Vous êtes sur la page 1sur 4

SEQUENCE 1

POUR S'ENTRAÎNER

Corrections des exercices

Exercice 1 : Analyse d’un liquide bleu


1. Non. Il s’agit d’un mélange homogène, on ne peut pas distinguer les différents constituants à l’œil nu.

2. Le bas du ménisque du liquide nous indique un volume V = 36 mL

3. Les données : m = 35,52g et V = 36 mL = 36 x 10-3 L


La masse volumique r = m / V = 35,52 / (36 x 10-3) = 0,987 x 103 g.L-1 = 987 g.L-1

4.1 La masse volumique de l’eau : r = 1000 g.L-1, valeur proche de celle du liquide bleu.

4.2 Le test chimique caractéristique de l’eau s’effectue avec du sulfate de cuivre anhydre blanc. Il devient
bleu en présence d’eau

5.1 On observe deux taches au-dessus du dépôt du liquide bleu (noté A). Donc le colorant est constitué
d’au moins deux espèces chimiques, ce n’est pas un corps pur mais un mélange.

5.2 On observe bien que la tache 2 du liquide bleu a atteint la même hauteur que la tâche du bleu patenté,
notée 4. Donc, le liquide bleu contient du bleu patenté.

6. La tache 1 du liquide bleu n’est pas à la même hauteur que la tache notée 3 de la tartrazine ; il ne
s’agit donc pas de tartrazine.
Calculons le rapport frontal de la tache 1 : Rf (1) = h(1)/H = 2,2 / 5,1 = 0,43
On compare cette valeur aux données fournies :
Rapports frontaux : Rf (curcuma) = 0,32 ; Rf (riboflavine) = 0,43
On en conclut que l’espèce chimique associée à la tache 1 est la riboflavine.

Exercice 2 : Analyse du sel de Mohr


1. Dans notre cas, seul le changement d’état à température constante (ici, la fusion) permet de conclure
que le sel de Mohr fourni est pur.
Évidemment, vous n’aurez pas confondu la masse volumique du sel de Mohr (que l’énoncé ne donne
pas) et la concentration en masse 40g.L-1 de la solution à réaliser ultérieurement.

2. Données : c0 = 40,0 g.L-1 et V = 50,0 mL = 50,0 x 10-3 L


La relation est : m0 = c0 x V
Donc m0 = 40,0 x 50,0 x 10-3 = 2,00 g

CNED – SECONDE – PHYSIQUE-CHIMIE  1


3. ∙ Placer une soucoupe sur une balance et tarer la balance
∙ Peser de 2,00g de sel de Mohr
∙ Introduire le sel de Mohr dans une fiole jaugée de 50,0 mL à l’aide d’un entonnoir
∙ Rincer la soucoupe et l’entonnoir avec de l’eau distillée
∙ Ajouter de l’eau distillée jusqu’au tiers de la fiole jaugée
∙ Agiter la solution
∙ Compléter la fiole jaugée jusqu’au trait de jauge
∙ Agiter pour homogénéiser la solution

4. Lors d’une dilution la masse de soluté est conservée donc :


m0 = m1
c0 x V0 = c1 x V1
On en déduit que V0 = (c1 x V1) / c0
Données : le volume V1 = 100,0 mL = 100,0 x 10-3 L ; c1 = 8,00 g.L-1 ; c0 = 40,0 g.L-1 
Application numérique : V0 = (8,00 x 100,0 x 10-3) / 40,0 = 0,0200 L = 20,0 mL

5. La liste de matériels qui convient pour réaliser la dilution, est la troisième proposée :
Un bécher / une pipette jaugée / une poire à pipeter / une pissette d’eau distillée / une fiole jaugée
La première propose d’utiliser une éprouvette graduée, cela ne convient pas, il faut une fiole jaugée
pour réaliser des mesures de volume précises.
La seconde liste proposée est celle adaptée pour réaliser une dissolution.

6. Le protocole qui convient est le premier :

Protocole 1 :
• Verser la solution S0 dans un bécher
• Rincer une pipette jaugée de 20,0mL avec la solution S0
• Prélever 20,0mL de la solution S0 avec la pipette jaugée
• Verser le prélèvement dans une fiole jaugée de 100,0mL
• Ajouter de l’eau distillée jusqu’au tiers de la fiole jaugée
• Agiter la solution
• Compléter fiole jaugée jusqu’au trait de jauge
• Agiter la solution pour l’homogénéiser.

Dans le protocole 2, on propose d’utiliser une éprouvette graduée pour mesurer le volume de solution
à prélever plutôt qu’une pipette jaugée, c’est une erreur.

2  CNED – SECONDE – PHYSIQUE-CHIMIE


Dans le protocole 3, on propose d’utiliser un erlenmeyer pour réaliser la solution plutôt qu’une fiole jaugée,
c’est une erreur.

7.1.1. Lors du Test 1, on obtient un précipité blanc.


7.1.2. Le précipité blanc en présence de chlorure de baryum est caractéristique des ions sulfate.

7.2.1. Lors du Test 2, on obtient un précipité vert.


7.2.2. Le précipité vert n’est caractéristique que des ions fer II d’après le tableau.
7.2.3. Le réactif utilisé pour mettre les ions fer II en évidence est l’hydroxyde de sodium.

Exercice 3 : le chlorure de cuivre


1. Données : mlabo = 4,20 g et Vlabo = 50,0 x 10-3 L
clabo = mlabo / Vlabo
Application numérique : clabo = 4,20 / (50,0 x 10-3) = 84,0 g.L-1

2. Lors d’une dilution la masse de soluté est conservée donc :


m0 = m4
c0 x V0 = c4 x V4
On en déduit que V0 = (c4 x V4) / c0
Données : c0 = 400 g.L-1 ; c4 = 160 g.L-1 ; V4 = 25,0 mL = 25,0 x 10-3 L
Application numérique : V0 = (160 x 25,0 x 10-3) / 400,0 = 0,0100 L = 10,0 mL

3. On constate visuellement que la couleur de la solution Slabo se situe entre celle de la solution S2 et

celle de la solution S3 . On en déduit : 40 g.L-1 < clabo < 80 g.L-1

4. Graphiquement, on lit pour Alabo = 0,49 une concentration en masse clabo = 65 g.L-1
En exploitant l’équation de la droite : A = 7,458 x 10-3 x c
On obtient : clabo = A / (7,458 x 10-3) = 0,49 / (7,458 x 10-3) = 66 g.L-1

CNED – SECONDE – PHYSIQUE-CHIMIE  3


clabo = 65 g.L-1

5. Proposition 3 : Le sulfate de cuivre de notre laboratoire n’est pas anhydre. Il contient donc de l’eau.
Ainsi, la masse prélevé, 4,20g, contient de l’eau. On a donc pesé un peu moins de 4,20g de chlorure de
cuivre. La concentration en masse obtenu par dosage est fausse.

Exercice 4 : masse de dioxygène dans une chambre


La masse de l’air dans la chambre : m (air) = r x V
Attention aux unités : r est en g.L-1 , il faut donc un volume en litre V = 45 m3 = 45 x 103 L
m (air) = 1,2 x 45 x 103 = 54 x 103 g
Le dioxygène ne représente que 24% de la masse de l’air,
soit m (O2) = 54 x 103 x (24/100) = 12,96 x 103 g = 12,96 kg

4  CNED – SECONDE – PHYSIQUE-CHIMIE