Vous êtes sur la page 1sur 69

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de la Formation et de L'enseignement Professionnels


CFPA Bunjar Ben Ali Sidi Aabaz

Mémoire De Fin D'étude L'obtention Du Diplôme


De Technicien Supérieur En Spécialité :
Maintenance Industrielle
Théme:

Etude Et Maintenance Machine


D'ailette De Radiateur

 Réalisé Par : Encadré Par:


 Slimane Mohamed Aouissi - Boukhotta Ahmed
 Farouk Lahrech

Promoteur :
- Khane Lakhdar

Promotion : 2020-2017
Remerciements
Table Des Matiéres
Remerciements
Table Des Matiéres
Liste des figures
Liste Des Tableaux
Introduction…....................................................................................... 2
Chapitre 1: Présentation de l’Enterprise SONERAS
I.1. Historique de SONERAS…………………………………............. 5
I.2. Domaines d'activité de SONERAS……………………………….. 6
I.3. Organigramme de l'entreprise…………………………..………… 8
I.4. Fabrication des ailettes……………………………………............. 9
I.5. Assemblage tube / ailette …………………………………............. 10
Chapitre 2: Généralité sur la maintenance
II .1 Définition de la maintenance…………………………………….. 12
II.2 Importance de la maintenance ……………………………............. 12
II.3 Objectifs de la maintenance …………………………………….... 14
II.4 Les niveaux de maintenance……………………………………… 15
II.5 Les opérations de la maintenance………………………………… 19
II .6 Les différentes formes de la maintenance ……………………….. 21
II.7 La maintenance par l'analyse des huiles …………………............. 22
Conclusion……………………………………………………………... 26
Chapitre 3: Etude Machine d'ailette
III .1. Description de produit détaillée………………………………… 28
III .2. Informations techniques pour l'unité de formage à ailettes……... 29
III .3. Informations techniques principales de la machine de formage à
30
ailettes ………………………………………………………………….
III .4. Installation d'équipement………………………………………. 31
III .5 Portée d'approvisionnement de la machine en d’aileron……..…. 33
III .6 Simplabloc type 14.800 à 14.830……………………………….. 35
Chapitre 4: Préparation et Maintenance
IV.1.1 Notices opératoires …………………………………………….. 38
IV.1.1.1 Montage et première mise en route …………………………. 38
IV.1.1.2 Pupitre de commande………………………………………... 38
IV.1.2 Travaux préparatoires ………………………………………….. 39
IV.1.2.1 Graissage …………………………………………………….. 39
IV.1.2.1.1 Graissage des outils de découpage…………………………. 39
IV.1.2.1.2 Ensemble d’entretien ………………………………………. 39
IV.1.2.2 Outil de poinçonnage d’ailettes ………………………………. 39
IV.1.2.3 Introduction de la bande métallique …………………………. 39
IV.1.2.4. Travaux en cours de La production ………………………….. 40
IV.1.2.4.1 Fin de production ………………………………………….. 41
IV. 2.1 EMPILEUSE D'AILETTES………………………………….. 42
IV. 3. Travaux préparatoires …………………………………………... 44
IV. 4. Production ………………………………………………………. 46
IV. 5. Entretien ………………………………………………………... 47
IV. 5.2. Pannes ………………………………………………………… 48
IV. 5.3. Description fonctionnelle …………………………………….. 48
IV.6. Description fonctionnelle………………………………………... 50
IV.7. Opération automatique…………………………………………... 55
IV.7.1-Maintenance……………………………………………………. 56
IV.8 Dispositif de réglage , type 14.800 à 830 ……………………….. 57
Conclusion générale…………………………………………………... 61
Référence Bibliographiques
Liste Des Figures

Figure Page
Figure (I-1): Systèmes fabriqués par SONERAS 7
Figure (I-2): Organigramme descriptif de l'entreprise SONERAS 8
Figure (I-3): Ailettes sous forme zigzag 9
Figure (I-4): Ailettes sous forme planes 9
Figure (I-5): Assemblage du radiateur à ailettes planes 10
Figure (I-6): Assemblage du radiateur à ailettes zigzag 10
Figure (II-7): Différents formes de maintenance 22
Figure (III-8): Machine d'ailette 28
Figure (III-9): Formage à ailettes 29
Figure (III-10): Ailettes de cuivre d'aileron 30
Figure (III-11): Rouleau d'ailettes de cuivre 34
Figure (III-12): Embrayage-frein de machine d'ailette 35
Figure (IV-13):Dispositif de réglage , type 14.800 à 830 58
Figure (IV-14):Réajustement en cas d'usure 59
Liste Des Tableaux

Tableau Page
Tableau (III-01): Principales de la machine de formage à ailettes 30
Tableau (IV-02): les pannes de machine d'ailette 48
Tableau (IV-03): Remède aux pannes pour la maintenance 56
Introduction
Introduction Générale

Introduction

L'évolution et la complexité des systèmes de production ainsi que le


besoin de produire vite et bien, ont obligés les industriels à structurer et à
organiser les ateliers d'entretien, ils ont surtout créé de nouveaux concepts
d'organisation et de nouvelles manière d'intervenir sur des structures de
production concernant les produits manufacturés.
Aujourd'hui, l'entretien a laissé la place à la maintenance. Ce
changement ne réside pas uniquement dans un bouleversement complet de
la manière de faire et de concevoir ce qui s'appelait « entretien » et que
l'on appelle aujourd'hui « maintenance ».
La maintenance est une activité très négligée dans les pays sous-
développés en général et dans notre pays en particulier.
Cette négligence importante à causer un taux d'immobilisation élève
du matériel de production mettant ainsi les forces productives dans un état
inquiétant :
La maintenance est une activité très négligée dans les pays sous-
développés en général et dans notre pays en particulier.
Pour sortir de cette pire situation il faut donner à la maintenance la
vraie valeur qu'elle mérite au plus ou moins ne pas la négliger.
Afin d'avoir une vue sur le de roulement de la maintenance au saint
de nos entreprises, nous nous proposons un sujet ayant par thème :
" Étude et maintenance machine d'ailette "

2
Introduction Générale

Cette gamme est réalisée selon les normes, ainsi que d'une façon très
simple permettant la compréhension rapide de ses constituants.
Par conséquent, le sujet est articulé en quatre chapitres :
Le premier chapitre est consacré travaux et Présentation de l’Enterprise
SONERAS;
Le deuxième chapitre est consacré aux généralités sur la maintenance ;
Le troisième chapitre est consacré à la description générale de la machine
d'ailette avec des schémas explicatifs et les figures ;
Le quatrième chapitre est consacré à l'élaboration d'une gamme
d'entretien de notre machine, ensuite une proposition d'une gamme
d'entretien de la machine d'ailette de notre point de vue, et la réparation
quel que des pannes.
En outre, le mémoire comporte aussi une introduction, conclusion
générale et références bibliographiques.

3
Chapitre 1: Présentation
de l’enterprise SONERAS
Chapitre 1: Présentation de l’enterprise SONERAS

I.1. Historique de SONERAS :


Le fondateur du groupe industriel, OULAD KOUIDER Hadj était
pendant les années 50-60 à la tête de la compagnie RBTOK, spécialisée
dans le transport de marchandises et carburants dans le grand sud algérien
avec un parc constitué exclusivement de Berliet fabriqués dans l'usine de
Rouïba.
Développant un savoir-faire dans le domaine de la mécanique
(techniciens formés chez Berliet France) et conscient de l'importance du
refroidissement des camions dans les zones de grande chaleur, son
président décide de créer l'entreprise SONERAS pour la fabrication de
radiateur le 01/07/1969.
Fort du développement de son savoir-faire dans le domaine de la
chaudronnerie, de la construction métallique et sa maitrise du marché de
la pièce de rechange automobiles, elle développa les systèmes
d'échappements automobiles en 1987 dans ses ateliers ; OKI fut créé en
1992 pour prendre en charge ce business.
S'éteignant en 2010, Le fondateur du groupe laisse derrière lui
deux générations, son fils Mustapha qui a rejoint l'entreprise en 1978 et
son petit-fils Mehdi, qui contribuent au développement du groupe jusqu'à
présent [1].

5
Chapitre 1: Présentation de l’enterprise SONERAS

I.2. Domaines d'activité de SONERAS :


SONERAS est implantée à la zone industrielle de Ghardaïa, elle fabrique
essentiellement deux types de radiateurs (Tropicale et Normale), pour tous
les types de voiture, camions et motos utilisant le cuivre et laiton comme
matières premières.
L'entreprise prend en charge la réparation, la rénovation, l'échange et la
modification spécifique de tous types de radiateurs comme les pièces
défectueuses pour le reconditionnement des radiateurs des engins
agricoles [1] :

 Tracteurs agricoles,
 Moissonneuses batteuses,
 Récolteuses,
 Pompes pour irrigation,
 Tracteurs et enjambeurs vignerons, Etc...
En outre, la société peut effectuer des fabrications sur mesure pour
l'industrie : réparations, nettoyages, soudures, rénovation par le
remplacement du faisceau par un ensemble tubulaire neuf et par l'échange
des pièces défectueuses.
La société approvisionne chez les leadeurs mondiaux du cuivre
et laiton à savoir AURUBIS (Pays-Bas/Suède) et MKM (Allemagne),
concernant les produits de soudage à savoir étain, plomb et autres produits
chimiques, c'est METACONCEPT INTERNATIONAL, STTS (France)
et ICAS (Italie) [1].

6
Chapitre 1: Présentation de l’enterprise SONERAS

Ils achètent la matière première (tube et tôle) dans le marché


algérien (ArcelorMittal, ANABIB, GalvaTube...etc.), ils comptent
d'importer l'inox pour répondre à la demande OEM (Renault, Mercedes),
et de la tôle et tube acier aluminés pour une meilleure résistance à la
corrosion et une meilleure esthétique [1].

Figure (I-1): Systèmes fabriqués par SONERAS [2].

7
Chapitre 1: Présentation de l’enterprise SONERAS

I.3. Organigramme de l'entreprise :

Figure (I-2): Organigramme descriptif de l'entreprise SONERAS


[2].

8
Chapitre 1: Présentation de l’enterprise SONERAS

I.4. Fabrication des ailettes:


La matière première principale de l'ailette est le cuivre, SONERAS
fabrique deux types d’ailettes :

 Zigzag, utilisée pour le radiateur tropical,


 Plane, utilisé pour le radiateur normal.
Chaque type de ces ailettes passe dans une machine spéciale.

Figure (I-3): Ailettes sous forme zigzag.


(photo originale pour Fabrication des ailettes)

Figure (I-4): Ailettes sous forme planes.


(photo originale pour Fabrication des ailettes)

9
Chapitre 1: Présentation de l’enterprise SONERAS

I.5. Assemblage tube / ailette :


Après avoir préparé les tubes et les ailettes, les travailleurs
combinent ces éléments avec un ordre spécifique un par un. Pour ce type
de radiateur, il existe trois structures mono rangé, deux rangés et trois
rangés.

Figure (I-5): Assemblage du radiateur à ailettes planes


(radiateur normal) (photo originale pour Fabrication des ailettes).

Figure (I-6): Assemblage du radiateur à ailettes zigzag (radiateur


tropical).
(photo originale pour Fabrication des ailettes)

10
Chapitre 2:Généralité sur
La Maintenance
Chapitre 2: Généralité sur la maintenance
Introduction :
La fonction maintenance a pour but d'assurer la disponibilité
optimale des installations de production et de leurs annexes, impliquant
un minimum économique de temps d'arrêt.
II .1 Définition de la maintenance :
D'après la norme AFNOR X 60-000, la maintenance est l'ensemble
de tous les actions techniques, administratives et de managements durant
le cycle de vie d'un bien, destinées à le maintenir ou à le rétablir dans un
état dans lequel il peut accomplir la fonction requise. [3]
II.2 Importance de la maintenance :
Pendant longtemps, la maintenance est considérée par les
gestionnaires plus comme une fatalité qu’un ensemble d'activités ayant
pour d'accomplir toutes les taches nécessaires pour que l'équipement soit
maintenu ou rétabli dans un état spécifié ou en mesure de : [4]
- Permettre une exécution normale des opérations dans les meilleures
conditions de coûts, de sécurité et de qualité (le cas de la production);
- Obtenir un service dans les meilleures conditions de confort et de coût
(c'est le cas, par exemple, des services vendus en général mais surtout des
transports, des hôpitaux).
Donc pour nous, entretenir, consiste à dépanner, réparer, réaliser des
opérations préventives dont le but principal est d'assurer le
fonctionnement de l'outil de production d'une manière globale entretenir
c'est subir.

12
Chapitre 2: Généralité sur la maintenance
Outre cela le progrès technologique ainsi que l'évolution de la
conception de la gestion des entreprises ont fait qui la maintenance est
devenue de nos jours une fonction importante de l'entreprise dont le rôle
dans l'atteinte des objectifs de l'entreprise est loin d'être négligeable.
Donc la fonction maintenance est l'affaire de tous et doit être
omniprésent dons les entreprises et les services. Elle est devenue un enjeu
économique considérable pour tous les pays qui souhaitent disposer
d'outils de production disponibles, performants.
Si l'entretient ne se traduisait que par des interventions, nous
pouvons dire que la maintenance est tout autre chose. C'est d'abord un état
d'esprit, une manière de penser, ensuit une discipline nouvelle dotée de
moyens permettant d'intervenir dans de meilleures conditions, d'appliquer
les différentes méthodes en optimisant le cout global. La mainte vise à
éviter les pannes et les temps morts que celle-ci entrainent.
La maintenance ne doit pas être perçue comme une fonction
secondaire et elle doit bénéficier de toute l'attention voulue.
Actuellement la modernisation de l'outil de production impose une
évolution fondamentale dans le domaine de maintenance. Cette évolution
se traduit par un changement profond pour les entreprises (remplacement
de la fonction entretien par la fonction maintenance), par une évolution de
mentalités.
Cette mutation nécessite des structures nouvelles, des moyens
nouveaux et pour le personnel un état d'esprit « Maintenance ».

13
Chapitre 2: Généralité sur la maintenance
Donc la maintenance désigne plusieurs catégories de travaux
notamment :
- Surveillance et travaux simples (graissage etc.) généralement dévolus
aux utilisateurs du matériel ou des installations;
- Contrôle de fonctionnement et travaux plus complexes que les
précédents, souvent effectués par spécialistes;
- Dépannage et réparation en cas d'incident confiés à des ouvriers ou
équipes spécialisées.
- Entretien systématique comportant des révisions partielles ou totales,
faites sur place ou dans un atelier spécialisé;
- Reconstruction complète de machines ou d'installations, constituant une
véritable remise à neuf.
II.3 Objectifs de la maintenance :
Assurer le maintien (disponibilité) des équipements de production
et diminuer les pannes car ces dernières occasionnent : [5]
- Coûts de maintenance (intervention)
- Coûts d'indisponibilité (non production)
- Problèmes de sécurité (biens et personnes)
La maintenance intègre également :
- Amélioration de la sécurité des biens et des personnes,
- Intégration de nouveaux biens,
- Organisation des activités de maintenance,
- L'animation et l'encadrement des équipes d'intervention.

14
Chapitre 2: Généralité sur la maintenance
II.4 Les niveaux de maintenance :
Les opérations à réaliser sont classées, selon leur complexité, en
cinq les normes NFX 60010. Pour chaque niveau, la liste des opérations
précisées est donnée à titre d'illustration. [6]
 1er niveau de maintenance :
Il s'agir essentiellement de control et de relevés des paramètres de
fonctionnement des machines :
- Niveau d'huile moteur ;
- Niveau d'eau ;
- Indicateur de colmatage ;
- Niveau de la réserve d'huile
- Niveau de la réserve de combustible ;
- Régime du moteur ;
- Température de l'eau de refroidissement;
- Température d'échappement ;
- Test des voyants et indicateurs ;
- Purge de circuit d'échappement;
- Nettoyage des filtres ;
- Contrôle visuel de l'état des organes ;
- Contrôle auditif des bruits de marche.

15
Chapitre 2: Généralité sur la maintenance
Ces contrôles peuvent donnes suite à des interventions simples de
main ne nécessitant pas de réalisation d'un diagnostic de panne et
démontage. Ils peuvent aussi déclenchent, notamment sur des anomalies
constatées, des opérations de maintenance de niveau supérieurs.
En règle générale les interventions de 1er niveau sont intégrées à la
conduite des machines.
 2eme niveau de maintenance :
Il s'agit des opérations de maintenance préventive qui sont régulièrement
effectuées sur les équipements :
- Remplacement des filtres à gazole;
- Remplacement des filtres à huile moteur;
- Remplacement des filtres à air;
- Prélèvement d'huile pour analyse et pré-analyse;
- Vidange de l'huile moteur;
- Analyse de liquide de refroidissement;
- Contrôle des points signalés pour le 1er niveau;
- Graissage de tous les points en fonction de périodicité;
- Contrôle des batteries.
Ces opérations sont réalisées par un technicien ayant une formation
spécifique. Ce dernier suit les instructions de maintenance qui définissent
les taches, la manière et les outillages spéciaux. Les pièces de rechange
sont essentiellement du type consommable, filtres, joints, huile, liquide de
refroidissement.

16
Chapitre 2: Généralité sur la maintenance
 3eme niveau de maintenance :
Il s’agit de opérations de maintenance préventive, curative, de
réglages et de réparations mécanique ou électrique mineurs. Les
opérations réalisées peuvent nécessiter un diagnostic de panne :
- Réglage des jeux de soupapes ;
- Réglage des injecteurs ;
- Contrôle endoscopique des cylindres ;
- Contrôle des sécurités du moteur ;
- Contrôle et réglage des protections électriques ;
- Contrôle du démarreur ;
- Remplacement d'un injecteur ;
- Contrôle et réglage de la carburation ;
- Contrôle et réglage de la régulation de puissance ;
- Contrôle et révision de la pompe ;
- Remplacement d'une résistance de chauffage ;
- Contrôle de l'embiellage ;
- Contrôle de l'isolement électrique ;
- Remplacement des sondes et capteurs ;
- Remplacement d'une bobine de commande ;
- Remplacement d'un disjoncteur.

17
Chapitre 2: Généralité sur la maintenance
Ces opérations sont réalisées par un technicien spécialisé. Toutes les
opérations se font avec l'aide d'instructions de maintenance et d'outils
spécifiques tel que les appareils de mesure ou de calibrage. Ces opérations
peuvent conduire à des opérations de 4eme niveau.
 4eme niveau de maintenance :
Il s'agit d'opérations importantes ou complexes à l'exception de la
reconstruction de l'équipement :
- Déculassage (révision, rectification);
- Révision de la cylindrée ;
- Contrôle d'alignement du moteur / alternateur ;
- Changement des pôles d'un disjoncteur HT ;
Les opérations sont réalisées par des techniciens bénéficiant d'un
encadrement technicien très spécialisé, d'un outillage général complet et
d'un outillage spécifique. Elles font aussi appel à des ateliers spécialisés
(rectification, ré usinage).
 5eme niveau de maintenance :
Il s'agit d'opérations lourdes de rénovation ou de reconstruction d'un
équipement.
Ces opérations entrainent le démontage de l'équipement est son
transport dans un atelier spécialisé.
Le 5eme niveau de maintenance est réservé au constructeur ou
reconstructeur. Il nécessite des moyens similaires à ceux utilisés en
fabrication.

18
Chapitre 2: Généralité sur la maintenance
II.5 Les opérations de la maintenance
 Le dépannage : [4]
C'est une action ou opération de maintenance corrective sur un
équipement en panne en vue la remettre en état de fonctionnement.
Cette action de dépannage peut s'accommoder de résultats
provisions et de conditions de réalisation hors règles de procédures, de
cout et de qualité, et dans ce cas sera suivie de la réparation.
Souvent les interventions de dépannage sont de courtes durées mais
peuvent être nombreuses et n’exigent pas la connaissance du
comportement des équipements et des modes de dégradation.
 La réparation :
C'est une intervention définitive et limitée de maintenance
corrective après panne ou défaillance. L'équipement réparé doit assurer les
performances pour lesquelles il a été conçu.
 Les inspections :
Ce sont des activités de surveillance consistant à relever
périodiquement des anomalies et exécuter des réglages simples ne
nécessitant pas d'outillage spécifique ni d'arrêt de l'outil de production ou
des équipements.
 Les visites :
Ce sont des opérations de surveillance qui dans le cadre de la
maintenance préventive systématique, s'opèrent selon une périodicité
prédéterminée.

19
Chapitre 2: Généralité sur la maintenance
Ces interventions correspondent à une liste d'opérations définis au
préalable qui peuvent entrainer d'organes et une immobilisation du
matériel.
 Les contrôles :
Ils correspondent à des vérifications de conformité par rapport à des
données préétablies suivis d'un jugement.
Le contrôle peut, comporter une activité d'information, inclure une
décision, acceptation, rejet ajournement, déboucher comme les visites sur
des opérations de maintenance corrective.
Les opérations de surveillance (inspection, visite, contrôle) sont
nécessaires pour maitriser l'évolution de l'état réel du bien, effectuées de
manière continue ou à des intervalles prédéterminés ou non, calculés sur
le temps ou le nombre d'unités d'usage.
 Les révisions :
Ensemble des actions d'examens, de contrôle des interventions
effectuées en vue d'assurer le bien contre toute défaillance majeure ou
critique, pendant un temps ou pour un nombre d'unités d'usage donné.
Il est d'usage de distinguer suivant l'étendue de cette opération les
révisions partielles, des révisions générales. Dans les deux cas, cette
opération implique la dépose de différents sous-ensembles.

20
Chapitre 2: Généralité sur la maintenance
II .6 Les différentes formes de la maintenance :
Il existe deux façons complémentaires d'organiser les actions de
maintenance : [3]
1.6.1 Maintenance préventive: maintenance exécutée à des intervalles
prédéterminés ou selon des critères prescrits et destinés à réduire la
probabilité de défaillance ou la dégradation du fonctionnement d'un bien,
elle est subdivisée en :
 Maintenance conditionnelle : maintenance préventive basé sur une
surveillance du fonctionnement du bien et/ou des paramètres
significatifs de ce fonctionnement et intégrant les actions qui en
découlent.
 Maintenance prévisionnelle : maintenance conditionnelle exécutée
en suivant les prévisions extrapolées de l'analyse et de l'évaluation
de paramètre significatifs de la dégradation du bien.
 Maintenance systématique : maintenance préventive exécutée à
des intervalles de temps préétablis ou selon un nombre défini d’unité
d'usage mais sons contrôle préalable de l'état du bien.
1.6.2 Maintenance corrective : maintenance exécutée après détection
d'une panne et destinée à remettre un bien dans un état dans lequel il peut
accomplir une fonction requise.
 Maintenance palliative : caractérise les actions de dépannage :
remise en état provisoire.
 Maintenance curative : caractérise les actions de réparation au sens
de « guérir ».

21
Chapitre 2: Généralité sur la maintenance

Figure (II-7) : Différents formes de maintenance.


II.7 La maintenance par l'analyse des huiles :
La surveillance des lubrifiants industriels consiste à mesurer l'état
de dégradation et de contamination des lubrifiants pour connaitre leur
capacité à assurer correctement leur fonction. L'analyse des lubrifiants en
service est un outil de maintenance conditionnelle des équipements
industriels. Les facteurs responsables de l'évolution d’un lubrifiant en
service sont : [7]
- La pollution par les liquides tels que l'eau et les solvants et des particules
diverses (poussières, matériaux plastiques, fibres, etc.) causée par le
processus industriel et son environnement;
- Les particules métalliques dues à l'usure ou à la corrosion provenant des
composants parcourus par le lubrifiant ;
22
Chapitre 2: Généralité sur la maintenance
- L'oxydation, en présence d'air ou d'atmosphère corrosive, surtout lorsque
des variations de température sont importantes.
Le suivi régulier de l'évolution des caractéristiques d'huile et la
comparaison aux caractéristiques de l'huile neuve procurent des éléments
de diagnostics à partir desquels se prennent les décisions d'intervenir sur
le matériel ou de procéder au remplacement de la charge d'huile. La
comparaison des résultats n'est pertinente que si l'échantillon est
représentatif et si la périodicité de prélèvement est respectée. Il convient
donc de préparer une méthodologie qui sera mise en cuivre dès la mise en
service des équipements.
II.7.1 Préparer les prélèvements d'échantillons :
Les échantillonnages (de 15 cl à 50 cl suivant les analyses
requise) font l'objet de procédures dont l'application sera rigoureuse.
Chaque échantillon est prélevé en un point représentatif du circuit et de
préférence, pendant le fonctionnement de la machine, ou sinon juste après
son arrêt. [7]
La fréquence de prélèvement dépend du type de machine, du
lubrifiant, des conditions de service, et de considérations économiques.
Les constructeurs donnent rarement des recommandations suffisantes ; on
pourra tenir compte des conseils suivants donnés à titre d'exemples :
- Analyse à chaque vidange du circuit ;
- Analyse entre vidanges (entre 500 et 2000 heures suivant les appareils) :
compresseurs d'air, compresseurs de gaz, circuit hydrauliques, circuit
caloporteurs, compresseurs frigorifiques, leurs réducteurs et engrenages,
etc. ;
- Huiles moteurs tous les 20 à 30000 km ou 1000 heures de marche.
Attention aux moteurs ne fonctionnant que très rarement (pompes

23
Chapitre 2: Généralité sur la maintenance
incendie par exemple) dont les huiles peuvent subir des pollutions et des
oxydations.
Les fréquences doivent être, d'une façon générale, ajustées en
fonction des résultats d'analyse. Il est vivement conseillé de prélever un
échantillon de référence lors de la première charge d'huile.
11.7.2 Préparer les étiquetages :
L'étiquetage des échantillons est particulièrement important. Il
identifie : le site de prélèvement, l'atelier ou unité, l'équipement, le
composant, le lubrifiant.
On y précise également : le mode de fonctionnement du matériel
(continu ou alternatif), le temps de marche depuis le dernier prélèvement
(en unités d'usage : heurs, km, cycle, jours...) et les appoints effectués en
quantité et en fréquence. [7]
11.7.3 Préparer les diagnostics :
Un diagnostic complet oblige à rapprocher les résultats d'analyse des
évènements survenus. Le recours aux caractéristiques et historiques
d'exploitation et de maintenance est indispensable pour prendre en
compte: [7]
- Les conditions de service du matériel : atmosphère (pollution,
poussières), conditions de fonctionnement (température, pression), temps
réel de fonctionnement, etc;
- Les défaillances du circuit de lubrification : filtration, fuites, pression,
température, etc.;
- Les défaillances des composants lubrifiés : nature des métaux des
éléments soumis à l'usure.

24
Chapitre 2: Généralité sur la maintenance
Les tests ci-dessus permettront à des spécialistes de faire certains
diagnostics en cours d'exploitation. Des spécialistes de la lubrification et
souvent les fournisseurs de lubrifiant eux – même, aideront à établir en
programme de tests et d'interprétation des résultats. Les exemples suivants
sont limités et ne prétendent pas être exhaustifs :
- La présence d'eau est le plus souvent provoquée par une condensation
causée par de grandes différences de température dans le réservoir d'huile.
D'autres causes sont fréquentes : introduction accidentelle de vapeur d'eau
dans le circuit de lubrification, introduction d'eau de pluie (mauvaise
étanchéité, absence de bouchon), lavage sous pression, fuite du circuit de
réfrigération, etc.
- L'augmentation de viscosité est généralement due au vieillissement par
oxydation favorisé par un fonctionnement à une température
anormalement élevée (pompe du circuit de refroidissement défectueuse,
radiateur encrassé...); il arrive aussi que des appoints de lubrifiant d'un
grade supérieur soient effectués accidentellement.
- La diminution de viscosité peut être attribuée à un laminage du lubrifiant
trop important.
- La présence accidentelle de solvants.
- L'augmentation de l'indice d'acide (TAN) révèle l'oxydation et le
vieillissement prématuré est à rapproche des résultats de la mesure de
viscosité.

25
Chapitre 2: Généralité sur la maintenance

Conclusion :
Après ce chapitre on remarque que la maintenance est très importante
dans l'industrie pour diminuer les coûts et éviter les accidents.

26
Chapitre 3:
Etude Machine d'ailette
Chapitre 3: Etude Machine d'ailette
III .1. Description de produit détaillée :
Machine de cuivre d'aileron de radiateur, aileron faisant le noyau de
rangées de la machine.
La machine d'aileron de radiateur peut produire les ailerons
onduleux de cuivre (1-4 rangées) dans un mécanisme de roulement.
L'aileron de cuivre est employé pour radiateurs de cuivre.

Figure (III-8): Machine d'ailette.


L'appareil est utilisé pour produire des ailettes ondulées pour
l'échange de chaleur avec ou sans fenêtres.
La machine est équipée des dispositifs suivants: dérouleur,
dispositif de tension, alimentation, lubrification à l'huile du séparateur,
formation d'ailettes, fonction de correction et de coupe, détection de débit
de surface, détection de blocage, indicateur d'erreur de coupe, dispositif
de protection contre les surcharges pour l'unité de formation d'ailettes,
voyant d'indication d'erreur.

28
Chapitre 3: Etude Machine d'ailette
La machine de fabrication d'ailerons à ailettes en cuivre adopte un
PLC, un onduleur, une servocommande AC et une commande à écran
tactile. Les paramètres sont facilement ajustables via l'écran tactile.
III .2. Informations techniques pour l'unité de formage à ailettes :
Le rouleau de formage à ailettes est les pièces les plus importantes
de la machine à ailettes.
Peut-être personnalisé en fonction du dessin des ailerons du client.
Le rouleau de formation du rouleau à ailettes est entièrement traité
en usine, ce qui rend le coût total de la machine à ailettes de radiateur très
compétitif sur le marché.

 Largeur des ailerons: ≦ 100 mm;


 Hauteur des ailerons: 8 ± 0,05 mm;
 Pas d'ailette: 3,175 mm;
 Épaisseur de bande d'aluminium β: 0,08 mm.
 Matériau de la bande d'aluminium: TP2
 Matériau de la lame d'aileron: pièces forgées en acier rapide
contenant du cobalt;

Figure (III-9): Formage à ailettes.

29
Chapitre 3: Etude Machine d'ailette
III .3. Informations techniques principales de la machine de formage
à ailettes :
Unité de formation Épaisseur de feuille de cuivre mm 0.08 mm
d'ailettes Formation de matériau de lame
d'ailette
Le matériau en feuille de cuivre TP2
Plus de 200
Palmes formant lame de vie millions d'ailerons
de chou
Informations sur le Diamètre intérieur de la bobine mm 200
fichier des ailerons Le diamètre extérieur de la
mm Jusqu'à 1500
bobine
La productivité Vitesse d'alimentation m/min 0-100
Temps de coupe max min 60
Précision de coupe +/- 0 convolution
Poids de la machine Poids net kg 1800
La dimension globale L*W*H mm 3500X900x1800
Tableau (III-01): Principales de la machine de formage à ailettes.
III .3. 1.Paramètres de cuivre d'aileron :
 Matériel d'aileron : cuivre TP2 ;
 Vitesse d'alimentation : 100m/min ;
 Type : mécanisme de roulement ;
 Nombre de rangée d'aileron : 1-4 rangées.

Figure (III-10): Ailettes de cuivre d'aileron.


30
Chapitre 3: Etude Machine d'ailette
III .4. Installation d'équipement :
1) frein magnétique de poudre : équipé sur le cadre de decoiler. La vitesse
decoiling est commandée par la force de résistance du agnétique frein de
poudre.
2) decoiler : Le plateau de bobine porte l'enroulement et il peut serrer ou
détacher le plateau en ajustant la griffe de plateau. La valeur changeante
de résistance du potentiomètre commande automatiquement la force de
résistance du frein magnétique de poudre. Quand il y a une urgence, le
decoiler peut être arrêté immédiatement.
3) structure d’alimentation d'ajustement de résistance : l'aileron faisant la
machine est placé avec un système d’alimentation automatique. Les
contrôles de contrôleur d'amortisseur la force de résistance du frein
magnétique de poudre pour garder la vitesse d'alimentation de bobine
assortissant la vitesse d'alimentation de l'aileron formant l'unité.
4) mécanisme d’alimentation d'ajustement de force de tension : se
composer du mécanisme de détection de fin de bande de bande, de la
parenthèse, et du cylindre pneumatique. L'aileron la taille peut micro-être
ajustée en changeant la pression d'utilisation du cylindre. Le mécanisme
de détection de fin de bande de bande a pu couper la puissance
approvisionnement en machine entière quand la bande d'aluminium/en
cuivre s'épuise.
5) dispositif de lubrification d'aileron : se composer de la chambre d'huile
supérieure et inférieure et de l'huile immergeant le feutre. Avant d'entrer
dans l'aileron formant l'unité, les deux côtés de la bande d'aluminium/en
cuivre doit être couvert de film d'huile pour protéger l'aileron le formulaire
de l'unité. Et également les impuretés ont pu être éliminées.

31
Chapitre 3: Etude Machine d'ailette
6) aileron formant l'unité : c'est la plupart de part importante de l'aileron
faisant la machine. Il est conduit par le moteur d'inverseur.
7) dispositif de séparation : une supérieures et feuilles d'une inférieures
séparation qui peuvent séparer la bande formée de l'aileron formant l'unité
pour éviter blocage.
8) roue de convolution d'aileron : une paire de la roue de convolution
d'aileron pour plier la bande formée d'aluminium/en cuivre, garde les
convolutions et les transporte elles à la prochaine unité.
9) dispositif de collection : l'amortisseur de ressort saute la bande
étroitement emballée d'aluminium/en cuivre pour obtenir l'aileron
fondamentalement formé.
10) dispositif de correction de lancement d'aileron : l'aileron
fondamentalement formé ne peut pas répondre à l'exigence de lancement
d'aileron, et le lancement d'aileron devrait être réalisé par dispositif de
correction de lancement d'aileron.
11) dispositif de transport d'aileron : le dispositif est commandé par un
moteur de progression et une tige de ver pour transporter l'aileron de
finition et pour compter l'aileron convolutions en même temps. Quand les
convolutions d'aileron a rencontré la valeur réglée (c.-à-d., la longueur
d'aileron), les arrêts de moteur de progression et le PLC commande le
coupeur pour découper l'aileron. L'aileron est coupé à la crête d'aileron.
12) tige de ver : le choix de la tige de ver est décidé par le lancement de
l'aileron. Le lancement différent d'aileron devrait fonctionner avec la tige
différente de ver.
13) dispositif de détection de blocage : se composer du moteur, de la sonde
de détection et du bloc d'isolement. L'électrode fonctionne avec la tension
de C.C 24V. Ceci le dispositif de blocage est installé sur le côté de sortie

32
Chapitre 3: Etude Machine d'ailette
de l'aileron formant l'unité. Quand la sonde d'électrode détecte un blocage,
la puissance de boucle d'avertissement est découpé, et le moteur est cessé
immédiatement pour protéger l'aileron formant l'unité.
14) coupeur : se composer du support de coupeur et du cylindre
pneumatique de tampon réglable de double-direction. Il y a 2 une valve de
direction de la position 5 à commandez "MARCHE/ARRÊT" du cylindre
de coupe.
15) huilez le mécanisme de jet : en se composant de la vanne
électromagnétique, nettoyez à l'aspirateur le générateur, et les tuyaux. Le
générateur de vide dessine l'huile volatile du réservoir de stockage de
pétrole par "MARCHE/ARRÊT" de la vanne électromagnétique et puis
pulvérise le brouillard d'huile sur les rouleaux de lame pour la
lubrification.
16) La table de fonctionnement de l'aileron formant l'unité est faite de
matériel d'aluminium/en cuivre. Et l'aileron formant l'unité est fait d'une
couverture en verre organique.
III .5 Portée d'approvisionnement de la machine en d'aileron :

 Decoiler 1 ensemble ;
 Ensemble megnetic de la poudre 1 ;
 Ensemble automatique du dispositif de réglage de poudre de force
magnétique de frein 1 ;
 Moteur d'alimentation 1 ensemble ;
 Dispositif d’alimentation 1 ensemble ;
 Mécanisme d'ajustement de retour de vitesse d'alimentation 1
ensemble ;
 Ensemble électrique de l'armoire de commande 1 ;
 Ensemble entrant du mécanisme 1 d'ajustement de tension d'aileron ;

33
Chapitre 3: Etude Machine d'ailette
 Aileron formant l'ensemble du rouleau 1 ;
 Ensemble du dispositif 1 de transport d'aileron ;
 Ensemble du dispositif 1 de collection d'aileron ;
 Comptant et coupant l'ensemble du dispositif 1 ;
 Ensemble de la boîte 1 d'opération ;
 Ensemble du corps de machine 1 ;
 Ensemble de la motivation essentielle 1 ;
 Motivation essentielle tendant 1 ensemble ;
 Ensemble pneumatique de la carte 1 ;
 Rouleau femelle vers le haut ;
 Rouleau male vers le bas .

Figure (III-11): Rouleau d'ailettes de cuivre.

34
Chapitre 3: Etude Machine d'ailette
III .6 Simplabloc type 14.800 à 14.830 :
Les cellules Simplabloc Sont des résultats d'une évolution de notre
série existante 14.180/181, qui a fait ses preuves. L’utilisation d'un
dispositif de réglage breveté permet le réglage d'entrefer sans démontage.
Les embrayages électromagnétiques à traction sont soumis à une
certaine usure, ceci en fonction du travail de frottement. Le réglage
d'entrefer permit d'utiliser à 10096 la capacité des garnitures. L’utilisation
d'un réglage soi-disant automatique n'a pas été envisagé en raison de ses
risques élevés de défaillance.
Le réglage de l'entrefer est effectué à l'aide d'une graduation que se
trouve sur le carter.
Les cellules embrayage-frein Simplabloc Sont complétement
fermées et répondent à la classe de protection IP44. Deux diamètres
d'arbre d'entrée et de sortie sont livrables par grandeur, ainsi que les brides
IEC - B5 correspondantes. La version à pattes comprend des pattes
vissées, ceci permettant le décalage de la boite à bornes de 909. En plus,
les pattes peuvent être vissées sur deux hauteurs.

Figure (III-12): Embrayage-frein de machine d'ailette.

35
Chapitre 3: Etude Machine d'ailette
La conception modulaire permet de fixer ultérieurement des brides
EC - B5 Sur les unités Simplabloc a pattes. Grace aux couplés d'inertie
réduits des nouvelles armaturés on obtient des hautes fréquences de
Manoeuvre, qui peuvent être encore augmentées par les platines de
surexcitation de type SEGC. Les corps inducteur fonctionnement avec un
24 V courant continu, autres tensions sur demande.

36
Chapitre 4:
Préparation et
Maintenance
Chapitre 4: Préparation et Maintenance
IV. 1.1 Notices opératoires :
IV. 1.1.1 Montage et première mise en route :
Après le montage de 1a poinçonneuse, et avant la première mise en route,
faut exécuter les travaux suivants :
a) toutes parties de machine revêtues d'un enduit protecteur doivent être
nettoyées soigneusement.
b) Brancher 1a machine selon le plan de connexion joint à cette notice.
c) vérifier si tous les moteurs marchent en sens de rotation prescrit.
(Interchanger les phasés L1 et L2 de 1a conduite d'al1imentation, le cas
échéant).
d) Raccorder la conduite c'alimentation d'air comprimé.
IV. 1.1.2 Pupitre de commande :
30) Bouton-poussoir - commande MARCHE.
65) Lampe témoin s1gnalant "commande en marche".
29) Bouton-poussoir -commande ARRET.
32) Commutateur sélecteur ARRET P.M.H./Opération manuelle.
28) Bouton-poussoir -Arrêt d'urgence.
31) Bouton-poussoir Mise en marche poinçonneuse.
66) Réglage de vitesse.

38
Chapitre 4: Préparation et Maintenance
IV. 1.2 Travaux préparatoires :
IV. 1.2.1 Graissage :
Les paliers des arbres principaux sont a graisser une fois par jour aux
graisseurs prévus a cet effet.
IV. 1.2.1.1 Graissage des outils de découpage :
Les outils de découpage sont pourvus d'un graissage en longue durée. Seul
en cas de changement, les couteaux neufs doivent être graissée légèrement
(nous conseillons d'utiliser le produit Klueber toutes températures, type (
Q NB 50).
IV.1.2.1.2 Ensemble d’entretien :
Vider 1'eau de condensation du purgeur à l'ensemble d’entretien et
Contrôle le niveau d’huile au lubrificateur et/ou faire le plein jusqu’à la
marque Max (p.ex. Shell Tellus C 46).
IV. 1.2.2 Outil de poinçonnage d’ailettes :
Les plaques d'Outillage sont logées latéralement celle du haut étant
commandée et ajustable en hauteur au moyen du coussinet d'excentrique.
Les trous perforés pour les tubes ainsi que les fentes d'écartement sont
poinçonnes entre les plaques d’outillage.
Le côté sortie d’outillage est doté du dispositif d’avance a réglage, fixe
servant a retirer la bande métallique poinçonnée de l 'outil1.
IV. 1.2.3 Introduction de la bande métallique :
1) Desserrer la vis hexagonal (108) du disque dérouleur avant (109).
2) Retirer le disque dérouleur.
3) Placer e rouleau de bande métallique (le bout 1ibre doit se trouver sur
1e côté gauche).
4) Remettre en place le disque dérouleur et le resserrer au moyen de la vis
hexagonale.
39
Chapitre 4: Préparation et Maintenance
5) Amener la bande métallique à 1'outillage en la passant entre e rouleaux
de guidage.
6) Placer 1'interrupteur 2 sur MARCHE et le commuta- tuer sélecteur 32
sur ARRET P.M.H ainsi que 1'inter- rupteur 6 sur "MANUELLE".
7) En agissant sur le bouton-poussoir (31), le premier Procès de
poinçonnage est réalisé.
8) Puis, tirer la bande poinçonnée a travers des rouleaux transporteurs et
la faire encliqueter dans le rouleau inferieur de telle façon a éviter que le
Le poinçonnage ne soit répété pour une deuxième fois.
9)Apres avoir bloqué le rouleau transporteur supérieur, On pourra alors
réaliser Plusieurs procès de poinçonnage en agissant sur Le bouton-
poussoir (31), et ceci, Jusqu' a ce que la bande d’ailettes s'étende jusqu'à
L’entrée de l’outillage de découpage.
10) Puis, introduire la bande d'ailettes dans les rouleaux transporteurs
d’outillage de découpage (voir Chapitre "Outillage de découpage").
11) Si 1'outillage de découpage se trouve en état de fonctionnement, on
peut alors placer 1'interrupteur 6 sur "Opération automatique", 1a machine
pouvant être mise en marche au moyen de 1'interrupteur (5) ou 30.
12) Le nombre d'ailettes désiré étant atteinte, la machine s'arrête
automatiquement ou peut être arrêtée au moyen des bouton-poussoir (29)
ou bien (4).
IV. 1.2.4 Travaux en cours de La production :
1. Surveillance du procès de poinçonnage.
2. Appréciation de la qualité de poinçonnage.
3. Appréciation de la qualité de découpage.
4. Contrôle quantitatif.

40
Chapitre 4: Préparation et Maintenance
5. Remise en marche de la machine après avoir atteint le nombre de
consigne.
a) La remise a la valeur de consigne peut se faire a condition que la
production ne demande aucune modification. A cet effet, agir sur le
bouton-poussoir (--) (la valeur de consigne apparait sur l’affichage.)
b) Mettre en marche les Commandes au moyen du bouton-poussoir (5;
30).
6. A 1a fin de la bande insérée, placer un rouleau de bande métallique neuf.
La suite des opérations est telle que décrite sous 1.3.3.
7. Surveillance du niveau d’huile dans 1'ensemble d'entretien.
IV.1.1.4.1 Fin de production :
1. Séparer la bande métallique avant son entrée dans l’outillage de
poinçonnage.
2. Faire sortir de la machine le bout restant de la bande métallique.
3. Arrêter la commande au moyen du bouton-poussoir ( 4).
(La lampe témoin (13) s'éteint. )
4. Arrêter la commande de l’outillage de découpage en plaçant le
commutateur sélecteur (7) sur "0".
5. Couper l'alimentation d'air comprimé.
6. Mettre hors Circuit la tension de commande en agissant sur e bouton-
poussoir (6).
7. Placer 1'interrupteur principal sur HORS.

41
Chapitre 4: Préparation et Maintenance
IV. 2.1 EMPILEUSE D'AILETTES :
IV. 2.1.1 Tache :
Ce dispositif sert à empiler les ailettes de telle façon à ce qu'elles puissent
être enlevées en paquet bien maniable.
IV. 2.2.2 Description fonctionnelle :
Les ailettes sont transportées au moyen des rouleaux compteurs, a travers
du dispositif de découpage et puis, entre les rouleaux dentes de 'empileuse.
Après avoir atteint la longueur désirée, 1'ailette est découpée par 1
outillage de découpage et est transporté au moyen d'air Comprimé vers
une butée ajustable. La fin de 1'ailette provoque le déclenchement d'un
interrupteur de proximité. Un dispositif de Débrayage a commandé
pneumatique fait en sorte que deux rouleaux Tournent 1'un contre l'autre
de façon à ce que 1'ailette soit Soulevée en toute sa longueur. Ainsi,
1'ailette suivante pourra être poussée en dessous de celle précédente.
IV. 2.2 Réglage de l'empileuse :
IV. 2.2.1- Réglage de la longueur :
Le réglage de la longueur se fait par ajustage de la butée.
Veillez a ce que 1'ailette déclenche 1'interrupteur de proximité lors du
réglage de la longueur. La distance entre 1'ailette et 1'interrupteur de
proximité devrait être 5 cm env.
La butée revêtue de caoutchouc, est à choisir conformément à la largeur
d'ailette désirée.
IV. 2.2.2 Réglage de la largeur :
La face de l 'empileuse est réglée en usine à la largeur de bande et ne
devrait pas être modifiée.
La partie arrière du dispositif d'empilage devrait être réglée par rapport à
la largeur d'ailette exigée :

42
Chapitre 4: Préparation et Maintenance
1. Desserrer les vis gauches et droites.
2. Régler la partie arrière de 1'empileuse en fonction de la largeur exigée
(l'ailette devant mouvoir librement entre les guidages).
3. Resserrer les vis.
IV. 2.3 Pupitre de commande :
2) Interrupteur principal EN et HORS courant du secteur.
9) Lampe témoin-courant du secteur mis en circuit.
5) Bouton-poussoir - Commande principale MARCHE et électrovanne
EN.
13) Lape tem0in -commande principale mise en marche.
4) Bouton-poussoir -Commande principale ARRET et électrovanne
HORS.
7) Commutateur sélecteur -Commande de l’Outil de découpage.
0= ARRET, I = MARCHE
10) Lampe témoin - circuit de sécurité EN.
14) Commutateur sélecteur pour compteur (comptage a rebours).
16) Touche de remise à zéro - nombre (sur préréglage).
17) Touche de présélection - nombre.
15) Présélecteur de longueur.
l8) Touche de réglage (avance d'un chiffre par pression de touche).
19) Affichage numérique.
20) Touche S –touche à mémoire.
21) Touche V- touche à mémoire.
6) Interrupteur a clé - automatique/manuel.

43
Chapitre 4: Préparation et Maintenance
8) Bouton-poussoir-opération par touche poste de découpage.
11) Lampe témoin - opération manuelle.
12) Lampe témoin - opération automatique.
IV. 3.1 Travaux préparatoires :
IV. 3.1.1 Graissage :
IV. 3.1.1.1 Graissage des chaînes :
Graisser légèrement la chaine d'entrainement vers l'unité d'accouplement
de frein en utilisant une huile minérale peu visqueuse (p.ex. Shell Tellus
C 46).
IV. 3.1.1.2 Graissage des couteaux :
Les couteaux étant pourvus en usine d'un graissage en longue durée, un
graissage n'est nécessaire qu’au Changement des couteaux nous
conseillons d'utiliser le produit Klueber toutes températures, type Q NB
50).
IV. 3.1.1.3 Guidages sphériques pour-commande outil de découpage :
Lubrifier les guidages sphériques de la commande de l’outil de découpage
une fois par semaine en les humidifiant de 2 à 3 gouttes d'huile minérale.
IV. 3.1.2 Mise en place de la bande métallique :
Insérer la bande d’ailettes parvenant de la machine a intercalaires dans
1'outillage de découpage tout en la passant entre les guidages (101, 102) ,
le rouleau Compteur (103) et e rouleau de pression (104).
IV. 3.1.3 Ajustage du guidage ailettes :
IV. 3.1.3.1 Ajustage du guidage ailettes avant :
a) Desserrer a vis hexagonale (105).
b) Le réglage du guidage ailettes avant se fait en déplaçant le roulement à
billes (102).

44
Chapitre 4: Préparation et Maintenance
c) Resserrer la vis hexagonale (105).
IV. 3.1.3.2 Réglage de la longueur d’ailettes :
La longueur d'ailettes dépend du nombre des dents. Le mécanisme
Compteur, Commandé par interrupteur de proximité (106) , Compte
chaque dent.
1) Présélectionner e nombre désiré des dents au moyen des touches de
réglage (12).
2) Apres la présélection il faut agir Simultanément sur les touches a
mémoire (20) et (21) pour mémorisation des valeurs dans la mémoire du
Compteur. Le Chiffre entre Figure sur l’affichage (19), le comptage se
faisant à rebours partant de a valeur de consigne a zéro.
IV. 3.1.3.3 Réglage du nombre d'ailettes :
1) Agir sur la touche (16) du sélecteur de nombre et régler (14) e nombre
désire des ailettes a l’aide de la touche (17). (Le comptage se fait de
rebours partant du nombre de consigne, 1a machine étant arrêtée a zéro.)
2) Après avoir atteint le nombre d'ailettes présélectionne et, avant de
Procéder au redémarrage de la machine, i1 faut agir sur la touche (16) pour
remise du compteur à la valeur de consigne. La machine ne pourra pas être
remise en marche si le compteur indique le zéro.
IV. 3.1.3.4 Réglage de la longueur de coupe :
Au cas où 1'ailette ne serait pas coupé au niveau du pied de dent, il faut
ajuster la position de Coupe. A cet effet:
a) desserrer la vis (107).
b) en tournant 1'attache de 1'interrupteur de proximité en sens horaire,
1'ajustage de coupe s'effectue vers 1'ailette;
c) resserrer la vis (107)
d) faire une coupe d'essai.

45
Chapitre 4: Préparation et Maintenance
IV. 4. Production :
IV. 4.1. Mise en marche de la machine :
Quant au réglage et à la mise en marche de la machine à intercalaires , il
faut se Conformer aux instructions du fabricant.
1) Placer l’interrupteur principal (2) sur EN; la lampe témoin(9) indique
l’état de marche.
2) Placer le commutateur sélecteur (7) sur MARCHE; la lampe témoin
(10) Signale que la Commande du couteau est prêt pour mise en service.
3) Agir sur le bouton-poussoir (5) (le moteur principal démarré) 1a lampe
témoin (13) indique e régime, électrovanne est mise en circuit. (Réglage
1a pression d'air comprime Sur 5 bar env.).
IV. 4.1.2 Travaux en cours de 1a production :
1) Appréciation de la qualité de coupe ;
2) Contrôle de la longueur d'ailette ;
3) Contrôle quantitatif ;
4) Redémarrage de la machine après avoir atteint le nombre de consigne :
a) agir sur la touche (16) remise à la valeur de consigne.
b) démarrer la commande principale en agissant sur bouton-poussoir (5).
IV. 4.1.3 Fin de la production :
1) Arrêter la commande au moyen du bouton-poussoir (4).
2) Couper 1'alimentation d'air comprimé
3) Remettre 1'interrupteur principal (2) à la position 0.

46
Chapitre 4: Préparation et Maintenance
IV. 4.1.4 Travaux après la production :
Nettoyer la machine.
IV. 5. Entretien :
IV. 5.1 Tension de la chaine d’entrainement :
A Cet effet, il faut desserrer les vis (108) La tension se fait au moyen de
la vis ( 109). Ensuite, resserrer les vis (108 ).
IV. 5.1.2 Changement des lames de découpage :
Lorsqu'il s'avère que les coupes ne sont plus impeccables, les lamés de
découpage peuvent être tournées de 180° (après le deuxième changement
des couteaux) .
1. Démonter le revêtement de l'outillage de découpage.
2. Dévisser les porte-lames (110) sur les deux côtés.
3. Graisser légèrement les nouvelles lame (lame avant munie de rainures
de graissage et arrondie aux arêtes). Pour le graissage, nous conseillons
d'utiliser le produit KIueber toutes températures, type Q NE 50. Puis,
introduire les lames dans le Conduit et faire sortir les lames usées en
trappant avec un marteau embouts plastique sur les lames neuves.
L'assemblage de l’Outillage de découpage se fait contrairement au
démontage.

47
Chapitre 4: Préparation et Maintenance
IV. 5.2. Pannes :
Panne Cause possible Remède
Les ailettes sont Lames usées Remplacer les lames
coupées mal ou ne pas
Il y a du Jeu entre les Rajuster la pression
du tout lames d’appui
Les ailettes La lame commandée Corriger la position 0
S’accrochent dans le
n'est pas amenée à la
carter de couteau
position 0
La coupe des ailettes Distance trop Corriger la position 0
n’est pas droite Importante entre les
guidages

Tableau (IV-02): les pannes de machine d'ailette.


IV. 5.3. Description fonctionnelle :
IV. 5.3.1 Tache :
Grace au système de comptage et de découpage, les bandes d'ailettes sont
découpées en longueurs bien définies.
IV.5.3.2 Fonctionnement :
La bande d'ailettes parvenant de la machine a intercalaires décrit un bras
mou dont le point le plus haut et le Plus bas est chacun surveillé d'un
barrage photo-électrique. Ensuite, la bande d'ailettes est poussée dans
1'outillage de découpage tout en passant par un rouleau denté commandé
par une unité d’accouplement de frein. Les impulsions émises par un
disque de comptage situé sur le rouleau denté, Sont enregistrée et
Comptées par un interrupteur de proximité.
Le rouleau denté, le rouleau compteur et le pas d’ailettes Sont
Synchronisés l'un par rapport a l’autre.

48
Chapitre 4: Préparation et Maintenance
Dès que le nombre présélectionné de Ces impulsions est atteint,
1'outi1lage de découpage commande par Cylindre pneumatique est
déclenché.
Les ailettes découpées sont alors pourvues du même nombre de pas.
IV.5.4 Commande de pièces de rechange :
Veuillez indiquer le numéro de machine sur toutes vos commandes de
pièces de rechange.
IV.5.5 Réglage de l'embrayage-frein-LENZE:
La procédure suivante décrit comment régler l'unité d'embrayage-frein sur
un entrefer de 0,2 mm (SLu).
Ce réglage sera nécessaire si la position d'arrêt de l'unité dévie trop haut
et provoque une qualité de coupe p0or.
Pour la description suivante, veuillez consulter les pages 2-4.
1. Desserrez les quatre vis A pour déplacer le disque excentrique B.
2. Retirez le couvercle en plastique C 'et insérez une petite tige dans le trou
radial. Il est maintenant possible de déplacer le disque excentrique à l'aide
de la tige.
3. Ouvrez le boîtier D pour le raccordement électrique. Il y a un grand trou
à travers lequel il est possible de regarder à l'intérieur de l'unité.
4. Insérez une jauge d'épaisseur de 0,2 mm à travers le trou dans l'entrefer
(SL0) et ajustez l'entrefer (SLu) en tournant le disque excentrique à l'aide
de la tige conformément à la jauge d'épaisseur.
5. Serrez les quatre vis A pour fixer le réglage, vissez le boîtier D et
remettez le couvercle en plastique C.

49
Chapitre 4: Préparation et Maintenance
IV.6. Description fonctionnelle:
IV.6.1 Dérouleur:
Sur le côté gauche de la machine (regardez du côté de l'opérateur), il y a
un dérouleur non entraîné pour gérer les bobines de matériau jusqu'à un
diamètre de 600 mm. pour mettre une bobine, procédez comme suit:
• Desserrez le serrage de la plaque de dérouleur avant à l'aide du levier à
main et retirez la plaque.
• Poussez une bobine sur le support de bobine (extrémité de bande en haut
à droite) et fixez-la à l'aide des trois broches.
Ces broches sont aplaties à mi-chemin pour leur permettre de s'insérer
dans les trous correspondants.
Ensuite, ils doivent être tournés de 180 pour que la partie ronde serre la
bobine.
• Remettez la plaque de dérouleur avant et fixez-la.
IV.6.1.2 Dispositif de pliage des bords:
Le dispositif de pliage des bords plie les extrémités de la bande de 180 °.
En règle générale, aucun ajustement n'est nécessaire, sauf lors de
l'utilisation de différentes largeurs de bande.
Le réglage en fonction de la largeur de bande requise ne se fait que côté
opérateur tandis que les rouleaux à l'arrière restent fixes:
• Desserrez les deux vis «A» et faites glisser le support maintenant les
rouleaux pliants vers la bande
• Desserrez la vis de réglage du rouleau de guidage d'entrée et ajustez-la
en fonction de la largeur de bande.
• Desserrez la vis de réglage du rouleau de serrage de sortie et ajustez-la
en fonction de la largeur de la bande.

50
Chapitre 4: Préparation et Maintenance
Pour guider la bande à travers le dispositif d'ourlet de bord, procédez
comme suit:
• Coupez le début du matériau comme un V à l'envers pour permettre une
alimentation facile dans l'appareil.
• Ouvrez le frein à bande à l'entrée ou sur l'appareil en soulevant le levier
(voir CROQUIS 1 à la page précédente)
• Guidez la bande à travers le frein à bande et fermez le frein en abaissant
le levier. Tirez la bande à travers tous les rouleaux qu'elle passe sur le
dessus ou toutes les tiges de guidage. Les rouleaux de serrage à la sortie
peuvent être soulevés pour faciliter l'alimentation.
IV.6.1.3 Rouleaux à ailettes:
Les rouleaux à ailettes forment la bande jusqu'à la forme finale de l'ailette.
En sortant des rouleaux, l'ailette S est guidée dans une cassette
d'extraction. Les décapants dans la cassette sont assemblés de manière à
assurer un bon détachement de l'ailette en la guidant directement depuis le
centre ou les rouleaux.
IV.6.1.3.1 Alimentation en bande:
Allumez l'interrupteur principal de la machine et sélectionnez le mode de
fonctionnement `` Manuel '' avec l'interrupteur à clé.
MAINTENANT, procédez comme suit:
• Tirez suffisamment de bande à travers le dispositif de pliage des bords
pour atteindre les rouleaux à ailettes. La bande doit être guidée sous le
rouleau en caoutchouc entraîné par moteur, puis sur le rouleau de
déviation devant les rouleaux de formage principaux.
• Maintenez la bande contre le rouleau supérieur et appuyez sur le bouton
Démarrer jusqu'à ce que les rouleaux tirent la bande eux-mêmes.
• Appuyez sur le bouton «Démarrer» et produisez suffisamment d’ailettes
pour atteindre la coupure.

51
Chapitre 4: Préparation et Maintenance
• Ajustez la barre de guidage avant de la cassette de sortie à la largeur
d'ailette droite.
IV.6.2. Différentes largeurs de bande:
Pour les types d'ailettes avec des rangées de tubes droites et espacées dans
le sens de déplacement de l'ailette, le changement de largeur de bande se
fait simplement en ajustant la barre de guidage de la cassette de sortie.
Pour les types d'ailettes avec des enchevêtrements ou des rangées de tubes
droites mais non espacées dans le sens de marche de l'ailette, les rouleaux
d'ailettes doivent être réassemblés à la nouvelle largeur (voir 2.3.3, si
utilisé dans votre machine).
IV.6.2.1 Démontage / montage des rouleaux:
• Notez les valeurs des comparateurs et desserrez les vis de pression
parallèlement jusqu'à ce qu'il soit possible de les tourner à la main.
• Dévissez et retirez la plaque supérieure du boîtier du rouleau (veillez à
ne pas endommager ni démonter les comparateurs à cadran)
• Soulevez le rouleau à ailettes supérieur à l'aide d'une grue ou similaire.
• Dévissez les couvercles de sécurité à l'avant de la machine, desserrez le
tendeur de courroie sur l'entraînement principal et retirez les courroies
d'entraînement.
• Desserrez et retirez la poulie de la courroie de l'arbre du rouleau à ailettes
inférieur.
• Dévissez et retirez la cassette de sortie.
• Soulevez le rouleau à ailettes inférieur à l'aide d'une grue ou similaire.
Pour remettre les rouleaux dans le boîtier, procédez dans l'autre sens.
Faites attention lorsque vous insérez le rouleau supérieur de ne pas
«heurter» le rouleau inférieur.

52
Chapitre 4: Préparation et Maintenance
Le rouleau supérieur est guidé avec deux roulements mobiles, ce qui
signifie qu'il doit être réglé horizontalement jusqu'à ce que les engrenages
synchronisés des rouleaux supérieur et inférieur correspondent.
IV.6.2.2 Remontage du jeu de rouleaux:
Retirez les blocs de roulement de l'extrémité des arbres où se trouve l'écrou
de blocage.
Soulevez le rouleau qui se trouve sur l'extrémité de l'arbre et fixez-le dans
cette position.
Procédez maintenant comme suit:
• Dévissez l'écrou de blocage et retirez-le avec la bague de blocage.
• Retirez le ou les disques d'extrémité.
• Retirez ou mettez les disques dont vous avez besoin en fonction de la
nouvelle largeur de bande. Assurez-vous d'avoir la position de nuit du
disque de décapage à la fin du bloc de disques de forme. Lors du montage
du rouleau inférieur, veillez à ce que tous les couteaux de perçage soient
correctement insérés et que l'anneau de maintien les recouvre
complètement.
• Mettez le ou les disques d'extrémité. Retirez ou placez des disques
d'extrémité supplémentaires au besoin pour la largeur de bande actuelle.
• Mettre la bague de blocage et visser l'écrou de blocage sur l'arbre. Serrez
l'écrou de blocage avec précaution et enclenchez l'une des dents de la
bague de blocage dans l'une des rainures de l'écrou de blocage.
• Placer les blocs de roulement sur l'arbre.
IV.6.2.3 Coupure:
La coupure consiste à couper l'ailette à une longueur présélectionnable à
l'aide d'une guillotine électrique.

53
Chapitre 4: Préparation et Maintenance
IV.6.2.4 Longueur des ailerons:
La longueur des ailettes est déterminée en comptant les dents de
l'engrenage synchro des rouleaux de formage. Il peut être présélectionné
à l'aide du compteur Pitch COUNTER LENGTH comme suit:
• Présélectionnez le nombre de pas requis à l'aide des touches fléchées
pour chaque chiffre sous l'affichage.
• Le bouton rouge peut être enfoncé pour remettre le compteur à zéro.
La position de la coupe par rapport au pas peut être ajustée en changeant
la position du détecteur de proximité sur le pignon synchronisé.
IV.6.2.4.1 Nombre d'ailettes :
Le nombre d'ailettes peut être présélectionné au comptoir « FIN
COUNTER » comme suit:
• Présélection requise. Numéro à l'aide des touches fléchées pour chaque
chiffre.
• Le compteur compte en avant jusqu'à ce que la valeur préréglée soit
atteinte puis arrête la machine. Le bouton rouge peut être utilisé pour
remettre à zéro la valeur actuelle du compteur.
IV.6.2.4.2 Changement de la lame de coupe:
Procédez comme suit:
1. Démontez les couvercles de protection des deux côtés.
2. Démontez les chiens d'arrêt derrière les couvercles de protection des
deux côtés.
3. Desserrez les vis de réglage des vis de pression en poussant contre la
lame fixe. Ils sont situés dans les pieds de support supérieur et inférieur de
la lame (des deux côtés 4 vis).
4. Desserrez légèrement les vis de pression sans qu'il soit possible de battre
les lames sur le côté.

54
Chapitre 4: Préparation et Maintenance
Utilisez use nouvelle paire ou une seule lame pour battre l'ancienne paire
/ lame. Veillez à ne pas laisser d'espace entre les lames neuves et anciennes
tout en battant les lames pour vous assurer de ne pas perdre la position des
ressorts à disque derrière les vis de pression.
5. Revissez les chiens d'arrêt.
6. Serrez légèrement (pas totalement) les vis de pression et vérifiez si la
coupure se coupe correctement. Utilisez une feuille de papier pour le test.
S'il n'est pas coupé correctement, serrez un peu plus les vis et répétez le
test.
7. Si la coupure coupe correctement, serrez les vis de réglage pour
verrouiller la position des vis de pression.
8. Montez les capots de protection.
IV.7. Opération automatique :
Si le matériau a été guidé à travers la machine comme décrit sous le point
Erreur! Source de référence introuvable. la machine est prête pour la
production automatique.
Pour démarrer la production, procédez comme suit:
• Sélectionnez la longueur d'aileron requise
• Sélectionnez le nombre d'ailerons requis
• Tournez le commutateur à clé «MANUAL AUTOMATIC» sur
«AUTOMATIC».
• Démarrez la production avec le bouton 'START'.
La machine continuera de fonctionner jusqu'à ce que l'un des événements
suivants se produise:
• Arrêt d'urgence activé
• Bouton «STOP» enfoncé
• Nombre présélectionné d'ailettes produites
55
Chapitre 4: Préparation et Maintenance
• Extrémité de bande.
IV.7.1-Maintenance :
1- Graissage : Les guidages linéaires de la coupe doivent être graissés
env. toutes les deux semaines. Tous les roulements des rouleaux à venir
doivent être graissés une fois par mois. Tous les autres roulements ne
nécessitent aucun entretien.
Contrôlez tous les jours si les lames de la coupure sont suffisamment
huilées. Si ce n'est pas le cas, laissez tomber de l'huile entre les lames qui
sera maintenue dans les rainures d'huile des lames.
2- Entraînement : entretien selon les instructions du fabricant.
3- Général : Gardez la machine propre pour obtenir une sortie de qualité
continue.
4 - Remède aux pannes :
Panne/Défaut Cause possible Remède
L'ailette n'est pas Pression d'air trop Ouvrir les vannes
poussée vers 1a butée basse d'étranglement
Il y a déformation de Pression d'air trop Fermer les vannes
1'ailette au niveau Haute D’étranglement
de la butée
L’empileuse ne L'interrupteur de Corriger la position de
fonctionne pas Proximité n'a pas la butée
déclenché
L'ailette s'est La largeur réglée est
Rajuster la
Coincée entre les Trop étroite Largeur
rouleaux
Tableau (IV-03): Remède aux pannes pour la maintenance.

56
Chapitre 4: Préparation et Maintenance
IV.8 Dispositif de réglage , type 14.800 à 830 :
1. Description :
Flasque de sortie avec dispositif de réglage et armature dentée (fig. 1).
Flasque de sortie avec dispositif de réglage et armature calée (sans jeu
angulaire) (fig. 2).
Le dispositif de réglage est identique pour le flasque de sortie (fig. 1+2).
Le fonctionnement est le suivant:
La description du dispositif de réglage Simplabloc (brevet déposé) est
valable pour les deux versions. L’entrefer peut être
Corrige, si nécessaire, comme suit:
 Dévisser les 4 vis (1) du flasque de sortie afin de détendre les
ressorts, sans les dévisser complètement.
 Enlever le capot de protection de la fente du carter. Introduire ensuite
dans le trou apparent un goujon cylindrique, qui permet de décaler
radialement le disque à came (2).
 Tourner le disque dans le sens de la flèche jusqu'à butée. Ensuite
revenir an arrière de 2 traits de graduation (correspond à l'entrefer
nominal).
Après avoir réglé l'entrefer revisser les vis (1) et replacer le capot de
protection dans le carter.

57
Chapitre 4: Préparation et Maintenance

Ce réglage peut être effectuée sans difficulté également sur des unités déjà
installées.

Fig 1 Fig 2

Figure (IV-13): Dispositif de réglage , type 14.800 à 830 .


2 - Réajustement en cas d'usure :
1. Desserrez les vis du couvercle de la boîte à bornes (A).
2. Retirez le couvercle de la boîte à bornes 1A) (attention uniquement si
l'alimentation est coupée)
3. Retirez le capuchon (B).
4. Vis Allen (C) à l'aide d'une clé angulaire (voir tableau). Jusqu’à ce que
les ressorts (E) sous les rondelles (D) soient desserrés.
5. Tournez la bague de réglage (F) avec le mandrin lo (voir tableau) dans
le sens de la flèche (G). jusqu'à ce qu'une résistance à la torsion se fasse
sentir.

58
Chapitre 4: Préparation et Maintenance
6. Placer le col avec le mandrin d'environ 2 marques de graduation
7. Serrez les vis d'assemblage (C) (voir le tableau pour les couples de
serrage).
8. Retournez l'entrefer (table Sto Ishehe) avec la jauge d'épaisseur dans le
sens de la flèche (G). Vérifiez le trou de commande (H) dans la boîte à
bornes;
Répétez les points 4 à 8 si nécessaire.
9. Insérez le capuchon (B).
10. Remettez le petit couvercle du menu (A).
11. Serrez les vis du couvercle de la boîte à bornes.

Figure (IV-14): Réajustement en cas d'usure.

59
Conclusion
Général
Conclusion Générale

Conclusion

Dans ce mémoire, nous avons abordé comment faire une gamme


d’entretien préventif de la fraiseuse « 6 T 80 », cette gamme assure pour
nous une durée de vie considérable pour notre machine et même temps les
outils de coupes dans des bonnes conditions d’utilisation.
Aujourd’hui l’entretien (le service maintenance) est un service
essentiel et plus important pour chaque entreprise cherche à une
production maximale, synchronisation avec la production abondante et la
compétition entre les entreprises actuellement qui nous sont imposées un
soin intensif pour ce secteur pour arrivons à notre objectives.
Lorsque nous parlons de la maintenance préventive nous projetons
de l’entretien préventive parce que la maintenance préventive simplement
si l’organisation de service d’entretien préventive.
Après l’achèvement de ce travail, nous avons conclu que la
maintenance, n’est pas que la réparation, et que la maintenance n’est pas
forcément un bon homme à combinaison tachés de graisse, mais tout une
fonction compliquées qui nécessite une organisation parfaite et une
connaissance de la machine-outil.

61
Référence Bibliographiques:

[1] : Httpp://Www.Okindustrie.Com/Cms/Fr/Contenet/Historique,

[2] : Documentation de l'entreprise SONERAS.

[3] : François Monchy, Maintenance : Méthodes et Organisations, 3e


édition, Dunod, Paris, 2010.

[4] : S. Bensaada, D. Feliachi, La Maintenance Industrielle, Office des


Publications Universitaires (OPU), 2002.

[5] : Chouchene Adnene, Support de Cours Méthodes de la


Maintenance, Institut Supérieur Des Etudes Technologique de Sousse,
2012.

[6] : Jean Heng, Pratique De La Maintenance Préventive, Dunod, Paris,


2002 ; Jean Claude Francastel, Ingénierie de la maintenance : de la
conception à l’exploitation d’un bien, Dunod, Paris, 2003.

[7] : Iset siliana, Analyses des huiles :


http://www.technologuepro.com/cours-analyses-des huiles/chapitre-3-
les-analyses-des-huiles-industrielles.pdf.