Vous êtes sur la page 1sur 6

2MISP TRACTION RDM

1. DEFINITION
On dit qu’une poutre est sollicité à la traction lorsqu’elle est soumise à deux forces
directement opposées, de direction la ligne moyenne, appliquées au centre des surface des
sections extrêmes et tendant à l’allonger.

Soit G, le centre d’une section droite de la poutre et {𝜏𝑐𝑜ℎ } le torseur des efforts de
cohésion en G.

Dans le repère R(𝐺, 𝑥⃗, 𝑦⃗, 𝑧⃗), on a :

𝑁0 𝐹0
{𝜏𝑐𝑜ℎ } = { 0 |0} = { 0 |0} avec 𝑁 > 0
0 0 00
2. CONTRAINTE
Les contraintes sont normales et uniformément reparties dans la section droite (S).

Soit ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗ étant la normale en M de meme


𝑪( 𝑴,𝒏⃗⃗ ) en un point un point quelconque de (S), 𝒏
sens que 𝑥⃗.

𝑵 𝑭
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗
𝑪( 𝑴,𝒏⃗⃗ ) = 𝝈. 𝒏 avec 𝝈= = Unités : N en Newton, S en mm2, σ en MPa.
𝑺 𝑺
Page 1 sur 6
2MISP TRACTION RDM

3. ESSAI DE TRACTION
3.1. Principe
L’essai consiste à soumettre une éprouvette normalisée de section constante à un effort
normal. Cet effort est augmenté progressivement. A chaque incrément d'effort, la
contrainte normale et la déformation de l’éprouvette ont portées sur une courbe. Cette
opération est effectuée régulièrement jusqu'à la rupture de la rupture.

Eprouvettes

Machine de traction

3.2. Courbe contrainte – déformation

Courbe de traction
Différentes étapes de l’essai de traction

Page 2 sur 6
2MISP TRACTION RDM

3.3. Interprétation de la courbe


Zone OA : l’allongement unitaire est proportionnel à la contrainte. On dit que
l’éprouvette a une déformation élastique.
Dès que 𝜎 est supprimée, l’éprouvette reprend sa longueur initiale 𝒍𝟎 .
𝑭𝒆
On reste dans cette zone tant que 𝜎 < 𝑹𝒆 avec 𝑹𝒆 =
𝑺𝟎

𝑹𝒆 est appelé résistance élastique du matériau (MPa)


Remarque : Pour les aciers, 200 < 𝑹𝒆 < 1000 (MPa)

Zone AD : L’allongement unitaire n’est plus proportionnel à la contraint. On dit que


l’éprouvette a une déformation permanente ou plastique.
𝝈 > 𝑹𝒆

Lorsque 𝝈 est supprimée, l’éprouvette ne reprend plus sa longueur initiale


𝒍𝟎 .

De A à C : l’éprouvette s’allonge et reste cylindrique

De C à D : l’allongement continue de croitre et avec un effort moins important.


Il apparait un étranglement ou striction qui s’accentue jusqu’à la rupture en D.

𝑹𝒓 est appelé résistance à la rupture du matériau (MPa).

A la rupture, l’éprouvette a une longueur dite ultime 𝒍𝒖 . on définit l’allongement en %


𝒍𝒖 − 𝒍𝟎
𝑨% = × 𝟏𝟎𝟎
𝒍𝟎
On définit le coefficient de striction Z par :

𝑺𝒖 −𝑺𝟎 𝑺 : section ultime


𝒁% = × 𝟏𝟎𝟎 avec { 𝒖
𝑺𝟎 : section initiale
𝑺𝟎
Remarque : Pour les aciers, 0% < 𝑨% < 30%

Page 3 sur 6
2MISP TRACTION RDM

3.4. Déformation d’une poutre dans le domaine élastique


Dans le domaine élastique, la contrainte est proportionnelle l’allongement unitaire
Le coefficient de proportionnalité noté 𝑬 est appelé module d’élasticité longitudinale ou
module d’Young exprimé en MPa .

𝝈 = 𝑬. 𝝐𝒙 (loi de HOOKE)
∆𝒍
𝝈 = 𝑬.
𝒍𝟎
𝑵 ∆𝒍
= 𝑬.
𝑺𝟎 𝒍𝟎
𝝆 𝒍𝟎
Soit ∆𝒍 = ×
𝑬 𝑺𝟎
L’essai de traction permet de définir les caractéristiques fondamentales du matériau :

 Limite élastique ou résistance élastique 𝑹𝒆 en MPa .


 résistance à la rupture 𝑹𝒓 en MPa.

 l’allongement pour cent 𝑨%


 module d’élasticité longitudinale ou module d’Young E en MPa .
 le coefficient de poisson

𝑫é𝒇𝒐𝒓𝒎𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒍𝒂𝒕é𝒓𝒂𝒍𝒆
𝛎=
𝑫é𝒇𝒐𝒓𝒎𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒂𝒙𝒊𝒂𝒍𝒆

4. CONDITION DE RESISTANCE
Pour des raisons de sécurité, la contrainte normale σ doit rester inférieure à une
valeur limite appelée contrainte pratique à l’extension 𝑅𝑝𝑒 :
𝑅𝑒
𝑅𝑝𝑒 = , s étant le coefficient de sécurité adopté.
𝑠

𝜎 < 𝑅𝑝𝑒 (Condition de résistance)

Page 4 sur 6
2MISP TRACTION RDM

5. CONDITION DE DEORMATION

Pour des raisons fonctionnelles, il est parfois important de limiter l’allongement. Il doit
rester inférieur à une valeur limite ∆𝑙𝑙𝑖𝑚 :

𝑵.𝒍𝟎
|∆𝒍| ≤ ∆𝒍𝒍𝒊𝒎 ou ≤ ∆𝒍𝒍𝒊𝒎
𝑬.𝑺

6. PHENOMENE DE CONCENTRATION DE CONTRAINTE

Quand la poutre présente des brusques variations de section (filetage, rainure,


épaulement …), la répartition des contraintes n’est plus uniforme et la contrainte réelle
est plus grande que σ. Il y a une concentration de contrainte au voisinage du changement
de section.
La contrainte maximale 𝜎𝑚𝑎𝑥𝑖 est définie par :

𝝈𝒎𝒂𝒙𝒊 = 𝑲𝒕 . 𝝈𝒏𝒐𝒎
𝑵
𝝈𝒏𝒐𝒎 =
𝑺
𝑲𝒕 est appelé coefficient de concentration de contrainte. Il est fonction de la forme de la
pièce (circulaire ou plane) et de la nature du changement de section (épaulement,
gorge, perçage…) .

Les valeurs expérimentales de 𝑲𝒕 sont données par des graphiques.

Page 5 sur 6
2MISP TRACTION RDM

Page 6 sur 6