à percevoir ; les sommes à
déduire doivent être mentionnées pour permettre la lecture apparente de la somme nette à percevoir
par le travailleur.
Le bulletin de salaire est individuel et doit comporter obligatoirement les
mentions suivantes :
- Le nom et prénoms du salarié, éventuellement son adresse ;
- Le nom ou la raison sociale et l’adresse de l’employeur ;
- Le numéro d’immatriculation du salarié (registre employeur) ;
- La date de paiement du salaire ;
- La période sur laquelle la paye est effectuée ;
- Le classement du travailleur dans la classification professionnelle ;
- Le montant du salaire en espèces et en nature s’il y a lieu ;
- Les primes et les indemnités ;
- Les heures supplémentaires ;

158
- Les différentes retenues ;
- Le total de la rémunération nette à percevoir ;
- Le numéro sous lequel les cotisations prélevées sur le salaire sont versées à la CNPS.
En cas de contestation sur le contenu du bulletin de paye, le travailleur peut demander à
l’employeur, la justification des éléments ayant servi à l’établissement de ce bulletin. Il peut se
faire assister par un délégué du personnel, ou au besoin, un représentant syndical.

2. Enregistrement du bulletin de paie


Nous disposons des renseignements suivants relatifs au travailleur KOUADIO
(voir les calculs précédents).
TAF : Présenter le bulletin de salaire de Mr KOUADIO Jules

159
SOLUTION

Bulletin de salaire de Mr Kouadio Jules

ENTREPRISE FINACI

Bulletin de salaire établi le : 24 mai N


Période du 15 avril au 15 mai N
Catégorie professionnelle : 2e catégorie
Numéro d’ordre 37
Adresse : 03 BP 80 Abidjan 03
Matricule CNPS : 661 z
Emploi : Technicien Supérieur
Salaire de base : 1500 x 184 Heures 276.000
Heures supplémentaires : 78.075
17 heures suppl. à 15% = 29.325
7 heures suppl. à 50% = 15.750
8 heures suppl. à 75% = 21.000
4 heures suppl. à 100% = 12.000
Primes 62.000
Gratification 150.000
Indemnité de représentation imposable 46.892
Salaire brut en numéraire 566.075
Avantages en nature 580.000
SALAIRE BRUT IMPOSABLE (1) 1.192.967
Retenues obligatoires fiscales : 211.036
ITS = 14.316
CN = 80.137
IGR = 116.583

Retenue obligatoire sociale 75.157


CR = 75.157
Retenues obligatoires (2) 286.193

Avantages en nature (3) 580.000


Salaire net (4) =(1)-(2)-(3) 326.794
Indemnité non imposable (5) 68.108
Acomptes (6) 40.000
Avances (7) 25.000
Oppositions (8) 15.000
(9)SALAIRE NET A PAYER = (4)+(5)-(6)-(7)-(8) 314.882
Signature de l’employé Salaire paye le 05 / 12 / n n° 50
Cachet de l’employeur

3.Enregistrement du bulletin de salaire de Mr KOUADIO Jules


160
NB : « 6611 » = Salaires, Appointements, Commissions + Heures supplémentaires

D : 6611 Appointements salaires, commissions, pers national 354.075


D : 6612 Primes et gratifications, pers national 212.000
D : 6638 Indemnité forfaitaires 115.000
C : 422 Personnel, rémunérations dues 681.075
(Suivant bulletin de salaire n°50 de Mr KOUADIO)

D : 422 Personnel rémunération dues 286.183
C : 4471 Impôt général sur le revenu 116.588
C : 4472 Impôt sur les salaires 14.316
C : 4473 Contribution nationale 80.137
(Retenues obligatoires fiscales selon le bulletin)
d° d°
D : 422 Personnel, rémunérations dues 75.157
C : 4313 Caisse de retraite obligatoire 75.157
(Retenue obligatoire sociale selon le bulletin)

D : 422 Personnel, rémunérations dues 80.000
C : 4211 Personnel, avances 25.000
C : 4212 Personnel, acomptes 40.000
C : 4223 Personnel, oppositions, saisies arrêt 15.000
(Retenues facultatives selon le bulletin)

D : 422 personnel ; rémunérations dues 314.882
C : 521 Banque 314.882

(Notre chèque n°… pour règlement du salaire net à payer de Mr KOUADIO)

III. LA CENTRALISATION DES SALAIRES


En pratique, on ne procède pas à l’enregistrement individuel des bulletins de
salaire. On fait plutôt une centralisation des salaires : c’est un état récapitulatif des salaires qui est
appelé livre de paye.

Le livre de paie se présente comme suit :

161
N° Noms Salaires Heures Primes Gratifi Indem. Avantage Salaires
& de Supplém. cations imposab. nature. Bruts
Prénoms base
1
2
3
4
5
6
T

N° Noms Impôts CNPS Acomp- Avances Opposi Indem. Avant Salaire


& Tes - non en net à
Prénoms tions Impos. nature payer
IS CN IGR CR
1
2
3
4
5
6
Total

162
V. APPLICATION
L’entreprise SIATCI, immatriculée au registre de commerce d’Abidjan sous le numéro 76528
a pour activité la fabrication d’articles d’habillement. Son numéro de compte contribuable est 86198
73y et le numéro d’identification à la CNPS est 142 372 T.
L’entreprise emploie les personnes suivantes :
- Monsieur AYIWO BEDA, embauché le 03/03/N, responsable d’atelier, marié, un enfant. Salaire de
base 217 000F, prime de responsabilité 35 000F, il a effectué au cours du mois de Janvier N+6, les
heures comme suit :
- 1ère semaine 55h ;
- 2e semaine 56h dont un dimanche de 23h à 4h du matin ;
- 3e semaine 46h dont un jour férié de 8h à 12h ;
- 4e semaine 48h ;
- 5e semaine 8h pendant 1 jour.
Son indemnité de transport est de 65 000F

- Monsieur TOURE LAURENT employé de bureau, salaire de base 175 000F, acompte de 20 000F
par caisse le 15/01/N+6, embauché le 01/07/N+5, indemnité de transport 15 000F,
IGR 16 000F.

- Monsieur ATABOU FRANCIS gardien, ancienneté 4 ans 3 mois, salaire de base 70 000F,
indemnité de transport 34 500F, IGR = 0.

- Monsieur ALOU LEBIEN Directeur, salaire de base 2 000 000F, travaille depuis 8 ans, prime de
responsabilité 350 000F, il loge dans une villa de 6 pièces entièrement climatisée meublée à la
charge de la société, l’eau et l’électricité sont pris en charge par la société. La facture de téléphone
du mois de Janvier 120 000F, le téléphone est à la charge de l’employeur. Indemnité de
représentation 312 000. Monsieur Alou directeur est célibataire et père de 4 enfants, avance
200 000 F.

TAF :
1°) Faire le livre de paie du mois de Janvier N+6 de la société SIATCI ;
2°) Enregistrer le livre de paie ;
3°) Passer les écritures de règlement des salaires par chèques bancaires sauf M. ATABOU qui exige
un règlement par caisse ;
4°) Remplir les fiches de déclaration des impôts sur salaire et d’appel de cotisation CNPS, sachant
que le taux pour l’accident de travail est de 4% ;
5°) Passer les écritures de paiement des impôts :
- à la DGI le 13/02/N+6, par chèque tiré sur la BIAO ;
- au FDFP taxe d’apprentissage le 14/02/N+6 par chèque tiré sur la SIB ;
- au FDFP taxe à la formation continue le 15/02/N+6 sur ECOBANK.

NB : Vous trouverez :


- en annexe 1, la fiche d’évaluation des avantages en nature (Voir cours)
- en annexe 2, les formules de calcul de l’IGR ;
- en annexe 3, la fiche de centralisation des salaires ;
- en annexe 4, la fiche d’appel de cotisation CNPS ;
163
- en annexe 5, la fiche de déclaration des impôts sur salaire ;
- en annexe 6, la fiche de centralisation des salaires.

RESOLUTION DU CAS

1) LE LIVRE DE PAYE

A. AYIWO BEDA

a1. Détermination du salaire brut taxable


Détermination du salaire de base (voir tableau des HS)
Détermination des heures supplémentaires

Semaines Heures Heures Majoration


totales Normales 15% 50% 75% 100%
ère
1 semaine 55 40 6 9
2ème semaine 56 40 6 5 5
3ème semaine 46 40 2 4
4ème semaine 48 40 6 2
5ème semaine 8 8
Total 213 168 20 16 4 5
Taux horaire 1 252 ×1,15 1 252 ×1,50 1 252 ×1,75 1 252 ×2
= 1 440 = 1 878 = 2 191 = 2 504
Montant 297 132 217 000 28 800 30 048 8 764 12 520
Heures supplémentaires = 80 132

Lorsque le aux horaire ou par pièce n’est pas donné, le salaire est un salaire mensuel. Le
nombre d’heures normales mensuelles est de 173,33.

Taux horaire = salaire mensuel / nombre d’heures effectuées dans le mois.


Taux horaire = 217 000 / 173,33 = 1 251, 947 153 = 1 252.

Heures supplémentaires = 28 800 + 30 048 + 8 764 + 12 520 = 80 132.

 Détermination des primes


Primes = Prime de responsabilité + prime d’ancienneté.
Prime de responsabilité = 35 000.
Prime d’ancienneté = 0

164
M. AYIWO est embauché le 03/03/N. Il a effectué en :
N = 9 mois 27 jours
N+1 = 1 an
N+2 = 1 an
N+3 = 1 an
N+4 = 1 an
N+5 = 1 an
N+6 = 1 mois
Soit 5 ans 10 mois 27 jours, d’où taux = 5%.
Prime d’ancienneté = 217 000 × 5% = 10 850.

Total primes = 35 000 + 10 850 = 45 850.


Détermination de la gratification
Gratification = 0
 Analyse des indemnités
Indemnité de transport 65 000
Montant non taxable 25 000
Montant taxable 40 000
Autres indemnités imposables 0
Total indemnités imposables 40.000

 Détermination des avantages en nature


Avantages en nature = 0.

 Détermination du salaire brut taxable


Salaire de base 217 000
Heures supplémentaires 80 132
Primes 45 850
Indemnités taxables 40 000
Avantages en nature 0
Salaire brut taxable 382 982

a2. Détermination des impôts sur salaires.

 Impôt sur salaires


IS = 1,2% du salaire brut taxable
IS = 1,2% × 382 982 = 4 595,78 = 4 596.
IS = 4 596.

 Contribution nationale
CN = taux progressif × 80% du salaire brut taxable.
80% du salaire brut taxable = 80% × 382 982.
= 306 385, 6
= 306 386.

165
Taux 0% 1,5% 5% 10% CN
Montant à taxer 50 000 80 000 70 000 106 386 306 386
Impot CN 0 1 200 3 500 10 639 15 339

 Impôt général sur le revenu

Q=R/N

R = 80% × salaire brut taxable - (IS + CN) 85%

R = (80% × 382 982) – (4 596 + 15 339) 85%

R = 243 483.

Nombre de parts N = 2,5 parts.


Q = 243 483 / 2,5 = 97 393.

Q compris entre 81 584 à 126 583 donc

IGR = R × 20 / 120 - (7 031 × N)


IGR = 243 483 × 20 / 120 - (7 031 × 2,5)
IGR = 23 003.

Le total des impôts est :


IS = 4 596
CN = 15 339
IGR = 23 003
Total 42 938

 Détermination de la cotisation à la retraite


CR = 6,3% du salaire brut plafonné à 1 647 315
CR= 6,3% × 382.982 = 24.127,87
CR = 24.128

B. TOURE LAURENT

b1. Détermination du salaire brut taxable

 Détermination du salaire de base


le salaire de base est de 175.000

 Détermination des heures supplémentaires


heures supplémentaires = 0
166
 Détermination des primes
Prime ancienneté
Du 01/07/N+5 au 30/01/N+6 ; il s’écoule :
En N+5 = 6 mois
N+6 = 1 mois
Total = 7 mois
La durée de service n’a pas atteint 2 ans. Il n’a donc pas droit à la prime d’ancienneté.

prime d’ancienneté =0
autres primes =0
Primes totales =0

 Gratification
il n’existe pas de gratification

 Analyse des indemnités


Indemnités de transport 15.000
L’indemnité de transport non imposable se plafonne à 25.000 F. Le plafond n’étant pas atteint,
l’indemnité de transport ne sera pas imposable.
Indemnité de transport imposable =0
Autres indemnités imposable =0
Indemnité imposable =0

 Détermination des avantages en nature


pas d’avantages en nature

 Détermination du salaire brut taxable


Salaire de base 175.000
Heures supplémentaires 0
Gratification 0
Primes 0
Indemnités imposables 0
Avantages en nature 0
Salaire brut taxable 175.000

b2. Détermination des impôts sur salaire

 Impôt sur salaire


IS = 1,2% du salaire brut taxable
IS = 1,2% × 175.000
IS = 2.100
 Contribution nationale
CN = taux progressif par tranche × 80% du salaire brut taxable
80% du salaire brut taxable = 80% × 175.000 = 140.000

Taux 0% 1,5% 5% CN
167
Montants à taxer 50.000 80.000 10.000 140.000
Impot CN 0 1.200 500 1.700

 Impôt général sur le revenu


selon l’énoncé, l’IGR = 16.000

Le total des impôts est


IS = 2.100
CN = 1.700
IGR = 16.000
Total impôt = 19.800
b3. Détermination de la cotisation à la retraite (CR)
 CR = 14% × 45% × salaire brut plafonné
CR = 6,3% × 175.000 = 11.025
CR = 11.025

C. ATABOU FRANCIS

c1. Détermination du salaire brut taxable

 Détermination du salaire de base


il est donné. Son montant est de 70.000 F

 Détermination des heures supplémentaires


il n’existe pas d’heures supplémentaires

 Détermination des primes


prime d’ancienneté = 4% × salaire de base
prime d’ancienneté = 4% × 70.000 = 2.800

Prime d’ancienneté = 2.800


Autres primes = 0
Total primes 2.800
 Analyse des indemnités

Indemnités de transport 34.500


Plafond non imposable 25.000
Indemnités imposables 9.500
Autres indemnités imposables 0
Total indemnités imposables 9.500

 Gratification
il n’existe pas de gratification

 Détermination du salaire brut taxable


Salaire de base 70.000
Heures supplémentaires 0
168
Gratification 0
Primes 2.800
Indemnités imposables 9.500
Avantages en nature 0
Salaire brut taxable 82.300

c2. Détermination des impôts sur salaires

 Impôt sur salaire


IS = 1,2% du salaire brut taxable
IS = 1,2% × 82.300
IS = 988

 Contribution nationale
CN = taux progressif par tranche × 80% du salaire brut taxable
80% du salaire brut taxable = 80% × 82.300 = 65.840

Taux 0% 1,5% CN
Montants à taxer 50.000 15840 65.840
CN 0 238 238

 Impôt général sur le revenu


IGR = 0

Le total des impôts est :


IS = 988
CN = 238
IGR = 0
Total 1.226

c3. Détermination de la cotisation à la retraite


CR = (14% × 45%) × salaire brut plafonné à 1.647.315
CR = 6,3% × salaire brut plafonné
CR = 6,3% × 82.300 = 5.185
CR = 5185

169
D. ALOU LEBIEN

d1. Détermination du salaire brut taxable

 Détermination du salaire de base


le salaire de base est donné. Il est de 2.000.000 F

 Détermination des heures supplémentaires


il est cadre, il n’effectue donc pas d’heures supplémentaires.
Heures supplémentaires = 0

Primes
 Prime d’ancienneté
il a 8 ans d’ancienneté ; sa prime d’ancienneté = 8% du salaire de base
Prime d’ancienneté = 8% x 2 000 000 = 160 000
 Autres primes
il bénéficie d’une prime de responsabilité de montant 350.000
Prime d’ancienneté 160.000
Prime de responsabilité 350.000
Prime totale 510.000

 Gratifications
il ne bénéficie pas de gratifications

 Indemnités
il bénéficie d’une indemnité de représentation de montant de 312.000
Partie de l’indemnité non imposable = 10% du salaire brut provisoire en numéraire.

 Salaire brut sans les avantages en nature


Salaire de base 2.000.000
Heures supplémentaires 0
Primes 510.000
Gratifications 0
Total indemnités de représentation 312.000
Salaire brut provisoire en numéraire 2.822.000

 Partie de l’indemnité non imposable = 10%× 2.822.000 = 282.200


Partie de l’indemnité imposable = indemnité totale - partie de l’indemnité non imposable
= 312.000 - 282.200 = 29.800

 Détermination des avantages en nature


Ils correspondent au logement et accessoires + les frais réels

170
Libellés Montant
Logement 600.000
Mobilier 100.000
Electricité 60.000
Eau 50.000
Climatisation : 20.000 F × 6 120.000
LOGEMENT ET ACCESSOIRES 930.000
Téléphone 120.000
FRAIS REELS 120.000
AVANTAGES EN NATURE 1.050.000

 Détermination du salaire brut


Le salaire brut = Salaire de base + Heures supplémentaires + Primes + Gratification +
Indemnités imposables + avantages en nature

Salaire de base 2.000.000


Heures supplémentaires 0
Primes 510.000
Gratifications 0
Indemnités imposables 29.800
Avantages en nature 1.050.000
Salaire brut taxable 3.589.800

d2. Détermination des impôts sur salaire

 Impôt sur traitements et salaires


IS = 1,2% du salaire brut taxable
IS = 1,2% 3.589.800 = 43.077,6
IS = 43.078

 Contribution nationale
CN = taux progressif par tranches de salaire × base CN
Base CN = 80% du salaire brut
Base CN = 80% × 3.589.800 = 2.871.840

Taux 0% 1,5% 5% 10% CN


Montants à taxer 50.000 80.000 70.000 2.671.840 2.871.840
CN 0 1.200 3.500 267.184 271.884

 Impôt général sur le revenu


il se calcule à partir d’une formule qui est à déterminer.

Q = R / N donne la formule de détermination de l’IGR.

R = 80% × salaire brut taxable - (IS + CN) 85%

R = (80% × 3.589.800) – (43.078 + 271.884) 85%


171
R = 2.871.840 – 314.962 85% = 2.556.878 × 85% = 2.173.346

R = 2.173.346

N = nombre de parts IGR


M. ALOU est célibataire et père de 4 enfants
Célibataire avec enfants = 1,5 part
il a 4 enfants 0,5 p × 4 = 2 parts
N = 3,5 parts

Q = R / N = 2.173.346 / 3,5 = 620.956


Q = 620.956

Q est compris entre 389.084 et 842.166


IGR = (R × 40 / 140) - (44.181 × N)
IGR = (2.173.346 × 40 / 140) - (44.181 × 3,5)
IGR = 466.323

Total des impôts


IS = 43.078
CN = 271.884
IGR = 466.323
Impôts 781.285

d3. Détermination de la cotisation à la retraite

CR = (14% × 45%) salaire brut plafonné à 1.647.315


CR = 6,3% × salaire brut plafonné
CR = 6,3% × 1.647.315 = 103.780,8
CR = 103.781

172
Présentation du livre de paye

N° Noms Salaires Heures Primes Gratifi Ind. Avant. Salaires


& de supp. cations Imp. en bruts
Prénoms base nature
1 AYIWO 217.000 80.132 45.850 0 40.000 0 382.982
BEDA
2 TOURE 175.000 0 0 0 0 0 175.000
LAURENT
3 ATABOU 70.000 0 2 800 0 9.500 0 82.300
FRANCIS
4 ALOU 2.000.000 0 510.000 0 29.800 1.050.000 3.589.800
LEBIEN
TOTAL 2.462.000 80.132 558.650 0 79.300 1.050.000 4.230.082

Livre de paye (suite)


N° Noms Impôts CNPS Acomp- Avances Opposi- Indem. Avantage Salaire
& tes tions non en net à
Prénoms Impos. nature payer
IS CN IGR CR
1 AYIWO 4.596 15.339 23.003 24.128 0 0 25.000 0 340.916
BEDA
2 TOURE 2.100 1.700 16.000 11.025 20.000 15.000 0 139.175
LAURENT
3 ATABOU 988 238 0 5.185 0 0 0 25.000 0 100.889
FRANCIS
4 ALOU 43.078 271.884 466.323 103.781 0 200.000 282.200 - 1.050.000 1.736.934
LEBIEN
Total 50.762 289.161 505.326 144.119 20.000 200.000 0 347.200 - 1.050.000 2.317.914

173
IV- COMPTABILISATION DU LIVRE DE PAIE

Enregistrement de l’état récapitulatif des salaires de l’entreprise FINACI

6611 Appointement, salaires, comm, pers nl 2 542 132


6612 Primes et gratif, pers nl 558 650
6638 Indemnités forfaitaires 426 500
422 Pers, rem due 3 527 282
( Selon livre de paie)
422 Pers, rem due 845 249
447 Impôt général sur le revenu 505 326
1 Impôt sur salaires 50 762
447 Contribution nationale 289 161
2 (Retenues obligatoires fiscales selon
447 le livre de paye)
3
422 Pers, rémunérations dues 144 119
431 Caisse de retraite obligatoire 144 119
3 (Retenues obligatoires sociales selon
le livre de paye)
422 Pers, rémunérations dues 220 000
421 Personnel, acomptes 20 000
1 Personnel, avance 200 000
421 (Retenues facultatives selon le livre
2 de paye)
422 Pers, rémunérations dues 2 317 914
521 Banque 2 217 025
571 Caisse 100 889
(Notre ordre de virement n°3 pour
paiement des salaires d’octobre N)

174
CHAPITRE 22 : DECLARATION DES IMPOTS ET DES
CHARGES SOCIALES SUR LES SALAIRES

En dehors des sommes retenues à la source sur les salaires de ses employés,
toute entreprise qui emploie des travailleurs est tenue de payer sur le total des salaires bruts, des
charges fiscales et sociales dites charges patronales.

LES CHARGES PATRONALES FISCALES


Elles se calculent de la façon suivante : 
- pour le personnel bénéficiant d’un contrat local, un taux de 2,8% sera appliqué au total des
salaires bruts
- pour le personnel expatrié, un taux de 12% sera appliqué au total du salaire brut.
Ces taux se décomposent de la façon suivante :
TABLEAU DE DECOMPOSITION DES TAUX DE DETERMINATION DES CHARGES
PATRONALES
Taux applicable
Nature de l’impôt Organismes Personnel Personnel
collecteurs local expatrié
1 impôt sur les salaires D.G.I (1) 1,2% 10,4%
-Taxes d’apprentissage FDFP (2) 0,4% 0,4%
-Taxes à la formation professionnelle continue FDFP 1,2 % 1,2 %
2 Taxes FDFP 1,6% 1,6%
TOTAL IMPOTS ET TAXES DGI + FDFP 2,8 % 12%
DGI  : Direction Générale des Impôts.
FDFP : Fonds pour le Développement de la Formation Professionnelle.

Les charges patronales fiscales s’enregistrent de la façon suivante :


D : 6413 Taxes sur appointements
D : 6414 Taxes d’apprentissage
D : 6415 Formation professionnelle continue
C : 4428 Etat, autres impôts et taxes
(Déclaration des taxes et impôts patronaux)

Exemple : Le salaire brut de M. KOUADIO Jules est de 1.192.967 F.


TAF : Calculer les charges patronales fiscales à payer sur le salaire brut de M. KOUADIO Jules puis
les enregistrer.

Solution
175
Les charges patronales fiscales à payer sur le salaire brut de M. Kouadio Jules.

Les charges fiscales patronales

Nature de la charge Calculs Montants


Impôts sur salaires 1,2% × 1.192.967 14.316
Taxes d’apprentissage 0,4% × 1.192.967 4.772
Taxes à la FPC 1,2% × 1.192.967 14.316
Charges fiscales patronales à la charge de l’employeur 33.404

Date
6413 Taxes sur appointements 14.316
6414 Taxes d’apprentissage 4.772
6415 Formation professionnelle continue 14.316
4428 Autres impôts directs 33.404
Déclaration des charges fiscales patronales

LES CHARGES PATRONALES SOCIALES


Il existe trois sortes de charges patronales sociales. Ce sont :
- la cotisation patronale à l’assurance vieillesse appelée cotisation à la caisse de retraite ;
- la cotisation patronale à la prestation familiale ;
- la cotisation patronale pour la couverture des risques d’accident de travail.
La cotisation à la caisse de retraite (CR) est égale à 7,7% du salaire brut
plafonné à 1.647.315 F pour chaque travailleur.
La cotisation patronale à la prestation familiale proprement dite est de 5% du
salaire brut plafonné à 70.000 F pour chaque travailleur. L’assurance maternité égale à 0,75% du
salaire brut plafonné à 70.000F pour chaque travailleur. Au total, les prestations familiales sont
égales à 5,75% du salaire brut plafonné à 70.000 F pour chaque travailleur.
La cotisation patronale pour la couverture des risques d’accident de travail est
comprise entre 2% et 5% du salaire brut plafonné à 70.000F pour chaque travailleur. Le taux est
fonction du secteur d’activité de l’entreprise.
Les charges patronales sociales s’enregistrent de la façon suivante :

D : 664 Charges sociales

C : 4311 Prestations familiales


C : 4312 Accident de travail
C : 4313 Caisse de retraite obligatoire

(Déclaration charges patronales sociales)

Exemple : Le salaire brut de M. KOUADIO JULES est de 1.192.967F. Le taux d’accident de travail
retenu est de 3%.
T.A.F : Calculer les charges patronales sociales à payer sur le salaire brut de Mr KOUADIO JULES
puis les enregistrer.

176
Solution
Les charges patronales sociales
Nature de la charge Calculs Montants
- Caisse de retraite (CR) 7,7% x 1.192.967 = 91.858
- Prestations familiales (PF) 5,75% x 70.000 = 4 .025
- Accidents du travail (AT) 3% x 70.000 = 2.100
CHARGES SOCIALES A LA CHARGE DE L’EMPOYEUR 97.983

664 Charges sociales 97.983


4311 Prestations familiales 4.025
4312 Accident de travail 2.100
4313 Caisse de retraite obligatoire 91.858
(Déclaration des charges sociales patronales)

LA DÉCLARATION DES IMPÔTS


La déclaration prend en compte :
- les retenues obligatoires sur les salaires des travailleurs ;
- les charges patronales fiscales.
Ces retenues obligatoires fiscales ont deux destinations qui sont :
-la Direction générale des impôts (DGI) ;
- le Fonds pour le développement de la Formation Professionnelle(FDFP)
Il existe une fiche pour la déclaration des impôts pour la DGI et le FDFP. La
déclaration à la DGI se fait au recto de la fiche alors que la déclaration au FDFP se fait au verso de
la fiche

1. La déclaration des impôts sur salaires


Les impôts sur les salaires à déclarer ont deux origines qui sont :
- les impôts retenus aux salariés ;
- les impôts à la charge de l’employeur.
Le schéma ci-dessous illustre les éléments à déclarer au FISC.

Impôts sur les salaires à déclarer

IMPÔTS RETENUS IMPOTS A LA CHARGE DE


AUX TRAVAILLEURS L’EMPLOYEUR
IS – CN – IGR
Personnel local = 2,8%∑ salaires bruts
Personnel expatrié = 12%∑ salaires bruts

Dû AUX IMPÔTS
La loi exige le remplissage d’une fiche de déclaration des impôts sur les salaires.
2. Remplissage de la fiche de déclaration des impôts sur salaires.
177
Cachet du service DIRECTION GENERALE DES IMPOTS Date de Réception
DECLARATION DES IMPOTS SUR
LES SALAIRES

Nom et Prénoms ou raison sociale : ……………………………………………………………………...


Pour les sociétés : sigle : ………SIATCI…………Forme :SARL ……………………………………
Profession (1) : ……Fabrique d’articles d’habillement………………………………………...
Adresse :01 BP 1000 ABIDJAN 01
Localité :YOPOUGON………………………………………………………………………………………
Téléphone:77777777777
N° du lot : ILOT 25 LOT N°10…………………………………. A défaut : Section parcelle …………

Centre des impôts de : YOPOUGON ……………………………………………………………………

PERIODE D’IMPOSITION 0 1 0 1 0 6 N° DE COMPTE 8 6 1 9 8 7 3 Y


MOIS TRIM ANNEE

A- IMPOTS RETENUS AUX SALARIES

01- IS (Régime général seulement) …………………………………………… 50.763


02 – CN (Régime général seulement) ………………………………………….. 289.161
03 – IGR (Régime général) …………………………………………………… 505.326
04 – Total des retenues aux salariés (1 + 2 + 3)……………………………… 845.250

B- IMPOTS A LA CHARGE DE L’EMPLOYEUR


(1) EFFECTIFS INSCRITS DANS L’ENTREPRISE EFFECTIF TOTAL MONTANTS
AU DERNIER JOUR OU DU TRIMESTRE S SAL. A PAYER
BRUTS
05 – Personnel local (Régime général) (1,20%) 4 4.230.082 50.761
06 – Personnel expatrié (Régime général) (10,40%) 0 0 0
07 – Régime agricole (1,20%) ………………… 0 0 0
08 – Régime fermage (35,0%) ………………… 0 0 0
09 – Ensemble du personnel (5 + 6 + 7 + 8) 4 4.230.082 50.761
1 1 – Montant total de la déclaration (04 + 09) 4.230.082 896.011
……...
1 2 – Imputation ASDI (*) …………………………
1 3 – Imputation prélèvement 10% (*) ……………
1 4 – Régularisation sur mois précédents …………
1 5 – Total à acquitter (11 – 12 – 13 – 14) 4.230.082 896.011
Règlement joint à l’ordre du Receveur des impôts
Mode de paiement Numéro Date Banque ou Montant
Etablissement

Chèque X DZ 003 13/02/N+6 BIAO 896.011


(cocher) Bancaire

Postal
Espèce A Abidjan, le 15 / 02 / N + 6
Signature

C. TAXES A LA CHARGE DE L’EMPLOYEUR A VERSER AU FDFP


Reporter ci-dessous les informations suivantes :
178
PERIODE D’IMPOSITION MOIS TRIM ANNEE N° DE COMPTE
01 1er N+6 8619873 Y
NOMS et PRENOMS (Raison sociale) …………… SIATCI ………… EFFECTIF TOTAL : 4
ACTIVITE ……… Fabrique d’articles d’habillement ……………… CADRES  : ...…1……
FORME JURIDIQUE ………SARL……………………………………… MAITRISES  : ……1……
ADRESSE ………01 BP 1000 ABIDJAN 01 TEL ……………………... EMPLOYES : ……2……
RECETTES DES IMPOTS DIVERS DE …YOPOUGON……………… OUVRIERS  : ……0……

VERSEMENTS OBLIGATOIRES TOTAL SAL. TAUX MONTANT


1 4 – TAXES D’APPRENTISSAGE BRUTS (%) A PAYER
1 5 – TAXE A LA FORMATION 4.230.082 0,4 16.920
CONTINUE 4.230.082 0,6 25.380
« part complémentaire »
Règlement joint à l’ordre de « FDFP Taxe d’apprentissage »
Chèque bancaire N° 5422 du 14 / 02 / N+6 sur SIB
Numéraire ……………………. VERSEMENT SUR COMPTE CECP N° …………………
Règlement joint à l’ordre de « FDFP Taxe à la FPC »
Chèque bancaire N° B005 du 15 / 02 / N+6 sur BICICI
Numéraire ……………………. VERSEMENT SUR COMPTE CECP N° …………………
25.380
CUMUL FPC A CE JOUR (1)
(1) (il s’agit de la taxe FPC (0,6%) conservée pour la formation depuis le début de l’année)
REGULARISATION A EFFECTUER EN FIN D’ANNEE
MONTANT
1 6 – Masse salariale totale de l’exercice ………………………………..
1 7 – Contribution taxe FPC 1,2% sur l’exercice (/16 × 1,2%) ………………………………..
1 8 – Versements déjà effectués (/ 15 / des 12 mois) ………………………………..
1 9 – Engagement sur plans agrées par le FDFP (utilisation directe) (2) ………………………………..
2 0 – Versement à effectuer si / 17 / est supérieur à / 18 / + / 19 / ………………………………..
/ 20 / = / 17 / + / 19 /
Règlement joint à l’ordre de « FDFP Taxe à la FPC »
Chèque bancaire N° ………. du ………………….. sur ………………………………
Numéraire ……………………. VERSEMENT SUR COMPTE CECP N° …………………
(2) joindre les pièces justificatives d’agrément par le Secrétaire Général du FDFP
A ABIDJAN ……. / ……../ ……..
Signature et cachet

REGULARISATION INDEMNITE DE RETARD DATE ET CACHET


RECETTE
RR de ………………………… N° ……………………
Article …………………………
Montant …………………………... Montant ……………………
N.B. :
 Aucune compensation sur les taxes n’est admise
 Ne peuvent bénéficier des financements que les entreprises appliquant le SMIG
 Le montant cumulé de la taxe FPC (0,6%) sur 12 mois est à reverser en fin d’année si vous n’avez
pas de plan de formation agrée par le FDFP.

3. Comptabilisation de la déclaration des impôts.


APPLICATION
1) Calculer les charges patronales fiscales, puis remplir la fiche de déclaration des impôts sur
salaire de l’entreprise SIATCI.
179
2) Enregistrer les charges patronales fiscales.
3) Procéder aux règlements des charges patronales fiscales aux différents organismes de l’Etat.

SOLUTION

1) Pour le calcul des charges fiscales patronales, voir les fiche de déclaration.
2) Les impôts retenus à la source sur les salaires ont été déjà enregistrés. Il faut maintenant
enregistrer les charges patronales fiscales.

31/01/N+6
6413 Taxes sur appointements 50.761
4428 Autres impôts directs 50.761
(Selon fiche de déclaration impôts à la charge de
l’employeur, partie B)

6414 Taxes d’apprentissage 16.920
4428 Autres impôts directs 16.920
(Selon fiche de déclaration des taxes à la charge de
l’employeur, partie C)

6415 Formation professionnelle et continue 25.380
4428 Autres impôts directs 25.380
(Selon fiche de déclaration des impôts sur salaires,
partie C)
3) Règlements aux différents organismes de l’Etat.
13/02/N+6
4478 Autres impôts directs 50.761
4471 Impôt général sur le revenu 505.326
4472 Impôts sur les salaires 50.763
4473 Contribution nationale 289.161
5211 Banque BIAO 896.011
(Chèque n°DZ003 à l’ordre de la DGI)
14/02/N+6
4478 Autres impôts directs 16.920
5212 Banque SIB 16.920
(Chèque n°S422 à l’ordre du FDFP pour règlement
taxe d’apprentissage)
15/02/N+6
4478 Autres impôts directs 25.380
5213 Banque BICICI 25.380
(Chèque n°B005 à l’ordre du FDFP- TFPC)
LA DECLARATION DE LA COTISATION A LA CNPS
Les cotisations sur salaires à déclarer à la CNPS ont deux origines qui sont :
- la caisse de retraite retenue aux travailleurs ;
- les cotisations à la charge de l’employeur.

4.1. Déclaration de la cotisation à la CNPS

180
APPEL DE COTISATION

Cotisations retenues aux salariés Cotisation à la charge de l’employeur


CR = 6,3% ∑salaires CR = 7,7% ∑ salaires bruts plafonnés
plafonnés à 1.647.315 F à 1.647.315 F pour chaque salarié.
AT = 2 à 5% ∑salaires plafonnés à
70.000F pour chaque salarié.
PF = 5,75% ∑salaires brut plafonnés à 70.000 F pour chaque salari

Dû A LA C.N.P.S

La C.N.P.S oblige l’entreprise à remplir un imprimé d’appel de cotisation.

4.2. Remplissage de la fiche de déclaration.

BP APPEL DE COTISATION MENSUELLE BP


Tél. : EMPLOYEUR Raison sociale Tél. :
ADRESSE :
Cde Etab. Cde Activ. N° Employeur Période

01/N+6
TOTAL SALAIRES BRUTS PAYES AU COURS DE LA PERIODE :
NOMBRE SALAIRES BRUTS SOUMIS A COTISATIONS
181
DE
SALARIES REGIME DE RETRAITE REGIMES DES P.F ET
CATEGORIES DE SALAIRES Plafond : 1 647 315 / mois DES ACCID. DU TRAVAIL
Plafond : 3 554 F par jour
ou 70 000 F par mois
Horaires, journaliers et occasionnels
inférieurs ou égaux à 3 554 F par jour
/ /
Horaires, journaliers et occasionnels
supérieurs ou égaux à 3 554 F par jour
/ /
Mensuels inférieurs ou égaux à
70 000 F par mois.
0 / /
Mensuels supérieurs à 70 000 F par mois
et inférieurs ou égaux à 1 647 315 F par
3 640.282 210.000
mois.
Mensuels supérieurs à 1 647 315 F Bordereau certifié exact
par mois.
1 1.647.315 70.000
A Abidjan le / /
TOTAL 2.287.597 280.000
Signature et cachet
NOMBRE SALAIRES BRUTS
ATTENTION
Personnes ne cotisant pas au
Régime de retraite 0 0
e quoi vous serez responsable du retard des pertes et des erreurs de comptabilisation. Le titre de paiement (de préférence chèque bancaire ou postal) doit être libel

Personne pour qui l’employeur ne cotise


pas au Régime des Prestations Familiales 0 0
DECOMPTE DES COTISATIONS DUES
RUBRIQUES SALAIRES TAUX MONTANT
SOUMIS
A COTISATIONS 347.564
Prestations 280.000 × 5,75% 16.100
Familiales
Accidents de Travail 280.000 × 4% 11.200
Régime de Retraite 2.287.597 × 14% 320.264

TOTAL COTISATIONS A PAYER

CADRE RESERVE A LA CNPS (ne rien inscrire SVP)

4.3. Comptabilisation de la fiche de déclaration.


Le régime de retraite comprend la retenue obligatoire sur le salaire au taux de 6,3% déjà enregistrée
et la partie qui revient à l’employeur soit 7,7%.

Part employeur = 7,7% × 2 287 597 = 176 145.

CR Salaire brut Taux Montant


CR part employé 2 287 597 6,3% 144 119
CR part employeur 2 287 597 7,7% 176 145
182
CR 2 287 597 14% 320 264

- Comptabilisation de la déclaration des prestations familiales.

15/02/N+6
664 Charges sociales 16 100
4311 Prestations familiales 16 100
Déclaration prestation familiale

- Comptabilisation de la déclaration des accidents de travail

15/02/N+6
664 Charges sociales 11 200
4312 Accident de travail 11 200
Déclaration accident de travail

- Comptabilisation de la caisse de retraite employeur

15/02/N+6
664 Charges sociales 176 145
4313 Caisse de retraite obligatoire 176 145
Déclaration caisse de retraite patronale

IV.4. Règlement de la déclaration des cotisations a la CNPS

Un seul organisme reçoit le chèque. Il s’agit de la CNPS.

15/03/N+6
431 Prestations familiales 16 100
1 Accident de travail 11 200
431 Caisse de retraite obligatoire 320 264
2 521 Banque 347 564
431 (Paiement de la déclaration des cotisations
3 sociales)
ANNEXE

1- Avantages en nature
Nombre de pièces principa. Logement Mobilier Electricité (a) Eau (b)
1 60 000 10 000 10 000 10 000
2 80 000 20 000 20 000 15 000
3 160 000 40 000 30 000 20 000
4 300 000 60 000 40 000 30 000
5 480 000 80 000 50 000 40 000
6 600 000 100 000 60 000 50 000
7 et plus 800 000 150 000 70 000 60 000

(a) Montant à majorer de 20 000F par appareil individuel de climatisation ou par pièce climatisée
pour les installations

183
(b) Montant à majorer de 30 000F pour les logements dotés d’une piscine.

Domesticité : Gardien, Jardinier : 50 000F, Gens de maison : 60 000F, Cuisinier : 90 000F

Taux et formules des impôts sur salaires


B = Revenu brut imposable
(1) Impôt sur les traitements et salaires (ITS) ITS = B x 80% x 1,5%

2- Contribution nationale (CN) le revenu imposable bénéficie d’une déduction forfaitaire de 20%
R = B x 80% Taux Impôt (formule mensuelle)
Inférieur à 50 000 0% Néant
Compris entre 50 000 et 130 000 1,5% (R x 1,5%) – 750
Compris entre 130 000 et 200 000 5% (R x 5%) – 5 300
Supérieur à 200 000 10% (R x 10%) – 15 300

3- Impôt général sur le Revenu (IGR)


La base imposable à IGR est obtenue en appliquant la formule suivante :
BI = (80% B – (TS + CN) x 85%)
REVENU ANNUEL COMPRIS ENTRE TAUX
1 000 et 2 200 000 2%
2 200 001 et 3 600 000 10%
3 600 001 et 5 200 000 15%
5 200 001 et 7 200 000 20%
7 200 001 et 9 600 000 24%
9 600 001 et 12 600 000 26%
12 600 001 et 20 000 000 29%
20 000 001 et 30 000 000 32%
30 000 001 et 40 000 000 34%
40 000 001 et 50 000 000 35%
Au-delà de 50 000 000 36%

4- Nombre de parts
Détermination du nombre de parts Parts
Célibataire, divorcé ou veuf, sans enfants 1
Marié sans enfant à charge, célibataire ou divorcé ayant un enfant 2
Marié ou veuf ayant un enfant à charge, célibataire ou divorcé ayant deux enfants à charge 2,5
Marié ou veuf ayant deux enfants à charge, célibataire ou divorcé ayant trois enfants à charge 3
Marié ou veuf ayant trois enfants à charge, célibataire ou divorcé ayant quatre enfants à charge

Ainsi de suite en augmentant d’une demi-part par enfant à la charge du contribuable. Le maximum de parts
dont bénéficie un contribuable est limite à 5.

Charges sociales
Cotisations Salarié Employeur Total Plafond
mensuel
Prestations familiales Néant 5,75% 5,75% 70 000
Accident du travail Néant 2 à 5% 2 à 5% 70 000
Retraite 6 ,3% 7,7% 14% 1 647 315
184
Impôts sur salaires employeur
80% (salaire Brut Imposable) Personnel Personnel
local expatrié
Taxes d’Etat (Trésor)
- Contribution employeur Néant 11,5%
- Contribution nationale 1,5% 1,5%
FDFP
- Taxe d’apprentissage 0,5% 0,5%
- Taxe additionnelle à la formation continue (a) 1,5% 1,5%
Total 3,5% 15%

185